Issuu on Google+

Projet de Réserve p. 02

Kermesse du Collège p. 09

Futsal : Coupe p. 16

Lettre du Conseil des Élus

Projets pédagogiques

10e journée de championnat

l’écho caps ] Archipel de Saint-Pierre et Miquelon

des

Ville de Saint-Pierre

≥Trophée Roses des Sables Deux St-Pierraises dans le désert ≥ Municipalité

≥ Entretien

≥ « Hantises »

Le Maire aux ETS de Strasbourg p. 03

Des médicaments sous surveillance p. 05

Un projet théâtral d’envergure p. 12

© 2010 - FlashSport / Trophée Roses des Sables

Hebdomadaire municipal gratuit n° 1240 11 février 2011


Saint-Pierre-et-Miquelon le 1er février 2011 Mme Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET Ministre de l’Écologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement 246, bd Saint-Germain 75007 PARIS Madame la Ministre, Les services de l’État de Saint-Pierre et Miquelon ont dû vous rapporter la vague de protestations qu’a soulevée localement le projet de Réserve Naturelle Nationale des Grand et Petit Colombier. Les collectivités locales dans leur ensemble (Conseil territorial, Mairie de Saint-Pierre, Mairie de Miquelon-Langlade) ont pris des délibérations afin d’exprimer leur avis défavorable envers ce projet. Le Député, les mouvements politiques locaux se sont aussi prononcés contre, et dans un même élan, les associations d’usagers ont fait connaître leur ferme opposition à ce projet par diverses manifestations et pétitions. Par ailleurs, les conclusions de l’enquête publique diligentée par la Préfecture et publiée le 27 janvier dernier viennent renforcer ce sentiment général. En effet, la Commissaire enquêtrice s’est prononcée contre ce projet de Réserve Naturelle Nationale tel qu’il est présenté. Elle estime qu’il y a eu un déficit de négociation et de communication tout au long de l’élaboration de ce dossier. Elle regrette notamment l’absence d’équipe projet, mentionne également que la hiérarchie des priorités des décideurs locaux est différente de celle des scientifiques et qu’il n’y a pas d’indication inquiétante d’érosion de la biodiversité du site. Aussi, Madame la Ministre, devant une telle unanimité, les élus de Saint-Pierre et Miquelon demandent au Gouvernement le retrait du projet de Réserve Nationale Naturelle du Grand et Petit Colombier. Il serait par contre inexact d’en conclure que la population de Saint-Pierre et Miquelon et ses élus ne sont pas sensibles à la préservation et à la mise en valeur de leur environnement. Dans les faits, comme le souligne fort justement la Commissaire enquêtrice dans son rapport, la hiérarchie des priorités des élus que nous sommes est simplement différente et nous pensons que bien d’autres préoccupations dans le domaine de l’environnement et de l’écologie sont localement plus urgentes. Plutôt que de « brûler » notre énergie sur un dossier polémique, prenons l’année et demie de travail qu’il nous reste pour mener ensemble à leur terme des projets, à notre sens prioritaires, qui font consensus chez lez élus et la population, mais surtout qui sont d’un point de vue réglementaire et sanitaire nécessaires. Nous pensons ici aux dossiers « Eau et assainissement » et « Traitement des déchets » à Saint-Pierre, comme à Miquelon. Deux autres dossiers sont également en cours de réflexion et de travaux dans l’Archipel, qui mériteront, le moment venu, le soutien de votre ministère. Il s’agit de l’aménagement de la « Vallée du Milieu » à Saint-Pierre et de la préservation de l’unique forêt boréale sur le territoire français. Nous nous tenons bien entendu à votre entière disposition pour de plus amples informations concernant ces dossiers. Nous sommes convaincus, Madame la Ministre, de l’attention particulière que vous apporterez à ce courrier. Veuillez croire, Madame la Ministre, en l’expression de notre haute considération.

02]

écho des caps n° 1240 • vendredi 11 février 2011


[ vie municipale ] Par Jean-Louis Mahé

Le Maire aux ETS de Strasbourg « Une participation déterminante » Considérés comme le rendez-vous annuel des dirigeants de l’action publique locale, les ETS sont une manifestation du Centre National de la Fonction Publique Territoriale (CNFPT) organisée par l’Institut National des Études Territoriales (INET). Ils regroupent plusieurs centaines de dirigeants et de cadres territoriaux. Présentés comme « une vitrine interactive de l’innovation et de la bonne gouvernance territoriales », les ETS sont « une occasion privilégiée pour les dirigeants territoriaux de présenter les expériences, pilotes ou modèles, menées au sein de leur collectivité ». Invitée les 1er et 2 décembre derniers par l’Institut National Spécialisé d’Études Territoriales (INSET) d’Angers, Mme Karine Claireaux a participé activement à l’Atelier : « quels enseignements l’outre-mer peut-il apporter à la Métropole ? ».

[

outre-mer : terrain d’expérimentation

Parmi les 25 ateliers qui ont été retenus (sur plus de 40 présentés), un concernait spécifiquement l’outre-mer : « quels enseignements peut-il apporter à la Métropole ? ». Les explications de Philippe Rutten, Directeur de l’INSET d’Angers : « l’idée de cet atelier était que l’outre-mer français constitue un véritable terrain d’expérimentation de la décentralisation qui permet la préfiguration des évolutions qui peuvent concerner l’ensemble des collectivités du pays. Plus précisément, l’objectif de l’atelier était de rappeler aux participants la richesse des solutions expérimentées ou envisagées dans les outre-mer et de présenter deux témoignages issus du monde territorial pour comprendre les impacts et les enjeux des modes d’organisation dans leur spécificité ultramarine. Trois personnes sont intervenues : Christian Vitalien, enseignant à l’Université des Antilles et de la Guyane, ancien Directeur Général des Ser-

Le Maire de Saint-Pierre a été invité à participer aux Entretiens Territoriaux de Strasbourg. Le thème : « Réformes territoriales : quelles conséquences pour les services publics locaux ? ».

Francois Deluga, President du CNFPT durant les Entretiens Territoriaux de Strasbourg. vices de la région Martinique, ancien membre de cabinet ministériel ; Mme Jacqueline Bruant, DGS de la Communauté d’agglomérations de l’espace Sud-Martinique et donc Mme Karine Claireaux, Maire de Saint-Pierre ».

[

Contribution de l’Archipel : intérêt double

Pour Philippe Rutten, qui a dirigé l’atelier auquel participait le Maire de Saint-Pierre, l’intérêt de demander une contribution à un représentant de l’Archipel de Saint-Pierre et Miquelon était double : « Saint-Pierre et Miquelon a eu par le passé différents statuts et pouvait légitimement avoir un point de vue plus distancié sur les effets du statut sur l’autonomie. Les points qui ont été traités par Madame Claireaux, comme les marges de manœuvre réelle au regard des besoins et de l’autonomie financière, la répartition des compétences et la place faite au “sur mesure“ ou encore les coûts et les avantages de la spécialité juridique et de la solidarité nationale, ont été d’un grand ap-

port car s’appuyant sur des expériences passées et actuelles. La seconde raison était d’offrir un autre point de vue dans la situation des outremer en montrant la diversité mais aussi la richesse des situations, quelle que soit la taille des territoires ». L’atelier s’est déroulé devant plus d’une soixantaine de personnes, « ce qui est un bon résultat, avec une bonne participation et beaucoup de questions posées notamment à Madame Claireaux », nous a encore confié Monsieur Rutten. Le Directeur de l’INSET d’Angers est formel : « je peux dire que les échos ont été très favorables et la présence de Saint-Pierre et Miquelon en a été un des éléments déterminants ». • •••

Pour rappel… L’INSET d’Angers, spécialisée dans les domaines de la solidarité, la cohésion sociale et l’enfance, accueille également la plateforme des collectivités d’outre-mer et la plate-forme de la coopération internationale du Centre National de la Fonction Publique Territoriale.

écho des caps n° 1240 • vendredi 11 février 2011

[03


agenda du maire

Le Maire à Paris Semaine studieuse

© Archive CFL

Le Maire de Saint-Pierre, Mme Karine Claireaux, est à Paris, d’une part, pour défendre les dossiers de la Commune, et d’autre part, pour répondre à deux invitations, celle du Comité des Finances Locales dont Madame Claireaux est membre depuis 2009, et du Comité de suivi du Grenelle de la Mer au sein duquel le Maire de Saint-Pierre siège en sa qualité de vice-présidente du Comité Maritime Ultramarin. S’agissant du Comité des Finances Locales, rappelons qu’il a pour objet de défendre les intérêts des Collectivités Locales sur le plan financier et d’harmoniser leur point de vue avec celui de l’État. Quant au Comité Maritime Ultramarin, il est chargé d’élaborer une politique maritime locale durable pour les 10 à 20 ans à venir. Au chapitre des rendez-vous officiels, le Maire rencontrera durant son court séjour parisien, M. Guy Fradin, le Directeur de l’Agence de l’Eau Seine Normandie ; M. Guy Mascrès, ancien Secrétaire Général de la Préfecture de Saint-Pierre et Miquelon et qui vient d’être nommé Conseiller technique chargé de l’administration territoriale et outre-mer au Cabinet du Ministre de l’Intérieur ; enfin M. Vincent Bouvier, le Délégué Général à l’outre-mer. • J.-L. Mahé

Rythmes scolaires Bientôt une conférence et une formation

© V.S-P/J.-C. L’E.

En Métropole, le comité national de pilotage de la Conférence nationale sur les rythmes scolaires a remis un premier rapport au ministre de l’Éducation nationale, le 25 janvier dernier. Ce rapport établit une synthèse des contributions au débat sur les rythmes scolaires et présente des pistes de réforme. En préalable, le rapport considère « qu’une évolution des rythmes scolaires est nécessaire mais elle doit être envisagée dans sa globalité, en prenant en compte les besoins de l’enfant, l’égalité des chances et le contexte socioéconomique. En outre, elle ne peut être menée sans une réflexion plus large sur l’école, les contenus d’enseignement et sur l’évolution du métier d’enseignant ». Afin que chacun des acteurs concernés par le projet de réforme du ministre Luc Chatel, et à l’initiative de l’Éducation Nationale, l’AFC de SaintPierre et Miquelon se propose d’organiser une formation qui serait animée par un spécialiste en chronobiologie, le Professeur Hubert Montagner, Directeur de recherche à l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale. Une réunion organisée le 2 février dernier et à laquelle participaient le Maire de Saint-Pierre et des représentants de l’Éducation Nationale et de la Préfecture, visait à « échanger sur la manière de mettre en place l’information la plus large possible : il est en effet important que tous les acteurs concernés (institutions, professeurs, parents d’élèves et autres éducateurs) soient, chacun à son niveau, bien au fait des questions qui se posent », nous a indiqué le Directeur de l’AFC, Jean Hugonnard. Sous réserve de l’accord du Professeur Montagner ainsi que des possibilités techniques de réalisation, il a été décidé « d’organiser une conférence tout public (parents, enseignants) le 29 mars en soirée ainsi qu’une conférence-formation en direction des services interministériels le 28 mars en après-midi », nous a encore précisé Monsieur Hugonnard. • J.-L. Mahé

04]

écho des caps n° 1240 • vendredi 11 février 2011


[ santé ] Propos recueillis par Jean-Louis Mahé

Médicaments sous surveillance Entretien avec Michel Bondonneau À la demande du ministère de la Santé, l’Agence de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) a publié, lundi 31 janvier sur son site Internet, une liste de 77 médicaments mis sous surveillance renforcée. Pour les patients qui suivent un des traitements ainsi listés, le doute s’installe. Pour éviter toute panique, nous avons souhaité en savoir plus, notamment sur cette notion de « surveillance renforcée », et sur l’attitude à adopter en cas de prise de médicaments listés. Le Docteur Michel Bondonneau, Médecin Conseil à la Caisse de Prévoyance Sociale, a accepté de répondre à toutes nos questions. Écho : L’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) a transmis au ministère de la Santé une liste des médicaments faisant l’objet d’un suivi national de pharmacovigilance. Qu’entend-on par pharmacovigilance ? Dr Michel Bondonneau : En France, « la pharmacovigilance a pour objet la surveillance du risque d’effet indésirable résultant de l’utilisation des médicaments et produits à usage humain », (article R. 5121150 du code de la santé publique.) - définition Wikipedia. C’est un système de recueil et d’étude des effets secondaires indésirables (ou imprévus) des médicaments autorisés à la vente sur prescription, sur conseil pharmaceutique ou en vente libre dans les points de délivrance autorisés. En principe, tous les médicaments sont sous pharmacovigilance mais certains plus que d’autres. Écho : Faut-il cesser la prise de médicaments placés sous surveillance ? M. B. : Les médicaments placés sous surveillance les plus concernés par ce propos sont ceux figurant au « plan de gestion des risques de l’Afssaps ». Il n’y a à priori aucune raison de cesser de prendre un médicament placé sur cette liste : avant son interdiction, le médicament reste autorisé. Le prescripteur doit rester cependant vigilant de la sur-

« Le praticien devrait discuter avec son patient de l’intérêt ou non de poursuivre un médicament placé sous surveillance. »

venue des effets connus et les signaler s’il les observe. Il devrait aussi discuter avec son patient de l’intérêt ou non de poursuivre ce médicament ou de le remplacer avec une molécule plus ancienne et dont la dangerosité est moindre ou mieux connue. Écho : Ces médicaments placés sous surveillance sont-ils forcément dangereux ? M. B. : Les médicaments présents sur la liste du « plan de gestion » ne sont pas forcément dangereux. Leur utilisation parfois en dehors des critères initiaux recommandés de prescription a fait multiplier les cures prescrites ou la durée des traitements et rendu plus fréquents des effets secondaires qui jusqu’alors étaient exceptionnels. Ils sont donc ainsi mis sous surveillance particulière plus étroite. L’issue la plus connue est celle de l’interdiction de commercialisation, mais d’autres plus discrets sont passés par cette liste depuis 2005 et en sont sortis.

Écho : Un médicament est jugé dangereux parce que mortel ou parce qu’il a des effets secondaires importants ? M. B. : Un médicament peut être dangereux parce que ses critères de prescription et de surveillance sont particulièrement complexes. Les médecins prescripteurs ont appris comment maîtriser ce risque et mettre leur patient à l’abri des complications. « Mortel » est un terme qui n’existe pas en pharmacologie. On y préfère le terme de Dose Létale 50 (DL50) qui est la dose qui provoque 50 % de décès après administration car la dangerosité d’une substance pour les médecins est le faible écart entre la DL50 et la posologie utilisée pour traiter. En ce sens, tous les médicaments dont l’écart entre la DL50 et la zone thérapeutique est très étroit sont, soit interdits, soit entourés de précautions extrêmes.

écho des caps n° 1240 • vendredi 11 février 2011

[05


cessaire pour notre état de santé. Ce ne sont pas pour autant des « smarties » colorés. Il faut savoir résister à les prendre si l’indication est superflue. Votre médecin vous aidera à vous y retrouver si vous êtes un peu perdu.

[ Médicaments sous surveillance Entretien avec Michel Bondonneau ] Écho : Si un médicament est dangereux, pourquoi n’est-il pas interdit ? M. B. : Un médicament dangereux n’est pas forcément interdit car il peut posséder une propriété thérapeutique exceptionnelle qui n’existe nulle part ailleurs. Le tout réside dans l’évaluation de la balance bénéficerisque : la maladie du patient est-elle plus inconfortable et dangereuse que l’utilisation du médicament ? Le médicament apporte-il pour le malade un avantage conséquent par rapport au risque de son administration? Écho : Faut-il avoir peur d’un médicament nouveau ? M. B. : Normalement, les risques des médicaments nouveaux sont anticipés par les études de toxicologie menées dans les phases I à III. Pour autant, la multiplication des cures et des prescriptions révèle souvent des risques ou parfois des avantages à des fréquences inconnues avant leur commercialisation et qui sont l’objet ensuite de réajustements dans l’Autorisation de Mise sur le Marché (AMM). C’est comme l’achat d’une voiture : doit-on se procurer le tout dernier modèle qui

risque des pannes imprévues par rapport à un plus ancien aux vices connus et corrigés ? Personnellement, je suis toujours méfiant pour les nouveautés en matière de médicaments et n’accepte de prendre le risque que pour ceux qui apportent un « Service Médical Rendu » majeur ou important. Je préfère donc les médicaments plus anciens aux vices connus qui souvent sont moins chers pour la collectivité que les plus récents. C’est un enseignement que j’ai reçu de la sagesse de mes formateurs qui est probablement renforcé par ma position de Médecin Conseil et de lecteur de la revue médicale « Prescrire », une référence pour la prudence en matière de thérapeutique. Écho : D’une manière plus globale, faut-il avoir confiance dans les médicaments ? M. B. : Les médicaments sont avant tout des « drogues », il ne faut pas l’oublier. Derrière leurs vertus thérapeutiques recherchées, leurs effets secondaires sont toujours présents. Les médecins et les pharmaciens ont appris à les gérer. On peut avoir confiance dans les médicaments lorsque leur indication est certaine et né-

Écho : Enfin, n’y a-t-il pas surconsommation de médicaments en France, et donc à Saint-Pierre et Miquelon, quand on voit des ordonnances longues comme un jour sans pain ? M. B. : Un débat particulièrement piquant pour le Médecin Conseil ! Aux dires des experts, il existe une surconsommation de médicaments en France, principalement dans la classe des psychotropes. Cette anomalie répond probablement à une carence de prise en charge des problématiques individuelles de notre société qui ne sait plus répondre aux angoisses qu’elle suscite aux citoyens. Ceux-ci vont chercher dans le médicament une « béquille » pour les soutenir. Forcément, cette surconsommation doit avoir un reflet sur l’Archipel, mais il est difficile de la mettre en évidence tant qu’un reflet électronique des délivrances ne pourra être obtenu. Souhaitons que ce projet arrive vite à sa réalisation ! On pourrait alors imaginer des campagnes du « mieux prescrire » pour les médecins et du « mieux consommer les médicaments » pour les patients. On aurait ainsi un outil remarquable pour devenir un territoire d’excellence en ce domaine. •

[ Les explications de Xavier Bertrand ] Devant la Représentation nationale, lors des questions au Gouvernement, Xavier Bertrand, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé a précisé ce qui suit relativement à la publication de la liste des 77 médicaments mis sous surveillance renforcée : « Notre idée est la suivante : si l’on veut le retour de la confiance, il faut une totale transparence. Nous avons donc demandé à l’Afssaps de publier cette liste afin que l’on sache exactement où l’on en est. Si ces produits sont sous surveillance, cela veut dire qu’ils font l’objet d’une observation dans l’intérêt des patients. C’est aussi un service supplémentaire rendu aux professionnels de santé : les médecins bien sûr, mais aussi les paramédicaux et les pharmaciens. J’ai demandé que cette liste soit publique, parce qu’il sera également de la responsabilité du ministre d’en suivre l’évolution et de bien veiller à ce que les études ne tardent pas trop. Du reste, si la publication d’une étude tarde à être produite par le laboratoire, l’autorisation de mise sur le marché sera suspendue. Nous veillerons désormais à suivre le flux de ces médicaments. Nous vérifierons aussi si d’autres préparations doivent faire l’objet de la même inscription sur cette liste publique. C’est seulement ainsi que nous pourrons rétablir la confiance ». •

06]

écho des caps n° 1240 • vendredi 11 février 2011


brèves d’actualité

Éducation : Proviseurs

Sauvées de l’oubli !

Une prime au mérite

© V.S-P/J.-C. L’E.

Mémoire

L’information a été confirmée par Luc Chatel, le ministre de l’Éducation Nationale : une prime au mérite pouvant atteindre 6 000 euros tous les trois ans récompensera les principaux de collège et les proviseurs de lycée. Pour obtenir ce bonus, des contrats d’objectifs et de performance seront fixés comme : « le projet pédagogique d’un établissement, les résultats scolaires, ou encore la capacité d’intégrer des élèves en grande difficulté ». Pour Luc Chatel, cette décision « s’inscrit dans le cadre de la politique du Gouvernement consistant à développer des rémunérations variables liées aux performances pour les personnels, notamment d’encadrement ».•

Agriculture

© V.S-P/J.-C. L’E.

Une première !

On les croyait perdues et pourtant elles étaient remisées dans un coin à l’abri des regards ! Les figurines qui ornaient l’ancienne « salle des fêtes » ont été découvertes, il y a peu de temps, dans les combles de la « salle des anciens combattants ». Ces œuvres, peintes sur des cartons de récupération, en 1965, sont de Camille Tomann du premier contingent de Gendarmerie Mobile de l’Escadron de Champigny à qui l’on doit aussi deux cartes humoristiques sur l’Archipel (cf. Écho 1182). Même si le temps n’a pas abîmé la centaine de figurines, certaines ont nécessité, pour être exposées au local des anciens combattants, quelques réfections par Madeleine et Eugène Théault. • J.-C. L’Espagnol

Pour la première fois, le Salon International de l’Agriculture accueillera Saint-Pierre-et-Miquelon parmi les exposants et ce dans le cadre de « l’Année des Outre-mer ». Des produits locaux seront proposés à la dégustation et la promotion de l’Archipel sera assurée par des agents du Comité Régional du Tourisme et de la Société de Développement et de Promotion de l’Archipel. Joëlle Lemaine et Thierry Gautier (« La ferme de l’Ouest ») assureront la communication auprès des médias spécialisés dans l’agriculture. • Salon de l’Agriculture • Paris Expo • Porte de Versailles • Hall 7.1 dans l’espace outre-mer • Du 19 au 27 février de 9 h à 19 h (jusqu’à 23 h le 25) • J.-C. L’Espagnol

écho des caps n° 1240 • vendredi 11 février 2011

[07


brèves d’actualité

Dessin de la semaine

Année des Outre-mer

Prêter main forte !

L’État veut doper le tourisme

© V.S-P/J.-C.L’E.

© V.S-P/J.-C. L’E.

Club Lions Avenir

Cent soixante-trois cartons d’effets vestimentaires ont pris la direction de la Péninsule de Burin en cours de semaine. Depuis plusieurs années, Mme Marie-Thérèse Legentil collecte pour la bonne cause divers vêtements usagés ; et cette année, pour lui prêter main forte, le Club Lions Avenir avec la municipalité de Saint-Pierre et le service de fret maritime « Transport Maritime Service », se sont associés à cette opération. À l’autre bout de la chaîne de solidarité, c’est le Club Lions de Grand-Bank qui se chargera de distribuer les colis auprès d’autres organismes et de la population. Une fois de plus la solidarité des gens de l’Archipel dépasse les frontières ! • J.-C. L’Espagnol

08]

écho des caps n° 1240 • vendredi 11 février 2011

Afin de mieux faire connaître les caractéristiques des douze collectivités de l’Outre-mer, un site internet (www.2011-annee-desoutre-mer.gouv.fr) a été lancé. Composé de rubriques sur les actualités, le programme des manifestations, et des fiches dédiées à chaque territoire, le site se veut pédagogique et pratique. Il sera enrichi afin susciter l’intérêt des particuliers et des entreprises de la Métropole pour l’Outre-mer. L’objectif de cette initiative est notamment de doper le tourisme en Outre-mer et d’encourager les initiatives locales de promotion des Outre-mer à travers la littérature, l‘éducation, le spectacle vivant, l’éducation, l’environnement. • J.-C. L’Espagnol


vie scolaire

Collège Saint-Christophe

© V.S-P/J.-C. L’E.

© V.S-P/J.-C. L’E.

© V.S-P/J.-C. L’E.

Projets pédagogiques…

Chaque année à cette même période, les enseignants et les élèves du Collège Saint-Christophe organisent leur grande kermesse. Les fonds récoltés permettront d’acheter de matériel scolaire et de réaliser différents projets pédagogiques mis en place en début d’année scolaire. « Tous les ans, on essaye de reconduire le projet pédagogique au “Gros Morne” (1) à Terre-Neuve-et-Labrador. Cette année quelques collégiens iront aussi en déplacement dans cette province pour visiter Saint-Jean, la capitale ; et une petite partie de l’argent amassé servira à financer un voyage sur Langlade », explique Georges Cambray, directeur de l’établissement. « On souhaiterait aussi équiper une classe avec un “tableau blanc interactif” qui servira pour différentes matières comme les mathématiques, les sciences et l’histoire-géographie ». Ce nouveau matériel est un dispositif alliant les avantages d’un écran tactile et de la vidéoprojection. • J.-C. L’Espagnol (1) : Terre-Neuve a été le premier point atteint par les Vikings dans le « Nouveau Monde ». Le Parc National du Gros-Morne (180 000 hectares) est un espace protégé situé sur la côte occidentale de la province et offre les paysages les plus extraordinaires du Canada.

écho des caps n° 1240 • vendredi 11 février 2011

[09


Par Jean-Louis Mahé

© V.S-P/J.-C. L’E.

« Maman de deux enfants, ce rallye est un rêve depuis plus de 6 ans. L’envie de changer de la vie quotidienne tout en participant à une entraide humanitaire me motive encore plus. »

Le défi est de taille : 6 000 Km en 4X4 dans le désert marocain. Majestueux mais redoutable désert ! Deux Saint-Pierraises prendront le départ de la 11e édition du Trophée Roses des Sables en octobre prochain. Un raid aventure 100 % féminin !

[

L’expérience d’une vie

Leur numéro d’équipage est confirmé. Ce sera le 54 ! Elles s’appelleront « Les Roses du Noroît ». Nathalie Poirier et Mylène Audoux, deux mères de famille déterminées et enthousiastes, ont décidé de quitter leur quotidien pour se lancer dans un défi fantastique, celui de parcourir le désert marocain en 4X4. La compétition « Trophée Roses des Sables » est internationale. Elle regroupe chaque année quelque 200 femmes de tous

10]

âges et de tous horizons. Au-delà de l’aspect purement sportif, ce « Trophée Roses des Sables » est doté d’une forte dimension humaine car les compétitrices participent à une action d’entraide entre les peuples en acheminant des dons destinés aux enfants défavorisés ou en finançant leur scolarisation. Tous ces aspects, toutes ces valeurs d’action, de partage et de solidarité ont séduit Nathalie Poirier, jeune maman de deux enfants âgés de 6 ans et de 2 ans ½. Tout a commencé devant la télévision. En regardant les reportages réalisés autour du « Trophée Roses des Sables » sur Canal Évasion, Nathalie a senti vibrer en elle l’appel de l’aventure : « Un jour, c’est sûr, je le ferai », se dit-elle alors. Quelques années plus tard, elle décide de franchir le pas. Avec détermination et enthousiasme. Mais, avant de monter son projet, il faut convaincre une autre fille de partager « cette aventure extraordinaire, hors du commun », nous a-t-elle confié. Après avoir essuyé plusieurs refus, Nathalie rencontre Mylène

écho des caps n° 1240 • vendredi 11 février 2011

Audoux, une maman d’une jeune fille de 19 ans. En quelques mots, Mylène est convaincue. Elle complètera l’équipage Saint-Pierrais du « Trophée Roses des Sables ». Une première pour l’Archipel ! C’est certainement cet aspect inédit qui, ajouté à la ténacité et à la motivation des deux jeunes femmes, séduit les commanditaires de l’Archipel qu’il faut démarcher car le projet a un coût prévisionnel de 25 000 euros. Les premiers soutiens financiers sont rassemblés, plus de la moitié de la somme est d’ores et déjà assurée, mais il faut continuer à recueillir des fonds pour concrétiser le rêve de Nathalie et de Mylène.

[

Défi sportif

Nathalie Poirier : « Maman de deux enfants, ce rallye est un rêve depuis plus de 6 ans. L’envie de changer de la vie quotidienne tout en participant à une entraide


[ aventure ]

étape marathon (deux jours en autonomie totale). L’encadrement est assuré par une équipe de professionnels, avec un PC organisation mobile et des moyens d’action que sont les véhicules d’assistance et l’hélicoptère d’intervention qui assure la logistique et la sécurité. Les étapes se concluent le soir par un bivouac ».

[

Engagement humanitaire

La philosophie du « Trophée Roses des sables » consiste à « permettre à chaque femme de vivre une expérience unique, d’aller au bout d’elle-même mais aussi d’agir pour les autres en apportant son aide aux populations du désert du Sud marocain », nous a précisé Nathalie.

© FlashSport / Trophée Roses des Sables

humanitaire me motive encore plus ». Mylène Audoux : « Mère d’une grande fille de 19 ans que j’aime plus que tout. Je participe à ce rallye suite à ma rencontre avec Nathalie. Je la suis avec plaisir et jusqu’au bout. Cette expérience sera une des plus difficiles certainement mais aussi une des plus belles de ma vie ». Sur leur blog http://lesrosesdunoroit.trophee-roses-des-sables.com, les deux jeunes femmes partagent leur motivation avec d’autres concurrentes qui se lancent dans cette belle aventure. Un raid issu de la pure tradition des rallyes-raids africains qui une exige une préparation pointue et une bonne forme physique. « Conduire un 4X4 ne s’improvise pas ; il faut aussi apprendre à lire les cartes, à utiliser une boussole ; il faut aussi avoir des notions de mécanique. » Nathalie et Mylène peuvent compter sur le soutien et le savoir-faire de leurs proches pour les aider à se préparer au mieux pour affronter les dunes marocaines dans un décor magique certes, mais plein de pièges ! Même si elles sont néophytes, en plus de leur ténacité, Nathalie et Mylène semblent avoir des capacités d’adaptation exceptionnelles. De plus, elles seront encadrées par des professionnels tout au long de la course : « l’objectif est de rallier l’étape du jour à l’aide d’un “road-book”, d’une carte et d’une boussole, en respectant les différents contrôles de passage. La notion de vitesse n’est pas retenue. Le classement est basé sur deux critères principaux : l’orientation dans le désert et le franchissement des dunes. Le Trophée comporte plusieurs épreuves d’orientation, de franchissement des dunes, sans oublier la traditionnelle

L’équipe Saint-Pierraise du rallye ne pouvant partir avec 50 kg en dons humanitaires, comme prévu par le règlement de la course, a le choix de parrainer un enfant du désert. C’est ce que feront Nathalie et Mylène à travers l’association « Enfants du désert » : « Cette association connaît parfai-

tement le terrain et bénéficie de contacts privilégiés avec 10 ONG locales afin d’évaluer et répondre au mieux aux besoins. Au Maroc, il existe encore des régions qui subissent l’illettrisme, du fait notamment, du coût en matériel scolaire qui, à chaque rentrée, constitue un frein important à la scolarisation des enfants. L’une des priorités de l’association est donc l’éducation, et plus particulièrement celle des petites filles, qui aujourd’hui encore sont, pour diverses raisons, moins scolarisées que les garçons. Apprendre à lire, écrire et compter, est un droit qui doit être accessible à tous de nos jours. C’est pourquoi, nous avons décidé si nous rassemblons tous les fonds nécessaires de parrainer un enfant pendant 5 ans en payant ses frais de scolarité et la cantine, soit 276 euros par an ». Bel exemple de solidarité et d’entraide ! Espérons que nos sympathiques SaintPierraises pourront vivre cette aventure qui restera gravée dans leur mémoire ! Pour le moment, elles sont soutenues financièrement par La Solidarité Mutualiste, l’Atelier Rémy Poirier, l’AMDSASU Steve Janil, La Fringale, Allianz Cabinet Paturel Assurances, la Société Hélène & Fils, Électro 2000, la Self, Autochrome, le Joinville, Michel Briand et Fils, Le Garage Norbert Marie, Pêcheurs du Sud, quelques particuliers, le Conseil Territorial et la Mairie de Saint-Pierre. D’autres commanditaires devraient répondre favorablement dans les prochaines semaines. Ce qui permettra de finaliser le projet de Nathalie et Mylène qui sont déterminées à vivre pleinement cet événement qui comptera longtemps dans leur vie de femme. •

écho des caps n° 1240 • vendredi 11 février 2011

[11


[ culture ] Dossier préparé par Didier Gil

C.C.S. : « Hantises » Projet théâtral d’envergure « Hantises », tel est le nom choisi pour ce projet théâtral qui sera encadré à Saint-

Pierre et Miquelon par Philippe Canales et Mathilde Billaud, tous deux membres de la Compagnie du Veilleur, installée à Poitiers, en Métropole. Invités par le Centre Culturel et Sportif de Saint-Pierre, les deux professionnels seront sur place dès début avril et pour un assez long séjour dont l’emploi du temps est d’ores et déjà très chargé. Un projet d’ailleurs très ambitieux, dont il serait trop long ici de donner tous les détails, d’autant qu’il est encore en cours de finalisation. Néanmoins, nous avons choisi d’en donner les grandes lignes pour que les personnes intéressées soient bien au

12]

Le CCS vous proposera très bientôt un projet théâtral d’envergure porté notamment par Philippe Canales, un comédien professionnel né à Saint-Pierre, où il n’est pas revenu depuis 10 ans.

courant du projet et puissent organiser leur disponibilité. Pour l’heure et pour nous en parler, nul mieux que Philippe Canales lui-même, à travers toutes les informations disponibles dans le dossier de présentation. Extraits choisis…

[

Pourquoi ce projet ?

« Cela fait dix ans que je rêve secrètement de revenir sur l’île où je suis né, où j’ai

écho des caps n° 1240 • vendredi 11 février 2011

grandi et fait mes premiers pas sur scène, d’abord au milieu du préau du lycée Émile Letournel, puis au Centre Culturel et Sportif. Deux ans de joyeux échanges avec Anaïs Hébrard – que j’aurai le bonheur de retrouver en tant que collaboratrice après avoir été mon enseignante – ont donné naissance à ce projet qui me tient tant à coeur. Je suis très heureux de revenir sur ce cher “caillou” qui est le mien, du 2 avril au 10 mai, accompagné de Mathilde Billaud, réalisatrice son, avec qui je travaille régulièrement au sein de la Compagnie du Veilleur. En association avec le C.C.S (Yannick Arossaména et Anaïs Hébrard), nous allons


organiser une série d’ateliers, de travaux dans les écoles et d’évènements ponctuels (exposition à l’Arche, installation sonore dans la ville, lectures dans des lieux divers). Le projet devrait entrer dans le cadre de l’Année de l’Outre-mer, mise en place par le Ministère de la Culture. Nous avons décidé de traiter du thème de “La Hantise” sous plusieurs formes différentes : tous les travaux que nous entreprendrons seront avant tout un moyen d’échanges et de rencontres. »

[

au C.C.S. Nombre maximum de participants : 12. Âge : à partir de 15 ans.

[

[

« Ce qui effraie le plus, ce n’est pas la réalité, mais ce qu’on imagine qu’elle cache. » (David Lynch, Entretiens.) « Pendant les vacances d’avril, nous animerons un atelier sur les peurs : à partir d’une liste que nous aurons déterminée

« Comme il est profond, ce mystère de l’Invisible ! » (Maupassant, Le Horla.) « Le théâtre est un moyen de rencontres, de dialogues, de questionnements. Au sein d’un établissement scolaire, il est un endroit d’apprentissage dans lequel l’erreur est au coeur du processus, le lieu où l’on apprend la joie de faire fausse route. Ici, nous travaillerons sur l’idée du collectif, sur le développement de l’imaginaire de

avec les participants (la peur des grands espaces, la peur du noir, la peur de l’avenir…), chacun des membres du groupe “s’emparera d’une peur”. Puis, au fil des improvisations, nous chercherons à développer l’univers de chacun sur le thème choisi : développement de l’imaginaire de jeu, élaboration d’un espace sonore, d’une scénographie… » Pour en savoir plus • Dates : du mardi au samedi, du 16 au 29 avril inclus. Présentation du travail de l’atelier : Le samedi 29 avril à 19 h. Horaires : en après-midi. Âge : de 8 ans à 15 ans. Nombre maximum de participants : 10 par tranche d’âge (8 à 12 ans et 13 à 15 ans).

chaque élève et de ses capacités de propositions. » • Dans les collèges et au lycée « À Saint Pierre, nous travaillerons sur une des nouvelles fantastiques de Maupassant. Les professeurs pourront choisir entre “L’apparition” et “Le Horla”. Nous chercherons à inventer un nouveau rapport entre l’élève et un texte issu du programme scolaire. Celui-ci deviendra le conteur de cette oeuvre. Il pourra ainsi s’essayer à l’oralité de l’écriture de Maupassant. L’exercice du théâtre permet à l’élève de réinventer le texte avec ce qu’il en a rêvé. Nous travaillerons sur l’adresse directe, “dans les yeux”, comme on raconte

Le travail avec les jeunes

Le travail dans les classes

L’atelier des adultes

« Nous souhaitons former un groupe de travail sur l’ensemble de la période. Nous nous réunirons autour de “Kroum l’ectoplasme”. Il s’agit d’une comédie écrite par un auteur contemporain Israélien, Hanokh Levin. Cette pièce parle avec beaucoup d’humour du sublime et du grotesque de la vie des petites gens, de notre désir de sortir de nos conditions sans jamais en trouver les moyens, finissant toujours par rêver nos vies au lieu de vivre ce que nous avions rêvé d’être. En bref, Kroum rentre au pays, après avoir tenté de trouver l’aventure dans des “contrées lointaines”, mais n’a rien vu, rien appris et rien vécu. Il retrouve son entourage, qui comme lui, brûle de ne pas savoir quoi faire de ses désirs. Tous se posent la même question : comment profiter de la vie ? Cette pièce nous invite à rire de tous nos doutes. […] Nous désirons associer des comédiens et des musiciens pour créer ensemble ce spectacle, qui serait à mi-chemin entre une pièce et un concert. Le but étant d’inventer ensemble une esthétique. Nous souhaitons travailler avec des participants de tous niveaux, débutants, ou confirmés, adultes et grands adolescents, afin de mêler nos expériences et nos curiosités, dans un travail de compagnonnage durant ces cinq semaines. Il est très important pour moi de créer des ponts entre ces disciplines. J’encadrerai le projet avec Mathilde Billaud, qui s’occupera de la direction du travail sur le son, et de son lien avec le plateau (jeu d’acteur au HF, déréalisation des voix et de la musique, etc.). » Pour en savoir plus • L’atelier aura essentiellement lieu le soir, en s’adaptant aux disponibilités de chacun. Dates : du dimanche 3 avril au samedi 7 mai. Rythme : du mardi au dimanche (trois séances par semaine pour chacun en fonction de ses disponibilités). Horaires : en soirée. Présentation de travail : les 6 et 7 mai à 21 h

écho des caps n° 1240 • vendredi 11 février 2011

[13


que nous dirigerons au

fur et à mesure de l’his[ C.C.S. : « Hantises » toire et en accord avec Ces expériences Projet théâtral d’envergure ] elle. permettront de déve-

une histoire de fantômes au coin du feu. L’épouvante est un thème qui m’est cher. Un jeune élève m’a dit un jour : “J’aime les films qui font peur, parce qu’une fois qu’on les a vus, dans la vie, on a moins peur…” Après un travail collectif de lecture à haute voix dans lequel je les aiderai à chercher comment s’amuser avec la langue de Mau-

lopper l’imaginaire des enfants et de les éveiller à la richesse sonore de leur environnement. » Pour en savoir plus • L’intégralité de l’atelier pour chaque classe se déroulera en deux journées pendant les heures de cours. Les travaux de toutes les classes (collèges, lycée et primaires) seront présentés au cours d’une même soirée.

« Nous présenterons une exposition au musée de L’Arche de Saint-Pierre. Celle-ci mêlera les trouvailles que nous aurons faites en travaillant sur l’île. La première partie sera dédiée à des photos des ateliers. Une seconde partie sera consacrée au “fantasme” que l’on peut avoir de l’Archipel. Mathilde Billaud et moimême travaillons en ce moment sur l’enregistrement d’un “micro-trottoir” à Paris et à Lyon. Nous demandons aux gens ce qu’ils s’imaginent de Saint-Pierre et Miquelon. À partir de ces témoignages, nous élaborerons de faux documents sonores, de faux “teasers touristiques” : vidéos sur les idées reçues de l’Archipel. Je ne suis pas retourné sur l’île depuis dix ans. Mon but sera de confronter mon vécu à Saint-Pierre, celui de mes parents, de mes grands parents, avec ce qui demeure aujourd’hui. Mathilde Billaud mettra en place un témoignage “théâtralisé” de sa découverte de l’Archipel, via une fausse correspondance épistolaire, ou téléphonique avec des combinés en écoute libre. » Pour en savoir plus • L’exposition sera évolutive au cours du mois. Ouverture de l’exposition : le lundi 11 avril.

[

passant et se l’approprier, nous réfléchirons ensemble sur la nature des univers sonores susceptibles d’habiter ce conte : paysages naturalistes, bruits, musiques, sons angoissants, etc. » • Avec les primaires : CP, CE1 « Avec les plus petits, nous souhaitons développer un travail sur l’invention d’une histoire et la création de l’univers sonore qui l’accompagne. D’abord, à l’aide d’un canevas, nous inventerons un conte ensemble, à partir de jeux d’improvisations. Puis, nous confierons aux enfants des objets sonores (par exemple un sac en plastique, un bâton de pluie, un métal que l’on gratte, etc.). Nous constituerons alors un petit “orchestre de sons”

14]

[

L’exposition

« L’obscurité ne se dissipe pas, elle ne fait que s’obscurcir si je songe combien peu nous sommes capables de retenir, si je songe à tout ce qui sombre dans l’oubli chaque fois qu’une vie s’éteint, si je songe que le monde pour ainsi dire se vide de lui même à mesure que personne n’entend, ne consigne ni ne raconte les histoires attachées à tous ces lieux et objets innombrables qui n’ont pas, eux, la capacité de se souvenir. » (W.G Sebald, Austerlitz.)

écho des caps n° 1240 • vendredi 11 février 2011

Les lectures du mercredi

« Mesdames messieurs, bonsoir, je vous souhaite la bienvenue. L’histoire que je vais vous raconter ici ce soir est une histoire extraordinaire, une histoire plus extraordinaire que vos rêves, et pourtant une histoire vraie… » (Joël Pommerat, Pinocchio.) « Chaque mercredi, en s’associant aux membres des ateliers qui le désirent, nous organiserons dans différents lieux de l’île une lecture d’un auteur vivant francophone, dont certains auteurs Saint-Pierrais. Il ne s’agira pas forcément de pièces de théâtre. Le but étant de mettre en voix des textes qui n’ont pas toujours l’occasion de l’être. Nous souhaitons également, ici encore, collaborer avec des musiciens et des conteurs de l’Archipel. Nous organiserons une répétition de trois heures le dimanche après-midi précédant la lecture. Et d’autres surprises que nous tenterons d’inventer sur place… » De tout cela et des professionnels intervenant dans ce projet, nous aurons l’occasion de reparler dans nos prochaines éditions en vous donnant les derniers détails dès qu’il seront disponibles. Mais d’ores et déjà vous pouvez vous inscrire auprès du secrétariat du C.C.S pour les ateliers adultes et adolescents. •


vie municipale

Fête de Saint-Pierre 2011

© V.S-P/J.-C. L’E.

Les écoles aux siècles derniers

Sans doute, vous souvenez-vous du succès populaire de la première édition de la Fête de Saint-Pierre inaugurée le 29 juin dernier par la Municipalité pour donner, de manière originale, le coup d’envoi officiel des festivités de l’été ! Plusieurs centaines de personnes avaient répondu favorablement à l’invitation de la Commission des Fêtes et Loisirs et de l’association Saint-Pierre en Fête. Ce fut une belle récompense pour les organisateurs qui travaillent déjà à la seconde édition. Nous vous l’annoncions dejà la semaine dernière, le thème retenu cette année : les écoles au XIXe et au XXe siècles. Pour replonger dans l’ambiance de l’école d’autrefois, les organisateurs prévoient de reconstituer à la Salle des Fêtes une salle de classe avec tableaux noirs, pupitres, ardoises, encriers, vieilles cartes de géographie, vieux cahiers d’écoliers et autres livres de morale… Votre contribution sera à nouveau très précieuse. Les organisateurs recherchent notamment toutes photographies pouvant aider à la préparation d’une exposition et à l’élaboration d’un diaporama : photos des anciennes écoles, photos de construction des bâtiments, vieilles photos de classe… Des documents vidéo numérisés peuvent être également intéressants. Si vous possédez de tels documents dans vos collections privées, vous pouvez d’ores et déjà nous les déposer à l’Écho des Caps. Merci d’avance de votre collaboration ! • J.-L. Mahé

écho des caps n° 1240 • vendredi 11 février 2011

[15


sport

Futsal La Coupe de l’Archipel La Coupe de l’Archipel est désormais lancée pour ce qui est des éliminatoires à Saint-Pierre. Rappelons que les dix équipes ont été réparties, par tirage au sort, dans deux poules de cinq, dans lesquelles chacune des équipes rencontrera toutes les autres en forme de mini championnat, avec la victoire à 4 points, le nul 2, la défaite 1, le zéro étant réservé au forfait. À l’issue de ces rencontres, les deux premières équipes de chaque poule se rencontreront en phase finale (1er poule A contre 2e poule B et 2e poule A contre 1er poule B), les deux vainqueurs rejoignant ensuite le tout dernier carré auquel participeront deux équipes de Miquelon. Depuis la semaine dernière, quatre nouvelles rencontres ont été jouées. • Dimanche 6 février. Jack Pot / Volatiles : 2 à 3 - Mean Machine / Volatiles : 7 à 1 - Revenants / Vagabonds : 3 à 0. • Lundi 7 février. Olympique / Weezys : 6 à 4. Résultat à marquer d’une pierre blanche puisque c’est la première victoire de l’Olympique Saint-Pierrais qui, depuis le début de la saison, ne comptait que des défaites en championnat.

Paturel Assurances Vie Annonce légale * PATUREL ASSURANCES VIE Société à responsabilité limitée au capital de 1 000 Euros Siège social : 29bis, rue Boursaint • 97500 Saint Pierre RCS Saint-Pierre et Miquelon 529 526 931 Par acte sous seing privé en date à Saint-Pierre du 1er janvier 2011, Madame Nathalie PATUREL, agent d’assurances immatriculée en cette qualité au registre du commerce et des sociétés de SaintPierre et Miquelon sous le n° 445 073 695 a cédé à la société PATUREL ASSURANCES VIE le portefeuille d’assurances connue sous le nom de ALLIANZ Saint-Pierre et Miquelon VIE et comprenant les branches Vie, Santé et Banque. Les créanciers peuvent faire opposition à la cession dans le délai de trente jours à compter de la présente publication. Le mandataire, Me Bruno CLAIREAUX

SCI du Centre Annonce légale * L’assemblée générale des associés de la SCI du Centre, société civile immobilière au capital de 762 euros réunie extraordinairement le 1er février 2011 a décidé de transférer le siège social du 42, rue Abbé Pierre Gervain au 29 bis rue Boursaint à Saint-Pierre et de modifier les statuts en conséquence. Le mandataire, Me Bruno CLAIREAUX

• Poule A : 1er Revenants, 8 points (2 victoires – diff : +4). 2e Volatiles 2, 5 points (1 victoire –1 défaite – diff : 0). 3e Gringos 2, 4 points (1 victoire – diff : +5). 4e Jack Pot, 2 points (2 défaites – diff : -6). 5e Vagabonds, 1 point (1 défaite – diff : -3). er

• Poule B : 1 Mean Machine, 5 points (1 victoire - 1 défaite – diff : +5). 2e Volatiles 1, 5 points (1 victoire –1 défaite – diff : +1). 3e Olympique, 1 point (1 victoire - 1 défaite – diff : -5). 4e Acti+, 4 points (1 victoire – diff : +1). 5e Weezys, 1 point ( 1 défaite – diff : -2). • Prochains matchs : Dimanche 13 février. Gringos 2 / Volatiles 2 à 18 h - Acti+ / Volatiles 1 à 19 h. - Mardi 15 février. Jack Pot / Vagabonds à 21 h. - Volatiles 1 / Weezys à 22 h.

Championnat

Après la 10e journée Samedi dernier s’est jouée la 10e journée du championnat de Saint-Pierre de futsal 2010-2011. • Résultats. Volatiles 2 / Gringos 2 : 2 à 4 – Olympique / Acti+ : F (0) à 10 – Weezys / Mean Machine : 2 à 7 – Volatiles 1 / Jack Pot : 5 à 3 – Revenants / Vagabonds : 1 à 3. • Le classement. 1er Mean Machine, 36 points (8 victoires – 2 nuls – diff : +48). 2e Vagabonds, 31 points (6 victoires – 3 nuls – 1 défaite – diff : +23). 3e Revenants, 31 points (7 victoires – 3 défaites – diff : +19). 4e Volatiles 1, 31 points (6 victoires - 3 nuls – 1 défaite – diff : +12). 5e Acti+, 25 points (4 victoires - 3 nuls – 3 défaites – diff : +7). 6e Weezys, 25 points (5 victoires – 5 défaites – diff : -4). 7e Gringos 2, 20 points (3 victoires - 1 nul – 6 défaites – diff : -11). 8e Jack Pot, 19 points (3 victoires – 7 défaites – diff : -8). 9e Volatiles 2, 16 points (2 victoires – 8 défaites – diff : -33). 10e Olympique, 9 points (10 défaites – diff : -53). • 11e journée samedi 12 février : Jack Pot / Weezys à 14 h – Vagabonds / Volatiles 1 à 15 h – Acti+ / Revenants à 16 h – Mean Machine / Volatiles 2 à 17 h – Gringos 2 / Olympique à 18 h. • D. Gil

16]

écho des caps n° 1240 • vendredi 11 février 2011

Adhérez maintenant

au Parti socialiste Vous participerez dès l’automne prochain au choix du candidat du PS pour les élections présidentielles de 2012 Pour adhérer, il suffit de remplir ce formulaire :

Nom Prénom Adresse Boîte postale Ville Date de naissance et de l’envoyer à : Fédération PS SPM – BP 949 97500 Saint-Pierre et Miquelon


Pharmacies de garde

Agenda des marées

du lundi 7 février 9 h au lundi 14 février 9 h

Les jours croissent de 1heure 24

Pharmacie CHFD

41 47 47 du lundi 14 février 9 h au lundi 21 février 9 h Pharmacie SPM

55 28 02

Numéros d’appels d’urgence

15

urgence médicale

17

gendarmerie

18

sapeurs-pompiers

février 2011 BASSES MERS

Cinéma

voir la vie en grand présente

PLEINES MERS

Samedi 12 - St Félix 09:12

21:24

03:16

15:37

Dimanche 13 - Ste Béatrice 10:38 22:46 04:27 16:53 Lundi 14 - St Valentin 11:58 – Pleines mers : 05:38 & 18:05 Mardi 15 - St Claude - Ste Mélissa 00:03 13:00 06:42 19:06 Mercredi 16 - Ste Julienne – Ste Juliane 01:03 13:51 07:38 19:59 Jeudi 17 - St Alexis 01:56 14:36 08:28 20:47 Vendredi 18 - Ste Bernadette – Ste Nadine – P. Lune 02:44 15:18 09:15 21:33 Samedi 19 - St Gabin 03:30 15:58 10:00 22:17 Dimanche 20 - Ste Aimée – Marée : 115

04:15

16:38

10:44

23:01

sudoku

Le jeudi 17 février à 20 heures 30

Problème n° 1240 • niveau : difficile

De Rachid Bouchareb, avec Jamel Debbouze, Roschdy Zem et Sami Bouajila.

Scénario « Chassés de leur terre algérienne, trois frères et leur mère sont séparés. Messaoud s’engage en Indochine. À Paris, Abdelkader prend la tête du mouvement pour l’Indépendance de l’Algérie et Saïd fait fortune dans les bouges et les clubs de boxe de Pigalle. Leur destin, scellé autour de l’amour d’une mère, se mêlera inexorablement à celui d’une nation en lutte pour sa liberté… » La presse en parle Pour Marianne : « Hors-la-loi remporte l’adhésion par son irréfutable sincérité. » Voir la vie en grand… La relation entre la France et l’Al-

Réponse du n° 1239

Régles du jeu : Vous devez remplir toutes les cases vides en placant les chiffres 1 à 9 une seule fois par ligne une seule fois par colonne et une seule fois par zone de neuf cases. Chaque zone de 9 cases est marquée d’un trait plus foncé. Vous avez déjà quelques chiffres par zones pour vous aider.

gérie a longtemps été un tabou dans le cinéma français, ce sont les Américains qui seront les premiers a en faire un film, « Les centurions », tout de même avec Alain Delon et Claudia Cardinale. Il faudra attendre les années 70, pour voir sortir avec une grande parcimonie des films sur le sujet. Après Le succès de son long métrage « Indigènes », Rachid Bouchareb, d’origine algérienne, s’attaque à ce sujet, toujours aussi brûlant 50 ans après les évènements. « Hors-la-loi » est aussi le premier film à évoquer le massacre de Sétif de 1945. Présenté à Cannes, le film crée la polémique, preuve une nouvelle fois que certaines plaies ont du mal à cicatriser. Au-delà des polémiques, de la vérité historique, difficile à filmer, le réalisateur offre une fresque puissante, prenante et haletante. « Hors-la-loi » est un vrai thriller doté d’un casting de rêve, Debbouze, Bouajila et Zem, y font des compositions admirables. Pour plonger dans les années sombres de l’Algérie et suivre l’itinéraire de trois frères épris de liberté, pour être happé par un excellent thriller et pour… Voir la vie en grand. • Cédric Lebailly

écho des caps n° 1240 • vendredi 11 février 2011

[17


[ Ville de Saint-Pierre ]

Numéros utiles * Outre le numéro du standard

[ Les bébés de janvier 2011 ]

à utiliser durant les heures d’ouverture des bureaux, vous pouvez également joindre la Mairie de Saint-Pierre par télécopie. D’autres numéros peuvent aussi vous être utiles, notamment en cas d’urgence.

Coraline GIRARDIN

Le 5 janvier à 21 h 53. Fille de Danaé DESDOUETS et de Cédric GIRARDIN.

Thibault HAYES

Enzo PLAA

Le 8 janvier à 15 h 31. Fils de Chrystelle BECK et de Bruno HAYES.

Le 13 janvier à 9 h 43. Fils de Patricia FRANCHÉ et de Patrick PLAA.

Depuis janvier 2006, avec l’accord des parents, bien évidemment, nous accordons une place dans notre journal aux nouveau-nés du mois. Pour le mois de janvier 2011, ils sont trois : une fille et deux garçons. Le premier bébé, vous le connaissez déjà puisque – comme nous avons désormais coutume de le faire pour la sixième année consécutive – nous lui avions consacré la première page de notre numéro 1236 du 14 janvier dernier. Notre rédaction leur souhaite la bienvenue et adresse toutes ses félicitations aux heureux parents. Côté statistiques, nous retiendrons qu’il y avait eu 2 naissances (2 garçons) en janvier 2010. Rappelons que les naissances au Canada ne comptent pas dans les statistiques de l’Archipel. • D. Gil

[ SPMSI Annonce légale ] * L’associé unique de la société Saint-Pierre et Miquelon Seafoods International, société par actions simplifiée, immatriculée au registre du commerce et des sociétés sous le numéro 512 405 275 dont le siège est à Saint-Pierre, Quai du Môle a décidé le 13 janvier 2011 de nommer en qualité de Président, en remplacement de Monsieur James Kennedy, Monsieur Daniel HANSON qui occupait précédemment les fonctions de Directeur Général. Le mandataire, Me Bruno CLAIREAUX

[ LSI Annonce légale ] * L’associé unique de la société Louisbourg Seafoods Investissments, société par actions simplifiée, immatriculée au registre du commerce et des sociétés sous le numéro 512 555 624 dont le siège est à Saint-Pierre, Quai du Môle a décidé le 13 janvier 2011 de nommer en qualité de Président, en remplacement de Monsieur James Kennedy, Monsieur Daniel HANSON qui occupait précédemment les fonctions de Directeur Général. Le mandataire, Me Bruno CLAIREAUX

[ Anniversaires Convivialité ] Joyeux anniversaire à Benjamin de Bourg-en-Bresse de la part de toute sa famille de Saint-Pierre-et-Miquelon.

Mairie standard 41 10 50 Mairie télécopie 41 43 13 Pôle Voirie 55 80 65 Responsable du centre technique 55 80 64 Traitement des eaux 55 80 61

[ Fourrière ] Service Fourrière 55 19 75 Journal édité par la Ville de Saint-Pierre Site internet www.mairiestpierre.fr Fondateur Albert Pen (Février 1982) Directeur de la publication et Éditorialiste Karine Claireaux Rédacteur en chef Didier Gil 05 08 41 10 91

Journaliste Jean-Louis Mahé 05 08 41 10 92 Secrétaire de rédaction et Accueil Clarisse Hacala 05 08 41 10 90

Infographistes Sébastien Drake et Jean-Christophe L’Espagnol 05 08 41 10 95 Impression Yannis Lepape 05 08 41 10 93 05 08 41 10 94 Photographes Jean-Luc Drake (J.-L. D.)

jean-luc.drake@cheznoo.net Jean-Christophe L’Espagnol (J.-C.L’E.) jclespagnol@gmail.com

Dessins d’actualité Benoît Germe Pour nous joindre L’Écho des Caps rue, Georges Daguerre • BP 4213 • 97500 SPM • Tél. 05 08 41 10 90 •

* J’espère que tu te reconnaîtras. Joyeux anniversaire ! Ta marraine.

18]

écho des caps n° 1240 • vendredi 11 février 2011

Fax 05 08 41 49 33 courriel

echohebd@cheznoo.net

Tirage 3 000 exemplaires Commission paritaire numéro 68511


[ partenaires de la semaine ]

La grande séduction Jean-François Pouliot (Gaumont) DVD 1 h 50 Sainte-Marie la Mauderne (!) est un petit village de 125 habitants au nord du Québec dont la principale source de revenus autrefois était la pêche. Mais suite à la diminution de la ressource, les anciens pêcheurs vivent désormais des allocations de chômage. Pour qu’une usine s’installe chez eux et redonne ainsi leur fierté aux habitants, il faut qu’un médecin s’installe à résidence parmi eux. Tous vont participer à une véritable mystification pour persuader un jeune médecin que le village réunit tout ce qu’il aime : cricket, jazz. Un film drôle ! •

Les addictions à Internet : De l’ennui à la dépendance

Oasis 100 % jus de fruits 20 saveurs différentes Pour vos commandes : 41 47 97

1,68 euros le flacon de 960 ml Remise de 5 % pour achat à la caisse de 12 unités !

Tél. 41 16 20

Dr. Michel Hautefeuille ; Dr. Dan Véléa (Payot) Deux psychiatres spécialisés dans les addictions se proposent d’étudier dans cet ouvrage les dangers et limites d’Internet pour en définir un bon usage. Ce facteur de communication comporte aussi des risques de dépendances pouvant entraîner un véritable repli sur soi. Les auteurs différencient la dépendance à l’outil Internet luimême : jeux vidéo, forums, blogs... des addictions cyberassistées. Celles-ci sont des dépendances qui existent déjà et sont facilitées par Internet : sexe, pédophilie, cyberdélinquance, exhibitionnisme, achats compulsifs, addiction au travail… Ils concluent leur livre en évoquant quelques cas et les thérapies utilisées pour guérir les patients. •

Rubrique animée par Josée Gautier Bibliothèque-Médiathèque de Saint-Pierre Site : http://www.biblispm.com Tél. 05 08 41 31 99 • Fax 05 08 41 71 40 e-mail : bibliotheque-mediatheque@cheznoo.net

écho des caps n° 1240 • vendredi 11 février 2010

[19



ECHO DES CAPS 1240 DU 11 FÉVRIER 2011