Page 1

Mensuel municipal d’informations locales

ı

I

N° 41 – avril 200 8

JOU R NAL

ı

ÉDITION

ı

V I L L E D E V I T R Y- S U R - S E I N E

Dossier I PAGE 28 I

Aide à la parentalité Renforcer les liens entre parents et enfants.

I

Actu I PAGE 14 I

Conservatoire Spectacle des élèves du conservatoire au théâtre Jean-Vilar.

Le conseil

Robert Ballestra De la plume à la scène I

portrait I PAGE 24 I

municipal

Événement page 4 à 9 >>>


ı l’actu ı l e ıı s o m m a i re ı 2008

N° 41 Avril

28

L E D O S S I E R P. 2 8 À 3 5 .

Aide à la parentalité En trente ans la famille a subi de profondes mutations. Les parents ont été à de nombreuses reprises montrés du doigt. Pour les aider à renouer avec leurs enfants, la municipalité a engagé une vaste politique d’aide à la parentalité.

L’ É V É N E M E N T > 4 , 9 .

La nouvelle municipalité • Les résultats des élections municipales et cantonales. ZOOM > 11.

PORTRAIT > 24.

Robert Ballestra, de la plume à la scène. ITI NÉRAI R E > 25.

Histoire des “Une” de la presse municipale.

La Galerie municipale d’art contemporain.

M O N ΠI L > 2 6 , 2 7.

L’A C T U > 1 3 À 2 1 .

Balzac, acte II • Le conservatoire de musique en fête • L’Humarathon • Comment éviter l’utilisation de désherbants chimiques • Droit au logement opposable • Manifestation lycéenne au rectorat de Créteil • Bientôt de nouveaux commerces dans la zone industrielle • 1, 2,…, 4 et cinq, Anne Herbauts expose à la bibliothèque • Journée nationale de la Déportation.

11

C H R O N I Q U E S > 3 6 , 37.

Une visite de Johannesburg • Cynisme et jarretière au Studio-théâtre • Deux elles et une 4L • Michel Frainais court toujours.

24

I N D I S P E N SAB LE S > 38.

État civil, noces d’or, inscriptions aux séjours d’été. PETITES AN NONCES > 40.

4

BONS PLANS > 22.

Fêtez l’anniversaire de vos enfants à la patinoire • La ville vous propose des vacances en famille • Les Ormes, une association de services à la personne.

ı

AVRIL 2008 – N° 41

ı vitry le mensuel ı

ı page

1

ı


❞ ı

ÉD ITO R IAL

D U

MAI R E

ı

Au service de toute la population

L

e message des électrices et des électeurs vitriots a été clair. Ils se sont très largement prononcés pour la poursuite d’une gestion sociale, humaine, démocratique de leur ville, pour un dynamisme économique, urbain, culturel respectueux de ce qui fait l’identité attachante de Vitry. Ils ont affirmé leur volonté d’union des forces de gauche et largement 1● battu les représentants des partis de droite.

DANS LES ANNÉES QUI VIENNENT FAIRE ENCORE PLUS POUR LA DÉMOCRATIE.

Je remercie toutes celles et tous ceux qui ont renouvelé leur confiance à la liste que je conduisais. Je m’efforcerai au service de toutes et tous 2● d’accomplir le mandat que vous les Vitriots m’avez confié.

Je compte sur l’ensemble des élus dans leur diversité pour tenir nos engagements et toujours mieux vous associer aux décisions prises. Nous avons les années passées beaucoup développer la concertation, 3● l’écoute, la démocratie locale. Il nous faudra dans les années qui viennent faire plus encore. Je m’y suis engagé pour que Vitry reste une ville dynamique et solidaire tournée vers l’avenir qui se construit avec tous dans le respect de son identité, de son histoire et de ses habitants.

I ALAIN AUDOUBERT I MAIRE DE VITRY-SUR-SEINE I

❞ 1• Mise en place du nouveau conseil municipal le 21 mars. 2• Visite de la future crèche multi-accueil Rouget-deL’Isle le 29 février. 3• Lors de la journée internationale des droits des femmes le 6 mars au théâtre Jean-Vilar.

ı

AVRIL 2008 – N° 41

ı vitry le mensuel ı

ı page

3

ı


ı l’événement ı I

Conseil municipal

I INSTALLATION I

Alain Audoubert, réélu maire D

Vendredi 21 mars, 19 heures. Une semaine après le second tour des élections municipales, de nombreux Vitriots s’étaient rassemblés à l'hôtel de ville pour assister à l’élection du maire et de ses adjoints.

es écrans géants pour retranscrire la cérémonie, plus de 600 chaises installées, les trois salles civiques noires de monde : l’événement était d’importance. Les 49 membres du nouveau conseil municipal élu le 16 mars dernier vont être installés, conformément à la loi, par le doyen d’âge, Alain Audoubert. Après avoir félicité la nouvelle équipe et remercié le public venu nombreux “malgré la veille du week-end pascal ”, il a rendu un hommage à l'ensemble des élus du mandat précédent saluant particulièrement parmi ceux qui nous quittent Maurice Cotier “pour sa sérénité de sage”, élu pendant 43 ans, ayant travaillé aux côtés de trois maires communistes. Une pensée aussi pour Roger Lodiot et Guy Martin, tous deux élus depuis 1977, et Isabelle Ougier qui, préférant laisser la place aux jeunes, continue à s'investir notamment dans le comité vitriot d’initiatives citoyennes. Parmi les remerciements, à noter ceux en direction du personnel communal et de son administration pour leur dévouement, la qualité du service rendu.

Divers et le cœur à gauche

SÉBASTIEN CHAMBERT

Avant de procéder à l’élection du maire et de ses adjoints, des élections qui se déroulent à bulletin secret, plusieurs membres de la nouvelle assemblée ont pris la parole pour expliquer leur vote et le sens de leur engagement dans la liste de rassemblement de

toute la gauche ensemble Vitry solidaire et dynamique. Tous ont relevé l'importance pour résister à la politique de la droite d'être unis, de se rassembler, “avec nos différences qui sont une chance” a souligné Sylvie Vassalo (Vitry alternative à gauche, unitaire, écologique et sociale). Même analyse pour Michelle Dubouchet (PS) “72 % des suffrages à gauche témoigne d'une volonté de résister à la politique de la droite. Nos convergences nous mettent en situation de mener des avancées nouvelles pour Vitry et les Vitriots.” Et Maurice Tzinmann (radical de gauche) d'appuyer “C'est dans la diversité que se crée la dynamique à laquelle nous aspirons.” Bertrand Potier, militant associatif, a pointé du doigt le fort taux d'abstention (53 %) montrant l'exigence de débats démocratiques à tous les niveaux. Isabelle Agier (Verts)

Le maire Alain Audoubert et les 14 mairesadjoints ceints de leur nouvelle écharpe.

I Plus de 600 vitriots étaient ı page

4

ı

ı vitry le mensuel ı

N° 41

– AVRIL 2008 ı


Construire dans l'union un Vitry solidaire

population sans distinction avec le souci du développement de la démocratie locale et participative.” Et d'invoquer quelques axes de solidarité avec, sujet d'actualité, les enseignants en lutte et les salariés d'Aventis, en direc-

a noté que “durant cette campagne électorale il y a eu un vrai débat, un foisonnement d'idées”. Quant à Bernard Benyacar (Militant syndicaliste) il a insisté sur l'engagement à “être aux côtés de ceux qui se battent contre les injustices sociales, pour leur emploi” évoquant la suppression envisagée de plus de 300 emplois chez Sanofi-Aventis.

tion des personnes les plus fragiles, les anciens, les handicapés, les familles les plus démunies. “Dans les jours qui viennent, a-til annoncé, je vais prendre un arrêté contre les expulsions locatives”.

Construire un Vitry solidaire en exigeant des services publics toujours plus proches des habitants, faire le pari de l'intelligence en agissant pour une école de la réussite pour tous, pour l’accès du plus grand nombre à la culture, pour une culture de paix… autant de chemins qu'Alain Audoubert et son équipe entendent poursuivre et creuser. Il ne pouvait terminer son discours sans évoquer sa conception du débat démocratique : “Nous allons poursuivre nos rencontres avec des assemblées générales plus régulières, élaborer une charte pour les conseils de quartiers qui doivent rester ouverts à tous les Vitriots. C'est dans le mouvement citoyen que nous trouvons les meilleures solutions pour conduire les actions nécessaires.” 20h30 : le maire a proposé au conseil municipal de fixer le nombre des adjoints au maximum autorisé pour Vitry, soit 14. La liste a été élue à l'unanimité. Rendez-vous est pris au 9 avril pour le prochain conseil municipal. ■ I SUZANNE THIRY I

Alain Audoubert a été élu avec 47 voix sur 48 (Jean Couthures absent n'a pas participé au vote). Parmi les enveloppes, on a trouvé un bulletin nul. Puis le maire a enfilé l’écharpe tricolore. Pluie d’applaudissements. Ému, il a pris la parole : “Ce n'est pas tout, maintenant il faut passer aux travaux pratiques pour construire dans l'union la politique sociale, solidaire qui réponde aux besoins de toute la

SÉBASTIEN CHAMBERT

Élu à la quasi-unanimité

t présents. I ı

AVRIL 2008 – N° 41

ı vitry le mensuel ı

ı page

5

ı


ı l’événement ı I

2008

I VOS ÉLUS I

La nouvelle municipalité Votre nouvelle municipalité composée de quarante-neuf élus, dont son maire, Alain Audoubert et ses quatorze adjoints. Vos trois conseillers généraux qui siégeront au conseil général, présidé par Christian Favier. Audoubert Alain maire Ensemble Vitry solidaire et dynamique

Le Corre Fabienne 8e adjointe

Ensemble Vitry solidaire et dynamique

Redonnons des couleurs à Vitry

Ensemble Vitry solidaire et dynamique

Agier Isabelle 9e adjoint

Germa Sophie 10e adjointe Ensemble Vitry solidaire et dynamique

Chicot Rémi 12e adjoint

Guénine Sonia 13e adjoint

Redonnons des couleurs à Vitry

Moineau Jean-Pierre 11e adjoint

Ladire Luc conseiller municipal

Desabres Dos Santos Maria conseillère municipale

Ensemble Vitry solidaire et dynamique

ı

Potier Bertrand 7e adjoint

Ensemble Vitry solidaire et dynamique

Redonnons des couleurs à Vitry

6

Ensemble Vitry solidaire et dynamique

Viguié Michelle 6e adjointe

Veyrunes Cécile 4e adjointe

Redonnons des couleurs à Vitry

Redonnons des couleurs à Vitry

Ensemble Vitry solidaire et dynamique

Hamani Djamel conseiller municipal

Bell-Lloch Pierre conseiller municipal

Tmimi Hocine conseiller municipal

Ensemble Vitry solidaire et dynamique

Ensemble Vitry solidaire et dynamique

Redonnons des couleurs à Vitry

Ensemble Vitry solidaire et dynamique

Étave Dominique 2e adjointe

Ensemble Vitry solidaire et dynamique

Leprêtre Michel 5e adjoint

Bourjac Jean-Marc 3e adjoint

ı page

Kennedy Jean-Claude 1er adjoint

Ensemble Vitry solidaire et dynamique

Tzinmann Maurice 14e adjoint Redonnons des couleurs à Vitry

Ben-Mohamed Khaled conseiller municipal Ensemble Vitry solidaire et dynamique

ı vitry le mensuel ı

N° 41

– AVRIL 2008 ı


Rabardel Évelyne conseillère municipale

Oueslati Ager conseillère municipale

Brossard Pierre conseiller municipal

Ebode-Ondobo Bernadette conseillère municipale

Benyacar Bernard conseiller municipal

Ougier Charlotte conseillère municipale

Troudi Raoudha conseillère municipale

Ensemble Vitry solidaire et dynamique

Ensemble Vitry solidaire et dynamique

Redonnons des couleurs à Vitry

Redonnons des couleurs à Vitry

Ensemble Vitry solidaire et dynamique

Ensemble Vitry solidaire et dynamique

Ensemble Vitry solidaire et dynamique

Couthures Jean conseiller municipal

Montoir Sylvie conseillère municipale

Omouri Saïd conseiller municipal

Vassallo Sylvie conseillère municipale

Redonnons des couleurs à Vitry

Redonnons des couleurs à Vitry

Ensemble Vitry solidaire et dynamique

Hayat-Bellessa Cory conseillère municipale

Beyssi Philippe conseiller municipal

Ensemble Vitry solidaire et dynamique

Sally Bounde Mathilde conseillère municipale Ensemble Vitry solidaire et dynamique

Redonnons des couleurs à Vitry

Ensemble Vitry solidaire et dynamique

Marmignon Élise conseillère municipale

Ramael Albertino conseiller municipal

Sylla Fanta conseillère municipale

Porpiglia Francesco conseiller municipal

Dubouchet Michèle conseillère municipale

Zehaf Rachid conseiller municipal

Teysseron Agnès conseillère municipale

Ensemble Vitry solidaire et dynamique

Ensemble Vitry solidaire et dynamique

Redonnons des couleurs à Vitry

Redonnons des couleurs à Vitry

Redonnons des couleurs à Vitry

Ensemble Vitry solidaire et dynamique

Ensemble Vitry solidaire et dynamique

Moreau Jean-Claude conseiller municipal

Lorand Isabelle conseillère municipale

Cabanes Marc conseiller municipal

Boutabaa Hafsa conseillère municipale

Konate Ibrahima conseiller municipal

Bédrines Marion conseillère municipale

Abdoun Charef Slimane conseillère municipale

Ensemble Vitry solidaire et dynamique

Redonnons des couleurs à Vitry

Redonnons des couleurs à Vitry

Ensemble Vitry solidaire et dynamique

Ensemble Vitry solidaire et dynamique

Ensemble Vitry solidaire et dynamique

Pierre Bell-Lloch conseiller général canton nord

Évelyne Rabardel conseillère générale canton est

Jacques Perreux conseiller général canton ouest

Majorité gauche Val-de-Marne

Majorité gauche Val-de-Marne

Majorité gauche Val-de-Marne

Ensemble Vitry solidaire et dynamique

Les conseillers généraux

ı

AVRIL 2008 – N° 41

ı vitry le mensuel ı

ı page

7

ı


ı l’événement ı I

Municipales et cantonnales

I LES RÉSULTATS I

Un ancrage bien à gauche “Le département et la ville

renforcent leur majorité bien

Élections municipales

à gauche”, s’est félicité Alain

Premier tour (dimanche 9 mars)

Audoubert lors de la présentation des résultats le

Inscrits : 44 849 ; votants 21 319 (47,54 %) ; exprimés 20 518 (45,75 %)

dimanche 16 mars. Dès le premier tour des élections

Listes

Pourcentage sur exprimés (%)

Voix

municipales, qui s’est déroulé le 9 mars, la liste de large ouverture à gauche

Ensemble Vitry solidaire et dynamique Alain Audoubert (PCF)

8 552

41,68

Redonnons des couleurs à Vitry Jean-Marc Bourjac (PS)

4 899

23,88

Agir ensemble pour Vitry Emmanuel Njoh (UMP)

1 871

9,12

Vitry renouveau Jean-Marc Aubert (DVD)

1 585

7,72

Changer la ville Fernand Saal (LNC)

1 068

5,21

LCR Vitry 100% à gauche Bernard Galin (LCR)

1 014

4,94

Avec le Modem centrons-nous sur Vitry Jamel Benjemia (Modem)

952

4,64

Défense, sécurité sociale, droit des citoyens Martine Debat (PT)

352

1,72

Vitry c’est nous Binkira Mougnol (SE)

225

1,10

conduite par le maire sortant, Alain Audoubert (PC), devançait largement les neuf autres listes avec 41,68 % des voix. Répondant à l’appel au rassemblement d’Alain Audoubert, la liste conduite par Jean-Marc Bourjac (PS), qui avait recueilli au premier tour 23,88 % des voix, fusionnait avec celle d’Alain Audoubert. Les trois candidats communistes, Évelyne Rabardel (canton est), Pierre Bell’Lloch (canton nord) et Jacques Perreux (canton ouest), arrivés largement en tête au premier tour et soutenus par l’ensemble de la gauche au second, l’ont emporté. Ce résultat participe à un ancrage bien à gauche du département. En effet, la gauche gagne six cantons, offrant à la majorité sortante un écart historique sur

Deuxième tour (dimanche 16 mars) Inscrits : 44 849 ; votants 15 130 (33,74 %) ; exprimés 12 300 (27,43 %)

la droite au conseil général. Pour Alain Audoubert,

Listes

Voix

“ces résultats montrent

l’attachement des Vitriots à une politique de justice sociale

Ensemble Vitry solidaire et dynamique Alain Audoubert (PCF)

Pourcentage sur exprimés (%)

12 300

100

et de démocratie”. ı page

8

ı

ı vitry le mensuel ı

N° 41

– AVRIL 2008 ı


Résultats des élections, bureau par bureau, sur www.mairie-vitry94.fr

Élections cantonales Canton nord - Premier tour (dimanche 9 mars) Inscrits 14 425 ; votants 6 904 (47,86 %) ; exprimés 6 718 (46,57 %) Candidat Voix Pourcentage sur exprimés (%) Pierre Bell-Lloch (PCF) 2 299 34,22 Guy Labertit (PS) 1 458 21,70 Sylviane Valente De Gregorio (UMP) 958 14,26 Chantal Duchène (Verts) 665 9,90 Pascal Noble (DVD) 489 7,28 Thérèse Patry (FN) 436 6,49 Abderrahim Amineur (Modem) 413 6,15

Canton nord - Deuxième tour (dimanche 16 mars) Pierre Bell-Lloch (PCF)

Inscrits 14 425 ; votants 4 913 (34,06 %) ; 4 037 (27,99 %) Voix Pourcentage sur exprimés (%) Candidat 4 037 100

Canton est - Premier tour (dimanche 9 mars) Inscrits 14 258 ; votants 6 551 (45,95 %) ; exprimés 6 364 (44,63 %) Voix Pourcentage sur exprimés (%) Candidat Évelyne Rabardel (PCF) 1 972 30,99 Rémi Chicot (PS) 1 832 28,79 Emmanuel Njoh (UMP) 936 14,71 Carole Jolly (Verts) 457 7,18 Thierry Damé (FN) 415 6,52 Clotilde Mastrangelo (Modem) 333 5,23 Rémy Ramassamy (DVD) 297 4,67 Binkira Mougnol (SE) 122 1,92

Canton est - Deuxième tour (dimanche 16 mars) Inscrits 14 258 ; votants 4 604 (32,29 %) ; exprimés 3 665 (25,70 %) Voix Pourcentage sur exprimés (%) Candidat 100 Évelyne Rabardel (PCF) 3 665

Canton ouest - Premier tour (dimanche 9 mars) Inscrits 15 445 ; votants 6 954 (45,02 %) ; exprimés 6 772 (43,85 %) Voix Pourcentage sur exprimés (%) Candidat Jacques Perreux (PCF) 3 031 44,76 Isabelle Agier (Verts) 1 497 22,11 Gérard Cauro (UMP) 846 12,49 Édouard Fontana (FN) 498 7,35 Serge Stringhetta (DVD) 486 7,18 Maxence Olmiccia (Modem) 414 6,11

Canton ouest - Deuxième tour (dimanche 16 mars) Jacques Perreux (PCF) ı

AVRIL 2008 – N° 41

Inscrits 15 445 ; votants 4 895 (31,69 %) ; exprimés 4 121 (26,68 %) Candidat Voix Pourcentage sur exprimés (%) 100 4 121

ı vitry le mensuel ı

ı page

9

ı


ı z ı o o ı m ı En 25 ans la galerie municipale d’exposition a franchement abordé les nouvelles tendances de l’art contemporain. L’ouverture du Mac/Val étant un atout supplémentaire.

L’évolution de la galerie D

Géométries irrationnelles

Pascal Dombis poursuit une singulière démarche. “Mon travail consiste à utiliser ordinateur et algorithmes pour produire des formes visuelles instables et dynamiques”, précise l’artiste. Il compose ses œuvres en utilisant toutes les possibilités des technologies numériques. Ce qui l’intéresse, c’est de repousser les limites des modèles mathématiques

en créant un monde complexe jusqu’à l’irrationnel. Comment une droite se transforme-t-elle en courbe ? Comment, en répétant un million de fois la même opération visuelle, obtient-on un espace imprévisible ? C’est à ces questions qu’il se propose de répondre au travers de cette exposition d’œuvres inédites.

¬ Galerie municipale d’art, jusqu’au 20 avril. Ouvert du mardi au samedi de 14 heures à 19 heures. Entrée libre. ı

AVRIL 2008 – N° 41

ı vitry le mensuel ı

’emblée, Catherine Viollet, conseillère culturelle aux arts plastiques auprès de la municipalité, tient à préciser : “Je considère que la présence du Mac/Val à Vitry est un atout en terme de complémentarité. D’ailleurs, nous n’avons pas perdu de public depuis son ouverture, c’est plutôt le contraire.” Pour preuve, les chiffres fournis par son adjoint, Emmanuel Posnic, chargé des publics de ce lieu. “La moyenne des visiteurs au cours des trois dernières saisons s’établit autour de sept mille et, l’an dernier, nous avons franchi le cap des huit mille entrées”, confirme-t-il. Les raisons de cette progression continue sont à mettre au crédit du travail développé autour des expositions. “Nous avons vraiment envie de faire évoluer l’image de la galerie afin qu’elle ne soit pas seulement un bel écrin, mais qu’elle soit plus vivante, plus accueillante”, souligne Catherine Viollet. Et le “tandem” ne ménage pas ses efforts pour cela. Outre les visites commentées réservées aux établissements scolaires qui constituent encore 50 % des statistiques, les rencontres organisées avec les artistes exposants ont permis globalement d’augmenter l’intérêt du public adulte, notamment local qui représente 60 % de la fréquentation. Mais c’est aussi, et surtout, la qualité des propositions qui séduit. Citons pour exemples l’exposition de Bernard Lallemand (2006) qui abordait le thème de l’enfermement au travers du prisme de la biotechnologie. Ou encore la première présentation personnelle du photographe Dominique Marchès en février 2007 et, enfin, Dessins en mouvement, une nouvelle manière d’aborder le dessin par le biais de l’animation vidéo (mai 2007). Sans compter les rendez-vous réguliers : avec la jeune peinture contemporaine et Novembre à Vitry, qui va fêter sa 40e édition, ou l’exposition de printemps centrée autour de la notion

d’art graphique. Bref, que faudrait-il pour franchir un nouveau cap ? “Si nous voulons mieux échanger avec nos publics, nous devons créer des conditions propices à la convivialité. Cela suppose un vrai lieu d’accueil permettant de présenter nos catalogues conçus “à la carte” avec les artistes, une meilleure utilisation du fonds départemental de livres d’art de la bibliothèque, et de poursuivre l’organisation de petits événements”, remarque Emmanuel Posnic. Cela passe aussi, pour Catherine Viollet, par le renforcement de l’équipe. Ce qui permettrait à la galerie d’art de mieux asseoir encore sa réputation. ■

La galerie municipale consacre de nombreuses visites commentées aux établissements scolaires.

I ALAIN SERS I

ı page

11

ı


ı l’actu ı

Urbanisme I

Balzac

I CONCERTATIONS I

I ACTE II I

Square Balzac

Démolition suite

La rénovation du quartier Balzac se poursuit. La barre ABC tombée, c’est au tour des escaliers 18 et 19 de disparaître. ette fois-ci, pas question d’abattre les bâtiments comme en février dernier. “Les escaliers 18 et 19 sont encadrés de part et d’autre par des ensembles habités, remarque Martine Lubczanski, la directrice de l’OPHLM. Il n’est pas question de faire n’importe quoi.” Au préalable, les bâtiments 18 et 19 seront donc sciés de chaque côté. Objectif : les désolidariser des autres immeubles et limiter ainsi les répercussions sur les bâtiments et les nuisances pour les habitants.

C

La démolition des deux cages d’escalier se déroulera ensuite en trois étapes : le désamiantage des dalles de sol et des parties communes ; le curage (élimination des déchets pouvant être valorisés type radiateurs, conduites…) ; et, enfin, la destruction du bâtiment. L’entreprise en charge des travaux (Perez et Morelli) appliquera la technique dite du grignotage ou de la démolition mécanique. Il s’agit de faire tomber la structure des bâtiments par petits bouts à l’aide d’une pelle mécanique. “Il y

aura beaucoup de bruit et de poussière, prévient Martine Lubczanski. Nous avons en tout cas choisi cette entreprise pour son savoir-faire, afin que ces désagréments soient limités au maximum.” Débutés courant avril, les travaux devraient prendre fin d’ici à cinq mois. L’ouverture ainsi créée permettra à la future allée piétonne, située le long des bâtiments en U, de rejoindre la rue Voltaire. ■

Une réunion publique rassemblera élus de la ville et riverains du quartier Balzac courant avril. Au cœur de cette rencontre : l’aménagement du square Balzac. Ce rendez-vous fait suite à la présentation du projet élaboré par la municipalité, le 29 janvier dernier. “Elle constituait une base de travail, une première proposition, souligne Fabienne Rapaille, du service Espaces verts. Notre souci a été d’associer les riverains à l’élaboration du projet définitif, qu’ils se l’approprient au maximum.” Afin de recueillir remarques, interrogations et demandes des habitants, trois permanences (18 mars, 26 mars et 5 avril) ont donc précédé la prochaine réunion de concertation. Elles se sont tenues à l’Espace projet en présence d’un responsable des services Espaces verts et Vie de quartier, d’un représentant de la Semise et de l’OPHLM. Les travaux du square sont prévus pour 2009. Localisé au cœur du quartier Balzac, il comprendra, sur cinq mille mètres carrés, une aire de jeux, des zones de promenade et de pelouse.

I STÉPHANE LAFORGE I

I C’est la technique du grignotage qui sera employée. I ı

AVRIL 2008 – N° 41

ı vitry le mensuel ı

ı page

13

ı


ı l’actu ı

Culture(s) I

Musique

I EMA I

Le conservatoire en fête Pourquoi attendre la fin de l’année scolaire pour présenter le travail du conservatoire de musique et plus largement des EMA ? Les 12 et 13 avril deux concerts seront organisés au théâtre Jean-Vilar. Le travail des élèves et des professeurs du conservatoire de musique sera mis à l’honneur les 12 et 13 avril.

I MAISONS FLEURIES I

Concours C’est lors de l’atelier jardinage qui s’est déroulé le samedi 5 avril qu’a été lancé le concours 2008 des maisons et balcons fleuris. Les inscriptions seront closes le 20 juin. Pour participer, chaque candidat doit retourner le bulletin d’inscription (joint à ce Mensuel) au service Maintenance et entretien des espaces verts ou le déposer dans l’urne disposée à cet effet dans le hall de l’hôtel de ville. Chaque participant sera récompensé. Le fleurissement doit être visible de la rue, une manière d’enchanter les promeneurs. Le service des Espaces verts propose une fois par mois conseils et ateliers au travers de réunions gratuites de jardinage. Prochaines rencontres : Comment jardiner sans pesticides ? (17 mai) ; Garder un jardin verdoyant tout en arrosant le moins possible (14 juin). Ces ateliers qui ont lieu au parc du Coteau, salle Bourneville à 15 h 30, sont annoncés dans l’Hebdo et sur le site Internet de la ville.

¬ Renseignements 01 46 82 81 19 www.mairie-vitry94.fr/balcons/

ı page

14

ı

oyage, promenade, errance. C’est sur ce thème qui invite à la rêverie que s’ouvrira la première journée de concerts du conservatoire de musique mettant à l’honneur le travail des élèves et des professeurs. “Ce concert verra se succéder cinq ou six morceaux différents dont la Symphonie inachevée de Schubert et Sur un marché persan d’Albert Ketèlbey sur lequel danseront des élèves de l’académie de danse”, détaille Michel Coury, chargé du développement culturel et de la coordination aux Écoles municipales artistiques. Tout au long du

V

concert des images seront projetées pour entraîner un peu plus le spectateur dans ce voyage musical. En tout, ce sont près de quatre-vingts musiciens qui se succéderont sur scène, dont l’orchestre du conservatoire, l’ensemble de flûtes traversières, les cordes ou encore la formation musicale. Lors de la seconde représentation la peinture sera au cœur du concert grâce à l’ensemble de pièces pour piano de Moussorgski intitulé Les Tableaux d’une exposition et orchestré par Maurice Ravel. “Cet ensemble de pièces a été

inspiré par un ami peintre du compositeur. Les différentes pièces décrivent chacune un tableau et sont entrecoupées de promenades pour symboliser un visiteur se promenant entre les œuvres”, explique Michel Coury. À nouveau, différents styles seront représentés avec la présence d’une chorale, l’ensemble de guitares, la classe de percussions et les pianistes solistes. ■ I PAULINE RENAUD I

Renseignements : Écoles municipales artistiques 71, rue Camille-Groult

¬

01 55 53 14 90

I Le conservatoire s’invite à Jean-Vilar. I ı vitry le mensuel ı

N° 41

– AVRIL 2008 ı


I ESCRIME I

Challenge Mouginot

SÉBASTIEN CHAMBERT

Après Ivry, Fontenay-sousBois et Orly, le Challenge Mouginot 2008 d’épée et de fleuret, organisé par le comité départemental de la Fédération sportive et gymnique du travail (FSGT), fait escale à Vitry pour sa quatrième et dernière étape. Cette compétition rassemble les escrimeuses et escrimeurs des catégories pupilles à seniors. Il donne lieu à un classement général fondé sur les participations aux quatre compétitions. Ne manquez pas ce rendez-vous avec un sport à l’indéniable esthétique. Cette année, à nouveau, l’Humarathon verra de grands sportifs fouler son parcours.

I

Fête sportive

¬ Samedi 5 avril au palais des sports Maurice-Thorez de 12 heures à 20 heures.

I HUMARATHON I

Une puce dans le dossard

I CAMPAGNE I

Dératisation

Il serait injuste de réduire les précédentes éditions de l’Humarathon aux exploits des coureurs africains. Même s’il convient de saluer leurs performances. Car ce rendez-vous sportif est aussi prétexte à une foule d’initiatives festives ous avez des fourmis dans les jambes ? Bien. Vous êtes mûr pour participer à l’une des courses organisées dans le cadre de l’Humarathon, le dimanche 13 avril. Mais, en plus, si vous remplissez votre bulletin d’inscription, vous aurez droit à une puce… électronique intégrée à votre dossard qui vous permettra de connaître à la seconde près le temps que vous aurez réalisé sur 5, 10, ou 21 kilomètres. À vous de voir. Mais pendant que vous tenterez d’allonger au maximum vos foulées, que se passera-t-il ? Des tas de choses, d’autant que, cette année, toutes les arrivées seront jugées devant l’hôtel de ville de

V

ı

AVRIL 2008 – N° 41

ı vitry le mensuel ı

Vitry. Même la fameuse cavalcade qui clôt la manifestation le dimanche midi et permet à toutes et tous, champions ou non, de courir juste pour le plaisir et de justifier l’appellation de cette journée : une manifestation qui a du cœur. Et les enfants, que deviennentils ? Eh bien, tout a été prévu pour leur permettre de participer à cette grande fête sportive et conviviale. Le samedi 12, entre 14 heures et 18 heures, l’Espace enfance, placé sous le patronage de Pif le chien, permet aux trois à douze ans de bénéficier d’animations à caractère sportif, mais ludique, avec parcours d’obstacles, course

d’endurance, agrès divers, ou, pour les plus calmes, de contempler clowns, magiciens et autres sculpteurs de ballons. Et le bonus de l’après-midi, c’est le parcours d’endurance pour les six à douze ans, permettant, sous surveillance physique appropriée, de s’élancer accompagné des champions internationaux qui participeront au semi-marathon du lendemain. Ah ! c’est trop ! ■ I ALAIN SERS I ¬ Renseignements et inscriptions sur www.sport-up.fr ou www.mairie-vitry94.fr

Chaque année la ville organise une campagne de dératisation des réseaux d’égouts et des bâtiments communaux fin mars début avril. Lors de cette campagne on pourra observer une recrudescence des rats dans les rues qui, après avoir ingurgité les graines, fuient. Durant cette campagne les propriétaires sont invités, si cela s’avère nécessaire, à participer à cette campagne de dératisation : du produit raticide est mis gratuitement à la disposition des riverains en pavillon par le service Environnement en mairie. Il est rappelé qu’en application de l’article 119 du règlement sanitaire départemental, il est de la responsabilité des propriétaires de prévenir la présence de rongeurs en entretenant leurs parcelles et de dératiser si nécessaire. ı page

15

ı


ı l’actu ı

Environnement I LIGNES RER I

Moins bruyantes “Le bruit paraît deux fois moins fort”, explique la SNCF aux riverains des voies du RER dont les rames ont été équipées de semelles de frein en matériau composite. Les rames de la ligne C, site pilote, sont désormais toutes pourvues de ce nouvel équipement. Son efficacité a été démontrée par une campagne de mesure du bruit réalisée par le bureau d’ingénierie Acoustique vibrations logiciel scientifique (AVLS) auprès des riverains de la ligne C avant (en juin 2004) et après le changement des semelles (en juin 2006). Un gain de quatre décibels en moyenne a été observé. Devant les bons résultats de cette première phase la région Île-de-France et la SNCF ont décidé de poursuivre l’opération en intervenant sur le matériel qui circule sur les autres

I

Environnement

Haro sur les produits chimiques Depuis de nombreuses années les services des Espaces verts et de la Voirie de la ville évitent l’utilisation de désherbants chimiques. En mars leurs agents ont suivi une formation dans le cadre d’une action Phyt’Eaux Cités pilotée par le Syndicat des eaux d’Ile-de-France. Les agents des services municipaux des Espaces verts et de la Voirie ont suivi une formation de sensibilisation afin de limiter leur emploi de produits chimiques nocifs pour l’environnement.

“ lignes de RER. Ce dispositif antibruit, financé par l’État, la région et la SNCF, coûtera un million d’euros pour l’équipement des trois cent vingt RER circulant sur l’ensemble du réseau Transilien, ce qui est bien plus économique que de construire des murs antibruit.

I EAU I

Lorsque l’on utilise un désherbant chimique pour nettoyer les trottoirs ou un produit phytosanitaire pour traiter les feuilles des arbres, une partie du produit s’écoule jusqu’à la nappe phréatique, explique un technicien au bureau d’études des Espaces verts. Et les filtres nécessaires à cette dépollution coûtent très chers.” Depuis plus de cinq ans le service municipal des Espaces verts a adopté des modes de culture raisonnée, mettant en avant des procédés naturels plutôt que chimiques : comptage, surveillance et chas-

se aux insectes porteurs de maladie grâce à l’introduction de prédateurs, utilisation de plantes plus résistantes adaptées à leur environnement… Ainsi les dépenses en matière de désherbant ont fortement diminué pour être quasi nulles en 2008. Les équipes favorisent également les techniques de désherbage manuelles. “Le désherbage chimique est plus rapide et moins cher, souligne notre technicien, mais il pollue la planète. L’objectif est de ne plus en utiliser du tout sur toute la ville. Il faut savoir qu’un millimètre cube de produit

utilisé oblige de filtrer dix mille mètres cubes d’eau.” Dans le cadre d’une action Phyt’Eaux Cités, pilotée par le Syndicat des eaux d’Île-de-France, les agents des Espaces verts et de la Voirie ont également été sensibilisés au juste geste pour les employer avec le plus de parcimonie possible. Aussi, quand vous voyez un brin d’herbe dépasser du trottoir, ne pensez pas que la ville est mal entretenue. Au contraire, cela dénote d’une démarche écologique. ■ I SUZANNE THIRY I

I Une démarche écologique pour préserver la planète. I ı page

16

ı

ı vitry le mensuel ı

N° 41

– AVRIL 2008 ı


I DALO I

Un jeu de patience

Les associations de solidarité dénoncent l’effet d’annonce de la loi Dalo pour laquelle aucun moyens financiers n’ont été définis.

I

Droit

I AU LOGEMENT OPPOSABLE I

Une loi sans toit Depuis le 1er janvier les personnes mal logées ou sans logement peuvent saisir la commission de médiation de leur département pour bénéficier d’un logement. Mais les moyens prévus par l’État ne suivent pas. ’était à l’hiver 2006. Des dizaines de tentes s’installaient le long du canal Saint-Martin, à Paris, sous l’impulsion de l’association Les enfants de Don Quichotte. Objectif : dénoncer le manque de logements sociaux. En réponse naissait dans l’urgence une loi instaurant un droit au logement opposable (Dalo) garanti par l’État pour ceux ne disposant pas d’un “logement décent et indépendant”. Une définition qui concerne 3,2 millions de personnes selon le rapport 2007 de la Fondation Abbé-Pierre. Depuis janvier un millier de personnes ont déjà déposé un dossier auprès de la préfecture du Val-de-Marne. Mais à l’associa-

C

ı

AVRIL 2008 – N° 41

ı vitry le mensuel ı

tion Abej Diaconie, où on a aidé une vingtaine de personnes à remplir leur dossier, on se dit sceptique. “On a fait une loi sans donner les moyens. Il y a un vrai manque de logements sociaux en France”, souligne Gilbert Claudel, président de l’association. En effet, si à Vitry 40 % des logements sont des logements sociaux et que, d’ici 2011, 1 850 logements sociaux auront été construits en dix ans, plusieurs villes sont loin de respecter les 20 % prévus par la loi Solidarité et renouvellement urbain. Et face aux 600 000 ménages en France susceptibles d’invoquer le Dalo, le contingent préfectoral de 60 000 logements sur l’ensemble du terri-

toire semble bien maigre. Pour Christian Pallatier, trésorier du comité local de la Confédération nationale du logement, le problème concerne aussi les expulsions. “L’État est tenu de reloger certains locataires expulsés, mais, dans le même temps, la trêve hivernale vient de prendre fin et on continue de mettre les gens à la rue. C’est absurde !” Contre cela, les bailleurs sociaux et les associations travaillent avec la mairie pour éviter aux locataires le surendettement. Et, depuis trois ans, la municipalité a pris un arrêté anti-expulsions. Un acte qui prend tout son sens face à certaines lacunes de la loi Dalo. ■

Pour bénéficier de la loi Dalo il faut répondre à trois critères : être français ou vivre en France de façon régulière ; ne pas être en mesure d’accéder à un logement décent et de s’y maintenir ; avoir déposé une demande de logement social. Une fois ces conditions remplies, commence un long parcours : • Remplir un dossier à retirer en préfecture qui sera examiné par la commission de médiation. Une décision est rendue dans les trois à six mois selon la taille de la ville. • En cas d’avis favorable, le préfet est chargé de proposer un logement parmi son contingent dans les six mois suivants. • Si aucun logement n’est attribué, les demandeurs “prioritaires” (personnes sans logement, menacées d’expulsion sans relogement…) pourront, à partir du 1er décembre 2008, former un recours devant le tribunal administratif. L’État pourra alors être condamné à verser une somme à un fonds de solidarité pour construire des logements sociaux. Ce recours sera ouvert, à compter du 1er janvier 2012, à tous les demandeurs qui n’ont pas reçu de réponse dans un délai anormalement long.

I PAULINE RENAUD I

ı page

17

ı


ı l’actu ı

Éducation I JEUNE PUBLIC I

Le Bruit des os qui craquent À partir de récits d’enfants soldats recueillis au Congo et une recherche poussée sur la situation des trois cent mille enfants soldats dans le monde, Suzanne Lebeau, auteure québécoise de théâtre pour jeune public, présentera une lecture mise en espace de sa pièce, Le Bruit des os qui craquent, qui sera créée en 2009 avec la compagnie du Carousel. Après cette lecture accessible aux enfants à partir de dix ans, l’auteure et le metteur en scène échangeront avec le public. Théâtre Jean-Vilar, mercredi 9 avril à 19 h, entrée 2 €.

I

Éducation nationale

I SUPPRESSIONS DE POSTES I

Touche pas à mon prof Onze mille deux cents postes d’enseignants supprimés à la rentrée 2008. C’est l’annonce faite par le ministre de l’Éducation nationale, Xavier Darcos. Face à cette menace des lycées de Vitry et du Val-de-Marne ont organisé, jeudi 20 mars, un rassemblement devant le rectorat de Créteil. Plusieurs centaines d’élèves, de professeurs, de parents de lycées de Vitry, Ivry, KremlinBicêtre ont marché de la gare de Vitry au rectorat de Créteil en signe de protestation.

¬ Réservation 01 55 53 10 60 I MUSIQUE ET ARTS DU CIRQUE I

Le Carnaval baroque Le Poème harmonique, ensemble de musiciens solistes, nous plonge le temps d’un spectacle, dans l’énergie créatrice des rites et des symboles qui constituent la fête carnavalesque. Le spectacle se nourrit de l’esthétique baroque et réunit mimes, acrobates, chanteurs et musiciens pour évoquer les fastes et la folie de cette fête aux résonances intemporelles. Théâtre Jean-Vilar, samedi 5 avril à 21 h.

¬ Réservation 01 55 53 10 60

ı page

18

ı

Mobilisés pour une école publique de qualité.” C’est derrière cette banderole qu’ont défilé plusieurs dizaines de lycéens et professeurs du lycée Jean-Macé, rejoints par les lycées Romain-Rolland d’Ivry, Darius-Milhaud du Kremlin-Bicêtre et d’autres établissements du département. Tous sont touchés par la décision du ministère de l’Éducation nationale. Au total, près de deux cent soixante postes devraient être supprimés dans les collèges et lycées du Val-de-Marne, et plus de six cents sur l’Académie de Créteil. “À Jean-Macé, sept postes sont menacés. Ça signifie un alourdissement et une

dégradation des conditions de travail pour les professeurs sous forme d’heures supplémentaires en plus de l’heure obligatoire par semaine. Ce n’est pas possible !” insiste Sandrine Bourret, professeur de philosophie au lycée Jean-Macé. À cette menace se mêlent d’autres craintes, dont la disparition de certaines options et des classes en sureffectif. “Pour faire des économies, le gouvernement veut aussi faire un Bac Pro en trois ans au lieu de deux ans de BEP plus deux ans de Bac Pro. Mais il faut quatre ans, et non pas trois, pour décrocher un Bac Pro. Des jeunes risquent d’être laissés de côté”, ajoute Mathieu Giacomo,

professeur d’histoire-géographie. Dans la foule, nombreux sont les élèves à être venus manifester, inquiets pour leurs études, à l’instar de Nolwenn Mery, en 1re STG à RomainRolland. “Pour l’instant, on n’est pas trop nombreux dans ma classe, mais j’ai peur que ça change”, s’inquiète-t-elle. Arrivés à Créteil en fin de matinée, les manifestants ont pu être reçus en délégation au rectorat. Mais leurs demandes sont restées lettre morte. La mobilisation en revanche, elle, ne faiblit pas. De nouvelles mobilisations sont prévues. ■ I PAULINE RENAUD I

ı vitry le mensuel ı

N° 41

– AVRIL 2008 ı


Sopricom

I ACTIVITÉ ÉCONOMIQUE I

Bientôt de nouveaux commerces

QuestionsRéponses

I

Stéphane Houbé, cogérant de la société Sopricom

Le site Léon-Weil, dans la zone industrielle, va accueillir cinq nouvelles enseignes.

Gifi, Gemo, Maxi Toys, La Halle aux chaussures, et La Halle sont les cinq nouvelles enseignes qui vont s’installer à Vitry à partir de la fin du mois d’avril, rue Eugène-Hénaff, face à l’hypermarché Leclerc. ous cherchez une jolie lampe abat-jour, des baskets à la mode, un ours en peluche pour le petit dernier, ce ne sera dorénavant plus nécessaire de courir à droite et à gauche pour s’équiper. Il sera désormais possible de faire vos emplettes à deux pas de chez vous, et de grouper vos achats ! Dès le printemps vous pourrez en effet faire vos courses à Vitry, grâce à La Halle, La Halle aux chaussures, Gémo, et un peu plus tard Maxi Toys et Gifi. Au total, cinq nouveaux magasins

V

d’équipement sur plus de sept mille mètres carrés devraient voir le jour cette année. Dans cette zone industrielle en pleine mutation, située juste en face du centre commercial Leclerc, et non loin des bords de Seine, vous trouverez tout ce qu’il faut pour toute la famille ! Pour la petite histoire, cette ancienne friche industrielle était une fabrique de boucles de ceintures. Bientôt, décoration d’intérieur, habillement, chaussures, jouets pour enfants… des boutiques claires et spacieuses

vous accueilleront. Plus de trois cents places de parking gratuit seront également disponibles. Après six ans d’attente, dû à de nombreux aléas, c’est un véritable pôle commercial qui va enfin voir le jour. Ces cinq magasins devraient donner à la ville une nouvelle dynamique économique et vont créer cinquante à soixante emplois. ■ I MATHILDE LAMARRE I

I Tout ce qu’il faut pour la famille. I ı

AVRIL 2008 – N° 41

ı vitry le mensuel ı

Le premier permis de construire a été déposé en 2002. Pourquoi y a-t-il eu autant de retard dans la mise en place du projet ? Nous avons en effet accumulé plusieurs contretemps sur le site Léon-Weil. Des problèmes de pollution et des difficultés d’occupation (400 à 600 squatteurs) ont repoussé le début des travaux. Puis nous avons perdu beaucoup de temps à cause des canalisations d’eau, de gaz et de vapeur qui ont été découvertes sur le terrain. Il a fallu faire de nombreux dévoiements, des aménagements. Nous avons adapté le projet de départ. Il a également été nécessaire de faire des modifications au niveau de la structure interne et des places de stationnement souterrain. Quelles seront les premières enseignes mises en place ? Gemo, La Halle aux chaussures et la Halle sont en cours d’aménagement. Leur ouverture est prévue pour fin avril début mai. Puis nous allons bientôt livrer Maxi Toys qui devra ouvrir début juin, et enfin Gifi, qui est en cours de construction et qui ouvrira ses portes en fin d’année.

❞ ı page

19

ı


ı l’actu ı

Culture

Lycée AdolpheChérioux Le lycée AdolpheChérioux de Vitry propose de nombreuses filières d’études : • Classes de seconde : Culture design-création design ; Initiation aux sciences de l’ingénieur ; Informatique de gestion et de communication ; Informatique et systèmes de production ; Mesures physiques et informatique ; Sciences économiques et sociales. • Arts appliqués : Bac STI ; Mise à niveau ; BTS Design de l’espace. • Décoration : CAP Signalétique, enseigne, décor ; BEP Finition ; brevet des métiers d’art graphisme et décor (décorateur de surface et volume). • Électronique : Bac STI. • Électrotechnique : BEP métiers de l’électronique ; Bac Pro électrotechnique énergie équipements communicants ; Bac STI ; BTS. • Génie civil : Bac STI ; BTS Bâtiment. • Horticulture : BEP agricole Aménagement de l’espace ; CAP agricole Travaux paysagers ; Bac Pro Travaux paysagers. • Microtechnique : BEP métiers de la production mécanique informatisée ; Bac Pro. • Plomberie : CAP Installations sanitaires ; BEP Techniques des installations sanitaires et thermiques ; Mention complémentaire Maintenance des équipements thermiques individuels.

¬ Lycée Adolphe-Chérioux, 195, Rue Julian-Grimau ce.0941294w@ac-creteil.fr 01 45 12 87 87

ı page

20

ı

I

Anne Herbauts

I EXPOSITION I

Cinq petites maisons Durant tout le mois d’avril la bibliothèque présente l’univers de l’illustratrice jeunesse Anne Herbauts. Une exposition de cinq cabanes en forme de lettre ou d’arrosoir, à explorer, à toucher, à rêver…

© ANNE H ERBAUTS

I ORIENTATION SCOLAIRE I

Des histoires de temps, d’attente, de saison et de nuages…” Tout l’univers propre à l’illustratrice jeunesse Anne Herbauts est là, intime, poétique, drôle et émouvant. “J’écris des images et je mets en image des mots”, résume cette jeune artiste belge au talent renversant. Ainsi M. Cuillère-à-Thé laisse infuser ses pensées dans une théière, l’éléphant Pataf a des idées formidables qui tournent autour de sa tête… et l’ourson Archibald un petit nuage de chagrin au-dessus de la sienne ! L’illustratrice-écrivain sait évoquer les questions philosophiques telles que le temps ou

la disparition avec une grande délicatesse. Et toujours la poésie du texte est soulignée par les jeux graphiques. Pour entrer dans son univers, venez explorer l’exposition 1, 2,…, 4 et cinq : drôle de titre ! Anne Herbauts nous livre le mode d’emploi pour se perdre et ne plus savoir compter jusqu’à cinq… : 1, la maison en forme d’arrosoir, un objet qui apparaît souvent dans ses livres où il est beaucoup question de la nature et des saisons ; 2, la douillette maison-lettre, inspirée de l’album La Lettre où, avant d’hiberner, l’ours et l’oiseau recueillent des souvenirs d’été, une plume, le bruit du

vent, pour les offrir à leur ami Jean ;…, une maison tactile à deviner du bout des doigts ; 4, une boîte où défilent des images quand on tourne la manivelle ! ; et cinq, la cabane des météorologies du cœur, qui cache des petits secrets derrière ses volets. Offrez à vos enfants un moment de découverte et de bonheur, ils seront ravis de se laisser guider par leurs sensations et leur imagination. ■ I CAROLE TESTA I Du 1er au 30 avril bibliothèque Nelson-Mandela 26-34, avenue MaximilienRobespierre

ı vitry le mensuel ı

N° 41

– AVRIL 2008 ı


Humeur

En bref

Terriblement “terrible”

J ULIEN PAISLEY

La loi du 14 avril 1954 a consacré le dernier dimanche d’avril “Journée nationale du souvenir des victimes et héros de la Déportation”, au cours de laquelle la nation honore la mémoire de tous les déportés sans distinction.

I

Cérémonie

I 27 AVRIL I

Journée de la Déportation I y a soixante-trois ans des dizaines de milliers d’êtres humains promis à une mort certaine sortaient miraculeusement vivants de l’enfer concentrationnaire, délivrés par l’offensive victorieuse des armées alliées coalisées pour mettre un terme à la monstruosité criminelle du régime nazi. Dans le respect de ceux qui n’avaient pas

survécu les anciens déportés et familles de ceux qui n’étaient pas revenus souhaitèrent une célébration nationale destinée à préserver la mémoire de la déportation, et s’instaurer un monde de paix et de fraternité. La municipalité et les associations d’anciens combattants invitent les Vitriots, ce 27 avril à 10 h 30, à la stèle de la

Déportation, à 11 h au cimetière nouveau, à 11 h 30 au monument aux morts. Une plaque commémorative sera inaugurée au nom de Ginette Matéos-Germa, résistante et déportée, qui s’est éteinte le 2 décembre dernier. Un car se rendra la veille à la veillée à Créteil (départ à 10 h 30 de l’hôtel de ville). ■

I SMJ I

I QUAI JULES-GUESDE I

Jobs d’été

Exposition photos

Le service municipal de la Jeunesse reconduit ses ateliers de rédaction de CV et de lettre de motivation les 28 et 29 avril pour aider les jeunes dans leur recherche d’un job d’été. Ces ateliers se dérouleront de 14 h à 17 h et sont ouverts aux lycéens et étudiants âgés de dixhuit à vingt-cinq ans. Inscriptions obligatoires auprès des informateurs jeunesse.

Sur les bords de Seine, d’avril à mai, une trentaine de photographes de toutes nationalités au travers d’une exposition intitulée Les Batailles de l’eau, vous proposeront une vision particulière de problèmes posés à la planète : sécheresse, eaux polluées, irrigations, grands travaux dévastateurs… Une manière de contribuer à la prise de conscience sur la nécessité et l’urgence de préserver cette ressource si fragile qu’est l’eau. Cette initiative s’inscrit dans le

cadre du 8e festival de l’Oh ! initiée par le conseil général qui se déroulera les 24 et 25 mai.

I

¬ Renseignement 01 55 53 21 40

ı

AVRIL 2008 – N° 41

ı vitry le mensuel ı

I COMMÉMORATION I

Quartier du Fort Dans le cadre des journées du souvenir des déportés, le comité du souvenir du Fort organise une cérémonie pour rendre hommage aux sept habitants de ce quartier morts dans la lutte contre l’occupant nazi. Jeudi 24 avril à 18 heures devant la plaque Germain Pinson à l’école maternelle Louise-Michel.

Le 21 mars dernier, la France procédait en catimini au troisième tir d’essai du missile nucléaire M51 à Biscarrosse, dans les Landes. Le même jour Nicolas Sarkozy se rendait à Cherbourg pour inaugurer le nouveau sous-marin nucléaire “le Terrible”, qui sera justement doté des fameux missiles M51. Cette nouvelle violation du Traité de non-prolifération “ne peut qu’encourager l’Iran et d’autres pays à reprendre la course aux armes nucléaires pour assurer leur sécurit”, s’indignait Pierre Villard coprésident du Mouvement de la Paix, coordinateur de la Campagne pour le Désarmement Nucléaire. Ce test est une nouvelle provocation alors que l’intelligence nous incite au désarmement. C’est une folie qui continue à mettre en permanence la planète en danger. Ceux qui nous répètent que les caisses de l’État sont vides, sont capables de consacrer 15 milliards d’euros à des essais hors la loi. C’est terrible, vraiment “Terrible” ! http://www.mvtpaix.org/ communiques/2008/ nicolas-2008.php

I LA RÉDACTION I

ı page

21

ı


ı Bons Plans ı PATINOIRE MUNICIPALE

I Joyeux anniversaaaaaire ! La patinoire municipale ne cesse de diversifier ses animations et innove. Depuis plusieurs mois les enfants ont même la possibilité de venir y souffler leurs bougies.

¬ Pour tous renseignements complémentaires et réservations : 01 46 82 80 92. Créneaux possibles le mardi soir, mercredi et samedi aprèsmidi, dimanche matin.

SÉJOURS D’ÉTÉ

I Vacances en famille Parce que toutes les familles ont le droit de se retrouver, se ressouder, s’aérer, la municipalité propose des séjours d’été sur la Côte d’Azur. Un véritable paradis méditerranéen. Les pieds dans l’eau, la tête sous le parasol !

¬ Le catalogue Vacances est à votre disposition service municipal des Vacances à l’hôtel de ville vacances@mairie-vitry94.fr 01 46 82 81 49

LES ORMES

¬ Les Ormes 1, place du 8-mai-1945, 94310 Orly asso.inter.les.ormes@free.fr 01 48 52 88 09 Fax : 01 48 52 84 36

22

ı

La propriété de la Croix-Valmer est un lieu idyllique dans la baie de Cavalaire, entre le Lavandou et Saint-Tropez. Nichée dans un magnifique parc de pins, chênes, mimosas et eucalyptus, elle offre un accès direct à une petite crique et, plus loin, à la plage. Sur place, profitez de sorties pédestres, activités nautiques, pétanque, ping-pong, soirées dansantes… ainsi que d’autres activités (payantes) : plongée sous-marine, voile, planche à voile, ski nautique, excursions… À certaines heures un club accueille les enfants dès trois ans. Grâce au système du quotient familial, toutes les familles quels que soient leurs revenus peuvent profiter de ces vacances de rêve. Inscrivez-vous vite ! Du 31 mars au 18 avril, service Vacances, de 9 h à 12 h et de 13 h 30 à 17 h du lundi au vendredi, de 9 h à 12 h le samedi 12 avril.

I Services à la personne Depuis quelques années les associations et entreprises de services à la personne se multiplient. Parmi elles, Les Ormes, qui est aussi une structure d’insertion.

ı page

Que vient-on faire à la patinoire ? D’abord glisser sur deux lames. Mais à ce premier plaisir on peut en ajouter un autre. Vous voulez fêter l’anniversaire de votre enfant en y invitant copains et copines ? Eh bien, c’est possible ! Il vous suffit de convenir d’un jour et d’une heure. Vous obtiendrez un tarif spécial et les gamins bénéficieront de la surface glacée. Ensuite, à la cafétéria, on vous réservera tables et chaises, le comptoir du bar, et vous aurez à votre disposition un “frigo” pour y stocker boissons et gâteaux. Car c’est vous qui composerez le “menu”. Gobelets, assiettes en carton, nappes et serviettes en papier sont à votre charge. Il est aussi possible de décorer le lieu et d’apporter votre propre musique. Toutes les conditions sont donc réunies pour passer un bon moment. Sympa, non ?

Besoin d’un coup de main pour le ménage, le repassage, le jardinage, le bricolage… ? L’association Les Ormes, située à Orly, propose une gamme de services d’aide à la personne dans le Val-de-Marne. Pour des missions ponctuelles ou répétitives, de courte ou de longue durée, elle personnalise son offre en fonction de chaque client. Ainsi pour les particuliers, l’heure de ménage, de repassage ou d’aide à la vie quotidienne est facturée 14,30 €. La garde d’enfants, le jardinage ou le petit bricolage coûtent 15,50 € de l’heure. L’association, en revanche, ne propose pas de soins à domicile. Conventionnée par l’État, elle est aussi une structure d’insertion. “Nos employés ont la possibilité de suivre un parcours de formation pour, par exemple, devenir auxiliaire de vie”, précise le directeur de l’association. De quoi être aidé tout en aidant.

ı vitry le mensuel ı

N° 41

– AVRIL 2008 ı


ıPortrait ı D RAMATU R G E

À l’instar de La Légende de la tour fendue, qu’il présentera à Provins le 20 avril, le théâtre jeune public de Robert Ballestra s’inspire de contes merveilleux et initiatiques qu’il a dévorés par milliers.

Après bien des épreuves et des études littéraires en autodidacte Robert Ballestra a reçu le prix Beaumarchais 2006 pour une de ses pièces de théâtre jeune public et a créé sa compagnie, Le Castel Rialto.

Robert Ballestra De la plume à la scène ’arbalète est son logo. Tiré de son nom, Ballestra, qui en italien désigne cette arme. “L’arbalète, c’est long à préparer, mais ça atteint la cible.” Une confidence qui vient tout à la fin de l’entretien, après être parvenu à la conclusion d’un caractère déterminé, d’une ambition “qui voit grand” et d’une écriture ciselée. Né en Algérie, qu’il a quittée à l’âge de trois ans, Robert Ballestra passe son adolescence à Vitry dans un milieu populaire. Il s’inscrit à la bibliothèque municipale et, pendant deux ans, il se fixe un programme acharné : un livre par jour, des auteurs

L

Le secret de cet autodidacte passionné : “Lire avant d’écrire.”

ı page

24

ı

de l’Antiquité aux contemporains. “Pour ne pas être désarmé il fallait approfondir la grammaire, la rhétorique, l’argumentation.” Puis l’autodidacte se jette dans un autre extrême, le travail physique : déménageur, magasinier, coursier. À trente ans il obtient une formation théâtrale à la Sorbonne nouvelle et s’inscrit à un cours d’art dramatique donné par Dominique Leverd. “Pour comprendre de l’intérieur comment fonctionnent les comédiens. Avec lui j’ai appris comment faire respirer un texte.” Voyant des enfants rire devant un spectacle jeune public, il s’écrie : “J’ai vu du soleil !” Le voilà qui devient auteur attitré de la compagnie Dans les décors en 2002. Grand succès de son adaptation d’Aladin,

jouée cinq cents fois de Paris à Avignon. Quatre ans plus tard, épris d’indépendance, il crée sa propre compagnie à Vitry : Le Castel Rialto. Et la mène avec une forte exigence de qualité et de professionnalisme dans le choix de ses collaborateurs comme dans la dramaturgie. “Le théâtre, ce n’est pas de la conversation, c’est un débat. L’écriture doit être agissante.” Et sur le fond : “Je veux parler de l’humain. Être le porte-voix de la classe populaire et, en même temps, évoquer des questions spirituelles comme : que faire avec le monde d’aujourd’hui ?” Lui, en tous cas, a trouvé son but : “que “ça” éclate”, déclare-t-il, un doigt planté sur son front en signe de volonté. ■ I CAROLE TESTA I

¬

lecastelrialto@gmail.com

ı vitry le mensuel ı

N° 41

– AVRIL 2008 ı


ı

I

t

i

n

é

r

a

i

Comment la consultation de la collection complète des publications municipales au service des Archives de la ville inspire à trois lycéens malins un “devoir de mémoire” humoristique que leur professeur de français n’avait vraiment pas imaginé.

r

e

ı

● 1

Flagrant délire à tous les électeurs par le camarade Rigaud, maire” Et j’ai gardé le trio magique pour la fin !”, en avril 1938 devint le plus surprenant. Celui 2 s’exclama Mme Dovillier. Leïla, Mélaine ● de décembre 1955, célébrant le “30e anniveret Basile ne purent s’empêcher de s’adresser un petit sourire complice. Leur professeur de saire de la municipalité ouvrière”, le plus kitsch… français du lycée Jean-Macé les connaissait Le numéro 22 de VHAD, et les fesses d’un bien. Elle était leur enseignante depuis la 3e et nageur au premier plan, fut déclaré le plus érotique. Daté de 1969, il ne pouvait pas faire les savait complémentaires dans les travaux de moins ! La palme du plus insolite fut décernée recherche qu’elle leur proposait. En revanche, à cette photo d’une plantation de lilas jouxtant la nature du sujet choisi ne leur inspira pas un le grand ensemble en 1971. La plus drôle, à la enthousiasme immédiat : “Montrez, à l’aide bulle géante de novembre 1977, la plus “écolo”, d’exemples concrets, l’évolution de la presse en 2002, où le maire de Vitry “moule à la louche” municipale en partant de 1938 (veille de la la première pierre des EMA, Seconde Guerre mondiale) Le service des la plus “Bisounours”, de jusqu’à aujourd’hui.” Novembre 2003, offerte par 3● Les trois lycéens prirent Archives les enfants des centres de loinéanmoins rendez-vous municipales sirs et servant de support au avec l’archiviste de la ville conserve une “Plu, dessinons la ville en expliquant les motifs de collection de ensemble”, la plus “pure et leur démarche et, un lundi bulletins et simple” à cette eau fraîche matin à la première heure, reçue avec bonheur par deux ils débarquaient à l’hôtel de d’affiches édités ville. Ils se plongèrent gou- par la ville depuis mains jointes, et, enfin, la plus “Ultra Brite” ne poulûment dans les ouvrages le début vait être que celle de seppréparés à leur intention. du XXe siècle. tembre 2007 où les rugbyUne bonne heure et demie men de l’ESV qui viennent plus tard, ils se regardèrent, Et il y en a que de se qualifier nous sourient perplexes. “Aborder ça chrocela inspire. de toutes leurs gencives et nologiquement, je trouve que protège-dents. c’est pas terrible”, lâcha Basile. Les deux filles Lorsqu’elle rendit les copies, Mme Dovillier fit semblaient d’accord. “Il faudrait peut-être classer par thème ?” hasarda Mélaine. Leïla remarquer aux trois facétieux qu’ils avaient 4● n’était pas convaincue, jusqu’au moment où quelque peu emprunté les chemins de traverse. il lui sembla avoir une idée lumineuse : “Et si Mais, rendant hommage à leur imagination et on faisait un “Top Ten” des Unes du journal à l’originalité du travail, elle leur octroya une municipal ? Mme Dovillier a beaucoup d’huexcellente note. ■ mour. Je suis sûre que ça va lui plaire !” Et ils rigoI ALAIN SERS I lèrent de bon cœur savourant à l’avance l’effet que ne manquerait pas de produire sur la “prof” Toute ressemblance avec des noms ou leur total délire. des personnes existants ne serait que pure C’est ainsi que le “Bulletin envoyé gratuitement coïncidence.

1• La plus kitsch (décembre 1955) 2• La plus érotique (octobre 1969) 3• La plus “écolo” (décembre 2002) 4• La plus “Ultra Brite” (septembre 2007)

ı

AVRIL 2008 – N° 41

ı vitry le mensuel ı

ı page

25

ı


SÉBASTIEN CHAMBERT

f

f Lumière sur le centre de loisirs Marcel-Cachin.

ı page

26

ı

f

Au 2e Salon des arts associés organisé par le CCV à la Maison de la vie associative.

CYRIL ANANIGNAN

L’équipe première féminine de rugby vole vers le succès.

ı vitry le mensuel ı

N° 41

– AVRIL 2008 ı


ı monıœil ı f

CYRIL ANANIGNAN

f

Tous en selle, le poney club a réobtenu le label “école française d’équitation.

f

Musicien au café-poésie dans le cadre du Printemps de poètes au Nomade’S Land.

Ça gâche pour une ouverture en septembre la nouvelle crèche multi-accueil Rouget-de-L’Isle.

ı

AVRIL 2008 – N° 41

f

Assesseur en plein travail pour le bon déroulement des élections municipales.

ı vitry le mensuel ı

ANJA

f

Le 23e cross des Blondeaux, le 12 mars au parc des Blondeaux.

ı page

27

ı


Éducation

Parents : entrez d

ı page

28

ı

ı vitry le mensuel ı

N° 41

– AVRIL 2008 ı


ı leıdossier ı

dans la danse ! I En trente ans la famille a subi de profondes mutations. Impuissance, démission, les parents ont été à de nombreuses reprises montrés du doigt. Pour les aider à renouer avec leurs enfants, la municipalité a engagé une vaste politique d’aide à la parentalité. I Notre société contemporaine ne fournit pratiquement aucun apprentissage au métier de parent. On ne met pas tout à coup une secrétaire dans un bureau sans lui avoir appris la dactylographie, en lui disant simplement : vous êtes secrétaire, allez-y !” En 1975 le sociologue Guy Avanzini a été l’un des premiers à mettre en lumière la difficulté de l’exercice parental. Une réflexion partie d’un simple constat : lorsqu’une femme devient mère, c’est comme si la société lui disait : vous êtes parent, vous n’avez pas appris grand-chose du métier, et bien allez-y, faites de votre mieux ! Être parent aujourd’hui n’est pas chose facile. Les parents peuvent avoir l’impression de ne plus être crédibles auprès de leurs enfants. Pourtant, il est primordial, malgré les difficultés, qu’ils acceptent de tenir leur place, car c’est à eux qu’il revient de conduire leurs enfants dans la vie. Mais les parents ne sont pas seuls pour accomplir cette tâche. La protection et l’accompagnement des enfants sont un enjeu social qui concerne la totalité des adultes, parents, enseignants, professionnels de la santé, éducateurs, bénévoles, tous citoyens, tous concernés. Depuis quelques années, la municipalité s’est donc fortement engagée aux côtés des parents. “Le travail sur la parentalité consiste à aider les parents dans ce rôle, en renforçant par tous les moyens les liens familiaux, explique Serge Grau, directeur des services

I DOSSIER RÉALISÉ PAR PEGGY MAUGER I

Que signifie l’aide à la parentalité ? Comment accompagner les parents ? Jusqu’où peut-on aller ? Pourquoi les professionnels de l’éducation se sont-ils remis en cause ?

I >

ı

AVRIL 2008 – N° 41

ı vitry le mensuel ı

ı page

29

ı


Éducation

ı leıdossier ı

mon avis Patrick Venturini, chef du service des modes d’accueil de la petite enfance

mon avis Catherine Benard, maman de Ludovic, neuf ans

Ce que la collectivité fait I > socio-éducatifs. pour les enfants, elle le fait toujours avec les parents sans toutefois s’immiscer dans leur intimité familiale.”

“Ils n’ont en aucun cas démissionné” Les politiques de soutien à la parentalité sont nées à partir des réflexions qui ont accompagné la Conférence de la famille du 12 juin 1998. La délinquance juvénile et le rôle de la famille dans sa prévention ont fait l’objet de nombreux débats à l’époque. Il a notamment été question de “parents démissionnaires” qui auraient renoncé à leur rôle d’éducateurs. Un fatalisme refusé par la municipalité. “La famille a subi de profonds changements, les parents semblent avoir perdu leurs repères, mais ils n’ont en aucun cas démissionné, défend Dominique Montet, directrice ajointe des services socio-éducatifs. Je crois plutôt que les parents ont été “démissionnés” par les professionnels qui, pendant longtemps,

M ICHEL AUMERCIER

La crèche est une période compliquée pour les parents qui doivent pour la première fois se séparer de leur enfant. Nous devons être très présents à leurs côtés et les rassurer sur leurs compétences. Nous organisons donc des conseils de crèche régulièrement pour qu’ils puissent s’exprimer et confronter leurs expériences. De notre côté, cela nous permet de mieux nous adapter à leurs besoins. Ce travail de partenariat est essentiel.

se sont positionnés en donneurs de leçons, sans reconnaître les savoirs et les compétences familiales.” Une des premières grandes actions de la ville a été la création, dès 2002, du Lieu écoute parents. Un espace où les parents sont accueillis, avec ou sans rendez-vous, pour confier leurs doutes, leurs questionnements, leurs préoccupations à une psychologue spécialisée dans les liens familiaux (voir page 34). Comment dois-je

I >

Dès que je le peux, je vais à la ludothèque des P’tits Loups avec mon fils. C’est un moment privilégié qui n’appartient qu’à nous. Cela me permet de sortir de chez moi, de m’extraire de la rengaine du quotidien. C’est vrai qu’à la maison, nos rapports se résument souvent aux devoirs, aux repas, à la douche. À la ludothèque, je suis plus détendue, je ne pense qu’à lui. Cela me permet aussi de rencontrer d’autres parents, de recueillir des conseils. On en a tous besoin.

Les enfants se sentent valorisés lorsque leurs parents participent à leurs côtés à des événements festifs comme ici, le Cross des Blondeaux.

ı page

30

ı

Renforcer les liens familiaux, par exemple, en invitant les parents à passer une journée en centre de vacances à Tannerre (petite photo à gauche) ou lors de retrouvailles après un séjour de vacances (ci-dessus).

ı vitry le mensuel ı

N° 41

– AVRIL 2008 ı


taines cultures, les parents ne jouent pas avec les enfants, alors que c’est essentiel de savoir prendre du plaisir avec son enfant. D’autres auront plutôt tendance à vouloir orienter les petits vers des jeux éducatifs à leurs yeux. Nous sommes là pour leur expliquer que chaque jeu peut apporter quelque chose à l’enfant, même ceux qu’ils jugent infantiles comme le déguisement qui développe l’imagination des enfants.” Laisser les petits explorer, ne pas les empêcher de toucher à tout, se baisser, se mettre à leur niveau pour jouer, discrètement, les ludothécaires guident les parents. Le moment passé à la ludothèque doit être privilégié. Les mamans peuvent ainsi sortir de la maison, oublier les tâches ménagères, les horaires, et surtout rencontrer d’autres parents. “Le lieu est sécurisant, confortable, souligne Cathy Crozzoli, autre ludothécaire. Venir ici permet de casser l’isolement.”

Travail de partenariat

I >

exercer mon autorité face à mon enfant ? Que faire face à la jalousie entre frères et sœurs ? Face à ces questions, une des principales tâches du Lieu écoute parents sera de déculpabiliser les parents. “Faites ce que vous voulez, de toute manière ce sera mal”, disait Freud dans le but de révéler aux parents l’impossibilité de rejoindre un idéal. Les parents parfaits n’existent pas et l’enfant parfait non plus.

Face à l’isolement de certains parents la municipalité a donc engagé un mouvement vers les familles, notamment en valorisant leurs compétences au sein de réunions de concertation. “Toutes les orientations

I >

Resserrer les liens familiaux, c’est aussi l’objectif des ludothèques, dont la première a ouvert ses portes en 2000. Il en existe aujourd’hui trois à Vitry. Loin d’être de simples “joujouthèques” ou des garderies, ces espaces permettent au parent et à son enfant de se retrouver autour du jeu. Ce lieu est entièrement tourné vers la parentalité, seuls les pères, les mères, ou les grandsparents y ont accès. Les ludothécaires sont présentes pour accompagner les parents dans le jeu. “Nous constatons des comportements très différents vis-à-vis du jeu, explique Christine Lunel, ludothécaire. Dans cer-

SÉBASTIEN CHAMBERT

Se retrouver autour du jeu

Une histoire ! Comprendre son enfant, simplement en discutant avec d’autres, et admettre que si les mères et les pères ne peuvent pas tout maîtriser, ils peuvent cependant être de bons parents ! Le Lieu écoute parents organise chaque mois, depuis sa création en 2002, une rencontre, sur un thème précis, en présence d’intervenants spécialisés. Pour Me Chemla-Nebot, avocate, ces réunionsdébats sont une vraie réussite. “Je suis heureuse de voir que, concernant le droit de la famille, les pères se sentent de plus en plus concernés. On les voit plus souvent qu’avant aux réunions, c’est bien de voir des pères et des mères discuter ensemble de questions essentielles pour l’enfant, dans un lieu neutre.” L’annonce d’un divorce, la question de la résidence des enfants, le handicap, le passage à l’adolescence, les parents peuvent, s’ils le souhaitent, proposer des sujets. Prochain débat : Un trouble alimentaire : l’obésité chez l’enfant (17 avril).

k

I Valoriser les compétences

des familles. I ı

AVRIL 2008 – N° 41

ı vitry le mensuel ı

ı page

31

ı


ı leıdossier ı

Éducation

mon avis

Les parents ont souvent une méconnaissance de l’école et des services de la ville. C’est pour cela que je les encourage à s’impliquer davantage dans la vie de ces institutions, c’est pour moi une continuité du rôle de parent. L’Éducation nationale nous donne la chance, en tant que parent d’élève, de pouvoir nous exprimer librement lors des conseils d’école. Il faut en profiter. Cette implication est essentielle pour l’épanouissement des enfants et aussi pour celle des parents qui peuvent savoir ce qui se passe à l’école.

mon avis Isabelle Moizard, mère de famille

Être parent n’est pas inné. Nous sommes souvent empreints de doutes et dans la crainte d’être jugés. Je me suis plusieurs fois rendu au Lieu écoute parents. Cela m’a fait beaucoup de bien. C’est un endroit où il est possible de se confier sans être jugé. Selon moi, soutenir la parentalité c’est responsabiliser les parents, les impliquer dans l’éducation des enfants et, surtout, les respecter.

ı page

32

ı

M ICHEL AUMERCIER

Rachida Kathim, présidente de la FCPE à l’école maternelle et élémentaire Jean-Moulin

Redonner envie aux familles d’organiser des sorties avec leurs enfants.

sont aujourd’hui discutées et choiI > éducatives sies en partenariat avec les familles, souligne Dominique Montet. Cet objectif présuppose que les familles ne représentent pas une source de problèmes, mais au contraire une ressource pour avancer sur les questions d’éducation des enfants.” Cette politique existait déjà depuis plus de vingt ans par le biais des conseils de crèche, des conseils d’école ou encore du comité des usagers de la restauration, mais elle a été généralisée à l’ensemble des services municipaux. “Grâce à l’implication des parents, nous avons énormément avancé sur la question des repas scolaires, affirme Martine Gibert, directrice du Sidoresto. Nos réflexions sont très complémentaires.”

Renouer des liens forts Informer les parents, mais aussi les impliquer dans le processus décisionnel, est donc devenu une règle d’or de la ville, et ce partenariat aura dorénavant une structure sur laquelle s’appuyer : l’Association des parents des services de l’enfance de Vitry composées de représentants de parents. “Les parents pourront faire part de leurs idées et donner leur avis sur tout ce qui concerne l’éducation des enfants, explique Jeannette Marie-Rose, présidente de l’association. Que cela concerne les vacances, les ludothèques, les centres de loisirs ou les centres de quartier, pour chaque projet, l’association pourra être consultée.” C’est ainsi, en valorisant les compétences familiales, que la ville mène une véritable action de soutien à la parentalité. Appelés

à donner leur avis lors de commissions thématiques ou de rencontres plus informelles, les parents deviennent force de proposition et appréhendent mieux l’éducation de leurs enfants. “Les enfants se sentent valorisés lorsque leurs parents s’impliquent dans leur quotidien, affirme Dominique Montet. Et cela correspond à un véritable besoin des parents, en témoigne le succès de toutes les fêtes que nous organisons dans les centres de loisirs et des sorties parentales.” Ces sorties parentales, le week-end, ont en effet un réel objectif pédagogique. Le concept est simple : les enfants des centres de loisirs et leurs parents sont invités par les animateurs à faire une activité commune en

I >

ı vitry le mensuel ı

N° 41

– AVRIL 2008 ı


Politique Interview du centre et souvent en dehors de I > dehors Vitry. La ville paie l’activité, mais les parents

Grâce au comité des usagers de la restauration, des progrès ont été réalisés sur la question des repas scolaires.

prennent à leur charge le transport. Dernièrement, les familles ont pu faire du bateau-mouche, ou visiter les coulisses du théâtre Jean-Vilar. “L’objectif est de redonner envie aux familles d’organiser des sorties avec leurs enfants en dehors de leur quartier ou de leur ville, leur montrer que c’est possible, reconnaît Bernard Pernin, du service des centres de loisirs primaires. C’est lors de moments conviviaux comme ceux-là que les parents peuvent renouer des liens forts avec leurs enfants.” Et la ville va même plus loin dans ce sens en permettant aux parents de rendre visite à leurs enfants sur leur lieu de vacances le dernier jour de leur séjour. Les enfants préparent un spectacle, un grand déjeuner est organisé, bref, une journée de fête inoubliable pour toutes les familles. Mais certaines d’entre elles préfèrent partir en vacances ensemble. Là aussi, la ville a décidé de favoriser ces vacances familiales. “Parents et enfants peuvent déjà partir en famille dans nos résidences de La CroixValmer et à Méaudre, mais la municipalité envisage maintenant de construire des gîtes, car il est important, à nos yeux, que les familles puissent se retrouver pour les vacances”, annonce Serge Grau. L’objectif de telles initiatives : ouvrir des portes qui donnent toute leur place aux parents et favorisent les liens avec leurs enfants. ■

Travailler ensemble au bien-être des enfants Votre association est toute récente, quelle est sa vocation ? Récente, oui et non. En réalité, elle existait déjà depuis plusieurs années sous un autre nom, et ne concernait que le service des centres de loisirs. Nous avons voulu aller plus loin en associant les services des centres de loisirs maternels, des vacances et des ludothèques. Tous les projets en rapport avec l’activité de ces services seront débattus au sein de cette association qui regroupe des professionnels et des parents. L’idée étant avant tout d’associer les parents au processus décisionnel ? Oui, c’est exactement cela. Chaque service aura dorénavant ses représentants de parents. Des parents qui auront leur mot à dire sur tous les projets et les activités qui impliquent les enfants. L’association se réunira tous les deux mois pour débattre des divers projets éducatifs. Mais les domaines sont tellement vastes que nous conservons le système des commissions thématiques. Parents et professionnels se réuniront pour préparer des événements très ponctuels, comme les Fêtes du lilas, les Olympiades, le Cross des Blondeaux… Ce système des commissions fonctionne très bien, nous l’avons déjà expérimenté pour le journal Diabolo,

Jeanette Marie-Rose, présidente de l’Association des parents des services de l’enfance de Vitry

réalisé par les enfants des centres de loisirs. Quel est concrètement le rôle des parents dans l’association ? Consulter les parents avant d’engager des projets éducatifs est essentiel. Ils ont un regard très différent de celui des professionnels. Ils font des propositions, soulèvent des questions auxquelles les animateurs n’auraient souvent pas pensé. Après tout, qui connaît aussi bien les enfants que leurs propres parents ? Ils doivent donc être des partenaires à part entière. Et les principaux bénéficiaires sont bien sûr les enfants… et la famille dans sa globalité. Qu’entendez-vous par là ? Que cette démarche de consultation correspond à une politique globale sur la parentalité. Plus les parents sont impliqués, acteurs dans l’éducation de leur enfant, plus les rapports familiaux sont riches. Les enfants se sentent soutenus et les parents mieux impliqués. Cette démarche permet aussi à des familles de s’intégrer dans la politique de la ville. Selon moi, c’est essentiel, et nous invitons tous les parents à nous rejoindre pour travailler ensemble au bien-être des enfants.

I “Consulter les parents avant d’engager des projets éducatifs est essentiel.” I ı

AVRIL 2008 – N° 41

ı vitry le mensuel ı

ı page

33

ı


Éducation I Une quatrième ludothèque ? I L’objectif d’ouvrir une quatrième ludothèque est la conséquence du succès de ces structures ludiques et éducatives. En trois ans Les Oursons ont enregistré une hausse de leur fréquentation de plus d’un millier de personnes. En 2007, près de quatre mille parents et enfants y sont venus jouer ensembles. La prochaine pourrait voir le jour, si les financements de la Caf le permettent, dans le quartier du Port-à-l’Anglais ou dans le secteur de Stalingrad.

ı leıdossier ı Être parent, un exercice difficile Qu’est-ce qu’être parent ? Les doutes sont-ils permis ? Le Lieu écoute parents est un espace de questionnement et d’échange sur les relations parents-enfants. n jour, c’est inévitable, l’enfant, notre enfant que nous imaginions parfait, s’oppose et nous oblige à entrer dans une relation conflictuelle. La communication ne passe plus. Il a trois ans et se roule par terre, il a douze ans et claque les portes. Tous les acteurs de cette banale histoire sont désorientés, anxieux et malheureux. Que faire ? Le Lieu écoute parents est un espace privilégié dans lequel les parents sont accueillis, écoutés, orientés. Emmanuelle Pasquarelli, psychologue clinicienne, connaît les difficultés rencontrées par les mères et les pères de famille qu’elle reçoit dans son bureau. Avec une règle d’or : pas de jugement. “La confiance est essentielle pour travailler avec

U

les parents, et garantir la liberté de parole, reconnaît-elle. Leur tâche est difficile, et les relations qu’ils entretiennent avec leur enfant peuvent être très fragiles.” C’est dans le cadre de la politique municipale pour favoriser la parentalité que le Lieu écoute parents a ouvert ses portes en 2002. “En trente ans les schémas familiaux ont changé, souligne Dominique Montet des services socio-éducatifs. Il était nécessaire de créer un lieu spécifiquement destiné aux parents, dans lequel ils se sentent entourés.” Reçus ensembles ou séparément, ils peuvent parler sereinement de ce qui perturbe leur vie familiale. Conflits, problèmes relationnels au sein de la famille, comportements singuliers d’un enfant, tous

I >

Les pieds dans le plat La parentalité est un concept de plus en plus présent dans la politique municipale. Pour quelle raison ? Tout est parti d’un simple constat : la famille a évolué. Familles recomposées, monoparentales, homoparentales, etc., complexité des parcours. Elle revêt aujourd’hui de multiples visages. Face à cette évolution, il nous est paru évident, il y a quelques années, qu’il fallait réfléchir à notre politique sur la parentalité. On a reproché beaucoup de choses aux parents, leur manque d’autorité, leur démission. C’est faux. Ils ont simplement moins de certitudes qu’avant, et sont beaucoup plus angoissés. Les professionnels peuvent les accompagner. Je crois beaucoup au “faire ensemble”. Est-ce pour autant le rôle d’une municipalité ? Bien sûr. Les enfants ne vivent pas seulement dans leur famille même si les parents sont les premiers éducateurs. L’enfant passe beaucoup de temps à l’école, fréquente les centres de loisirs et des activités extra scolaires variées. Chacun a donc un rôle très important à tenir, et il faut apprendre à travailler ensemble. Ainsi, tout le monde est gagnant, l’enfant, les parents et aussi les professionnels.

ı page

34

ı

Les professionnels de l’éducation ont-ils justement changé leur manière d’appréhender la parentalité ? Oui, et c’était essentiel. Je crois que les professionnels et les parents ont trop souvent été en rivalité. Les professionnels, enseignants ou animateurs, étaient persuadés de détenir la vérité, de savoir ce qui était bon pour l’enfant. Nous avions trop de certitudes. En travaillant main dans la main avec les parents, nous avons aussi progressé. Chacun doit trouver sa place sans se substituer à l’autre, c’est tout l’enjeu. Jusqu’où peut-on aller dans cette coopération ? Personnellement, je ne me pose pas de limite et il reste encore du travail. On se doit de dépasser les représentations que nous pouvons avoir des familles. J’observe aussi que de nombreux parents n’osent toujours pas franchir le pas de l’école, par exemple. Ils ont peur des reproches, d’entendre des choses désagréables sur leur enfant. Une psychologue m’a dit un jour : “Tant que vous n’avez pas trois choses positives à dire aux familles le soir, ne dites rien.” À méditer !

ı vitry le mensuel ı

N° 41

Jocelyne Steiner, coordinatrice enfancefamille, services socioéducatifs.

– AVRIL 2008 ı


Contacts utiles Association des parents des services de l’enfance de Vitry 01 46 82 83 25 Comité des usagers de la restauration 01 55 53 21 64 Ludothèques • Les P’tits loups, 50-74, rue Victor-Ruiz 01 46 82 03 39 • Les Souriceaux, 25 bis, rue Clément-Perrot 01 43 91 72 77 • Les Oursons, 41-43, avenue du Colonel-Fabien 01 45 59 01 42

Le Lieu écoute parents, un espace privilégié dédié aux parents pour échanger, questionner, écouter…

I > les sujets peuvent être abordés librement.

R E P È R E S

“Notre mission consiste à renforcer les liens au sein de la famille, explique Emmanuelle Pasquarelli. Nous discutons ensemble des problèmes pour qu’ils prennent un sens et puissent être résolus.” Ainsi, chacun peut avancer vers ses propres solutions, retrouver des repères. Dans ce lieu d’écoute on partage sa propre expérience de la parentalité, son ressenti par rapport au rôle de parent. Des confidences qui renvoient souvent à sa propre enfance. Mais le modèle parental à aujourd’hui évolué, et ce qui était vrai hier, ne l’est plus actuellement.

ı

Parfois, deux ou trois entretiens permettent de débroussailler une situation. Sinon, les parents peuvent être orientés vers le CMPP, centre médico-psycho-pédagogique, pris en charge par la Sécurité sociale. Pour accompagner les parents, une avocate, spécialiste du droit de la famille et des mineurs, est présente sur le lieu d’écoute les premiers et troisièmes samedis du mois. Elle assure régulièrement des conférences pour aborder des thématiques très pratiques et apporter des solutions à des situations parfois très compliquées. ■

9 403 visites enregistrées dans les ludothèques en 2007, soit 2 200 visites de plus qu’en

2005.

1

000

personnes

présentes

chaque année au carnaval des centres de loisirs maternels, 10 000 personnes lors des Fêtes du lilas. Environ 80 adhérents de l’Association des parents des services de l’enfance de Vitry.

AVRIL 2008 – N° 41

ı vitry le mensuel ı

Service des centres de loisirs maternels et ludothèques 01 46 82 71 26 Service des centres de loisirs primaires et de quartier 01 46 82 83 72 Service vacances enfants - maisons familiales 01 46 82 84 15 / 81 49 Service des modes d’accueil de la petite enfance 01 55 53 14 71 Centre médico-psychopédagogique, 8, allée du Puits-Farouche 01 46 80 13 77 Lieu écoute parents, rue Saint-Germain, les mardis, jeudis matin et samedi matin. 01 46 80 59 41 Association pour le couple et l’enfant, 8, allée Bourvil, Créteil 01 42 07 49 74 Médiation familiale, Caf 01 45 73 49 89 Autres informations sur www.mairie-vitry94.fr

ı page

35

ı


ıChroniques ı I

Atelier

I STUDIO-THÉÂTRE I

Cynisme et jarretière

I AUX OURSONS I

Quatre sud-africaines, Puseletso, Florence, Cynthia et Nomsa visitent la ludothèque des Oursons. Un événement. Dans le cadre de la coopération décentralisée engagée par le conseil général avec la ville de Johannesburg, ces professionnelles de la petite enfance ont été invitées pour échanger sur les pratiques professionnelles existantes dans le département dans le domaine de la petite enfance. Captivées, tout ouïe, elles sont émerveillées. “Jamais nous ne sommes allées dans un endroit comme celui-là. C’est génial ! Chez nous, de telles structures n’existent pas, elles sont privées.” Les questions fusent sur le mode d’organisation, l’accueil, le lien que cela peut créer entre parents et enfants, car leur volonté et celle de la municipalité de Johannesburg est de créer de telles structures.

J ULIEN PAISLEY

Une visite de Johannesburg

Dans l’ancienne serrurerie où s’est installé le Studio-théâtre, le comédien, metteur en scène et dramaturge Benoît Résillot attend les participants à l’atelier libre de ce 28 février. eux d’imitation, jeux de rôles et d’improvisation, “excellents pour la cohésion du groupe”, indique Benoît qui n’aime pas trop les échauffements. “Ce soir nous allons travailler sur une pièce qui me ronge, confie-t-il. Nous allons expérimenter des scènes de séduction d’une pièce de Frank Wedekind, un dramaturge allemand. Vous allez jouer des putes et des clients, mais l’important ce sont les enjeux de pouvoir qui sont derrière.” (murmure…). Le texte des scènes s’avère beaucoup plus subtil qu’annoncé. Gregor : “Quel âge as-tu ?” Franziska : “Dix-huit ans.”

J

Gregor : “Je suppose que chacune ici a dix-huit ans ?” Franziska : “Pour moi ce n’est que depuis deux mois. Vous viendrez nous voir souvent ?” Gregor : “Je te dirai cela demain. Comment estu venue ici ?” Franziska : “Je m’ennuyais.” Une maison close, une époque révolue. Des messieurs distingués font la cour à de jeunes prostituées qui se promènent en chemise, jarretière de couleur et souliers en soie. Conversations douces, cyniques et cruelles où les abus de pouvoir s’habillent de tendresses ambiguës. Lire le texte simplement, sans pathos. Le “sousjouer” même. “Si on force l’ex-

pressivité des sous-entendus, il n’y aura plus qu’un sens possible”, explique le metteur en scène. À la pause, thé et biscuits, Benoît Résillot raconte sa passion pour l’univers étrange, horrible et passionnant de Wedekind. Son rêve de monter la pièce Le Spectre du soleil, avec des bouts de rubans et des subventions improbables. Premier essai de mise en scène, chaque couple ayant choisi son texte. Les uns déambulent, les autres tentent de figurer un banc ou une balançoire. “Il me faudrait un accessoire pour ressentir la tension que l’homme fait peser sur moi”, suggère une participante. “Tu as des sensations de comédienne ! se réjouit Benoît. J’ai envie de vous dire : rendez-vous demain pour continuer !” ■ I CAROLE TESTA I

I SUZANNE THIRY I

ı page

36

ı

ı vitry le mensuel ı

N° 41

– AVRIL 2008 ı


Court toujours es coupes, les médailles, les récompenses… Michel Frainais ne sait qu’en faire et les amoncelle dans une pièce de son rez-de-chaussée. Pourtant, lorsqu’il a commencé à courir, à quarante-trois ans, il n’imaginait pas devenir, vingt-cinq ans plus tard, vice-champion du monde de marathon. “À l’époque je pesais cent kilos et je voulais faire un peu de sport pour me maintenir en forme avec tous les repas d’affaires que je faisais”, raconte, en souriant, ce marathonien de soixante-huit ans. Aujourd’hui il s’entraîne au moins une heure par jour, encouragé par son épouse et ses petites-filles. Un plaisir, mais aussi une nécessité. “J’ai du diabète et courir me permet de faire baisser ma glycémie.” Après New York, l’Italie, Israël et à peu près toutes les villes de France où ont lieu des courses, Michel Frainais se prépare à présent pour le prochain Humarathon. S’il a l’esprit de compétition, le marathonien reste cependant serein. Sa seule préoccupation : décider s’il courra un semi-marathon ou un dix kilomètres le 13 avril à Vitry.

D. R.

L I

Aventure

I RAID AUTOMOBILE I

Deux elles et une 4L Le 22 février Émilie Picard, Vitriote, arrivait à Marrakech au volant de la voiture numéro 134 du rallye humanitaire étudiant 4L Trophy. l y a huit ans Claire Bardon et Émilie Picard font connaissance pendant les vacances. L’une vient d’Auvergne, l’autre est née à Vitry et y habite. C’est le début d’une grande amitié. Aujourd’hui âgées respectivement de vingt et un et vingt ans, leur goût de l’aventure et leur désir d’attention aux autres les a poussées à participer au 11e 4L Trophy du 13 au 23 février. La particularité de ce “raid”, c’est d’être uniquement ouvert aux étudiants et… aux Renault R4. Son objectif majeur étant de convoyer fournitures scolaires et sportives destinées au sud marocain et réparties par l’association Enfants du désert. Un an de préparation et de recherche de soutiens*. “Nos 6 000 kilomètres se sont bien passés, mis à part des problèmes de roulement, faiblesse récurrente des 4L”, confie Émilie, copilote de l’équipage, mais qui précise

I

ı

AVRIL 2008 – N° 41

ı vitry le mensuel ı

qu’elle a tenu aussi le volant. Des souvenirs ? À la pelle, comme celle que les deux aventurières ont dû manier pour désensabler leur voiture dans le désert. “On n’a pas paniqué. Il y a sur ce raid une grande solidarité entre équipages, et l’assistance technique, uniquement locale, est bonne”, affirme la jeune femme. Des images ? Des milliers de photos, mais surtout cette fugitive apparition de dromadaires, libres comme l’air, en plein Sahara. Et l’an prochain ? “On n’est pas encore fixées. Mais, c’est sûr, on montera un autre projet”, conclut Émilie avec un joli sourire et une grande détermination dans les yeux. ■

I PAULINE RENAUD I

D. R.

Émilie Picard (au second plan) et Claire Bardon avec Omelette, leur 4L, dans le désert Marocain où elles se sont ensablées. Mais elles s’en sont sorties sans dommages.

I ALAIN SERS I

* La Macif Île-de-France, la ville de Vitry, Myd’L (fabrication de matériel pour handicapés)

ı page

37

ı


É

t

a

t

-

c

i

v

i

l

I Naissances I

Janvier

Séjours d’été Du séjour à Tannerre pour les enfants de quatre à cinq ans aux séjours proposés pour les enfants de six à onze ans, ceux de douze à quatorze ans, aux ados ou aux familles, les propositions sont variées, adaptés aux tranches d’âge et encadrés par des personnes compétentes et motivées, les tarifs en lien avec les ressources des familles.

Inscriptions Quatre-quatorze ans Jusqu’au samedi19 avril Service Vacances, hôtel de ville, zone verte, rez-de-chaussée • du lundi au vendredi, de 9 h à 12 h et de 13 h 30 à 17 h ; • les samedis 12 et 19 avril, de 9 h à 12 h. Quinze-dix-sept ans Jusqu’au vendredi 21 avril Service municipal de la Jeunesse, 2, place Saint-Just • le lundi, de 10 h à 12 h et de 16 h à 18 h ; • le mardi, de 10 h à 12 h ; • le mercredi de 10 h à 12 h et de 14 h à 18 h ; • le jeudi de 10 h à 12 h ; • le vendredi de 10 h à 12 h et de 16 h à 18 h ; • les samedis 12 et 19 avril, de 9 h à 12 h, à l’hôtel de ville. Familles Jusqu’au vendredi 18 avril Service Vacances, hôtel de ville, zone verte, rez-de-chaussée • du lundi au vendredi, de 9 h à 12 h et de 13 h 30 à 17 h ; • le samedi 12 avril, de 9 h à 12 h.

ı page

38

ı

ı les Hadjira • BATITA Fahmi-KIFAJI Inès • GOLAMHOSEN Imshad-KhanGOHABUR Waeeza.

MPUTU-WANANI David • MOKRA Feryel • BURLACU Carmen • BAUCHY Ilian

I Décès I

Février

OLIVIER Roland 82 ans • KHERARFA Fatiha ép. GERYVILLE • GINIOUX Michel 70 ans • FANARDJIAN Claude 76 ans • GALLEE Roger 76 ans • MARTINS DE OLIVEIRA José 79 ans • MALHAIRE Gérard 60 ans • DEVISSCHER André 84 ans • WANG Caihong ép. TAVERNIER 27 ans • CLOP Eliane ép. BARBIERI 72 ans • VIGNON Monique ép. PEIGNE 69 ans • LABELLE Lucienne ép. BOUVIER 93 ans.

ALEXANDER Elina • ELALAOUI Amel • SACKO Hamoudiata • SEBBANE Mohamed • SANTAMARIA Timéo • SARAMAGO Elina • MEGOUAS Romaïssa • KOBEISSI Sabine • GUEMIR Adam • NGUYEN Alvin • MUHAMMAD Shayan • KANCEL David • DZONGA Eva • NSHARE Amélie • REKKAL Adrien • ARPINO Ludovic • AFAILAL Zaïnab • KECHACHE Imane • BOINOT Anaïs • RODESCU Victoria • IMEDJAIDRENE Erwan • BELAKHDAR Sofian • AIT GOUGAM Mélinda • BOSSU Julie • LUCAS Lilou • HELIN Rayan • BAUBEAU Esther • HAMAZ Kylian • ILLOUL Elias • POULAIN Ludivine • YOUSFI Amina • JOFFARD-DELAHAYE Lili • POURRE Tom • BLIEL Hamza • DJAFRI Loubna • ABDERRAHIM Adam • DOUMBIA Oumar • OUADGHIRI Walid.

I Mariages I

Février BAHLOUL Mohamed-BOUTHIBA

M. et Mme Iannelli ont célébré leurs noces d’or le 15 mars. De très nombreux proches, famille et amis, les entouraient lors de cette journée exceptionnelle. Nous leur souhaitons beaucoup de bonheur à venir.

Janvier

Février CZERWIEC Hélène ép. MESSNER 76 ans • ROZET Violette 80 ans • JUDITH Marie-Line ép. AUBOU 50 ans • VAGNIERES Léontine ép. CELERIER 88 ans • WLAZLO Krzysztof 17 ans • SFORZA Marc 68 ans • LANTIDOR Maryse ép. LAMALLE 56 ans • HERNANDEZ Maria ép. ROBLES 91 ans • CERESER Valter 73 ans • KHELFA Mahmoud 50 ans • STABIELLI Adolfo 79 ans • BASSO Seconda-Prassed ép. CHARPIN 77 ans • JUHEL Gaëtan 57 ans • CHEA Eam 73 ans • DURAND Michel 76 ans • RUMIZ Marina ép. RENAULT 87 ans • BOISELLE Eliane ép. LAIR 49 ans • MOREAU Suzanne ép. BATUT 95 ans • BELAMIRI Mohand 69 ans • PANAGU Despina ép. SEUREAU 68 ans • POITEVIN Jean-Paul 59 ans • LEBOEUF Gaëlle 24 ans • KOZAKOWSKI Joseph 83 ans • BOUET Annick 62 ans • BOUGHANMI Saïda ép. JELASSI 41 ans • GALLAIS Ghislaine ép. COQUEL 46 ans • REIBEL Jean 55 ans.

ı vitry le mensuel ı

N° 41

– AVRIL 2008 ı


indispens ables ı

Téléphones

Médecin de garde : Sami (Service d'accueil médical initial) 15 Urgence européenne : 112 Pompiers 18 ou 01 46 80 27 23 Police secours 17 Commissariat 01 47 18 35 00 Police municipale 01 55 53 17 36 Centre antipoison 01 40 05 48 48 Centre hospitalier intercommunal Créteil 01 45 17 56 60 Gynécologiques et obstétricales (Clinique des Noriets) 01 45 59 55 00 Hôpital Henri-Mondor, Créteil 01 49 81 24 87 Hôpital Bicêtre, KremlinBicêtre 01 45 21 35 42 SOS vétérinaire 08 36 68 99 33 EDF 01 49 77 10 22 GDF 01 49 77 10 66 Sécurité sociale 0 820 90 41 56 Caisse d’allocations familiales 01 45 73 49 80 ANPE 01 46 80 84 03 Bourse du travail 01 43 91 17 61 Centre municipal de santé 01 55 53 50 80 Aides 01 46 81 44 44 2, av. de la Commune-de-Paris Drogues info service 0 800 23 13 13 (appel gratuit) Taxis 01 46 80 00 00

ı

AVRIL 2008 – N° 41

ı vitry le mensuel ı

ı page

39

ı


ı petites Espaces vert

Les petites annonces sont gratuites… À vendre ■ Cause déménagement urgent très belle armoire angle noyer récente, état neuf 3 éléments : 2 portes glace avec étagères, angle inclus dressing 2 portes + 2 portes avec étagères lingères, 4 tiroirs. Valeur neuf 1 150€ vendue 650€ à débat - 06 83 04 21 91 ■ Renault trafic D 1100 140 000km, courroie, radiateur, pneus neufs, TBE général 4 000€ 01 46 80 52 96 ou 06 26 90 48 48 ■ 2 sommiers lattes Ikéa 80x200 tête relevable 60€ - matelas Ikéa 160x200 100€ - le tt TBE, paiement espèces - 01 46 81 80 50 ■ Poussette enfant pliante Mac Laren bon état 40€ - stérilisateur + biberons en verre 10€ - chaîne hifi Pionner K7 CD 30€ - manteau femme cuir Redskins TM noire neuve val 600€ vendu 75€ à débattre - 01 49 60 11 24 ou 06 33 05 54 93 ou 06 30 32 44 63 ■ Jeux des mille questions assez ancien 15€ - sommier 140x190 45€ - matelas 140x190 5€ - 01 46 80 65 15 ■ Meuble TV Ikéa à roulettes TBE val 75€ vendu 30€ - siège adaptable pr baignoire (personnes âgées ou handicapées) charge max 120kg neuf 150€ vendu 30€ - 06 67 28 01 20 ■ Table salle à manger ovale + 6 chaises TBE 300€ à débat - 01 74 02 89 27 ou 06 28 66 90 54 ■ Monte-escalier droit de 15 marches, celui-ci situé à droite de l’escalier, prix intéressant - 01 46 80 27 18 ■ Clic-clac état neuf 50€ - meuble TV teck long 135cm, haut 126cm, prof 41cm 100€ - chaine hifi Pionner 4 000W 90€ - meuble chêne pr rangement 100€, le tout à débat - 06 03 15 43 57 ■ Machine à coudre ds meuble en chêne - four pr émaux - table jardin en pierre diam 120 - Ford KA an 97 bon état - 06 06 89 67 11 ■ Vêtements BB fille de 0 à 6 mois prix très intéressant + stérilisateur + chaussures femme - 06 19 89 25 26 ou 06 66 17 66 87 ■ BMW année 89 9CV - 06 13 01 14 96 ■ Couple de perruches inséparables vertes orange à bec rouge 40€ + cage sur pied 25€ - 01 46 80 95 63 ■ Vêtements fille 6-8 ans à partir de 1€ - vêtements femme 38/40 + accessoires à partir de 5€ - 06 14 19 84 64 (pas sérieux s’abstenir)

ı page

40

ı

annonces ı ■ Piano droit bon état bois foncé 1 200€ – lave-vaisselle 6 couverts à poser 80€ - micro-onde bon état 45€ - 06 77 86 14 77 ■ Urgent : table rect 150€ - frigo 2p 230l Indesit 250€ - cuisinière gaz 4 feux TBE jamais servi 250€ CD TBE 5€ divers titres - livres pr enfants Hachette Walt Disney, le lot de 7 livres 15€ TBE - 06 83 46 66 93 ■ Divers vêtements femme taille de 44 à 50 : jupes, veste, manteau, 3/4, diverses popelines, de 60€ à 80€ - prix à débat - 01 46 75 92 15 ■ Humidificateur bon état Bionair à air chaud 20€ - petit frigo bon état 75€ - matériel de plongée - 2 mallettes cuir neuves 20 et 30€ - machine à pain gd format 30€ - 06 66 78 43 71 ■ Vêtements fille 6-8 ans à partir de 1€ - vêtements femme 38-40 à partir de 5€ - jeux enfants - le tout excellent état - 06 14 19 84 64 ■ Sono portable neuve Keywood 150W, puissance ampli 2x75W, enceintes avec pieds, mixage amplifié, entrées micro, effets, 1 micro, câbles - prix d’achat 500€, prix de vente à débattre - 01 46 82 01 57 ■ Armoire et buffet campagnard XVIIIe, machine à coudre 1930, poêle à bois Rosière 305, porteparapluie début XXe - 01 46 81 83 45

Recherche ■ Dame sér non fumeuse possédant véhicule chche à s’occuper de personnes âgées, aide-ménagère, courses, dame de compagnie et autre si demande, annonce sérieuse, possible chèque emploi-service - 01 46 81 26 05 ou 06 68 30 46 69 ■ Dame sér chche hres repassage le samedi matin ou prend linge chez elle - 01 46 82 73 66

■ JF sér avec expér chche enfants à garder matin, soir, mercredi et jours fériés ou aides personnes âgées ts travaux, aide-ménagère - 06 31 33 96 70 ■ Maman chche personne pr garder des jumeaux de 3 ans à partir du mois de mai - 01 46 81 33 12 ■ Femme 40 ans chche hres de ménage, repassage, véhiculée. Expérience et références contrôlables - 06 17 40 82 59 (Delphine) ■ Habitante Vitry gare, maman d’un garçon de 2 ans, chche famille pr baby-sitting partagé pr partager les frais (a déjà une baby-sitter consciencieuse et douce) - 06 67 20 69 75 ■ Femme sér chche hres de ménage ou repassage ou emmener enfant à l’école le matin et chercher le soir vers 16h30 - 01 46 81 29 90

À louer ■ Chbre ds pavillon pr femme célibataire ou étudiante, Vitry Centre-Ville - 01 46 80 20 25 ■ Saint-Jean-de-Monts (85) : studio bord de mer tt confort balcon, parking, proximité commerces de juin à septembre - 06 72 89 12 01 ■ Apt 4 personnes tt confort 300m de la mer à Carsqueranne (Var) à partir de 300€ la semaine, animaux acceptés - 01 46 77 04 92

Pour publier une petite annonce Le service des petites annonces vous propose deux moyens de diffusion complémentaires et non cumulables. Dans le Mensuel • par courrier : Mairie de Vitry, service Communication, 2, avenue Y.-Gagarine, 94400 Vitry-sur-Seine. • au service Communication : hôtel de ville, zone verte, 2e étage. Sur Internet www.mairie-vitry94.fr rubrique Net utile. Les annonces déposées sur Internet sont directement publiées sur le site. Nous ne prenons pas d’annonce par téléphone.

■ Parking au 145, avenue PaulVaillant-Couturier 65€/mois - 06 63 67 41 11

Cours ■ Enseignante donne cours de maths à tous les niveaux - 06 25 46 67 02 ■ Prof retraité donne cours math et français pr collégiens et écoliers - 06 75 36 28 55

Mensuel municipal d'informations locales, édité par la ville de Vitry-surSeine, 2, av. Youri-Gagarine 94407 Vitry-sur-Seine Cedex 01 46 82 80 00 ı Directeur de la publication : Jean-Pierre Moineau ı Rédacteur en chef : Suzanne Thiry, 01 46 82 82 08 ı Secrétaire de rédaction : Christine Le Bras, 01 46 82 84 80 ı Rédaction : Charline Picard, 01 46 82 81 91 ; Alain Sers, 01 46 82 83 96 ; Carole Testa, 01 46 82 80 19 ı Photographe : Hélène Maubec (sauf mention), 01 46 82 84 34 ı Conception graphique : Médiris & Spirale (2003) ı Adaptation : Direction de la communication (2005) ı Maquette : Paule Hérouard, Gilles Rigal, Magali Sebert ı Impression : Grenier ı Publicité : HSP, 01 55 69 31 00 ı Secrétariat : 01 46 82 82 08 ; lemensuel@mairie-vitry94.fr

ı vitry le mensuel ı

N° 41

– AVRIL 2008 ı


Ce mois-ci ! Exposition Anne M 1 >He30 rbauts, à la bibliothèque

M 2 > 15 Parcours de femmes, aux 3 Cinés Robespierre

J 3 V 4 S 5 Lancement du concours des maisons et blacons flfleeuris

D 6 L 7 M 8 M 9

Conseil municipal

J 10 V 11 e S 12 > 13 23 Humarathon

D 13 L 14 M 15 M 16 J 17 V 18 Vac ances S 19 >de4pmai rintemps D 20

L 21 M 22 M 23 J 24 V 25 S 26 D 27

Journée du souvenir de la Déport ation

L 28 M 29 M 30

L’information municipale, tous les mois, toutes les semaines et tous les jours : Vitry le mensuel, Vitry hebdo et www.mairie-vitry94.fr

>

Avril 2008

Vitry le mensuel n°41  

Mensuel de la ville de Vitry sur seine

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you