Page 1

1

suplement_solidaire_05.indd 1

27/04/15 12:27


2

« Le meilleur programme que nous ayons jamais eu »

Les groupes sont prêts, les conférenciers ont confirmé leur pré- sence et le beau temps a été commandé. Pour Rik Vermeersch, directeur du festival ManiFiesta, tous les ingrédients sont réunis pour faire de ManiFiesta 2015 la meilleure édition que nous ayons jamais vue. <<Nick Dobbelaere

même décidé de nous investir davantage dans ce ManiFiesta On Tour, car nous pensons qu’il y a un fort potentiel à exploiter. Concrètement, il s’agit d’organiser des concerts dans plusieurs villes et d’ainsi permettre aux jeunes de se produire devant un public plus grand, allant de 800 à 2.000 personnes. Ce qui devient de plus en plus Selon vous, pourquoi faut-il absolument Bien sûr, nous ne nous limitons pas aux paroles, difficile pour de nombreux groupes surtout avec venir à ManiFiesta en septembre ? nous voulons également agir. la politique culturelle mise en place Rik Vermeersch. Je le répète probablement Il y a deux ans, nous sommes tant en Flandre qu’en Wallonie. A ManiFiesta, même chaque année mais, pour cette édition, le programme passés aux gobelets réutilila science est au est selon moi le meilleur que nous ayons jamais eu. sables, ce qui nous a permis ManiFiesta a développé Tant sur le plan musical que pour les autres conte- de réduire considérablement programme : la théorie des liens étroits avec son nus. Cette année, nous accueillerons des artistes nos déchets. L’an dernier, nous de la relativité d’Einstein festival frère « Festa do Avante ! » au Portugal. comme Goran Bregovic, Bart Peeters, Médine, avons eu une discussion avec y sera expliquée dans Travaillez-vous ensemble ? William Dunker, mais aussi beaucoup d’autres, les représentants de la société un langage simple qui tous se produiront dans un même festival. Du publique des déchets pour la Rik Vermeersch. Oui. Il côté des conférenciers, nous aurons l’honneur de Région flamande (OVAM) qui est d’ailleurs convenu que nous recevoir Vandana Shiva, John Bellamy Foster et sont venus constater de manière informelle l’état enverrons un groupe se produire au Portugal en Owen Jones. Bref, un programme diversifié qui des lieux, et ont déclaré que jamais ils n’avaient vu septembre et qu’en contrepartie ils enverront un prouve encore une fois que ManiFiesta n’est pas de festival aussi propre. Cette année, nous poursui- de leurs groupes se produire chez nous. Le groupe un festival comme les autres. Quels que soient vos vons notre engagement envers le développement portugais Terrakota viendra donc jouer chez nous, centres d’intérêt, vous y trouverez votre bonheur. durable, en proposant une gamme beaucoup plus et Jan De Smet et Jokke Schreurs présenteront à vaste de produits et repas végétariens et végétaliens. la Festa do Avante ! le programme sur Pete SeeCette année, le vert domine l’affiche. ger qu’ils ont monté l’an dernier Cela a certainement une signification. Quels sont les autres thèmes ? tout spécialement pour Rik Vermeersch. Cette année, nous avons voulu Rik Vermeersch. La sécurité sociale. Nous ManiFiesta. mettre en avant des thèmes qui travaillons en collaboration avec Notre ManiFiesta on nous tiennent très à cœur. la plateforme « Sécurité sociale Tour s’inspire d’ailleurs Nous ne nous voulons Il y a tout d’abord le dévepour tous », une plateforme qui du concours de talents pas seulement parler loppement durable. Cet intérêt rassemble 16 organisations, qui portugais « Concurso de la problématique du se remarque non seulement à vont des ONG de développement de Bandas » auquel climat, nous voulons la couleur verte de l’affiche, aux syndicats et mutuelles. Nous ne participent plus de également agir mais surtout à la présence de savons pas encore comment cette 110 groupes et qui certains conférenciers, comme plateforme se profilera dans le cadre constitue un des princila militante indienne Vandana Shiva et John Bel- du festival, mais ce qui est sûr, c’est qu’un débat paux moteurs du festival. lamy Foster, l’auteur de nombreux ouvrages sur la est prévu et que différentes actions devraient être Une majorité de groupes relation entre marxisme et écologie. organisées pour sensibiliser le public de ManiFiesta aujourd’hui célèbres au Nous avons également travaillé en étroite sur le sujet. Portugal ont été découcollaboration avec Climate Express. ManiFiesta verts grâce à ce se veut un tremplin pour leur campagne de mobi- L’année dernière, le concours musical circuit. C’est lisation qui vise à rassembler 10.000 Belges pour ManiFiesta On Tour a été très apprécié. notamment le les accompagner à la conférence sur le climat qui Sera-t-il réédité cette année ? cas du groupe se tiendra à Paris en décembre prochain. Rik Vermeersch. Absolument. Et nous avons Terrakota.

suplement_solidaire_05.indd 2

27/04/15 12:27


3

Rik Vermeersch présente quelques artistes de l’édition ManiFiesta 2015 Bart Peeters

« Un chanteur extraordinaire, une star en Flandre. Cela faisait trois ans que nous tentions de l’avoir à ManiFiesta. C’est désormais chose faite. Franchement, quand cela s’est conclu, ma journée a été bonne… »

Goran Bregovic

« Gas gas, Kalashnikov et autres bandes-son des films de Kusturica, mais aussi une version dynamique de Bella Ciao font notamment partie des concerts de Bregovic. Une super tête d’affiche. »

Quelles seront les autres particularités du festival ?

Rik Vermeersch. Comme chaque année, la foire aux livres occupe une place de choix dans notre programmation. Cette année, nous accueillerons l’auteure Kristine Hemmerechts qui viendra présenter son dernier livre. Depuis l’an dernier, la bande dessinée fait également partie de l’offre. Wouter Mannaert et Mark Bellido viendront ainsi présenter leur BD El Mesías. Ces deux auteurs ont passé deux ans à Somonte et Marinaleda, deux petites villes espagnoles où l’administration locale a développé une microsociété basée sur une plus grande égalité. Wouter Mannaert et Mark Bellido s’en sont inspirés pour leur roman graphique qui compte plus de 200 pages. Les auteurs de bandes dessinées Nix, Serge Baeken et Simon Spruyt seront également présents pour une séance de dédicaces. La nouveauté cette année, c’est que la science est aussi au programme. Notre objectif est d’aborder ce domaine de manière très accessible. La théorie de la relativité générale d’Albert Einstein a 100 ans et nous avons voulu l’expliquer dans un langage simple, avec à l’appui des extraits du film Interstellar. L’an dernier, on a eu l’impression que le terrain du festival commençait à devenir trop petit.

Rik Vermeersch. Cette année, il est prévu d’étendre encore la superficie du terrain du festival ; de même, divers aménagements seront apportés pour améliorer et faciliter les déplacements des festivaliers. Nous allons également agrandir l’étendue réservée au village des enfants, car nous nous sommes rendu compte que le festival était fréquenté par beaucoup de familles avec de jeunes enfants, qui eux aussi doivent pouvoir s’amuser à notre fête de la solidarité.

suplement_solidaire_05.indd 3

Médine

« Je l’ai vu se produire pour 500 jeunes de Schaarbeek et de Molenbeek. L’énergie et la révolte qu’il arrive à libérer, c’est incroyable. »

Civalizee Foundation

« Civalizee Foundation se produira le vendredi soir après la finale du concours. C’est un des plus célèbres collectifs de DJ reggae et ragga. Ce sont des Anversois et, avant tout, des progressistes. Avec Civalizee Foundation au programme, vous pouvez être certains que les murs du Centre Staf Versluys vont trembler vendredi soir. (Rires) »

William Dunker « Du folk-blues déjanté en wallon : du Borinage au Pays de Herve, William Dunker est tout simplement un phénomène. » 

Terrakota

« Un des groupes les plus célèbres du Portugal. Ils ont été découverts lors du concours de talents organisé par la Festa do Avante ! Sur sa page Facebook, le groupe compte un peu plus de 300 000 fans, c’est tout dire. Ils se produiront chez nous le samedi soir, juste avant la session DJ de clôture.

La Sonora Cubana

« Pensez à Afro Cuban All Stars et au son cubain bien corsé et vous avez une idée de ce qu’est La Sonora Cubana. Dans la tente de Che Presente, c’est sûr, ça va transpirer ! »

Bituaya

« Un groupe issu du projet culturel «Tina El Fuerte» dans les quartiers de Caracas. Ils ont aussi joué en première partie des concerts de Calle 13 et de Manu Chao. »

27/04/15 12:27


4

Goran Bregovic

va « faire la folie » à ManiFiesta La tête d’affiche de la prochaine édition de ManiFiesta s’est fait connaître en Europe par les films de son ami Emir Kusturica dont il a composé les musiques. Mais ce punk de 65 ans (il en fait au moins 20 de moins) a commencé bien avant. Solidaire l’a rencontré.

<<Jonathan Lefèvre

G

rande-Synthe, près de Dunkerque (France). A quelques minutes d’entrer sur scène avec ses musiciens, Goran Bregovic nous reçoit dans sa loge. L’occasion de revenir sur son parcours, sur les gitans, sur la folie. La voix est basse. L’artiste semble timide. Pourtant, 30 minutes plus tard, c’est un autre homme que nous voyons. Une fois sa chemise noire troquée pour son costume blanc, Goran Bregovic montre aux spectateurs ce qu’est la « folie » dont il parle tant. Un aperçu de ce que sera ManiFiesta. Votre dernier album s’appelle Champagne for Gypsies. Pourquoi ce nom ?

Bio express

Goran Bregovic. Au début je voulais faire quelque chose de plus romantique, comme mon album précédent. Mais il y a eu cette polémique sur les Roms, expulsés de partout1. Je voulais faire un disque que l’on n’oublie pas. Que les gitans laissent une trace dans la culture populaire. C’est pour cela que j’ai fait appel à autant d’invités de différentes générations : The Gypsy Kings, Stephan Eicher (chanteur suisse, NdlR) jusqu’à Gogol Bordello (groupe de Gypsy punk dont le chanteur a participé à l’album, NdlR). J’ai fait ce disque pour ne pas que l’on oublie l’apport des gitans dans la culture. J’espère que l’Europe va bientôt se rendre compte que les gitans ne sont pas que des gens à expulser. Ils ont un talent inexplicable qui mérite le champagne. Imaginons que l’on ait expulsé Django Reinhardt, la famille

des Gypsy Kings quand elle est venue d’Espagne, Charlie Chaplin de Suisse... Comment définir la musique gitane ?

Goran Bregovic. On ne peut pas car il n’existe pas UNE musique gitane. Ce peuple, vu qu’il est disséminé un peu partout, doit s’adapter pour survivre. C’est pour cela qu’on ne peut pas définir ce qu’est LA musique gitane. Il n’y a rien de commun entre la musique des gitans en France et celle des Balkans. Les gitans, que l’on appelle Roms ou tziganes, ont une mauvaise image. D’où vient-elle ?

Goran Bregovic. Du cliché « des gens du voyage qui volent ». Mais votre banquier peut voler en 5 minutes ce que les gitans pourraient voler durant un siècle. C’est n’importe quoi ! (Rires) C’est tellement facile de stigmatiser les gens qui n’ont pas le pouvoir de se défendre. Ils sont en Europe depuis 7 siècles. Ils ont souffert, ont été esclaves en Russie… Maintenant, il y a une nouvelle vague des gitans qui viennent de l’Est. Comme chez vous il y a 50 ans. Avec peu de scolarité, avec peu d’opportunités d’emploi. Ils sont vite déscolarisés car ils ne sont pas acceptés par la société, à l’école comme ailleurs.

Goran Bregovic. C’est dur quand vous venez

Goran Bregovic vient de Sarajevo, d’une famille serbo-croate. Après avoir connu le succès avec son groupe de rock Bijelo dugme, il se tourne vers la composition de musiques de film. Il fait la bande originale du troisième film d’Emir Kusturica, Le temps des gitans, en 1990. Il fera aussi celle d’Arizona Dream et d’Underground. Au total, c’est la musique de 11 films qu’il composera. A cause de la guerre, il a dû fuir la Yougoslavie pour la France. Mais, depuis, il est retourné vivre dans ce qui fut son pays. En 2013, il enregistre Champagne for Gypsies, son quatorzième album où il invite de nombreux artistes connus. Il est depuis en tournée avec son groupe, l’Orchestre des mariages et enterrements.

suplement_solidaire_05.indd 4

27/04/15 12:27


5

d’une maison de carton de vivre avec des enfants qui viennent d’une maison normale… Au lieu de les montrer du doigt car ils vivent dans des camps de fortune, ne devrait-on pas leur proposer des logements décents ? Mais il n’y a rien de nouveau. Dans l’histoire, avant, c’était facile : quelqu’un de « différent », tu le tuais. Le problème était résolu. Au XXIe siècle, j’espère que ce n’est plus possible. On va apprendre à vivre avec des gens « différents ». Il est temps. Selon vous, quelle est la solution ?

Goran Bregovic. Si les artistes ont un devoir, c’est de faire connaitre la culture des autres. Je viens d’une toute petite culture, quand on compare avec d’autres, comme la culture française. Mais avec notre travail, des gens vont recevoir une partie de cultures différentes. C’est important. Même Hitler n’a pas osé bombarder le Colisée ou la Tour Eiffel. C’est facile d’ignorer les gens dont on ne connait pas la culture. C’est donc votre rôle ?

Goran Bregovic. Je fais « seulement » de la musique. Mais cela me rend triste ce sort réservé aux gitans. Ce sont des êtres humains à respecter comme tous les autres. Avec d’autres, nous essayons de montrer la richesse culturelle et humaine de ce peuple.

sur la solidarité. Sans solidarité, on ne peut rien faire. Cela fait partie de l’être humain. C’est important qu’un festival comme le vôtre nous le rappelle. Ce monde, on essaie de le présenter comme égoïste. Dans cet océan d’individualisme, c’est important d’avoir une île de solidarité comme ça. Vous répétez souvent vouloir « faire la folie ». Qu’est-ce que cela veut dire ?

Goran Bregovic. On a besoin de folie. C’est quoi le sens d’être normal si on n’a pas le droit d’être fou ? Pour nous, êtres humains, il y a une balance entre folie et sobriété. On a le droit à la folie. Là d’où je viens, la musique seule n’est pas suffisante. Sans folie, il n’y a pas de sens de faire de la musique. C’est pour cela que je suis entouré d’un orchestre de gitans qui joue des cuivres. Cela produit la même folie qu’à l’époque du punk. Pourquoi on a tant aimé le punk ? Parce que les musiciens étaient des amateurs. Ils n’étaient pas parfaitement accordés. Ces petites imperfections font bouger les choses. La mort du punk, c’est God save the Queen, des Sex Pistols.

Le premier album fait par un vrai producteur. Ma musique comporte des cuivres, qui sont des anciens instruments militaires. C’est toujours un peu mal accordé. Ca donne le même effet. Vous êtes toujours punk, en fait ?

Goran Bregovic. C’est comme cela que je me vois, oui. Il y a plus d’énergie dans ces anciens instruments militaires que dans les guitares électriques. Vous faites de la musique depuis les années 1960. Où trouvez-vous l’énergie de continuer ?

Goran Bregovic. J’ai commencé dans des bars de striptease quand j’avais 17 ans. Si vous commencez comme ça, c’est que Dieu vous a envoyé un message : « Bregovic, tu vas t’amuser. » (Rires) Jusqu’à la fin. 1. En 2010, le gouvernement français de Nicolas Sarkozy (droite) a mené une campagne d’expulsion massive des Roms et de destruction de camps. Loin de rompre avec ces politiques, le gouvernement actuel (PS) a continué dans cette voie.

Vous avez déclaré qu’ils étaient « le sel de ce monde ». Que vouliez-vous dire ?

Goran Bregovic. Ce serait triste sans cette métaphore. Car Votre banquier peut « gitan », c’est une métaphore. voler en 5 minutes ce que Ce n’est pas juste un peuple. les gitans pourraient C’est comme les cow-boys aux voler durant un siècle États-Unis. On aimerait bien être gitan au moins un jour : vivre simplement, voyager. Ils ont cette liberté, cette volonté de ne pas accepter les règles... Vous faites de la musique festive, mais vous reprenez aussi Bella Ciao. Est-ce un grand écart ?

Goran Bregovic. Je ne sais pas si les gens savent encore que cette chanson fait référence à des résistants lors de la Seconde Guerre mondiale… Pour cette génération, Bella Ciao est comme O sole mio pour les générations précédentes. C’est la chanson italienne la plus connue. Dans beaucoup d’endroits dans le monde, cette chanson est jouée durant la lutte. C’est difficile de trouver un équivalent à cette chanson. C’est très triste et en même temps très joyeux. C’est un peu à l’image de votre œuvre finalement ?

Goran Bregovic. Je viens d’un endroit ou ce circuit de tristesse et de joie est plus accéléré que dans les autres endroits, oui. Mon groupe s’appelle l’Orchestre des mariages et enterrements. Cela veut tout dire. En septembre, vous jouerez à ManiFiesta, le festival de la Solidarité. Est-ce une valeur encore actuelle ?

Goran Bregovic. Cette civilisation est fondée

suplement_solidaire_05.indd 5

27/04/15 12:27


6

Foire aux livres

Débats

Stand-upcomedy

En collaboration avec les éditions EPO, la librairie De Groene Waterman et la librairie Joli Mai.

• Change the system or change the climate Dans le cadre de la COP21 (sommet sur le climat) qui se tiendra à Paris en décembre 2015. Avec, entre autres, Vandana Shiva (Inde), John Bellamy Foster (USA).

Nigel Williams (NL) L’artiste se produira au festival pour la deuxième fois. Son nouveau spectacle, Accident de parcours, sortira à l’automne, mais sera présenté en avant-première à ManiFiesta.

Rafael Chirbes Rafael Chirbes est un grand nom de la littérature espagnole. Son dernier roman, Sur le rivage, a été désigné meilleur livre de l’année 2013 par les critiques littéraires. Owen Jones Dans son best-seller The establishment, Owen Jones nous emmène faire un tour dans les coulisses de l’élite, des lobbys de Westminster aux salles de rédaction de journaux et sièges de grandes entreprises, en passant par les trading rooms de la City de Londres et les quartiers généraux de la police. Mais aussi… Kristien Hemmerechts, Michel Collon, Mateo Alaluf, Marc Vermeersch…

Bandes dessinées El Mesías Dans ce roman graphique politique, Wouter Mannaert et Mark Bellido mettent en scène des gens ordinaires avec leurs bons et moins bons côtés. Sans jamais être pontifiants, les auteurs parviennent à glisser dans ce récit fluide et facile à lire quelques concepts relativement ardus. Mais aussi… Seront également présents pour une séance de dédicaces les auteurs de bandes dessinées Nix, Serge Baeken et Simon Spruyt.

suplement_solidaire_05.indd 6

• La Chine, un monde multipolaire La Chine est-elle en train de conquérir le monde ou met-elle en place un nouvel ordre mondial ? Avec, entre autres, Jenny Clegg (UK) et Jo Cottenier (PTB). • Sécurité sociale pour tous Tomber malade et ne pas pouvoir se soigner. Perdre son emploi ou sa récolte et se retrouver sans revenu. Travailler toute sa vie et ne pas toucher de pension. C’est là une réalité qui touche près de trois quarts de la population mondiale ! Seule la sécurité sociale peut garantir à tous une vie digne et humaine. • La résistance sociale en Europe Avec, entre autres, un représentant du parti Syriza. • Un enseignement de classe(s) Avec, entre autres, Gabriel Nadeau-Dubois (leader du mouvement étudiant au Canada). • Quel avenir pour Hart boven Hard - Tout Autre Chose ? Avec, entre autres, Wouter Hillaert et Veronique Clette-Gakuba. • John Bellamy Foster : marxisme et écologie John Bellamy Foster est professeur de sociologie et rédacteur en chef de la revue socialiste Monthly review. Il est une des voix marxistes les plus importantes dans le débat écologique.

Nigel Williams (NL)

Abdel en vrai (FR) Abdel en vrai est un véritable phénomène sur YouTube. Ses sketches ont été vus par des centaines de milliers de personnes. Qu’il s’agisse d’examens, du ramadan ou de Gaza, Abdel a toujours quelque chose à dire. En 2014, il a été élu Bruxellois de l’année.

Événements spéciaux • « Notre planète n’est pas à vendre, non aux accords de libre-échange ! ». Pour le mouvement de solidarité internationale intal, la lutte pour la préservation du climat va de pair avec la protestation contre les accords de libre-échange. • Che Presente La plus importante initiative de solidarité avec Cuba organisée en Belgique offre un regard neuf sur l’actualité et la culture à Cuba, un pays qui a opté pour la révolution et la durabilité. Cette année, le Che sera à l’honneur, car plus que jamais il continue de nous inspirer. C’est aussi l’occasion de faire la fête et de célébrer la libération des Cuban Five ! Après plusieurs années de campagne intense, le moment est venu de célébrer avec les Cinq cette belle victoire. • Gabriel Nadeau-Dubois De février à septembre 2012, la province canadienne de Québec a connu son « Printemps érable ». Étudiants et citoyens issus de toutes les couches de la population sont descendus dans la rue pour protester contre les projets du gouvernement de droite d’augmenter de 75% le droit d’inscription. A un moment, 305.000 des 400.000 étudiants étaient en grève. Gabriel Nadeau-Dubois était le porteparole du mouvement étudiant.

27/04/15 12:27


77

Vandana Shiva, voix du mouvement antimondialisation

C

ette auteure compte plus de vingt livres à son actif, traitant de sujets aussi divers que l’économie, la politique, l’agriculture, l’environnement, la démocratie, les droits de la femme, l’eau et la souveraineté alimentaire, des sujets qu’elle réussit malgré tout à mettre en rapport les uns avec les autres.

<<Wim De Ceukelaire

Vandana Shiva est née en 1952 au pied de l’Himalaya, dans le nord de l’Inde. Elle étudie au Canada et décroche un diplôme en philosophie et en physique. Après ses études, elle retourne dans son pays d’origine. Là, elle constate les dégâts de la modernisation de l’agriculture, qui profite surtout aux multinationales, mais plonge les petits agriculteurs indiens dans le désespoir. Vandana Shiva comprend tout l’intérêt de la biodiversité alors que la monoculture est en pleine expansion. Elle dénonce également les conséquences désastreuses sur l’environnement et la condition de la femme de la participation accrue de l’Inde à l’ordre économique mondial. Elle met en évidence le rôle joué par les communautés locales dans la conception de modèles de développement alternatifs. Et en 1993, elle décroche le Right Livelihood Award, prix Nobel alternatif qui récompense les personnes qui s’investissent pour la planète et l’humanité.

L’importance des semences Dans les années 1990, le caractère prophétique de ses idées devient indéniable. Dans le Sud, les agriculteurs et les communautés se retrouvent impliqués dans l’ordre économique mondial et sont obligés de produire pour le marché mondial. Cela se produit notamment suite au renforcement des droits de propriété intellectuelle, autrement dit ces règles qui autorisent les entreprises à exiger la propriété des produits, idées, dénominations et processus. C’est donc dans le Sud que naît le mouvement antimon-

suplement_solidaire_05.indd 7

dialisation qui, en 1999, réussira à freiner la montée de l’Organisation mondiale du commerce. Vandana Shiva sera une des figures de proue de ce mouvement d’opposition. Vandana Shiva rappelle toute l’importance des semences pour les agriculteurs. Avec l’élargissement des droits de propriété intellectuelle et l’introduction des semences génétiquement modifiées, les multinationales rendent les petits agriculteurs dépendants puisque ces derniers sont obligés d’acheter chez elles leurs semences, qui souvent sont combinées à leurs pesticides. Par ailleurs, la hausse des prix des semences et produits chimiques va pousser de nombreux petits agriculteurs à se donner la mort. Vandana Shiva prend alors leur défense et dénonce ce modèle de développement basé sur le profit. Le modèle qu’elle préconise est un modèle où les agriculteurs sont libres de préserver et de partager les semences.

Les femmes, les pauvres et la nature Avec la mise en avant de la problématique du changement climatique, le message écologique de Vandana Shiva prend toute son importance. A l’époque déjà, elle avait démontré que la justice climatique, la biodiversité et l’agriculture durable étaient intrinsèquement liées, des concepts qu’elle défendra tout au long de sa carrière. Aujourd’hui, Vandana Shiva continue d’être une figure de proue du mouvement réclamant un modèle de développement alternatif. En Inde, elle a fondé la Research Foundation for Science, Technology and Ecology et elle dirige l’association de défense de l’environnement Navdanya. Sur le plan international, Vandana Shiva est régulièrement invitée comme conférencière respectée. Vandana Shiva, qui ne craint pas la controverse, prend toujours le parti des femmes, des plus pauvres et de la nature.

27/04/15 12:27


8

PRENEZ UN ABONNEMENT à SOLIDAIRE

ET CHOISISSEZ VOTRE CADEAU LE LIVRE La Taxe des millionnaires et sept autres idées brillantes pour changer la société

UN tiCKET WEEKEND MANIFIESTA

Prenez un abonnement et recevez gratuitement le livre La Taxe des millionnaires et sept autres idées brillantes pour changer la société Offre valable jusqu’au 30 juin • Offre non cumulable avec d’autres promotions

www.solidaire.org/abonnement

Lits (apporter son matériel de couchage ou le louer sur place) 400 places sont disponibles, selon 2 formules. Nous ne louons les lits que par tranche de 2 nuits.

Bus Gratuits de plusieurs provincies. Danss plusieurs provinces, des départs en bus gratuits sont oragnisés. Toutes les infos pratiques se trouvent sur www.manifiesta.be.

suplement_solidaire_05.indd 8

1. Nos prix par chambre Pour 3 personnes : € 130 Pour 4 personnes : € 170 Pour 6 personnes : € 220 2. Un lit dans un dortoir de 8 ou 10 personnes Jeunes jusque 26 ans y compris : € 30 en séjour complet À partir de 27 ans : € 40 en séjour complet

Tentes Prix : 5 euros par personne et par nuit Dortoir Prix : 5 euros par personne et par nuit (sans lit, mais avec matelas et sac de couchage) Pour plus de renseignements, adressez-vous par mail à logement@manifiesta.be

27/04/15 12:27

ManiFiesta 2015 • dépliant programme mai.  

Supplément du Solidaire magazine (n° 5, mai 2015).