__MAIN_TEXT__
feature-image

Page 1

LE JOURNAL DE

SAINT-PAUL S

U

P

P

L

É

M

E

N

T

D

E

L ’

A

R

C

H

I

P

E

L

N

°

5

7

A

O

Û

T

2

0

1

0

SAINT-PAUL EN LÈR ÈK LES JEUNES ! DU CONCRET POUR LA JEUNESSE SAINT-PAULOISE

04 106 CLASSES MENACÉES DE SUPPRESSION DANS L’ÎLE

06 2 PROJETS DE CRÈCHE

09 NOUVEAU PARTENARIAT AFIN D’AIDER LES FAMILLES MAFATAISES

12 900 INSTRUMENTS DE MUSIQUE EXPOSÉS À L’HÔTEL DE VILLE

14 NOUVEAU ROMAN DE FICTION POUR JEUNES DE MARIE-CLAUDE DERBY


02 ÉDITO

BONNES VACANCES ! Nous savons qu’il est prévu de supprimer plus d’une centaine de classes dans les écoles maternelles et primaires de La Réunion. À Saint-Paul, quinze classes devraient être concernées. Vous le savez : notre opposition à ces suppressions est totale. Nous ne pouvons tolérer sans réagir une telle décision, prise de surcroît sans la moindre concertation avec les parents ni avec la municipalité. Nous ne pouvons accepter que des classes soient supprimées alors que les effectifs vont augmenter, parfois de façon significative, dans certains quartiers. Nous devons rester mobilisés et continuer à dire notre désaccord avec ces suppressions de classes. Supprimer des classes alors que nombre d’enfants rencontrent des difficultés à leur entrée au collège, c’est une régression évidente, c’est un recul programmé. Nous serons là, à la rentrée, pour porter la parole des parents. Nous serons là, comme nous l’avons toujours été, pour défendre, de la petite enfance aux grandes écoles, une politique juste et ambitieuse de l’éducation.

Voici le temps des vacances ! Voyage et dépaysment pour les uns, promenade et (re)découverte de nouveaux sites de l’île pour les autres, sans oublier ceux qui ne pourront pas partir, même pour quelques jours. À tous, je souhaite de profiter de cette période pour se ressourcer et former de nouveaux projets. Aux plus jeunes, pour qui les vacances scolaires représentent, de génération en génération, un moment particulier qui élargit l’existence et nourrit le souvenir, je souhaite de vivre ces quelques semaines avec bonheur, c’est-à-dire avec générosité. La rentrée s’annonce difficile. Même si son nom n’est pas prononcé, la rigueur est bien là. Les premières mesures gouvernementales n’épargnent ni les plus modestes, ni les classes moyennes. Aucun secteur n’est protégé. Le système éducatif luimême est mis à contribution dans la réduction des déficits publics.

C’est en ce sens que nous sommes fiers de proposer, avec l’ouverture de deux nouvelles structures d’accueil à Grand Fond, une vingtaine de nouvelles places en crèches. Parce que nous sommes soucieux du bien-être des tout petits et de leurs parents, nous allons poursuivre nos efforts et toucher le plus de quartiers possible en mettant des bâtiments communaux à la disposition des associations. Éducation, formation, amélioration du service de proximité aux administrés, aménagement, culture : autant de sujets que je vous invite à découvrir dans ce nouveau numéro du Journal de Saint-Paul.

Bonne lecture à tous. Bonnes vacances !

DÉPUTÉE-MAIRE DE SAINT-PAUL

LE JOURNAL DE SAINT-PAUL SUPPLÉMENT DE L’ARCHIPEL N° 57 E-MAIL MAIRIE: maire@mairie-saintpaul.fr • DIRECTION DE LA COMMUNICATION: BP 44 - 97861 SAINT-PAUL CEDEX – TÉL. : 02 62 45 91 85 - FAX: 02 62 45 90 27 DIRECTRICE DE LA PUBLICATION: GRAZIELLA LEVENEUR • RÉDACTION: GEORGES LAZARRE • REPORTAGES PHOTOGRAPHIQUES: DIRECTION DE LA COMMUNICATION COMITÉ DE RÉDACTION: EMMANUEL SÉRAPHIN / NICOLE STORCH / VIRGINIE SALLÉ / CHRISTOPHE POMEZ • CONCEPTION ET IMPRESSION: IMPRIMERIE GRAPHICA / DL 4704 / AOÛT 2010


SOMMAIRE 03 02 ÉDITO 03 COMMÉMORATION DIPLÔME D’HONNEUR POUR 14 ANCIENS COMBATTANTS 04 ÉDUCATION 15 CLASSES MENACÉES DE SUPPRESSION 05 FORMATION OPÉRATION « PÉDIBUS » FORMATION PIL POUR 16 JEUNES DE RAVINE DANIEL 06 PETITE ENFANCE CONGRÈS DE LA PETITE ENFANCE 18 PLACES SUPPLÉMENTAIRES EN MICRO-CRÈCHE

LE JOURNAL DE

SAINT-PAUL S U P P L É M E N T D E L’ A R C H I P E L N ° 5 7

08 PROXIMITÉ RÉVISION DU RÉSEAU DES MAIRIES ANNEXES 09 SOCIAL VACANCES POUR LES JEUNES MAFATAIS

EN BREF DÉCISIONS DU CONSEIL MUNICIPAL 12 CULTURE WOMEX : DANYEL WARO INSTRUMENTS DE MUSIQUE À L’HÔTEL DE VILLE 13 ÉVÉNEMENT RETOUR EN PHOTOS DES ANIMATIONS 2010 14 POLITIQUE DE L’OPPOSITION LITTÉRATURE MUSIQUE 15 POLITIQUE DE LA MAJORITÉ CHANTIERS ET RÉALISATIONS 16 HOMMAGE 15 FAMILLES SAINT-PAULOISES À L’HONNEUR

COMMÉMORATION QUATORZE SAINT-PAULOIS DANS L’ARMÉE DE LA RÉSISTANCE LORS DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE (1939-1945) Un diplôme d’honneur a été remis aux Anciens Combattants Saint-Paulois de la Seconde Guerre mondiale (19391945), le 18 juin 2010. Une initiative de l’État « pour leur rendre un hommage particulier ». « Nous sommes fiers, d’appuyer cet hommage sur la Commune de SaintPaul qui a aussi contribué à la lutte contre le nazisme », souligne la députée-maire, Huguette Bello. « Nous sommes fiers de pouvoir distinguer nos concitoyens qui y étaient impliqués. »

mois de

ILS Y ÉTAIENT... Ces Saint-Paulois peuvent donc prétendre à cet hommage d’après une liste recueillie auprès de l’Organisation nationale des anciens combattants (ONAC), par Robert Carty, président de Section des Anciens Combattants et Victimes de Guerre de Saint-Paul. Étaient ainsi dans la Résistance française : Paul MAILLOT (Tan Rouge), René SAÏDOU (Saint-Paul Centre), André SAUTRON, Rosely GROSSET (décédé à Bois-de-Nèfles au

mai, a reçu le diplôme à titre posthume par l’intermédiaire de son épouse), Gabriel SANTONAX (Sans Souci les Hauts), Évenor GARAÏOS (Le Guillaume), Marie Camille BOURHIS (Grand Fond Saint-Gilles), Yvon ROGER (La Saline-lesBains), Gaston MARIE-FRANÇOISE (Saint-Paul), Joseph BEAUDEMOULIN, Augustin HARDY, Roland JULLIEN, Norbert DENASIO (Saint-Gilles-les-Bains), Fernand DOYARD (Plateau Caillou).

Imprimé sur papier recyclé le « JOURNAL DE SAINT-PAUL » est également consultable en format pdf, sur le site internet de la mairie : www.mairie-saintpaul.fr


04 ÉDUCATION

BRANLE-BAS DE COMBAT

CONTRE LES SUPPRESSIONS DE CLASSES « Il faut protester. » C’est l’appel lancé par la municipalité suite à l’annonce de suppression de 106 classes dans l’île à la rentrée prochaine. Sur la seule commune de Saint-Paul, 15 classes seront supprimées.

De la Fédération des Conseils des Parents d’Élèves (FCPE), à la Fédération Syndicale Unitaire (FSU), en passant par l’Association des Parents d’Élèves du Primaire (APEP), tous s’accordent à dire que « l’avenir des enfants est menacé ». « La Réunion est un terrain d’urgence scolaire. Appliquer ici la règle nationale n’est absolument pas possible. Il faudrait instaurer une évaluation sérieuse de la situation, face à un gouvernement qui, quelle que soit la situation, cherche à faire des économies à tout prix, y compris sur le dos et l’avenir des élèves. Des fermetures de classes seraient fatales aux élèves du primaire, vu le pourcentage d’enfants scolarisés en éducation prioritaire » exposent les différents intervenants, lors d’un rassemblement organisé à l’initiative de la municipalité, le 10 juin 2010. Un vent de mécontentement et d’inquiétude souffle sur l’île.

MENACES SUR 15 CLASSES

nelles Paille en Queue, Saint-Gilles-lesHauts, Barrage (1 classe).

Saint-Paul, commune de 100 000 habitants compte 68 écoles dont 5 privées. Pour les 640 classes, 14 956 élèves sont comptabilisés pour cette année scolaire qui s’achève. Les fermetures annoncées concernent : les écoles élémentaires de Chocas, Ermitage-les-Bains, Grande Fontaine, Guillaume (1 classe) et Blanche Pierson (2 classes) ; les Primaires Émile Hugot, Adèle Ferrand, Barrage, Bois-deNèfles, Palmiste (1 classe) ; les Mater-

DES QUARTIERS EN ÉVOLUTION « L’école a toujours été un tremplin social. Ces suppressions annoncées constituent une régression », dénonce Huguette Bello, évoquant les augmentations prévues des effectifs compte tenu des opérations immobilières en cours de livraison. Ainsi : 60 logements de l’opération « Vert Lagon »

L E J O U R N A L D E S A I N T- PA U L - S U P P L É M E N T D E L’ A R C H I P E L N ° 5 7

« Nous ne laisserons pas faire sans agir. Car c’est de l’avenir de nos enfants dont il s’agit », prévient également le président de l’APEP. Face à cette situation d’urgence, un appel à la mobilisation est donc lancé. « Négliger l’éducation c’est refuser au pays les moyens de progresser », déclare la députée-maire de Saint-Paul, d’autant plus concernée que, pas moins de 15 classes seront supprimées sur Saint-Paul (voir par ailleurs). « On ne peut pas accepter ces suppressions alors que les effectifs vont augmenter », conclut-elle, dénonçant une « atteinte grave à l’égalité des chances ».

seront livrés mi-2011 « donc en cours d’année », 36 sont prévus sur Grande Fontaine, 27 en 2011 et 32 en 2012. 60 logements sont annoncés sur Plateau Caillou avec les 2 opérations « Colibri » et « Fond Salé ». Il en est de même pour Saint-Gilles-lesHauts où 3 opérations sont en cours (« Champs de Merle 1 », « Marjolaine, « Champ de Merle 2 ») pour un total de 124 logements en 2010-2011. Enfin, 84 logements sont prévus au Guillaume d’ici 2013, et 32 autres à Bois-de-Nèfles au sein de l’opération « Farniente ».


FORMATION 05

« TIPIÉ L’ÉTAN » OU LE SUCCÈS DE « PÉDIBUS » « Mode de déplacement doux, dans la convivialité », le pédibus a été expérimenté à l’école Louise Siarane de l’Étang, le 8 juin 2010. « Grâce à ce dispositif, il y a moins de voitures aux abords de l’école et donc plus de sécurité pour les enfants », souligne Jean Erpeldinger (7e adjoint) évoquant aussi un aspect écologique. Intitulée «Tipié l’étan», l’opération a réuni une quarantaine de personnes. Après quelques mises au point en concertation avec l’enseignante Nila Minatchy et les parents, deux points de rassemblement ont été décidés. L’un à l’angle des rues Saint-Louis et Des Manguiers au niveau de la pharmacie de l’Étang avec un départ à 7h30, l’autre au niveau du parking du collège de l’Étang pour un départ à 7h25. Des gilets et des casquettes étaient remis

aux enfants et accompagnateurs afin de sécuriser au maximum leur trajet. Le tout, sous l’œil vigilant de plusieurs parents venus prêter leur concours et sans lesquels l’opération n’aurait sans doute pas été possible. « Ils ont vraiment joué le jeu et assuré la bonne marche de l’opération “Tipié l’étan”, affirme Nila Minatchy. « Pour les enfants, c’est un vrai moment éducatif avec une sensibilisation au développement durable et à la sécurité routière. »

AMÉNAGEMENT

DE LA SALLE POLYVALENTE DE RAVINE DANIEL La salle polyvalente de Ravine Daniel a un autre visage grâce au travail de 16 jeunes de ce quartier et des environs (Corbeil et La Saline) qui ont œuvré dans le cadre d’un Projet Insertion Local (PIL). Un « travail d’une qualité remarquable », reconnu par l’adjoint de quartier, lors d’une visite. Tous

ont fait preuve d’une belle motivation, démontrant qu’ils avaient une réelle envie de s’en sortir et de rompre avec l’oisiveté en somme. Le PIL est financé par la Région pour un volet formation pré-qualifiante aux métiers du bâtiment confié à l’Organisme d’Ingénierie de Développement et de For-

mation (OIDF). Le financement a été arrêté à la somme de près de 60 000 euros pour le volet formation et à plus de 51 000 euros pour la rémunération des stagiaires. Fortement impliquée dans ce projet, la Commune a alloué un budget de près de 50 000 euros pour les fournitures et les matériaux. Le projet consistait en la construction complète d’un bloc sanitaire (4 WC dont 2 pour handicapés), la réalisation de l’accès handicapé pour le CASE et le carrelage de la grande salle.

Ritchy ADMETE, Yohan DELBLOND, Dimitri GLAMPORT, Gildas FERRIERE, Jérémy LARTIN, Rudy NIFLORE, Jason PAYET, Jean-David PERROT, Cédric PERSEE, Jean-Rudy RHARUS, Kenzi SALMASIS, Jimmy THOMAS, Sullivan THOMAS, Jean Indgrid ZITTE, Johan ZITTE et Sully VALLIAMEE sont ceux qui ont redonné vie à cet équipement indispensable à l’animation du quartier et à sa dynamisation.

L E J O U R N A L D E S A I N T- PA U L - S U P P L É M E N T D E L’ A R C H I P E L N ° 5 7 L E J O U R N A L D E S A I N T- PA U L - S U P P L É M E N T D E L’ A R C H I P E L N ° 5 5


06 PETITE ENFANCE

UN CONGRÈS

DE LA PETITE ENFANCE

EN NOVEMBRE Le projet de Congrès de la Petite Enfance (PE) porté par la Commune de Saint-Paul est sur les rails. Une première départementale qui aurait lieu en novembre prochain, à une date qui devrait correspondre à la Journée Internationale des Droits de l’Enfant. Pour en discuter, les rencontres entre les Assistantes Maternelles de la commune et les services municipaux se poursuivent. Une nouvelle réunion de travail, a permis de dégager dernièrement certaines pistes de réflexion quant à la tenue de ce congrès. « Cette manifestation permettra aux Assistantes Maternelles d’exposer leurs difficultés, et de promouvoir leur métier », souligne Virginie Sallé, élue déléguée à la Petite Enfance.

LE CONGRÈS SERA L’OCCASION DE VALORISER LE MÉTIER D’ASSISTANTE MATERNELLE.

Atelier de prévention (accidents domestiques, gestes de premiers secours…), atelier d’information au grand public, activités d’éveil, peinture, propreté, Conseil Général, Pôle Emploi, Café des Parents (groupes d’échanges avec des professionnels de la Petite Enfance tels que pédiatres, orthophonistes, pédopsychiatres…) : une première ébauche de contenu a été brossée.

Les prochains mois seront mis à profit afin de peaufiner l’organisation de ce congrès. Outre les assistantes maternelles, le Congrès de la Petite Enfance fera l’objet d’une conférence autour d’un spécialiste. Par ailleurs, il est prévu la signature d’une charte d’accueil rédigée par tous les professionnels « PE » de Saint-Paul, ainsi que des ateliers animés par d’autres professionnels.

UN PLAN CRÈCHE AMBITIEUX Après la mise en place de nombreuses structures d’accueil en 2009, d’autres projets de micro-crèches sont lancés ou doivent aboutir cette année. Notamment deux crèches (2 x 60 places) qui seront implantées à l’Étang (début prévisionnel des travaux en septembre, fin des travaux mi-2011 pour un coût de près de 6 M€).

La crèche actuelle « les Libellules » sera rasée et reconstruite pour la double crèche. Les enfants et le personnel seront transférés pour partie dans les anciens locaux Protection Maternelles Infantiles (PMI) de Bois-de-Nèfles et dans une structure à Saint-Gilles-les-Bains. D’autres projets sont inclus dans la convention signée avec la Caisse d’allocations familiales :

L E J O U R N A L D E S A I N T- PA U L - S U P P L É M E N T D E L’ A R C H I P E L N ° 5 7

micro-crèches de l’Association « À votre service (9 places), Carosse. micro-crèche de l’Association «Les Marionnettes» (9 places), Bellemène, ouverture prévisionnelle en septembre. micro-crèche de l’Association Vue Belle Zordi (2 x 9 places), Saline-les-Hauts.


PETITE ENFANCE 07

18 PLACES DE PLUS EN CRÈCHE ET UN ATTACHEMENT CONFIRMÉ À LA PETITE ENFANCE Dix-huit places supplémentaires en micro-crèche sont proposées sur SaintPaul grâce à l’ouverture de deux nouvelles structures à Grand Fond. Cellesci accueillent des enfants de un mois et demi à deux ans. « Il faut beaucoup de volonté. Mais le plan crèche est bien engagé à Saint-Paul », admet le sous-préfet Thomas Campeaux. Depuis 2008, déjà 117 places (9 places x 13 micro-crèches) sont offertes sur le territoire communal. « Un effort en faveur de la Petite Enfance », ainsi salué par le représentant de l’État dans l’Ouest. Cet effort se poursuit. Dans le cadre du plan crèche départemental signé avec la Caisse d’allocations familiales (CAF) et le Conseil général, la municipalité a mis, à titre gracieux, deux anciens logements de fonction à disposition de l’association « À votre service » pour mener à bien ses activités au sein de deux nouvelles structures à Grand Fond. Une volonté qui traduit parfaitement l’attachement de la collectivité à la politique de Petite Enfance. « Nous voulons diversifier les offres en touchant le plus de quartiers possible, et en mettant autant que faire se peut, des bâtiments communaux à disposition des structures », souligne Virginie Sallé, élue en charge de cette délégation. « Une crèche constitue le point de départ où l’enfant effectue ses premiers pas vers le monde extérieur. Un monde souvent redouté. Et parce que chaque enfant est un trésor, parce que chaque enfant est unique, l nous appartient, à nous élus, professionnels de la Petite Enfance et parents de tout mettre en œuvre pour que ce monde ne lui soit pas hostile. » (Voir discours d’inauguration ci-contre).

RENCONTRE AVEC VIRGINIE SALLÉ « Avec ces 18 nouvelles places, 9 crevettes et 9 poissons-clowns plongent tous les matins et s’égayent dans ces deux aquariums jumeaux. En ramant tous dans le même sens, nos efforts ont permis à 18 moussaillons et plus de trouver un cocon, à 18 mamans, papas (et plus) d’être grandement soulagés. Elles ont permis à 7 professionnelles de la Petite Enfance de prouver et d’éprouver leur talent, de devenir les bras dans lesquels ces petits poissons viennent se réfugier tel l’anémone des mers qui abrite le téméraire mais pas trop, poisson-clown ou comme nos crevettes qui courent dans le ventre de la barrière de corail à la moindre alerte, se lovent ici au creux de leur tati. Quand un enfant naît, il naît avec toutes les nuances du monde. Il a ses exigences, ses ambitions, nous en sommes les garants. »


08 PROXIMITÉ

RÉVISION DU RÉSEAU

DE MAIRIES ANNEXES POUR AMÉLIORER LA QUALITÉ DU SERVICE AUX ADMINISTRÉS

Optimiser les moyens afin d’offrir un meilleur service de proximité aux administrés, telle est la volonté de la municipalité au travers du projet de révision du réseau actuel de mairies annexes. Cette volonté découle du constat selon lequel l’activité de certaines mairies de quartiers a considérablement diminué ces dernières années. Une réduction très significative des prestations liée notamment à l’instauration de la Couverture Maladie Universelle (CMU) ayant entraîné la disparition de l’aide médicale gratuite et la délivrance de la « feuille rose » indispensable à l’époque pour la consultation médicale. Par ailleurs, les documents administratifs tels que les fiches familiales et individuelles d’État Civil, exigés autrefois par d’autres administrations ou organismes sociaux pour l’ouverture ou le maintien de droits ou prestations n’ont plus cours depuis plusieurs années. « La Division de la Commune et 12 sections communales d’État Civil, ossature du réseau de Mairies Annexes ne se justifie plus », souligne la municipalité. « Une révision de ces sections, à laquelle le Procureur de la République devrait être favorable s’avère donc nécessaire. »


SOCIAL 09

UNE CONVENTION POUR AIDER LES MAFATAIS Un avenant à la Convention Territoriale Globale (CTG) a été signé le 1er juin 2010 entre la Caisse d’Allocations Familiales (CAF) et la Mairie de Saint-Paul. Cet acte est intégré à la Convention Territoriale Globale officialisée le l8 décembre 2009, et devant contribuer à asseoir les bases d’un partenariat. Cet « avenant-CTG » aidera les familles mafataises à concilier vie professionnelle, vie familiale, et vie sociale. Et ce, au travers d’un Point Accueil Jeunesse à Marla, la mise en place de conditions pour que les enfants du cirque puissent participer eux aussi à la célébration du 20 décembre, ou encore l’organisation d’un séjour dans un centre de vacances en faveur des Mafatais. « Par ailleurs, nous souhaitons soutenir la fonction parentale et faciliter les relations

Parents/Enfants », précise la municipalité, citant pêle-mêle : l’animation autour du livre, l’accompagnement social et individuel des familles, la reconstruction d’un local sur Ilet des Orangers.

L’enveloppe budgétaire estimée à 682 753 € sera financée à hauteur de 342 606,50 € par la CAF ; 133 256,50 € par la Mairie et 206 890 € (« autres financements »).

VACANCES SUR LA CÔTE POUR DES JEUNES MAFATAIS Rompre l’isolement géographique des résidents du cirque de Mafate et favoriser les rencontres et les échanges entre les jeunes du cirque et ceux issus des autres quartiers de la commune : tels sont les principaux objectifs de l’action « L’insularité mafataise source d’ouverture sur le monde urbain ». Une opération pilotée par le Pôle Vie Locale du 10 au 17 mai derniers durant laquelle 17 jeunes de 7 à 12 ans dont 10 enfants

de Roche Plate étaient hébergés au Camping Jeune d’Ermitage et au Point Accueil Jeunesse de Palmiste. « Ce n’est pas facile de quitter la famille, mais on s’amuse très bien », avouent-ils en chœur. « Non on n’a pas le temps de s’ennuyer, on n’a pas le temps d’y penser. » Visite du centre commercial de la Plage, initiation à la natation au complexe nautique de Plateau Caillou, visite nocturne de Saint-Gilles, initiation de plongée, pique-

nique et pêche golette à Saint-Leu, visite de lieu de culte, pique-nique dans le jardin du musée de Villèle, ou encore randonnée et activités sportives, un programme copieux avait été concocté. Cette opération a permis de mettre les parents en confiance en ce qui concerne la « construction de la vie d’adulte des petits Mafatais hors cadre familial ».


10 EN BREF

LE CONSEIL MUNICIPAL CE MOIS-CI UNE VOIE POUR CONTOURNER L’ÉPERON La mise en compatibilité du Plan d’occupation des sols (POS) « reste de la commune » valant Plan d’occupation des sols (PLU), avec la Déclaration d’utilité publique (DUP) nécessaire au projet de création d’une voie de contournement de l’Éperon est exécutoire. Le dossier a été adopté lors du dernier conseil municipal. « Ce sont deux kilomètres de route qui seront réalisés entre l’échangeur de l’Éperon-Route des Tamarins et le Carrefour du Centhor », précise l’adjoint délégué à l’Aménagement du territoire, évoquant les difficultés quotidiennes de circulation dans le quartier de l’Éperon.

14 VOIRIES D’EXPLOITATIONS BIENTÔT AMÉNAGÉES Afin d’assurer une meilleure desserte des exploitations, 14 voiries seront aménagées. Le principe de financement des études de travaux de modernisation et de désenclavement a été acté en conseil municipal. Les chemins concernés sont : Gonneau (940 mètres linéaires) et Furcy Duvernay (2 914 ml) sur Bois-de-Nèfles ; Rigobert Lardal (1 198 ml), Célestin ( 1 459 ml) et Moisson Lougnon (1 585 ml) à Bellemène ; Summer 3 ( 928 ml), Belmont (1 129 ml) et Plante à Parfum (700 ml) à Bellemène Canot ; Bras Mort (2 166 ml) à Bel Air ; Fourragère (1 677 ml) au Guillaume ; Kalmod (554 ml) à Bois Rouge ; Citerne Barel (2 123 ml) à Tan Rouge ; Didier (1 040 ml) à Corbeil ; Sadeyen (1 989 ml) sur Piton Léan.

RÉHABILITATION DU PARC HÔTEL DU MAIDO

Le projet de création d’un Centre de Vacances de Loisirs et d’un Centre de Lecture et d’Écriture au sein de l’ancien Parc Hôtel du Maïdo est sur les bons rails. Le programme de réhabilitation des différents bâtiments couvrant une surface de 1 685 m2, sur une superficie de 4 hectares, a été arrêté lors du dernier conseil municipal. Les travaux englobent la rénovation du bâtiment principal et des douze bungalows, les remises aux normes concernant la sécurité des personnes et l’accessibilité des personnes porteuses de tout handicap, ainsi que les normes sanitaires et vétérinaires, de même que les aménagements intérieurs, les bords immédiats et les voies d’accès. Le coût prévisionnel de l’opération est évalué à 1 305 607 €.

PROJET « VÉLIB » POUR UN MODE DÉPLACEMENT ÉCOLOGIQUE Favoriser les déplacements dits « doux » afin de faire émerger le recours à l’utilisation de vélos (classiques ou à utilisation électrique) : tel est l’objectif de la municipalité au travers du projet « Vélib ». Un projet pilote dans le cadre du développement durable, concernant dans un premier temps le secteur balnéaire de Saint-Gilles-les-Bains. Il est prévu la mise en place de stations d’accueil de vélos, dont les lieux et capacités seront à définir dans une étude d’opportunité associée à une enquête de terrain. Cette étude cible aussi d’éventuelles ouvertures de ce projet, à la fois sur l’ensemble de la zone balnéaire, voire aussi sur tout le Territoire de la Côte Ouest (TCO), afin d’avoir une cohérence globale.

PARTENARIAT AVEC LES THÉÂTRES DÉPARTEMENTAUX Des tarifs spécifiques d’entrée aux spectacles seront désormais appliqués pour la population saint-pauloise par le biais des associations de quartiers de la commune, à travers une mise à disposition

L E J O U R N A L D E S A I N T- PA U L - S U P P L É M E N T D E L’ A R C H I P E L N ° 5 7

du Téat Plein Air pour la réalisation de manifestations. Une convention a été signée entre la municipalité et les « Théâtres Départementaux » en ce sens le 8 juillet 2010. Elle permettra ainsi à un plus grand nombre de Saint-Paulois de profiter des animations mises en place en ces lieux. Une aubaine quand on sait que de nombreux habitants n’y ont jamais mis les pieds. Le partenariat a d’ailleurs déjà profité à plus de 150 habitants de Bois de Nèfles et de Bras Mort, notamment lors du concert de Natty Dread pour lequel la collectivité avait affrété trois bus.

POUR UN CENTRE D’HÉBERGEMENT D’URGENCE Le conseil municipal demande la réactivation du projet de Centre d’Hébergement d’Urgence, « qui correspond à un réel besoin ». « Considérant l’absence criante de structures permettant de répondre de façon satisfaisante et adaptée aux personnes en situation de détresse et en rupture d’hébergement dans l’Ouest », l’assemblée a adopté une motion en ce sens, du fait que l’État se désengage de ce projet. Pourtant, le dossier est ficelé : la municipalité met à disposition un terrain, le Territoire de la Côte Ouest (TCO) a arrêté un budget de 1,7 M€…

3 SALLES DE CLASSES AUX CARAMBOLES Trois véritables salles de classes vont remplacer les classes modulaires existantes à l’école maternelle « Les Caramboles » à la Plaine Saint-Paul. Le Dossier de consultation des entreprises (DCE) en vue du démarrage des travaux de construction, ainsi que le plan de financement arrêté à 742 982, 64 € ont été approuvés lors du dernier conseil municipal. Outre les trois salles de 60 m 2 chacune, le programme prévoit une salle de repos, et une salle de propreté, ainsi qu’un accès pour véhicules de secours, depuis la rue des Caramboles jusqu’aux trois nouvelles classes.


EN BREF 11

FIN DES CLASSES CONTENEURS À ADÈLE FERRAND Un bâtiment de cinq classes, un bureau de direction et des sanitaires seront construits dans l’enceinte de l’école primaire Adèle Ferrand à Fleurimont. La municipalité envisage ainsi de supprimer les classes modulaires qui font tâche. Le coût de l’opération en Avant projet définitif (APD) est évalué à près de 563 000 €.

CERTAINS VISAGES NE SONT PLUS INCONNUS.

OUVERTE AU PUBLIC, LA SALLE DU CONSEIL ATTIRE DE PLUS EN PLUS D’ADMINISTRÉS VENANT ASSISTER AUX RÉUNIONS. LA POPULATION QUI DESCEND MÊME DE MAFATE PARFOIS, S’INTÉRESSE DÉSORMAIS AUX DÉBATS.


12 CULTURE

DES CENTAINES D’INSTRUMENTS À L’HÔTEL DE VILLE Plusieurs centaines d’instruments de musique s’exposent actuellement à l’hôtel de ville. Une exposition réalisée par JeanRené Ferrère qui compte une collection de plus de 900 pièces : harmonicas, accordéons, bobres, kayanm, djembé… Elle est le fruit de multiples voyages à travers le monde et de collectes auprès d’autres passionnés. En avant-première, les élèves des écoles de Saint-Paul (huit classes) ont pu découvrir l’exposition les 8 et 9 juin 2010.

LA MARIONNETTE À LA FÊTE EN OCTOBRERE La Marionnette sera à la fête à Saint-Paul du 13 au 23 octobre prochains dans le cadre du « Tam Tam Saint-Paul 2010 ». Une manifestation chapeautée par l’équipe du Théâtre des Alberts, que la municipalité a sollicitée pour une organisation annuelle de cet événement. « Cette organisation confirme bien notre volonté de développer une véritable politique culturelle sur Saint-Paul que nous appelons de tous nos vœux à devenir une Ville de la Culture » au même titre que nous souhaitons en faire une Ville du Sport, souligne Suzelle Boucher, élue en charge de la Culture. « Tam Tam Saint-Paul 2010 », ce ne sont pas moins de 12 compagnies de l’extérieur et 3 compagnies réunionnaises. « Cet événement – dont l’axe central se situe à l’Espace Leconte de Lisle du 13 au 23 octobre – nous voulons le décentraliser à travers plusieurs quartiers afin de toucher le public le plus large. Afin de faire plaisir au plus grand nombre de Saint-Paulois », poursuit Mme Boucher. Ainsi, profitant de la présence des artistes invités, plusieurs ateliers et stages à destination du jeune public sont organisés du 26 septembre au

2 octobre à Mafate (La Nouvelle, Ilet aux Orangers, Aurère, Grand Place, Ilet à Bourse) en collaboration avec le Parc national des hauts, le TCO et L'AD2R. Les actions qui vont être menées dans le cirque, vont permettre aux enfants, habituellement coupés de tout, d’avoir un accès direct à une pratique culturelle, ils vont suivre 3 ateliers et découvrir les spectacles de 3 compagnies. Des stages et des représentations sont aussi prévus en décentralisation dans les CASES (au Ruisseau et à la Saline-les-Hauts notamment). Voir les spectacles programmés sur le site de la Mairie : http://www.mairie-saintpaul.fr

L E J O U R N A L D E S A I N T- PA U L - S U P P L É M E N T D E L’ A R C H I P E L N ° 5 7

WOMEX ARTIST AWARD 2010

POUR DANYEL WARO

Danyel Waro décroche le prestigieux « Womex Artist Award 2010 ». L’initiateur de « Batarsité » reçoit ainsi la récompense de l’artiste de l’année décernée par le marché international de la musique world dont le siège présente l’artiste réunionnais comme « le héros sans compromis du maloya de l’île de La Réunion ». Cette distinction, l’artiste aux paroles engagées qui vient d’ailleurs de sortir un nouveau CD « Aou Amwin » ne l’a pas volée. Saint-Paulois de Bois Rouge, Danyel Waro est ainsi reconnu pour son assiduité et sa régularité au service du patrimoine culturel réunionnais. Un « musicien très spécial, chanteur et rimeur tout autant que militant, qui a combattu des décennies durant, pour garder en vie le trésor musical de l’océan Indien », poursuivent les responsables du Womex. Le prix sera remis le 31 octobre prochain à Copenhague lors de la cérémonie des Awards.


ÉVÉNEMENT 13

IN TACON ZANIMATIONS De nombreuses animations rythment le calendrier culturel de la Commune depuis le début de l’année. Entre, la Journée inter-

nationale de la Femme, le Nouvel An chinois et le Nouvel An tamoul… le succès fut à chaque fois au rendez-vous.

L E J O U R N A L D E S A I N T- PA U L - S U P P L É M E N T D E L’ A R C H I P E L N ° 5 7


14 POLITIQUE DE L’OPPOSITION

LA LOI DU 27 FÉVRIER 2002 PRÉCISE LES LIMITES DU DROIT À L’EXPRESSION DES MEMBRES DE L’OPPOSITION MUNICIPALE. UN DÉLAI A ÉTÉ FIXÉ POUR L’EXERCICE DE CE DROIT. AUCUN TEXTE NE NOUS A ÉTÉ ADRESSÉ DURANT CE DÉLAI POUR UNE PUBLICATION DANS CE NUMÉRO DU JOURNAL DE SAINT-PAUL, SUPPLÉMENT DE L’ARCHIPEL N° 57.

LITTÉRATURE : « ORLANE ET LES MOTS SACRÉS » DE MARIE-CLAUDE DERBY

« Orlane et les mots sacrés » prend place dans les « rayons livres » des distributeurs locaux. Il s’agit du roman « fiction jeunesse » de Marie-Claude Derby, saintpauloise et agent administratif à la Mairie de Saint-Paul. L’ouvrage a été édité chez « Velours ». « Orlane et les mots sacrés » retrace les péripéties d’une enfant du cirque. Une petite fille de neuf ans et demi qui n’a qu’un seul rêve : devenir une grande trapéziste, telle que fut sa mère, Anna, disparue étrangement lors d’un tour de magie. À la veille des dix ans de la fillette, sa grand-mère maternelle lui apprend lors d’une apparition dans sa roulotte, l’existence d’un monde différent au sein duquel vivent uniquement les artistes de cirque. Elle découvre que sa mère est maintenue prisonnière dans ce royaume qui est en danger, et qu’elle est la seule à pouvoir la sauver… Émerveillement et suspens garantis ! Le roman est disponible notamment à Saint-Paul à la librairie Eugène Dayot, à la librairie des Roches Noires, chez Super U et dans le réseau de l’ARDP dont la librairie Gérard à Saint-Denis.

MUSIQUE : « LABORIEUSE » ENFANTE ENFIN D’UN CD

Après plus de trente ans de scènes, la troupe « Laborieuse » sort enfin son 1er CD de 5 titres, dont « M. Dilo », le titre de l’album. Trente années d’une existence mouvementée au cours de laquelle la formation a tenu le coup grâce à la fidélité du public. Le clip accompagnant le titre phare est visible depuis peu sur Télé Kréol et Kanal Austral. Aujourd’hui, le groupe familial, créé par Euzèbe Zitte et basé à la Saline, espère profiter de l’inscription du maloya au patrimoine mondiale de l’Organisation des Nations Unies pour l’Éducation la Science et la culture (UNESCO) pour faire reconnaître la qualité de son travail et la musique réunionnaise. (Pour contacter « Laborieuse » : 0692 01 26 50)

« Je n’ai rien dit à personne j’ai écrit en cachette », raconte l’écrivain. C’est avec beaucoup d’humilité que Georges Lazarre parle de son livre et de l’écriture : un art noble, « une forme de reconnaissance » à part. « Le crépuscule des amants » est une plongée fantastique au cœur de la baie de Saint-Paul, personnage à part entière de ce roman. Tomtom Zaman s’est retrouvé en marge de la société après la mort de sa fille. L’homme est devenu amnésique et mène une vie de marginal. Il va cependant recouvrir la mémoire à la suite d’une violente et inattendue tempête de neige aux conséquences terribles. Dès lors, il va tout faire afin de regagner une place dans la société et pour retrouver son épouse disparue. Georges Lazarre met en scène une histoire d’amour au sein d’un décor neigeux surréaliste. La ville de Saint-Paul et surtout la baie sont les témoins silencieux de l’histoire d’amour à rebondissements de Tomtom Zaman. Avis aux amateurs, le livre de Georges Lazarre est disponible sur le site amazone.fr et sur le site des éditions Bénévent.

SAINT-PAUL EST UNE TERRE DE CULTURE, UNE VILLE QUI ABRITE DE NOMBREUX TALENTS. À l’image de Georges Lazarre, rédacteur en chef à la direction de la communication de la mairie de Saint-Paul, l’ancien journaliste se lance dans l’écriture et transforme l’essai. Son premier roman : « Le crépuscule des amants » paru depuis quelques semaines aux éditions Bénévent et sera disponible très prochainement sur l’île.

L E J O U R N A L D E S A I N T- PA U L - S U P P L É M E N T D E L’ A R C H I P E L N ° 5 7

Un grand bravo à toi Georges, à quand le prochain ? Tes collègues !


POLITIQUE DE LA MAJORITÉ 15

I FAUT FAIT AVANCE ZOT KARTIÉ, EK ZOT POU ZOT Le développement de Saint-Paul est bien en marche. Les exemples sont concrets. Aujourd’hui, les chantiers et les réalisations sont là : le centre-ville est en cours de rénovation, des travaux importants ont été entrepris dans les écoles, la RHI de Bois Rouge est à mi-parcours, Sans Souci avance, les habitants du chemin Morel seront bientôt propriétaires dans un quartier rénové… Les engagements – que nous avons pris dès notre élection, pour que Saint-Paul avance – prennent corps. C’est un fait. Mais rien ne se fait sans la population. Tout est réalisé en concertation. Nous voulons donc développer Saint-Paul « ek zot tout’, pou zot tout’ ». La concertation : c’est notre leitmotiv. Récemment encore, nous avons convié les habitants de Macabit afin qu’ensemble nous puissions travailler au devenir de ce quartier qui en a tant besoin. Depuis plusieurs années, nous savons que beaucoup de promesses ont été faites à la population par les différentes municipalités successives, mais au final rien n’a vraiment bougé, la situation est restée la même. Depuis plusieurs mois, il a été demandé aux services de la mairie de réfléchir à la meilleure façon d’intervenir sur ce secteur, pour que les 150 familles de Macabit bénéficient comme tous les autres saint-paulois des mêmes conditions d’existence. Un quartier où les difficultés sont évidentes comme partout ailleurs sur la commune. Les routes d’accès sont nettement insuffisantes et mal calibrées, les réseaux existants (eau, électricité) sont sous dimensionnés, les réseaux d’assainissement sont inexistants. À cela s’ajoute le fait qu’une partie du quartier est classée en zone agricole à protection forte et qu’une autre partie des terrains est inconstructible. Malgré les difficultés concrètes, le conseil municipal du 27 mai dernier a autorisé les travaux d’amélioration des conditions sanitaires des logements sous certaines conditions. En effet, en attendant qu’une solution définitive soit mise en œuvre il n’était pas possible de laisser les choses en l’état. Cette mesure permettra là où l’urgence se fera sentir d’accorder des droits à ceux qui en auront besoin. Déjà, une famille a pu bénéficier de ce dispositif. La concertation qui nous est si chère suppose aussi que l’on dise les choses lorsqu’elles ne vont pas bien.

Pour qu’ensemble nous puissions trouver des solutions adéquates, dans la mesure du possible et dans le respect des réglementations. Allusion faite aux constructions illégales dont il nous a été fait état. Ces constructions pourraient à terme bloquer le projet d’aménagement global qui sera mis en œuvre, pénalisant de fait l’ensemble de la population. Comment accepter de vivre dans des conditions difficiles quand on voit que son voisin en bravant la loi s’arroge des avantages particuliers ? L’intérêt général doit primer sur les intérêts particuliers. Compte tenu des dispositions que le conseil municipal a mis en œuvre dernièrement, il faut savoir que la commune aujourd’hui ne tolèrera plus toute construction qui n’entrerait pas dans le domaine légal. Il n’est pas juste que ceux qui enfreignent la loi, qui plus est sur le domaine public communal, améliorent leur situation au détriment des autres familles. Cela ne sera pas facile pour tout le monde, mais chacun doit prendre ses responsabilités pour le bien commun. Avec la volonté de tous nous pouvons donner toutes les chances à chaque quartier, pour que les enfants qui y naissent ne soient pas défavorisés par rapport à ceux qui naissent dans un autre quartier. Nous sommes donc attachés à la concertation. Tout doit se faire dans la transparence. C’est à ce titre que nous avons souhaité partager avec les commerçants, le travail que nous avons entrepris sur la zone balnéaire en général, et sur Saint-Gilles en particulier. Un travail axé sur une enquête réalisée par la CCIR à la demande de la commune. Nous estimons logique d’en communiquer les résultats. Il ressort de ces enquêtes le constat unanime et la volonté partagée qu’il est urgent de traiter la question des déchets, de la qualité des espaces publics (voiries, esplanade, places, berges de la ravine, port…) et du stationnement dans le cœur de SaintGilles-les-bains. Nous le savons tous, le bassin de vie de Saint-Gilles-les-Bains qui part de Boucan Canot à la ravine Trois Bassins, est un espace éminemment stratégique pour la commune de Saint-Paul, mais aussi pour La Réunion. Il exerce un leadership de fait, au niveau du tourisme réunionnais, avec près de la moitié des hébergements hôteliers de l’île. Un nouveau dynamisme et une meilleure qualité de vie pour TOUS (habitants, touristes, acteurs économiques), sur cette partie de notre territoire, qui en a bien

besoin, est une nécessité. En procédant de manière globale, nous avons pour ambition d’intervenir sur tous les champs nécessaires au développement de notre cité (urbanisme, aménagement, économie, politique de la ville, culture, sport…) pour enfin aboutir à des solutions partagées, mais surtout à des solutions concrètes et opérationnelles à court et moyen terme. Par ailleurs, il est prévu un ensemble d’interventions pour apporter des solutions dans trois domaines importants : l’aménagement et l’urbanisme, l’environnement et l’animation. Aujourd’hui, nous ne pouvons plus aménager la ville sans tenir compte de tous les paramètres indispensables à un fonctionnement cohérent (circulations douces, place de la voiture, embellissement, gestion des différents usages…). Les aménagements doivent se faire en maillant les différentes parties de la ville, tout en mettant en place des liaisons avec l’arrièreplage comme le préconise le travail effectué par ODIT France. Les manifestations culturelles et l’animation doivent également être au service de l’épanouissement personnel et l’un des moteurs du développement touristique. Aujourd’hui, le travail effectué n’est pas encore suffisant. L’implication de tous (collectivités, hôteliers, restaurateurs, commerçants…) permettra à terme de dynamiser la zone balnéaire dans le contexte d’une ville balnéaire. Depuis plusieurs années une multitude d’études a été effectuée sur le secteur de Saint-Gilles-les-Bains, des sommes importantes ont été dépensées, mais au final le constat général est que les choses n’ont pas avancé. Bien au contraire, nous avons vu le dynamisme de la zone balnéaire décliné peu à peu et la qualité de vie des résidents se dégrader. C’est pour cela que nous avons souhaité valoriser tous les éléments existants, mobiliser toutes les compétences afin de mettre les moyens pour réussir un développement harmonieux de ce bassin de vie qui compte aujourd’hui plus de 18 000 habitants au total. La méthode est essentielle. Sans méthode et sans organisation, aucun chantier ne peut aboutir. C’est pourquoi lors des discussions, au fil de nos rencontres, il est important que nous puissions adopter ensemble une bonne méthode de travail. En effet, nous devons réussir ensemble le défi de redonner à la commune de SaintPaul sa place parmi les grandes communes de La Réunion.

L E J O U R N A L D E S A I N T- PA U L - S U P P L É M E N T D E L’ A R C H I P E L N ° 5 7


16 HOMMAGE

15 FAMILLES SAINT-PAULOISES

À L’HONNEUR La médaille de la famille française a été décernée à 15 familles saintpauloises. Cette distinction traduit la reconnaissance de la Nation. Elle est remise aux personnes qui élèvent ou ont élevé de nombreux enfants. Souvent, a fortiori ici à La Réunion, elles ont dû faire bien de sacrifices, faisant l’impasse sur ce qui peut paraître comme du luxe ou du superflu. « Vous avez fait preuve d’une grande richesse : celle du cœur, celle de l’âme », expose Jean-Marc Gamarus, 1er adjoint. « Souvent avec peu de moyens, vous avez su élever vos enfants dans la dignité au sein de la cellule familiale vecteur des plus nobles vertus que sont le goût de l’effort, la solidarité, le respect de soi et des autres. Vous leur avez prodigué toute votre affection, votre amour afin de les aider à grandir avec élégance, afin de faire de ces enfants (de VOS enfants), des hommes et des femmes conscients et responsables. Bref, vous avez tenu avec abnégation, votre rôle de balise, celui de point de repère. Et cette distinction que nous sommes fiers de VOUS remettre, résulte aussi de la grande la reconnaissance de la Municipalité. »

MÉDAILLE D’OR DE LA FAMILLE FRANÇAISE SAMEDI 29 MAI 2010

Centre de vacances à l’Ermitage IDENTITÉ

NOMBRE D’ENFANTS

M Anne-Marie SOUPAPOULE

6 enfants vivants (3 décédés et 4 morts-nés)

Mme Léone Marie Thérèse SOUPRAMANIEN

8 enfants vivants (3 décédés)

me

Mme Noémie LANGLET

8 enfants vivants

Mme Reine Hélène SAUGRIN

9 enfants vivants (2 décédés)

Mme Marie Edwige NARIN

ABS

Mme Suzelle NANY

8 enfants vivants (3 décédés)

Mme Marie Lucile LOGORAS

7 enfants vivants (1 décédé)

Mme Marie Lia BOUGET

8 enfants vivants

Mme Marie-Thérèse SOPHIE

9 enfants vivants (1 décédé)

Mme Marie Émilia Virginia ANAMOUTOU

9 enfants vivants (1 décédé)

Mme Marie Georgette PERROT

10 enfants vivants (2 décédés)

Mme Marie Daisy HOARAU

8 enfants vivants

Mme Marie-Elisabeth MARIE-FRANÇOISE

17 enfants vivants (5 décédés)

Mme Marie Solange MERION

8 enfants vivants

M Marie France Suzette GARDENAT

12 enfants vivants

me

Profile for David EGATA-PATCHE

Journal de Saint-Paul  

Journal de Saint-Paul d'aout 2010

Journal de Saint-Paul  

Journal de Saint-Paul d'aout 2010

Advertisement

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded