Page 1

éric Lejoindre

Maire du 18e arrondissement

Lettre ouverte à Ivan Rioufol éditorialiste au Figaro Monsieur Ivan Rioufol,

Ce ne sont pas vos analyses ou vos articles qui me font vous écrire aujourd’hui, non.

C’est, tout simplement, un tweet lancé samedi. Un tweet qui parle d’un quartier du 18e dont je suis maire depuis quelques mois maintenant. D’un quartier du 18e, Barbès, que je connais bien. Que je connais bien et donc que j’aime, bien qu’il ne soit pas le plus facile ce 18e de quelques 205 000 habitants. Ce sont ces quelques signes qui me font réagir et qui m’ont donné envie de vous parler de Barbès, de Château Rouge, de la Goutte d’Or, objets de tant et tant de commentaires. De ce quartier qui fait face à tant de défis, mais qui est porteur de tant de richesses. Difficile de savoir où commencer, alors je vous invite à me suivre dans un parcours au travers de ces rues de Barbès, un parcours qui vous démontrera que l’action publique n’est pas absente de cette partie du 18e. Il vous démontrera aussi que Barbès est sans doute un exemple à bien des égards.

Je vous surprends peut-être, mais laissez-moi vous conduire.

Avant de commencer notre parcours qui débutera à la sortie du métro, une information : savezvous que dans ce quartier, je sais que le sujet vous préoccupe, l’ensemble des cultes sont présents ? L’Église Saint-Bernard, la Synagogue Doudeauville, l’Institut des Cultures d’Islam dans sa partie cultuelle, le Temple du boulevard Barbès, j’en oublie sans doute. Avez-vous jamais constaté une difficulté à les faire cohabiter sereinement ? Jamais, sauf quand certains cherchent à s’y inviter, et là peuvent naître des tensions, comme autour de l’imbécile apéro « saucisson-pinard » qui a fini d’ailleurs heureusement par ne pas se tenir devant Saint-Bernard. Barbès est un quartier difficile certes, l’espace public n’y est pas toujours suffisamment serein, acceptez cet euphémisme. Mais ces difficultés, que le maire que je suis connait bien, n’ont jamais de connotation religieuse. Mais revenons à notre promenade, je vous ai donné rendez-vous à la sortie du métro, disons en face du kiosque. Il est tenu par Samir Lebcher, qui a succédé à son père. Samir Lebcher, Barbès, il connait. Il connait tout et il connait chacun. Il vend des journaux, dont le vôtre. Il observe aussi tout ce qui se passe à ce carrefour. Avec lui, nous parlerons de tout, des vendeurs à la sauvette qui sont si présents, avec leurs cigarettes dangereuses, leurs téléphones douteux, leur agressivité trop souvent. Nous parlerons de la Zone de Sécurité Prioritaire introduite par l’actuel Gouvernement, des moyens enfin mis par l’État pour ce quartier, des relations avec le Commissaire. Vous le verrez, personne n’a « capitulé », un travail de longue haleine est engagé et, vous pouvez compter sur moi, ne va pas s’arrêter. Nous parlerons de ce qui va mieux, de ce qui ne va pas, de l’évolution de la physionomie du quartier pour reprendre le terme technique adéquat, et de la façon dont s’adaptent les délinquants, les prostituées, les dealers.

Profile for Mairie Dix-Huit Paris

Lettre ouverte à Ivan Rioufol  

Lettre ouverte d'Eric Lejoindre, maire du 18e, à Ivan Rioufol. "Non, Barbès, ça n'est pas "Gaza sur Seine" !"

Lettre ouverte à Ivan Rioufol  

Lettre ouverte d'Eric Lejoindre, maire du 18e, à Ivan Rioufol. "Non, Barbès, ça n'est pas "Gaza sur Seine" !"

Advertisement