Page 1

e r e i P t n i a Vil e de S

N° 1475 • 23 mars 2017

TERRITORIALES 2017 - ARCHIPEL DEMAIN Une victoire sans appel

FISCALITÉ - INFORMATIONS SUR LA DÉCLARATION DES REVENUS 2016 p. 6

PATRICK LEBAILLY NOUS RACONTE SA SAINT-PIERRE DES MARINS p. 10 & 11

© Chantal Briand

COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU JEUDI 16 MARS p. 3


Titre de ce premier album : VĂŠhĂŠmence


V

I

E

M

U

N

I

C

I

P

A

L

E

RÉGIE EAU & ASSAINISSEMENT Bilan financier 2016 et Budget Supplémentaire approuvés

Le Sénateur-Maire a réuni son Conseil municipal le jeudi 16 mars pour une séance studieuse avec à l’ordre du jour des chiffres et encore des chiffres. Les élus ont en effet examiné puis approuvé le Compte de Gestion du Receveur municipal et le Compte Administratif du Maire du Budget de la Régie Eau & Assainissement présentés par le Président de la Régie, Martin Detcheverry. Pour rappel, soulignons que le Compte Administratif retrace l’ensemble des dépenses réelles de la commune, et des recettes encaissées sur un exercice budgétaire. Il traduit les réalisations effectives, tant en fonctionnement qu’en investissement, dans le cadre des politiques menées par la collectivité. Au total, les élus municipaux ont adopté 10 délibérations dont celles liées aux modifications des taxes communales. Détails. Régie Eau & Assainissement – Approbation du Compte de Gestion 2016 du receveur – Approbation du Compte Administratif 2016 du Maire Le Compte de Gestion du Receveur et le Compte Administratif du Maire 2016 font apparaître : • Un excédent d’exploitation de 645 615, 87 euros. • Un excédent d’investissement de 645 615, 87 euros. Cela se traduit par un excédent total de 1 270 049,28 euros mais avec des restes à réaliser en recette d’investissement de 972 750 euros. Régie Eau & Assainissement - Affectation du résultat de l’Exercice 2016 Le Compte Administratif 2016 du budget annexe de la Régie Eau & Assainissement fait apparaître un excédent d’exploitation de 624 433,41 euros. Cette somme a été affectée ainsi : • Affectation en Réserve en Investissement : 524 433,41 euros. • Report en exploitation : 100 000 euros. Régie Eau & Assainissement – Budget Supplémentaire 2017 Le Budget Supplémentaire 2017 s’élève tant en recettes qu’en dépenses à 100 000 euros pour la section d’Exploitation et à 2 242 799,28 euros pour la section d’Investissement soit un total de 2 342 799,28 euros. DETR – Voirie urbaine Le Conseil municipal a sollicité auprès de l’État l’attribution de la Dotation d’Équipement des Territoires Ruraux pour un montant de 385 000 euros pour la réalisation des travaux de réfection et d’aménagement de la voirie urbaine. Le coût de l’opération est arrêté à 855 000 euros. Le plan de financement s’établit comme suit : • Subvention État-DETR : 385 000 euros. • Subvention Collectivité Territoriale : 300 000 euros. • L’autofinancement de la Commune est de 170 000 euros.

Modifications des taxes communales • Taxe Locale d’Équipement Habitations principales et résidences secondaires dont la surface est : - inférieure à 51 m² : 45 € - comprise entre 51 et 100 m² : 67 € - comprise entre 101 et 150 m² : 89 € - comprise entre 151 et 200 m² : 112 € - supérieure à 200 m² : 134 € Commerces et tous autres bâtiments : 134 € Enquête publique Les élus municipaux ont étudié la demande d’autorisation présentée par la Société Guibert Frères SARL, pour l’obtention d’une autorisation d’exploiter un centre de transit de déchets dangereux, situé sur le territoire de la Commune de Saint-Pierre. Après discussion, les élus ont émis les réserves suivantes : - Le site devra être entouré, l’entourage devra faire l’objet d’une autorisation de construire ; - L’entreprise devra s’assurer de l’adéquation entre le risque incendie et la capacité du réseau de protection incendie disponible ; - L’aménagement du site ne devra en aucun cas faire l’objet de rejet, même accidentel, dans le réseau d’assainissement ; - L’aménagement du site ne devra en aucun cas faire l’objet de rejet, même accidentel, dans le milieu naturel ; - Un protocole de surveillance de la qualité des eaux dans le canal et dans les milieux naturels environnants devra être prescrit. Délégation d’attribution à Madame le Sénateur-Maire – Compterendu des décisions prises - Marché n° 01/MSP/2017 du 10 février 2017 – TITULAIRE : INGENIERIE DES ILES SPM – INTITULÉ DU MARCHÉ : Maîtrise d’œuvre dans le cadre de la réfection et de l’aménagement de la voirie urbaine – Montant minimum : 20 000 € - Montant maximum : 150 000 € - Avenant n° 1 - en date du 8/02/2017 – au marché 03/EAU/2016 du 26/01/2016 – MAITRISE D’ŒUVRE – CONSTRUCTION D’UN NOUVEAU RÉSERVOIR D’EAU POTABLE – Titulaire : Groupement R.VICTORRI/Soderef/ESTB/Geotec – Montant de l’avenant : 30 000 € - Avenant n° 1 – en date du 9/02/2017 – au marché 03/MSP/2016 du 15/04/2016 – FOURNITURE D’UNE VEDETTE À PASSAGERS – Titulaire : B.P.E (BOURGEOIS PASCAL ENTREPRISE) – Montant de l’avenant : sans incidence financière. - Décision n° 001-2017 du 12 janvier 2017 instaurant un tarif d’admission des déchets à la décharge de Saint-Pierre. •

écho des caps n° 1475 • jeudi 23 mars 2017

[03


© Chantal Briand

SUR LE VIF - TERRITORIALES 2017

04]

écho des caps n° 1475 • jeudi 23 mars 2017


POLITIQUE

ÉLECTIONS TERRITORIALES 2017 17 sièges pour Archipel Demain ; 2 pour Cap Sur l’Avenir

écho des caps n° 1475 • jeudi 23 mars 2017

[05


06]

écho des caps n° 1475 • jeudi 23 mars 2017


UNE PHOTO, UNE INFO

© Chantal Briand

Dimanche 19 mars en fin de matinée les pompiers de Saint-Pierre sont intervenus pour circonscrire un début d’incendie dans une borne de collecte des cartons située près de l’ancien hôpital. Acte de maveillance ? L’enquête le déterminera, la Mairie ayant déposé plainte dès lundi matin. Dans le cadre de sa politique des déchêts, la Ville de Saint-Pierre a mis en place 36 bornes pour collecter le verre, le carton, les plastiques et métaux... 2 000 euros, c’est le prix payé pour chacune des bornes. Les gestes d’incivilité coûtent cher et sont complètement idiots. •

L’Actu en images

écho des caps n° 1475 • jeudi 23 mars 2017

[07


AGRICULTURE

LES OUTRE-MER DOIVENT MIEUX VALORISER l’origine et la qualité de leurs produits Développer les appellations d'origine contrôlée ou protégée (AOC-AOP), les indications géographiques de production ou les démarches plus locales : les outre-mer doivent mieux mettre en valeur l'origine et la qualité de leur produits agricoles, a estimé l'Office de développement de l'économie agricole d'outre mer (Odeadom). À l'issue d'un colloque organisé au salon de l'Agriculture le mercredi 1er mars, le constat est sans appel : « On peut faire beaucoup mieux », a expliqué à la presse le directeur de l'Odéadom, Hervé Deperrois. « Une petite partie de la production » agricole ultramarine est mise en valeur, alors que l'indication de l'origine est le premier critère de choix pour plus d'un tiers des consommateurs, lors de l'achat de produits alimentaires, a-t-il souligné. Or, les produits agricoles bruts ou transformés des outre-mer répondent aux mêmes obligations en terme de normes sanitaires, environnementales et sociales que ceux de l'Hexagone, et doivent pouvoir être aussi attractifs, pour les consommateurs métropolitains, mais aussi pour les consommateurs locaux, qui « en redemandent et ont la fierté d'acheter local », a expliqué Hervé Deperrois.

« Il faut valoriser la production locale, montrer la palette des possibles, car le consommateur connaît la qualité de la production française », a souligné pour sa part Alain Blogowski, chargé de mission à l'observatoire des outre-mer de l'Odeadom. Si le Rhum de Martinique dispose d'une Appellation d'origine contrôlée depuis plusieurs années, qui garantie sa production à partir de jus de canne local, son origine et sa traçabilité, c'est le seul produit ultramarin à avoir cette distinction, qui répond, comme l'AOP, à des critères très stricts et nécessite plusieurs années pour l'obtenir. Mais d'autres solutions existent comme notamment les Indications géographiques de provenance, au cahier des charges un peu moins contraignants. Plusieurs démarches pour obtenir cet IGP sont d'ailleurs en cours. Les « marques régionales » et les « produits péi (pays) », souvent développées par les collectivités territoriales ou la grande distribution, sont également « un bon début pour donner aux consommateurs une première indication sur la qualité et l'origine », a aussi noté Hervé Deperrois. Ces signes d'identification de la qualité et de l'origine, « c'est le meilleur moyen d'offrir un revenu à un producteur », a-t-il insisté, soulignant que dans certains territoires d'outre-mer « tout reste à faire ». • Maire-info

PARTENARIAT

FORMATION EN MOBILITÉ : SIGNATURE D’UN ACCORD NATIONAL de partenariat entre le Ministère des outre-mer et Opcalia Ericka Bareigts, ministre des Outre-mer, et Marie Russo, présidente d’Opcalia, ont signé au début du mois de mars l’accord national de partenariat portant sur la formation en mobilité avec garantie d’emploi au retour. Cet accord répond à un réel besoin des Ultramarins. Souvent amenés à quitter leurs territoires pour se former, ces derniers sont sans certitude de pouvoir trouver un emploi en correspondance à leur retour, ce qui se révèle être facteur d’abandon en cours de formation ou de non retour dans leur territoire d’origine. Il répond également aux difficultés éprouvées par les entreprises ultramarines étant à la recherche de certaines compétences faisant parfois défaut dans le territoire mais nécessaires pour leur développement. L’expérimentation introduite par la loi “ Egalité réelle Outre-mer ”, adoptée à l’unanimité par l’Assemblée nationale puis le Sénat, est mise en œuvre à travers cette initiative, combine une formation en mobilité d’une durée de 3 à 4 mois hors du territoire et un emploi dans une entreprise ultramarine au retour, en contrat de professionnalisation. La mise en place d’une formation et d’un emploi dans un même dispositif, de façon intégrée, constitue une innovation permettant de sécuriser le parcours et l’insertion professionnelle durable. Par la signature de cet accord, Opcalia s’engage à faire bénéficier 200 Ultramarins de parcours formation-emploi adaptés aux Outremer. Les domaines concernés par cette expérimentation seront ciblés selon les besoins de chaque territoire. Ils pourraient concerner par exemple des fonctions transverses comme le digital ou spécifiques comme mécanicien de poids lourds ou les métiers de bouche. Le Ministère des Outre-mer et Opcalia unissent leurs forces au service de l’emploi ultramarin. Ces jeunes formés nourriront l’activité économique et la vitalité démographique des Outre-mer, contribuant ainsi à leur émancipation économique et sociale. •

08]

écho des caps n° 1475 • jeudi 23 mars 2017


UNE PHOTO, UNE INFO

© Chantal Briand

Il l’a dit : “Saint-Pierre et Miquelon, personne ne sait où c’est mais je peux vous dire que c’est formidable. En plus, j’ai eu 1/5e de la population à mon spectacle. J’en suis fier. C’est génial” Élie Semoun.•

L’Actu en images

écho des caps n° 1475 • jeudi 23 mars 2017

[09


PATRIMOINE

RETOUR SUR LA SAINT-PIERRE DES MARINS Le témoignage de Patrick Lebailly Le Premier Adjoint au Maire de Saint-Pierre était à Fécamp début février pour la Saint-Pierre des Marins. Patrick Lebailly répondait à l’invitation de Daniel Savoye, le président de l’Association des Terre-Neuvas, qui s’enorgueillit d’avoir depuis quelque quatre ans maintenant un représentant de Saint-Pierre et Miquelon à « sa » Fête des Marins, soit le Sénateur-Maire Karine Claireaux, soit l’un de ses adjoints. Le témoignage de Patrick Lebailly pour qui la ville de Fécamp est chère à son cœur.

« J’ai été très bien accueilli sur place. D’ailleurs, il aurait fallu que je me divise en trois pour pouvoir consacrer un peu de temps à tout le monde. Chaque personne, chaque marin avait une histoire à me raconter ; c’est toujours un bon souvenir de l’escale à Saint-Pierre qui reste dans la mémoire de ces marins comme si les souffrances inhérentes au dur métier de pêrcheur disparaissaient une fois venus chez nous. Présentes à Fécamp, une délégation de Saint-Malo (elle aimerait avoir sa propre fête des marins), une autre de Lorient. La Marine Nationale est toujours associée à l’événement ; il y a une forme de reconnaissance pour tous ces marins militaires qui ont assuré pendant de longues années des missions d’assistance à la grande pêche sur les bancs de Terre-Neuve. La Saint-Pierre des Marins est une fête dont l’organisation est remarquable. Cela doit demander énormément de travail, d’ailleurs le Président Daniel Savoye m’a confié qu’il consacrait la totalité de son temps à cela. Il y a un souci du détail qui va jusqu’au port de la veste de marin et de la casquette fécampoise. Cependant, je dois avouer que ces gens-là se battent pour exister. Ils ne lâchent rien. Il faut rappeler que la fête a disparu pendant plusieurs années et c’est après plus de quatre ans de ténacité et d’obstination qu’ils ont imposé, plus au clergé qu’au pouvoir public d’ailleurs, la reprise de la Saint-Pierre des Marins. La Mairie de Fécamp joue le jeu, elle est présente là où l’association a besoin d’elle. Un nouveau musée de la pêche sera inauguré très prochainement. C’est toute l’histoire de pêche à Fécamp qui sera mise à l’honneur. Terre Neuve aura sa salle, mais il y aura aussi la pêche en Islande, en Norvège etc. ainsi que la pêche côtière. Aujourd’hui le souhait du Président : qu’un quai de Fécamp porte le nom de « quai des Terre-Neuvas ». Pour l’anecdote, pour la messe du lundi de la Saint-Pierre des Marins, e suis allé à la messe dans la petite chapelle qui se trouve tout en haut de la colline, à l’entrée du port. Elle a été construite au XIIIe siècle. C’est plus intime, plus triste aussi, c’est avant tout un lieu de recueillement. On retrouve sur place de nombreux ex-voto, des plaques avec la liste des marins qui sont morts ou disparus en mer. C’est très émouvant ». Les photos illustrant ce témoignage sont à mettre au crédit de l’association des Terre-Neuvas. •

10]

écho des caps n° 1475 • jeudi 23 mars 2017


écho des caps n° 1475 • jeudi 23 mars 2017

[11

© Association des Terre-Neuvas

© Chantal Briand


12]

écho des caps n° 1475 • jeudi 23 mars 2017


SANTÉ

UN PLAN DES MALADIES RARES AMBITIEUX Les candidats à la Présidentielle interpellés La journée internationale des maladies rares, c’était le 28 février ! Organisée par Eurordis et déclinée dans plus de 40 pays dans le monde, cette 10e journée était placée sous le thème de la recherche avec le slogan suivant : « La Recherche : plus que l’espoir, changer des vies ». La journée a été relayée par de nombreux acteurs sensibles à la cause des maladies rares dans plus de 100 pays dans le monde dont SaintPierre et Miquelon. 30 millions d’européens, dont 3 millions de Français, sont concernés par l’une des 6 000 à 8 000 maladies rares. Cet événement est l’occasion de reconnaître le rôle crucial joué par les malades dans la recherche. En France, c’est aussi l’occasion pour les acteurs de la plateforme des maladies rares de faire part de leurs inquiétudes et d'interpeller tous les candidats à la Présidence de la République afin qu'ils s'engagent clairement pour que les personnes atteintes de maladies rares puissent, dès 2017, bénéficier d’un Plan maladies rares ambitieux, interministériel mais piloté au plus haut niveau de l’État et financé à la hauteur des enjeux. « Nous lançons un appel au gouvernement actuel et aux candidats à la présidentielle : pour que les maladies rares soient un enjeu fort de santé publique » a déclaré Laurence Tiennot-Herment, présidente de l’AFM- Téléthon. Et de rajouter « Un 3e plan national maladies rares est absolument nécessaire. Deux enjeux : diagnostic et traitement ». Le 3e Plan National Maladies Rares est indispensable pour notamment lutter contre l’errance diagnostique et accélérer le développement de traitements pour le plus grand nombre de malades. « Un quart des malades attendent plus de 5 ans pour connaître leur diagnostic » prècise Nathalie Triclin-Conseil, présidente de l’Alliance Maladies Rares. « Les enjeux majeurs de ce 3e plan sont : une prise en charge intégrale du coût du diagnostic et zéro patient sans diagnostic » rajoute Nathalie Triclin-Conseil. Dans l’intérêt des malades, les acteurs de la Plateforme maladies rares demandent au Gouvernement de prendre l’initiative de soumettre en 2017 une résolution sur les maladies rares à l’Assemblée Générale de l’Organisation des Nations Unies.

« La France va porter une résolution au niveau de l’ONU pour donner une visibilité à la politique de santé publique à mettre en œuvre pour les Maladies Rares » a souligné Anne-Sophie Lapointe d’Eurordis. POUR EN SAVOIR

+

Eurordis est une alliance non gouvernementale d’associations de malades, pilotée par les patients eux-mêmes. Elle fédère 738 associations de patients atteints de maladies rares dans 65 pays.

28 février - Journée des maladies rares à Saint-Pierre © Chantal Briand écho des caps n° 1475 • jeudi 23 mars 2017

[13


JUDO Un invité prestigieux au Butokuden DOJO

I N F O S P O R T S Durant les vacances de mardi gras les différentes sections du Butokuden Dojo ont bénéficié de la visite d’un expert fédéral en la personne de M. Pascal Caron, coordonnateur technique du pôle espoir de Caen, pour animer un stage technique et sportif de grande qualité. Depuis 1974, avec la venue du premier cadre technique fédéral, M. Guy Auffray, médaillé de bronze aux championnats du Monde de Ludwigshafen en 1971, la tradition se perpétue au sein du Butokuden Dojo avec la venue cette année du 35e Cadre Technique Fédéral ! Ce partenariat indéfectible avec la Fédération Française de Judo est l’un des maillons indispensables pour que s’opérationnalise sur le tatami le projet associatif du Butokuden Dojo. Les Cadres Techniques ont plusieurs missions lorsqu’ils arrivent sur l’archipel comme, par exemple, la formation des cadres, la validation des unités de valeur, le perfectionnement technique, la détection de jeunes pouvant intégrer le parcours de l’excellence sportive fédérale (PES) et le contrôle de la mise en œuvre de la politique sportive fédérale. Cette année, la mission de Pascal Caron s’orientait principalement autour de trois objectifs : La validation des unités de valeur, le perfectionnement technique et la détection de jeunes pouvant intégrer le parcours de l’excellence sportive fédérale. Pour répondre au premier objectif, le vendredi 3 mars et le samedi 4 mars en début d’après-midi, neuf jeunes cadets et juniors de l’association ont présenté sous les yeux expérimentés et attentifs de Pascal Caron, Guy Lelorieux et Grégory Bisson leur unité de valeur « Nage No Kata » et ils ont tous été reçus. Il s’agit de : Clémence Lelièvre, Audrey Hacala, Kylian Vigneau, Benoît Gautier, Justin Abraham, Nathan Letournel, Théo Delaunay, Kiéran Beck et Aldric Mahé. Nous les félicitons ainsi que leur entraîneur, Grégory Bisson, pour leur quête de perfectionnement, leur goût de l’effort et l’entraide dont ils ont fait preuve, depuis le stage sportif au Centre National d’Entraînement à Montréal en décembre, pour que chacun réussisse. Nous leur souhaitons de marquer au plus vite cent points en compétition pour qu’ils puissent agrandir le cercle familial des judokas « ceinture noire ». Pour répondre au second objectif de sa mission, Pascal Caron a, tous les soirs de la semaine (du 27/02 au 03/03) de 18 à 20h pour la section cadet/junior/senior et pendant deux après-midis de 14h à 16h pour les jeunes licenciés des sections 2 et 3, proposé un travail de perfectionnement technique de haut niveau. Nous nous souviendrons, entre autres, des situations de travail en « ne waza »(travail au sol) sur les « shime waza » (étranglements) avec la déclinaison de deux techniques en fonction de la réaction du partenaire : « Sankaku Jime et GyakuJujiJime ».

14]

écho des caps n° 1475 • jeudi 23 mars 2017


© Collection Privée

De la même manière, des situations de travail sur les « kansetsu waza » (clés de bras) ont également ravi les adeptes de « Ude Hishigi Juji Gatame ». Et pour conclure la semaine de ce 35e stage technique et sportif de niveau national, Pascal Caron nous a proposé différentes séquences de travail en « nage waza » (travail de projection debout) sur un « yoko sutemi waza » (technique de sacrifice sur le côté). Cette technique appelée « Yoko Tomoe Nage », qui fut présentée avec différentes opportunités d’attaque, n’est autre que la technique secrète de Pascal Caron ! Enfin, pour répondre au dernier objectif de sa mission sur l’archipel, Pascal Caron a dans un premier temps accompagné un groupe de quatorze judokas au Nouveau Brunswick (cf. EDC n°1473) avec Grégory Bisson et Christiane Macé. Ensuite, il a permis aux jeunes minimes et cadets de l’association de découvrir le monde du haut niveau en leur proposant  « une journée type en pôle » avec footing et travail par ateliers sur des exercices d’application judo le matin et séance de judo le soir et en leur permettant de découvrir avec leurs parents « la vie d’un élève inscrit au pôle espoir de Caen » lors de la présentation vidéo de la politique éducative et sportive d’un tel dispositif, dont les élèves sont couronnés de succès au baccalauréat avec cent pour cent de réussite ! Un projet pourrait voir le jour dans un futur proche avec les partenaires du monde sportif et éducatif (Éducation Nationale, Conseil Territorial et DCSTEP) rencontrés au cours de la visite de Pascal Caron pour permettre aux trois Sections Sportives Scolaires Judo de SaintPierre de devenir un réservoir pour le pôle espoir de Caen comme celles de Basse Normandie (Calvados, Manche et l’Orne). Ce projet permettrait aux jeunes judokas détectés de participer tous les deux ans au circuit régional minimes et cadets et de se glisser dans la peau d’un élève du pôle espoir de Caen pendant une semaine. Au-delà de son expertise fédérale ou de ses qualités techniques, l’ensemble des licenciés du Butokuden Dojo souhaitait remercier Pascal pour sa générosité, sa simplicité et son amitié. L’entraide, le courage et l’importance de la transmission du savoir sont au cœur de la formation du judoka, c’est ce que nous avons vécu avec toi pendant ton séjour Pascal ! Deux jeunes judokas de la Section Sportive Scolaire du Collège Saint-Christophe : Clémence Lelièvre -57kg et Kiéran Beck -66kg ont participé au championnat de France scolaire à Marseille les 18 et 19 mars 2017. Ils se sont vaillamment battus pour défendre les couleurs de l’Archipel ; ce voyage était en quelque sorte une récompense pour le travail qu’ils ont effectué depuis le début de la saison avec Grégory Bisson et pour les sacrifices qu’ils ont dû réaliser pour atteindre leur niveau de performance aujourd’hui. • Christiane Macé

écho des caps n° 1475 • jeudi 23 mars 2017

[15


Bibliothèque

À l’occasion de la fête de Mardi-Gras, la bibliothèque vous propose deux livres autour de ce ••• thème : L’équipe de la bibliothèque

Bibliothèque-Médiathèque de Saint-Pierre

Site : http://www.biblispm.com Tél : 05 08 41 31 99 Fax : 05 08 41 71 40 Mél : bibliotheque-mediatheque@cheznoo.net

Tu me racontes tes tatouages ?

Le journal d’Aurore : 3 tomes

Alison McGhee ; Eliza Wheeler Rue du Monde Album

Marie Desplechin L’école des loisirs Roman

Un petit garçon demande à son père de remplacer l’histoire du soir par l’histoire de ses tatouages. Dessins, phrases, chiffres, ils racontent les moments les plus importants de la vie du père, souvenirs de ses parents, rencontre avec sa future femme, naissance de son fils. Un album avec de jolies illustrations qui montre l’essor de cette mode dans tous les milieux. •

Aurore est une ado typique, râleuse, ayant deux sœurs qu’elle ne supporte pas, des parents normaux mais dont elle est persuadée qu’ils ne l’aiment pas, une vie trop calme à son goût et des résultats scolaires médiocres…. Heureusement il y a les copines ! À défaut d’aimer lire, elle décide de tenir son journal où elle raconte ses aventures désopilantes. Trois volumes à lire pour les adolescentes qui se reconnaîtront et pour leurs parents qui essaient de les comprendre. •

Rubrique animée par Josée Gautier

DIRE, NE PAS DIRE

A C A D E M I E F R A N C A I S E Fondée en 1634 par Richelieu, l’Académie française a pour principale mission l’établissement d’un dictionnaire de référence dont la neuvième édition est en cours. En 2011, l’Académie a ouvert sur son site Internet la rubrique interactive « Dire, ne pas dire ». Un florilège des réponses données aux interrogations des internautes vient de paraître aux éditions Philippe Rey.

SIGNIFICATIF POUR IMPORTANT L’adjectif significatif s’emploie pour qualifier ce qui a une signification claire et précise ce qui exprime nettement la pensée, l’intention de quelqu’un. On parle donc, par exemple, d’un geste significatif ou d’un lapsus significatif : un infléchissement significatif de la courbe du chômage. Mais on évitera d’affaiblir le sens de ce terme et de l’employer en lieu et place d’important, comme on l’entend souvent : ainsi lorsqu’on parle d’une croissance, d’une augmentation significative, on ne souligne pas son ampleur, mais le fait qu’elle est le signe, l’indice de quelque autre phénomène. On dit : Une somme importante, un bénéfice important Un grand intérêt On ne dit pas : Une somme significative, un bénéfice significatif Un intérêt significatif

16]

écho des caps n° 1475 • jeudi 23 mars 2017


C

inéma

POUR VOIR LA VIE EN GRAND iné ma passion chaque jeudi à 20 h 30

udi e j Le rs a 0 m 30 ures 3 he 0 à2

L’histoire : « C’est dans l’enthousiasme que Sybille démarre l’écriture de son premier film. Actrice reconnue, elle va passer pour la première fois de l’autre côté de la caméra. Tout semble lui sourire. Ses productrices Brigitte et Ingrid sont deux personnages loufoques mais attachants et Sybille se jette avec elles dans l’aventure, mettant de côté sa vie familiale. Mais, du choix improbable des actrices, aux réécritures successives du scénario, en passant par les refus des financiers, le rêve merveilleux va se transformer en cauchemar. Incorrigible optimiste, Sybille réalisera trop tard que ses productrices fantasques et totalement déjantées vont l’entraîner dans leur folie… » Pour Voir la vie en grand : La passion du cinéma cela se partage, c’est ce qu’a fait Sylvie Testud dans son livre « C’est le métier qui rentre ». Mais le cinéma n’est pas toujours un long fleuve tranquille, et une bonne idée de départ par le truchement des scénaristes et des producteurs peut vite devenir une très bonne idée ou tout simplement n’importe quoi… c’est là qu’intervient la comédie. Diane Kurys, la réalisatrice de « Diabolo menthe », « Sagan », « Pour une femme » a souvent mis en scène des moments de vie, alors quand son amie Sylvie Testud lui confie sa difficulté à monter un projet de film, Diane Kurys lui conseille simplement et amicalement d’écrire « pour ne pas rester sur cet échec mais au contraire pour l’exorciser et essayer d’en faire quelque chose… » Et ce quelque chose deviendra un livre, et à 63 ans, et pour la première fois, Diane Kurys choisit d’adapter un roman, sans doute le fait qu’il soit écrit par son amie l’a beaucoup aidée dans ce choix. Sans que « Arrête ton cinéma » soit autobiographique, les deux femmes ont entrecroisé leur parcours dans ce milieu, il en ressort une vraie comédie populaire. Le duo Kurys/Testud est aidé par les performances de Josiane Balasko et Zabou Breitman, quel duo ! Du coup tout ce beau monde s’en donne à cœur joie et pousse le film dans des délires assez savoureux, chacun apportant sa petite touche d’improvisation. Le film s’amuse du monde du cinéma et de ses travers et finalement ces travers donnent une comédie pleine de charme, loufoque et virevoltante. Quand le cinéma se moque du cinéma, Balasko et Zabou se déchaînent et leur délire est contagieux, ça fait du bien  !!! «  Arrête ton cinéma  » est un grand éclat de rire en forme de cœur au dédié 7e art, pour Voir la vie en grand ! • Cédric Lebailly

n

ye o t i c o ce éc

Espa

Sachez que de nombreux produits simples et moins dangereux peuvent remplacer, à peu de frais, toutes sortes de produits ménagers :

a ciném n o t e o Arrêt ne Kurys alask B a i e n D De osia d et J u t s e ie T c Sylv

Ave

La presse en parle : Pour L’express : « Mise en abyme amusante, qui vaut surtout pour le numéro de Josiane Balasko et Zabou Breitman, en productrices viragos. »

Le vinaigre blanc pour les dépôts de calcaire, les robinets et les éviers ou pour détartrer les bouilloires et les cafetières ! Le jus de citron pour nettoyer les éponges visqueuses et retirer les taches sur la terre cuite et la céramique. Le bicarbonate de soude pour récurer les éviers et ôter les mauvaises odeurs. Recette pour un nettoyant multi usage écologique Mettre deux cuillérées à soupe de bicarbonate de soude dans un bidon de 2 l ; ajouter 2 l d’eau chaude et mélangez ; préparez dans un verre 1 cuillérée à soupe de vinaigre blanc et 1 cuillérée à soupe d’huile essentielle (citron, pin cannelle) ; versez dans le bidon et secouez !

écho des caps n° 1475 • jeudi 23 mars 2017

[17


des marées Mars 2017 Les jours croissent de 1 heure 40 minutes MERS BASSES

Urgence médicale

Gendarmerie

Sapeurspompiers

Pharmacies de Garde du lundi 20 mars. 9 h au lundi 27 mars. 9 h Pharmacie CHFD 41 47 47

du lundi 27 mar. 9 h au lundi 3 avril. 9 h Pharmacie SPM 55 28 02

MERS PLEINES

Samedi 25 - Annonciation 00:47 13:25 07:11 Dimanche 26 - Ste Larissa 01:32 14:04 07:58 Lundi 27 - St Habib 02:16 14:41 08:43 Mardi 28 - St Gontran 03:00 15:17 09:27 Mercredi 29 - Ste Gwladys 03:43 15:56 10:12 Jeudi 30 - St Amédée 04:28 16:35 10:57 Vendredi 31 - St Benjamin 05:13 17:17 11:43

19:38 20:20 21:03 21:47 22:33 23:20

Vil e de Saint-Pierre

Numéros utiles

Mairie standard : 41 10 50 Pôle Voirie : 55 80 77 ou 55 80 65 Pôle Bâtiment : 55 80 78 ou 55 57 18 Traitement des Eaux : 41 41 76

Avril 2017 Les jours croissent de 1 heure 38 minutes Samedi 1er - St Hugues 06:01 18:03 00:09 12:30 Dimanche 2 - Ste Sandrine 06:52 18:54 01:01 13:22

≥ Avis de consultation Le Service de l’Aviation Civile communique Une consultation est lancée dans l’Archipel pour la fourniture de pièces de rechange pour les équipements de balisage de l’aéroport de Saint-Pierre Pointe blanche. Les entreprises intéressées pourront se procurer le dossier au secrétariat du service de l’Aviation Civile, aéroport de Saint-Pierre Pointe Blanche, les jours ouvrables aux heures de bureau. Les offres devront parvenir au service de l’Aviation Civile de Saint-Pierre-et-Miquelon pour le jeudi 30 mars 2017 à 16h00 au plus tard. Tous renseignements complémentaires peuvent être donnés en appelant le 55 18 37 ou le 55 18 38.)

Journal édité par la Ville de Saint-Pierre Fondateur Albert Pen Directeur de la publication et Éditorialiste Karine Claireaux Co-directeur de la publication Sébastien Durand

Rédacteur en chef Jean-Louis Mahé : 05 08 41 10 91 redaction.echo@msp975.fr

Photographe et rédacteur Jean-Christophe L’Espagnol photographe.echo@mairie-stpierre.fr

Infographiste Steve Yon : 05 08 41 10 95 infographie.echo@msp975.fr

Responsable de l’imprimerie

≥ AVIS DE CONVOCATION - Mutuelle des Iles

Yannis Lepape : 05 08 41 10 93 imprimerie.echo@mairie-stpierre.fr

Messieurs les adhérents de la Mutuelle des Iles Saint-Pierre-et-Miquelon, société d’assurances contre l’incendie et les risques divers, sont convoqués en Assemblée Générale Ordinaire le mercredi 12 avril 2017 à 18 heures dans le local de l’ASIA 9, rue du Commandant Blaison à Saint-Pierre, à l’effet de délibérer sur l’ordre du jour suivant : - Rapport du conseil sur les activités de la société au cours de l’exercice 2016 - Rapport du Commissaire aux Comptes sur les comptes annuels - Rapport du Commissaire aux Comptes sur les conventions réglementées - Quitus au conseil d’administration - Affectation des profits de l’exercice - Renouvellement des membres du conseil - Questions diverses Le Conseil d’Administration de La Mutuelle des Iles Saint-Pierre-et-Miquelon Assurances

18]

écho des caps n° 1475 • jeudi 23 mars 2017

Secrétariat et accueil Clarisse Hacala : 05 08 41 10 90 secretariat.echo@msp975.fr

Collaboration Jean-Luc Drake (Photographe) jean-luc.drake@cheznoo.net

Journal en ligne www.mairie-stpierre.fr

Pour nous joindre L’Écho des Caps Hebdo, rue Georges Daguerre • BP 4213 97500 SPM Tél. 05 08 41 10 90 • Fax 05 08 41 49 33 Tirage 2 800 exemplaires • Commission paritaire numéro 68511


[ partenaires de la semaine]

écho des caps n° 1475 • jeudi 23 mars 2017

[19


© Chantal Briand

1916. Une fin d’après-midi de printemps, à Saint-Pierre. Alice rentre chez elle. Les gestes du quotidien rythment sa soirée. Tout semble immobile. Tout ? Non, de l’autre côté de l’Atlantique c’est la guerre. La grande guerre. Alice raconte la terrible attente des nouvelles du conflit mais aussi tous les petits riens qui s’égrènent au fil de la journée alors que le temps s’écoule tranquillement. Avec des mots simples et des expressions locales, Françoise Enguehard nous brosse une peinture en demi-teinte de la vie dans l’archipel où le portrait de son aïeule, Alice, prend toute sa place. Le décor imaginé par Jean-Jacques Oliviero nous permet de suivre au plus près les faits et gestes de la propriétaire des lieux et nous transporte un siècle plus tôt, quand des troupeaux de bœufs traversaient la ville et que la morue se vendait à la criée. L’intervention de danseurs nous plonge dans une esquisse de fête. Ils nous rappellent que Bretagne et Normandie avaient leur place autant que le Pays Basque dans le paysage folklorique des îles. Il faut se laisser bercer par les mots d’Alice et se croire, le temps d’un spectacle, dans un autre temps. •

Écho des Caps N° 1475  
Écho des Caps N° 1475  

Écho des Caps N° 1475 du jeudi 23 mars 2017

Advertisement