Issuu on Google+

HODDLE

«L’Angleterre battra l'Algérie»

www.maracanafoot.com

Samedi 5 Juin 2010 - N° 1131 - Prix 20 DA

Drogba forfait pour le Mondial

Dernier test avant le 13 ALGÉRIE - EMIRATS ARABES UNIS CET APRES-MIDI, 17 H À FÜRTH

SaintEtienne songe à Ziani

GHEZZAL ET ZIANI rassurent

MatmourYebda, le doute persiste

Ils ne se sont pas encore entraînés

120 000 euros pour le premier tour


02

Maracana N° 1131 — Samedi 5 Juin 2010

BALLE AU CENTRE Par ALI BOUACIDA

LES PARIS FOUS DU PARADOU Nous voilà revenus au bon vieux temps des divisions régionales même si les instances fédérales persistent à les désigner sous le vocable de division nationale II constituée des trois groupes Centre, Est et Ouest. Qu’importe donc l’appellation et contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce retour aux régionales ne peut qu’être très avantageux pour les clubs pour la simple raison que désormais leurs déplacements seront beaucoup moins coûteux puisqu’ils seront confinés au périmètre de la région. On imagine les frais de déplacement et tout le reste pour une équipe de l’Est qui se déplace à l’Ouest et réciproquement. Ces économies substantielles étant donc en voie d’être faites, ne faut-il pas songer à s’investir dans d’autres domaines plus efficients comme la formation par exemple ? C’est que la feuille de route tracée par les instances demeure strictement d’ordre organisationnel et pour inciter les clubs à inscrire des volets décisifs comme les écoles de football ou la formation continue en direction des petites catégories, il faut une législation claire que seuls les décideurs peuvent émettre. Ainsi, dans le lot des quarante-deux clubs de division nationale II, un seul est en train d’accomplir un travail de titan concernant la formation et l’éclosion des futurs talents : le Paradou AC qui organise en ce moment-même un tournoi international benjamins à Hydra. Excusez du peu. Son président M. Zetchi, interrogé par la chaîne Euronews qui a fait le déplacement tant l’événement est important, a été très clair : « Notre académie, assure-t-il, donnera sûrement la future composante de l’équipe nationale.» Il faut juste y croire et apparemment beaucoup d’autres clubs n’y croient pas en cette formation pour la simple raison que les résultats escomptés ne pourront être palpables que dans de longues années. Or notre football est marqué par l’impatience de briller tout de suite, en utilisant tous les moyens s’il le faut, comme ces recrutements irrationnels de prétendues stars, au détriment de la formation, bien sûr. D’autre part, cette nouvelle configuration du championnat Division II, reporte semble-t-il, l’application du professionnalisme dans ce palier : estce vraiment une mauvaise chose que de reporter cette nouvelle forme d’organisation au sein de clubs qui ne sont pas prêts du tout ? Nous posons simplement la question. A. B. P. S. : Dans notre précédent article sur la FIFA et ses délits financiers, nous avions écrit que le salaire du président Joseph Blatter était tenu secret. Le journal le Monde diplomatique (juin 2010) vient de le révéler : 4 millions de dollars annuels. Bigre !

JUMELLES

Les Italiens se recueillent au Heysel

Drogba forfait

L'information a été confirmée par lequipe.fr, Didier Drogba est désormais forfait pour la Coupe du monde. Blessé lors du match amical opposant la Côte d'Ivoire et le Japon (victoire 2-0 des Elephants), l'attaquant de Chelsea pourrait souffrir d'une fracture du cubitus. A la quinizième minute, le défenseur japonais Tulio Tanaka a percuté violemment Drogba pied en avant. L'avant centre s'est tout de suite tenu le bras et à demander à sortir. Avant cela, l'ancien Marseillais avait contribué à l'ouverture du score. A la treizième minute, son coup-franc avait été dévié par ... Tulio Tanaka.

Ferdinand hospitalisé

Le défenseur Rio Ferdinand a été emmené à l'hôpital ce vendredi après s'être blessé au genou à la dernière minute de l'entraînement. Le joueur de Manchester United était en train d'effectuer un tacle. Il devra passer des examens dans la journée. «Rio s'est blessé à l'entraînement, a confirmé Fabio Capello. Il passe des examens et nous allons voir comment cela va se passer.» Ferdinand, actuel capitaine de l'équipe d'Angleterre, est très incertain pour le Mondial-2010.

Les joueurs de l'équipe d'Italie, qui disputeront le Mondial-2010, se sont recueillis jeudi au stade Roi Baudouin (anciennement Heysel) à Bruxelles à l'endroit où 39 personnes sont décédées le 29 mai 1985 avant la finale de la Coupe des clubs champions entre la Juventus et Liverpool. Une heure avant le match amical de préparation au Mondial2010 programmé face au Mexique, les Azzuri, emmenés par le sélectionneur Marcelo Lippi, ont déposé une gerbe de fleurs devant une plaque en hommage aux victimes, majoritairement italiennes, décédées avant ce match remporté par la Juventus devant Liverpool, il y a 25 ans. Ces supporters du club turinois sont morts une heure avant le coup d'envoi du match dans un mouvement de foule consécutif à une charge de hooligans anglais. Ce drame dit du Heysel (le nom du stade ensuite rebaptisé stade Roi Baudouin) survenu il y a 25 ans avait également fait plus de 600 blessés. Il s'agit de l'une des plus grandes catastrophes survenues dans un stade de football en Europe.

Mandela absent

Nelson Mandela, l'ancien président de l'Afrique du Sud, a reçu jeudi la sélection sud-africaine de football. Cette rencontre renforce l'hypothèse de son absence lors du premier match d'ouverture de la Coupe du monde. «Mon grand-père ayant 92 ans, il serait trop difficile de le faire sortir un jour d'hiver pour l'emmener à un match de football», a expliqué son petitfils, Mandia Mandela. L'ancien prix Nobel de la paix a fait sa dernière apparition le 11 février dernier au Parlement sudafricain. Cette date marquait le vingtième anniversaire de sa libération.

MALADE, IL VIT LE CALVAIRE

Zitouni, l’autre oublié du football algérien

Abderrahmane Zitouni, plus connu sous le sobriquet de «Pepito » cet ex-joueur du Mouloudia d’Alger et ex-international des années 90, ne laissait personne indifférent. Excellent joueur, doublé d’une personnalité tout ce qu’il y a d’agréable, l’homme est gentil, affable, sociable, agréable à vivre. Mais depuis quelques années maintenant, «Pepito», victime d’un grave accident de la circulation, vit le martyre. Handicapé, il est vite viré de son emploi (il travaillait à SonatrachBoumerdès). Sans ressource, sa (petite) famille est aujourd’hui dans le dénuement le plus total. En plus des soins et des médicaments qu’il lui faut, «Pepito» n’arrive même plus à subvenir aux besoins les plus élémentaires de sa famille. Une situation qui nous interpelle tous. Un ancien international qui a tant et tant donné au football algérien, nous n’avons pas le droit de le laisser tomber de la sorte. La fédération, le Mouloudia d’Alger (tout auréolé du titre de champion d’Algérie) l’Amicale des anciens joueurs, son ancien employeur, devraient faire l’effort de regarder un peu en direction de Zitouni, celui-ci mérite au moins une prise en charge.


03

Maracana N° 1131 — Samedi 5 Juin 2010

J-06

Dernier test avant le «13»

EN AMICAL : ALGÉRIE - EMIRATS ARABES UNIS (AUJOURD’HUI, À FÜRTH) g Par Abdou Seghouani

L'équipe nationale de football affronte les Emirats arabes unis (EAU) aujourd’hui, à Fürth, dans la banlieue de Nuremberg, à l'occasion de son dernier match de préparation pour la Coupe du Monde.

U

n test que d’aucun qualifient de «capital» pour les Verts, tant les joueurs de Rabah Saâdane peinent à s’imposer ces derniers mois, notamment depuis la CAN en Angola. Ainsi, nos Mondialistes sont tenus de revaloriser leur niveau avant le premier match face à la Slovénie, prévu dans quelques jours seulement. Après ce qui nous a été offert à voir – en fait très peu de choses — lors du match amical face à l’Irlande du Sud, la semaine dernière, on ne peut que compter sur un éventuel sursaut d’orgueil de la part des coéquipiers du capitaine Yazid Mansouri. Une bonne réaction aujourd’hui dans le match face aux Emirats AU aura plusieurs impacts sur la sélection nationale, le plus important étant de se rendre en Afrique du sud sur un résultat positif. En effet, d’une part, elle scellera une forme de «rachat» de l’EN avec des millions d’Algériens qui, eux aussi, ont besoin de voir davantage de sérénité dans le groupe, sur le terrain et avec un bon résultat. Et,

d’autre part, une éventuelle réaction, devrait faire le plus grand bien au groupe lui-même pour se rassurer la veille de son départ pour l'Afrique du sud. Anthar Yahia n’est pas pour nous contredire : «C’est le dernier match de préparation avant un match officiel et décisif du Mondial face à la Slovénie. C’est pour cela qu’une victoire sur les Emirats est très importante», a-t-il affirmé. Sur le papier, l’équipe des Emiratis est à bien des égards d’un niveau moindre par rapport à nos représentants. Mais ils ont déjà

Matmour-Yebda, le doute persiste

Ils ne se sont pas encore entraînés

L’équipe nationale qui s’apprête à disputer ce soir son ultime match test avant le Mondial semble avoir retrouvé la plénitude de ses moyens, maintenant qu’on compte moins de blessés dans ses rangs. Mais tous les joueurs ne sont pas rétablis à cent pour cent, preuve en est, Karim Matmour et Hassen Yebda sont toujours aux soins. Il est vrai que pour l’un comme pour l‘autre il ne s’agit pas de blessure grave, mais toujours est-il que ces deux joueurs pointent à l’infirmerie de la sélection. Matmour qui pourtant s’entraîne ces derniers jours avec ses coéquipiers, ressent encore quelque petites douleurs et ne comptent prendre aucun risque en évitant de trop forcer sur son pied douloureux, alors que Yebda qui a ressenti des douleurs au niveau de l’ischio-jambier ne s’était pas entraîné hier et à préféré se faire soigner.

Saint-Etienne songe à Ziani

Après une saison catastrophique à Wolfsburg où il n'a plus joué depuis la CAN (10 matches au total en Bundesliga dont 5 titularisations), Karim Ziani pourrait rebondir à Saint-Etienne. A 27 ans, le milieu offensif algérien réfléchit à cette éventualité selon L'Equipe tandis que Christophe Galtier, qui l'a connu à Sochaux en 2006-07, souhaiterait lui confier le poste de milieu droit des Verts. Mais les choses ne s'annoncent pas simples pour le recruter. Acheté pour quatre ans et 7 ME l'an passé à Marseille, Ziani, coté actuellement à 3-4 ME, perçoit un salaire important en Allemagne. Wolfsburg pourrait attendre la fin de la Coupe du monde et espérer voir grimper la cote de l'Algérien (photo Presse-Sports) en Afrique du Sud.

promis une opposition de premier choix à leur adversaire mondialiste et, pourquoi pas, gagner le match. «Gagner contre l’Algérie est un droit légitime, surtout qu’elle va jouer la Coupe du Monde», a averti directeur technique émirati, Rashed Ismain. Ajoutant qu’il n’ignore pas que l’équipe nationale «traverse des moments difficiles en raison des blessures de quelques joueurs essentiels : nous allons essayer de mettre à profit cette situation». A bien lire entre les lignes, la jeune sélection des Emirats AU songe à

accrocher les Verts à son tableau de chasse, après avoir battu la Moldavie (3-2), la semaine dernière, en Autriche. Pour l’entraîneur des Verts, l’adversaire du jour est une bonne équipe qui « va nous servir de sparring-partner avant d’entamer le mondial contre la Slovénie », avait affirmé Rabah Saâdane, lundi dernier lors d’une conférence de presse. Mais, M. Saadane ne doit pas trop se soucier de l’adversaire, mais de joueurs encore retenus à l’infirmerie. Lors de la séance d’entraînement de la matinée du jeudi dirigée par les adjoints de M. Saadane, mis à part Matmour et Anter-Yahia qui attendaient toujours de rejoindre leurs camarades, tous les joueurs étaient sur le terrain, y compris Yebda et Medjani «Ces deux éléments seront présents à la séance d’entraînement de ce soir (ndlr : jeudi)», à Fürth. Quant à Béllaïd, il est astreint à une charge de travail spécifique (relativement réduite) avec le préparateur physique, en raison de douleurs aux adducteurs : «C’est sans inquiétude !», selon le staff médical de l’EN. Hier, il n’y a eu qu’une seule séance d’entraînement qui s’est déroulée en fin d’aprèsmidi (18h). Les joueurs de l’équipe nationale se sont entraînés sur la pelouse du stade de Fürth où doit se jouer le match contre les Emirats AU. C’est la dernière séance avant que l’EN ne prenne son envol pour l’Afrique du sud. Le départ est prévu demain sur un vol spécial Munich – Durban. A. S.

120 000 euros pour le premier tour

Cette fois, le Mondial est bel et bien lancé pour les Fennecs. Et pour cause, selon une source très proche de la fédération algérienne, la question des primes versées en cas de qualification vient d'être tranchée. Si l'Algérie parvient à s'extirper d'un groupe très difficile (Angleterre, Slovénie et Etats-Unis), chaque joueur touchera la coquette somme de 120 000 euros ! Un joli magot qui pourrait même dépasser les 150 000 euros si l'Etat algérien et les sponsors mettent la main à la poche comme il est fort probable. "120 000 euros, c'est une très belle somme qui va forcément motiver nos joueurs, bien qu'ils soient déjà gonflés à bloc. Le président de la fédération, Mohamed Raouraoua,

souhaitait absolument régler ce point avant le départ en Afriquedu-Sud. C'est chose faite" nous confiait ce matin un proche du sélectionneur, Rabah Saâdane. Conscients de l'énorme attente du peuple algérien et des millions de fans à travers le monde, les responsables "d'El Khadra" (surnom donné à la sélection) ont avant tout souhaité préserver la cohésion et la "bonne ambiance" qui règnent au sein du groupe. Contactés, trois joueurs nous ont confirmé leur "grosse envie d'en découdre" rapidement avec les Slovènes, mais aussi et surtout leur "soulagement" de pouvoir compter sur une "prime digne d'une grande nation de football"."Raouraoua n'a rien laissé au hasard. Nous disposons

de conditions de préparation exceptionnelles. Quant aux primes, nous sommes sûrs de pouvoir compter sur nos responsables. L'argent ne manque pas, reste juste désormais à honorer le maillot !" se réjouissait l'un des cadres de l'équipe. "Avec Raouraoua, il n'y a plus de bricolage ni de magouille au niveau financier. Beaucoup lui reprochent de tout vouloir gérer en coulisses, mais il faut admettre qu'il le fait bien!" insiste un autre élément incontournable des Fennecs. Surclassée par l'Eire (0-3) lors de son dernier match de préparation, l'Algérie aura l'occasion de se racheter et de se rassurer, samedi, face aux modestes Emirats Arabes Unis (101èmes au classement Fifa).

Hoddle : «L’Angleterre battra l'Algérie»

Glenn Hoddle, un des joueurs les plus brillant de sa génération est né le 27 octobre 1957 à Hayes dans le district londonien d'Hillington*. Meneur de jeu, il évolue entre autres sous les couleurs de Tottenham, club avec lequel il remporte plusieurs titres nationaux ainsi que la Coupe UEFA, et de l'AS Monaco. Sélectionné en équipe d'Angleterre à 53 reprises, il dispute notamment deux coupes du monde. Hoddle occupe le poste de sélectionneur de l'équipe nationale anglaise entre 1996 et 1999, et entraîne plusieurs clubs de premiere league dans les années 1990 et 2000. Hoddle à répondu aux questions du journaliste de la chaine du moyen orient Al ARRABIA, et à déclaré que « je pense que l’Angleterre n’aura aucun mal à battre l’Algérie lors de ce mondial. C’est vrai que, vu que l’Algérie s’est qualifiée au mondial, donc elle doit être une bonne équipe, mais là on est en coupe du monde, et je pense que l’Angleterre a plus d’expérience, donc je ne pense pas qu’elle aura du mal à battre l’Algérie, et j’irai encore plus loin en vous affirmant que l’Angleterre gagnera ces trois matchs de poule assez facilement » Et à la question de savoir s’il craint que l’Algérie réédite l’exploit de 1982 face à l’Allemagne, Hoddle a répondu que «Oui c’est possible. Je me souviens de cette époque là, j’étais encore joueur pour l’Angleterre, et tous le monde était surpris des bons résultats enregistrés par les Algériens lors du mondial espagnol, mais je pense qu’Aujourd’hui on est plus dans le même contexte, et je ne pense pas que les Anglais auront du mal à battre les Algériens».


04

Maracana N° 1131 — Samedi 5 Juin 2010

J-06 GHEZZAL ET ZIANI rassurent

L’inefficacité offensive et les carences défensives dont a fait preuve le onze national, lors de ses quatre dernières rencontres, sanctionnées par autant d’échecs, ont suscité moult inquiétudes à quelques jours du début de la Coupe du monde, notamment suite au dernier match amical contre l’Eire à Dublin (0-3).

M

ais, paradoxalement, c’est un tout autre sentiment qui anime les joueurs et le staff technique, actuellement en stage à Herzogenaurach (30 km de Nuremberg), qui estiment unanimement que cette situation est passagère et que lors du Mondial, les choses évolueront “incha Allah” autrement. L’un des premiers visés par cette inefficacité, l’attaquant Abdelkader Ghezzal, muet devant les buts depuis la phase qualificative en Coupe du monde et en Coupe d’Afrique, considère, certes, que cette situation est mal appréciée par les supporters algériens, et il le comprend bien, mais, précise-t-il, “il n’y a pas lieu de s’inquiéter outre mesure, car cela va s’arranger”. Ghezzal indiquera que tous les joueurs font en sorte que les choses s’améliorent et qu’ils travaillent durement pour cela. “Je suis sûr que cela va venir,

c’est une question de timing. Je suis convaincu que cela se fera en Coupe du monde contre la Slovénie où il y aura une grosse motivation.” L’attaquant de Sienne, qui ne se départit jamais de son optimisme et qui espère aussi débloquer son compteur de buts contre les Émirats arabes unis samedi prochain à Furth, reconnaît que son rôle d’attaquant est de marquer des buts, mais qu’il n’est pas le seul pour cela. “Même mes coéquipiers de l’attaque ne réussissent pas beaucoup ces derniers temps, alors qu’ils travaillent durement et qu’ils font tout leur possible pour trouver le chemin

des filets.” “L’important, enchaîne-t-il, est de fournir un bon travail offensif et qu’importe qui marque ! L’essentiel est que l’attaque algérienne trouve des solutions.” Karim Ziani abonde dans le même sens lorsqu’il évoque ce manque “offensif” et les lacunes constatées ces dernières semaines, tout en tentant de relativiser ce qui arrive à la sélection nationale. “Il ne faut pas oublier que nous avons rencontré de grandes équipes (Serbie et Eire) et que nous avons évolué très diminués, avec la succession de blessés. Je pense qu’il ne faut pas porter de jugement définitif sur les derniers matches

Meghni ou Ghezzal éliminer la Côte d’Ivoire des Drogba, Kalou ou Yaya Touré (3-2 a.p.). Ça correspond un peu à notre mentalité : quand les Algériens décident de faire un grand match, ils le font ; quand les Algériens décident d’être une grande équipe, ils le sont. Sur le tournoi, en lui-même, le premier match contre la Slovénie est un tournant. Si on réalise un bon résultat, on devient capable de tout. C’est un groupe difficile. Mais pas impossible. La plupart des joueurs de la liste de Rabah Saadane n’évoluent pas en Algérie. Qu’en pensez-vous ? Je ne partage pas du tout ce choix. Mais je le respecte. En Algérie, il y a de la qualité. Il faut la mettre en valeur et arrêter de la marginaliser. La seule CAN (1990) remportée par l’Algérie, l’a été avec des joueurs du cru. Quant à ceux qui sont passés par les catégories jeunes de l’équipe de France et qui aujourd’hui vont jouer le Mondial avec l’Algérie, j’estime c’est en quelque sorte de l’opportunisme. Que pensez-vous de la liste de Raymond Domenech ? Et notamment des absences de Karim Benzema et de Samir Nasri, deux joueurs d’origine algérienne… J’ai été très surpris de ne pas les voir dans la liste des 30. Ils sont jeunes et

doivent se remobiliser, car l’avenir est devant eux. Maintenant à savoir, s’ils ont fait le bon ou le mauvais choix en optant pour les Bleus…. C’est leur choix, et il faut l’assumer. Mais je soutiens Raymond Domenech de tout mon cœur. Son rôle n’est pas facile. Et je crois qu’il peut réussir. Si la France arrive en quarts de finale, elle devient dangereuse et peut aller au bout. Il y a du talent à tous les postes. Quels sont vos favoris pour ce Mondial ? Le Brésil et l’Espagne. Mais attention à l’Argentine et aussi à l’Angleterre. Fabio Capello a fait énormément progressé les Anglais. Il faudra faire attention à eux. Vous avez marqué l’histoire du FC Porto avec votre fameuse talonnade en 1987 contre le Bayern en finale de la Coupe d’Europe. Munich. Aurez-vous un œil sur le Portugal ? Bien sûr ! L’Algérie est mon pays mais le Portugal reste à tout jamais dans mon cœur. C’est une équipe pleine de talents et solide à la fois. A l’image d’un Cristiano Ronaldo et d’un Bruno Alves. Je leur souhaite d’aller très loin. Pour moi, ça peut être une grande surprise de ce Mondial. Le rêve, pour moi, ce serait une finale Algérie-Portugal, avec une victoire de l’Algérie ! (Rire) Nabil Djellit in Francesoir.fr

où il y a eu beaucoup d’impondérables. Lorsque vous enlevez 3 ou 4 joueurs essentiels dans une équipe, il est très difficile de les remplacer. Même les grandes équipes n’arrivent pas à surmonter ce handicap et pâtissent de ces absences. De plus, on n’est pas le Brésil”, a ironisé le meneur de jeu des Verts. L’international algérien a rappelé que l’Algérie avait bien perdu contre le Malawi 3 à 0 en Coupe d’Afrique avant d’atteindre les demi-finales, après avoir éliminé la Côte d’Ivoire, dans un match qui restera comme l’un des sommets de cette compétition. Pour Ziani, la plus impor-

tante échéance, c’est le match contre la Slovénie et tout le monde fait en sorte d’être prêts pour le jour “J”. Rassurant, il affirme que le stage se passe dans de très bonnes conditions et que les choses évoluent positivement puisque l’ensemble des blessés sont remis sur pied et qu’ils seront tous aptes à tenir leur place lors du Mondial sud-africain, à moins d’un fâcheux contre-temps qui peut arriver à n’importe quelle équipe. Mais pour le petit lutin de Woflsburg, le coach national Rabah Saâdane est conscient des risques que peuvent engendrer de nouvelles blessures ou des rechutes et sait ce qu’il fait en temporisant et en prenant toutes les précautions nécessaires avant de remettre un joueur blessé dans le bain de la compétition. Balayant tout signe d’inquiétude, Ziani a demandé aux supporters algériens, qui ont toujours été solidaires et fiers de leur équipe, de ne pas perdre espoir. “Il faut nous faire confiance. On a montré de belles choses et on a démontré que lorsqu’il fallait être présents, on l’a été jusqu’au bout”, lancera-t-il. Il estime, en outre, que cette équipe est “très jeune” et que l’avenir de l’Algérie ne doit pas s’arrêter à ce Mondial . La qualification à la prochaine Coupe du monde ne doit pas être un évènement majeur car l’Algérie doit se qualifier à toutes les Coupes du monde et rester toujours dans le haut du gotha mondial.

Madjer : «Je rêve d’une finale Algérie-Portugal» Figure historique de l’Algérie et du FC Porto, Rabah Madjer a bien voulu livrer à France-Soir ses impressions avant le Mondial.

Les Fennecs (surnom de l’Algérie) retrouvent la Coupe du monde vingt-quatre ans après. Des scènes de liesse ont explosé en Algérie et même en France. Comment peut-on l’expliquer ? L’attente devenait interminable. Nous avions besoin de revoir l’Algérie au plus haut niveau. Vu notre potentiel, il était anormal que nous soyons absents depuis autant de temps. Quand à la joie, elle est légitime. Le football est ancré dans notre culture. Tout le monde ne parle que de ça. Et puis ce pays avait besoin de victoires, ça contribue à une forme de réconciliation nationale après une période délicate. Vous avez fait partie de la grande équipe d’Algérie des années 1980 qui a notamment battu la RFA en 1982 (2-1), en Coupe du monde. Quelles sont les chances de cette génération en Afrique du Sud ? Ce qui est frappant chez cette équipe, c’est son esprit de corps. Elle est soudée, bien organisée. Elle a un vrai potentiel. Lors de la dernière CAN, on a vu les Ziani, Matmour,


Maracana N° 1131 — Samedi 5 Juin 2010

05

Saâdane, le seul entraîneur africain

J-06

La Coupe du monde a beau se dérouler pour la première fois de son histoire en Afrique, une seule des 32 équipes engagées sera dirigée par un sélectionneur issu du continent : Rabah Saâdane, le vétéran du football algérien qui fait presque figure d’anomalie.

L

es cinq autres équipes africaines - Côte d’Ivoire, Cameroun, Ghana, Nigeria et Afrique du Sud - ont en effet toutes confié leur sort aux mains de sélectionneurs étrangers. L’anecdote, à laquelle il n’avait pas prêté attention, fait sourire Saâdane, 64 ans. «Je représente donc tous les entraîneurs africains, ainsi que le monde arabe. C’est une grande responsabilité», a-t-il dit lors du stage de préparation des

Fennecs à Crans-Montana, en Suisse. La mode africaine qui consiste à faire appel à des grands noms étrangers quelques mois seulement avant le début des compétitions internationales l’interpelle toutefois. «C’est un problème qui appartient aux présidents (des fédérations) et je ne veux pas leur donner de conseils. Mais je peux vous dire que l’Afrique recèle des entraîneurs de grande qualité». Dans la longue histoire de la Coupe du monde, il a fallu attendre 1978 pour trouver trace du premier sélectionneur africain présent en phase finale, le Tunisien Abdelmadjid Chetali. En 2002, trois pays, un record, avaient fait confiance à des sélectionneurs locaux - Nigeria, Afrique du Sud et Tunisie - mais, quatre ans plus tard en Allemagne, on ne comptait déjà plus que l’Angolais, Luis Oliveira Gonçalves. Saâdane, dont la carrière de joueur fut brutalement interrompue à 27 ans par un accident de voiture, n’en est pas à son

coup d’essai. Il dirigeait déjà l’Algérie en 1986 lors de sa dernière apparition en Coupe du monde au Mexique, qui s’était soldée par une élimination sans gloire au premier tour. Rappelé, il y a deux ans et demi à la tête des Fennecs après le passage de plusieurs entraîneurs étrangers, Saâdane en est à son cinquième mandat de sélectionneur, dont deux par de courts intérims, la Fédération faisant appel à son vieux sage à chaque fois qu’elle se retrouve en difficultés. «C’est la vie d’un entraîneur en Afrique», résume-t-il. «Je ne sais pas s’il faut y voir de la chance ou de la malchance.» Le peuple algérien, lui, y a vu une providence. Surnommé le «Cheikh» par ses joueurs, l’entraîneur algérien a su galvaniser ses troupes pour les amener jusqu’à la qualification dans un groupe où l’Egypte faisait office de favori. Et, à quelques jours du Mondial, personne n’ignore en Algérie que Rabah signifie en arabe «celui qui gagne».

CERBAH : «Si l'équipe est bien préparée sur tous les plans, elle est capable d'aller loin»

L'ancien gardien international algérien, Mehdi Cerbah, a estimé que la sélection nationale devait être “solidaire” et “combative” si elle voulait réaliser un bon parcours lors de la prochaine Coupe du Monde 2010, prévue en Afrique du Sud du 11 juin au 11 juillet.

«

L

es joueurs devront faire preuve de solidarité et de courage dans ce genre de rendez-vous. L'équipe actuelle recèle un réel potentiel pour peu qu'elle fasse une bonne préparation sur tous les plans, pour faire face à des adversaires d'un niveau mondial", a indiqué à l'APS Mehdi Cerbah, dernier rempart du onze national lors du Mondial 1982, disputé en Espagne. Avec 57 sélections sous le maillot vert, cumulées de 1974 à 1984, Cerbah était considéré comme l'un des meilleurs gardiens de sa génération. Formé au RAMA qu'il a rejoint en 1964, Cerbah a porté ensuite les couleurs de l'USM Alger, de la JS Kabylie et du RC Kouba, avant de tenter une expérience au sein du club canadien de Manic de Montréal, juste après la Coupe du Monde 1982. Mehdi Cerbah qui

occupe depuis 2005 le poste d'entraîneur des gardiens au sein du club qatari d'Essad, estime que la préparation pourrait être décisive dans l'optique d'une participation honorable. "Il ne faut rien laisser au hasard, la Coupe du Monde n'est pas la Coupe d'Afrique des nations. Les joueurs devront être bien préparés notamment sur le plan psychologique. Nous avons une jeune équipe qui pourrait bousculer la hiérarchie et rééditer la performance de leurs aînés de 1982", a-t-il ajouté. Toutefois, l'ancien portier international se donne quelques appréhensions concernant les joueurs blessés, et les nouveaux éléments qui viennent d'intégrer les rangs de l'équipe nationale. "La préparation a mal commencé puisque le sélectionneur n'avait pas bénéficié de l'ensemble de son effectif pour cause de blessures, ce qui pourrait être préjudiciable pour la suite. Je trouve aussi que c'est risqué, à l'approche du Mondial, de renforcer l'équipe par 7 nouveaux joueurs, car l'entraîneur n'aura pas assez de temps pour créer la cohésion". Pour ce qui est des chances de l'Algérie dans son groupe, qui comprend également l'Angleterre, les Etats-Unis et la Slovénie , Mehdi Cerbah relève l'importance de réussir l'entame du tournoi, qui verra les Verts donner la réplique

aux Slovènes le 13 juin prochain à Polokwane. "Dans ce genre de compétitions, il est important de frapper un bon coup dès la première rencontre, il y va du moral de la troupe pour la suite. J'estime que l'Algérie devra impérativement éviter de perdre face à une équipe de la Slovénie , qui n'est pas du calibre de l'Angleterre ou des Etats-Unis", a-t-il affirmé. Pour ce qui est de son avis sur les trois gardiens retenus pour la Coupe du Monde, en l'occurrence Faouzi Chaouchi, Lounés Gaouaoui, et le nouveau venu Rais Ouahab M'bolhi, Cerbah ne veut pas trop s'étaler. "Je ne suis pas en bonne position pour parler de ce sujet. Il y a un entraîneur des gardiens en place, qui je suppose, a pris les meilleurs actuellement. J'espère que ce trio est en train de bien travailler pour être au top". Enfin, Mehdi Cerbah qui a déjà eu à driver les gardiens du CR Belouizdad et de la JSM Béjaïa entre 2000 et 2003, n'écarte pas la possibilité de revenir travailler en Algérie si une proposition concrète venait à lui être présentée. "Je suis disposé à travailler en Algérie, car tout simplement l'ambiance de l'Algérie me manque beaucoup. Dans le cas ou je reçois cet été un contact d'une équipe algérienne, je serais prêt à tenter une nouvelle expérience dans mon pays", a-t-il conclu.


06

Maracana N° 1131 — Samedi 5 Juin 2010

J-06

LIPPI : «J'accepte cette défaite»

Un solide Mexique bat une Italie pataude ITALIE

Le Mexique, solide vainqueur 2 à 1 d'une décevante équipe d'Italie jeudi en match amical à Bruxelles, a fourni la preuve de son aptitude à bousculer les meilleures nations de la planète à huit jours du Mondial-2010 que les Azzuri entameront eux avec quelques doutes.

B

attus sans avoir démérité lors de précédents matches de préparation face à l'Angleterre (3-1) et les Pays-Bas (2-1) ces deux dernières semaines, les Mexicains ont donné une leçon de vitesse à la Squadra Azzura. Adversaires de l'Afrique du Sud (en match d'ouverture), de la France et de l'Uruguay au premier tour du Mondial-2010, les Aztèques ont démontré qu'ils sont prêts pour le grand rendez-vous

Le sélectionneur de la Nazionale Marcello Lippi reconnaît la sup��riorité du Mexique, tombeur de l'Italie (2-1) jeudi soir à Bruxelles. De son côté, Javier Aguirre regrette de ne pas avoir marqué davantage.

Marcello Lippi (sélectionneur de l'Italie): «Contre des Mexicains très volontaires, nous étions sans cesse en retard sur la balle. Pour notre premier match de préparation, il n'y avait sans doute pas pire adversaire que ce très bon Mexique. Ces joueurs étaient très bien physiquement. Chez nous, la condition physique est variable selon les joueurs. Certains ont eu des vacances, d'autres pas. Et nous sortons d'un stage en altitude très éprouvant. C'est pourquoi j'accepte cette défaite sans difficulté. Notre condition physique n'était pas aussi bonne que celle de notre adversaire. Mais pour le Mondial, nous serons prêts. Nous allons monter en puissance pour être à notre pic de forme quand il le faudra. On voit aussi que le Mexique a disputé de nombreux matches amicaux ces dernières semaines : cette équipe est vraiment bien rodée. Nous, il s'agissait de notre premier match depuis longtemps. J'espère et je suis convaincu que ce sera meilleur face à la Suisse (samedi). Notre Coupe du monde débute dans dix jours (le 14 juin). Cela nous laisse du temps pour nous améliorer». (11 juin-11 juillet). Leurs adversaires sont prévenus: le Mexique, c'est du sérieux. Pas impressionnés par le statut de champion du monde des Italiens (5e nation au classement Fifa), les hommes du sélectionneur Javier Aguirre (17e) ont ouvert le score par Carlos Vela dès la 16e minute. Le joueur d'Arsenal, laissé libre de tout marquage au point de penalty, a profité de l'aubaine pour tromper Gianluigi Buffon d'une jolie demivolée.

Défense hésitante

Inquiétant pour l'Italie, l'axe Cannavaro-Bonucci est resté étrangement passif sur cette phase. La défense italienne est également restée curieusement statique sur le but d'Alberto Medina en fin de match (2-0, 83e). Bons manieurs de ballons, compensant leur manque de gabarit par la vélocité, les Mexicains ont posé des problèmes à des Azzuri dominés et

souvent pris de vitesse en milieu de terrain. Et le but de raccroc inscrit par Bonucci (88e) n'a pas modifié cette donne. Patauds fatigués par le voyage effectué le jour-même entre Sestrières et Bruxelles ? Les Italiens ont souvent couru dans le vide en possession de balle et, contrairement à leur réputation, ont été très hésitants en défense. Ils n'ont finalement dû qu'à la maladresse mexicaine devant le but - défaut récurrent et pénalisant pour la formation latino-américaine - de ne pas concéder plus de deux buts. Le sélectionneur Marcello Lippi semble par ailleurs toujours à la recherche de la formule la plus efficace en attaque. Aligné en numéro 10 en première période, Antonio Di Natale a été transparent. Inquiétant à l'approche d'une compétition qui verra les Italiens affronter le Paraguay, la NouvelleZélande et la Slovaquie au premier tour.

Navas offre un nouveau succès à la Roja

«Nous avons fait un bon match»

match mais nous aurions dû marquer bien plus de buts. C'est mon seul regret. Il nous faut vraiment beaucoup d'occasions pour arriver à marquer. C'est un peu inquiétant. Notre fond de jeu est bon, la concrétisation pas encore : nous savons ce qu'il faut améliorer. Battre l'Italie est une satisfaction. C'est toujours difficile de battre une équipe de ce niveau. Et nous l'avons fait avec la manière. Nous étions très véloces par rapport à des Italiens qui étaient sans doute un peu fatigués. Mes joueurs sont solidaires, disponibles les uns pour les autres. Mon équipe est faite de personnalités et a de la personnalité. Cela dit, il faut relativiser : c'est un succès qui donne du moral mais ce n'était qu'un match de préparation»

Premier entraînement de la Seleçao à Soweto BRÉSIL

ESPAGNE

L'explosif ailier droit de Séville, Jesus Navas, a offert une nouvelle victoire à l'Espagne en match de préparation au Mondial-2010, jeudi à Innsbruck contre la Corée du Sud (1-0), d'une frappe splendide du droit.

L’

espagne, qui avait tâtonné face à l'Arabie Saoudite lors du précédent match de préparation (3-2), a en outre gardé son but inviolé malgré quelques frayeurs en défense, due à la lenteur de la charnière centrale Marchena-Albiol, qui remplaçait la paire Puyol-Piqué. L'équipe de Del Bosque a signé à Innsbruck sa 11e victoire consécutive, la 24e en 25 matches, devant un autre mondialiste qui lui a toutefois mené la vie dure. Largement composée d'habituels remplaçants (Reina, Marchena, Albiol, Javi Martinez, Llorente...), l'Espagne a eu du mal à contrôler le ballon. Les Sud-Coréens ont été les premiers à se montrer dangereux, avec une belle

frappe rasante de Kim Jung-Woo (8e). L'Espagne répondait par Mata, repris de justesse (22e), puis par Fabregas, qui renouait avec la compétition depuis sa fracture au tibia le 31 mars dernier et qui trouvait la barre (35e). Reina, qui remplaçait Casillas dans les buts, sauvait deux fois l'Espagne en fin de première période, d'abord devant Park Chu-Young puis avec une main ferme face à Lee Chung-Young (45e). En seconde période, Del Bosque faisait entrer Xavi, Xabi Alonso et Villa (57e et 58e) et la "Roja" retrouvait ses repères. Mais il manquait encore quelque chose pour tromper une équipe sud-coréenne très bien en place. C'est alors que le trublion Navas a surgi, trompant Jung d'une frappe imparable du droit dans la lucarne (86e). Après avoir fait beaucoup tourner, Del Bosque devrait aligner son équipe-type, ou proche, lors du dernier match de préparation de l'Espagne, le 8 juin à Murcie (sud-est de l'Espagne) face à la Pologne.

L'équipe du Brésil s'est entraînée jeudi après-midi pour la première fois en Afrique du Sud, à Soweto dans la banlieue de Johannesburg, devant quelque 5000 supporters et curieux enthousiastes.

L

es joueurs de la Seleçao se sont retrouvés dans le Donbsonville Stadium de Soweto où ils ont effectué un léger entraînement, avec notamment Kaka, Michel Bastos, Robinho, Gilberto Silva et Luis Fabiano qui étaient en tête de l'applaudimètre. Ces derniers, victorieux mercredi du Zimbabwe 3 à 0

à Harare, se sont contentés d'une légère séance de travail physique, sans opposition, avec leurs coéquipiers. Ceux qui n'ont pas joué mercredi, ont eu droit à une seconde séance toujours sous les ordres du sélectionneur Dunga. Julio Cesar, touché et sorti contre le Zimbabwe, n'a pas participé à ce premier entraînement sur le sol sud-africain alors que le défenseur central Juan n'a pas touché le ballon. Les quintuples champions du monde joueront dans le groupe G où affronteront la Corée du Nord le 15 juin à l'Ellis Park de Johannesburg, avant de rencontrer la Côte d'Ivoire le 20 juin à Soccer City puis le Portugal le 25 juin à Durban.


07

Maracana N° 1131 — Samedi 5 Juin 2010

J-06

ZIGIC : «Je suis fait pour les grands matches» SERBIE

N

ikola Zigic sera, à coup sûr, l'une des figures dominantes de la Serbie à Afrique du Sud 2010. Logique nous direz-vous. Avec ses 202 centimètres, le géant ne passe jamais inaperçu, que ce soit sur les terrains ou dans la rue. Mais ses adversaires auraient tort de cantonner la panoplie de ce monumental attaquant à son seul jeu de tête. Certes, le tout nouveau joueur de Birmingham City se montre impérial dans les airs, mais il possède également un joli bagage technique et figure parmi les meilleurs finisseurs de la planète foot. À quelques jours de l'entrée en lice des Beli Orlovi, comprenez les Aigles Blancs, le grand numéro 9 a

accordé un entretien exclusif à FIFA.com, dans lequel il se projette vers la compétition à titres individuel et collectif. À la fois confiant et affable, il juge que luimême et son équipe vont marquer le tournoi de leur empreinte.

Les enseignements de 2006

Si la Serbie apparaît invariablement dans les listes d'outsiders dressées par les experts, elle le doit en grande partie à son excellente campagne qualificative. Les Français peuvent en témoigner, eux qui ont été devancés par la sélection des Balkans dans le Groupe 7 de la zone Europe. Et quel regard Zigic porte-t-il sur

l'admirable parcours de son équipe ? "Lors du tirage au sort, personne ne nous considérait comme les favoris, même pas nous", reconnaît l'ancien joueur de Valence. "Au début, on se voyait batailler pour la deuxième place, mais au fil des victoires, on a engrangé de la confiance. Cet aspect a été décisif et on n'a jamais perdu le rythme." Le tirage au sort d'Afrique du Sud 2010 a lui aussi réservé des obstacles de taille aux Serbes, qui devront affronter l'Allemagne, le Ghana et l'Australie dans le Groupe D. Malgré tout, l'avantcentre se veut optimiste quant aux chances de son équipe. "On pense qu'on a les moyens de passer le premier tour. On sait que ça ne sera pas facile car on a des adversaires de taille, mais on veut reproduire nos belles performances des qualifications et prouver qu'on peut rivaliser avec n'importe quelle équipe." Selon l'ancien pensionnaire du Racing Santander, l'expérience acquise lors de la dernière édition sera très précieuse cette année, même s'il ne garde pas un souvenir impérissable d'Allemagne 2006. "Quel dommage… On est arrivé avec une très

bonne défense, mais plusieurs joueurs se sont blessés et au final, on a pris beaucoup de buts. En plus, il s'est passé des choses que je préfère oublier. C'est une compétition différente et une équipe différente. Du coup, les choses se passeront forcément de façon différente", assure-t-il.

Un joueur atypique

Sa confiance, Zigic la tire en grande partie dans son changement de statut. Remplaçant il y a quatre ans, il fait aujourd'hui partie des joueurs qui engendrent de nombreuses attentes chez les supporters serbes dans l'optique d'Afrique du Sud 2010. "J'ai beaucoup changé. En Allemagne, j'étais un anonyme sans grande expérience. J'ai appris beaucoup de choses sur le plan tactique. Physiquement et psychologiquement, je me sens beaucoup plus fort. C'est ma Coupe du Monde. Je pense que je peux briller. Je veux prouver que je suis fait pour les grands matches", lance-t-il. Les Serbes ont pour objectif d'améliorer la performance réalisée à France 98, où l'équipe de l'ex-Yougoslavie avait atteint les huitièmes de finale. Quant à la méthode, elle sera complètement

différente de celle utilisée il y a 12 ans. "Peut-être que notre équipe est plus physique et moins technique, mais c'est dû aux attentes de l'entraîneur et au profil des joueurs. Je ne connais pas bien l'équipe de 1998, je l'avais seulement vue à la télé, mais elle jouait très bien. On a un groupe très solide, on est très soudé. C'est peutêtre ça notre plus grand atout." Zigic conclut l'entretien sur une note d'humour, lorsqu'il est question d'un trait de caractère fondamental du footballeur serbe, à savoir son tempérament de feu. Ce paramètre représente-t-il un avantage ou un inconvénient sur les grandes compétitions ? "Les deux. C'est à double tranchant car ça nous permet de faire de grandes choses mais ça nous induit parfois en erreur. On se précipite en agissant sans réfléchir et on se met en difficulté. J'en suis le parfait exemple. J'aime bien atteindre les objectifs que je me fixe. Quand j'ai quelque chose en tête, il faut que j'y arrive, personne ne pourra m'en détourner. Je suis très têtu", rigolet-il. Ses adversaires sont prévenus : Zigic arrive en Afrique du Sud avec une idée en tête...

Gelson, la "Pat" africaine des Suisses SUISSE

"Gelson, c’est un Patrick Vieira en miniature. Il ne s’arrête pas de courir et n’hésite jamais à envoyer des tacles ravageurs".

S

i l’on en croit Micah Richards, son ancien coéquipier de Manchester City, Gelson Fernandes serait une véritable teigne. Sur le terrain tout au moins. Car, à l’instar du milieu français, le Suisse est un garçon très attachant dans la vie. FIFA.com l’a constaté en s’entretenant avec lui il y a quelques jours. Né il y a 23 ans au Cap-Vert, Gelson ne se départit jamais du sourire qui a fait la réputation des îles chères à la chanteuse Cesaria Evora. Personnage atypique, il marche à l’affectif et considérera toujours le football comme une passion - sa deuxième après sa famille et non un métier. Polyglotte un peu par hasard, dans le milieu il est souvent considéré comme un intellectuel. Il s’en excuserait presque… "Je suis né dans un pays où l’on parle Portugais et ma mère m’a très vite appris le Créole. Quand nous avons déménagé en Suisse, j’ai intégré une école dans laquelle on apprenait le Français, le SuisseAllemand et l’Italien. Une fois transféré à Manchester, il a bien fallu que je me mette à l’Anglais… Mais j’avoue, je me suis lancé dans l’Espagnol et le Chinois uniquement par plaisir (rires)".

La panthère n’abandonne jamais

Débarqué à cinq ans dans le Valais avec sa mère, Gel a rejoint les équipes de jeunes du FC Sion. Très vite après ses débuts profes-

sionnels en 2004, il devient le symbole du club de son c?ur. En trois saisons, il dispute près de 100 matches et remporte la Coupe de Suisse en 2006. Placé sous les projecteurs par les sélections nationales juniors, il est repéré par les recruteurs de Manchester City à l’occasion d’une rencontre U-21 face à l’Angleterre. À l’été 2007, il signe donc chez les Citizens pour 9,1 millions de francs suisses, le deuxième montant le plus élevé pour un joueur helvète. "A l’époque c’était encore un club familial, l’endroit idéal pour grandir quand on quitte le cocon…". Après un premier exercice plutôt correct, le garçon déchante lors de sa deuxième année : confronté à une énorme concurrence - et pas aidé par quelques pépins physiques - il passe

le plus clair de la saison 2008/09 sur le banc. Il n’hésite donc pas longtemps l’été dernier quand es dirigeants de l’AS Saint-Etienne viennent le chercher. Après quelques semaines d’adaptation, il retrouve son meilleur niveau et devient l’un des éléments de base des Verts. Son expérience et sa hargne font merveille dans un effectif stéphanois un peu tendre. Rien d’étonnant quand on sait que s’il était un animal, il se verrait en panthère. Sa devise : "Ne jamais abandonner". Un tempérament que Jacob Kuhn, puis son successeur Ottmar Hitzfeld ont toujours voulu conserver dans l’effectif suisse.

Suisse et Africain

Appelé pour la première fois chez les A en

2007, ce cousin du Portugais Manuel Fernandes n’a depuis jamais quitté la Nati, participant à tous les matches de "son" UEFA EURO 2008 et six des dix rencontres de qualifications pour Afrique du Sud 2010. Il n’est donc pas étonnant de le voir aujourd’hui sur le point de disputer sa première Coupe du Monde de la FIFA. "Être appelé pour une Coupe du monde, c’est quand même une émotion un cran au-dessus que de jouer un Euro, même à domicile. J’attendais ce moment avec impatience. C’est un rêve d’enfant qui se réalise". S’il avoue aujourd’hui être Valaisan jusqu’au bout des ongles, Gelson Fernandes fait partie de ces 20% de Suisses nés à l’étranger. Sa joie est d’autant plus grande que la grand-messe du ballon rond se déroule pour la première fois sur le sol africain, sa terre natale. "Je me sens profondément Suisse et Africain. Je vais disputer cette compétition avec un immense sentiment de fierté. C’est enfin la récompense de tant d’années de labeur pour le continent". Versée dans le Groupe H en compagnie de l’Espagne, du Honduras et du Chili, la Suisse aura sans doute une carte à jouer. L’objectif des huitièmes de finale ne semble même pas suffisant pour Gelson. "Nous devons être ambitieux. Nous nous sommes qualifiés bien avant pas mal de gros du continent. L’équipe est jeune et pleine de talent, on peut aller loin, j’en suis sûr". Pour prolonger la comparaison avec Vieira, nul doute que Gelson aimerait copier le parcours du grand Pat en 2006…


08

Maracana N° 1131 — Samedi 5 Juin 2010

J-06 Bien en jambes, MESSI : C. Ronaldo «L'expérience sans but de Diego va être essentielle» PORTUGAL

ARGENTINE

Plus besoin de présenter Lionel Messi. Avec son club, le FC Barcelone, il a tout gagné, que ce soit collectivement ou individuellement.

L'

image de l'actuel Joueur Mondial de la FIFA est visible aux quatre coins du monde et chacune de ses apparitions publiques draine les foules. Pourtant, dans un entretien exclusif avec FIFA.com, le numéro 10 argentin raconte que malgré tous ses succès, il n'a toujours pas réalisé son plus grand rêve : gagner la Coupe du Monde de la FIFA. Avec une étincelle dans les yeux, Leo a également abordé d'autres sujets.

Le plein de confiance

Il n'y a pas si longtemps, Lionel Messi était encore réputé pour être un garçon timide et peu enclin à se livrer devant les dictaphones et caméras. Les temps ont bien changé ! Parallèlement à son ascension météorique dans le football mondial, le prodige argentin a développé une impressionnante confiance en lui. Cette assurance transparaît aujourd'hui à travers toutes ses réponses, comme il le prouve quand il évoque ses ambitions, lui qui a déjà tout gagné avec le Barça. "Je crois que je n'ai pas encore atteint le sommet. Je rêve de gagner la Coupe du Monde avec la sélection argentine puis de refaire ce que j'ai déjà réussi avec Barcelone. Et il y a beaucoup d'autres choses encore", estime le feu-follet argentin. En dehors des trophées et des récompenses, Messi s'est également fixé des objectifs individuels bien précis qu'il n'hésite pas à nous faire partager. "M'améliorer de jour en jour. Je veux encore progresser. Ce que je ne sais pas faire, je peux l'apprendre. Ce que je sais faire, je peux essayer de le reproduire pour ne pas l'oublier", affirme-t-il avec fermeté. Quatre ans après être devenu le plus jeune buteur argentin en Coupe du Monde de la FIFA, Messi est conscient de se présenter cette année en Afrique du Sud avec un statut différent. Il ne sera plus le joker de luxe mais bien la grande star de son équipe. Cette

évolution a-t-elle changé sa façon de préparer la compétition ? "Non, vraiment pas. Je sais que je vais avoir davantage de responsabilités et d'occasions, mais c'est toujours le même plaisir et la même envie. Nous en sommes convaincus : nous avons les moyens de faire une bonne Coupe du Monde et de pouvoir la remporter", lance La Pulga (la puce). Et la pression ? Que se passet-il dans la tête du meilleur joueur du monde, qui portera le maillot albiceleste floqué du légendaire numéro 10 ? "Franchement, je suis très serein. Ce qui m'arrive, c'est venu naturellement, je ne l'ai pas préparé. Ç'a été pareil à Barcelone et les choses se sont bien passées. J'espère pouvoir reproduire ce football, ce style et ce caractère en sélection."

L'expérience de Maradona

L'Argentine a beaucoup souffert pour arriver en Afrique du Sud. Un temps au bord de l'élimination, les Gauchos ont finalement composté leur billet lors de la dernière journée. D'où une question naturelle : ce parcours chaotique est-il susceptible de rejaillir sur les performances de l'équipe en phase finale ? "La qualification, c'est du passé. Nous avons éprouvé des difficultés pour différentes raisons et nous avons dû puiser dans nos ressources, mais c'est une nouvelle compétition qui commence. Pour moi, c'est normal que l'Argentine soit candidate au titre. Nous avons de très grands joueurs et nous sommes une grande puissance qui se bat toujours pour la gagne." Selon la star catalane, la confiance qui anime les Albicelestes tient en trois mots : Diego Armando Maradona. Le légendaire meneur de jeu est après tout le mieux placé pour transmettre toute son expérience à ses protégés. "Oui, nous le savons tous", estime Messi. "C'est pour ça que je dis qu'il n'est plus question des qualifications aujourd'hui. Nous sommes très confiants et il y a beaucoup de joie dans le groupe. Bien entendu, l'expérience de Diego va être essentielle." Si l'Argentine part favorite de son groupe, Leo veut à tout prix éviter de tomber dans l'excès de confiance. "Je crois qu'en Coupe du Monde, il

n'y a pas d'équipe facile. J'ai suivi le Nigeria à la Coupe d'Afrique. C'est une équipe qui s'inscrit dans la tradition de ce continent, avec de bons joueurs, très puissants. Ça va ressembler à la Côte d'Ivoire, qui nous avions jouée en Allemagne. Je n'ai pas trop vu jouer la Corée du Sud et la Grèce, mais on ne peut pas gagner les matches avant de les avoir joués. Cela dit, nous avons confiance en notre talent et je crois que nous pouvons nous qualifier tranquillement", juge-t-il. En guise de conclusion, Lionel Messi nous révèle son plus grand désir. "Mon rêve, c'est gagner, gagner à tout prix", dit-il, comme hypnotisé. "Je me vois arriver en finale, la gagner et brandir la Coupe. Je ne sais pas encore comment nous y arriverons, mais je suis convaincu que nous la gagnerons", termine-t-il.

Milito légèrement touché à l'entraînement

L'Argentine, arrivée dimanche en Afrique du Sud, s'est entraînée sérieusement sous les yeux du public et surtout du sélectionneur Maradona à la recherche de son 11 de départ pour le premier match de son équipe le 12 juin contre le Nigeria. L'attaquant Diego Milito, victime d'un coup sur la cheville droite lors de l'entraînement, a quitté la séance avant son terme, alors que le défenseur Ariel Garce, souffrant d'une contracture au mollet droit, a travaillé seul. "Il a pris un coup sur la cheville" mais "c'est sans importance", a tout de suite voulu dédramatiser Carlos Tevez relayé par Gonzalo Higuain qui a assuré que l'attaquant champion d'Italie et d'Europe avec l'Inter allait "bien". Diego Maradona a permis au public d'assister aux 15 dernières minutes de l'entraînement de l'Albiceleste et en a profité pour mettre en place un petit match avec dans l'une des deux équipes Carlos Tevez seul en pointe. L'encadrement de l'équipe d'Argentine a assuré que la séance serait entièrement ouverte au public dimanche. L'Argentine jouera dans le groupe B qui comprend le Nigeria, la Corée du Sud et la Grèce.

Après quinze jours de stage, le Portugal, demi-finaliste de la Coupe du monde 2006, semble s'être enfin mis en jambes pour le Mondial-2010 en battant le Cameroun (3-1), mais son attaquant vedette, Cristiano Ronaldo, reste muet devant le but depuis plus d'un an.

M

algré une saison brillante avec le Real Madrid, son dernier but en Selecçao date de février 2009, sur penalty. Si l'on s'en tient aux matches officiels, il faut remonter à l'Euro-2008. Lors des rencontres amicales face au Cameroun et au Cap-Vert la semaine dernière, le Ballon d'Or 2008 a tiré au but à de nombreuses reprises, sans jamais réussir à concrétiser. Ce manque de précision du capitaine portugais n'a pas empêché ses coéquipiers de rassurer face au Cameroun, après un match nul (0-0) décevant contre le CapVert. Au terme d'une saison terne à Chelsea, Deco qui, à 32 ans, fera ses adieux à la sélection après le Mondial, est apparu prêt à assurer la conduite de la manoeuvre offensive. A ses côtés, le milieu du FC Porto Raul Meireles, joueur le plus utilisé par l'entraîneur Carlos Queiroz lors de la campagne de qualification, semble revenu à son meilleur niveau, signant même un doublé. En attaque, le magnifique but du Mancunien Nani a fait oublier les occasions perdues par Ronaldo et la relative transparence du Luso-Brésilien Liedson.

Défense en vue

Le défenseur du Real Madrid Pepe, élément prépondérant pour Queiroz qui l'a retenu parmi les 23 en dépit de son absence sur blessure depuis décembre, restait la principale interrogation mercredi au vu de la bonne intégration de Pedro Mendes, son remplaçant ces derniers mois. Si la défense lusitanienne n'a pas encore connu de véritable test, les Cap-Verdiens s'étant retranchés devant leur but et les Camerounais ayant joué à dix pendant près d'une heure, les commentateurs relevaient sa bonne tenue. Ricardo Carvalho, patron de la ligne arrière portugaise mais peu utilisé avec Chelsea cette année, retrouve peu à peu son rythme, de même que les latéraux Paulo Ferreira et Miguel, eux aussi la trentaine passée. Grâce à sa vitesse, l'arrière-gauche Fabio Coentrao, 22 ans, benjamin du groupe portugais et seul représentant du champion Benfica, pourrait ravir la place de Duda, titulaire pendant la qualification. "L'équipe est prête à prendre son envol et nous allons nous améliorer encore pendant le Mondial", a résumé Carlos Queiroz lors de la conférence de presse de fin de stage à Covilha (centre du Portugal). La Selecçao part samedi pour l'Afrique du Sud, où elle sera installée à Magaliesburg, à une centaine de kilomètres au nord-ouest de Johannesburg. Avant d'affronter la Côte d'Ivoire le 15 juin lors de son premier match dans le groupe G, comprenant également le Brésil et la Corée du Nord, le Portugal s'étalonnera une dernière fois contre le Mozambique mardi prochain.


09

Maracana N° 1131 — Samedi 5 Juin 2010

J-06 DOMENECH : «Confiance dans ce groupe» FRANCE

"Je pars avec confiance dans ce groupe", a indiqué Raymond Domenech, à la veille de France-Chine à la Réunion, dernier match de préparation des Bleus, à sept jours de leur entrée dans le Mondial-2010. Détendu, le sélectionneur a renoué avec jeux de mots et réponses elliptiques devant la presse. Gallas a eu mal au mollet

gauche, droit, au ventre... Vous avez oublié la tête, et la tête alouette... Il va très bien. Nettement mieux que si il allait plus mal, nettement moins bien que s'il allait mieux... Jouera-t-il 1h30 contre la Chine ? Il était un peu malade. On peut relativiser, au lieu de faire 1h30, il fera peut-être 1h28... Planus a été victime d'une entorse... Vous oubliez le responsable de notre équipementier, il s'est frac-

turé le coude. C'est la blessure la plus grave... Pour Marc, c'est un petit truc, ce (jeudi) matin il va très bien, on va le ménager (ce jeudi) et (vendredi, le jour du match) il sera opérationnel. L'équipe est-elle prête ? J'espère qu'elle n'est pas prête, il faut être prêt le jour du match. On est dans la finition, j'espère qu'on est moins bien que quand on sera prêt... C'est une fin de préparation. L'objectif n'est pas de dire que les 11 qui vont commencer demain vont commencer au Mondial.

Que sentez-vous pour ce groupe ? C'est un groupe qui a envie, qui a bien travaillé, qui s'enrichit, qui n'est pas inactif, qui vit soudé. On a un bon groupe pour travailler sur ces bases là. Je pars avec confiance dans ce groupe, je le sens solide. Le 4-3-3 a été mis en difficulté contre la Tunisie... Moi, je n'ai pas vu un 4-3-3, pour moi c'est un 5-5... Après, chacun le définit comme il veut. Avez-vous des certitudes ? Oui, il y a une qualité de jeu dans l'animation offensive : de ce côtélà, il y a quelque chose de solide, de créatif. Govou vous satisfait-il à droite ? Il apporte ce que j'attends de lui, il pourrait être plus présent devant le but. Mais il doit y avoir un rééquilibrage avec les joueurs offensifs, on ne peut pas tous partir à l'abordage. Sidney a cette capacité à jouer devant et derrière. Henry a confirmé que vous étiez allé le voir à Barcelone pour lui dire qu'il serait remplaçant... Prendre un joueur dans les 23, c'est un vrai choix. Un grand joueur est là. Ce qui va se passer après, personne ne sait. On peut supposer que... Que ce ne soit pas obligatoirement lui qui débute, c'est sportivement logique. Mais ce qui va se passer à partir de

maintenant.... Le 12 juillet (Raymond Domenech se trompe, le jour de la finale c'est le 11 juillet, ndlr), ce n'est pas encore là. Anelka a des difficultés dans le 4-3-3... Il peut apporter plus, mais comme les autres, il est en phase de préparation, de recherche. Il va trouver ses marques, je ne suis pas inquiet. Les automatismes en défense centrale ne sont toujours pas rodés... Cette charnière a déjà joué ensemble dans le passé. Puis un a été suspendu, un a été blessé. Ce sont des joueurs de talent, d'expérience. Mais parfois, pour certains postes, c'est vrai que c'est mieux d'avoir fait 40 matches que 15 ensemble. Ce groupe manque-t-il de leaders ? Henry est là, Gallas, Abidal, Evra, Ribéry, Anelka aussi. Il y a encore des joueurs cadres, six-sept joueurs qui ont fait des grandes compétitions, qui jouent dans des grands clubs. Vous leur demandez d'apporter leur expérience ? Plus que l'expérience, je préfère la forme. Autant que les joueurs d'expérience soient en forme.

Leçon d'histoire pour les Guerriers Taeguk CORÉE DU SUD

Si la République de Corée est l’équipe asiatique la plus performante en Coupe du monde (quatre victoires et sept matches nuls), elle a également essuyé 13 défaites lors de ses sept participations à la compétition.

s’incliner 1-0 face à l’Allemagne en demifinale. La recette du succès : un 3-4-3 dynamique et parfaitement maîtrisé ainsi qu’un culte du travail exceptionnel. L’exploit reste d’autant plus impressionnant que seuls quelques rares joueurs, comme Ahn Jung-Hwan ou Seol Ki-Heon évoluent à l’étranger.

P

our leur première qualification pour une phase finale, en Suisse en 1954, les Sud-Coréens, arrivés 24 heures seulement avant leur match contre les Hongrois, subissent une lourde défaite (0-9). Ils voient leur foi un peu plus ébranlée après une autre débâcle face à la Turquie (0-7). C’est donc en pleine perte de confiance que les hommes de Kim YoungSik rentrent chez eux. Malgré un manque d’expérience et d’assurance lors de leur retour sur la scène mondiale au Mexique, en 1986, les Guerriers Taeguk marquent leur premier but en phase finale par l’intermédiaire de Park Chang-Sun face à l’Argentine (défaite 3-1), avant d’obtenir un premier point en accrochant le match nul contre la Bulgarie (1-1). Après une campagne catastrophique quatre en plus tard en Italie (trois défaites en autant de matches), tout le monde s’accorde à dire que les Coréens sont trop nerveux pour réussir à s’exprimer et à concrétiser leurs actions. En effet, le seul but sud-coréen de la Coupe du Monde 1990 est signé Hwangbo Kwan, cela malgré la présence d’attaquants comme Choi SoonHo ou Kim Joo-Sung.

2002, génération en or

La République de Corée sort enfin de l’ombre en 1994 lors de la Coupe du monde de la FIFA organisée aux Etats-Unis. Eliminés

2010, le plus beau potentiel

lors des poules, les représentants du pays du Matin calme peuvent se flatter d’avoir tenu en échec l’Espagne de Fernando Hierro et de Luis Enrique, grâce à deux buts signés Lim Ho-Kon à cinq minutes du coup de sifflet final (2-2). Après un match nul et vierge face à la Bolivie, les Asiatiques se battent sans relâche pour leur dernier match face à l?Allemagne : menés 0-3 à la mi-temps, ils comblent l’écart pour revenir à 2-3, résultat néanmoins insuffisant pour sortir du Groupe C et continuer la compétition. Pourtant, la République de Corée a démontré qu’elle pouvait donner du fil à retordre à l’élite du football mondial. Quatre ans plus tard, malheureusement, l’équipe emmenée par Cha Bum-Kun ne réitère pas ses exploits. Privée de Hwang Sun-Hong, son

attaquant vedette, la sélection sud-coréenne s’incline 1-3 face au Mexique avant de subir une écrasante défaite contre les PaysBas (0-5). Le match nul obtenu face à la Belgique (1-1) ne sauvera pas le sélectionneur sud-coréen : l’ancienne gloire du football asiatique est démise de ses fonctions avant même la dernière rencontre de poule. L’année 2002 est à marquer d’une pierre blanche dans l’histoire du football sudcoréen : sous la houlette de Guus Hiddink, la République de Corée (pays hôte au même titre que le Japon) termine en tête du Groupe D devant les Etats-Unis, le Portugal et la Pologne. Sortis des poules pour la première fois de leur histoire, les Guerriers Taeguk se défont de l’Italie en huitièmes de finale, de l’Espagne en quarts, avant de

"L’équipe de 2002 a pu passer plus de temps à s’entraîner et a eu la chance de jouer chez elle, devant des supporters passionnés", déclarait récemment Hong, capitaine de Guerriers lors de l’épopée. "L’équipe actuelle est plus expérimentée. Certains anciens ont pris part à plusieurs Coupes du monde et les jeunes joueurs ont participé à des tournois internationaux dans différentes catégories. C’est ce qui fait la force de la sélection actuelle, habituée à travailler ensemble depuis deux ans". En effet, parmi les 23 emmenés par Huh Jung-Moo, dix ont déjà participé à une Coupe du monde de la FIFA et autant évoluent à l’étranger, à l’image du joueur de Manchester United, Park Ji-Sung. Le Mancunien, buteur lors de Corée-Japon 2002 et d’Allemagne 2006, est probablement l’un des joueurs asiatiques les plus populaires. "Difficile de comparer l’équipe actuelle à celle d’il y a huit ans car le groupe de 2002 a progressé durant la Coupe du monde", a déclaré le capitaine sud-coréen, Park, "L’équipe actuelle a sans aucun doute le potentiel pour faire aussi bien que celle de 2002. On ne pourra comparer et voir les progrès effectués qu’après la fin de la Coupe du monde en Afrique du Sud".


10

Maracana N° 1131 — Samedi 5 Juin 2010

Les légendes en chiffres et en détails

Les joueurs qui s'apprêtent à participer à leur deuxième, voire leur troisième Coupe du Monde de la FIFA se fixent inévitablement comme objectif de faire mieux que lors de leurs précédentes apparitions sur la prestigieuse scène mondiale.

parcimonieuse, l'autre sur penalty. Durant l'épopée qui avait conduit l'Italie sur le toit du monde pour la quatrième fois de l'histoire, le portier transalpin avait repoussé 93% des tentatives adverses. Vertigineux ! Ces statistiques sont le fruit d'un travail réalisé par Castrol. Le sponsor de la Coupe du Monde a mis au point un système innovant d'évaluation des joueurs. Pour la

J-06 tournoi, c'est-à-dire depuis Angleterre 1966. On apprend ainsi que la solidité de Buffon sur sa ligne à Allemagne 2006 équivaut à une note de 9,61/10. L'Indice Castrol révèle également que l'un des scores les plus élevés a été réussi par un certain Franz Beckenbauer, en 1966 justement. Alors âgé de 20 ans, le Kaiser avait inscrit quatre buts, s'était créé neuf occasions et avait réussi 17 tacles tout au long du parcours qui avait conduit l'Allemagne de l'Ouest en finale. Beckenbauer est crédité d'une note de 9,83/10 pour ses performances lors de cette Coupe du Monde de la FIFA. L'Indice Castrol nous apprend également que le plus gros score des 11 dernières éditions de l'épreuve reine est l’œuvre du Brésilien Ronaldo (9,87), talonné d'un centième de point par Gerd Müller (9,86).

Festival offensif

A

l'approche d'Afrique du Sud 2010, un homme sait déjà qu'il devra redoubler d'efforts pour être plus efficace qu'il y a quatre ans. À Allemagne 2006, Gianluigi Buffon ne s'était incliné qu'à deux reprises au cours de la compétition, une fois sur un but contre son camp d'une défense pourtant

première fois dans l'épreuve suprême du football mondial, ce nouvel outil technologique jaugera la performance chaque joueur des 32 équipes participantes. Dans le cadre du lancement de l'Indice Castrol cette semaine, Castrol publie les scores des footballeurs ayant pris part aux 11 dernières éditions du

La Coupe du Monde de la FIFA 2002 a été le tournoi le plus animé depuis 2006 dans le secteur offensif. En Asie, 11,4 pour cent des tentatives ont terminé leur course au fond des filets, Ronaldo se distinguant en cadrant plus de 50 pour cent plus souvent que n'importe quel autre joueur pendant la compétition. O Fenômeno est le meilleur buteur de tous les temps en Coupe du monde de la FIFA, avec 15 réalisations, dont huit à Corée/Japon 2002. Tandis que son pays raflait sa cinquième couronne mondiale, le phénoménal avant-centre sig-

nait un score de 9,87, à la faveur de ses 28 tentatives et 13 passes presque décisives à destination de ses coéquipiers. Les huit buts de Ronaldo il y a huit ans représentent le meilleur total depuis les 10 réalisations de Müller pour l'Allemagne de l'Ouest en 1970. Avec une moyenne de 42 tirs par match, Mexique 1970 a été l'édition la plus prolifique entre 1966 et 2006. En terre aztèque, Müller a également réussi trois passes décisives. Là encore, il détient un record sur la période 1966-2006. Sur ces 10 buts, quatre ont été inscrits de la tête, autre record dans une même édition. Der Bomber est en outre le deuxième joueur de l'histoire à avoir signé un triplé dans deux matches consécutifs de Coupe du Monde de la FIFA, après le Hongrois Sandor Kocsis en 1954. Naturellement, les plus grands joueurs de l'histoire affichent des scores impressionnants à l'Indice Castrol. Johan Cruyff a bouclé Allemagne 1974 avec 9,82/10. Le Hollandais volant détient par ailleurs le record du nombre de dribbles fructueux, avec 55 unités. Auteur de trois buts, il s'est créé des occasions au rythme époustouflant d'une toutes les 22 minutes. En phase de groupes, lors de la victoire des Pays-Bas sur la Bulgarie (4-1), il a mis l'un de ses coéquipiers en position de marquer à 11 reprises.

Quand Diego s'y met

de 9,80 pour l'ensemble de son œuvre à Mexique 1986. El Pibe de Oro a contribué directement ou indirectement à 71 % des buts de l'équipe championne du monde à cette occasion. Dribbleur à 90 reprises, trois fois plus que son premier poursuivant, il a réalisé 19 tours de passepasse lors du quart de finale contre l'Angleterre, remporté 2-1 par l'Albiceleste, Encore un record pour 1966-2006. En 1974, le Polonais Gregorz Lato a impressionné le monde entier non seulement par son réalisme, avec sept buts dont celui de la victoire contre le Brésil dans le match pour la troisième place, mais aussi par son efficacité : 28 % de ses tentatives ont fait mouche, pour une note de 9,81 à l'Indice Castrol. Pour gagner un match de football, il faut aussi de bons défenseurs, ou d'excellents dans le cas du duo Marcel Desailly-Lilian Thuram à France 1998. Desailly se situe à 9,71 grâce à ses 38 interceptions et 132 récupérations de balle. Thuram, de son côté, a gagné 75 pour cent de ses duels, ce qui mérite bien un 9,78. Toutes ces stars conviendront cependant que si les statistiques en disent long sur la qualité de leur jeu, les chiffres ne sont pas tout. Pour atteindre le pinacle du football mondial, il faut également une bonne dose d'ingrédients non quantifiables. C'est toute la beauté du football, de la Coupe du Monde de la FIFA et, à n'en pas douter, la 19ème édition ne dérogera pas à la règle.

BLATTER : «Soccer City est l'un des meilleurs stades du monde»

Le majestueux Soccer City, qui accueillera le match d'ouverture et la finale de la Coupe du Monde a eu droit aux éloges sans réserve du Président de la FIFA, Joseph S. Blatter, au sortir de sa visite du stade, mercredi matin.

D

urant la cérémonie officielle de livraison de l'enceinte sportive, au cours de laquelle une plaque inaugurale a été dévoilée, le Président de la FIFA a décrit Soccer City comme étant "l'un des meilleurs stades du monde". L'événement a eu lieu en la présence de Blatter, d'Issa Hayatou, président de la CAF, d'Irvin Khoza, président du Comité Organisateur Local de la Coupe du Monde de la FIFA 2010, de Nomvula Mokonyane, gouverneure de la province du Gauteng, d'Amos Masondo, maire et de de Johannesburg, Makhenkesi Stofile, ministre des Sports et des Loisirs. "C'est un stade cinq étoiles", a déclaré Blatter avec enthousiasme. "C'est un grand jour pour la FIFA, d'être

A deux centièmes de Cruyff, on reste dans la légende avec Diego Maradona, qui obtient une note

L'Afrique du Sud impliquée jusqu'au bout

ici dans ce stade magnifique. Avec le Président de la CAF, nous sommes très fiers du travail réalisé sur ce site. Le ministre des Sports, M. Stofile, a dit que Soccer City était le fleuron de l'Afrique du Sud et du continent africain. J'irai plus loin en affirmant que ce stade est le fleuron du monde. C'est l'un des plus beaux stades, que je peux comparer au stade de Wembley, près de Londres", a-t-il ajouté.

Du travail bien fait

Le Président de la FIFA a fait savoir aux Sud-Africains qu'ils pouvaient être fiers des efforts consentis pour que cette Coupe du Monde de la FIFA 2010 soit une réussite. "Certes, c'est la Coupe du Monde de la FIFA, mais les gens qui ont réalisé le travail au quotidien et le dur labeur sont sudafricains. Par conséquent, nous leur adressons tous nos remerciements. Ce qui va se passer dans ce stade fera partie de l'histoire : huit matches entre quelques-unes des meilleures équipes du monde. Certains des meilleurs joueurs de la planète vont fouler cette pelouse. Aujourd'hui, les stades sont prêts et le monde peut commencer à s'intéresser de très près à l'Afrique du Sud. Les gens de

toute la planète s'apprêtent à vivre des émotions inoubliables. Partout, on n'attend plus qu'une chose : que les matches commencent." Soccer City, qui ressemble à une calebasse africaine avec ses couleurs bigarrées et sa forme arrondie, est l'un des sites les plus célèbres en Afrique du Sud. Blatter a également révélé qu'il aimerait de tout c?ur voir l'ancien président de l'Afrique du Sud, l'emblématique Nelson Mandela, prendre place entre les joueurs sud-africains et mexicains juste avant le match d'ouverture, le vendredi 11 juin. "Ce que cette Coupe

du Monde de la FIFA va offrir de plus beau au monde, c'est une célébration de la population africaine. Personne ne représente cela mieux que Nelson Mandela. Nous espérons que 'Madiba' sera présent avec nous pour le match d'ouverture, car il incarne cette célébration et a travaillé dur pour que ce projet puisse voir le jour. Ce stade, pour moi, symbolise l'espoir. Il fait partie du projet Football for Hope de la FIFA, qui encourage l'éducation, pour des sociétés en bonne santé et dignes d'admiration."

Au nom du gouvernement sudafricain, le ministre des Sports et des Loisirs, Makhenkesi Stofile, a remercié la FIFA pour la confiance et le soutien permanents accordés par l'organe directeur du football mondial au pays hôte. "Même quand nous avons été critiqués, la FIFA nous a soutenus", a déclaré Stofile. "Quand je vois ce stade, je n'ai aucun doute que cette Coupe du Monde de la FIFA ne sera comme aucune autre. Elle sera même différente à de nombreux égards. Nous avons parcouru un long chemin pour en arriver là. Nous avons connu des revers, mais le plus important, c'est que nous avons aussi remporté beaucoup de victoires. Ce fut une expérience unique pour ce pays. Tous nos stades sont prêts, les routes et les infrastructures sont en place pour que les visiteurs profitent au maximum de l'événement." Ensuite, le Président de la FIFA a inauguré l'International Broadcast Centre. Le pôle de diffusion internationale de la Coupe du Monde de la FIFA 2010 est situé juste à côté de Soccer City.


DIVISION UNE

Maracana N° 1131 — Samedi 5 Juin 2010

OMAR GHERIB «Ces joueurs, méritent tous les biens du monde»

Le premier responsable de la section football du MC Alger, Omar Gherib, affirme que les joueurs seront régularisés jeudi prochain après l’arrivée du renfort financier des différents sponsors. « Je le dis haut et fort, ces joueurs méritent tous les biens du monde et personnellement, je ferai tout mon possible pour les satisfaire», a-til indiqué.

E

t d’ajouter : «Je peux même vous annoncer, qu’ils seront régularisés dès jeudi prochain à l’occasion de la grande fête et surtout, après l’arrivée de l’argent.» Il est utile de rappeler que les partenaires du capitaine Rédha Babouche attendent toujours la régularisation de leur deuxième tranche de la prime de

signature en dépit des dernières primes de matchs et des deux derniers salaires. Et concernant, justement, l’avenir des joueurs au sein de cette équipe mouloudéenne, Omar Gherib était clair, net et précis en nous disant : «Ne vous inquiétez surtout pas là-dessus, vous allez revoir tout ce beau monde la saison prochaine avec aussi, un renfort de taille qui permettra au Mouloudia de devenir plus fort et plus conquérant». Des déclarations tout simplement suffisantes pour rassurer les supporters des Vert et Rouge qui ne souhaitent guère voir l’une de leur pièce maîtresse évoluer sous les couleurs d’une autre équipe algérienne. Notons enfin, que jusqu’à l’heure actuelle, seule l’attaquant Mohamed Derrag est annoncé partant vers le championnat turc même si certaines parties annoncent aussi ceux du milieu de terrain Abdelmalek Mokdad (ES Sétif), du défenseur Rédha Babouche (Arabie Saoudite) et du gardien Mohamed Lamine Zemmamouche (France). M. B.

rouche demanDjallit, Meftah et Har de réflexion riode dent une pé consécration, éens savourent leur belle

ud Au moment où les Moulo à engager quelques ses sont déjà parvenues ieu bit am s ipe équ es utr A, Hachoud qui d’a r du latéral droit du CABB prochaine tout joueurs de renom à l’insta son sai nte de Sétif la nte l’E à ent em ell ici off jouera a finalement accepté de l’USMH, Djabou qui er jou à ître ma le me com aussi frappé un bon sident Serrar. La JSK a i était sur les l’offre faramineuse du pré sel dien nahdiste, As ah qu coup en engageant le gar est toujours s ert nsf tra des é comme le march réaliser un de si tablettes du MCA. Mais aus uloudéens envisagent eux minentes de l’atouvert, les recruteurs mo im es le même des arrivé h et du milieu bon recrutement et on par enseur des Canaris Mefta déf du it, all Dj T, WA du t tre de libérauan let e taq un rrouche qui est soumis à car d’après et, de terrain du NAHD Ha eff En . été du Paradou AC pri pro la rs jou tou nt éta tion ces trois joueurs ée des affaires du MCA, une source bien inform ant une petite and accord initial tout en dem . Pour l’inforauraient déjà donné leur ent em ell ici nt de s’engager off période de réflexion ava agement ce qui va, h sont libres de tout eng fta Me et mation, Djallit udéens contrairement he des dirigeants moulo sans doute, faciliter la tâc rs lié avec le PAC. jou tou au cas Harrouche qui est M. B.

«En Algérie, je ne jouerai qu’au Mouloudia»

Alors Amine, comme évaluez-vous cette première saison au Mouloudia d’Alger ? Sincèrement, c’est une saison de rêve. Il est vrai que j’ai déjà vécu des moments inoubliables avec l’USM Alger, mais cette année avec le Mouloudia, j’ai tout simplement vécu un beau rêve.

Ph . Maracana

g Par Mounir Benkrami

ZEMMAMOUCHE

MCA

Le sym-

pathique gardien international des Vert et Rouge, Mohamed Lamine Zemmamouche, affirme qu’il ne quittera pas le Mouloudia pour une autre équipe algérienne après la belle aventure vécue cette saison.

Alain Michel annonce son grand retour ! Bracci ne sera pas reconduit

Un vrai coup de théâtre a fait l’événement au sein de cette équipe du MC Alger à la fin de la semaine dernière qui n’est autre que le retour annoncé de l’entraîneur Alain Michel, chose qui n’était pas évidente après cette fameuse histoire des 32.000 euros remboursés par la Fédération algérienne de football et après la menace du technicien français de saisir la FIFA. Un geste très mal apprécié par tous les Mouloudéens et en particulier, certains dirigeants influents qui ont même promis de ne plus entendre parler de son retour. Mais comme au Mouloudia tout est possible, on reparle du retour de l’entraîneur français qui devra même parapher son nouveau

contrat cette semaine d’après une source proche de la direction du vieux club algérois. En effet, puisque Alain Michel aurait très vite trouvé un terrain d’entente avec les dirigeants mouloudéens qui n’ont, visiblement, pas oublié le travail colossal et indéniable réalisé par le technicien français durant le stage d’intersaison. Un bon travail qui a permis aux camarades de Hadj Bouguèche de tenir le choc durant les 34 journées du championnat en réalisant même, des statistiques plus que formidables en dépit d’un beau titre de champion, le 7e de l’histoire du MCA. Et si les dirigeants du Mouloudia ont négocié avec Alain Michel, c’est que son compatriote

11

François Bracci ne sera pas reconduit et il suffit juste de savoir que ces mêmes dirigeants n’ont même pas abordé le sujet avec lui alors qu’ils l’ont déjà fait avec son adjoint, Kamel Achouri qui sera une nouvelle fois dans le futur staff technique mouloudéen. D’ailleurs, François Bracci l’a même indiqué hier à travers les ondes de la Radio algérienne (Chaîne 3) dans l’émission de Maamar Djebbour (Football Magazine) en disant : «Jusqu’à l’heure actuelle, je n’ai discuté avec aucun dirigeant». A priori, tout est clair que Bracci ne sera pas le patron de la barre technique mouloudéenne. M. B.

C'est-à-dire ? Ecoutez, quand durant votre première saison avec une équipe, vous prenez part à la coupe d’Afrique des nations avec la sélection nationale et que vous terminez à la 4e place et quand vous décrochez un titre de champion avec votre nouvelle équipe, c’est vraiment un rêve non stop. Personnellement, j’ai eu l’occasion de vivre ce rêve et j’en suis très content. Je profite de cette belle occasion pour remercier la grande famille du MCA que ce soit dirigeants, joueurs, différents staffs et supporters pour leur accueil formidable et surtout, leur soutien inégal qui m’a tout simplement donné des ailes surtout, durant les périodes cruciales et délicates. Faites-vous allusion à la récente mésaventure connue avec l’équipe nationale ? Personnellement, je ne considère pas la décision de l’entraîneur national comme mésaventure car il avait un choix à faire et il l’a fait. C’est vrai que je suis très déçu de ne pas avoir la chance de prendre part au Mondial, mais dans la vie, il faut savoir faire face à ce genre de situations difficiles. D’ailleurs, je souhaite bonne chance à notre équipe nationale durant l’aventure sudafricaine. Parlez-nous un peu du soutien des Mouloudéens après votre retour de Suisse… En toute franchise, je ne m’attendais pas vraiment à toutes ces belles images de soutien. Un soutien vécu bien avant mon retour de Suisse puisque les Mouloudéens m’ont tendu les bras dès mon arrivée l’été dernier. Et je ne dirai jamais assez que je suis vraiment flatté et touché à la fois car ce que les Mouloudéens ont fait pour moi cette saison, restera à jamais gravé dans ma mémoire. Dieu merci, leur soutien inconditionné a porté ses fruits après cette belle saison qui s’est, d’ailleurs, bouclée par un beau titre. Permettez-moi d’ajouter un truc très important.

Allez-y… En restant toujours dans le cadre de ce fameux soutien des Mouloudéens, il ne faut surtout pas oublier celui des dirigeants et surtout, des joueurs qui m’ont vraiment donner l’impression d’être dans une vraie famille. Et c’est grâce à la bonne foi et la bonne éducation de tous les joueurs qui sont de vrais fils de famille au sens propre du terme. Pour revenir au parcours exceptionnel réalisé par votre équipe, le Mouloudia, c’est tout simplement la grande satisfaction, n’est-ce pas ? Et comment ! Comme je l’ai déjà indiqué auparavant, c’est une saison de rêve réalisée par un groupe de joueurs qui n’avaient qu’un seul objectif, allant de l’avant pour réaliser quelque chose de spécial. Il y avait cette hargne et cette grande détermination qui se voyaient sur les visages de tous les joueurs que ce soit les anciens ou nouveaux. Il y avait aussi, cet esprit de famille et cette grande solidarité qui étaient à vrai dire, la force de ce jeune Mouloudia. Dieu merci, toutes ces données nous ont permis de décrocher le titre de champion qui nous revient de droit après le parcours formidable effectué cette saison. Est-ce que tout cela vous pousse à continuer l’aventure même si vous êtes de plus en plus tenté par une expérience professionnelle en Europe ? Moi, je vous dirai une seule chose, en Algérie, je ne jouerai qu’au Mouloudia et ce, quoi qu’il arrive. Mais si une belle opportunité se présente pour aller tenter ma chance en Europe, je pense qu’aucun Mouloudéen ne va m’en vouloir. Sincèrement, je suis de plus en plus tenté pas cette fameuse expérience professionnelle (rires). On vous laisse le dernier mot… Je dirai seulement, merci à vous Mouloudéens pour cette saison de rêve. J’espère de tout cœur que cette belle consécration ouvrira la porte à d’autres exploits car sincèrement, cette équipe est en mesure de faire mal durant les années à venir. Je souhaite aussi que les Verts soient au rendez-vous pour réaliser une bonne Coupe du monde inch’Allah. Mounir B.


12

Maracana N° 1131 — Samedi 5 Juin 2010

DIVISION UNE

C’est le grand mutisme JSMB

Infos DER

Libération et recrutement

g Par Abdelkader Zougheilech Alors que certaines grosses pointures ont, déjà, annoncé les noms des libérés et des joueurs qu’ils vont éventuellement recruter, à la JSMB la tradition n’a pas changé. C’est le flou total et les choses avancent plutôt en catimini. Djamel Menad n’a pas encore dévoilé la liste des libérés, laissant ainsi la spéculation battre son plein.

«Djamel Menad est le seul responsable du volet technique. Il n’a pas encore remis la liste des libérés, ni celle des joueurs qu’il souhaiterait avoir dans son effectif, lors de la saison prochaine», nous a-t-on affirmé. Pourtant, à un certain moment du parcours, des noms avaient circulé. L’on a évoqué les Benmoussa, Djallit, Asselah et autre Mellouli pour ne citer que ceux-là. Mieux encore, le coach

béjaoui avait déclaré haut et fort qu’il voudrait bien avoir un gardien de la trempe d’Asselah. Et à chaque fois c’était pareil à une lettre morte. Cela n’est resté qu’un vœu que d’autres équipes, d’ailleurs, ont pourtant exaucé. «Nous avons entrepris, certes, des contacts et jusqu’à présent, il n’y a rien d’officiel «, nous at-on avoué. Et même si l’on chuchote, par-ci et par-là, la venue de «grosses pointures» de la

trempe de Meftah et même Maroci, tout reste dans le flou en l’absence d’une transparence, comme cela a toujours été le cas dans ce club qui aspire pourtant à passer à une vitesse supérieure. Toujours est-il, si les tractations ont bel et bien débuté, il n’en demeure pas moins que contrairement, au cours qu’on essaye de tenir, la différence est de… taille. A. Z.

Boudaradji et Laraf, les premières nouvelle têtes Ils ont signé ce jeudi

Ce sont deux jeunes émigrés dont le dernier test subi à Béjaïa, aura été concluant. L’un est un meneur de jeu, l’autre, un avant de pointe. Il s’agit de Boudaradji, un meneur de jeu, formé au centre de formation de Toulouse FC. Il n’a que 21 ans et à laissé une forte impression chez Djamel Menad. La deuxième recrue s’appelle Laraf, âgé de 25 ans. Un avant-centre qui a déjà évolué en équipe «espoirs» de Belgique. Un joueur dont

on dit le plus grand bien et qui pourrait apporter le plus tant attendu au compartiment offensif. Deux joueurs qui viennent, donc, de parapher et qui sont les nouvelles têtes au sein des Vert et Rouge, lors de la saison prochaine. Juste après leurs signatures, les deux joueurs nous ont donné leurs impressions.

Boudaradji : «Je suis très satisfait»

Si j’ai opté pour ce club, c’est parce que je veux travailler sous la coupe d’un coach de la trempe de Djamel Menad».

Laraf : «C’est un grand honneur pour moi»

«C’est un grand honneur pour moi d’opter pour ce club. L’ambiance dans le groupe est formidable, et déjà lors de mon passage pour les tests, je me sentais à l’aise. J’espère apporter le plus qu’on attend de moi». A. Z.

Zafour et Megatli rempilent

Comme prévu, Zafour et Megatli, viennent de rempiler. Ils sont les premiers parmi les anciens à avoir rempilé. Un contrat d’une autre année a été signé, ce mercredi, entre la direction du club et les deux joueurs.

L’un s’en va, l’autre arrive

Décidément, les Béjaouis semblent attirés par les gens de Médéa. Ainsi, après Belatreche qui vient de mettre fin à son aventure avec les Vert et Rouge, revoilà un autre gars de Médéa qui prend le relais et arrive. Il s’agit de Boudaradji qui vient de signer ce jeudi. Avec Megatli, ils seront toujours là à défendre leur ville.

Messali, quel avenir ?

Adel Messali, le défenseur de l’axe des Vert et Rouge, serait partant. Si cela venait à se confirmer, ce serait alors une perte inestimable pour les Vert et Rouge. A moins que… A. Z.

Zerdab : «On a fait une bonne saison»

Je suis très content d’avoir signé pour le compte de la JSMB qui est un club ambitieux.

Il a marqué 4 buts et a fait une dizaine de passes décisives. C’est un milieu offensif pétri de qualités et qui est devenu, par la force des choses, un élément indispensable dans l’échiquier de Menad. Il s’agit de Zerdab, un joueur qui a suscité moult interrogations, qui a été critiqué avant que ses détracteurs ne se rendent compte de son intelligence dans le jeu et son efficacité au milieu du terrain. Nous l’avons entretenu avant son départ en France où il va passer quelque temps en famille.

Ph . Maracana

Quelle évaluat i o n faitesvous du parcours de la JSMB ? C’est un parcours positif au vu des embûches et des turbulences que le club a traversées. Nous avons fait une bonne saison. On n’a pas à rougir, car nous sommes mieux que d’autres formations qui, avec de gros moyens, n’ont pas pu atteindre le sommet.

Pour vous, qu’est-ce qui n’a pas marché ? A vrai dire, le parcours était faussé au départ où nous n’avons enregistré aucune victoire sur les 6 premières rencontres. Avec le retour de Menad, on allait reprendre du poil de la bête et faire une ascension fulgurante au

cours de laquelle on a pu atteindre la 1re place et ce fut, par la suite, un passage à vide et la 3e place. Une 3e place place qui était, pourtant, votre objectif. N’est-ce pas ? Effectivement, on voulait une place sur le podium. On aurait pu l’atteindre s’il n’y avait pas des paramètres extra-sportifs. Soyez plus explicite ? Il y avait, d’abord, la partialité de certains arbitres dans certaines rencontres. Puis, la violence. Comme, par exemple, à El-Khroub où il nous était impossible de gagner, ni même faire un nul. Pensez-vous que Zerdab a rempli sa mission ? Oui, j’ai rempli ma mission. La preuve, j’ai joué tous les matches. Durant les séances d’entraînements, je ne rechigne pas et je mouille mon maillot. Quel est votre plus mauvais souvenir ?

C’est le décès de notre camarade Lahmar. Cela nous a perturbés et a laissé un grand vide dans le groupe. Et votre meilleur souvenir ? C’est, incontestablement, l’ascension fulgurante du club depuis le retour de Djamel Menad. Une ascension qui a propulsé le club à la première place. Vous semblez déçu. Pourquoi ? Oui, je suis déçu par l’attitude des dirigeants lors de la dernière journée du

championnat. C’est-à-dire ? A la fin du match contre l’ESS, personne n’est venu nous dire quoi que ce soit. On est reparti dans une indifférence totale. C’était du mépris qu’il ont affiché. Ce n’est pas ça le professionnalisme. Quel va être votre avenir avec la JSMB ? Je ne sais pas. Je vais me reposer en A. Z. famille, puis on verra.

On est encore loin ! Coup de gueule

Les dirigeants béjaouis n’ont pas daigné se réunir avec leurs joueurs en cet fin d’exercice, comme le veut la tradition professionnelle. Une manière d’afficher leur mécontentement, diront certains. Déçus, les joueurs n’ont pas apprécié l’indifférence affichée par les responsables du club et se sont séparés dans un flou qui dénote, si besoin est, toute l’attitude amateuriste des responsables béjaouis, encore sous le choc d’une 5e place à laquelle ils ne s’attendaient sûrement pas. Mais ce qui est fait est fait, dirionsnous ! Et, l’on constate de plus en plus que le comportement issu d’un ancien mode de gestion persiste et semble même ancré dans les veines de certains dirigeants. Le professionnalisme qui se profile à l’horizon est néanmoins bien loin dans les pratiques et les esprits de ceux qui ne cessent de le crier haut et fort. A. Z.


C’

est officiel, la formation phare de la Kabylie vient de s’attacher les services de deux joueurs de grande valeur. Comme on l’a annoncé dans nos précédentes éditions, les dirigeants des Jaune et Vert étaient sur les traces de pas moins de six joueurs, dont le gardien du NAHD Asselah et le milieu de terrain du PAC, El Orfi. C’est avant-hier que les deux joueurs ont paraphé leurs contrats d’engagement avec le

club le plus titré du pays. Le gardien Assellah Malik, qui a fait ses preuves au NAHD et en équipe nationale espoirs, était en contacts avancés avec les dirigeants kabyles, à leur tête Hannachi et ce n’était qu’une question de jours. Cela s’est concrétisé donc, avant-hier, jeudi au siège du club au stade du 1erNovembre de Tizi-Ouzou. Accompagné de son grand frère et de son avocat, Me Bounab Mohamed, Assellah Malik est arrivé peu avant midi. Ce dernier n’a pas mis beaucoup de temps pour être convaincu et s’engager

officiellement pour une année avec les Lions du Djurdjura. Notre journal Maracana a même assisté à la séance de signature du contrat du joueur qui va le lier à la JSK. En fin de journée, c’est au tour du joueur du PAC, El Orfi, de signer officiellement chez les Jaune et Vert et ce, sous forme de prêt pour une seule saison. En attendant d’autres joueurs qui ne tarderont pas à rejoindre les rangs de ce prestigieux club, Assellah et El Orfi sont donc les deux premières recrues de la JSK. A. M.

ASSELLAH : «En signant à la JSK , je veux donner une autre dimension à ma carrière»

Qu’est-ce que ça vous fait de signer à la JSK ? Je suis très content et très honoré d’avoir signé en faveur du club le plus prestigieux du pays, la JS Kabylie. Pensez-vous avoir fait le bon choix en optant pour la JSK ?

Bien sûr que j’ai fait le bon choix et je ne le regrette pas. Certes, j’avais des contacts avec d’autres clubs. Mais je crois qu’un club comme la JSK, habitué à jouer les premiers rôles à l’échelle nationale et qui dispute chaque saison une compétition

africaine, n’est pas donné au premier venu. Pour un jeune comme moi qui veut progresser, il n’y a pas mieux que la JSK. Vous avez paraphé un contrat d’une seule année. Comptez-vous le renouveler la saison prochaine ?

Oui bien sûr si tout marche bien. Tout d’abord, je dois prouver que je mérite la confiance placée en moi par les dirigeants kabyles, en réussissant de belles choses avec la JSK cette saison, après on reparlera de mon avenir au moment voulu. En signant à la JSK , je veux donner une autre dimension à ma carrière. Quels sont vos objectifs? Mes objectifs sont clairs, et le fait qu’un joueur évolue dans un club de l’envergure de la JSK , il souhaite tout d’abord progresser et gagner encore en expérience. J’ai préféré le challenge sportif à autre chose. Il y a la Ligue des champions africaine, qui va me permettre de mûrir davantage, et d’attirer les convoitises des clubs étrangers. En plus, mon rêve est de porter le maillot national. En optant pour les Jaune et Vert, je veux connaître d’autres sensations, et surtout gagner des titres. Les supporters attendent beaucoup de vous. Peutêtre un message à leur transmettre ? Oui, je leur promets de faire de mon mieux pour leur procurer de la joie et contribuer avec mes coéquipiers à d’autres consécrations de la JSK, à l’échelle nationale ou continentale. Les supporters de la JSK sont de fins connaisseurs, et ils sont toujours derrière leur équipe. Je leur promets d’être à la hauteur de leurs aspirations. Entretien réalisé par A. M.

Hannachi veut Yallaoui

L

es dirigeants kabyles veulent ratisser large sur le plan recrutement, durant cette période creuse. Hannachi qui ambitionne de voir son équipe, renouer avec les titres dès la saison prochaine, compte engager des joueurs de valeur, afin de pouvoir atteindre de tels objectifs. Deux joueurs du WAT, en l’occurrence Yallaoui et Abdellaoui sont sur les tablettes de l’administration de la JSK. D’ailleurs, selon notre source, le président de section Karim Doudane aurait même discuté avec ces deux éléments, concernant leur recrutement. Mais aux dernières nouvelles, et selon toujours la même source, le président Mohand Cherif Hannachi veut bien s’offrir les services du milieu de terrain, Nabil Yallaoui. Ce jeune de 23 ans qui est libre de tout engagement est très intéressé par l’offre et il n’est pas à écarter de voir ce joueur porter le maillot des Lions du Djurdjura dès la saison prochaine.

aurait même déclaré à ses proches, qu’il est fort probable qu’il optera pour ce club. De toutes les manières tout va se régler et s’éclaircir cette semaine, si Nabil Yallaoui rejoindra les rangs de la JSK ou pas. Nous y reviendrons. Les responsables kabyles, à leur tête le président Mohand Cherif Hannachi, ne comptent pas lâcher du lest et veulent convaincre ce joueur aux grandes qualités, de porter le maillot Jaune et Vert. Les prochains jours nous renseignerons davantage sur l’éventuel recrutement de ce joueur. A. M.

Tout s’éclaircira cette semaine

Selon la même source, les pourparlers entre les deux parties avancent doucement mais sûrement. Le joueur est intéressé par l’offre kabyle et

Le président en veut à Meftah… Le président de la JSK, Mohand Cherif Hannachi est en colère contre le capitaine Mohamed Rabie Meftah. Rencontré avant-hier au siège, le président de la JSK ne comprend pas le comportement de Meftah, en négociant avant même la fin de saison avec les dirigeants de la JSMB, et lors du dernier match de la saison disputé à Batna contre le CAB. «Au moment où ses coéquipiers bataillaient sur le terrain pour arracher la victoire et s’offrir la 3e place, lui est allé négocier avec les responsables de la JSMB. Son geste est impardonnable et ce n’est pas du tout correct de sa part, envers le club qui lui a fait un nom », déclare-t-il avec regret et colère.

… et lui trouve un remplaçant

Ph . Maracana

Assellah et El Orfi, les deux premières recrues kabyles JSK

g Par Aomar Moussi

13

Maracana N° 1131 — Samedi 5 Juin 2010

DIVISION UNE

Sans donner plus de détails, le président des Jaune et Vert nous a a confirmé que le départ de Meftah ne va en aucun cas influer sur l’avenir du club, car plusieurs joueurs de qualité ont déjà par le passé quitté le club, mais la JSK est restée toujours debout, et que son remplaçant sera connu incessamment. «Même si Meftah changera d’air, la JSK restera toujours debout», affirme-t-il avant de nous annoncer que «le remplaçant de Meftah est déjà connu et on n’attend que l’officialisation de son départ, pour engager ce défenseur aux grandes qualités. Si Meftah signera aujourd’hui, le lendemain son successeur fera de même à la JSK». Hannachi n’est pas du tout inquiet si Meftah quitte le club, car à ses yeux il y aura un joueur qui viendra le remplacer et apportera un plus à l’équipe. A.M


14

Maracana N° 1131 — Samedi 5 Juin 2010

DIVISION UNE

La «commission Selmi» presse Kerbadj CRB

Une assemblée générale constitutive à l’horizon

g Par Hichem Belarbi

Le processus de professionnalisation du club bélouizdadi connaît un nouveau coup d’accélérateur. La commission de réflexion mise en place à l’issue de l’AG extraordinaire du 26 mai dernier, a officiellement sollicité le président du club, Mahfoud Kerbadj, pour qu’il convoque une nouvelle assemblée générale. «Ce sera une assemblée générale constitutive», nous apprend un membre de la commission qui révèle que «la feuille de route est prête.»

N

otre interlocuteur, qui dit que l’opération de passage du CRB en mode professionnel passe inéluctablement par un délai de grâce d’au moins trois années, nous a confié les problèmes que la commission installée par l’AG du 26 mai dernier a dû rencontrer durant la semaine qui a suivi sa mise en place. «Le président

Kerbadj avait promis de nous accompagner en désignant deux experts de la chose juridique. Or, l’un des deux messieurs qui nous ont été délégués a quitté les rangs au bout de la première séance. Le second l’a suivi quelques trois jours plus tard. Kerbadj, lui, était plutôt affairé à gérer l’équipe puisque nous ne l’avons plus revu depuis la semaine dernière», relève-t-il avant d’exprimer sa révolte concernant cette attitude du président en place. «C’est vrai qu’il (Kerbadj, ndlr) n’a plus rien à faire au sein de la prochaine structure qui doit regrouper des gens qui vont mettre leurs moyens et leur cœur à l’ouvrage, mais au moins, il aurait dû venir nous voir pour s’apercevoir des difficultés qu’on a rencontrées pour l’élaboration de cette feuille de route», dit-il.Pour les membres de la commission, le passage du club au rang de SPA est «une voie tracée par la dernière AG et qu’il n’est plus question de faire machine arrière», comme pour nous démentir sur l’ambiguïté relative à l’option statutaire (SARL au lieu de SPA) comme révélé lors de

notre précédente édition. «C’est vrai que cette option comporte des risques mais je dois dire que c’est un choix dicté par la majorité et nous, membres de la commission, nous n’avions pas le droit d’orienter le débat ou de changer quoi que ce soit. Nous avons seulement élaboré une feuille de route qui sera présentée à l’AG pour enrichissement et approbation», at-il précisé avant de souligner que «le temps est court et nous devons accélérer le processus si nous ne voudrions pas que le CRB soit à la traîne par rapport à la nouvelle orientation donnée par la FAF et appuyée par les pouvoirs publics». Devant cette perspective, et comme le temps presse (la FAF a fixé le 30 juin comme date butoir), les délégués de l’AG ont officiellement saisi le président Kerbadj afin qu’il convoque une assemblée générale constitutive sous huitaine.

Le capital de la SPA en question

Si le dossier est finalisé sur un plan purement juridique, les membres de la commission «Selmi»

Une saison à mettre aux oubliettes

n’ont pas tranché la question du capital de la prochaine SPA CRB. Pour Karim Chettouf, le chiffre devrait tourner autour de 15 milliards, montant d’un budget prévisionnel pour nombre de clubs de la D1. « Pour jouer les premiers rôles dans un championnat, ledit montant paraît dérisoire. L’ESS a dépensé plus de 70 milliards cette saison et n’a obtenu qu’une coupe d’Algérie en plus de la qualification de l’équipe autour des poules», fait remarquer un membre du comité de réflexion qui estime que le chiffre avancé par son compère de la commission, Chettouf, n’est qu’estimatif et ne peut être une base de départ pour le capital du club. «C’est un chiffre qui aura à souffrir de fluctuation de la monnaie nationale et celle des prix des produits de base. La SPA n’aura pas comme principal objectif de hisser le club audevant de la scène. Nous devons d’abord doter l’association des infrastructures de base, des équipements et autres matériels pédagogiques pour notre centre de formation etc. Donc, les 15 milliards seront une goutte dans cet

océan qu’est le projet de professionnalisation du CRB», expliquet-il. Et puis, l’autre question, qui sera actionnaire et qui ne peut l’être ? Selon Djillali Selmi, il faudrait trancher aussi cette question. «On a une responsabilité historique. On ne doit pas vendre le club à des gens qui ne viendront au club que pour le gain. Il faudrait penser aux valeurs humaines que portent les futurs actionnaires aux couleurs du club. C’est facile d’aller chercher des gens friqués et leur donner le club sous prétexte qu’ils viennent au secours du club dont les dirigeants ou membres de l’AG ne peuvent suffire à ses besoins. Non, le CRB a une histoire, un palmarès et des hommes qui l’aiment. On doit penser à ça sinon on va livrer le Chabab à toutes sortes d’aventures malheureuses qui peuvent nuire à son avenir», note l’ancien président et non moins ex- vedette des Rouge et Blanc des années 6070.L’AG que Kerbadj convoquera certainement pour la fin de cette semaine devra trancher toutes ces incertitudes. Il y va de l’avenir de la formation de Laâqiba. H.B.

Herbache : «C’est à Blida que je me suis fait un nom»

USMB

Le club phare de la ville des Roses a effectué cette saison un parcours similaire aux dernières saisons, en évitant de justesse la relégation.

D

urant toute la saison, il était en position de potentiel relégable, amplement justifiée par ses contreperformances, en récoltant 43 points sur les 102 possibles, et en laissant échapper 20 points à Mustapha-Tchaker ; cela était dû au mutisme de la ligne d’attaque, la plus faible sur le plan offensif de la division I, qui n’a marqué que dix buts lors de la phase aller, et qui a retrouvé quelque peu sa vitesse de croisière après le recrutement du Belouizdadi Harizi, et le retour du Tchadien Ezeïtchel au début de la phase retour. Analyse par les chiffres de la saison : nombre de matches joués : 37 dont 3 en coupe d’Algérie; nbre de matchs gagnés; 11, aller, 4 - retour, 7 nbre de matchs nuls ; 10, aller, 5 - retour, 5 ; nbre de matchs perdus ; 13, aller, 8 - retour, 5 Suspension du stade (huis clos) : 2 matches (USMAn et JSK) buts marqués : 30, aller 10 - retour, 20 buts encaissés : 33, aller 16 - retour, 17 Moyenne but marqué match : 0,88 Moyenne but encaissé match : 0,97 Meilleur buteur : Ezetcheïl 8 buts dont 1 but en coupe Joueur le plus utilisé, Herbache 2887’ de jeu Joueur le moins utilisé, Terbah 50’ de jeu Nbre d’entraîneurs utilisés : 3 (Fernandes, Mouassa, Assas) Nbre de points obtenus : 43, aller, 17 - retour, 26

Nbre de cartons jaunes : 79 Nbre de cartons rouges : 5 Joueur le plus sanctionné, Belahouel (10cj) Joueur le plus fair-play Ghalem (2 cj) Nbre de joueurs qualifiés début de saison : 25 Nbre de joueurs libérés au mercato : 3 Nbre de joueurs en abandon : 2 HakarTaïmi Nbre de joueurs recruté au mercato : 3 Le plus large résultat : JSMB 2 - USMB 3 La plus lourde défaite : JSK 3 - USMB 1

Les buteurs :

Ezetcheïl 7 - Djemaouni 5 - Harizi 3 - Telbi 3, Defnoun 2, Abed 2, Zemmouchi 1, Djilani 1, Guessoum 1, Chebira 1, Djahel 1, Belloucif 1, Herbache 1, Selimi (ASOCSC) 1.

Les probables libérés

Djilani, Abed, Terbah, Khellaf, Boutabout et Kraïmia. Selon une source proche de la direction blidéenne, celle-ci songe à libérer six de ses joeurs en cette fin de saison, c’est-à-dire les joueurs les moins utilisés, les trois attaquants : Djilani, Abed et Terbah et les trois autres du milieu : Khellaf, Belloucif et Kraïmia, seraient les plus indiqués. Seul Boutabout est en fin de contrat pour le reste, ils sont tous encore liés d’une année au minimum. Toutefois, la liste officielle sera dévoilée dans les prochains jours La raison est que la direction du club ne veut pas se prononcer avant d’avoir tenu l’AG et ce, malgré que certains joueurs, dont les noms sont mis sur les tablettes de l’USMB pour porter les couleurs blidéennes la saison prochaine. A. T.

Vous avez terminé la saison, le maintien assuré, mais aussi réussi un beau but face à l’USMH ? Ça a été très dur cette saison pour maintenir l’équipe en division Une, surtout que le parcours de la phase aller n’était pas merveilleux, tout le monde était concerné par la situation de l’USMB. Le groupe s’est repris lors de la deuxième moitié du championnat, on a fait de notre mieux pour sauver l’équipe de la relégation, l’essentiel est que nous avons atteint l’objectif tracé par la direction du club. Vous avez été contraint à différents obstacles cette saison, quelles en sont les raisons ? Sont à l’origine de notre parcours mitigé, les contre performances à domicile qui ont compliqué les choses, la suspension du stade Tchaker, frappé du huis clos face à la JSK et l’USMAn, la préparation se faisait hors de nos bases, à Mouzaïa s’entraîner sur du synthétique et jouer sur du gazon, en raison de l’indisponibilité du stade Tchaker mis à la disposition de l’EN qui préparait les éliminatoires de la CAN et du Mondial 2010, cela a influé énormément sur le moral des joueurs, ce qui nous a fait perdre vingt points à domicile, la malchance nous a poursuivis même à l’extérieur face au MCO, à l’ASK et l’ESS, des rencontres que l’on ne devait pas perdre du tout. Ne pensez-vous pas que les mauvais résultats sont dus au groupe qui n’était pas homogène ? Je ne le pense pas, toutes les équipes recèlent des insuffisances, à l’exception d’une ou deux formations. On a réalisé de bons résultats à l’extérieur, trois victoires face à

la JSMB, USMAn et MSPB et trois nuls contre le MCEE, WAT et CAB. J’ajoute une chose… Laquelle? Le recrutement de Harizi et le r e t o u r d’Ezeitcheil au mercato a donné lors de la phase retour du tonus à l’USMB sur le plan offensif. Ph . Maracana

g Par Ahmed Tahi

Le milieu récupérateur blidéen, Herbache Billel a réalisé la saison passée un parcours exceptionnel, avec à la clé le titre de joueur le plus constant avec 2887 minutes de jeu. Son abattage et ses belles prestations ont fait de lui l’un des meilleurs cadres de l’équipe.

Comment voyez-vous l’avenir ? Je peux être optimiste, l’USMB est toujours parmi l’élite et l’instauration du professionnalisme dans le pays, c’est le moment ou jamais de bâtir une grande équipe à Blida, à l’instar de l’ESS et la JSK, la formation blidéenne en unissant toutes ses forces aura son mot à dire à l’avenir. L’USMB peut compter sur vous la saison prochaine ? Bien sûr, je suis un enfant du club où j’ai effectué toutes mes classes et si l’USMB a toujours besoin de mes services, je rempilerai sans aucun problème. La conclusion ? Je garde un bon souvenir du public blidéen, que, une deuxième fois, je féliciteè pour son soutien aux moments difficiles, le groupe n’a pas manqué de lui rendre le sourire et la joie en cette fin de saison. Entretien réalisé par A. Tahi


15

Maracana N° 1131 — Samedi 5 Juin 2010

DIVISION UNE

Metref : «Je me sens bien à Sétif» ESS

Alors Hocine, on ressent quoi lorsqu’on termine la saison avec deux titres dans le palmarès ? On se sent au sommet du monde. C’est extraordinaire ce que nous avons vécu tout au long de cette saison. Nous sommes passés par toutes les étapes pour arriver à cette consécration suprême qui n’est que l’aboutissement du travail que nous avons effectué depuis le début de la saison. Durant ce parcours, à quel moment avez-vous cru en vos chances de décrocher la Coupe d'Algérie et la Coupe de l'UNAF ? Dès les demi-finales, nous avons su qu’il y avait un bon coup à jouer. L’objectif était clair pour nous, tout faire afin d’aller chercher le sacre. Nous avons essayé de prendre match par match avec la même envie de gagner. Et ce n’est que juste récompense ces deux titres que le club vient de décrocher après 20 ans d’attente. Revenons au championnat, votre victoire à Sétif sur le Mouloudia qui vous faisait prendre la place de leader alors qu’il ne restait que trois journées de championnat... On méritait de gagner ce match vu les occasions qu’on s’était créées durant la première période. Malgré cette victoire,

Ph . Maracana

g Par Yasser Malki Auteur d’un sans-faute durant toute la saison, Metref Hocine peut se targuer d’être le seul joueur à avoir pris part à toutes les rencontres de son équipe. Les titres remportés par son équipe cette saison sont venus ponctuer une saison exceptionnelle réalisée par le milieu de terrain sétifien.

on savait que nous avons une fin de saison hypercompliquée avec deux déplacements à Tlemcen et à Bejaïa, alors que le Mouloudia avait l’opportunité de jouer toutes ses rencontres au 5-Juillet. Le tournant du championnat a été cette défaite à Tlemcen, conjuguée à

une victoire du MCA contre le MCEE, n’est-ce pas ? Absolument, après la victoire de MCA contre le Mouloudia d’El Eulma, et notre défaite face au WAT à Tlemcen. Dès lors, on savait que le titre allait nous échapper. Il nous restait à obtenir 6 points et attendre un échec du MCA pour être champion, c’est ce qui n'a pas été réalisé. En ce qui vous concerne, vous avez réalisé cette saison une performance hors norme, prenant part aux 50 matchs dans toutes les compétitions où l'Entente a fait partie. Un record qui sera très difficile à battre, car c’est impossible de faire mieux. Vous avez caressé la perfection en terme de volume de jeu… Je suis fier de ce que j’ai réalisé. Disputer toutes les rencontres est une très grande satisfaction pour moi. J’espère faire de même lors du prochain exercice même si ce sera très difficile, voire impossible, de rééditer cet exploit. Doit-on comprendre par là que vous comptez prolonger avec l'Entente votre contrat qui va expirer au mois de décembre prochain? Sans aucune hésitation. Je me sens bien à l'Entente qui est ma seconde famille. A partir de là, je ne vois pas pourquoi je devrais changer d’air. Nous aurons tellement de challenges à relever lors du prochain exercice qu’il faudra tout faire pour garder cette même ossature. Une dernière question. Le fait de terminer meilleure attaque du championnat devant le MCA, n’estil pas une autre réalisation ? Ah, c’est extraordinaire de terminer meilleure attaque du championnat avec je crois 51 buts marqués. Et cela a pu se faire grâce à la solidarité de tout le groupe, pas uniquement la ligne d'attaque. Y. M.

L’opération recrutement doit être une obligation Ph . Maracana

Les cadres d’abord

Les négociations sont menées dans le plus grand secret et le seul interlocuteur des joueurs qui ont été ciblés est Bouden. Ce dernier, lorsque nous avons abordé, avanthier avec lui, le sujet concernant le recrutement, nous déclare : «Je n’ai même pas entamé les discussions avec les joueurs qui sont encore sous contrat avec le club, et c’est la première chose que je ferai avant de penser à recruter. Après cela, j’aurai à négocier avec ceux que nous voudrons garder et qui

La rencontre, qui devait avoir lieu mardi soir entre l'entraineur de l'ESS, Zekri Noureddine, et le président de l'Entente de Sétif, Abdelhakim Serrar, a été reportée à jeudi soir où le coach de l'ESS a rencontré le président de section Hassen Hamar, chargé par le boss sétifien à discuter avec Zekri à l'hôtel El Hidhab pour parler de l'avenir de l'entraîneur avec l'Entente de Sétif où le premier responsable du staff technique a présenté un plan de travail pour la prochaine saison afin de bâtir une équipe capable de remporter la Champions League africaine dans deux ans. Le coach de l'ESS a présenté des propositions à la direction de l'Entente par le biais du président de section Hassen Hamar qui a remplacé le président du club Abdelhakim Serrar occupé par la maladie de sa mère. Cette réunion de travail a duré plus d'une heure en présence des deux collaborateurs de Zekri Noureddine, l'adjoint Madoui et le préparateur physique, l'Italien Gianni.

La liste des libérés et des recrutés proposée par zekri

Le coach de l'Entente de Sétif, Noureddine Zekri, a remis une liste de neuf joueurs à libérer et une autre liste de même nombre à recruter, où nous avons pu connaître celle des libérés, il s'agit de Bencharif, Zoubiri, Kaddour, Bouderbel,Guedider, Djediat, Bouazza, Francis et Benchaïra, tandis que la liste des joueurs à recruter, nous n’avons pu connaître que six noms, il s'agit de Hachoud (CABBA), Djabou (USMH), Benmoussa et Djallit (WAT), Ezeïtchel ( USMB) et Derrag ( MCA).

Dans l’entretien qu’il nous accordé, Boudjelida nous a dit que pour le moment, c’est à Eulma qu’il veut jouer. Par ailleurs, il souhaite vivement que les choses se passent bien mieux que la saison passée. Il faut pour cela, estime-t-il, travailler avec acharnement à l’entraînement.

g Par Amine Selmi

sont montrés sous le maillot de leur équipe lors de l’exercice qui vient de s’achever.

Hamar a rencontré Zekri

Boudjelida : «Je veux être fixé sur mon sort»

MCEE

Le maintien définitivement assuré, les inquiétudes des supporters du MCEE n’ont pas pour autant disparu. L’objet de leurs préoccupations pour le moment est cette opération recrutement qui, à leurs yeux, a commencé timidement, tandis qu’ailleurs les autres équipes sont sur le point de la clôturer. Ce qui ajoute au désarroi des inconditionnels du MCEE, c’est que des joueurs de haut niveau ne sont pas annoncés à Eulma. «Je crains que le scénario de la saison passée se répète, alors que les autres formations étaient en stage de préparation après avoir ficelé leur recrutement, nous, nous étions à El Eulma à chercher des joueurs. Au final, nous nous sommes rabattus sur des éléments de division régionale et c’est ce qui a failli nous coûter notre place en D1», nous dira ce supporter du MCEE. Il faut dire qu’officiellement, mis à part des jeunes joueurs issus de l’Interrégions, aucun nouveau ne s’est engagé avec le grand club d’El Eulma, même si des contacts très avancés existent bel et bien avec une bonne demi-douzaine d’éléments qui se

Infos DER

seront libres à la fin du mois de juin. Ce n’est qu’à ce moment que nous ferons venir de nouveaux joueurs.» Pour ce qui est des joueurs qu’il a l’intention de recruter, Bouden dira : «Ce sera à l’entraîneur qui sera en poste de cibler des joueurs. Ce seront des éléments expérimentés qui auront à encadrer les jeunes joueurs de l’effectif actuel.» Cela n’empêche pas le boss eulmi de préparer largement le terrain au coach de l’équipe. Le président eulmi fait de la réussite de cette opération recrutement une affaire personnelle, histoire de faire taire quelques mauvaises langues du côté du centre ville d'El Eulma. A. S.

Tout d’abord, quelles sont les nouvelles ? Dieu merci, elles sont excellentes, que ce soit sur le plan physique ou moral. Pour le moment, je prends des vacances et elles sont méritées car la saison a été éprouvante. Avez-vous rencontré, comme cela était prévu, votre président ? Pas encore, car le rendez-vous a été reporté. Cela se fera la semaine prochaine. Qu’espérez-vous de cette rencontre ? J’espère être estimé à ma juste valeur. Je veux aussi être très vite fixé sur mon avenir immédiat. Je n’aurais plus, ensuite, qu’à me concentrer sur mon travail. J’aurais, comme mes coéquipiers, à faire beaucoup d’efforts pour être au top le jour de la reprise. De toutes les façons, je veux rester au MCEE, mais cela ne dépend pas que de moi. Qu’en est-il des offres qui vous ont été faites par certains présidents de club qui vous ont sollicité ? Il est vrai que j’ai eu à discuter avec des responsables de club, mais je n’ai donné ma parole à personne car je donne la priorité au MCEE. Pour le reste, nul ne sait ce que peut nous réserver le destin. Certains joueurs sont partis et d’autres sont sur le point d’en faire autant. Quel commentaire faites-vous à ce sujet ? Tout d’abord, je me dois de reconnaître que j’ai eu la chance de cotoyer des gens aux grandes qualités humaines. Certains joueurs ont décidé de partir, je respecte totalement leur décision. Pour ce qui est de ceux qui vont les remplacer, nous n’en sommes qu’au tout début de la saison et il est vraiment trop tôt pour parler de cela. On vous laisse le soin de conclure… Je pense sincèrement que la saison qui va débuter ne ressemblera en rien à la précédente. Tout est fait de façon à ce qu’elle soit réussie. Il y aura une équipe dont nos supporters seront fiers, j’en suis certain. Entretien réalisé par Amine Selmi


Maracana N° 1131 — Samedi 5 Juin 2010

Djabou n’a pas encore tranché

USMH

DIVISION UNE

Dembri donne son accord

Un autre joueur de l’école sétifienne, Dembri vient de donner son accord de principe pour signer à El Harrach. En fin de contrat avec le MSPB, ce joueur a été fortement conseillé aux dirigeants harrachis par son ami de toujours, Abdelmoumen Djabou, qui le connaît assez bien après avoir évolué ensemble à l’Entente de Sétif.

g Par Lotfi Salhi

Naïli négocie avec la JSMB

C’est ce que nous avons appris d’une source proche du joueur. Le joueur, selon cette source, a effectivement rencontré le président de l’ESS, Serrar, mais pour réclamer ses arriérés de primes que l’ESS lui doit. C’est uniquement pour cette raison que Djabou a eu un tête-à-tête avec Serrar. Le joueur aurait confié à ce proche que la priorité sera donné à El Harrach, mais le président doit mettre le paquet.

Le joueur Naïli serait en contacts avec la JSM Béjaïa. Cette information a fait le tour des rédactions et de la rue harrachie, hier matin. Naïli aurait négocié un contrat de deux saisons avec la formation de la Soummam.

Le gardien Nekab libéré

Il rencontrera Laïb aujourd’hui

Le jeune gardien de but Nekab vient d’être libéré par la direction du club à sa demande. Etant le 3e gardien, il aurait demandé à partir, a-t-il déclaré, pour avoir beaucoup de temps de jeu dans un autre club.

Une source proche de la direction du club nous a confié que le président Laïb rencontrera aujourd’hui le joueur pour tenter de le convaincre à rempiler pour une nouvelle saison. Le président Laïb aurait été pressé par l’entraîneur Charef pour finaliser rapidement avec Djabou. Le feuilleton Djabou ne vient que commencer car il aurait confié qu’il signera au club le plus offrant soit l’ESS, soit l’USMH. Donc, Djabou négociera aujourd’hui avec Laïb avant de rencontrer encore une fois Serrar puisqu’il se sont donné rendez-vous pour le courant de cette semaine.

Réception pour les joueurs mardi

Le président Laïb a pris l’initiative d’organiser mardi prochain une réception pour les joueurs et les staffs techniques au cours de laquelle il remerciera les présents pour les efforts qu’ils ont consentis toute la saison. Lotfi S.

Meddahi préparateur physique

Laïb compte beaucoup sur lui Ph . Maracana

Le président Laïb compte beaucoup sur le joueur Djabou pour, comme il l’a déclaré à l’assemblée générale du club, monter une équipe compétitive qui jouera carrément le titre. Certains membres de l’assemblée se posent la question de savoir si Laïb a les moyens de sa politique.

L’USMH va être renforcé par un préparateur physique. On parle de Meddahi qui a déjà fait partie par le passé du staff technique de l’équipe. Un renfort de choix selon certains proches de l’équipe. Après la tenue de l’Assemblée générale, le président Laïb se consacre actuellement à apurer la situation financière. Selon un proche de Laïb, tout a été finalisé, il ne reste qu’a retirer l’argent dès demain dimanche. A signaler que 700 millions (subvention de l’APC de Oued Smar) sont dans le compte du club depuis quelques jours déjà.

SELLAMA : «Je suis en contact avec l’USMH et le CRB, mais je n’ai rien décidé» ASO

Vers le retour de Niati

Les dirigeants de l’ASO sont en contacts avancés avec Niati. Cet élément de valeur, qui a opté, lors du dernier mercato, pour l’équipe de l’USMM Hadjout et qui a réussi en un petit laps de temps à contribuer aux bons résultats de cette formation, est convoité par son ancien club. Même si les dirigeants de l’USMMH ne veulent pas le lâcher, et comptent lui proposer le renouvellement de son contrat, les Chélifiens, de leur côté, à leur tête le président Medouar, comptent mettre le paquet pour le faire revenir. Les pourparlers sont en bonne voie entre les deux parties. Le retour de Niati à l’ASO n’est qu’une question de jours et tout va se régler incessamment.

Messaoud officiellement partant

Ph . Maracana

L’attaquant Mohamed Messaoud ne continuera pas l’aventure avec son club. D’après nos sources, le joueur qui a reçu dernièrement une offre alléchante d’un club émirati, aurait décidé finalement de quitter l’ASO. Selon toujours la même source, les dirigeants du club, à leur tête le président Medouar, est le premier à autoriser Messaoud à rejoindre ce club émirati. Un tel transfert va être bénéfique pour le joueur, mais aussi pour l’équipe chélifienne qui va en tirer profit. Pour rappel, il n’y a pas que ce club émirati qui veut Messaoud, même la formation phare de la Kabylie est sur ses traces. Hannachi, qui a déjà rencontré le joueur, ne compte pas lâcher prise, et voudrait bien le voir sous le maillot kabyle dès la nouvelle saison. Une chose est certaine, Messaoud est officiellement partant et ne continuera pas l’aventure avec l’ASO. H. S.

g Par Hocine Saïdi

Tout d’abord que pensez-vous du parcours de votre club, et de vos prestations personnelles tout au long de cette saison ? Sincèrement je ne trouve pas d’explication à ce qui nous est arrivé cette saison. Certes, on a fourni beaucoup d’efforts, tout au long de notre parcours, mais en vain. On a raté beaucoup de matchs surtout à domicile, où on a perdu de précieux points, ce qui s’est répercuté négativement sur notre rendement collectif et sur le classement général de l’équipe. On a terminé la saison à la 14e place, une position qui est loin de nos aspirations, d’ailleurs c’est l’une de nos saisons les plus catastrophiques depuis notre montée en Division une. Quant à moi, je préfère laisser les observateurs, les supporters et les dirigeants me juger. Sinon, j’ai essayé de donner le meilleur de moi-même, et ce, bien

que dans la plupart des matchs, l’entraîneur m’a fait jouer à des postes qui ne sont pas les miens, sachant que je joue au milieu, mais vu qu’il y a des joueurs comme Zaouche, Abbou et Mohamed Rabah, le coach a préféré m’aligner en défense et en attaque.

Tes bonnes prestations avec l’ASO ont attiré les convoitises de plusieurs clubs. Confirmez-vous ces contacts avec l’USMH et le CRB ? Oui j’ai des contacts avec ces deux clubs, et même d’autres. Mais je suis toujours sous contrat avec mon club, là où je me sens bien et rien ne me manque. Je ne peux décider de mon avenir, sachant que je suis lié au club. En plus, je veux bien continuer l’aventure avec mon club et progresser et, pourquoi pas, gagner quelque chose la saison prochaine. Donc, on comprend que vous refusez

l’offre de l’USMH ? Pas uniquement celle de l’USMH, mais aussi les autres offres. Je préfère la stabilité, car je connais parfaitement l’ASO, et j’ai tout l’avenir devant moi. Je ne dois en aucun cas brûler les étapes. Il faut savoir gérer sa carrière, je suis encore jeune et je veux briller encore plus avec l’ASO.

Comment voyezvous l’ASO la saison prochaine ? On a bien retenu les leçons de cette saison, et je ne pense pas qu’on va refaire les mêmes erreurs, bien au contraire on va redonner du sourire et de la joie à nos chers supporters. Avec une très bonne préparation durant cette intersaison, on refera surface inchallah la saison prochaine, pourquoi pas gagner un titre ou jouer au moins les premiers rôles. L’ASO est un grand club et ne doit pas se contenter des seconds rôles. Entretien réalisé par H. S.

Ph . Maracana

16


Mana et Lahlou s’entendent NAHD

g Par Raouf Mesbah

Le président Mana Kenfoud et l’ancien président, Mourad Lahlou, se sont officiellement entendus après une rencontre, jeudi dernier, qui les a regroupé et qui a fait qu’ils ont aplani tous les différends.

Ph . Maracana

L

es deux hommes se sont entendus pour aplanir tous les problèmes et de mettre donc la main dans la main pour tenter de créer, ensemble, la société par actions. La réunion a vu aussi la présence de deux autres dirigeants, à savoir Laâkab et Bouderaouya. Une autre rencontre est prévue aujourd’hui au siège du club et qui verra la présence de la majorité des membres qui sont intéressés par la

création de cette SPA, pour mettre les dernières retouches, avant l’annonce de la création de cette société et déposer ensuite le

dossier pour se faire délivrer le registre du commerce et passer donc officiellement au statut professionnel. Les deux responsables

Le professionnalisme à la rescousse

ont décidé de faire de leur mieux pour tenter de sauver le club, en réussissant le passage au professionnalisme, même si cela ne sera pas vraiment facile, avec les dispositions que demande la LNF et la FAF aux clubs, notamment sur le plan des infrastructures et des dettes cumulées par le club. Le capital du club est, par ailleurs, maintenu à dix milliards de centimes, comme annoncé auparavant. Il faut savoir que c’est Lahlou qui avait demandé à ce que le club démarre avec ce capital. Mana a souligné que cette somme est quelque peu exagérée, mais Lahlou lui a répliqué que cela est possible et qu’il fallait seulement croire en leurs capacités. Selon lui, il faudra mettre la main dans la main et le club réussira certainement son pari. R. M

CAB

g Par Yefsah Wahab

Pour sauver la face et la saison catastrophique ponctuée par une relégation inattendue, le CAB aura la chance de se remettre de son cauchemar en réussissant son passage au professionnalisme.

organisation qui repose sur des capacités, des compétences et surtout un état d’esprit professionnel, où le bricolage n’a plus sa place ; il est désormais question de gestion performante, collégiale et bien contrôlée. Un vrai défi attend les Cabistes. Seront-ils à la hauteur de ce projet qui leur tend les bras ?

our cela, les dirigeants ont jusqu’au 30 juin pour s’organiser, mettre à plat tous les différends et constituer leur dossier, conformément aux exigences du cahier des charges pour l’obtention de la licence professionnelle. La précision apportée par le communiqué de la Fédération, qui informe que tous les clubs de la Division II 2009/2010 sont, au même titre que ceux de la Division I, éligibles pour le professionnalisme, est venue à la rescousse du CAB qui pourra ainsi demeurer parmi l’élite et participer au prochain premier championnat professionnel. La balle est désormais dans le camp des dirigeants du club, qui doivent s’unir autour de ce projet qui n’est pas une simple formalité administrative, mais une véritable

Comme nous l’avions déjà annoncé dans notre dernière édition, les obstacles du CAB pour passer au professionnalisme, où on a évoqué les dettes du club envers les joueurs. La CRL/FAF vient de rendre son premier verdict dans cinq dossiers, en donnant gain de cause à cinq joueurs : il s’agit de Khennab, Meziani, Lemouadaâ, Saïdi et Tabchache ; on ignore encore le montant à payer pour ces joueurs, mais cela pourrait au moins atteindre les 500 millions. Nous avons appris qu’une deuxième vage de décisions de la CRL est en cours d’être notifiée au CAB et cela concerne six autres joueurs. Par ces décisions, la CRL a enfoncé le clou des dettes du club, et

P

17

Maracana N° 1131 — Samedi 5 Juin 2010

SUPER D2

La CRL enfonce le clou

cela risque de mettre en péril le dossier de professionnalisation du CAB, si les dirigeants ne s’acquittaient pas de ces dettes.

Le club au point mort

Relégué, pas relégué, professionnalisme ou amateurisme, Nezzar partira, partira pas, tels sont les sujets de discussions des Cabistes. Rien de concret, point d’information, c’est le point mort au CABatna. Depuis le dernier match de la saison contre la JSK, aucune structure du club ne fonctionne ; avoir une information relève de l’exploit, tout est concentré auprès du président qui annonce partout qu’il est démissionnaire, les autres membres du bureau que nous contactons nous répondent qu’ils ne sont plus dirigeants et qu’ils ignorent tout ce qui se passe ; ils ne savent même pas quand est-ce que les assemblées ordinaire et extraordinaire auront lieu, si bien sûr assemblées il y aura. Tout est au point mort ; en attendant du nouveau, on croise les doigts pour le CA Batna. W. Y.

AOUITI : «Je n’ai jamais insulté l’arbitre»

Le gardien de but du CAB, qui vient d’écoper d’une suspension de quatre matches ferme, suite au rapport de l’arbitre Bahloul, lors du derby CAB-MSPB, a voulu préciser ce qui s’est passé.

Comment avez-vous pris la nouvelle de votre suspension ? Croyez-moi, je ne savais même pas que l’arbitre m’avait signalé sur la feuille de match, ce n’est qu’à la veille du match contre la JSK que j’ai appris que j’étais suspendu pour 4 matches. Qu’avez-vous dit à l’arbitre en fin de match ? Contrairement à ce qu’on a laissé entendre, je n’ai jamais insulté l’arbitre, je lui ai juste dit qu’il aura notre défaite

surt la conscience, car le joueur avait bloqué le ballon du bras. C’est la première fois depuis 15 ans de carrière que je suis suspendu. Comment expliquez-vous cette relégation ? On a tous une part de responsabilité, on doit assumer cet échec et demander des excuses à nos supporters et au club. Comment voyez-vous votre avenir ? Croyez-moi, même si mon manager m’a parlé de deux contacts, je suis encore sous le choc et je ne pense qu’à me reposer. Savez-vous que le CAB peut jouer le championnat professionnel ? Oui, on m’en a parlé et je le souhaite de tout cœur, car on ne mérite pas de jouer en Division II. Entretien réalisé par W. Y.

Zaoui prépare son bilan

L’entraîneur, Karim Zaoui, nous avouera qu’il est en train de préparer son bilan avec l’équipe, et notamment la période durant laquelle il a pris en charge l’effectif, avouant qu’il abordera surtout le volet de la formation avec les différents jeunes qui ont été promus en fin de saison. En outre, Zaoui aurait souhaité continuer à travailler avec ces jeunes, afin de les préparer pour la saison prochaine, mais il sait que cela sera très difficile, étant donné qu’il faudra payer certains employés pour que ces derniers continuent à travailler, comme le chauffeur du bus et le cuisinier, ce qui n’est pas possible.

RADJA : «Je n’ai rien décidé pour le moment» SAM

Le virevoltant attaquant samiste, Abdelkader Radja, qui est à sa deuxième année avec l’équipe phare de la ville des Oranges, est libre de tout engagement. Nous l’avons contacté hier, et il a bien voulu nous livrer ses impressions sur son parcours et sur sa prochaine destination. Que fait Radja actuellement ? Comme vous le savez, le championnat est terminé et j’ai profité de cette période de vacances pour me reposer et, comme tout Algérien, je suis avec intérêt les informations concernant notre équipe nationale à la veille de sa participation à la compétition planétaire. Quel évaluation faitesvous du parcours de cettte saison ? Je dirais que le SAM a réalisé une très grande performance, puisqu’on a évolué pendant toute la saison avec presque une équipe U20, et croyez-moi, si la pelouse du stade Ouali Med était en bon état, on aurait pu terminer la saison aux premières loges ; on a fait beaucoup de faux pas à domicile à cause de cette pelouse qui a fait les affaires de nos adversaires, mais j’estime que malgré ces facteurs, le SAM a réalisé un excellent parcours en terminant la saison à la 9e place. Maintenant que le championnat est terminé, pouvez-vous nous dire quelle sera votre destination la saison prochaine ? Tout d’abord, je tiens à vous

dire que mon passage au SAM a été très bénéfique et restera gravé longtemps dans mon esprit, puisque j’ai beaucoup appris avec de grands entraîneurs, à l’image de Benfeta Nouredine et Osmane. C’est vrai que mon contrat a expiré à la fin de cet exercice, je veux maintenant opter pour un club de la Division I pour améliorer davantage mes qualités ; je suis encore jeune, je n’ai que 26 ans et je suis un joueur très ambitieux. On croit savoir que votre ancienne équipe, l’ESM, veut vous récupérer : le confirmez-vous ? Je peux uniquement vous annoncer qu’il y a quatre propositions de clubs de Division II, mais pour le moment, j’attends encore pour voir, car le championnat de la Division I vient tout juste de prendre fin, tous les présidents sont occupés beaucoup plus par les bilans, ainsi qu’au passage au professionnalisme ; donc, je n’ai rien décidé pour le moment. A une semaine du Mondial, que pensezvous des chances de notre équipe nationale ? Je pense que les nôtres ont leur mot à dire dans cette compétition, nous pouvons créer la surprise, même si l’Angleterre part légèrement favorite puisqu’elle a plus d’expérience dans ce genre de compétition. Je suis persuadé que Ziani et ses coéquipiers feront l’impossible pour ne pas décevoir 35 millions d’Algériens. Entretien réalisé par Aoun Seghir Oussama


18

Maracana N° 1131 — Samedi 5 Juin 2010

SUPER D2

RCK

Les joueurs dans le doute

C

Les libérations ne sont pas d’actualité

La professionnalisation du club au menu

ertains joueurs koubéens n’ont aucune information pour le moment sur leur avenir. En effet, un mois après la clôture de l’exercice footballistique de la saison 2009/2010, la direction n’a pas encore pris contact avec eux au sujet de leur avenir au sein du Raed. La plupart de ces éléments dont le contrat est arrivé à terme, ne savent pas pour l’instant si le président Mecheri les contactera pour un éventuel renouvellement du contrat, ou pour leur signifier la mise de fin à leur activité avec la formation koubéenne. Contactés hier par téléphone, certains de ces éléments n’ont pas caché leur inquiétude sur ce silence. Pour eux, normalement, Mecheri devait les rassembler ou au moins discuter avec chaque joueur et lui faire savoir son intention de le garder pour la prochaine saison, ou lui remettre sa lettre de libération pour qu’il puisse atterrir ailleurs. Toutes ces interrogations préoccupent actuellement l’esprit de ces joueurs, qui eux ne trouvent pas de réponse à moins que la direction les convoque prochainement afin de régulariser leur situation. H. A. B.

Ph . Maracana

g Par Hillal Aït Benali

Bouraba intéresse le Rae

d

Selon des sources proche s du club, le président ko ubéen a pris attache ces jours avec l’attaquant de derniers l’ASMO, Bouraba Tahar. Mecheri veut convaincre Oranais d’opter pour le RCK. Le jeune Bouraba le jeune a été l’auteur d’une excell avec son équipe, et beauco ente saison up de clubs de la DII veu lent bénéficier de ces ser l’entame de la saison pro vices dès chaine.

Le président Sofiane Mecheri qui, jusqu'à l’heure actuelle, n’a pas pris attache avec ses joueurs, ne veut en aucun cas fuir ses responsabilités, ni abandonner ses éléments. En réalité, le boss koubéen n’a pratiquement pas le temps de réunir ses joueurs, ces derniers jours, puisque juste après le baisser de rideau sur le championnat de DII, le premier responsable koubéen a commencé à réfléchir à la saison prochaine. Mecheri a entamé les préparatifs du projet de professionnalisation du club que la Fédération a décidé de mettre en œuvre avec le début du prochain exercice au mois de septembre. Dans ce contexte, et pour le rappeler, lors de la dernière AGE du RCK tenu à la fin du mois de mai dernier au cercle de Kouba, les membres ont voté à l’unanimité le passage du Raed du statut de club amateur à celui professionnel. Dans cette même assemblée, les présents ont opté pour une société par actions (SPA). Ainsi, après l’adoption de cette démarche, le responsable koubéen doit trouver les hommes susceptibles d’investir leur argent et de créer l’entreprise pour concrétiser ce projet. H. A. B.

Le club dénonce l’arbitraire de la LNF, refuse la sentence et menace de saisir qui de droit MOB

g Par Lyes Chekal

La rapidité avec laquelle la direction actuelle du MOB a appelé à la conférence de presse organisée avant-hier au salon d’honneur de l’Opow, confirme l’urgence pour cette dernière d’informer la famille du MOB de tout ce qui s’est passé lors de la réunion du 1er Juin à Alger.

U

ne réunion qui s’est transformée en séminaire sans raison valable, a d’emblée fait remarquer le chargé des relations extérieures du club, Mustapha Bouchebah. Ce dernier a pris la parole juste après l’ouverture du point de presse par le président Arab Bennai : «On s’est déplacés à Alger pour assister à une réunion de travail sur le professionnalisme (la LNF nous a envoyé un fax en ce sens trois jours auparavant). Coup de théâtre, ou plutôt coup de poignard dans le dos, puisque la veille de notre départ, on a éte surpris par un communiqué publié sur le site officiel de la

FAF, à l’issue de la réunion du bureau fédéral où la LNF a rendu publique la liste des clubs de D2 qui ne comporte pas, à notre grande surprise, notre valeureux club, le Mouloudia de Béjaïa», et d’ajouter : «Encore plus, ledit communiqué fait état de la rétrogradation du MOB et le groupe dont il fera partie en Interrégions». Bouchebah, en relatant avec précision tout ce qui s’est passé lors du conclave préparé à la va-vite par la seconde instance chargée du dossier du professionnalisme, a tenu à faire ressortir les nombreuses irrégularités constatées. En plus de la transformation de la réunion sur le professionnalisme (la seconde après celle tenue le 6 mai 2010 sous la présidence du patron du footbal national, Raouraoua) en séminaire sur le même sujet, ces initiateurs ont versé dans le mensonge et usé d’un double langage, de contradictions et surtout de promesses à la pelle, après que l’assistance a compris les desseins inavoués du président de la séance. Notre interlocuteur s’est étonné au même titre que toute l’assistance de la réponse donnée par le président de la LNF par rapport au communiqué de la discorde : «Personnellement, je ne suis pas au courant dudit communiqué». Une réponse qui en dit long sur le sérieux, la coordination et surtout la crédibilité qui a pris un sérieux coup lors du conclave. Du moment que le

second homme en charge du dossier n’était pas au courant d’un communiqué qui contient des résolutions qu’il a lui même approuvées (présent à la réunion du BF). Cela dit, il a cautionné quelque part le piétinement de la réglementation (modalités d’accession et de rétrogradation entérinées conformément aux règlements généraux de la FAF lors de la dernière AG, directive insérée dans le Bulletin officiel N° 3 publié dans le site et rapporté par les médias), d’après la lettre de recours envoyée par la direction à la LNF et la FAF (nous détenons une copie). Un recours envoyé sur demande du président Mecherara, nous a confié Bouchebah : «C’est Mecherara qui nous a demandé un rapport détaillé sur le cas du MOB. On s’est exécuté rapidement. Tout a été mentionné noir sur blanc. Avec preuve à l’appui que la rétrogradation (présumée) du MOB repose sur une décision abusive et non réglementaire de la LNF, du moment que la directive, venue en pleine seconde phase du championnat, est contraire à celle insérée dans le BO n° 3. Une preuve tangible selon le premier responsable du club Arab Bennaï, que les décisions au niveau de l’instance dirigeante ne sont pas étudiées, pis encore, elles sont prises selon les humeurs et n’importe quand puisqu’elles peuvent changer à tout moment et sans tenir compte de la réglementation en vigueur. De

son côté, le premier viceprésident Mohand Sadji, qui était du voyage d’Alger, était catégorique : «On se bat pour une cause juste, on ne va pas se laisser laissé faire. On va saisir qui de droit pour que le MOB reste en DII et déposer notre dossier pour le professionnalisme au même titre que tous les clubs de la DII, c’est une responsabilité que l’on est en train d’assumer malheureusement seuls, mais on

ne va pas abdiquer, on ira jusqu’au bout. On ne laissera jamais le bateau chavirer». Le deuxième vice-président Tikharoubine a voulu attirer l’attention sur la nécessité de préparer le dossier MOB au plus vite pour qu’il soit prêt le jour “J”, et, par voie de conséquence, ne pas donner l’occasion à ceux qui prient pour que le MOB soit en Interrégions l’an prochain. L. Ch.

Il considère la précision de la LNF comme une première victoire

Bennaï : «On a gagné une bataille, mais pas la guerre»

Réagissant à cette précision de taille de la LNF sur le site de la FAF, «conformément aux orientations exprimées lors de la réunion FAF/Clubs qui s’est tenue au siège de la FAF le 6 mai 2010, la Fédération algérienne de football confirme à l’intention des clubs qui étaient en D2 durant la saison 2009/2010, qu’ils sont éligibles au professionnalisme….», le premier responsable du MOB, Arab Bennaï était content du contenu du nouveau communiqué dans le fond et la forme. «Du moment que la LNF a reconnu indirectement son erreur, et rectifié le tir, on est en droit de postuler au même titre que les équipes de DII », et d’ajouter : «Le projet du professionnalisme démarre malheureusement avec du bricolage, je ne suis pas totalement rassuré. Le communiqué de précision n’a pas remis en cause le programme de la saison prochaine, que ce soit de la DII ou l’Interrégions. Cela dit, le MOB a gagné une bataille, mais pas encore la guerre. Car le club doit figurer avec les équipes de DII et non de l’Interrégions, on est en attente d’une autre précision de la LNF qui va chasser définitivement le doute, et conséquemment faire avancer le projet du professionnalisme en Algérie qui ne se fera pas sans le MOB». Le président Bennaï sera avec son équipe, lundi à Alger, pour coordonner avec les présidents de DII spoliés eux aussi de leurs droits pour postuler à la future LPF. Lyes Chekal


PUBLICITÉ

19

Maracana N° 1131 — Samedi 5 Juin 2010

RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE WILAYA D’ALGER CIRCONSCRIPTION ADMINISTRATIVE DE CHÉRAGA COMMUNE DE CHÉRAGA

RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE WILAYA D’ALGER CIRCONSCRIPTION ADMINISTRATIVE DE CHÉRAGA COMMUNE DE CHÉRAGA N° 1454

N° 1453

AVIS D’ANNULATION Suite à la publication de l’avis d’attribution provisoire pour le concours national d’architecture pour la réalisation : - Gradins des tribunes officielles + bloc en (R+2) - Couverture gradins existants - Confortement mur de soutènement du stade des Frères Lamali Chéraga, paru dans le quotidien national Maracana. Le président de l’Assemblée populaire communale de Chéraga informe le bureau d’études Alpha Bulding, soumissionnaire retenu pour ce concours, que ledit avis d’attribution provisoire est annulé cause, le cahier des charges approuvé n’est pas conforme à la réglementation en vigueur conformément au décret n° 338-08 du 26/10/2008 relatif au code des marchés. Maracana N° 1131 — Samedi 5 Juin 2010 - Anep N° 811 963 RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE WILAYA D’ALGER CIRCONSCRIPTION ADMINISTRATIVE DE CHÉRAGA COMMUNE DE CHÉRAGA N° D’ENVOI 1657/ST/2010

MONSIEUR LE PRÉSIDENT DE L’ASSEMBLÉE POPULAIRE COMMUNALE DE CHÉRAGA À MONSIEUR LE GÉRANT DU BET B.E.A.U EL KHELOUFI Rue, Miloudi Moussa, Zéralda - Alger

MISE EN DEMEURE OBJET : A/S étude et suivi des travaux d’installation du chauffage central + bâche à eau et local de chaufferie au niveau des écoles primaires de la commune de Chéraga. - Suite aux ordres de service de démarrage des travaux sous les (n° 52/10, 53/10, 54/10 et 55/10 du 21/04/2010). - Suite à notre correspondance sous le n° 1474/2010 en date du 12/05/2010, pour nous transmettre les études esquisses et avantprojet détaillé, ainsi que les plans de masse du projet cité en objet. - Suite à notre correspondance sous le n° 1622/2010 en date du 26/05/2010, pour lever les réserves du cahier des charges des travaux cités en objet émises par la commission des marchés de la wilaya d’Alger. Le bureau d’études B.E.A.U. El Kheloufi est mis en demeure de lever les réserves dans les meilleurs délais. Faute de quoi, des mesures cœrcitives prévues par la réglementation seront prises à votre encontre. Maracana N° 1131 — Samedi 5 Juin 2010 - Anep N° 811 965

AVIS D’ANNULATION Suite à la publication de l’avis d’attribution provisoire pour le concours national d’architecture pour l’aménagement du stade Bouchaoui centre Chéraga, paru dans le quotidien national Maracana. Le président de l’Assemblée populaire communale de Chéraga informe le bureau d’études EURL BAUS, soumissionnaire retenu pour ce concours, que ledit avis d’attribution provisoire est annulé cause, le cahier des charges approuvé n’est pas conforme à la réglementation en vigueur conformément au décret n° 338-08 du 26/10/2008 relatif au code des marchés.

Maracana N° 1131 — Samedi 5 Juin 2010 - Anep N° 811 967

W¥dz«e « W¥¸uNL « WO FA « WO©«dIL¥b « W¥bL « W¥ôË W‡‡¥e‡‡¥eF « …dz«œ »uN‡‡‡‡O± W¥bK° sO d™ vK´ w§¸Uª « vK´ ‰Ë_« Íu ¥ sOIKG± w U « Ë wMI « ÷dF « ,w UL « ÷dF « vK´ ÊUOKî«b « ÊU dE « ÊCACOBATPH, «uM´ Ë rß«CASNOS, vK´ ÊUCNAS ¥u ¥ wMI¢ ÷d´ `O{u¢ l± ÷dF « .w U± ÷d´ Ë

÷dF « Èu ± -01 : wMI « Vº• »U ØùU° `¥dB « ËdA « d œ ÖuL Âu ª± Ë ¡uKL± s¥bNF L « WOLKF¢ …¸U ´ qL ¢ Ë W±u ª± XÆœUÅ Ë ‹ dÆ “U ù« q§ W±U “¸ ‹U UO « …¸UL ß ) ËdA « d œ ÖuL Vº•( W±u ª± Ë …¡uKL± wßUß_« Êu UI « W{¸UF « W ËUILK ͸U « q º « s± Wªº UNOK´ ‚œUB± Ë qO Q « …œUN® W¥¸Uß wMNL « nOMB « ‰uFHL « o°«uº « …œUN® -03- rƸ WO bF «

w FA « fK L « fOz¸ sKF¥ »uNO± W¥bK ÍbK « ¡«d§ s´ W¥bL « W¥ôË “U ù WOK ± …¸UA ß j°«d « o¥dD « g¥dH¢ Ë o® rƸ wzôu « o¥dD « sO° …¸«dI¢ WÆd Ë 91 ‹ôËUIL « vKF »uONL° w W ¨«d « Ë WL NL « »dI « ŸËdAL « «c “U W¥bK « dI± v V º )W±UF « W U±_«( l œ q°UI± ËdA « d œ Èb Ãœ 2 000 .00 mK ± ‹U¥bK « WM¥eî sO± .W¥e¥eF U° V ¥ w « ÷ËdF « qßd¢ ozU£u U° o d¢ Ê w ÁU œ …¸uØcL « / bOº « v ÃËœe± ·d™ w FA « fK L « fOz¸ ÊuJ¥ Ê V ¥ Ë ÍbK « Ë rN ± w§¸Uª « ·dE « …¸U F « qL ¥ Ë oKG± : WO U « “U WOK ± …¸UA ß ( g¥dH¢ Ë o® ŸËdA± o¥dD « sO° j°«d « o¥dD « WÆd Ë 91 rƸ wzôu « ·dE « Íu ¥ Ë )…¸«dI¢

Maracana N° 1131 — Samedi 5 Juin 2010 - Anep N° 812 058


20

Maracana N° 1131 — Samedi 5 Juin 2010

L'histoire de l'Afrique avec la Coupe du Monde ne se résume pas à un nom, mais presque : celui de Roger Milla, dont la danse à chacun de ses quatre buts lors de l'épopée du Cameroun au Mondial-1990 a fait le tour du monde, avant que son but en 1994, à 42 ans, ne parachève sa légende. 1982.

P

our sa première participation à un Mondial, le Cameroun demeure invaincu mais, au gré de trois nuls et d'un seul but marqué (mais pas par Milla), est éliminé dès le premier tour. 1990. Milla est rappelé pour le bien de la patrie alors qu'il avait réuni 60.000 personnes trois ans plus tôt pour un match d'adieux. Le vieux Lion sort d'une saison en préretraite sur l'île de la Réunion, où il évolue à un niveau amateur, pour défier les grands de ce monde. A 38 ans. "Le peuple camerounais avait insisté et le chef de l'Etat m'avait appelé, raconte Milla. J'avais la foi et j'étais prêt physiquement et techniquement. Si un joueur est capable d'apporter quelque chose, pourquoi pas? Surtout si c'est l'oiseau rare". L'Argentine de Maradona, championne du monde en titre, tombe d'abord face à neuf Lions dans le match d'ouverture (1-0, but

Milla, le vieux Lion qui mène la danse

d'Omam-Biyik).

42 ans et 39 jours

Puis Milla, remplaçant de luxe, entre dans la danse avec quatre buts, fêtés chacun d'un déhanchement auprès du poteau de corner, la main gauche sur l'abdomen, la droite en l'air: un premier doublé contre la Roumanie en phase de poules (2-1), un second contre la Colombie en 8e de finale (2-1 a.p.), grâce notamment à ce ballon chipé dans les pieds du fantasque portier adverse, René Higuita. L'aventure se termine en 1/4 de finale contre l'Angleterre, et reste la meilleure performance d'une équipe africaine en Coupe du monde (égalée par le Sénégal en 2002). En 1994, le Cameroun fait un flop monumental, éliminé dès le premier tour. Milla en profite néanmoins pour jouer son dernier tour: la Russie passe six buts aux Camerounais (dont le quintuplé de Salenko) mais le vieux Lion sauve l'honneur en marquant son 5e but pour sa troisième Coupe du monde. A 42 ans et 39 jours, record du plus vieux joueur et plus vieux buteur dans l'histoire de la compétition. Interrogé sur le meilleur souvenir de ses Coupes du monde, Milla répond: "C'est déjà d'en avoir joué trois! Mon 2e but contre la Roumanie m'a fait particulièrement plaisir, parce que je me fais la passe à moi-même. On ne voit jamais ça!" Son histoire commence dans les années 1970. Première de sa centaine de sélections en 1972, premier Ballon d'or africain en 1976 (le second sera pour 1990). La notoriété du "bouillant Kadhafi", surnom dû à ses coups de gueule, franchit la Méditerranée et il effectue une carrière d'une dizaine de saisons en

France (Valenciennes, Monaco, Bastia, Saint-Etienne et Montpellier).

Dent dure

Après une dernière pige en club en Indonésie, il raccroche les crampons en 1996, à 44 ans. Véritable mythe au Cameroun, il croule sous les distinctions honorifiques.

INTERNATIONALE

Révéré par l'Afrique, le vieux Lion a néanmoins la dent dure sur le football de son continent. Contre les instances de manière générale: "Aujourd'hui, quand quelqu'un veut devenir président ou quelque chose dans une fédération ou autre, c'est pour l'argent. Ce n'est pas normal qu'on donne de l'argent à la fédération, et que les joueurs ne touchent

rien ou presque". Ou contre la Confédération africaine (CAF), ainsi visée après la Coupe d'Afrique 2010 en Angola marquée par le mitraillage du bus togolais qui a fait deux morts dans l'encadrement: "La CAF doit mieux organiser les Coupes d'Afrique. Il faut le dire, elles ne sont pas bien organisées". Le vieux Lion rugit encore.

tango. Odemwingie sait qu'il y a de la revanche dans l'air, mais la perspective ne l'effraie pas, bien au contraire. "Contre l'Argentine, nous devons arrêter l'hémorragie. Avant, il manquait quelque chose dans notre jeu. Cette fois, j'espère que nous nous en sortirons mieux", commente celui qui va bientôt fêter ses 50 sélections. "Il ne faudra rien lâcher et avec un peu de chance, nous marquerons. Il ne faut pas oublier que le football est un sport collectif. Récemment, il y a eu pas mal d'exemples de matches où ce n'est pas l'équipe qui possédait le plus de stars qui a gagné. Je pense sincèrement que nous avons les moyens de b a t t r e l'Argentine." Le contrat l i a n t

n'avait pas hésité à suggérer au sélectionneur Samson Siasia de lui faire confiance pour jouer un plus grand rôle en équipe nationale. Le coach avait prêté l'oreille. Au match suivant, contre une équipe de Côte d'Ivoire de grand standing, Odemwingie avait fait mouche. Le Nigeria l'avait emporté 2:0, validant ainsi son billet pour les quarts de finale. "Ce fut merveilleux de participer à un tournoi prestigieux comme celui des Jeux Olympiques. En plus, nous avons décroché la médaille d'argent. Cela dit, la Coupe du Monde reste la plus belle des compétitions. C'est là que je veux briller", conclut le Super "CE FUT Eagle.

Odemwingie dans le costume de super-héros Récemment, Peter Osaze Odemwingie est apparu sur la couverture du magazine du Lokomotiv Moscou déguisé en Superman. La brochure titrait : Odem-Wingman (Odem-ailé). Le club moscovite a ainsi voulu souhaiter bonne chance à son seul représentant à la Coupe du Monde de la FIFA 2010.

A

vec ses coéquipiers des Super Eagles, l'attaquant de 28 ans représentera également 150 millions de Nigérians qui espèrent bien voir leurs protégés aller le plus loin possible dans cette première édition de l'épreuve sur le territoire africain. Si cela arrive, le rapide et entreprenant "Osas" y aura sans doute été pour quelque chose. Mais nous n'en sommes pas là et l'ailier, parfois utilisé en pointe, est le premier à le rappeler. Pour Odemwingie, pas de stars qui tiennent, et vive le travail collectif. "Jouer pour les Eagles, c'est un peu comme aller au front. Vous êtes soldat et vous devez avoir

envie de représenter votre pays", a-t-il déclaré récemment à FIFA.com. "Si nous avons terminé en tête de notre groupe qualificatif, c'est grâce à l'implication et à la discipline de tous les joueurs concernés. Nous savons tous qu'il n'y a que des stars chez les Super Eagles. Mais il faut laisser notre réputation au vestiaire si nous voulons avancer dans cette Coupe du Monde." Né d'un père nigérian et d'une mère russe, Odemwingie signe son entrée sur la scène internationale d'un coup d'éclat. À la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) de la CAF, Tunisie 2004, les titulaires habituels aux avantpostes, Yakubu Aiyegbeni et Victor Agali, sont mis au ban pour écarts de conduite. Odemwingie est lancé dans le grand bain et pour sa première apparition dans cette CAN, en phase de groupes contre l'Afrique du Sud, il claque un doublé décisif. À l'âge de 20 ans déjà, Odemwingie avait montré suffisamment de qualités pour être inclus dans la liste préliminaire de 27 joueurs en vue de la Coupe du Monde de la FIFA 2002. Il s'était notamment illustré en trouvant le chemin des filets dès sa première sélection avec les Super Eagles, contre le Kenya à Lagos. "C'était assez émouvant. Quand il était petit, je lui avais donné mon maillot sur l'insistance de sa mère. Aujourd'hui, il fait partie du groupe qui prépare la Coupe du Monde", raconte l'ancien international nigérian Garba Lawal. "À cette époque déjà, il savait manier le ballon. Mais son manque d'ex-

périence et le fait qu'il jouait dans le championnat nigérian n'ont pas joué en sa faveur. Je pense que c'est pour cela qu'il n'a pas été retenu pour Corée/Japon 2002." Après être redescendu au dernier moment de l'avion à destination de l'Asie, Odemwingie patientera encore quelques années avant de faire son trou au sein d'une équipe du Nigeria où Aiyegbeni et Obafemi Martins, entre autres, sont bien installés dans le secteur offensif. L'année dernière, l'ancien Lillois est nommé meilleur joueur de son pays par une grande chaîne de télévision nigériane. Cela récompense autant les buts de l'intéressé lors des qualifications africaines pour la Coupe du Monde de la FIFA 2010 que son dévouement inaltérable dès qu'il revêt le maillot frappé de l'aigle.

Entre vieilles connaissances

En Afrique du Sud, le Nigeria affrontera l'Argentine pour son entrée en matière dans la compétition. Le joueur du Lokomotiv a déjà eu affaire à l'Albiceleste, il y a deux ans en finale du Tournoi Olympique de Football à Pékin. À cette occasion, les Africains avaient été dominés par les SudAméricains, comme cela avait déjà été le cas en finale de la Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2005, ainsi que lors des éditions 1994 et 2002 de l'épreuve suprême du football mondial. Autant dire que le 12 juin à l'Ellis Park de Johannesburg, les débats ne se dérouleront pas sur un air de

Odemwingie au Lokomotiv Moscou court pendant une année encore, ce qui n'empêche évidemment personne de spéculer quant à sa prochaine destination. "Osas", pour sa part, est bien conscient que pour attirer les regards, la Coupe du Monde de la FIFA est la plus belle vitrine de la planète. Au Tournoi Olympique 2008, le Moscovite

MERVEILLEUX DE PARTICIPER À UN TOURNOI PRESTIGIEUX COMME CELUI DES JEUX OLYMPIQUES. EN PLUS, NOUS AVONS DÉCROCHÉ LA MÉDAILLE D'ARGENT. CELA DIT, LA COUPE DU MONDE RESTE LA PLUS BELLE DES COMPÉTITIONS. C'EST LÀ QUE JE VEUX BRILLER", CONCLUT LE SUPER EAGLE.


Maracana N° 1131 — Samedi 5 Juin 2010

Cheveux : comment les garder au top tout l'été

Cheveux : retrouvez votre couleur naturelle

Quand le soleil tape, vos cheveux sont les premiers exposés. Et quand le sel ou le chlore les rongent... ils souffrent en silence. Nos astuces pour les soigner et les garder en pleine forme.

Lasse des balayages, allergique aux produits colorants... pourquoi ne pas retrouver votre couleur naturelle ? Une transformation délicate, à confier au coiffeur pour un changement de tête en toute sécurité.

Tout simplement parce que les 12 à 15 % d'eau contenus dans chaque cheveu et les écailles de kératine ne sont enveloppés que par un mince film de sébum, et sur quelques centimètres seulement. C'est pourquoi le trio sel-chlore-UV a si vite fait de les dessécher. D'autant que les radicaux libres produits par les rayons ultraviolets altèrent les propriétés du sébum.

La principale difficulté : Eviter le choc psychologique d'une chevelure subitement plus foncée et surtout plus uniforme que celle à laquelle on était habituée. Au plan technique, le maniement des pigments doit s'effectuer avec prudence et maîtrise, surtout lorsque les cheveux sont longs avec des mèches très blanches qui ne demandent qu'à virer au vert, les cheveux « balayés » étant aussi sensibilisés que des cheveux décolorés en totalité. La bonne méthode : Il faut expliquer et prévenir que la transformation s'effectuera en deux ou trois opérations. Ensuite, le coiffeur pratique tout simplement un nouveau balayage, mais d'une nuance plus soutenue pour « remonter » la couleur petit à petit, tout en gardant relief et lumière. En sachant qu'il éclaircira un peu avec les shampooings. A la maison : Lavez vos cheveux avec un shampooing le plus doux possible, sans tensio-actifs, l'équivalent pour le visage d'un savon sans savon pour sensibiliser les longueurs au minimum, et garder le maximum de brillance et de reflets. Naturelle... mais sans cheveux blancs La principale difficulté : Trouver la nuance exacte, ou plus précisément, celle qui vous ira le mieux. C'est important si vous aviez des boucles « aile de corbeau » à 15 ans. A 50, cela ne ferait pas naturel et durcirait les traits. La bonne méthode : En deux séances seulement, on peut obtenir la couleur souhaitée, quel que soit le pourcentage de cheveux blancs. Mais comme pour toutes les colorations permanentes, des retouches mensuelles sont nécessaires pour couvrir les racines. A la maison : Soignez vos cheveux pour les faire briller, car la différence entre une coloration châtain et un châtain naturel

Rappelons que la seule partie vivante du cheveu, c'est sa racine, un bulbe planté à environ 4 mm dans le cuir chevelu. Et si chacun fonctionne comme un miniorgane à part entière, avec ses vaisseaux sanguins, son système d'alimentation et d'élimination, sa partie "émergée", visible, n'en profite pas. Tous les gestes et les produits de protection que vous effectuez et appliquez ont pour but de préserver ce précieux capital. CHEVEUX: COMMENT AGISSENT LES PROTECTEURS SOLAIRES Les soins protecteurs à appliquer sur les cheveux enrobent chaque tige pilaire d'une fine pellicule qui filtre les rayons UV et fait barrière à l'eau, au sel et au chlore. Vous les trouverez sous différentes formes, à choisir selon votre nature de cheveu : mousses pour les cheveux

fins et délicats, gels pour les cheveux normaux ou gras, huiles pour les chevelures épaisses, sèches, frisées. Ca marche vraiment ? Oui, à condition d'appliquer plusieurs fois ces produits dans la journée, et surtout après chaque bain, dans l'eau de mer comme en piscine. C'est mieux si... ... vous humidifiez légèrement vos cheveux avant d'étaler votre protection solaire : vous verrez, vous dépenserez de deux à trois fois moins de produit. CHEVEUX: LE BLOND AU SOLEIL POURQUOI LES CHEVEUX DEVIENNENT-ILS PLUS CLAIRS EN ÉTÉ ? L'éclaircissement est dû à un phénomène chimique. C'est ce que l'on appelle une réaction d'oxydation, et l'on peut même parler d'une double oxydation pour les femmes qui font des colorations. La première intervient au moment où le coiffeur fait la couleur, la seconde quand la mélanine du cheveu reçoit les rayons UV qui dégradent

les pigments chimiques. Le cheveu peut ainsi éclaircir d'un quart ou d'un demi-ton. SEULES LES BLONDES BLONDISSENT AU SOLEIL ? Pas du tout. Les brunes voient leurs cheveux se couvrir de reflets cuivrés ou dorés, et les rousses éclaircissent également, ou alors leurs nuances cuivrées s'accentuent. Pour les "méchées", l'éclaircissement est général. Mais c'est effectivement sur le blond que l'effet est le plus spectaculaire, surtout s'il est cendré. CHEVEUX: DES SOINS EN FONCTION DE VOS BESOINS Les huiles : ce sont les plus efficaces car elles ont l'avantage de tenir toute la journée malgré les bains répétés. Mais elles donnent à la chevelure un effet mouillé et luisant pas toujours plaisant. Les voiles invisibles: en spray, ils sont moins protecteurs mais parfaits pour les cheveux fins qu'ils n'alourdissent pas.

Langue de chat

INGREDIENTS 250g de farine 200g de beurre 200g de sucre glacé 6 blancs d’?ufs PREPARATION Mettre le beurre et le sucre dans une bassine.

Mélanger bien jusqu’à l’obtention d’un mélange crémeux. Incorporer les Oeufs graduellement en fouettant. Incorporer la farine, mélanger pour obtenir une pâte homogène. Coucher à la poche des bâtonnets de 5cm de longueur. Cuire à four moyen à 220° C.

21

est qu'après quelques shampooings, la première ternit. Un soin capillaire, donc, avant chaque lavage, aura pour mission de resserrer les écailles des cheveux. La lumière se reflétant mieux, ces derniers brilleront de nouveau et la couleur tiendra mieux. AFFICHEZ VOS CHEVEUX GRIS LA PRINCIPALE DIFFICULTÉ : Trouver la nuance de gris la plus naturelle possible et la plus proche de la couleur naturelle. La bonne méthode : Il s'agit simplement de griser les cheveux avec une coloration permanente traditionnelle. A renouveler tous les mois. A la maison : Prévoyez un rinçage bleuté après chaque shampooing, pour éviter les reflets jaunâtres dus aux phénomènes d'oxydation. A acheter chez le coiffeur, avec le mode d'emploi, pour vous éviter le « blanc-bleuté », octogénaire avant l'âge ! DÉCOLORÉE DEPUIS 20 ANS LA PRINCIPALE DIFFICULTÉ : Les cheveux sont hypersensibilisés par les colorations répétées. Secs, poreux, cassants, ils risquent d'afficher de faux reflets orangés ou verts. Il va falloir jongler avec les pigments et surveiller leurs réactions chimiques. Rincer au meilleur moment, vrai travail de pro. La bonne méthode : Les cheveux étant décolorés, donc sans pigments, il suffit de les teinter dans une couleur proche de la base naturelle, à l'aide d'une coloration permanente, jusqu'au renouvellement complet de la chevelure. L'affaire de quelques mois, si vous avez une coupe courte et jusqu'à un an, si les cheveux sont longs Pour effectuer l'opération inverse, passer d'une coloration foncée à un blond naturel c'est plus compliqué car les cheveux doivent d'abord être « décapés ». Une opération chimique agressive, consistant à « nettoyer » les tiges pilaires des pigments colorés dont ils sont chargés. A la maison : Difficile d'éviter les périodes entre deux colorations où les cheveux prennent une couleur incertaine, et manquent de brillant. N'hésitez pas à changer de coupe de cheveux pour patienter en beauté, et faites un soin la veille de chaque shampooing pour éviter les effets décolorants de ce dernier.

Salade marocaine

INGREDIENTS - 4 tomates - 1 poivron vert - 1 oignon - Sauce de vinaigrette - 1càs d’huile d’olive - Sel selon goût PREPARATION - Epluchez les tomates, coupez-les en

morceaux. - Epluchez l’oignon et hachez-le. Coupez le poivron en dés. - Mettez dans un saladier les morceaux de tomates, d’oignon et de poivron, ajoutez la sauce de vinaigrette .mélangez bien ajoutez le sel si nécessaire. - Arrosez d’huile d’olive - Servir frais


22

Maracana N° 1131 — Samedi 5 Juin 2010 MOTS FLÉCHÉS N° 456

JEUX-DETENTE SOLUTION MOTS FLÉCHÉS N° 455

HUMOUR

Quand tu chantes, tu dis: - Je chante dit le professeur à Toto et quand ta soeur chante tu dis... - TAIS-TOI !

MOTS CROISÉS N° 456 A B C D E

F G H

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Quotidien sportif édité par La Gazette de l’omnisports Siège social 28, rue Ali Khodja - Bordj El-Kiffan Tél. : 021 92.62.25 - 0770 94.97.55 Fax : 021 79.86.54 - 021 92.37.24 Bureau de liaison 79, boulevard Bougara - El-Biar - Alger

I

J

K L

HORIZONTALEMENT 1 - Rassemblée en un tout cohérent 2 - Qui concernent une tumeur trés mal placée 3 - Trés intéressés Semblable 4 - Cassas brutalement Fortifiera 5 - But de promenade en mer - A échanger avec la casse - Pas trés large 6 - Mettra à l'abri (se) Joliment coloré 7 - Atmosphère pour initiés -Son bouquet réjouit le palais 8 - Coincé - Assez ! Pièce d'avant 9 - Fondent de nouveaux groupes - Hexaëdre hasardeux 10- Leurs vertus sont exemplaires - Bons gibiers pour vieux gau

Directeur de la publication-gérant Farouk Seba Directrice chargée du marketing Samia Benmaghsoula Directrice chargée de la diffusion Cyriel Seba Directrice chargée de la communication Lilia Seba Rédacteur en chef Mustapha Ouail

SOLUTIONS MOTS CROISÉS N° 455 VERTICALEMENT A - Bien enguirlandées B - Mis au jour - Porta jusqu'au bout C - Parodiera - Affirmation D - Liquide rafraîchissant - Tissu de galon E - Confectionnerait des cordonnets F - Point de saignée Humaniste hollandais G - Elu normand Bêtisier - Voisins de l'équerre H - Unité de poivrot Voiture à cheval I - C'est pareil - Montré sa joie - Sujet intime J - Accessoires de table pour l'agrément des plats K - Cité sur la Bresle Bien pleins - Poème à chanter L - Totalement béats

Chargé de la rédaction Touafek Djamel Rédaction Aomar Moussi Directeur technique Laïd Kalila Publicité 021 79.86.54 ANEP 1, avenue Pasteur, Alger

Tél. : 021 73.76.78 - 021 73.71.28 - 021 73.30.43 Fax : 021 73.95.59 Photos : Maracana Site web : www.maracanafoot.com Imprimerie : SIA Diffusion : Echourouk Diffusion, Maracana e-mails : hebdomaracana@yahoo.fr maracanalejournal@yahoo.fr


13:30Reportages 17:00Gossip Girl 17:55Tous ensemble 19:50Tous les marchés du monde 19:54Là où je t'emmènerai 19:55Météo 20:30Du côté de chez vous 20:35Cap sur l'Afrique du Sud 20:39Courses et paris du jour 20:40Météo 20:45Identity

Dans chacune de ces enquêtes, trois célébrités devront découvrir qui se cache derrière neuf personnes inconnues. Parmi elles, qui est pilote d'avion, sosie officiel de star, agent SNCF, champion d'Europe de boxe française, exMister Univers ou encore tatoueur ? Pour tenter de répondre à ces questions, Jean-Luc Reichmann fera appel à deux équipes de profilers de choc composées de Charlotte de Turckheim, Amel Bent et Dave pour l'une et Sheryfa Luna, Frank Leboeuf et Francis Lalanne pour l'autre. Leur mission : trouver les identités correspondant aux neuf personnes présentes sur le plateau pour faire grimper la cagnotte qui pourra atteindre 50 000 euros. L'intégralité des gains récoltés lors de la soirée sera reversée à l'association Enfants d'Asie et à la Fondation pour la recherche médicale.

06:00EuroNews 06:35Ludo 11:00Météo 11:05Magazines régionaux 12:2512/13 : Journal national 12:5030 millions d'amis 13:30Les grands du rire 14:45Tennis 16:55Slam 17:30Des chiffres et des lettres 18:30Les compagnons de l'aube : 18 portraits du 18 juin 18:35Avenue de l'Europe 18:45Emission de solutions 18:5019/20 : Edition nationale 19:3019/20 : Journal national 19:58Météo 20:08Les héros de la bio-diversité 20:10Fa si la chanter 20:35(La) Nouvelle Maud 21:25(La) Nouvelle Maud Série TV Drame (55 mn) 23:15Météo 23:18La minute épique 23:20Soir 3 23:45Easy Rider

Surprise sur prise» fut la première émission de caméra cachée à piéger des stars, avec la complicité de leurs proches, révélant au fil des gags la personnalité privée et généralement méconnue des célébrités. Virginie Guilhaume et Laurent Boyer proposent de redécouvrir les meilleurs moments de cette émission, commentés et décryptés par les victimes elles-mêmes. Au programme, notamment, Patrick Bruel totalement bluffé par une machine futuriste, Mimie Mathy perdant son sang-froid dans une fête foraine, Philippe Candeloro dépassé par les événements, Clémentine Célarié en larmes face à un policier, faux évidemment, Thierry Lhermitte spectateur d'un match de football ou encore Gérard Jugnot pris de panique face à une stituation catastrophique. Et, cerise sur le gâteau, la canular de l'une des plus grandes stars française, Alain Delon.

06:00M6 Music

06:40Télé-achat 06:40 Télé-achat

06:15M6 Kid

08:40 Flipper 13:10Friends 09:30 Flipper

07:25Absolument stars

10:20 Les sorciers de Waverly 13:35Friends Place people 15:40Tellement 10:45 Les sorciers de Waverly

10:45Un dîner presque parfait 13:50C'est ma vie

Place 18:45Stargate 11:10 Sonny SG-1

17:35Accès privé

11:35 Sonny 19:30Les dossiers de «Vis ma 12:25 American Dad !

19:38La minute de l'économie 19:40Météo

12:50 American Dad ! vie» 13:15 Stargate SG-1

19:45Le 19.45

14:00 Stargate SG-1 20:35Hannah Montana 14:45 Stargate SG-1

20:40Les 20 «Surprise sur

On va vous surprendre agréablement. Une personne que vous connaissez bien vous fera une nouvelle proposition que vous serez tenté d'accepter. Vous retrouvez goût à la vie à l'annonce de cette heureuse information.

Vous éprouverez le désir de vous transformer. Vous rechercherez une plus grande stabilité dans vos sentiments. Cela représente un moment important et décisif de votre vie. Surtout ne précipitez rien encore car vous pourriez finir par faire fuir l'être aimé.

Des relations un peu troubles se nouent dans votre dos. Vous savez qu'il n'y a rien à craindre mais néanmoins sachez garder un œil attentif sur cette affaire car vous saurez le moment venu pour renvoyer la balle. A bon entendeur, salut !

Vous allez connaître la chance de pouvoir vous débarrasser de préoccupations personnelles et de vos soucis. Vous pourrez vous donner à fond et vous concentrer sur un objectif que vous cherchez à atteindre depuis longtemps. Les choses progressent à votre guise.

Vous liez connaissance avec une personne qui pourrait avoir une influence très favorable sur le déroulement de votre vie personnelle. Remettez votre orgueil à sa place et n'hésitez pas à lui demander de l'aide. La chance sera là tout près, vous pourriez très bien réussir.

Vous aurez la grande forme physique et aurez ainsi toutes les armes pour résoudre une situation qui ne vous satisfaisaitt pas ou qui perdurait sans évoluer. Vous méritez mieux que ça dans la vie. Mettez en valeur vos qualités personnelles qui sont uniques.

Une ambiance des plus agréables vous charmera. Attendez-vous à connaître une agréable surprise vous concernant. Tous les espoirs vous sont permis à condition de ne pas commettre de bévues. Restez néanmoins sur vos gardes car on vous attend au coin du bois.

Le moral sera bon, mais il faut le préserver. Attachez vous à agir de façon positive. Dans certaines circonstances une attitude déterminée est primordiale. C'est capital de montrer que vous ne redoutez pas de vous mesurer à ceux que vous redoutez. On vous craindra.

Vous avez un virage difficile de votre vie à négocier. Mais la chance va surgir brusquement au moment où vous vous y attendez le moins. Tout va vite changer si vous avez la sagesse de saisir les belles opportunités qui vous sont offertes.

B A LAN CE

La forme physique va vous sourire. Revenez sur certaines décisions hâtives que vous avez prises. Attention un excès d'efforts peut nuire à votre santé. Tous les espoirs vous seront permis si vous savez garder cette grande forme. Agissez avec tranquilité et discernement.-

S CO RP I O N

13:00Journal

S AG ITA IR E

12:50L'affiche du jour

B LIE R

11:55Attention à la marche !

V E RS E A U

10:55Tous ensemble

P OI S S O N

l'hebdo

Vous vous empêchez inutilement de goûter aux joies qui vous sont offertes ce qui vous empêche d'être parfaitement heureux. Ne soyez pas aussi méfiant envers les sentiments sincères que l'on vous manifeste. Une plus grande confiance en vous serait profitable à tous.

T A UR E AU

10:10Combien ça coûte ?,

SAMEDI

HORAIRES DES PRIÈRES

15:35 Tellement vrai 21:00Hannah Montana

prise» que les Français n'ou-

19:00 Les dossiers de «Vis 21:25Hannah Montana ma vie» : la quotidienne

blieront jamais

19:35 Friends 21:50Hannah Montana 20:35 A nous quatre, Cardinal

22:55Michaël Youn : du

! 23:55The Moment of Truth : le 22:15 Les quatre Charlots

Morning à Fatal

mousquetaires prix de la vérit

23

Vous allez pouvoir résoudre rapidement un prolème qui vous mobilise un peu trop. Vous aurez l'agréable surprise de vous rendre compte que vos inquiétudes ne servaient à rien. Vous aurez l'impression très nette que rien ne vous résiste. Profitez-en.

G E ME A UX

09:40Télévitrine

Horoscope

C AN CE R

08:55Téléshopping samedi

06:25Samantha Oups ! 06:30Paris sportifs 07:00Télématin 11:20Les Z'amours 11:55Tout le monde veut prendre sa place 12:55Météo 2 13:00Journal 13:1513h15, le samedi... 13:50Météo 2 13:55Envoyé spécial : la suite 14:50Mary Higgins Clark 18:45CD'aujourd'hui 18:55Mot de passe 19:50Image du jour : Roland Garros 19:55L'agenda du week-end 20:30Combles de rêve 20:31Tirage du Loto 20:34Météo 2 20:35Le plus grand cabaret du monde 22:52CD'aujourd'hui 22:55On n'est pas couché

LIO N

06:30TFou

V I E RG E

07h00 : Journal télévisé (1er 07h00 : Journal télévisé édition) 07h15 : Sabahiat 07h15 : Sabahiat (Télématin) 10h00 : Qaryat El Ilm Wa 10h00 : Moughamarat Farid Khayal 10h30 : El-Assil 10h30 : Oyoun Aliya 12h00 : Firqat Mozart 11h15 : Documentaire 12h30 : Ibtikarat 12h00 : Dragon Ball 13h00 : Journal télévisé ( édi12h30 Aâdjalet Aâdjiba tion du: 13h) 13h00 : 13h30 : Journal Rebeca télévisé ) 13h30 : El Houb El-Dhaie 15h00 : Long métrage 15h00 : Emission d'animation 16h00 Rawaie El-Sair ka 16h30 :: Min Kaasse el fadaa El-roussi 17h00 : El-Aâlem baina yadak 16h30 danck 17h30 :: slam El-khal wa raihane 17h00 baina yadak 18h00 :: El-Aâlem Journal télévisé ( édi17h30 : Tariq El-Salama tion Amazigh) 18h00 télévisé 18h20 :: Journal Haoula aâlem 18h30 19h00 : Emission Ikhetar soualek 18h45 tibiya ( édi20h00 : Irchadat Journal télévisé 20h00 Journal télévisé tion du: 20h) 20h45 El Qoraan 21h00 : Forssan Min Waqiouna 21h00 Loi viva du fugitif 22h00 : La 1.2.3. 21h45 : El-Ousboue El-Riyadi l'algerie 23h30 Biladi 23h00 : Hadi Film algerien

CA P RI CO RN E

Maracana N° 1131 — Samedi 5 Juin 2010

Nuages épars. 30°

LE SAVIEZ-VOUS ?

El-Fadjr 03 h 41 El-Dohr 12 h 46 El-Assar 16 h 37 El-Maghreb 20 h 03 El-Icha’a 21 h 44

Surnoms des équipes de football européennes Dans un précédent billet, je listais les surnoms des clubs de football européens mais l’Euro 2008 approchant, il serait bien de savoir les surnoms des équipes nationales européennes, des fois que vous ayez un manque d’inspiration lors de vos diners mondains pendant le mois qui vient Voici donc les surnoms des équipes qualifiées pour l’Euro 2008 : EQUIPES DU GROUPE A : République Tchèque : Reprezentace Suisse : La nati (la nation) Portugal : La seleção das quinas (la sélection du coin – le coin du continent européen) Turquie : Ay-Yıldızlılar (les étoiles du crois-

sant) EQUIPES DU GROUPE B : Autriche : La WunderTeam (l’équipe formidable) Croatie : Les Vatreni (les ardents) Allemagne : Die Nationalmannschaft (l’équipe nationale) Pologne : Les aigles blancs Equipes du groupe C : Roumanie : Les Tricolorii (les tricolores) France : Les bleus ou les tricolores Pays-Bas : Les Oranje (les oranges) Italie : La Nazionale ou la Squadra Azzurra (la nationale) EQUIPES DU GROUPE D : Espagne : La Selección ou La Furia Roja

(la furie rouge) Russie : La Natsionalnaja Sbornaja (l’équipe nationale) Grèce : Suède : Les Blågult (les bleus et jaunes) Je n’ai pas réussi à trouver les surnoms des équipes d’Autriche et de Grèce, si jamais vous les connaissez (si ils existent), merci de le mettre en commentaire pour compléter la liste On m’a demandé plusieurs fois cette semaine de faire un billet sur l’origine du comptage des points au tennis mais comme j’ai trouvé de tout et n’importe quoi, je vous laisserai vous faire votre propre avis en lisant la page Wikipédia associée.


Maracana N° 1131 — Samedi 5 Juin 2010

24

Deux hectares pour le bonheur des clubs

Le président de la JS Kabylie, Moh Cherif Hannachi, avait le sourire ce mercredi 12 mai. On venait de lui confirmer que son club bénéficierait d’une assiette de terrain de deux hectares située au

sein même du futur complexe sportif de Tizi Ouzou, à proximité du grand stade de la ville dont on a tant parlé. Il avait, donc, doublement de quoi être heureux. D’une part, on lui a annoncé que la

JSK aurait les fameux deux hectares, et de l’autre il venait d’assister, d’une manière officielle, au lancement de l’opération portant sur la construction du grand stade. Une infrastructure

A l’indépendance, il y avait un stade assez grand à El Harrach, le stade appelé Zevaco, mais qui depuis a été rayé de la carte. Toutes les associations sportives qui pullulent dans la capitale se contentent, donc, de ce qu’il y a. Résultats des courses : les grands clubs, ceux de la prétendue élite du football algérien, sont obligés de partager leur temps d’entraînement avec toute cette nuée de petits clubs.

dans une sorte de bricolage qui ne dit pas son nom. Mais, attention, ce n’est pas parce que la JSK et l’ESS sont mieux lotis qu’il faudrait croire qu’ils sont largement au dessus du lot. Ces deux clubs sont, eux aussi, réduits au bricolage en matière d’entraînement. Et ce n’est pas le fait que le club de la Kabylie a comme entraîneur un Suisse que l’on va croire au contraire. Suisse ou pas, Geiger en est réduit à travailler comme ses collègues algériens. C’est cette habitude de travailler dans un espace réduit que les clubs, qui vont aller vers le professionnalisme, sont appelés à pérenniser dans les deux hectares que l’Etat va leur octroyer. Le grand avantage sera qu’ils seront seuls sur ces surfaces, sauf s’ils choisissent de partager les terrains avec leurs jeunes catégories. En tout cas, une chose est sûre, le temps de travail s’en trouvera augmenté du moment que les terrains sont leur propriété exclusive.

pour laquelle il s’était tellement battu et dont il avait même cru un jour qu’elle ne se réalisera pas du fait des lenteurs observées lors de sa mise en œuvre alors que le projet datait de 2002.

g Par Jalil Ahmed

Deux hectares, cela peut paraître peu pour un club qui aspire à devenir professionnel, mais mieux vaut avoir une parcelle de terrain que rien du tout. Au moins le club pourra s’enorgueillir de posséder un patrimoine. Quand on pense que les bureaux de la JSK se trouvent au sein-même du stade du 1er Novembre grâce à la DJS qui a bien voulu les mettre à sa disposition. Mais, deux hectares, c’est tout juste de quoi installer deux terrains de football aux dimensions règlementaires. «Un club n’a pas besoin de terrains de ce genre, nous dira un président de club. On peut diviser la surface en quatre et cela nous donnera autant de terrains pour s’entraîner. Certes, ce ne sera pas exactement ce que nous voulons, surtout que l’on a besoin d’une surface aux normes internationales pour travailler certaines phases de jeu, mais on se contentera de ce qu’on nous donnera.» Il faut dire que les clubs algériens souffrent tellement du manque d’espaces pour s’entraîner, que le moindre terrain qui pourrait leur être octroyé est considéré comme un bol d’air dans un monde où ils étouffent.

Peu d’aires de jeu

Paradoxalement, l’Algérie est l’un des pays d’Afrique où l’on a construit le plus d’infrastructures sportives ces quarante dernières années. Avec la multiplication de ces dernières, on pourrait se dire que, normalement, le problème lié au manque de terrains est sur le point d’être résorbé. Cela est faux. En effet, pendant que le pays construisait des stades et des salles omnisports, le nombre d’associations sportives augmentait à une allure vertigineuse. Surtout dans les grandes villes. C’est dans des cités comme Alger, Oran et Constantine que le phénomène du manque d’aires de jeu pour s’entraîner se fait le plus sentir. Dans la capitale, par exemple, les stades actuels existent depuis l’indépendance. On a, certes, construit le stade du 5 juillet, mais il n’est fait que pour la compétition. Impossible de s’y entraîner, sauf quand on doit y jouer un match international. Et encore, vous n’y avez droit qu’à une seule séance. Le seul privilège de s’y entraîner un peu plus longtemps est accordé à l’équipe nationale A. Vous pouvez disposer de terrains annexes dans le complexe olympique, mais il y en a un qui sert à l’athlétisme. De toutes les manières, sa pelouse laisse grandement à désirer comme celle, d’ailleurs, de l’autre terrain annexe. On a, également, construit un autre stade, de moindre importance que le précédent, à Bab El Oued, mais c’était pour remplacer un autre stade qui existait déjà presque au même emplacement, l’ex-stade Ferhani. Par contre, à l’indépendance, il y avait un stade assez grand à El Harrach, le stade appelé Zevaco, mais qui depuis a été rayé de la carte. Toutes les associations sportives qui pullulent dans la capitale se contentent, donc, de ce qu’il y a. Résultats des courses : les grands clubs, ceux de la prétendue élite du football algérien, sont obligés de partager leur temps d’entraînement avec toute cette nuée de petits clubs. Ce n’est pas pour rien qu’un dirigeant de l’USM Alger nous disait un jour : «Passez

un lundi au stade de Bologhine. Essayez de jeter un objet en l’air et vous verrez qu’il ne touchera pas le sol tellement il y a du monde qui se bouscule sur le terrain.» On a cité cet exemple parce que l’USMA est détentrice d’une convention de concession de ce stade qu’elle a signée avec l’APC de Bologhine. On peut croire que le terrain lui appartient exclusivement. C’est faux. Peutêtre que dans la matinée cela est vrai, mais pas tout le temps. Dans la convention, il est bien spécifié que le stade est à la disposition des associations sportives de la commune et même d’autres communes limitrophes, comme les Deux Moulins ou Raïs Hamidou, voire Hammamet qui n’ont pas de stade. La conclusion est que les joueurs de l’USM Alger, censés être des footballeurs de l’élite, n’ont pas le temps d’entraînement nécessaire pour pouvoir atteindre ce statut selon les normes internationales. Nous avons parlé de l’USM Alger, comme on aurait pu évoquer le cas de tous les autres clubs de la Division I, encore que certains d’entre eux bénéficient de privilèges que n’ont pas les clubs des grandes cités, en particulier ceux d’Alger. On peut penser que la JSK à Tizi Ouzou, ou l’ESS à Sétif disposent de conditions d’entraînement que n’ont pas le MC Alger, le CR Belouizdad ou le MC Oran, pour ne citer que ces clubs. En fait, ils sont confinés

Les jeunes doivent être pris en compte

Mais, dans la réalité, les deux hectares couvrent une surface que l’Etat leur octroie pour qu’ils y installent leurs centres de formation. Autrement dit, il sera demandé de tout miser sur les jeunes et de leur donner les moyens de progresser. S’il faut continuer avec les dirigeants qui sont en place actuellement, il n’est pas garanti que ces deux hectares soient mis à la disposition exclusive des jeunes catégories. On connaît leur propension à presque tout donner aux seniors, du moment qu’on ne leur demande jamais de comptes. Pendant des années, des ministres de la Jeunesse et des Sports n’ont fait que réclamer plus de considération pour ces jeunes, allant jusqu’à menacer de fermer le robinet des subventions si ce manège se poursuivait. Aucun d’eux n’a mis sa menace à exécution. On peut, donc, penser, si les choses en restaient là, que les terrains que l’Etat va dégager pour ces clubs seront bien utilisés par les jeunes, mais les seniors

C’est cette habitude de travailler dans un espace réduit que les clubs, qui vont aller vers le professionnalisme, sont appelés à pérenniser dans les deux hectares que l’Etat va leur octroyer. Le grand avantage sera qu’ils seront seuls sur ces surfaces, sauf s’ils choisissent de partager les terrains avec leurs jeunes catégories. y auront leur place, avec même un peu plus de temps. Il le faut bien, du moment que, dans l’immédiat, il paraît impossible de céder les stades aux clubs. On apprend, à ce sujet, qu’une commission du ministère de la Jeunesse et des Sports est en train de plancher sur le sujet. Il semblerait que s’il y a un hic, ce dernier se situerait au niveau du ministère des Finances, patron de l’administration des Domaines de l’Etat, qui risque de demander le prix fort pour chaque concession de stade. A titre d’exemple, il y a quelques années de cela, le président de l’USM Blida, Mohamed Zaïm, avait réussi à se faire introduire auprès du ministère de la Jeunesse et des Sports afin de voir comment avoir en concession le stade Tchaker de Blida. Ce dernier est intégré dans un complexe sportif sous la tutelle de la DJS, donc du même ministère. Il avait été reçu par des cadres du MJS qui lui avaient fait un topo de la situation et, quelques jours plus tard, il avait été destinataire de l’estimation en dinar du prix de la concession, à savoir un loyer que l’USMB devait payer annuellement. Mohamed Zaïm n’avait jamais donné suite à cette réponse, car le chiffre qu’on lui avait adressé comportait plusieurs zéros ; en plus clair, une somme trop élevée pour le club blidéen. Ce qu’avait vécu le président de l’USMB a de grandes chances de se reproduire, car il n’y a aucune raison que l’Etat cède à des clubs qui vont générer des bénéfices des infrastructures qu’il construit pour la collectivité. J. A.


maracanafoot1131