Page 1

Lycée Émile Letournel

Dirk Verdoorn p. 03

Éditorial p. 05

Peintre Officiel de la Marine

L’inquiétude est réelle et légitime

p. 07

Le « Bal des Finissants »

l’écho caps] Archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon

des

Ville de Saint-Pierre

≥Fête des Marins Une très grande participation… ≥ Commémoration

≥ Photographie

≥ 25 Km de Miquelon

Appel du 18 juin La force du message p. 04

Petite histoire de ses débuts dans l’Archipel p. 12

Ce samedi 23 juin La 29e édition p.16

00]

écho des caps n° 1275 • vendredi 6 décembre 2012

© J.-C. L’Espagnol / V. S-P

Hebdomadaire municipal gratuit n° 1298 22 juin 2012


peintre officiel de la marine

00]

écho des caps n° 1275 • vendredi 6 décembre 2012


peintre officiel de la marine

Dirk Verdoorn

© Patrcik Boez

« Des îliens passionnés et chaleureux »

Le peintre Dirk Verdoorn en pleine inspiration dans l’Archipel en mai 2011.

2011, année des outre-mer a permis à quatorze Peintres Officiels de la Marine, « témoins privilégiés dont la mission est de contribuer à la connaissance du fait maritime et du monde des gens de mer », d’aller à la rencontre de la France des trois océans riche de la diversité de ses douze territoires. L’Archipel a accueilli en mai 2011 Dirk Verdoorn et François Bellec. Tous deux ont rapporté un splendide témoignage, empreint d’une inspiration et d’une émotion particulières. Leurs œuvres ont d’abord été exposées au Musée national de la Marine à Paris. Elles sont désormais compilées dans un ouvrage intitulé « Escales en outre-mer » édité par le Musée de la Marine. Cette semaine, nous vous présentons ci-contre les tableaux de Dirk Verdoorn, né aux Pays-Bas, nommé Peintre Officiel agréé de la Marine en 2005 : « Beothuk, dernier survivant de la pêche à Saint-Pierre rentrant dans la rade à hauteur du Petit Saint-Pierre » ; « Fulmar au petit matin et le mirage du passé de la pêche à la morue dans l’anse à Tréhouard » ; « Radar IV, pilotine de Saint-Pierre dans la rade du NordEst devant l’Île aux Marins ». • J.-L. Mahé ≥ « Un archipel à la culture forgée par les pêcheurs bretons, normands et basques » « Là-bas, accueilli par des îliens passionnés et chaleureux, je me suis senti imprégné de brumes et d’eau de mer, de cette terre “fatiguée“ aux herbes folles. La forme courbée de la forêt boréale me racontait les vents chargés de sel marin, et les côtes rocheuses m’ont tout révélé de la force des vagues sculptant ces îles depuis toujours. La “grande“ pêche appartient certes à l’histoire, mais pas de nostalgie ! Les Saint-Pierrais et les Miquelonnais ont désormais à se construire un autre avenir, dans la conscience de leur histoire et de leur appartenance à la France métropolitaine ». • Dirk Verdoorn écho des caps n° 1298 • vendredi 22 juin 2012

[03


commémoration

Appel du 18 juin

© J.-C. L’Espagnol / V. S-P

Rappelons-nous la force de ce message

Hommage dans l’Archipel et dans toute la France en ce 18 juin aux combattants qui ont fait le choix de la résistance en répondant à l’appel historique du général De Gaulle. « Le 17 juin 1940, alors que les armées du IIIe Reich avaient pénétré une grande partie du territoire français, les auditeurs entendaient le nouveau Président du conseil, le maréchal Pétain, appeler les armées françaises à cesser le combat. Le lendemain, le général De Gaulle lançait, depuis Londres, ce que l’histoire a retenu sous le nom d’appel du 18 juin », écrit Kader Arif, ministre délégué auprès du ministre de la défense, chargé des anciens combattants dans son message diffusé sur tout le sol français. « Ce texte ne surgissait pas du néant : c’était un écrit faisant écho au discours du maréchal Pétain, reprenant des mots-clés de ce discours en élargissant leur sens : au destin de la Patrie répondait “le destin du monde” ; là où le Président du conseil constatait que la magnifique résistance de l’armée n’avait pas suffi pour vaincre, le général De Gaulle affirmait sa foi dans la force victorieuse de la “résistance française”. Encore fallait-il, pour que ce texte audacieux prenne corps, que des hommes le reprennent à leur compte, l’ayant euxmêmes écouté, en ayant entendu parler, voire, sans en avoir eu connaissance, en agissant dans son esprit. Ce fut l’affaire des Français Libres, de ceux qui se revendiquèrent de l’Appel comme de ceux qui s’y agrégèrent. Et que dit d’autre cet Appel, sinon que dans les circonstances les plus dramatiques, quand l’horizon devient trop sombre et que menace l’abattement, l’espoir demeure : il faut s’aventurer, tenter de nouveaux moyens, chercher de nouvelles ressources. » Les 2 messages, d’hier et d’aujourd’hui ont été reçus 5/5 ! • J.-C. L’Espagnol

04]

écho des caps n° 1298 • vendredi 22 juin 2012


– Éditorial ]

≥ Karine Claireaux Sénateur de Saint-Pierre et Miquelon Maire de Saint-Pierre

Santé économique de l’Archipel

« L’inquiétude est réelle et légitime » L’actualité récente liée au secteur du BTP et les commentaires du Président du Conseil Territorial sur son blog officiel me remettent en mémoire une citation du Premier ministre Dominique de Villepin : « La politique n’a pas l’art de l’esquive pour fin. Elle ne se réduit pas à un jeu d’équilibriste au profit de la conservation. Elle n’existe que dans le concret, dans l’énergie de l’action et la nécessité du résultat. » Je n’apprendrai rien à qui que ce soit (quoique !!!) en disant que la santé économique de l’Archipel est loin d’être au « beau fixe » et ce, quel que soit le domaine d’activité. Pour nous en sortir, il faut, je l’ai dit et répété, un véritable « Plan Marshall » sur le long terme, afin de relancer l’économie. Il y a quelques mois, les électeurs de l’Archipel ont eu le choix entre deux visions de l’avenir du territoire. Ils ont tranché ! N’y revenons pas, sauf pour dire que la vision retenue n’était pas celle qui avait les meilleures propositions pour relancer l’économie. Dont acte ! Aujourd’hui le secteur du BTP est inquiet car, notamment au niveau des Travaux Publics, la commande est réduite et nombreux sont les ouvriers qui n’ont toujours pas été embauchés. Une délégation d’ouvriers s’est déplacée afin de rencontrer tous les donneurs d’ordre et les Parlementaires dans le but d’être entendus de tous et d’évoquer leurs inquiétudes quant au manque d’activité de leur secteur et les inévitables répercussions sur la situation financière de certaines entreprises mais aussi sur les situations personnelles des employés qui ne pourront travailler toute la saison. L’inquiétude est réelle et légitime.

Avec Annick Girardin mardi dernier, nous les avons reçus et écoutés. J’ai, pour ma part, évoqué les travaux de la Mairie de Saint-Pierre, déjà lancés cette année ou sur le point de l’être. Les moyens de la Commune de Saint-Pierre sont ce qu’ils sont mais ils existent : ces dernières années, après un creux de vague, nous retrouvons petit à petit de l’autofinancement et nous nous désendettons. Cette année est encore une année moyenne, l’an prochain, les perspectives pourraient évoluer dans le bon sens. Mais de tout cela, j’en ai toujours parlé très ouvertement, en toute transparence, avec tous les partenaires privés ou publics. La Mairie de Saint-Pierre ne compte que sur ellemême et, selon les années, sur des subventions de l’État car elle est exclue du bénéfice du Fonds Européen de Développement (FED) qui va entièrement à la Collectivité Territoriale et n’a pu que très partiellement bénéficier des fonds du Contrat de Projets État/Région. C’est une réalité, il ne faut pas la perdre de vue. J’ai eu connaissance par l’intermédiaire du blog du Président de la Collectivité que ce dernier avait aussi reçu la délégation et se disait «… conscient de la situation précaire de la profession… » et que, par rapport à 2011, la part TP était en légère progression et que le Conseil Territorial avait fait, je cite : « un véritable progrès qui devrait permettre aux entreprises du secteur de démarrer la saison 2012 plus tôt et dans de meilleures conditions »… Curieux !… Il y a quelques semaines, c’est pourtant le même Président qui annonçait, publiquement et de manière assez peu élégante, qu’il fallait « que le BTP se prenne en main, car la commande publique était en diminution »… Quel est donc ce revirement ?

Monsieur Artano, toujours dans le même article, fait référence aux engagements du Président de la République durant la campagne des Présidentielles et en appelle aux Parlementaires qui, je cite « […] ont fait de leur appartenance (politique)… un argument de poids ces dernières semaines… » afin de porter le message de la FEABTP, qui demande la mise en place d’un plan de relance pour le territoire. Cette prise de position appelle plusieurs commentaires : qui a en charge le développement économique de l’Archipel sinon le Conseil Territorial ? Le plan de relance ne devrait-il pas être élaboré Place Mgr Maurer ? Ce n’est pas au Président de la République, quel qu’il soit, de l’élaborer, encore moins aux Parlementaires. En revanche, des projets prêts et bien ficelés peuvent être portés par les Parlementaires (encore faut-il les en saisir avec des dossiers complets) vers les instances gouvernementales et le Président de la République. Il y a des limites à ne pas faire ce qu’il faut pour relancer l’économie et en rendre systématiquement les autres responsables… Durant son premier mandat, le Président Artano ne pouvait pas agir à cause de l’équipe précédente et, aujourd’hui, après six années de gestion pour le moins malheureuse, il laisse entendre que tout repose sur les engagements du Chef de l’État et sur l’action des Parlementaires !!!! Le « maçon au pied du mur » pour reprendre son expression, nous avons, hélas, vu ce qu’il donnait à la Collectivité… Alors un peu de sérieux ! Les ouvriers qui attendent du travail méritent que nous les respections en tant qu’élus responsables par du travail et de la cohérence, pas par des jeux de rôles malsains. •

écho des caps n° 1298 • vendredi 22 juin 2012

[05


[ vie municipale ] Par Jean-Louis Mahé

La Fête de Saint-Pierre : 3e édition

Rendez-vous le 29 juin ! Le vendredi 29 juin, la Salle des Fêtes municipale devrait afficher « complet » pour la troisième édition de la Fête de Saint-Pierre ! Le rendez-vous est fixé dès 18 heures. Les visiteurs qui répondront à l’invitation de la Commission municipale des Fêtes et Loisirs et de l’Association Saint-Pierre en Fête seront replongés dans une atmosphère festive, celle des 14 Juillet d’antan !

14 juillet 1902 - Course de vélos organisée rue Truguet (aujourd’hui rue Abbé Pierre Gervain) La maison à droite sur la photo est devenue le bar « Chez TXEXO » ≥ Le programme Comme pour les précédentes éditions de la Fête de Saint-Pierre, les organisateurs ont mis tout en œuvre pour recréer cette fois l’ambiance des 14 juillet d’autrefois ! De très anciennes affiches officielles de la Fête Nationale  seront placardées sur les murs de la Salle des Fêtes. Le public pourra se promener à travers une exposition de photographies relatant les 14 juillet de différentes époques, allant du début du siècle dernier jusqu’aux années 80-90 et 2000. Une cinquantaine de clichés au total qui seront complétés par deux

06]

superbes aquarelles de l’artiste-peintre Francine Girardin-Langlois. Sur écran géant, seront diffusés des documents d’archives vidéo prêtés par Saint-Pierre et Miquelon Première et par des particuliers. Les organisateurs ont imaginé un coin jeu en y installant une roue d’abondance qui vous permettra de gagner quelques lots. La partie musicale de la Fête sera confiée, d’une part, à « Ma Doué et Benniget », un groupe de jeunes découvert notamment lors du dernier Téléthon et qui a mis à son répertoire les chansons françaises populaires des années 70 ; d’autre part, l’accordéoniste Michel Detcheverry animera la

écho des caps n° 1298 • vendredi 22 juin 2012

partie « musette » du vin d’honneur rappelant ainsi les fameux bals du 14 juillet ! Rendez-vous donc à La Salle des Fêtes le vendredi 29 juin, dès 18 heures ! Notez que cette année encore, la salle des Fêtes sera ouverte du samedi 30 juin au mercredi 4 juillet inclus, de 14 heures à 18 heures permettant ainsi à un plus large public de visiter l’exposition « Les 14 juillet d’antan ». Les organisateurs tiennent à remercier particulièrement toutes les personnes qui œuvrent pour la réussite de cet événement ! Merci à tous et très bonne Fête de SaintPierre 2012 ! •


éducation nationale

Bal des Finissants

© J.-C. L’Espagnol / V. S-P

La tradition se perpétue !

Il y avait comme un parfum de grandes vacances scolaires en fin de semaine dernière du côté de la Salle des Fêtes municipale ! Pour la cinquième année consécutive, la quarantaine d’élèves des Terminales du Lycée Émile Letounel a célébré le samedi 16, la fin de leur cursus scolaire dans l’Archipel par le Bal des Finissants. Une soirée très conviviale et toujours bon chic bon genre durant laquelle tous les lycéens, coiffés du fameux mortar board, (célèbre couvre-chef carré à pompon, bien connu des universitaires nord-américains) ont reçu un diplôme certifiant leur année scolaire 2011/2012. Cette cérémonie (un petit peu protocolaire mais pas trop tout de même), en présence du Préfet, Patrice Latron et de Jean-Bernard Hiolet, Proviseur du Lycée, marque pour un grand nombre d’élèves, le départ vers une nouvelle vie d’étudiant hors de l’Archipel. La suite s’est poursuivie tard dans la nuit avec l’élection de la reine (Camille Crunelle) et du roi (Guillaume Divet) et le fameux et tant attendu bal animé par le disque jockey Bruno et le groupe Ma Doué et Benniget. Message : pour les finissants de la prochaine année scolaire, avant de partir en vacances, il est bon de mettre une alerte sur votre tablette numérique (si vous n’en avez pas, un post-it collé sur le réfrigérateur fera aussi bien l’affaire) pour vous mettre en mémoire que la rentrée scolaire 2012/2013 est fixée au mardi 11 septembre. Ciao ! • J.-C. L’Espagnol écho des caps n° 1298 • vendredi 22 juin 2012

[07


le dessin de la semaine

≥ santé

« Sel de bain » Une drogue dangereuse

≥ DTAM SPM Consultations La Direction des Territoires, de l’Alimentation et de la Mer communique 1 - Une consultation est lancée dans l’Archipel pour la réfection de l’alimentation électrique des potences du môle frigorifique à Saint-Pierre. Les entreprises intéressées pourront se procurer le dossier à l’accueil de la DTAM, tous les jours ouvrables de 8 h 30 à 11 h 30 et de 13 h 30 à 16 h 30 (15 h 30 le vendredi). Les offres devront parvenir au secrétariat du Conseil Territorial pour le jeudi 5 juillet 2012 à 15 heures au plus tard.

En Nouvelle-Écosse, les services de toxicomanie viennent de lancer une mise en garde sur une drogue surnommée « sel de bain » et que les gens risquent de consommer à leur insu. « Ce produit synthétique, qui n’a rien à voir avec de véritables sels de bain, est une poudre blanchâtre. Il s’agit d’un stimulant qui peut provoquer chez le consommateur des effets secondaires dangereux, notamment une élévation du rythme cardiaque, de la paranoïa, des hallucinations et un comportement violent. Cette drogue est l’une des plus susceptibles de créer une dépendance chez ceux qui la consomment. Ce produit peut causer la mort », expliquent les services de toxicomanie néo-écossais. La substance est parfois mélangée à d’autres drogues comme la marijuana. Cette drogue est interdite aux États-Unis et dans plusieurs pays européens. Elle ne fait pas encore l’objet d’une réglementation au Canada. • J.-L. Mahé

08]

écho des caps n° 1298 • vendredi 22 juin 2012

2 - Une consultation est lancée dans l’Archipel pour la réfection des réseaux électriques du môle frigorifique Nord à SaintPierre. Les entreprises intéressées pourront se procurer le dossier à l’accueil de la DTAM, tous les jours ouvrables de 8 h 30 à 11 h 30 et de 13 h 30 à 16 h 30 (15 h 30 le vendredi). Les offres devront parvenir à l’accueil de la DTAM pour le jeudi 5 juillet 2012 à 15 heures au plus tard.

3 - Une consultation est lancée dans l’Archipel pour la réalisation de tranchées pour réfection de l’alimentation électrique du môle frigorifique à Saint-Pierre. Les entreprises intéressées pourront se procurer le dossier à l’accueil de la DTAM, tous les jours ouvrables de 8 h 30 à 11 h 30 et de 13 h 30 à 16 h 30 (15 h 30 le vendredi). Les offres devront parvenir à l’accueil de la DTAM pour le jeudi 5 juillet 2012 à 15 heures au plus tard.


[ envie de lire ] Propos recueillis par Jean-Louis Mahé

« Ce n’est pas à une brasse ! »

de Sandrine Pautard-Le Dimet « Pour moi, c’est ma façon de dire merci aux habitants que j’ai croisés et qui m’ont permis de partager un peu de leur vie sur cet archipel qui m’est cher et où je compte bien revenir. » Et vous constaterez aussi, amis lecteurs, que l’auteur a parfaitement assimilé nos expressions très locales, « premier facteur d’intégration sur le caillou ». Le livre est en vente dans votre librairie habituelle. Nous avons souhaité en savoir plus en interrogeant l’auteur, Mme Sandrine Pautard-Le Dimet.

« Certains ont avancé que, pour une spécialiste des maladies tropicales, SaintPierre représente le comble de l’exotisme. D’autres ont prétendu que la présence du drapeau basque sur les armes de l’Archipel est un attrait puissant pour une Pyrénéenne curieuse. Je n’ai jamais pu trancher pour l’une ou l’autre de ces hypothèses, mon engouement tenant beaucoup au rêve romantique de vivre l’expérience de grands Anciens de l’École de Santé Navale qui se voulaient “sur les mers et au-delà toujours au service des hommes”. […] L’enchantement combla toutes mes espérances, avant de contaminer durablement mon entourage et l’expérience aura au final duré trois ans ! Ce sont donc désormais mes enfants qui pétitionnent pour que les tribulations maternelles les ramènent sur le chemin des roses. » Ainsi commence le témoignage du docteur Sandrine Pautard-Le Dimet publié chez « Mon Petit Éditeur » sous le titre « Ce n’est pas à une brasse ! Saint-Pierre et Miquelon ». Un témoignage parfois émouvant, souvent très drôle de son séjour parmi nous, écrit avec un joli brin de plume.

Écho : Rappelez-nous dans quel contexte vous êtes venue dans l’Archipel. Sandrine Pautard-Le Dimet : Jeune étudiante à Bordeaux, j’ai rêvé qu’un jour je serais médecin à Miquelon. Ne me demandez pas pourquoi, je n’en sais rien ! Et ne me demandez pas pourquoi cette idée m’a poursuivie pendant des années, je n’en sais rien non plus ! Pendant près de vingt ans, j’ai répondu à toutes les annonces de candidatures sans succès. Au fil des années, c’était devenu une plaisanterie pour ma famille jusqu’au jour où j’ai enfin obtenu le poste de médecin du travail à Saint-Pierre. Inutile de vous préciser que je ne me suis pas posée de questions ! J’ai fait mes cantines, embarqué mon plus jeune fils Yves dans l’avion et nous sommes arrivés le 7 janvier 2007. L’année suivante, mon fils Pierre-Marie nous a rejoints et a passé son bac au Lycée Émile Letournel. Enfin, en 2009, j’ai eu la joie immense de pouvoir réaliser mon rêve en prenant le poste de médecin au Centre Médical de Miquelon. Écho : Quel est l’objectif du témoignage que vous publiez chez « Mon Petit Éditeur » ? S. Pautard-Le Dimet : Tout d’abord, je voulais remercier les habitants de l’archipel, leur dire combien j’avais été honorée d’avoir pu exercer mon métier pour eux. Ensuite, je voulais dire à ceux qui nous ont accueillis, à ceux avec qui j’ai travaillé, à ceux qui se sont occupés de mes enfants, combien je leur suis reconnaissante de m’avoir permis de partager leur vie, d’avoir donné de leur temps et de leur patience pour me faire découvrir et aimer cette terre de France. Enfin, je voulais pouvoir raconter en métropole, et je ne me prive pas d’en parler, toute la beauté de ces îles. Celle des paysages, de la faune, de la flore bien sûr, mais aussi

celle des hommes et des femmes qui y vivent, parfois rudement, mais avec des qualités de cœur et des valeurs républicaines que l’on ne trouve plus si communément en métropole. Écho : Avec le recul, quels souvenirs forts gardez-vous de votre séjour ? S. Pautard-Le Dimet : Je crois que les souvenirs les plus forts sont ceux dont précisément je n’ai pas pu parler dans mon livre : les rencontres humaines et plus particulièrement bien sûr à Miquelon ! C’est une expérience unique que d’être ainsi au service d’une population isolée et de nouer des relations fortes tant avec une équipe que j’ai beaucoup appréciée qu’avec les patients. Vous ne pouvez pas dans de telles conditions être autrement que dans le cœur de ce qui fait mon métier : « soigner parfois, soulager souvent, consoler toujours ». Il y a un équilibre juste, pas toujours simple à trouver, pour faire au mieux avec les moyens dont nous disposons. Il faut de la volonté et du courage mais aussi, et c’est peut-être le plus important, de la passion ! Écho : Donnez au lecteur trois bonnes raisons de lire « Ce n’est pas à une brasse ». S. Pautard-Le Dimet : J’ai eu l’idée de rassembler dans ce petit livre des textes que j’ai écrits lors de ma première année à SaintPierre alors que je tâchais d’assimiler les règles de survie élémentaire pour « maillou débutante ». Il est donc hautement recommandable à tout nouveau arrivant ! Marie-Claire Rio a été la première victime à qui je les ai lus. Elle en riait tellement que ce livre est assurément indiqué, en cette fin de printemps, pour égayer les « après quatre heures » de quelques fous rires. Enfin j’avais souhaité éditer « Ce n’est pas à une brasse » dans l’idée de reverser les droits d’auteur des ventes sur l’archipel au Collège de Miquelon pour apporter ma contribution au voyage de fin d’année. Le voyage est achevé alors que le livre sort en librairie mais il y aura d’autres voyages, j’espère ! Et donc lire ce livre, c’est aussi faire une bonne action ! •

écho des caps n° 1298 • vendredi 22 juin 2012

[09


Fête des Marins Une très grande participation...

10]

écho des caps n° 1298 • vendredi 22 juin 2012


© J.-C. L’Espagnol / V. S-P

l’actu en images

écho des caps n° 1298 • vendredi 22 juin 2012

[11


[ patrimoine ] Par Jean-Louis Mahé

La photographie dans l’Archipel

Petite histoire de ses débuts Un livre fait autorité dans ce domaine, c’est celui de Patrick Derible, « Les pionniers de la photographie à Saint-Pierre et Miquelon ; 1850 à 1940 ». Ce livre, imprimé au Centre Culturel en juin 1984, a été source d’inspiration pour le Conservateur du Musée Héritage qui propose à ses visiteurs cette année une impressionnante collection d’objets rares et de documents d’époque sur ce thème. Nous avons également retrouvé trace d’une « Petite histoire des débuts de la photographie à Saint-Pierre et Miquelon » dans un chapitre de « Images de Saint-Pierre et Miquelon » de Yves Leroy et Jean-Pierre Castelain. Extraits. • « […] C’est à Paul-Émile Miot que revient le mérite d’avoir réalisé la première photographie de Saint-Pierre-et-Miquelon. Miot était marin et hydrographe, et il passa plusieurs saisons (de 1857 à 1861) à la Station Navale de Terre-Neuve en compagnie du futur contre-amiral et ministre de la Marine, Georges Charles Cloué, auteur du “Pilote de Terre-Neuve“. Celui-ci commandait alors le “Sésostris“, un aviso à vapeur, navire hydrographique travaillant au relevé des approches de Terre-Neuve.. C’est au cours d’une de ces missions que Paul-Émile Miot eut l’idée, le premier, de se servir de la précision photographique pour la description topographique des approches des côtes et qu’il photographia ainsi en 1858 le bourg de Saint-Pierre depuis la rade ». • « Le véritable pionnier de la photographie à Saint-Pierre-et-Miquelon est Edouard W. Littaye qui la pratiqua en amateur de 1862 à 1866, puis, au retour d’un séjour en Cochinchine, de 1870 à 1874. Initié par Rosse à Saint-Servan au cours d’un séjour qu’il y fit de 1860 à 1862, Edouard W. Littaye a laissé un témoignage particulièrement intéressant pour Saint-Pierre puisque les photographies de sa première période sont les seules connues qui montrent des aspects de la ville avant le terrible incendie du 16 septembre 1867. M.M.C. Adams, qui fut la victime de cet incendie et qui quitta les îles en 1872, est la première à y avoir tenté de pratiquer la photographie comme professionnelle, en ou-

12]

© J.-C. L’Espagnol / V. S-P

L’exposition temporaire de cette année 2012 du Musée Héritage « Histoire et objets des pionniers de la photographie à Saint-Pierre et Miquelon » nous a incités à nous replonger dans les archives qui traitent de ce sujet.

vrant un studio où elle faisait du portrait. Elle fut imitée, très momentanément, par Clément C., mais c’est Alexandre Henry Bannerman qui, à partir de 1874, commença une fructueuse carrière à Saint-Pierre. La photographie était entrée dans les mœurs, à Saint-Pierre comme ailleurs, et rien n’empêcherait son épanouissement universel ». • « Il faut noter au sujet de “l’Image“ que l’Archipel donne de lui-même à travers l’histoire, les participations aux Expositions universelles et coloniales qui se déroulèrent d’une manière quasi permanente depuis la deuxième moitié du XIXe siècle jusqu’aux années qui précédèrent la Seconde Guerre mondiale. […] En 1893, pour l’Exposition internationale de Chicago, l’Administration expédiera cinquante-six vues photographiques de Saint-Pierre-et-Miquelon qu’elle avait commandées à Bannerman. Mais c’est pour l’Exposition universelle de Paris, en 1900, qu’elle réalisa le projet le plus ambitieux. En effet pour cette Exposition du Siècle, le comité d’organisation avait fait construire un “Palais des Colonies“, laissant à chacune d’entre elles un espace très important. Le 18 juin 1898, le ministre des Colonies désigne Gaston Roullet, peintre des départements de la Marine et des Colonies, pour exécuter

écho des caps n° 1298 • vendredi 22 juin 2012

un “Diorama“ destiné à compléter l’exposition de la colonie de Saint-Pierre-et-Miquelon ».

• Pour en savoir plus sur l’histoire de la photographie dans l’Archipel à travers ses pionniers : la famille Briand, le Docteur Thomas, Joseph Nouvel, Amédée Bréhier et quelques autres, rendez-vous au Musée Héritage ouvert au public depuis le 15 juin dernier. Pour tout connaître de ce musée, http://musee-heritage.fr/


≥ spectacle

≥ éducation nationale

© J.-C. L’Espagnol / V. S-P

© J.-C. L’Espagnol / V. S-P

Récréation musicale Jeunes talents

Exposition C’est le Pérou !

Les élèves des classes de 5e du Lycée Émile Letournel et leur professeur d’histoire-géographie nous ont invités vendredi dernier à partir vers une destination peu commune et très exotique, celle du Pérou. À travers une exposition élaborée tout au long de l’année scolaire, les visiteurs ont découvert un pays, d’hier et d’aujourd’hui, chargé d’histoire. Une trentaine d’élèves (chacun avec un travail bien défini) s’est penchée sur l’exploration de ce pays inconnu pour la plupart des participants. Originalité de ce petit événement d’un jour, les visiteurs ont pu déguster du… du... Ah zut, je ne me souviens plus du nom ! C’était à base de pommes de terre, d’œufs et de thon… une sorte de pâté de thon à la péruvienne en quelque sorte ! • J.-C. L’Espagnol

La musique était en fête vendredi sur la petite scène du Centre Culturel et Sportif. Une trentaine d’élèves des ateliers de piano, guitare, saxophone, percussions… etc., sont montés sur les planches pour présenter leur travail de toute une année. Une première expérience pour quelques-uns des jeunes musiciens qui ont dû surmonter leur trac avant d’affronter un public composé en grande majorité du cercle familial. De la musique pour tous (dans des styles bien différents pour mélomanes ou non) interprétée par de (très) jeunes talents et qui démontre que le vivier musical de l’Archipel est loin d’être en fin de ressource. Une récréation musicale qui a donné, bien avant l’heure, un avant-goût du rendez-vous annuel de la Fête de la Musique. • J.-C. L’Espagnol écho des caps n° 1298 • vendredi 22 juin 2012

[13


[ métropole ] Par Didier Gil

Une équipe de Hockey à la Rochelle

C’est aujourd’hui confirmé ! Nous vous avions présenté le projet dans notre édition du 21 octobre dernier, et c’est aujourd’hui confirmé, une école de hockey sur glace va ouvrir ses portes à La Rochelle en septembre prochain. Victor Lemétayer, à l’origine du projet, nous a confirmé par courriel que l’Association Sportive Rochelaise de Hockey sur Glace (A.S.R.H.G) va ouvrir en septembre prochain à La Rochelle une École d’initiation au hockey sur glace pour les jeunes de 9 ans et plus. Une nouvelle qui s’inscrit totalement dans le projet éducatif de l’association, lui-même prévu dans ses statuts et qui fait suite a une décision prise en assemblée générale et initiée par Jean Louis Millon, membre du Comité Directeur de la Fédération Française de Hockey sur Glace qu’il représentait à cette l’assemblée générale de l’A.S.R.H.G en date du 12 mai dernier. Objectif visé : créer de toutes pièces un club et une équipe. Rappel : la Municipalité de La Rochelle a décidé d’investir dans le développement de disciplines peu ou pas représentées dans l’agglomération. Et parmi ces disciplines justement, le hockey sur glace. Du coup, Victor Lemetayer, qui fut le fonda-

teur et le premier président de l’association Saint-Pierre-et-Miquelon / La Rochelle s’est fixé pour ambition de « diffuser le hockey sur glace » sur La Rochelle et sa région, et pour cela il a créé l’« Association

14]

Sportive Rochelaise de Hockey sur Glace », (A.S.R.H.G.) dans le but de promouvoir non seulement le hockey mais aussi l’ensemble des sports de glace. Rappelons que M. Lemetayer a déjà reçu de nombreux soutiens dans ce projet, dont celui d’Arnaud Briand, ancien capitaine de l’Équipe de France de hockey, qui est aussi le parrain de cette nouvelle association. Preuve de l’importance du projet, Victor Lemetayer s’est également assuré l’appui de l’ancien président de la Ligue d’Île-de-France de hockey, aujourd’hui à la retraite à La Rochelle. Pour M. Lemetayer, « le hockey sur glace est un sport énergique réunissant tous les éléments pour être apprécié et pratiqué par chacun : c’est une activité exigeant de l’esprit d’équipe, une grande motivation et un engagement total ; les joueurs doivent de plus respecter un fair-play absolu ». De fait, l’A.S.R.H.G s’est engagée à servir « également les pratiquants du patinage de compétition, mais aussi ceux qui désirent pati-

écho des caps n° 1298 • vendredi 22 juin 2012

ner pour leur propre plaisir. Nous voulons offrir aux gens, notamment aux jeunes, l’occasion de pratiquer un sport nouveau, de dépenser leur énergie sur la glace en leur inculquant les valeurs sportives qui nous sont chères ». Mais on s’en doute, Victor Lemetayer a besoin d’aide pour mener à bien cette nouvelle aventure : « nous avons besoin de vous pour réussir dans notre entreprise. Vous pouvez nous aider dans notre projet éducatif et communautaire en devenant membre de notre association pour une modique cotisation de 5 euros. » C’est certain, la Fédération Française de Hockey sur Glace soutient totalement l’initiative de l’association rochelaise qui, aujourd’hui encore, a besoin d’adhérents pour mener à bien ce projet. Vous pouvez y adhérer depuis l’Archipel, en apportant votre parrainage contre une cotisation de 5 euros (tarif 2012 confirmé), en adressant un chèque à l’ordre de l’association : A.S.R.H.G, 50 Rue St-Yon, 17000 La Rochelle. Et peut-être, verrons-nous très bientôt des îliens rejoindre les rangs de la future équipe rochelaise où, sans nul doute, ils seront accueillis à bras ouverts ! • D. Gil


[ taekwondo ] Par Didier Gil

Hong Sang Nae Club

Nouveau succès à Moncton Nouveau déplacement réussi sur le Canada pour sept jeunes du Hong Sang Nae Club de Saint-Pierre qui ont participé à l’Open de Moncton, fin mai. Nous vous l’avions annoncé dans notre édition du 20 avril dernier, le Club Hong Sang Nae a dépêché une délégation de 7 jeunes taekwondoïstes au Nouveau-Brunswick, le 26 mai pour y disputer l’Open de Moncton. Ce tournoi a rassemblé plus de 200 compétiteurs venus, comme de coutume des différentes Provinces des Maritimes et donc de l’Archipel. Les jeunes ont rejoint Moncton à l’issue de trois semaines d’entraînement intensif tant en pomsee qu’en combat. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils avaient les pieds qui les « démangeaient », et ne souhaitaient qu’une chose : que la compétition commence.

Et une fois de plus, les résultats ont été à la hauteur de leur motivation, 14 médailles, dont 11 d’or, 2 d’argent et une de bronze. Pour l’encadrement, « le caractère familial de cette compétition et le respect des valeurs font que les jeunes se sentent comme chez eux et donnent le meilleur d’eux-mêmes » tant en Poomsee (P) qu’en Combat (C). Et de relever deux faits marquants : • Le combat d’Enzo Goris (le plus jeune du groupe et issu du Pré Pôle Espoir), face a un adversaire qui, comme lui, voulait la victoire. Tous deux ont su enflammer et captiver le public qui était acquis à leur cause. Enzo a finalement remporté son combat grâce au point en or. • La belle prestation de l’équipe de poomsee synchronisé, composée de Clémence Cormier, Dina Victorri et Guillaume Kerhoas qui a remporté la médaille d’or. Les accompagnateurs ont une fois de plus relevé « une organisation excellente et l’uti-

lisation des tableaux électroniques permettant ainsi aux enfants et aux coachs de pouvoir mieux gérer les combats ». Bravo donc à tous ces jeunes compétiteurs pour leurs résultat et leur sérieux.

• Dipito Neferis : or (P) et or (C) • Prijac Malo : or (P) et bronze (C) • Le Glaunec Quentin : or (P) et argent (C) • Goris Enzo : or (P) et or (C) • Kerhoas Guillaume : or (P) et or (C)

≥ Les résultats • Cormier Clémence : argent (P) et or (C) • Victorri Dina : or (P) et or (C).

Poomsee synchronisé • Cormier Clémence, Victorri Dina et Kerhoas Guillaume : or.

écho des caps n° 1298 • vendredi 22 juin 2012

[15


athlétisme

Les 25 Km de Miquelon

© J.-C. L’Espagnol / V. S-P

Départ demain de la 29e édition

Ce samedi 23 juin sera donné le départ de la 29e édition des « 25 Km de Miquelon », l’épreuve reine de la saison d’athlétisme dans l’Archipel, créée par Gérard Grignon. Vendredi dernier, à huit jours du départ, Jean-Pierre Detcheverry, Président de l’association « Les Coureurs de l’Isthme », nous a confirmé avoir déjà enregistré « une centaine d’inscriptions de Saint-Pierre, quelques-unes de Miquelon et une vingtaine de Terre-Neuve ». Il nous a également signalé un retour, celui du vétéran parisien Jean-Claude Hervé qui a déjà participé à l’épreuve plusieurs fois. À l’heure où vous lirez ces lignes, ces chiffres auront certainement évolué, les inscriptions étaient ouvertes jusqu’à ce jeudi 21 juin, chacun, on le sait, attendant les dernières prévisions météo pour se décider. En 2012, 242 personnes étaient inscrites et, au final, 106 coureurs avaient été classés, dont 36 chez les dames et 70 chez les messieurs. L’épreuve a été remportée, comme l’année précédente, par un coureur venu de Terre-Neuve : Martin Kastner, en 1 h 32 : 08, à la fois premier du général et de la catégorie senior. Chez les dames, Edwidge Makovicka (senior – 21e du général), de Saint-Pierre, s’était imposée en 2 h 01 : 25. Rappelons que les records toutes catégories appartiennent à Claudio Arthur (1 h 22 : 41 en 1994) chez les messieurs, et à Caroline Mac Ilroy (1 h 41 : 57 en 2008) chez les dames. Après l’effort viendra le temps de la fête et du réconfort avec « à partir de 19 h 30, en ouverture du méchoui, un “Punch de l’amitié” offert sous la tente de réception par le Comité organisateur ». L’animation musicale sera assurée par « Pierre Ferrari et son groupe de musique irlandaise », « Pierre Ferrari, Philippe et Michel Detcheverry », « Ma Doué et Benniget », un jeune groupe de SaintPierre, « Les Punters », des invités de Terre-Neuve (du style Suroît) et, pour clôturer la nuit sous le chapiteau, « le groupe musette d’Alain Orsiny ». Quant à la « Salle Entre-Nous », elle organisera aussi, comme tous les ans, son « Grand Bal des 25 Km ». • D. Gil

16]

écho des caps n° 1298 • vendredi 22 juin 2012


Pharmacies de garde

Agenda des marées

du lundi 18 juin. 9 h au lundi 25 juin. 9 h

Les jours croissent de 17 minutes

Juin 2012

BASSES MERS

Pharmacie SPM

PLEINES MERS

du lundi 25 juin. 9 h au lundi 2 juillet. 9 h Pharmacie CHFD

41 47 47

Numéros d’appels d’urgence

15

urgence médicale

17

gendarmerie

Juillet 2012

18

Les jours décroissent de 1 heure 04 minutes

sapeurs-pompiers

Dimanche 1er - St Thierry 01:39 13:42 07:45 20:18

sudoku

Le JEUDI 28 juin à 20 heures 30 De Christophe Ruggia, avec Mathilde Seigner et Yvan Attal.

Problème n° 1298 • niveau : expert

8

7

7

L’histoire :

2

5

9

2

6

3

5

1

8 2

9

6

1

Solution du n° 1297 8

5

4

6

9

2

7

1

1

2

6

9

3

7

8

5

7

8

2

1

7

3

4

9

6

2

8

5

1

7

3

2

9

6

1

5

5

1

8

3

7

4

2

9

6

6

8

5

7

4

2

3

1

9

9

4

3

6

1

8

7

5

2

1

2

7

5

3

9

4

6

8

Régles du jeu : Vous devez remplir toutes les cases vides en placant les chiffres 1 à 9 une seule fois par ligne une seule fois par colonne et une seule fois par zone de neuf cases. Chaque zone de 9 cases est marquée d’un trait plus foncé. Vous avez déjà quelques chiffres par zones pour vous aider.

8 4 Niveau expert

1298 Sudoku solution 1297 Niveau difficile

9

7

1298 Sudoku grille 1298 8 9 3 6 4 5 4

La presse en parle

Voir la vie en grand…

4

4

« Dans la région de Marseille, un patron prépare à l’insu de ses ouvriers la délocalisation de son usine, couplée d’un détournement de 2 millions d’euros. Franck, l’un de ses salariés l’apprend et, sans en parler à sa femme Hélène, décide avec Max, son ami de toujours, de passer à l’action… »

Pour La Croix : « Christophe Ruggia signe une réalisation contemporaine qui donne une grande puissance à un récit dont l’intensité ne faiblit jamais. »

9

6

3

7

3

1

3

voir la vie en grand présente

Samedi 23 - Ste Audrey 06:12 18:17 00:18 12:38 Dimanche 24 - St Jean-Baptiste 06:59 13:23 01:01 19:03 Lundi 25 - St Prosper - St Salomon 07:38 19:55 01:46 14:11 Mardi 26 - Fête du Saint Sacrement 08:28 15:05 02:36 14:55 Mercredi 27 - St Fernand - Lune : P. Quartier 09:25 22:04 03:31 16:05 Jeudi 28 - Ste Irénée 10:29 23:19 04:32 17:09 Vendredi 29 - St Pierre - St Paul 11:37 05:37 18:15 Samedi 30 - St Martial 00:33 12:42 06:43 19:18

55 28 02

6

inéma C

Christophe Ruggia est un réalisateur entier, qui n’aime pas faire de compromission. fils d’ouvrier, il a vu son père souffrir des inquiétudes d’un hypothétique licenciement. Devenu cinéaste, il lui était évident de proposer un sujet qui mêle magouille financière, chômage et amitié. Pour autant, « Dans la tourmente » n’est pas un film militant, car l’intelligence de l’entreprise, c’est de construire un vrai film noir, le mélange des genres donne un long-métrage d’une efficacité redoutable. Clovis Cornillac était dès le début du projet partant pour l’aventure, une aventure qui va durer presque quatre ans, puisque le réalisateur aura bien du mal, vu le sujet du film sans doute, à réunir les fonds nécessaires pour le mettre en boîte. L’acteur est entouré de belle manière par une Mathilde Seigner irréprochable et lumineuse, et par un Yvan Attal tourmenté et excellent. Ce trio porte le film et nous tient en haleine jusqu’au bout. Ajoutons à cela le cadre de Marseille, cinématographique en diable, le soleil des calanques contraste magnifiquement bien avec la noirceur d’un scénario implacable. Pour apprécier un film qui mêle habillement thriller et constat social, pour saluer les prestations intenses d’Yvan Attal, Clovis Cornillac et Mathilde Seigner et pour… voir la vie en grand ! • Cédric Lebailly

écho des caps n° 1298 • vendredi 22 juin 2012

[17


≥ Décès Remerciements Depuis janvier 2006, avec l’accord des parents, bien évidemment, nous accordons une place dans notre journal aux nouveau-nés du mois. Pour le mois de mai 2012, ils sont six : trois filles et trois garçons.

Léna PORTAIS Le 12 mai à 16 h 15. Fille d’Audrey GUIBERT et de David PORTAIS.

* Ce vendredi 22, tu auras deux ans, alors Joyeux Anniversaire Jérémie. Gros bisous de Papa et Maman !

Alie FOUCHARD

Kylian BASLÉ

Le 13 mai à 5 h 45. Fils de Marina DRILLET et de Philippe BASLÉ.

≥ Convivialité : Anniversaire

Le 14 mai à 4 h 13. Fille de Cynthia KERZERHO et d’Éric FOUCHARD.

Journal édité par la Ville de Saint-Pierre Léa DETCHEVERRY Le 15 mai à 15 h 56. Fille de Yasmina COLMAY et de Jean-Patrick DETCHEVERRY.

Mathéo LEPAPE Le 18 mai à 20 h 55. Fils de Tiphaine LELORIEUX et de Jean-François LEPAPE.

Joey GUIBERT Le 22 mai à 5 h 12. Fils d’Audrey NICOLAS et de Nicolas GUIBERT.

Notre rédaction leur souhaite la bienvenue et adresse toutes ses félicitations aux heureux parents. Côté statistiques, nous retiendrons qu’il y avait eu 5 naissances (4 filles et 1 garçon) en mai 2011. Rappelons que les naissances au Canada ne comptent pas dans les statistiques de l’Archipel. • D. Gil / Photos : Jean-Luc Drake et collection privée.

Site internet www.mairie-stpierre.fr Fondateur Albert Pen (Février 1982) Directeur de la publication et Éditorialiste Karine Claireaux Codirecteur Claude Arrossaména Rédacteur en chef Didier Gil : 05 08 41 10 91

Journaliste Jean-Louis Mahé : 05 08 41 10 92

Conseil Territorial Appel Public à la Concurrence * La Collectivité Territoriale communique : Un appel d’offres est lancé (article 28 du CMP) pour la réalisation d’une prestation de service pour la Collectivité Territoriale et EDF dans le cadre de l’aide aux changements de chaudières. Le titulaire du marché aura pour mission de récupérer, stocker, exporter et recycler ou faire recycler les anciennes chaudières, pour un maximum de 90 unités. Le candidat doit proposer un prix pour l’ensemble des prestations, à partir de l’ancienne chaudière récupérée chez le particulier jusqu’au recyclage final. Les entreprises intéressées pourront se procurer le dossier à l’accueil du Conseil Territorial tous les jours ouvrables de 9 h à 12 h et de 14 h à 16 h. Les renseignements peuvent être obtenus à la Collectivité Territoriale. Les offres devront parvenir au Conseil Territorial avant le 9 juillet 2012 à 12 h (heure de SaintPierre et Miquelon).

Secrétaire de rédaction et accueil Clarisse Hacala : 05 08 41 10 90

Infographistes Steve Yon et Jean-Christophe L’Espagnol 05 08 41 10 95

Impression Yannis Lepape : 05 08 41 10 93 — 05 08 41 10 94

Photographes Jean-Christophe L’Espagnol (J.-C. L’E.) jclespagnol@gmail.com Jean-Luc Drake

≥ Viile de Saint-Pierre Horaires du manège * La Ville de Saint-Pierre avise les tout-petits de la réouverture du manège, Place du Général De Gaulle, depuis le vendredi 15 juin 2012, aux horaires suivants : • Du 15 au 30 juin : - Lundi, mardi et jeudi de 15 h 30 à 18 h ; - Vendredi et mercredi de 14 h 00 à 18 h ; - Samedi de 10 h à 12 h et de 14 h 30 à 19 h ; - Dimanche de 14 h à 19 h. • Durant les grandes vacances de juillet et août : - Du lundi au samedi de 10 à 12 h et de 14 h 30 à 18 h 30 ; - Le dimanche de 14 h à 18 h. • Du 1er au 15 septembre : - Lundi, mardi et jeudi de 15 h 30 à 18 h ; - Vendredi et mercredi de 14 h 00 à 18 h ; - Samedi de 10 h à 12 h et de 14 h 30 à 19 h ; - Dimanche de 14 h à 19 h.

18]

(J.-L. D.) jean-luc.drake@cheznoo.net

Dessins d’actualité Benoît Germe

Pour nous joindre L’Écho des Caps Hebdo, rue Georges Daguerre • BP 4213 • 97500 SPM • Tél. 05 08 41 10 90 • Fax 05 08 41 49 33

Courriel echohebd@cheznoo.net Tirage 3 300 exemplaires Commission paritaire numéro 68511

écho des caps n° 1298 • vendredi 22 juin 2012


[ partenaires de la semaine]

À cause d’elles Alain Souchon EMI Disque audio Le titre du dernier album d’Alain Souchon ne parle pas des femmes mais des chansons de son enfance qui lui ont donné l’envie d’être chanteur. Souvent issues du répertoire traditionnel, elle sont signées François Villon, Jacques Prévert, Théodore Botrel, Guy Béart, Félix Leclerc mais aussi, Chuck Berry et Alain Souchon lui-même. Les illustrations du livret avec les paroles sont signées Sempé. •

Château La Gordonne Côtes de Provence - Rosé 75 cl • 8,64 euros

Servi entre 6° et 8° C, ce grand vin s’accorde avec coquillages, crustacés, poissons et spécialités méditerranéennes. Pour les amateurs de vin unique, il peut suivre tout le long du repas. • Spécial : en carton de 6 bouteilles, la 6e est gratuite ! Offre valable du vendredi 22 juin au vendredi 29 juin. CIA, 7 rue Albert Briand – 41 47 97. L’abus d’alcool est dangereux pour la santé.

La sauce était presque parfaite 80 recettes d’après Alfred Hitchcock Anne Martinetti François Rivière Cahiers du cinéma Documentaire Ce livre est un voyage culinaire à travers l’œuvre d’Alfred Hitchcock, de ses débuts en Angleterre, à la Californie, en passant par New York et ses voyages à l’étranger. Amateur de bonne chère, les repas ont souvent servi de décors au déroulement de ses films. François Rivière, romancier, scénariste et critique littéraire, retrace la vie et l’œuvre d’Hitchcock. Quant à Anne Martinetti, traductrice et écrivain, elle a reconstitué les recettes des plats aperçus lors des scènes filmées. La cuisine française est bien représentée dans cet ouvrage à côté de spécialités anglaises, américaines ou autres. Un livre qui va ravir les cinéphiles gourmands. •

••• Rubrique animée par Josée Gautier Bibliothèque-Médiathèque de Saint-Pierre Site : http://www.biblispm.com Tél : 05 08 41 31 99 • Fax : 05 08 41 71 40 E-mail : bibliotheque-mediatheque@cheznoo.net

écho des caps n° 1298 • vendredi 22 juin 2012

[19


≥ Vie municipale

Ville de Saint-Pierre L’éclairage de demain, aujourd’hui. La Ville de Saint-Pierre a mis en service un nouvel éclairage public à LED rue des Charentes, rue du Poitou, rue du Maine (portion entre la rue Commandant Blaison et la rue de Normandie), rue Commandant Blaison (entre la rue des Charentes et la rue du Maine). Ce quartier a été choisi à cause de l’insuffisance d’éclairage constatée sur l’une des rues de ce secteur. Le nouvel éclairage doit assurer une répartition plus uniforme de la lumière sur toute la largeur de la chaussée pour un éclairement moyen de 10 lux respectant la classe CE4 relative à l’éclairage des voies de desserte locale. La technologie LED offre une lumière blanche et homogène qui améliore le rendu des couleurs. Autonettoyants, les luminaires nécessitent un entretien réduit et bénéficient d’une garantie étendue.

L’efficacité énergétique des LED doit permettre une réduction de 58 % des coûts de fonctionnement tout en maintenant un éclairement équivalent aux lampes à vapeur de sodium. Autre avantage économique, la durée de vie des lampes à LED est cinq fois supérieure aux lampes traditionnelles. Côté environnement, ce nouvel éclairage public réduit les émissions de gaz à effets de serre au niveau de la production électrique, mais réduit également la pollution lumineuse du ciel nocturne en concentrant le flux lumineux vers le sol. La Ville de Saint-Pierre a choisi des luminaires adaptés aux conditions climatiques régionales. Conçus et fabriqués en Nouvelle-Écosse, ils équipent notamment les accès à l’aéroport d’Halifax. • Martin Detcheverry - Photos : patricia.foliot@mairie-stpierre.fr

≥ Rue du Poitou • Avant

≥ Rue du Poitou • Après

≥ Rue des Charentes • Avant

≥ Rue des Charentes • Après

≥ Rue du Poitou vue du haut • Avant

≥ Rue du Poitou vue du haut • Après

≥ Crédits Ce projet a vu le jour grâce aux contributions suivantes : • Patricia Foliot, chargée de l’éclairage public à la Mairie de Saint-Pierre, coordinatrice du projet. • Jean-François Tillard, pour la fabrication des nouvelles crosses à la forge municipale. • Martin Detcheverry, pour les études techniques à partir des modèles fournis par le fabricant. • Nicolas Loréal, chargé de la Coopération régionale à la Préfecture et Robert Audoux, directeur de la Chambre de Commerce Française au Canada pour les contacts avec l’entreprise canadienne. • Les entreprises LED Roadway Lighting pour la fourniture et DERELEC pour la pose.

Echo des Caps n° 1298  

Echo des Caps, ville de Saint-Pierre

Advertisement