{' '} {' '}
Limited time offer
SAVE % on your upgrade.

Page 1

ÉLECTIONS CCI La mandature sarthoise 2016-2021... p4

NOUVELLES TECHNOLOGIES Le Mans intègre le réseau French Tech... p10

BOUTIQUES ÉPHÉMÈRES Une tendance durable... p14

maine éco LE MAGAZINE ÉCONOMIQUE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE DU MANS ET DE LA SARTHE

SOUS-TRAITANCE INDUSTRIELLE

Jouer collectif pour être agile N°183 FÉVRIER 2017


TAP. exé: 260x 180 mm_ FR _QUADRI _ TALENTO PRO NAY 185 EUROS_ Encrage total= 220 % _ VS _laser à 100% _ N' 022323

�OUVEAU TALENTO --

FIATPROFESSIONAL.FR

'of

VOTRE TALENT A UN NOUVElU SU�l?ORTER

--À SEULEMENT --

185 € HT/MOIS< 1> ENTRETIEN, GARANTIE,

KIA MOTORS FRANCE - 383915295 RCS Nanterre

VÉHICULE DE REMPLACEMENT T ASSISTANCE INCLUS

40SOUTlttNERGY

IL Y A 10 ANS, MICHELE GR4SSI A EU L'IDÉE D'UNE MÉTHODE INNOVANTE POUR JXPLOITER L'ENERGIE DES-VAGUES. AUJOURD'HUI, SON [NVENTION REVOlUTIONNAIRE EST SUR LE POINT DE FAIRE SON ENTREE SUR LE MARCHE PLEIN D'AVENIR DE L'ÉNERGIE PROPRl

PACK PRO NAV 1.6 MULTIJET 9S CH

SURÉQUIPÉ + 3 ANS DE GARANTIE, ENT RE TIEN, V ÉHICULE DE REMPLACEMENT ET ASSISTANCE 24/24 INCLUS RÉGULATEUR DE VITESSE - RADAR DE RECUL - CLIMATISATION - AUTORADIO AVEC ÉCRAN TACTILE 7" ET GPS INTÉGRÉ - RÉTROVISEUR ANGLE MORT - 6,5 L/100 KM!21

(1) Détails et conditions disponibles surwww.fiatprofessional.fr. Offre non cumulable réservée aux professionnels (hors loueurs, administrations et clients Grands Comptes) pour toute commande d'un Talento Fourgon Tôlé passée jusqu'au 31/03/2017 auprès de votre distributeur agréé Fiat Professional participant . Sous réserve d'acceptation de votre dossier par FCA Leasing France 342 499 12 6 RCS Versailles. (2) Consommation mixte de Talento Fourgon Tôlé 1.0 CH1 1.6 MultiJet 95 ch Pack Pro Nav. Version présentée avec projecteurs antibrouillard AV -" FCA CAPITAL F,ance (+ 150€ HT). jantes alliage 17" Matt Black (+550€ HT), peinture métallisée (+500€ HT), 2' porte latérale coulissante tôlée (+350€ HT). Pack Peinture intégrale (+2 40€ HT).

NSA

PROFESSIONNEL COMME VOUS

5, bd Pierre Lefaucheux 72100 LE MANS - 02 43 85 25 00 www.saussereau.com Votre Conseiller Ventes Sociétés Pascal Louy au 06 80 44 92 49 ou p.louy@nsa-lemans.fr 16/01/2017 17:351

260_180_TAP_TALENTO_PRO_NAV_185_FU_022323.indd 1

à partir de

hybrid

L’hybride version design.

255 €

/mois *

1er loyer majoré de 2 500 € LLD 49 mois

Hyundai IONIQ hybrid lauréate des Trophées Argus 2017 dans la catégorie Compactes Rejoignez la Génération IONIQ. Équipements de série : Assistance active au maintien de voie - Caméra de recul - Freinage d’urgence autonome Régulateur de vitesse adaptatif - Boîte de vitesse DCT à double embrayage

DISTRIBUTEUR

HYUNDAI

26, bd Pierre Lefaucheux 72100 LE MANS - 02 43 39 15 39

www.saussereau.com

Consommations mixtes de la gamme Hyundai IONIQ Hybrid (l/100 km) : de 3,4 à 3,9. Émissions de CO2 (en g/km) : 79 à 92.

*Location Longue Durée sur 49 mois et 60 000 km pour une Hyundai IONIQ hybrid Intuitive : un 1er loyer majoré de 2 500 € suivi de 48 loyers mensuels de 255 € (hors assurances facultatives et prestations). Offre réservée aux particuliers valable jusqu’au 31/03/2017 dans le réseau participant, et sous réserve d’acceptation du dossier par Hyundai Finance, département de SEFIA - SAS au capital de 10 000 000 € - 69 av. de Flandre - 59700 Marcq-en-Barœul - SIREN 491 411 542 RCS Lille métropole. Modèle présenté : Hyundai IONIQ hybrid Creative : Location Longue Durée sur 49 mois et 60 000 km, un 1er loyer majoré de 2 500 € suivi de 48 loyers mensuels de 315 € (hors assurances et prestations facultatives).

Ioniq_Presse_A5_20161222.indd 1

22/12/2016 17:22


édito

Noël Peyramayou, président de la Chambre de commerce et d’industrie du Mans et de la Sarthe president@lemans.cci.fr

N° 183 - FÉVRIER 2017 MAGAZINE BIMESTRIEL ÉDITÉ PAR LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE DU MANS ET DE LA SARTHE 1, bd René Levasseur CS 91435 72014 LE MANS CEDEX 2 Tél. 02 43 21 00 00 Fax 02 43 21 00 50 www.maineeco.fr

Directeur de la publication : Noël Peyramayou Rédactrice en chef : Maryse Gauthier Rédactrice en chef adjointe : Karine Méteyer Ont collaboré à ce numéro : Emmanuel Chevreul Élise Pierre Pierre-Jacques Provost Photos : Édito : Noël Peyramayou © Jacques Hirn CCI - Droits réservés pour “La vie des entreprises” Couverture : © Ad'hoc photographieMarc Bouilloud, Cema Technologies

Des hommes et des moyens Les élections consulaires qui se sont déroulées fin 2016 vous ont permis d’élire vos nouveaux représentants à la CCI du Mans et de la Sarthe. De cet acte de démocratie économique, je veux retenir deux choses principales : - u ne participation en hausse : près de 2 000 d’entre vous ont souhaité contribuer à faire vivre la représentativité économique en Sarthe, - u n renouvellement à 80 % des équipes élues qui s’engagent bénévolement au service du territoire. L’équipe nouvellement élue s’est déjà mise au travail sur l’important dossier de la taxe d’apprentissage, qui représente une ressource financière essentielle au développement des formations portées par la CCI, au profit des jeunes et des entreprises du territoire. C’est pour une entreprise le seul impôt dont elle peut choisir librement l’affectation pour soutenir son territoire. Chefs d’entreprise, vous devez vous saisir de cette possibilité pour garantir aux écoles de la Chambre les ressources qui leur permettront de dispenser une formation de qualité au profit des jeunes et de vos salariés ! Pour 2017, le réseau consulaire a pu compter sur quelques députés courageux pour amender le projet de loi de Finances initial et supprimer la nouvelle baisse des dotations de l’État qui aurait eu des effets directs sur nos activités et sur notre capacité à accompagner les entreprises sarthoises. C’est sur ces bases que votre CCI va poursuivre sa rénovation et sa mutation pour vous offrir des services en adéquation avec vos demandes et les exigences de notre temps !

Maquette - Mise en page - Gravure : Okaparka Publicité : Maine Éditions, Pascal Tauvel Tél. 02 43 24 23 42 ou 06 08 16 69 79 maine.editions@wanadoo.fr Impression : Auffret Plessix Tirage : 16 700 exemplaires ISSN : 1269-6633

Noël PEYRAMAYOU

!

maine éco février 2017 1


sommaire 4 Actualité

Au Mans, la dynamique French Tech est en marche

10

Élections CCI La mandature sarthoise 2016-2021

6 La vie des entreprises 10 Actualité

Le Mans Tech Un esprit de cohérence et d’audace

13 Tourisme

Tourisme d'affaires Les acteurs sarthois se mobilisent

14 Commerce

Boutiques éphémères Une tendance durable

17 Entreprise Happy Business

14

Un vrai réseau social non virtuel !

18

Compteurs électriques intelligents Linky se déploie en Sarthe

Les boutiques éphémères s'installent dans le paysage commercial

20 International

Pologne L'attraction de l'Est

22 Juridique

Droit social Actualité à suivre…

24 Dossier

20 Pologne, l'attraction de l'Est

Sous-traitance industrielle Jouer collectif pour être agile

31 Formation

Taxe d'apprentissage Faites confiance à votre OCTA interconsulaire

32 Focus

38 D’une communauté de communes… à l’autre

L’Orée de Bercé-Belinois Démographie et économie en croissance

40

Loi NOTRe An 1

43 Conjoncture

38

L’Orée de Bercé-Belinois, démographie et économie en croissance

44 Lu pour vous

46 Découvertes

Fonderie d'art Macheret Quels talents !

48 Changement de propriétaire

2 maine éco février 2017

Indicateurs économiques Enquêtes mensuelles de conjoncture

Annonces Bodacc Sarthe


agenda DOSSIER

7 février - 7 mars - 4 avril - 2 mai Réunion d'information : bilan de compétences et VAE CCI Contact : IDC - Caroline Chevereau au 02 43 21 58 10

7 février

9 h - 17 h 30 : Formation "Maîtriser les Incoterms 2010" CCI Contact : CCI - Myriam Reuzé au 02 43 21 00 12

7 février

14 h 30 - 16 h 30 : Atelier à destination des communautés de communes et communes : "comment appréhender les nouveaux enjeux économiques ?" CCI Contact : CCI - Lydie Javelle au 02 43 21 00 31

7-9 février

SOUS-TRAITANCE INDUSTRIELLE

Jouer collectif pour être agile

Semaine de l'industrie Contact : UIMS au 02 43 24 48 56

21 mars

9 h - 12 h : Conférence "Présentation de la norme Iso 45001" CCI Contact : CCI - Katy Rondeau au 02 43 21 00 37

22 mars

9 h - 12 h 30 : Workshop "Vendre en ligne à des clients étrangers" CCI Contact : CCI - Myriam Reuzé au 02 43 21 00 12

22 mars

14 h - 17 h 30 : Workshop "Maîtriser le crédit documentaire à l’exportation" CCI Contact : CCI - Myriam Reuzé au 02 43 21 00 12

Ouest Industries Salon interrégional de l'industrie, soustraitance industrielle, machines-outils, robotique Parc des expositions, Rennes

23 mars

9 février

28 mars

8 h 30 - 14 hCaravane Industrie du futur Manitou, Ancenis Contact : CCIR - Philippe Epaillard au 02 40 44 63 51

24 février

9 h - 11 h 30 : Réunion "Aides export : financer votre démarche export" CCI Contact : CCI - Éric Mital au 02 43 21 00 12

Si les carnets de commandes commencent à se regarnir, les trésoreries à se reconstituer et que le nombre de défaillances est à la baisse, confirmant la reprise pour 2017, la situation économique est encore contrastée. En Pays de la Loire, les sous-traitants industriels jouent collectif afin de gagner en agilité pour mieux s’adapter à leurs donneurs d’ordre… et anticiper leurs besoins en proposant des services toujours plus innovants !

20-26 mars

28 février

Date limite de versement de la taxe d'apprentissage Contact : CCI au 02 43 21 00 51

2 mars

18 h 30 : Conférence "Brexit : peut-on déjà l’anticiper en entreprise ?" CCI Contact : CCI - Myriam Reuzé au 02 43 21 00 12

14 h 30 - 16 h 30 : Atelier à destination des communautés de communes et institutions : "Quel projet usages numériques pour votre territoire ?" CCI Contact : CCI - Angélique Barré au 02 43 21 00 31

2-8 avril

Mission de prospection en Chine et à Hong Kong Organisée par CCI International Pays de la Loire Contact : CCI International - Isabelle Nevers au 02 40 44 62 65

3-4 avril

9 h - 17 h 30 : Formation "Sécuriser sa supply chain import/export" CCI

9 h - 17 h 30 : Formation "Optimiser et fiabiliser les procédures douanières intra et extracommunautaires" CCI

Contact : CCI - Myriam Reuzé au 02 43 21 00 12

Contact : CCI - Myriam Reuzé au 02 43 21 00 12

9 mars

6 avril

Journée Pays Pologne CCI Contact : CCI - Éric Mital au 02 43 21 00 12

18 mars

9 h - 17 h : Portes ouvertes du Centre de formation d'apprentis CCI Le Mans Sarthe 132 rue Henri Champion au Mans www.cfa.lemans.sarthe.cci.fr

19-22 mars

Mission de prospection aux Émirats Arabes Unis Organisée par CCI International Pays de la Loire Contact : CCI International - Isabelle Nevers au 02 40 44 62 65

18 h 30 : Conférence "Exporter et distribuer ses produits à l’international, astuces et pièges à éviter" CCI Contact : Sarthe International - Karine Cerutti au 02 43 21 00 56

11 avril

9 h - 11 h 30 : Réunion "Le volontariat international en entreprise et ses atouts" CCI Contact : CCI - Éric Mital au 02 43 21 00 12

15-16 avril

24 Heures motos Circuit Bugatti, Le Mans maine éco février 2017 3


actualité

ÉLECTIONS CCI

La mandature sarthoise Les entreprises du commerce, de l’industrie et des services ont été appelées à élire, du 20 octobre au 2 novembre derniers, leurs représentants dans les chambres de commerce et d’industrie pour un mandat de cinq ans. Cette élection a permis à 16 400 entreprises des secteurs du commerce, de l’industrie et des services de s’exprimer pour élire les 36 représentants à la CCI du Mans et de la Sarthe, qui ont réélu à l’unanimité leur président, Noël Peyramayou. transformation numérique, environnementale ou énergétique ; - pour assurer la formation des jeunes et des adultes en lien étroit avec les besoins des entreprises ; - pour créer de l’activité et de l’emploi.

La nouvelle équipe d'élus de la CCI sarthoise.

D

ans un monde en mutations profondes et nombreuses, il nous appartient à nous, entrepreneurs, d’inventer l’avenir et de créer les conditions de réussite de nos entreprises et de notre territoire, soulignait Noël Peyramayou lors de sa campagne aux élections consulaires. Pour atteindre de tels défis, la CCI du Mans et de la Sarthe, seule collectivité entièrement dédiée à l’économie, doit être conduite par des commerçants, des industriels et des entrepreneurs, femmes et hommes audacieux, compétents ; par une équipe 4 maine éco février 2017

soudée, riche de talents divers, motivée par l’intérêt collectif." Les nouveaux représentants élus partagent ainsi une cause commune : le développement économique, la formation et l’emploi. C’est une nouvelle génération d’élus de proximité qui va s’investir bénévolement dans le développement économique du territoire et notamment avec la Région et les intercommunalités. Cette nouvelle mandature, placée sous le signe des transformations digitales, énergétiques, entrepreneuriales, démarre avec des hommes et des

femmes de l’entreprise, riches de leur expérience d’entrepreneurs, garants d’une approche pragmatique pour agir toujours au plus près des attentes des PME et des TPE du département. Pour mémoire, les élus des CCI sont des partenaires privilégiés : - pour représenter les entreprises à l’échelle de tous les territoires ; - pour accompagner toutes les entreprises, de leur création à leur transmission, en passant par l’internationalisation ; - pour soutenir les entreprises dans leur

"Cette confiance que m’ont renouvelée les nouveaux élus en me reconduisant à mes fonctions de président m’honore car, malgré les coups de boutoir portés à notre réseau depuis quelques années, la CCI du Mans et de la Sarthe demeure plus que jamais un acteur majeur de l’avenir du territoire, a indiqué Noël Peyramayou, lors de son discours d’investiture. De ce point de vue, la destinée de notre établissement sera naturellement liée au contexte national, mais aussi à notre capacité à être des bâtisseurs d’avenir… avant de poursuive que, cette confiance m’oblige à garantir à la CCI sarthoise toute la place qui lui revient dans la gouvernance régionale et dans les orientations qui seront données à notre réseau dans les prochaines années. La CCI sera un acteur impliqué au niveau régional, tant par son président que par ses élus." Avant de conclure que "cette confiance m’oblige à faire de cette mandature un succès, non pas pour nous-mêmes, élus consulaires, mais pour toutes celles grâce à qui nous sommes là aujourd’hui : les entreprises sarthoises." ◗◗ Maryse Gauthier


actualité

2016-2021 Membres titulaires de la CCI Le Mans Sarthe  LLETON Christophe A Gérant SARL ACMAN LE MANS / Activité : Fleuriste

 AVID Philippe D PHD Hôtellerie LE MANS / Activité : Hôtellerie

 ARIL Christophe B Gérant BUREAU 2 CHANGE LE MANS / Activité : Bureau de change

 ELAMARE Denis D Expert associé SAS STREGO LE MANS Activité : Expert-comptable Commissaire aux comptes Trésorier CCI 72

 AUDRY Jérôme B Gérant SIMTEL CHAMPAGNÉ / Activité : Télécommunications  RETON Stéphane B PDG SCOP SA ANFRAY GIORIA ÉLECTRICITÉ LE MANS / Activité : Entreprise générale d’électricité Président de la commission consultative des marchés publics CCI 72  UCHET Christophe B Président SAS SARR (Signalisation Accessoires Revêtements Réflecteurs) LE MANS / Activité : Fabrication et commercialisation de produits de signalisation Trésorier-adjoint CCI 72  ANAL Audrey C Gérante DUO QUATRO FIVE LE MANS / Activité : Institut de beauté  HABANE Saïd C Président COSNELLE CHERRÉ / Activité : Agroalimentaire Vice-président Commerce CCI 72  ONSTANS Yann C Président CONSTRUCTIONS B. FOURNIGAULT LA CHAPELLE-SAINT-AUBIN / Activité : Constructions BTP  AGONEAU Thomas D Gérant PARTNERS’CONCEPT LE MANS / Activité : Agence événementielle

 ORISE Philippe D Président MÉCACOUPE (Groupe Dorise) LE MANS / Activité : Fourniture et équipements industriels F AULIN Grégoire Gérant MAGE LE MANS / Activité : Personnalisation textiles et objets publicitaires F AURE Brigitte Gérante SARL BRIOLEMA LE MANS / Activité : Prêt-à-porter F OUQUET Gilles PDG IMPRIMERIE TREMOUILLATFOUQUET (ITF) MULSANNE / Activité : Imprimerie  ALAND Jean-Philippe G Dirigeant SAS BLANCHARD CHANGÉ / Activité : Carrosserie industrielle  IRARD Romain G Gérant SARL GIRARD OUTILLAGE SAINT-OUEN-EN-MIMBRÉ / Activité : Mécanique de précision  ODEAU Benoît G Gérant FIM’PRO CHANGÉ / Activité : Installation, entretien, SAV de portes industrielles et équipements quais  ENNIN Jean-Paul H Gérant SOCIÉTÉ HENNIN-CANOVAS LE MANS / Activité : Immobilier  ENRY Christophe H Gérant AXA France LE MANS / Activité : Agent d’assurances

 EULIN Marc H Gérant SELARL PHARMAFI “PHARMACIE DE PARIS” LE MANS / Activité : Pharmacie J OUANGUY Jean-Jacques Directeur territorial d'ENEDIS LE MANS / Activité : Distribution d’électricité  EMP Arnaud K Gérant HLC INDUS CHANGÉ / Activité : Tôlerie, chaudronnerie, maintenance industrielle L AFFAY Jean-Marc Président NEO-DIGIT ROUILLON / Activité : Conseil, accompagnement Secrétaire CCI 72 L EBRUN Anne Expert-comptable associée SAS FITECO LE MANS / Activité : Expertcomptable Commissaire aux comptes Présidente de la commission des finances CCI 72  ASSON Estelle M Présidente SAS EAPS PONTVALLAIN / Activité : Métallerie et tuyauterie industrielle  ICHAUD-SORET Jean-Louis M Gérant AJMS SARL HARLEY LE MANS / Activité : Vente et réparation motos Harley Davidson  ORANÇAIS Philippe M Président SAS CMB LE MANS / Activité : Économie de la construction Vice-président Services CCI 72

 OURIN Anthony M Gérant SANITHERMELEC SABLÉ-SUR-SARTHE / Activité : Négoce plomberie, électricité et chauffage NOWIK Muriel PDG LA BUREAUTHÈQUE LE MANS / Activité : Aménagement intérieur et décoration des lieux professionnels Secrétaire-adjointe CCI 72  EYRAMAYOU Noël P Président NP. COM et DUVAL MÉTALU ROUILLON - LE MANS/ Activité : Constructions BTP Président CCI 72  ORTIER Véronique P Présidente du directoire GROUPE EMI et Présidente METASEVAL/IVA/ EMGP/TDM SEMUR-EN-VALLON / Activité : Découpage de précision  OTTIER Sandra P Gérante EURL UN GARS UNE FILLE SANDRO SPA LE MANS / Activité : Institut de beauté T REMBLAYE Hervé Président HV2A TREMBLAYE SAS LE MANS / Activité : Transports, logistique, location de véhicules industriels, emballage Z UCKERMAN Manuel Président SAS FIMOR LE MANS / Activité : Plasturgie F onction CCI Pays de la Loire

 ORIN Anne-Élisabeth M Gérante ETS PLASTIGOM CHAMPAGNÉ / Activité : Fabrication de chaussons et chaussures

maine éco février 2017 5


la vie des entreprises BEE LIFI

Communiquer via la lumière

P

rocédé de communication qui utilise la lumière led comme signal sans fil pour transmettre des données, le Lifi (Light fidelity) est dix fois plus rapide que le Wifi, sans ondes, inviolable et gratuit… Les leds transmettent des données à votre smartphone ou votre tablette, placé sous l'éclairage. Dans un contexte où les économies d’énergie et la préservation de la santé des individus sont incontournables, la société de conseil en ingénierie Bee Engineering (300 salariés en France, siège à Boulogne) mise sur cette technologie d'avenir. Elle a créé au Mans en septembre 2015, près de la Ruche numérique de la CCI, la marque Bee Lifi, chargée de l'ingénierie de cette technologie. Son équipe détachée au Mans - de 5 à 10 salariés en fonction des projets menés -, assure la commercialisation, l'ingénierie et l'installation de la technologie chez les clients : collectivités locales, musées, hôpitaux ou entreprises (industries, grande distribution, etc.). À partir des usages spécifiques du client, Bee Lifi ajoute un petit module sur les lampes à leds. Il est possible de recevoir des informations et d'en envoyer (via Bluetooth, réseaux hertziens ou infrarouges). Aujourd'hui, un applicatif doit être ajouté aux appareils pour recevoir les données. Mais, à partir de mi-2017, la technologie Lifi sera intégrée aux smartphones d'abord, puis aux tablettes. Selon Éric Gourmel, le responsable de Bee Lifi, la technologie va évoluer et se développer très rapidement. La France est d'ailleurs en avance sur le sujet, elle détient la moitié des brevets mondiaux.

OCE

Le laboratoire lance un réseau national en franchise

F

ort de quinze ans d'expérience dans le diagnostic technique immobilier et le contrôle environnemental, OCE à Arnage ouvre son activité de laboratoire de prélèvement d'air à la franchise. Spécialiste de la mesure d'amiante dans l'air, le laboratoire mise sur le développement en franchise, tout en poursuivant son développement en propre, afin de devenir un acteur national de proximité, proche des chantiers de ses clients. Reconnu comme problème majeur de santé publique, l'amiante largement utilisé au cours du XXe siècle, est présent dans de nombreux bâtiments. OCE contrôle l'exposition au risque amiante lors du désamiantage en analysant les prélèvements faits avant, pendant et à la fin des chantiers. Activité totalement sous-traitée jusqu'en avril 2015, elle ne l'est quasiment plus depuis la création du laboratoire d'analyse dans ses locaux pour lequel 850 000 euros ont été investis. Serge Bruneaud, le dirigeant de l'entreprise, se félicite de la progression de l'activité. En cinq ans, le chiffre d'affaires est passé de 250 000 euros à 2,5 millions d'euros et l'effectif de 4 à 25 personnes. Pour former les techniciens préleveurs, un centre de formation a aussi été ouvert. Aujourd'hui, il est élargi aux entreprises extérieures, architectes par exemple. L'objectif désormais est de mailler le territoire national, en visant en priorité le grand Ouest. Le dirigeant s'est appuyé sur le programme régional Dinamic Entreprises pour mettre en forme la politique et la stratégie commerciale. Cinq franchises ont été ouvertes en décembre 2016 sur un objectif d'une dizaine avant fin 2017 et 75 unités à l'horizon 2021. Le laboratoire s'intéresse aussi à d'autres produits dangereux pour la santé : poussières de bois et fibres céramiques réfractaires. 6 maine éco février 2017

Nouveaux locaux pour Cerfrance Mayenne-Sarthe à Cherré Présent à La Ferté-Bernard depuis plus de 30 ans, l'association Cerfrance MayenneSarthe a construit sa nouvelle agence de conseil et d'expertise comptable dans la zone d'activités du Pressoir à Cherré. Elle y accueille depuis octobre dernier ses 160 clients adhérents dans des locaux de 370 m² plus fonctionnels et accessibles. En Mayenne et en Sarthe, Cerfrance compte 18 agences de proximité, 450 salariés, 7 900 clients pour un chiffre d'affaires de 28 millions d'euros.

Cousin conçoit une machine spéciale pour l'Esat de Ballon Spécialisée dans l'étude et la réalisation de machines spéciales pour tous les secteurs industriels et l'agriculture, l'entreprise Cousin de Vibraye a fabriqué une machine pour l'Esat du Guette Midi de Ballon. Spécialement conçue pour éviter la pénibilité au travail, celle-ci est dédiée au montage des têtes d'extincteurs, une activité sous-traitée à cet établissement. Après avoir subi la crise de 2009, l'activité de la SARL a bien repris ces dernières années et l'effectif compte neuf personnes, dont le dirigeant Dominique Laude qui l'a reprise en 2010. Depuis 2014, l'entreprise a diversifié ses activités en proposant les services de maintenance industrielle et de dépannage d'urgence.

Socamaine investit à Champagné La centrale d'achat de 39 hypermarchés Leclerc du grand Ouest investit 66 millions d'euros à Champagné. Deux bâtiments d'une surface totale de 26 000 m² sont en construction sur le site de Socamaine 3 (ouvert en 2007) pour une livraison mi-2018. Un entrepôt de 42 mètres de haut sera dédié au stockage des 35 000 palettes de produits secs et sera relié au bâtiment existant par une galerie équipée d’un convoyeur de palettes. La moitié des préparations de commandes sera gérée par un processus mécanisé, en priorité pour les charges lourdes et les gros volumes. Un autre bâtiment non mécanisé accueillera les 12 000 m² de produits frais. Le projet va permettre de créer une soixantaine d’emplois.

Une nouvelle usine pour Bordeau Chesnel Le fabricant de rillettes devrait quitter son site actuel de Champagné, créé en 1970, pour construire une nouvelle usine dans la zone d'Auvours à Yvré-l'Évêque. Le projet prévoit de nouveaux bâtiments de près de 12 000 m², adaptés aux exigences industrielles (performance, qualité, sécurité, normes environnementales, etc.). La future implantation se situerait à moins de quatre kilomètres de Champagné donc très peu de changements pour les 250 salariés. Annoncé pour 2018, ce déménagement serait accompagné d'investissements dans les machines.


la vie des entreprises GPS

Un vrai potentiel de développement

CONTY

Transmission réussie

S

pécialisée dans la logistique et le montage industriel, GPS (Global Partners Services) a été créée en 2004 dans la région Île-de-France, à l'origine pour gérer l'aménagement des réserves de la chaîne de prêt-à-porter Zara. La société va vite développer son activité et son savoir-faire dans le domaine de l'installation et le montage de mobilier professionnel pour ses clients : les fabricants de mobilier d'atelier, de bureau et de rayonnage. Elle intervient dans des usines de fabrication, des groupes internationaux du domaine de l'aéronautique ou du luxe, des administrations, des sites protégés, etc. Depuis sa récente implantation au Mans en 2015, GPS se développe et se diversifie. Managée depuis peu par Florence Bouchenoire, l'entreprise compte quatre monteurs professionnels (deux embauches en 2016) et propose aujourd'hui une prestation globale : logistique, livraison, manutention, déballage, montage et implantation des meubles, évacuation des déchets et du mobilier ancien. Son offre s'élargit au transfert et à la réimplantation d'entrepôts avec une planification en amont pour limiter la perturbation de la production des ateliers. Bien située en Sarthe pour rayonner sur l'Îlede-France, la Bretagne, les Pays de la Loire ou encore l'Aquitaine, GPS mise aussi beaucoup sur la formation régulière de ses équipes pour assurer des prestations de qualité, dans le respect des règles de sécurité. Face à la forte demande de monteurs qualifiés, Florence Bouchenoire est optimiste quant au développement progressif de la société. En huit mois, le chiffre d'affaires a progressé de 15 %.

MACH'TEL

La restructuration porte ses fruits

F

abricant de machines spéciales à ses débuts en 1982, Mach'tel à Coulaines a développé ses activités dans des domaines toujours plus pointus et propose des solutions d'automatisation, du simple outillage aux lignes d'assemblage robotisées. L'entreprise travaille aujourd'hui principalement pour trois grands secteurs industriels : l'automobile, les cosmétiques et le médical. Après la crise subie en 2008, avec un recul des effectifs de 40 à 8 personnes, la nouvelle équipe dirigeante arrivée en 2010 a su repositionner l'entreprise face à la concurrence. Les actionnaires principaux, les groupes financiers SGGR et Neftis Investissement, ont créé le groupe Mach'tel en achetant Méca-Tour (mécano-soudure dans la Drôme), Mécalec Ingénierie (bureau d'études manceau) et Mécalec Vendée (usinage). Après quatre années de croissance, Méca-Tour et Mécalec Vendée ont été revendues tandis que le bureau d'études ainsi que le sous-traitant spécialisé en câblage et montage Mécalec Électricité ont été intégrés à Mach'tel. Objectif : n'avoir qu'une seule structure et la développer. Avec la certification Iso 9001 obtenue en 2013, cette restructuration a porté ses fruits puisque le chiffre d'affaires a triplé depuis 2010 (3 millions d'euros en 2016) et l'effectif a doublé (20 personnes aujourd'hui). 2017 sera l'année de l'ouverture à l'international avec une démarche active et structurée pour doubler voire tripler le chiffre d'affaires à l'export (5 à 10 % actuellement).

Entreprise d'informatique créée en 1979, Conty a connu une évolution majeure en 2016 avec le départ d'Yves Bouttier, son dirigeant depuis 1996, et la transmission de l'entreprise à deux de ses salariés, Dany Edon et Véronique Gaumet. Très bien préparée en amont depuis 2011, avec une prise de responsabilités et le rachat des actions effectués progressivement, cette transmission effective fin mars 2016 est une réussite. Les résultats du premier bilan sont encourageants avec une belle progression du résultat de 6,8 % en un an. Le chiffre d'affaires progresse de 2 % pour s'élever à 4,65 millions d'euros, avec notamment un développement de la partie "service" qui constitue la priorité stratégique de la nouvelle direction. Conty compte aujourd'hui 35 salariés, répartis sur les sites de SaintPavace, Laval et Alençon. Son activité s'articule autour de trois axes majeurs : la fourniture, l'installation et la maintenance de matériel informatique, de matériel d'impression et de logiciels de gestion. La société a toujours basé son succès sur le très haut niveau de service apporté à ses clients : PME, collectivités locales et professions libérales. Et va poursuivre sur cette voie.

maine éco février 2017 7


Delphitec crée un présentoir dynamique

la vie des entreprises

Spécialiste des maquettes industrielles et VIP, la petite SARL de Malicorne se lance dans une nouvelle activité : la conception et l'assemblage de présentoirs dynamiques, réalisés avec des sous-traitants locaux. Muni d'un grand écran tactile, ce présentoir sonorisé met en valeur une maquette ou un produit sur un plateau tournant éclairé. Il est loué au client pour être utilisé sur un stand, dans un showroom ou encore sur un espace de réception. Delphitec propose également le PDy1000 aux musées des Pays de la Loire pour lesquels il est particulièrement adapté. Pour ce projet, Philippe Girou, le dirigeant, a reçu une aide financière de la Région Pays de la Loire (Premier pas territoires d'innovation) et a déposé un dossier auprès de l'Inpi.

TECHNI CONFORT

Déménagement à La ChapelleSaint-Aubin

© Héléna Villain

S

ituée ZA des Portes de l'Océane à Saint-Saturnin, Techni Confort va déménager à La ChapelleSaint-Aubin, rue Albert de Dion, près de l'ancien centre routier. Un emplacement de 430 m² loué dans un bâtiment commercial existant, plus visible, dans une zone d'activité plus passagère, avec un nouveau showroom pour le spécialiste de l'architecture d'intérieur créé en 1974. Une décision prise dans le cadre du programme régional Dinamic Entreprises qui a révélé le besoin de redynamisation de l'entreprise. Avec un positionnement relativement haut de gamme, Techni Confort travaille essentiellement pour des particuliers pour aménager toutes les pièces de l'habitation - neuve ou ancienne - de la salle de bains au dressing. Son équipe de 19 personnes comprend quatre concepteurs, dont deux architectes d'intérieur, ainsi que des plombiers, électriciens, menuisiers, carreleurs et peintres. Christelle Chataignier, la gérante, est satisfaite de la reprise de l'activité en 2016 après deux années précédentes plus compliquées. Et 2017 commence très bien. Un deuxième showroom sous l'enseigne Vôtre est aussi ouvert dans l'hôtel particulier rénové (ancien Hôtel Coindon), situé rue de la Barillerie dans le centre du Mans.

CLAAS TRACTOR

L'usine du Mans mise sur la digitalisation

C

laas lance sur son site manceau un projet de modernisation et digitalisation. La première tranche de ce projet consiste à déployer un nouveau concept de production, sur un secteur limité de la chaîne d'assemblage, avec la mise en place d'outils numériques, qui viendront apporter un soutien à l'opérateur. 2,6 millions d'euros seront investis en 2017. Ensuite, il est prévu de déployer ce concept sur l'ensemble de la production. L'enjeu pour l'usine est de répondre à la complexité du plan produits, due à l'application de nouvelles normes réglementaires et à la diversification des marchés liée à l'internationalisation du groupe. L'usine exporte 70 % de sa production et fabrique 112 modèles de tracteurs actuellement, contre 40 en 2003. En 2021, elle en produira au minimum 135 d'où un effort cognitif grandissant pour l'opérateur, les modèles étant réalisés sur la même chaîne d'assemblage. Pour Christophe Perge, président délégué de Claas Tractor, la digitalisation vise à faire face à cette complexité tout en sauvegardant la compétitivité du site. Après le record de l'année précédente, le chiffre d'affaires du groupe Claas a reculé à 3,63 milliards d'euros en 2016, soit - 5,4 %. Ses résultats restent solides malgré la faiblesse persistante des marchés.

8 maine éco février 2017

Buisard Distribution déménage dans l'ancienne usine Venturi Le spécialiste de la distribution de pièces pour engins agricoles va déménager de la zone du Pont à Sablé-sur-Sarthe pour s'installer dans les locaux occupés précédemment par Venturi, zone de la Fouquerie à Solesmes. L'entreprise a acheté les 20 000 m² de terrain, 5 400 m² d'atelier et 600 m² de bureau à l'intercommunalité pour un montant de 1,3 million d'euros. Ce transfert est annoncé pour mai prochain. Ancienne filiale du groupe Buisard, le fabricant de cabines d'engins agricoles et de manutention, Buisard Distribution est indépendante depuis 2014 et emploie 38 salariés à Sablé.

Valeo investit à Sablésur-Sarthe L'équipementier automobile investit 22,5 millions d'euros dans son usine sarthoise spécialisée dans l'électronique et dédiée à la haute technologie (développement de la troisième génération du système stop-and-start, micro-hybridation). Dix millions l'ont été en 2016 et 12,5 millions le seront cette année. Ce site est au cœur de la stratégie du groupe qui a réalisé un chiffre d'affaires de 14,5 milliards d'euros en 2015. Bonne nouvelle aussi du côté de l'emploi à Sablé qui a augmenté de 10 % ces trois dernières années (480 salariés) avec des recrutements qui vont se poursuivre.

Le site de e-commerce LDLC ouvre une boutique au Mans Spécialiste du matériel informatique vendu en ligne, LDLC développe un réseau de boutiques en franchise. Le Mans est la quatrième ouverture dans le grand Ouest. Rue Thomas Edison, particuliers et professionnels peuvent découvrir son offre de produits high-tech et multimédia ainsi que ses services comme la réparation et l’entretien de PC sur place, l’assemblage de machines et la configuration sur mesure. Le franchisé Jacques Bareau s'est entouré d'un technicien et d'un conseiller en informatique.


Électricité générale - magasin Câblage informatique Réseaux cuivre Réseaux fibres optiques Réseaux de télévision

électricité - câblage - réseau

AVENUE DU MAINE - 72190 SAINT PAVACE

Tél. 02 43 81 14 79

vincent.renhold@private-golfing.com

Contact : RENHOLD Vincent / 07 82 01 04 26

www.elcare.fr

www.private-golfing.com

infos@elcare.fr

BUREAUX ET INDUSTRIES ADMINISTRATIONS ET COLLECTIVITÉS ARCHITECTES - AGENCEURS ET MAÎTRES D’OEUVRE UN SERVICE DEDIÉ AUX PROFESSIONNELS

COMMERCES - CAFÉS, HÔTELS ET RESTAURANTS

Confort thermique Confort acoustique Stores rétro

Parasols, pergolas et stores extérieurs

Étude personnalisée

Confort visuel Stores lumineux

Découvrez  Découvrez notre Guide des professionnels 2017 ! 40 pages d’inspiration, de conseils et de références Un accompagnement technique avant-projet afin de vous différencier et vous faire profiter de notre valeur ajoutée www.linconyl.com LE MANS : 02 43

23 24 1 0

- LA FERTÉ BERNARD : 02 4 3

7 1 06 44

- P A R I S : 0 1 42 2 5 44 43

Brise-soleil maine éco février 2017 9


actualité

LE MANS TECH

Un esprit de cohérence et Le 25 juillet 2016, Le Mans a intégré le réseau French Tech sur la thématique Clean Tech & Mobility sur décision du ministère de l’Économie. Fruit d’une mobilisation sans précédent des entrepreneurs et des acteurs publics de l’agglomération mancelle, la dynamique French Tech va permettre de développer de nouvelles synergies locales autour des nouvelles technologies et, plus particulièrement, des mobilités du futur : voiture autonome, objets connectés, applications numériques innovantes…

10 maine éco février 2017

Délégation mancelle présente à Laval le 25 juillet dernier lors de l’annonce officielle de l’intégration du Mans dans les réseaux thématiques French Tech.

D

ès l'automne 2015, plusieurs acteurs économiques et élus du Mans et de la communauté urbaine ont pris l’initiative de se rassembler pour mettre en place et porter la candidature du Mans à la French Tech. "Notre volonté commune est de créer un écosystème favorable à l’implantation et au développement de start-up sur le Mans et la métropole dans le but de faire émerger, avec elles, des solutions technologiques innovantes et créatrices d’emplois. Dans ce cadre, nous avons fait le choix de nous positionner sur les nouvelles mobilités, tenant compte d’un environnement économique local dans lequel les métiers de l’industrie automobile tiennent, historiquement, une place prépondérante", résume Éric Gerondeau, directeur des sites de R&D manceau et rennais de STMicroelectronics, qui s’est impliqué dans le projet dès son origine et dont le groupe est l’un des leaders mondiaux de la microélectronique.

Des partenaires complémentaires et crédibles Pour mener à bien cette initiative, une équipe s’est constituée au sein d’une structure dénommée Le Mans Tech. Celle-ci fédère d’importantes entreprises mancelles - comme STMicroelectronics, Covéa (ex MMA), SGS, Claas, E4V, SNCF ou Orange -, plusieurs start-up locales (Soundtosight, Trovolone), la Ruche numérique de la CCI, Le Mans métropole, la Ville du Mans et le Syndicat mixte d’aménagement et de promotion de la technopole de l’agglomération mancelle (SMAT), l’Automobile club de l’Ouest (ACO), l’Institut automobile du Mans, l’université du Maine, le Centre de transfert de technologie du Mans, la Banque publique d’investissement (BPI)… "Le territoire de Le Mans métropole présente l’avantage de compter un

large éventail de constructeurs et d’équipementiers automobiles, d’entreprises de services, de chercheurs, d’élus et de responsables d’organismes internationalement reconnus, comme l’ACO, Covéa ou SGS, qui sont prêts à s’investir pleinement dans le projet en mettant en commun leurs complémentarités et leurs énergies. C’est un atout majeur que nous avons, bien évidemment, valorisé dans notre dossier de candidature, poursuit le manager de STMicroelectronics. Nous avons aussi pu mettre en exergue les courses du circuit des 24 Heures qui sont une vitrine exceptionnelle."

Des partenariats gagnant/gagnant Chacun des partenaires de Le Mans Tech sait qu’il peut trouver son intérêt dans le développement des nouvelles mobilités, des modes de transport et


actualité

d’audace des services et usages associés innovants, tant le potentiel de croissance de ce secteur est incontestable et nécessite un important travail de standardisation et d’expérimentation, par exemple autour de la sécurité de l’information, de la couverture des risques, des technologies assurant l’autonomie du véhicule… "Nous avons également bien conscience que les collaborations avec des start-up seront bénéfiques. Celles-ci vont, en effet, nous apporter leur créativité tandis que nous leur ferons profiter de solutions que nous avons développées pour le marché des véhicules dits intelligents, qui intègrent des systèmes d’aide à la conduite", explique Éric Gerondeau, dont la société travaille aujourd’hui avec plusieurs de ces jeunes entreprises du secteur numérique. "Ce sont des partenariats gagnant/gagnant." Dès à présent, le label French Tech donne une visibilité nouvelle au Mans. "Il identifie la ville et son agglomération comme un territoire d’excellence", précise Marlène Schiappa, élue de Le Mans métropole, déléguée à l’innovation technologique et à l’attractivité du territoire. De son côté, Éric Gerondeau

rappelle, qu’à ce jour, seulement 21 métropoles ont été retenues pour l'un des réseaux thématiques French Tech. "Cela démontre que les critères d’attribution sont stricts et que cette distinction reconnaît une réelle valeur ajoutée et récompense un travail rigoureux, dynamique et de longue haleine. Nous sommes, en outre, très satisfait de pouvoir faire partie du réseau Mobilité". Ainsi, Le Mans apparaît comme une destination privilégiée pour les start-up qui ont la garantie, en s’installant au sein de la capitale sarthoise, de bénéficier de conditions d’accueil privilégiées, d’un suivi sérieux et, par conséquent, d’un développement accéléré. "Nous avons, en particulier, les moyens et l’ambition de favoriser le rayonnement de ces jeunes entreprises sur les marchés internationaux, assure Éric Gerondeau. Nous pouvons leur faire profiter de nos réseaux et les accompagner sur les salons mondiaux les plus réputés, comme celui de Las Vegas (1)." En outre, les premiers retours d’expériences montrent que la French Tech permet de lever des fonds plus facilement car cela rassure les investisseurs et crédibilise les jeunes entreprises.

Éric Gerondeau, directeur des sites de R&D manceau et rennais de STMicroelectronics.

1 000 m2 de locaux dédiés aux start-up Aujourd’hui, la structure Le Mans Tech est quasi opérationnelle. Elle s’apprête, en ce sens, à occuper 1 000 m2 de locaux dédiés aux start-up sur la zone de Novaxud, à deux pas de la gare. "De plus, le Syndicat mixte d’aménagement et de promotion de la technopole de l’agglomération mancelle vient d’attribuer une subvention de 35 000 euros à notre association pour nous permettre de recruter un chargé de mission", complète Marlène Schiappa. Celui-ci aura pour mission de fédérer les acteurs locaux, de coordonner et d’animer les activités de Le Mans Tech. À l’évidence, cette embauche va permettre de donner un élan supplémentaire à la dynamique French Tech, déjà bien enclenchée, et de concrétiser différents projets. "La French Tech représente une formidable opportunité d’associer les acteurs économiques et politiques locaux pour porter, ensemble, une ambition commune. Tous ces partenaires sont clairement prêts à déployer les moyens nécessaires à la réussite de Le Mans Tech et, bien évidemment, à mettre à disposition des jeunes entrepreneurs du numérique leurs experts ainsi que les diverses infrastructures de qualité qui existent déjà sur le territoire : laboratoires de recherche performants, centres d’essai des partenaires comme SGS ou Claas, zones d’expérimentations comme le circuit des 24 Heures…", affirme avec conviction Éric Gerondeau. Le directeur de STMicroelectronics confirme également que des contacts sérieux sont en train de se nouer avec plusieurs dirigeants de start-up, déjà créées ou en devenir, originaires de la Sarthe et d’autres départements (notamment de la région parisienne).

"Nous sommes tous convaincus que les nouvelles mobilités, leurs usages et les services associés représentent un marché à fort potentiel de croissance, qui ouvrira le territoire sur des perspectives passionnantes." Avec la reconnaissance French Tech, Le Mans se donne les capacités de rester aux avant-postes de l’industrie automobile française, dont elle est l’un des berceaux et dont elle a su épouser les multiples évolutions pour préserver son attractivité, son bassin d’emploi et sa capacité d’innovation. C’est une nouvelle étape qui s’inscrit dans la continuité de l’histoire économique locale, dans un esprit de cohérence et d’audace.

◗◗ Emmanuel Chevreul

(1) 275 entreprises et structures françaises, principalement sous la bannière French Tech, ont récemment participé au salon de l’électronique de Las Vegas, considéré comme le plus grand rendez-vous mondial organisé autour des nouvelles technologies.

maine éco février 2017 11


12 maine éco février 2017


tourisme

TOURISME D'AFFAIRES

Les acteurs sarthois se mobilisent Neuf acteurs économiques sarthois s'unissent pour doper le tourisme d'affaires en Sarthe. Baptisé Businessland, ce collectif lance un plan marketing pour attirer les décideurs de Paris et des grandes métropoles nationales. globale va apporter plus. Ensemble, nous sommes plus visibles. Et cette façon décalée de nous présenter va nous différencier des autres territoires. Montrer la destination comme un grand parc d'attractions qui répond aux besoins des entreprises, c'est vraiment nouveau et surprenant."

"Progresser ensemble"

Une communication décalée : présenter la Sarthe comme le premier parc d’attractions pour entreprises à moins d’une heure de Paris.

S

arthe Développement, Le Mans Événements, la CCI, l'Automobile Club de l'Ouest, le stade MMArena, le Pôle Européen du Cheval, la salle sportive et culturelle Antarès, le Club hôtelier du Mans et le Zoo de La Flèche unissent leurs forces et leurs compétences pour assurer la promotion et l'attractivité du tourisme d'affaires en Sarthe. Pour ce collectif, baptisé Businessland, l'objectif est de développer, sur une première période de trois ans, une stratégie offensive pour valoriser la destination Sarthe auprès des entreprises et des agences d'événementiel, en particulier celles de la région parisienne, et les convaincre d'organiser leurs événements sur notre

territoire. Un projet qui s'inscrit dans la continuité de la création du site Internet www.sarthe-developpement.com/ seminaire-congres-entreprise-sarthe par Sarthe Développement et la CCI en 2008, mais beaucoup plus ambitieux.

Créer la surprise Séminaires, conventions, congrès, incentive, foires et salons… ce tourisme des entreprises représente 8,2 milliards d'euros, soit un sixième des recettes touristiques globales françaises. C'est un tourisme 2,5 à 3 fois plus rémunérateur que le tourisme de loisirs. Un marché porteur donc mais aussi de plus en plus concurrentiel. Pour se démarquer,

Businessland propose un concept inédit et surprenant : offrir aux clients une expérience nouvelle et inoubliable avec un accueil personnalisé par des professionnels du tourisme d'affaires qui travaillent main dans la main à l'échelle d'un territoire. Pour interpeller et créer la surprise, Businessland a choisi de s'afficher dans un univers décalé : le premier parc d'attractions pour entreprises à moins d'une heure de Paris. Séverine de Pablo, directrice du MMArena se réjouit de cette idée : "Unir nos énergies et nos points forts pour travailler l'attractivité du territoire est une dynamique nouvelle et intéressante. Déjà des échanges existaient entre nous, mais cette démarche plus

Sylvain Millon, président du Club hôtelier du Mans affiche également sa satisfaction : "Le développement du tourisme d'affaires est un enjeu essentiel pour les hôteliers puisqu'il représente, pour bien d'entre nous, la principale clientèle. Ce projet global qui unit les savoir-faire et les idées de chacun permet de progresser ensemble. Bien plus efficace que d'avancer de façon dispersée. Cette année, nous allons poser des jalons avant d'avoir les retombées à partir de 2018." Doté d'un budget de 33 000 euros en 2017, financé par ses membres, le collectif s'est muni de supports de communication (logo, plaquette, stand, site Internet, e-mailing, vidéos des partenaires) pour décliner son concept. Le premier rendez-vous a lieu au salon Bedouk à Paris le 2 février, le salon du séminaire et de l'événementiel. ◗◗ Karine Méteyer Plus d'information : www.business-land.fr  ontact CCI : C Laurent Mariot au 02 43 21 00 23 maine éco février 2017 13


commerce

BOUTIQUES ÉPHÉMÈRES

Une tendance durable Des points de vente éphémères, le phénomène n’est pas récent, mais s’installe et se réinvente en permanence. Changeant de style, de durée, de type de produit, de lieu… la boutique éphémère est partout et ce n’est pas près de s’arrêter.

Boutique éphémère d'un concessionnaire automobile.

C

’est peut-être aussi vieux que les traditionnels marchés de Noël qui ont fait la Une pour de sinistres raisons cet hiver, ou peut-être même plus vieux encore avec les artisans qui s’installaient quelques heures ou une journée dans un quartier avant de s’en aller proposer leurs services ailleurs. Une chose est certaine, l’idée d’un point de vente non régulier (on ne traite pas ici de la vente sur les marchés hebdomadaires), n’est pas nouvelle. Pour autant, elle se développe et prend des formes de plus en plus différentes. Très tendance, le point de vente éphémère que les marketeurs toujours fâchés avec la langue française aiment appeler pop-up store - c’est tout de suite plus percutant ! - a autant de 14 maine éco février 2017

formes possibles que de buts recherchés et sa brièveté est son principal atout. Alors que les marques ou les enseignes s’attachent, pour fidéliser et surprendre leur client, à proposer une expérience client toujours plus étonnante, elles peuvent, sur leurs points de vente éphémères, se permettre toutes les audaces, sans même souvent se soucier d’une rentabilité immédiate. D’après une étude de 2015 de l’Institut français du libre-service (IFSL) et citée par le magazine Point de Vente dans son numéro d’octobre 2016, pas moins de 380 grandes enseignes ont cédé à la tentation du pop-up store en 2008. "Un chiffre suffisamment important pour confirmer que l’on est au-delà du phénomène passager, mais encore suf-

fisamment bas pour laisser entrevoir un gros potentiel de croissance."

Sur le web, on ne touche pas le produit Dans les années 2000 apparaissent un peu partout des points de vente de déstockage massif, notamment dans le prêt-à-porter, mais ces points de vente éphémères vont disparaître dix ans plus tard, battus à plate couture sur ce créneau par la vente en ligne. Toutefois, le commerce en ligne à une faille importante : il ne permet pas de toucher le produit, de l’essayer et d’avoir une expérience client satisfaisante. Toujours d’après l’étude IFSL déjà citée, "l’impossibilité d’accéder physiquement au produit avant l’acte d’achat dans

le commerce en ligne représentait un inconvénient pour 91 % des clients." Du coup, premier intérêt possible pour le point de vente éphémère : servir d’accès au commerce physique à des marques jusqu’ici totalement en ligne. Soit pour des expériences ponctuelles, régulières ou pas, d’échanges avec leurs clients ou de conquête de nouveaux clients. Soit comme galop d’essai avant une implantation durable en boutique. C’est le cas par exemple de L’Art de la Cabosse, un artisan chocolatierconfiseur du Mans qui a un accueil physique mais seulement dans ses ateliers de la zone de l’Université et qui, après quelques semaines passées dans le centre commercial des Jacobins avec une boutique éphémère, va intégrer une cellule avec un bail de dix ans. "Certains sont là pour tester, d’autres pas, explique Flore Audine, directrice de la galerie commerciale des Jacobins au Mans. Le but pour nous n’est pas uniquement d’occuper une cellule commerciale en attendant un bailleur permanent, mais aussi de proposer un mix plus riche pour la galerie. La concurrence peut attirer le client et un kiosque éphémère, c’est une curiosité agréable pour le client."

Des demandes nombreuses et variées Les demandes pour disposer d’un espace éphémère dans la galerie sont nombreuses, mais la direction cherche aussi des offres innovantes. "Cela peut toucher tous les secteurs, poursuit Flore Audine. Chocolat, bar


commerce

à ongles, réparation de téléphones, coiffeur, concessionnaire automobile... sur l’année, nous pouvons en accueillir jusqu’à 30, allant d’une semaine à plusieurs mois." Un autre argument plaide pour un choix éphémère, celui de la saisonnalité. C’est le cas de la période de Noël et ses nombreux marchés qui n’ont rien de traditionnel, en tout cas pour celui du Mans, mais qui attirent beaucoup de visiteurs. Au Mans, le marché s’accompagne depuis plusieurs années d’un marché de créateurs sous chapiteau. Il y a aussi le marché des potiers sur un week-end. Mais pour la première fois, la galerie des Jacobins a aussi accueilli son marché des créateurs, une première réussie qui en annonce d’autres. "Depuis trois ans, nous organisions avec deux autres créatrices un marché des créateurs sur la place des Jacobins, devant le théâtre et l’été, nous organisions des marchés nocturnes. Cette année, suite aux attentats, nous ne savions pas si ce

serait possible et nous avons réfléchi à cette solution. Nous avons pris contact avec la galerie des Jacobins qui nous a réservé le meilleur accueil." Les trois créatrices ont loué le local, sélectionné les créateurs qui ont payé chacun leur espace, tous le même, et se sont engagés à rester durant les huit jours, du samedi 16 au samedi 24 décembre. Situé à un endroit stratégique de la galerie avec en plus la présence rassurante et attirante du Père Noël et l’emballage des cadeaux de l’enseigne Nature et Découvertes, le passage a été quasi permanent et les affaires plutôt bonnes.

Et ce n’est qu’un début ! Un bon résultat que confirme Laurence Huet-Couasnard, l’une des créatrices sélectionnées. "Je suis satisfaite et dans l’ensemble, tout le monde a eu l’air satisfait, mais il faut bien calculer car pour moi qui ai un atelier, cela veut aussi dire que je ferme une semaine,

que je ne donne pas de cours, alors que durant les vacances je peux en donner. Il faut donc être certain de faire un minimum de chiffre d’affaires. Le fait d’être sur un marché spécialisé ou pas ne change rien. De toute façon, nous ne sommes pas vraiment en concurrence avec d’autres créateurs, nous n’avons pas le même style, ni les mêmes prix. Au-delà des ventes, c’est aussi un moment de partage avec les autres créateurs et c’est très riche. Mais pour les créateurs, le point de vente éphémère est un passage obligé." Nullement en concurrence avec ces créateurs locaux, les enseignes permanentes des espaces commerciaux peuvent bénéficier de leur présence. Elles peuvent d’ailleurs, elles aussi, avoir recours à des boutiques éphémères : lors de la sortie du 7e opus de Star Wars, la Fnac, enseigne historique de la galerie des Jacobins, avait investi une cellule commerciale proche, entièrement dédiée à l’univers de la saga. Parce qu’elles présentent de multiples avantages à divers types de commerces, les boutiques éphémères vont s’installer dans le paysage. Elles ne vont d’ailleurs pas intéresser que les commerçants, de nombreuses institutions ou associations peuvent être intéressées pour communiquer ponctuellement de manière originale, là où on ne les attend pas.

Avec quel bail ? D’un point de vue juridique, les points de vente éphémères bénéficient pour l’heure d’une bonne flexibilité. Le commerçant peut opter pour un bail précaire de trois ans maximum, soit bien au-delà de la durée d’une boutique éphémère. Il pourra aussi opter pour une "convention d’occupation précaire" qui exige que les deux parties formalisent tout elles-mêmes, plus risquée juridiquement, mais plus souple. Cela paraît presque trop simple, mais les deux formes de commerce, éphémère et pérenne, n’étant pas en concurrence directe, elles cohabitent facilement. Pas de contentieux, pas de loi spécifique… et un système simple. Pour l’instant.

◗◗ Pierre-Jacques Provost

Après avoir testé une boutique éphémère au centre commercial des Jacobins, l'Art de la Cabosse va ouvrir un magasin.

maine éco février 2017 15


FAVRY®

DES PRODUITS ET DES SERVICES D’EXCEPTION C’est la garantie d’un choix et d’une qualité de produits : www.favry.fr • Sacherie • Emballage alimentaire • Vaisselle à usage unique • Nappage • Hygiène • Expédition • Papeterie • Décors saisonniers

Personnalisez vos emballages pour valoriser votre image.

Impression de vos sacs papier dans notre atelier.

AGENCE 49

ÉRY Contact : Fabien D 18 Tél. 02 41 43 62 08 Port. 06 85 78 52 y@favry.fr Email : fabiender 5, rue de Champfleur - 49124 Saint-Barthélémy-d’Anjou 16 maine éco février 2017


entreprise

HAPPY BUSINESS

Un vrai réseau social non virtuel ! Plus de 400 participants pour le 7e Happy Business des clubs d’entreprises du Mans : plus qu’une réussite, un plébiscite. Maxence Trenteseaux livre quelques secrets de la recette.

La CCI était partenaire du 7e Happy Business des clubs d'entreprises du Mans.

D

e belles soirées, le Welcome du Circuit des 24 Heures du Mans en a connu pas mal, c’est même, comme son nom le suggère, un peu sa fonction. Mais en ce 13 décembre, les plus de 400 personnes présentes ne sont pas liées par l’automobile ou les 24 Heures, mais parce qu’elles sont toutes dirigeants ou cadres dirigeants d’entreprises et membres d’un club d’entreprises du Mans ou de la Sarthe. Si l’ambiance est détendue, les organisateurs sont pour autant un peu plus crispés que d’habitude. Pour ce 7e Happy business - le premier a été créé en 2015 - ils ont mis les petits plats dans les grands : habituellement réservée aux cinq clubs manceaux créateurs de l’événement (1), l’invitation a été élargie à d’autres clubs sarthois,

thématiques ou géographiques, qui ont l’occasion de présenter leurs activités. Autre nouveauté, le début de soirée proposait une intervention d’Olivier Dauvers, sur le commerce de demain et après-demain - qui a ensuite animé une table ronde avec les représentants des principaux partenaires de l’événement. Moins sérieux, la soirée a été immortalisée par un "Mannequin Challenge" très ambitieux avec plus de 400 acteurs.

Un succès immédiat Au départ de cette aventure, on trouve cinq clubs d’entreprises manceaux avec une idée simple : faire en sorte que leurs adhérents aient des activités communes. "Une commission a été créée avec des représentants de

chaque club et dont je suis l’animateur, précise Maxence Trenteseaux, directeur commercial de Pro-Duo et vice-président du club d'entreprises Technopole Université. Nous avons discuté de ce qui pourrait être intéressant à faire ensemble et la première chose qui est ressortie était le besoin de contacts, de rencontres entre dirigeants d’entreprises. Nous avons donc organisé en 2015 le premier Happy Business dans un pub du Mans et d’emblée nous avons eu 90 personnes." Depuis, le nombre de participants a chaque fois augmenté, jusqu’à ce sommet du 13 décembre 2016. Mais plus que le nombre des participants, c’est la qualité de la relation qui intéresse les organisateurs. "C’est un terreau fertile pour de bonnes relations, souligne Maxence Trenteseaux. Certains viennent faire des rencontres professionnelles, d’autres tisser des liens d’amitié ou seulement sortir un temps de l’isolement. Cela complète le travail que chaque club peut effectuer sur son territoire. Et si pour l’instant nous avons organisé avec succès des soirées conviviales, on a déjà des projets pour d’autres types d’activités communes. L’idée est de créer un véritable réseau social, mais non virtuel celui-là." N’ayant pas la même vocation que les clubs, CCI ou syndicats patronaux s’intéressent néanmoins à ce type d’initiatives. "La CCI de la Sarthe était partenaire sur ce 7e Happy Business et c’est une marque de crédibilité pour nous. De notre côté, même si les chefs

d’entreprise connaissent tous la CCI, nous lui offrons une visibilité différente, une occasion de contact dans une atmosphère moins rigoureuse, moins institutionnelle." Aujourd’hui bien installés dans le paysage sarthois, les Happy Business commencent à s’exporter avec un premier événement qui aura lieu prochainement dans l’Orne. "Nous avons créé une page Facebook et un logo, mais c’est un événement open source, conclut Maxence Trenteseaux. Il n’appartient à personne et est complètement libre. Et si cela peut se développer dans d’autres régions, tant mieux." ◗◗ Pierre-Jacques Provost Plus d'information : Facebook Happy Business Le Mans (1) Les 5 clubs créateurs : Le Mans Nord Entreprises ; ATU, club d'entreprises Technopole Université ; Club des entreprises de la Zone industrielle sud du Mans ; Novaxis, club d’entreprises acteur de synergie ; Espace commercial Hunaudières.

maine éco février 2017 17


entreprise

COMPTEURS ÉLECTRIQUES INTELLIGENTS

Linky se déploie en Sarthe D'ici à 2021, le compteur communicant Linky va progressivement être installé en Sarthe. Les premières poses ont débuté en décembre dans le Pays fléchois où elles se poursuivent en ce début d'année ainsi qu'au Mans.

Ses avantages

P

lus de deux millions de compteurs Linky ont été installés en France. Sur 310 000 clients sarthois, 31 768 professionnels sont concernés. Seuls les clients ayant une puissance supérieure à 36 kVA (industriels, PME) disposent déjà de compteurs intelligents. Même si l'installation prend seulement 30 minutes, elle ne s'improvise pas. Enedis (ex ERDF) a planifié un déploiement progressif sur cinq ans. 50 emplois seront créés sur le département. Deux entreprises ont remporté les marchés de pose à ce jour : Scopelec pour Le Mans et Sogetrel pour La Flèche. "Ce changement de compteur s’inscrit dans le contexte global de la transition énergétique : le réseau de distribution d’électricité doit évoluer vers un réseau dit "intelligent" pour développer les énergies renouvelables, explique JeanJacques Jouanguy, directeur d'Enedis en Sarthe. En 2009, l’Union européenne a fixé l’objectif de déployer des compteurs communicants dans 80 % des foyers européens d’ici à 2020. Pour répondre à ce défi, Enedis modernise son réseau électrique pour le rendre plus "intelligent", capable de s’adapter aux nouveaux besoins de notre société et aux fluctuations importantes de production et consommation." 18 maine éco février 2017

Le compteur qui reçoit et envoie des informations Après le compteur électromécanique installé à partir de 1960, le compteur électronique arrivé en 1992, Linky est donc la nouvelle génération de compteurs d’électricité. Comme les précédents, il enregistre la consommation globale du foyer en kilowattheures. Son avantage est qu’il est "communicant". Cela signifie qu’il peut recevoir des ordres et envoyer des données sans l’intervention physique d’un technicien. Ce nouveau compteur va prendre la place de l’ancien car sa taille est identique. Cet équipement électrique basse puissance utilise la technologie des Courants porteurs en ligne (CPL) pour communiquer. Les informations récoltées par le compteur sont envoyées sous forme de signal électrique (de quelques secondes entre minuit et 6 heures). Ce signal circule dans les câbles du réseau électrique basse tension jusqu’au poste de distribution du quartier, en se superposant au courant électrique. L’intérêt du CPL est qu’il s’agit d’un signal électrique qui vient simplement s’ajouter au flux électrique déjà existant dans le câble. Linky n'émet pas d'ondes radio, mais des ondes électromagnétiques, comme tout appareil électrique. 0,1 V/m comme le compteur électronique.

Selon Enedis, Linky présente bien des avantages avec plus de services et des économies pour les clients. Côté services, les interventions sont simplifiées et plus rapides : électricité en moins de 24 heures lors d'un emménagement, diagnostic facilité et électricité rétablie plus vite en cas de panne, relevé des consommations effectué à distance et sans dérangement, protection des installations en cas de surtension sur le réseau (foudre par exemple). Côté économies, le prix de nombreuses prestations va baisser car beaucoup d'interventions se font à distance (augmentation de puissance, mise en service, etc.). Le client qui le souhaite peut aussi suivre sa consommation grâce à un espace personnel sécurisé sur le site Internet www.enedis.fr. Il peut visualiser sa courbe de charge en kWh et suivre la consommation de son parc d'équipements (chauffage, eau chaude, éclairage, etc.) à partir de son tableau de répartition. Il peut alors agir pour adapter sa consommation. Cela lui permet aussi de négocier un contrat qui correspond à ses usages avec son fournisseur d'énergie. Pour connaître la date de changement de compteur, rendez-vous sur www.enedis.fr et renseignez votre code postal ou le nom de votre commune. 30 à 45 jours avant la date de pose prévue, Enedis enverra à chaque client un courrier précisant notamment le nom de l’entreprise de pose qui interviendra. Les frais de cette intervention sont pris en charge par Enedis. ◗◗ Karine Méteyer En savoir plus : www.enedis.fr ou 0 800 054 659 (appel gratuit).


Bureaux&Services.indd 1

/ Site vitrine / Site catalogue e c r e m m o c e e it /S / Site mobile

05/01/2017 10:49

s e t ê n e ù o , s Et vou ? e l g o o G c e v a s vou

1

ent

m audit de référence

offert ! *

luant une analyse ncement offert, inc * 1 audit de référe s liens et dode , fic tra analyse du de votre site, une org n anique. et de la répartitio maines référents, ril 2017 ité de l’offre : 30 av Date limite de valid

es Courbes 28 rue des Grand 72100 LE MANS maine éco février 2017 19


international

POLOGNE

L'attraction de l'Est

© FilipWarulik - Fotolia.com

Premier marché d’Europe de l’Est avec plus de 38 millions d’habitants et une situation idéale au cœur du continent, la Pologne devrait devenir la vingtième puissance économique mondiale en 2023.

U

ne croissance stable, une main d’œuvre très qualifiée, un emplacement central et stratégique sur le continent… la Pologne ne manque pas d’atouts pour séduire les entreprises étrangères. Ce que confirme Maryline Bertheau-Sobczyk, présidente de Valians International, société de conseil et d’accompagnement opérationnelle, implantée à Cracovie et spécialiste des marchés d’Europe de l’Est. "L’économie ne cesse de croître depuis vingt ans. Avec 3 à 4 %

de croissance annuelle, le pays a de quoi faire pâlir d’envie nos économies d’Europe de l’Ouest. C’est d’ailleurs le seul du continent qui a réussi à résister à la dernière crise économique mondiale. Premier pays bénéficiaire des fonds européens depuis son adhésion en 2004, la Pologne a pu mettre en place de nombreux projets pour développer ses infrastructures, renouveler ses équipements industriels et innover dans les TIC, l’énergie ou encore la santé." Après avoir reçu 67,3 milliards

d’euros pour la période de 2007 à 2013, la Pologne bénéficie d’une enveloppe de 82,5 milliards d’euros pour 2014-2020. "D’autre part, sa situation géostratégique lui permet d’être une zone de transit stratégique vers l’Europe centrale et orientale. L’environnement des affaires est attractif avec une maind’œuvre très qualifiée et attractive au niveau de son coût, un système juridique transparent et un fort savoir-faire dans de nombreux domaines qui séduit les donneurs d’ordre industriels."

Rendez-vous

Journée Pologne à la CCI La CCI organise une journée pays le jeudi 9 mars prochain pour informer les entreprises gratuitement sur les opportunités de marché en Pologne. Les participants pourront assister à la présentation de Maryline Bertheau-Sobczyk, présidente du cabinet de consultants Valians International. Ils pourront aussi être reçus en entretiens individuels. Avec vingt ans d’expérience sur 20 maine éco février 2017

les marchés d’Europe de l’Est, ce cabinet installé à Cracovie et Varsovie dispose d’une équipe de plus de 30 consultants multilingues, qualifiés et opérationnels dans plus de 20 pays pour accompagner les entreprises dans leur développement à l’Est (conseil et accompagnement pour entrer sur les marchés, s’implanter, gérer ses ressources humaines et développer ses ventes).


international

le peut, l’implantation reste la solution la plus aboutie, soit avec un technicocommercial, éventuellement en portage, soit en créant une filiale si les volumes s’y prêtent".

Maryline Bertheau-Sobczyk, présidente de Valians International.

Les Français ont des atouts Du coup, la concurrence est rude. "Exporter reste un vrai challenge car beaucoup d’acteurs allemands, hollandais, italiens… et chinois sont offensifs, sans compter un vrai savoir-faire local dans de nombreux secteurs d’activité, prévient la consultante. Cependant, les entreprises françaises déjà fortes sur le territoire national, avec une bonne offre (rapport qualité prix, services) sont souvent bien placées par rapport à la concurrence étrangère. Les Français sont ainsi forts sur les services, l’apport de solutions et pas seulement de produits. Par contre, peu de chance de réussite pour les entreprises qui n’apportent pas de valeur ajoutée, de technicité, d’innovation ou de service. Elles entrent alors en concurrence avec des Polonais, des Turcs, Chinois ou Italiens qui bradent souvent leurs prix…" Vigilance à apporter du côté des distributeurs… "Ils sont en général assez passifs et fainéants. Il faut donc prévoir d’animer de façon particulièrement tenace et dynamique son ou ses distributeurs." D’où la nécessité d’apporter la plus grande attention au choix d’un partenaire commercial efficace. "Quand on

Près de 1 400 entreprises à capitaux français sont actuellement présentes en Pologne ; elles y emploient près de 200 000 personnes. Selon un sondage de KPMG, 87 % des investisseurs français sont satisfaits de leur présence en Pologne. Et dans le rapport FDI Intelligence, la Pologne a pris la troisième position après la Chine et les États-Unis comme le meilleur endroit pour les investissements productifs dans le monde. Les IDE ont cru de 23 % de 2013 à 2014 et le nombre de nouveaux projets d’investissement est toujours croissant en particulier dans l’automobile, les centres de recherche et développement, l’électronique et les industries chimiques. "La Pologne offre aux entreprises étrangères beaucoup de privilèges comme la possibilité de placement des investissements en Zone économique spéciale (ZES). Ces quatorze zones offrent aux investisseurs des allégements fiscaux", note la CCI française en Pologne. Le parti au pouvoir PiS a aussi réduit les impôts sur les sociétés de 19 à 15 %.

"Nos clients ou prospects ont une attitude de plus en plus positive grâce à une meilleure connaissance de ce marché, explique Maryline BertheauSobczyk. Ils ont compris que ce pays s’enrichit et se développe rapidement. Dès qu’ils viennent sur le terrain, ils découvrent avec grande surprise la modernité des infrastructures, des équipements, des usines, la jeunesse et la bonne éducation des cadres ou dirigeants. Mais les Français ne se préparent pas assez à ce marché qui est exigeant et difficile. L’interculturel est souvent peu pris en compte car en apparence les codes sont les mêmes dans ce pays francophile. Or de nettes différences existent. Par exemple, les Polonais disent facilement oui, cependant ce n’est pas notre oui français. C’est un oui d’ouverture, un oui pourquoi pas et de bonne volonté mais qui n’amène pas en général de business tout de suite de façon concrète". En fait, une entreprise française a toutes les chances de réussir sur place si elle est bien informée et bien préparée. Encore faut-il oser… ◗◗ Karine Méteyer

 ontact CCI : C Éric Mital au 02 43 21 00 12

[Chiffres clés 2015] Population : 38,48 millions PIB : 426,6 Mds € PIB/habitant : 19 791 € Taux de croissance : 3,2 % (prév. 2016 : 3,4 %) Inflation : 0,2 % Chômage : 7,5 % Importations : 225,06 Mds $ Exportations : 241,66 Mds $ IDE : 5,57 Mds € Exportations de la France vers la Pologne : 7,73 Mds € Importations françaises depuis la Pologne : 8,98 Mds € Principaux fournisseurs : Allemagne (22,9 %), Russie (7,3 %), Italie (5,4 %), Pays-Bas (3,8 %), France (3,8 %) Principaux clients : Allemagne (27,1 %), Royaume-Uni (6,7 %), République tchèque (6,6 %), France (5,5 %), Italie (4,8 %) Salaire moyen mensuel : 1 050 € brut Sources : Moci, CCI France Pologne, France diplomatie, CNUCED, OMC.

Connaître le marché Parmi les principaux partenaires commerciaux de la Pologne figurent l’Allemagne, la Russie, la Chine, la France, le Royaume-Uni, l’Italie, la République tchèque et les Pays-Bas. En 2015, la France était son 4e fournisseur avec 3,8 % de part de marché (22,9 % pour l’Allemagne), soit un recul constant depuis dix ans, et son 4e client (5,5 %). Les Français importent de plus en plus de produits polonais et la balance commerciale est déficitaire pour la France. maine éco février 2017 21


juridique

DROIT SOCIAL

Actualité à suivre… Travaux réglementés ou en hauteur concernant les travailleurs de moins de 18 ans, obligation des salariés de respecter les règles de sécurité dans l’entreprise, indemnité de congé payé versée à un salarié licencié pour faute lourde… En ce début d'année, suivez l'actualité du droit du travail.

Q

uels sont les travaux réglementés ou en hauteur concernant les travailleurs de moins de 18 ans ? Une instruction interministérielle explique les modalités d’application des décrets n° 2015-443 et 2015-444 du 17 avril 2015, réformant les dispositions du Code du travail relatives à la protection des jeunes travailleurs de moins de 18 ans et susceptibles de réaliser des travaux réglementés ou en hauteur.

Quels sont ces travaux ? En application de l’article L. 4153-8 du Code du travail, ces jeunes ne peuvent pas être affectés à des travaux, dont la liste est fixée par les articles D. 4153- 15 et suivants du code du travail, en raison de leur dangerosité. Ces travaux sont dits "travaux interdits". Toutefois, ils peuvent, à partir de 15 ans, par dérogation et sous le contrôle de l’inspection du travail, être affectés à certains qualifiés de "travaux réglementés". 22 maine éco février 2017

Le décret n° 2015-443 Il permet notamment de : • faciliter l’entrée de jeunes dans des formations professionnelles requérant la réalisation de travaux réglementés en remplaçant l’autorisation de déroger aux travaux interdits accordée par l’inspecteur du travail par une déclaration de dérogation réalisée préalablement par l’employeur ou le chef d’établissement ; • renforcer l’information et la formation à la sécurité dispensée aux jeunes. Le décret n° 2015-644 précise l’interdiction absolue d’affecter des jeunes de moins de 18 ans en formation professionnelle à des travaux en hauteur lorsque la prévention du risque de chute n’est pas assurée par des mesures de protection collective. Deux exceptions à ce principe sont introduites : • l’utilisation des échelles, escabeaux et marchepieds est possible dès lors qu’il est techniquement impossible de recourir à des équipements de travail munis d’une protection collective ou qu’il s’agit de travaux de courte durée ne présentant pas de caractère répétitif et que le risque de chute est faible ; • la possibilité d’utiliser un équipement de protection individuelle permettant l’arrêt de chute, lorsque la protection collective contre le risque de chute ne peut pas être mise en place. Dans les cas où ces travaux sont nécessaires à la formation professionnelle des jeunes, l’employeur doit avoir respecté la procédure de déclaration de

© Lisa F. Young - Fotolia

Précisions sur les travaux réglementés ou en hauteur susceptibles d'être exécutés par des jeunes entre 15 et 18 ans

dérogation, informé et formé les jeunes concernés et élaboré une consigne d’utilisation du matériel. L’interdiction absolue pour les travaux portant sur les arbres et sur les autres essences ligneuses et semi-ligneuses est maintenue. En savoir plus : instruction interministérielle n° dgt/ct1/dgefp/dpjj/dgesco/ dgcs/dger/dafsl/2016/273 du 7 septembre 2016 relative à la mise en œuvre des dérogations aux travaux interdits pour les jeunes âgés de quinze ans au moins et de moins de dix-huit ans.

Manquement inacceptable d’un salarié aux règles de sécurité

L

e salarié a l’obligation de respecter les règles de sécurité dans l’entreprise, à défaut sa responsabilité peut être mise en jeu. L’employeur est tenu par une obligation de résultats afin d’assurer la sécurité et la santé de ses salariés au travail. En conséquence, ses décisions dans ces domaines doivent être respectées par


juridique

les salariés. À défaut, ils commettent une faute pouvant entraîner une sanction, voire un licenciement.

Exemple… Dans cet exemple, un salarié, engagé en qualité de conducteur de ligne et exerçant en dernier lieu les fonctions de technicien process, a été licencié pour faute grave pour être intervenu sur une machine sans s’assurer de sa consignation et ainsi méconnaître des règles de sécurité. Le salarié a contesté le motif de la rupture du contrat de travail et a demandé en ce sens la qualification de celle-ci en licenciement sans cause réelle et sérieuse. Il a ainsi mis en avant que : • les premiers juges s’étaient basés sur des faits non précisés dans la lettre de licenciement ; • la qualification de faute grave suppose non seulement que les faits retenus à l'encontre du salarié soient

fautifs mais également qu'ils soient imputables à une volonté délibérée de sa part de se soustraire à ses obligations contractuelles ou à tout le moins à une mauvaise volonté délibérée. Or, selon le salarié, l’employeur n’a pas prouvé le non-respect de son subordonné visà-vis de ses obligations contractuelles, ni une volonté délibérée de sa part de se soustraire à ses obligations ou à tout le moins à une mauvaise volonté délibérée ; • l’employeur n’avait envoyé aucune lettre de rappel à l'ordre au moment de précédents faits similaires. La Cour de cassation a rejeté le pourvoi. Ainsi, le salarié était intervenu sur une machine en dehors de toute consignation ce qui l'exposait à de graves dangers dont il connaissait l'existence. Ce comportement constituait un manquement inacceptable aux règles de sécurité de la part d'un salarié dont la responsabilité avait déjà été engagée quelques mois auparavant lors d'un accident de travail.

En conséquence, la cour d'appel a pu décider que les faits reprochés au salarié rendaient impossible son maintien dans l'entreprise et constituaient une faute grave. (Arrêt de la Chambre sociale de la Cour de cassation du 7 juillet 2016, pourvoi n°14-26388).

Indemnité de congé payé et faute lourde

P

eut-on priver un salarié de l'indemnité de congé payé si ce dernier est licencié pour faute lourde ? En cas de rupture du contrat de travail, le premier alinéa de l'article L. 3141-26 du Code du travail prévoit le paiement au salarié d’une indemnité compensatrice de congé lorsque ce dernier n’a pas pu bénéficier de la totalité du congé payé auquel il avait droit. Toutefois, le deuxième alinéa précise que : "L'indemnité est due dès lors que la rupture du contrat de travail n'a pas

été provoquée par la faute lourde du salarié, que cette rupture résulte du fait du salarié ou du fait de l'employeur". Saisi d’une question prioritaire de constitutionnalité relative au deuxième alinéa de l’article précité, le Conseil constitutionnel a considéré que les dispositions contestées méconnaissent le principe d'égalité devant la loi. En conséquence, il déclare inconstitutionnel le fait de priver de l’indemnité de congé payé le salarié licencié pour faute lourde. Cette décision prend effet à compter de sa date de publication et peut être invoquée dans toutes les instances introduites à cette date et non jugées définitivement. Décision du Conseil constitutionnel publiée au JORF n°0054 du 4 mars 2016. Source : CCI Paris - Inforeg Tous droits réservés

IMPRESSION & PERSONNALISATION

S L E N N O I S PROFES QUER !

MAR E R S U O V S E FAIT ISE NTALON / CHEM ELL / PA VESTE / SOFTSH LO... EAT / TSHIRT / PO SW TABLIER /

MISTERTEE.FR 6 rue de la barillerie, 72000 Le Mans

02 43 28 53 44 maine éco février 2017 23


Dossier

SOUS-TRAITANCE INDUSTRIELLE

Jouer collectif pour être Si les carnets de commandes commencent à se regarnir, les trésoreries à se reconstituer et que le nombre de défaillances est à la baisse, confirmant la reprise pour 2017, la situation économique est encore contrastée. En Pays de la Loire, les soustraitants industriels jouent collectif afin de gagner en agilité pour mieux s’adapter à leurs donneurs d’ordre… et anticiper leurs besoins en proposant des services toujours plus innovants !

I

l n’est pas raisonnable de penser une stratégie sans intégrer désormais la dimension chaotique de l’environnement économique. Et pourtant, sous les désordres des marchés émergent des réorganisations, des forces en présence. Les signaux faibles doivent nous faire réfléchir sur la meilleure manière de s’adapter : ouverture de l’offre, gestion de la complexité… Il s’agit désormais de définir sa stratégie,

24 maine éco février 2017

avec pour méthode l’agilité et pour cap la proposition de valeur client", précise Marc Bouilloud président du Comité de développement des industries mécaniques-matériaux (CDM), en introduction de la publication Prospective Mécanique Matériaux (tome 18), réalisée par et pour les industriels des Pays de la Loire. Dans un environnement en constante mutation, les sous-traitants qui ont déjà su résister à la crise de 2008 s’organisent,

investissent pour monter en compétences et n’hésitent pas à mutualiser leurs savoir-faire pour mieux répondre aux exigences des constructeurs. Qu’ils travaillent pour les secteurs aéronautique, automobile en passant par les industries électroniques, navales et de l’énergie, ces fournisseurs vont devoir continuer à décupler leur agilité, certains signaux annonçant de nouvelles tensions économiques à partir de 2017.


agile [TÉMOIGNAGE]

De la coopération à la livraison de systèmes complets Président du Comité de développement des industries mécaniques-matériaux (CDM), Marc Bouilloud dirige le groupe Cema Technologies, spécialisé dans la conception et qualification de moules d’injection plastique. Qu’a apporté le CDM à l’échelle de votre groupement d’entreprises ? Cela alimente mes réflexions quotidiennes, que ce soit pour le pilotage de l’innovation, l’évolution des organisations humaines, stratégiques sur des positionnements de marchés comme pour des investissements et la croissance externe ! En échangeant et en travaillant ensemble, on réalise souvent que notre problème n’est pas qu’individuel, et en le regardant à plusieurs on trouve des solutions. On assiste à une véritable révolution des métiers. Il faut se repositionner dans cette transition.

Qu’avez-vous dû changer ? Réagir dans un environnement "VUCA" Parmi les signaux évoqués par la publication Prospective du CDM, une prochaine hausse du pétrole et des matières premières est évoquée comme un possible ralentissement et une perte d’influence de l’Europe. Une nouvelle crise de liquidités est également une probabilité à ne pas écarter. Les

Notre métier a évolué vers la livraison de systèmes complets, ce qui nous a permis de comprendre que les véritables besoins de nos clients étaient plus tournés vers des solutions globales. Cela nous a obligés à changer complètement notre organisation et nos méthodes : nous sommes passés de quatre à neuf métiers en cinq ans. Nous avons notamment repris le laboratoire de métrologie Précis&Mans en 2014 et ouvert un centre d’essai d’injection plastique à Saint-Saturnin. Pour gérer plus de complexité, l’entreprise est passée d’un

Marc Bouilloud, dirigeant de Cema Technologies.

modèle hiérarchique à une organisation en mode projet. Nous travaillons désormais par équipe avec des rôles définis pour chacun. Le besoin d'une responsable RH est apparu rapidement. Cette rupture a eu également des conséquences sur l’organisation de la production où nous appliquons l’ordonnancement "au plus tard" pour réduire les stocks intermédiaires et augmenter la réactivité.

Comment voyez-vous l’avenir ? Derrière ces contraintes liées aux besoins de nos donneurs d’ordre, il y avait des non-dits. Le client ne sait pas forcément les exprimer car lui-même est en train de changer son métier et sa valeur ajoutée ! L'enjeu des projets est devenu essentiel certainement poussé par la pression de la finance. Le respect des délais n'est plus discutable et le défi est devenu la réduction des temps de mise sur le marché. Pour cela, nous avons dû apprendre la métrologie, travailler sur les simulations et les moules pilotes et maîtriser les process d'injection, innover dans des systèmes brevetés. Tout ceci a permis au final à nos clients de gagner six mois dans leurs projets. A posteriori, le chemin parcouru paraît évident mais le CDM nous a permis de formaliser ces contraintes et trouver des solutions ! maine éco février 2017 25


Dossier

[INTERVIEW]

Quand la contrainte crée la créativité Christophe Buchet, dirigeant de la Sarr, basée au Mans et spécialisée dans la conception des produits de signalisation pour véhicules spéciaux, est impliqué au CDM en tant que président de l’UIMM de la Sarthe et des Pays de la Loire.

ensemble, gagner des clients indiens, américains et même chinois ! À nous de nous structurer pour trouver dans ces synergies la réponse globale pour être plus performants.

Quels enseignements en tirez-vous pour l’avenir ?

Christophe Buchet, dirigeant de la Sarr.

Quel est votre rôle et que vous apporte le CDM ? En tant que président de l’UIMM, je veille à leur complémentarité, afin que le chef d’entreprise ait une vision claire de ce que peut lui apporter le CDM : l’accès à une vision prospective sur son business pour améliorer sa performance. Ce que le CDM a de remarquable, c’est qu’il suscite les débats et les échanges en réunissant des chefs d’entreprise motivés, qui ont en commun d’avoir survécu à la crise de 2008 qui a été d’une extrême violence, surtout dans le domaine de la sous-traitance et de l’automobile ! Nous nous enrichissons de nos mauvaises comme de nos bonnes expériences pour trouver des points de convergence. Au lieu de chercher des réponses bien loin, on les trouve souvent très près, et pas nécessairement plus cher ! La libéralisation nous a poussés à élargir nos périmètres : plutôt que de se faire de la concurrence, nous devons trouver où chacun excelle pour aller

26 maine éco février 2017

On mesure que l’emploi industriel est la clé. Un emploi créé dans l’industrie génère indirectement 3,2 emplois. Il faut continuer à favoriser les parcours d’apprentissage et les filières de l’usinage ! Je sais également que demain, ça n’ira pas mieux, on n’est plus dans une crise, c’est une situation, une nouvelle équation à laquelle il faut savoir s’adapter. En résumé, il faut faire plus, mieux, avec moins ! En même temps, ces nouvelles contraintes nous ont obligés à survivre. Nous sommes montés en compétences afin d’être plus performants, aller plus vite tout en maintenant la qualité. Pour nous différencier, nous devons apporter des services clés en main. Par exemple, au lieu de livrer un gyrophare simplement, avec le bureau d’études, nous proposons un système plug & play, une interface permettant de le fixer sur le véhicule, une assistance technique… Cela a rebattu les cartes, nous permettant de répondre collectivement à des demandes de grands donneurs d’ordre. Aujourd’hui, des constructeurs automobiles me consultent alors qu’il y a sept ans ils ne m’auraient même pas regardé !

Qu’avez-vous changé à l’échelle de votre entreprise ? Depuis 2008, toute l’entreprise s’est transformée. 80 % des machines ont été changées et nous avons totalement revu les flux,

car les clients, n’ayant plus de visibilité, ne stockent plus. Nous avons réduit de 20 % la surface de stockage alors que le CA a augmenté de 50 %. Nous avons travaillé sur le lean, la taille des lots, de nouvelles méthodes de travail et investi sur des machines automatisées plus performantes. Nous avons renforcé la partie bureau d’études et notre équipe production est montée en compétences. En 2013, nous avons remporté l’appel d’offres pour équiper les véhicules pour le ministère de l’Intérieur. Cela nous a permis d’investir dans une nouvelle ligne de sérigraphie, des machines de découpes et de nouveaux systèmes d’impression. Et nous avons investi dans des systèmes de câblage qui nous ouvrent des marchés avec des constructeurs internationaux. Notre approche commerciale a aussi évolué, même s’il est toujours difficile de recruter ; nous devons être très précis pour trouver les bons leviers de différenciation, en travaillant avec les nouvelles technologies pour proposer personnalisation, catalogue en ligne… La contrainte crée la créativité !


matières premières font l’objet d’importantes spéculations qui rendent, en effet, de plus en plus difficile l’anticipation des cours. Au sujet du pétrole, "deux visions se confrontent : le prix du baril restera stable durablement, après une augmentation (…), autour de 40-50 $. Et : un prochain choc pétrolier se dessine, avec une future hausse brutale des cours". Concernant l’Europe, "elle pourrait subir, à partir de mi-2017, les conséquences du ralentissement de l’activité des États-Unis, du Japon et des Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud)". La dévaluation monétaire, actuellement compensée par la baisse des prix des matières premières, aurait de lourdes conséquences sur l’économie en cas d’augmentation des cours. Cet ensemble de signaux, au lendemain des élections présidentielles aux États-Unis qui ont déjà déstabilisé les marchés et à quelques mois des élections françaises, confirme la description anglo-saxonne de notre contexte actuel "VUCA" : Volatibility (volatilité), Uncertainty (incertitude), Complexity (complexité) et Ambiguity (ambiguité) (1). Selon les analyses du CDM, ce phénomène, loin d’être passager, connaîtra dans un avenir proche une accélération. "S’il y a quelque chose de sûr, c’est l’incertitude", confirme Marc Bouilloud dans son édito. Tout est relié et interagit de manière fulgurante à l’échelle mondiale, avec une disparition des frontières concurrentielles,

obligeant les entreprises à se montrer beaucoup plus innovantes. Cette incertitude exposant davantage l’entreprise au risque, "n’est-ce pas le moment de réinventer la valeur, puisque le risque est bel et bien là et que l’important est de retrouver du potentiel ?" précise Maximilien Brabec, de Novatégie. Pour réagir à cet environnement "VUCA", "nos organisations doivent s'adapter en alliant rationalisation et customisation, tout en redonnant du sens aux acteurs internes et externes à l'entreprise", ajoute le président du CDM.

Innover par les marchés, les technologies, les méthodes Fruit du partenariat entre l’UIMM Pays de la Loire, le Cetim, PlastiOuest, la FIM et la CCIR Pays de la Loire et soutenu par l’Europe et la Région, le CDM est un réseau de 130 dirigeants au service des 4 000 entreprises des Pays de la Loire, qui les accompagne dans le développement de leurs compétences stratégiques. "Sa vocation est à la fois d’analyser les mutations de leur environnement et d’alimenter leur réflexion stratégique ; de transformer leur analyse en action", résume l’animatrice Claudine Brossard. "C’est un Think Tank (laboratoire d’idées), afin d’aider chacun à définir la stratégie propre à son entreprise, que ce soit via

une analyse économique, en travaillant sur des méthodes ou sur des ruptures pour s’adapter à un monde qui devient de plus en plus complexe et rapide", complète son président Marc Bouilloud, pour qui il faut intégrer de plus en plus de composantes, qu’elles soient humaines, technologiques, logistiques, commerciales ou marketing. Divers groupes exploratoires ont déjà permis de conduire des réflexions communes sur un marché, comme celui de la défense ou celui du nucléaire (GEN). Avec des résultats probants, comme la création d’AtomOuest, qui a aujourd’hui rejoint le cluster Neopolia à l’échelle régionale (cf encadré page 28). S’appuyant sur ces échanges réguliers menés par le CDM, la publication Prospective révèle pour 2017 de belles ouvertures sur le marché naval, celui de l’hydrogène ainsi que l’industrie agroalimentaire. Avec une visibilité sur leurs carnets de commandes de huit à dix ans, les grands donneurs d’ordre du secteur naval sont en effet en capacité d’engager des investissements structurels. Ils attendent ainsi de leurs fournisseurs des solutions pour améliorer la performance globale des prestations, qui passe par la carte de l’innovation : robotisation et cobotisation, modèles numériques… Autant de sujets qui se retrouvent au cœur des process des industries agroalimentaires. Et les sous-traitants souhaitant se tourner vers le secteur énergétique seront intéressés par les ouvertures liées au développement de l’hydrogène comme source d’énergie, qui apparaît comme l’un des vecteurs de la transition énergétique. Par ailleurs, les industriels du CDM n’ont pas négligé de travailler sur les perspectives offertes par les innovations de rupture, à l’instar des objets connectés. "Au sein de ce groupe, nous avons vu comment leur intégration, de manière opérationnelle, permet par exemple d’anticiper l’arrêt des machines et les pannes qui mettent à mal notre productivité !", se réjouit Jean-Louis Neret, président du cluster ligérien Mecareso. D’autres groupes exploratoires permettent de plancher sur une nouvelle pratique, de nouvelles méthodes. "Le Quick Response Manufacturing est une méthodologie originale venant des pays nordiques, permettant de répondre à deux objec-

tifs a priori contradictoires : augmenter le nombre de références et réduire les délais de livraison", rapporte Marc Bouilloud, pour qui ce QRM, plus qu’un concept, devient peu à peu l’ADN de l’entreprise avec des résultats vertueux. "Les entreprises qui s’y sont engagées ont réussi des redressements spectaculaires !"

L’union fait la force "Depuis la crise, les entreprises n’ont jamais autant travaillé entre elles, par le biais de nombreux groupements comme Cenotis, l’IAM, Usin’up… Nous avons appris à recruter et développer ensemble !" précise le président du CDM. Face à la transformation du business model, "nos entreprises qui étaient dans une relation de soustraitance, de coopération avec un engagement de moyens, sont en train de basculer dans une obligation de résultats et surtout de services", expliquent à l’unisson Christophe Buchet, président de l’UIMM de la Sarthe et des Pays de la Loire et Marc Bouilloud. Face à l’augmentation des exigences de leurs donneurs d’ordre, qui attendent une capacité à absorber l’accélération de cadences et la variabilité des volumes, les sous-traitants se mobilisent, investissent ensemble pour sécuriser leur supply chain et proposer des solutions clés en main sans déroger à la qualité. "Ces contraintes nous ont forcés à survivre et ont suscité la créativité ! ", reconnaît Christophe Buchet, qui invite à "chercher ensemble comment plus innover pour exporter, se diversifier et créer des opportunités sur différents marchés". Cette recherche constante d’innovation, couplée à une mutation

maine éco février 2017 27


Dossier leurs équipes. Améliorer la productivité comme le bien-être des salariés. "La force de nos entreprises s'appuie sur leurs capacités de résilience et sur les hommes et les femmes qui les composent : ils nous permettent de progresser dans les difficultés et de prendre l’avantage dans les accélérations", conclut Marc Bouilloud. ◗◗ Élise Pierre

En savoir plus • CDM : au service des 4 000 entreprises de l'industrie mécanique/ matériaux en Pays de la Loire, le CDM est un réseau constitué par et pour les dirigeants. Il conduit un programme régional d'animations techniques et économiques, afin d'accompagner les chefs d'entreprise dans le développement de leurs compétences stratégiques. https://reseaulia.com/space/cdm • UIMM : www.uims.fr

(1) Maximilien Brabec, Novategie, conseil en stratégie et innovation.

des métiers et des process, a obligé les fournisseurs à monter en compétences. "Dans nos PME, il est devenu indispensable d’accompagner nos salariés pour les faire évoluer", ajoute Marc Bouilloud. Et si la robotisation a souvent

été opposée à l’homme, les industriels ont bien compris qu’au contraire, en y associant étroitement une dimension sociétale, l’automatisation permettait de réduire la pénibilité tout en augmentant le niveau de compétences de

• Neopolia : cinq business clusters (aerospace, rail, MRE, marine and oil & gas) www.neopolia.fr www.emr-paysdelaloire.fr • Usin’up : promotion des métiers de l’usinage www.usinup.fr • IAM (Institut automobile du Mans) : le réseau des industriels de l'industrie automobile en Pays de la Loire www.institut-automobile-du-mans.fr

focus

Effet boule de neige : du CDM à Neopolia Né en 2007, Mecareso est un cluster d’entreprises industrielles qui regroupe plus de 60 professionnels de la métallurgie des Pays de la Loire. Son dirigeant Jean-Louis Neret, membre fondateur du CDM s’est impliqué au sein du Groupe exploratoire du nucléaire (GEN), qui a donné naissance à AtomOuest, aujourd’hui intégré au réseau Neopolia. "En 2007, face à la crise et à la baisse des perspectives sur le secteur automobile, nos entreprises spécialisées dans la production de moules plasturgiques et de fonderie ont décidé d’allier leurs compétences en constituant un réseau régional", raconte Jean-Louis Neret, président fondateur de Mecareso. Cette plateforme industrielle permet à ses membres de présenter une offre commune aux grands donneurs d’ordre en leur apportant polyvalence, réactivité et compétences de haut niveau, grâce à ses certifications Iso 9001 et EN 9100. "Cela nous a permis d’avoir accès à des marchés différents : aéronautique, défense et nucléaire", ajoute le président, qui a participé au CDM à la mise en place du premier Groupe exploratoire du nucléaire (GEN), il y a six ans. "Nous partions d’un paradoxe, travailler sur le nucléaire dans une région qui ne compte pas de centrale", sourit-il. La réflexion menée au sein du GEN a conforté rapidement les opportunités offertes par ce secteur : "85 % de l’élec-

28 maine éco février 2017

tricité qui alimente nos foyers reste d’origine nucléaire. C’est un marché à ne pas négliger au vu des projets de grand carénage comme de la montée en compétences exigée lors de chaque période décennale d’exploitation", précise le dirigeant.

Un développement commercial collaboratif Convaincues par le GEN, 17 entreprises ont décidé d’aller plus loin dans la mutualisation de leurs réflexions et compétences. "C’est ainsi que l’association AtomOuest est née, dont la vocation était de mêler des personnes possédant des savoir-faire spécifiques à apporter dans le domaine nucléaire et d’autres qui souhaitaient y entrer et s’y former", explique JeanLouis Neret. L’effet boule de neige ne s’est pas arrêté là. "La Région s’est ouverte à ce sujet, permettant à AtomOuest de rejoindre le cluster Neopolia, réseau de 230 entreprises indus-

trielles. C’est aujourd’hui sa filière nucléaire, au même titre que l’aéronautique, la construction navale (…) ! Nous avons participé au World Nuclear Exhibition au Bourget et sommes partenaires du GIIN (1)", se réjouit Jean-LouisNeret, pour qui les échanges menés au CDM sont utiles chaque jour. "Nous traitons des problématiques variées, pour savoir comment échanger et faire monter les compétences, autant de démarches qui vont dans le sens de l’entreprise du futur !" Le travail de groupe n’a pas fini de porter ses fruits. "La compétence et le management dépendent très peu de la voie hiérarchique, désormais on est entré dans un mode collaboratif, où chacun gagne à partager ses compétences. Mais c’est une rupture par rapport à notre mode traditionnel qui individualise notre travail, et ce dès notre plus jeune âge !", conclut Jean-Louis Neret. (1) Groupe intersyndical de l'industrie nucléaire.


Votre spécialiste plasturgiste

ion

t ec

Inj

Roto moul age

Vos pièces de 1 cm3 à 10 m3

72550 COULANS SUR Gée Tél 02 43 88 83 27 - Fax 02 43 88 72 99 acosnet@galva-72.fr

entreprise.kia.fr

Kia Sportage

Effet waouh garanti.

partir de

KIA MOTORS FRANCE - 383915295 RCS Nanterre

327

TTC/mois (1)

Financement 48 mois et 60 000 km

SANS APPORT Entretien inclus

D couvrez le confort et l efficacit de la nouvelle transmission automatique

double embrayage DCT7

POUR SEULEMENT 30 DE PLUS PAR MOIS. KIA, LE SEUL CONSTRUCTEUR GARANTIR TOUS SES MOD LES 7 ANS ET OFFRIR 7 ANS DE MISES JOUR DE LA CARTOGRAPHIE.

Consommations mixtes et missions de CO2 du Kia Sportage : de 4,6

7,5 L/100 km - de 119

175 g/km.

*Garantie 7 ans ou 150 000 km (1er des deux termes chu) valable pour tous les mod les Kia en France m tropolitaine et Corse (hors DOM-TOM) et dans tous les Etats membres de l UE ainsi qu en Norv ge, Suisse, Islande et Gibraltar.**Offre limit e l achat d un v hicule Kia neuf quip d un terminal Navigation LG ou MOBIS mont en usine par Kia compter du 1er mars 2013 chez les distributeurs participants. L offre comprend la mise jour annuelle des cartes du terminal du v hicule, dans la limite de 6 mises jour, sous r serve d une installation par un r parateur agr Kia et de la disponibilit de ladite mise jour. Mentions l gales KIA LEASE (1) Exemple d offre de Location Longue Dur e portant sur un v hicule Nouveau Kia Sportage Business sur une base Active 1,7 diesel CRDi 115 ch ISG BVM6 4x2 (avec peinture m tallis e et hors option). Mod le pr sent Nouveau Kia Sportage GT Line 2,0 diesel CRDi 136 ch ISG BVM6 4x2 avec toit panoramique et peinture m tallis e : offre LLD 357 TTC par mois. Offre dict e sur la base du tarif au 01/01/2017. Le contrat de location longue dur e sera imp rativement souscrit pour une dur e de 48 mois et un kilom trage de 60 000 km incluant n cessairement les prestations entretien - assistance, gestion des pertes totales. Carte grise, Bonus ou Malus ventuels non inclus. Offre valable pour toute commande adress e valablement par crit Kia Lease avant le 31/03/2017, sauf modifications du tarif constructeur, des taux financiers directeurs ou de la r glementation en vigueur et notamment de la r glementation fiscale (variation du taux de TVA, etc...). Offre de location longue dur e r serv e aux professionnels, r gie par les conditions g n rales de location longue dur e et des services optionnels disponibles aupr s de TEMSYS et sous r serve d acceptation du dossier par TEMSYS, soci t anonyme au capital de 66 000 000 EUR, si ge social : 15, all e de l Europe - 92110 Clichy, RCS NANTERRE 351 867 692. Soci t de courtage d assurances Garantie financi re et assurance de responsabilit civile professionnelle conformes aux articles L512-6 et L512-7 du code des assurances. N ORIAS 07 026 677. Offres valables chez les concessionnaires participants. Nous vous invitons consulter votre concessionnaire pour conna tre les prix en vigueur et l offre disponible au moment de l achat. (2) Via connexion internet depuis votre t l phone compatible- hors frais de connexion. Les marques cit es appartiennent leurs propri taires respectifs.

10 Bis rue des Frères Renault

(angle Bd Demorieux)

LE MANS 02 43 75 66 55 maine éco février 2017 29


Entreprises, experts comptables, en choisissant de verser votre taxe d’apprentissage à l’OCTA Pays de la Loire : • vous bénéficiez d’un savoir-faire reconnu avec des prestations dédiées pour vous faciliter la taxe ! • vous participez à soutenir la formation dans votre région et les emplois de demain.

SUR MESURE Du conseil à la prise en charge de vos déclarations, nos conseillers vous proposent gratuitement une offre de services dédiée.

PROCHE DE VOUS Nos conseillers sont à votre écoute :

N° Vert : 0 800 100 302 UNIQUE L’OCTA Pays de la Loire est le seul collecteur régional de la taxe d’apprentissage tous secteurs d’activité confondus.

Effectuez votre déclaration en ligne :

www.paysdelaloire.cci.fr/octa

FIABLE L’OCTA Pays de la Loire, c’est pour vous, la garantie d’une information exhaustive sur les reversements.

EN LIGNE

Date limite de versement 28 février 2017

De manière simple et rapide, réaliser les calculs de la taxe d’apprentissage et de la formation professionnelle continue en quelques clics.

CCI PAYS

DE LA LOIRE

Chambres de Métiers et de l’Artisanat Région Pays de la Loire

Organisme Collecteur de la Taxe d’Apprentissage

30 maine éco février 2017


formation

TAXE D’APPRENTISSAGE

Faites confiance à votre OCTA interconsulaire Les chefs d’entreprise employeurs sont tenus de verser le montant de leur taxe d’apprentissage à un organisme collecteur (OCTA) de leur choix. Cette démarche doit être accomplie au plus tard le 28 février prochain (sur les salaires 2016). Les CCI sont compétentes pour informer et conseiller toutes les entreprises afin de faciliter et sécuriser leur versement.

L

a taxe d’apprentissage est une contribution fiscale redevable par les entreprises en faveur des établissements d’enseignement professionnel, par l’intermédiaire d’un organisme collecteur. Cette imposition permet de financer les dépenses nécessaires au développement de l’enseignement technologique ou professionnel, en particulier l’apprentissage. Les entreprises ont la capacité de choisir le bénéficiaire de ces fonds pour le quota disponible et le hors quota (voir tableau ci-contre). Elles participent ainsi activement au financement et à la qualité des formations technologiques et professionnelles : centres de formation d’apprentis (CFA), mais aussi lycées, universités et grandes écoles. Dans le cadre de la réforme du financement de l’apprentissage qui vise à améliorer la lisibilité de la collecte et à la simplifier, les Chambres de commerce et d’industrie des Pays de la Loire, la Chambre régionale d’agriculture et la Chambre de métiers et de l’artisanat de région ont désigné la CCI Pays de la Loire comme organisme collecteur de la taxe d’apprentissage (OCTA). La CCI régionale est ainsi le seul OCTA reconnu comme collecteur consulaire régional, habilité à collecter la taxe d’apprentissage. En 2016, 11 500 entreprises des Pays de la Loire ont fait confiance à leur réseau consulaire pour traiter la taxe d’apprentissage, bénéficiant ainsi

d'un accompagnement personnalisé et d'une expertise avérée. 50 millions d’euros ont ainsi été collectés et attribués, en respectant les choix d’affectation des entreprises. Les trois chambres consulaires sont très attachées à l'esprit d'entreprendre et à l'employabilité tout au long de la vie, qui requiert un dispositif de formation sans cesse renouvelé. Elles entendent bien ainsi poursuivre et renforcer en 2017 le soutien aux formations, porteuses de croissance et d'emplois. En pratique, la taxe d'apprentissage devient un levier stratégique pour le développement des compétences des futurs salariés des entreprises. Effectuer le versement de la taxe sur sa région, c’est miser sur l’avenir des territoires, former des jeunes à proximité en évitant l’évasion des fonds hors de la région et contribuer ainsi à la pérennité du tissu économique local.

Comment verser ? Pour verser votre taxe à l’OCTA régional interconsulaire, la démarche est simple : soit en ligne (voir encadré), soit en nous retournant le bordereau papier complété. L'entreprise doit établir une seule déclaration regroupant l'ensemble de ses établissements. Votre OCTA vous adressera, pour validation, la liste des établissements d'enseignement bénéficiaires et le reçu libératoire avec les sommes calculées pour chaque école. Ces éléments seront également accessibles sur votre espace Internet (voir encadré). Les versements aux établissements d'enseignement seront effectués par l'OCTA régional. Les conseillers des CCI sont à la disposition des entreprises pour un accompagnement gratuit et personnalisé. N’hésitez pas à les contacter. ◗◗ Maryse Gauthier

Déclaration en ligne Un outil sécurisé, facilitateur et rapide Simplifiez vos calculs de taxe en effectuant votre déclaration en ligne sur le site de votre OCTA régional interconsulaire : www.paysdelaloire.cci.fr/octa Vous y trouverez : - l’actualité réglementaire, - un accès en ligne à la déclaration de la taxe d'apprentissage et au calcul de la formation professionnelle continue, - l’archive de votre entreprise, - votre reçu libératoire.

Contact CCI : service taxe d’apprentissage au 02 43 21 00 51 ou par mail : tacci72@lemans.cci.fr

Schéma de la taxe d'apprentissage Fraction régionale apprentissage (51 % de taxe brute)

Trésor public (pour le compte des conseils régionaux)

Quota (26 % de taxe brute) Quota obligatoire (réservé au CFA d'accueil de vos apprentis)

Solde quota

Hors quota (23 % de taxe brute) CAT A

CAT B

Formations de niveaux V (CAP), IV (bac) et III (bac + 2)

Formations de niveaux II (licence, bac + 3 et 4) et I (bac + 5 et au-delà)

65 %

35 %

CSA Contribution supplémentaire à l'apprentissage (250 salariés et plus)

Collèges, lycées, écoles CFA

Possibilité de couvrir le concours financier

CFA

maine éco février 2017 31


[focus] FINANCEMENT DES PME NAISSANCE D'UN SUPER CLUSTER

iD4Car et l'Institut automobile du Mans se regroupent iD4Car et l'Institut automobile du Mans (IAM) ont officialisé en décembre dernier au Porsche Experience Center du Mans leur regroupement sous la bannière iD4Car. Pour mémoire, iD4Car est le pôle de compétitivité inter-régional du grand Ouest alliant l’automobile, les véhicules spécifiques, les services de mobilité et le machinisme agricole/engins off road/robotique mobile. L’IAM, Association régionale de l’industrie automobile (ARIA) en Pays de la Loire, a pour objet le développement de la performance industrielle et commerciale de la filière. Regroupées, les équipes combineront leurs savoirfaire et compétences pour accompagner les industriels, académiques et institutionnels de la filière afin d’accélérer leur développement sur le territoire. Le grand Ouest étant l’une des cinq régions françaises

porteuses de la filière. iD4Car proposera ainsi deux nouvelles activités dédiées à la performance et au business, en plus de l’innovation, cœur de métier historique du pôle. C’est autour de trois hubs (Nantes, Rennes et Le Mans), qu’iD4Car développera son activité au plus près des acteurs du territoire de la Bretagne et des Pays de la Loire. Ce regroupement vient à la fois pérenniser l’action d’animation inter-régionale de la filière et

stimuler la génération d’idées et de projets grâce à une démarche d’open innovation, au service du développement des PME. "En rejoignant iD4Car, nous pérennisons et donnons un nouvel élan à notre expertise reconnue, tout en offrant à nos membres, et plus largement aux acteurs de la filière, un support renforcé afin d’accélérer leur croissance", se félicite Christophe Camaret, président de l’Institut automobile du Mans.

[PROGRAMME STRATEXIO]

Un accompagnement stratégique à l'international Vous êtes dirigeant d’entreprises, PME, ETI ou start-up innovante et vous souhaitez accélérer votre développement international ? Stratexio est un programme national personnalisé sur du long terme,w pour concevoir et mettre en place une véritable stratégie de développement international. Ce dispositif vous permet de bénéficier de cinq journées collectives de formation et conseil en stratégie sur l’année avec un intervenant renommé, mais aussi de journées de conseil individuel adaptées spécifiquement à vos besoins et attentes, par un consultant expert agréé. De plus, vous serez amenés à partager vos expériences et bonnes pratiques avec d’autres dirigeants et vous aurez 32 maine éco février 2017

accès à une plateforme collaborative en ligne avec des conférences dédiées aux spécificités stratégiques du développement international. Stratexio s'organise en trois étapes : un audit de votre maturité stratégique et l’élaboration d’un contrat d'accélération à l'international fixant les objectifs et les moyens, l'élaboration conjointe du programme de formation collective et enfin, la sélection et la mise en œuvre de votre accompagnement personnalisé. Les entreprises désireuses d'accéder à ce programme doivent déjà réaliser au moins 10 % de leur chiffre d'affaires à l'export. Contact CCI : Éric Mital au 02 43 21 00 12 ou www.stratexio.fr

Accélérer la levée de fonds en capital

Les CCI des Pays de la Loire lancent un programme d’accompagnement des entreprises qui souhaitent faire une levée de fonds. Les projets accompagnés et labellisés par la CCI seront présentés sur l’une des trois plateformes de crowdfunding partenaires : Wiseed, Proximea et My New Startup. Elles ont été sélectionnées par la CCI pour leur professionnalisme, mais aussi pour la complémentarité de leurs interventions. Wiseed est une plateforme nationale leader sur le crowdfunding en capital (equity) bénéficiant de plus de huit années d’expérience, ayant déjà levé plus de 55 millions d'euros. Proximea et My New Startup sont deux plateformes régionales sélectionnées pour leur excellente connaissance de l’écosystème et du tissu régional et ayant déjà mobilisé une communauté significative d’investisseurs locaux. Ainsi, les CCI des Pays de la Loire proposent désormais un accompagnement pour les PME et TPE qui souhaitent faire une levée de fonds : identification des besoins et ressources de financement complémentaires, appui à la préparation du dossier de projet de financement participatif et campagne de communication du projet (clé de la réussite d’une levée de fonds en crowdfunding). De leur côté, pour investir, les contributeurs financiers sont souvent à la recherche de preuves de crédibilité du projet. Aussi, les entreprises présentées sur ces trois plateformes seront toutes accompagnées et sélectionnées par un comité de labellisation local piloté par la CCI qui sélectionne les projets en fonction de leur potentiel de développement sur son territoire et selon leurs besoins en fonds propres (entre 100 000 et 5 millions d’euros).


[SAPEURS-POMPIERS]

Promouvoir le volontariat en entreprise

Les instances nationales du Medef et du Sdis ont engagé il y a quelques mois un rapprochement visant à promouvoir le volontariat des sapeurspompiers en entreprise. Pour assurer une moyenne plus de 30 000 interventions chaque année, les 290 pompiers professionnels de la Sarthe sont épaulés par 2 031 pompiers volontaires. Parmi eux, la très grande majorité est salariée en entreprise. Le Medef Sarthe a donc signé une convention avec le Sdis 72 pour faciliter la mise à disposition de collaborateurs

au sein des entreprises en faveur du service départemental d'incendie et de secours. L'objectif est de permettre au sapeurpompier volontaire de concilier au mieux son engagement avec son activité professionnelle. Pour l'employeur, cette convention présente plusieurs intérêts : la régulation et l'anticipation des absences de son employé afin d'éviter tout dysfonctionnement préjudiciable pour l'entreprise, une compensation financière des absences, une réduction financière de l'assurance incendie… Soulignons également que le collaborateur sapeur-pompier volontaire peut être très utile dans l'entreprise. Détenteur de formations aux gestes de premiers secours, il est en mesure de mettre en œuvre des techniques et des pratiques sur son lieu de travail, dans l'attente des secours. Il est aussi formé aux risques, à la lutte contre l'incendie et aux moyens de le prévenir. Familier de la manipulation des extincteurs, il peut aussi prodiguer des conseils en matière de prévention et intervenir sur tout départ de feu.

INFRACTION AVEC UN VÉHICULE D'ENTREPRISE

L'employeur doit désigner le salarié conducteur Depuis le 1er janvier 2017, pour certaines infractions routières, les employeurs doivent communiquer aux autorités l'identité du salarié qui conduisait le véhicule de fonction, sous peine d'amende. Avant, le salarié pouvait échapper au paiement de l'amende et au retrait de points de son permis de conduire dès lors que son employeur ne procédait pas, à réception de l'avis de contravention, à une requête en exonération spécifiant le nom et l'adresse de ce salarié auteur de l'infraction. Dorénavant, l'obligation de révéler l'identité du salarié ayant commis certaines infractions au volant d'un véhicule de fonction s'applique. Les infractions concernées sont celles commises avec un véhicule appartenant à une personne morale ou loué par elle et constatées à partir d'un appareil de contrôle automatique homologué. Il s'agit des infractions relatives : au port d'une ceinture de sécurité, à l'usage du téléphone tenu en main, à l'usage de voies et chaussées réservées à certaines catégories de véhicules,

à la circulation sur les bandes d'arrêt d'urgence, au respect des distances de sécurité, au franchissement et au chevauchement des lignes continues, aux signalisations imposant l'arrêt des véhicules, aux vitesses maximales autorisées, au dépassement, à l'engagement dans l'espace compris entre les deux lignes d'arrêt à un feu de signalisation, réservé aux cycles et cyclomoteurs. L'employeur dispose de 45 jours à compter de l'envoi ou de la remise de l'avis de contravention pour communiquer à l'autorité mentionnée sur cet avis, par lettre recommandée avec demande d'avis de réception ou de façon dématérialisée, l'identité et l'adresse de la personne physique qui conduisait le véhicule, ainsi que la référence du permis de conduire. À défaut, l'employeur encourt une amende de 4e classe (750 euros au maximum pour l'employeur personne physique, 3 750 euros au maximum pour l'entreprise personne morale).

[CERTIFICAT DE COMPÉTENCES EN ENTREPRISE]

Des formations continues certifiées Délivré par CCI France, mis en œuvre par les centres agréés de formation continue des CCI, le Certificat de compétences en entreprise (CCE) est une reconnaissance répertoriée à l'inventaire de la CNCP (Commission nationale de certification professionnelle) et désormais éligible au CPF (Compte personnel de formation). Le CCE atteste de la maîtrise de compétences transverses acquises en situation professionnelle ou à l'issue d'un parcours de formation. Adapté à tout type d’entreprises quels que soient la taille, le secteur d’activité et les salariés candidats, cette certification permet aux salariés ou demandeurs d'emploi de faire reconnaître des compétences détenues à des fins de valorisation d'un parcours, de mobilité ou de candidature à un emploi. Six certifications sont recensées pour faire reconnaître ses compétences : exercer le rôle de tuteur en entreprise, manager un projet, animer une équipe de travail, exercer la mission de formateur en entreprise, gérer la paie, mener une négociation commerciale. Pour l'entreprise, cette certification permet d'identifier et valoriser les compétences clés au sein de son entreprise, de mesurer le retour sur investissement d'une formation en évaluant les compétences acquises en formation, d'ouvrir la mobilité en repérant les compétences internes, de motiver et fidéliser ses salariés en reconnaissant leurs compétences. Cette certification CCE souple et rapide est délivrée pour une durée de cinq ans. Elle est désormais proposée à l’issue des formations réalisées par la CCI du Mans et de la Sarthe, n'hésitez pas à contacter vos conseillers.  ontact CCI : Valérie Moutel C au 02 43 21 58 12

maine éco février 2017 33


[focus] PAYS VALLÉE DU LOIR - PAYS PERCHE SARTHOIS

Des aides financières à la modernisation

Le Pays Vallée du Loir et le Pays Perche sarthois mènent actuellement une opération de Modernisation de l'artisanat, du commerce et des services (MACS) sur leur territoire, animée par le syndicat mixte, les missions économiques, la CCI et la Chambre de métiers et de l'artisanat. L'objectif de cette opération limitée dans le temps (deux à trois ans selon la consommation de l'enveloppe budgétaire) est d'aider les entreprises à se moderniser,

d'inciter les dirigeants à s'engager dans une dynamique collective, notamment par la mise en place d'actions collectives, et de conforter l'économie de proximité non délocalisable. Les secteurs d'activité concernés regroupent l'artisanat, le commerce de détail, les services à la personne et aux entreprises. Les entreprises bénéficiaires doivent justifier d'une année d'activité, être en situation économique et financière saine, dotées de capitaux propres positifs, avoir moins de 20 salariés, un chiffre d'affaires annuel inférieur à un million d'euros, une surface commerciale inférieure à 400 m2 et - évidemment être situées sur le territoire du Pays Vallée du Loir ou du Perche sarthois. Les dépenses éligibles concernent les équipements neufs, structurants et stratégiques, les investissements et

équipements relatifs à la modernisation des activités (vitrines et équipements professionnels inclus), y compris ceux liés à la protection de l'environnement, les équipements de tournée et leur aménagement, ceux destinés à assurer la sécurité des entreprises, les aménagements destinés à faciliter l'accessibilité et enfin, ces dépenses peuvent aussi s'inscrire dans un projet de modernisation ou de développement durable de l'entreprise. Le taux de l'aide régionale MACS est de 15 % avec un plancher de dépenses minimum de 10 000 euros HT et maximal de 60 000 euros HT, soit une aide allant de 1 500 euros à 9 000 euros. Il faut savoir que ce dispositif s'accompagne de trois jours de formation obligatoire.  ontact CCI : Vanessa de Héras C au 02 43 21 00 30

© Katarzyna Bialasiewicz - Fotolia

[DIRIGEANTS EN DÉTRESSE]

Un dispositif d'aide et d'accompagnement avec l'Apesa Un artisan ou patron de PME se suicide tous les deux jours en moyenne (1)… Partant de ce constat, le dispositif d'Aide psychologique aux entrepreneurs en souffrance aigüe (Apesa) a été créé en 2013 pour venir en aide aux chefs d'entreprise en détresse, au moment du dépôt de bilan, en détectant au plus tôt le risque suicidaire. Aujourd'hui, dix tribunaux de commerce utilisent ce dispositif qui se développe dans 32 autres tribunaux, dont celui du Mans. "Cette association a pour vocation de venir en aide aux dirigeants d’entreprise en difficulté, en formant et mobilisant des "sentinelles" et des psychologues susceptibles de soutenir ceux de nos collègues qui en 34 maine éco février 2017

manifestent le besoin, pendant la procédure judiciaire," explique Sylvie Casenave-Péré, présidente Apesa 72, et présidente du groupe Posson Packaging. Ces "sentinelles" ont pour mission de détecter les chefs d'entreprise en souffrance psychologique et de déclencher une alerte après avoir recueilli l'accord du dirigeant, avant de passer le relais aux psychologues de terrain. Si vous souhaitez vous associer à cette démarche bienveillante ou verser une contribution ou même adhérer, n'hésitez pas à contacter l'Apesa 72 au 02 43 14 18 50. (1) Source : Observatoire de la santé des dirigeants de PME.

PAYS DE LA HAUTE SARTHE

Pour une écologie industrielle et territoriale Le Pays de la Haute Sarthe, la Chambre d’agriculture, la CMA et la CCI ont formalisé une convention de partenariat pour la mise en œuvre d’un projet d’écologie industrielle et territoriale. Ce projet permettra par une connaissance fine des flux des entreprises d’identifier des pistes de synergies possibles (achats groupés d’énergie, de prestations, de consommables, mais aussi gestion collective des déchets, organisation de formations en locale pour les entreprises du territoire…). Ce projet est un des sept piliers de l’économie circulaire, sujet largement porté par la loi de transition énergétique. Pour mémoire, le Pays de la Haute Sarthe est lauréat de l’appel à projet "Territoire zéro déchet zéro gaspi" lancé par le ministère de l’Écologie, du développement durable et de l’énergie. Il s’engage donc dans un programme d’actions spécifiques pour la réduction des déchets d’activité économique (dématérialisation, tri à la source des biodéchets, compostage et gaspillage alimentaire…), le réemploi et la réutilisation des objets (système de consigne, mutualisation des moyens, dons, réparation…), la mise en place du tri et la valorisation des déchets bureautiques et administratifs, mais aussi dans les autres services (restauration, espaces verts, production, chantier…). Les chambres consulaires sont déjà engagées de manière tripartite dans le cadre de la Troisième révolution industrielle et agricole (Tria) qui vise à mobiliser les entreprises pour répondre aux enjeux énergétiques, écologiques et numériques devenus incontournables. C'est donc tout naturellement qu'elles s'engagent dans le projet d'ETI (Écologie industrielle et territoriale) du Pays de la Haute Sarthe avec pour objectif d’identifier les leviers pour construire une démarche performante de gestion des déchets des activités économiques, formaliser un projet d’économie circulaire consolidé par une connaissance fine des matières consommées et rejetées par les entreprises. Contact CCI : Cyrille Naoarine au 02 43 21 00 32


Audit • ExpErtisE ComptAblE • ConsEil • droit • rEssourCEs HumAinEs • informAtiquE

Conseil n°1

Savoir s’entourer... > Libérez-vous des obligations réglementaires > Simplifiez, déléguez la tenue comptable > Pilotez votre entreprise avec des indicateurs > Facilitez la gestion de vos ressources humaines > Optimisez la gestion de votre patrimoine...

Altonéo s’engage et vous le prouve Altonéo est certifiée ISO 9001

ISO 9001:2008

BUREAU VERITAS Certification

Maine-et-Loire 02 41 47 91 91

Mayenne 02 43 53 81 61

Sarthe 02 43 50 26 90

NOUVEAU NISSAN NV300

GAGNANT SUR TOUS LES TERRAINS Disponible en 4 motorisations : 95 ch, 120ch, 125ch, 145ch 3 Euros-palettes de capacité de chargement. Jusqu’à 1280 kg de charge utile.

NOUVEAU NISSAN NV300 FOURGON L1H1 2T8 dCI 120 OPTIMA

139€ HT / MOIS (1)

sous condition de reprise En crédit bail maintenance 60 mois / 100 000 km incluant l’entretien, l’assistance et la garantie sur 5 ans*.

A.M.S NISSAN LE MANS

Bd Estienne d’Orves - Rocade Sud - 72000 LE MANS 02 43 39 93 40 - www.nissan-lemans.fr Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.nissan-oores.fr

maine éco février 2017 35


STAGES INTERENTREPRISES Le service Formation Continue de la CCI vous propose les stages interentreprises du 1er semestre 2017. Nos conseillers sont à votre disposition pour vous aider dans le choix de formations répondant le mieux à vos besoins et vos objectifs. Intitulé

Durée

Dates

Tarif

Formation de formateur en entreprise niveau 1

2 jours

6, 13 avril

605 €

Exercer la mission de formateur en entreprise > CCE* / Eligible CPF

4 jours

6, 13 avril, 2, 12 mai

1710 €

Conduire l’entretien Professionnel

1 jour

21 mars

350 €

Manager un projet > CCE* / Eligible CPF

4 jours

6, 7, 8, 9 mars

1800 €

Animer une équipe de travail > CCE* / Eligible CPF Manager au quotidien Phase 1 Manager les situations complexes Phase 2

6 jours

13, 14, 23 mars 15, 16, 23 mai

2540 €

Optimiser sa gestion du temps et gagner en efficacité

2 jours

21 mars, 25 avril

540 €

Gérer les conflits professionnels

2 jours

23, 24 mars

650 €

Mener une négociation commerciale > CCE* / Eligible CPF Techniques de vente Réussir ses négociations commerciales

5 jours

27, 28 avril, 5, 18, 19 mai

2070 €

Développer un accueil de qualité

1 jour

16 mars

350 €

Développer la relation client dans une situation litige client

1 jour

23 mars

350 €

Efficacité commerciale : relance devis et prise de RDV

1 jour

30 mars

350 €

Découvrir et comprendre les réseaux sociaux

1 jour

16 mars

400 €

Créer sa page Facebook

1 jour

11 mai

400 €

Entrées/Sorties permanentes

Toute l’année

Nous consulter

Initiation Excel

2 jours

17 et 24 mars

210 €

Perfectionnement Excel

2 jours

3 mars et 6 avril

420 €

Compta niveau 1

3 jours

9, 10 et 16 mars

710 €

Gérer la paie > CCE* / Eligible CPF Établir la paie et les charges sociales Maîtriser la paie et les évolutions législatives

6 jours

8, 9 et 10 février 10, 11 et 12 mai

2215 €

Sauveteur Secouriste au Travail (SST) / Eligible CPF

2 jours

13 et 14 mars

210 €

Maintien et Actualisation SST / Eligible CPF

1 jour

3 avril

120 €

Formation hygiène (HACCP) / Eligible CPF

2 jours

20 et 21 mars

420 €

CHSCT (entreprises de moins de 300 salariés)

3 jours

20, 21 et 23 mars

560 €

Techniques d’immobilisation plâtres et résines (initiation)

3 jours

22 au 24 mars

1258 € à 1522 €

Formation manager : règlementation, gestion du temps…

1 jour

10 mars

350 €

Optimiser son investissement : règles fiscales et défiscalisation

1 jour

3 avril

350 €

Transaction : techniques de vente et négociation

1 jour

4 avril

350 €

PCIE start / complet / formation e-learning / Eligible CPF

*CCE : Certificat de compétences en entreprise

tre écoute Nos conseillers à vo au 02 43 21 00 59

36 maine éco février 2017

Formation Continue CCI Le Mans Sarthe 1 boulevard René Levasseur, 72000 Le Mans www.lemans.sarthe.cci.fr

ACCÉLÉRATEUR DE PERFORMANCE


[focus]

Contactez le médiateur des entreprises La médiation des entreprises, placée auprès du ministre de l'Économie, permet aux parties en litige de trouver un accord conforme aux intérêts de chacune et hors procédure judiciaire. Depuis janvier 2016, les médiateurs des entreprises ont résolu 75 % des litiges, aboutissant à une solution satisfaisante pour les deux parties. Les objectifs de cette médiation sont de dénouer les blocages qui minent les activités économiques et de lever les difficultés dans les relations contractuelles. Les motifs de saisine du médiateur peuvent être le non-respect des délais de paiement, la rupture brutale de contrat, le blocage d'une commande, la non-reconnaissance d'un contrat tacite, le non-paiement des travaux ou fournitures réceptionnés sans réserve, la retenue de paiement, la modification unilatérale du contrat, les pénalités de retard abusives, les contrats commerciaux ou conditions générales d'achat léonins… et la liste n'est

pas exhaustive. Accessible aux entreprises et acheteurs publics rencontrant un différend avec un client ou un fournisseur, la médiation est gratuite, confidentielle et n'est pas contradictoire. Elle est assurée par des médiateurs soumis aux règles de confidentialité, neutralité et impartialité. La médiation peut être individuelle, collective et interbranches ou filière. Pour toutes démarches, le dépôt du dossier se fait en ligne sur le site national. Après admission du dossier en médiation (sous réserve de son éligibilité), le médiateur de la région du siège de l'entreprise prend contact avec les parties avant d'entamer un travail visant au rapprochement des positions divergentes et à l'élaboration d'une solution commune par les parties. Plus d'information : www.economie.gouv.fr/mediateur-des-entreprises  ontact : Aude Raverdy au 02 53 46 79 64 C ou 06 09 08 27 81

SIMPLIFIER L’ACCÈS AUX AIDES ET AUX FINANCEMENTS

Le portail pmepaysdelaloire.fr Le portail pmepaysdelaloire.fr est l’outil régional unique d’information sur les aides, les financements et les accompagnements des TPE/ PME depuis 2015. Les CCI des Pays de la Loire et la Région ont porté ce projet, avec le soutien de la Chambre régionale d’agriculture, de la Chambre régionale de métiers et de l’artisanat, de la place financière régionale (Comité régional de la fédération bancaire française, Caisse des dépôts, NAPF place financière du grand Ouest, Bpifrance, et l’Ordre des experts-comptables) et de la Direccte. Trouver l’ensemble des informations et des interlocuteurs sur un site unique est un gain de temps et d’énergie précieux pour un dirigeant. Quel que soit

le projet de l’entreprise, le portail régional pmepaysdelaloire.fr permet d’identifier en quelques clics les dispositifs d’appui et de financement pertinents grâce à une navigation assistée sous forme de parcours de projets (création, innovation, développement, ressources humaines, international, RSE...). Chaque PME est orientée vers un interlocuteur ou une aide, un financement adapté à sa situation. Une nouvelle fonctionnalité de recherche personnalisée s’appuie sur une innovation nationale, l’initiative "dites-le nous une fois" lancée par le Secrétariat général pour la modernisation de l’action publique (SGMAP), pour laquelle la Région a été identifiée

comme collectivité-test. Grâce à la récupération automatique de données déjà fournies par les entreprises aux administrations, elle permet d’avoir rapidement accès aux aides, financements et accompagnements auxquels son entreprise est directement éligible. Le portail pmepaysdelaloire.fr est aujourd’hui le premier agrégateur intelligent sur les aides publiques et les financements. Avec plus de 30 000 visites depuis son lancement et 190 000 pages vues, il a été soutenu par l’ensemble des acteurs régionaux et s’inscrit dans la démarche menée par la Région des Pays de la Loire pour accompagner les PME.

Prolongation jusqu'au 30 juin 2017

© contrastwerkstatt - Fotolia

DES DIFFICULTÉS DANS VOS RELATIONS CONTRACTUELLES ?

AIDE À L'EMBAUCHE POUR LES PME

L'aide à l'embauche d'un salarié pour les entreprises de moins de 250 salariés, créée initialement pour toute embauche ayant lieu entre le 18 janvier et le 31 décembre 2016, est prolongée de six mois, soit jusqu'au 30 juin 2017. Le montant de l'aide est égal à 4 000 euros maximum pour un même salarié. L'aide est versée en quatre tranches de 500 euros pendant deux ans maximum, à l'échéance de chaque trimestre d'exécution du contrat de travail. La rémunération du salarié embauché doit être inférieure à 1,3 fois le Smic, en CDI ou CDD de six mois minimum (ou transformation d'un CDD en CDI), à temps plein ou partiel, ou en contrat de professionnalisation de plus de six mois. Si le salarié est embauché à temps partiel, l'aide est proratisée en fonction de sa durée de travail. Rappelons que cette prime est cumulable avec certains dispositifs existants comme la réduction générale des cotisations patronales sur les bas salaires, le CICE, l'Accre… En revanche, elle n'est pas cumulable avec une autre aide de l'État à l'insertion, à l'accès ou au retour à l'emploi versée au même salarié. À noter que l'aide à l'embauche du premier salarié dans les TPE n'a pas été prolongée ; elle a donc pris fin le 31 décembre 2016. maine éco février 2017 37


d'une communauté de communes…

L’ORÉE DE BERCÉ-BELINOIS

La démographie et l'économie La Communauté de communes de l’Orée de Bercé-Belinois forme un territoire de huit communes et près de 20 000 habitants. Il est une passerelle entre la ville du Mans et la campagne sarthoise et connaît une croissance démographique et économique régulière. Ses élus se sont beaucoup attachés à encourager l’implantation et le déploiement d’entreprises à travers l’aménagement de plusieurs zones d’activités et la mise en place d’un service communautaire dédié à l’accompagnement des acteurs économiques.

Le nouveau parc d'activités Les portes du Belinois à Écommoy.

A

près avoir connu une brève période de ralentissement, la démographie et l’économie du territoire sont de nouveau en croissance. Nous avons notamment constaté une hausse des permis de construire et des ventes de biens immobiliers", souligne Nathalie Dupont, présidente de la communauté de communes et maire de Laigné-en-Belin. "Cette tendance devrait encore s’amplifier dans les prochaines années avec l’aménagement de nouveaux lotissements." Pour accompagner et maîtriser ce développement de l’habitat, tout en préservant les terres agricoles et le patrimoine rural, la communauté de communes s’est lancée dans l’élaboration d’un Plan local d’urbanisme intercommunal (PLUi). Ce projet de 38 maine éco février 2017

territoire, qui repose sur la cohérence et la proximité, a pour objectif de favoriser de nouvelles dynamiques.

École de musique et montée en débit Le renouvellement de population, qui caractérise l’Orée de Bercé-Belinois depuis plus de deux décennies, a généré le déploiement de services mis en place par la communauté de communes. Celle-ci a répondu à la demande tout en renforçant l’attractivité du territoire. "Nous avons, en particulier, fédéré et développé un important pôle d’activités pour l’enfance et la jeunesse. Celui-ci s’appuie sur des structures de qualité réparties sur l’ensemble du territoire, précise Nathalie Dupont. En 2017, la

construction de nouveaux locaux pour l’école de musique, à Laigné-en-Belin, qui sera le grand chantier de l’année, répond aussi à notre volonté de satisfaire les attentes de toutes les générations en offrant une large diversité de services et d’animations." Dans le même esprit, la communauté de communes a ouvert, en 2011, un espace aquatique qui, dès l’été 2018, sera agrémenté d’un toboggan extérieur. "Pour 2017, nous avons aussi programmé le renforcement du débit Internet sur l’ensemble du territoire, en nous appuyant sur la technologie de la fibre optique, poursuit la présidente de la Communauté de communes. Cet investissement, dont le coût reste bien moins élevé que la création d’un réseau FTTH (tout fibre), va bénéficier à 75 % des foyers du territoire. Il contribue à améliorer la qualité de vie des habitants et à renforcer l’attractivité du Belinois auprès des acteurs économiques. Nos zones d’activités sont, pour la plupart, raccordées au haut débit." Autre défi à relever en 2017 : le développement touristique et commercial. Suite à la mise en place de la loi NOTRe (Nouvelle organisation territoriale de la République), l’intercommunalité est en charge de toutes les zones d’activités, de la politique du commerce et de la promotion du tourisme. Pour relever ce challenge, les élus ont renforcé le pôle économique de la collectivité, dirigé par Anne-Cécile Helbert, en recrutant un chargé de mission Tourisme et patrimoine et un agent d’animation du ter-

ritoire pour travailler notamment sur le développement commercial. "Cette organisation, qui inclut un service emploi, nous permet de proposer une politique cohérente et coordonnée", souligne le directeur général des services, Olivier Pineau. "Nous avons un important travail à mener en faveur du développement touristique, afin d’exploiter pleinement nos atouts patrimoniaux", poursuit Nathalie Dupont. Dans cette perspective, la communauté de communes a défini un plan d’actions triennal. La collectivité veut, en particulier, s’appuyer sur la labellisation "Forêt d’exception" pour valoriser la forêt de Bercé, principal centre d’intérêt touristique. Elle va aussi travailler en partenariat avec les acteurs locaux que sont les quatre associations de protection du patrimoine et les propriétaires du superbe jardin d’atmosphère du Petit Bordeaux à Saint-Biez-en-Belin.

Étude commerciale En matière de commerce et d’artisanat, la communauté de communes a fait appel à la Chambre de commerce et d’industrie et à la Chambre de métiers et de l’artisanat pour la réalisation d’une étude de terrain qui doit permettre de déterminer les potentiels de développement et les axes de travail. "Notre secteur compte plusieurs pôles commerciaux dynamiques, mais la situation reste difficile pour le commerce


à l'autre

en croissance Dans le même temps, le pôle économique est à l’écoute des entrepreneurs locaux, s’attachant à encourager les synergies entre les occupants des différentes zones d’activités et à les accompagner dans leurs projets. "Nous proposons des ateliers thématiques mensuels et des animations régulières à travers un programme d’événements appelé Direc’Emploi", explique AnneCécile Helbert.

de proximité. Deux communes (SaintOuen-en-Belin et Marigné-Laillé) recherchent actuellement des repreneurs pour leur épicerie, constate Nathalie Dupont. Notre objectif est de fédérer les professionnels et d’encourager les initiatives communes."

Un parc d’activités nouvellement ouvert En parallèle, les élus et les techniciens du pôle économique poursuivent leurs actions en direction des entreprises. Soucieuse d’être en capacité d’accueillir les porteurs de projets, la collectivité vient de viabiliser 7,5 hectares de terrain d’un nouveau parc d’activités appelé Les portes du Belinois. Ce site est placé face à la sortie de l’autoroute A 28 à Écommoy, et à deux pas de la zone intercommunale d’activités des Truberdières, qui est aujourd’hui remplie (tout comme les zones d’activités

Nathalie Dupont, présidente de la communauté de communes, Olivier Pineau, directeur général des services, et Anne-Cécile Helbert, responsable du pôle économique de la collectivité.

du Petit Raidit à Teloché et de la Belle Étoile à Moncé-en-Belin). "Trois entreprises souhaitent déjà s’installer sur le parc, dont un restaurant, une agence de voyages et de transport, ainsi qu’un commerce de produits locaux", annonce Anne-Cécile Helbert, qui travaille en étroite collaboration avec Sébastien Gouhier, vice-président de la communauté de communes en charge du

développement économique et maire d’Écommoy. "Une dizaine de parcelles modulables est à disposition des porteurs de projets. Nous les vendons au prix de 15 euros le m2, alors que le coût de revient pour la collectivité est de 30 euros le m2. La communauté de communes effectue un véritable effort financier pour attirer les entreprises", souligne Nathalie Dupont.

En 2017, la communauté de communes de l’Orée de Bercé-Belinois n’a pas été impactée par la loi NOTRe, comptant déjà plus de 15 000 habitants. "Notre taille actuelle nous convient. Elle nous permet de développer des projets raisonnables et de rester proches de la population", conclut la présidente de l’Orée de Bercé Belinois.

◗◗ Emmanuel Chevreul

[TÉMOIGNAGE]

Irekiplay, un site de jeux ouverts Parmi les entreprises qui se sont récemment installées sur l’Orée de Bercé-Belinois, Irekiplay est certainement l’une des plus originales. "Irekiplay est le premier site européen de e-commerce dédié aux jeux ouverts, un concept d’origine anglo-saxonne", affirme la créatrice de la société, Murielle Noiriel, qui a choisi, avec sa famille, de quitter la région parisienne pour Moncé-en-Belin, afin de bénéficier d’un meilleur cadre de vie. "Ces jeux de construction, de robotique ou encore de plein air ne proposent pas de règles précises pour permettre à l’enfant de laisser libre cours à son imagination". Irekiplay s’adresse à la fois aux familles et au monde enseignant. La société propose aussi des ateliers dans les écoles ou sur des événements. Murielle Noiriel a obtenu le soutien de la communauté de communes et de Sarthe Initiative à travers l’obtention d’un prêt d’honneur qui a été déterminant dans le lancement de l’activité. "Je bénéficie aussi d’un parrainage qui est très utile", souligne la jeune chef d’entreprise qui réfléchit à de nombreux projets et se sent très à son aise sur son nouveau territoire d’habitation.

maine éco février 2017 39


d'une communauté de communes…

LOI NOTRE

An 1 Votée à l’été 2015, la loi NOTRe (Nouvelle organisation territoriale de la République) est véritablement entrée en application, à l’échelle des intercommunalités, au 1er janvier 2017. Désormais, chaque communauté de communes compte plus de 15 000 habitants et ses compétences ont été étendues en matière de développement économique. Les élus entrent désormais dans une nouvelle phase de concrétisation qui s’annonce complexe et demeure pleine d’incertitudes.

L

a mise en place d’un nouveau Schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) est la première conséquence, et la plus spectaculaire, de la loi NOTRe. Le texte législatif indiquant qu’aucune communauté de communes ne pourrait rassembler moins de 15 000 habitants à compter du 1er janvier 2017, la commission départementale de coopération intercommunale, composée d’une quarantaine d’élus et présidée par la Préfète, a dû, en quelques mois, définir un nouveau schéma. Vingt-et-une des trente intercommunalités sarthoises (1) étaient, en effet, impactées par la mesure.

De trente à seize intercommunalités Désormais, la Sarthe ne compte plus que quinze communautés de communes (soit deux fois moins que dans le précédent schéma) et une communauté urbaine. Seules, les communautés de communes (CDC) de Sablé-sur-Sarthe, du Pays fléchois, de l’Orée de BercéBelinois, du Val de Sarthe, du Sud-Est du Pays manceau et de Loué-BrûlonNoyen (2) ne connaissent pas d’évolution de leur périmètre. Le Mans métropole s’agrandit en intégrant la CDC du Bocage Cénomans, tout comme la CDC de l’Huisne sarthoise, qui accueille neuf communes de l’ex-CDC du Val de Braye. Huit communautés de communes nouvelles sont issues de diverses fusions et la majorité d’entre elles comprend entre 25 000 et 30 000 habitants. 40 maine éco février 2017

Ce mouvement, imposé au "pas de charge", ne s’est pas fait sans difficultés. Les discussions ont parfois été houleuses, générant même des démissions. Aujourd’hui encore, plusieurs communes, principalement dans le sud du département, restent bien décidées à quitter la communauté de communes dans laquelle elles ont été intégrées. Le schéma pourrait donc encore évoluer, mais à la marge. Désormais, les élus des nouvelles intercommunalités apprennent à travailler ensemble (même s’ils se sont déjà beaucoup rencontrés dans les mois qui ont précédé les fusions). L’organisation des collectivités se met progressivement en place, avec une volonté de rationaliser les missions, tout en optimisant les compétences des agents. L’élaboration des budgets, dès cet hiver, va constituer un premier test important, car il pourrait mettre à jour des incertitudes à préserver l’ensemble des services et des projets. L’étroitesse des délais qui ont été imposés aux élus pour "marier" leurs intercommunalités sera, sans doute, pointée du doigt.

Un élargissement des compétences économiques Les difficultés budgétaires seront d’autant plus prégnantes que la loi a aussi imposé, dès cette année, l’élargissement des compétences économiques de toutes les communautés de communes, que leur périmètre ait évolué ou

Structures intercommunales à fiscalité propre en Sarthe au 1er janvier

pas. Désormais, celles-ci sont obligatoirement responsables de la gestion des zones d’activités de leur territoire (y compris les zones jusqu’alors communales), de la politique commerciale et artisanale, ainsi que de la promotion du tourisme. Cette mesure, plutôt bien reçue, doit permettre de développer des actions globales et cohérentes. À l’inverse, elle va générer des dépenses nouvelles pour les intercommunalités, sans permettre pour autant aux communes de faire des économies. Là

encore, 2017 est une année test dont il conviendra d’observer les résultats avec la plus grande attention. ◗◗Emmanuel Chevreul (1) L’ex Communauté de communes du Massif de Perseigne s’était déjà dissoute au 31 décembre 2014 pour former la commune nouvelle de Villeneuve-en-Perseigne qui vient de rejoindre la Communauté urbaine d’Alençon. (2) La Communauté de communes de Loué-Brûlon-Noyen est issue de la fusion des communautés de communes du Pays de Loué et de Vègre et Champagne qui s’était opérée dès 2014.


ICI

DÉVELOPPEZ-VOUS À L’INTERNATIONAL

NOS EXPERTS VOUS ACCOMPAGNENT

www.ca-anjou-maine.fr/entreprise CAISSE RÉGIONALE DE CRÉDIT AGRICOLE MUTUEL DE L'ANJOU ET DU MAINE, Société coopérative à capital variable, agréée en tant qu'établissement de crédit - Société de courtage d’assurances immatriculée au Registre des Intermédiaires en Assurance sous le n° 07 023 736 - Siège social situé 40 rue Prémartine, 72083 LE MANS CEDEX 9 - 414 993 998 RCS - LE MANS - Document non contractuel - 12/2016.

Le souci du détaiL

peugeotwebstorepro.com

photographe : patrick curtet.

Les secrets des pros

NOUveL eXPert NAvIgAtION 3d CONNeCtÉe à COmmANde vOCALe SUr ÉCrAN tACtILe 7’’ POrteS COULISSANteS mAINS LIbreS* bANqUette mOdUwOrk*

P r e m I U m P A C k à partir de

185€ht/mOIS

(1)

après un 1er loyer de 5 400 € ht

Garantie entretien assistance

5 ANS INCLUS(2)

Consommation mixte (en l/100 km) : 5,5. Émissions de CO2 (en g/km) : 144. 1) Exemple pour le crédit-bail sur 60 mois et pour 50 000 km d’un nouveau PEUGEOT Expert Premium Pack Standard 1,6 Blue HDi 95 FAP € 6 neuf, hors option, au prix spécial de 16 990 € HT, déduction faite de la prime Peu(1) Exemple pour le crédit-bail sur 60 mois et pour 50 000 km d’un nouveau PEUGEOT Expert Premium Pack Standard 1,6 Blue HDi 95 FAP € 6 neuf, hors option, au prix spécial geot de 1 000 € pour la reprise d’un véhicule utilitaire, au lieu de 25 700 € HT (tarif conseillé 16F du 03/11/2016). 59 Loyers mensuels de 185 € HT après un 1er loyer majoré de 5 400 € HT, chaque loyer incluant la prestation de 16 990PEUGEOT € HT, déduction faite de la prime Peugeotkm(2). de 1 Option 000 €d’achat pour finale la reprise d’un véhicule au les lieu de 25 700 € HT conseillé duMaintenance, 03/11/2016). 59 Loyers facultative Contrat Service Maintenance 60 mois/50.000 en cas d’acquisition 4 200utilitaire, € HT. (2) Selon conditions générales du(tarif PEUGEOT Contrat 16F Service disponibles dans loyer majoré deprofessionnels, 5selon 400 € HT, chaque loyer incluantpour la prestation facultative PEUGEOT Contrat Maintenance 60dans mois/50.000 km (2). mensuels 185 €les HTversions. après uncumulable, 1er en les points dede vente PEUGEOT. Offre non réservée aux valable jusqu’au 30/04/2017 un nouveau PEUGEOT Expert Premium Pack StandardService 1,6 Blue HDi 95 FAP € 6 neuf, le réseau PEUGEOT (3) en option selon (4) série ou option les versions. participant, et sousfinale réserve en d’acceptation du dossier par au Selon capital de 138 517008 €, RCS Nanterre n°du 317 425 981, 9 rue Henri Barbusse Gennevilliers,disponibles mandataire d’assurance ORIAS 07 921 Option d’achat cas d’acquisition 4 CREDIPAR, 200 € HT.SA(2) les conditions générales PEUGEOT Contrat Service92230 Maintenance, dans lesn°points de004 vente (www.orias.fr).Offre * De série, option ou indisponible PEUGEOT. nonen cumulable, réservéeselon auxversion. professionnels, valable jusqu’au 30/04/2017 pour un nouveau PEUGEOT Expert Premium Pack Standard 1,6 Blue HDi 95 FAP € 6 neuf, dans le réseau PEUGEOT participant, et sous réserve d’acceptation du dossier par CREDIPAR, SA au capital de 138 517008 €, RCS Nanterre n° 317 425 981, 9 rue Henri Barbusse 92230 Gennevilliers, mandataire d’assurance n° ORIAS 07 004 921 (www.orias.fr). * De série, en option ou indisponible selon version.

PEUGEOT PROFESSIONNEL CENTER LE MANS 2 Bd P. Lefaucheux - Tél. 02.43.506.506 - contactlemans@clara-automobiles.com

maine éco février 2017 41


• Expertise Comptable • Fiscalité • Social • Gestion • Juridique • Stratégie & Développement

PME - PMI, Artisans, Commerçants et Professions libérales, bénéficiez de compétences multiples au service de votre performance. Perspectives, au-delà de la comptabilité, le conseil

LE MANS • 5, rue de Constantine • 72015 Le Mans Cedex 2 • Tél. 02 43 39 51 51 administration@agcperspectives.fr • www.agc-perspectives.fr

Imprimerie AUFFRET - PLESSIX TOUTE L’IMPRIMERIE GRANDEUR NATURE

02 43 97 61 22

www.auffretplessix.com 42 maine éco février 2017


conjoncture

Indicateurs économiques 100,65 : En décembre 2016, l'indice des prix à la consommation (IPC) augmente de 0,3 % sur un mois, après deux mois de stabilité. Corrigé des variations saisonnières, il croît légèrement (+ 0,1 %), comme le mois dernier. Sur un an, il accélère pour le deuxième mois consécutif (+ 0,6 %, après + 0,4 % en octobre et + 0,5 % en novembre) et atteint sa plus forte hausse depuis mai 2014. 1 643 : L'indice du coût de la construction (ICC) s'établit à 1 643 au troisième trimestre 2016 après 1 622 au trimestre précédent. Sur un an, l'ICC augmente de 2,2 % après une légère hausse le trimestre précédent (+ 0,5 %).

108,56 : Au troisième trimestre 2016, l'indice des loyers commerciaux s'établit à 108,56. Sur un an, il augmente légèrement (+ 0,2 %) après cinq trimestres de quasi-stabilité. 9,76 € : Smic horaire brut (depuis le 1er janvier 2017) soit un brut mensuel de 1 480,27 € sur la base de la durée légale de 35 heures hebdomadaires (151,67 h de travail). Augmentation de 0,9 %. 0,90 % : Le taux d'intérêt légal est fixé à 0,90 % pour le 1er semestre 2017 quand le créancier est un professionnel (4,16 % si c'est un particulier).

(décembre 2016) Selon les chefs d'entreprise interrogés en décembre 2016, le climat conjoncturel dans l'industrie s'améliore nettement. Déjà supérieur à sa moyenne de long terme (100) depuis avril 2015, il gagne 4 points et atteint 106, son plus haut niveau depuis août 2011. L'indicateur de retournement est dans la zone indiquant une conjoncture favorable. Le solde d'opinion des industriels sur leur activité passée, déjà au-dessus de la normale, augmente vivement et atteint son plus haut niveau depuis juillet 2011. Celui sur les perspectives personnelles de production se redresse et s'établit au-dessus de sa moyenne de longue période. L'opinion des industriels sur les perspectives générales de production du secteur continue de s'améliorer (+ 3 points). Le solde correspondant est supérieur à sa moyenne de long terme depuis février 2015. Les soldes sur les carnets de commandes globaux et étrangers augmentent, alors qu'ils étaient déjà au-dessus de leur moyenne depuis mi-2015. Le premier atteint son plus haut niveau depuis juillet 2011. Enfin, les industriels sont aussi nombreux qu'en novembre à juger que leurs stocks de produits finis sont inférieurs à la normale : le solde d'opinion est stable au-dessous de sa moyenne de long terme.

Industrie du bâtiment

Commerce de détail/commerce et réparation automobiles

Le climat conjoncturel fléchit légèrement en décembre 2016

Le climat des affaires s'améliore encore en décembre 2016 Selon les chefs d'entreprise interrogés dans le commerce de détail et dans le commerce et la réparation automobiles, le climat des affaires s'améliore encore en décembre 2016. L'indicateur qui le synthétise gagne trois points, à 107, retrouvant son plus haut niveau depuis mars 2008. Il est supérieur ou égal à sa moyenne de longue période (100) depuis mai 2015. Les chefs d'entreprise sont de nouveau plus nombreux que le mois précédent à déclarer une hausse de leur activité passée. Le solde d'opinion correspondant est désormais au-dessus de son niveau moyen. Concernant les prochains mois, le solde relatif

Enquête mensuelle de conjoncture dans l'industrie

aux perspectives de ventes est stable, supérieur à sa moyenne de long terme. Celui concernant les intentions de commandes augmente nettement à partir de son niveau moyen. Les perspectives générales d'activité restent favorables : le solde correspondant atteint son plus haut niveau depuis fin 2007. Les stocks sont jugés moins lourds et le solde associé revient à son niveau normal. Les commerçants sont un peu plus nombreux à prévoir d'augmenter leurs prix, le solde se situant au-dessus de son niveau moyen. (Source Insee)

Selon les chefs d'entreprise du bâtiment interrogés en décembre 2016, le climat des affaires s'altère légèrement. L'indicateur qui le synthétise perd un point et se situe à 98, un peu au-dessous de sa moyenne de long terme (100). L'indicateur de retournement reste dans la zone d'incertitude conjoncturelle. Les entrepreneurs sont plus nombreux qu'en novembre à signaler une baisse de leur activité passée. Le solde d'opinion correspondant perd 6 points mais reste au-dessus de sa moyenne de long terme. Le solde d'opinion sur l'activité prévue baisse à peine et reste nettement au-dessus de sa moyenne de long terme. Les entrepreneurs sont moins nombreux qu'en novembre à prévoir de réduire leurs effectifs au cours des trois prochains mois. Ils sont plus nombreux à considérer que leurs carnets de commandes sont peu garnis pour la période. Le solde correspondant est très inférieur à sa moyenne de long terme.

maine éco février 2017 43


Lu pour vous L'année technologique L'Usine Nouvelle - N° 3495 8 décembre 2016

Auto, aéro, énergie, robots, numérique, agroalimentaire… les innovations technologiques de 2016 vont bouleverser la vie des entreprises. Ça donne des idées et peut aider les dirigeants à prendre des décisions.

Hypers : la tentation du dimanche LSA - N° 2439-2440 15 décembre 2016

L'ouverture dominicale concerne de plus en plus d'hypermarchés, à la recherche de ventes additionnelles. Mais ce modèle s'avère très sensible socialement, pour un résultat commercial incertain.

La région attire plus d’investissements étrangers que ses voisines de l’Ouest Insee Analyses Pays de la Loire - N° 36 7 octobre 2016

Les Pays de la Loire sont une région de l’Ouest plutôt attractive pour les investisseurs étrangers, cependant bien moins que l’Île-de-France et les régions du Nord ou de l’Est. Le tissu économique de la région représente un atout pour attirer les investissements, mais d'autres facteurs, notamment sa situation géographique, la desservent. La présence de capitaux étrangers est forte dans l’industrie régionale, particulièrement dans les biens

d’équipement et les matériels de transport. Elle est davantage marquée en Loire-Atlantique et dans la Sarthe.

La proximité affronte une croissance en trompe-l'œil LSA - N° 2439-2440 15 décembre 2016

Si ce circuit de distribution affiche de très bonnes performances dans le commerce, il revêt en réalité des disparités très fortes, avec une région parisienne très dynamique et une proximité rurale plutôt délaissée. Et à parc constant, il est même en recul.

Moderniser nos usines, un pari loin d'être gagné Les Échos - 5 janvier 2017

En 2016, l'industrie française s'est enfin attaquée à la modernisation de son outil de production. Mais la fin du suramortissement fiscal, programmée pour avril 2017, risque de mettre un coup d'arrêt à ces bonnes résolutions.

Sarthe : une croissance démographique faible Insee Flash Pays de la Loire - N° 59 2 janvier 2017

Au 1er janvier 2014, la Sarthe compte 568 760 habitants, soit + 7 710 habitants entre 2009 et 2014. L’augmentation s’explique exclusivement par l’excédent des naissances sur les décès (solde naturel), le solde migratoire étant nul. Si la Sarthe rassemble 15 % des résidents des Pays de la Loire, elle

ne contribue qu’à hauteur de 5 % au gain de population régional. Cette moindre contribution s’explique par un rythme de croissance faible (+ 0,3 % en moyenne par an).

Faut-il redouter la fin de l'alignement des planètes ?

dix considèrent que les commerçants locaux répondent bien à leurs attentes, particulièrement en ce qui concerne la qualité et la disponibilité des produits vendus, l’accueil en magasin ou encore la relation client.

Les start-up françaises à la fête

Les Échos - 6 janvier 2017

Le Monde - 6 janvier 2017

Les hausses du pétrole et des taux d'intérêt prévues cette année sonnent le glas d'une période qui a offert des conditions exceptionnelles pour la compétitivité des entreprises européennes. Mais malgré les inquiétudes, le choc devrait rester mesuré à court terme.

Levées de fonds massives, nombre d’opérations toujours plus importantes, la French Tech, était à la fête en 2016. L’an passé, les investissements dans les jeunes pousses hexagonales ont bondi de 34 % à 2,25 milliards d’euros. Un record.

Le retour de l'inflation signe un tournant de la mondialisation

Quelles règles pour la cyberguerre froide ?

Les Échos - 6 janvier 2017

Les prix recommencent à monter. La hausse générale des salaires dans le monde l'explique. La course de la mondialisation au toujours moinsdisant est finie. Les conséquences seront lourdes pour le pouvoir d'achat.

Quelles attentes des Français vis-à-vis du commerce de proximité ? Rezo - N° 119 Décembre 2016/janvier 2017

À l’heure du commerce connecté, l’enquête Opinion Way/Dolmen montre que les Français plébiscitent toujours le commerce local. Plus de huit sur

Les Échos - 3 janvier 2017

Les diplomates occidentaux se mobilisent pour réguler les conflits dans le cyberespace. Avant qu’un État ou une organisation terroriste ne paralyse tout Internet. Leur priorité : sécuriser les "registrars" où sont regroupés les annuaires d’adresses du réseau mondial. S’ils étaient attaqués, tout l’Internet s’arrêterait.

La conjoncture en Pays de la Loire novembre 2016 Tendances régionales Banque de France - 13 décembre 2016

Dans l’industrie, les productions sont de nouveau orientées à la hausse en novembre. Pour la deuxième fois

maine éco é icit o ubl éc p e e r ain Vot m s dan

44 maine éco février 2017

Votre magazine maine éco traite de l’information économique du département de la Sarthe, de la vie des entreprises du territoire, de l’actualité commerciale, juridique, industrielle, internationale… sous forme de nombreux témoignages, de reportages ou de dossiers. Adressé à 16 700 exemplaires 4 fois par an, maine éco est lu par 70 % des décideurs. Pour tous vos projets publicitaires dans maine éco, contactez Pascal Tauvel au 02 43 24 23 42 / 06 08 16 69 79 ou maine.editions@wanadoo.fr


de l’année l’Indicateur du climat des affaires (ICA) industrie dépasse sa moyenne de longue période, tiré par les carnets de commandes bien étoffés. De même, l’activité dans les services marchands poursuit sa progression : l’ICA services marchands maintient un rythme dynamique et dépasse nettement sa moyenne de longue période.

expérimentation unique en Europe menée sur deux ans, avant un premier bilan. Une période de tolérance a été accordée aux industriels jusqu’au 31 mars.

Une attractivité économique soutenue à l'ouest de la région, plus fragile à l'est

L'embellie se confirme pour la soustraitance française. Après quatre années de recul de la production, l'activité a rebondi de 3 % en 2015. Enquête de L'Usine Nouvelle et classement des 100 premiers soustraitants français.

Insee Analyses Pays de la Loire - N° 38 9 novembre 2016

L'attractivité économique se maintient dans les Pays de la Loire grâce à la présence de la métropole nantaise, d'un tissu productif diversifié et d'une façade maritime prisée. La situation varie toutefois selon les zones d'emploi. Les plus grandes ont davantage une attractivité productive alors que les plus petites ont une attractivité résidentielle. Angers et Le Mans continuent d’attirer de nouveaux emplois mais peu de nouveaux retraités et navetteurs.

Plats cuisinés : donner l’origine de la viande et du lait Les Échos - 2 janvier 2017

L’étiquetage sur la provenance géographique devient obligatoire pour les produits transformés. Le gouvernement veut favoriser la transparence et soutenir les filières agricoles françaises. Une

La sous-traitance retrouve des forces L'Usine Nouvelle - N° 3494 1er décembre 2016

Services à la personne : l'union fait la force Franchise magazine - N° 257 Décembre 2016 - janvier 2017

Les opérations de regroupement se multiplient dans les services à la personne, afin de donner naissance à de grands groupes multi-activités, alors que le nombre d'acteurs spécialisés, franchisés ou pas, avait explosé au cours des dix dernières années.

Formation : les prestataires mieux encadrés Les Échos - 28 décembre 2016

Un décret entré en vigueur le 1er janvier fixe six critères que les organismes de formation devront satisfaire pour être éligibles aux financements paritaires ou publics.

VENTES NEUF ET OCCASION

L’enjeu est important pour la montée en gamme du secteur. À titre de comparaison, alors que 85 % des professionnels sont accrédités en Allemagne, à peine 2 000 environ sur 75 000 sont labellisés ou certifiés en France.

Cameroun : de grands travaux pour booster l'économie Moci - N°2025 - 22 décembre 2016

S'appuyant sur la résilience dont il a fait preuve ces trois dernières années, le Cameroun se projette déjà sur les trois prochaines. Malgré les réserves du FMI, il est décidé à entamer de grands investissements dits de deuxième génération.

et les services informatiques aux entreprises. Pionnier du secteur, il s'active pour garder sa longueur d'avance. Regroupés sous le nom d'Amazon Web Services (AWS), ces services constituent l'activité la plus bénéficiaire du géant américain et l'une de ses priorités.

L’étroit chemin de la croissance française en 2017 Le Monde - 7 janvier 2017

E-learning : de l'autoformation à la classe virtuelle

Que réserve 2017 ? Quels éléments peuvent venir doper ou au contraire amoindrir la dynamique de croissance tricolore ? Dans ses prévisions de décembre, l’Insee a revu en légère baisse la progression du produit intérieur brut (PIB) attendu pour 2016, à 1,2 %. Et rares sont les économistes à tabler sur une accélération pour cette année.

Travail et sécurité - N° 778 Décembre 2016

Marché de la beauté

Très en vogue, le e-learning présente de nombreux atouts, mais aussi quelques revers, comme l'absence de contact humain, pouvant être préjudiciables pour la motivation. Il existe pourtant des parades pour rendre tout son potentiel à cette forme d'apprentissage.

Cloud : tous derrière, Amazon loin devant Challenges - N° 503 5 janvier 2017

Points de vente - N° 1204 5 décembre 2016

Le marché de la beauté ploie, rebondit et finalement reste stable, perméable à toutes les crises, aux incertitudes du commerce. L'enjeu, aujourd'hui, est de renouer avec la croissance dans un univers ébranlé par l'éclosion des start-up et des pure players. Les enseignes doivent mieux marier expérience et digital, réalité et virtualité car l'avenir de la beauté sera connecté ou ne sera pas.

Le leader de l'e-commerce règne aussi sur le stockage de données

LOCATION MATÉRIEL BÂTIMENT - TP - INDUSTRIE

www.ccmb53.fr Z.A LES BOZEES 5300 LAVAL Tél: 02 43 59 78 78

www.ccmblocation.fr Z.A La Rouvelière 72700 SPAY Tél: 02 43 21 37 00 Z.A Les Ajeux 72400 LA FERTÉ BERNARD Tél: 02 43 60 01 11 Z.A Le Pont 72300 SABLÉ / SARTHE Tél: 02 43 62 16 30

maine éco février 2017 45


Découvertes

FONDERIE D'ART MACHERET

Quels talents ! Fondée à Tuffé en 1982 par Philippe Macheret, et installée dans un nouveau bâtiment en 2004, à Montfort-le-Gesnois, la fonderie éponyme a été reprise par ses deux fils, Paul et Yves. Depuis l’entreprise connaît un développement régulier, tout en restant spécialisée dans la réalisation de médailles, trophées, statues ou objets d’exception coulés en bronze. Il s’agit toujours d’œuvres d’art et certaines sont prestigieuses.

D

Photo de famille : Philippe et Paul devant, Yves un peu en retrait.

Un développement maîtrisé En vue d’assurer son avenir, Philippe a eu la très bonne idée de construire un nouveau bâtiment plus adapté à Montfort-leGesnois. L’arrivée de la nouvelle géné-

© Association photo Sargé-lès-Le Mans

Les deux fils : Paul, 44 ans, a mené une carrière dans le marketing et la communication avant de reprendre l’affaire avec son frère Yves. Il assure la direction, la promotion et l’organisation générale… Yves, 36 ans, après avoir cogéré une société d’énergie renouvelable, a la responsabilité du développement technique et artistique. Dans cette famille, on est fondu de bronze de père en fils, avec un caractère bien trempé pour ne pas dire un tempérament d’airain.

© Le Journal des Entreprises

ans la famille Macheret je demande… le père : fondateur de l’entreprise familiale à Tuffé en 1982. Philippe est un autodidacte, artiste et créateur de talent, auteur de milliers de croquis. Il a dirigé l’entreprise pendant 33 années, lui donnant ses lettres de noblesse et une grande notoriété, avant de la transmettre, en 2015 et à l’âge de 71 ans, à ses fils. La fonderie d’art, unique dans notre département, comptait alors 16 employés. Aujourd’hui encore, il lui arrive de revenir dans les ateliers pour y concrétiser l’une de ses dernières idées.

Une coulée de bronze.

46 maine éco février 2017

ration a apporté un second souffle : le chiffre d’affaires a progressé de 60 % et l’effectif est passé à 19 collaborateurs. Installée sur un terrain de 6 000 m2, la fonderie a les moyens de s’agrandir et de moderniser l’outil de production. En décembre 2015, le Département l’a récompensée dans le cadre du concours lancé par Cap création, dans la catégorie "reprise d’entreprise", pour son innovation et son potentiel d’emplois à venir, gage de bonne gestion et de pérennité.

Le bronze, un matériau noble mais difficile à travailler Connu depuis fort longtemps (l’âge du bronze remonte au IIIe millénaire et

précède l’âge du fer), le bronze est à l’origine un alliage de cuivre et d’étain. Très résistant, il servit dès l’antiquité à fabriquer des armes, des statues et des objets d’art variés. Traditionnellement, le moulage se fait par la technique de la cire perdue et passe par de nombreuses étapes : le modelage à la cire, la préparation du moule et son séchage, l’évacuation de la cire et la cuisson du moule, la fusion et la coulée du métal, la destruction du moule, puis les opérations de finition et de patines suivant l’effet recherché. Néanmoins, le choix de Philippe a été de se diriger vers un moulage plus technique, plus industriel mais adapté à la fonderie d’art, le moulage au sable à


Découvertes

prise chimique. "Le moulage au sable nous autorise à produire des séries aussi bien que des pièces uniques et, insiste Paul pour préciser ce qui fait la spécificité de l’entreprise, unique en France, nous nous chargeons de toutes les opérations en partant d’une feuille blanche et proposons au client de réaliser sa pièce de A à Z : design, création visuelle en image numérique, prototypes et modèles, fonte de la pièce, ébarbage, ciselure, polissage et patine. Seule la dorure, si elle est demandée, est sous-traitée car il s’agit d’un autre métier." Suivant sa formule "l’entreprise relève de l’art et de l’industrie." Les ateliers sont équipés de fours à gaz qui permettent de fondre le bronze à une température de 1 100 degrés, à raison d’une à deux coulées de 60 à 80 kilos par jour.

Tout récemment, et à la demande de la SNCF, les lettres qui parent les voitures restaurées de l’Orient Express. Parmi les objets divers qui relèvent d’un inventaire à la Prévert, des sculptures pour l’artiste angevin Gari, des plaques commémoratives comme celle récemment inaugurée pour le centenaire de la bataille de Verdun par Angela Merkel et François Hollande, et bien d’autres… Les trophées les plus prestigieux sont sans doute celui du Vendée Globe, dessiné par Philippe Macheret en 2005, et remis tous les quatre ans au skippeur vainqueur et aux 19 suivants, ou la statue d’un cheval percheron plus grand que nature située à la sortie de l’auto-

Des réalisations prestigieuses En 2013, le savoir-faire de la Fonderie d’art Macheret est reconnu par le ministère du Redressement productif qui lui attribue un label de qualité, celui "d’entreprise du patrimoine vivant", autrement nommé par son acronyme EPV. Label bien mérité car elle œuvre depuis plus de 30 ans à redonner aux ornements et décorations en bronze tout leur lustre. Elle crée des médailles et des trophées, des objets de décoration et de mobilier de haute facture. S’agissant des médailles, les clients sont de grosses entreprises (Vinci, Areva, Valeo, etc.), des organisateurs d’événements sportifs comme la Fédération française de football ou celle de rugby, la Nuit des associations à Monaco… D’autres références relèvent aussi du haut de gamme, voire du luxe : les cheminées du Ritz et les décors de vitrine du magasin Ladurée à Paris, des tables basses pour le champagne Pommery…

route, à Nogent-le-Rotrou, pour symboliser la région du Perche. "Pour nous, il s’agit d’une pièce maîtresse eu égard à sa taille." La Fonderie Macheret travaille aussi à l’exportation, notamment pour les ÉtatsUnis, et la chaîne des Relais et Châteaux pour laquelle elle réalise les plaques des établissements en France mais aussi à l’étranger. "L’avenir de l’entreprise passe par l’international car les donneurs d’ordre sont à la recherche du savoir-faire français." Plus près de chez nous, et plus modestement, nos fondeurs ont réalisé des œuvres diverses. Des médailles ont notamment été commandées par

Une œuvre de l’artiste Gari.

l’association Sarthe Export (devenue Sarthe International) en vue de récompenser les meilleurs exportateurs lors des concours annuels qu’elle organisait. En Mayenne, le balisage du site gallo-romain de Jublains a ainsi été matérialisé. Sans oublier la réalisation de quelques-unes des grandes plaques des empreintes des pilotes vainqueurs des 24 Heures du Mans qui pavent le quartier Saint-Nicolas au Mans, et désormais leurs reproductions miniatures. Toujours pour les 24 Heures du Mans, les trophées Classic Automotive, association organisatrice de la Parade des pilotes, ont vu le jour. Une trentaine de mairies sarthoises ont aussi fait appel aux talents des fondeurs suivant leurs besoins variés. La Semeuse de René en Sarthe est un bel exemple de monument réalisé pour répondre à la commande d’une petite commune rurale soucieuse d’embellir son patrimoine touristique déjà riche de superbes halles aux grains du XVIe siècle. On n'a pas fini de fondre de plaisir devant une telle dextérité. ◗◗ Francis Landier Source : Ouest France : Le trophée du Vendée Globe est "made in Sarthe" (4 avril 2015), La Semeuse en stuc s’est transformée en bronze (16 novembre 2015), Les initiatives de cinq Sarthois primées (1er décembre 2015).

Le trophée du Vendée Globe.

Source : La Vie Mancelle & Sarthoise maine éco février 2017 47


Changement de propriétaire

LAMBALLE Fonds de commerce d'esthétique, vente de produits de beauté, maquillage, parfums. Loué 43 000 € MAISON REIGNIER Fonds de commerce de production, fabrication, commercialisation de sablés, biscuits et autres pâtisseries, chocolaterie, glaces, boissons et toutes activités de salon de thé, traiteur, plats cuisinés, vente à emporter. Sablé-sur-Sarthe 17 000 € LA TRADITION DES PAINS Boulangerie pâtisserie. Saint-Jean d'Assé 73 000 € TCHIP COIFFURE Coiffure mixte La Flèche 115 000 € ISOMAINE Fonds de commerce d'isolation de combles perdus, isolation de combles, nettoyage de toiture et traitement de charpente. Le Mans 11 430 € PIL'VITE Vente au détail d'articles d'horlogerie, vente de piles, montres, bracelets, accus. Le Mans 65 000 € L'ATELIER DES COQUETTES Salon de coiffure hommes femmes enfants, négoce en gros et détail d'articles, activité de coiffure parfumerie bijoux fantaisie foulards. Ruillé-sur-Loir 47 000 € SAS UZU Production et commercialisation d'énergies renouvelables, création et développement d'infrastructures, location d'immeubles. Fontenay-sur-Vègre 10 000 €

48 maine éco février 2017

RICORDEAU Alimentation générale supérette boucherie charcuterie traiteur, boucherie hippophagique, compositions décorations florales naturelles et artificielles. Yvré-le-Polin 180 000 € SNC DROUAULT Café bar brasserie avec licence IV, articles de fumeurs, bimbeloterie loto gérance d'un débit de tabac. La Ferté-Bernard 200 000 € MC ÉLEVAGE SERVICE Achat, vente, négoce, installation, réparation de toutes machines ou équipements à usage agricole. Saint-Pierre-des-Bois 220 000 € FLEUR DE SEL Crêperie, pizzéria, activité de restauration, salon de thé, cours de cuisine. La Flèche 90 000 €

BOULANGERIE DE LA PLACE Boulangerie, pâtisserie, confiserie et glaces. Le Mans 320 000 € CAROLINE GUITTET Exploitation fonds de coiffure mixte, de vente de produits et d'accessoires. Sargé-lès-Le Mans 14 460 € CHEZ RAOUL Exploitation d'un bar, débit de boissons, snack. Le Mans 16 750 € H&H Charpente menuiserie métallerie Bouloire 85 000 € LE CHIQUITO Café, gérance d'un débit de tabacs, bimbeloterie, journaux. La Ferté-Bernard 55 000 €

SNC LA SOLESMIENNE Bar, tabac, presse, jeux, épicerie. Solesmes 130 000 €

LES MERVEILLES DE JADE Boulangerie pâtisserie, sandwicherie snack, confiserie, glaces, chocolaterie. Le Mans 230 000 €

À BIEN TAUX Courtier en banque Le Mans 250 000 €

PHARMACIE DE SILLÉ Officine de pharmacie. Sillé-le-Guillaume 347 000 €

BULLAZYMUT Café, hôtel, restaurant, pizzéria. Le Mans 15 000 €

LA MAISON DU PAIN Boulangerie pâtisserie. Saint-Georges-du-Bois 100 000 €

BOUCHERIE DU VEAU D'OR Boucherie charcuterie volailles, traiteur. Le Mans 80 000 €

HÔTEL DE LA GARE Hôtel bar restaurant. Château-du-Loir 45 000 €

EUROPE SERVICES Cordonnerie, clés, gravures, imprimerie, tampons, plaques auto, vente d'articles liés aux activités. La Chapelle-Saint-Aubin 125 000 €

AGENCE LEMAÎTRE MOREL Agence immobilière (transaction immobilière, gestion immobilière et syndic). Mamers 160 000 €

Ces annonces de ventes et cessions commerciales sont extraites du Bodacc.fr KING JOUET Vente de tous produits et services ayant trait aux domaines des jeux, jouets, loisirs de plein air, loisirs créatifs et à l'équipement de l'enfant à titre principal ainsi que les jeux vidéo, les articles de librairie, de papeterie et de confiserie, le mobilier pour enfant à titre accessoire. Solesmes 120 000 € BES'TRANSPORTS Transport routier, stockage, affrètement, déménagement, location de véhicule avec ou sans chauffeur, ainsi que toute activité de transport en général. La Ferté-Bernard 169 000 € SLC Ventre réparation caravanes, campingcars, équipements et accessoires de matériels de camping. Arnage 15 000 € CRÉA-FLORE Achat vente de fleurs naturelles et artificielles, plantes, accessoires et produits s'y rapportant, composition décoration florales naturelles et artificielles. Malicorne-sur-Sarthe 25 000 € MAFRAY LILIAN Peinture en bâtiment (intérieure), décoration, vitrerie. Changé 50 000 € CONCEPT DIRECT PROJET AEE Fonds artisanal de travaux d'installation électrique. Arçonnay 70 000 €


LE MANS 15, Place Aristide Briand - 72100 Le Mans Tél : 02 43 520 676

ANGERS 18, place de la République - 49100 Angers Tél : 02 41 882 555

www.art-im.com


Conception : L. Chapron CD72

LE FILM

Rendez-vous sur www.sarthe.fr pour découvrir le nouveau film « La Sarthe ». Sport, culture, patrimoine, loisirs et économie, redécouvrez la Sarthe que vous aimez !

Profile for frédéric RENAULT

Maine éco n°183  

Maine éco n°183  

Profile for maine-eco
Advertisement