Page 1

OCTOBRE NOVEMBRE DÉCEMBRE 2000

édito SCØNE Protégée naturellement par une anse de rochers, la plage du Port-Vieux de Biarritz abritait jadis l’activité des baleiniers. Les cétacés harponnés au large, étaient tirés jusqu’à la plage pour y être dépecés et partagés. L’huile solaire SALLE DE SPECTACLE succédant comme chacun sait à l’huile de baleine, l’endroit est désormais dévolu au farniente et à la baignade. En septembre, à l’occasion du Temps d’Aimer, renouant avec un dispositif investit avant-guerre par Loïe Fuller, le Port-Vieux offrira la magie de son cadre à un spectacle donné par Ballet HALL Biarritz. Il s’agira d’une nouvelle approche de “Bal Solitude” créé à l’Esplanade Saint-Étienne Opéra en 1997.

Avec le soutien de l’Association Française d’Action Artistique -Ministère des Affaires Étrangères et de l’AFAA-Ville de Biarritz pour ses tournées à l’étranger

Cette représentation particulière ouvrira la troisième saison du Centre Chorégraphique National. Une saison vagabonde, placée sous le signe de l’itinérance, avec des spectacles “Bidaiari” en région Aquitaine et des destinations plus lointaines : Asie, USA et Moyen-Orient. SCØNEDe nouvelles collaborations internationales verront le jour : avec le SCØNE Singapore Dance Theatre où nous remonterons “Sextet” de Steve Reich et avec le Ballet Florida pour une nouvelle production de “Fleur de Pierre” de Serge Prokoviev SCØNE SALLE DE SPECTACLE qui sera présentée à Biarritz courant 2001. SALLE DE SPECTACLE SCØNE SCØNE

En marge de ces activités, la saison sera pour une partie de mon équipe SALLE DE SPECTACLE HALL l’occasion de fêter quinze années de travail en commun. À cet effet, deux SCØNE SALLE DE SPECTACLE HALL ballets de la première heure : “Sonatine” et “Danses qu’on croise” entreront DE SPECTACLE courant novembre à notre répertoire. Pour l’heure, SALLE je réfléchis encore à SCØNE l’élaboration d’un programme que nous proposerons à Biarritz HALL en mai 2001. SALLERusses, DE SPECTACLE Il s’agira d’une soirée consacrée à l’époque des Ballets avec une HALL reprise de “Pulcinella” et de “L’après midi d’un faune”, puisHALL une création sur le “Boléro” d’un compositeur originaire du Pays Basque : Maurice Ravel. SALLE DE SPECTACLE HALL

Et puisqu’il est question d’anniversaire, notons que le Temps d’Aimer propose en septembre sa dixième édition. Le festival rendra hommage à la danse HALL française. Parallèlement Ballet Biarritz accueillera l’Association des Centres Chorégraphiques Nationaux pour deux journées de travail sur le thème des relations entre les collectivités territoriales et les Centres Chorégraphiques. Autre sommet : celui des ministres européens de l’agriculture qui se déroulera à Biarritz début septembre. Les danseurs de Ballet Biarritz s’y produiront.

sommaire l’événement La Chambre d’Amour en tournée «Voulez-vous danser avec nous ?» accueil studio la danse à Biarritz en bref... saison 2000-2001 Ballet Biarritz en Côte Basque

Bonnes vacances. Thierry Malandain Photographie : Jacques Pavlovsky

calendrier


l’événement Soirée de reprises à la Scène Nationale de Bayonne et du Sud-Aquitain À l’invitation de la Scène Nationale, Ballet Biarritz se produira à Bayonne le Vendredi 10 novembre 2000 dans un programme composé de reprises et de chorégraphies récentes. En ouverture, “Les Gnossiennes” d’Érik Satie ; ce ballet créé en mai dernier par le Jeune Ballet du Québec entrera au répertoire de Ballet Biarritz. Puis nous repredrons deux chorégraphies datant des années 1986 et 1987 : “Sonatine” et “Danses qu’on croise”, deux ballets qui firent en leur temps les beaux soirs de la Compagnie Temps Présent. Pourquoi les reprendre alors que la démarche de leur auteur a pris d’autres directions ? Pour Thierry Malandain, «ce sont des oeuvres de référence. Certes l’écriture se cherche et peut sembler moins personnelle que des chorégraphies plus récentes, mais elles contiennent la “sève” de ce qui va s’accomplir. Maintenant que nous avons pu établir ici un lien de fidélité avec le public, il me paraît intéressant de lui montrer un travail antérieur. De la même façon que dans une rencontre, on arrive à un moment où il est opportun d’évoquer son histoire personnelle. Puis pour les danseurs, même s’ils sont d’emblée plus sensibles au travail de création, il me semble également intéressant de les voir s’approprier des rôles créés pour d’autres».

Gnossiennes Ballet créé en 2000

chorégraphie / Thierry Malandain

musique / Érik Satie

Danses qu’on croise Ballet créé en 1987

chorégraphie / Thierry Malandain

musique / Brahms

Sonatine Ballet créé en 1986

chorégraphie / Thierry Malandain

musique /

Stockhausen

Ballet Mécanique Ballet créé en 1996

chorégraphie / Thierry Malandain

musique /

George Antheil

Enfin, le spectacle se terminera avec une reprise en Côte Basque de “Ballet Mécanique” de George Antheil. Une oeuvre forte et percutante.

Jeudi 09 novembre 2000 (scolaires) Vendredi 10 novembre 2000 à 21h Scène Nationale de Bayonne Place de la Liberté 64100 Bayonne réservations : 05 59 59 07 27

De haut en bas : Danses qu’on croise / photo Cyrille Sabatier Sonatine / photo Cyrille Sabatier Sonatine / photo David Peterle Ballet Mécanique / photo Cyrille Sabatier À gauche : Danses qu’on croise / photo David Peterle


en bref... CINÉ-DANSE À BIARRITZ Biarritz Culture et le Centre Chorégraphique National proposent cette saison des rendez-vous “Ciné-danse” en partenariat avec l’association Terpsichore. Présidée par Yvette Chauviré, cette association dirigée par Claire Sombert produit depuis plusieurs années des documents audiovisuels sur la danse. Témoignages de personnalités accompagnés de moments dansés, ces documents permettent un regard sur l’histoire de l’art chorégraphique d’un grand intérêt. Vendredi 20 octobre 2000 / Casino Municipal / 21h30

Les espaces d’une autre vie ou Le Ballet Romantique Réalisation : D. Sallustro, sur une idée de Claire Sombert. Synopsis : Paul Bourcier

PRATIQUES AMATEURS DE LA DANSE AU CONSERVATOIRE Le Conservatoire National de Région Bayonne Côte Basque a mis en place un département des pratiques amateurs qui accueille jeunes et adultes pour partager le plaisir de faire de la musique ensemble ou de danser et pour bénéficier des conseils d’un encadrement professionnel. Pour participer, il est nécessaire d’avoir déjà une pratique plus ou moins approfondie de la discipline. Tarif pour l’année : 800 frs par atelier. Renseignements : 05 59 31 21 70 CNR Bayonne Côte Basque - 29 rue Comte de Cabarrus - 64100 Bayonne

Ce film sera présenté par Yvette Chauviré et Claire Sombert. Vendredi 15 décembre 2000 / Le Colisée / 21h00

Diaghilev ou le Confluent des Arts Réalisation : Alain Esmery Synopsis : Paul Bourcier

Ce film sera présenté par Richard Flahaut. Vendredi 2 février 2001 / Le Colisée / 21h00

Les Maîtres de Danse de l’Opéra de Paris Réalisation Sylvie Jacquemin Images : Philippe Lassale

Ce film sera présenté par Michaël Denard ou Jean-Yves Lormeau.

Saison 2000-2001 Ballet Biarritz en Côte Basque

COLLABORATION AVEC LE SINGAPORE DANCE THEATRE Le Singapore Dance Theatre dirigé par Goh Soon Khim a présenté Sextet de Thierry Malandain, remonté par Françoise Dubuc, dans un programme associant Stamping Ground de Jiri Kylian et Stetl de Richard Wherlock. Cette collaboration mise en place par Jean-Jacques Garnier, attaché culturel à Singapour, se poursuivra en 2001 par l’invitation de Ballet Biarritz au Victoria Theatre (Mercredi 10 janvier 2001).

Biarritz Dimanche 10 septembre 2000

Festival Le Temps d’Aimer

Bal Solitude

Bayonne Jeudi 9 & Vendredi 10 novembre 2000

QUAND LA DANSE RELIE LES DIFFÉRENCES

Scène Nationale

L’Association Symbiose et Danse présentera le 18 novembre 2000 au Casino Municipal de Biarritz Désir, spectacle de danse au profit de l’association Celhaya de Cambo qui accueille des adultes handicapés mentaux. SCØNE En février 1998, Anne-Marie Larrebat crée Symbiose et Danse pour l’acceptation de la différence et notamment pour l’intégration de jeunes et d’adultes handicapés, afin qu’ils puissent communiquer et s ‘épanouir à travers ce langage qu’est la danse. SALLE DE SPECTACLE L’association accueille désormais 26 adhérents dont certains handicapés qui participent à la création du spectacle Désir. En décernant le prix de l’initiative culturelle à l’association en janvier 1999, la ville d’Anglet a offert une belle reconnaissance et HALL encouragé le travail de Anne-Marie Larrebat. Après de nombreuses années consacrées à l’enseignement de la danse en milieu handicapé (Plan Cousut, Nid Basque), AnneMarie Larrebat ouvre les frontières en accueillant dans ses cours toute personne avec ou sans handicap.

Gnossiennes Danses qu’on croise Sonatine Ballet Mécanique

Biarritz Samedi 19 & Dimanche 20 mai 2001

Gare du Midi

Pulcinella L’après midi d’un faune Le spectre de la rose Boléro


0

Dora et Senta, deux “isadorables”. Arnold Genthe, vers 1914.

Le Mercredi 7 avril 1920, La Gazette de Biarritz évoque une représentation donnée par Isadora Duncan. Il semblerait que l’artiste ne fût pas absolument comprise.

Madame Isadora Duncan “la géniale artiste” (je cite le programme) a bien voulu consentir “à la demande générale” (même source) à paraître sur la scène le soir du vendredi saint pour “interpréter”(sic) Chopin, Franck, Berlioz et Wagner. Mme Isadora Duncan a paru dans tout l’éclat de son opulente maturité... Il sied d’être galant pour une artiste, même quand cette artiste soumet à la vue et par conséquent au jugement des spectateurs un spectacle contestable au point de vue plastique... je me suis bien gardé de remarquer que Mme Isadora Duncan était un peu substantielle pour un vendredi saint et mieux faite en vérité, pour réjouir les mânes d’Armand Sylvestre que pour charmer l’ombre mystique de Richard Wagner. Je me suis bien gardé de déplorer que Mme Isadora Duncan restât si longtemps debout, ayant si copieusement tout ce qu’il faut pour s’asseoir de façon confortable. Je chicanerai seulement Mme Isadora Duncan sur ses conceptions artistiques. Mme Isadora Duncan pense-t-elle que les chefs d’oeuvre de la musique aient besoin pour leur interprétation d’autres moyens que les instruments de musique? Pense-t-elle que les exercices de gymnastique rythmique exécutés sur la scène pendant l’exécution des morceaux, par une dame si géniale soit-elle ajoutent quelques attraits ou apportent quelque explication à la perfection musicale? Elle le pense certainement. C’est pourquoi elle a cru devoir agrémenter d’attitudes harmonieuses, de mouvements latéraux et horizontaux des bras et de flexions du corps en avant et en arrière la “Rédemption“ de César Franck, la “Marche funèbre” de Chopin ou la “Marche vers le graal” de Richard Wagner.

Franck, Chopin, et Wagner peuvent être flattés de cette collaboration géniale, sans quoi leur oeuvre fut demeurée incomplète et incomprise. Mais le public a paru un peu déconcerté. J’avouerai même mon manque d’intelligence artistique : pendant que Mme Dutreix chantait le Pani angélus, Mme Isadora Duncan, par une promenade rythmique et démonstrative sur la scène, nous expliquait le mystère de la transsubstantiation... Eh bien, je n’ai rien compris du tout. Mais j’avoue que je n’y comprenais rien déjà ; lorsqu’on me l’expliquait par des paroles ; ce qui prouve mon défaut d’intelligence mystique. Mais il faut se mettre à la place des autres. Supposons que Mme Isadora Duncan danse pour les sourds qui veulent tout de même aller au concert... Oh! je voudrais bien qu’un sourd après avoir vu “Parsifal”, prit la peine de me raconter la pièce... Et trois fois heureux les aveugles qui n’ont pas vu danser la “Marche funèbre” de Chopin. /.../ Et Mme Isadora Duncan ne s’arrêtera pas là dans son mouvement de transposition chorégraphique. Elle annexera les autres arts et nous la verrons danser tous les tableaux des maîtres qui sont dans nos musées. Mais je le lui conseille, pour ses débuts, de ne pas interpréter les préraphaélites et de nous danser, de préférence, la Kermesse de Rubens. G. de la Fouchardière La Gazette de Biarritz - Mercredi 7 Avril 1920


La Chambre d’Amour

Voulez-vous danser avec nous ? Ateliers pour adultes non-initiés à la danse Quatre danseurs du Centre Chorégraphique National, Lyane Lamourelle, Carole Philipp, Adriana Pous-Ojeda et Thierry Taboni, animent depuis deux saisons des ateliers chorégraphiques destinés aux adultes noninitiés à la danse. Cette proposition séduit de plus en plus de personnes qui de vingt à soixante ans viennent partager un moment que beaucoup qualifient de privilégié. Lyane Lamourelle, co-animatrice :

Prochaines représentations... San Sebastian / Kursaal

Samedi 18 novembre 2000, 20h

Avec l’Orchestre Régional Bayonne Côte Basque St Quentin-en-Yvelines / Scène Nationale

Vendredi 1er décembre 2000, 20h30 Samedi 2 décembre 2000, 20h30 Avec l’Orchestre Régional Bayonne Côte Basque chorégraphie Thierry Malandain musique Peio Çabalette direction de l’orchestre Xavier Delette piano solo Marina Pacowski décor & costumes Jorge Gallardo lumière Jean-Claude Asquié

«La danse est en chacun de nous mais on ne le sait pas parfois ou on l’a oubliée, étouffée car “c’est pour les autres”, “je ne suis pas assez souple” “je suis trop vieille, trop vieux”, “c’est trop difficile”. J’ai eu envie de relever ce défi et de montrer aux gens que non seulement ils peuvent danser mais qu’en plus leur danse nous apprend beaucoup à nous, danseurs. Je peux le confirmer à présent après deux années de “Voulez vous danser avec nous ?”. Carole, Adriana et Thierry ont tout de suite adhéré à l’idée de ces rencontres dansées qui se veulent ouvertes à tous les adultes, à chaque fois différentes, la seule constante étant qu’elles soient gratuites. Nous avons chacun cherché, dans un esprit commun, des voies différentes de notre quotidien “classique” pour permettre d’accéder à une communication du mouvement libre, nondidactique comme dans un cours de danse habituel. C’est un travail intéressant pour chacun d’entre nous qui ne manque de lier le ludique à la connaissance ; finallement, ces rendez-vous sont autant à prendre pour nous que pour vous.»

Coproduit par le Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines Scène Nationale, l’Esplanade SaintÉtienne Opéra, le Centre Chorégraphique National / Ballet Biarritz, l’Orchestre Régional Bayonne Côte Basque, Biarritz Culture, la Diputación Foral de Gipuzkoa.

Située à flanc de falaise, la Chambre d’Amour est une grotte, un ventre fécondé par Quelques témoignages... l’océan qui résonne de tous les mystères liés à la vie et la mort. Ura et Ederra sont «Un peu hésitante au départ, ces ateliers m’ont permis de me sentir à l’aise les amants de la légende. Ils étaient réfugiés dans la grotte quand, tout au bonheur et surtout de pouvoir exploiter toutes les possibilités du mouvement : de s’aimer, ils se virent surpris par la marée qui avançait. Au matin, on découvrit expression des sentiments, des situations, représentation de formes, de leurs corps enlacés sur le sable. En mourant, Ura et Ederra rejoignent la littérature des amants dont l’idéal amoureux couleurs... vraiment très intéressant et enrichissant, tant sur le plan est brisé par le destin : Roméo et Juliette, Othello et Desdémone, Didon et Enée, etc... physique, émotionnel que relationnel» confie Christiane. SCØNE Il m’a plu de penser que ces destins brisés trouvaient leur origine dans le mythe Pour Marianne, «les danseurs ont su faire partager les notions d’espace, de fondateur de la Genèse. Lorsque Adam et Ève mangent le fruit de l’arbre de la mouvement, de rythme et de grâce ; il s’agissait d’un réel enseignement où connaissance du bien et du mal, ils sont contraints de quitter l’unité du Paradis. l’on sentait une progression dans les difficultés demandées et ou l’imagination Dépossédés de l’éternité, ils entrent alors dans le monde dualiste de la matière. SALLE DE SPECTACLE était de plus en plus sollicitée malgré une appréhension première». Un monde qui, sur l’axe du temps, sera dorénavant rythmé par la vie et la mort. Enfin Françoise : «ces ateliers furent de réels moments de détente qui L’amour serait-il alors la quête nostalgique de l’unité perdue ? Il est dit que nos permirent de s’exprimer sans complexe, de découvrir des sensations amants transcendent cet amour dans la mort. Les ténèbres ne sont-elles qu’un corporelles lors des moments d’improvisation.» HALL passage, la nuit d’un soleil qui se lève chaque matin sur la Chambre d’Amour ? Thierry Malandain


accueil studio Compagnie Stanislaw Wisniewski La compagnie sera en résidence du 2 au 8 octobre 2000 au Centre Chorégraphique National qui coproduit par ailleurs sa création “Conversations ordinaires”. La compagnie Fondée en juin 1995 par Stanislaw Wisniewski, la compagnie est en résidence au Centre Culturel Charlie Chaplin à Vaux-en-Velin. Elle y mène une politique de création et de diffusion de ses œuvres chorégraphiques en France et à l'étranger. Parallèlement, la compagnie développe des liens avec la population autour de la création artistique. Elle propose des actions de sensibilisation à la danse sous forme d'interventions en milieu scolaire et de travail de proximité. Compagnie Stanislaw Wisniewski

Le chorégraphe D'origine polonaise, Stanislaw Wisniewski suit ses études à l'Ecole Nationale du Ballet de Poznan. Installé depuis 1982 en France, il a dansé au Ballet d'Avignon, au Ballet du Rhin et plus récemment au Ballet de l'Opéra National de Lyon où il a travaillé avec Maguy Marin, Bill T. Jones, Angelin Preljocaj, Mats Ek et William Forsythe… C'est au sein de cette compagnie, qu'il crée ses premières pièces, dont l'une est primée au Tokyo International Choreography Competition. Outre les pièces qu'il chorégraphie pour sa compagnie, Stanislaw Wisniewski a été invité en 1994 par le Jeune Ballet International de Cannes. En 1996, il est chorégraphe résident auprès de la section Danse-Etudes de l'INSA de Lyon et il crée pour elle deux pièces dont l'une a été présentée à l'Opéra National de Lyon. En 1998, il monte une chorégraphie pour le "Ballet Théâtre de la Danse" à Poznan. En 1999, il chorégraphie "La Traviata" présentée aux Chorégies d'Orange.

PROGRAMME DE LA RÉSIDENCE AU CENTRE CHORÉGRAPHIQUE / Gare du Midi - Grand Studio Ballet Biarritz

CLASSE

(danseurs professionnels - classes gratuites)

Lundi 2 octobre / 10h00 - 11h30 Mardi 3 octobre / 10h00 - 11h30 Mercredi 4 octobre / 10h00 - 11h30 Jeudi 5 octobre / 10h00 - 11h30 Vendredi 6 octobre / 10h00 - 11h30 RÉPÉTITION PUBLIQUE / DÉBAT

chorégraphie & costumes Stanislaw Wisniewski danseurs Cécile Pegaz Crystelle Pierron Emile Béjar Gael Bovio

durée : 70 minutes (séances payantes : 60 frs)

(réservés aux scolaires)

dates à définir Pour toutes ces dates, merci de bien vouloir confirmer votre présence par téléphone. Inscriptions et renseignements auprès de Ballet Biarritz : tél. 05 59 24 67 19 / fax. 05 59 24 75 40 (ccn@balletbiarritz.com)

«Que j'aime voir, chère indolente, De ton corps si beau, Comme une étoffe vacillante, Miroiter la peau ! ... À te voir marcher en cadence, Belle d'abandon, On dirait un serpent qui danse Au bout d'un bâton.»

Charles Baudelaire musique Carl Philippe Emanuel Bach Le serpent qui danse (extrait) Johann Christian Bach Wilhelm Friedemann Bach lumière Conversations ordinaires est une Cyril Benhalm succession de courtes pièces décor chorégraphiques qui unissent à déterminer

Dimanche 8 octobre / 14h30 - 16h00 écoles de danse Dimanche 8 octobre / 16h30 - 18h00 adultes non initiés ATELIERS CHORÉGRAPHIQUES

Création chorégraphique pour 4 danseurs

(entrée libre)

Samedi 7 octobre / 15h30 ATELIERS CHORÉGRAPHIQUES

Conversations ordinaires

Création du 17 au 25 novembre 2000 au Centre Charlie Chaplin de Vaux-en-Velin Coproduit par le Centre Chorégraphique National / Ballet Biarritz La Compagnie Stanislaw Wisniewski reçoit le soutien de la DRAC Rhône-Alpes, du Conseil Régional Rhône-Alpes et de l’Association Française d’Action Artistique (AFAA). Administration Sylvie Dhuyvetter tél/fax 04 78 39 54 89

les univers sensuels des corps et du clavecin.


#3

ISADORA DUNCAN, “L’AMÉRICAINE AUX PIEDS NUS”

Isadora Duncan dans “la Marseillaise”. Arnold Genthe, vers 1914.

SCØNE

SALLE DE SPECTACLE

HALL

Bibliographie: My Life (Isadora Duncan /Gallimard) Isadora (Maurice Lever /Presses de la Renaissance)

Femme de légende, prêtresse d’une danse libre visionnaire, Isadora Duncan (1877-1927) se produit à Biarritz dans les années 1920. Dès ses débuts, elle se rebelle contre les règles établies de la danse académique et fait savoir qu’elle veut créer un nouveau système de danse plus en harmonie avec le mouvement naturel. Née au États-Unis à la fin du XIXème siècle dans un milieu favorable à son évolution artistique Isadora Duncan subit très tôt les influences de son entourage. C’est l’époque où les théories sur le mouvement de François Delsarthe (1811-1871) sont importées aux États-Unis par l’acteur Steele MacKaye. Ce dernier va créer “l’Harmonic Gymnastic" et imposer les idées du chercheur français. Selon Delsarthe le geste est agent du coeur et révèle la pensée, ses théories sur la dynamique et la rythmique en font le précurseur de la danse moderne. Duncan subira son influence tout en développant sa propre inspiration. Pour elle l’observation de la nature est la condition essentielle à la découverte du sens du mouvement. Mouvement qui permet d’exprimer ce qu’elle désigne comme “l’âme de ses formes". Elle découvre la splendeur des vases grecs et va s’inspirer de la “beauté antique" pour composer ses danses. Il ne s’agit pas de copier, mais elle constate que “jamais les mouvements n’ont l’air arrêtés, chaque mouvement conservant la force de donner vie à l’autre". Le rythme de la danse de Duncan obéit donc aux lois de l’harmonie faite d’ondulation et de continuité. Pour trouver ce rythme “il faut écouter les pulsations de la terre", elle danse alors pieds nus, vêtue de tuniques légères car vouloir “libérer l’homme par la danse", c’est aussi le libérer de l’entrave du costume. Elle n’interprète jamais la musique, mais se laisse inspirer par elle. Duncan choisit des compositeurs qui “ont réuni, dans une perfection absolue le rythme de la nature et le rythme de l’humain". Il faut remarquer, et cela est nouveau pour l’époque qu’elle ne danse pas sur des partitions spécialement écrites pour être dansées. Ainsi, Wagner, Chopin, Berlioz, Bach et Gluck seront ses compositeurs de prédilection. Toute sa vie, son rayonnement se répand dans le monde entier. Elle attire à elle les plus grands artistes de son époque: Rodin, Bourdelle, Dunoyer de Segonzac, Gordon Graig,etc... Sa danse ne laissera pas indifférents les chorégraphes de son époque, notamment Michel Fokine ou Vaslaw Nijinsky, chez lesquels on retrouve sinon l’esprit, mais quelques attitudes, sans pour autant y voir l’expression de liberté totale revendiquée par Duncan. Elle meurt tragiquement à Nice le 14 septembre 1927. Son châle se prend dans la roue de l’automobile conduite par Bugatti, Isadora meurt étranglée. Malgré son talent et ses théories révolutionnaires, l’oeuvre de Duncan disparaît plus ou moins avec elle. Peut être parce que selon Gide “L’art vit de contraintes et meurt de libertés".


Gare du Midi 23, avenue Foch F-64200 Biarritz tél. 05 59 24 67 19 fax. 05 59 24 75 40

PRÉSIDENT André Dachary TRÉSORIER Pierre Durand Bal Solitude Saint Étienne, juin 1997.

SECRÉTAIRE Jacques Pavlovsky

Photographie : Cyrille Sabatier

DIRECTEUR/CHORÉGRAPHE Thierry Malandain MAÎTRE DE BALLET Angélito Lozano

calendrier

RÉPÉTITEUR Richard Coudray

10’11’12

PROFESSEUR Françoise Dubuc

représentations en France je 09 novembre

Bayonne

Gnossiennes / Danses qu’on croise

ve 10 novembre

Bayonne

Gnossiennes / Danses qu’on croise / Sonatine / Ballet Mécanique

sa 25 novembre

Bayonne

Blé Noir

JEUNE PUBLIC

CONCOURS LAMBALLE

ve 1er décembre St Quentin-en-Yvelines

La Chambre d’Amour

AVEC L’ORCHESTRE RÉGIONAL BAYONNE CÔTE BASQUE

St Quentin-en-Yvelines

La Chambre d’Amour

AVEC L’ORCHESTRE RÉGIONAL BAYONNE CÔTE BASQUE

sa 02 décembre

ADMINISTRATEUR/ CHARGÉ DE PRODUCTION Yves Kordian

représentations à l’étranger Bahreïn di 29 octobre Doha lu 1er novembre Dubaï sa 04 novembre Abu Dhabi di 05 novembre Abu Dhabi ma 19 décembre Miami Beach mer 20 décembre Fort Laurede sa 23 décembre Shangaï di 24 décembre Shangaï Shangaï lu 25 décembre je 28 décembre Pékin ve 29 décembre Pékin

je 26 octobre

DANSEURS Giuseppe Chiavaro Mikel Irurzun del Castillo Isaïas Jauregui Olivier Jedrasiak Lyane Lamourelle Cyril Lot Carole Philipp Adriana Pous-Ojeda Magali Praud Christophe Roméro Luisa Sancho Escanero Thierry Taboni Brigitte Valverde Nathalie Verspecht

/ BAHREÏN

Casse-Noisette

/ QATAR

Casse-Noisette

/ ÉMIRATS ARABES UNIS

Casse-Noisette

/ ÉMIRATS ARABES UNIS

Casse-Noisette

/ ÉMIRATS ARABES UNIS

Casse-Noisette

/ ÉTATS UNIS

Sextet / Ouverture Cubaine / Pierre de Lune / Ballet Mécanique

/ ÉTATS UNIS

Sextet / Ouverture Cubaine / Pierre de Lune / Ballet Mécanique

/ CHINE

Casse-Noisette

/ CHINE

Casse-Noisette

/ CHINE

Casse-Noisette

/ CHINE

Casse-Noisette

/ CHINE

Casse-Noisette

ASSISTANTE ADMINISTRATIVE Nathalie Hepburn CHARGÉ DE MISSION DU PROJET TRANSFRONTALIER Filgi Claverie RÉGISSEUR GÉNÉRAL Oswald Roose TECHNICIEN PLATEAU Panxoa Claverie TECHNICIEN LUMIÈRE Frédéric Béars

Numéro directeur de la publication :

Thierry Malandain rédaction :

Thierry Malandain Jean-Charles Fédérico Nathalie Hepburn conception graphique :

Jean-Charles Fédérico imprimeur :

Imprimerie des Cordeliers (Bayonne)

représentations transfrontalières sa 18 novembre

San Sebastian

ma 05 décembre Vittoria sa 09 décembre Pampelune

/ GIPUZKOA / GIPUZKOA / NAVARRA

Casse-Noisette

AVEC L’ORCHESTRE RÉGIONAL BAYONNE CÔTE BASQUE

Casse-Noisette Casse-Noisette

E ccn@balletbiarritz.com

B www.balletbiarritz.com

Numéro 8 - Octobre/Décembre 2000  

Malandain Ballet Biarritz 2000

Numéro 8 - Octobre/Décembre 2000  

Malandain Ballet Biarritz 2000