Issuu on Google+

2009 r e i v n a 7-18 J Les 16-1 ye ria à la Fleu 009 Février 2 JanvierIPAL L MUNIC JOURNA RIEL N° 76 BIMEST

P E D I R 0 1 s e L èmes

, s e d i l a v s ou é p un a r c i u d o n p s Ha u , to s u o t r u o un p


4 PORTRAITS

La Nuit du Nil, conte musical Paris-Pékin à vélo : une belle aventure

6 ACTUVILLE 12 DOSSIER

RIDEP 2009 : un monde de dessins de presse

L’AGENDA (encart central)

19 INFOS TRAVAUX 20 DÉVELOPPEMENT DURABLE 22 CULTURE 24 SPORTS 26 ENFANCE-JEUNESSE 28 HANDICAPS 29 CLIN D’ŒIL 30 PAROLE AUX ÉLUS 31 INFO SERVICES DIRECTEUR DE LA PUBLICATION : Claude Guillet RÉDACTEUR EN CHEF : Pierre de Rivoire RÉDACTION ET PHOTOS : Service Communication Florence Le Nevé-Brunatti et Patricia Le Sage CONCEPTION MAQUETTE : Maîtres Mots MAQUETTE ET RÉALISATION : Optima Compo Tirage : 7 500 exemplaires Impression : Val Production Graphique sur papier blanchi sans chlore avec encres végétales


2009, année capitale pour préparer l’avenir et agir dès à présent Les derniers feux de l’année 2008 s’éteignent et les premiers de l’année 2009 laissent apercevoir leurs éclats. Permettez-moi, pour commencer ces quelques lignes, de vous présenter, en mon nom et au nom du Conseil Municipal, nos meilleurs vœux pour l’année 2009. Le passage à une nouvelle année est toujours un moment qui mêle espoir et bonnes résolutions. Que 2009 comble donc vos espérances et voit aboutir vos projets. Qu’elle vous garde en bonne santé et que ni le travail, ni la famille, ni l’amitié ne vous manquent. Cette période est aussi propice pour dresser un bilan de l’année écoulée. Et 2008 a été une année intense pour notre ville. Nous avons eu de nombreuses occasions de nous rencontrer et de faire vivre les liens qui nous unissent. Le succès rencontré par le mois de concertation sur le Projet Urbain 2015 en est d’ailleurs une parfaite illustration et montre bien que chacun se sent concerné par l’avenir de notre ville. Et c’est pour cette raison que je suis persuadé que 2009 sera capitale pour l’avenir de Carquefou. Car cette nouvelle année sera un temps que nous mettrons à profit pour lancer les études de programmation des futurs équipements de notre ville, que cela soit sur le secteur Jules Verne, l’îlot Louis Armand, le site des Renaudières ou bien encore sur Port Jean, le Verger ou la Fleuriaye 2. Prendre du temps pour la réflexion, c’est en gagner lors de la réalisation des travaux. En parallèle, l’année 2009 sera marquée par des actions centrées sur les attentes immédiates des Carquefoliennes et des Carquefoliens. Dans un monde en profonde mutation et dans un cadre budgétaire contraint, nous avons l’impérieuse nécessité de cibler nos actions prioritaires en direction notamment des populations les plus fragiles. C’est pourquoi nous avons décidé de placer l’action sociale, l’enfance, la jeunesse et le développement durable comme priorités de nos actions en 2009. C’est le sens du budget que nous venons d’adopter. C’est aussi le sens d’un comportement qui se doit d’être différent. En effet, l’évolution de notre environnement doit aussi tous nous interpeller. Il devient impératif que chacun, élu, personnel municipal, acteur associatif, citoyen, prenne conscience de ce changement et en tire les conséquences sur sa propre manière de fonctionner. N’ayons pas peur d’être innovants et créatifs, de remettre en cause les schémas établis, nos modes de réflexion et d’action, pour inventer des manières d’agir, nouvelles et pérennes. Nous nous devons de penser pour demain et non plus comme hier. Faisons donc de 2009 une année qui prépare l’avenir tout en agissant dès à présent et qu’ensemble, attentifs aux autres, nous vivions toujours mieux dans notre ville et qu’ensemble, acteurs de son développement, nous l’aidions à grandir et à rayonner ! Très belle année 2009 ! Claude Guillet Maire de Carquefou 3 Carquefou Mag N°76


PORTRAITS

Il était une fois dans l’Égypte ancienne, la Nuit du Nil Hélène Delporte est artiste peintre. Passionnée par l’Égypte ancienne et fascinée par son mystère, elle rêvait de pouvoir un jour écrire sur ce thème. C’est aujourd’hui chose faite, avec la Nuit du Nil. La Nuit du Nil : une création collective.

Du pas de deux… L’histoire d’un Pharaon qui, mal servi par un grand prêtre assoiffé de pouvoir, va devoir affronter les Dieux pour empêcher la nuit de s’abattre sur le Nil. Une fiction moderne pour un retour à - 1500 ans avant J.C. où retrouver les illustres de la légende et de l’histoire. “En étudiant l’histoire de l’art, j’ai tout de suite été séduite par la civilisation égyptienne, son art et ses mythes. J’ai beaucoup peint, beaucoup dessiné. J’ai aussi étudié les hiéroglyphes avec François Resche, Président honoraire de l’Université de Nantes, puis avec Patrice Le Guilloux, Directeur de l’Association d’Égyptologie ISIS. J’ai eu envie de faire partager ma passion, d’écrire, avec la volonté de donner au récit une vraie rigueur scientifique.” Ce sera un conte. Il sera musical. Mettra en scène des marionnettes et des masques. Une création à deux mains, pour page blanche et partition que noircira naturellement Siegfried Huber … son compagnon. Professeur de formation musicale à l’école municipale de musique de Carquefou, fort d’une double formation Écriture et orchestration classique, et arrangements jazz, il est aussi compositeur. “J’avais déjà composé la musique d’une quinzaine de spectacles pour le théâtre, le cinéma, la marionnette, à Nantes, Lille et Paris. A la Fleuriaye, j’ai aussi créé Villa Ephrussi pour 4 instruments, et 3 miniatures interprétées en juin par les élèves de l’école de musique. J’ai donc tout de suite adhéré au projet.” L’aventure est lancée, qui s’écrit au piano et à la maison, de jour comme de nuit “Sans barrière, à l’instinct, suivant l’inspiration et l’envie.” Ne leur restait qu’à constituer l’équipe chargée de donner vie au conte, de le nourrir, d’en faire une œuvre collective.

…A l’œuvre collective C’est là qu’Isabelle Marchal, Philippe Rayer et Marc Guillard entrent en scène. Ma première est professeur de flûte traversière, a déjà travaillé pour le théâtre, accompagné des spectacles, participé à quelques mises en scène. Mon second professeur de guitare et luthiste est membre du

Quatuor de Versailles et a déjà accompagné comédiens ou conteurs sur des textes de la Renaissance à nos jours. A l’instar de Siegfried Huber, tous deux enseignent à l’école de musique. Mon dernier, professeur agrégé de musique au lycée Clémenceau est également chanteur lyrique. Hier intermittent au théâtre du Tambour Royal à Paris, il fut aussi chef de chœur, et il a dirigé pendant deux ans la maîtrise d’enfants de l’opéra de Nantes. Et s’ils ont en commun d’être eux aussi des professionnels de leur art et passionnés par l’Égypte ancienne c’est d’abord en amis qu’ils ont embrassé l’aventure. “J’avais déjà joué des créations de Siegfried, j’étais très heureuse qu’il fasse de nouveau appel à moi” explique Isabelle. “J’adore la civilisation égyptienne. Jouer avec Isabelle est un plaisir. Et j’ai toujours admiré Siegfried pour son talent, ses connaissances et son intégrité. Alors…” poursuit Philippe. “Hélène et Siegfried sont des amis de longue date, c’était déjà un argument. Et en plus, ils m’offrent l’occasion de rechanter en soliste. Un vrai plaisir !” renchérit Marc, ravi de devoir s’inventer aussi conteur et manipulateur. “Tout un art car marionnettes et masques serviront à incarner les personnages et évolueront entre les différents tableaux et éléments scéniques” poursuit Hélène qui signe aussi les décors, les marionnettes et les masques. “C’est pluridisciplinaire, passionnant, et beaucoup reste à faire.” Leur objectif : Que la Nuit du Nil soit à l’affiche dès l’automne 2009. “Il y a plusieurs niveaux de lecture au spectacle, ce qui le rend accessible à tous, de 7 à 77 ans. Nous pourrons donc le présenter aux écoles, aux musées, aux Journées du Patrimoine, voire même à la maison, dans l’esprit Chant’Appart… c’est ouvert !” Sans oublier évidemment l’école de musique et le lycée Clémenceau.

La Nuit du Nil Conte musical - 50 minutes environ Récit, décor, marionnettes et masques : Hélène Delporte Récit et musique : Siegfried Huber Flûte traversière et percussions : Isabelle Marchal Guitare et percussions : Philippe Rayer Chant, conte, manipulation : Marc Guillard Contact : 02 51 86 14 35. Mail : Siegfried.Huber@orange.fr.

4 Carquefou Mag N°76


U

n événement orchestré par la fédération française de cyclotourisme visant à promouvoir les valeurs intrinsèques du cyclotourisme, de l’olympisme et de l’éducation par le sport qui devait réunir une centaine de mordus de la petite reine. Partis de Paris en mars, c’est en août, à la veille des jeux olympiques, que Patrick Rossignol et Gérard Picard ont donc rejoint la Chine, après avoir pédalé 12 600 kilomètres et traversé 12 pays. Un défi sportif, une aventure humaine, que tous deux ont aussi vécu comme une phase de transition. “J’avais envie de faire la pause, de m’évader un peu, de faire du tourisme autrement” explique Patrick Rossignol. “Il s’agissait pour ma part de faire la transition entre la vie professionnelle et la retraite” résume Gérard Picard. “C’était au même moment. J’avais donc plus de temps pour me préparer… j’ai saisi l’occasion.” Et si le premier était déjà rompu à l’exercice, roulant pas moins de 16 000 kilomètres par an, le second, malgré un solide entraînement, confie en revanche avoir dû mettre les bouchées doubles. “Avec le groupe de l’ALAC, je parcourais déjà environ quatre-vingt kilomètres deux fois par semaine. A la veille du périple, il a fallu que j’accélère le rythme. J’ai dû faire au final 10 000 kilomètres sur l’année.”

“Ce fut une vraie belle aventure… Une grande émotion” Un entraînement spécial pour être au top sur la ligne de départ, fin prêt pour l’aventure. Une expérience forte que tous deux aujourd’hui résument d’un seul mot : Extraordinaire. “Il y a eu des moments difficiles : routes pas toujours praticables, météo peu clémente, durées d’attente aux frontières interminables, sans oublier les blessures ou les bivouacs parfois spartiates qui ajoutaient à la promiscuité imposée par la vie en communauté” sourit Patrick Rossignol. “Mais au-delà de ces difficultés, la beauté des paysages et l’accueil qui nous a été réservé, tant au niveau des officiels qu’à celui des populations, donne à ce périple toute son intensité. Ce fut une vraie belle aventure. Un voyage dont on revient différent. Une grande émotion.” Une émotion commune et des coups de cœur en écho. “Si l’arrivée en Chine a été un moment très intense qui me remue encore aujourd’hui, j’avoue avoir eu aussi le coup de cœur pour le Kirghizistan, ses paysages, ses couleurs, ses hom-

Patrick Rossignol et Gérard Picard sur la muraille de Chine. Le premier a depuis repris ses fonctions d’adjoint à la vie sportive, le second a rejoint Pénestin où, avec son épouse, il goûte aujourd’hui pleinement aux plaisirs de la retraite.

mes et femmes qui, tout au long du chemin, nous ont accompagnés, accueillis, encouragés. Ça a été formidable. Un grand bonheur” se souvient Patrick Rossignol. “Tout le parcours a été ponctué de belles choses et de grands moments, c’est une belle réussite pour la fédération française de cyclotourisme, et, s’il m’est difficile d’attribuer une hiérarchie, pour moi, l’apothéose aura été la muraille de Chine” poursuit Gérard Picard avant d’ajouter “J’ai adoré aussi l’arrivée à Xian (en Chine)… Car c’est là que j’ai retrouvé mon épouse après quatre mois d’absence.” L’aventure est aujourd’hui terminée, mais d’autres projets se dessinent : des voyages encore pour Patrick Rossignol qui entend bien aussi être au départ du Paris-Brest-Paris 2011 (il en a déjà couru trois) ; idem pour Gérard Picard qui se laisserait bien tenter par le voyage vers Compostelle. “A pied ou à vélo, je ne sais pas encore, mais aujourd’hui… j’ai du temps !” Retrouvez toute l’aventure du Paris-Pékin à vélo sur : www.parispekinavelo.com.

Paris-Pékin à vélo : au-delà du défi sportif, une aventure humaine Carquefoliens, passionnés de vélo et adhérents de la section cyclotourisme de l’ALAC, ils ont en commun d’avoir relevé le défi du Paris-Pékin à vélo. 5 Carquefou Mag N°76


ACTUVILLE

Dessinons notre ville ensemble ! Faire de Carquefou une ville durable. Cette volonté municipale s’est traduite par la définition d’un projet urbain, véritable fil conducteur de la politique de développement de la collectivité. La Maison du Projet Urbain vient de fermer ses portes et vous avez été nombreux à venir vous informer et donner votre avis sur les enjeux qui vont engager l’avenir de notre ville dans les années à venir. Retour sur le projet urbain et ce mois de concertation.

Inauguration de la Maison du Projet Urbain : le mois de la concertation est lancé !

Qu’est-ce qu’un Projet Urbain ?

“nouveaux quartiers”, au sens large. Car un quartier, c’est avant tout des habitants, avec toutes les diversités de cultu-

Le Projet Urbain c’est un outil de coordination de l’urbanisation. Plus qu’un plan local d’urbanisme, il doit être à même de relier, recoudre, juxtaposer, mixer les opérations de construction. La ville de Carquefou en fait un outil au service de l’urbanité, donc de la durabilité. Car l’idée première est bien de créer de

res, de modes de vies, de niveau de vie… Ils doivent s’approprier l’espace qu’on leur conçoit, pour s’y sentir bien, vivre ensemble en harmonie et y trouver les infrastructures de base accessibles à tous (habitat, transports, commerces, emploi, loisirs).

6 Carquefou Mag N°76


Les objectifs du Projet Urbain Ce Projet Urbain a été établi en s’appuyant sur des études réalisées depuis 2005 par des cabinets spécialisés et les services municipaux. Plusieurs principes ont donc été définis : • Faire en sorte que la ville reste attractive au sein de l’agglomération nantaise (dynamisme économique, enseignement supérieur, cadre de vie, tourisme de proximité) ; • Valoriser et dynamiser certains quartiers et créer de nouveaux lieux de vie s’inscrivant dans une démarche de développement durable ; • Faire cohabiter les différentes formes et fonctions urbaines (habitat, économie, loisirs, culture, équipements) ; • Développer les circulations douces et favoriser les déplacements dans la ville ; • Organiser l’urbanisation le long des axes stratégiques ayant vocation à recevoir les futurs transports collectifs en site propre. Plus que jamais, la mixité sociale et fonctionnelle semble l’élément clé d’un urbanisme dit “durable”. Pour assurer la mixité, les aménagements doivent pouvoir offrir aux habitants des logements diversifiés pour tous les types de population, des espaces collectifs de qualité, des équipements publics, des bureaux et des commerces.

Un mois de concertation proposé aux Carquefoliens Un Projet Urbain ne peut être réussi que si les habitants se l’approprient, peuvent exprimer leurs idées et faire évoluer les propositions. Un mois de concertation vient de s’achever et comme le rappelle Claude Guillet : “Ce temps d’échanges et de rencontres a fait connaître aux Carquefoliens les enjeux auxquels nous allons être confrontés et surtout leur a permis d’en devenir des acteurs à part entière. Car le projet urbain a pour ambition de projeter Carquefou vers le futur, de manière sereine tout en conservant ce qui fait son âme, à savoir une ville qui nous ressemble, c’est-à-dire une ville solidaire, ambitieuse et généreuse, une ville de bienêtre.”

Les secteurs du Projet Urbain 2015 soumis à concertation Pour rappel, sont concernés les secteurs de la Bréchetière, du Verger, de la Fleuriaye II (site des Renaudières), du Moulin-Boisseau et du centre-ville (îlots J u l e s Ve r n e , L o u i s A r m a n d e t Jumelière).

7 Carquefou Mag N°76

Et maintenant quelle est la suite ? Un bilan de ce mois de la concertation va maintenant être dressé par les services de la ville. Les élus vont désormais retravailler le projet urbain en tenant compte des remarques et des propositions des Carquefoliens. Ce nouveau projet sera soumis au Conseil Municipal en début d’année 2009. Puis les opérations seront lancées au fur et à mesure, en fonction de leur viabilité, de la conjoncture et de la capacité des partenaires privés à accompagner la Ville. Car la réussite du projet urbain passe par un partenariat équilibré entre l’investissement public et l’investissement privé. Comme le précise Claude Guillet, “l’important, c’est de prendre le temps pour bien faire les choses. L’année 2015 ne marquera pas la fin du projet mais sera l’occasion de faire un point d’étape.” La mise en place progressive du projet urbain permettra à Carquefou de demeurer une ville qui se distingue par sa qualité environnementale, son charme et sa diversité d’activités culturelles et économiques, bref, une ville où il fait bon vivre !


ACTUVILLE 8% de la population de Carquefou seront recensés entre le 15 janvier et le 21 février 2009.

Le recensement, chacun de nous y trouve son compte epuis janvier 2004, le comptage traditionnel organisé tous les huit ou neuf ans est remplacé par des enquêtes de recensement annuelles. Ce nouveau recensement repose sur un partenariat plus étroit entre les communes et l’INSEE. Ainsi, les informations produites sont plus fiables, plus récentes et permettent ensuite aux élus de mieux adapter les infrastructures et les équipements à vos besoins (nombre de crèches, d’hôpitaux, de logements, d’établissements scolaires, transports publics, etc.). Dans les communes de 10 000 habitants ou plus, comme Carquefou, la collecte se déroule chaque année auprès d’un échantillon de 8% de leur population dispersé sur l’ensemble du territoire. En cinq ans, tout le territoire de ces communes est pris en compte et les résultats du recensement sont calculés à partir de l’échantillon de 40% de leur population ainsi constitué.

Votre réponse est importante et absolument confidentielle. Pour que les résultats du recensement soient de qualité, il est indispensable que chaque personne enquêtée remplisse les questionnaires. Participer au recensement est un acte civique. Aux termes de la loi du 7 juin 1951 modifiée, c’est également une obligation. Pour savoir si vous êtes recensé(e) cette année, ou pour obtenir des renseignements complémentaires, contactez votre mairie au 02 28 22 22 24.

En bref…

Les résultats des enquêtes de recensement sont disponibles sur le site www.insee.fr. Les chiffres du dernier recensement viennent de paraître, nous sommes à ce jour :

18 242 Carquefoliens.

Si votre logement appartient à l’échantillon recensé cette année, vous allez prochai“Les informations nement recevoir les questionnaires du recensement. produites sont Tout le monde n’étant pas plus fiables, interrogé la même année, il se peut que vous soyez Yves de Franciosi, pré plus récentes…” recensé cette année et sident du Comité 44 ie qu’un membre de votre voipour la Rouman sinage ne le soit pas. vu st s’e , depuis 20 ans Ainsi, à partir du jeudi 15 janvier 2009, les agents décerner la médaille er recenseurs, identifiables grâce à une carte officielle tricoroyale Michel 1 au lore sur laquelle figurent leur photographie et la signature palais Elisabeth de du maire, déposeront au domicile des personnes recenRoumanie, par le roi sées les documents suivants : une feuille de logement, clui-même. Une distin un bulletin individuel pour chaque personne vivant habitio n ex ce pti on ne lle tuellement dans le logement recensé, ainsi qu’une notice r puisque reçue pa d’information sur le recensement et sur les questions que le s dan 150 personnes vous pouvez vous poser. L’agent recenseur peut vous à monde (elle équivaut aider à remplir les questionnaires. Il les récupérera lorsque France). la Légion d’honneur en ceux-ci seront remplis. Vous pouvez également les retourner directement à votre mairie ou à la direction régionale de l’INSEE. Les questionnaires doivent être remis à l’agent recenseur ou retournés à la mairie ou à l’INSEE au plus tard le 21 février 2009.

En bref…

Photo Presse Océan

D

agée par Yves de de saluer l’action eng L’occasion pour le roi saires roumains orphelins et des dispen Franciosi en faveur des la Loire-Atlantique 44 : 25 communes de par le biais du Comité mobilisent à cette ur une même cause et po ble em ens nt vre œu nes. fin près de 400 person

8 Carquefou Mag N°76


Travaux rue de Chateaubriand : attention déviation A partir de la mi-janvier 2009, à la demande de la mairie, Nantes Métropole, qui a compétence en matière de voirie, lance d’importants travaux d’aménagement sur la seconde partie, de la rue des Gauteries jusqu’au lieu-dit le Clousy.

L

es travaux d’aménagement ont plusieurs objectifs : • intégration des modes de déplacements doux (piétons et cyclistes), • réduction de la vitesse,

• sécurisation des cheminements et des traversées piétons, • organisation du stationnement, • amélioration du caractère paysager de la voie, • mise aux normes de la voirie et de ses équipements, • enfouissement d e s réseaux. La circulation se fera en sens unique pour tous les usagers du centreville vers le Clouet et une déviation sera mise en place pour les véhicules souhaitant entrer dans Carquefou à partir de l’échangeur du Clouet selon le plan de déviat i o n c i contre. Une continuité piétonne sera assurée, ainsi qu’un accès aux riverains et aux commerces pendant la durée des travaux. La durée des travaux est estimée à environ dix mois.

9 Carquefou Mag N°76


ACTUVILLE

Des cartes postales virtuelles aux couleurs de votre commune Depuis le début du mois, le site internet de la Ville, www.carquefou.fr, met à votre disposition un nouvel outil de communication électronique en vous permettant d’envoyer des cartes postales virtuelles.

Qu’est-ce qu’une carte postale virtuelle ? La carte postale virtuelle ou e-card, est à la carte postale ce que l’e-mail est au courrier postal. Son envoi se fait depuis un site internet : l’expéditeur choisit son image parmi celles proposées et compose son texte. Il lui suffit ensuite d’indiquer l’adresse électronique de la personne à qui cette carte est adressée ; cette dernière recevra alors un e-mail contenant un lien lui permettant d’afficher la carte postale virtuelle. C’est un moyen simple et ludique de rester en contact avec ses proches, d’autant qu’il est possible d’envoyer une même carte à plusieurs destinataires à la fois.

Quel type de cartes envoyer ? On peut classer les cartes virtuelles en deux grandes catégories : les cartes de vœux, qui permettent de célébrer un évènement spécial comme la nouvelle année, ou bien les cartes postales, ayant surtout une valeur d’illustration, pour partager une vue de la commune, tout simplement… Vous pouvez trouver sur www.carquefou.fr des cartes statiques, présentant par exemple des photos de notre commune et également des cartes animées. De nouveaux modèles d’e-cards viendront s’ajouter à ceux déjà disponibles au cours des mois à venir.

10 Carquefou Mag N°76

Un exemple d’e-card que vous pourrez envoyer à vos amis.


Un plan de la ville ludique

interactif

L

a commune de Carquefou, ce sont 4342 hectares, quelques 140 lieux-dits et plus de 460 rues et chemins aux noms poétiques tels que la “Rue des Chevrettes”, “l’Avenue des Châtaigniers” ou encore le “Chemin de la Bruyère”… Comment faire alors pour trouver le lieu de son choix ? Rien de plus facile, rendez-vous sur www.carquefou.fr et laissez-vous guider…

Une cartographie interactive et ergonomique La carte, située dans la rubrique “Plan de la ville”, couvre l’intégralité de la commune. Son format dynamique offre la possibilité de zoomer et dézoomer pour une navigation facilitée et afin de mieux se repérer et d’afficher lisiblement les icônes correspondant aux divers équipements.

Recherche libre ou thématique ? Grâce au moteur de recherche intégré à la carte, il est possible de localiser précisément et rapidement les rues,

et

lieux-dits ou encore les équipements de toutes sortes : écoles, établissements culturels ou sportifs… La recherche peut se faire par mots-clefs ou bien en explorant l’une des thématiques prédéfinies. Chaque résultat de recherche entraîne la localisation de l’équipement ou du lieu sur le fond de carte et s’accompagne de l’ouverture d’une fiche détaillée contenant des informations complémentaires : numéro de téléphone, heures d’ouverture, photo… Cet outil évolutif sera enrichi au rythme de l’actualité, par exemple lors de l’ouverture de nouveaux équipements.

e…” “Je ne trouve pas ma ru

herche. avec le moteur de rec ir de meilleurs résultats ten ob ur po ls sei con Voici quelques avec une e ande, ou bien essayez • Vérifiez l’orthograph orthographié votre dem lieu de ent au tem ie” rec ter cor z ché ave “dé s le Vérifiez que vou ssible (par exemp po est a cel and qu ve orthographe alternati “déchetterie”). es donne aucun • Utilisez des synonym es si votre terme ne mployer des synonym d’e ratoire” n’en z “gi aye e ess qu rs re, alo niè , De la même ma à plusieurs résultats e voi ren ” int -po nd “ro résultat. Ainsi, le terme donne aucun. teur z de n’entrer dans le mo • Restez succinct est préférable. Essaye le, cis mp pré exe me ter Par l . seu ’un ats de recherche Le fait de n’utiliser qu obtenir plus de résult ur po pal nci pri . rre lef que votre mot-c d-point et à un cubove voie à l’avenue, au ron “Housseau” vous ren

Lancement de deux nouveaux prêts à poster L

e bureau de Poste de Carquefou vient de mettre en vente deux nouveaux Prêts à Poster : il s’agit d’enveloppes pré-timbrées proposées avec deux visuels au choix : un cadre bucolique “Carquefou, un charme fou” et la nouvelle école municipale de musique des Renaudières, nouveau lieu culturel emblématique de la commune. La lettre constitue un vecteur de communication important car elle permet de faire connaître notre ville au-delà de ses frontières. Les enveloppes sont disponibles à la Poste de Carquefou et sont vendues par lot de 10 au prix de 8,40 €.

Dominique Cornu, directeur de la Poste de Carquefou et Claude Guillet présentent les deux nouveaux Prêts à Poster.

11 Carquefou Mag N°76


DOSSIER

Les 10 RIDEP : Un monde de dessins de presse

© Peter Menzel / Cosmos

èmes

Xia Li Chuan 12 Carquefou Mag N°76

Xagoraris


Et Carquefou créa les RIDEP…

E

n 2000, la Ville de Carquefou lance les Rencontres Internationales du DEssin de Presse, manifestation tout public, au concept original et innovant. Voilà aujourd’hui 10 ans que les RIDEP ont vu le jour, proposant au public un regard critique, réfléchi mais aussi humoristique sur l’actualité internationale, à travers le dessin de presse. “Un pays, un dessin, un message”, tel est le concept unique qui caractérise la manifestation. Des rencontres-débats, expositions, animations permettent au public de découvrir chaque année un pays, de mieux en décrypter les codes et d’en comprendre la culture. Les collaborations avec Amnesty International et Reporters Sans Frontières ont permis d’aborder des thématiques qui nous sont chères ; les Droits de l’Homme et la liberté d’expression dans le monde. L’Afrique du Sud, la Colombie, les États-Unis, l’Iran, l’Inde, le Brésil, la Chine… ont été invités à Carquefou. 10 ans après leur création, le challenge initial a été relevé et dépassé, puisqu’aujourd’hui, les RIDEP rassemblent près de 8 000 visiteurs et leur réputation a, au fil des années, traversé les frontières. Aux quatre coins du monde, Carquefou est connue et

13 Carquefou Mag N°76

identifiée grâce aux meilleurs ambassadeurs qui soient, les dessinateurs de presse. Ces artistes répondent présents depuis le début et c’est grâce à leur talent et leur générosité avec le public que les RIDEP prennent tout leur sens. De belles collaborations entre dessinateurs sont nées au cours de ces 10 années et ont permis de transmettre des messages de tolérance et de paix, que seul le dessin autorise parfois. “Un monde de dessins de presse” est la thématique de la 10e édition, avec en invités des dessinateurs du monde entier dont les créateurs d’affiches des éditions précédentes, couvrant ainsi les 5 continents (voir liste des dessinateurs présents page 16). Les RIDEP proposeront plusieurs points d’entrée pour mieux comprendre le monde qui nous entoure (expositions, animations, conférencesdébats, cinéma…). Les dessinateurs se retrouveront une nouvelle fois, les 16, 17 et 18 janvier à Carquefou, l’occasion d’évoquer les problématiques liées à la défense des Droits de l’Homme et à la liberté d’expression ; bilan des dix années écoulées et perspectives à venir.


DOSSIER 10èmes RIDEP : un monde de dessins de presse se réunit à la Fleuriaye. L’humour, la satire et la caricature prennent une couleur internationale avec les dessinateurs de presse venus des 5 continents.

Dessin de Xagoraris.

Un monde de dessins de presse se réunit à la Fleuriaye Si le monde était un village… Imaginons un instant que ce village soit composé de 100 habitants, il y aurait : 59 Asiatiques, 14 Africains, 14 Américains, 13 Européens. Il y aurait également 51 femmes, et 49 hommes. On compterait 50 jeunes de moins de 25 ans. 20 personnes (uniquement des hommes), posséderaient 80% du village et de ses richesses. 1 femme seulement posséderait sa propre terre.

La bibliothèque du village ne serait accessible qu’à 24 personnes, les autres en seraient exclues. Le cinéma serait visité chaque semaine par 1 personne, toujours la même. L’électricité serait coupée environ 50% du temps, faute de moyens. 30 personnes gaspilleraient 90% des ressources naturelles et énergétiques du village. (Source : www.populationdata.net).

42 personnes ne boiraient jamais d’eau potable. 50 personnes vivraient au sein même du petit village, 50 autres seraient éparpillées aux alentours. 33 habitants vivraient une situation de conflit armé, dont 23 seraient des femmes. 5 hommes et 1 femme seraient militaires, policiers, ou gendarmes. 5 enfants travailleraient dans des conditions d’esclavage et 1 petite fille serait employée de maison sans être rémunérée. 60 personnes sauraient lire, écrire et compter, dont 40 seraient des hommes. 50 habitants pourraient avoir accès aux soins de santé. 20 personnes auraient accès à un ordinateur, dont 15 connectées à un réseau de type internet. 80 personnes auraient une religion, dont 40 seraient forcées de la pratiquer (sous la contrainte ou de par la coutume), et 20 autres ne la pratiqueraient pas. En outre, 5 personnes la pratiqueraient malgré des risques pour leur survie.

14 Carquefou Mag N°76


Interview de Claude Guillet

Les RIDEP fêtent leurs 10 ans en fait une manifestation incontournable du milieu culturel international. Carquefou est connue dans le monde grâce au dessin de presse !... Les RIDEP touchent-elles uniquement un public d’initiés ?

Claude Guillet présent avec les dessinateurs Chinois, dans les écoles de Carquefou.

Claude Guillet, les RIDEP fêtent leurs 10 ans : qu’apporte cette m a n i f e s t a t i o n à l a Vi l l e d e Carquefou ? Les RIDEP sont un temps de fort de la ville depuis maintenant 10 ans, et, durant 3 jours, Carquefou vibre pour le dessin de presse. Nous avons vécu des moments hauts en couleurs avec les pays invités, comme le Brésil, l’Inde, la Chine ; des moments riches en émotions et chargés de symboles

comme avec l’Iran et les États-Unis. Chaque édition est particulière et invite le public au voyage. La notoriété de la manifestation s’est accrue d’année en année et la Ville de Carquefou est devenue une référence en matière de dessin de presse. Le plus des RIDEP est d’apporter un éclairage sur le monde dans lequel nous vivons, en s’entourant de spécialistes, de journalistes, de photographes et bien sûr de dessinateurs de presse internationaux, ce qui

15 Carquefou Mag N°76

Non, les RIDEP apportent aussi une approche pédagogique forte auprès du public jeune et notamment des scolaires. Depuis 3 ans, en plus de la journée dédiée aux scolaires le vendredi, les dessinateurs étrangers viennent à la rencontre des écoliers de Carquefou, en amont de la manifestation. Ce rendez-vous est attendu par les jeunes Carquefoliens qui réservent un accueil chaleureux aux dessinateurs. L’occasion pour les élèves de préparer ces échanges avec leurs professeurs et de s’ouvrir au monde de manière ludique et interactive. La vraie richesse des RIDEP, c’est d’avoir fait naître, depuis ces années, des rencontres avec les dessinateurs, le public, des rencontres avec des cultures et des regards différents. La manifestation a trouvé son public, qui, de plus en plus nombreux, retrouve avec enthousiasme les dessinateurs à la Fleuriaye depuis 10 ans.


DOSSIER

Plantu, créateur de l’affiche des 10èmes RIDEP

U

n après-midi, c’est le temps passé par Plantu aux RIDEP l’année dernière. Mais c’est surtout le temps qu’il a pris pour remercier Monsieur le Maire de son invitation, se faire prendre en photos une vingtaine de fois, écouter les dessinateurs chinois en conférence, intervenir à leurs côtés et échanger sur leurs conditions de travail, visiter l’exposition

des dessins scolaires en prenant soigneusement en photos les lauréats de chaque catégorie, et nouer une collaboration avec la dessinatrice chinoise Xia Li Chuan, invitée à participer à l’exposition Cartooning for Peace début décembre à Paris à ses côtés. Merci à Plantu pour ce court mais intense moment de partage !

Ils seront là cette année* : Les créateurs d’affiches : Mofrey (France 2000 et 2001), Rico (Afrique du sud, 2002), Vladdo (Colombie, 2003), Kal (Usa, 2004), Nik Kowsar (Iran, 2005), Paresh Nath (Inde, 2006), Cau Gomez (Brésil, 2007), Xia Li Chuan (Chine, 2008), Plantu (France, 2009). Les dessinateurs internationaux : Popoli (Cameroun), Michel Kichka (Israël), Mikhail Zlatkovsky (Russie), Marlène Pohle (Allemagne), Malcolm Evans (Nouvelle Zélande), Falco (Cuba), Steve Bell (Angleterre). Les dessinateurs français : Dominique Lemarié, Biz, Million, Alex, Schvartz, Cambon, Thieboly, Colcanopa. *Sous réserve de modification de dernière minute

16 Carquefou Mag N°76


Au menu des rencontres-débats*… • “L’ordinateur humanitaire, un pas vers la connaissance pour tous ?” L’accès aux ressources numériques n’est pas égalitaire, creusant l’écart entre pays industrialisés et pays en voie de développement. Dans ce contexte de fracture numérique, la mise à disposition d'ordinateurs dans ces pays est une des réponses à l'accès à la connaissance pour tous. Conférence-débat organisée par les élèves de Sciences Com’, encadrés par Jean-Philippe Raffard - Professeur associé et responsable des enseignements média. Vendredi 16 janvier à 17 h 30, salle Nicole Étienne, La Fleuriaye.

• “Liberté d’expression, humour et religions” Jusqu’où peuvent-ils dessiner ? (limites juridiques, éthiques, éditoriales). L’humour est-il universel ? Ce qui est drôle pour certains peut être ressenti comme choquant pour les autres. Comme disait Desproges “On peut rire de tout mais pas avec n’importe qui”, est-ce encore le cas aujourd’hui ? Après l’affaire des caricatures de Mahomet, l’éviction de Siné de Charlie Hebdo, la religion ne devient-elle pas un sujet tabou ? La législation française est plutôt tolérante vis-à-vis de l’humour, et la primauté est donnée à la “liberté d’expression” dans la Constitution. Mais qu’en est-il hors de nos frontières quand les dessinateurs s’aventurent sur ce terrain glissant, que risquent-ils ? Thomas Hochmann, attaché temporaire d’enseignement en Droit public et de recherche à l’université de Paris 1, Pierre-Jean Luizard, Groupe Sociétés Religions Laïcité à l’Institut Européen en sciences des religions, Karim Emile Bitar, chercheur associé à l’Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS) sur les relations Islam/Occident, politique/religion, dessinateurs de presse internationaux, membres de Cartooning for Peace, journalistes.

• “Le CME crée le off !” Rencontre organisée par le Conseil Municipal Enfants, avec le dessinateur de presse Biz. Conférence-débat sur le dessin de presse et son évolution suivie d’une animation où le dessinateur devient le “crayon” des enfants… Public à partir de 10 ans Samedi 17 janvier, de 10 h à 12 h, auditorium de la Médiathèque Hélène Carrère d’Encausse.

• “Être dessinateurs de presse dans le monde”

lant notamment en Irak, Lucas Menget, grand reporter en Irak pour France 24, Serge Kovaks, grand reporter pour France 3, journaliste irakien exilé à la Maison des Journalistes à Paris.

• “L’eau peut-elle mettre le feu aux poudres ?” Quand une goutte d’eau peut semer le trouble dans l’ordre mondial… La raréfaction de l’eau douce et sa répartition inégale auprès des populations mondiales suscitent les convoitises. Les conflits géopolitiques enflent

Témoignages des dessinateurs de presse sur la place du dessin de presse dans leurs pays respectifs. Forum Fnac le mercredi 14 janvier à 17 h 30 et le samedi 17 janvier à 14 h 30, salle Nicole Étienne, La Fleuriaye.

• “Informer en zones de conflits” En collaboration avec Reporters Sans Frontières. Quelles sont les règles à suivre pour les journalistes et photographes de guerre, comment rapporter la réalité d’une situation sur le terrain et le traitement de l’information par les médias ensuite. Un traitement de l’information équilibré passe-t-il obligatoirement par un tri entre propagande et information ? Daniel Junqua, vice-président d e Reporters Sans Frontières, J.-B. Russel, photojournaliste travail-

et entraînent des catastrophes sanitaires surtout pour les populations les plus démunies… Témoignages de spécialistes et de citoyens du monde. Point sur la situation actuelle, les enjeux et les actions menées en France et dans le monde sur les ressources en eau. Barah Mikaïl, chercheur spécialisé sur le Moyen-Orient à l’Institut de Relations Internationales et Stratégiques, travaille sur les enjeux géopolitiques de l’eau, dessinateurs de presse, citoyens du monde. Dimanche 18 janvier à 14 h 30, salle Nicole Étienne.

• “Où va le monde ?” Décryptage géopolitique, en collaboration avec Amnesty International. Emmanuel Decaux, membre du comité consultatif du Conseil des droits de l’Homme des Nations unies, Président du Secrétariat international permanent Droits de l’Homme et gouvernements locaux.

Vendredi 16 janvier à 20 h 30, Théâtre de la Fleuriaye.

Dimanche 18 janvier à 16 h 30, salle Nicole Étienne.

*sous réserve de modification de dernière minute 17 Carquefou Mag N°76


DOSSIER

Les expositions • Exposition “Le tour du monde en 300 coups de crayons” Exposition réalisée par les dessinateurs invités.

• Exposition “10 ans d’actualités dans le monde” Les dessinateurs invités ainsi que ceux de la FECO (Fédération internationale des organisations de dessinateurs de presse) nous donnent leur regard sur 10 ans d’actualités vus des quatre coins du monde, à travers leurs dessins.

• Exposition photos “30 ans de Cosmos, pour une chronique des hommes” Exposition de l’agence photographique Cosmos qui à l’occasion de son 30 e anniversaire a dressé un portrait de l’homme dans son environnement. L’homme et cette nature qu’il admire, qu’il subit ou qu’il malmène suivant les circonstances. Cet homme qui chasse dans la jungle d’Irianjaya et a perché sa

nir autour de l’ancien Secrétaire Général M. Kofi Annan une quinzaine de dessinateurs internationaux au siège des Nations Unies pour s’interroger sur le rôle du dessin de presse. L’exposition a été conçue et préparée par Plantu, le centre régional d’information des Nations Unies pour l’Europe occidentale (UNRIC, Bruxelles) et le salon international du dessin de presse et d’humour de Saint-Just-le-Martel.

Animations du week-end • Jeux de sociétés du monde (Maisons des Jeux de Nantes) Samedi 17 et dimanche 18 janvier, de 14 h à 18 h.

• “Mur de la paix” Vous trouverez un dessin de la Colombe de l’affiche des RIDEP en page centrale de l’agenda ou à l’accueil de la Fleuriaye pendant la manifestation. Rédigez un message de paix sur cette colombe et venez la coller sur la fresque pendant les heures d’ouverture et/ou l’accrocher à un ballon.

© Louie Psihoyos / Cosmos

• Lâcher de ballons

Conçue par le dessinateur de presseéditorialiste français Plantu, “Dessins pour la Paix” est une initiative née à New York le 16 octobre 2006 au siège des Nations Unies. Il s’agissait de réu-

• “Persepolis” de Marjane Satrapi (92 min) Téhéran 1978 : Marjane, huit ans, songe à l’avenir et se rêve en prophète sauvant le monde. Choyée par des parents modernes et cultivés, particulièrement liée à sa grand-mère, elle suit avec exaltation les évènements qui vont mener à la révolution et provoquer la chute du régime du Chah. Dimanche 18 janvier à 16 h 15, Théâtre de la Fleuriaye, tarif unique 2 €.

50 invitations pour deux personnes à gagner pour la soirée inaugurale du jeudi 15 janvier ! Répondez à cette question : Qui est le créateur de l’affiche des premières RIDEP ? Appelez vite la Direction de la Communication au 02 28 22 23 00. Les places étant limitées, seules les 50 premières personnes ayant la bonne réponse recevront une invitation. Au programme de la soirée, animée par les humoristes Garnier et

Samedi 17 janvier à 16 h, la Fleuriaye.

concours grand public et … SURPRISES !

Dimanche 18 janvier à 18 h 15.

• Cartooning For Peace

Samedi 17 janvier à 16 h 15, Théâtre de la Fleuriaye, tarif unique 2 €.

Vos messages de paix seront accrochés aux ballons qui seront lâchés dans le ciel.

• Chorale Babel Canto, chants du monde

maison au faîte des arbres, est-il le même que celui qui parvient à survivre au milieu des ruines de la guerre ?

hors norme que Daniel Leconte suit en temps réel. Pour décrypter, avec les acteurs clés, les enjeux politiques internationaux, médiatiques et idéologiques.

Cinéma • “C’est dur d’être aimé par des cons” de Daniel Leconte (108 min) Pour avoir reproduit les douze caricatures danoises ayant déclenché la colère des musulmans aux quatre coins du monde, Philippe Val, le patron de Charlie Hebdo, journal satirique français, est assigné en justice. Un procès

18 Carquefou Mag N°76

Sentou : présentation des dessinateurs créateurs d’affiche, remise du prix au gagnant du

Horaires d’ouverture au public : Vendredi 16 janvier de 10 h à 23 h Samedi 17 janvier de 14 h à 19 h Dimanche 18 janvier de 10 h à 19 h.

Entrée gratuite (sauf cinéma, tarif unique 2 €).

Renseignements : unication Direction de la Comm ou 00 23 Tél. : 02 28 22 ie-carquefou.fr communication@mair uefou.fr/ridep arq Site Internet : www.c s de s RID EP : Me rci au x pa rte na ire CLEMI, Conseil al, on ati ern Amnesty Int la Loire, FNAC, Régional des Pays de nault Nantes, Re Marianne, Novotel, ntières, Sciences Reporters sans Fro U. me stè Sy , Com, SELA


INFOS TRAVAUX Marché à la Désirade : un rendez-vous dominical très prisé Désormais, tous les dimanches, 14 commerçants donnent rendez-vous aux Carquefoliens de 8 h 30 à 13 h : poissonnier, boucher, fromager, volailler, ostréiculteur, rôtisserie, fruits/primeur, galettes/crêpes, apiculteur, vins, fruits secs, produits bio. Un nouveau marché qui répond aux attentes des habitants ne pouvant pas se rendre Espace Mellay le jeudi.

décorations de Noël, la Ville a signé un contrat de location renouvelable tous les 3 ans : 41 nouveaux motifs sur candélabres, 17 nouvelles traversées de rues ! Sans oublier les façades de l’Hôtel de Ville et de la Médiathèque, les commerces de la Désirade, l’Espace Mellay et les Halles. Dans une démarche de développement durable, les ampoules ont été remplacées au fur et à mesure par des diodes qui consomment moins d’énergie puisqu’elles fonctionnent en basse tension.

18 places de parking supplémentaires ! 18 nouvelles places de parking sont disponibles rue Louis Armand, en face de l’entrée de l’accueil péri-scolaire, pour

Un entretien constant des bâtiments municipaux Les Services Techniques sont intervenus dernièrement à l’école maternelle Louis Armand afin de refaire le plafond et l’électricité de la salle de soutien scolaire ; la chaudière du Presbytère a été changée, avec l’ensemble des câblages : deux exemples d’interventions que la Ville est amenée à assurer : elle gère un patrimoine de quelque 60 bâtiments… soit près de 67 000 m2 de surface au sol ! 60 bâtiments des plus divers, tels que l’Espace Culturel et de Loisirs de la Fleuriaye, l’Hôtel de Ville bien sûr, mais aussi les écoles maternelles et élémentaires, les complexes sportifs, la piscine, Florilège, les salles municipales, la médiathèque… mais également l’Église, la Gendarmerie…

accéder à l’école, au gymnase Jean Gauvrit ou à la nouvelle crèche Capucine actuellement en construction !

De nouvelles illuminations pour la Ville A l’occasion des fêtes de fin d’année, les agents du service Bâtiment ont illuminé les rues de Carquefou : depuis le 28 novembre et jusqu’au début du mois de janvier, la ville scintillera de mille feux avec près de 4 500 mètres de guirlandes lumineuses dans les arbres ce qui représente près de 50 000 diodes. Afin de pouvoir changer régulièrement les

19 Carquefou Mag N°76


DÉVELOPPEMENT DURABLE

A

vec une forte proportion d’espaces agricoles (environ 1 600 hectares, soit près de 40% de la surface totale de la commune), l’agriculture constitue une activité locale essentielle. Créée en 2003, l’ACPA regroupe 22 membres, soit les 2/3 des surfaces agricoles de la commune. Des professions très diverses y sont représentées : arboriculteurs, pépiniéristes, horticulteurs, viticulteurs, éleveurs, dresseurs… Cette diversité constitue une véritable richesse car elle crée des ponts entre des secteurs très divers qui ont des problématiques similaires et des intérêts communs à défendre, notamment en terme d’image auprès du grand public.

Le bureau est composé de quatre membres : Jean-Marc Minier (également président de l’association), producteur de lait et de viande bovine, Joël Lemaître, pépiniériste, Patrick Cheminant et Eric Pidoux, maraîchers (producteurs de radis et de mâche). “Carquefou a une image de cœur vert, mais ce n’est pas seulement une caractéristique paysagère, il y a des activités économiques derrière. Il faut trouver un équilibre entre la ville et la campagne car les activités agricoles

Plusieurs fois par jour, Joël Lemaître consulte la météo afin de programmer son travail sur la journée. Accompagnant ces progrès non négligeables, les agriculteurs Carquefoliens ont la volonté de tout mettre en œuvre, ensemble, pour promouvoir une agriculture durable. “Nous avons une prise en compte quotidienne de la notion de développement durable car nous souhaitons aller dans le sens du consommateur qui attend des produits de qualité” explique Jean-Marc Minier. Ainsi, plusieurs membres de l’ACPA pro-

L’agriculture carquefolienne ouverte sur le monde qui l’entoure Association Carquefolienne des Professionnels de l’Agriculture, l’ACPA a pour but de faire connaître et reconnaître ses métiers auprès des habitants. Elle souhaite ainsi rappeler que le monde agricole existe à part entière sur la commune. sont très proches de la commune” déclare Joël Lemaître en ajoutant avec le sourire : “nous apparaissons un peu comme la réserve d’Indiens…“ Pourtant le maintien des activités agricoles apporte un environnement de qualité, du calme, de la verdure… “Nous jouons également un rôle important en tant qu’acteur économique” renchérit Patrick Cheminant. Il est vrai que le maraîchage nécessite une main-d’œuvre importante et que l’embauche de personnels locaux est privilégiée.

Des compétences de plus en plus techniques, dans le respect de l’environnement Le quotidien des agriculteurs a bien évolué : ils sont ouverts sur le monde qui les entoure. Ainsi le taux d’équipement en informatique et en accès à internet y est très élevé.

posent de la vente directe qui permet aux Carquefoliens de participer à l’économie locale, de rencontrer les producteurs et ainsi mieux connaître leur travail. “Nous organisons également des visites dans nos serres, en particulier avec les enfants des écoles de la commune” déclare Eric Pidoux. Le respect de l’environnement passe aussi par le respect des déplacements urbains. “Ainsi nous en tenons compte pour déplacer les bêtes sans que cela gêne la circulation” rajoute le président. “Et nous jouons un rôle très important dans l’équilibre de la biodiversité car nous nous chargeons de l’entretien des haies” s’exclame Joël Lemaître, conforté dans ses propos par Patrick Cheminant et Eric Pidoux. Les agriculteurs de Carquefou sont passionnés par leur métier et aiment leurs terres. C’est avec enthousiasme qu’ils en parlent et contribuent à les défendre. Ils font aussi vivre une partie de l’âme carquefolienne.

20 Carquefou Mag N°76


Habitants, chefs d’entreprises, agents municipaux… tous ont répondu présents aux différents rendez-vous proposés dans le cadre des Rencontres. “Près de 300 agents se sont mobilisés. Et si les habitants ont été moins nombreux, ils se sont révélés très impliqués et désireux d’être acteurs de l’avenir de leur commune” confie Mickaël Cadot, conseiller délégué à l’Agenda 21. Quatre ateliers de concertation étaient organisés, donnant lieu à de nombreux échanges et à des propositions très variées. Beaucoup d’idées intéressantes, même si certaines se révèlent difficiles à mettre en œuvre. Il a ainsi été suggéré de rendre la ville aux piétons en créant plus d’animations, en augmentant le nombre de places de stationnement en zone bleue ; il a été proposé de créer des éco-quartiers, d’agir sur la ressource en eau (récupérer l’eau de la piscine pour arroser les espaces verts par exemple), diversifier l’offre de loisirs et de plein air (en créant de nouveaux lieux de loisirs, par exemple à Port Jean), créer un jardin des cinq sens, ouvrir un lieu dédié à l’environnement et au patrimoine avec un parcours ludique, lutter contre l’isolement des personnes les plus fragilisées ou très isolées, développer le lien social (avec des co-locations intergénérationnelles), créer des jardins familiaux, un réseau d’échanges de services pour les familles monoparentales… sont autant d’idées émises.

ACTION

2

A 21 ND

Un temps de concertation

A 21 ND

• AGE

Diverses animations étaient organisées afin de sensibiliser tous les publics au développement durable, dans toutes ses composantes, environnementales, sociales et économiques. Sensibilisation au handicap par le biais de courts-métrages ou d’actions pédagogiques auprès d’enfants des centres de loisirs de l’ALAC, stand d’information sur le marché de l’espace Mellay, conférence sur l’économie sociale et solidaire, découvertes de techniques de jardinage plus durables aux serres municipales…

• AGE

Un temps de sensibilisation

de développement durable, mais prend en compte les dimensions de développement social, humain et solidaire.” Afin de profiter de la dynamique née de ces Rencontres, le travail doit se poursuivre en collaboration avec les habitants. “Nous souhaitons mettre en place un réseau d’éco-citoyens volontaires qui regroupera des Carquefoliens très motivés par le projet et avec qui nous travaillerons afin de poursuivre la mise en place des nouvelles actions” annonce Mickaël Cadot. Pour une plus grande efficacité, le travail se fera en grande partie par échanges de courriers électroniques. Un appel à tous les volontaires est lancé afin de poursuivre la démarche. Inscrivez-vous dès à présent auprès du service Agenda 21 au 02 28 22 22 58 ou sur le site internet : www.carquefou.fr/agenda21.

re et rivière” 5e sentier : “Entre ter es et aux adhérents du de nombreux internaut

e de la Grâce à la participation un nom au 5 sentier C invités à proposer rivièet res ter tre groupe nature de l’ALA “En : r s maintenant le baptise von pou s nou ne, mu s. com printemp uguré officiellement au res”. Le sentier sera ina

fleurs ! Carquefou garde seset4Villages fleuris a confirmé le label “Quatre

les le s’est Le jury national des Vil satisfaction que la Vil . Il a “constaté avec qu’elle e, abl dur Fleurs” de Carquefou nt me ppe arche globale de dévelo le préserde ur engagée dans une dém cœ à a et ant e végétal très import ne et possède un patrimoin respectueux de la fau entretien écologique un nt ppa aces Esp des e vic ver en dévelo ser du félicitations aux agents nos tes bien Tou et e.” rie flor fleu la de offrir une ville te l’année pour nous ins jard rs leu ant verts qui œuvrent tou riss fleu en aux Carquefoliens qui entretenue ! Et merci onnaissance. contribuent à cette rec

“La notion de quartier revient souvent dans les suggestions” explique Mickaël Cadot. “L’idée de développer les solidarités et le bien-être ensemble est bien ancrée. Il faut également souligner la place accordée à l’humain. L’Agenda 21 n’est plus appréhendé uniquement par rapport à la notion

Les Rencontres de l’Agenda 21 ont été organisées durant dix jours, avec pour objectif : faire un point d’étape sur le premier programme d’actions de l’Agenda 21 de la Ville, montrer les avancées, mais également les difficultés rencontrées dans leur mise en œuvre et réfléchir aux prochaines actions à engager sur la commune en faveur du développement durable.

Rencontres de l’Agenda 21

Premier bilan

21 Carquefou Mag N°76


CULTURE Fin 2005, il quittait la place Aristide Briand pour rejoindre le site des Renaudières. Un tournant dans la vie du Musée qu’animent depuis plus de 20 ans les bénévoles de l’association Le Temps qui Passe. Aujourd’hui, après avoir fait revivre les arts et traditions populaires d’antan, le musée s’approprie une nouvelle thématique et met le cap sur l’Erdre. Une mutation confiée aux bons soins de Mathilde Gauchet.

Un nouveau projet pour le Musée dées, et d’ateliers pédagogiques pour enfants, j’y ai notamment proposé et conçu la visite contée “Sur les traces de Marie, ouvrière chez Lu”. Un projet qui me tenait à cœur.” Une visite qui se poursuit désormais sans elle. “L’expérience a été très formatrice, mais le poste créé à Carquefou m’a séduite tant pour la diversité de la fonction que pour la thématique du projet dédié à l’Erdre - une première dans le département - et la variété des différents acteurs appelés à s’y associer” poursuit la demoiselle qui savoure à l’envie athilde Gauchet, d’évidence discrète, devient intarissa- d’être au cœur d’une nouvelle aventure où tout est à imagible quand elle évoque sa mission. ner. “L’objectif est de proposer une offre globale qui Elle aime les pommes, les noix, la randonnée, les arts en s’adresse en particulier au public familial et scolaire. Accueil, général et le conte en particulier. Elle déteste : finalement ateliers pédagogiques, visites guidées, animations, tout est pas grand-chose à part l’hypocrisie et le manque d’ouverture à inventer. Les choses vont s’établir peu à peu.” Sans compd’esprit. Mathilde Gauchet, 27 ans, originaire de Saint-Jean- ter qu’au-delà du visible, beaucoup de travail s’annonce en de-Boiseau est le nouveau visage du service de l’action cul- amont. turelle qu’elle a rejoint le 1er février en qua“Il faudra également s’occuper de la commulité d’agent de développement Musée. Sa nication du musée, rechercher des partenaimission : définir le projet scientifique et culres, concevoir les expositions, les gérer de la turel du musée, concevoir les expositions, collecte au montage, assurer la conservation “L’objectif est permanente et temporaires, l’animer, le préventive des collections. Un gros travail en de proposer faire vivre. Une mission d’envergure pour perspective, mais la mission est variée. C’est un musée qui s’intéresse à l’Erdre, baptisée très stimulant. Et puis je ne suis pas seule, une offre globale…” par François 1er : la plus belle rivière de car pour certaines missions je sais déjà par France. exemple pouvoir compter sur la complicité des membres de l’association Le Temps qui Un vrai challenge que la jeune femme, tituPasse qui, rappelons-le, ont jusqu’ici animé le laire d’une maîtrise d’histoire et d’un master Direction de Projets Culturels, envisage tout sourire. “Après lieu avec beaucoup d’enthousiasme et accompli pour le faire une classe préparatoire littéraire et des études effectuées à vivre un travail considérable d’histoire et de mémoire.” Paris et Grenoble, j’ai intégré le service médiation du musée Un hommage appuyé à celles et ceux qui à l’origine du de la Bresse, un service qui dépend du conseil général de musée s’associent aujourd’hui à sa métamorphose et à son l’Ain.” Sa mission durera huit mois au terme desquels riche développement. Un partenariat qui s’est traduit par la signade son expérience elle retrouve sa région natale des Pays de ture d’une convention entre l’association et la ville. la Loire. “En janvier 2007, à la veille de l’ouverture de son Contact : Mathilde Gauchet, Service de l’Action nouveau musée, j’ai été engagée au Château des Ducs de Culturelle, Château de la Fleuriaye. 02 28 22 24 45 ou Bretagne de Nantes. Chargée de l’accueil, des visites gui- m.gauchet@mairie-carquefou.fr.

M

22 Carquefou Mag N°76


B

ienvenue dans la roulotte de Monsieur Topolino, ancien funambule et directeur de cirque ! A l’intérieur d’un camion transformé en salle de spectacle de 45 places, dans une ambiance intimiste et chaleureuse, les numéros de cirque et les chansons rythment le spectacle, grâce au talent du comédien Thierry Dupré qui joue tous les rôles et anime des marionnettes atypiques.

La mobilité du camionspectacle permet d’aller directement à la rencontre des publics dans la tradition des théâtres ambulants. Comme l’explique Olivier Deschanel, adjoint à la vie culturelle : “nous souhaitons toucher les spectateurs en dehors des lieux traditionnels de la culture : ainsi neuf représentations ont été données aux abords des écoles élémentaires de Carquefou et pour tout public sur le parvis de l’Espace Culturel. Cette initiative de spectacles “hors les murs” de la Fleuriaye propose un lieu insolite qui permet d’aller audevant du public.”

• En voyage de notes - Les Bons Becs : samedi 28 février à 20 h 45 - dimanche 1er mars 16 h (représentation supplémentaire). • Passage - Compagnie du Porte-voix : mardi 17 mars à 18 h 30. • Lettres d’amour de 0 à 10 - Compagnie l’Artifice : jeudi 19 mars à 20 h. • L’école...? Des femmes...? - Théâtre de l’Entracte : vendredi 27 mars à 20 h 45.

Et pour les enseignants, l’organisation est plus simple puisqu’il n’est pas nécessaire de solliciter des parents pour encadrer la sortie qui reste dans l’enceinte de l’établissement scolaire !

Modalités de l’abonnement SMALA : tarifs à partir de 5 € la place !

Programmation famille et jeune public en 2009

Pour cet abonnement, les adultes doivent être accompagnés d’un jeune de moins de 18 ans. II suffit de choisir un minimum de 3 spectacles dans la liste proposée.

Des spectacles destinés tout particulièrement à la famille et au jeune public sont proposés dans le cadre de l’abonnement Smala. • La flûte enchantée - Compagnie Ecla Théâtre : vendredi 9 janvier à 20 h. • Rond pays - Tour de chant de Steve Waring : samedi 24 janvier à 18 h. • A pied ! Enfance et musique : mercredi 4 février à 9 h 30 - 10 h 45 et 17 h.

Horaires d’ouverture de la billetterie du Th éâtre Du mardi au vendredi de 14 h 30 à 18 h Renseignements au 02 28 22 24 24 ou par courriel : theatre@ mairie-carquefou.fr www.carquefou.fr

Des marionnettes dans la cour de l’école ! Voir un spectacle dans un camion… à la porte de son école !!! C’est cette expérience inédite qui a été proposée aux jeunes Carquefoliens avec “Le rêve de papa Topolino”, spectacle de marionnettes sur le thème des relations parents-enfants. 23 Carquefou Mag N°76


SPORTS Gilquin et Clément Petitot. Clément Petitot qui s’était déjà distingué début juillet en décrochant une médaille de bronze au Championnat d’Europe junior en pistolet 50 m à Plzen, en République Tchèque. Avec Olivier Gilquin et Constance Joliff, l’athlète vient d’ailleurs de rallier le pôle France. Enfin, Alain Chaussé s’est également distingué s’imposant en juin au Championnat de France à Partenay en arbalète Field 18 m. Et on n’oubliera pas la très belle 3e place décrochée au pistolet 25 mètres en septembre à Moulins lors du Championnat de France des clubs par équipe. Et la relève est déjà là. Styfen Nogue vient d’intégrer, à 14 ans, le centre d’entraînement interrégional à Rennes.

Une centaine de licenciés dont la moitié participe à des compétitions

La carabine à 10 mètres.

2008

aura été une année riche en émotions pour Carquefou tir. Le club sportif, présidé depuis 2007 par Didier Hardy après de longues années de présidence d’Alain Chaussé, affiche en effet un très beau palmarès. Il y a d’abord eu cette très belle victoire par équipe au Championnat de France des clubs (division 1) à Libourne en février où l’équipe carquefolienne menée par Didier Hardy avec Cyrille Louerat, Olivier Gilquin, Martial Chaussé et Clément Petitot s’est imposée face à des clubs renommés, battant Bordeaux 4 à 1 en finale.

Jamais le club n’aura donc autant fait parler de lui. Il espère d’ailleurs que cette publicité attirera à lui de nouveaux adhérents. En moyenne, Carquefou tir compte une centaine de licenciés par an qui s’entraînent au tir à 10 m, au tir à 25 m et au tir à 50 m sur le stand de tir de la Tournière. Avec le choix de plusieurs disciplines : le pistolet, la carabine, l’arbalète ou les armes anciennes. Des licenciés qui se prennent rapidement au jeu. La moitié d’entre eux fait des compétitions. Car le tir est l’un des rares sports que l’on peut commencer tard et où l’on peut malgré tout connaître une progression rapide. “C’est le sport de la maturité,” souligne Alain Chaussé. Ce qui ne l’empêche pas d’être une discipline

Carton plein pour Carquefou tir Belle saison pour le club sportif carquefolien qui a décroché cette année 5 titres de champion de France en individuel et s’est hissé en février sur la première marche du podium au Championnat de France des clubs par équipe en pistolet 10 mètres à Libourne. Il s’affiche ainsi comme l’un des clubs les plus titrés de la commune. Et la relève est déjà prête.

Styfen aux championnats de France à Maubeuge.

Et ce n’était que le début d’une belle saison pour les compétiteurs qui se sont ensuite distingués au Championnat de France en individuel à 10 mètres à Chalon-en-Champagne en mars, Clément Petitot décrochant le titre de Champion de France Junior et Olivier Gilquin la médaille d’argent. Aux championnats de France de Bordeaux en juillet, le club renouvelle ensuite la performance et décroche 3 médailles d’or et 3 médailles d’argent grâce à Jérome Nicolas, Olivier

exigeante. “Il faut beaucoup de concentration, de maîtrise de soi.” Un athlète peut ainsi terminer complètement “vidé” à l’issue d’une compétition. Et ici, on ne badine pas avec la sécurité. “Les règles de sécurité sont affichées partout et nous les rappelons régulièrement à tous les nouveaux. Nous sommes très vigilants,” assure Alain Chaussé. Les futurs nouveaux membres seront donc les bienvenus et sont assurés de rapidement devenir passionnés !

24 Carquefou Mag N°76


Beaux succès pour les Archers de l’Erdre Jamais le club de tir à l’arc de Carquefou n’aura réalisé une aussi belle saison en 2007/2008. De quoi donner une plus grande visibilité à la discipline et séduire de nouveaux adeptes. Le club dépasse cette année la centaine d’adhérents toutes disciplines et âges confondus (la doyenne a 82 ans) et se classe ainsi au 3e rang régional. Une vraie satisfaction pour son président Jean-Luc Bouchart. 2008/2009 les Archers de l’Erdre, qui accueillent les jeunes à partir de 10 ans, ont enregistré 110 adhésions contre 85 sur la saison 2007/2008. Ce qui classe Les Archers de l’Erdre dans les 40 premiers clubs français sur 1 800 clubs recensés. Mais si le club enregistre de telles performances, c’est aussi parce qu’il a su investir dans la formation, notamment des jeunes, n’hésitant pas à recruter à mi-temps un professeur diplômé, Xavier Ricci. “Il a beaucoup apporté au club,” estime Jean-Luc Bouchart qui pense avoir réussi ainsi à créer une vraie dynamique de victoire. “Les bons résultats poussent les jeunes. Il y a un effet moteur incontestable.” Reste maintenant pour le club à pérenniser son emploi. Les Archers de l’Erdre cherchent ainsi une entreprise partenaire qui accepterait d’embaucher Xavier Ricci à mi-temps. Les jeunes du club au championnat régional 70 m.

L

es Archers de l’Erdre peuvent être fiers de la saison qui vient de s’écouler. Jamais le club n’aura autant fait parler de lui affichant l’un des plus beaux palmarès de son histoire plaçant plusieurs de ses athlètes, par équipe ou en individuel, aux toutes premières places lors des différents rendez-vous de la saison. On citera ainsi la très belle 3e place de FrançoisXavier Bouchart au Championnat de France universitaire en salle, la 7 e place, en minime, de Nina Marsac au Championnat de France 50 m et la 6e place, en junior, de Jean-François Guillaume, au Championnat de France 50 m. Des performances qui permettent aux femmes de se hisser dans les 50 premières équipes françaises et aux hommes dans les 60 premières équipes françaises.

Objectif pour 2009 ? “Maintenir l’équipe féminine en D2 et réussir la montée en D2 des hommes,” souligne Jean-Luc Bouchart. Un objectif qui semble réaliste. Paré de tous nouveaux maillots bleus, le club va en effet bénéficier d’un soutien de poids avec l’arrivée du champion de France en salle 2008 Thierry Veillaud. En attendant, le club vient d’être distingué par la Fédération française de tir à l’arc qui lui a décerné un label d’argent. Une distinction que les Archers de l’Erdre ont été les seuls à recevoir en Pays de la Loire. “Une belle reconnaissance du travail accompli,” selon Jean-Luc Bouchart. Site internet : www.archersdelerdre.fr.

Une discipline qui séduit de plus en plus “Cela confirme la progression d’ensemble du club depuis quatre ans,” souligne Jean-Luc Bouchart, président des Archers de l’Erdre. Un président qui n’a pas ménagé son temps pour faire sortir le club de sa léthargie démontrant qu’au-delà d’un loisir il y avait une vraie discipline sportive. Une discipline qui séduit de plus en plus. Pour la saison

25 Carquefou Mag N°76

Les équipes hommes et femmes, leur entraîneur (maillot noir) et Jean-Luc Bouchart (2e à partir de la droite).


ENFANCE - JEUNESSE La Ville de Carquefou propose de nombreuses actions aux écoles et collèges de la commune. Culture, sports, environnement, action sociale… Toutes les facettes de la vie quotidienne sont abordées afin de leur faire découvrir des univers différents, développer leur nature de citoyen, de mélomane…

Chantal Pautrot intervient auprès des élèves de CE1 de l’école Louis Armand dans le cadre des Rencontres Chorales.

Actions en milieu scolaire…

…ou la volonté d’accompagner les écoles dans leurs projets G uilaine Somveille est enseignante depuis la rentrée en CE1 à l’école élémentaire Louis Armand, après avoir enseigné plus de 20 ans sur plusieurs postes dans la Sarthe. “J’ai été agréablement surprise à mon arrivée par tout ce qui est proposé aux enfants de la commune. Pour une ville de la taille de Carquefou, c’est vraiment bien car cela permet d’enrichir les apprentissages.” Sur le plan culturel, de nombreuses actions sont mises en place : visite des expositions de peintures et de sculptures comme le Salon d’Automne, organisation de spectacles pour le jeune public à la Fleuriaye ou dans les écoles (six spectacles sont proposés en 2008/2009), visite commentée du théâtre… “Les partenaires sont vraiment disponibles : à la Médiathèque par exemple, des créneaux nous sont réservés, le personnel est présent pour travailler avec la classe lors de notre visite, pour gérer les prêts de livres ; j’ai pu venir avant la rentrée afin de préparer une sélection d’ouvrages en fonction des thèmes que je souhaite aborder dans l’année… Cela permet d’emmener les enfants vers des lieux culturels qu’ils ne connaissent pas toujours, c’est une manière de remplir notre rôle éducatif.”

Un large choix d’actions proposées aux écoles Les Rencontres Chorales, premières actions mises en place, ont été lancées avec seulement quelques classes en 1992. Elles regroupent maintenant la quasi-totalité des classes élémentaires des écoles publiques. Chantal Pautrot, professeur de formation musicale à l’école municipale de musique, intervient tout au long de l’année dans les classes afin d’apporter ses compétences techniques aux enseignants et présenter en fin d’année scolaire le fruit de leur travail en commun : des spectacles chantés originaux et de qualité.

Les animations de sensibilisation à l’environnement sont également proposées aux écoles qui retiennent une thématique parmi celle de l’eau, des déchets, de la flore, du jardinage biologique, de la fabrication du pain… Deux associations interviennent à la demande de la Ville dans les établissements selon le thème choisi.

Le sport n’est pas oublié : découverte et apprentissage en milieu aquatique à la piscine pour les classes de grande section de maternelle au CE2, et par le biais du canoë-kayak pour les CM1 et CM2. “Nous avons la chance d’avoir un gymnase à côté de l’école, avec mise à disposition d’une salle de sports collectifs et d’une salle avec dojo” s’enthousiasme Guilaine Somveille. “Et lorsque les structures ne sont pas proches de l’école, ou si les activités se déroulent en dehors de Carquefou, des cars nous sont fournis pas la Ville, ce qui nous ouvre de nombreuses possibilités de sorties.”

Des actions en lien avec l’Agenda 21 de la Ville De nouvelles actions sont proposées cette année, en cohérence avec l’Agenda 21 de la Ville. Elles portent sur la sensibilisation aux handicaps par le biais du jeu et du sport et sur l’intergénérationnel (tenue d’ateliers d’écriture intergénérationnelle “Si ma ville m’était contée : regards croisés”…). Autre action nouvelle, menée par la Police municipale : “Le bon sens piétons” et “Le bon sens vélos” pour sensibiliser sur le terrain les enfants à la sécurité routière et aux dangers de la route. “Cela répond à la volonté de la Ville d’accompagner les écoles dans leurs projets, en lien avec le projet municipal” explique Véronique Dubettier-Grenier, premier adjoint délégué à la Famille et à l’éducation. “Des projets à partager avec les enfants, les jeunes, les personnes âgées… Les propositions d’actions de la commune viennent accompagner les projets d’école mis en place par les enseignants.”

26 Carquefou Mag N°76


D

epuis leur élection, les élus du Conseil Municipal Enfants ont mené à bien d’importantes actions : fin 2007, ils ont été invités par le service Environnement de la Ville à planter quatre arbres (deux séquoias et deux ginko biloba) sur le 5e sentier pédestre de Carquefou, allant de la nouvelle école municipale de musique des Renaudières à Port Jean. Premières plantations suivies de nombreuses autres, puisque maintenant 1 500 arbres et arbustes bordent le chemin jusqu’à l’Erdre. Pour la Fête Nationale du Jeu organisée fin mai, les jeunes conseillers ont partagé leurs jeux avec les résidents de Florilège. Ils ont organisé un tournoi de cartes Pokémon à la Maison de l’Enfance, animé des parties de Loups-Garous et créé un grand jeu-concours sur tous les sites d’animations.

sac, course à l’œuf). Une journée conviviale et intergénérationnelle qui en a ravi plus d’un ! Pour les mois à venir, nos jeunes élus travaillent sur plusieurs idées dont un projet d’écriture avec les résidents de Florilège qui pourra donner naissance à un article dans un prochain Carquefou Mag. Les initiatives ne manquent pas ! Et preuve que leur travail intéresse un large public, la chaîne de télévision nantaise, Nantes 7, est venue faire un reportage sur les élus du Conseil Municipal Enfants de la Ville pour son émission “7 familles” !

En septembre, ils ont orchestré une grande fête pour les Carquefoliens de 3 à 12 ans… La première Carquefolie proposait de nombreuses animations gratuites (château gonflable, maquillages, échecs, minigolf, jeux d’adresse, labyrinthe…). Un rendez-vous familial et intergénérationnel original qui a rencontré un succès mérité : plus de 500 visiteurs ! Fin novembre était organisée une Olympiade, compétitions multisports par équipe de 3 personnes de 7 à 77 ans ! Au programme, ateliers sportifs (basket, football, tennis, course de relais) et jeux divers (béret, balle au prisonnier, course en

? ent ça marche m m co , ts n fa n aux jeunes nicipal E ce qui permet an st Le Conseil Mu in e un t fants es ections

unicipal En r le biais d’él Le Conseil M génération pa ur le r te ntent en és de repr oposent et te Carquefoliens jeunes élus pr s Le s. s an ux ensemble de andat de de ent à cœur. L’ nn et pour un m tie ur le i qu ée s , présid tir des projet ance plénière de faire abou is par an en sé fo re at qu projet(s). it s) réun son (ou se Conseillers se on y présente si is m m a lieu, co ba Chaque ns. Un dé t par le Maire. r des questio se po t s en uv projet n’est pa nseillers pe Les autres Co Conseil. Si le du te vo t es au ier et s’il est soumis ailler le doss puis le projet av tr re a vr de commission accepté, la re. uv œ en ra mis accepté, il se

Conseil Municipal Enfants : le plein de projets

et d’actions

Le Conseil Municipal Enfants a renouvelé sa composition en octobre 2007. 26 enfants du CM1 à la 6e ont été élus par leurs copains de classe. Ils se réunissent régulièrement en commissions (Sports, Culture et Vivre Ensemble) pour élaborer des projets fédérateurs et dynamiques pour la Ville. 27 Carquefou Mag N°76


HANDICAP

U

ne action conduite en collaboration avec l’ALAC pour les enfants du centre de loisirs, animée par Anthony et MarieNoëlle de l’association OREA et orchestrée par Annabelle Duval-Le Squère, référente locale handicap, et Benoît Subileau, référent développement durable. Retour sur ce temps fort.

A 21 ND

• AGE

1

• AGE

“L’accueil a été très chaleureux, les enfants ont bien joué le jeu et les animateurs nous ont beaucoup aidés. Ils avaient bien préparé le terrain. C’était super” se réjouit Anthony Penaud. A 35 ans, aveugle de naissance, il habite seul, utilise peu sa canne, n’a pas de chien guide et son plus grand bonheur est “quand (ses) amis (lui) parlent A 21 d’un truc qu’ils voient en oubliant (son) handiND cap.” En 2006 il a rejoint OREA, où il œuvre ACTION depuis pour que le handicap “ne soit plus un frein à la communication, aux échanges et que tout soit enfin accessible.” Une action qui se traduit concrètement par des ateliers de sensibilisation, comme ceux proposés aux enfants de actions de sensibilisation auprès des jeunes. C’est l’ALAC. Au menu : Torball, jeux de société et goûter. constructif, ludique, et en général, on se souvient bien de Le tout évidemment dans le noir et/ou les yeux bandés. L’occasion pour les 8-11 ans du centre de loisirs d’appréhen- nous !” der le quotidien du non-voyant, d’échanger sur ces petits En témoigne Annabelle Duval-Le Squère revenant sur les ateriens qui prennent parfois des airs de grosses galères. liers proposés à l’ALAC : “Les enfants ont été très impression“Remplir des papiers exige d’être accompagné par une per- nés par la dextérité des animateurs. Ils n’ont pas hésité à sonne de confiance, choisir ses vêtements aussi. Sans par- poser des questions.” Reste aujourd’hui à ouvrir plus large-

Handicapés ou valides,

un pour tous, tous pour un L’intégration des personnes en situation de handicap est une des priorités de l’Agenda 21. Soucieuse d’y répondre, la Ville de Carquefou multiplie les actions dont elle est tantôt partenaire (Festival Handiclap, Coupe de France rugby fauteuil…) tantôt l’organisatrice (ateliers scolaires, Raid Erdre, centres de loisirs…). En octobre, elle invitait les petits à découvrir le quotidien des déficients visuels. ler des voitures mal garées qui nous obligent à descendre du trottoir ou des crottes de chien qu’on ramène chez soi au bout de sa canne. “ Des petits riens qu’ils sont une quinzaine de bénévolesadhérents d’OREA à mettre en avant, soucieux de sensibiliser le public au handicap et de faire bouger les choses. “L’association est née en 2005 d’un constat entre amis : nous nous sommes aperçus que nous avions très peu de personnes en situation de handicap parmi nous” se souvient Florianne Livet, 28 ans, présidente de l’association et éducatrice sportive de l’Institut Médico-Educatif des Sorinières. “Nous avons créé OREA pour promouvoir l’échange et la mixité entre les jeunes valides et les jeunes en situation de handicap via le jeu et le sport. Aujourd’hui on multiplie les

ment le débat pour toucher notamment les adultes et seniors. “Les enfants nous y aident déjà, en se faisant le relais de notre action auprès de leurs parents, mais nous souhaitons aller plus loin, agir auprès des seniors qui, sans être en situation de handicap sont sensibles à certaines situations auxquelles ils peuvent un jour être confrontés, comme la perte de l’audition, la diminution de leur acuité visuelle, les problèmes d’équilibre.” Une volonté de rassembler les énergies qui peut prendre toutes les formes, s’adresser aussi au personnel communal, ou comme en novembre, aux chefs d’entreprise. Vous avez un peu de temps et l’envie sincère d’une vraie mixité, rejoignez OREA : 06 98 40 44 58. (1) Association de Gestion du Fonds pour l’Insertion professionnelle des Personnes Handicapées.

28 Carquefou Mag N°76


CLIN D’ŒIL

Vernissage de l’exposition consacrée au peintre Una Wilkinson dans le nouveau lieu Les Renaudières.

Concours des jardins fleuris : 57 candidats se sont vus récompenser dont 19 dans la catégorie “première participation”.

Commémoration du 11 Novembre en présence du Conseil Municipal Enfants et des élèves du collège Sainte-Anne qui ont entonné la Marseillaise. “Leur participation montre bien l’importance du devoir de mémoire pour ne pas oublier les sacrifices de nos aînés” déclarait Claude Guillet.

Lancement officiel à Carquefou de la Semaine pour l’Emploi des Personnes Handicapées à l’occasion de l’accueil par le Théâtre de la Fleuriaye du spectacle “Pour un oui, pour un non”, pièce de théâtre de Nathalie Sarraute jouée pour la première fois en langue des signes. Une grande première pour la ville co-organisatrice de l’événement avec l’AGEFIPH (Association de Gestion du Fonds pour l'Insertion professionnelle des Personnes Handicapées) qui proposaient une rencontre avec les comédiens et une sensibilisation au handicap auditif.

Opération de désincarcération d’un véhicule dans le cadre de la semaine de la sécurité routière et remise des prix du concours sur le code de la route organisé auprès des élèves de CM2 de Carquefou.

Départ de la randonnée pédestre organisée dans le cadre de la Semaine Bleue, semaine nationale des retraités et personnes âgées. 29 Carquefou Mag N°76


PAROLE AUX ÉLUS

CIRCULATION : UNE PROBLÉMATIQUE PRISE EN COMPTE PAR LE PROJET URBAIN Le développement urbain de Carquefou aura des conséquences en matière de circulation automobile. Et c’est bien pour cela que nous avons intégré, dès le départ, cette problématique à nos réflexions sur l’aménagement de la ville. Nous voulons que se développe une véritable culture citadine de partage de la voirie car si tout est fait pour limiter la circulation automobile, nous savons que nous ne pourrons pas arriver au “zéro auto” de par notre positionnement et notre géographie. Pour réussir, nous travaillons sur trois axes : - urbaniser le centre-ville, ce qui créera moins de trafic que la réalisation de lotissements à l’extérieur de la ville, - rééquilibrer l’usage des différents modes de déplacement (et c’est pour cela que nous réclamons l’arrivée du tram train et du busway sur Carquefou), - réhabiliter “la rue” en tant qu’élément de la ville, lieu de vie, d’existence, d’animation et de rencontre.

Enfin, concernant le péage et suite à une question posée par l’opposition lors du Conseil Municipal du 30 octobre dernier, il nous semble nécessaire de faire un point. Si nous sommes évidemment favorables à la suppression du péage de Vieilleville, nous savons aussi que cette solution est impossible car si l’État rachetait celui de Carquefou, il serait obligé de procéder au rachat de l’ensemble des péages, qui ont été financés par les sociétés privées. Néanmoins, dans l’intérêt des Carquefoliens, nous souhaitons la mise en place d’une solution alternative, notamment pour ceux qui sont obligés d’emprunter fréquemment ce tronçon, dans le cadre d’un trajet domicile travail. Nous restons partisans d’un système d’abonnement, pris en charge par les collectivités locales et Cofiroute, solution adoptée par de nombreuses communes qui sont dans la même situation que Carquefou (Toulouse, Amiens, Orléans, Narbonne…). Mais nous sommes également ouverts à toutes solutions réalistes allant dans le sens de l’intérêt général. Des solutions existent. Ne soyons donc pas obtus et avançons ensemble pour que Carquefou soit une ville plus belle, plus harmonieuse, où chacun, automobiliste et piéton, a sa place.

Les élus de la Majorité Municipale

C’est tout l’enjeu de notre projet de développement.

LA CIRCULATION A CARQUEFOU La vraie question qui se pose aux Carquefoliens et Carquefoliennes est bien celle de la circulation. Le péage est un des éléments à prendre en compte mais il n’est pas le seul. Les perspectives de transport en commun, tram-train ou transport en site propre sont incertaines et ne résoudront pas tout. Deux solutions sont évoquées : • la suppression du péage, • la participation des collectivités territoriales à l’abonnement des usagers du péage. La première, plus radicale, est soutenue par un collectif d’associations qui se bat depuis plusieurs années. La seconde, étudiée par des experts depuis plus de 4 ans ne résoud que partiellement le problème. Les deux coûteront cher aux collectivités territoriales que sont le Conseil Général et Nantes Métropole.

Existe-t-il d’autres “voies” à explorer ? D’autres alternatives ? Pour répondre à ces questions, évitons le positionnement politicien et mettons autour de la table, élus, associations, techniciens, urbanistes… Engageons une vraie réflexion, Décidons en commun des études à réaliser, Frappons ensemble aux portes, Sortons du débat stérile qui consiste à dire que c’est la faute à l’autre ! Le projet 2015 qui vous a été envoyé est un bon élément d’information, il vous permet de donner votre avis. Chaque projet à la Fleuriaye, au Moulin Boisseau ou ailleurs entraînera automatiquement un flux de véhicules supplémentaires aux heures difficiles. N’hésitez pas, utilisez cette opportunité ! Les Conseillers Municipaux de Gauche

Vos élus, Isabelle Bronnec et Jean Trehin

30 Carquefou Mag N°76


BIENVENUE

État-Civil AOÛT NAISSANCES • Lily GUIBERT • Titouan BACHELOT • Benjamin TOUZART • Louna REDON • Océane COUIN • Maéna GIFFARD • Anoushka VANDERMERSCH • Clara FRICAUD • Faustine RIOU • Nolhan FOISSEY • Laura BOURDAILLAS • Alix GOUSSET • Clémentine LUNEAU • Rachel ENTRESSANGLE

MARIAGES • Cyril CHAUDEMANCHE & Annabelle BETOU • Romain CHAUVEAU & Alexandra SABADEL • Éric MONTANARI & Sandrine BROUARD

DÉCÈS • Marie-Jeanne LE COZ veuve JOUAN • Joseph BRETAGNE • Madeleine NOCET épouse BOUTEMY • Odette MAHOUDEAUX veuve VIDY • Brigitte NOBLANC épouse BAUDRY • Jean-Yves MASSON • Marie-Thérèse MERCIER épouse CAHAREL • Jacqueline LE TORTOLEC épouse ROUSSEAU • Rolande BLIN épouse FERRARIS • Jeanne LANDRIN épouse VAN HOUT • Yannick POULAIN

SEPTEMBRE NAISSANCES • Lola ROUILLARD • Juliette TALAGAS--DURAND (août) • Mouhamed N’DAW • Clémence ROSSIGNOL • Aloïs GUY--BODIN • Leïla TOURE • Brieuc HAMON • Jeanne MONNIER • Elsa LEMAINS • Gustave BEBIN • Nolan COUSSEAU • Léo MARTELLI

MARIAGES • Michaël CHASSIGNEUX & Lauriane HUYNH KHAC • Claude BOLLENGIER & Micheline JEAUFFRE • Cyril RETUREAU & Isabelle CLOUET • Mickaël ALBESA & Anna BOUILLON • Alain MARCHAND & Pascale AUDOUARD • Thierry FÉTIVEAU & Carlota STOEVHASE

DÉCÈS • Dominique TIRIAU épouse PAUTREMAT • Pierre TURPIN • Raymonde ELOY • Lucienne HAMON épouse GNESUTTA • Jean-Paul LANGLET • Raymonde ANDRE épouse DUPAS • Paulette PEUCHANT épouse DORSO • Jean AUDRAIN • Ntchai Choua THO • Lucien BRIAND • Marie-Christine FRANCES • Denise PINOT Veuve VANHUFFEL

LA BOUTIQUE DE LÉA Ameublement, décoration 5, place Saint-Pierre - Tél. : 02 40 52 75 91 Du mardi ou samedi de 10 h à 13 h 30 et de 15 h à 18 h 30

PER ALANTIQUE (SARL) MICKAËL BRUENELLE Maîtrise d’œuvre - Pilotage - Coordination plans d’exécutions (permis de construire, déclaration de travaux et divers plans ) Amélioration de l’habitat - Études techniques 9, rue Pierre Mendès France Tél. : 09 54 85 01 90 ou 06 59 55 92 17

ATLANTIQUE ATELIER FENÊTRES Fenêtres - Portes - Volets Emmanuel Maghe 3, place Notre Dame la Blanche Tél./Fax : 02 28 23 26 36 - 06 65 77 44 82 e.maghe@aafenetres.fr

C.A.I. 44 Aménagement intérieur, combles, isolation, cloisons sèches et électricité Manuel Lacour - 26, rue des Fauvettes Tél./Fax : 02 40 52 97 08 ou 06 11 53 39 33

RECENSEMENT MILITAIRE Les jeunes gens (filles et garçons), dès l’âge de 16 ans, doivent se présenter en Mairie munis du livret de famille, d’une pièce d’identité et d’un justificatif de domicile pour l’inscription sur les listes des participants à la Journée d’Appel et de Préparation à la Défense (JAPD). Cette démarche est obligatoire afin de pouvoir obtenir son attestation de recensement nécessaire pour s’inscrire aux examens nationaux (Bac, BEP, Permis de conduire…) et ouvre le droit d’inscription sur les listes électorales.

ETUDIA ENSEIGNEMENT BTS TERTIAIRE Prépa para-médicales (kiné, podologue, audioprothésiste), soutien scolaire, formation en entreprise, cours à domicile. Avenue du Professeur Jean Rouxel - Porte 9 Contact : Sylvain Jeanniot, enseignant : 06 86 25 93 01 ou sylvain.jeanniot.com@wanadoo.fr www.etudia.fr La JAPD a pour but de “sensibiliser les jeunes au devoir de défense”. Ses temps forts : • être citoyen français et européen, • tests d’évaluation des acquis fondamentaux de la langue française, • comprendre la Défense, • initiation aux premiers gestes de survie, • prendre part à la Défense. Contact pour toute information : Correspondant Défense de Carquefou René Prat : Tél. : 06 71 84 11 52.

ET SI C’ÉTAIT UNE MALADIE RARE ? Les maladies rares déconcertent autant les médecins qu’elles isolent les malades. Pour aider les malades, leurs proches et les professionnels de santé, la Fédération des Maladies Orphelines, FMO, créée en 1995 et reconnue d’utilité publique, regroupe des associations de malades et propose un service d’accompagnement social et d’orientation aux personnes atteintes de maladies orphelines et à leurs proches : • Allô maladies orphelines : N° Azur 0 810 500 005 (prix d’un appel local) et www.fmo.fr. • Alliance Maladies Rares, créée en 2000, réunit sur un même site des associations et des acteurs publics, à la disposition des personnes concernées et met en contact des malades isolés n’ayant pas d’association de malades : Maladies Rares Info Services : N° Azur 0 810 63 19 20 (prix d’un appel local) et www.maladiesraresinfo.org. • Orphanet : base de données européenne (36 pays en 5 langues) sur les maladies rares ou orphelines, décrit les symptômes et indique les adresses des centres de références et associations de malades : www.orphanet.fr.

ASSOCIATION VMEH (VISITE DES MALADES DANS LES ÉTABLISSEMENTS HOSPITALIERS) Et si vous deveniez Visiteur de Malades Bénévole ? Venez rejoindre notre association nationale, apolitique et non confessionnelle, reconnue d’utilité publique. La VMEH compte plus de 8 000 bénévoles en France, dont 140 en Loire-Atlantique. Ceuxci visitent sur 18 sites hospitaliers dans le département, une demi-journée par semaine, en étroite collaboration avec le personnel soignant, des malades hospitalisés hors de leur cadre de vie, des personnes âgées souvent sans amis, sans famille, des personnes handicapées, des usagers du service des Urgences, souvent stressés par une longue attente. Venez nous rencontrer à notre permanence le lundi après midi de 14 h 30 à 17 h Maison des Associations Hôpital Saint-Jacques 85, rue Saint-Jacques - 44200 Nantes Tél. : 02 40 05 09 16 - e-mail : vmeh.44@wanadoo.fr www.vmeh44.com.

ASSOCIATION DE DÉFENSE DES CONSOMMATEURS s OR.GE.CO. 44 intervient dan som con la de es ain tous les dom vimation : administration, ser , les obi om aut s, nce ces, assura cbanques, commerce, constru nie pho télé , lier obi tion, imm internet... perOR.GE.CO. 44 assure une nc Bla is Lou rue 12, : manence au V RD sur s, nte Na 00 442 02 40 20 17 61.



Carquefou Magazine n°76 (Janvier-Février 2009)