Issuu on Google+

s i n e D t Sain

e c n a v a

n, o i t a c u d é ité, r u c é s , t n me e g o l , i o l mp e , e i v e d ... Cadre s é t i r a d i l so , s t r o p s n tra

s n o Parl en !


Sommaire Un service public pour tous 33333333333333333333333333333333333333 4 Vivre ensemble au quotidien 333333333333333333333333333333333333 8 Une ville où chacun a sa place 33333333333333333333333333333333333 12 Des choix stratégiques et durables3333333333333333333333333333333 16 Construire la ville avec vous 3 3333333333333333333333333333333333333 20 Budget et impôts locaux 33333333333333333333333333333333333333333 23 2011-2014 : Quelles priorités ?333333333333333333333333333333333333 24 Saint-Denis en 2015 333333333333333333333333333333333333333333333 26 Un maire, une équipe pour tous les Dionysiens 3333333333333333333 28 Parlons-en ! 33333333333333333333333333333333333333333333333333333 29 Saint-Denis à l’honneur 3 33333333333333333333333333333333333333333 30 Les tribunes 33333333333333333333333333333333333333333333333333333 31

« Être au cœur d’une même réalité, avec les habitants » Saint-Denis grandit et évolue. Didier Paillard et l’équipe municipale souhaitent dialoguer avec l’ensemble des habitants des transformations en cours. C’est l’esprit de Saint-Denis pour tous : faire la ville ensemble.

À mi-mandat, quelles sont les réalisations qui vous satisfont le plus ? Beaucoup tournent autour des jeunes générations. Depuis 5 ans, 115 nouvelles classes ont été ouvertes sur la ville. Nous sommes au rythme d’un groupe scolaire livré chaque année. C’est un des reflets du développement économique de la ville et de notre politique en faveur du droit au logement par la construction de logements diversifiés. Plus généralement, il n’est pas un seul quartier de Saint-Denis qui n’ait connu d’évolution. Le quartier Sémard notamment, avec l’inauguration d’un chantier de nouveaux logements, ou encore le quartier Franc Moisin-Bel Air, avec la construction d’une médiathèque. Ce sont également trois chantiers de tramway et l’arrivée prochaine d’une nouvelle station de métro. Nous sommes entrés dans une dynamique de requalification, pour vivre mieux dans la ville.

Avez-vous des regrets ? Oui. Si plus de 2.500 habitants du territoire ont été embauchés en application de la charte entreprise territoire, négociée par Plaine Commune, le chômage demeure la préoccupation majeure. Les Dionysiens ne profitent pas encore assez des nouveaux emplois que comptent la ville car les entreprises qui s’y installent emmènent avec elles l’essentiel de leur personnel. Il nous faut donc renforcer le travail avec les entreprises.

Document réalisé par la direction de la communication - Ville de Saint-Denis Conception graphique: Acte là ! Photos : Contextes, Baptiste Lignel, Yann Mambert, Gérard Monico, Dragan Lekic, Julien Jaulin, W. Vainqueur, J. Mangin, Duke, RATP, ANRU. Impression : PSD sur papier recyclé Tirage : 48 000 exemplaires / septembre 2011

Par ailleurs, je suis inquiet de l’état de propreté de Saint-Denis et de sa tranquillité. Pour vivre dans un espace public agréable et partagé, il nous faut non seulement être plus exigeants à l’égard des habitants qui ne le respectent pas, mais aussi conforter les services en charge de ces questions.

Pour la fin du mandat, avez-vous de nouveaux projets pour Saint-Denis ?

En quoi consistera ce dialogue avec les Dionysiens ?

Résorber l’habitat indigne privé dans le centre ville, notamment dans les quartiers Gare et Porte de Paris. La Ville et Plaine Commune engagent 21 millions d’euros et nous avons convaincu l’État et d’autres partenaires de nous accompagner dans le cadre du programme national de rénovation des quartiers anciens et dégradés, pour un montant global de plus de 50 millions d’euros. La question de la mobilité nous interroge énormément aussi. La mise en route des nouveaux tramways ainsi que la nécessité de dédoubler la ligne 13 du métro en font partie. La ville évolue vite et nous avons besoin de compléter la réponse qu’on avait imaginée il y a trois ans. C’est pour cela que je souhaite ouvrir dès septembre un temps fort de dialogue avec les Dionysiens.

Les différents engagements du contrat d’action communal sont réalisés ou en train de se réaliser. Mais au fur et à mesure qu’on fait évoluer la ville, les enjeux se modifient. De nouveaux habitants s’installent, 47 % des Dionysiens ont moins de trente ans, ce dynamisme impulsé par tous les acteurs de la ville comporte autant d’atouts que de défis. Il faut donc prendre du temps et du recul pour parler avec les habitants des différents projets et de leur sens général. Ces échanges doivent être les plus riches et les plus divers possibles, par la présence importante des citoyens aux réunions et sur Internet. Il n’y aura pas de petits intérêts. Tous pourront évoquer leurs satisfactions et leurs insatisfactions, pour que nous soyons ensuite en mesure de mener ensemble les actions nécessaires. Echanger avec les habitants, c’est entretenir le lien avec eux pour être au cœur d’une même réalité. Propos recueillis par Fanny Costes


Sommaire Un service public pour tous 33333333333333333333333333333333333333 4 Vivre ensemble au quotidien 333333333333333333333333333333333333 8 Une ville où chacun a sa place 33333333333333333333333333333333333 12 Des choix stratégiques et durables3333333333333333333333333333333 16 Construire la ville avec vous 3 3333333333333333333333333333333333333 20 Budget et impôts locaux 33333333333333333333333333333333333333333 23 2011-2014 : Quelles priorités ?333333333333333333333333333333333333 24 Saint-Denis en 2015 333333333333333333333333333333333333333333333 26 Un maire, une équipe pour tous les Dionysiens 3333333333333333333 28 Parlons-en ! 33333333333333333333333333333333333333333333333333333 29 Saint-Denis à l’honneur 3 33333333333333333333333333333333333333333 30 Les tribunes 33333333333333333333333333333333333333333333333333333 31

« Être au cœur d’une même réalité, avec les habitants » Saint-Denis grandit et évolue. Didier Paillard et l’équipe municipale souhaitent dialoguer avec l’ensemble des habitants des transformations en cours. C’est l’esprit de Saint-Denis pour tous : faire la ville ensemble.

À mi-mandat, quelles sont les réalisations qui vous satisfont le plus ? Beaucoup tournent autour des jeunes générations. Depuis 5 ans, 115 nouvelles classes ont été ouvertes sur la ville. Nous sommes au rythme d’un groupe scolaire livré chaque année. C’est un des reflets du développement économique de la ville et de notre politique en faveur du droit au logement par la construction de logements diversifiés. Plus généralement, il n’est pas un seul quartier de Saint-Denis qui n’ait connu d’évolution. Le quartier Sémard notamment, avec l’inauguration d’un chantier de nouveaux logements, ou encore le quartier Franc Moisin-Bel Air, avec la construction d’une médiathèque. Ce sont également trois chantiers de tramway et l’arrivée prochaine d’une nouvelle station de métro. Nous sommes entrés dans une dynamique de requalification, pour vivre mieux dans la ville.

Avez-vous des regrets ? Oui. Si plus de 2.500 habitants du territoire ont été embauchés en application de la charte entreprise territoire, négociée par Plaine Commune, le chômage demeure la préoccupation majeure. Les Dionysiens ne profitent pas encore assez des nouveaux emplois que comptent la ville car les entreprises qui s’y installent emmènent avec elles l’essentiel de leur personnel. Il nous faut donc renforcer le travail avec les entreprises.

Document réalisé par la direction de la communication - Ville de Saint-Denis Conception graphique: Acte là ! Photos : Contextes, Baptiste Lignel, Yann Mambert, Gérard Monico, Dragan Lekic, Julien Jaulin, W. Vainqueur, J. Mangin, Duke, RATP, ANRU. Impression : PSD sur papier recyclé Tirage : 48 000 exemplaires / septembre 2011

Par ailleurs, je suis inquiet de l’état de propreté de Saint-Denis et de sa tranquillité. Pour vivre dans un espace public agréable et partagé, il nous faut non seulement être plus exigeants à l’égard des habitants qui ne le respectent pas, mais aussi conforter les services en charge de ces questions.

Pour la fin du mandat, avez-vous de nouveaux projets pour Saint-Denis ?

En quoi consistera ce dialogue avec les Dionysiens ?

Résorber l’habitat indigne privé dans le centre ville, notamment dans les quartiers Gare et Porte de Paris. La Ville et Plaine Commune engagent 21 millions d’euros et nous avons convaincu l’État et d’autres partenaires de nous accompagner dans le cadre du programme national de rénovation des quartiers anciens et dégradés, pour un montant global de plus de 50 millions d’euros. La question de la mobilité nous interroge énormément aussi. La mise en route des nouveaux tramways ainsi que la nécessité de dédoubler la ligne 13 du métro en font partie. La ville évolue vite et nous avons besoin de compléter la réponse qu’on avait imaginée il y a trois ans. C’est pour cela que je souhaite ouvrir dès septembre un temps fort de dialogue avec les Dionysiens.

Les différents engagements du contrat d’action communal sont réalisés ou en train de se réaliser. Mais au fur et à mesure qu’on fait évoluer la ville, les enjeux se modifient. De nouveaux habitants s’installent, 47 % des Dionysiens ont moins de trente ans, ce dynamisme impulsé par tous les acteurs de la ville comporte autant d’atouts que de défis. Il faut donc prendre du temps et du recul pour parler avec les habitants des différents projets et de leur sens général. Ces échanges doivent être les plus riches et les plus divers possibles, par la présence importante des citoyens aux réunions et sur Internet. Il n’y aura pas de petits intérêts. Tous pourront évoquer leurs satisfactions et leurs insatisfactions, pour que nous soyons ensuite en mesure de mener ensemble les actions nécessaires. Echanger avec les habitants, c’est entretenir le lien avec eux pour être au cœur d’une même réalité. Propos recueillis par Fanny Costes


Un service public pour tous

Écoles et petite enfance : la qualité pour l’épanouissement de tous bien dans son école Quatre nouvelles écoles ont vu le jour depuis 2008, et six autres sont programmées d’ici 2014. Toutes les écoles sont construites dans le respect des normes de haute qualité environnementale et sont accessibles aux personnes handicapées et à mobilité réduite. Le groupe scolaire Aimé Césaire (16 classes) compte une école maternelle, une école élémentaire avec salles d’activités polyvalentes, une salle multimédia et des tableaux numériques, ainsi qu’un centre de loisirs. Le groupe scolaire intercommunal Maria Casarès Robert Doisneau (28 classes à la rentrée 2011) disposera, en outre, d’un gymnase ouvert aux habitants et associations du quartier.

repas coûte réellement 8 € à la collectivité. En 10 ans, la part des enfants qui fréquentent les restaurants scolaires est passée de 40 à 60%. Pour accompagner cette augmentation, et continuer d’accueillir

sans restriction tous les enfants, de gros travaux sont entrepris au sein de la cuisine centrale (3 M€) qui produira jusqu’à 14 000 repas par jour d’ici fin 2011 ; et le temps de repas est allongé à deux heures pour permettre aux enfants de manger dans de meilleures conditions.

13 126

enfants sont scolarisés dans les écoles maternelles et élémentaires 

bien dans son assiette  Manger équilibré et dans de bonnes conditions est un gage de réussite. Les cantines de Saint-Denis accueillent tous les enfants sans critère au tarif minimum de 15 centimes et maximum de 3,83 €, alors qu’un

1

Atlas ou dictionnaires, les élèves de l’école Jean Vilar rentrent équipés pour la 6e

Depuis 2008 

3Trois nouvelles crèches municipales et une crèche parentale, soit 125 accueils supplémentaires. Plus d’une demande sur quatre est satisfaite contre une sur six en moyenne en France.

3Un 2e relais d’assistantes maternelles permet d’accompagner et de soutenir le mode d’accueil au domicile des assistantes maternelles, qui représente 58,9% des 1876 places d’accueil agréées sur la ville.

3Soutien à l’accueil du matin dès 7h avant l’ouverture des classes au travers d’associations : Comme un poisson dans l’eau (Sémard) et Ma Matinale (Franc Moisin Bel Air) B.Dreams, O Claire de la lune.

33 dispositifs de lutte contre le décrochage scolaire : résidence à Mériel pour les écoliers, partenariats avec le collège I.Masih et avec les collèges La Courtille, J.Lurçat et H.Barbusse au travers d’un dispositif alternatif aux exclusions temporaires.

3655 postes informatiques à usages pédagogiques répartis en salles multimédia et dans les classes ainsi que dans les centres de loisirs et 20 tableaux numériques interactifs.

1 Les petits sportifs de l’École municipale des sports

Mieux accompagner les jeunes dans leurs projets

C

rèches, écoles, centres de vacances et de loisirs, ludothèques, antennes Jeunesse, résidences pour personnes âgées, centres de santé, conservatoire de musique, école d’arts plastiques, maison de la solidarité, c’est tout cela le service public local ! Grâce à l’action du personnel communal, la municipalité tient compte des besoins de tous les usagers, quels que soient leurs revenus et leurs situations. Dans un contexte de chômage et de casse de la protection sociale qui aggravent les inégalités, et alors même que les dotations d’Etat par habitant diminuent, la ville maintient, conforte et modernise les services publics municipaux pour permettre à chacun de devenir autonome et libre. La jeunesse est au cœur de l’action de la ville qui consacre à l’enfance, à la jeunesse et à l’éducation plus de 45% de son budget.

466 Dionysien-ne-s âgés de 16 à 30 ans ont bénéficié du dispositif « Atout jeune » depuis 2008, sous la forme de financement de leur projet de formation ou d'insertion (BAFA, permis de conduire...) ou d’aide d’urgence. Depuis 2008

1 Des jeunes d’Atout jeunes

3Les antennes Jeunesse : celles de Pleyel et de La Plaine ont été agrandies et mieux localisées, une antenne a été créée à La Courtille. Les 14 antennes

de la ville proposent des activités culturelles, ludiques, sportives, informatiques, préventives (sexualité, nutrition, toxicomanie) et intergénérationnelles.

3Festival hip-hop et des cultures urbaines : les jeunes talents dionysiens sur scène et dans les ateliers pratiques.

5


Un service public pour tous

Écoles et petite enfance : la qualité pour l’épanouissement de tous bien dans son école Quatre nouvelles écoles ont vu le jour depuis 2008, et six autres sont programmées d’ici 2014. Toutes les écoles sont construites dans le respect des normes de haute qualité environnementale et sont accessibles aux personnes handicapées et à mobilité réduite. Le groupe scolaire Aimé Césaire (16 classes) compte une école maternelle, une école élémentaire avec salles d’activités polyvalentes, une salle multimédia et des tableaux numériques, ainsi qu’un centre de loisirs. Le groupe scolaire intercommunal Maria Casarès Robert Doisneau (28 classes à la rentrée 2011) disposera, en outre, d’un gymnase ouvert aux habitants et associations du quartier.

repas coûte réellement 8 € à la collectivité. En 10 ans, la part des enfants qui fréquentent les restaurants scolaires est passée de 40 à 60%. Pour accompagner cette augmentation, et continuer d’accueillir

sans restriction tous les enfants, de gros travaux sont entrepris au sein de la cuisine centrale (3 M€) qui produira jusqu’à 14 000 repas par jour d’ici fin 2011 ; et le temps de repas est allongé à deux heures pour permettre aux enfants de manger dans de meilleures conditions.

13 126

enfants sont scolarisés dans les écoles maternelles et élémentaires 

bien dans son assiette  Manger équilibré et dans de bonnes conditions est un gage de réussite. Les cantines de Saint-Denis accueillent tous les enfants sans critère au tarif minimum de 15 centimes et maximum de 3,83 €, alors qu’un

1

Atlas ou dictionnaires, les élèves de l’école Jean Vilar rentrent équipés pour la 6e

Depuis 2008 

3Trois nouvelles crèches municipales et une crèche parentale, soit 125 accueils supplémentaires. Plus d’une demande sur quatre est satisfaite contre une sur six en moyenne en France.

3Un 2e relais d’assistantes maternelles permet d’accompagner et de soutenir le mode d’accueil au domicile des assistantes maternelles, qui représente 58,9% des 1876 places d’accueil agréées sur la ville.

3Soutien à l’accueil du matin dès 7h avant l’ouverture des classes au travers d’associations : Comme un poisson dans l’eau (Sémard) et Ma Matinale (Franc Moisin Bel Air) B.Dreams, O Claire de la lune.

33 dispositifs de lutte contre le décrochage scolaire : résidence à Mériel pour les écoliers, partenariats avec le collège I.Masih et avec les collèges La Courtille, J.Lurçat et H.Barbusse au travers d’un dispositif alternatif aux exclusions temporaires.

3655 postes informatiques à usages pédagogiques répartis en salles multimédia et dans les classes ainsi que dans les centres de loisirs et 20 tableaux numériques interactifs.

1 Les petits sportifs de l’École municipale des sports

Mieux accompagner les jeunes dans leurs projets

C

rèches, écoles, centres de vacances et de loisirs, ludothèques, antennes Jeunesse, résidences pour personnes âgées, centres de santé, conservatoire de musique, école d’arts plastiques, maison de la solidarité, c’est tout cela le service public local ! Grâce à l’action du personnel communal, la municipalité tient compte des besoins de tous les usagers, quels que soient leurs revenus et leurs situations. Dans un contexte de chômage et de casse de la protection sociale qui aggravent les inégalités, et alors même que les dotations d’Etat par habitant diminuent, la ville maintient, conforte et modernise les services publics municipaux pour permettre à chacun de devenir autonome et libre. La jeunesse est au cœur de l’action de la ville qui consacre à l’enfance, à la jeunesse et à l’éducation plus de 45% de son budget.

466 Dionysien-ne-s âgés de 16 à 30 ans ont bénéficié du dispositif « Atout jeune » depuis 2008, sous la forme de financement de leur projet de formation ou d'insertion (BAFA, permis de conduire...) ou d’aide d’urgence. Depuis 2008

1 Des jeunes d’Atout jeunes

3Les antennes Jeunesse : celles de Pleyel et de La Plaine ont été agrandies et mieux localisées, une antenne a été créée à La Courtille. Les 14 antennes

de la ville proposent des activités culturelles, ludiques, sportives, informatiques, préventives (sexualité, nutrition, toxicomanie) et intergénérationnelles.

3Festival hip-hop et des cultures urbaines : les jeunes talents dionysiens sur scène et dans les ateliers pratiques.

5


Oui mais les autres services publics?

Santé et action sociale

L

es services publics, outils de l’intérêt général, du progrès social et de la solidarité, sont attaqués par la volonté libérale de les faire disparaître et par réduction de leurs moyens par le gouvernement.. La municipalité lutte contre cette régression et participe aux campagnes pour la défense des services publics, contre la privatisation de la Poste (11 000 votants au référendum), aux actions départementales contre les inégalités territoriales et aux états généraux du service public au plan national. Cela donne des résultats concrets avec l’ouverture prochaine, conquise de haute lutte avec les habitants, d’un bureau de poste à Pleyel.

Deux des quatre centres de santé municipaux ont été rénovés et mis en accessibilité aux personnes handicapées et à mobilité réduite pour favoriser l’accès social aux soins et la prévention. Ces travaux concernent aussi trois des six centres de Protection Maternelle et Infantile (PMI). L’action de la Ville pour le droit à la santé est un choix déterminé car la santé ne figure pas parmi les compétences obligatoires des communes. Montant des travaux CMS/PMI : 3 151 065 €. Depuis 2008

115 000 consultations par an.

1 Les vaccinations gratuites des centres municipaux de santé

3Ouverture d’une maison médicale de garde dont le local est mis à disposition par la Ville.

3Création de la mission parentalité et de la Maison des parents qui ouvrira fin 2011. 

3Prévention de l’obésité, dépistage du saturnisme et prévention buccodentaire. 

3Domiciliation administrative en mairie pour favoriser l’accès aux droits et développer la prise en charge des personnes en errance grâce à la coordination des maraudes.

3Pérennisation de la Maison de la justice et du droit, et des points d’accès aux droits. 3Ouverture du Centre d’accueil et d’accompagnement à la réduction de risques pour usagers de drogues (le CAARUD) quartier République-Gare. 

1

A 3 9 000 B 3 18 000 C 3 27 000

2 Réponses : 1 c / 2 B / 3 C / 4 c / 5 b / 6 B / 7 b

Depuis 2008

3Développement des animations (« La mémoire en chantant », atelier d’écriture slam à Croizat…) dans les trois résidences de la ville. 6

3Ateliers de convivialité quartiers Sémard et Péri et « café amical » au Franc Moisin-Bel Air.

C ombien de patients en moyenne sont soignés chaque année dans les 4 centres municipaux de santé ?

4

C ombien de visites reçoivent les 6 ludothèques intergénérationnelles chaque année?

A 3 600 B 3 54 000 C 3 70 000

3497 demandes de Fonds de solidarité logement ont été étudiées en 2010 et 430 expulsions locatives ont pu être évitées grâce au travail du service social municipal avec les familles.

Solidarités avec les personnes âgées Le service de maintien à domicile fonctionne 7 jours sur 7, de 8h à 20h. Il représente une charge nette annuelle pour la Ville de 1,2 million d’euros. La qualité de l’animation et la prise en compte des besoins de nos aînés ont permis l’obtention du label « bien vieillir, vivre ensemble».

1 Les enfants au centre de vacances de Saint-Hilaire

Q  uelle est la part du budget de fonctionnement de la ville consacrée à l’enfance, la jeunesse et à l’éducation ?

A 3 10% B 3 45% c 3 68%

3

Qu’est-ce qu’un RAM ? A 3 le masculin d’une RAME B 3 une course à pied réservée aux assistantes maternelles C 3 un lieu d’information, de rencontre et d’échange au service des parents et des assistantes maternelles : un relais d’assistantes maternelles

5

Qu’est-ce qu’une antenne jeunesse ? A 3 une antenne qui pousse sur le front des 17-25 ans B 3 des lieux de projets et de rencontres pour les adolescents de 11 à 17 ans C 3 une émission de radio

6

C ombien d’enfants sont accueillis chaque soir dans LES 32 accueils de loisirs après l'école ?

A 3 240 B 3 2 200 C 3 7 600 

7

C ombien d’enfants et adolescents sont partis en vacances dans les 6 centres de vacances municipaux ?

A 3 130 B 3 825 C 3 1 520

1 Un après-midi à la résidence Croizat 7


Oui mais les autres services publics?

Santé et action sociale

L

es services publics, outils de l’intérêt général, du progrès social et de la solidarité, sont attaqués par la volonté libérale de les faire disparaître et par réduction de leurs moyens par le gouvernement.. La municipalité lutte contre cette régression et participe aux campagnes pour la défense des services publics, contre la privatisation de la Poste (11 000 votants au référendum), aux actions départementales contre les inégalités territoriales et aux états généraux du service public au plan national. Cela donne des résultats concrets avec l’ouverture prochaine, conquise de haute lutte avec les habitants, d’un bureau de poste à Pleyel.

Deux des quatre centres de santé municipaux ont été rénovés et mis en accessibilité aux personnes handicapées et à mobilité réduite pour favoriser l’accès social aux soins et la prévention. Ces travaux concernent aussi trois des six centres de Protection Maternelle et Infantile (PMI). L’action de la Ville pour le droit à la santé est un choix déterminé car la santé ne figure pas parmi les compétences obligatoires des communes. Montant des travaux CMS/PMI : 3 151 065 €. Depuis 2008

115 000 consultations par an.

1 Les vaccinations gratuites des centres municipaux de santé

3Ouverture d’une maison médicale de garde dont le local est mis à disposition par la Ville.

3Création de la mission parentalité et de la Maison des parents qui ouvrira fin 2011. 

3Prévention de l’obésité, dépistage du saturnisme et prévention buccodentaire. 

3Domiciliation administrative en mairie pour favoriser l’accès aux droits et développer la prise en charge des personnes en errance grâce à la coordination des maraudes.

3Pérennisation de la Maison de la justice et du droit, et des points d’accès aux droits. 3Ouverture du Centre d’accueil et d’accompagnement à la réduction de risques pour usagers de drogues (le CAARUD) quartier République-Gare. 

1

A 3 9 000 B 3 18 000 C 3 27 000

2 Réponses : 1 c / 2 B / 3 C / 4 c / 5 b / 6 B / 7 b

Depuis 2008

3Développement des animations (« La mémoire en chantant », atelier d’écriture slam à Croizat…) dans les trois résidences de la ville. 6

3Ateliers de convivialité quartiers Sémard et Péri et « café amical » au Franc Moisin-Bel Air.

C ombien de patients en moyenne sont soignés chaque année dans les 4 centres municipaux de santé ?

4

C ombien de visites reçoivent les 6 ludothèques intergénérationnelles chaque année?

A 3 600 B 3 54 000 C 3 70 000

3497 demandes de Fonds de solidarité logement ont été étudiées en 2010 et 430 expulsions locatives ont pu être évitées grâce au travail du service social municipal avec les familles.

Solidarités avec les personnes âgées Le service de maintien à domicile fonctionne 7 jours sur 7, de 8h à 20h. Il représente une charge nette annuelle pour la Ville de 1,2 million d’euros. La qualité de l’animation et la prise en compte des besoins de nos aînés ont permis l’obtention du label « bien vieillir, vivre ensemble».

1 Les enfants au centre de vacances de Saint-Hilaire

Q  uelle est la part du budget de fonctionnement de la ville consacrée à l’enfance, la jeunesse et à l’éducation ?

A 3 10% B 3 45% c 3 68%

3

Qu’est-ce qu’un RAM ? A 3 le masculin d’une RAME B 3 une course à pied réservée aux assistantes maternelles C 3 un lieu d’information, de rencontre et d’échange au service des parents et des assistantes maternelles : un relais d’assistantes maternelles

5

Qu’est-ce qu’une antenne jeunesse ? A 3 une antenne qui pousse sur le front des 17-25 ans B 3 des lieux de projets et de rencontres pour les adolescents de 11 à 17 ans C 3 une émission de radio

6

C ombien d’enfants sont accueillis chaque soir dans LES 32 accueils de loisirs après l'école ?

A 3 240 B 3 2 200 C 3 7 600 

7

C ombien d’enfants et adolescents sont partis en vacances dans les 6 centres de vacances municipaux ?

A 3 130 B 3 825 C 3 1 520

1 Un après-midi à la résidence Croizat 7


Vivre ensemble au quotidien

Plus de prévention et d'agents sur l'espace public Policiers municipaux, agents de surveillance de la voie publique, gardes de l’environnement et médiateurs de nuit, 70 personnes s’attachent au respect du cadre de vie, soit une augmentation de 25 % depuis 2008. 2011 a vu le recrutement de quatre policiers municipaux et de deux gardes de l'environnement supplémentaires et l’entrée en service de dix médiateurs de nuit dans le quartier Centre ville-Gare.

1 Les policiers municipaux Depuis 2008 

3Droits des femmes (consultation de victimologie, partenariat avec l’amicale du nid)  et réouverture de «espace vie au féminin», structure d'écoute et d'accompagnement des jeunes femmes de 13 à 25 ans.

3Depuis le premier trimestre 2011, dix médiateurs de nuit sont présents toutes les nuits de la semaine, de 18 h à 1 h du matin, dans les quartiers RépubliqueGare et Centre villeBasilique.  3Soutien confirmé aux actions de prévention

spécialisée de Canal (un tiers de financement par la ville) et de médiation de jour de Partenaires pour la ville.   3Lutte contre les discriminations (célébration du PACS en mairie, Quinzaine antiraciste, Semaine de l’égalité, actions contre le sexisme...).

3Actions de prévention (addictions et conduites à risque) dans les quartiers République-Gare et Mutuelle-Champs de Course.

Le parc urbain de Franc Moisin : le paysage du quartier est transformé par la plantation de 128 arbres et de plus de 15 000 végétaux, avec coins pique-nique et boulodrome. Ce sont plus de 1 000 m2 de pelouses et 4 000 m2 de massifs qui sont offerts aux promeneurs et aux habitants du quartier.

L

a qualité de notre cadre de vie est essentielle. Nos espaces collectifs, nos rues, nos places, l’animation de l’espace public sont des leviers contre l’individualisme. Pour permettre à chacun de vivre mieux et d’aller à la rencontre des autres, la Ville renforce ses actions pour améliorer le partage et le respect de l’espace public. La culture et la pratique du sport, sont aussi des sources de rencontres, d’échanges, d’épanouissement personnel. Pour permettre leur accès au plus grand nombre, l’offre municipale, gratuite ou à tarifs réduits, est aussi riche et diverse que la population dionysienne.

128

Depuis 2008

arbres plantés au parc urbain de franc moisin

3 Chantier en cours du mur anti-bruit de la cité Pierre Sémard grâce à la mobilisation des habitants et des élus. 3 Participation à la commission consultative de l’environnement pour l’aéroport du Bourget. 3 Travail partenarial avec le Stade de France (renouvellement de la sonorisation, mesures).  3 Aménagement de jardins partagés (Delaunay-Belleville…). 

3 Rénovation de 5 quartiers, bénéficiant du programme de l’Agence Nationale de Rénovation Urbaine (Franc-Moisin, Saint-Rémy-Joliot-Curie, Floréal-Saussaie-Courtille, Sémard, Cristino-Garcia).

L

a délinquance et la criminalité empoisonnent la vie quotidienne. La politique sécuritaire conduite depuis neuf ans par le président et ancien ministre de l’intérieur est inefficace. La lutte contre l’emprise de la drogue et les agressions physiques qui augmentent, est une mission qui appartient à l’Etat et à la police nationale. La municipalité ne cesse d’interpeller l’Etat pour obtenir le rétablissement de la police de proximité, une répartition des effectifs moins défavorable aux quartiers populaires, améliorer le recueil et le suivi des plaintes et renforcer le travail d’enquête. Au-delà de la question des libertés publiques, le bilan de l’expérience britannique et le récent rapport de la cour des comptes mettent en cause l’efficacité des caméras. Les caméras n’ont de sens que si un personnel qualifié est derrière. La présence de ce personnel est bien plus urgente et utile sur l’espace public.

Pourquoi nos rues sont-elles sales ?

La réalisation d’espaces publics de qualité 1 Parc Cachin le 25 juin 2011 : la fête inter-quartier de Saint-Rémy, Joliot Curie, Champs de Course, Mutuelle, Barbusse, Romain-Rolland, Cachin.

Pourquoi n’y a-t-il pas plus de policiers et de caméras de vidéosurveillance ?

L

e problème de la propreté pollue le cadre de vie et contribue au sentiment d’insécurité et d’absence de règles dans l’espace public. Améliorer la situation nécessite une action renforcée de la collectivité en termes de moyens, de sensibilisation et de verbalisation :augmentation du budget propreté de 1 million d’euros pour 2011 ; création d’une équipe motorisée de résorption des dépôts sauvages de six personnes ; amélioration de l’entretien du matériel pour une disponibilité accrue de moitié du parc machines ; reprise des « grandes lessives » ; maîtrise de l’impact écologique de l’activité commerciale du marché (installation de compacteurs, r��duction et traitement des déchets) ; développement des colonnes enterrées pour la collecte des ordures ménagères ; mise en place de comités de suivi avec les habitants dans toutes les démarches quartiers. Mais la propreté est aussi l’affaire de tous : un effort de chacun est nécessaire pour réduire les déchets à la source. C’est ensemble que nous pourrons améliorer la situation.

1 Le nouveau parc urbain de Franc Moisin 9


Vivre ensemble au quotidien

Plus de prévention et d'agents sur l'espace public Policiers municipaux, agents de surveillance de la voie publique, gardes de l’environnement et médiateurs de nuit, 70 personnes s’attachent au respect du cadre de vie, soit une augmentation de 25 % depuis 2008. 2011 a vu le recrutement de quatre policiers municipaux et de deux gardes de l'environnement supplémentaires et l’entrée en service de dix médiateurs de nuit dans le quartier Centre ville-Gare.

1 Les policiers municipaux Depuis 2008 

3Droits des femmes (consultation de victimologie, partenariat avec l’amicale du nid)  et réouverture de «espace vie au féminin», structure d'écoute et d'accompagnement des jeunes femmes de 13 à 25 ans.

3Depuis le premier trimestre 2011, dix médiateurs de nuit sont présents toutes les nuits de la semaine, de 18 h à 1 h du matin, dans les quartiers RépubliqueGare et Centre villeBasilique.  3Soutien confirmé aux actions de prévention

spécialisée de Canal (un tiers de financement par la ville) et de médiation de jour de Partenaires pour la ville.   3Lutte contre les discriminations (célébration du PACS en mairie, Quinzaine antiraciste, Semaine de l’égalité, actions contre le sexisme...).

3Actions de prévention (addictions et conduites à risque) dans les quartiers République-Gare et Mutuelle-Champs de Course.

Le parc urbain de Franc Moisin : le paysage du quartier est transformé par la plantation de 128 arbres et de plus de 15 000 végétaux, avec coins pique-nique et boulodrome. Ce sont plus de 1 000 m2 de pelouses et 4 000 m2 de massifs qui sont offerts aux promeneurs et aux habitants du quartier.

L

a qualité de notre cadre de vie est essentielle. Nos espaces collectifs, nos rues, nos places, l’animation de l’espace public sont des leviers contre l’individualisme. Pour permettre à chacun de vivre mieux et d’aller à la rencontre des autres, la Ville renforce ses actions pour améliorer le partage et le respect de l’espace public. La culture et la pratique du sport, sont aussi des sources de rencontres, d’échanges, d’épanouissement personnel. Pour permettre leur accès au plus grand nombre, l’offre municipale, gratuite ou à tarifs réduits, est aussi riche et diverse que la population dionysienne.

128

Depuis 2008

arbres plantés au parc urbain de franc moisin

3 Chantier en cours du mur anti-bruit de la cité Pierre Sémard grâce à la mobilisation des habitants et des élus. 3 Participation à la commission consultative de l’environnement pour l’aéroport du Bourget. 3 Travail partenarial avec le Stade de France (renouvellement de la sonorisation, mesures).  3 Aménagement de jardins partagés (Delaunay-Belleville…). 

3 Rénovation de 5 quartiers, bénéficiant du programme de l’Agence Nationale de Rénovation Urbaine (Franc-Moisin, Saint-Rémy-Joliot-Curie, Floréal-Saussaie-Courtille, Sémard, Cristino-Garcia).

L

a délinquance et la criminalité empoisonnent la vie quotidienne. La politique sécuritaire conduite depuis neuf ans par le président et ancien ministre de l’intérieur est inefficace. La lutte contre l’emprise de la drogue et les agressions physiques qui augmentent, est une mission qui appartient à l’Etat et à la police nationale. La municipalité ne cesse d’interpeller l’Etat pour obtenir le rétablissement de la police de proximité, une répartition des effectifs moins défavorable aux quartiers populaires, améliorer le recueil et le suivi des plaintes et renforcer le travail d’enquête. Au-delà de la question des libertés publiques, le bilan de l’expérience britannique et le récent rapport de la cour des comptes mettent en cause l’efficacité des caméras. Les caméras n’ont de sens que si un personnel qualifié est derrière. La présence de ce personnel est bien plus urgente et utile sur l’espace public.

Pourquoi nos rues sont-elles sales ?

La réalisation d’espaces publics de qualité 1 Parc Cachin le 25 juin 2011 : la fête inter-quartier de Saint-Rémy, Joliot Curie, Champs de Course, Mutuelle, Barbusse, Romain-Rolland, Cachin.

Pourquoi n’y a-t-il pas plus de policiers et de caméras de vidéosurveillance ?

L

e problème de la propreté pollue le cadre de vie et contribue au sentiment d’insécurité et d’absence de règles dans l’espace public. Améliorer la situation nécessite une action renforcée de la collectivité en termes de moyens, de sensibilisation et de verbalisation :augmentation du budget propreté de 1 million d’euros pour 2011 ; création d’une équipe motorisée de résorption des dépôts sauvages de six personnes ; amélioration de l’entretien du matériel pour une disponibilité accrue de moitié du parc machines ; reprise des « grandes lessives » ; maîtrise de l’impact écologique de l’activité commerciale du marché (installation de compacteurs, réduction et traitement des déchets) ; développement des colonnes enterrées pour la collecte des ordures ménagères ; mise en place de comités de suivi avec les habitants dans toutes les démarches quartiers. Mais la propreté est aussi l’affaire de tous : un effort de chacun est nécessaire pour réduire les déchets à la source. C’est ensemble que nous pourrons améliorer la situation.

1 Le nouveau parc urbain de Franc Moisin 9


Encourager les pratiques sportives Le Parc des sports Auguste Delaune a été rénové. La petite tribune, reconstruite, permet d’abriter des vestiaires plus nombreux et plus confortables. La municipalité poursuit le travail engagé en 2009 avec la réfection de la piste d’athlétisme et travaille à la programmation de la rénovation du Palais des sports . Depuis 2008

3Rénovation de la piste d’athlétisme du stade annexe.

+150  000 euros de subvention 1 La nouvelle piste d’athlétisme au Stade Delaune

aux associations sportives en 2010

3Augmentation des subventions aux associations sportives (plus 150 000 euros depuis 2010).

3Réalisation d’une halle des sports ouverte sur le quartier à l’école Maria Casarès Robert Doisneau.

Soutenir un commerce de qualité Le marché de la Plaine, créé en 2007 sous l’impulsion des habitants sous la halle Nozal, a été pérennisé et accompagné par la Ville. Chaque samedi, les Dionysiens peuvent y trouver un poissonnier, un boucher, un fromager, deux primeurs, un boulanger, ou encore un fleuriste. Des travaux sont prévus en 2012 pour fermer la halle et apporter plus de confort aux chalands et commerçants.

1

10

C ombien mesurera le mur anti-bruit dans le quartier Sémard ?

5

Q  ue récompensent les étoiles dionysiennes ?

A 3 18 mètres B 3 560 mètres C 3 900 mètres

Le marché de Saint-Denis est : A 3 le plus grand de Seine-Saint-Denis B 3 le plus grand d’Ile-de-France C 3 le plus grand de France

3Le panorama des cinémas du Maghreb, au cinéma l’Ecran. 3La rénovation du Théâtre Gérard Philipe, centre dramatique national.

1

29 janvier 2011 : inauguration de la médiathèque Ulysse, dans le quartier Franc Moisin

Réponses : 1 c / 2 B / 3 C / 4 b / 5 c / 6 B / 7 b

3

Depuis 2008

3Le développement des manifestations culturelles dans l’espace public : fêtes

1 Un samedi matin au marché de la Plaine

2

L’ouverture de la médiathèque Ulysse à Franc Moisin-Bel Air : gratuite et ouverte à tout le monde, cette nouvelle médiathèque située à Franc Moisin-Bel Air propose depuis janvier 2011, 15 000 livres, 70 titres de presse dont 6 quotidiens, 1 200 CD et 2 800 DVD. Le bâtiment dispose d’un espace multimédia, d’une salle d’animation et d’une salle de quartier ouverte aux habitants. Ulysse complète le réseau de médiathèques de Plaine Commune, après la médiathèque centrale, Don Quichotte à La Plaine et Gulliver à Floréal.

des tulipes et de Saint-Denis, concerts en plein air gratuits, retransmission sur écran de concerts du Festival en Basilique.

P

our favoriser le maintien des commerces de bouche ou leur développement, la Ville a préempté des locaux commerciaux. Une boucherie traditionnelle a été maintenue dans le quartier Delaunay-Belleville, une cave à vin s’est installée et la librairie s’est agrandie dans le centre ville, deux nouvelles pharmacies ont ouvert à La Plaine.... Pour un commerce alternatif, la Foire des savoir-faire solidaire de Plaine Commune permet aux artisans de rayonner et la Ville a favorisé l’implantation de deux AMAP (association pour le maintien d’une agriculture paysanne) et de la coopérative Andines.

3Soutien à l'agrandissement du gymnase de l’Avant-garde.

Permettre l’accès du plus grand nombre à la culture

3La rénovation du Musée d’art et d’histoire.

Que fait la ville pour favoriser la diversité et la qualité des commerces ?

À  combien se monte l’amende en cas de dépôt sauvage d’ordures ?

A 3 50€ B 3 230€ C 3 350€

4

Qu’est-ce que PEP’S ?

A 3 un nouveau service développé

par la ville pour être en forme et avoir de l’énergie B 3  une plateforme d’échange et de partage sur Internet, développée par Plaine Commune, qui permet de recycler ses objets. C 3  le prochain artiste du pique-nique concert de rentrée

A 3 les danseurs classiques de l’année B 3 les astronomes amateurs de l’année C 3 les sportifs de l’année

6

C ombien d’enfants fréquentent l’Ecole Municipale des Sports chaque année ?

A 3 300 B 3 600 C 3 900 

7

C ombien y a-t-il de déchetteries sur le territoire de Plaine Commune ?

A 3 0 B 3 3 C 3 18

11


Encourager les pratiques sportives Le Parc des sports Auguste Delaune a été rénové. La petite tribune, reconstruite, permet d’abriter des vestiaires plus nombreux et plus confortables. La municipalité poursuit le travail engagé en 2009 avec la réfection de la piste d’athlétisme et travaille à la programmation de la rénovation du Palais des sports . Depuis 2008

3Rénovation de la piste d’athlétisme du stade annexe.

+150  000 euros de subvention 1 La nouvelle piste d’athlétisme au Stade Delaune

aux associations sportives en 2010

3Augmentation des subventions aux associations sportives (plus 150 000 euros depuis 2010).

3Réalisation d’une halle des sports ouverte sur le quartier à l’école Maria Casarès Robert Doisneau.

Soutenir un commerce de qualité Le marché de la Plaine, créé en 2007 sous l’impulsion des habitants sous la halle Nozal, a été pérennisé et accompagné par la Ville. Chaque samedi, les Dionysiens peuvent y trouver un poissonnier, un boucher, un fromager, deux primeurs, un boulanger, ou encore un fleuriste. Des travaux sont prévus en 2012 pour fermer la halle et apporter plus de confort aux chalands et commerçants.

1

10

C ombien mesurera le mur anti-bruit dans le quartier Sémard ?

5

Q  ue récompensent les étoiles dionysiennes ?

A 3 18 mètres B 3 560 mètres C 3 900 mètres

Le marché de Saint-Denis est : A 3 le plus grand de Seine-Saint-Denis B 3 le plus grand d’Ile-de-France C 3 le plus grand de France

3Le panorama des cinémas du Maghreb, au cinéma l’Ecran. 3La rénovation du Théâtre Gérard Philipe, centre dramatique national.

1

29 janvier 2011 : inauguration de la médiathèque Ulysse, dans le quartier Franc Moisin

Réponses : 1 c / 2 B / 3 C / 4 b / 5 c / 6 B / 7 b

3

Depuis 2008

3Le développement des manifestations culturelles dans l’espace public : fêtes

1 Un samedi matin au marché de la Plaine

2

L’ouverture de la médiathèque Ulysse à Franc Moisin-Bel Air : gratuite et ouverte à tout le monde, cette nouvelle médiathèque située à Franc Moisin-Bel Air propose depuis janvier 2011, 15 000 livres, 70 titres de presse dont 6 quotidiens, 1 200 CD et 2 800 DVD. Le bâtiment dispose d’un espace multimédia, d’une salle d’animation et d’une salle de quartier ouverte aux habitants. Ulysse complète le réseau de médiathèques de Plaine Commune, après la médiathèque centrale, Don Quichotte à La Plaine et Gulliver à Floréal.

des tulipes et de Saint-Denis, concerts en plein air gratuits, retransmission sur écran de concerts du Festival en Basilique.

P

our favoriser le maintien des commerces de bouche ou leur développement, la Ville a préempté des locaux commerciaux. Une boucherie traditionnelle a été maintenue dans le quartier Delaunay-Belleville, une cave à vin s’est installée et la librairie s’est agrandie dans le centre ville, deux nouvelles pharmacies ont ouvert à La Plaine.... Pour un commerce alternatif, la Foire des savoir-faire solidaire de Plaine Commune permet aux artisans de rayonner et la Ville a favorisé l’implantation de deux AMAP (association pour le maintien d’une agriculture paysanne) et de la coopérative Andines.

3Soutien à l'agrandissement du gymnase de l’Avant-garde.

Permettre l’accès du plus grand nombre à la culture

3La rénovation du Musée d’art et d’histoire.

Que fait la ville pour favoriser la diversité et la qualité des commerces ?

À  combien se monte l’amende en cas de dépôt sauvage d’ordures ?

A 3 50€ B 3 230€ C 3 350€

4

Qu’est-ce que PEP’S ?

A 3 un nouveau service développé

par la ville pour être en forme et avoir de l’énergie B 3  une plateforme d’échange et de partage sur Internet, développée par Plaine Commune, qui permet de recycler ses objets. C 3  le prochain artiste du pique-nique concert de rentrée

A 3 les danseurs classiques de l’année B 3 les astronomes amateurs de l’année C 3 les sportifs de l’année

6

C ombien d’enfants fréquentent l’Ecole Municipale des Sports chaque année ?

A 3 300 B 3 600 C 3 900 

7

C ombien y a-t-il de déchetteries sur le territoire de Plaine Commune ?

A 3 0 B 3 3 C 3 18

11


Une ville où chacun a sa place

Éradiquer l’habitat insalubre Contre les marchands de sommeil et le fléau des logements privés dégradés, la Ville et Plaine Commune engagent 21  M€. Elles ont convaincu l’Etat et d’autres partenaires pour un investissement global de plus de 50 M€. L’objectif est de rénover avec et logements neufs vont être construits pour les habitants. Le (dont 180 logements bilan social (accès à sociaux) un logement décent) et écologique (réduction des factures d’énergie) est positif. Sur l’ensemble de la ville, 189 logements sont destinés à la démolition et 300 logements neufs vont être construits (dont 180 logements sociaux).

300

1 Avant-après : la maison aux masques rénovée en 2010

Un toit c’est un droit Pourquoi l’attente estelle si longue quand on fait une demande de logement social ?

I 1 Le marché de Saint-Denis

A

vec aujourd’hui 105 000 habitants, Saint-Denis est devenue la première ville du département. la Ville s’engage pour un développement équilibré et solidaire de la région au travers de la construction d’une offre diversifiée de logements, de son programme d’éradication de l’habitat insalubre privé, et de son action en faveur de l’installation d’entreprises, d’emplois et de formations. Sa particularité est de continuer à travailler son renouvellement urbain sans exclure les habitants les plus modestes. Saint-Denis agit pour mettre son dynamisme exceptionnel au service du droit au logement et de l’accès à l’emploi.

1 De nouveaux logements rue des Fresnes Plus de 2 000 logements ont été livrés depuis 2008, dont 600 logements sociaux. Logements familiaux, résidences étudiantes, accessions privée ou sociale à la propriété, rénovation des foyers de travailleurs, résidences sociales… Cette offre diversifiée s’adresse à tous et fait de Saint-Denis la ville d’Ile-de-France où se construisent le plus de logements et de logements sociaux.

Depuis 2008

3Ouverture de deux nouvelles résidences étudiantes.  3Accession à la propriété de locataires du parc social au travers du Pass foncier.  3Construction de logements en accession sociale (CAPS). 

3Réhabilitation de la cité Meissonnier. 

l manque 500 000 logements en Ile-de-France dont 150 000 logements sociaux. Egoïstement, plus de la moitié des villes ne respectent pas l’obligation des 20% de logements sociaux sur leur territoire. Cela favorise la flambée des prix et des loyers du privé. Du coup, les locataires d’un logement social sont deux fois moins nombreux qu’il y a cinq ans à en sortir pour un autre logement, ce qui allonge la liste d’attente. La Ville lutte contre les expulsions (arrêté anti-expulsion) et contre les logements vides (arrêté de réquisition).

3Charte de relogements dans les cinq quartiers ANRU (Agence nationale de rénovation urbaine). ; 3Participation au financement du village d’insertion Rom au fort de l’est. 13


Une ville où chacun a sa place

Éradiquer l’habitat insalubre Contre les marchands de sommeil et le fléau des logements privés dégradés, la Ville et Plaine Commune engagent 21  M€. Elles ont convaincu l’Etat et d’autres partenaires pour un investissement global de plus de 50 M€. L’objectif est de rénover avec et logements neufs vont être construits pour les habitants. Le (dont 180 logements bilan social (accès à sociaux) un logement décent) et écologique (réduction des factures d’énergie) est positif. Sur l’ensemble de la ville, 189 logements sont destinés à la démolition et 300 logements neufs vont être construits (dont 180 logements sociaux).

300

1 Avant-après : la maison aux masques rénovée en 2010

Un toit c’est un droit Pourquoi l’attente estelle si longue quand on fait une demande de logement social ?

I 1 Le marché de Saint-Denis

A

vec aujourd’hui 105 000 habitants, Saint-Denis est devenue la première ville du département. la Ville s’engage pour un développement équilibré et solidaire de la région au travers de la construction d’une offre diversifiée de logements, de son programme d’éradication de l’habitat insalubre privé, et de son action en faveur de l’installation d’entreprises, d’emplois et de formations. Sa particularité est de continuer à travailler son renouvellement urbain sans exclure les habitants les plus modestes. Saint-Denis agit pour mettre son dynamisme exceptionnel au service du droit au logement et de l’accès à l’emploi.

1 De nouveaux logements rue des Fresnes Plus de 2 000 logements ont été livrés depuis 2008, dont 600 logements sociaux. Logements familiaux, résidences étudiantes, accessions privée ou sociale à la propriété, rénovation des foyers de travailleurs, résidences sociales… Cette offre diversifiée s’adresse à tous et fait de Saint-Denis la ville d’Ile-de-France où se construisent le plus de logements et de logements sociaux.

Depuis 2008

3Ouverture de deux nouvelles résidences étudiantes.  3Accession à la propriété de locataires du parc social au travers du Pass foncier.  3Construction de logements en accession sociale (CAPS). 

3Réhabilitation de la cité Meissonnier. 

l manque 500 000 logements en Ile-de-France dont 150 000 logements sociaux. Egoïstement, plus de la moitié des villes ne respectent pas l’obligation des 20% de logements sociaux sur leur territoire. Cela favorise la flambée des prix et des loyers du privé. Du coup, les locataires d’un logement social sont deux fois moins nombreux qu’il y a cinq ans à en sortir pour un autre logement, ce qui allonge la liste d’attente. La Ville lutte contre les expulsions (arrêté anti-expulsion) et contre les logements vides (arrêté de réquisition).

3Charte de relogements dans les cinq quartiers ANRU (Agence nationale de rénovation urbaine). ; 3Participation au financement du village d’insertion Rom au fort de l’est. 13


Une politique volontariste pour l’emploi En attirant toujours plus d’emplois sur son territoire, Saint-Denis ouvre des perspectives à ses habitants et surmonte les ravages de la désindustrialisation des années 70-80. Plaine Commune est devenue le 3e bassin d’emploi de la métropole après Paris et La Défense. Une entreprise qui s’installe crée au minimum une activité économique locale en services de proximité. 2 500 habitants du territoire ont été embauchés en application de la charte entreprise-territoire, négociée

par Plaine Commune et signée par plus de cent entreprises représentant 25% des emplois, en faveur de l’emploi local et des clauses d’insertion. 2 523 jeunes Dionysiens ont été suivis par la Mission locale pour l’emploi en 2010. 1 107 ont accédé à un emploi ou à une formation, répartis en 474 jeunes en formation ou ayant repris une scolarité et 633 ayant accédé à un emploi au cours de l’année. Parmi ces derniers, 1 jeune sur 4 a obtenu un CDI à temps plein.

Pourquoi encore tant de Dionysiens au chômage ? 

L

14

1 Un chantier de logements sociaux

1

C ombien de logements manque-t-il en Ile-de-France ? A 3 100 000 B 3 500 000 C 3 2 000 000

2 1

Une séance du parcours d’orientation professionnelle d’objectif emploi avec la RATP

Depuis 2008

3Les chantiers de rénovation urbaine et d’installation des entreprises comportent une clause d’insertion pour l’embauche d’habitants du territoire. 150 personnes en ont bénéficié depuis 2008. 

3Nombreuses installations d’entreprises avec un total sans précédent de 86 000 emplois sur le territoire. Dernière annonce en date : SFR et ses 8 500 salariés. 

3

L a plus ancienne maison de SaintDenis a été réhabilitée. Sa façade est ornée de quatre masques, que représentent-ils?

A 3 le visage de ses anciens propriétaires B 3 l e symbole des quatre saisons C 3 personne ne l’a jamais su…

C ombien d’habitants compte la ville de Saint-Denis ?

A 3 88 000 B 3 94 000 C 3 105 000

3Accompagnement de 3 300 chômeurs (jeunes, allocataires RSA) par an par Objectif Emploi. 

3La Ville donne l’exemple en tant qu’employeur, son développement du service public local a nécessité la création de 56 postes depuis 2008.

Réponses : 1 b / 2 c / 3 b / 4 a

e chômage en France est en hausse, il atteint en 2011 le chiffre officiel de 2,75 millions soit plus de 10% de la population active. Il touche en majorité les jeunes et les personnes sans qualification. Ces catégories de privés d’emploi sont fortement représentées sur notre territoire et c’est donc ici 2 personnes sur 10 qui ne trouvent pas d’emploi. Les entreprises s’installent à Saint-Denis avec l’essentiel de leurs salariés. Mais dans leur développement et leur renouvellement de personnel, le critère de la proximité est un facteur positif pour un Dionysien. Sur le long terme la Ville et Plaine Commune travaillent au rapprochement du niveau de qualification et des offres d’emplois avec le développement des formations sur notre territoire (priorité à la jeunesse et à l’éducation, installation du CNAM et de ses cours du soir, projet du campus Condorcet, métiers de l’audiovisuel avec le lycée Suger…). Elles refusent le tout bureau en favorisant l’implantation de locaux d’activités pour l’artisanat et l’industrie. Enfin, un travail spécifique de lutte contre les discriminations est mené.

4

C ombien d’entreprises sont installées à Saint-Denis ?

A 3 près de 2 700 B 3 plus de 500 C 3 environ 1 000

15


Une politique volontariste pour l’emploi En attirant toujours plus d’emplois sur son territoire, Saint-Denis ouvre des perspectives à ses habitants et surmonte les ravages de la désindustrialisation des années 70-80. Plaine Commune est devenue le 3e bassin d’emploi de la métropole après Paris et La Défense. Une entreprise qui s’installe crée au minimum une activité économique locale en services de proximité. 2 500 habitants du territoire ont été embauchés en application de la charte entreprise-territoire, négociée

par Plaine Commune et signée par plus de cent entreprises représentant 25% des emplois, en faveur de l’emploi local et des clauses d’insertion. 2 523 jeunes Dionysiens ont été suivis par la Mission locale pour l’emploi en 2010. 1 107 ont accédé à un emploi ou à une formation, répartis en 474 jeunes en formation ou ayant repris une scolarité et 633 ayant accédé à un emploi au cours de l’année. Parmi ces derniers, 1 jeune sur 4 a obtenu un CDI à temps plein.

Pourquoi encore tant de Dionysiens au chômage ? 

L

14

1 Un chantier de logements sociaux

1

C ombien de logements manque-t-il en Ile-de-France ? A 3 100 000 B 3 500 000 C 3 2 000 000

2 1

Une séance du parcours d’orientation professionnelle d’objectif emploi avec la RATP

Depuis 2008

3Les chantiers de rénovation urbaine et d’installation des entreprises comportent une clause d’insertion pour l’embauche d’habitants du territoire. 150 personnes en ont bénéficié depuis 2008. 

3Nombreuses installations d’entreprises avec un total sans précédent de 86 000 emplois sur le territoire. Dernière annonce en date : SFR et ses 8 500 salariés. 

3

L a plus ancienne maison de SaintDenis a été réhabilitée. Sa façade est ornée de quatre masques, que représentent-ils?

A 3 le visage de ses anciens propriétaires B 3 l e symbole des quatre saisons C 3 personne ne l’a jamais su…

C ombien d’habitants compte la ville de Saint-Denis ?

A 3 88 000 B 3 94 000 C 3 105 000

3Accompagnement de 3 300 chômeurs (jeunes, allocataires RSA) par an par Objectif Emploi. 

3La Ville donne l’exemple en tant qu’employeur, son développement du service public local a nécessité la création de 56 postes depuis 2008.

Réponses : 1 b / 2 c / 3 b / 4 a

e chômage en France est en hausse, il atteint en 2011 le chiffre officiel de 2,75 millions soit plus de 10% de la population active. Il touche en majorité les jeunes et les personnes sans qualification. Ces catégories de privés d’emploi sont fortement représentées sur notre territoire et c’est donc ici 2 personnes sur 10 qui ne trouvent pas d’emploi. Les entreprises s’installent à Saint-Denis avec l’essentiel de leurs salariés. Mais dans leur développement et leur renouvellement de personnel, le critère de la proximité est un facteur positif pour un Dionysien. Sur le long terme la Ville et Plaine Commune travaillent au rapprochement du niveau de qualification et des offres d’emplois avec le développement des formations sur notre territoire (priorité à la jeunesse et à l’éducation, installation du CNAM et de ses cours du soir, projet du campus Condorcet, métiers de l’audiovisuel avec le lycée Suger…). Elles refusent le tout bureau en favorisant l’implantation de locaux d’activités pour l’artisanat et l’industrie. Enfin, un travail spécifique de lutte contre les discriminations est mené.

4

C ombien d’entreprises sont installées à Saint-Denis ?

A 3 près de 2 700 B 3 plus de 500 C 3 environ 1 000

15


Des choix durables et stratégiques

Un réseau de transports publics et écologiques Saint-Denis avance avec trois nouveaux tramways et un nouveau métro : prolongement du T1 vers l’ouest (2012), création du T5 (2012) et du T8 (2014), ouverture de la station Front Populaire du métro 12 (2012). Aucune autre ville ne voit se réaliser un si grand nombre de projets, qui vont placer Saint-Denis au cœur du réseau de transport du Nord parisien, pour des déplacements plus faciles, plus collectifs et plus écologiques, mais aussi pour des espaces publics plus agréables. Il y aura moins de voitures, plus de verdure, moins de bruit, plus de plaisir à marcher dans les rues dionysiennes.

Pourquoi la ligne 13 est-elle encore surchargée ? 

S

eul le dédoublement de la ligne permettrait de transformer le quotidien de milliers de voyageurs. Présente à tous les comités de suivi, interpellant régulièrement la RATP et le STIF, soutenant les alternatives de désengorgement, Saint-Denis reste aux avant-postes. Nous avons ainsi obtenu le prolongement de la ligne 14 à Pleyel et militons au côté de Plaine Commune pour le prolongement sud du T8 avant 2016. En attendant, la RATP doit mener à bien son programme d’amélioration de l’exploitation dont nous suivons la mise en œuvre.

1 Le long du canal Saint-Denis

S

aint-Denis se transforme et construit l’avenir. L’insertion du territoire dans la métropole s’approfondit grâce au développement économique, à l’amélioration des réseaux de transports. Basilique royale, Stade de France, et bientôt Cité du cinéma, notre ville est forte d’un patrimoine remarquable et possède un très fort potentiel dans les industries et l’artisanat de la création. C’est ce développement dynamique qui a permis à Saint-Denis d’être désignée comme pôle stratégique du Grand Paris, avec l’implantation à l’horizon 2015 d’un pôle de transport à Pleyel, réunissant le futur Grand Paris Express, le prolongement de la ligne 14, et une gare TGV. Face aux défis écologiques et sociaux, nos choix de gestion et d’aménagement sont résolument tournés vers un développement durable qui profite à tous.

39 000 déplacements effectués en velcom depuis 2009

1 Le tramway T1 Depuis 2008

3Mobilisation des acteurs du territoire pour peser sur les décisions : association de soutien au prolongement du T8 pour relier la porte de Paris à la porte de la Chapelle via FrancMoisin et la Plaine.

3Plan vélo : vélos libre-service, parcs de stationnement dans les espaces publics et les bâtiments publics et privés, concertation sur le schéma des itinéraires cyclables. 

3Extension du plateau piéton du centre-ville au quartier Brise Echalas.

3Valorisation du canal Saint-Denis : jalonnement cyclable pour compléter le cheminement jusqu’à Aubervilliers, installation de la Fabrique à Rêves pour l’été.

3Arrivée du T3 à la porte de la Chapelle (fin 2012), chantier de la « Tangentielle Nord », nouveau tram-train de Sartrouville à Noisy-leSec (2014-2018). 

17


Des choix durables et stratégiques

Un réseau de transports publics et écologiques Saint-Denis avance avec trois nouveaux tramways et un nouveau métro : prolongement du T1 vers l’ouest (2012), création du T5 (2012) et du T8 (2014), ouverture de la station Front Populaire du métro 12 (2012). Aucune autre ville ne voit se réaliser un si grand nombre de projets, qui vont placer Saint-Denis au cœur du réseau de transport du Nord parisien, pour des déplacements plus faciles, plus collectifs et plus écologiques, mais aussi pour des espaces publics plus agréables. Il y aura moins de voitures, plus de verdure, moins de bruit, plus de plaisir à marcher dans les rues dionysiennes.

Pourquoi la ligne 13 est-elle encore surchargée ? 

S

eul le dédoublement de la ligne permettrait de transformer le quotidien de milliers de voyageurs. Présente à tous les comités de suivi, interpellant régulièrement la RATP et le STIF, soutenant les alternatives de désengorgement, Saint-Denis reste aux avant-postes. Nous avons ainsi obtenu le prolongement de la ligne 14 à Pleyel et militons au côté de Plaine Commune pour le prolongement sud du T8 avant 2016. En attendant, la RATP doit mener à bien son programme d’amélioration de l’exploitation dont nous suivons la mise en œuvre.

1 Le long du canal Saint-Denis

S

aint-Denis se transforme et construit l’avenir. L’insertion du territoire dans la métropole s’approfondit grâce au développement économique, à l’amélioration des réseaux de transports. Basilique royale, Stade de France, et bientôt Cité du cinéma, notre ville est forte d’un patrimoine remarquable et possède un très fort potentiel dans les industries et l’artisanat de la création. C’est ce développement dynamique qui a permis à Saint-Denis d’être désignée comme pôle stratégique du Grand Paris, avec l’implantation à l’horizon 2015 d’un pôle de transport à Pleyel, réunissant le futur Grand Paris Express, le prolongement de la ligne 14, et une gare TGV. Face aux défis écologiques et sociaux, nos choix de gestion et d’aménagement sont résolument tournés vers un développement durable qui profite à tous.

39 000 déplacements effectués en velcom depuis 2009

1 Le tramway T1 Depuis 2008

3Mobilisation des acteurs du territoire pour peser sur les décisions : association de soutien au prolongement du T8 pour relier la porte de Paris à la porte de la Chapelle via FrancMoisin et la Plaine.

3Plan vélo : vélos libre-service, parcs de stationnement dans les espaces publics et les bâtiments publics et privés, concertation sur le schéma des itinéraires cyclables. 

3Extension du plateau piéton du centre-ville au quartier Brise Echalas.

3Valorisation du canal Saint-Denis : jalonnement cyclable pour compléter le cheminement jusqu’à Aubervilliers, installation de la Fabrique à Rêves pour l’été.

3Arrivée du T3 à la porte de la Chapelle (fin 2012), chantier de la « Tangentielle Nord », nouveau tram-train de Sartrouville à Noisy-leSec (2014-2018). 

17


S’associer au Grand Paris, menace ou opportunité ?

S

aint-Denis, 105 000 habitants, dans Plaine Commune, 350 000 habitants, à côté de Paris, 2,2 millions d’habitants, au sein de la région Ile-de-France, 10,6 millions d’habitants… Ces chiffres donnent le tournis et disent le formidable potentiel de développement accessible aux Dionysiens. Par notre participation à Paris Métropole et notre soutien à la mise en œuvre du SDRIF, nous agissons pour un développement équilibré, qui n’exclut personne. Une forte péréquation entre villes populaires et villes riches et une participation de toutes les communes à l’effort de constructions de logements sont aujourd’hui indispensables.

Un agenda 21, c’est quoi, ça sert à quoi ? 

La société du Grand Paris est l’établissement public chargé de concevoir et de construire le futur réseau de transports. Cette société a choisi de s’installer à Saint-Denis, ce qui témoigne de l’intérêt stratégique de notre ville sur l’axe Paris-Roissy, avec Pleyel qui accueillera l’une des gares majeures du Grand Paris.

La Fabrique de la ville préfigurant le Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine ainsi que les nouvelles données des fouilles archéologiques enrichissent chaque année un peu plus l’histoire de Saint-Denis et de ses quartiers. Le développement local s’appuie ainsi sur un patrimoine valorisé, très attractif pour les touristes et les Dionysiens. Le soutien pérennisé à l’association Franciade, qui édite et commercialise des produits inspirés du patrimoine archéologique ou culturel, participe à cette démarche.

1Saint-Denis vue du ciel

40 000

Faire le choix des économies d’énergie 

L

a ville a décidé avec Plaine Commune de mettre en oeuvre un agenda 21. Cet outil nous permettra de mettre en place des actions prenant en compte le développement durable afin d’approfondir la transition écologique et sociale de notre territoire.

Notre patrimoine, atout majeur de développement

La société du Grand Paris s’installe à Saint-Denis

1 La future chaufferie à bois

objets du moyen age ont été découverts depuis 1981 dans le sous-sol dionysien.

1 La Fabrique de la ville, rue du Cygne

Le réseau de distribution de chaleur de Saint-Denis alimente la quasi totalité de l’habitat social, tous les équipements publics de la ville, le Stade de France et les entreprises de la Plaine. Il franchit une nouvelle étape, avec la construction d’une chaufferie biomasse qui permettra de diminuer considérablement les volumes de fuel et de gaz nécessaires. Dans une première phase, elle assurera plus de 25% de la production de chaleur. Le bois provient de scieries situées dans un rayon maximum de 100 km autour de Saint-Denis. Cette installation crée 20 emplois pérennes.

1

L a nouvelle ligne de Tramway T5 rejoindra : A 3 Saint-Denis (station marché de Saint-

Denis) à Garges-Sarcelles B 3 S  aint-Denis (station gare de Saint-Denis) à Pierrefitte-sur-Seine C 3 S  aint-Denis (station Porte de Paris) à Sarcelles

3

C ombien de personnes visitent chaque année la nécropole de la Basilique ?

A 3 700 000 B 3 30 000 C 3 150 000

3 Mise en place d’agendas 21 scolaires, consultation des écoliers sur les projets d’aménagement. 3 Élaboration du Plan communal de sauvegarde pour la prévention des risques.

18

3Équipements publics : construction haute qualité environnementale pour les nouveaux équipements (groupes scolaires Césaire-La Lison et Casarès-Doisneau) : matériaux écologiques, énergies renouvelables, récupération des eaux de pluies, gestion des déchets de chantier...

3Logement : construction et réhabilitation de logements sociaux aux normes BBC (bâtiment à basse consommation) ; constructions écologiques en bois à La Plaine ; lancement du Programme National de Réhabilitation des Quartiers Anciens Dégradés, contre l’habitat insalubre.

3Éducation des jeunes Dionysiens à l’environnement avec l’éco Parlement des écoliers : mise en place du tri des déchets dans les écoles et dans les centres de loisirs ; éducation aux enjeux de la biodiversité au sein du lieu « zone sensible ».

Réponses : 1 A / 2 b / 3 C / 4 a

Depuis 2008

2

D  ans Agenda 21, à quoi correspond le chiffre 21 ?

A 3 au département 21, la Côte d’Or,

où ce programme d’actions a été élaboré

B 3 au 21e siècle, puisqu’il s’agit d’un

programme d’actions pour le futur

C 3 à  21 Jump Street, en l’honneur

de Johnny Depp

4

C luster ? Que signifie ce mot ?

A 3 C’est un regroupement géographique

d’entreprises et organismes rassemblant des compétences de savoir-faire et technologiques B 3 C’est un nouveau réseau social sur Internet C 3 C  ’est une variété de hamster

19


S’associer au Grand Paris, menace ou opportunité ?

S

aint-Denis, 105 000 habitants, dans Plaine Commune, 350 000 habitants, à côté de Paris, 2,2 millions d’habitants, au sein de la région Ile-de-France, 10,6 millions d’habitants… Ces chiffres donnent le tournis et disent le formidable potentiel de développement accessible aux Dionysiens. Par notre participation à Paris Métropole et notre soutien à la mise en œuvre du SDRIF, nous agissons pour un développement équilibré, qui n’exclut personne. Une forte péréquation entre villes populaires et villes riches et une participation de toutes les communes à l’effort de constructions de logements sont aujourd’hui indispensables.

Un agenda 21, c’est quoi, ça sert à quoi ? 

La société du Grand Paris est l’établissement public chargé de concevoir et de construire le futur réseau de transports. Cette société a choisi de s’installer à Saint-Denis, ce qui témoigne de l’intérêt stratégique de notre ville sur l’axe Paris-Roissy, avec Pleyel qui accueillera l’une des gares majeures du Grand Paris.

La Fabrique de la ville préfigurant le Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine ainsi que les nouvelles données des fouilles archéologiques enrichissent chaque année un peu plus l’histoire de Saint-Denis et de ses quartiers. Le développement local s’appuie ainsi sur un patrimoine valorisé, très attractif pour les touristes et les Dionysiens. Le soutien pérennisé à l’association Franciade, qui édite et commercialise des produits inspirés du patrimoine archéologique ou culturel, participe à cette démarche.

1Saint-Denis vue du ciel

40 000

Faire le choix des économies d’énergie 

L

a ville a décidé avec Plaine Commune de mettre en oeuvre un agenda 21. Cet outil nous permettra de mettre en place des actions prenant en compte le développement durable afin d’approfondir la transition écologique et sociale de notre territoire.

Notre patrimoine, atout majeur de développement

La société du Grand Paris s’installe à Saint-Denis

1 La future chaufferie à bois

objets du moyen age ont été découverts depuis 1981 dans le sous-sol dionysien.

1 La Fabrique de la ville, rue du Cygne

Le réseau de distribution de chaleur de Saint-Denis alimente la quasi totalité de l’habitat social, tous les équipements publics de la ville, le Stade de France et les entreprises de la Plaine. Il franchit une nouvelle étape, avec la construction d’une chaufferie biomasse qui permettra de diminuer considérablement les volumes de fuel et de gaz nécessaires. Dans une première phase, elle assurera plus de 25% de la production de chaleur. Le bois provient de scieries situées dans un rayon maximum de 100 km autour de Saint-Denis. Cette installation crée 20 emplois pérennes.

1

L a nouvelle ligne de Tramway T5 rejoindra : A 3 Saint-Denis (station marché de Saint-

Denis) à Garges-Sarcelles B 3 S  aint-Denis (station gare de Saint-Denis) à Pierrefitte-sur-Seine C 3 S  aint-Denis (station Porte de Paris) à Sarcelles

3

C ombien de personnes visitent chaque année la nécropole de la Basilique ?

A 3 700 000 B 3 30 000 C 3 150 000

3 Mise en place d’agendas 21 scolaires, consultation des écoliers sur les projets d’aménagement. 3 Élaboration du Plan communal de sauvegarde pour la prévention des risques.

18

3Équipements publics : construction haute qualité environnementale pour les nouveaux équipements (groupes scolaires Césaire-La Lison et Casarès-Doisneau) : matériaux écologiques, énergies renouvelables, récupération des eaux de pluies, gestion des déchets de chantier...

3Logement : construction et réhabilitation de logements sociaux aux normes BBC (bâtiment à basse consommation) ; constructions écologiques en bois à La Plaine ; lancement du Programme National de Réhabilitation des Quartiers Anciens Dégradés, contre l’habitat insalubre.

3Éducation des jeunes Dionysiens à l’environnement avec l’éco Parlement des écoliers : mise en place du tri des déchets dans les écoles et dans les centres de loisirs ; éducation aux enjeux de la biodiversité au sein du lieu « zone sensible ».

Réponses : 1 A / 2 b / 3 C / 4 a

Depuis 2008

2

D  ans Agenda 21, à quoi correspond le chiffre 21 ?

A 3 au département 21, la Côte d’Or,

où ce programme d’actions a été élaboré

B 3 au 21e siècle, puisqu’il s’agit d’un

programme d’actions pour le futur

C 3 à  21 Jump Street, en l’honneur

de Johnny Depp

4

C luster ? Que signifie ce mot ?

A 3 C’est un regroupement géographique

d’entreprises et organismes rassemblant des compétences de savoir-faire et technologiques B 3 C’est un nouveau réseau social sur Internet C 3 C  ’est une variété de hamster

19


Construire la ville avec vous

Une ville Monde construite avec les citoyens ici et là-bas Saint-Denis agit pour la coopération entre les peuples, par la promotion d’une culture de la paix et de reconnaissance du libre droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. La Ville est engagée en faveur de la reconnaissance légitime des droits du peuple palestinien et de la reprise d’un processus de paix. Cet engagement se traduit par les vœux du conseil municipal en faveur de la reconnaissance de l’Etat palestinien et de la libération de Salah Hamouri et des accords de coopération signés avec le camp de réfugiés de Rafah en 2006 et la ville de Nazareth en 2005. La Ville apporte sa contribution aux actions de solidarité internationale, avec la flottille contre le blocus de Gaza, le soutien aux victimes haïtiennes du tremblement de terre, des inondations au Pakistan ou encore du Tsunami au Japon.

1 Séance du dispositif T’ Majeur

1

Un habitant signant la fresque réalisée par le graffeur Marko, en soutien à Salah Hamouri

S

aint-Denis se caractérise par son brassage culturel et social. Cette identité fonde notre engagement pour impliquer tous les Dionysiens à la vie de la cité. Dans le champ de la démocratie locale, l’effort consiste à structurer de nouveaux outils (Conseil consultatif des citoyens étrangers, Conseil consultatif de la vie associative, Conseil Consultatif des personnes âgées et retraitées) et à renforcer et interroger l’existant (Démarches quartiers, conseils de quartiers, budget participatif…) pour que tous puissent s’exprimer et voir leur parole prise en compte. Dans le champ de la coopération internationale, l’action de la Ville est guidée par la conviction qu’un autre monde est possible avec des rapports Nord-Sud équilibrés et justes, qui fassent vivre les valeurs de solidarité, de respect et de paix.

Depuis 2008

3 Mise en place du conseil consultatif des citoyens étrangers (CCCE) qui participe au réseau de villes en faveur du droit de vote des citoyens étrangers pour contribuer à arracher ce droit en 2012. Le maire de Saint-Denis fait partie des treize maires à l’origine de l’initiative, sa voix est particulièrement entendue, Saint-Denis ayant été la première ville à organiser un référendum d’initiative locale sur le sujet.

À quoi sert la coopération décentralisée ? Pourquoi des relations internationales ?

L

a Ville accompagne des projets concrets de co-développement à partir des besoins exprimés localement par les habitants en valorisant les actions de solidarité des migrants et des jeunes. Dans trois communes de la région de Kayes au Mali le travail se concentre sur l’accès aux soins et à la santé. A Larbaâ Nath Irathen en Algérie le projet est de réhabiliter la culture et l’économie du cerisier. Avec Tiznit au Maroc l’accent est mis sur les échanges culturels et la jeunesse, notamment autour de la formation audiovisuelle entre le lycée Al Massira de Tiznit et le lycée Suger de Saint‑Denis. Larbaâ et Tiznit ont accueilli une édition décentralisée du Panorama des cinémas du Maghreb, et les fauteuils du cinéma l’Écran ont été donnés à l’occasion de leur remplacement pour la réouverture d’un cinéma à Larbaâ. En 2010, Tuzla en Bosnie‑Herzégovine a organisé avec notre soutien la 7e conférence de la charte européenne des droits de l’Homme dans la ville, pour promouvoir l’Europe des citoyens et des villes. La ville de Saint-Denis a contribué à l’Aide Publique au Développement à hauteur de 128 559 € en 2009.

3 Appui et accompagnement des élections de délégués dans les foyers de travailleurs migrants (FTM).

Valoriser la richesse culturelle et la diversité des Dionysiens

1 Journée de partage des mémoires

Aves les habitants, la Ville développe les actions culturelles dans les quartiers (DesDalles, Deslivres, Dedaldilo, les Dionysiens en scène, concerts du Festival dans les maisons de quartier, cinéSémard, ciné-club itinérant, accompagnement culturel des projets de rénovation urbaine, Saint-Denis jazz club au TGP…) et valorise les cultures d’origine des Dionysiens (Panorama des cinémas du Maghreb ; journées de partage des mémoires…) 21


Construire la ville avec vous

Une ville Monde construite avec les citoyens ici et là-bas Saint-Denis agit pour la coopération entre les peuples, par la promotion d’une culture de la paix et de reconnaissance du libre droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. La Ville est engagée en faveur de la reconnaissance légitime des droits du peuple palestinien et de la reprise d’un processus de paix. Cet engagement se traduit par les vœux du conseil municipal en faveur de la reconnaissance de l’Etat palestinien et de la libération de Salah Hamouri et des accords de coopération signés avec le camp de réfugiés de Rafah en 2006 et la ville de Nazareth en 2005. La Ville apporte sa contribution aux actions de solidarité internationale, avec la flottille contre le blocus de Gaza, le soutien aux victimes haïtiennes du tremblement de terre, des inondations au Pakistan ou encore du Tsunami au Japon.

1 Séance du dispositif T’ Majeur

1

Un habitant signant la fresque réalisée par le graffeur Marko, en soutien à Salah Hamouri

S

aint-Denis se caractérise par son brassage culturel et social. Cette identité fonde notre engagement pour impliquer tous les Dionysiens à la vie de la cité. Dans le champ de la démocratie locale, l���effort consiste à structurer de nouveaux outils (Conseil consultatif des citoyens étrangers, Conseil consultatif de la vie associative, Conseil Consultatif des personnes âgées et retraitées) et à renforcer et interroger l’existant (Démarches quartiers, conseils de quartiers, budget participatif…) pour que tous puissent s’exprimer et voir leur parole prise en compte. Dans le champ de la coopération internationale, l’action de la Ville est guidée par la conviction qu’un autre monde est possible avec des rapports Nord-Sud équilibrés et justes, qui fassent vivre les valeurs de solidarité, de respect et de paix.

Depuis 2008

3 Mise en place du conseil consultatif des citoyens étrangers (CCCE) qui participe au réseau de villes en faveur du droit de vote des citoyens étrangers pour contribuer à arracher ce droit en 2012. Le maire de Saint-Denis fait partie des treize maires à l’origine de l’initiative, sa voix est particulièrement entendue, Saint-Denis ayant été la première ville à organiser un référendum d’initiative locale sur le sujet.

À quoi sert la coopération décentralisée ? Pourquoi des relations internationales ?

L

a Ville accompagne des projets concrets de co-développement à partir des besoins exprimés localement par les habitants en valorisant les actions de solidarité des migrants et des jeunes. Dans trois communes de la région de Kayes au Mali le travail se concentre sur l’accès aux soins et à la santé. A Larbaâ Nath Irathen en Algérie le projet est de réhabiliter la culture et l’économie du cerisier. Avec Tiznit au Maroc l’accent est mis sur les échanges culturels et la jeunesse, notamment autour de la formation audiovisuelle entre le lycée Al Massira de Tiznit et le lycée Suger de Saint‑Denis. Larbaâ et Tiznit ont accueilli une édition décentralisée du Panorama des cinémas du Maghreb, et les fauteuils du cinéma l’Écran ont été donnés à l’occasion de leur remplacement pour la réouverture d’un cinéma à Larbaâ. En 2010, Tuzla en Bosnie‑Herzégovine a organisé avec notre soutien la 7e conférence de la charte européenne des droits de l’Homme dans la ville, pour promouvoir l’Europe des citoyens et des villes. La ville de Saint-Denis a contribué à l’Aide Publique au Développement à hauteur de 128 559 € en 2009.

3 Appui et accompagnement des élections de délégués dans les foyers de travailleurs migrants (FTM).

Valoriser la richesse culturelle et la diversité des Dionysiens

1 Journée de partage des mémoires

Aves les habitants, la Ville développe les actions culturelles dans les quartiers (DesDalles, Deslivres, Dedaldilo, les Dionysiens en scène, concerts du Festival dans les maisons de quartier, cinéSémard, ciné-club itinérant, accompagnement culturel des projets de rénovation urbaine, Saint-Denis jazz club au TGP…) et valorise les cultures d’origine des Dionysiens (Panorama des cinémas du Maghreb ; journées de partage des mémoires…) 21


Rendre possibles les projets des Dionysiens

Budget et impôts locaux

Le budget participatif permet aux habitants de faire part de leurs attentes concernant la ville, leur quotidien, ou leur quartier. Ils peuvent alors proposer des actions concrètes aux élus, afin de faire financer ces projets par le budget de la ville. Dans ce cadre, de nombreux crédits sont mobilisés pour l’amélioration des espaces publics et pour le développement social initié par les habitants. Ainsi a été mis en œuvre l’accueil du matin avec l'association Ma matinale à Bel Air, la Fabrique à rêves du collectif 6B dans le quartier Gare-confluence ; le café des parents à la Plaine et le projet de Pleyel en herbe. Le service de la vie associative recense plus de 550 associations, auxquelles la Ville apporte un soutien logistique et/ou financier (mise à disposition de cars pour les sorties, de locaux, de matériel et de services d’impression). Depuis 2008

1 Lancement de la Fabrique

à rêves, au 6B

1

3Renforcement de la dimension associative de la c’est le montant des subventions votées par la Fête de Saint-Denis.  Ville aux associations. 3Élections des 54 délégués des antennes jeunesse.

C ombien de Dionysiens ont assisté à la fête des Tulipes en 2011 ? A 3 2 500 B 3 46 000 C 3 70 000

2

C ombien de nationalités sont présentes à Saint-Denis ?

A 3 23 B 3 130 C 3 1  80

3

L e collectif 6b a installé la Fabrique à rêves cet été sur le canal. Pourquoi s’appelle-t-il le 6B ?

A 3 parce que le collectif de création s’est

rencontré en 6eB au collège B 3 parce que le collectif est installé au 6b, quai de seine C 3 p  arce que le collectif a été monté par 6 personnes dont le prénom commence par B

22

4

3Organisation du premier forum des associations fin 2009 et mise en place du Conseil consultatif de la vie associative. 3Tenue du Forum de la Porte de Paris ; des assises GareConfluence ; mise sur pied du comité consultatif Lamaze.

Saint-Denis est aujourd’hui la ville la plus peuplée du département  : en 10 ans, nous avons gagné près de 18  000 habitants. Notre ville, qui compte 30% de jeunes de moins de 20 ans, connaît d’importants besoins en équipements et en services publics. Cette dynamique n’est que très partiellement prise en compte et accompagnée par l’Etat. Alors que la population a augmenté de près de 21%, les dotations, elles, n’ont augmenté que de 11%... A cela s’ajoute la suppression de la taxe professionnelle, qui prive les collectivités locales de cette ressource dynamique.

maintenir les dépenses d’investissement L’augmentation de la population et le développement économique qui l’accompagne sont des atouts formidables

C ombien d’associations sont recensées à la maison de la vie associative ?

une gestion rigoureuse et responsable Pour accompagner cette dynamique et construire l’avenir tout en préservant la santé financière de la ville, nous avons été contraints d’augmenter les impôts locaux. Malgré cette augmentation, SaintDenis figure aujourd’hui parmi les villes dont le taux de fiscalité locale est le plus bas. Parmi les 41 villes françaises de plus de 100 000 habitants, Saint-Denis est la 2e la moins imposée en matière de montant de la taxe d’habitation pour la part commune (la 3e en termes de taux) et la

20e pour le montant de la taxe foncière bâtie payée par les propriétaires (la 11e en termes de taux).

développer les solidarités Crèches, écoles, espaces publics, équipements sportifs et culturels… Le désendettement de la Ville lui permet de faire face à ces besoins. Le budget 2011 de la commune met en œuvre l’engagement de ne plus augmenter les impôts d’ici 2014, afin de ne pas pénaliser le pouvoir d’achat des familles. Par ailleurs, les tarifs des services à l’ensemble de la population sont inchangés depuis de nombreuses années dans un souci de justice sociale et de redistribution. Ainsi nous tenons notre engagement de construire une ville pour tous par un développement solidaire et durable du territoire.

Renforcer la prévention

Fonctionnement :

10,4 M €

A 3 plus de 30 B 3 plus de 250 C 3 p  lus de 550

5

pour notre ville. Face au désengagement de l’Etat, à la casse des services publics nationaux, notre responsabilité est donc de renforcer le service public local qui occupe une place centrale dans la vie quotidienne. C’est un gage de proximité, de solidarité et d’égalité.

À quoi sert le budget de la Ville ?

Améliorer le service public

  dont 0,26 M € de dépenses nouvelles. Investissement : 1 M € Lutter contre l’habitat indigne, développer les solidarités

Fonctionnement :

D  es échanges scolaires sont organisés entre des collégiens de Saint-Denis et de Sesto san giovani. Où se situe Sesto ?

45,3 M €

  dont 0,8 M € de dépenses nouvelles. Investissement : 3,6 M €

A 3 en Italie B 3 aux Etats-Unis C 3 e n Corse

Renforcer l’action pour la jeunesse

Fonctionnement :

58,9 M € dont 3,1 M €

de dépenses nouvelles. Investissement : 27,4 M €

Fonctionnement :

6 25

Réponses : 1 c / 2 b / 3 b / 4 c / 5 a

6,5 M€

3Salle de quartier Michel Rogowski au sein de la médiathèque Ulysse. 

une ville jeune et peuplée

5

21,1 M €

dont 0,6 M € de dépenses nouvelles. Investissement : 5,6 M€

10

priorités 45

Développer le sport et la culture

Fonctionnement :

13,4 M €

  dont 0,27 M € de dépenses nouvelles. Investissement : 5,3 M €

23


Rendre possibles les projets des Dionysiens

Budget et impôts locaux

Le budget participatif permet aux habitants de faire part de leurs attentes concernant la ville, leur quotidien, ou leur quartier. Ils peuvent alors proposer des actions concrètes aux élus, afin de faire financer ces projets par le budget de la ville. Dans ce cadre, de nombreux crédits sont mobilisés pour l’amélioration des espaces publics et pour le développement social initié par les habitants. Ainsi a été mis en œuvre l’accueil du matin avec l'association Ma matinale à Bel Air, la Fabrique à rêves du collectif 6B dans le quartier Gare-confluence ; le café des parents à la Plaine et le projet de Pleyel en herbe. Le service de la vie associative recense plus de 550 associations, auxquelles la Ville apporte un soutien logistique et/ou financier (mise à disposition de cars pour les sorties, de locaux, de matériel et de services d’impression). Depuis 2008

1 Lancement de la Fabrique

à rêves, au 6B

1

3Renforcement de la dimension associative de la c’est le montant des subventions votées par la Fête de Saint-Denis.  Ville aux associations. 3Élections des 54 délégués des antennes jeunesse.

C ombien de Dionysiens ont assisté à la fête des Tulipes en 2011 ? A 3 2 500 B 3 46 000 C 3 70 000

2

C ombien de nationalités sont présentes à Saint-Denis ?

A 3 23 B 3 130 C 3 1  80

3

L e collectif 6b a installé la Fabrique à rêves cet été sur le canal. Pourquoi s’appelle-t-il le 6B ?

A 3 parce que le collectif de création s’est

rencontré en 6eB au collège B 3 parce que le collectif est installé au 6b, quai de seine C 3 p  arce que le collectif a été monté par 6 personnes dont le prénom commence par B

22

4

3Organisation du premier forum des associations fin 2009 et mise en place du Conseil consultatif de la vie associative. 3Tenue du Forum de la Porte de Paris ; des assises GareConfluence ; mise sur pied du comité consultatif Lamaze.

Saint-Denis est aujourd’hui la ville la plus peuplée du département  : en 10 ans, nous avons gagné près de 18  000 habitants. Notre ville, qui compte 30% de jeunes de moins de 20 ans, connaît d’importants besoins en équipements et en services publics. Cette dynamique n’est que très partiellement prise en compte et accompagnée par l’Etat. Alors que la population a augmenté de près de 21%, les dotations, elles, n’ont augmenté que de 11%... A cela s’ajoute la suppression de la taxe professionnelle, qui prive les collectivités locales de cette ressource dynamique.

maintenir les dépenses d’investissement L’augmentation de la population et le développement économique qui l’accompagne sont des atouts formidables

C ombien d’associations sont recensées à la maison de la vie associative ?

une gestion rigoureuse et responsable Pour accompagner cette dynamique et construire l’avenir tout en préservant la santé financière de la ville, nous avons été contraints d’augmenter les impôts locaux. Malgré cette augmentation, SaintDenis figure aujourd’hui parmi les villes dont le taux de fiscalité locale est le plus bas. Parmi les 41 villes françaises de plus de 100 000 habitants, Saint-Denis est la 2e la moins imposée en matière de montant de la taxe d’habitation pour la part commune (la 3e en termes de taux) et la

20e pour le montant de la taxe foncière bâtie payée par les propriétaires (la 11e en termes de taux).

développer les solidarités Crèches, écoles, espaces publics, équipements sportifs et culturels… Le désendettement de la Ville lui permet de faire face à ces besoins. Le budget 2011 de la commune met en œuvre l’engagement de ne plus augmenter les impôts d’ici 2014, afin de ne pas pénaliser le pouvoir d’achat des familles. Par ailleurs, les tarifs des services à l’ensemble de la population sont inchangés depuis de nombreuses années dans un souci de justice sociale et de redistribution. Ainsi nous tenons notre engagement de construire une ville pour tous par un développement solidaire et durable du territoire.

Renforcer la prévention

Fonctionnement :

10,4 M €

A 3 plus de 30 B 3 plus de 250 C 3 p  lus de 550

5

pour notre ville. Face au désengagement de l’Etat, à la casse des services publics nationaux, notre responsabilité est donc de renforcer le service public local qui occupe une place centrale dans la vie quotidienne. C’est un gage de proximité, de solidarité et d’égalité.

À quoi sert le budget de la Ville ?

Améliorer le service public

  dont 0,26 M € de dépenses nouvelles. Investissement : 1 M € Lutter contre l’habitat indigne, développer les solidarités

Fonctionnement :

D  es échanges scolaires sont organisés entre des collégiens de Saint-Denis et de Sesto san giovani. Où se situe Sesto ?

45,3 M €

  dont 0,8 M € de dépenses nouvelles. Investissement : 3,6 M €

A 3 en Italie B 3 aux Etats-Unis C 3 e n Corse

Renforcer l’action pour la jeunesse

Fonctionnement :

58,9 M € dont 3,1 M €

de dépenses nouvelles. Investissement : 27,4 M €

Fonctionnement :

6 25

Réponses : 1 c / 2 b / 3 b / 4 c / 5 a

6,5 M€

3Salle de quartier Michel Rogowski au sein de la médiathèque Ulysse. 

une ville jeune et peuplée

5

21,1 M €

dont 0,6 M € de dépenses nouvelles. Investissement : 5,6 M€

10

priorités 45

Développer le sport et la culture

Fonctionnement :

13,4 M €

  dont 0,27 M € de dépenses nouvelles. Investissement : 5,3 M €

23


Perspectives 2011-2014

Quelles priorités ?

S

aint-Denis, ville populaire, ville jeune, ville monde, connaît un dynamisme et un développement exceptionnels. La confiance et la priorité données à la jeunesse, le développement des solidarités, la construction de logements diversifiés et l’investissement dans la prévention et l’environnement, traduisent l’engagement de faire de SaintDenis une ville pour tous.

Saint-Denis relève l’avenir. Après 25 ans d’action contre le déclin économique, lié à la désindustrialisation, la ville progresse dans sa reconversion engagée voilà 20 ans et accueille un nombre d’habitants et d’emplois sans précédent. Ce renversement historique est le fruit d’une vision, d’un projet de transformation au service des Dionysiens. Il permet à la ville de disposer de nombreux atouts pour que ce développement se traduise par une meilleure qualité de vie pour les habitants. Avec les nouveaux équipements (services publics locaux, tramways…), le renouveau de La Plaine et Pleyel, la requalification du centre ancien et la rénovation urbaine de Floréal à Saint-Rémy, en passant par la Saussaie, Franc Moisin, Cristino Garcia et Sémard, c’est toute la ville qui se transforme et avance avec ses habitants. Au cœur d’une métropole mondiale, région la plus riche et la plus inégalitaire de France, cette transformation ne va pas de soi. Contre les logiques financières et la spéculation im-

2•Un territoire en développement avec et pour ses habitants

mobilière, qui ont chassé les ménages modestes de Paris et de la majorité des villes de la première couronne, le projet de Saint-Denis est de garantir aux classes populaires et moyennes le droit à la ville, l’accès à la formation, à l’emploi, aux loisirs et à la culture. C’est pourquoi les droits au logement et à la mobilité sont au cœur de notre engagement. Les défis sont nombreux : l’évolution de l’école qui préoccupe les familles et les enseignants, les transports souvent pénibles à commencer par la Ligne 13, le chômage, l’aggravation de la précarité et de l’exclusion, la délinquance et les incivilités qui abîment les relations et l’espace public... L’ambition de la ville pour tous au travers de projets qui rassemblent les habitants en favorisant l’égalité des droits est plus que jamais nécessaire. Pour ce faire, Saint-Denis a de nombreux atouts mis en œuvre pour construire des réponses solidaires et concrètes. Il y a tout ce que des décennies de gestion de gauche ont gagné et ce que élus et les personnels de la Ville continuent à construire dans le domaine de la santé, de la culture, du social, de la jeunesse. Il y a la force de notre coopérative de villes avec Plaine Commune. Il y a l’ancrage de Saint-Denis dans le Grand Paris comme un territoire de patrimoine et de création, de la Basilique à la Cité européenne du cinéma en passant par le Stade de France. Il y a le choix de Saint-Denis comme pôle majeur de transports en commun, avec l’implantation à Pleyel d'une gare pour accueillir deux lignes du futur Grand Paris express et le prolongement de la ligne 14 et une gare TGV, qui vont renforcer la liberté

de déplacement pour profiter de tous les services de la métropole. Il y a l’énergie et les talents des Dionysiens, d’une population jeune et d’une grande diversité sociale et culturelle. En ce début de XXIe siècle, cette ambition sociale de la ville pour tous, est par nature écologique. Réduire l’étalement urbain, réparer les fractures urbaines, redonner une vraie place à la nature en ville pour lutter contre le réchauffement climatique, enrayer la perte de biodiversité, développer les transports collectifs et les circulations douces, mettre en place un Agenda 21, résorber l’habitat insalubre et les nuisances environnementales, c’est se donner les moyens d’améliorer la qualité de vie de tous. C’est aussi réduire nos émissions de gaz à effet de serre afin d’atteindre dès 2020 les engagements ambitieux de sobriété, d’efficacité énergétique et de production d’énergie renouvelable du Plan Climat Energie Territorial. C’est prendre les moyens d’atteindre l’objectif de division par quatre des émissions de gaz à effet de serre, celui d’une ville post-carbone à l’horizon 2050. Sociale, écologique, notre ambition est enfin démocratique. La meilleure expression des capacités de tous est nécessaire pour construire une ville dans laquelle la vie de chacun devient pleinement vivable et désirable. Dans le cadre des engagements du Contrat d’action communal, c’est à la hauteur de ces exigences d’émancipation et de transformation sociale que nous pensons et que nous agissons les trois grandes orientations de 2011 à 2014.

1•Un espace public partagé et respecté La crise aggravée par le désengagement de l’Etat abîme l’espace public où se croisent les souffrances du chômage, de l’insécurité et de l’échec scolaire. Apaiser et partager cet espace commun pour permettre à la vie collective de l’animer et à chacun de se l’approprier est un axe prioritaire. Les actions 2011-2014 renforcent la présence humaine, facilitent les circulations douces, travaillent à l’unité de la ville par la valorisation de son centre et la réparation durable des fractures urbaines.

3 mise en place des

médiateurs de nuit depuis juin 2011.

3 renforcement des

moyens de la propreté et développement de la gestion de proximité, en lien avec les habitants, dans chaque quartier associant les services propreté, hygiène, voirie et tranquillité publique.

3 développement

des mobilités douces (Velcoms, pistes cyclables, piétons, transport à la demande), des transports en commun

24

et de l’accessibilité des handicapés.

3 actions de revitalisation

city stades à Delaunay Belleville et à Cristino Garcia.

commerciale avec le recrutement d’un manager pour encourager la qualité et la diversité des commerces.

3 amélioration des

3 obtenir le label pays

3 réalisation de deux

voiries et aménagements structurants : Pleyel, Romain Rolland, Marcel Sembat, Porte de Paris, Gabriel Péri, quartier Gare.

3 accueil du Forum

mondial de Sécurité Urbaine en décembre 2012.

d’art et d’histoire.

3 engager la candidature du cœur médiéval de Saint-Denis (basilique, nécropole…) pour son inscription au patrimoine mondial de l’Unesco.

Le territoire attire habitants et emplois par ses atouts et son dynamisme. C’est une chance pour la ville. Active pour le droit au logement et contre l’habitat indigne, notre ville est celle où se construisent le plus de logements et le plus de logements sociaux d’Ile-de-France. Le relogement est la clé de la réussite de l’important programme de résorption de l’habitat insalubre. Dans un contexte de casse des solidarités nationales, le service public communal se retrouve en première ligne. Son amélioration et son développement correspondent à l’accroissement de la population et s’adaptent aux nouveaux besoins des différents âges de la vie. En matière de réussite scolaire, d’accès à l’emploi et à la formation, la ville entend agir avec pragmatisme en soutenant les parents, en favorisant l’emploi local et en luttant contre les discriminations.

3 accompagner

3 poursuivre la mise

3 soutenir l’habitat

3 optimiser les modes

socialement la résorption de l’habitat insalubre (PNRQAD).

innovant pour les mal logés.

3 développer les projets

de prévention en matière sanitaire et sociale (pôle médico-sportif, prévention des expulsions et du surendettement, …).

en accessibilité pour les personnes à mobilité réduite.

d’accueil petite enfance.

3 aider les parents par

la mise en place d’un accueil du matin dans les écoles.

3 développer les

publics au pôle social.

dispositifs en faveur de la réussite scolaire et être aux côtés des parents et des enseignants pour obtenir que l’éducation redevienne une priorité nationale.

3 créer une maison des

3 accroître les capacités

3 soutenir les projets d’accès aux soins.

3 améliorer l’accueil des

retraités.

3 tirer le bilan et

renforcer la mise en œuvre de la charte entreprise/territoire en faveur de l’emploi local.

3 favoriser l’accès réel

des habitants aux offres d’emplois en lien avec Plaine Commune.

3 développer

l’e-administration et les démarches administratives en lignes.

3 accompagner

socialement le personnel dans le cadre de l’amélioration de la qualité du service public communal.

et le rayonnement du Conservatoire municipal

3•Une ville démocratique, confiante dans sa jeunesse et actrice de son devenir Le niveau municipal est par essence le lieu de pouvoir des citoyens, celui où chacun quels que soient sa nationalité, son âge, son sexe et sa situation sociale, peut peser le plus et le mieux sur les décisions. Parce que la transformation sociale ne se fera qu’avec la participation de ceux qui y ont intérêt, la réappropriation de la politique par celles et par ceux qui en sont le plus éloignés, est indispensable. Dans un esprit combatif et inventif, les élus et l’administration communale ont la responsabilité de faciliter les projets d’entraide, d’encourager les capacités d’initiatives et d’organisation des habitants et d’accroître leurs pouvoirs. Du développement social aux grands évènements fédérateurs, les capacités de tous sont utiles pour améliorer la vie ensemble. Près d’un Dionysien sur deux a moins de trente ans. La Ville affirme sa confiance dans les jeunes, valorise leurs réussites, leurs engagements individuels ou collectifs et favorise les liens intergénérationnels.

3 ouvrir une maison de

quartier à Sémard et un pôle d’activité habitantssalariés dans l’ancienne Gare RER B.

3 soutenir les projets de

citoyens étrangers, les usagers et le forum des engagements.

3 préfigurer les futures

mairies annexes dans les quartiers.

développement social.

3 développer et

accompagner les projets en matière d’économie sociale et solidaire.

3 développer les

partenariats avec les associations.

3 renforcer l’association des habitants aux politiques publiques, notamment les

3 valoriser la population

dans les évènements liés à l’organisation de l’EURO 2016.

3 établir une convention

avec un ou des bailleurs sociaux pour la réservation de logements dédiés aux jeunes.

3 mettre les jeunes

et les migrants au cœur des coopérations décentralisées.

3 animer une campagne

de mobilisation autour du droit à la mobilité.

3 valoriser la jeunesse du territoire (Pass culture, conseil municipal de la jeunesse…).

25


Perspectives 2011-2014

Quelles priorités ?

S

aint-Denis, ville populaire, ville jeune, ville monde, connaît un dynamisme et un développement exceptionnels. La confiance et la priorité données à la jeunesse, le développement des solidarités, la construction de logements diversifiés et l’investissement dans la prévention et l’environnement, traduisent l’engagement de faire de SaintDenis une ville pour tous.

Saint-Denis relève l’avenir. Après 25 ans d’action contre le déclin économique, lié à la désindustrialisation, la ville progresse dans sa reconversion engagée voilà 20 ans et accueille un nombre d’habitants et d’emplois sans précédent. Ce renversement historique est le fruit d’une vision, d’un projet de transformation au service des Dionysiens. Il permet à la ville de disposer de nombreux atouts pour que ce développement se traduise par une meilleure qualité de vie pour les habitants. Avec les nouveaux équipements (services publics locaux, tramways…), le renouveau de La Plaine et Pleyel, la requalification du centre ancien et la rénovation urbaine de Floréal à Saint-Rémy, en passant par la Saussaie, Franc Moisin, Cristino Garcia et Sémard, c’est toute la ville qui se transforme et avance avec ses habitants. Au cœur d’une métropole mondiale, région la plus riche et la plus inégalitaire de France, cette transformation ne va pas de soi. Contre les logiques financières et la spéculation im-

2•Un territoire en développement avec et pour ses habitants

mobilière, qui ont chassé les ménages modestes de Paris et de la majorité des villes de la première couronne, le projet de Saint-Denis est de garantir aux classes populaires et moyennes le droit à la ville, l’accès à la formation, à l’emploi, aux loisirs et à la culture. C’est pourquoi les droits au logement et à la mobilité sont au cœur de notre engagement. Les défis sont nombreux : l’évolution de l’école qui préoccupe les familles et les enseignants, les transports souvent pénibles à commencer par la Ligne 13, le chômage, l’aggravation de la précarité et de l’exclusion, la délinquance et les incivilités qui abîment les relations et l’espace public... L’ambition de la ville pour tous au travers de projets qui rassemblent les habitants en favorisant l’égalité des droits est plus que jamais nécessaire. Pour ce faire, Saint-Denis a de nombreux atouts mis en œuvre pour construire des réponses solidaires et concrètes. Il y a tout ce que des décennies de gestion de gauche ont gagné et ce que élus et les personnels de la Ville continuent à construire dans le domaine de la santé, de la culture, du social, de la jeunesse. Il y a la force de notre coopérative de villes avec Plaine Commune. Il y a l’ancrage de Saint-Denis dans le Grand Paris comme un territoire de patrimoine et de création, de la Basilique à la Cité européenne du cinéma en passant par le Stade de France. Il y a le choix de Saint-Denis comme pôle majeur de transports en commun, avec l’implantation à Pleyel d'une gare pour accueillir deux lignes du futur Grand Paris express et le prolongement de la ligne 14 et une gare TGV, qui vont renforcer la liberté

de déplacement pour profiter de tous les services de la métropole. Il y a l’énergie et les talents des Dionysiens, d’une population jeune et d’une grande diversité sociale et culturelle. En ce début de XXIe siècle, cette ambition sociale de la ville pour tous, est par nature écologique. Réduire l’étalement urbain, réparer les fractures urbaines, redonner une vraie place à la nature en ville pour lutter contre le réchauffement climatique, enrayer la perte de biodiversité, développer les transports collectifs et les circulations douces, mettre en place un Agenda 21, résorber l’habitat insalubre et les nuisances environnementales, c’est se donner les moyens d’améliorer la qualité de vie de tous. C’est aussi réduire nos émissions de gaz à effet de serre afin d’atteindre dès 2020 les engagements ambitieux de sobriété, d’efficacité énergétique et de production d’énergie renouvelable du Plan Climat Energie Territorial. C’est prendre les moyens d’atteindre l’objectif de division par quatre des émissions de gaz à effet de serre, celui d’une ville post-carbone à l’horizon 2050. Sociale, écologique, notre ambition est enfin démocratique. La meilleure expression des capacités de tous est nécessaire pour construire une ville dans laquelle la vie de chacun devient pleinement vivable et désirable. Dans le cadre des engagements du Contrat d’action communal, c’est à la hauteur de ces exigences d’émancipation et de transformation sociale que nous pensons et que nous agissons les trois grandes orientations de 2011 à 2014.

1•Un espace public partagé et respecté La crise aggravée par le désengagement de l’Etat abîme l’espace public où se croisent les souffrances du chômage, de l’insécurité et de l’échec scolaire. Apaiser et partager cet espace commun pour permettre à la vie collective de l’animer et à chacun de se l’approprier est un axe prioritaire. Les actions 2011-2014 renforcent la présence humaine, facilitent les circulations douces, travaillent à l’unité de la ville par la valorisation de son centre et la réparation durable des fractures urbaines.

3 mise en place des

médiateurs de nuit depuis juin 2011.

3 renforcement des

moyens de la propreté et développement de la gestion de proximité, en lien avec les habitants, dans chaque quartier associant les services propreté, hygiène, voirie et tranquillité publique.

3 développement

des mobilités douces (Velcoms, pistes cyclables, piétons, transport à la demande), des transports en commun

24

et de l’accessibilité des handicapés.

3 actions de revitalisation

city stades à Delaunay Belleville et à Cristino Garcia.

commerciale avec le recrutement d’un manager pour encourager la qualité et la diversité des commerces.

3 amélioration des

3 obtenir le label pays

3 réalisation de deux

voiries et aménagements structurants : Pleyel, Romain Rolland, Marcel Sembat, Porte de Paris, Gabriel Péri, quartier Gare.

3 accueil du Forum

mondial de Sécurité Urbaine en décembre 2012.

d’art et d’histoire.

3 engager la candidature du cœur médiéval de Saint-Denis (basilique, nécropole…) pour son inscription au patrimoine mondial de l’Unesco.

Le territoire attire habitants et emplois par ses atouts et son dynamisme. C’est une chance pour la ville. Active pour le droit au logement et contre l’habitat indigne, notre ville est celle où se construisent le plus de logements et le plus de logements sociaux d’Ile-de-France. Le relogement est la clé de la réussite de l’important programme de résorption de l’habitat insalubre. Dans un contexte de casse des solidarités nationales, le service public communal se retrouve en première ligne. Son amélioration et son développement correspondent à l’accroissement de la population et s’adaptent aux nouveaux besoins des différents âges de la vie. En matière de réussite scolaire, d’accès à l’emploi et à la formation, la ville entend agir avec pragmatisme en soutenant les parents, en favorisant l’emploi local et en luttant contre les discriminations.

3 accompagner

3 poursuivre la mise

3 soutenir l’habitat

3 optimiser les modes

socialement la résorption de l’habitat insalubre (PNRQAD).

innovant pour les mal logés.

3 développer les projets

de prévention en matière sanitaire et sociale (pôle médico-sportif, prévention des expulsions et du surendettement, …).

en accessibilité pour les personnes à mobilité réduite.

d’accueil petite enfance.

3 aider les parents par

la mise en place d’un accueil du matin dans les écoles.

3 développer les

publics au pôle social.

dispositifs en faveur de la réussite scolaire et être aux côtés des parents et des enseignants pour obtenir que l’éducation redevienne une priorité nationale.

3 créer une maison des

3 accroître les capacités

3 soutenir les projets d’accès aux soins.

3 améliorer l’accueil des

retraités.

3 tirer le bilan et

renforcer la mise en œuvre de la charte entreprise/territoire en faveur de l’emploi local.

3 favoriser l’accès réel

des habitants aux offres d’emplois en lien avec Plaine Commune.

3 développer

l’e-administration et les démarches administratives en lignes.

3 accompagner

socialement le personnel dans le cadre de l’amélioration de la qualité du service public communal.

et le rayonnement du Conservatoire municipal

3•Une ville démocratique, confiante dans sa jeunesse et actrice de son devenir Le niveau municipal est par essence le lieu de pouvoir des citoyens, celui où chacun quels que soient sa nationalité, son âge, son sexe et sa situation sociale, peut peser le plus et le mieux sur les décisions. Parce que la transformation sociale ne se fera qu’avec la participation de ceux qui y ont intérêt, la réappropriation de la politique par celles et par ceux qui en sont le plus éloignés, est indispensable. Dans un esprit combatif et inventif, les élus et l’administration communale ont la responsabilité de faciliter les projets d’entraide, d’encourager les capacités d’initiatives et d’organisation des habitants et d’accroître leurs pouvoirs. Du développement social aux grands évènements fédérateurs, les capacités de tous sont utiles pour améliorer la vie ensemble. Près d’un Dionysien sur deux a moins de trente ans. La Ville affirme sa confiance dans les jeunes, valorise leurs réussites, leurs engagements individuels ou collectifs et favorise les liens intergénérationnels.

3 ouvrir une maison de

quartier à Sémard et un pôle d’activité habitantssalariés dans l’ancienne Gare RER B.

3 soutenir les projets de

citoyens étrangers, les usagers et le forum des engagements.

3 préfigurer les futures

mairies annexes dans les quartiers.

développement social.

3 développer et

accompagner les projets en matière d’économie sociale et solidaire.

3 développer les

partenariats avec les associations.

3 renforcer l’association des habitants aux politiques publiques, notamment les

3 valoriser la population

dans les évènements liés à l’organisation de l’EURO 2016.

3 établir une convention

avec un ou des bailleurs sociaux pour la réservation de logements dédiés aux jeunes.

3 mettre les jeunes

et les migrants au cœur des coopérations décentralisées.

3 animer une campagne

de mobilisation autour du droit à la mobilité.

3 valoriser la jeunesse du territoire (Pass culture, conseil municipal de la jeunesse…).

25


Saint-Denis en 2015 29

Logement pour tous : résorption de l’habitat insalubre, rénovation des cités, aménagement concerté

5

Lutte contre l’habitat insalubre : PNRQAD et OPAHRU dans le centre-ville

ZAC Nozal-Front Populaire : 900 logements, 5 700 m² pour les commerces auprès de la ligne 12 prolongée 6 ZAC Gare des Mines – Stade des Fillettes (Paris-Aubervilliers – SaintDenis) : plus de 1 500 logements, 70 000 m² de bureaux, 70 000 m² de commerces

Sur la période 2011-2016, l’objectif est de réhabiliter 800 à 1 200 logements, construire 300 logements neufs et 2 400 m² de locaux commerciaux.

7 ZAC Bel-Air  : 200 logements construits en hate qualité environnementale

Quartiers d’avenir : 5 opérations de renouvellement urbain (Pierre Sémard, Floréal-Saussaie-Courtille, Franc Moisin-Bel Air, Saint-Remy-JoliotCurie, Cristino Garcia-Landy.) Depuis 2009, 2 700 logements sociaux ont été réhabilités. D’ici 2014, ce sont près de 2 800 logements sociaux supplémentaires qui seront réhabilités, et environ 950 logements vieillissants ou dégradés démolis et reconstruits selon la règle du « un pour un ». Au-delà du bâti, les objectifs du renouvellement urbain sont de développer les transports (T8 et bus mobiliens), de valoriser les espaces publics et la qualité paysagère, de renforcer les pôles commerciaux de proximité et de créer des équipements scolaires, culturels et sportifs supplémentaires.

Reconquête des friches : 6 zones d’aménagement concerté 1

ZAC Gare Confluence : plus de 1 000 logements neufs et 3 000 emplois tertiaires près du pôle gare rénové et étendu 2 ZAC Porte de Paris : 35 000 m² de logements et 15 000m² dédiés aux activités (commerces, bureaux, hôtel) 3 ZAC Landy-Pleyel : 50 000 m² dédiés aux activités audiovisuelles et multimédia, 5 programmes de bureaux 4 ZAC Montjoie : 154 000 m² de logements, 65 000 m2 d’équipements

8 Îlot Condroyer : 15 000 m² de terrain vont être réaménagés : 122 logements, nouveau linéaire commercial rue de la République, réaménagement de l’accès à la crèche et d’un square préservant l’actuel petit bois.

Transports pour tous : T1, T3, T5, T8, pistes cyclables Deux prolongements et deux nouveaux tramways, une nouvelle station de métro : prolongement du T1 et du T3 vers l’ouest (2012), création du T5 (2012) et du T8 (2014), ouverture de la station Front Populaire du métro 12 (2012).

Les itinéraires cyclables : création d’un axe Est-Ouest et d’un axe Nord-Sud pour structurer le réseau qui s’étend aussi le long des tramways, dans les zones de partage et les zones 30 (2011-2016).

Des équipements au service du public 6 groupes scolaires HQE : 92 classes et 6 centres de loisirs 9

Aimé Césaire en 2009 (16 classes) 10 Casarès - Doisneau en 2011 (28 classes et 1 gymnase) 11 Nozal en 2013 (16 classes) 12 Porte de Paris en 2014 (16 classes) 13 Gare Confluence en 2015 (18 classes)

14

Plaine Sud 2015 (18 classes)

15 Extension du groupe scolaire Anatole France à Pleyel : ouverture en septembre 2012 (12 classes supplémentaires) 16 Collège intercommunal SaintDenis/Saint-Ouen : ouverture prévue en 2014 17 Rénovation complète du collège Jean Lurçat : 2012 18 Création du 5e lycée de la ville et de son gymnase dans le quartier de la Plaine : ouverture prévue en 2015 19 Le Campus Condorcet : 2e pôle universitaire d’Ile-de-France, réunira 8 établissements de recherche et d’enseignement supérieur qui accueilleront 15000 personnes en 2016. 20 La cuisine centrale a été restructurée en 2011 pour doubler le nombre de repas préparés par la ville(7000 à 14000 repas).

Nouvelles crèches

de l’Avant-Garde : nouvelle salle polyvalente de 200 m² (2010). 33 Centre aquatique : 5 bassins modulables permettant d’accueillir des milliers de baigneurs et d’organiser des compétitions internationales. 34 La chaufferie à bois produit pour le chauffage urbain plus de 25% de chaleur à partir d’une énergie renouvelable (2011). 35 Modernisation de l’hôpital Delafontaine : nouvelle maternité et bloc opératoire unique en 2011, ouverture d’un bâtiment d’accueil administration et rénovation des unités d’hospitalisation en médecine et chirurgie en 2012. 36 Sous-préfecture de plein exercice : Plus d’obligation d’aller à Bobigny, la sous préfecture accueillera le public dionysien à partir de 2013-2014.

38 34

20

31

30 32

27

24

22 28

37 8

1

35

36 26

13 12

23

Territoire de la création, au cœur du Grand Paris

2 7

21

Crèche Plume et Poésie (2010) Crèche À Petits Pas (2009) 23 Crèche associative du Cirque du vent (2008) 24 Crèche Quartier-Gare 25 Crèche Plaine-Sud (2015) 22

Le cluster de la création a pour

26 La Maison des parents ouvre fin 2011 pour informer et accompagner tous les parents.

projet de développer les richesses audiovisuelles, culturelles et NTIC du territoire au sein du Grand Paris. La créativité des acteurs du territoire est ainsi reconnue et renforcée dans la perspective de l’accueil de l’une des gares majeures du futur réseau de transport.

2 des 4 CMS et 3 des 6 centres de PMI ont été rénovés et mis en accessibilité pour permettre l’accès de tous aux soins et à la prévention : 27 CMS (centre municipal de santé)PMI Les Moulins 28 CMS-PMI Barbusse 29 PMI (protection maternelle de infantile) Sémard 30 Une antenne jeunesse créée à la Courtille (2011), les antennes Pleyel et la Plaine agrandies (2011). 31 Au parc des sports Auguste Delaune : reconstruction de la petite tribune, nouveaux vestiaires, sol synthétique pour 1 terrain de foot (2012). 32 Agrandissement du Gymnase

37 La Fabrique de la ville valorise le patrimoine archéologique et historique de la ville et travaille en lien avec des associations de l’économie sociale et solidaire (2011). 38 Archives nationales : 80 000 m² de locaux accueilleront en 2013 les documents de l’histoire nationale dans cet établissement comptant 350 emplois. 39 Cité européenne du cinéma : 9 plateaux de tournage et 3000 m² de bureaux pour regrouper toute la chaine de production cinématographique (2012).

17

39

3

15

33 17 10 21

16

9 14 25

4

Territoire de la création pistes cyclables

Programme de lutte contre l’habitat insalubre

19

5

Rénovation urbaine

11

6

26

27


Saint-Denis en 2015 29

Logement pour tous : résorption de l’habitat insalubre, rénovation des cités, aménagement concerté

5

Lutte contre l’habitat insalubre : PNRQAD et OPAHRU dans le centre-ville

ZAC Nozal-Front Populaire : 900 logements, 5 700 m² pour les commerces auprès de la ligne 12 prolongée 6 ZAC Gare des Mines – Stade des Fillettes (Paris-Aubervilliers – SaintDenis) : plus de 1 500 logements, 70 000 m² de bureaux, 70 000 m² de commerces

Sur la période 2011-2016, l’objectif est de réhabiliter 800 à 1 200 logements, construire 300 logements neufs et 2 400 m² de locaux commerciaux.

7 ZAC Bel-Air  : 200 logements construits en hate qualité environnementale

Quartiers d’avenir : 5 opérations de renouvellement urbain (Pierre Sémard, Floréal-Saussaie-Courtille, Franc Moisin-Bel Air, Saint-Remy-JoliotCurie, Cristino Garcia-Landy.) Depuis 2009, 2 700 logements sociaux ont été réhabilités. D’ici 2014, ce sont près de 2 800 logements sociaux supplémentaires qui seront réhabilités, et environ 950 logements vieillissants ou dégradés démolis et reconstruits selon la règle du « un pour un ». Au-delà du bâti, les objectifs du renouvellement urbain sont de développer les transports (T8 et bus mobiliens), de valoriser les espaces publics et la qualité paysagère, de renforcer les pôles commerciaux de proximité et de créer des équipements scolaires, culturels et sportifs supplémentaires.

Reconquête des friches : 6 zones d’aménagement concerté 1

ZAC Gare Confluence : plus de 1 000 logements neufs et 3 000 emplois tertiaires près du pôle gare rénové et étendu 2 ZAC Porte de Paris : 35 000 m² de logements et 15 000m² dédiés aux activités (commerces, bureaux, hôtel) 3 ZAC Landy-Pleyel : 50 000 m² dédiés aux activités audiovisuelles et multimédia, 5 programmes de bureaux 4 ZAC Montjoie : 154 000 m² de logements, 65 000 m2 d’équipements

8 Îlot Condroyer : 15 000 m² de terrain vont être réaménagés : 122 logements, nouveau linéaire commercial rue de la République, réaménagement de l’accès à la crèche et d’un square préservant l’actuel petit bois.

Transports pour tous : T1, T3, T5, T8, pistes cyclables Deux prolongements et deux nouveaux tramways, une nouvelle station de métro : prolongement du T1 et du T3 vers l’ouest (2012), création du T5 (2012) et du T8 (2014), ouverture de la station Front Populaire du métro 12 (2012).

Les itinéraires cyclables : création d’un axe Est-Ouest et d’un axe Nord-Sud pour structurer le réseau qui s’étend aussi le long des tramways, dans les zones de partage et les zones 30 (2011-2016).

Des équipements au service du public 6 groupes scolaires HQE : 92 classes et 6 centres de loisirs 9

Aimé Césaire en 2009 (16 classes) 10 Casarès - Doisneau en 2011 (28 classes et 1 gymnase) 11 Nozal en 2013 (16 classes) 12 Porte de Paris en 2014 (16 classes) 13 Gare Confluence en 2015 (18 classes)

14

Plaine Sud 2015 (18 classes)

15 Extension du groupe scolaire Anatole France à Pleyel : ouverture en septembre 2012 (12 classes supplémentaires) 16 Collège intercommunal SaintDenis/Saint-Ouen : ouverture prévue en 2014 17 Rénovation complète du collège Jean Lurçat : 2012 18 Création du 5e lycée de la ville et de son gymnase dans le quartier de la Plaine : ouverture prévue en 2015 19 Le Campus Condorcet : 2e pôle universitaire d’Ile-de-France, réunira 8 établissements de recherche et d’enseignement supérieur qui accueilleront 15000 personnes en 2016. 20 La cuisine centrale a été restructurée en 2011 pour doubler le nombre de repas préparés par la ville(7000 à 14000 repas).

Nouvelles crèches

de l’Avant-Garde : nouvelle salle polyvalente de 200 m² (2010). 33 Centre aquatique : 5 bassins modulables permettant d’accueillir des milliers de baigneurs et d’organiser des compétitions internationales. 34 La chaufferie à bois produit pour le chauffage urbain plus de 25% de chaleur à partir d’une énergie renouvelable (2011). 35 Modernisation de l’hôpital Delafontaine : nouvelle maternité et bloc opératoire unique en 2011, ouverture d’un bâtiment d’accueil administration et rénovation des unités d’hospitalisation en médecine et chirurgie en 2012. 36 Sous-préfecture de plein exercice : Plus d’obligation d’aller à Bobigny, la sous préfecture accueillera le public dionysien à partir de 2013-2014.

38 34

20

31

30 32

27

24

22 28

37 8

1

35

36 26

13 12

23

Territoire de la création, au cœur du Grand Paris

2 7

21

Crèche Plume et Poésie (2010) Crèche À Petits Pas (2009) 23 Crèche associative du Cirque du vent (2008) 24 Crèche Quartier-Gare 25 Crèche Plaine-Sud (2015) 22

Le cluster de la création a pour

26 La Maison des parents ouvre fin 2011 pour informer et accompagner tous les parents.

projet de développer les richesses audiovisuelles, culturelles et NTIC du territoire au sein du Grand Paris. La créativité des acteurs du territoire est ainsi reconnue et renforcée dans la perspective de l’accueil de l’une des gares majeures du futur réseau de transport.

2 des 4 CMS et 3 des 6 centres de PMI ont été rénovés et mis en accessibilité pour permettre l’accès de tous aux soins et à la prévention : 27 CMS (centre municipal de santé)PMI Les Moulins 28 CMS-PMI Barbusse 29 PMI (protection maternelle de infantile) Sémard 30 Une antenne jeunesse créée à la Courtille (2011), les antennes Pleyel et la Plaine agrandies (2011). 31 Au parc des sports Auguste Delaune : reconstruction de la petite tribune, nouveaux vestiaires, sol synthétique pour 1 terrain de foot (2012). 32 Agrandissement du Gymnase

37 La Fabrique de la ville valorise le patrimoine archéologique et historique de la ville et travaille en lien avec des associations de l’économie sociale et solidaire (2011). 38 Archives nationales : 80 000 m² de locaux accueilleront en 2013 les documents de l’histoire nationale dans cet établissement comptant 350 emplois. 39 Cité européenne du cinéma : 9 plateaux de tournage et 3000 m² de bureaux pour regrouper toute la chaine de production cinématographique (2012).

17

39

3

15

33 17 10 21

16

9 14 25

4

Territoire de la création pistes cyclables

Programme de lutte contre l’habitat insalubre

19

5

Rénovation urbaine

11

6

26

27


Un maire, une équipe pour tous les Dionysiens Didier PAILLARD reçoit sur rendez-vous : 01 49 33 71 11 Maire, vice-président de Plaine Commune, communication, intercommunalité.

Maires adjoints FLorence HAYE reçoit le mardi, de 9 h à 11 h, sur rendez-vous : 01 49 33 65 95 1re adjointe au maire Démocratie locale, budget participatif, prévention de la délinquance, tranquillité publique, lutte contre les discriminations, action de proximité dans les quartiers. Conseillère générale. Démarche quartier : Delaunay-Belleville Rose GOMIS reçoit le jeudi de 11 h à 13 h sur rendez-vous : 01 49 33 63 58 Maire adjointe Coopération décentralisée. Vice-présidente de Plaine Commune espaces verts. Démarche quartier : Centre-ville / Basilique Cécile RANGUIN reçoit le jeudi, de 17 h à 19 h sur rendez-vous : 01 49 33 62 31 Maire adjointe Développement durable, environnement, transports, modes de déplacement, gestion de l’eau. Démarche quartier : Péri / Langevin / Stalingrad / Politzer Stéphane PEU reçoit sur rendez-vous : 01 49 33 62 96 Maire adjoint Urbanisme, politique foncière, droit des sols, hygiène de l’habitat, domaine, aménagement, habitat. Vice-président de Plaine Commune aménagement urbanisme. Démarche quartier : République / Gare Fabienne SOULAS reçoit le mardi, de 11 h à 13 h, sur rendez-vous : 01 49 33 62 31 Maire adjointe Solidarités et développement social, droits des femmes, finances, commande publique, sport. Démarche quartier : Franc-Moisin / Bel-Air Christophe MEZERETTE reçoit sur rendez-vous : 01 49 33 69 17 Maire adjoint Modernisation du service public, personnel communal, agents de service, mutualisation des ressources. Conseiller délégué de Plaine Commune tourisme. Démarche quartier : Sémard/ Delaune / Guynemer Zohra HENNI GHABRA reçoit le mercredi et le vendredi, de 14 h à 16 h, sur rendez-vous : 01 49 33 63 39 Maire adjointe Enfance. Démarche quartier : Allende

La ville avance, parlons-en !

Francis LANGLADE reçoit sur rendez-vous  : 01 49 33 62 37 Maire adjoint Conseil des citoyens étrangers, bâtiments et architecture, relations publiques, centre technique municipal, commissions de sécurité. Démarche quartier : Centre-ville / Basilique

Mieux comprendre vos besoins et votre point de vue, c’est mieux organiser les projets de demain. L’avis de tous est attendu !

Jacqueline PAVILLA reçoit le jeudi, de 15 h à 17 h, sur rendez-vous : 01 49 33 63 39 Maire adjointe Retraités et personnes âgées, vie associative, mémoire. Démarche quartier : Delaunay-Belleville Christophe GIRARD reçoit le mardi, de 9 h à 11 h, sur rendez-vous : 01 49 33 63 39 Maire adjoint Politique de la ville, commerce, artisanat, schéma de cohérence commerciale, politique de la ville communautaire. Démarche quartier : Porte de Paris / Stade de France Virginie LE TORREC reçoit sur rendezvous : 01 49 33 69 17 Maire adjointe Santé. Démarche quartier : La Plaine Bally BAGAYOKO reçoit le mardi, le jeudi et le samedi, de 9 h à 11 h, sur rendezvous : 01 49 33 63 58 Maire adjoint Jeunesse. Conseiller général. Démarche quartier : Floréal / Saussaie / Courtille Muriel MENSION reçoit le mercredi, de 9 h à 11 h, sur rendez-vous : 01 49 33 69 17 Maire adjointe Économie sociale et solidaire. Démarche quartier : République / Gare Pierre QUAY-THEVENON reçoit sur rendez-vous : 01 49 33 62 37 Maire adjoint Culture, patrimoine, grands événements, développement économique. Vice-président de Plaine Commune développement économique. Démarche quartier : Pleyel Nadia GHASSAB reçoit sur rendez-vous : 01 49 33 63 58 Maire adjointe Petite enfance. Démarche quartier : Floréal / Saussaie/ Courtille David PROULT reçoit sur rendez-vous : 01 49 33 62 31 Maire adjoint Enseignement maternel et primaire, enseignement secondaire, universités, restauration. Démarche quartier Saint-Rémy / JoliotCurie / Champ-de-course

Quatre réunions publiques ouvertes à tous, avec le maire et l’équipe municipale : Monique LEJEUNE reçoit du mardi au vendredi, sur rendez-vous : 01 49 33 63 39 Maire adjointe Logement. Démarche quartier: La Plaine Sam BERRANDOU reçoit les lundi et mercredi, de 11 h à 13 h, sur rendezvous : 01 49 33 63 58 Maire adjoint Politiques de prévention. Démarche quartier : Pleyel Hakim REBIHA reçoit le vendredi, de 15 h à 18 h, sur rendez-vous : 01 49 33 62 96 Maire adjoint Propreté, voirie, assainissement, espaces verts. Démarche quartier : Allende Michel RIBAY reçoit le lundi, de 14 h à 16 h, sur rendez-vous : 01 49 33 62 96 Maire adjoint Éducation à l’environnement, écologie urbaine. Démarche quartier : Cosmonautes

Conseillers municipaux délégués Patrick BRAOUEZEC reçoit sur rendez-vous : 01 49 33 62 37 Député de Seine-Saint-Denis, Président de Plaine Commune Conseiller municipal délégué Relations internationales. Démarche quartier : Sémard / Delaune / Guynemer Elisabeth BELIN reçoit le mercredi, de 15 h à 17 h, sur rendez-vous : 01 49 33 62 96 Élue communautaire Conseillère municipale déléguée Personnes handicapées. Démarche quartier : Porte de Paris / Stade de France Patrick VASSALLO reçoit le mardi, de 15 h à 19 h, sur rendez-vous : 01 49 33 62 31 Conseiller municipal délégué Égalité des droits, prestations administratives, services publics, temps de la ville, insertion, emploi. Démarche quartier : Mutuelle / Barbusse / Romain-Rolland / Cachin

Martine KERHOUAS LASSER reçoit le jeudi, de 15 h à 17 h, sur rendez-vous : 01 49 33 69 17 Élue communautaire. Conseillère municipale déléguée Tourisme Démarche quartier : Centre-ville / Basilique Bilal KHADJA reçoit sur rendez-vous : 01 49 33 62 37 Conseiller municipal délégué Collèges et lycées. Démarche quartier : Mutuelle / Barbusse / Romain-Rolland / Cachin Cherifa ZIDANE reçoit le mardi, de 17 h à 19 h, sur rendez-vous : 01 49 33 69 17 Conseillère municipale déléguée Nouvelles technologies de l’information et de la communication. Démarche quartier : Péri/Langevin/ Stalingrad / Politzer

Conseillers municipaux Saint-Denis pour tous Philippe Julien, Jérôme Jurjevic élu communautaire, Agnès Renaud, Josiane Comet, Gilles Gueguen, Suzanna De La Fuente - élue communautaire, Mathilde Caroly, Laurent Russier - élu communautaire, Lynda Fellahi - élue communautaire, Madjid Messaoudène, Virginie Poujol, Françoise Roblin, Eric Delion. Les conseillers municipaux de la majorité « Saint-Denis Pour Tous » sont également à votre disposition pour vous recevoir. Contact : laila.sontay@villesaint-denis.fr. Les demandes d’audience peuvent aussi être faites par courrier.

Pour échanger sur les projets dionysiens en cours et à venir

Pourquoi venir en parler?

Comment ?

Parce que vous êtes les mieux placés pour nous dire comment vous vivez la ville. Parce qu’une ville a besoin de ses habitants pour réussir.

Dès aujourd’hui, donnez-nous votre avis à travers le coupon réponse gratuit joint à ce livret (carte T). À partir d’octobre, 4 grands rendez-vous ouverts à tous, dans différents points de la ville, pour que chacun puisse venir au moins une fois écouter et s’exprimer.

1 Mercredi 19 octobre

à 19h

groupe scolaire Casarès-Doisneau

Pour imaginer comment vous pouvez participer aux projets à venir et contribuer à leur réalisation

Le bilan À l’issue de ces quatre rendez-vous, une réunion publique de restitution aura lieu le 27 janvier 2012, pour tirer le bilan des temps forts de ces rencontres et de ce qui aura émergé. Que vous aimiez prendre la parole en public ou pas, ces rencontres sont conçues pour donner une place à chacun et être un moment d'échange sur notre ville et ses perspectives..

3, rue Cristino Garcia

2

2 V  endredi 4 novembre 4

3

à 19h

La Raquette • Parc Auguste Delaune, 9 avenue Roger Sémat 3 Samedi 19 novembre

à 10h

groupe scolaire Marville SaintExupéry • 1 passage des Ecoles

Les élus du Conseil consultatif des étrangers Titulaires :Jamila Khaldi, Moussa Camara, Seltana Zidani, Souleymane Magassouba, Fatima Amer, Hocine Taleb, Marguerite Mansare, Hannafi Aouragh, Fatou Soumare Diop, Saliha Aouadi, Omar Abdeljaoued

Pour donner votre avis sur l’évolution de Saint-Denis et les besoins de ses habitants

1

4 V  endredi 25 novembre

à 19h

salle de la Légion d’honneur 6 rue de la Légion d'honneur

Suppléants : Tahar Illikoud, Karima Adaoun, Idrissa Dioumandje

28

29


Un maire, une équipe pour tous les Dionysiens Didier PAILLARD reçoit sur rendez-vous : 01 49 33 71 11 Maire, vice-président de Plaine Commune, communication, intercommunalité.

Maires adjoints FLorence HAYE reçoit le mardi, de 9 h à 11 h, sur rendez-vous : 01 49 33 65 95 1re adjointe au maire Démocratie locale, budget participatif, prévention de la délinquance, tranquillité publique, lutte contre les discriminations, action de proximité dans les quartiers. Conseillère générale. Démarche quartier : Delaunay-Belleville Rose GOMIS reçoit le jeudi de 11 h à 13 h sur rendez-vous : 01 49 33 63 58 Maire adjointe Coopération décentralisée. Vice-présidente de Plaine Commune espaces verts. Démarche quartier : Centre-ville / Basilique Cécile RANGUIN reçoit le jeudi, de 17 h à 19 h sur rendez-vous : 01 49 33 62 31 Maire adjointe Développement durable, environnement, transports, modes de déplacement, gestion de l’eau. Démarche quartier : Péri / Langevin / Stalingrad / Politzer Stéphane PEU reçoit sur rendez-vous : 01 49 33 62 96 Maire adjoint Urbanisme, politique foncière, droit des sols, hygiène de l’habitat, domaine, aménagement, habitat. Vice-président de Plaine Commune aménagement urbanisme. Démarche quartier : République / Gare Fabienne SOULAS reçoit le mardi, de 11 h à 13 h, sur rendez-vous : 01 49 33 62 31 Maire adjointe Solidarités et développement social, droits des femmes, finances, commande publique, sport. Démarche quartier : Franc-Moisin / Bel-Air Christophe MEZERETTE reçoit sur rendez-vous : 01 49 33 69 17 Maire adjoint Modernisation du service public, personnel communal, agents de service, mutualisation des ressources. Conseiller délégué de Plaine Commune tourisme. Démarche quartier : Sémard/ Delaune / Guynemer Zohra HENNI GHABRA reçoit le mercredi et le vendredi, de 14 h à 16 h, sur rendez-vous : 01 49 33 63 39 Maire adjointe Enfance. Démarche quartier : Allende

La ville avance, parlons-en !

Francis LANGLADE reçoit sur rendez-vous  : 01 49 33 62 37 Maire adjoint Conseil des citoyens étrangers, bâtiments et architecture, relations publiques, centre technique municipal, commissions de sécurité. Démarche quartier : Centre-ville / Basilique

Mieux comprendre vos besoins et votre point de vue, c’est mieux organiser les projets de demain. L’avis de tous est attendu !

Jacqueline PAVILLA reçoit le jeudi, de 15 h à 17 h, sur rendez-vous : 01 49 33 63 39 Maire adjointe Retraités et personnes âgées, vie associative, mémoire. Démarche quartier : Delaunay-Belleville Christophe GIRARD reçoit le mardi, de 9 h à 11 h, sur rendez-vous : 01 49 33 63 39 Maire adjoint Politique de la ville, commerce, artisanat, schéma de cohérence commerciale, politique de la ville communautaire. Démarche quartier : Porte de Paris / Stade de France Virginie LE TORREC reçoit sur rendezvous : 01 49 33 69 17 Maire adjointe Santé. Démarche quartier : La Plaine Bally BAGAYOKO reçoit le mardi, le jeudi et le samedi, de 9 h à 11 h, sur rendezvous : 01 49 33 63 58 Maire adjoint Jeunesse. Conseiller général. Démarche quartier : Floréal / Saussaie / Courtille Muriel MENSION reçoit le mercredi, de 9 h à 11 h, sur rendez-vous : 01 49 33 69 17 Maire adjointe Économie sociale et solidaire. Démarche quartier : République / Gare Pierre QUAY-THEVENON reçoit sur rendez-vous : 01 49 33 62 37 Maire adjoint Culture, patrimoine, grands événements, développement économique. Vice-président de Plaine Commune développement économique. Démarche quartier : Pleyel Nadia GHASSAB reçoit sur rendez-vous : 01 49 33 63 58 Maire adjointe Petite enfance. Démarche quartier : Floréal / Saussaie/ Courtille David PROULT reçoit sur rendez-vous : 01 49 33 62 31 Maire adjoint Enseignement maternel et primaire, enseignement secondaire, universités, restauration. Démarche quartier Saint-Rémy / JoliotCurie / Champ-de-course

Quatre réunions publiques ouvertes à tous, avec le maire et l’équipe municipale : Monique LEJEUNE reçoit du mardi au vendredi, sur rendez-vous : 01 49 33 63 39 Maire adjointe Logement. Démarche quartier: La Plaine Sam BERRANDOU reçoit les lundi et mercredi, de 11 h à 13 h, sur rendezvous : 01 49 33 63 58 Maire adjoint Politiques de prévention. Démarche quartier : Pleyel Hakim REBIHA reçoit le vendredi, de 15 h à 18 h, sur rendez-vous : 01 49 33 62 96 Maire adjoint Propreté, voirie, assainissement, espaces verts. Démarche quartier : Allende Michel RIBAY reçoit le lundi, de 14 h à 16 h, sur rendez-vous : 01 49 33 62 96 Maire adjoint Éducation à l’environnement, écologie urbaine. Démarche quartier : Cosmonautes

Conseillers municipaux délégués Patrick BRAOUEZEC reçoit sur rendez-vous : 01 49 33 62 37 Député de Seine-Saint-Denis, Président de Plaine Commune Conseiller municipal délégué Relations internationales. Démarche quartier : Sémard / Delaune / Guynemer Elisabeth BELIN reçoit le mercredi, de 15 h à 17 h, sur rendez-vous : 01 49 33 62 96 Élue communautaire Conseillère municipale déléguée Personnes handicapées. Démarche quartier : Porte de Paris / Stade de France Patrick VASSALLO reçoit le mardi, de 15 h à 19 h, sur rendez-vous : 01 49 33 62 31 Conseiller municipal délégué Égalité des droits, prestations administratives, services publics, temps de la ville, insertion, emploi. Démarche quartier : Mutuelle / Barbusse / Romain-Rolland / Cachin

Martine KERHOUAS LASSER reçoit le jeudi, de 15 h à 17 h, sur rendez-vous : 01 49 33 69 17 Élue communautaire. Conseillère municipale déléguée Tourisme Démarche quartier : Centre-ville / Basilique Bilal KHADJA reçoit sur rendez-vous : 01 49 33 62 37 Conseiller municipal délégué Collèges et lycées. Démarche quartier : Mutuelle / Barbusse / Romain-Rolland / Cachin Cherifa ZIDANE reçoit le mardi, de 17 h à 19 h, sur rendez-vous : 01 49 33 69 17 Conseillère municipale déléguée Nouvelles technologies de l’information et de la communication. Démarche quartier : Péri/Langevin/ Stalingrad / Politzer

Conseillers municipaux Saint-Denis pour tous Philippe Julien, Jérôme Jurjevic élu communautaire, Agnès Renaud, Josiane Comet, Gilles Gueguen, Suzanna De La Fuente - élue communautaire, Mathilde Caroly, Laurent Russier - élu communautaire, Lynda Fellahi - élue communautaire, Madjid Messaoudène, Virginie Poujol, Françoise Roblin, Eric Delion. Les conseillers municipaux de la majorité « Saint-Denis Pour Tous » sont également à votre disposition pour vous recevoir. Contact : laila.sontay@villesaint-denis.fr. Les demandes d’audience peuvent aussi être faites par courrier.

Pour échanger sur les projets dionysiens en cours et à venir

Pourquoi venir en parler?

Comment ?

Parce que vous êtes les mieux placés pour nous dire comment vous vivez la ville. Parce qu’une ville a besoin de ses habitants pour réussir.

Dès aujourd’hui, donnez-nous votre avis à travers le coupon réponse gratuit joint à ce livret (carte T). À partir d’octobre, 4 grands rendez-vous ouverts à tous, dans différents points de la ville, pour que chacun puisse venir au moins une fois écouter et s’exprimer.

1 Mercredi 19 octobre

à 19h

groupe scolaire Casarès-Doisneau

Pour imaginer comment vous pouvez participer aux projets à venir et contribuer à leur réalisation

Le bilan À l’issue de ces quatre rendez-vous, une réunion publique de restitution aura lieu le 27 janvier 2012, pour tirer le bilan des temps forts de ces rencontres et de ce qui aura émergé. Que vous aimiez prendre la parole en public ou pas, ces rencontres sont conçues pour donner une place à chacun et être un moment d'échange sur notre ville et ses perspectives..

3, rue Cristino Garcia

2

2 V  endredi 4 novembre 4

3

à 19h

La Raquette • Parc Auguste Delaune, 9 avenue Roger Sémat 3 Samedi 19 novembre

à 10h

groupe scolaire Marville SaintExupéry • 1 passage des Ecoles

Les élus du Conseil consultatif des étrangers Titulaires :Jamila Khaldi, Moussa Camara, Seltana Zidani, Souleymane Magassouba, Fatima Amer, Hocine Taleb, Marguerite Mansare, Hannafi Aouragh, Fatou Soumare Diop, Saliha Aouadi, Omar Abdeljaoued

Pour donner votre avis sur l’évolution de Saint-Denis et les besoins de ses habitants

1

4 V  endredi 25 novembre

à 19h

salle de la Légion d’honneur 6 rue de la Légion d'honneur

Suppléants : Tahar Illikoud, Karima Adaoun, Idrissa Dioumandje

28

29


Saint-Denis à l’honneur

Les tribunes

Le label « Bien vieillir Vivre ensemble »

« Coup de cœur » du jury des prix territoriaux

Les élus PS & partenaires face au bilan de mi-mandat du maire

Saint-Denis et Aubervilliers ont reçu ce prix Gazette-GMF pour la fresque murale exécutée à la charnière des deux villes, rue Henri Murger. Cette fresque est le fruit d’un travail sur la mémoire du quartier Cristino Garcia réalisé avec la participation des habitants, sous la conduite du plasticien Alain Salevor.

Le bilan de mi-mandat présenté par le maire, objet du présent document, ne nous est pas connu au moment où nous rédigeons cette tribune ! Il faut s’attendre, sans aucun doute, à une évaluation sans nuance présentant de façon unilatéralement positive l’action de la municipalité conduite par M. Paillard depuis mars 2008.

La ville de Saint-Denis a obtenu le label « Bien vieillir - Vivre ensemble » délivré par l’Etat. Ateliers de convivialité, « Café amical » avec des rencontres intergénérationnelles, atelier d’écriture slam  animé par Grand Corps Malade à la résidence Croizat, ce label vient récompenser une politique d’animation particulièrement innovante.

La démarche qualité accueil à Saint-Denis Les services de l’accueil ont une certification Qualiville. Cette certification, délivrée par l’Afnor, est octroyée aux villes qui remplissent  plusieurs critères de qualité comme des horaires adaptés, des informations et des prestations de qualité, des espaces d’accueil accessibles, le respect des délais de délivrance, un personnel d’accueil spécifiquement formé…

Une Marianne d’or La ville a obtenu une Marianne d’or pour la chaufferie à bois, qui assurera dès fin 2011 plus de 25% de la production de chaleur du réseau dionysien. Au nord du canal Saint-Denis, cet équipement fournira en énergie la quasi-totalité de l’habitat social, des grandes copropriétés et des équipements publics (crèches, écoles, gymnases, etc.) et permettra de créer près de 20 emplois locaux ou régionaux pérennes.

Double récompense pour la réhabilitation du quartier Pierre Sémard L’Agence nationale de rénovation urbaine (ANRU) a remis deux prix pour la réhabilitation du quartier Pierre Sémard  à Didier Paillard.  Ces 2 prix, décernés par un jury de professionnels et un jury d’habitants, dotés d’une somme de plus de 100 000 €,  récompensent la qualité urbaine, architecturale et paysagère des réhabilitations ainsi que la concertation avec les habitants. Cette somme sera consacrée à différentes actions d’accompagnement des habitants comme les suivis du relogement et de la consommation énergétique, la mise en place d’ateliers d’autoréhabilitation ou les préfigurations de la maison de quartier Sémard et de la régie de quartier Floréal/Saussaie/Courtille.

Label ville Internet 2@ Ce label et ces 2 @ mettent en valeur l’accès aux technologies de l’information et de la communication et notamment le niveau d’équipement important au sein des quartiers. Les cyberbases centre-ville et Pleyel et les espaces multimédia (Plaine, Floréal et Franc-Moisin et résidence pour personnes âgées Croizat) offrent un accès à Internet et des ateliers d’initiation et de formation au multimédia.

Saint-Denis, ville Euro 2016 Saint-Denis a défendu auprès de l’UEFA la candidature française à l’Euro 2016. Notre ville, avec le Stade de France, sera le théâtre des matchs les plus importants du championnat. L’occasion pour les Dionysiens et l’ensemble des acteurs locaux que nous souhaitons impliquer dans cet énorme événement de démontrer leur sens de l’accueil et leurs richesses culturelles qui ont fait la fierté et le renom de notre ville pour la coupe du monde 1998, le championnat du monde d’athlétisme 2003 et la coupe du monde de rugby 2007.

5 Atelier informatique à la résidence pour personnes âgées Croizat

Et pourtant, les insuffisances de gestion sont flagrantes et l’absence de dynamique de projet évidente. Les opérations d’aménagement peuvent avoir un caractère spectaculaire sur un document de marketing politique. Elles ne sauraient remplacer la réalité de ce que vivent les Dionysiens : effets sociaux désastreux de la politique du gouvernement Sarkozy-Fillon d’une part et baisse de la qualité de vie dans notre ville du fait des choix du maire. Les problèmes locaux sont nombreux : affaiblissement des services publics locaux, désertification médicale, déqualification du commerce, mauvaise gestion des logements, faiblesse des services à l’enfance, à la petite enfance et en direction de la jeunesse, absence d’aide à la réussite éducative, aucun développement de service aux personnes âgées… Le tout dans un contexte d’espaces publics laissés à l’abandon, de pollutions aggravées et d’insécurité vertigineuse. Les élus PS & partenaires ont pris l’initiative, dès avril dernier, de réaliser un bilan de mi-mandat. Nous avons tenu à présenter notre travail d’élus citoyens et de faire une évaluation de chacune des politiques locales menées, ainsi que nos propositions pour les améliorer. Il a fait l’objet d’une mise en débat avec la population au cours de sept réunions qui se sont déroulées de mai à juillet dans les différents quartiers de notre ville. Ce document peut être lu sur le site :www.georgessali.fr Nous assumons ainsi les responsabilités que nous ont données les 31% de Dionysiens ayant voté pour notre liste au second tour de l’élection municipale de 2008.

5

La rénovation urbaine dans le quartier Pierre Sémard

Georges Sali pour le groupe Ensemble pour l'avenir de Saint-Denis Julienne Faleyras, Stéphane Privé, Maud Lelievre, Abdelmajid Wannass, Françoise Perrot, Arezki Ammi, Marie-Alice Clain. Les élus du Conseil consultatif des étrangers : Bahademou Coulibaly, Véronique Rakotofazy (titulaires), Fatiha Haouzy (suppléante)

Avec vous, la ville pour tous 3 ans de mandat, le temps d’un bilan, mais aussi celui d’un souffle nouveau. Nous avons fait le choix du développement : 15 000 nouveaux habitants, des logements diversifiés (logements sociaux, étudiant, accession à la propriété…). Nous nous sommes engagés dans la résorption de l’habitat insalubre : mieux-vivre pour les uns, amélioration du cadre de vie pour tous. Nous construisons la ville de demain, plus écologique : 3 lignes de tramways, une station de métro à la Plaine, transport à la demande, pistes cyclables… Nous avons fait le choix d’une ville populaire et dynamique qui accueille de l’emploi local, qui privilégie la prévention et la médiation, une ville qui fait de sa jeunesse la priorité : un nouveau groupe scolaire par an, augmentation des places en crèche, ouverture d’une maison des parents, développement des pratiques culturelles et sportives. Nous avons fait le choix du service public  : centres de santé, centres de loisirs, restauration scolaire à des tarifs accessibles pour tous, ouverture d’un bureau de poste à Pleyel. Ces choix vont à l’encontre de ceux du gouvernement, dévoué aux puissants et destructeurs des solidarités. Les élections présidentielle et législative de 2012 doivent être l’occasion d’une vraie alternative à Sarkozy. La gauche aura la responsabilité de proposer un vrai changement qui fasse de la solidarité, de la réduction des inégalités, de l’environnemental des priorités. Dans un contexte dur pour les faibles, avec une crise provoquant la peur et le repli sur soi, nous nous devons ici de continuer à nous battre pour favoriser le vivre ensemble et construire une ville pour tous. Saint-Denis se transforme, mais beaucoup reste encore à faire  pour que son développement profite encore plus aux Dionysiens, pour qu’on y vive mieux au quotidien, pour ancrer Saint-Denis dans le Grand Paris comme un territoire attractif, sans exclusion, durable, bref, d’avenir. C’est l’objet des réunions de mi-mandat. Elles seront l’occasion de discuter de ce qui a été fait mais aussi de travailler ensemble à un vrai projet progressiste, qui a vocation à rassembler le peuple dionysien de gauche, sans exclusive. Laurent Russier pour le groupe Saint-Denis pour tous

Le texte du groupe Ensemble pour un nouveau Saint-Denis ne nous est pas parvenu

5 Après-midi intergénérationnel en chansons à la résidence Croizat

5 Atelier slam intergénérationnel

5

L’artiste Alain Salevor présentant la fresque qu’il a réalisée rue Henri Murger

Ensemble pour un nouveau Saint-Denis  Xavier Ducos-Fonfrède, Claire O'Petit, Danyl Afsoud, Evelyne Nicol, Didier Labaune.

31


Saint-Denis à l’honneur

Les tribunes

Le label « Bien vieillir Vivre ensemble »

« Coup de cœur » du jury des prix territoriaux

Les élus PS & partenaires face au bilan de mi-mandat du maire

Saint-Denis et Aubervilliers ont reçu ce prix Gazette-GMF pour la fresque murale exécutée à la charnière des deux villes, rue Henri Murger. Cette fresque est le fruit d’un travail sur la mémoire du quartier Cristino Garcia réalisé avec la participation des habitants, sous la conduite du plasticien Alain Salevor.

Le bilan de mi-mandat présenté par le maire, objet du présent document, ne nous est pas connu au moment où nous rédigeons cette tribune ! Il faut s’attendre, sans aucun doute, à une évaluation sans nuance présentant de façon unilatéralement positive l’action de la municipalité conduite par M. Paillard depuis mars 2008.

La ville de Saint-Denis a obtenu le label « Bien vieillir - Vivre ensemble » délivré par l’Etat. Ateliers de convivialité, « Café amical » avec des rencontres intergénérationnelles, atelier d’écriture slam  animé par Grand Corps Malade à la résidence Croizat, ce label vient récompenser une politique d’animation particulièrement innovante.

La démarche qualité accueil à Saint-Denis Les services de l’accueil ont une certification Qualiville. Cette certification, délivrée par l’Afnor, est octroyée aux villes qui remplissent  plusieurs critères de qualité comme des horaires adaptés, des informations et des prestations de qualité, des espaces d’accueil accessibles, le respect des délais de délivrance, un personnel d’accueil spécifiquement formé…

Une Marianne d’or La ville a obtenu une Marianne d’or pour la chaufferie à bois, qui assurera dès fin 2011 plus de 25% de la production de chaleur du réseau dionysien. Au nord du canal Saint-Denis, cet équipement fournira en énergie la quasi-totalité de l’habitat social, des grandes copropriétés et des équipements publics (crèches, écoles, gymnases, etc.) et permettra de créer près de 20 emplois locaux ou régionaux pérennes.

Double récompense pour la réhabilitation du quartier Pierre Sémard L’Agence nationale de rénovation urbaine (ANRU) a remis deux prix pour la réhabilitation du quartier Pierre Sémard  à Didier Paillard.  Ces 2 prix, décernés par un jury de professionnels et un jury d’habitants, dotés d’une somme de plus de 100 000 €,  récompensent la qualité urbaine, architecturale et paysagère des réhabilitations ainsi que la concertation avec les habitants. Cette somme sera consacrée à différentes actions d’accompagnement des habitants comme les suivis du relogement et de la consommation énergétique, la mise en place d’ateliers d’autoréhabilitation ou les préfigurations de la maison de quartier Sémard et de la régie de quartier Floréal/Saussaie/Courtille.

Label ville Internet 2@ Ce label et ces 2 @ mettent en valeur l’accès aux technologies de l’information et de la communication et notamment le niveau d’équipement important au sein des quartiers. Les cyberbases centre-ville et Pleyel et les espaces multimédia (Plaine, Floréal et Franc-Moisin et résidence pour personnes âgées Croizat) offrent un accès à Internet et des ateliers d’initiation et de formation au multimédia.

Saint-Denis, ville Euro 2016 Saint-Denis a défendu auprès de l’UEFA la candidature française à l’Euro 2016. Notre ville, avec le Stade de France, sera le théâtre des matchs les plus importants du championnat. L’occasion pour les Dionysiens et l’ensemble des acteurs locaux que nous souhaitons impliquer dans cet énorme événement de démontrer leur sens de l’accueil et leurs richesses culturelles qui ont fait la fierté et le renom de notre ville pour la coupe du monde 1998, le championnat du monde d’athlétisme 2003 et la coupe du monde de rugby 2007.

5 Atelier informatique à la résidence pour personnes âgées Croizat

Et pourtant, les insuffisances de gestion sont flagrantes et l’absence de dynamique de projet évidente. Les opérations d’aménagement peuvent avoir un caractère spectaculaire sur un document de marketing politique. Elles ne sauraient remplacer la réalité de ce que vivent les Dionysiens : effets sociaux désastreux de la politique du gouvernement Sarkozy-Fillon d’une part et baisse de la qualité de vie dans notre ville du fait des choix du maire. Les problèmes locaux sont nombreux : affaiblissement des services publics locaux, désertification médicale, déqualification du commerce, mauvaise gestion des logements, faiblesse des services à l’enfance, à la petite enfance et en direction de la jeunesse, absence d’aide à la réussite éducative, aucun développement de service aux personnes âgées… Le tout dans un contexte d’espaces publics laissés à l’abandon, de pollutions aggravées et d’insécurité vertigineuse. Les élus PS & partenaires ont pris l’initiative, dès avril dernier, de réaliser un bilan de mi-mandat. Nous avons tenu à présenter notre travail d’élus citoyens et de faire une évaluation de chacune des politiques locales menées, ainsi que nos propositions pour les améliorer. Il a fait l’objet d’une mise en débat avec la population au cours de sept réunions qui se sont déroulées de mai à juillet dans les différents quartiers de notre ville. Ce document peut être lu sur le site :www.georgessali.fr Nous assumons ainsi les responsabilités que nous ont données les 31% de Dionysiens ayant voté pour notre liste au second tour de l’élection municipale de 2008.

5

La rénovation urbaine dans le quartier Pierre Sémard

Georges Sali pour le groupe Ensemble pour l'avenir de Saint-Denis Julienne Faleyras, Stéphane Privé, Maud Lelievre, Abdelmajid Wannass, Françoise Perrot, Arezki Ammi, Marie-Alice Clain. Les élus du Conseil consultatif des étrangers : Bahademou Coulibaly, Véronique Rakotofazy (titulaires), Fatiha Haouzy (suppléante)

Avec vous, la ville pour tous 3 ans de mandat, le temps d’un bilan, mais aussi celui d’un souffle nouveau. Nous avons fait le choix du développement : 15 000 nouveaux habitants, des logements diversifiés (logements sociaux, étudiant, accession à la propriété…). Nous nous sommes engagés dans la résorption de l’habitat insalubre : mieux-vivre pour les uns, amélioration du cadre de vie pour tous. Nous construisons la ville de demain, plus écologique : 3 lignes de tramways, une station de métro à la Plaine, transport à la demande, pistes cyclables… Nous avons fait le choix d’une ville populaire et dynamique qui accueille de l’emploi local, qui privilégie la prévention et la médiation, une ville qui fait de sa jeunesse la priorité : un nouveau groupe scolaire par an, augmentation des places en crèche, ouverture d’une maison des parents, développement des pratiques culturelles et sportives. Nous avons fait le choix du service public  : centres de santé, centres de loisirs, restauration scolaire à des tarifs accessibles pour tous, ouverture d’un bureau de poste à Pleyel. Ces choix vont à l’encontre de ceux du gouvernement, dévoué aux puissants et destructeurs des solidarités. Les élections présidentielle et législative de 2012 doivent être l’occasion d’une vraie alternative à Sarkozy. La gauche aura la responsabilité de proposer un vrai changement qui fasse de la solidarité, de la réduction des inégalités, de l’environnemental des priorités. Dans un contexte dur pour les faibles, avec une crise provoquant la peur et le repli sur soi, nous nous devons ici de continuer à nous battre pour favoriser le vivre ensemble et construire une ville pour tous. Saint-Denis se transforme, mais beaucoup reste encore à faire  pour que son développement profite encore plus aux Dionysiens, pour qu’on y vive mieux au quotidien, pour ancrer Saint-Denis dans le Grand Paris comme un territoire attractif, sans exclusion, durable, bref, d’avenir. C’est l’objet des réunions de mi-mandat. Elles seront l’occasion de discuter de ce qui a été fait mais aussi de travailler ensemble à un vrai projet progressiste, qui a vocation à rassembler le peuple dionysien de gauche, sans exclusive. Laurent Russier pour le groupe Saint-Denis pour tous

Le texte du groupe Ensemble pour un nouveau Saint-Denis ne nous est pas parvenu

5 Après-midi intergénérationnel en chansons à la résidence Croizat

5 Atelier slam intergénérationnel

5

L’artiste Alain Salevor présentant la fresque qu’il a réalisée rue Henri Murger

Ensemble pour un nouveau Saint-Denis  Xavier Ducos-Fonfrède, Claire O'Petit, Danyl Afsoud, Evelyne Nicol, Didier Labaune.

31


La ville avance, parlons-en ! Le maire et l’équipe municipale proposent quatre réunions publiques ouvertes à tous, afin d’évoquer la ville, ses projets et son avenir.

Quatre réunions, pour donner votre avis sur l’évolution de Saint-Denis, sur les besoins de ses habitants et pour contribuer aux décisions pour mieux y répondre.

embre v o n 4 i d e r Vend ette 19h : la Raquune

ste Dela Parc Augu oger Sémat R e u 9, aven

obre t c o 9 1 i d e rèsMercr laire Casa sco 19h : groupe Doisneau

o Garcia

in 3, rue Crist

vembre o n 5 2 i d e r Vend ’honneur la Légion d vembre o n 9 1 i d e Sam arville scolaire M

19h : salle de

10h : grouppéery Saint-Exu

neur

ion d'hon

la Lég 6, rue de

les

des Eco 1, passage

union 2012 ous, une ré v ze d janvier n 7 2 re e ces 4 tion aura lieu le ces rencontres d e u s is l’ À e restitu s forts de publique rdle bilan des temp pour tire ui aura émergé. s c ou pas, cecun et et de ce q a le en publi

ch ro ndre la pa es. ne place à aimiez preçues pour donner u lle et ses perspectiv s u vo e u Q vi n e co tr t o n n r so rencontresoment d'échange su être un m

+ d’infos sur : www.saintdenisparlonsen.com


Saint-Denis Avance