BM n° 199 (novembre 2018)

Page 1

Lutte contre les inondations Suite à la création en 2011 de l’EPTB (Etablissement Public de Territoire de Bassin) pour la Meurthe et le Madon sur les territoires de Meurthe et Moselle et Vosges, des études ont été réalisées pour endiguer la montée des eaux lors de crues. Depuis le début de l’année 2018, la loi impose aux EPTB dirigées par les conseils départementaux des 2 départements précités à se transformer en syndicat mixte composé de représentants des communautés de communes adhérentes (au nombre de 15 actuellement), de représentants des conseils départementaux 54 et 88, et du conseil régional.

Varan au présent CITOYENNETÉ

ACHÉVEMENT DES TRAVAUX DU PONT DES ÉCLUSES

Plusieurs commissions composent ce syndicat mixte : - Affaires générales - Finances - Ressources humaines - Communication institutionnelle - Indemnisations agricoles - Etudes et travaux liés au PAPI Madon - Etudes réglementaires et opérationnelles, suivi des travaux, négociations foncières - Etudes et travaux liés au PAPI Meurthe - Justification de la pertinence des aménagements, études opérationnelles, consultation du public, négociations foncières - Gestion des milieux aquatiques - Etudes, travaux, coordination GEMA à l’échelle des bassins versants - Ouvrages existants et études et travaux d’intérêt général - Etudes générales hors travaux (étude historique, inventaires, gravières), ouvrages existants (inventaires, systèmes d’endiguement, entretien) - Concertation et à la réduction de la vulnérabilité - Réduction de la vulnérabilité, aide à la gestion de crise, sensibilisation et conscience du risque, relations avec les intercommunalités Au sein de ce syndicat mixte, René BOURGEOIS et Christopher VARIN représentent la communauté de communes des Pays du Sel et Vermois. René BOURGEOIS y est membre du bureau et 2° vice-président avec en charge la gestion des milieux aquatiques. Christopher VARIN est membre de la commission gestion des milieux aquatiques et affaires générales. Les deux élus locaux sont aussi membres de l’ AFEPTB (Association Française des Etablissements Publics Territoriaux Dans le cadre de ses fonctions, le maire René BOURGEOIS s’est rendu les 18 et 19 octobre à un colloque national sur la gestion des milieux aquatiques. Ces rencontres sont très intéressantes, elles permettent le débat entre les élus de différents départements, les responsables des associations nationales, les collaborateurs de ministères, les parlementaires … Elles font avancer les réflexions tellement les situations peuvent être complexes comme en témoignent malheureusement l’actualité. Au cours de ce colloque, un appel a été lancé envers les autorités qui attire l’attention à la mise en place d’une organisation territoriale favorisant vraiment la gestion équilibrée, durable et intégrée de l’eau par bassin versant. Varan au présent n°199 Novembre 2018 - Dépôt légal n° 458 Directeur de la publication : René Bourgeois / Responsable de la rédaction : Monique Frattini Conception : Service communication Ville de Varangéville Crédits photos : Mairie de Varangéville - Freepik Impression : Ville de Varangéville (2000 exemplaires)

Être citoyen, ça se vit au quotidien. Être citoyen, souvent ce sont des petits gestes simples. Parce qu’être citoyen, c’est accepter de vivre ensemble et dans le respect des uns et des autres. Comme cette habitante qui ramasse les déjections canines de son compagnon à quatre pattes, vous êtes des centaines à le faire, mais malheureusement pas encore assez...

Après un an de travaux, le pont des écluses est ouvert à la circulation et est désormais très sécurisé. Nous ne pouvons que se féliciter de la politique du conseil Départemental de Meurthe-et-Moselle quant à la surveillance des ouvrages d'art et sa réactivité à entreprendre les travaux nécessaires à leur bon état. Ces travaux étaient prévus depuis 2012, il aura fallu rencontrer les acteurs de terrain (dont la VNF - Voies navigables de France) et étudier la façon la plus pertinente pour refaire ce pont. Les études de faisabilité, où la mairie a été associée depuis 2013, ont donc pris du temps en amont. C'est ce travail réalisé et financé par le Département que vous pouvez découvrir et emprunté, depuis le jeudi 18 octobre.

L’occasion pour nous de parler de VOUS en couverture de bulletin et de vous remercier pour vos actes de citoyenneté (au même titre que les personnes respectant le tri sélectif, les bennes à déchets verts, etc…)

NOUVELLE ASSOCIATION Depuis le 3 octobre, une nouvelle association est née l’ Association des Communes Salifères du Sud Nancéien « AC2SN » et compte 2 représentants de Varangéville : Guy ZAFFAGNI et Étienne REMY, adjoins au maire. But : Les communes du bassin salifère sud nancéien ayant sur leur territoire une activité salifère où l’ayant eu, qui le souhaitent, peuvent se regrouper au sein de l’association. En premier lieu, il est important de rappeler que l’association et toutes les communes adhérentes sont pour le maintien et le développement de l’activité salifère tout en recherchant des solutions dans le sens où tout le monde s’y retrouvent, industriels, communes et population. Objet : Répondre à la demande de collectivités ou d’habitants ou d’associations en éprouvant le besoin, dans le domaine de l’activité salifère, afin de contribuer à aider à la réflexion sur les projets d’un exploitant (et avec lui) et si besoin, réagir envers l’Etat, organismes, structures, industriels, afin que les projets n’induisent pas de conséquences pouvant entraver le développement d’une commune, qu’il soit garant de la sécurité et de l’environnement. Concernant les exploitations passées ou en cours, le but est de faire reconnaître si cela est le cas, la responsabilité de l’exploitant ou de l’Etat. Le siège social est fixé à la mairie d’Haraucourt 5 rue des écoles. Composition du bureau : Président : FAGOT-REVURAT Yannick, maire d’Haraucourt - Vice-Président : ZAFFAGNI Guy, adjoint au maire de Varangéville - Secrétaire : THIRY Philippe, maire de Lenoncourt Secrétaire adjoint : BABIAU Patricia, adjoint au maire de Lenoncourt - Trésorier : M. LEONARD Philippe, conseiller municipal d’Einville

COMMÉMORATION 11 NOVEMBRE : infos à l’intérieur ! BULLETIN MUNICIPAL DE LA VILLE DE VARANGÉVILLE - n°199 - Novembre 2018


Finances locales : de nouvelles contraintes

L’actualité met en exergue le mécontentement des collectivités locales face aux baisses des dotations d’Etat et notamment la Dotation Globale de Fonctionnement (DGF).

Varangéville n’échappe malheureusement pas à ces baisses qui à ce niveau constituent une véritable saignée de ses recettes de fonctionnement. En effet, depuis 2016, la Ville a perdu 195 200€ de dotations soit 5% de ses recettes de fonctionnement. Il conviendrait d’augmenter la taxe d’habitation de 17.5% pour compenser cette perte ! Bien entendu, les élus ont choisi de ne pas répercuter la baisse de la DGF par une augmentation de la fiscalité locale (Taxe d’habitation, taxes foncières ou cotisation foncière des entreprises). Combien de temps cette situation sera-t-elle encore tenable ? A ce rythme, l’Etat nous contraint à soit réduire nos investissements ou services rendus à la population (garderie périscolaire, restauration scolaire, ludothèque, fleurissement…) soit augmenter la fiscalité afin de maintenir le niveau des services. Il convient d’ajouter que la Commune est à chaque fois mise devant le fait accompli puisqu’elle n’est jamais avertie d’une baisse au moment de l’élaboration de ses budgets… Une missive a donc été envoyée à l’attention de M. le Préfet dès réception de la notification de la DGF afin de dénoncer son montant et son évolution ainsi que le manque total d’information sur les modalités de calcul. Suite à ce courrier, M. le Maire et Mme l’adjointe aux finances ont été conviés à une réunion en préfecture le 15 octobre afin d’obtenir des explications.

Pourquoi l’Etat verse une dotation globale de fonctionnement à la Commune ? Parmi les multiples missions exercées par la Ville, certaines relèvent du champ de compétence de l’Etat (tenue des registres d’état civil, mariage, décès, délivrance des cartes d’identité, passeports, cimetière, bâtiment des écoles, sécurité, salubrité et hygiène publique…). Par conséquent, l’Etat vient compenser financièrement le coût de ses compétences exercées en réalité par les Communes.

Comment est calculée la Dotation globale de fonctionnement ? De l’aveu des services de l’Etat, seuls quelques hauts fonctionnaires du ministère des finances connaissent parfaitement le détail de calcul de la DGF ! La DGF est composée d’une somme de plusieurs dotations calculées en fonction de plusieurs critères. Elle comprend donc la dotation forfaitaire, la dotation de solidarité urbaine (Varangéville n’est pas concernée par cette dotation), la dotation de solidarité rurale et la dotation nationale de péréquation. Ces dotations prennent en compte la situation géographique de la commune (proche d’une grande agglomération, « bourg centre »), le nombre d’habitants, la longueur de la voirie communale, le nombre d’enfants de 3 à 16 ans, le montant de l’effort fiscal des varangévillois. Si un ou plusieurs de ces paramètres baissent, la dotation baisse également.

Pourquoi la Dotation globale de fonctionnement de Varangéville baisse-t-elle autant ? La baisse de la dotation forfaitaire est liée principalement au montant de la contribution au redressement des finances publiques qui a évolué depuis 2014 et a pris fin en 2018. Suite au redécoupage cantonal (canton de Lunéville alors qu’auparavant Varangéville était dans le canton de Tomblaine), la fraction « bourg centre » a été supprimée de la dotation de solidarité rurale (- 120 000€ en deux ans). Les élus n’ont jamais été à l’initiative de ce redécoupage et n’ont jamais été avertis des conséquences financières de ce dernier. Enfin, une péréquation, c'est-à-dire une redistribution opérée entre communes riches et communes pauvres, vient également ponctionner la dotation de Varangéville. Notre commune est considérée comme « riche » et doit donc aider les communes dites « plus pauvres ». Paradoxalement, le Conseil départemental a classé Varangéville comme commune « fragile » mais pas les services fiscaux… Où est la cohérence ? La réunion en Préfecture a permis aux communes présentes de rappeler leurs problématiques souvent semblables. La DGF étant calculée de manière purement mathématique, il a été convenu de réfléchir à des éléments qui pourraient pondérer le calcul en prenant en compte des spécificités locales reconnues. Varangéville ne peut voir sa DGF que baisser puisque l’Etat contraint très fortement la Ville dans son développement (prescriptions d’urbanisme très restrictives, pas de constructions neuves, donc moins d’habitants, moins d’écoliers…). Par contre, les charges ne baissent pas voire augmentent en raison des différentes normes obligatoires ! Le désengagement de l’Etat, quasiment dans tous les domaines, obligent bien souvent les Villes à assumer des services supplémentaires. Au vu de cette situation, M. le maire demande à M. le Préfet, une audience exceptionnelle.

2

Actualités

3 QUESTIONS à…. l’ AÏKIDO VSC Avec Rémi HANUS, professeur d’Aïkido 1er dan

Aïkido Varangéville 2.0 ouvre sa première saison, en rupture par rapport à l’association antérieure qui s’était écartée des arts martiaux traditionnels. Retour aux sources, l’aïkido est désormais au centre de notre pratique. L’enseignement est dispensé au sein de la Fédération Française d’Aïkido, Aïkibudo et disciplines affinitaires. Deux professeurs encadrent nos groupes : enfants et adultes. Leur visite régulière des dojos de la Grande Région apporte à Varangéville les connexions aux groupes de pratiquants actifs de la Métropole. Notre dojo n’est pas isolé puisque le dernier stage enfants a accueilli 70 jeunes aïkidokas de toute la région Grand Est et le dernier stage de ligue, 120 personnes ont travaillé ensemble ! Aujourd’hui, votre association propose-t-elle de nouvelles activités ? L’innovation n’est pas un sujet. Il est paradoxal de considérer l’aïkido sous un angle nouveau, et pourtant vous pourriez y découvrir ce que vous cherchez si : - Vous souhaiter apprendre à tomber sans vous blesser. C’est le premier apprentissage de l’aïkidoka : se protéger ; - Vous avez besoin d’entretenir votre corps. Le travail aux armes assure la tonicité musculaire du buste et des bras. Les cuisses sont très sollicitées ; - Vous cherchez une motivation d’équipe pour une pratique individuelle. Nous travaillons en binômes et en groupes, qui simulent des situations de combat. La « famille » aïkido est très bienveillante ; - Vous chercher à prendre confiance dans les rapports aux autres. La répétition des situations de combat mets en place des automatismes ; - Vous voulez apprendre les fondamentaux des pratiques combatives. Les techniques de combat et de défense vous intéressent mais pour vous, la compétition n’est pas une fin en soi : il n’y a ni vainqueur ni perdant. Quels sont les futurs projets de votre club ? Reboot. Encore plus qu’à chaque début de saison, on reprend depuis le début les bases : chuter, attaquer, bouger. L’équipe qui suivra les cours cette année servira de sparing partner à la section de l’année prochaine. Aikido Varangéville Sports de Combat intègre (en plus des programmes Prochains rendez-vous à 14h : les lundi 12 novembre 2018, de ligue gratuits) les intercours du Grand Nancy. Les départs groupés 10 décembre 2018, 14 janvier 2019, 11 février 2019. vont s’organiser avec le calendrier des stages 2019. La pratique à main nue est facilitée par l’expérience des armes en bois : les coupes sont les mêmes qu’au sabre, l’allonge du bâton apprends à se positionner à bonne distance, etc... C’est pourquoi le club va s’équiper d’armes pour Marché du maïs pouvoir manipuler entre deux mouvements à main nue. Des experts Comme tous les ans à la même époque, une délégation d’élus s’est extérieurs viendront cette année présenter leur coup de patte. rendue à Bruchköbel pour participer au marché du maïs en proposant à la vente des produits lorrains. Cette manifestation est l’occasion de rencontrer les habitants et de faire connaître Varangéville au travers du jumelage. Un marché qui fut très fréquenté dimanche, sous le soleil et avec des températures idéales. Et un accueil toujours plus sympathique du maire, des élus et habitants. Le principe du jumelage, c’est l’échange, connaître l’autre, ses traditions, ses modes de vie. Les échanges de jeunes de cet été ont été un succès, très appréciés des jeunes qui ont participé au chantier de rénovation du patrimoine. Tous souhaitent le relancer en 2019 ! En attendant, vous aurez la possibilité de rencontrer et de faire la connaissance de la délégation de Bruchköbel qui viendra à Varangéville pour participer au marché de Noël le 25 novembre au Prieuré.

3