Page 1

1


3


Francisco Hurtz - Barreira 2


5


Francisco Hurtz - Barreira 3


7


Scott Teplin - After


9


Francisco Hurtz - Barreira 1


11


Joe De Hoyos - I Will Not Kiss Boys 2


13


Francisco Hurtz - Barreira 5


15


Joe De Hoyos - I Will Not Kiss Boys 1


17


Francisco Hurtz - Torre


19

Francisco Hurtz - Barreira 4


Joe De Hoyos - I Will Not Kiss Boys 4


21


23

Francisco Hurtz - Quase-barreira 3


T

here’s too many parties here. It could be the social scene swallows the art scene (...) I’m not a snob. All I’m saying is that for my industry, the tail might wag the dog and that could be a problem. Larry Gagosian quoted by Erik Maza «Aby Rosen Holds Annual Art Basel Dinner» WWD - 02.2014

25

Francisco Hurtz - Sem Titulo 6


Sido Lansari - C’est bien ici la partouze?


27


Francisco Hurtz - Sem Titulo

29


Jay Muhlin - Extract from «Guilty Pleasures»


31


Francisco Hurtz - Sem Titulo


33


35


Francisco Hurtz - No chuveiro


37


Scott Teplin - Tuber


39

Francisco Hurtz - Uniforme


Gillian Toh - In the immortal words... (Detail)


41

Dannielle Hodson - Piggy Cheese


43


Nikki Woods - Gelatin 1


45

Karin Bos - Infidelity Cake


Karin Bos - Cake Guard


47

Nikki Woods - Gelatin 2


Rachel Yurkovich - Five Second Rule


49


Rachel Yurkovich - Death By Caramel 1


51


Rachel Yurkovich - Death By Caramel 3


53


55

< Nikki Woods - Creme Dream

Nikki Woods - Gelatin 5


57

Gillian Toh - In the immortal words...


W

ell if you are what you eat, in my case I’ll be sweet. So come and get some, I’m so over it. Now you’re about to get cut up or get cut down. It’s all about the know how, all just a matter of taste. Stop telling me the way I gotta play. Jason Mraz «Too Much Food» Elektra label 2002

59

Francisco Hurtz - Sem Titulo


Nikki Woods - Ice Maiden

61


63

James Unsworth - Everybody Wants to be Happy


Sido Lansari - Barbu bouffeur de cul


65


Jaz Graf - I-Doll Series, Downward Dog


67


69

< James Unsworth - Pizza Boys

James Unsworth - Morbid Sexual Life


Jay Muhlin - Extract from «Guilty Pleasures»


71


Jay Muhlin - Extract from «Guilty Pleasures»


73


Anna T. - Balloons

Jaz Graf - Doll Series, Contortion Motif >


75


Melinda Laszczynski - Samantha


77

Anna T. - Balloons


À Maï De Maï, là d’emblée, on se dit, c’est la mascotte, c’est la chouchoute, la rigolote, la pimentée, l’épicée, la petite menue, celle qu’on voudrait faire sauter dans ses bras et qui rirait d’un bon rire cristallin. C’est épicé, c’est sucré aussi. On se trompe. Lourdement. Ça gamberge là-dedans, faut voir comme. T’imagine pas, mec. T’as pas idée. Ça réfléchit rudement. C’est une intello déguisée en fétarde. Une fausse techno. Une vraie. Faut pas rigoler, tout de suite elle prend de la distance. Nous prend pour des rigolos. L’a bien raison. Boys will be boys. Elle, c’est la couleur. She comes in color. Faut pas la faire chier avec ça. Ou bien elle chausse ses écouteurs et ciao elle te met à distance. T’es plus qu’une vidéo, mec et tu l’auras bien cherché. Ok, on voudrait reprendre depuis le début. Start again, au bon niveau d’écoute. Sans le casque, please. Merci Maï pour la couleur, la valse, le cosmos. On aimerait reprendre la conversation là où tu l’avais laissée en entrant. Bises. Amitiés, Life Design


À Léa De Léa, on a envie de dire tout de suite, c’est notre pilier, c’est la force tranquille, c’est la garante, c’est la boss, celle à qui on ne la fait pas, ne la fait plus. Bleu, c’est sûr, mais ce n’est pas la question. De rouler l’appel, elle n’a pas peur. De fumer la pipe non plus, on la croît capable de toutes les tabagies. Alors immédiatement on se dit, attention on est trop confiant, on se repose trop sur elle, c’est trop notre bon élément. Est-ce qu’on ne l’aurait pas trop laissée à elle-même ? Est-ce qu’on ne se serait pas trop consacrés à d’autres, qui manifestaient peut-être de la faiblesse, un besoin d’aide, d’encadrement, d’assistance, de lissage ? Est-ce qu’on n’aurait pas dû davantage ? Plus ? Plus souvent ? C’est que jamais elle ne se plaint et ne se manifeste qu’en tant que force agissante. Première debout, dernière couchée. L’héroïne. On a envie de dire, y a presque rien à dire tellement tout est là, massif, dans sa force. Ce serait une erreur. C’est qu’on était distrait, forcément. Toujours trop distrait. On est encore passé à côté, fatalement. Ça se réparera. Il y aura des lendemains et d’autres travaux et d’autres jours. Merci, Léa, pour ta force, ta vigueur, ta qualité d’affirmation et d’incarnation. À toute. Amitiés, Life Design

79


À Élodie C D’Elodie, on pense sans ambages: elle est là. C’est évident, manifeste. Elle est là, nom d’un chien, on peut compter sur elle, c’est une présence sûre, une alliée, une sœur. Tout de suite, on se dit qu’on ne se dira pas grand chose, qu’on n’aura pas le temps, que ce n’est pas une question, pas le moment, que le temps viendra. On lui fait un peu trop confiance, bien sûr. On la laisse un peu trop en roue libre, on sait. Sorry angel, c’est comme ça. Il y a des rythmes, ça tombe comme ça tombe mais on sait confusément que la conversation n’est pas terminée, on se reverra, on poursuivra, complétera. On aura envie de savoir ce qu’elle fait. Concrètement. Ses objets, ses réalisations. On se dit que cela doit exister quelque part. On a envie de voir. On est d’intelligence. On est en famille. C’est simple, ça glisse. On a tellement l’impression qu’on se connaît déjà de tout temps qu’on se dit que rien ne presse. L’urgence n’est pas vécue comme anticipation d’une séparation. On se connaît. C’est marrant. Merci Elodie pour cette manière d’être tout de suite des nôtres. On se croise bientôt. Amitiés, Life Design


À Maëlyss De Maëlyss, finalement, on pourrait dire qu’on croit que ça glisse, mais ça accroche, ça agrippe. Ça n’est pas lisse et ça n’est pas un cygne, ni même un flamant. Faudrait que ça contraigne. Faudrait de la contrainte, de la prothèse, du plus de ou du moins de. Autre chose. Maëlyss substitue, déplace, recadre. Elle ne voudrait pas que ça soit comme d’habitude et, simultanément, ça semble l’effrayer un petit peu. Elle apporte sa propre contradiction. Se mettre à la place de. Imaginer. De l’autre côté de. Prendre en compte le. Ne pas nommer ce. On a envie de lui dire: passe le relai, décharge toi de ce qui fait masse et prends de l’élan. On a envie de lui dire: incarne ce qu’il y a d’ailes dans ton nom. Faut qu’ça s’élève, pour que la contradiction devienne tension. C’est en cours, t’inquiète, c’est de ton âge. Ne soit pas trop pressée d’être de ton âge. Vaincre l’inquiétude. Ne pas se regarder au mauvais miroir. Ne pas douter de l’idée folle. Instructions négatives, certes, pour aller vers l’affirmation. Merci Maëlyss pour l’énergie, la bonne humeur, le fait d’être présente, acharnée à l’échange. Entre encore un pas dans la lumière et il fera jour en pleine nuit. Amitiés, Life Design

81


À Morgane De Morgane, on ne peut s’empêcher de penser: elle fait signe. Des signes la font. Ce même dans quoi elle mange son riz fait immédiatement signe. Les locks bouclent l’affaire. Morgane a comme personne l’art de sourire pour ne pas répondre, pas même à côté. Pas de justification mais une attention manifestée. Produite par la main. Traduite en action. Du coup, on cherche: c’était quand ? C’était quoi ? C’était où ? Ah oui, le passage de la main. Le passage du plat. Le passage du regard. On regrette de n’avoir pas davantage essayé de percer le sourire, de n’avoir pas suffisamment tenté de reformuler depuis un autre angle, mais au fond ce n’est pas grave. Morgane écarte le drame. Le drame s’écarte, c’est un large chemin, mais pour elle seulement, n’essayez pas de suivre. Merci Morgane pour le coup de main, le sourire, les signes. On essaiera d’être plus rusé. Amitiés, Life Design


À Tian Yuang De Tian Yuang, on aurait envie de le dire en chinois. Non, on aurait envie que ce soit elle qui le dise. Mais qu’elle dise tout autre chose. Qu’on entende autre chose. L’autre film, l’autre scène. Ce qui se passait derrière. Ce qui se passait avant, ce qui se passait après. Dire le mal de tête, aussi. Il faut bien le dire. Dire la difficulté, la fatigue, le marbre dur de la langue. Dire la difficulté. La difficulté. Se trouver dans l’empathie, la sympathie de cet empêchement, de cette désorientation. L’empathie et la sympathie d’une certaine qualité de solitude. Une étrange solitude. On aurait envie de savoir ses amours, ses désirs, ses manies. On aurait envie de savoir ses secrets, qu’on imagine nombreux et bien gardés. On aurait envie de la tranquilliser, de la prendre sous notre aile, d’être à tu et à toi, de vibrer dans l’instant présent, que ça fuse, que ça coule de source. Mais, contrainte. Mais, empêchement. Mais, barrière. La palissade. Alors on ne peut que faire signe. Un signe amical, depuis loin mais avec chaleur. Un signe d’encouragement, parce que ce n’est pas facile, c’est loin. Et de lui dire merci d’être restée, merci d’avoir supporté, merci d’avoir soutenu, d’avoir accompagné. Et de l’encourager à toujours plus d’émancipation, de confiance en soi, d’autonomie et d’initiative. Quand Tian Yuang entrera dans l’ère de l’émancipation, ça va barder! On sera là.

谢谢你。 Amitiés, Life Design 83


À Juliette De Juliette, c’est simple, on dira: c’est l’étalon-or. La qualité réactive à l’état brut. L’état de lisibilité maximal d’un visage. Mais attention. Attention. Lisibilité ne vaut pas licence d’exploitation. Il y a distance du lu au compris, du compris à l’interprété, de l’interprété au signifié, du signifié à l’attendu, de l’attendu à l’intentionnel, de l’intentionnel à l’inconscient, de l’inconscient au sourire, du sourire au soupir. Juliette est toujours dans l’intervalle. On dit bien toujours. Jamais là ou là. Toujours entre. Ailleurs, donc, forcément. Un ailleurs qui n’a pas de nom et se justifie toujours d’un écart pour refuser d’être désigné. Dans quel ailleurs, Juliette ? N’importe, puisque de toutes façons vous n’y êtes pas, n’y serez jamais exactement au même moment. C’est ça qu’est tuant, non ? Bah oui, faut s’y faire, mais Juliette ne s’en fait pas pour autant et c’est finalement ce qui rassure. D’être d’où ça ne se nomme pas, c’est être toujours et c’est pas forcément plus inquiétant. On ne la sent pas inquiète, mais, comme on a dit, il y a distance. Alors merci, Juliette, d’être le centre de l’attention de celui qui parle et qui doute de qui l’écoute, depuis où on l’écoute. Merci de faire exister cet ailleurs d’une écoute sans nom qui fait vivre la parole, tout en étant présente ailleurs encore. On n’attend plus de toi qu’une chose: que tu donnes une forme, si pas de langage d’autre chose, à tous ces ailleurs depuis lesquels tu te tiens. Amitiés, Life Design


À Ségolène De Ségolène, on retient la peinture hollandaise. Un visage d’une autre époque, d’une autre lumière. Une qualité de lumière propre et autonome, qui émane de son visage, de ses yeux. Mystère de cette présence qui ne se lit pas aux habituels signes. Lunaire. Paradoxale. Du coup, on ne se parle pas forcément beaucoup, on ne sait pas grand chose d’elle, on prend acte d’une présence, on acquiesce, elle acquiesce. Elle est bien là. On voudrait en savoir plus, avoir une clef. Le temps a manqué. C’est injuste. C’est trop court. On se rattrapera. Merci pour ta lumière, ta présence, ton apaisement. A bientôt, sous la lune. Amitiés, Life Design

85


À Chloé De Chloé, on retient qu’elle est contre, d’abord. Obstinément, contre. Elle se bat, Chloé. Quelque chose en elle se bat, combat. On ne sait quoi. Sans agressivité, sans violence, mais la mâchoire est serrée, le sourire n’est pas symétrique. Les yeux rient, quand la bouche ne rit pas. C’est par les yeux que ça se passe. Que ça passe. Ça quoi, on ne sait pas. Dans le mouvement. Les cheveux sont courts, comme pour ouvrir le visage, comme pour refuser de signifier la différence et faire, par là même, différence au plus haut degré. C’est une force de contre-proposition, le travail du négatif, encore et toujours. Mais attention, le travail du négatif se fait depuis une position d’acquiescement au Monde. Le Monde avec un grand M. Pas celui qu’on combat. Celui qu’on n’est pas en mesure de combattre car il est hors de toute mesure. Ne pas confondre le monde avec un grand M et le monde avec un petit m. Tout ira bien, comme on dit dans les films américains, mais en le pensant cette fois. Merci Chloé pour ton entêtement, ton obstination. Merci d’incarner un contre pouvoir. Amitiés, Life Design


À Fanny De Fanny, il reste, comme le sel après la mer, cette histoire de nous emmener à la cueillette. Fanny, c’est la terre, l’humus, les sous-bois. C’est ailleurs, pas très loin. Dans les terres. Le terroir. On a envie de mettre des bottes, un ciré, d’emporter un casse-croûte, de faire un feu, de jouer de la guitare, de prendre l’harmonica. On imagine des chiens, des chevaux, peut-être des sangliers, va savoir. C’est vivant, c’est boisé et c’est à elle, c’est chez elle. Fanny nous emmène tout de suite chez elle, mais en douceur, comme on fait une modeste proposition. On regrette de n’être pas allé aux champignons. À la place, on est allé au musée, dans des galeries, des ateliers. Pas grave, on ira une fois prochaine, au printemps. On a envie des sanguins, qu’elle préfère aux chanterelles et autres bolets. On voudrait y goûter. Savoir de quoi elle parle. C’est curieux tout de même, ce territoire ceint, ces sanguins qui suffisent. L’idée d’un Eden ? Merci, Fanny, de nous avoir transportés, en imagination, dans ta forêt, tes terres. On ira peut être en vrai, la prochaine fois ? Amitiés, Life Design

87


À Amel D’Amel, on se dit immédiatement, ah merde elle est trop belle, c’est pas possible. C’est pas jouable, on va pas tenir. Il va falloir éviter de la regarder. Ça va me brûler les yeux, me faire perdre mes moyens, renverser mon verre. Heureusement, elle sourit, ne fait pas la gueule. Parle peu. On se calme. On dédramatise. On se dit c’est humain. On se dit c’est comme ça. On se dit elle en a vu d’autres. On en a vu d’autres. Et puis tout de suite après, on se dit encore, on se dit toujours, on n’arrête pas de se dire des trucs et de ne pas les dire alors disons le quand même, pour une fois, vu que c’est le but, l’objectif, donc on se dit: on ne peut pas s’en tenir là. Ce n’est pas juste la belle silencieuse qui sourit. Doit avoir un truc à elle, un truc c’est sûr. Bien sûr il y a l’épice, le Maroc, etc. Mais bon, design, design, hum ? C’est quoi son design ? Son dasein ? On a envie de savoir, mais peur de tomber dans le vertige des yeux de biche. On voudrait poser la question. On la bredouille. Il est trop tard. Foiré. Foutu. Pas grave, ce n’est pas grave. Regarde, elle s’en fout, elle est tranquille, elle sourit. Tu n’as pas mal non plus, tu es bien. Il y a de la cannelle. C’est bon. C’est doux. merci Amel, pour cette douceur et on t’envoie des baisers les yeux fermés. Amitiés, Life Design


À Élodie B D’Elodie, on se dit mais au fond c’est une question. On se dit mais qu’est-ce qu’elle dit, l’eau ? D’elle, l’eau dit, c’est sûr, mais quoi ? En tout cas, c’est casquette, de face et bon sourire. Elodie, on se dit: c’est sain. La bonne santé. L’équilibre. Mais justement, est-ce bien certain ? On se demande: mais au fait ? On se dit: mais pourtant… Et on revient à ce qui semble de source couler, mais mystère ça chuchote. Chut, chut. Alors, on tend l’oreille. On regrette d’avoir été inattentif, d’avoir laissé passer ça. On voudrait rembobiner, revenir au clap. Poser la question au bon moment, là où elle se pose, s’oppose. Non, il y a du mystère là. On était où quand elle s’est mise à parler d’eau, comme on parle d’or ? Qui parlait quand elle a parlé ? Qu’est-ce qui fait écran ? Qu’est-ce qui a fait casquette. On se dit, merde, Elodie, reprenons. Repartons. C’était quoi l’entrée ? C’était où le jardin ? La porte ? C’était quand ? Depuis quand ? À qui ? Comme un temps volé. En éclats. Elodie, elle, pour elle, on sent que ce n’est pas un problème, pas le problème. Ça ne fait pas problème. L’eau coule bien où elle veut. On a envie de dire: oui, mais active le torrent. Ruisselle, écume, déborde. Elle rigole, n’a pas besoin de ça et elle n’a pas tort. On est couillon. Merci, Elodie, d’avoir mené la barque et vogué sans écume. Mais on te souhaite de belles tempêtes aussi. Du grain et du vent clair. Faut de tout pour faire une vie, un fleuve, une mer. Sirène ? Amitiés, Life Design

89


Mehryl Levisse - La cérémonie de la calamité


91


Mehryl Levisse - La soirée de l’olive


93


Mehryl Levisse - Joyeuses fĂŞtes


95


Amandine Freyd - Sans Titre


97


English Disco Lovers - I Want Your Love, I Need Your Love


99


English Disco Lovers - #DontHateGyrate


101


English Disco Lovers - English Disco Lovers (EDL)

103


Patrick Santos - Patong


105


Patrick Santos - Patong


107


Ginger Lukas - Chandelier 4


109


Ginger Lukas - Chandelier 4


111


113

Eva Roovers - Shrines, Stills


Marine Coutroutsios - Crimson Rosella / Mon truc en plumes rouge


115


Eva Roovers - Shrines


117


Marine Coutroutsios - Budgerigar / Mon truc en plumes jaunes et noir


119


Marine Coutroutsios - Budgerigar / Mon truc en plumes jaunes et noir


121


Mauro Fari単as - House Taken Over (Sparkler)

123


Mauro Fari単as - House Taken Over (Light Garland II)


125

Mauro Fari単as - House Taken Over (Pennant Garland)


Marine Coutroutsios - Black tail Cockatoo / Mon truc en plumes noir


127


Marine Coutroutsios - Sulphur Crested Cockatoo / Mon truc en plumes blanc


129


Mauro Fari単as - House Taken Over (Streamer)

131


Mauro Fari単as - House Taken Over (Light Garland I)

133


Ginger Lukas - Chandelier 1


135


Ginger Lukas - Chandelier 1


137


A

s long as man continues to be the ruthless destroyer of lower living beings he will never know health or peace. For as long as men massacre animals, they will kill each other. Pythagoras

139

Dima Kavko - Oil.Death.Hell.


Dima Kavko - Sans titre


141


James Robert Southard - Tooth and Nail #5 (Pennsylvania)


143


145


147


James Robert Southard - Tooth and Nail #12 tryptic (Maine)


149


James Robert Southard - Tooth and Nail #12 Tryptic Right Panel Detail (Maine)

151


Carlos Montoya - Ranas, ruinas y compaùía 1


153


Luca Nava - Studio per Composizione 1 (Nellâ&#x20AC;&#x2122;occhio di Polifemo)


155


Carlos Montoya - Ranas, ruinas y compaùía 2

157


Luca Nava - Composizione 1 (Nellâ&#x20AC;&#x2122;occhio di Polifemo)


159


James Robert Southard - Tooth and Nail #11 (South Korea)


161


James Robert Southard - Tooth and Nail #1 (Kentucky)


163

James Robert Southard - Tooth and Nail #3 (Pennsylvania/Kentucky)


James Robert Southard - Tooth and Nail #9 (South Korea)

165


Teresa Paiva - Tienamen


167

Teresa Paiva - Tay Vinh


Teresa Paiva - Maguindanau


169


James Robert Southard - Tooth and Nail #6 (Kentucky)


171


James Robert Southard - Tooth and Nail #7 (Kentucky)


173


Patrick Santos - Patong

Ivan Argote - Retouch

Elsa Philippe & Sydney Valette - Dimanche


http://player.vimeo.com/video/87043354 (81’56’’)

Jean-Michel Rolland - Bubble Pops 2

175

Ivan Argote - Feeling


Elsa Philippe - The Cramps

Ivan Argote - Birthday

James Unsworth - Pizza Time


http://player.vimeo.com/video/87043354 (81’56’’)

Jérôme Le Goff - Miscellaneous

177

Elsa Philippe - The Passing


Eden Mitsenmacher - I’ll cry if i want to

Jérôme Le Goff - Duex la horde «the bride»

James Murray - Electrical Performances «Push It»


http://player.vimeo.com/video/87043354 (81’56’’)

James Unsworth - Eye Socket

179


181

Francisco Hurtz - Oficiais 4


Francisco Hurtz - Oficiais 2


http://soundcloud.com/make8elieve/m8-5 (15’43’’)

Sydney Valette (Second Date Remix) - Dimanche Eden Mitsenmacher - Yes I do Sydney Valette (Thieves Like Us Remix) - Dimanche

183


A#Z Ivan Argote (F/US NY) Retouch, Feeling, Birthday

www.ivanargote.com p174-176, Videos Karin Bos (NL)

Amandine Freyd (F)

Sans Titre

bobby-cafeine.tumblr.com amandinefreyd.tumblr.com p96-97 Jaz Graf (US NJ)

Infidelity Cake, Cake Guard

I-Doll (Series) Downward Dog, Contortion Motif

Marine Coutroutsios (F/ AU)

Dannielle Hodson (UK)

www.karinbos.info p43, p45-46 Budgerigar / Mon truc en plumes jaunes et noir, Crimson Rosella / Mon truc en plumes rouge, Black tail Cockatoo / Mon truc en plumes noir, Sulphur Crested Cockatoo / Mon truc en plumes blanc

marine-coutroutsios.com p114-115, p118-121, p126-129, Cover Joe De Hoyos (US CA)

I Will Not Kiss Boys (Series)

facebook.com/joe.dehoyos.7 p12-13, p16-17, p20-21 Melissa Eder (US NY) Happy

www.melissaeder.com p194-195 Mauro Fari単as (E)

House Taken Over (Series) Sparkler, Light Garland I, Streamer, Light Garland II, Pennant Garland

www.maurofarinas.net p122-125, p130-133

www.jazgraf.com p66-67, p75 Piggy Cheese

www.danniellehodson.com p41 Francisco Hurtz (BR)

Barreira (Series), Torre, Quase-barreira 3, Sem Titulo (Series), No chuveiro, Uniforme, Oficial & Oficiais (Series)

franciscohurtz.tumblr.com p4-7, p10-11, p14-15, p18-19, p22-24, p28-29, p32-37, p39, p58, p180-182, p187-193 English Disco Lovers (UK)

English Disco Lovers (EDL), #DontHateGyrate, I Want Your Love, I Need Your Love

www.edl.me p98-103 Dima Kavko (RU) Oil.Death.Hell., Sans-titre (Series)

www.kavko.ru/old www.kavko.ru p138, p140-141, p144-147


A#Z Sido Lansari (F)

C’est bien ici la partouze?, Barbu bouffeur de cul

Photos Marion Nigoghossian papasuceetmamancoud.tumblr.com p26-27, p64-65 Melinda Laszczynski (US TX) Samantha

www.melindalaszczynski.com p76

Carlos Montoya (CO)

Ranas, ruinas y compañía 1, 2

www.flickr.com/photos/star_washers p152-153, p156-157 Jay Muhlin (US PA)

Extracts from «Guilty Pleasures»

www.jaymuhlin.com p30-31, p70-73

James Murray (US IL)

Electrical Performances «Push It»

Miscellaneous

www.intermediatetexts.com p178, Video

Duex la horde «the bride»

Luca Nava (I)

Mehryl Levisse (F)

lucanavart.tumblr.com p154-155, p158-159

Jérôme Le Goff (F) Marie Desormeaux (F) www.toutcontre.com p177-178, Videos

La soirée de l’olive, La cérémonie de la calamité, Joyeuses fêtes

www.mehryllevisse.fr p90-95 Life Design (F)

12 lettres d’amitié (Marseille du 18 au 22 novembre 2013)

www.life-design.be p78-89

Ginger Lukas (US WI) Chandelier I, Chandelier IV

Studio per Composizione 1 Composizione 1 (Nell’occhio di Polifemo)

Teresa Paiva (UK) Maguindanau, Tay Vinh, Tienamen

www.teresapaiva.com p166-169 Elsa Philippe (F) Dimanche, The Cramps, The Passing

www.elsaphilippe.com p174, p176-177, Videos

www.gingerlukas.com p108-111, p134-137

Jean-Michel Rolland (F)

Eden Mitsenmacher (UK/IL)

franetjim.free.fr p175, Video

I’ll Cry If I Want To, Yes I do

edenmitsenmacher.wordpress.com p178, Video, p183, Sound

Bubble Pops 2


A#Z Eva Roovers (NL) Shrines, Shrine, Stills

www.evaroovers.com p112-113, p116-117 Patrick Santos (US CA)

James Unsworth (UK)

Pizza Boys, Morbid Sexual Life, Pizza Time, Eye Socket

www.jamesunsworth.com p68-69, p176, p179, Videos

Patong

Sydney Valette (F)

James Robert Southard (US KY)

www.sydneyvalette.com p174, Video p183, Sounds

www.patricksantosart.com p104-107, p174, Video Tooth and Nail (Series)

Dimanche (& Remixes)

www.jamesrsouthard.com p142-143, p148-151, p160-165, p170-173

Nikki Woods (US OH)

Anna T. (GR/D/AT)

www.nikkiwoods.com p44, p47, p54-55, p60-61

Balloons

www.annatee.net p74, p77 Scott Teplin (US NY) After, Tuber

www.teplin.com p8-9, p38 Gillian Toh (SG)

In the immortal words of tupac shakur: I didnâ&#x20AC;&#x2122;t choose the kawaii life, the kawaii life chose me

gildebeest.tumblr.com p2-3, p40, p42, p56-57, p196-199

Gelatin (Series), Creme Dream, Ice Maiden

Rachel Yurkovich (US OH) Death By Caramel (Series)

www.rachelyurkovich.com p48-53


A#Z MAKE8ELIEVE is an online magazine, born of a collaboration between two artists, Michelle Marie Murphy (Ohio) and Baptiste Lefebvre (a.k.a. Cetusss) (Switzerland). With MAKE8ELIEVE, we’d like to build international connections by publishing creative interpretations of one topic per issue. We believe we can organize an intelligent, challenging, and well designed magazine with contemporary and unusual topics.

Francisco Hurtz - Oficial (detail)

MAKE8ELIEVE est un magazine en ligne, résultat d’une collaboration artistique entre deux artistes, Michelle Marie Murphy vivant dans l’Ohio et Baptiste Lefebvre (a.k.a. Cetusss) vivant en Suisse. Avec MAKE8ELIEVE, nous désirons construire et étendre des connections internationales à partir d’interprétations créatives d’un sujet différent et atypique à chaque numéro. Nous pouvons organiser ce bel objet virtuel, un magazine intelligent et stimulant aux sujets contemporains et inhabituels. SWITZERLAND # OHIO www.make8elieve.com # 02.2014

187


Francisco Hurtz - Oficiais 1


189


191

Francisco Hurtz - Oficiais 3


Francisco Hurtz - Sem Titulo


193


Melissa Eder - Happy


195


Gillian Toh - In the immortal words... (Extended extract)


197


199


ISSUE #5: PARTY  

MAKE8ELIEVE is an online magazine, born of a collaboration between two artists, Michelle Marie Murphy (Ohio) and Baptiste Lefebvre (a.k.a. C...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you