Page 1

Numéro 15 BULLETIN D’INFORMATION DU CENTRE CHORÉGRAPHIQUE NATIONAL / BALLET BIARRITZ / THIERRY MALANDAIN JUILLET - AOÛT - SEPTEMBRE 2002

ÉDITO En septembre, le Temps d’Aimer, le festival qui fait de Biarritz l’un des pôles chorégraphiques de la région Aquitaine célébrera cette année les Ballets Russes de Serge Diaghilev. Une édition exceptionnelle qui autour d’un thème envoûtant réunira de nombreuses compagnies : des plus prestigieuses à celles offrant le plaisir de la découverte. Le Centre Chorégraphique National participera à cet évènement avec son Hommage aux Ballets Russes. Spectacle qui ensuite sera présenté à New-York, Pittsburgh, Dallas et Ekaterinbourg en Russie. Nous serons également présents avec la « gigabarre », l’une des curiosités de la précédente édition, ainsi qu’avec une version du Boléro de Ravel interprétée par 175 enfants de Biarritz.

SOMMAIRE ÉVÉNEMENTS

2

ACTIVITÉ

3

ACCUEIL STUDIO

4

LA DANSE EN CÔTE BASQUE #10

5

DIFFUSION SAISON 2002-2003

7

HOMMAGE

7

PORTFOLIO

8

EN BREF

9

FESTIVAL LE TEMPS D’AIMER 2002

10

CALENDRIER

10

Par ailleurs, dans le cadre de l’accueil studio, nous recevrons deux compagnies : la compagnie Robinson de Claude Magne avec laquelle s’achève un partenariat initié il y a trois ans et celle de Christophe Garcia. Ce jeune chorégraphe, issu du Béjart Ballet Lausanne dirige à Marseille Les Ballets de la [Parenthèse]. Son travail mérite plus qu’une remarque incidente insérée dans une phrase. Il nous proposera une relecture des Sylphides de Michel Fokine, et une Annonciation qui sans doute, devrait engendrer de belles promesses. Cet édito me permet également de rendre hommage à Irène Lidova, décédée en juin dernier. Éternelle amie de la Danse et des danseurs, écrivain et critique, elle fut après guerre au centre de la résurgence du ballet français, initiant à Paris les soirées de la danse qui deviendront Les Ballets des ChampsElysées. Plus tard, elle devint l’attachée de presse du Marquis de Cuevas et, à ce titre, fit de nombreux séjours à Biarritz. Elle en conservait d’heureuses impressions qu’elle nous îconfia dans ce journal. Je remercie Claire Sombert de nous parler ici de cette plume qui s’envole et vous souhaite un bel été. Thierry Malandain, juin 2002.

Photographie Jean-Charles Federico

INTERREG III

Avec le soutien de l’Association Française d’Action Artistique -Ministère des Affaires Étrangères et de l’AFAA-Ville de Biarritz pour ses tournées à l’étranger


ÉVÉNEMENTS

La plage du Port-Vieux à Biarritz. Photographie Photo Bernard

Rudolf Noureev dans L’après-midi d’un faune (à gauche) et Le spectre de la rose (à droite). Photographies : Jean-Claude Asquié.

Lors de l’édition 2000 du Temps d’Aimer, le Centre chorégraphique national s’était produit sur la plage Exposition à la Gare du Midi du 7 au 21 septembre du Port-Vieux de Biarritz devant 3 000 personnes. 2002 En septembre prochain, nous renouvellerons cette Jean Claude Asquié, concepteur lumière et directeur de production auprès exceptionnelle rencontre avec le public en présentant de Ballet Biarritz exposera dans le cadre du Temps d’Aimer une série de photographies inédites sur Rudolf Noureev. Prises en 1982, lors des reprénotre Hommage aux Ballets Russes. sentations données par le Ballet Théâtre Français de Nancy au Théâtre du Samedi 14 septembre 2002 à 22 heures, plage du Port-Vieux.

Châtelet, ces images exceptionnelles permettront de retrouver Rudolf Noureev dans L’après-midi d’un faune, Le spectre de la rose et Petrouchka.

Les Biches, Francis Poulenc L’Après-midi d’un faune, Claude Debussy Le spectre de la rose, Carl Maria Von Weber Boléro, Maurice Ravel Chorégraphie : Thierry Malandain Lumières : Jean-Claude Asquié Décor et costumes : Jorge Gallardo « Quatre évocations modernes, vues de notre temps par l’intermédiaire d’un chorégraphe à l’écriture si délicate qu’elle ait pu épouser le passé de ces pièces, créées durant l’époque des Ballets Russes : Thierry Malandain et son Ballet Biarritz ont su donner d’emblée une version expurgée du suranné, qui aurait pu aujourd’hui faner le faste et la révolution scénique que ces quatre pièces possédaient. En totale adéquation, le chorégraphe a su “garder l’esprit, tout en modifiant la lettre” Son écriture souffle un vent de nouveauté et donne une fraîcheur inédite à cette transposition ». Danse, Danse, Danse, Émérentienne Dubourg.

Christophe Roméro dans L’après-midi d’un faune (à gauche, photographie Olivier Houeix), Magali Praud et Giuseppe Chiavaro dans Le spectre de la rose (à droite, photographie Julien Palus).

2


ACTIVITÉ

En haut : vue générale de Kuopio en Finlande. En bas : la mosquée Süleymaniye à Istambul. À droite : affiche annonçant la représentation de Ballet Biarritz à Beyrouth (photographie Christophe Roméro).

Grâce au soutien de L’AFAA – Association Française d’Action Artistique et de DLB spectacles – Didier Le Besque, Ballet Biarritz s’est rendu dernièrement en Turquie et en Finlande. Turquie En collaboration avec l’Institut français d’Istambul dirigé par Alain Bourdon et le Centre culturel et de coopération linguistique d’Ankara dirigé par Michel Barbat, Ballet Biarritz s’est produit à Ankara le 29 avril 2002 et à Istambul le 1er mai 2002. Finlande Invité par Jorma Uotinen, directeur artistique du Festival international de danse de Kuopio, Ballet Biarritz était en Finlande les 17 et 18 juin 2002. À cette occasion, il a présenté deux programmes composés de six chorégraphies dédiées aux Ballets Russes dont une création pour Rosa Royo, Amaya Iglesias et Nathalie Verspecht, inspirée de La mort du cygne de Michel Fokine. De la première soirée, le journal Savon Sanomat retient : « Le Ballet Biarritz a offert un spectacle léger et élégant, dans un esprit très français. D’une grande maîtrise technique, dénuée de violence et de provocation, on a pu apprécier la danse de cette excellente compagnie sans la moindre anxiété, alors que la profondeur n’était pas absente de l’ensemble des œuvres ». Plus loin, la journaliste salue « la fabuleuse interprétation de Christophe Roméro dans L’après-midi d’un faune ». Liban À l’invitation d’André Eléftériades, Ballet Biarritz s’est produit à Beyrouth les 9.10 et 11 mai 2002 au Casino du Liban avec un programme composé de : Pulcinella, Les Biches et Boléro. Ce spectacle, filmé par la télévision libanaise sera prochainement diffusé au Moyen-Orient. On pouvait lire dans le journal L’Orient « Ballet Biarritz nous a présenté trois ballets qui ont le mérite de ne pas céder aux artifices de la forme et à une ornementation inutilement bavarde et creuse, et qui, pour éblouir le spectateur, ne l’en éloigne pas moins de l’essentiel : l’ esthétique sans fard. Ballet Biarritz restera pour nous “la fête des corps” ». Le succès de cette première collaboration avec les Productions Eléftériades permet d’annoncer que Ballet Biarritz se rendra en Syrie courant 2003.

Vues de l’exposition conçue et scénographiée par Jean-Claude Asquié (en bas) dans les jardins du Palais du Roi de Rome à Rambouillet. Photographies Olivier Houeix.

Festival de Rambouillet : exposition et représentations en plein air. Après une représentation à Sens dans le cadre des Synodales, c’est au Festival de Rambouillet que s’est achevée la quatrième saison du Centre Chorégraphique National. Pour la circonstance, les jardins du Palais du Roi de Rome, mis en espace par Jean-Claude Asquié, accueillaient du 25 juin au 5 juillet 2002 une exposition consacrée à Serge Diaghilev. En outre, un plateau posé sur un bassin a permis, malgré les caprices de la météo de présenter La mort du cygne, L’après-midi d’un faune et Boléro. Ces représentations furent l’occasion pour Roberto Forleo et Mikel Irurzun del Castillo d’interpréter L’après-midi d’un faune. (voir aussi p.8) 3


ACCUEIL STUDIO

Christophe Garcia

Les Ballets de la [Parenthèse] / Christophe Garcia Découverts dans le cadre des « Scènes ouvertes » de l’édition 2001 du Temps d’Aimer, Les Ballets de la [Parenthèse] seront accueillis durant le festival au Centre chorégraphique national du 9 au 16 septembre 2002. À cette occasion, ils présenteront le 16 septembre au Théâtre du Casino municipal deux oeuvres de Christophe Garcia : Les Sylphides et Annonciation. C’est au Conservatoire national d’Annecy sous la direction de Françoise Vaussenat et Didier Chirpaz que Christophe Garcia débute la danse. En 1996, il intègre l’école Rudra Béjart, puis est engagé au sein du Béjart Ballet Lausanne. Quelques années plus tard, souhaitant se consacrer à la chorégraphie, il fonde à Marseille sa propre compagnie.

Les Sylphides Chorégraphie : Christophe Garcia Musique : Frédéric Chopin (orchestration de Roy Douglas)

Le succès des Sylphides ne s’est jamais démenti. Esprits aériens de la mythologie celtique, elles continuent encore d’incarner une certaine image idyllique de la femme. Il existe aujourd’hui un profond paradoxe entre cet idéal féminin dont beaucoup rêvent de combler de bonnes intentions et la réelle condition de certaines femmes qui se voient souffrir de multiples maux inspirés des exigences masculines. Cette pièce se penche avec un certain sourire sur ce paradoxe. L’opposition est soulignée à la fois par la musique harmonieuse et mélodique de Chopin et par la danse de ces jeunes femmes, hantées par diverses souffrances et mutilations.

Annonciation Chorégraphie : Christophe Garcia Musique : Henryk Gorecki (String Quartet N°2 Quasi una fantasia) Costumes : Béatrix Rey Lumières : Florent Jean-Baptiste Interprètes : Céline Giachero, Marie Goudot, Charline Peugot, Laetitia Rey, Arnaud Baldaquin, Christophe Garcia

Représentation à Biarritz pour le festival Le Temps d’Aimer : 16 septembre 2002 à 21h au Casino municipal Les Sylphides Annociation

4

« L’ange entra chez elle, et dit : — Je te salue, toi à qui une grâce a été faite, le Seigneur est avec toi. Troublée par cette parole, Marie se demandait ce que pouvait signifier une telle salutation. L’ange lui dit : — Ne crains point Marie… Tu deviendras enceinte et tu engendreras un fils… » Évangile selon Saint-Luc Nous connaissons tous la suite… La Vierge Marie est, au-delà de l’aspect religieux l’une des femmes les plus aimées. L’Annonciation est une merveilleuse histoire de paix et d’amour entre une femme poétiquement chérie et une inspiration divine qui lui offre le plus beau des présents : la maternité. La pièce traite de cette scène annoncée par des anges tantôt assidus, tantôt enfantins qui cherchent à atteindre l’oreille de la Vierge Marie par laquelle le Saint-Esprit l’aurait pénétrée selon une légende du Moyen Âge… Spectacle subventionné par la ville de Marseille. Coproduction et soutien : CCN Ballet Biarritz, CCN Ballet National de Marseille, Compagnie Kéléménis et Les Studios du Court à Marseille.


La danse en Côte basque # 10 Les Ballets Russes de Serge Diaghilev Les liens entre la Russie et la Côte Basque sont entrelacés depuis plusieurs siècles. Mais à partir de 1854, en devenant un lieu de villégiature, lancé par Napoléon III et Eugénie, Biarritz attire peu à peu les célébrités et les membres de l’aristocratie russe. L’engouement pour la station balnéaire est tel qu’en 1892 s’achève la construction d’une église russe. Parmi les membres de la colonie, nombre de Grands-Ducs, d’écrivains, d’artistes viennent profiter largement des bienfaits du climat. Dans ses mémoires, Mathilda Kschessinska, prima-ballerina du Théâtre Impérial de St Petersbourg relate ses séjours à Biarritz. Elle y retrouve alors le Grand-Duc André dont elle deviendra l’épouse. On sait également qu’Anna Pavlova dansera un soir dans les jardins de la villa du Docteur Poliakoff. Mais c’est à San Sebastián, puis à Bayonne que les Ballets Russes se produisent. En août 1916, ils créèrent au Théâtre Victoria-Eugénia Las Meninas sur une musique de Gabriel Fauré. En septembre 1922, comme l’évoque Le Courrier de Bayonne, ils se produisirent au Théâtre Municipal avec Les Sylphides, Carnaval et Shéhérazade.

Anna Pavlova

Les Ballets Russes à Bayonne « Tout a été dit sur les Ballets Russes, et cependant quelque chose peut être dit encore, puisque l’enthousiasme est un champ aux javelles éternellement renaissantes où chacun moissonne son bouquet privilégié. Je n’essayerai pas de décrire plastiquement les somptuosités cadencées et balancées d’une si noble eurythmée, ce que je voudrais essayer d’expliquer, c’est l’émotion profonde qui se dégage de ses danseurs et tout ce qu’elle continue de susciter en nous de pathétique, même lorsque leurs feux se sont éteints et que les féeries sont évanouies. Il semble d’abord que la ferveur zélée, l’ardente communion qui président à leur mise en scène, sous l’inspiration vraiment infaillible de Monsieur Serge Diaghilev, laisse dans la salle, pendant les représentations une autre ferveur transposée cette fois pour nous, la ferveur si difficile à obtenir du public : l’admiration. Oui, dès l’instant où le rideau se lève, nous admirons, nous ne songeons plus qu’à admirer, ou plutôt nos yeux et nos oreilles sont subjugué à la fois par une même passion et une même allégresse. Grâce à cette fascination première qu’aucune désillusion ne viendra troubler notre imagination et notre cœur pourront, sans entraves s’élancer et palpiter jusqu’aux dernières limites de leurs forces. »

Vera Nemchinova et Anton Dolin

Olga Spessitseva

Ainsi s’exprime Monsieur Lucien Alphonse Daudet parlant des Ballets Russes dans Comoedia illustré . Voilà donc le spectacle admirable auquel est convié le public bayonnais si amateur d’impressions d’art. Plus de 50 danseuses et danseurs évoluant en de merveilleux costumes, dans de somptueux décors, aux accords d’un orchestre exécutant Chopin, RimskyKorsakov, Glazounov etc… Voilà donc une grande manifestation d’art à laquelle tout Bayonne voudra assister. Nous donnerons demain les détails sur le programme. Location ouverte demain mercredi à 10 heures. Le Courrier de Bayonne, 12 septembre 1922. 5


La tournée des Ballets Russes a présenté un programme comprenant trois actes : Carnaval (Schumann), Les Sylphides (Chopin), Shéhérazade (Rimsky-Korsakov). Pour tous ceux qui ont eu le bonheur de voir les ballets russes d’avantguerre ce spectacle constituait une réplique très honorable des inoubliables soirées du Châtelet et du Théâtre des Champs-Elysées (on n’est pas prêt d’oublier Pétrouchka, L’oiseau de feu de Stravinsky et Daphnis et Chloé de Ravel). Si la troupe actuelle de Monsieur Diaghilev n’efface pas le souvenir des Nijinsky, Karsavina et des Bolm, elle n’en est pas moins d’une excellente tenue chorégraphique et ceci est tout à l’honneur de Melle Nijinska, la charmante maîtresse de ballet. Des décors je n’en parlerai pas, les ayant mal vus de ma place. Mais si ma mémoire est fidèle, les costumes sont toujours les merveilles issues du crayon de Benois et de Bakst. Avec l’artistique chorégraphie de Michel Fokine, ils constituent l’un des attraits d’un spectacle qu’il faut souhaiter de revoir à Bayonne. La vigilante et experte direction de Monsieur Gregor Fittelberg s’employait, sans toujours y parvenir, à coordonner les efforts d’un orchestre très hétérogène (où, du reste, ne figurait nul élément bayonnais) et qui se ressentait manifestement de n’avoir répété qu’une seule fois. Il faut constater à l’honneur du public bayonnais que malgré l’attraction (!) d’une célèbre opérette qui se jouait le même soir, les Ballets Russes ont attiré au théâtre un auditoire élégant et nombreux parmi lequel on remarquait un grand compositeur français dont je me fais scrupule de dévoiler le nom, mais dont la belle musique est joliment bien « charpentée ». Ermend Bonnal, Le Courrier de Bayonne, 18 septembre 1922.

Serge Lifar

Vaslav Nijinsky

Tamara Karsavina

Vera Fokine

Bronislava Nijinska

6


DIFFUSION SAISON 2002-2003

HOMMAGE

Irène Lidova, la généreuse amie des danseurs.

FRANCE Biarritz (7) Perpignan Rodez (2) Villeneuve-sur-Lot Nanterre (2) Joué-les-Tours Charleville-Mézières Valenciennes Vesoul Échirolles Le Mans (2) Châteaubriant Béziers (3) Puteaux Soissons Épernay (3) Arcachon Saint-Germain-en-Laye Aulnay-sous-Bois Mimizan Bergerac Laval Châtellerault Saint-Priest-en-Jarez Roanne Oyonnax Saint-Quentin-en-Yvelines

TRANSFRONTALIER Logroño (2) Gijón Burgos Terrassa (2) Santurzi Pampelune (2) ÉTRANGER Syrie / Damas États-Unis / Miami / New-York (8) / Dallas (2) / Pittsburgh Russie / Ekaterinbourg (3) Principauté d’Andorre Diffusion établie en juin 2002

Elle aurait pu et dû écrire sur tous les personnages de la Danse qu’elle a rencontrés : elle en avait le talent, ayant débuté comme journaliste à Marianne, mais en fait, elle a préféré se mettre Irène Lidova et Milorad au service des danseurs, en étant leur « relais » Miscovitch au Bal Goya auprès des mécènes, des directeurs de compaà Biarritz. gnies, des chorégraphes : c’est comme cela que la petite Charrat a débuté ; Irène Lidova ensuite a déniché son partenaire Roland Petit, et puis elle a « travaillé » le directeur du Théâtre Sarah Bernard pour ouvrir sa salle de danse après la guerre, et là ont débuté tous les jeunes de talent, que nous connaissons aujourd’hui : Zizi, Irène Skorik, Volodia Skourattoff, Serge Golovine, Jean Babilée et bien d’autres russes ou français des studio privés ou de l’opéra. Elle était au service de la danse, car elle n’avait pu danser elle-même, bien qu’élève de Madame Préo (Olga Préobrajenska) au Studio Wacker. Intéressée par les rencontres qu’elle pouvait organiser entre des gens qui bien sans se connaître étaient dans son esprit, faits pour travailler ensemble. Pour moi, elle a organisé la rencontre avec Gene Kelly, pour le Marquis de Cuevas dont elle était l’attachée de presse : elle a conseillé de recruter de jeunes inconnus, et ne s’est pas souvent trompée sur leur talent. Pour Milorad Miscovitch, elle a créé un groupe Les Ballets. Pour Serge Lido, son mari, superbe photographe, elle indiquait les meilleures prises de vues, les évènements à ne pas rater : c’est ainsi que j’ai une photo des « danseuses actrices » de l’époque réunies pour Paris-Match, et puis les fameux Albums Lido. Après ces belles années, ces grands moments de danse, elle a écrit un livre, est devenue correspondante de nombreux magazines de danse. Ses contacts internationaux existaient toujours et elle recevait dans son petit appartement du rez-de-chaussée du 16ème arrondissement. Tous les grands noms de la Danse qui passaient par Paris. Elle était connue et aimée de tout le monde international… Une référence. Je suis heureuse, après avoir réalisé un film sur sa vie Les Ballets des Champs- Elysées ou renouveau après la guerre de parler d’elle aux jeunes qui admirent les Albums Lido, somptueuses photos qui témoignent du talent de Serge et Irène, leurs créateurs d’avant garde. C’est la Sipa qui détient aujourd’hui ces fameuses photos. Claire Sombert

7


PORTFOLIO

Ballet Biarritz à Rambouillet. Photographies Jean-Claude Asquié. Boléro (en haut et au centre gauche), Mikel Irurzun del Castillo dans L’après-midi d’un faune (en haut et en bas à droite), Amaya Iglesias dans La mort du cygne (au centre à droite), Nathalie Verspech dans La mort du cygne (en bas à gauche), Roberto Forleo dans L’après-midi d’un faune (en bas à droite). 8


EN BREF

01

02

04

03

03

03

01 Danses qu’on croise par Ballet Biarritz (photographie Julien Palus). 02 Nathalie Verspecht dans Pierre de Lune, pour sa création en 1998 à l’Esplanade Saint-Étienne Opéra (photographie Cyrille Sabatier). 03 De gauche à droite : Lyane Lamourelle, Jean-Marc et Lucile ; Adriana Pous-Ojeda, Richard et Anahi ; Carole Philipp, Pascal et Emma. 04 Ballet Biarritz 1-Images danse, recueil de photographies de Jacques Pavlovsky.

Hérodiade à L’Opéra de Liège À l’occasion d’une reprise d’Hérodiade de Jules Massenet à l’Opéra de Liège, Dominique Cordemans a remonté en mai dernier la chorégraphie conçue par Thierry Malandain pour la mise en scène de Jean-Louis Pichon. Gnossiennes à Genève L’École de Danse de Genève dirigée par deux ex-danseurs de Ballet Biarritz, Patrice Delay et Sean Wood, a mis au répertoire de son Jeune Ballet les Gnossiennes d’Erik Satie dans la chorégraphie réalisée en 1999 par Thierry Malandain pour le Jeune Ballet du Québec

01 Danses qu’on croise à l’Opéra du Caire Créé en 1987 à l’invitation de Jean-Paul Gravier pour le Ballet de l’Opéra de Nantes, Danses qu’on croise, qui depuis quinze ans ne cesse d’être dansé, a été inscrit à nouveau au répertoire du Ballet de l’Opéra du Caire.

02 Festival international de danse de Miami. Nathalie Verspecht et Christophe Roméro interprèteront respectivement Pierre de Lune et L’aprèsmidi d’un faune lors de la soirée de gala qui ouvrira la prochaine édition du Festival international de danse de Miami.

Stage de Danse Le 14ème Stage International de Danse de Biarritz organisé par l’École de Ballet Gillet-Lipszyc se déroulera à Biarritz du 4 au 10 août 2002. Renseignements : tél. et fax 05 59 42 95 73 ou 05 59 55 92 39

03 Carnet Rose Lyane Lamourelle, Carole Philipp et Adriana Pous Ojeda qui jusqu’à l’an dernier étaient danseuses à Ballet Biarritz, viennent chacune de donner naissance à une petite fille. Elles se prénomment Lucile, Emma et Anahi et sont déjà fort gracieuses. Félicitations !

04 Ballet Biarritz 1 – Images Danse Jacques Pavlovsky, photo-reporter de l’agence Sygma dont l’objectif a saisi un peu tous les soubresauts de la planète, fixe depuis trois ans les mouvements du CCN. Ce travail paraîtra courant septembre sous la forme d’un album Ballet Biarritz 1 –Images danse dont nous reparlerons dans notre prochain Numéro.

Ballet Biarritz défile pour Oxbow À la demande de la marque Oxbow, Thierry Malandain a été invité à régler la présentation de la ligne printemps-été 2003. Une première pour les danseurs de Ballet Biarritz qui devant près de 200 représentants français et étrangers se sont prêtés au jeu de porter les couleurs de cette entreprise bordelaise. 9


FESTIVAL LE TEMPS D’AIMER 2002

Le festival international de danse de Biarritz (direction artistique Thierry Maladain) se tiendra du 7 au 21 septembre 2002. Le thème : « autour des Ballets Russes ».Informations : Biarritz Culture 05 59 22 20 21 Programme des spectacles

Gare du Midi 23, avenue Foch F-64200 Biarritz tél. 33 5 59 24 67 19 fax. 33 5 59 24 75 40

PRÉSIDENT

7 septembre à 21h à la Gare du Midi Rambert Dance Company / Christopher Bruce (Grande-Bretagne)

André Dachary TRÉSORIER

7 septembre à 14h au Port des Pêcheurs et à 18h sur le parvis de la Maison des Associations

Pierre Durand SECRÉTAIRE

/ 8 septembre à 12h et à 18h sur l’esplanade du Casino municipal Compagnie Robinson / Claude Magne 8 septembre 2002 à 21h au Casino municipal Compagnie Pernette

Jacques Pavlovsky • artistique DIRECTEUR/CHORÉGRAPHE

9 septembre à 21h au Casino municipal Anna Yerno & Guillaume de Chassy

Thierry Malandain

10 septembre 2002 à 20h au Casino municipal Compagnie Carré Blanc / Michèle Dhallu

MAÎTRE DE BALLET

11 septembre 2002 à 21h au Casino municipal Compagnie Pedro Pauwels Jeudi 12 septembre 2002 à 21h au Casino municipal Balletto di Puglia / Toni Candeloro & Luciana Savignano (Italie) 13 septembre 2002 à 21h à la Gare du Midi Ballet Preljocaj / Angelin Preljocaj 14 septembre à 22h au Port-Vieux Ballet Biarritz / Thierry Malandain 15 septembre 2002 à 17h à la Gare du Midi Compagnie Arguia / Juan Antonio Urbeltz (Espagne) 16 septembre 2002 à 21h au Casino municipal Les Ballets de la [Parenthèse] / Christophe Garcia

Richard Coudray COORDINATRICE ARTISTIQUE RESPONSABLE SENSIBILISATION

Françoise Dubuc RESPONSABLE SENSIBILISATION MISSION TRANSFRONTALIÈRE

Adriana Pous Ojeda INTERVENANTE SENSIBILISATION

Dominique Cordemans

17 septembre 2002 à 21h à la Gare du Midi Ballet National de Bordeaux / Charles Jude

PROFESSEUR INVITÉ

18 septembre 2002 à 21h au Casino municipal Compagnie Ariadone / Carlotta Ikeda

Angélito Lozano

19 septembre 2002 à 21h au Casino municipal Hors Série / Hamid Benmahi

DANSEURS

20 & 21 septembre 2002 à 21h à la Gare du Midi Ballet de Zurich / Heinz Spoerli (Suisse)

« La Danse de midi » au Jardin Public, scènes ouvertes et répétitions publiques : 7 septembre 2002 à 12h Eric Oberdorff (Monte-Carlo) 9 septembre 2002 à 12h Compagnie Mutine / quatuor Zen (Aquitaine) 10 septembre 2002 à 12h Compagnie Carré Blanc / Michèle Dhallu (Midi-Pyrénées) 11 septembre 2002 à 12h Ballet Biarritz / Thierry Malandain 12 septembre 2002 à 12h Compagnie So Sur Saut / Murielle Riberi (Rhône-Alpes) 13 septembre 2002 à 12h Compagnie EliralE / Pantxika Telleria (Aquitaine) 14 septembre 2002 à 12h Compagnie Robinson / Claude Magne (Aquitaine) 15 septembre 2002 à 16h Compagnie Christine Grimaldi (Aquitaine) 16 septembre à 12h Ballets de la [Parenthèse] / Christophe Garcia (Provence-Alpes-Côte d’Azur) 17 septembre 2002 à 12h France David (Midi-Pyrénées) 1

Ana Ajenjo Soto Véronique Aniorte Giuseppe Chiavaro Annalisa Cioffi Frederik Deberdt Roberto Forleo Amaya Iglesias Mikel Irurzun del Castillo Cyril Lot Magali Praud Christophe Romero Rosa Royo Nathalie Verspecht Roberto Zamorano Vasquez • administratif ADMINISTRATEUR

Yves Kordian ADMINISTRATEUR DÉLÉGUÉ MISSION TRANSFRONTALIÈRE

Filgi Claverie

18 septembre 2002 à 12h Compagnie de la Bulle (Aquitaine) 19 septembre 2002 à 12h Compagnie Hors-Série / Hamid Benmahi (Aquitaine) 20 & 21 septembre 2002 à 12h Véronique Abat (Midi-Pyrénées)

ASSISTANTE ADMINISTRATIVE CHARGÉE DE DIFFUSION

Françoise Gisbert CHARGÉE DE COMMUNICATION

1 dans

le studio du CCN Ballet Biarritz

Sabine Lamburu CHARGÉ DES RELATIONS

Thierry Moutou

Le Temps d’Aimer, c’est également :

AIDE-COMPTABLE

7 septembre 2002 à 19h à la Gare du Midi Conférence sur les Ballets Russes – Richard Flahaut 8 septembre 2002 à 22h au Parc Mazon Projection cinématographique en plein air 8 &15 septembre 2002 à 11h sur la promenade de la Grande plage La Gigabarre 15 septembre 2002 à 12h sur l’esplanade du Casino municipal Le Boléro de Maurice Ravel interprété par 175 enfants 20 septembre Journée de l’OARA / Conseil régional d’Aquitaine Stages de danse : flamenco, contemporain, traditionnel, etc…

Rhania Ennassiri • technique CONCEPTEUR LUMIÈRE DIRECTEUR DE LA PRODUCTION

Jean-Claude Asquié RÉGISSEUR GÉNÉRAL

Oswald Roose TECHNICIEN LUMIÈRE

Frédéric Béars

Expositions

COSTUMIÈRE

Du 7 au 21 septembre 2002 dans le hall de la Gare du Midi

Véronique Murat

Rudolf Noureev de Jean-Claude Asquié (photographies) Rythmes et Formes de Colette Rousserie (sculptures, peintures)

RÉGIE COSTUMES COUTURIÈRE HABILLEUSE

Karine Prins RESPONSABLE CONSTRUCTION DÉCORS

Michel Pochulu TECHNICIENS STAGIAIRES

CALENDRIER / JUILLET-AOÛT-SEPTEMBRE

Chloé Breneur Raphaël Tadiello TECHNICIENNE DE SURFACES

Annie Alégria Numéro

REPRÉSENTATION EN FRANCE SA 14/09 Biarritz Temps d’Aimer REPRÉSENTATIONS À L’ÉTRANGER JE 05/09 Miami (USA) SA 07/09 Miami (USA) DI 08/09 Miami (USA)

10

directeur de la publication

Un Hommage aux Ballets Russes

Thierry Malandain conception graphique

Jean-Charles Federico imprimeur

Pierre de lune Pierre de lune L’après-midi d’un faune

Imprimerie SAI (Biarritz) ISSN 1293-6693 - avril 2002

www.balletbiarritz.com ccn@balletbiarritz.com

Numéro 15 - Juillet/Septembre 2002  

Malandain Ballet Biarritz 2002

Numéro 15 - Juillet/Septembre 2002  

Malandain Ballet Biarritz 2002