Issuu on Google+


MAMZ’HELL DOSSIER DE PRESSE


+33 (0)6 50 76 57 55 mamzhell@hotmail.fr Facebook : Djmamzhell Soundcloud : Djmamzhell


SOMMAIRE BIOGRAPHIE DATES ET LIEUX ARTICLES DE PRESSE FLYERS PHOTOS


BIOGRAPHIE Paradoxe. C’est le premier mot qui vient à l’esprit de ceux qui connaissent MAMZ’HELL. Son univers c’est le feu sous la glace, la violence dans la tendresse, la folie au service de la technologie. MAMZ’HELL stigmatise sa personnalité à travers sa musique. Biographie de l’artiste qui monte, en 4 parties comme les 4 temps d’une boucle répétée à l’infini...

Before...

Les voyages...

Dès son adolescence, Solène est littéralement submergée par les musiques électroniques. À l’âge où les autres filles défaillent et déraillent devant des boys band insipides, ceux qui peuplent ses nuits de jeune fille se nomment Laurent Garnier, Carl Cox, Manu Le Malin ou Ritchie Hawtin. C’est en particulier de ce dernier, qu’elle s’inspire par a froideur et la rigueur presque mécanique de ses dj sets, ainsi que le minimalisme rêche et sans concession de ses compositions. Après l’avoir vu en action, elle le sait aussitôt, ce qu’elle aime, c’est cette musique qui prend doucement possession de votre corps et de votre esprit pour mieux vous « péter à la gueule » au moment où vous vous y attendez le moins. Elle sait également que sa vocation réside ici ; monter sur scène, faire vibrer les danseurs extatiques en s’adressant directement à la petite flamme qui brûle en eux. Elle entre donc dans la musique comme d’autres entreraient en religion : de tout son être. Ses sets progressifs et toujours éclectiques, mêlant allègrement Techno, Electro et Minimale,percutent le public par son sens du groove aïgu.

Cette frénésie de kicks et de bleeps la mène dans tous les endroits où les gens ont les oreilles et l’esprit ouverts : Off du Printemps de Bourges, festival Electromind à Montpellier, à Liège (Club Soundstation), à Bruxelles (Club le Barrio), et jusqu’en Bulgarie ; où elle joue plus de 8h sous le soleil des plages de la Mer Noire. Une performance qui fait d’elle une stakhanoviste, une marathonienne des platines. A l’évidence, MAMZ’HELL se méfie du nombrilisme parisien et n’a pas peur des décentrements même s’il faut en payer le prix...

Paris... En 2003, après avoir débarqué à Paris de sa Bretagne natale, elle s’immerge instantanément dans les nuits de la capitale. Elle fera ses classes au Rex, au Nouveau Casino, au Tryptique ou au Batofar où de rencontres en découvertes, sa passion se transforme en sacerdoce. À partir de 2006, elle choisit le pseudo de MAMZ’HELL et enchaîne ses premiers mixes dans tout ce que la capitale compte de lieux festifs (Glaz’Art, Réservoir, Terrasse du Batofar...). Le bouche à oreille fera le reste... Elle bénéficie rapidement d’une aura qui lui permet de côtoyer des grands noms et des futurs talents de la scène techno européenne comme Dj Pierre, Popof, Faces ou Electrobugz. Elle se classe d’ailleurs deuxième du tremplin « Pelouses électroniques » du festival Eclectik de Rennes l’été 2007 puis joue deux fois dans l’antre légendaire de la techno parisienne. En 2008 : le Rex Club aux cotés d’Interlope, Tambour Battant et Minimal Orchestra.

Now and then... En plus des nombreuses prestations aux platines dans les mois à venir sur des évènements divers et variés, elle a mixé il y a peu aux cotés de Booka Shade (Get Physical) et Scratch Massive (Château Rouge, Nocturne, Kompakt) au Social Club (2009), haut lieu de la musique électronique actuelle. Plusieurs dates s’enchainent à l’OPA (2009, 2010) avec les collectif Oulalaclub et Crossover, où elle mixe aux cotés de Vincent Malville et Dj UNU. Elle est également sponsorisée par deux marques : 12.72, un concept collaboratif mixant mode, musique et design en proposant des sacs accompagnés d’un mix de Mamz’Hell ainsi que sa playlist sur clé USB (http://12-72.com/) et également la marque de vêtements C Com Ca (http://www.ccomca.fr/). Elle a remporté en Juin dernier la finale française du concours Next Girl Dj (2010) organisé par JBL et Roxy. Les derniers endroits où MAMZ’HELL à pu assouvir sa passion et faire voyager son public sont : le Cabaret Sauvage, pour les 15 ans de Techno + (association européenne de réduction des risques), le Glaz’Art, aux coté de Dilemn (Boxon Record, Turbo, Goog) et Da Carott (Crux, Ultra Music), et le Batofar, pour une soirée All Naked avec Dactylo (Furie, Flash Cocotte) et Takine (Crux, Eye Doll). De nouvelles obsessions gagnent progressivement du terrain : la production et le live… La musique, toujours la musique, la scène, toujours la scène… À suivre, forcément…


- Rex Club, Paris, Fr. - Social Club, Paris, Fr. - Cabaret Sauvage, Paris, Fr. - Batofar, Paris, Fr. - Glaz’Art, Paris, Fr. - OPA, Paris, Fr. - La Java, Paris, Fr. - La Scène Bastille, Paris, Fr. - La Dame de Canton, Paris, Fr. - 4 Éléments, Paris, Fr. - Château du Vivier, Paris, Fr. - Le Klub, Paris, Fr. - Transmusicales de Rennes, Rennes, Fr. - Les Caves La Chapelle, Bruxelles. Be - Soundstation, Lièges, Be - Cabaret Vauban, Brest, Fr. - La Villa Rouge, Montpellier, Fr. - Les Moyens du Bord, Festival Rennes, Fr. - Level Club – Quimper - Fr - Txahou Club, Biarritz, Fr. - Festival Eklectik « Les Pelouses Élktroniques », Rennes, Fr. - Yono Bar, Paris, Fr. - L’Ile Enchantée, Paris, Fr. - Karambole Café, Paris, Fr. - Le Léopard Café, Paris, Fr. - Loca Loca, Lille; Fr. - Le Combi Bar, Rennes, Fr. - Les Disquaires, Paris, Fr. - Le Bric à Brac Bar, Paris, Fr. - Le Soleil de la Butte, Paris, Fr. - Le Cercle Rouge, Paris, Fr. - Les Cariatides, Paris, Fr. - On Cherche Encore, Paris, Fr. - Many more underground places...

LIEUX


ARTICLES ADRESSES SECRÈTES À PARIS DE DJ MAMZ’HELL Article paru dans l’Express.fr Style

par Anne-Laure PHAM, publié le 01/07/2010

Si vous nourrissez le rêve secret de devenir une Djette pro ou tout simplement de découvrir des endroits encore (un peu) confidentiels, suivez la guide au son de sa playlist. « Si la jeune Djette bretonne Mamz’hell a mixé au Batofar, Glaz’Art, Rex, et autres Social Club, ell apprécie ses méconnus refuges «Inconditionnelle du XIe», elle est arrivée à Paris en 2003, avant de retrouver depuis cinq mois le bonheur d’une maison avec jardin dans «le XXIe arrondissement» de la capitale selon Alain Chamfort, soit Montreuil. Mes disquaires «Je travaille beaucoup sur Mp3, mais ces derniers temps, l’envie d’acheter à nouveau des vinyles me démange». Tool Box Records « Je m’entends très bien avec leurs vendeurs. A d’autres adresses, ils se révèlent parfois infects en matière d’acceuil et de conseils. On y trouve de la musique électro au sens large. J’aime bien le côté bordélique de cette petite boutique. » 30, rue Saint Ambroise Paris XIe. Beatport « J’écoute en moyenne 1500 titres en une semaine, et c’est sur ce site Internet que j’ai echeté le plus souvent mes morceaux. J’y passe environ 6 à 7h par semaine.»

du rez-de-chaussée, fraîche en été, et ses murs peinturlurés.» 108 rue Oberkampf, Paris XIe. Mes boîtes et salles de concert Le Réservoir «Un lieu plein d’énergie, à la déco style Renaissance, où j’ai mixépour la première fois en public.» 16, rue de la ForgeRoyale, Paris XIe. «Sinon, en incontournable, je songe à l’Élysée Montmartre ou à La Cigale, deux lieux magnifique ou j’ai notamment vu Vitalic, Agoria, Peaches. Ma cantine Le wok «Je pioche un maximum de légumes et ingrédients en tout genre, mélangés avec des nouilles au riz ou aux oeufs, cuits par les cuistos devant moi, puis assaisonnées de sauces et herbes fraîches. J’en sort forcement repue ! » 25 ruen des Taillandiers, Paris XIe.

Ma boutique L’auto-École «J’y achète tous mes cadeaux, parce que l’on y trouve un paquet d’idées jolies et pas très chères. Mes bars Je craque pour leurs bracelets façon tatoo (15 Les 4 éléments euros), leurs bandeaux pour les cheveux (2 euros) «J’adore y mixer pour profiter de l’un des rares ou leur patrons pour fabriquer son sac à main soundsystems digne de ce nom à Paris. J’ai officié (Melle Kou, 15 euros.)» quatre ans dans les bars, donc j’ai tendance à 101, rue Oberkampf, Paris XIe. être plus selective. Sans bonnes enceintes de retour, je m’ennuie.» Ma playlist du moment 149, rue Amelot, Paris XIe. Minilogue -The Leopard (Extrawelt Remix) Pig & Dan - Symphonies (Original Mix) Le bric à brac Andrea Di Rocco - You Are No One (Original Mix) « J’y ai déjà mixé. Les patrons sont hyper Yuri Alexeev - Centipede (Dandi & Ugo & Piatto agréables. Remix)» Tout comme le cadre, avec sa grande salle


MAMZ’HELL : LA NEXT GIRL DJ ? Article paru dans Rosebuzz

par S.R., publié en 2010.

« Rosebuzz pariait déjà sur elle en 2009. Aujourd’hui, Mamz’hell, jeune DJ aussi talentueuse que charismatique, se classe finaliste du concours NEXT GIRL DJ organisé par JBL et la marque très surfin’vibrations Roxy. Comme son nom l’indique, la compétion est uniquement ouverte aux filles et met en avant la future Djette à suivre... Dernière étape avant la victoire : Mamz’hell et trois autres

finalistes européennes proposent en ligne un mix sur le thème de la plage qui doit séduire les internautes. Les votes sont ouverts jusqu’au 23 juin à minuit, le verdict tombera le 25 juin, après validation d’un jury d’experts. La gagnante pourra mixer au Roxy Jam de Biarritz le 12 juillet et représenter Roxy durant un an. Vous connaissez le choix de Rosebuzz : Mamz’hell ! À vos votes...»


DE L’URBANITÉ À LA MODERNITÉ Article paru dans Rosebuzz publié en 2008.

« Les années 2000 ont changé la donne : elles assument bien plus qu’avant le rapport de l’art à autrui et à son environnement. [...] Idem pour le DJ, jadis relégué au rang de passeur de disques, à qui l’on reconnaît aujourd’hui un réel talent. Originaire du Finistère, Solène, alias Mamz’hell,a découvert l’éléctro avant de se lancer dans l’aventure du mix parisien. À 25ans, elle a su imposer les rythmes massifs de sa techno progressive aux platines de l’OPA, du Batofar ou

même du Rex...malgrè la tendance éléctro-clash ambiante ! Mais, selon elle, « le cercle parisien est très fermé, car il n’y a pas assez de renouvellement. Ce n’est pas le cas en Belgique ou en Espagne, où l’électro est reconnue comme musique en tant que telle. J’ai cependant fait de belles rencontres à Paris.». Comme celle de NDeur, qui lui a crée son costume de scène. »


INTERVIEW MAMZ’HELL Article paru dans St ar Wax,

par Invisibl Journaliste, publié en juillet 2010.

Mamz’Hell est une demoiselle déterminée et inspirée par ses aimés fondateurs de la techno. Convaincue que sa vocation est de monter sur scènes Mamz’Hell est bien décidée à vous faire réver et devenir un Dj au féminin, respectée dans le milieu. Entretien avant son passage aux 4 Éléments à Paris le 8 juillet prochain.

Peux-tu te présenter sans utiliser les mots Dj et électro ? Je dirai passionnée de musique rythmée et mélodique qui ne se sent totalement libre que derrière les platines. Mon espoir est de réussir à toucher une petite partie de chacun pour l’amener vers le dancefloor, le faire danser, se lâcher, sourire et vibrer.

Non, je n’ai jamais joué à la Technoparade. Je pense que ça ne devrait pas s’appeler la «Technoparade». Je trouve ce genre d’évènements tristement réducteur et non représentatif, ni de la musique Techno ni de son mouvement. Ne penses-tu pas qu’un Dj doit absolument mixer et produire aujourd’hui ? Et fais-tu de la production toi même ?

Pourquoi Mamz’Hell, tu veux envoyer le dancefloor en enfer ? Je veux emmener les corps dans des rythmes lourds, chaud, sombres et les esprits dans des mélodies, des nappes et des sons profonds, prenants, hypnotisants... Il n’est enfer que dans son nom.

Si, j’en suis persuadée même ! Je m’y suis même mise il y a très peu de temps. J’aime beaucoup ça. J’espère réussir à produire des morceaux dignes de ce nom ! Achètes-tu du vinyle et écoutes-tu d’autres musique que la techno ?

Pourquoi et comment Ritchie Hawtin ta influencé plus que d’autres Dj ? J’ai eu la chance de le voir plusieurs fois à l’époque ou découvrais la techno et chacun de ses sets m’ont donné des frissons et m’ont fait danser et voyager. J’aime ses rythmiques lourdes et travaillées, profondes et entraînantes. J’ai toujours trouvé qu’il se démarquait. Je l’ai souvent imaginer naître avec un gros synthé analogique dans les mains... Quel est ton set up favoris pour mixer et pourquoi ? Deux platines Technics, une table Allen & Heath, des vinyles et un bon casque AKG. Pourquoi ? Parce que je ne suis pas une Dj «technique», je préfère prendre le temps d’amener chaque morceau lentement et précisément pour donner l’impression qu’ils ne font plus qu’un, une fois ensemble. Qu’est-ce que cela t’a apporté de participer au tremplin «Pelouses électroniques» du festival Eclectique de Rennes en 2007 ? Principalement la confiance pour continuer à persévérer dans la musique, car reconnue le temps d’une journée par des artistes et pro du milieu techno. [...] Tu viens de Bretagne. Comment évolue la scène électro et Dj là bas ? C’est une bonne question ! J’espère bien ! Il y a tellement peu de lieux festifs en France dédiés à cette musique... Je suis une mauvaise Bretonne car je ne sais pas quoi répondre à cette question... Que penses-tu du scratch ? Quels sont tes Dj turnbalistes préférés ? Je trouve ça magique et impressionnant, mais je n’ai pas cette approche dans ma façon de mixer. As-tu déjà jouer à la Technoparade et que penses-tu de ce genre d’évènements ?

Malheureusement, faute de moyens, je me suis mise à mixer sur Serato après lui avoir longtemps tourné le dos... Mais dès que je pourrai, je fonce me racheter des vinyles ! Oui, bien sûr que j’écoute d’autes musiques, du hip-hop, du rock 70’s, des musiques au genre inclassable... Certains disent que nous sommes entrés dans le siècle de la femme ! Lorsqu’on voit, entre autre, le nombre très grandissant de Dj féminin cela semble juste ! Qu’en penses-tu et que projettes-tu pour te démarquer ? Je ne me pose pas vraiment la question dans mes rêves, je deviens productrice et fais danser pleins de gens dans des endroits dédiés à cette musique. Je vais tout faire pour les atteindre.


MAMZ’HELL : LA NOUVELLE PERLE DE L’ÉLECTRO FRANÇAIS ! Article paru dans NightLife, publié en juillet 2010.

« C’est la nouvelle sensation des platines, tendance Chloé, Cardini, Kittin et compagnie (oui, oui, on est bien loin des Djettes peroxydées et markettées du moment). Si le Pulp existait encore, sans doute en aurait il fait une de ses résidentes. Mamz’Hell a été l’ambassadrice française lors de la finale du très convoité concours européen « Next Girl DJ » de JBL et Roxy... véritable tremplin des talents DJféminines.

Elles s’est fait remarquer par ses sets progressifs et toujours écléctiques, mêlent allègrement Techno, Électro et Minimale. Elle a fait ses classes dans les lieux qui comptent de la capitale (Batofar, Glaz’Art, Rex, Social Club) et a joué aux côtés de grands noms (Popof, Buka Shade, Scratch Massive, Faces...). Mamz’Hell, la future grande dame du clubbing au féminin !


FLYERS BOOKA SHADE, SCRATCH MASSIVE, MAMZ’HELL Au Social Club,

le12 septembre.

TALENTS TUEUSES À la Dame du Canton,

le18 mars 2011.


RED ROOM Au Carré Rouge le 21 Juin 2008.

REX OZORE Au Rex Club le 21 Juin 2008.


CROSSOVER À l’OPA le 30 avril 2010.

CONTRAST Chateau du Vivier le 21 novembre 2010.


Mamz’Hell Au Cabaret Sauvage

Le 17 septembre 2010.


Mamz’Hell À l’OPA, au Batofar, au 4 Éléments, au Folie’s Pigalle, au Rex Club. De 2009 à 2011.


PHOTOS MAMZ’HELL AU 15 ANS DE TECHNO + Au Cabaret Sauvage Le 17 septembre 2010.


MAMZ’HELL À LA NOCHE « ESPECIAL SENORAS » Au Batofar Le 06 avril 2011


MAMZ’HELL Au Glaz’Art

Le 16 août 2010


MAMZ’HELL À LA NOCHE « ESPECIAL SENORAS » Au Batofar Le 06 avril 2011


MAMZ’HELL À PIK NIK TOU À La Plage du Glaz’Art Le 20 aoû 2011


+33 (0)6 50 76 57 55 mamzhell@hotmail.fr Facebook : Djmamzhell Soundcloud : Djmamzhell


Dj Mamz'Hell