Page 36

˘ Honduras Pays d’Amérique centrale ayant une large ouverture sur la mer des Antilles, le Honduras n’est pas non plus un havre de paix pour ses habitants. Ses musiques viennent notamment de la culture maya et précolombienne, des Garifunas et des colons espagnols. Des esclaves hommes d’origine nigérienne ont eu la possibilité de s’échapper des bateaux négriers et de rejoindre Saint-Vincent (île des Petites Antilles), déjà habité par les Arawaks. Des femmes indigènes et de ces révoltés naîtront les Garifunas. En 1795, les Anglais les transfèrent de force au Honduras. Les survivants s’installent sur les côtes. Leurs musiques, leurs danses et leur langue sont depuis 2001, au Patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Les tambours et les chants à répons sont Africains, les maracas, la conque marine (coquillage utilisé comme instrument à vent) et les chants féminins a cappella sont Amérindiens. Le mascaro est une danse guerrière. La punta est dansée lors des veillées funéraires. Elle célèbre la vie aux rythmes des hanches des femmes. La paranda était liée aux cérémonies funéraires indissociables du dügü (rituel sous la conduite d’un chaman) ; depuis le 19e siècle, elle devient un chant social et populaire.

Music of the Miskito indians of Honduras…

Compilation Smithsonian/Folkways Records | 2012 (réédition 1981)

Disponible à la Médiathèque José Cabanis

34

Songs and dances of Honduras

Compilation Smithsonian / Folkways Records | 2012 (réédition 1955)

Disponible à la Médiathèque José Cabanis

Laru beya Aurelio

Real World | 2011

Chanteur et premier député noir du Honduras, il se bat pour sa langue, sa culture ; celle des Garifunas, dont la musique, la danse et les récits des conteurs rythment les innombrables veillées et rassemblements. L’histoire poignante de ce peuple résonne en filigrane tout au long des chansons. Disponible dans les médiathèques Grand M, José Cabanis et Saint-Cyprien

Sélection Rio Loco Caribe  
Sélection Rio Loco Caribe  
Advertisement