Page 1

Bingo du CCAS

Ce jeudi 1er décembre à l’ASIA Ouverture des portes à 13h30 De nombreux lots à gagner et une collation offerte

e r e i P t n i a Vil e de S

N° 1462 • 1er décembre 2016

LE TÉLÉTHON SUR FRANCE TÉLÉVISIONS Une 30e édition exceptionnelle

BUDGET DE LA MISSION OUTRE-MER : UN VRAI CHOIX POLITIQUE p. 3

CULTURE - RETOUR SUR LA VENUE DE L’AUTEUR J-CL. MOURLEVAT p. 8 & 9

CALENDRIER DE COLLECTE DES ORDURES MÉNAGÈRES p. 10 & 11


POLITIQUE

Budget de la Mission outre-mer pour 2017 Extraits du discours de Madame Ericka Bareigts devant les députés lisation de chacun. Il s’agit là d’une condition indispensable pour transformer nos territoires dans la réalité de leur environnement régional.

Nous sommes, je le crois, à un moment important, un moment où l’ambition que ce Gouvernement porte pour les Outre-mer se concrétise. Nos compatriotes des Outre-mer ont été au cœur de notre action durant le quinquennat. Cette volonté s’est traduite symboliquement par le respect de l’engagement du Président de la République, François HOLLANDE de visiter la totalité des territoires ultramarins. Il est le premier chef de l’État à avoir tenu cette promesse. Cette attention portée aux Outre-mer se traduit également au niveau du budget que nous examinons aujourd’hui. Je crois qu’il prouve bien à quel point nous portons une ambition pour ces territoires. Contrairement à la majorité précédente, nous ne nous sommes pas désengagés, nous avons renforcé notre action au service des Outre-mer. […] À ceux qui prétendent qu’un désengagement de l’État serait intervenu sous notre majorité : • Je leur réponds que nous avons augmenté de 16,5 millions d’euros nos engagements budgétaires en 2017 hors dépense fiscale. Ce chiffre confirme, plus que tout discours, notre volonté résolue ! • Je leur réponds que ce Gouvernement a toujours présenté un budget au-dessus des 2 milliards d’euros au titre de la mission Outre-mer. Ce sont environ 150 millions d’euros de plus par an que la moyenne constatée sous la précédente mandature. Alors que nous héritions en 2007 d’un budget de 1,8 milliard d’euros pour les Outre-mer, nous souhaitons le porter à 2,032 milliards en 2017. • Je leur réponds que, tout en assumant une politique de sérieux budgétaire et gestion vertueuse des deniers publics, nous avons renforcé l’égalité sociale et l’attractivité de nos territoires. […] Mesdames, Messieurs les députés, vous le savez, la prochaine avancée, c’est l’égalité réelle. Dès ma nomination au Gouvernement, au secrétariat d’État chargé de l’Égalité réelle, puis au Ministère des Outre-mer, j’ai souhaité, avec le soutien du Président de la République et du Premier ministre, que nous portions un changement de méthode et de vision. Le Projet de Loi Égalité réelle Outre-mer répond à cette volonté. Il pose d’une part les conditions favorables pour finir l’égalité sociale engagée. Il initie d’autre part une nouvelle logique de développement économique, social et culturel pour les 20 prochaines années sur la base des plans de convergence. Adopté en première lecture à l’Assemblée nationale par les forces progressistes que compte cet Hémicycle, il constitue une nouvelle étape de la marche des Outre-mer vers l’égalité réelle. Ce projet de loi permettra de construire, avec les acteurs locaux, des politiques publiques différenciées et adaptées à chaque territoire. Le développement est l’affaire de tous et requiert la mobi-

Les mesures intégrées au projet de loi seront financées : - celles qui concernent la mission Outre-mer sont prévues dans le budget, notamment la continuité territoriale. - celles qui concernent l’égalité sociale, arbitrées sous l’égide du Président de la République et du Premier ministre, seront inscrites au niveau des budgets des ministères concernés, ainsi que dans ceux des organismes sociaux. - celles qui correspondent à des dépenses fiscales ont conduit à des modifications du Code Général des Impôts qui n’ont pas besoin d’être systématiquement reprises en PLF. […] Notre politique s’inscrit dans le temps : elle assure non seulement une continuité des dispositifs mis en place mais permet de préparer l’avenir. À ce titre, j’ai souhaité que ce budget soutienne des investissements stratégiques pour les Outre-mer. Préparer l’avenir, c’est soutenir l’activité économique notamment dans secteur privé, en renforçant l’attractivité de nos territoires. Préparer l’avenir, c’est donner les moyens aux collectivités pour réaliser les investissements à même de susciter la croissance de demain. Cette dernière passe notamment par un soutien à la commande publique, comme nous le faisons en maintenant le montant du FEI et des crédits affectés à la politique contractuelle de l’État Outre-mer. Le Gouvernement a aussi décidé d’accroître significativement les crédits alloués à la bonification des prêts accordés par l’AFD pour les programmes d’investissement des collectivités. Préparer l’avenir, c’est enfin penser un nouveau modèle de développement. La préservation de l’environnement, la valorisation de la biodiversité et la lutte contre le changement climatique sont au cœur de cette politique qui prévoit, vous le savez, la création d’un équivalent Fonds Vert. Ce changement de modèle implique également un soutien appuyé à l’Économie Sociale et Solidaire que j’ai souhaité renforcer : un nouvel appel à projets sera lancé tout prochainement pour un montant de 2,5 millions d’euros, auxquels s’ajoutent 2 millions d’euros dans le cadre de la Convention avec la Caisse des Dépôts et Consignations. […] Le budget que nous examinons traduit un vrai choix politique : quelle que soit leur distance vis-à-vis de l’Hexagone, nous portons une attention à tous les territoires. Comme les précédentes lois de finances, ce budget affirme notre belle et grande ambition pour les Outre-mer. Par ce budget, par le projet de loi Égalité réelle Outre-mer, nous créons les conditions de la croissance durable, intelligente et partagée, de l’emploi et du progrès social. Nous permettons ainsi aux Outre-mer de révéler tout leur potentiel, forts de leurs atouts et de leurs spécificités. •

écho des caps n° 1462 • jeudi 1er décembre 2016

[03


FORMATION

© Chantal Briand

«MA FONCTION PUBLIQUE SE RÉINVENTE » Des ateliers sur l’impact du numérique et le bien-être au travail

( 04]

Pour les agents participants de la Mairie et du CCAS de Saint-Pierre, ces deux jours d’atelier ont été riches en échanges entre les agents des trois versants de la Fonction Publique. L’objectif d’associer les agents à la modernisation de la Fonction Publique de demain a été relevé. Les deux ateliers proposés ont abouti à des projets qui seront présentés au Ministère de la Fonction Publique dans le courant de janvier 2017. • Direction des Ressources Humaines

écho des caps n° 1462 • jeudi 1er décembre 2016


CAMPAGNE DE SENSIBILISATION

LUTTER CONTRE LE GASPILLAGE ALIMENTAIRE « Jeter moins c’est manger mieux » La lutte contre le gaspillage alimentaire est plus que jamais un enjeu majeur de nos sociétés. Chaque année, 1,3 milliard de tonnes de nourriture sont perdues ou gaspillées, soit un tiers des aliments produits dans le monde... Chaque Français jette l'équivalent de 20 kg de nourriture par an - dont 7 kg encore parfaitement emballés – un gâchis qui représente une perte de 400 € par an et par foyer. Au-delà de cet aspect humain et éthique, le gaspillage alimentaire a également un coût pour la planète : chaque kilo de denrée jetée induit automatiquement l’utilisation en pure perte de quantités considérables d’énergie qui ont un impact direct sur le réchauffement climatique. Dimanche 16 octobre, journée mondiale de l’alimentation, c’était également la journée dédiée à la lutte contre le gaspillage alimentaire en France. Chaque année le ministère chargé de l'Agriculture participe à la journée nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire en lançant notamment une campagne de sensibilisation sur les réseaux sociaux. Après la série « manger c’est bien, jeter ça craint », « DLC, keskecé / DLUO, késako ? », ou encore « Antigaspi, pour le climat aussi » lors de la Cop 21, le ministère de l’Agriculture a lancé cette année une nouvelle campagne : « Jeter moins c'est manger mieux », sous l’angle des contes et fables cette fois. Si l'antigaspi m'était conté …

« Le Corbeau et le Renard, Blanche-Neige, Cendrillon, mais aussi Peau d’Âne et le Petit Poucet, qui mieux que ces héros populaires pouvaient montrer l'exemple, à travers une version détournée de leurs aventures ? Ces contes, connus des petits et des grands, créent du lien entre les générations. Ils nous rappellent combien notre patrimoine culturel et alimentaire est précieux, et qu'il ne faut pas gaspiller les bons produits de notre agriculture » peut-on lire sur le site Internet du ministère de l’Agriculture. Nous avons décidé de nous associer à cette campagne de sensibilisation en diffusant l’une des affiches créées par le ministère de l’Agriculture. Partir des fables et contes de fées pour inciter à lutter contre le gaspillage alimentaire… •

écho des caps n° 1462 • jeudi 1er décembre 2016

[05


VIE ASSOCIATIVE

ASSOCIATION SAUVEGARDE DU PATRIMOINE DE L’ARCHIPEL Musée Archipélitude Île aux Marins

B comme Bilan Bien Beaucoup

Pour l'habituel bilan de cette 29e saison, voici pour changer, des commentaires, des résultats, des listes, des photographies… comme essaimés à la disposition du lecteur. Avec 1 880 entrées, on enregistre, en 2016, une augmentation de 35% de la fréquentation par rapport à 2015 (1 390 entrées). C'est le meilleur résultat depuis 2007. Cette saison 2016 se place au 10e rang sur 29, les extrêmes se situant en 2002, avec 3 550 entrées et en 2012, avec 745 entrées. (Voir Écho n°1422, page 14, du 5 novembre 2015.)

Pour expliquer ces résultats… Les éléments favorables (par rapport à 2015)  • L'ouverture plus précoce : le 21 mai en 2016 au lieu du 1er juillet en 2015. Ainsi, le 1er juillet 2016, il y avait déjà eu 407 visiteurs… • Les animations liées au Bicentenaire (tours guidés, nocturne). • L'ouverture de la Maison Jézéquel, même si son impact doit être relativisé. Il se pourrait, en effet, que cette ouverture agrémente les visites sans en augmenter considérablement le nombre. Plus qu'on ne pense, l'environnement autour des collections muséales influence le ressenti du visiteur. Accès, netteté, accueil, propreté, confort, couleurs, tranquillité, site, bâtiment, cadre… constituent une sorte d'écrin qui met en valeur -ou pas- les objets que l'on vient voir. Transport de l’harmonium

Moyenne de visiteurs par jour en juillet 2016 : 16,0 (13,5 en 2015). Moyenne de visiteurs par jour en août 2016 : 19,3 (16,7 en 2015). 45% des visiteurs viennent des tours guidés conduits par le CRT, et pratiquement la totalité, en ces cas-là, sont des touristes adultes. Mois de 2016 Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Total de la saison

06]

Entrées au Musée Archipélitude 118 289 480 589 344 60 1880

écho des caps n° 1462 • jeudi 1er décembre 2016


difié) ompe (mo ns le garage Moteur-p da é nt expos maintena

Doris du port transportant ce moteur-pompe à l’Île aux Marins 1971 Pour l'église, fermée depuis 2 ans au public, mais à nouveau accessible les après-midi à la faveur de la fusion de 3 associations, une cinquantaine d'interventions ponctuelles l'ont réhabilitée. Ces interventions ont consisté à balayer, nettoyer, laver, peindre, encaustiquer, remiser, ramasser, déplacer, débarrasser, épurer, enlever, éliminer, décrocher, accrocher, réparer, mettre en valeur…

Sélection des dons faits au Musée Archipélitude durant ces 12 derniers mois (29 dons comme 29 saisons)

D'une façon générale, l'Île aux Marins est devenue une destination très populaire et plébiscitée par les visiteurs. Promeneurs, photographes, peintres, amateurs de musées ou d'histoire locale… s'y pressent de plus en plus. Des animations culturelles, sportives, administratives, scolaires… s'y déroulent comme jamais. Quand on se souvient de son état, du nombre de ruines en 1987, des oppositions, du scepticisme dont Saint Pierre Animation a fait l'objet… bref, du chemin parcouru sur le terrain et dans les esprits, on peut parler de reconversion réussie. Ou presque… •

Textes et photographies Marc Dérible

écho des caps n° 1462 • jeudi 1er décembre 2016

[07


CULTURE

RETOUR SUR LA VENUE DE L’AUTEUR JEAN-CLAUDE MOURLEVAT A

Invité par le Lycée Émile Letournel, Jean-Claude Mourlevat, auteur d'une quinzaine de romans (dont Terrienne, L'Enfant Océan, Le Combat d'hiver...), a séjourné une semaine dans notre archipel en octobre dernier. Ce projet, qui se situe dans une stratégie de promotion de la littérature jeunesse, s'inscrit dans la continuité de celui mené l'an dernier avec Véronique Massenot (auteur et illustratrice). Rappelons notamment que la littérature jeunesse fait partie intégrante des programmes de français de l'école primaire et du collège. Par ailleurs, ce type d'action s'intègre pleinement dans le volet culturel de notre projet d'établissement. Compte tenu de l'accueil que le « projet Massenot » a reçu l'an dernier, l'équipe enseignante de notre structure a souhaité reconduire une opération autour de la lecture au titre de l'année scolaire 2016-2017 et y associer les enseignants du cycle 3 de l'école élémentaire (les CM1, CM2, et Sixièmes faisant désormais partie du « cycle de consolidation »). Notre quête d'auteurs nous a menés vers plusieurs grands noms de la littérature jeunesse. C'est ainsi que la diversité aussi bien des œuvres que des genres abordés par Jean-Claude Mourlevat, et la qualité de son écriture nous ont incités à nous tourner vers lui. Sachant que cet auteur est très sollicité, nous l'avons contacté en fin d'année 2015 pour qu'il vienne à la rencontre de nos élèves et avons misé sur la carte « Saint-Pierre et Miquelon » en espérant qu'il y soit sensible… Démarche concluante puisqu'il a tout de suite accepté notre invitation ! La rencontre avec un écrivain ne s'improvisant pas, un projet interdisciplinaire autour de cet événement a émergé peu après, impliquant des professeurs des écoles, des professeurs de lettres, des enseignants de matières professionnelles et les professeurs documentalistes. Un défi de taille d'autant plus que l'auteur ciblé a largement fait sa place dans le milieu de la littérature jeunesse (en témoignent les nombreux prix qu'il a reçus dont celui des Incorruptibles pour ses romans Le Combat d'hiver et La Rivière à l'envers. 1). Pour faire en sorte que la rencontre à venir soit fructueuse, les équipes pédagogiques impliquées ont étroitement travaillé ensemble en amont (objectifs et contenus pédagogiques, planification…), et ont intégré dans leur enseignement l'étude d'ouvrages de fiction de l'auteur en question. Ayant lu une ou plusieurs de ses œuvre(s) préalablement à sa venue, et mené des activités diverses sur son parcours (biographie, bibliographie...), les élèves prenant part à cette action se sont montrés avides de mieux cerner l'univers de Jean-Claude Mourlevat. Très attendu, ce dernier a été accueilli avec beaucoup d'enthousiasme et a su répondre aux attentes de son public.

Précisons que ce projet, qui a fédéré une quinzaine d'enseignants d'horizons divers, s'adressait aux élèves de CM1 et CM2 (groupe scolaire du Feu Rouge/ École du Socle de Miquelon), à ceux du collège Letournel (tous les niveaux), du collège de Miquelon (6e, 5e, 3e), à la plupart des classes du lycée général, et à une classe du lycée professionnel (1ère ASSP, Accompagnement, Soins et Services à la Personne). En bref, près de 300 élèves ont pu faire sa connaissance en l'interrogeant sur sa vie, son œuvre et son métier. De ce temps fort qui a marqué le début de cette année scolaire, les élèves ont particulièrement apprécié le fait d'échanger en toute simplicité avec un écrivain reconnu autour de son œuvre (approche des thématiques abordées, choix des personnages, adaptations cinématographiques…), et les moments privilégiés qu'il a pu consacrer à la lecture à voix haute de certains extraits de ses romans. Outre les nombreuses interventions auprès des scolaires, notre hôte a pu rencontrer ses lecteurs à la Bibliothèque municipale et y assister à une séance de lecture théâtralisée de quelques-unes de ses nouvelles… Tout comme le public présent, Jean-Claude Mourlevat a pu « savourer » la mise en scène très originale qu'en a faite l'association Croq'Paroles ! À noter, pour finir, que la découverte du patrimoine local était aussi inscrite au programme que nous avions concocté pour notre invité (Île-aux-Marins, Langlade, Miquelon…) et qu'il n'y est pas resté indifférent ! En conclusion, cet événement était une belle occasion de mettre la lecture à l'honneur et de contribuer à faire évoluer la relation des jeunes au livre (« lecture plaisir »). Ce projet nous a une nouvelle fois permis de mesurer l'intérêt que les élèves portent à une rencontre avec un auteur contemporain ; sa réussite m'incite à remercier toutes les personnes l'ayant soutenu et ayant participé, de près ou de loin, à sa mise en œuvre. • Gladys NICOLAS Professeur documentaliste Lycée Émile Letournel

08]

écho des caps n° 1462 • jeudi 1er décembre 2016


T AU LYCÉE ÉMILE LETOURNEL

Interview de Jean-Claude Mourlevat (propos recueillis par Aude Detcheverry, élève de Seconde au lycée Émile Letournel dans le cadre de l'enseignement d'exploration « Littérature et société »). Cet entretien vient d'être publié dans le dernier numéro du journal de l'établissement « Le P'tit Émile » (octobre-novembre) sous la houlette de M. Jean-Louis Déguéret, professeurs de Lettres.

Comment s’est déroulé votre séjour à Saint-Pierre et Miquelon ? Qu’en retiendrez-vous ? Il s'est magnifiquement déroulé. J'ai trouvé les gens très accueillants, très simples, très gentils, bref les gens comme je les aime. J'ai eu la chance de pouvoir découvrir l'archipel, guidé par des personnes qui y vivent et qui l'aiment, et aussi par d'autres personnes qui l'ont découvert depuis peu mais qui sont tombés sous le charme. La nature boréale a été une découverte pour moi. Et « en ville », j'ai parfois eu l'impression d'être ramené dans le passé, dans la petite ville de province où j'étais à l'internat de 10 à 18 ans.  Comment avez-vous vécu les rencontres avec le public scolaire ? Là encore, ce furent de très bons moments. Les classes étaient bien préparées à ma visite et c'était un vrai plaisir de bavarder avec les élèves de tous âges. Est ce que Saint-Pierre et Miquelon pourrait devenir une source d’inspiration pour vous ? Pas impossible du tout ! Mais il me faut le temps de digérer ça, d'en faire une matière exploitable. Il me semble que St-Pierre, avec ses maisons colorées et ses rues tranquilles qui descendent vers l'eau, ferait un beau décor pour un début de roman d'aventures. Quels sont vos projets d’écriture à venir ? Hélas je n'en ai pas d'immédiat. Je m'occupe actuellement de l'adaptation au cinéma de « La troisième vengeance de Robert Poutifard. » Lors de votre conférence vous avez mentionné un projet d’écriture de scénario, pouvez-vous nous en dire plus ? Et bien voilà, je l'ai dit ! Vous écrivez pour des publics variés, pour quelle tranche d’âge préférez-vous écrire ? Je ne cible jamais une « tranche d'âge » ! Quelle horreur ! En réalité, je ne fais pas une grande différence entre l'écriture pour les adultes et celles pour les plus jeunes. Dans les deux cas je mets le meilleur de moi-même. •

Aperçu des illustrations de nouvelles extraites du recueil Silhouette de Jean-Claude Mourlevat et faisant actuellement l'objet d'une exposition au Centre de Documentation et d'Information du Lycée Émile Letournel. Travaux réalisés par les élèves de 4e1 dans le prolongement de la venue de l'auteur (ouvrage étudié en classe avec Mme Valentine Imhof, professeur de Lettres). Les collégiens avaient pour consignes de présenter un contenu reflétant les éléments du texte d'une nouvelle du recueil précité et de justifier leur travail. écho des caps n° 1462 • jeudi 1er décembre 2016

[09


10]

écho des caps n° 1462 • jeudi 1er décembre 2016


écho des caps n° 1462 • jeudi 1er décembre 2016

[11


SUR LE VIF

© Chantal Briand

LE RIRE DANS TOUS SES ÉCLATS DURANT LES ATELIERS DE RIGOLOGIE JULIEN PESCHOT A LIVRÉ QUELQUES CLÉS AUX PARTICIPANTS POUR « REMETTRE DU RIRE DANS LEUR VIE »

12]

écho des caps n° 1462 • jeudi 1er décembre 2016


≥ UN APPEL À CANDIDATURE POUR 400 BOURSES D’ÉTUDES CANADIENNES AU TITRE DE L’ANNÉE ACADÉMIQUE 2016-2017 Par l'intermédiaire de la Direction régionale des bourses étrangères canadiennes, le secrétariat d'état à l'étude et à la recherche de l’Université LAVAL lance un appel à la candidature pour 400 bourses d'études Canadiennes au titre de l'année académique 20162017. Ces bourses sont destinées aux ressortissants des pays de la catégorie A (pays industrialisés européens, et extra-européens) et ceux des pays de la catégorie B (pays en développement, du tiers monde et extra-européens) ; elles doivent leur permettre de poursuivre leurs études, de parfaire leurs connaissances pour les travaux de recherches dans les domaines auxquels l’Université Laval accorde une attention particulière. SPÉCIFICITÉ DE LA BOURSE - L’Université Laval entend faciliter l'immigration aux personnes désireuses de poursuivre leurs études et d'obtenir des diplômes d'État canadiens. - Les candidats retenus au terme de la sélection de candidatures seront insérés, outre leur étude, dans les secteurs sensibles de la vie économique et sociale du Canada: (santé, droit, diplomatie, communication, finance, énergie, industrie, transport, agriculture...). Cette option de l’Université Laval vise à donner une aptitude professionnelle aux boursiers pour pouvoir travailler s'ils le désirent au Canada à la fin de leur formation. DURÉE DE LA BOURSE Les bourses couvrent la période d'un cycle de formation ou au maximum six (06) semestres voir plus. FRAIS DE VOYAGE Les billets d'avion aller-retour (Provenance – Canada/ Québec), sont pris en charge par la Direction régional des bourses étrangères canadiennes. Conditions préalables à la candidature  En règle générale, les candidats aux bourses étrangères Canadiennes doivent : - être âgés entre 18 ans à 55 ans ; - Comprendre et parler correctement l'une des langues d'enseignement an Canada (Anglais, Français, Espagnol, Allemand, Italien) - Avoir un diplôme équivalent au brevet d'étude de premier cycle d'enseignement, au baccalauréat ou au brevet d'aptitude professionnelle des pays de l'union européenne. PROCÉDURE DE SÉLECTION - Veuillez faire votre demande de bourse en réclamant le formulaire d’inscription à remplir par une lettre simple de demande de bourse à envoyer à l'adresse émail de notre secrétariat : univ.laval@secretary.net Direction générale Université Laval Canada 2325 Rue de l'Université, Québec, QC G1V 0A6, Canada E-mail : univ.laval@secretary.net Téléphone : (+1) 402 235 8403

COLLECTIVITÉS D’OUTRE-MER

DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS D’ÉCHANGES ET DE COOPÉRATIONS DANS LEUR ENVIRONNEMENT RÉGIONAL Ericka Bareigts, ministre des outre-mer, a salué « l’adoption à l’unanimité par le Sénat mercredi 23 novembre de la proposition de loi relative à l’action extérieure des collectivités territoriales et à la coopération des outre-mer dans leur environnement régional ». Cette proposition de loi, portée par Serge Letchimy, député de la Martinique, « concrétise un changement d’approche majeur et une avancée essentielle pour les outre-mer » s’est félicitée la ministre. « Grâce à ses collectivités d'outre-mer, la France a la chance de pouvoir rayonner dans toutes les régions du monde », a-t-elle poursuivi. « Ces territoires démultiplient son influence et la coopération régionale rompt avec une logique contre-productive ». Avec ce texte, dans le respect des prérogatives de l’État en matière diplomatique, les collectivités d’outre-mer pourront initier avec leur partenaires, dans leur bassin régional, des échanges et des coopérations en matière économique, universitaire, pour l’enseignement, l’amélioration des systèmes de santé… Chaque territoire pourra ainsi définir et inscrire son action dans son bassin régional, selon ses spécificités, ses besoins et ses attentes.

« Ces échanges seront encore renforcés par les dispositions du projet de loi Égalité Réelle outre-mer qui favoriseront la mobilité et les échanges scolaires linguistiques dans les zones géographiques des territoires d’outre-mer. Une nouvelle génération de jeunes Ultramarins, ouverts sur leur environnement proche, pourra ainsi émerger » estime Ericka Bareigts. « Donner aux territoires d’Outre-mer les moyens de renforcer leurs échanges avec leur environnement régional, c’est ouvrir leur horizon et leur donner les moyens de leur épanouissement et de leur développement ». « Notre vaste espace maritime nécessite l’élaboration de coopérations spécifiques et les collectivités locales sur place sont territorialement les mieux placées pour identifier et accompagner ces coopérations régionales », a souligné pour sa part Jean-Marie Bockel, sénateur du Haut-Rhin. Le rapporteur Mathieu Darnaud, sénateur de l’Ardèche a soutenu un texte qui « confirme le caractère inéluctable de la décentralisation » et « préserve l'unité diplomatique de notre pays en ouvrant de belles perspectives aux collectivités d'outre-mer ». •

écho des caps n° 1462 • jeudi 1er décembre 2016

[13


SOLIDARITÉ

Xavier, 36 ans Chargé de recherche à I-Stem « Je n’ai pas le droit de ne pas y arriver » Xavier Nissan a gardé l’affiche du Téléthon 2004 accrochée audessus de son bureau. Elle lui rappelle sans cesse pourquoi il se bat. Cette année-là, sur le plateau de son premier Téléthon, il est marqué par Jeanne, atteinte de myopathie : « Elle avait une telle confiance en la recherche que je me suis dit que j’avais une responsabilité. Je n’avais pas le droit de ne pas y arriver », expliquet-il. Une affiche qui, à la veille de ce 30e Téléthon, continue d’être une source de motivation : « À chaque fois que je doute, je me renforce en regardant cette affiche et le message qui y est écrit : Moi, je me bats et avec toi je gagne ». Xavier est un chercheur engagé qui aime relever des défis. C’est sans doute pour cette raison qu’il participe fin 2004 à la création d’I-Stem, le centre de recherche sur les cellules souches créé par l’AFM-Téléthon et l’Inserm. En 2009, il fait partie de l’équipe qui réalise une première mondiale  : la production de cellules souches de la peau à partir de cellules souches embryonnaires. En 2010, il prend la direction d’un programme de recherche sur la progeria, une maladie génétique rare qui se manifeste par un vieillissement accéléré. Depuis septembre 2015, son nouveau champ d’investigation concerne les maladies neuromusculaires. Xavier Nissan est aujourd’hui à la tête d’une équipe de recherche qui a pour objectif d’identifier des traitements pour les dystrophies des ceintures grâce au criblage à haut débit sur des modèles cellulaires.

Fanny, 28 ans Assistante de laboratoire à Généthon « Je travaille pour guérir ! » Fanny, une jeune chercheuse de 28 ans, incarne pleinement la Génération Téléthon. Ses premiers pas au sein de la famille Téléthon, elle les a faits enfant en participant à différentes manifestations sportives de sa région aux côtés de ses parents. En 2013, elle intègre l’équipe dédiée aux maladies du foie de Généthon, le laboratoire de l’AFM-Téléthon. Elle travaille plus particulièrement sur les essais pré-cliniques qui concernent la maladie de Crigier-Najjar, une maladie rare qui touche le foie. Passionnée par son travail, la jeune femme est fière de participer à l’élaboration d’un traitement : « Je travaille pour guérir ! ». « Il y a une véritable émulation au sein de l’équipe Crigier-Najjar. Nous sommes à l’aube d’un essai clinique sur l’homme. Moi, j’y crois », sourit-elle. Durant ce 30e Téléthon, elle sera aux côtés de la famille d’Elena, 5 ans, atteinte de la maladie de Crigier-Najjar, qui partage l’espoir de voir un essai de thérapie génique démarrer en 2017. L’engagement de Fanny est sans limite. En tant que bénévole, Fanny anime le village Téléthon à Montparnasse. « Pour moi, c’est une évidence de m’impliquer sur le terrain durant le Téléthon ».

Pour Saint-Pierre-et-Miquelon, pas de Manifestations Force T cette année, seul le Centre de Promesses sera tenu par le Club Lions Avenir. Un seul numéro pour le contacter : 14]

écho des caps n° 1462 • jeudi 1er décembre 2016

3637


LE téléthon 2016 SUR FRANCE TÉLÉVISIONS

le combat des parents, la vie des enfants

génération téléthon, un tremplin pour demain 30 heures d'antenne pour le Téléthon les 2 et 3 décembre prochains sur France Télévisions, et majoritairement sur France 2. Voici la programmation prévue pour cette édition parrainée comme en 2014 par Garou : VENDREDI 2 DÉCEMBRE • 30 HEURES POUR LES 30 ANS De 18h45 à 19h45 sur France 2. Sophie Davant, Nagui et Garou ouvriront le bal de ces trente heures de direct, en compagnie des quatre familles ambassadrices, de Laurence Tiennot-Herment, présidente de l’AFM-Téléthon, de Delphine Ernotte Cunci, présidente-directrice générale de France Télévisions, d’Anne Hidalgo, maire de Paris, d’artistes, de chercheurs, d’animateurs de France Télévisions. • TAPIS ROUGE POUR UN TÉLÉTHON À partir de 20h50 jusqu’à 00h20 sur France 3. Animé par Sophie Davant, Nagui et Garou. Marc-Olivier Fogiel, Dave, Wendy Bouchard et André Manoukian se relaieront aux côtés de Sophie Davant et du parrain, Garou, pour accueillir ceux qui ont fait et font l’histoire du Téléthon : les anciens parrains, les artistes, les scientifiques et, bien sûr, les malades et leurs familles. Sur le plateau, ils partageront leur émotion et la joie de retrouver la famille Téléthon à laquelle chacun appartient, tandis qu’une vague d’ambiance festive déferlera sur le plateau avec des duos inédits et des variétés aux allures de grands shows chorégraphiés. Des reportages mettront en scène des personnalités qui s’impliqueront aux côtés des familles et les accompagneront dans leurs défis quotidiens. Elles viendront ensuite en plateau partager et croiser leurs regards sur les avancées de la recherche et les leçons de vie dont elles ont été les témoins. Nelson Monfort et Jean-Sébastien Petitdemange nous feront vivre en direct la mobilisation aux quatre coins de la France grâce à l’opération exceptionnelle « 100 villes pour 100 défis ». SAMEDI 3 DÉCEMBRE • LA NUIT DU TÉLÉTHON 00h20 à 6h50 sur France 2. Dans la nuit de vendredi à samedi, Sophie Davant, en compagnie de ses invités, présentera plusieurs documentaires. • TÉLÉMATIN De 7 heures à 9h55 sur France 2. Télématin présenté en direct par William Leymergie entouré de toute son équipe, soutient le Téléthon grâce à des duplex avec les villes ambassadrices et de nombreux reportages. • TRENTE ANS DÉJÀ De 10 heures à 10h50 sur France 2. Sophie Davant et Laurent Luyat nous font voyager à travers les trente ans du Téléthon. Pendant une heure, le focus sera mis sur les grandes étapes qui ont marqué ces trois dernières décennies, de la réalisation des premières cartes du génome humain et l’identification des gènes responsables de la myopathie de Duchenne et de l’amyotrophie spinale jusqu’à, plus récemment, la multiplication d’essais cliniques et l’arrivée des premiers médicaments. Que s’est-il passé depuis décembre 1987 ? Qu’est-ce qui a été accompli ? • LE FUTUR, C’EST MAINTENANT De 11 heures à 11h50 sur France 2. Animé par Maya Lauqué et Thomas Isle.

• 100 VILLES POUR LE TÉLÉTHON De 11h55 à 12h45 sur France 2. Animé par Sophie Davant, Frédéric Lopez, JeanSébastien Petitdemange et Laura Tenoudji. Téléthon rime avec action et mobilisation. On retrouve les 100 villes qui, depuis la veille, s’activent pour éclairer ensemble la France d’un géant 36 37. Parmi elles, les 4 villes ambassadrices : Noyalsur-Vilaine, Nevers, Montauban et Palavas-les-Flots. Des défis seront lancés partout dans l’Hexagone, et Paris ne sera pas en reste. • 4 FAMILLES POUR 1 COMBAT De 14 heures à 15h25 sur France 2. Animé par Sophie Davant, Damien Thévenot, Sébastien Petitdemange et Laura Tenoudji. Léo, Mandine, Éléna et Matthieu ont entre 5 et 30 ans. Ils sont les visages de ce 30e Téléthon. Entourés par leurs proches engagés à leurs côtés, ils nous racontent leur vie, les hauts et les bas, mais aussi leurs rêves. Il sera question d’espoir, d’avancées de la recherche, de soutien, de famille, de force et de combat. • LA FRANCE 36 37 De 15h25 à 18h45 sur France 3. Animé par Marine Vignes et Laurent Romejko. Cent villes – dont les quatre villes ambassadrices – et Nouméa, en Nouvelle-Calédonie, ont rivalisé d’ingéniosité pour nous offrir un programme riche en événements, avec des défis plus extravagants les uns que les autres, mais aussi des témoignages, des danses folkloriques et des animations festives. Sur le plateau parisien, la fête continue de plus belle. • LA GRANDE PARADE De 18h45 à 19h45 sur France 2. Animé par Sophie Davant et Nagui. La Grande Parade, point d’orgue de la mobilisation, annonce les festivités de la soirée du Téléthon et accueille cette année plus de mille participants. Dans cette émission tout en couleurs, en lumières et en musiques, les héros du Téléthon défilent pour témoigner de leur solidarité. Pendant plus d’une heure, en direct sur France 2, des scientifiques, des artistes, les délégations des villes ambassadrices, les familles de malades et les partenaires rejoignent en fanfare le plateau de l’hippodrome de Longchamp, orné d’illuminations et d’un 36 37 géant. • LA GRANDE FÊTE À partir de 20h50 jusqu'à au moins une heure, sur France 2. Présenté par Sophie Davant et Nagui, avec Garou. La Grande Fête met à l’honneur tous les héros de ce marathon télévisuel unique : des familles, des chercheurs, des animateurs de France Télévisions (Frédéric Lopez, Anne-Sophie Lapix, Stéphane Bern, Gérard Holtz, Claude Sérillon), mais aussi des parrains (Patrick Sébastien, Gad Elmaleh, Franck Dubosc, Patrick Bruel, Serge Lama, Jane Birkin, Marc Lavoine, Garou) qui ont accompagné ces trente années de Téléthon et qui reviendront sur leurs meilleurs moments. Des surprises pour les téléspectateurs sont aussi prévues en direct. Par exemple, quatre grands chefs pâtissiers français prépareront les gâteaux d’anniversaire du Téléthon. Chaque donateur aura la chance de participer à la mise en vente sur le site de Drouot et d’être livré à domicile par… une personnalité ! Des artistes et des chanteurs viendront également relever des défis sur le plateau de cette grande fête en réalisant des performances exceptionnelles ! Nelson Monfort et Jean-Sébastien Petitdemange relaieront (jusqu’à 23 h 15 environ) les défis des 100 villes. • écho des caps n° 1462 • jeudi 1er décembre 2016 [15


Bibliothèque

À l’occasion des Célébrations 2016, nous vous proposerons chaque semaine un document ••• relatif à notre histoire. L’équipe de la bibliothèque

2016

Bibliothèque-Médiathèque de Saint-Pierre

Site : http://www.biblispm.com Tél : 05 08 41 31 99 Fax : 05 08 41 71 40 Mél : bibliotheque-mediatheque@cheznoo.net

1816

Amoureux foot

Pêches et chasses aux îles Saint-Pierre et Miquelon 1889

Jacques Vendroux Calmann-Lévy Documentaire 2016

Maurice Caperon Imprimerie administrative Documentaire 1993

Passionné de foot depuis son plus jeune âge, Jacques Vendroux est devenu le spécialiste de cette discipline à la radio. Fils de Jacques-Philippe Vendroux, élu député de SaintPierre et Miquelon en 1967, il est aussi le petit-neveu du Général de Gaulle. Il en parle ici dans le cercle familial. Dans ce livre de souvenirs, l’auteur revient sur cinquante ans de journalisme sportif, des coupes du monde de 1974 jusqu’aux attentats de Paris en novembre 2015, mais aussi de rencontres professionnelles et amicales : Platini, Thierry Roland, Marchais, Chirac…•

Cette semaine, la bibliothèque municipale vous propose un autre ouvrage de Maurice Caperon paru pour la première fois en 1885, consacré aux différentes chasses et pêches dans l’archipel : chasses aux oiseaux de mer, lapins, calculots, gibiers à plumes, perdrix, loups-marins, pêches à la morue, truites, homards, anguilles, harengs, capelans, encornets, pêches à mer basse … Rédigé avec humour, ce livre constitue aussi un recueil d’anecdotes, une description des lieux de chasse ou de pêche, une galerie de personnages hauts en couleurs et comporte également quelques recettes et menus. • Rubrique animée par Josée Gautier

DIRE, NE PAS DIRE

A C A D E M I E F R A N C A I S E Fondée en 1634 par Richelieu, l’Académie française a pour principale mission l’établissement d’un dictionnaire de référence dont la neuvième édition est en cours. En 2011, l’Académie a ouvert sur son site Internet la rubrique interactive « Dire, ne pas dire ». Un florilège des réponses données aux interrogations des internautes vient de paraître aux éditions Philippe Rey.

Il a été stupéfait par la nouvelle Stupéfait et stupéfié ont le même sens. On peut ainsi dire Il a été stupéfié de l’apprendre et Il a été stupéfait de l’apprendre. Ces mots sont aussi très proches par l’étymologie : stupéfait est emprunté de stupefactus, le participe passé passif de stupefacere, « frapper de stupeur, étourdir, paralyser », alors que stupéfié est le participe passé de stupéfier, qui s’est d’abord rencontré dans la langue médicale et qui est lui aussi emprunté de stupefacere. On évitera donc, même si ce terme se rencontre chez de bons écrivains, d’employer stupéfaire, doublet inutile de stupéfier, et on n’utilisera que stupéfié comme forme de passif, stupéfait ne jouant qu’un rôle d’adjectif. On dit : Il a été stupéfié par son audace On ne dit pas : Il a été stupéfait par son audace

16]

écho des caps n° 1462 • jeudi 1er décembre 2016


C

inéma

POUR VOIR LA VIE EN GRAND iné ma passion chaque jeudi à 20 h 30

udi e e j Le mbr éce res 30 d 8 heu 0 à2

L’histoire : « Devant l'insistance de son frère Joseph, qu'il n'a pas revu depuis 25 ans, Paolo se résout à abandonner quelques jours sa vie calme et harmonieuse au Canada, pour revenir à Marseille au chevet de son père accidenté. Il part donc, son fils sous le bras, bien décidé à ne pas s'attarder dans cette ville qu'il a fui, des années plus tôt, à la suite d'un drame. Il n'imagine pas que l'affection de sa famille retrouvée, sa rencontre amoureuse avec une jeune femme et la solidarité joyeuse et simple des Marseillais le réconcilieront avec cette ville qu'il n'aurait jamais voulu quitter... Marseille. » Pour Voir la vie en grand : En matière de comédie le plus difficile est de trouver LA bonne idée qui emportera l’adhésion du public. Si le Nord a eu son « Bienvenue chez les Ch’tis », Marseille a souvent été au cinéma le décor de films de gangsters. Kad Mérad est tombé amoureux de cette ville au point d’y acheter une maison, devenant ainsi le plus proche voisin de Patrick Bosso. Les deux hommes, se connaissant peu se sont découvert une passion commune pour leur ville, et petit à petit l’idée de faire un film est venue et surtout de faire une comédie. Ils se sont donc plongés dans l’écriture et Kad Mérad a décidé de repasser derrière la caméra après l’émouvant « Monsieur Papa » en 2011. D’ailleurs au delà de la franche rigolade que procure le film, le réalisateur impose son ton et ses thèmes de prédilection comme la filiation. Et pour l’occasion nous avons le plaisir de retrouver l’acteur italien Venantino Venantini, que les fans de Georges Lautner connaissent, des « Tontons flingueurs » à « Il était une fois un flic » en passant surtout par « Galia », l’acteur a fait les beaux jours de ces films populaires, il interprète ici le papa de Kad et Patrick. Patrick Bosso partage l’affiche à égalité avec Kad Mérad, un parrainage qui nous l’espérons donnera lieu à de nouvelles aventures, tant il apporte de l’énergie au film. Des répliques cultes pour une comédie tendre, émouvante et irrésistible. Avec Kad Mérad et Patrick Bosso «  Marseille  » donne de l'énergie et du bonheur pour voir la vie en grand ! • Cédric Lebailly

en

itoy c o c é ace

Esp

Illuminations, cadeaux, repas,… voici quelques conseils pour passer un Noël écologique.

Avec

ille i Marse d Mérad nantin a e K V c o e tin av De et o et Venan s k Bos Patric

La presse en parle : Pour Le Nouvel Observateur : « Voir Patrick Bosso dialoguer avec Kad Merad, c’est un régal. On sort de là, le sourire aux lèvres, réconcilié avec la vie : pari gagné, donc. »

• Modérez votre consommation d’énergie : si les guirlandes lumineuses font la joie des petits et grands, il ne faut pas oublier leur impact sur l’environnement. Privilégiez les guirlandes à LED ou utilisant des ampoules à basse consommation. En effet, les guirlandes « classiques », le plus souvent utilisées en période de pointe, contribuent à l’importante production d’émissions de CO2. Pensez à limiter les décorations électriques ; faites appel à votre créativité pour décorer autrement. • Achetez plus éco-responsable : pour les cadeaux, soyez vigilant. Une solution est de privilégier les cadeaux dématérialisés : chèques cadeaux, bons pour des soins en institut, abonnement à une association sportive ou de loisirs locale… la liste est longue. Pour ceux qui n’y trouvent pas leur bonheur, il est essentiel de rechercher des cadeaux respectueux de l’environnement. Évitez si possible les jouets fonctionnant avec des piles. • Limitez votre production de déchets : pour vos repas en famille ou entres amis, veillez à ne pas utiliser de vaisselle jetable ni de serviettes en papier. Pour les produits alimentaires, évitez les emballages individuels. Privilégiez les produits de saison et les produits locaux. Les convives sont également invités à pratiquer l’éco-conduite ou le covoiturage pour se rendre dans leur famille, afin de limiter les émissions de CO2. Écho des Caps avec l’ADEME écho des caps n° 1462 • jeudi 1er décembre 2016

[17


des marées Décembre 2016 Les jours décroissent de 16 minutes MERS BASSES

Urgence médicale

Gendarmerie

Sapeurspompiers

Pharmacies de Garde du lundi 28 nov. 9 h au lundi 5 déc. 9 h Pharmacie CHFD 41 47 47

du lundi 5 déc. 9 h au lundi 12 déc. 9 h Pharmacie SPM 55 28 02

MERS PLEINES

Samedi 3 - St François-Xavier 04:46 17:14 11:32 23:47 Dimanche 4 - Ste Barbara 05:28 17:52 12:09 Lundi 5 - St Gérald 06:15 18:36 00:32 12:51 Mardi 6 - St Nicolas 07:08 19:33 01:23 13:37 Mercredi 7 - St Ambroise 08:11 20:47 02:20 14:34 Jeudi 8 - Immaculée Conception 09:25 22:02 03:22 15:41 Vendredi 9 - St Pierre Fourier 10:40 23:06 04:26 16:51 Samedi 10 - St Romaric 11:50 05:28 17:55 Dimanche 11 - St Daniel 00:03 12:52 06:29 18:55

Vil e de Saint-Pierre

Numéros utiles

Mairie standard : 41 10 50 Pôle Voirie : 55 80 77 ou 55 80 65 Pôle Bâtiment : 55 80 78 ou 55 57 18 Traitement des Eaux : 41 41 76

Journal édité par la Ville de Saint-Pierre

≥ Convivialité

Fondateur Albert Pen Directeur de la publication et Éditorialiste Karine Claireaux Co-directeur de la publication Sébastien Durand

Joyeux anniversaire Léo. Tu auras 3 ans le 4 décembre. Papa, maman et Jérémie te font de gros bisous.

Rédacteur en chef Jean-Louis Mahé : 05 08 41 10 91 redaction.echo@msp975.fr

Photographe et rédacteur Jean-Christophe L’Espagnol photographe.echo@mairie-stpierre.fr

Infographiste Steve Yon : 05 08 41 10 95 infographie.echo@msp975.fr

Responsable de l’imprimerie Yannis Lepape : 05 08 41 10 93 imprimerie.echo@mairie-stpierre.fr

Secrétariat et accueil

Résultats du second tour de la Primaire de la droite et du centre à Saint-Pierre et Miquelon

Clarisse Hacala : 05 08 41 10 90 secretariat.echo@msp975.fr

Collaboration 104 personnes ont voté lors du second tour de la Primaire de la droite et du centre dans l’Archipel. Voici les résultats : François Fillon a recueilli 66 voix (63,5%) contre 38 pour Alain Juppé (36,5%). Aucun vote blanc ou nul recensé dans les deux bureaux de votes de l’archipel, Francoforum à SaintPierre et la Mairie à Miquelon.

Jean-Luc Drake (Photographe) jean-luc.drake@cheznoo.net

Journal en ligne www.mairie-stpierre.fr

Pour nous joindre L’Écho des Caps Hebdo, rue Georges Daguerre • BP 4213 97500 SPM Tél. 05 08 41 10 90 • Fax 05 08 41 49 33 Tirage 2 800 exemplaires • Commission paritaire numéro 68511

18]

écho des caps n° 1462 • jeudi 1er décembre 2016


PUBLICITÉ

NOTRE HISTOIRE : POUR REVIVRE TOUS LES ÉVÈNEMENTS DU BICENTENAIRE Un cadeau de Noël inoubliable : le DVD du Studio Briand

[ partenaires de la semaine]

LA MUTUELLE DES ÎLES SAINT-PIERRE ET MIQUELON ET LE GROUPE AREAS LA FORCE DE DEUX MUTUELLES POUR DES CONTRATS EFFICACES

Multirisques : Habitation – Artisans – Commerçants Responsabilité Civile – Vie Privée et Professionnelle Assurance Automobile Accidents de la Vie Multirisques Scolaires, Chasse, etc.

Téléphone : 05 08 41 28 69 - Télécopieur : 05 08 41 51 13 Email : mispm@cheznoo.net

écho des caps n° 1462 • jeudi 1er décembre 2016

[19


Š Chantal Briand


Écho des Caps N° 1462  

Écho des Caps N° 1462 du jeudi 1er décembre 2016

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you