Page 1

PACTE COMPÉTITIVITÉ Des mesures pour les entreprises... p8

INDUSTRIE MÉCANIQUE Un secteur innovant et dynamique... p14

OPEN INNOVATION Ouvrez les frontières de votre entreprise... p17

maine éco LE MAGAZINE ÉCONOMIQUE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE DU MANS ET DE LA SARTHE

FRANCHISE

LE RÉSEAU FAIT LA FORCE ! N°166 AVRIL 2013


PROFESSIONNELS, SOYEZ LÀ OÙ VOS CLIENTS VOUS CHERCHENT !

DÉCOUVREZ NOS SOLUTIONS POUR CRÉER VOTRE VITRINE OU VOTRE BOUTIQUE EN LIGNE. BANQUE & ASSURANCE

www.banquepopulaire.fr

BPCE - Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 467 226 960 € Siège social : 50, av. Pierre-Mendès-France - 75201 Paris Cedex 13 - RCS Paris n° 493 455 042.

25 RUE D’ARCOLE AU MANS 02.43.39.56.78


édito

Bernard Warain, président de la Chambre de commerce et d’industrie du Mans et de la Sarthe president@lemans.cci.fr

N° 166 - avril 2013 MAGAZINE BIMESTRIEL ÉDITÉ PAR LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE DU MANS ET DE LA SARTHE 1 bd René Levasseur, BP 22385 72002 Le Mans cedex 1 Tél. 02 43 21 00 00 Fax 02 43 21 00 50 www.maineeco.fr

Directeur de la publication : Bernard Warain

À quoi ça sert une CCI ? 1 380 apprentis formés, c’est nous 8 centres de formation, écoles de commerce, écoles d’ingénieurs, c’est nous 795 créations d’entreprises en 2012 (hors auto-entrepreneurs), c’est nous 1 500 porteurs de projet création d’entreprise accueillis en 2012, c’est nous 3 200 heures de permanence assurées par les conseillers CCI, les experts comptables et les avocats à la Maison de la création transmission d’entreprise + 500 000 e de prêts d’honneur accordés aux créateurs d’entreprise, c’est nous

Rédactrice en chef : Maryse Gauthier Rédactrice en chef adjointe : Karine Méteyer

400 dossiers de formation continue des commerçants, c’est nous

Ont collaboré à ce numéro : Emmanuel Chevreul Bénédicte Hascoët Gilles Kervella Julien Proult

+ 100 entreprises industrielles accompagnées dans le dispositif d’amélioration des performances Dinamic, c’est nous

Photos : CCI - Droits réservés pour “La vie des entreprises” Couverture : Avenue du Mans-Ad'hoc photo

1 guichet unique pour la création transmission d’entreprise en Sarthe réunissant 18 partenaires 1 guichet unique pour le développement des entreprises sarthoises à

Maquette - Mise en page - Gravure : Okaparka Publicité : Maine Éditions, Pascal Tauvel Tél. 02 43 24 23 42 ou 06 08 16 69 79 maine.editions@wanadoo.fr

6 500 passagers gérés à l’aéoroport Le Mans-Arnage, c’est nous

5 900 formalités d’entreprises traitées, c’est nous

l’international

Ceci n’est qu’un échantillon de ce que nous faisons…. Bien amicalement

Impression : Auffret Plessix Tirage : 16 300 exemplaires ISSN : 1269-6633

maine éco avril 2013 1


sommaire 4 Focus 8 Actualité

14

L'industrie mécanique fait face à la pénurie de main-d'œuvre

Pacte pour la croissance et la compétitivité Des mesures dédiées aux entreprises

10 La vie des entreprises 14 Actualité

Industrie mécanique Un secteur innovant et dynamique… qui peine à recruter

17 Industrie

Open innovation Comment innover avec des partenaires extérieurs ?

19 Entreprise

19

Iso 12931 Une norme pour lutter contre la contrefaçon

21 Entreprise

L'Iso 12931 lutte contre la contrefaçon

GEIQ Handicap 72 Simplifier l'embauche d'un salarié handicapé

22 Juridique

Négociation collective Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes

24 DOSSIER

22 Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes : négociations et sanctions

Franchise Le réseau fait la force !

30 International

Afrique Des marchés à conquérir

33 Conjoncture

Enquête mensuelle de conjoncture dans l'industrie Consommation des ménages en GMS

34 D’une communauté de communes… à l’autre

L’Huisne sarthoise Solide et dynamique

39 Formation

34 L'Huisne sarthoise : un territoire qui valorise ses atouts 2 maine éco avril 2013

Sarth'Esthétique formation Former aux métiers de l’esthétique et du bien-être

40 Lu pour vous 42 Maine Découvertes

Jacques et Vianney Bellanger, chocolatiers De la cabosse au nectar des dieux

44 Opportunités d’affaires Annonces commerciales Annonces industrielles


agenda DOSSIER

11 avril

9 h 30 - 11 h 30 : Matinale juridique "Cessation du contrat d’agent : les réflexes à adopter et les pièges à éviter" Maison de l’international à la CCI Contact : CCI - Myriam Reuzé au 02 43 21 00 12

11 avril

18 h 30 : Réunion thématique du club d'entreprises Espace Entreprendre 72 à la CCI Contact : CCI - Katy Rondeau au 02 43 21 00 37

11 avril

19 h 30 : Soirée de clôture "Les entrepreneuriales" À la faculté de droit, d'économie et de gestion d'Angers

Franchise

Le réseau fait la force !

Contact : CCI - Mickäel Leroux au 02 43 21 00 10

16 avril

Formation : Les sécurités de paiement à l’international (1 jour) CCI Formation continue Contact : CCI - Myriam Reuzé au 02 43 21 00 12

18 avril

Les franchises résistent mieux dans le contexte économique difficile actuel. À cela, une raison majeure : ces réseaux disposent de moyens financiers, humains et techniques grâce auxquels ils évoluent et s’adaptent très rapidement aux attentes d’un public dont ils peuvent plus facilement cerner les attentes. La notoriété des marques, le besoin des consommateurs de se sentir en pays de connaissance font le reste.

9 h - 12 h : Réunion préfecture/CCI Les enjeux de votre bassin d'emploi Entreprises, venez témoigner ! Saint-Calais Pour les autres dates et lieux (Loué, Connerré, Le Bailleul…) Contact : CCI - Lydie Javelle au 02 43 21 00 28

18 avril

19 h - 22 h : Conférence "Maîtriser ses transports internationaux" Organisée par Sarthe International et le club Clach à la CCI Contact : Sarthe International au 02 43 21 00 24

6-12 mai

Artec, le festival des petits génies de la robotique La Ferté-Bernard www.festival-artec.fr

14 mai

9 h - 11 h : Atelier "E-export" Maison de l’international à la CCI Contact : CCI - Myriam Reuzé au 02 43 21 00 12

17 mai

8 h 45 - 10 h 15 : Breakfast in English CCI Contact : Sarthe International au 02 43 21 00 24

18-19 mai

Grand prix de France Moto Circuit Bugatti Le Mans

24 mai

Formation : Le transport à l’international (1 jour) CCI Formation continue Contact : CCI - Myriam Reuzé au 02 43 21 00 12

24-25 mai

Ici les boîtes bougent ! Place de la République - Le Mans www.icilesboitesbougent.com

30 mai

17 h - 21 h 30 : Visite du laboratoire d’acoustique LAUM / IRT Contact : Sarthe International au 02 43 21 00 24

1er- 23 juin

Animation commerciale 24 Heures + Contact : CCI - Sylvie Bervas au 02 43 21 00 25

6 juin

15 h - 18 h : 3e Rencontres de l'innovation CCI Contact : CCI - Angélique Barré

13 juin

9 h - 18 h : Sarthe Le Mans connection Salon des solutions informatiques, numériques et e-business Palais des congrès et de la culture Le Mans www.sarthe-lemans-connection.com

13 juin

9 h - 20 h : Rencontres de l’international avec les partenaires de la Maison de l’international MMArena Contact : CCI - Myriam Reuzé au 02 43 21 00 12

22 - 23 juin

24 Heures du Mans maine éco avril 2013 3


[focus] [24 Heures +]

Une animation commerciale pendant la course mythique À l'occasion des 24 Heures du Mans, l'animation commerciale "24 Heures +" est reconduite du 1er au 23 juin prochains. Proposée par la CCI à tous les commerçants sarthois, elle vise à créer une synergie autour de cette course mythique, et surtout à attirer les clients dans les magasins participants. Chaque commerçant peut se procurer un kit de décoration sur le thème de la course automobile et peut faire gagner, grâce à un jeu avec tickets grattage, de nombreux

24 et 25 mai 3e édition "Ici les boîtes bougent !"

cadeaux à ses clients tels qu'un survol du circuit en hélicoptère, une lithographie de François Bruère, des modèles réduits de voitures de course et divers autres cadeaux. Un concours de vitrine est également organisé, les vitrines lauréates seront filmées pour une diffusion sur LMTV durant la semaine des 24 Heures. Contact CCI : Sylvie Bervas au 02 43 21 00 25.

[Diplôme d'État d'ambulancier]

Un taux proche de 100 % de réussite

L'IFA, Institut de formation des ambulanciers du Groupe CCI Formation, prépare chaque année des stagiaires au diplôme d’État d’ambulancier (DEA), indispensable pour exercer la profession. À l’issue du cycle de formation, ils sont ainsi capables d’assurer, sur prescription médicale ou en cas d’urgence médicale, la prise en charge et le transport de

malades, de blessés, dans des véhicules de transport sanitaire adaptés, pour des raisons de soins ou de diagnostic. La formation se déroule sur quatre mois à temps plein ou dix mois en alternance au Groupe CCI Formation. L’organisation pédagogique de l’IFA repose sur les interventions de professionnels en activité : médecins, infirmiers, kinésithérapeutes, aidessoignants et ambulanciers. En complément, les futurs ambulanciers bénéficient de quatre stages en milieu hospitalier et en entreprise de transport sanitaire. La promotion 2012 était composée de 40 stagiaires, 39 d’entre eux ont obtenu leur DEA, motivés par un métier de passion, riche en rapports humains. Un taux de réussite qui frôle les 100 % et qui s’accompagne d’un excellent taux d’insertion professionnelle à l’issue de la formation.

[À partir du 1er juillet 2013]

Éteignez vos éclairages la nuit Un arrêté du 30 janvier 2013 prévoit de réduire l'empreinte de l'éclairage artificiel sur l'environnement nocturne. Il précise les modalités de fonctionnement des installations d'éclairage des bâtiments non résidentiels, recouvrant à la fois l'éclairage intérieur émis vers l'extérieur de ces bâtiments et l'éclairage des façades de bâtiments. Ainsi, à compter du 1er juillet 2013, les éclairages intérieurs de locaux à usage professionnel doivent être éteints une heure après la fin de l'occupation de ces locaux et pour les illuminations des façades des bâtiments, au plus tard à 1 heure. Les éclairages des vitrines de 4 maine éco avril 2013

magasins de commerce ou d'exposition doivent être éteints au plus tard à 1 heure ou une heure après la fin de l'occupation de ces locaux si celleci intervient plus tardivement. Ils peuvent être allumés à partir de 7 heures ou une heure avant le début de l'activité si celle-ci s'exerce plus tôt. Les illuminations des façades des bâtiments ne peuvent être allumées avant le coucher du soleil. Rappelons que depuis juillet 2012, les publicités et pré-enseignes lumineuses doivent être éteintes entre 1 heure et 6 heures du matin, dans les agglomérations de moins de 800 000 habitants.

Le Medef Sarthe organise pour la 3e année consécutive, la manifestation "Ici, les boîtes bougent !", les 24 et 25 mai, place de la République au Mans. L'objectif est de promouvoir auprès du grand public, les entreprises sarthoises et de rassembler de nombreux acteurs locaux qui ont à cœur de montrer leur savoir-faire et le dynamisme du territoire. Près de 65 stands sont dédiés aux entreprises, un job dating est aussi organisé ainsi que des tables rondes sur les thèmes "Qu'est-ce que le cloud ?" ou encore "les clés d'une bonne sécurité sur Internet". Sur un plan plus récréatif, seront proposés : des animations sportives, des cours de cuisine avec les produits de la région et un tremplin musical. Il est encore temps de devenir entreprise partenaire et de participer à cette manifestation, différentes offres de partenariat sont possibles allant d'un stand à 350 € HT à une offre privilège à 3 000 € HT. Plus d'information : www.icilesboitesbougent.com


Mathématicien du XXe siècle

Contrat de génération

Une aide pour les entreprises de moins de 50 salariés La loi relative au contrat de génération votée le 14 février 2013 se fixe trois objectifs : permettre l'intégration durable des jeunes en emploi ; favoriser le maintien et le retour en emploi des seniors ; faciliter la transmission des compétences, dans un contexte de fort renouvellement de la population active. Si le contrat de génération concerne toutes les entreprises, elles n’ont pas toutes les mêmes leviers en matière d’emploi, ni les mêmes capacités de négociation, la mise en œuvre du contrat de génération est donc différenciée selon la taille des entreprises. Ainsi, les entreprises dont l'effectif est inférieur à 50 salariés (et n'appartenant pas à un groupe) ne sont pas obligées de

négocier un accord ou un plan d'action si, d'une part, elles embauchent en contrat à durée indéterminée un jeune de moins de 26 ans ou âgé de moins de 30 ans reconnu travailleur handicapé ; si d'autre part, elles maintiennent dans l'emploi un salarié âgé de 57 ans ou plus, ou d'au moins 55 ans au moment de son recrutement, ou d'au moins 55 ans reconnu travailleur handicapé. En contrepartie, l'entreprise pourra percevoir une aide d'un montant de 4 000 euros par an pour une durée de trois ans pour les embauches réalisées à compter du 1er janvier 2013. Plus d'information : www.pays-de-la-loire. direccte.gouv.fr/-pays-de-la-loire-.html

Une exposition Mandelbrot à l'Ismans L'Ismans, école d'ingénieurs de la CCI, présente une exceptionnelle exposition de Benoît Mandelbrot (1924-2010), l'un des plus grands mathématiciens du XXe siècle pour la mise en évidence de la géométrie fractale de la nature, de l'infiniment petit à l'infiniment grand. Comme les géants qui l’ont précédé, Mandelbrot était un visionnaire qui a trouvé de simples schémas harmonieux cachés à l’intérieur de la complexité apparente de la nature. Il est le père des fractales aux propriétés fascinantes, qui se trouvent désormais partout, aussi bien dans les sciences naturelles que dans la production informatique d’effets spéciaux pour le

[Atelier nouveaux exportateurs à la CCI]

cinéma.

Pour bien démarrer à l'export

Ce legs exceptionnel à l'Ismans

Mis en place l'an dernier à la CCI du Mans et de la Sarthe par l'équipe de CCI International Pays de la Loire, l'Atelier nouveaux exportateurs a pour objectif de présenter aux entreprises les questions essentielles à se poser et les principales étapes à aborder avant de se lancer à l'export. Pourquoi exporter ? Mon entreprise en a-t-elle la capacité ? Comment sélectionner et prospecter un marché ? Comment faire une offre ? Dois-je adapter mon produit ? Comment sécuriser mes paiements et gérer mes expéditions ? Comment financer mon développement international ? Quelles sont les aides ? Comment bien s'entourer en interne

(médailles, livres, objets personnels, toges universitaires) unique en Europe et en externe ?... Tous ses points sont abordés au cours de cet atelier interactif où chaque participant peut présenter ses objectifs, ses attentes, ses contraintes, etc. Six entreprises sarthoises ont participé à l'atelier de février dernier. De la TPE à l'ETI de plus de 200 salariés, chacune est convaincue de l'intérêt de trouver des débouchés à l'international et est en phase de réflexion afin d'intégrer l'export dans sa stratégie d'entreprise. À l'issue de l'atelier, un Déclic export individuel gratuit leur a été proposé. Ce pré-diagnostic, réalisé par un conseiller CCI, permet de visualiser le besoin et la capacité d'exporter de l'entreprise (identification des points forts/points faibles et actions prioritaires à mettre en place). Très satisfaites, les entreprises participantes ont émis le souhait de se rencontrer ultérieurement pour continuer à partager leurs expériences. Un nouvel atelier est prévu prochainement, n'hésitez pas à vous renseigner.

- les universités américaines recevant le reste - est la reconnaissance par Benoît Mandelbrot et sa famille, du travail de l'Ismans sur les fractales et sa capacité à être un centre international de R&D à finalité industrielle dans l’immense champ d’application des fractales. Une chaire et un Prix Mandelbrot créés par l’Ismans récompenseront en juillet 2013 le meilleur scientifique ayant apporté une contribution remarquable dans les domaines de la physique, de la chimie, de la biologie, des mathématiques et de la philosophie. Cette récompense sera décernée au Mans à l'occasion d'une cérémonie internationale à laquelle participeront plusieurs Prix Nobel. Contact Ismans : Luc Chanteloup au 02 43 21 40 20

Contact CCI : Holger Menkhaus au 02 43 21 00 12

maine éco avril 2013 5


[focus] [Les Sarthois font une OPA (1) sur les Parisiens]

"Quittez Paris pour entreprendre !"

Formation des chefs d'entreprise

Une prise en charge par l'Agefice Les chefs d'entreprise non salariés des secteurs du commerce, de l'industrie et des services, inscrits à l'Urssaf ou au RSI, ainsi que les conjoints collaborateurs inscrits au K-Bis, peuvent se faire financer leur formation par l'Agefice. La formation ne peut être inférieure à six heures. Pour les formations "obligatoires" (permis d'exploitation, habilitation électrique, buraliste, HACCP/Hygiène…), le dirigeant bénéficie de 700 euros par an et par cotisant. Pour toutes les autres formations, le montant maximum s'élève à 1 000 euros ou 1 600 euros pour les formations débouchant sur une qualification officiellement reconnue

La Sarthe a besoin d'attirer de nouveaux entrepreneurs pour contribuer à la dynamique économique et à l'emploi local. Ainsi, pour la première fois, les acteurs sarthois du développement économique se sont unis pour bâtir une communication forte et originale vers les entrepreneurs franciliens. Présents les 6 et 7 février au Salon des entrepreneurs de Paris sous le nom "Quittez Paris pour entreprendre", les structures participantes, dont la CCI, ont misé

sur un ton décalé et sur l’intelligence collective pour séduire et attirer en Sarthe les créateurs, repreneurs ou chefs d’entreprise à potentiel de développement ou d'innovation. L'opération se poursuit autour du concept dévoilé sur le stand qui invite tous les chefs d’entreprise sarthois qui se sentent "happy entrepreneurs" à témoigner pour convaincre les Franciliens d'entreprendre en Sarthe : www.happy-entrepreneurs.venez.fr (1)

Offre publique d’accueil.

(diplôme d'État, ou titre inscrit au RNCP - Répertoire national des certifications professionnelles). La CCI sarthoise est le point accueil de l'Agefice, les demandes d'actions de formation sont à formuler par le chef d'entreprise auprès de la CCI qui se charge du traitement du dossier jusqu'à sa finalisation. Plus d'information : www.agefice.fr Contact CCI : Nathalie Ferrand au 02 43 21 00 20

[Sarthe Le Mans Connection]

Salon des solutions informatiques, numériques et e-business

Sarthe Le Mans Connection est l'événement d'affaires dédié aux solutions informatiques, numériques et e-business, organisé par la Chambre de commerce et d'industrie, Sarthe développement et Le Mans développement.

6 maine éco avril 2013

Le jeudi 13 juin prochain, cette seconde édition se déroulera au Palais des congrès du Mans et de la culture, espace "Le Cénomans" de 9 h à 18 h. Au programme : des conférences sur les TIC et les services numériques et des rendez-vous d'affaires. Les participants, inscrits au préalable, rencontreront des fournisseurs, clients potentiels, futurs partenaires, dans le cadre de rendez-vous programmés de 25 minutes. Les organisateurs conçoivent les plannings

selon les souhaits exprimés par chacun. L'objectif affiché est de faire se rencontrer l'offre de solutions numériques proposée par les PME et PMI sarthoises et la demande (entreprises et collectivités) et ainsi renforcer cette filière dynamique sur le département. Plus d'information et inscription : www.sarthe-lemans-connection.com


maine ĂŠco avril 2013 7


actualité

Pacte pour la croissance et la compétitivité

Des mesures dédiées aux entr Le gouvernement a présenté à l'automne 2012 son Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l'emploi, annonçant plusieurs mesures en faveur des entreprises dans différents domaines : le financement, les délais de paiement, l'innovation, le développement international, les simplifications administratives et la création d'un crédit d'impôt pour la compétitivité. Interview d'André Marcon, président de la CCI de France. financements à l’export suffiront-elles à mettre fin au décrochage de la France dans la compétition internationale ?

Le Pacte national présenté par le gouvernement est-il une bonne nouvelle pour les entreprises ? La conjoncture est encore tendue avec une croissance zéro, dans une zone euro en récession. Les entreprises ont besoin du soutien des pouvoirs publics. Il leur faut des signaux positifs pour retrouver de la confiance. C’est capital en économie. En ce sens, le Pacte est évidemment une bonne nouvelle en mixant compétitivité coûts et hors coûts. Mais on peut regretter que son application ne soit pas immédiate. Dans ce contexte, il ne faut pas perdre de temps.

Comment les CCI prendrontelles part à la mise en 8 maine éco avril 2013

œuvre de ce Pacte au profit du redressement économique du pays ? Bravo pour votre article d’information sur ce Pacte auprès des entreprises de votre territoire. La pédagogie est essentielle. Pour qu’un dispositif nouveau fonctionne, il faut qu’il soit bien compris et facile à utiliser par ses bénéficiaires, particulièrement nos PME et TPE. Notre réseau est à pied d’œuvre, notamment en faisant déjà la promotion du simulateur du CICE pour évaluer son impact en 2014 pour les entreprises concernées.

Les mesures sur l’accompagnement à l’international des entreprises et sur les

Il est vrai que la France n’est plus en pôle position mais nous avons toujours bien des atouts et des savoirfaire. Rien n’est perdu. Le nouveau plan export présenté par la ministre du Commerce extérieur propose des pistes utiles : saisir les opportunités en orientant nos entreprises vers les marchés à forte croissance et renforcer les financements à l’export. C’est nécessaire mais pas suffisant. L’internationalisation des entreprises, ça se prépare. Une entreprise ne sera performante et compétitive sur les marchés étrangers que si elle élabore un plan d’action stratégique et si elle s’en donne les moyens. Nos conseillers export sont là justement pour leur apporter un appui personnalisé avec des outils de diagnostics et des programmes qui ont fait leurs preuves.

Pensez-vous que le dispositif de garantie publique facilitant l’accès aux crédits de trésorerie aux PME-PMI (via le fonds de 500 millions et la BPI) et le renforcement du contrôle des délais de paiement peuvent véritablement soutenir la trésorerie des entreprises ? Les difficultés de trésorerie sont un amplificateur de crise quand elles se diffusent dans l’économie. La disci-

pline introduite par la loi de modernisation de l’économie concernant les délais de paiement a connu, on le sait, un certain relâchement. Il est donc impératif d’être vigilant. Il faudra sans doute, comme c’est d’ailleurs prévu, amplifier les efforts et les sanctions pour les contrevenants, à l’occasion du projet de loi sur la consommation, dans l’intérêt des TPE et PME. Dans l’immédiat, comme ces entreprises n’ont pas toujours accès au crédit à court terme ou à des conditions satisfaisantes de découvert autorisé en banque, la mise à disposition de 500 millions d’euros de crédits de trésorerie par la BPI au travers d’un fonds de garantie spécifique immédiatement opérationnel au guichet de proximité est une bonne nouvelle. J’espère que la refonte du fichage Banque de France pour les entrepreneurs ayant déposé leur bilan, sera effective, comme annoncé récemment par la ministre en charge des PME. Le "droit au rebond" n’est pas encore suffisamment ancré dans notre culture. Faisons en sorte que ça change.


actualité

eprises Une banque publique d'investissement en Pays de la Loire

Mesure phare du Pacte pour la croissance, la compétitivité et l'emploi du gouvernement, le Crédit impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) - voté dans la loi de Finances rectificative fin 2012 - se veut un outil de relance de l'investissement et de l'emploi, en jouant sur les bas salaires. Ainsi, depuis le 1er janvier 2013, le CICE est ouvert à l’ensemble des entreprises employant des salariés, imposées à l'impôt sur les sociétés ou à l'impôt sur le revenu d'après leur bénéfice réel, quel que soit le mode d'exploitation (entreprise individuelle société de personnes, société de capitaux, etc.), et quel que soit le secteur d’activité (agricole, artisanal, commercial, industriel, de services…). Ce crédit d’impôt est assis sur le montant des rémunérations versées dans l’année, lorsqu’elles sont inférieures à 2,5 Smic, sur la base de la durée légale du travail, augmentée, le cas échéant, des heures supplémentaires et complémentaires, mais sans prise en compte des majorations auxquelles elles donnent lieu. Ces éléments (rémunération, valeur du Smic) sont déterminés sur la base

© Alexi Tauzin - Fotolia

Crédit d'impôt compétitivité et emploi

des règles qui s’appliquent pour le calcul des cotisations de sécurité sociale et de l’allègement général. Pour bénéficier du crédit d’impôt, les rémunérations concernées devront être déclarées sur chacune des déclarations Urssaf. À cette fin, une ligne spécifique "Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi" (CTP 400) a été créée : - le taux applicable pour ce CTP est de 0 %, - le montant à reporter correspond au montant de la masse salariale éligible au crédit d’impôt (soit les rémunérations inférieures à 2,5 Smic), - la mention de l’effectif concerné est obligatoire. En cas d’erreur dans les données déclarées sur la ligne spécifique CICE (CTP 400), la déclaration pourra être corrigée lors d’une prochaine échéance.

À noter que cette ligne spécifique ne doit pas affecter le montant des cotisations et contributions sociales dues par l’employeur. Les éléments déclarés auprès de l’Urssaf seront transmis à l’administration fiscale. Le taux du crédit d’impôt sera de 4 % pour les rémunérations versées en 2013 puis 6 % à compter de 2014. Le coût de la mesure est estimé à 20 milliards d'euros par an en rythme de croisière. Le gouvernement a mis en ligne un simulateur de calcul qui permet de déterminer le montant du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi : www.economie.gouv.fr/ ma-competitivite/simulateurcredit-dimpot-pourcompetitivite-et-lemploi Source Urssaf

Depuis le 1er janvier 2013, la loi portant sur la création de la Banque publique d'investissement est publiée. Cette BPI doit permettre aux TPE, PME et ETI (entreprises de taille intermédiaire) innovantes ou industrielles de trouver, en un point unique, des solutions de financement en prêts, garanties et en fonds propres. La Région des Pays de la Loire est en ordre de marche et a déjà installé sa BPI pour faciliter le financement des entreprises ligériennes. "La boîte à outils financiers déployée depuis 2009 préfigure largement le cahier des charges d'intervention de la future BPI", a souligné Jacques Auxiette, président de la Région des Pays de la Loire. Les cibles de la BPI régionale : - PME de croissance et ETI qui peinent à lever des fonds pour financer leurs innovations, leur développement à l'export ; - insuffisance de financement pour les PME industrielles capitalistiques (déjà impactées en 2009) ; - entreprises en difficulté (procédures judiciaires) mais à potentiel de rebond ; - stratégies de filières : en soutenant les entreprises qui travaillent ensemble ("chasser en meute").

maine éco avril 2013 9


la vie des entreprises

Oak Racing

Une écurie mais aussi un constructeur Bien connue sur les circuits d'endurance du monde entier, l'écurie française Oak Racing de Jacques Nicolet, installée sur le Technoparc des 24 Heures depuis 2011, développe aussi son activité constructeur. Associée avec Morgan Motor Company depuis début 2012, elle vend des prototypes LMP2 créés par Onroak Automotive, son département constructeur. Cette année, l'écurie chinoise KCMG et l'équipe suisse Morand engagent une Morgan LMP2 respectivement en Asian Le Mans Series et aux 24 Heures du Mans, et en European Le Mans Series. Oak Racing continue bien sûr à engager des prototypes : deux Morgan LMP2 en Championnat du monde FIA d'endurance, plus une troisième pour l'épreuve phare, les 24 Heures du Mans. Pour 2014, l'équipe travaille actuellement sur un prototype LMP1 adapté à la nouvelle réglementation. Souhaitant faire partager sa passion de l'automobile, l'écurie propose des stages incentives : pilotage d'un prototype, visite de l'usine, plus d'autres activités à la carte. Pour la troisième fois cette année, un package 24 Heures du Mans est disponible pour vivre la course avec l'équipe (réceptif haut de gamme, loge, accès aux stands, etc.). Avec une quarantaine de salariés (dont une dizaine d'ingénieurs), Oak Racing a réalisé un chiffre d'affaires de six millions d'euros au dernier exercice.

Forézienne MFLS

Le fabricant d'outils de coupe ouvre un atelier-relais à Trangé Spécialisé dans les outils de coupe pour l’industrie du bois, Forézienne MFLS va construire en 2013 un atelier-relais à Trangé. Ce sera le troisième pour cette entreprise d'envergure nationale et internationale, créée en 1976 par Christian Senegas à Épercieux-Saint-Paul dans la Loire. Une douzaine de personnes seront recrutées. Le bâtiment de 2 000 m² comprendra une unité d’assemblage de produits semi-ouvrés et un atelier de réparation et de service après-vente. Avec cet investissement de 1,5 million d'euros, l'entreprise souhaite se rapprocher de ses clients et accroître ses parts de marché dans l'ouest de la France. Les deux précédents ateliers ont été ouverts à Tonneins (Lot-et-Garonne) en 2008 et à Geudertheim (Bas-Rhin) en 2011. Avec 220 salariés, le fabricant de lames de scie à ruban, de scies circulaires et d’accessoires d’affûtage a réalisé un chiffre d’affaires de 25 millions en 2012. Ses exportations dans plus de 100 pays représentent 40 % de son chiffre d’affaires.

10 maine éco avril 2013

Hannecard investit un million d'euros à La Flèche Spécialisée dans le garnissage de rouleaux industriels, l'usine de la Flèche va installer cet été une nouvelle ligne de mélangeage de caoutchouc. Un investissement qui va lui permettre d'augmenter ses capacités de production et d'améliorer la qualité des mélanges. Avec 125 salariés, le site sarthois du groupe belge Hannecard a réalisé un chiffre d'affaires de 18 millions d'euros en 2012.

Datanaute déménage Datanaute quitte ses bureaux de la rue Marchande au Mans pour 200 m² sur la Zac de la Pointe à Sargé-lès-Le Mans. Créée en 2004 par Jean-Charles Després, l'entreprise de cinq personnes propose des prestations de mise en œuvre de réseaux télécom temporaire pour les événements sportifs. Avec son camion et ses liaisons satellite, elle intervient où il n'y a pas de réseau Internet. Datanaute a récemment équipé la Coupe d'Afrique des nations en réseau numérique.

Premiers pas au Canada pour Lenoir Associés Spécialisé dans l'accompagnement des managers, le cabinet manceau Lenoir Associés a ouvert une filiale à Ottawa pour intervenir dans les entreprises françaises et canadiennes : Lenoir & Associates inc. Une ouverture internationale pour la TPE qui a fêté ses vingt ans d'activité en 2012. L'organisation de rencontres (organisation de séminaires pour répondre au développement stratégique des entreprises) et la formation (pour le développement personnel et le leadership) sont le cœur de son activité avec l'intervention de plus de 15 consultants français et internationaux.

Une année record pour Claas en 2012 Avec 51 tracteurs assemblés par jour dans son usine mancelle, Claas a retrouvé la même activité qu'avant la crise de 2009. Grâce aux ventes auprès des grands céréaliers qui ont connu une bonne année 2012 et à la forte activité à l'export, notamment vers la Russie et les pays de l'est de l'Europe, l'entreprise allemande a immatriculé 22 000 tracteurs l'an dernier, dont 11 000 sortis des lignes du Mans. 700 salariés travaillent au Mans et au centre d'essais de Trangé, dont une centaine d'intérimaires.


la vie des entreprises

Bahier

Dix millions d'euros investis à Sceaux-sur-Huisne

L

e fabricant de charcuterie Bahier prépare l'avenir en investissant dix millions d'euros pour moderniser son outil de production et recentrer ses activités à Sceaux-sur-Huisne. Située juste derrière son usine actuelle créée en 1971, la future plateforme de 4 500 m² (5 millions d'euros) ouvrira fin septembre au plus tard. Le site loué à La Ferté-Bernard sera fermé. L'usine de rillettes va être agrandie de 400 m² et équipée de machines modernes pour optimiser l'outil industriel. Un investissement indispensable pour Bahier afin de rester compétitif dans un secteur d'activité qui subit la réduction de ses marges face à l'augmentation du prix des matières premières. L'entreprise va, par ailleurs, poursuivre sa politique d'innovation avec, notamment, le lancement de rillettes "100 % sarthoises", fabriquées à partir de porcs sarthois, et de "Tartinades", une gamme de snacks. Elle mise également sur l'export pour trouver de nouveaux débouchés. Actuellement, 1 % de la production est vendue en Allemagne. Bahier propose aujourd'hui cinq familles de produits : boudins (1er fabricant français), rillettes (2e fabricant français), cochonnailles, produits tripiers et produits de volaille. Elle emploie 380 salariés pour un chiffre d'affaires de 69 millions d'euros en 2012.

Iron Mountain

La société américaine déménage au Bailleul

Exfret 44

Le transporteur ouvre une plateforme logistique au Bailleul

Filiale des Transports Barré, implantés à Vallet en LoireAtlantique, Exfret 44 aménage une plateforme logistique de frais sur la zone Ouest Park au Bailleul. Elle a acheté au Smapad (syndicat mixte pour l'aménagement et la promotion de Ouest Park) une parcelle de 10 000 m² pour y construire un entrepôt de 2 000 m². Spécialisée dans le transport de produits agroalimentaires, Exfret 44 disposera d’une flotte de camions frigorifiques. Le Bailleul représente un site géographique stratégique plus proche de Paris pour livrer son client, une coopérative agroalimentaire qui a plusieurs entreprises situées en Vendée, dans les Deux-Sèvres, le Choletais et le pays d’Ancenis. La plateforme permettra de regrouper les marchandises pour optimiser le chargement des camions et reconstituer des véhicules complets. Le démarrage de l'activité est prévu pour le mois de mai. Dans un premier temps, huit embauches sont annoncées pour rejoindre deux salariés transférés d'un autre site. Les Transports Barré emploient au total 180 personnes pour un chiffre d'affaires de 30 millions d'euros en 2012.

ÂGE D'OR SERVICES

Le Label Cap'handéo obtenu

L

'entreprise mancelle d'aide à la personne a obtenu le label Cap'handéo, délivré par l'enseigne Handéo, créé en 2007 sous l'impulsion des associations, fédérations et unions nationales du handicap. Premier label handicap des services à la personne, il prend en compte la mise en œuvre de bonnes pratiques en entreprise liées aux interventions auprès de personnes en situation de handicap : adaptation des services (horaires, sécurisation, etc.), professionnalisation des intervenants (formations sur les différents handicaps). Gérée par Marc Davy, Âge d'or Services compte 10 % de personnes handicapées parmi ses clients. La société emploie 30 personnes, dont 16 à temps plein.

S

pécialiste du stockage et de la gestion d’archives papier et de données informatiques, l’entreprise américaine Iron Mountain a transféré son site du Mans sur la zone Ouest Park au Bailleul, dans le bâtiment de 30 000 m² vide depuis deux ans. Elle y loue une cellule de 6 000 m². Les deux entrepôts situés dans la zone du Panorama au Mans n’étaient plus aux normes du groupe. Ce nouveau site accueillera les données papier ou informatiques de ses clients : banques, assurances, entreprises industrielles ou encore professions médicales. Quatre salariés, l'équipe du Mans, travaillent dans cet immense espace et devraient prochainement être rejoints par une personne supplémentaire, voire deux. Créé en 1951 à Livingstone dans l'état de New York, Iron Mountain a commencé ses premiers stockages de données confidentielles dans une mine de fer, d'où son nom. La société est aujourd'hui leader du secteur des services de gestion des informations et compte plus de 150 000 clients répartis dans 39 pays sur les cinq continents. Elle emploie plus de 20 000 salariés pour un chiffre d'affaires de plus de 3 milliards de dollars. maine éco avril 2013 11


la vie des entreprises

Macosa

Le fabricant de lingerie-corsèterie fête ses 40 ans

F

abricant en sous-traitance de lingerie corsèterie haut de gamme et luxe, l'entreprise de Bonnétable a fêté ses 40 ans en mars dernier. L'aventure continue pour Macosa durement touchée par les délocalisations dès le milieu des années 90. Elle employait alors 250 salariés, une majorité de femmes. Son dirigeant, Philippe Hache, se bat aujourd'hui pour conserver l'activité et les emplois de ses 98 salariés. Cela passe par la mise en avant de la qualité de la fabrication française. L'entreprise souhaite obtenir la certification "Origine France garantie". Elle a su évoluer pour faire face : diversification des fabrications (maillots de bain, beachwear, gamme masculine, tee-shirts marins, etc.), productions en petites et très petites séries, recherche de nouveaux clients (jeunes créateurs étrangers notamment), création d'un bureau d'études avec des modélistes. Autre défi à relever : renouveler 30 % de ses effectifs d’ici à huit ans alors que recruter est difficile dans la profession. Pour attirer, Macosa va créer cette année une école interne. En 2012, elle a déjà eu une expérience positive de formation dans le cadre de la POE (préparation opérationnelle à l’emploi) avec le Greta du Mans qui a abouti à quatre recrutements.

Icare

30 ans et de nouvelles ambitions Installé au Mans depuis 2002, mais créé en 1983, le spécialiste de l'assistance mécanique et de l'entretien automobile Icare fête ses 30 ans d'activités. Dédiée tout d'abord à la commercialisation et la gestion des contrats d'entretien et de réparation automobile pour les flottes automobiles, l'entreprise a élargi ses activités à la garantie panne mécanique. Filiale du groupe Europ Assistance depuis 2004, Icare accompagne les grandes marques automobiles, groupes de distribution, organismes financiers et assureurs. Si son siège et ses services administratifs se situent à Boulogne Billancourt, sa partie opérationnelle est installée au Mans à Novaxis. Sa plateforme téléphonique, après analyse des devis, donne son accord aux demandes de dépannage, révision ou réparation et répond aux questions d'ordre contractuel. Avec près de 140 salariés (dont 69 au Mans), Icare a réalisé un chiffre d'affaires de 77,7 millions en 2011 et gère un portefeuille de 800 000 véhicules (véhicules particuliers, utilitaires, deux roues, poids lourds). Sur un marché concurrentiel mais en progression, Icare ambitionne d'étendre sa gamme de services et de s'ouvrir à de nouveaux marchés. Peu de particuliers ont un contrat d'assistance mécanique, il s'agit de les convaincre. Icare va notamment proposer des services dans le domaine de l'assistance pour accompagner le consommateur (rachat de franchise, bris de glace, etc.), lui proposer de souscrire un contrat directement.

12 maine éco avril 2013

Foussier quincaillerie agrandit son site à Allonnes Ouvert en 2009 à Allonnes, le site de Foussier va être agrandi de 6 000 m². Ce distributeur de fournitures en quincaillerie, outillage et agencement pour les professionnels du bâtiment va étendre sa plateforme logistique et augmenter ses capacités de production sur mesure d'agencements. Cet investissement de 3,9 millions d'euros répond au développement de l'entreprise qui a vu son chiffre d'affaires progresser de + 5 % de 2009 à 2012 pour arriver à 102 millions d'euros. Sur la même période, ses effectifs ont atteint 470 salariés (dont 208 à Allonnes), soit + 40 %. Le recrutement de 30 personnes est annoncé sur trois ans. L'entreprise a reçu des aides financières de la Région (150 000 euros), du Département (75 000 euros) et de Le Mans Métropole (75 000 euros). La livraison est programmée pour fin 2013.

Portes ouvertes chez Structura Entreprise familiale depuis 1980, Structura a organisé pour la première fois en janvier dernier des portes ouvertes sur son site de Champagné. L'occasion pour le dirigeant, Cédric Lorréard, de présenter son activité (location de structures, tentes, mobilier, décoration) via l'exposition de matériels et la visite de ses dépôts. Les structures exposées ont permis de visualiser des besoins : stockage, bâtiment industriel, bâtiment sportif, extension d’activité ou sinistre, etc. Cette manifestation a réuni 250 visiteurs sur deux jours. Un succès pour l'entreprise qui compte renouveler l'opération.

Niléo certifiée EnVol Le bureau d'études manceau est la première entreprise sarthoise à obtenir l'évaluation EnVol, une marque de reconnaissance de la démarche en faveur de l'environnement initiée en entreprise. Développée notamment par les CCI, EnVol est proposée par Afnor certification. Covoiturage, utilisation de transports alternatifs, télétravail ou tri des déchets figurent parmi les actions déjà mises en place. Une démarche cohérente avec l'activité de Niléo : prestations de services en matière d'environnement et de sécurité.


100 % des entreprises en passent par là En confiant la gestion de votre budget formation à Opcalia, vous bénéficiez de services et de conseils à forte valeur ajoutée, de financements optimisés et d’un accès à de nombreux projets emploi-formation territoriaux ou nationaux. Avec Opcalia vous vous concentrez sur l’essentiel, votre entreprise et vos salariés, et laissez les équipes d’Opcalia assurer la gestion administrative, financière et fiscale de la formation, tout en bénéficiant d’un appui-conseil en matière de gestion des compétences et ressources humaines. En savoir plus opcalia-pdl.com

PAYS DE LA LOIRE

L’Athéna – 167, rue de Beaugé – 72000 Le Mans

maine éco avril 2013 13


actualité

Industrie mécanique

Un secteur innovant et dynami mie globalisée", a été distribué à tous les acteurs et clients de la branche. "Cette campagne est accompagnée de rendez-vous directs, explique Michel Athimon. Nous allons au contact des acteurs nationaux et régionaux afin de parler, expliquer ce qu'est réellement l'industrie mécanique en donnant des exemples, en racontant de belles histoires."

© Fondex B Eyquem-Fim

Souffrant à la fois d'un déficit de notoriété et d'image, révélé lors d'un récent sondage Opinion Way, la Fédération de l'industrie mécanique a décidé de réagir en lançant une grande campagne de communication sur trois ans (2012-2014). Et prend à bras-lecorps sa principale problématique : la pénurie de candidats sur les postes qualifiés d'usineurs.

L'export : l'avenir du secteur mécanique

L

'image qui nous colle à la peau est que nos métiers et notre environnement sont pénibles, bruyants et sales. Ce n'est pas la réalité !", tempête Michel Athimon, directeur général de la FIM, qui regroupe 30 organisations professionnelles. Afin de changer cette image, la Fédération a lancé, en 2012, une

campagne de communication nationale sur trois ans, baptisée "La mécanique en France, bien plus qu'une industrie". Les premières assises de l'industrie mécanique ont réuni 500 participants (clients, pouvoirs publics, institutionnels) début février à Paris. Un manifeste, "Pourquoi concevoir et produire en France dans une écono-

Difficile de présenter en quelques mots la variété de l'industrie mécanique française. "Cela va de la fabrication de montures de lunettes à la construction aéronautique en passant par les arts de la table, on ne peut pas réellement parler de filière mécanique, précise Michel Athimon. Si ses produits sont connus, ce n'est pas le cas des entreprises qui les fabriquent." On dénombre 11 500 sociétés sur ce

Entreprises sarthoises cherchent usineurs à former Face à une pénurie de main-d'œuvre, neuf entreprises industrielles sarthoises (Souriau, Dürr, Alcoa, Deutsch, Cema, Geslin, Faure Herman, PMA et Chastagner), soutenues par l'UIMS, ont choisi de mener une action collective. "L'idée est de mutualiser nos compétences et de communiquer de manière positive sur nos métiers", explique Marc Delille, patron de PMA. "Toute la filière souffre du manque de candidats", souligne Christophe Alfandari, directeur de l'Afpi (centre de formation de l'industrie) du Mans, autour duquel le groupe s'est formé. "Tant sur des postes d'opérateurs ou usineurs que sur ceux de techniciens supérieurs et ingénieurs." Rien que pour les neuf entreprises concernées, au moins 80 postes sont à pourvoir, essentiellement des 14 maine éco avril 2013

postes d'usineurs. D'où l'idée d'organiser plusieurs portes ouvertes à l'Afpi afin de présenter ces métiers qui réclament un haut niveau de technicité. Les candidats peuvent ainsi échanger avec les professionnels et les apprentis en formation. Un speed alternance (concept du speed dating pour trouver un contrat en alternance) sera même organisé le 5 juin prochain. "Ce sont un peu les master-chefs de l'usinage, poursuit Marc Delille. L'objectif étant de recruter les meilleurs candidats afin de les former." Des modules experts seront ajoutés aux cycles de formations classiques afin de répondre aux besoins des industriels engagés dans cette démarche. "Ces entreprises sont prêtes à investir et souhaitent le montrer aux potentiels candidats", insiste Christophe Alfandari.


actualité

que… qui peine à recruter secteur d'activités, réparties en trois "groupes" : les sites de transformation (sous-traitance, outillage), d'équipement (machines, systèmes de production) et précision (optique, santé, etc.). Les deux premiers domaines représentent à eux seuls 90 % d'une activité dont le chiffre d'affaires 2012 est de 113 milliards d'euros (pour 110 en 2011), ce qui place la France au 6e rang mondial sur le secteur. Avec 620 000 salariés, la mécanique pèse à elle seule 20 % de l'emploi industriel. "Il y a une vraie méconnaissance de cette industrie, poursuit Michel Athimon. Dans le sondage que nous avons commandé à Opinion Way, il ressort que, pour une grande majorité de personnes, la filière automobile est prépondérante en mécanique, or elle ne pèse que 10 % de l'activité globale..." Bien loin des zooms médiatiques sur les récents plans sociaux au sein de quelques grands groupes, l'industrie mécanique est constituée à près de 95 % de PME de moins de 150 salariés. "Des PME solides qui innovent, recrutent et offrent de belles perspectives de carrière..."

Un secteur négligé par les jeunes "Il faut casser l'image un peu ringarde de nos métiers ! Nos entreprises font 50 % de leur CA à l'export, dont 41 % en direct, ce qui fait de la mécanique un des piliers du dynamisme industriel français. Il faut continuer à s'appuyer sur l'export qui est porteur de croissance, l'avenir du secteur repose sur sa compétitivité et sa réussite à l'international." Avec cinq centres de recherches technologiques (dont le plus important, le Cetim, est basé à Nantes), la mécanique française est également l'une des plus innovantes au monde. Pourtant, elle souffre d'un cruel manque d'intérêt chez les jeunes et peine à recruter depuis une

quinzaine d'années. Et ce problème tend à s'aggraver avec une moyenne d'âge des salariés proche de 50 ans et un manque de transfert des compétences. "Pour les cinq prochaines années, les besoins en termes de recrutement seront de 40 000 par an", prévient le directeur général de la FIM. Avec 25 000 apprentis formés chaque année, on est bien loin du compte. Pour pallier ce déficit, des initiatives locales naissent (voir encadré page 14) et tout le secteur se mobilise. Les professionnels de la mécanique se déplacent sur les salons, ouvrent leurs portes aux établissements scolaires, l'alternance se développe... "Nous devons réussir à transmettre la passion de nos métiers qui demandent un haut niveau de qualification, conclut Michel Athimon. Et prendre les devants en créant de nouvelles formations qui feront émerger les compétences exigées, demain, sur le terrain." ◗◗ Bénédicte Hascoët Plus d'informations sur www.bienplusqu1industrie.com

Les Pays de LA Loire, 3e région mécanicienne française

Marc Moreuil, président du Comité régional de développement de la métallurgie (CDM).

3 200 établissements métallurgiques, 104 000 salariés, région leader dans la construction navale, la fabrication de machines agricoles et forestières... les Pays de la Loire offrent une diversité et un maillage harmonieux de PME sur l'ensemble de ses cinq départements qui en font la troisième région mécanicienne française derrière l'Île-de-France et Rhône-Alpes. Portant un regard positif sur son territoire, en termes d'activité et d'innovation, Marc Moreuil, président du Comité régional de développement de la métallurgie (CDM), souligne, lui aussi, des "tensions sur les métiers d'usineurs, de chaudronniers, de

soudeurs..." malgré la perte de 11 000 emplois sur la région entre 2008 et 2011, une baisse qu'il estime à la fois "structurelle et conjoncturelle. La diversité des activités offre un bel équilibre territorial avec quelques concentrations comme l'aéronautique et le naval en Loire Atlantique, le nautisme en Vendée, l'automobile en Sarthe..." avec un réseau de PME qui se développent et arrivent à taille d'ETI. "Notre région est reconnue pour son dynamisme industriel avec des entreprises qui investissent sur l'outil de production et la formation et affichent de bons résultats à l'international." Pratique : le CDM régional, qui regroupe 140 adhérents industriels, conduit un programme d'animations techniques et économiques à destination des chefs d'entreprise. Il édite notamment des documents destinés à développer leurs compétences stratégiques. Https://cdm.reseaulia.com

maine éco avril 2013 15


© Photo Caroline Doutre.

LE CRÉDIT MUTUEL VOUS INVITE

AUX RENCONTRES 2013 Le Crédit Mutuel Maine-Anjou, Basse-Normandie est une banque coopérative régionale qui appartient à ses sociétaires-clients. Ils peuvent participer au fonctionnement de leur caisse locale en votant aux Assemblées générales. Ils élisent leurs représentants au conseil d’administration suivant le principe « un Homme, une voix ». C’est donc à ses sociétairesclients que le Crédit Mutuel rend des comptes. Venez découvrir le fonctionnement d’une banque différente.

Caisse Fédérale du Crédit Mutuel MABN, société coopérative anonyme à capital variable, capital initial de 38 112 € - immatriculée sous le n° 556 650 208 RCS LAVAL 43, bd Volney 53083 Laval Cedex 09, contrôlée par l’Autorité de Contrôle Prudentiel (ACP), 61 rue Taitbout, 75436 Paris Cedex 09.

16 maine éco avril 2013


industrie Open innovation

Comment innover avec des partenaires extérieurs ? modalités pratiques sont nombreuses pour les entreprises : collaborations et alliances, co-conception et co-développement, licensing-in et licensingout, consortium de recherche, acquisition d'entreprises, pools de brevet, et bien d'autres encore.

Importer et exporter des idées

L'innovation est la base de la stratégie d'entreprise de Jacky Taffin. Le groupe Delta est ainsi devenu l'atelier de micro-perçage le plus important d'Europe.

Pour la troisième année consécutive, la CCI organise avec les partenaires sarthois de l'innovation (Émergence, Prim's, université du Maine, CTTM, Institut automobile du Mans et Oséo), les Rencontres de l'innovation le 6 juin prochain. Au programme cette année : l'open innovation.

L

'innovation n'est pas le fait d'individus isolés. Elle est distribuée sur un grand nombre d'acteurs hétérogènes (centres de recherche publics, clients, concurrents) qui doivent collaborer, échanger des connaissances, etc.," explique Julien Pénin, professeur à la faculté des Sciences économiques de l'université de Strasbourg, présent le 6 juin. Le modèle de l'innovation "seul dans son coin" a semble-t-il vécu. On distingue en fait deux modèles : l'innovation fermée quand les frontières de l'entreprise sont imperméables ; l'innovation ouverte quand les frontières de l'entreprise sont perméables. Selon le modèle présenté par Henry Chesbrough en 2003, professeur et directeur du Center for open innovation à l'université de Berkeley, l'innovation ouverte a deux faces. D'un côté, l'outside-in qui permet d'importer des connaissances développées en externe (licensing-in (1), spin-in (2), crowdsourcing (3), etc.). De l'autre, l'inside-out qui encourage les entreprises à exporter, céder des connaissances et technologies développées en interne (spin-off (4), licensing-out (5), etc.). Les

La méthode est-elle nouvelle ? Pour Julien Pénin, "certains aspects de l'innovation ouverte sont connus et pratiqués depuis longtemps. Si l'outside-in est peu nouveau, l'inside-out l'est réellement par contre. On assiste également à l'émergence d'un marché des idées et des technologies, avec l'apparition d'intermédiaires ou de nouvelles structures de marché. Et surtout, avec les NTIC, le phénomène d'innovation ouverte prend de l'ampleur." L'innovation ouverte ne doit pas exister sans l'appui d'un système de propriété intellectuelle fort "car les brevets permettent de protéger les entreprises, facilitant ainsi les interactions avec des partenaires. La PI permet également de formaliser et de structurer les échanges. Par exemple, lorsqu'une entreprise est protégée par un brevet, elle aura plus facilement tendance à coopérer car elle se sait protégée des risques de pillage par ses partenaires". Innover, Jacky Taffin du groupe Delta à La Ferté-Bernard, également témoin le 6 juin, l'a toujours fait. "C'est la base de ma stratégie d'entreprise". D'autant plus quand l'activité de son entreprise s'est subitement effondrée. "En quelques mois, tous mes clients du marché de l'électronique ont disparu alors que nous connaissions une croissance à deux chiffres. Que faire ? Baisser les bras ou analyser la situation… Nous avions un bel

outil industriel, nous avons cherché des idées, des pistes pour trouver de nouveaux usages en adaptant les process et nous avons réussi". Delta est en effet passé du perçage de trous pour fabriquer des circuits imprimés à des applications pour l'aéronautique, le secteur du luxe, l'emballage, la décoration et est devenu l'atelier le plus important d'Europe en matière de micro-perçage. "Pour moi, l'innovation ouverte passe d'abord par la tête, en étant réceptif et ouvert aux autres ainsi qu'à notre environnement. De multiples opportunités peuvent se présenter via nos salariés, clients, partenaires divers et multiples rencontres. Il faut pouvoir les trier mais aussi savoir les prolonger. Une idée confinée à un contexte donné peut sembler banale, mais développée dans un autre contexte, elle peut prendre une dimension très intéressante". Si Jacky Taffin a toujours eu l'esprit ouvert pour regarder ce qui se faisait ailleurs et saisir des opportunités, il a aujourd'hui décidé de créer un poste pour une recherche plus systématique d'idées nouvelles. Pour ne rien laisser au hasard en quelque sorte… ◗◗ Karine Méteyer (1) Acquisition de brevets déposés par d'autres entreprises (via des accords de licence généralement). (2) Acquisition d'autres entreprises, généralement des start-up. (3) Externalisation d'une activité à une foule d'individus, c'est-à-dire à un grand nombre d'anonymes. (4) Création d'une start-up afin de prolonger en dehors des frontières de l'entreprise un projet initié en son sein. (5) Cession à d'autres des brevets inventés et déposés par une entreprise.

Contact CCI : Angélique Barré, service Industrie au 02 43 21 00 31

maine éco avril 2013 17


Mutuelle soumise aux dispositions du livre II du Code de la mutualité, n° Siren 538 518 473.

La santé des salariés, c’est la santé des entreprises.

Avec Harmonie Mutuelle, le monde de la santé rejoint celui de l’entreprise. Bénéficiez de l’expertise de spécialistes de la protection sociale. Fiscalement optimisées nos solutions s’adaptent à chaque entreprise, quelle que soit sa taille, pour garantir la protection des salariés. Nos conseillers vous accompagnent, jour après jour, dans le suivi et le pilotage de votre contrat.

Harmonie Mutuelle, 1re mutuelle santé de France.


entreprise

Iso 12931

Une norme pour lutter contre la contrefaçon

© Exposition "Contrefaçon, sans façon" à CCI France (février 2013)

La nouvelle norme internationale Iso 12931 va aider les entreprises à mieux protéger leurs produits. Elle apporte une méthodologie et des critères pour évaluer les différentes solutions d'authentification possibles des biens matériels.

P

arfums, tabac, dictionnaires, logiciels, CD/DVD, jouets, outillage, électroménager, produits d'entretien, textile, maroquinerie, vaisselle, pièces détachées d'automobile, médicaments… les articles contrefaits se comptent par millions et constituent l'une des principales activités du crime organisé. Un véritable fléau, dangereux pour le consommateur et l'environnement, qui couterait 30 000 emplois et 6 milliards d'euros par an à la France, selon une étude de l'OCDE. Une entreprise sur deux s'estime confrontée au problème ! Pour faire face, la nouvelle norme internationale Iso 12931, à laquelle la France a fortement contribué via l'Afnor, a été adoptée. Elle offre aux entreprises

un ensemble de critères d'analyse pour mettre en œuvre la meilleure solution d'authentification pour leurs produits.

Des solutions diversifiées Hologramme, étiquette anti-effraction, nanoparticules, plusieurs solutions sont disponibles sur le marché. La norme permet aux entreprises de choisir le marquage le mieux adapté pour lutter contre la contrefaçon de leurs produits. "Elle définit les critères de performance de solutions d’authentification dédiées, destinées à fournir des éléments de preuve fiables facilitant l’appréciation du caractère authentique ou falsifié de biens matériels", précise l'Afnor. Les entreprises ne sont pas confrontées aux mêmes problèmes selon ce qu'elles fabriquent.

En complément de l'Iso 12931, "Afnor Compétence (filiale du groupe Afnor) propose aux entreprises une formation Dire d’expert", indique Nicolas Scuto, chef de projet Afnor Normalisation. Animée par Jean-Michel Loubry, président de la commission de normalisation, elle se déroule sur une journée (coût 750 € HT). Cette formation répond aux objectifs suivants : connaître les tendances, enjeux et formes de la contrefaçon sur le marché intérieur et international, savoir analyser les risques et conséquences pour son entreprise et maîtriser la norme Iso 12931 pour mettre en œuvre des solutions d’authentification efficaces (voir le programme ci-contre). "Par ailleurs, la commission de normalisation travaille sur un nouveau projet déposé à l’Iso en 2013. Il s’agirait d’un guide aux PME pour les aider à définir et évaluer les mesures de protection des biens matériels les plus pertinentes et efficaces (déjà déployées ou envisagées)", ajoute Nicolas Scuto. Les travaux de l'Afnor se poursuivent donc inlassablement pour renforcer la lutte contre la contrefaçon et les fraudes. Un engagement plus que nécessaire vu l'ampleur du phénomène. ◗◗ Karine Méteyer Contact : Afnor, Nicolas Scuto au 01 41 62 88 91 nicolas.scuto@afnor.org

se former à l'Iso 12931 La contrefaçon aujourd’hui en France et dans le monde • Qu’est-ce que la contrefaçon ? Quelles sont ses différentes formes ? • Quels enjeux pour les entreprises ? • Panorama : chiffres et tendances La protection contre la contrefaçon, une démarche stratégique • Savoir analyser le risque • Bien connaître les conséquences juridiques et techniques (intervention d'un expert et d'un cabinet d'avocats) Introduction à la norme ISO 12931 • Origine de la norme, objectifs et principes généraux • Architecture d'une solution Iso 12931 : tour d’horizon des critères de performances • Identifier les familles de "marqueurs" • Quels outils utiliser ? • Réussir la mise en opération Iso 12931 : comment évaluer l’efficacité des solutions mises en place ? Performance des outils de protection contre la contrefaçon : quels apports de la norme pour les industries électriques, électroniques et de communication dans leur lutte contre la contrefaçon ? maine éco avril 2013 19


Vous êtes unique, votre Solution Informatique aussi

LA DEMATERIALISATION DES DOCUMENTS La dématérialisation avance dans les collectivités. Dans le cadre de l’utilisation du Protocole d’Echange Standard (P.E.S.V2) Venez découvrir votre futur environnement de travail : • Affichage « double écran » et son ergonomie • Scannérisation des documents • Recherche des documents archivés 6 rue de Provence 72190 SAINT PAVACE Tel 02.43.82.06.63 Fax 02.43.82.82.43

42 Bis rue Lazare Carnot 61000 ALENCON Tel 02.33.81.17.71 Fax 02.33.28.11.53

Mail : accueil@ets-conty.fr www.conty-informatique.com

20 maine éco avril 2013

Le mardi 9 avril 2013

6 rue de Provence 72190 SAINT PAVACE 4 Horaires : 9h30-11h00-14h30-17h00 Sur inscriptions au 02 43 82 06 63

Parc d’activité de l’Océane 8 rue Claude Chappe 53950 LOUVERNE Tél 02.43.91.55.20 Fax 02.43.26.25.53

Libérateur d'énergie


entreprise

GEIQ Handicap 72

Simplifier l'embauche d'un salarié handicapé Une insertion professionnelle durable "Le rôle du GEIQ est de recruter des personnes en difficulté éloignées de l'emploi (TH, RSA…), en contrat de professionnalisation la plupart du temps, avec un programme de formation qualifiante ou diplômante pour les mettre en adéquation avec les besoins de main-d'œuvre des entreprises", explique Wilfrid Grison, directeur du GEIQ Handicap Alternance 72.

Jean-Pascal Maudet, dirigeant de Maudet SAS à Beaumont-sur-Sarthe, accueille une personne avec un handicap par l'intermédiaire du GEIQ.

Pour recruter une personne en situation de handicap, les entreprises peuvent avoir recours en Sarthe au Groupement d'employeurs pour l'insertion et la qualification (GEIQ) de travailleurs handicapés : Handicap alternance 72. Une formule appréciable pour les entreprises car le groupement gère le recrutement, le plan de formation et le suivi du salarié.

J

e réfléchissais à l'embauche d'un salarié handicapé pour notamment répondre au quota d'embauche des personnes reconnues handicapées (DOETH), lorsque j'ai appris l'existence du GEIQ Handicap Alternance 72, explique Jean-Pascal Maudet, dirigeant de Maudet SAS à Beaumont-sur-Sarthe (1). J'emploie une quarantaine de salariés, mais j'avoue que je ne me sentais personnellement pas très armé pour recruter, accompagner et encadrer un salarié en difficulté d'accès à l'emploi. Le GEIQ simplifie tout car c'est lui l'employeur, et les salariés du groupement bénéficient d'un accompagnement social qui leur permet de surmonter leurs difficultés personnelles, poursuit le dirigeant. Aujourd'hui, j'accueille une personne avec un handicap physique qui travaille à l'accueil-vente en magasin. Le GEIQ se charge de lui trouver sa formation qualifiante et je suis son tuteur professionnel. Si tout se passe bien, l'objectif est bien évidement de garder la personne à l'issue du contrat".

La proximité du GEIQ Handicap 72 avec les partenaires territoriaux (Opca, Pôle emploi, missions locales, Cap emploi, associations spécialisées…) lui permet de mobiliser les compétences complé‑ mentaires afin d'optimiser l'efficacité de cet accompagnement social et professionnel. "Concrètement, la personne passe 20 à 25 % de son temps en formation, le reste en entreprise. Nous assurons un accompagnement renforcé tout au long du contrat de professionnalisation, précise Laurence Percheron, chargée de mission au groupement. Il n'est facturé à l'entreprise adhérente que le coût horaire HT de présence en entreprise, sur la base d'un Smic 35 heures ajusté en fonction de la convention de l'entreprise." Handicap Alternance 72 a obtenu le label national en juillet 2012 qui garantit sa reconnaissance par l'État, les acteurs de l'emploi et de la formation professionnelle. Les personnes ainsi mises à disposition par le GEIQ comptent pour le quota d'alternance et le quota DOETH. Le GEIQ Handicap Alternance 72 compte aujourd'hui une dizaine d'entreprises adhérentes multisectorielles : grande distribution, logistique, banque/ assurance, industrie sous-traitante et

agroalimentaire. L'objectif affiché est de monter à une vingtaine d'adhérents pour assurer la pérennité du dispositif. ◗◗ Maryse Gauthier (1) négoce agricole, matériaux de construction, combustible, jardinerie-bricolage.

Définition Le GEIQ est une association à but non lucratif à laquelle les entreprises adhèrent. Il recherche des candidats potentiels, les recrute sur des parcours d'alternance (contrat de professionnalisation majoritairement) et les met à disposition des adhérents pour une tarification horaire fixée à l'avance. Le GEIQ gère les contrats de travail et organise des parcours de formation adaptés aux besoins des entreprises. Après une période d'accompagnement et de mise à disposition de 6 à 24 mois, les entreprises ont la possibilité d'embaucher directement le salarié. La spécificité des GEIQ permet de mettre en œuvre des parcours d'insertion et de qualification débouchant vers l'emploi. En 2011, 368 personnes ont ainsi été embauchées en Pays de la Loire. 79,40 % des salariés ont trouvé un emploi en CDD ou CDI à la sortie de leur contrat de professionnalisation. Enfin, le taux d'obtention de qualification a atteint 92,86 % dans la région.

maine éco avril 2013 21


juridique

Négociation collective

Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes L'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes s’apprécie tant au moment de l’embauche que dans l’exécution du contrat de travail (rémunération, déroulement de carrière par exemple). Mais particularité imposée par le législateur, cette égalité se traduit également par une négociation collective et par des sanctions spécifiques en cas de non-respect de cette mesure.

22 maine éco avril 2013

L

employeur ne doit pas prendre en considération le sexe de ses employés, sauf nécessité de l’emploi. Il s’agit d’une illustration du principe de non-discrimination tel que porté par la loi n°2008-496 du 27 mai 2008 (article L.1132 du Code du travail). Pour comprendre les obligations de l’employeur, il faut distinguer l’effectif de l’entreprise. Attention ! Sont concernées les entreprises où sont constituées une ou plusieurs sections syndicales d’organisations représentatives. Dans une entreprise de moins de 50 salariés, l’employeur est tenu de prendre en compte les objectifs en matière d’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans l’entreprise ainsi que les mesures pour les atteindre (article L.1142-5 du Code du travail).

L’obligation de négocier dans une entreprise de 50 à moins de 300 salariés L'employeur a deux obligations : 1. Intégrer dans le rapport annuel de la situation économique de l’entreprise des données comparées sur la situation des femmes et des hommes dans la structure (analyse des données chiffrées par catégorie professionnelle en matière d'embauche, de formation, de promotion professionnelle, de qualification, de classification, de conditions de travail, de rémunération effective et d'articulation entre l'activité professionnelle et l'exercice de la responsabilité familiale). L’employeur doit aussi y faire figurer les mesures prises au cours de l'année écoulée en vue d'assurer l'égalité professionnelle, le bilan des actions

de l'année précédente lorsqu'un plan d'actions a été antérieurement mis en œuvre, l’évaluation du niveau de réalisation des objectifs sur la base des indicateurs retenus et les explications sur les actions prévues non réalisées. On y retrouve enfin les objectifs de progression pour l'année à venir et les indicateurs associés. Ce rapport est ensuite soumis à la consultation du comité d’entreprise (CE) ou à défaut des délégués du personnel. Il est tenu à la disposition de l’inspecteur du travail avec l’avis des représentants du personnel dans le délai de 15 jours suivant la réunion. 2. Conclure un accord d’entreprise destiné à assurer l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. L’employeur doit ainsi engager, chaque année, une négo-


juridique

ciation sur ce thème. Sont notamment au cœur de la négociation les conditions d’accès à l’emploi, la formation professionnelle, la promotion professionnelle, les conditions de travail et d’emploi, l’articulation entre la vie professionnelle et les responsabilités familiales. Cette négociation a lieu tous les ans tant qu’un accord n’a pas été conclu dans l’entreprise. Une fois qu’un accord a été conclu, la négociation a alors lieu tous les trois ans. Cet accord doit être déposé auprès de la Dirrecte dans le ressort de laquelle il a été conclu. À défaut d’accord collectif, l’employeur peut élaborer un plan d’action afin de déterminer les objectifs de progression prévus pour l'année à venir, les actions permettant de les atteindre et l'évaluation de leur coût. Ce plan d'action est déposé auprès de la Dirrecte. Une synthèse de ce document est portée à la connaissance des salariés par l'employeur, par voie d'affichage sur les lieux de travail et, éventuellement, par tout autre moyen adapté aux conditions d'exercice de l'activité de l'entreprise. Elle est également tenue à la disposition de toute personne qui la demande et publiée sur le site Internet de l'entreprise lorsqu'il en existe un. Les délégués syndicaux reçoivent communication de ce rapport dans les mêmes conditions que les membres du comité d'entreprise.

Remarque : l’accord collectif ou, à défaut, le plan d’action, fixe les objectifs de progression et les actions permettant de les atteindre portant sur au moins trois des domaines d’action suivants pour les entreprises de moins de 300 salariés et sur au moins quatre de ces domaines pour les entreprises de 300 salariés et plus : embauche, formation, promotion professionnelle, qualification, classification, conditions de travail, rémunération effective, articulation entre l’activité professionnelle et l’exercice de la responsabilité familiale. Ces objectifs et ces actions sont accompagnés d’indicateurs chiffrés. La rémunération effective est obligatoirement comprise dans les domaines d’action retenus par l’accord collectif ou, à défaut, le plan d’action.

L’obligation de négocier dans une entreprise de plus de 300 salariés L'employeur présente pour avis au CE ou, à défaut, aux délégués du personnel un rapport écrit sur la situation comparée des conditions générales d'emploi et de formation des femmes et des hommes dans l'entreprise. Ce rapport est ensuite soumis à la consultation du comité d’entreprise ou à défaut des délégués du personnel. Il est tenu à la disposition de l’inspecteur du travail avec l’avis des représentants du personnel dans le délai de 15 jours suivant

la réunion. Il doit également conclure un accord collectif à déposer à la Dirrecte (cf. supra). En cas d’échec des négociations, un procès-verbal de désaccord doit être rédigé. À défaut d’accord collectif, un plan d’action doit être adopté. Depuis le 1er janvier 2012, lorsqu’une entreprise contrôlée n’est pas couverte par un accord collectif, ou à défaut d’accord, par un plan d’action, elle est mise en demeure de régulariser sa situation dans un délai de six mois. À l’issue de ces six mois, et si rien n’a été fait, une pénalité financière peut être appliquée à l’entreprise.

- des problèmes économiques rencontrés par la société, - de la bonne foi de l’employeur. La pénalité n’est pas rétroactive. Elle n’est applicable à l’entreprise qu’à compter de la décision de notification du taux à l’employeur. Source : Service Inforeg de la Chambre de commerce et d'industrie de Paris www.entreprises.ccip.fr/web/ reglementation Pour en savoir plus : www.ega-pro.fr

Le montant de la pénalité Le montant de cette pénalité est fixé au maximum à 1 % des rémunérations et gains versés aux travailleurs salariés ou assimilés au cours des périodes au titre desquelles l’entreprise ne sera pas couverte par l’accord ou le plan d’action. Le montant applicable à l’entreprise est fixé par le directeur régional des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (Dirrecte). Il sera alors notamment tenu compte : - des mesures prises en la matière par l’employeur, - des événements extérieurs qui ont pu impacter la mise en place de ces objectifs,

Qualité

HACKETT LONDON

Distinction

CANALI SCABAL BARBOUR PAUL & SCHARK MCS VICOMTE ARTHUR

CHEMISIER HABILLEUR

Chaussures SANTONI Jeans JACOB COHEN SCHNEIDERS

COLLECTION PRINTEMPS - ÉTÉ

HACKETT LONDON

6, rue Saint-Jacques - 3, rue Bolton LE MANS 02 43 24 07 03 www.bouvet-habilleur.com

maine éco avril 2013 23


Dossier

Franchise

Le réseau fait la force ! Les franchises résistent mieux dans le contexte économique difficile actuel. À cela, une raison majeure : ces réseaux disposent de moyens financiers, humains et techniques grâce auxquels ils évoluent et s’adaptent très rapidement aux attentes d’un public dont ils peuvent plus facilement cerner les attentes. La notoriété des marques, le besoin des consommateurs de se sentir en pays de connaissance font le reste.

s

elon l’étude annuelle publiée par la Fédération française de la franchise, il existait 1 659 réseaux actifs de franchiseurs en 2012, soit 90 de plus que l’année précédente, tandis que le nombre de franchisés s’élevait à 66 359 contre 62 041 un an auparavant. Apparu dans les années 70, le concept de franchise poursuit une expansion dont le rythme s’est encore accéléré depuis la première moitié des années 2000 (le nombre de réseaux était trois fois moins important à la fin du siècle dernier). Ces réseaux se répartissent à part quasi-égale entre les commerces et les services et sont présents dans la plupart des secteurs de consommation, à commencer par l’équipement de la personne, les services à la personne, le commerce, la coiffure et l’esthétique, l’alimentaire, la restauration et jusque dans l’immobilier, la formation, les voyages… En moyenne, un réseau compte 87 points de vente, dont 60 en franchise. Cette augmentation constante des entreprises et commerces sous franchise

24 maine éco avril 2013

met parfaitement en évidence l’attractivité de ce modèle commercial qui, selon les statistiques, résiste mieux à la crise. Pour preuve : 48 % des franchisés ont créé au moins un emploi en 2012, malgré un chiffre d’affaires médian qui a quelque peu marqué le pas.

Premier atout : la notoriété et la crédibilité Si les raisons de cette relative bonne santé du concept sont diverses, la notoriété et la crédibilité qu’offrent ces

enseignes aux franchisés sont les premières d’entre elles, comme le prouve l’enquête annuelle de la Fédération française de la franchise. Ainsi, François Ledu, propriétaire de l’hôtel Ibis Le Mans Est Pontlieue assure qu’"une majorité des consommateurs surtout sur le segment des commerciaux et hommes d’affaires - notre cœur de cible - ne recherche pas la surprise mais, au contraire, privilégie des produits qu’elle connaît bien et dont elle est sûre qu’ils ne la décevront pas. C’est le cas dans l’hôtellerie où les commerciaux itinérants, qui constituent


[Témoignage]

Christian Térouanne, gérant des deux restaurants La Tagliatella au Mans

le cœur de notre clientèle, préfèrent optimiser leur temps en restant fidèles à une chaîne dont ils savent que tous les établissements, dans n’importe quelle ville, leur garantiront le confort recherché." Dans ce même esprit, Stéphanie Briant, qui gère avec son mari la boutique L’Occitane en Provence située rue Marchande au Mans, constate que la forte implantation de son enseigne en Extrême-Orient lui vaut les faveurs de la communauté asiatique sarthoise. De surcroît, il est incontestablement plus facile de revendre un commerce

"En théorie, rejoindre un réseau de franchisés permet de limiter les risques financiers inhérents à la création d’un commerce ou d’une entreprise. En effet, la notoriété de l’enseigne rassure les consommateurs qui, dès l’ouverture, n’hésitent pas à franchir les portes de la boutique, du restaurant, de l’hôtel… préservant ainsi l’entrepreneur de trop mauvaises surprises. Pour ma part, je me suis lancé dans un challenge inverse en ouvrant d’emblée les deux premiers restaurants d’une franchise encore inconnue en France ! Par conséquent, je ne bénéficie pas du renom d’une marque implantée sur le sol français tout en me pliant aux contraintes qu’impose tout franchiseur, explique Christian Térouanne qui, jusqu’à présent, n’avait pas goûté au commerce en réseau (1). Ce pari se révèle très instructif et indéniablement positif. En deux ans, les deux établissements ont déjà conquis une clientèle fidèle, même si nous disposons encore d’une bonne marge

de développement, et la collaboration avec le franchiseur est très constructive". Les dirigeants de l’enseigne La Tagliatella, qui compte plus de 130 restaurants en Espagne, collaborent très étroitement avec Christian Térouanne. "Ils sont attentifs à mes remarques et ont, par exemple, pu constater combien le droit du travail est différent en France et en Espagne. Ils m’ont aussi laissé personnaliser la carte des vins en fonction des goûts de ma clientèle. Ensemble, nous faisons évoluer le concept pour l’adapter au marché français. C'est une expérience enrichissante." Pour autant, Christian Térouanne respecte à la lettre le volumineux cahier des charges défini par son franchiseur. "Les procédures que l'on nous demande de suivre sont extrêmement précises et rigoureuses, tout particulièrement en matière d'hygiène sanitaire où les contrôles sont fréquents. De même, la préparation de chaque plat est décrite dans les moindres détails, poursuit le

gérant des Tagliatella sarthoises, constatant que le franchiseur a les moyens de financer le travail d'experts entièrement dédiés à l'évolution des produits. Ainsi, nous progressons rapidement et sommes en capacité de proposer des services originaux. Par exemple, des fiches techniques ont été créées pour nous permettre d’adapter un plat lorsqu’un client est allergique à un produit." Déjà, depuis l'ouverture des établissements manceaux, trois autres La Tagliatella ont ouvert en France, dont deux sous franchise. (1) Christian Térouanne a successivement fondé, au Mans, le bar Le Sherlock Holmes (aujourd’hui Le Comptoir), puis les restaurants Le Daky (aujourd’hui Le Venezia) et Le Village Hollandais. Il vient de racheter le bar-brasserie Le Terminus.

maine éco avril 2013 25


Dossier

ou une entreprise appartenant à un réseau renommé.

Des liens solides entre franchiseurs et franchisés L’étude de la Fédération française de la franchise met également en exergue un autre atout des réseaux : l’encadrement, le suivi, l’assistance offerte par le franchiseur. "On sait que l’on peut faire appel à la maison mère en cas de difficultés", affirme Stéphanie Briant, soulignant aussi la qualité des formations qui lui sont proposées, à elle comme à son personnel (99 % des franchisés ont suivi une formation initiale prodiguée par le franchiseur). "Des formules, des logiciels et des accompagnements sophistiqués ont été développés pour nous permettre d’opti-

Franchise expo, Paris.

miser notre remplissage en adaptant nos prix selon le taux d’occupation de l’hôtel. Cet atout est complété par l’adhésion à une centrale d’achat qui permet d’acheter nos denrées et services qualitatifs à des tarifs compétitifs ", ajoute François Ledu. Plus globalement, les réseaux garantissent à leurs membres des moyens humains et techniques qui font toute la différence, tout en sachant faire preuve de flexibilité. Cette force de frappe se traduit à tous les niveaux : dans la capacité de l’enseigne à décrypter les tendances et à anticiper l’évolution de la demande pour concevoir et commercialiser des produits correspondant précisément aux attentes, dans le développement de campagnes de promotion à grande échelle, dans la mise en place d’outils d’animation,

Petit lexique pour mieux comprendre Franchise, commerce associé, concession, commission-affiliation… les formules proposées de partenariat entre les enseignes et les commerçants ou entrepreneurs sont diverses, au point que les acteurs économiques s’y perdent eux-mêmes, ayant parfois du mal à définir précisément leur statut. Un court lexique rappelant les caractéristiques de chaque concept semblait donc s’imposer…

Statut

Obligation du commerçant ou entrepreneur

Contrepartie financière

De quoi le commerçant ou entrepreneur est-il propriétaire ?

Le franchiseur et le franchisé sont deux entités bien distinctes liées par un contrat à durée déterminée (renouvellement tacite ou négocié). Apport du savoir-faire du franchiseur (concept, méthodes de vente, formations, accompagnement tout au long du contrat).

Respect des normes et du concept (produits, développement commercial…) du franchiseur. Il peut y avoir clause d’exclusivité territoriale.

Le franchisé paie un droit d’entrée et un pourcentage de son chiffre d’affaires.

Fonds de commerce et stock.

Concession (secteur automobile surtout)

Le réseau accorde le droit de vendre les produits de la marque, pour une durée déterminée. Pas de transmission de savoir-faire. Juste une assistance technique au concessionnaire.

Respect des normes et du concept (produits, développement commercial…) du concédant. Exclusivité territoriale accordée par le réseau.

Le concessionnaire paie un droit d’entrée et un pourcentage de son chiffre d’affaires, mais ces conditions ne sont pas impératives.

Fonds de commerce et stock.

Commerce associé

Les commerçants associés sont membres et actionnaires du réseau. Ils forment très souvent une coopérative. Services et moyens communs (financement, formation, informatique, etc.).

Obligation de participer au capital et à la gestion du réseau.

Le commerçant associé a l’obligation d’être actionnaire du réseau. Il verse également une contribution annuelle forfaitaire ou proportionnelle à son chiffre d’affaires.

Fonds de commerce et stock.

Le réseau et le commerçant affilié sont liés par un contrat commercial, sans transfert de savoir-faire. Assortiment et collections imposés.

Le commerçant est rémunéré par le réseau Respect des normes et sous forme de commission proportionnelle au du concept (produits, montant des ventes (de 30 à 50 %). développement commercial…) Le stock reste propriété du réseau. Le risque financier est, par conséquent, du franchiseur. très limité pour le commerçant.

Franchise

Commissionaffiliation

26 maine éco avril 2013

Fonds de commerce uniquement.


me consacrer encore plus totalement à la vente. Cependant, j’entretiens des liens de confiance avec la direction nationale du réseau, ce qui nous permet, ensemble, de faire évoluer l’approche commerciale de la marque." De son côté, François Ledu, lui-même ancien affilié, trouve beaucoup d’avantages au modèle de la franchise : "Ce statut permet d’avoir une vision globale de la gestion financière et du management de l’établissement : c’est beaucoup plus motivant !"

Stéphanie Briant a choisi de rejoindre l’enseigne L’Occitane en Provence.

dans l’accompagnement à la mise en place des nouvelles normes et, bien évidemment, dans sa faculté à proposer des prix attractifs en produisant en grande quantité… "L’enseigne a, par exemple, mis au point un dispositif consistant de fidélisation de la clientèle, ainsi que des offres avantageuses pour les associations qui se déplacent le week-end pour des rencontres sportives ou des événements culturels, poursuit François Ledu. Les équipes du siège ont, en outre, anticipé depuis plusieurs années l’application de la loi sur l’accessibilité des lieux publics aux personnes en situation de handicap. Nos établissements, standardisés, répondent dès à présent aux exigences du législateur." Roger Chevreau, propriétaire du maga-

sin Cuisines Schmidt situé sur la Zac des Portes de l’Océane à Saint-Saturnin, fait aussi l’éloge du modèle de réseau auquel il adhère à titre de concessionnaire, qui compte aujourd’hui 634 établissements dans le monde (250 en France) et dont le chiffre d’affaires a augmenté de 17 % à l’échelle nationale entre 2010 et 2012. "Tout est mis en œuvre pour satisfaire au mieux le client à travers des services sans cesse renouvelés. Nous proposons des produits sur mesure, innovants et de qualité fabriqués directement par le franchiseur, ce qui nous permet de garantir des prix vraiment attractifs. La marque dispose d’une réelle force de frappe qu’elle met à profit pour évoluer et financer des outils de communication d’envergure et efficaces."

Roger Chevreau, Cuisines Schmidt à SaintSaturnin, fait l'éloge de ce type de réseau.

L’aptitude du franchiseur à renouveler et à élargir ses gammes, mais également à investir des niches porteuses est également une qualité à porter au crédit du commerce en réseau, comme le rappelle Stéphanie Briant qui a choisi de rejoindre l’enseigne L’Occitane en Provence pour la qualité des produits de la marque, plus que pour le statut de concessionnaire qui est le sien. "J’aurais préféré être commerçante affiliée afin d’être déchargée des contraintes de gestion et

Dans tous les cas, les adhérents aux différents réseaux semblent parfaitement trouver leur compte dans la franchise ou la concession. Ces formules leur permettent en effet de conserver leur indépendance de gestion, de demeurer proches de leur clientèle pour mieux la satisfaire, tout en tirant pleinement profit des services développés par le franchiseur.

De nouveaux défis à relever Pour autant, le système présente quelques contraintes et principalement l’investissement de départ (que l’on peut qualifier de droit d’entrée) qui peut constituer un obstacle pour des candidats disposant de peu de moyens. Dans ce cas, la commission-affiliation peut faire office de solution intermédiaire dans la mesure où elle restreint grandement les risques financiers pris par le commerçant ou l’entrepreneur… en contrepartie d’une liberté plus limitée en matière de gestion. Aujourd’hui, même si les résultats obtenus par les franchisés démontrent la pertinence du modèle, tout particulièrement dans un contexte économique difficile, il est important de rappeler que tous les réseaux ne sont pas logés à la même enseigne, selon leur ancienneté, leur déploiement géographique, leur manne financière… Aucun d’entre eux n’est à l’abri d’un revers, même si leur modèle de gestion les protège plus des aléas conjoncturels. Pour assurer leur pérennité, les franchiseurs ont d’abord

Le profil du franchisé L’étude annuelle de la franchise met l’accent sur la féminisation de la population des franchisés qui est désormais composée à 44 % de femmes (contre 36 % en 2009). En outre, 50 % des franchisés vivant en couple sont aidés dans leur activité par leur conjoint et ils emploient, en moyenne, entre 2 et 5 salariés (28 % ont plus de 10 salariés). L’âge médian d’ouverture du premier point de vente est 35 ans et cet événement a lieu au sein du département de résidence dans 62 % des cas. Sans surprise, près de deux tiers des points de vente sont implantés en centre-ville (49 % sur des emplacements 1 et 1 bis). Notons également que la moitié de ces entrepreneurs a suivi des études au minimum deux ans après le baccalauréat et que leur revenu annuel moyen est de 35 000 € (un chiffre stable, même si seulement 47 % ont vu leur chiffre d’affaires augmenter l’an passé). Enfin, il faut souligner que 64 % de ces franchisés s’impliquent dans la vie locale (association, mécénat, fonction élective…), conformément au conseil de René Prévost, président de la Fédération française de la franchise (voir son interview page 28).

maine éco avril 2013 27


Dossier

l’obligation de développer sans cesse de nouveaux produits et services. Ils ont également tout intérêt à favoriser l’ouverture de nouveaux points de vente pour prendre des parts de marché supplémentaires et assurer l’écoulement de leurs stocks.

L’intégration croissante des nouvelles technologies (tout particulièrement Internet) pour optimiser la gestion du réseau, développer des outils de promotion… est un autre défi à relever. Ainsi, 46 % des franchiseurs avaient l’intention d’investir dans les nouvelles

technologies pour cette année 2013. Enfin, les réseaux doivent contribuer à maintenir l’équilibre entre centre-ville et périphérie. Faut-il être partout ou faut-il se réserver pour certains quartiers pour mieux cibler la clientèle, telle est, sans doute, l’une

des questions majeures que devront se poser franchisés et franchiseurs, en particulier au Mans, dans les prochaines années. ◗◗ Emmanuel Chevreul

interview René Prévost Président de la Fédération française de la franchise Quelles sont les missions de la Fédération française de la franchise ? La Fédération française de la franchise rassemble plus de 150 réseaux de franchisés, représentant près de 45 % des points de vente français. Fondée il y a 40 ans, employant huit permanents, notre organisation a trois missions principales : promouvoir et défendre la franchise, pérenniser la franchise et la faire évoluer mais également représenter et servir ses adhérents. En ce sens, nous sommes les interlocuteurs privilégiés des pouvoirs publics et des élus, nous informons et développons des outils de communication pour nos adhérents, favorisons les échanges de bonnes pratiques, mettons en place des formations... Nous participons régulièrement à des forums régionaux et organisons deux salons nationaux annuels, l'un à Paris au mois de mars, réunissant 480 enseignes exposantes issues de 75 secteurs d’activités, l’autre à Marseille en novembre. Édition après édition, Franchise expo Paris, lieu d'échanges et de contacts, prend de plus en plus d'ampleur, démontrant l'intérêt croissant que suscite la franchise. Quels sont, d'après vous, les principaux atouts de la franchise ? La franchise présente l'avantage de 28 maine éco avril 2013

proposer au commerçant un cadre qui lui permet de ne plus être isolé. Elle repose sur le concept d’une enseigne de notoriété régionale, nationale, voire internationale, mis en place par le commerçant franchisé, garant du développement de l’activité au niveau local. Le franchisé peut sereinement se concentrer sur le cœur de son métier, se consacrer pleinement à son client, en sachant qu'il peut s'appuyer sur la puissance d'un réseau d'achat, bénéficier de campagnes de promotion et de sessions de formation pour le soutenir dans son développement. De plus, la franchise est un facteur d'ascension sociale et de reconversion professionnelle. Pour preuve : 69 % des commerçants franchisés sont d'anciens salariés. Quelles sont les caractéristiques qui distinguent la franchise des autres réseaux commerciaux ? Le franchisé bénéficie d’un véritable accompagnement dans le développement et l’animation de son point de vente, avec une notoriété de marque plus homogène sur l’ensemble du territoire. La franchise est un système plus souple et moins contraignant que la coopérative

car il n’est pas demandé la même implication dans la vie du réseau. Pour faire face à la crise économique, quels conseils adresseriez-vous aux franchiseurs et aux franchisés ? Avant tout, franchiseurs et franchisés ont le devoir de faire évoluer leur concept, ensemble et en permanence pour satisfaire les attentes des consommateurs. Dans cet esprit, afin de comprendre aux mieux les besoins, l’entrepreneur franchisé a l’obligation de s’imposer comme un acteur de l’économie locale. En ce sens, je l’encourage vivement à s’engager dans les associations communales ou de quartier. Enfin, en cette période de crise, plus que jamais, la solidarité et le partage d’expériences représentent la force première des réseaux de franchisés. C’est grâce à cette mutualisation des connaissances que la franchise résiste mieux aux difficultés conjoncturelles.


international Afrique

Des marchés à conquérir

© paulmz - Fotolia

L'Afrique est un continent en pleine mutation. Si elle connaît encore de nombreux problèmes de sécurité et de pauvreté, son taux de croissance moyen s'est élevé à 5 % en moyenne de 2000 à 2011. Bien sûr la situation est fortement contrastée d'un pays à l'autre, mais les opportunités d'affaires sont une réalité.

A

vec une réelle croissance hors des secteurs pétrolier et minier, une démocratisation en marche, une classe moyenne qui émerge, un environnement des affaires qui s'améliore… l'Afrique suscite, à juste titre, bien des commentaires positifs. Reste que les défis à relever sont à la taille du continent : éducation, maîtrise de l'urbanisation, meilleure répartition des richesses, réduction de la pauvreté… le tout lié à l'évolution de la situation politique et aux règlements des conflits. Il faut aussi considérer l'Afrique comme un ensemble hétérogène. Avec 54 pays, la situation est diversifiée. Les taux de croissance, niveaux de développement, taux d'alphabétisation connaissent d'importants écarts dont il faut tenir compte pour espérer réussir sur le continent. L'Afrique est

30 maine éco avril 2013

un marché porteur, la progression de ses importations le prouve. Le rapport CIAN 2012, publié par le Moci, indique que sur les six premiers mois de l'année 2012, beaucoup de pays africains affichaient des progressions de leurs achats très dynamiques (selon la base de données Global Trade Navigator de la société GTIS). L'Afrique du Sud, premier marché d'import africain (+ 14 %),  l'Égypte, deuxième marché d'import (+ 29 % malgré le contexte politique), le Kenya (+ 23,1 %), le Ghana (+ 35,2 %), le Sénégal (+ 33,8 %) et la Côte d'Ivoire (+ 137,2 %) illustrent significativement cette tendance. Par contre, l'Afrique du Nord semble ressentir les effets de la mauvaise conjoncture européenne avec + 2,2 % pour l'Algérie et + 8,17 % pour le Maroc. Le Nigéria, 3e marché d'import, est aussi moins dynamique avec + 2 %.

Plus d'exportations françaises mais un recul des parts de marché La France profite de ce contexte favorable avec une hausse des exportations de 6,03 % en 2011, soit 28,2 milliards d'euros. L'Afrique représente 17 % des exportations françaises. Les ventes ont toutefois baissé vers certains pays, en Libye notamment vu le contexte l'an dernier. L'Algérie, le Maroc et la Tunisie sont les destinations phares des exportations françaises. Le Nigéria, le Sénégal et la Côte d'Ivoire sont les premières destinations au sud du Sahara. Les parts de marché de la France reculent cependant dans un contexte de vive concurrence. La place de l'Asie s'accroît significativement, Chine en tête, suivie de l'Inde. Il est vrai


international

qu'au XIIIe siècle déjà, les échanges commerciaux entre ces deux grands continents étaient très nombreux. Les Occidentaux ont tendance à oublier qu'il n'y avait pas que la Route de la soie à l'époque. Véritable grenier de matières premières, l'Afrique a aujourd'hui des échanges équilibrés avec la Chine et bénéficiaires avec l'Inde. D'autres acteurs, qui ont longtemps délaissé ce continent, sont désormais très actifs. Les États-Unis entendent devenir un partenaire majeur. Ils attirent déjà dans leurs universités les enfants des élites africaines au détriment de la France. Brésil, ProcheOrient et autres pays émergents, sans oublier les Européens (Allemagne, Italie, Espagne principalement) accentuent leur présence. Or, les entreprises françaises ont leur carte à jouer, en s'appuyant notamment sur les entreprises hexagonales déjà bien ancrées en terre africaine. Implantées depuis longtemps, elles ont acquis de solides compétences. Alors que 800 millions d'Africains sont francophones, la présence française

est jugée trop faible même si les IDE ont presque doublé en 2011, passant de 2,6 milliards d'euros en 2010 à 4,4 milliards d'euros en 2011. S'ils ont fortement chuté (- 68 %) en Afrique du Nord l'an dernier vu le contexte politique, les IDE ont par contre largement augmenté au sud du Sahara pour des projets d'infrastructures ou d'exploitation de matières premières. Les investissements français ont largement progressé au Congo, Angola, Gabon et Nigéria.

Vif intérêt de Serac pour l'Afrique Fabricant de machines de remplissagebouchage à La Ferté-Bernard, le groupe Serac mise depuis toujours sur l'exportation pour se développer. Résultat : 83 % du CA réalisé à l'export, des sites de production également à Chicago, à Sao Paulo et en Malaisie, onze bureaux de représentation dans le monde pour cette ETI de 490 salariés (285 à La Ferté). Après avoir effectué des ventes ponctuelles en Afrique, deux machines

Serac s’intéresse à tous les pays d’Afrique et a désormais une démarche pro-active vers ce continent.

vendues au Kenya il y a quinze ans par exemple, Serac a désormais une démarche pro-active vers ce continent. "Aujourd'hui, l'Afrique représente environ 10 % de notre activité, explique Marc Binet, directeur général de Serac France. Nous nous intéressons à tous les pays d'Afrique. Au Maghreb, nous sommes bien placés. Les liens historiques de ces pays avec la France sont un atout pour pénétrer ces marchés." Depuis cinq ans, Serac France vend dans treize pays : Algérie, Maroc, Sénégal, Tunisie, Côte d'Ivoire, Ghana, Kenya et Lybie principalement. "On démarre souvent par la commercialisation de petites machines qui nous permet de prendre pied pour ensuite vendre des matériels plus imposants. Beaucoup de nos ventes sont réalisées dans des pays riches en gaz et pétrole. Ceux qui ont beaucoup de ressources pour investir dans des outils de production." Serac France à La Ferté pilote les ventes vers l'Afrique. "Nous avons un commercial pour cette zone, hors Égypte rattachée au Moyen-Orient, soutenu par un réseau d'agents qui couvrent les pays les plus importants. Sur cette partie du continent, la plupart des ventes se font via de grands groupes - français ou autres - implantés là-bas. Avec notre commercial, nous comptons trouver des agents dans les pays intéressants. Pour l'Afrique du Sud, un pays à part sur ce continent où les opportunités sont nombreuses, nous mettons en place un VIE." Serac participe aussi à des salons. "C'est un bon moyen de se faire connaître, d'avoir une vision du marché et de trouver des agents. Nous exposons souvent sur le pavillon Adepta (1)." Serac s'appuie sur le réseau français : les institutionnels et ses contacts d'affaires. "Le réseautage

fonctionne bien dans cette partie du monde comme ailleurs". Si Marc Binet reconnaît qu'il faut des commerciaux un peu "baroudeurs" car certains pays sont difficiles, il se félicite de ne pas rencontrer de tracasseries administratives, ni de problèmes de paiement… à condition de disposer d'une équipe compétente en interne pour tous ces sujets. ◗◗ Karine Méteyer (1) Créée en 1977 avec l’appui du ministère de l’Agriculture et de la pêche, l'Association pour le développement des échanges internationaux de produits et techniques agroalimentaires, accompagne le développement international des constructeurs d’équipements, des fournisseurs d’intrants, des experts et des bureaux d’étude pour l’agriculture et l’industrie agro-alimentaire. Sources : CIAN (Conseil français des investisseurs en Afrique), Accomex, Moci, CCE International.

Contact CCI : Holger Menkhaus au 02 43 21 00 12

[Chiffres-clés] Superficie : 30,2 millions de km² Population : 1 Md d'habitants (15 % de la population mondiale) Taux de croissance 2012 : + 7,1 % (pays exportateurs de pétrole), + 3,5 % (pays à revenu intermédiaire), + 5,9 % (pays à faible revenu) Premiers marchés d'importations 2011 : Afrique du Sud (71,8 Mds e), Égypte (44,7 Mds e), Nigéria (37,8 Mds e), Algérie (33,9 Mds e) Sources : Moci, FMI maine éco avril 2013 31


Peugeot 208 Business** à partir de 18250€ TTC*

* Tarif 13B du 04 mars 2013. ** Peugeot 208 Business 1,4l e-HDI FAP BMP5 Blue Lion 68ch. *** Consommation mixte (en l/100km) : 3,4l : Emission de CO2 (en g/km) : 87

Centre Peugeot Professionnel

LE MANS

ZI Sud • 02.43.506.506 Rte de Parigné • 02.43.501.507

32 maine éco avril 2013

LA FLECHE 02.43.94.01.73


conjoncture TENDANCES

Indicateurs économiques 126,11 : En janvier 2013, l’indice des prix à la consommation (IPC) baisse de 0,5 %, après une hausse de 0,3 % en décembre. Sur un an, il augmente de 1,2 % (+ 1,3 % en décembre). Hors tabac, l’indice diminue également de 0,5 % (+ 1,1 % sur un an). Corrigé des variations saisonnières, l’IPC croît de 0,1 % (+ 1,2 % sur un an). Le recul des prix au mois de janvier s’explique pour l’essentiel par la baisse des prix de produits manufacturés en lien avec les soldes d’hiver. Il est atténué par un rebond des prix de l’énergie et les revalorisations des tarifs de certains services qui interviennent habituellement en janvier. Les prix de l’alimentation se replient légèrement en janvier.

0,04 % : Le taux de l'intérêt légal a été fixé à 0,04 % pour l'année 2013, un taux historiquement bas. Il sert de référence notamment pour le calcul des pénalités de retard figurant dans les conditions générales de vente entre professionnels. - 0,8 % : En janvier, les dépenses de consommation des ménages en biens reculent de 0,8 % en volume, après avoir augmenté de 0,2 % en décembre. Cette baisse est principalement imputable au recul des achats d’automobiles.

9,43 € : Smic horaire brut (depuis le 1er janvier 2013) soit un brut mensuel de 1 430,22 € sur la base de la durée légale de 35 heures hebdomadaires (151,67 h de travail).

Enquête mensuelle de conjoncture dans l'industrie (Février 2013) Selon les chefs d'entreprise interrogés en février 2013, la conjoncture dans l’industrie s’améliore. L’indicateur synthétique du climat des affaires est en progression de trois points par rapport au mois précédent mais demeure nettement inférieur à sa moyenne de longue période. L’indicateur de retournement se situe dans la zone neutre. Les entrepreneurs de l’industrie manufacturière restent pessimistes quant à leur activité passée ; le solde correspondant est stable à un niveau très bas. En revanche, leurs perspectives personnelles de production dans les trois prochains mois s’améliorent, même si le solde correspondant reste inférieur à son niveau moyen. Alors que les carnets de commandes étrangers se sont nettement regarnis, les carnets de commandes globaux sont considérés quasi stables : néanmoins, ils restent tous deux jugés comme étant très peu fournis. Les perspectives générales, qui représentent l’opinion des industriels sur l’activité de l’industrie dans son ensemble, sont quasi stables par rapport au mois précédent ; ce solde demeure à un niveau très bas. Enfin, les stocks de produits finis sont en légère progression mais leur niveau est encore jugé inférieur à la moyenne de longue période. (Source Insee)

Consommation des ménages en GMS L'analyse de février 421€

352€ 346€

332€

324€

-4 %

fév.-12

332€

348€ 303€

314€

350€

296€

312€

304€

-4 %

-7 %

-5 %

-3 %

mars.-12 avril.-12 mai.-12 juin.-12 juil.-12 août.-12 sept.-12 oct.-12 nov.-12 déc.-12 janv.-13 fév.-13 2012

2013

Méthodologie du baromètre MarketingScan : Calculé mensuellement, pour les 9000 foyers panélistes, cet indicateur mesure l’ensemble des sommes dépensées en moyenne par un panéliste MarketingScan, dans l’ensemble des GMS d’Angers et du Mans (12 hypermarchés et 13 supermarchés). Cet indice est la combinaison de deux indicateurs : - le panier moyen du panéliste par passage aux caisses (ceci représente le "ticket de caisse du consommateur" qui couvre l’ensemble de ses achats en GMS : alimentation, entretien, hygiène-beauté, textile, bazar, petit-électroménager, disques…) ; - le nombre mensuel de visites. Budget moyen = panier moyen par passage x nombre de visites mensuelles.

Début d’année compliqué côté consommation des ménages. Après un mois de janvier atone, les dépenses en grandes et moyennes surfaces repartent à la baisse en février. Le budget moyen des foyers (304 €) perd ainsi 3 % par rapport à l’année précédente, pour revenir quasiment au niveau qui était le sien en février 2011. Ce recul peut et doit cependant être relativisé car il est en partie lié à l’aléa calendaire. En effet, le jour ouvré en moins versus février 2012 impacte négativement l’assiduité des ménages aux points de vente (- 1,6 %). Cette baisse de la fréquence de visites n’est nullement compensée par le ticket de caisse moyen. Au contraire, celuici affiche la même tendance (- 1,7 %), avec des volumes en régression. maine maine éco éco janvier avril 2013 2010 33


d'une communauté de communes…

L’Huisne sarthoise

Solide et dynamique Territoire regroupant plus de 25 000 habitants autour de La Ferté-Bernard, la communauté de communes de l’Huisne sarthoise a su profiter de sa situation géographique privilégiée entre Le Mans et Paris, servie par des infrastructures ferroviaire et autoroutière idéales, pour développer son potentiel économique. Avec un leitmotiv - favoriser l’implantation d’entreprises - et une garantie de solidité - la diversité de ses activités.

Pour y parvenir, la collectivité a fait le choix de mesurer le champ de ses compétences, afin d’axer essentiellement son action sur le développement économique. "Il ne s’agit pas de transférer pour transférer. Chaque décision fait l’objet d’une phase de réflexion approfondie. La question est de savoir quel est l’échelon le plus pertinent pour assurer au mieux un service donné, souligne Frédéric Repusseau. Nous avons fait le choix d’une structure à taille raisonnable, mais capable d’une action concrète dans les compétences transférées".

© CMJIKA - Perche sarthois 2012

Des compétences bien délimitées

S

ocopa, Bahier, Prestiges de la Sarthe, Agem, Ziegler, Thiriet… Elles sont nombreuses les entreprises sarthoises de renom à être installées sur la communauté de communes de l’Huisne sarthoise. Agroalimentaire, automobile, mécanique de précision, imprimerie… le tissu diversifié d’entreprises garantit

34 maine éco avril 2013

au territoire, même en période de ralentissement de l’activité, un dynamisme économique certain, d’ailleurs érigé en priorité par les acteurs locaux. "Nous avons un leitmotiv : favoriser l’implantation d’entreprises pour créer de l’emploi", explique Frédéric Repusseau, directeur général des services de la communauté de communes.

Outre le développement économique, la communauté de communes a donc aujourd’hui en charge la gestion de deux établissements culturels (La Laverie à La Ferté-Bernard, et la résidence d’artistes de Prévelles) et de deux salles de sports (à Tuffé et au Luart), la collecte et le traitement des ordures ménagères, la gestion des aires d’accueil des gens du voyage, la fourrière animale, et les transports pour les élèves des écoles vers les établissements communautaires. La stratégie a notamment porté ses fruits grâce à deux atouts : la proximité avec l’autoroute A11 (Paris/Nantes/Rennes) et la ligne ferroviaire Paris/Nantes, servie par trois gares (La Ferté-Bernard, Sceaux-sur-Huisne/Boëssé-le-Sec et Connerré/Beillé). Des infrastructures qui ont facilité le développement d’un tissu varié d’entreprises sur le territoire. "Le point fondamental, c’est que nous n’avons pas que de l’agroalimentaire, même si c’est un secteur important, note Bruno Fléchard, secrétaire du club des industriels de l’Huisne sarthoise. Industrie, équipement automobile, imprimeries, PME artisanales… l’ensemble des secteurs d’activité est représenté. Ce qui permet à l’Huisne sarthoise de tirer son épingle du jeu".


à l'autre

Jean-Carles Grelier, président de la communauté de communes de l'Huisne sarthoise.

Notamment La Ferté-Bernard, dont l’aire urbaine s’est suffisamment développée pour proposer un niveau de services attractif. "Les entreprises s’installent ici grâce aux infrastructures et aux capacités de l’aire urbaine, indique Frédéric Repusseau. La qualité d’un territoire se mesure aussi sur ces critères". L’Huisne sarthoise compte ainsi un hôpital, trois lycées, deux collèges, et plusieurs centres commerciaux.

Lien étroit avec le club des industriels Pour être au plus près des besoins des entreprises, la communauté de

communes travaille en lien étroit avec le club des industriels locaux (voir page 36). "Les industriels se réunissent autour de problématiques communes, et, de notre côté, nous réglons les problèmes liés, notamment, à l’exploitation des zones d’activités". La collectivité a ainsi pour projet d’élargir, d’ici 2014, le parc d’activités du Coutier, situé en bordure de l’A11 sur la commune de Cherré. D’une superficie actuelle de 55 hectares, la zone accueille aujourd’hui une petite dizaine d’entreprises. Dix hectares sont en cours de commercialisation et l’achat de 40 hectares supplémentaires est programmé. "C’est une zone particulièrement bien exposée, à 80 km de Chartres, 1 h 30 de Paris et 45 mn du Mans", souligne Frédéric Repusseau. La communauté de communes entend également poursuivre la commercialisation de l’espace économique communautaire Val Activ, à Sceaux-sur-Huisne. Une première entreprise y a pris ses quartiers (M le bois, chalets, maisons et terrasses en bois). Reste désormais à commercialiser les lots restants, sur 6 000 à 7 000 m2. Autre projet d’envergure de l’Huisne sarthoise : la préparation de la future sortie autoroutière de Connerré/Beillé, dont la mise en service est prévue à la mi-2017. D’un coût estimé à 17 millions d’euros (répartis entre le Conseil

La communauté de communes a pour projet d'élargir, d'ici à 2014, le parc d'activités du Coutier.

régional, le Conseil général et l’exploitant Cofiroute), le projet contribuera au dynamisme local en palliant l’absence de sortie sur l’A11 entre Le Mans et La Ferté-Bernard. "Les élus des deux communautés de communes concernées ont décidé de réaliser une étude de faisabilité sur la création éventuelle d’un parc d’activités aux portes de la sortie, indique Frédéric Repusseau. La gestion de la zone serait confiée à un syndicat regroupant des élus de l’Huisne sarthoise et de la communauté de communes voisine du Pays des Brières et du Gesnois".

Bientôt un site Internet et un plan d’actions pour l’UCAI

Des commerces complémentaires Autre signe de la solidité de l’Huisne sarthoise : le maintien de l’activité commerciale, notamment de proximité. Si, comme partout ailleurs, la conjoncture morose complique la situation, La Ferté-Bernard peut s’enorgueillir de ne compter quasiment aucune friche commerciale. "Des commerces ferment, mais ils sont repris", explique Luc Grodwohl, chargé des relations extérieures à l’Union des commerçants, artisans et industriels du bassin fertois (UCAI), forte de 75 adhérents. Pour maintenir son activité, le centre-ville fertois peut s’appuyer sur certaines enseignes connues (les chaussures Bochet, le prêt-à-porter Silhouette, La cave fertoise et, depuis, peu l’Instant chocolat du chocolatier de Bellême, Charles Bataille) prisées, notamment de la clientèle disposant d’une résidence secondaire dans le secteur. "Les commerçants sentent l’impact de la clientèle parisienne, au pouvoir d’achat plus important, surtout pendant les week-ends et les vacances. D’où l’existence d’enseignes plus haut de gamme dans le centre", souligne Luc Grodwohl, de l’épicerie fine Au pays des saveurs.

Luc Grodwohl (épicerie Au pays des saveurs) et Frédéric Voisin (JouéClub), membres de l'UCAI.

Pour promouvoir ses manifestations (braderies en février et juillet, salon de l’habitat en mars, "Salon de tout ce qui roule" en mai), l’UCAI va se doter prochainement d’un site Internet. Autre initiative en cours, la signature d’une convention avec la municipalité de La Ferté-Bernard, la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) et la Chambre de métiers de la Sarthe. "L’objectif est de faire un état des lieux de la santé du commerce dans le bassin fertois, et d’engager un plan d’actions pour le renforcer", indique Luc Grodwohl qui se félicite du soutien constant de la municipalité à ses actions.

maine éco avril 2013 35


© CMJIKA - Perche sarthois 2012

d'une communauté de communes…

Un atout : le train touristique la Transvap.

Inverser la fuite vers Le Mans

aller au Mans pour faire une partie de leurs achats le week-end".

L’offre commerciale de l’Huisne sarthoise repose également sur les zones de périphérie accueillant l’hypermarché Leclerc, à Cherré, et sept enseignes aux Récollets, à La Ferté-Bernard. "Il y a une complémentarité entre Leclerc et les boutiques des Récollets", juge Frédéric Voisin, membre de l’UCAI et gérant du magasin JouéClub, situé zone des Récollets. Celle-ci a notamment un mérite, selon Frédéric Voisin, celui de freiner l’évasion des Fertois vers Le Mans. "On inverse une tendance, les Récollets drainent de la clientèle sur un périmètre d’une quarantaine de kilomètres, affirme-t-il. Les jeunes générations sont heureuses de ne plus avoir à

Un tourisme de patrimoine Pôle touristique majeur du Pays du Perche sarthois, l’Huisne sarthoise se distingue par une offre patrimoniale qui a contribué, dès 1998, à la labellisation du Pays du Perche sarthois en "Pays d’art et d’histoire", le premier de la région Pays de la Loire. Ses atouts s’articulent autour de deux pôles majeurs : le centre ancien de La Ferté-Bernard et ses canaux, et la Transvap, le train touristique parcourant un tronçon de l’ancienne ligne du Mamers/Saint-Calais. "Les nombreux canaux du secteur sont valorisés par les parcours en barques

électriques qui attirent beaucoup de monde l’été", indique Philippe Galland, président de l’office de tourisme. En 2012, ces bateaux ont ainsi attiré près de 8 000 passagers, notamment dans le cadre de visites à la journée, organisées avec le Pays du Perche sarthois, comprenant également une balade et un déjeuner dans les rues de La FertéBernard.

Artec et autres festivals Plus largement, c’est toute l’Huisne qui se prête à diverses formes de balades en canoë, notamment entre Avezé et La Ferté-Bernard. Une mise en valeur qui a permis au territoire d’obtenir le label régional "Balades et randonnées nautiques en Pays de la Loire" en 2013. Le patrimoine se dévoile aussi par le chemin de fer. Au départ de Beillé vers Bonnétable, la Transvap met en lumière les communes locales et leurs caractéristiques : Tuffé et son plan d’eau, ou encore Prévelles et ses poteries, à l’affiche tous les deux ans des Biennales de la céramique. Autre festival de l’Huisne sarthoise, celui de la peinture à La Ferté-Bernard, organisé chaque année en septembre. Pour sa cinquième édition, la manifestation aura cette année pour invitée d’honneur l’Ukraine. Enfin, on ne présente plus le Festival

Grégory Pottier, chargé de mission tourisme au Pays du Perche sarthois, Sabine Lohmann, directrice de l'office de tourisme de l'Huisne sarthoise, et Philippe Galland, président de l'office.

Artec. La Coupe de France de robotique, qui rassemble chaque année à La Ferté-Bernard les meilleurs élèves ingénieurs d’Europe, célébrera cette année son 20e anniversaire en mai. Preuve que la longévité participe aussi du dynamisme local. ◗◗ Julien Proult

[En bref]

Une relation permanente avec les industriels La solidité économique de l’Huisne sarthoise s’explique aussi par la collaboration étroite entre la communauté de communes et le club des industriels. "Nous sommes en relation permanente avec la communauté de communes. Quand elle démarche des entreprises extérieures, elle s’appuie toujours sur les industriels existants, afin que se tissent des liens", explique Bruno Fléchard, secrétaire du club. Fort d’une trentaine de membres (de l’entreprise artisanale au grand groupe), le club garantit "ce dynamisme local permettant aux industriels de continuer

36 maine éco avril 2013

à exister, de se rencontrer et de monter des projets", se félicite Bruno Fléchard, directeur de l’entreprise de travaux publics du même nom, qui insiste sur "l’esprit de groupe" régnant sur le territoire. Une convergence de vues qui aide aussi à passer au mieux les cycles économiques délicats. "On sent bien un ralentissement de l’activité, les carnets de commande sont un peu moins garnis. Mais nous ne versons pas pour autant dans le pessimisme, indique Bruno Fléchard. N’oublions pas que nous sommes l’un des pôles les plus dynamiques du département".

Les communes de la communauté de communes de l’Huisne sarthoise : Avezé, Beillé, Boëssé-le-Sec, La Bosse, Bouër, La Chapelle-du-Bois, La Chapelle-Saint-Rémy, Cherré, Cherreau, Cormes, Dehault, Duneau, La Ferté-Bernard, Le Luart, Préval, Prévelles, Saint-Aubin-des-Coudrais, Saint-Denis-des-Coudrais, Saint-Hilaire-le-Lierru, Saint-Martin-des-Monts, Sceaux-sur-Huisne, Souvigné-sur-Même, Théligny, Tuffé, Villaines-la-Gonais, Vouvraysur-Huisne.


Artisans - Commerçants - Services Professions Libérales

Etre à vos côtés pour faire fleurir vos projets Conseil - Droit social, des affaires et des sociétés - Fiscalité Ressources Humaines - Gestion de la paie - Informatique Production et Économie d’énergie - Finance et Patrimoine Tél : 02 43 49 84 00 email : contact@53-72.cerfrance.fr www.53-72.cerfrance.fr

CONSEIL - EXPERTISE COMPTABLE

AMS NISSAN DISTRIBUTEUR DE VÉHICULES DEPUIS PLUS DE 25 ANS

NISSAN LE MANS Auto Maxi Service Boulevard d'Estiennes d'Orves (Rocade Sud La Pointe)

02 43 39 93 45

nissan.lemaire@orange.fr AUTREMENT_mobile.

maine éco avril 2013 37


COMOP ADRÉA Mutuelle / Crédit photo : Masterfile - Mutuelle relevant du livre II du Code de la Mutualité Immatriculée sous le n° 311 799 878 - Document non contractuel

ADRÉA MUTUELLE

LA PROTECTION SOCIALE

DE VOTRE ENTREPRISE ADRÉA Mutuelle votre interlocuteur privilégié pour une PROTECTION SOCIALE GLOBALE ADAPTÉE à vos besoins spécifiques  Santé  Prévoyance  Épargne  Retraite

Tél. : 02 43 20 04 15 Votre agence au MANS, 19 rue Gambetta Toutes nos coordonnées sur www.adrea.fr Annonce presse_190x130_CCI mans et Sarthe (72).indd 1

38 maine éco avril 2013

12/03/2013 12:07:50


formation Sarth'Esthétique formation

Former aux métiers de l’esthétique et du bien-être

Association loi 1901 depuis 2006, Sarth'Esthétique forme par an 130 stagiaires aux métiers de l'esthétique, du Spa et du bien-être, en formation diplômante et continue. Dans un secteur en constante croissance, l'école a su faire sa place auprès des professionnels de la beauté et évoluer en fonction des nouvelles demandes des consommateurs.

L

e marché du Spa et du bien-être est en pleine expansion, il touche non seulement les instituts de beauté mais aussi de nombreux autres secteurs d'activité comme les centres de loisirs, les clubs de vacances, l'hôtellerie, les chambres d'hôtes, l'hôtellerie de plein-air, les établissements de thalassothérapie, les résidences d'accueil… explique Jean-Marc Laffay, président de Sarth'Esthétique, également élu de la CCI. D'où cette volonté de la Chambre de commerce et d'industrie de développer un projet global de formations artistiques et touristiques, en synergie sur un même site, dans un cadre agréable de cinq hectares boisés !" Car rappelons qu'à la même adresse, au 185 rue Henri Champion au Mans, la CCI dispose aussi d'une école, The Village Grand Ouest, dédiée aux métiers de l'animation et des techniques d'ambiances pour répondre aux demandes très spécifiques des villages et clubs vacances en recherche d'animateurs professionnels.

Une formation Spa "Nous avons ouvert une formation de manager spa et bien-être en 2009 pour répondre à la demande des

professionnels qui recherchent des praticiens du bien-être qualifiés aux compétences pluridisciplinaires, précise Isabelle Le Gentil, directrice de Sarth'Esthétique. Pour cela nous avons fait venir tout le matériel de Bali pour offrir aux stagiaires les conditions nécessaires à la pratique des arts traditionnels de massages orientaux". L'école propose ainsi une formation longue, des formations spécialisées, des stages à la carte pour se former aux arts et techniques du monde : Chine (Qi Qong), Japon (Shiatsu), Indonésie, Inde, Thaïlande, Hawaï, Vietnam, Tuina, pierres chaudes et cristaux… Ces formations spa sont considérées comme de la formation continue et peuvent faire l'objet d'une prise en charge par un organisme paritaire collecteur (Opca, FAF, Dif, Fafcea). L'image et le métier de l'esthéticienne ont beaucoup évolué par rapport aux techniques de soin du corps, mais les cosmétiques/esthétiques représentent toujours un véritable secteur économique en croissance. On dénombre en France 27 000 établissements dans l'esthétisme dont un peu plus de 16 000 instituts (hors spa) et 25 200 fournisseurs appartenant à des grands

réseaux de distribution. L'effectif des secteurs cosmétiques et esthétiques pèse environ 50 000 salariés. "Nos jeunes stagiaires des formations diplômantes esthétique-cosmétique n'ont aucun souci d'insertion professionnelle", souligne Isabelle Le Gentil, qui peut s'enorgueillir d'excellents taux de réussite aux examens : 100 % au CAP et 86 % au bac professionnel ! "Nous sommes d'ailleurs centre d'examen pour le département et accueillons à ce titre près de 200 candidates chaque année", gage de la qualité des enseignements dispensés par cet institut de beauté pédagogique. "La diversité dans le domaine du spa et du bien-être offre de nouvelles opportunités de formation sur lesquelles nous travaillons déjà pour les prochaines rentrées", conclut la directrice. ◗◗ Maryse Gauthier Plus d'information : www.sarthesthetiqueformation.fr

Formations diplômantes - CAP/BP/bac pro esthétique cosmétique - parfumerie - BTS esthétique - cosmétique

Formation continue - Extension de cils - Pose d'ongles - Spa et bien-être

Les locaux - 2 salles de 38 m2 pour les soins, l'épilation et les modelages esthétiques - 1 salle de maquillage spécialement aménagée de 30 m2 - 1 espace "clientes" de 25 m2 composé de 4 cabines dont 1 cabine UV - 1 espace accueil-vente de 21 m2 - 12 salles de formation dont 1 salle informatique et 1 espace spa et bien-être maine éco avril 2013 39


Lu pour vous dans la presse Coup de frein sur les échanges commerciaux avec l'Europe Les Échos - 8 février 2013

À 67 milliards d'euros l'an dernier, le déficit commercial de la France a reculé de 7 milliards par rapport à une année 2011 record. L'embellie s'explique par de meilleures performances à l'exportation de l'aéronautique, de la pharmacie et de l'agroalimentaire. Mais le net ralentissement des importations compte aussi pour beaucoup. Les plans de rigueur en Europe pèsent sur l'export.

Associé : comment trouver et choisir le bon ? Chef d'entreprise - N° 76 Mars 2013

Comme en amour, difficile de tomber sur l'associé qui fera de votre aventure entrepreneuriale une histoire qui dure. Complémentarité des compétences, valeurs communes, capacité à travailler ensemble… Afin de dénicher la perle rare, quelques prérequis s'imposent.

La France a perdu plus d'un millier d'usines depuis 2009 Les Échos - 5 février 2013

Le rythme des fermetures d'usines a augmenté de 42 % en France l'an dernier, selon les estimations du cabinet Trendeo.

40 maine éco avril 2013

Pénalisée par le rebond de l'euro et la faiblesse de la demande en Europe, l'industrie manufacturière a perdu près de 24 000 emplois en 2012. L'automobile, la pharmacie, la papeterie et la fabrication de meubles sont en première ligne. Les secteurs de l'aéronautique et du luxe continuent en revanche de recruter.

Pays-Bas, haut lieu du business L'Entreprise - N° 320 Mars 2013

Ce petit pays de 17 millions d'habitants est devenu une véritable plaque tournante du commerce européen. L'environnement y est très propice aux affaires. Son PIB est lié à hauteur de 60 % aux importations et aux exportations.

Pour protéger son patrimoine : EIRL ou EURL ? Les Échos 8 février 2013

Le législateur a créé, en 2010, l'entreprise individuelle à responsabilité limitée (EIRL). Cette formule, censée encourager les artisans et commerçants à protéger leur patrimoine, connaît des débuts timides. Seulement 1,5 % des entreprises individuelles l'ont adoptée. Ce démarrage difficile peut s'expliquer par un déficit d'information, mais il semble que l'EURL présente encore beaucoup d'avantages sur l'EIRL.

Déménager son site web sans casse Chef d'entreprise - N° 75 Février 2013

Votre site est en retard au niveau technologique, votre hébergeur est défaillant, le service client laisse à désirer, le contrat n'est plus compétitif… les raisons qui poussent à déménager un site Internet sont aussi nombreuses que la migration est délicate.

Autoentreprise : ce qui change Les Échos - 8 février 2013

Depuis le 1er janvier, les autoentrepreneurs payent plus de cotisations sociales. Selon les calculs réalisés par la Fédération des autoentrepreneurs, un consultant pourrait verser jusqu'à 1 000 euros de cotisations sociales en plus chaque année et un peintre jusqu'à 1 630 euros, dès lors qu'ils atteignent le plafond annuel de chiffre d'affaires autorisé par le statut.

Viande de cheval : péril sur la filière ? Points de vente - N° 1131 11 mars 2013

Du cheval dans les lasagnes. La fraude a ébranlé la filière et frappé, de plein fouet, l'industrie agroalimentaire. Faisant la lumière sur une chaîne complexe et souvent internationale, elle a réveillé les

soupçons des consommateurs. C'est toute la sécurité d'un système et ses fondements qui posent la question : jusqu'où peut-on aller pour vendre de la viande à petit prix ?

Faillite : enfin le droit au rebond pour le créateur d'entreprise ! Les Échos - 8 février 2013

Demande récurrente des organisations patronales, le " fichage " des chefs d'entreprise à la Banque de France, en cas de défaillance de leur société, va être modifié. C’est Fleur Pellerin, ministre déléguée aux Petites et moyennes entreprises, qui l'a annoncé lors du Salon des entrepreneurs. "Il y a un vrai problème pour les chefs d'entreprise qui ont déposé le bilan et qui veulent redémarrer une activité. La France se classe dans les pays où on met le plus de temps à se remettre d'un échec", a-t-elle déploré.

Faut-il avoir peur d'ouvrir son capital ? Chef d'entreprise - N° 76 Mars 2013

Même si "ouvrir son capital" n'est plus un acte tabou et fait désormais partie des mœurs entrepreneuriales, cette démarche nourrit encore moult fantasmes et inquiétudes dans l'imaginaire des dirigeants de PME. Les entrepreneurs craignent qu'un investisseur ne vienne leur dicter leur stratégie, les soumette au diktat du cash et du court terme ou, pire, les


mette à la porte de leur propre boîte. Quelle est la part du vrai dans ces craintes ? Quelles sont les précautions à prendre pour sécuriser cette union par nature limitée dans le temps ?

Les aides à la création d'entreprises épinglées Les Échos - 15 février 2013

La France est le numéro un européen en nombre de créations annuelles d'entreprises. Mais la durée de ces jeunes entreprises est courte. La Cour des comptes critique un "millefeuille illisible" de dispositifs d’aides à la création. L’absence de stratégie d'ensemble est aussi avancée. L'Agence pour la création d'entreprises (APCE) doit donc se restructurer.

Le bricolage marque le pas LSA - N° 2264 7 mars 2013

Les ventes de bricolage ralentissent et semblent prendre le chemin d'autres secteurs du non-alimentaire, comme l'ameublement. Les reports d'achats et la mauvaise tenue de l'immobilier sont une nouvelle fois en cause et sèment le trouble dans un domaine traditionnellement prospère.

Le prêt-à-porter français sauvé par les exportations Les Échos - 20 février 2013

Alors qu'en France, les dépenses d'habillement féminin ont reculé pour la cinquième année consécutive (- 2,8 %), la dynamique des exportations a sauvé l'année. Les marques de mode tricolores ont vu leurs exportations progresser de 3,4 % en 2012. Les États-Unis et la grande Chine sont devenus les principaux clients. Les importations, elles, sont en recul de 3,3 %, après deux ans de hausse. La Chine qui reste, de loin, le premier fournisseur d'habillement féminin, devant l'Italie, a vu son poids légèrement diminuer (- 0,4 point). En revanche, le Bangladesh et la Roumanie progressent.

Les petits patrons gagnent en moyenne 4 248 euros par mois Les Échos - 15 février 2013

Le salaire des chefs d'entreprise de moins de 20 salariés est peu élevé. Leur salaire annuel s'établit à 50 980 euros, soit 4 248 euros par mois. Il a néanmoins progressé de 8,9 % en 2010. Les rémunérations varient aussi fortement selon les secteurs d'activité. 96 440 euros dans les activités financières, 39 500 euros pour les petits patrons de la construction.

Emploi : les formations en alternance ont résisté à la crise en 2012 Les Échos - 26 février 201

Quelque 450 000 contrats de formation en alternance ont été enregistrés, soit 10 000 de moins qu'en 2011. C’est du côté des contrats de professionnalisation qu'est venu le repli. D'une durée plus courte, ils sont très sensibles à la conjoncture. L'apprentissage s'est lui bien tenu : le nombre de contrats enregistrés a été légèrement supérieur en 2012. Le ministre délégué à la Formation, Thierry Repentin, a promis un projet de loi sur la formation professionnelle et l’apprentissage pour le début de l'été.

Le crédit-bail, un mode de financement malin L'Entreprise - N° 320 Mars 2013

Le crédit-bail est relativement méconnu des PME et des TPE. Pourtant, il constitue un excellent moyen de financer leurs biens d'exploitation. Il permet de financer tout équipement, y compris de montant modeste, de préserver la trésorerie en étalant la dépense jusqu'à soixante mois et d'éviter d'avancer la TVA.

Le tourisme résiste à la crise grâce à la clientèle étrangère Les Échos - 18 février 2013

En 2012, le tourisme français s'en sort bien par rapport à d'autres

INFOSCOPE Un outil précieux pour suivre l'actualité sans perdre de temps

Deux fois par mois... Informez-vous sur la vie des entreprises sarthoises. Accédez à l'essentiel de la presse économique et professionnelle avec les synthèses extraites de plus de 50 titres. Découvrez les études et ouvrages reçus au Centre d’information économique. Consultation gratuite.

Abonnement annuel : 60 euros TTC Intégralité des articles sur demande Centre d’information économique CCI du Mans et de la Sarthe - Tél. 02 43 21 00 00

secteurs. Sa balance des paiements s'est améliorée (pour s'établir à 11,2 millions d'euros) en particulier grâce à l'afflux de touristes étrangers non-européens (notamment Chinois et Américains). Entretien avec Sylvia Pinel, ministre du Tourisme : "Il faut que les territoires soient fédérés à l'international sous la marque France."

à contribution : des fabricants de pâte aux centres de surtri des vieux papiers.

Recyclage du papier : la solution anticrise

Les industriels prévoient de stabiliser leurs investissements en 2013. L’investissement des entreprises ne représente qu’un quart des dépenses de l’ensemble des entreprises mais joue un rôle moteur. Des taux d’emprunt attractifs et la nécessité de moderniser et de rationnaliser un outil de production vieillissant pourraient expliquer cette stabilité.

Environnement magazine - N° 1715 Mars 2013

Le recyclage peut-il donner un second souffle à un secteur papetier plongé dans la crise ? Pas si simple. L'optimisation de la filière est néanmoins attendue par tous. Pour réduire les coûts de la matière recyclée et améliorer la qualité du gisement, tous les maillons de la chaîne seront mis

Les industriels ne prévoient pas de couper dans leurs investissements Les Échos - 11 février 2013

maine éco avril 2013 41


maine découvertes

Jacques et Vianney Bellanger, chocolatiers

De la cabosse au nectar des

© Gilles Kervella

Depuis longtemps, le chocolat tient une place de choix, précédé de tout un imaginaire qui fait de lui un produit à part, un peu magique. Au Mans, deux hommes, un père et un fils, explorent quotidiennement les infinis pouvoirs de cet étrange fruit venu d’ailleurs.

Dernière phase de préparation des macarons.

C

réée au Mans par M. et Mme Béline en 1968, la chocolaterie éponyme s’installe en 1977 place Saint-Nicolas, où elle se trouve toujours. Elle se positionne déjà comme le fleuron de la confiserie sarthoise. De son côté, Jacques Bellanger entre à 16 ans en apprentissage chez M. Guilloux, pâtissier à Laval où il obtient son CAP, puis son brevet de maîtrise à Paris. La maison Béline, il la connaît bien pour y avoir travaillé quelque temps comme commis, avant de franchir l’Atlantique pour mettre 42 maine éco avril 2013

en place la section chocolaterie de la célèbre Pâtisserie de Gascogne à Montréal. Il faut dire que le métier de chocolatier est récent. Il y a encore une trentaine d’années, il était intégré à celui de pâtissier, avant de prendre son indépendance. Il était devenu nécessaire qu’il en fut ainsi tant les techniques que requiert le travail du chocolat sont complexes et diverses ! Jacques Bellanger rentre ensuite sur le Vieux Continent où il prend la direction de l’école Barry Callebaut à Meulan (Yvelines).

En vingt ans, beaucoup de chocolat ayant coulé dans les moules, les Béline décident de transmettre leur entreprise en 1998 à leur ancien commis, devenu Meilleur ouvrier de France en 1982. Les nombreuses médailles qu’il a obtenues ne sont pas en chocolat. On retiendra, parmi tant d’autres, celle du Premier prix du Cinquantenaire de la gastronomie française en 1980 ou celle du Meilleur chocolatier du Guide Pudlo en 2004. En 2007, les Bellanger décident de faire construire un nouveau laboratoire


maine découvertes

Jacques et Vianney Bellanger.

de 500 m², au numéro 1 de la rue Offenbach, en périphérie du Mans. Un magasin de vente y est parallèlement intégré. Jacques Bellanger est un homme qui ne se contente pas de couler du chocolat dans des moules, il cherche de nouvelles manières de travailler ce fruit exotique. Il se fait connaître localement mais aussi au plan national. Il met au point diverses innovations comme les raisins macérés au vin de Sauternes enrobés de chocolat, les grains de caviar de cacao (éclats de fève de cacao du Venezuela enrobés de chocolat), les bouchées Bélinor (praliné, amande et nougatine) ou les bouchées Schubert (ganache, orange et amande au Cointreau). Bien d’autres recettes sont dans les cartons tant les possibilités offertes par les étonnantes graines du cacaoyer sont infinies.

Vianney et la chocolaterie Dans la famille Bellanger, il y a aussi le fils, Vianney, passionné depuis sa plus tendre enfance par l’univers du chocolat. Comme il est de (bonne) coutume, il est passé par toutes les étapes de fabrication avant de devenir actionnaire de l’entreprise familiale et d’y assumer, depuis 2009, le rôle de responsable

d’exploitation. Cet ingénieur chimiste de formation aurait pu devenir un "nez" dans le monde du parfum. Ses prédispositions sensorielles le destinaient tout naturellement à travailler dans un métier de bouche. L’expérimentation et l’innovation sont ses domaines de prédilection. Et c’est avec une réelle complicité que père et fils testent de nouvelles recettes qui feront s’écarquiller de futurs yeux gourmands. Ils participent ainsi au Salon des Coqs d’or, et Vianney est devenu Super coq d’or en 2010, titre qui récompense la continuité de l’excellence dans une entreprise familiale. Il a également été admis à Relais desserts international en 2012, association qui rassemble l’élite mondiale de la haute pâtisserie française afin de la faire rayonner aux quatre coins du globe. Le travail du chocolat est l’une des disciplines culinaires les plus exigeantes. Température, dosage, temps de chauffe et de refroidissement doivent être respectés au plus près des nécessités mécaniques et gustatives de ce produit fragile et délicat. Pour ce faire, une organisation quasi militaire doit être appliquée au laboratoire. Les gestes sont précis, rapides et s’exécutent sans affolement, sans tâtonnement. On y a l’étrange impression d’assister à un ballet silencieux au sein duquel le chef d’atelier envoie ses consignes par gestes ou au moyen de quelques mots rigoureux. Là, on table le chocolat blanc sur une plaque de marbre pour le refroidir, ici, on coule du noir dans de petits moules ou l’on pose un à un les chapeaux des très prisés macarons multicolores. De petites mains distribuent avec une dextérité éprouvée les fruits confis sur les barres Sybille, une des deux cents références de la maison Bellanger.

C’est en 2012 que la famille Bellanger décide de signer de son nom propre ses créations. La Chocolaterie Béline devient Chocolaterie Bellanger. Il faut un certain temps pour transgresser les effets d’habitudes vieilles de quarante ans, c’est pourquoi le nom Béline restera toujours accroché à la façade du magasin de la place Saint-Nicolas. Un nouveau logo et de nouvelles couleurs donnent toutefois désormais une

identité propre au travail de l’équipe de Jacques et de Vianney Bellanger. Et, par concession de marque, leurs produits sont à présent vendus au Palais Gourmet à Sainte-Geneviève-des-Bois (91). ◗◗ Gilles Kervella

Parcours d’une fève de cacaoyer Après avoir détaché les cabosses du cacaoyer et les avoir fendues, on sépare la pulpe blanche des fèves qui sont ensuite étalées afin de les faire macérer entre 6 et 7 jours sous des feuilles de bananier. Cette opération est primordiale car c’est elle qui permettra aux arômes de se développer. Celle-ci terminée, on procède au séchage au soleil durant 5 ou 6 jours en les remuant, afin que le taux d’humidité soit homogène (3 %). Puis les fèves sont conditionnées dans des sacs de 50 kg et rejoignent les marchés de gros. À l’instar du raisin, chaque lot de graines correspond à un cru. Comme lui, elles seront assemblées au gré des goûts des transformateurs. Les fèves africaines sont réputées pour leur puissance alors que leurs sœurs d’Amérique latine ou d’Asie sont connues pour leurs arômes subtils. Ensuite, elles sont torréfiées dans de grands fours pour leur ôter les dernières traces d’humidité, pour en durcir l’enveloppe et pour en concentrer les arômes. Puis vient la phase de broyage, opération qui fait monter la température, favorisant la fonte des matières afin d’obtenir

une liqueur de cacao qui elle-même sera filtrée pour obtenir le beurre de cacao, l’élément de base du chocolat. Pour faire du chocolat noir, les chocolatiers ajoutent au beurre de cacao de la liqueur de cacao et du sucre. D’autres étapes incontournables doivent impérativement être franchies pour arriver au niveau d’excellence que se sont fixé Jacques et Vianney Bellanger. Le malaxage, le conchage (long pétrissage) ou le tempérage (action de descendre la température des pâtes sur une plaque de marbre) sont les principales, les autres sont… dans les yeux du père et du fils.

© Gilles Kervella

© Gilles Kervella

dieux

maine éco avril 2013 43


Opportunités d’affaires Annonces commerciales 724H1528 HÔTEL-BAR-RESTAURANT Vds auberge en milieu rural 3 chambres, cuisine, réception, 2 salles, cheminée, terrasse, dépendances, jardin et parking. Prix 58 372 € Avenir Immobilier Tél. 02 43 59 04 60 722C2208 PRÊT-À-PORTER ENFANTS Vds très belle boutique en angle dans galerie marchande. Surface 91 m2 + réserve 30 m2. Prix fonds 70 000 €. Droit au bail seulement possible 60 000 €. Loyer 2 500 €/mois. Me Bouvet Guillaume Tél. 02 43 24 54 40 722C2118 GARAGE AUTO Cause retraite, vente VN et VO marque française proche Le Mans. Plusieurs salariés. Zone chalandise importante proche centre commercial.

CA 2 M€. Prix parts sociales 500 K€. Prix murs 950 K€. Agence Luc Sury SA Tél. 02 43 53 53 55 724C2045 PRESSE-LOTO-JEUXPAPETERIE-LIBRAIRIE Affaire presse-loto-jeux-papeterielibraire-cadeaux. Commission 56 000 €. Logement F6. Tout est neuf. Prix fonds 160 000 €. Prix murs 160 000 €. Faire vite. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 724H1335 BAR-SNACK Affaire à développer en restauration. Décoration entièrement refaite. Logement F3. Produit rare. Prix fonds 55 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 722H1435 BAR-HÔTEL-RESTAURANT Vds affaire réputée 2 étoiles et 15 numéros. Logement de fonction.

À saisir : Prix 100 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 724H1566 BAR-TABAC-FDJ Belle affaire dans chef-lieu de canton. Fermé 1,5 j/semaine. Grand logement. Prix fonds 330 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 722H1564 BAR-TABAC-PRESSE-LOTO Vds établissement en très bon état avec terrasse. Logement F4. Global remises 47 000 €. Prix fonds 150 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 722H1569 RESTAURANT-PIZZÉRIA-GRILL Dans ville 5 000 habitants, affaire 35 places avec matériel récent. Pas de travaux à prévoir. Véhicule frigo. Livraison sur 8 communes. Clientèle fidèle. Bon CA 302 000 €/2 ans.

Loyer 500 €/mois. Prix 119 000 € à débattre. Me Maleval Jean-Christophe Tél. 02 43 44 00 28 722C2195 JOUETS-BIJOUX FANTAISIE-DÉCO Commerce avec logement refait à neuf. Loyer 518 €/mois. Surface 300 m2 en tout. Proche autres commerces. Institut créé à l'étage. Parking. Prix fonds 50 000 €. Me Cherubin Hervé Tél. 02 43 54 01 54 724C2188 BOULANGERIE-PÂTISSERIE Dans bourg magasin avec espace de travail fonctionnel et matériel en très bon état. Idéal 1ère installation. Superbe logement F5. Prix 115 900 € FAI. Achat murs possible. Agence Luc Sury SA Tél. 02 43 53 53 55 722H1570 LOCAL À USAGE DE BAR Local commercial de 320 m2 avec matériel exploitation bar et petite restauration.

IMMOBILIER D’ENTREPRISE BUREAUX À LOUER GARE SUD – QUARTIER DʼAFFAIRES : Plateaux

de bureaux cloisonnés de 85 m² comprenant 4 bureaux – 1 local reprographie – sanitaires en commun – Loyer : 720,00 € H.T/H.C/ mois. Classe énergie G - Réf : 2797

CENTRE VILLE - SUR LA FUTURE LIGNE DE TRAMWAY : Bureau professionnel de 74 m²

comprenant accueil-secrétariat – 3 bureaux – salle dʼarchives - Loyer : 830,00 € NET/HC/ mois - Classe énergie E - Réf : 2849

EPERON - PROCHE CENTRE-VILLE : Local professionnel en rez-de-chaussée à usage de bureaux de 83 m² – Loyer : 850,00 € H.T/ HC/mois. Classe énergie F - Réf : 2813

LOCAUX À LOUER CENTRE VILLE – PROCHE RÉPUBLIQUE :

Local commercial de 115 m² comprenant accueil – 4 bureaux – 1 salle de réunion – cave – 2 parkings aériens - Loyer : 980,00 € NET/HC/mois. Classe énergie E - Réf : 2820 IE

À VENDRE UNIVERSITE : SUR LA LIGNE DU TRAMWAY ET PROCHE DE LA ROCADE : Bureaux de

107 m² comprenant accueil-secrétariat, 3 bureaux privatifs, local archives, 3 emplacements de parkings aériens – Loyer : 1085,00 € HT/ HC/mois - Classe énergie : F - Réf : 2809

CENTRE VILLE : Plateaux de bureaux de 260 m² comprenant accueil, 10 bureaux, 10 emplacements de parkings – Loyer : 2383,00 € HT/ HC/mois - Classe énergie : F - Réf : 1879

www.citya.com 44 maine éco avril 2013

idéalement situé et bénéficiant dʼun excellent visuel - Pas de système de chauffage Prix nous consulter - Réf : 2819

CENTRE VILLE - PROCHE TOUTES COMMODITÉS :

HYPER CENTRE VILLE - IDÉAL POUR BUREAUX DE COMMERCIAUX :

Bureaux de 38 m² comprenant salle dʼattente – 2 bureaux – Prix : 51250 € FAI - Classe énergie F - Réf : 2823

Dʼautres biens en portefeuille, nʼhésitez pas à nous contacter au 02 43 210 243

CENTRE VILLE : Opportunité - Plateaux de bureaux cloisonnés de 153 m² comprenant accueil – 6 bureaux – local informatique 2 parkings en sous-sol. Prix : 199 700 € FAI Classe énergie C - Réf : 2818

Disponibles à la location petites superficies de 28 m² à 50 m²

BUREAUX

MAILLETS - SUR LA FUTURE LIGNE DE TRAMWAY : Local commercial de 53 m²

LOCAUX

ENTREPOTS

BATIMENTS

16 place de l’Eperon - 72015 Le Mans Cedex 2 - Tél. : 02 43 210 243 Votre conseillère en immobilier d’entreprise : Valérie Labani - vlabani@citya.com


Bail 9 ans. Loyer 1 500 €/mois. Me De Chasteigner François Tél. 02 43 74 03 20 722H1437 BAR-TABAC-PRESSE-LOTO-JEUX Vds affaire proche Le Mans. Pas de personnel. Commissions 31 000 €. Logement 3 chambres. Prix fonds 125 000 €. Prix murs 120 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 724C2186 PRÊT-À-PORTER Centre-ville dans rue piétonne avec nombreux commerces confection enfants 0/16 ans et adultes. Surface vente 65 m2. Vitrine 8 ml. Prix fonds 40 000 €. Possibilité achat en pas-de-porte. Me Perdriel Jean-Pierre Tél. 02 43 93 47 08 724C2189 PÂTISSERIE-CHOCOLATERIE Magasin avec grand espace de travail et matériel complet.

Surface vente 30 m2 + labo 140 m2. Logement F5. Prix fonds 121 400 € FAI. Agence Luc Sury SA Tél. 02 43 53 53 55 724C2191 BOUCHERIE-CHARCUTERIE Belle affaire dans commune dynamique avec CA en augmentation. Surface 40 m2 + labo 30 m2 aux normes. Logement F2. Prix fonds 148 400 € FAI. Agence Luc Sury SA Tél. 02 43 53 53 55 723C1959 GARAGE Vds très bel établissement dans structure neuve. Surface 600 m2. Équipement récent. Pas de contrat. CA 650 K€. Prix 210 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 724C2190 CAVE À VINS Affaire dans centre-ville dynamique cave à vins et épicerie fine.

Possibilité pas-de-porte. Logement F2 bis. Prix fonds 67 000 € FAI. Vente également des murs. Agence Luc Sury SA Tél. 02 43 53 53 55 722C2204 LIBRAIRIE-PRESSEPAPETERIE-FDJ Affaire en centre bourg ville 4 500 habitants. Surface 90 m2 + réserve 110 m2. Relais colis. CA 140 000 € dont 40 000 € commissions. Informatique et caisse neufs 2012. Prix fonds 105 000 €. Me Leblanc Jean-Maurice Tél. 02 43 21 20 19 722C2200 ALIMENTATION Dans petit village, vds superette en très bon état. Chiffre d'affaires dynamique. Rayons Presse et gaz. Petit loyer. Logement F2. Prix 97 900 € FAI. Agence Luc Sury SA Tél. 02 43 53 53 55

723C2209 PAS-DE-PORTE Pas-de-porte en centre-ville. Surface 44 m2 bon état. Vitrine 7 ml. Loyer 529 €/mois. Prix 20 000 €. Me Rousseau René-François Tél. 02 43 94 00 40 723C2203 PROTHÉSIE ONGULAIRE Cause retraite vds affaire surface 30 m2 en centre-ville. Possibilité cabine à l'étage. Loyer 323 € par mois. Prix fonds 25 000 €. Me Garban Olivier Tél. 02 43 94 00 78 723C2121 PAS-DE-PORTE Bail à céder boutique entièrement rénovée en 2009. Surface vente 55 m2 + réserve 20 m2. Vitrine 5 ml. Loyer 710 €/mois. Prix 40 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 723C2031 PRÊT-À-PORTER FÉMININ Affaire CA 100 000 €.

Cession, acquisition,

une nouvelle vie pour entreprendre ! Appuyez-vous sur nous

02 43 24 64 02

WWW.COMMERCE-MAITE-MARTEAU.COM RE FAI L’AF

D

! OIS UM

LE MANS. Boutique d’environ 45 m² sur axe avec beau flux piétons. Réserve d’environ 30 m². Faible loyer. DROIT AU BAIL à saisir ! Réf. 1207646

LE MANS - AXE RUE DES MINIMES. Idéal pour débuter ! Local d’environ 70 m². Jolie vitrine. Passage et visuel important. A saisir ! DROIT AU BAIL à céder. Réf. 1308879

NOUS LES AVONS INSTALLÉS LE MANS Centre Ville Boutique spécialisée dans la vente de jeux vidéo d’occasion. Achetez-vendez tous vos jeux vidéo dans la nouvelle boutique qui ouvre ses portes courant Mars au 16 rue Nationale - LE MANS.

LE MANS NOUVEAU LOCAL. Accès sur la Place de la République. Superbe boutique avec agencement récent. URGENT - FAIRE OFFRE ! DROIT AU BAIL à céder ! Réf. 1208505

LE MANS - Axe République. Nouveau local d’environ 50 m² en angle. Avec superbe linéaire vitrine. Faible DROIT AU BAIL à céder. Réf. 1308743

LE MANS en plein Centre Ville. Local avec beau linéaire vitrine. Surface de vente de plain-pied. Idéal pour débuter. Faible DROIT AU BAIL à céder ! Réf. 1308709

LE MANS quartier commerçant en Centre Ville. Belle boutique d’environ 100 m² de plain-pied avec réserve, située sur axe passager. A saisir ! DROIT AU BAIL à céder ! Réf. 1207826

LE MANS proche République. Rare! Belle boutique d’environ 90 m². Jolie rénovation. A SAISIR ! DROIT AU BAIL à céder. Réf. 1308795

BOULANGERIE PATISSERIE dans le 72. CA 220 K€ à développer. 5 sem. de congés. Logt avec cour. Faible loyer. PRIX nous consulter. Réf. 1208414

BOULANGERIE PATISSERIE dans le 53. Seule dans une commune de 2 200 hab. Très bien équipée, beau magasin et agréable logement. Prix attractif ! Nous consulter. Réf. 1208625

ITE SIV U L EXC

BOULANGERIE PATISSERIE dans le 72. Proche grande ville. CA 190 000 € Etat impeccable, belle superficie de travail. Affaire rare ! PRIX nous consulter. Réf. 1308916

DE COMMERCE Plus de 30 ans deFONDS Savoir-Faire

maine éco avril 2013 45


Opportunités d’affaires Surface 40 m2. Fermé 2 j/semaine + 4 semaines congés. Faible loyer. Prix fonds 35 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 723H1567 BAR-SNACK Vds affaire très bon emplacement. Pas de personnel. Logement indépendant. Prix fonds 80 000 €. Prix murs 110 000 €. Me Rousseau René-François Tél. 02 43 94 00 40 723H1443 GÎTES Vallée du Loir, proche autoroute, superbe propriété sur 6 ha dans un cadre agréable et calme, 3 gîtes, capacité totale : 49 couchages. Salle cérémonie 105 couverts. Prix fonds 50 000 €. Prix murs 650 000 €. Me Maleval Jean-Christophe Tél. 02 43 44 00 28 722C2126 ALIMENTATION-BOUCHERIECHARCUTERIE Belle affaire alimentation avec rayon boucherie traditionnelle. Surface 70 m2 + réserve 20 m2. Fermé 1,5 j/semaine + congés. Prix 155 000 €. À voir rapidement. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 722H1465 CHAMBRES ET TABLE D'HÔTES Ancien moulin avec bief et 2 étangs sur 11 500 m2. 5 chambres d'hôtes meublées, 2 appartements privés, 1 gîte meublé, piscine. Prix murs et fonds 522 000 €. Me Dalmont Christophe Tél. 02 43 44 00 10 723H1544 RESTAURANT-CRÊPERIE Vds dans secteur touristique, affaire installation récente en parfait état. Belle terrasse. Possibilité achat murs. Prix fonds 110 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 723H1473 HÔTEL-RESTAURANT Affaire restaurant ouvriers, 50 places avec développement à optimiser. Idéale pour couple. Fermée le WE. Logement. Prix fonds 170 000 €. 46 maine éco avril 2013

Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 724C2185 PRÊT-À-PORTER Vds magasin surface vente 27 m2 + réserve 9 m2. Prix droit au bail 5 000 €. Me Chevalier Antoine Tél. 02 43 97 60 71 721C2194 PRESSING Cause retraite affaire dans centre commercial. Surface 99 m2 + réserve 20 m2. Vitrine 6 ml. Prix fonds 170 000 €. Me Ledru Georges Tél. 02 43 27 30 02 721C1956 PRESSE-LOTO-JEUX Vds affaire idéale pour 1 personne. Global commissions 22 000 €. Fermé 1,5 j/semaine. Faible loyer. Prix 50 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 721C2201 CENTRE MINCEUR ET BIEN-ÊTRE Centre minceur en plein centre-ville. 5 cabines + 8 machines amincissement. CA en soins esthétiques. Possibilité développement. Vds fichier clients et plateau technique. Prix 90 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 721C2198 CAVE À VINS Cave à vins toutes régions avec emplacement et magasin attractif. Activité commerciale à développer sur base clients réguliers avec nouvelles méthodes de vente (Internet). Prix intéressant. Century 21 Harmony Tél. 02 43 24 67 06 721H1565 RESTAURATION RAPIDE Dans rue piétonne centre-ville affaire enseigne nationale. Propre, bien agencée et aux normes. Surface 100 m2, 40 places assises. Fermé dimanche. Prix 200 000 € à débattre. Chatellier Cabinet de Commerces Tél. 02 43 52 04 04

721C1975 PAS-DE-PORTE Surface vente 50 m2 + réserve 50 m2. Bel agencement idéal activité décoration, cadeaux, gadgets... Prix 60 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 721C2202 BOULANGERIE-PÂTISSERIE Affaire de quartier, dans petit centre commercial dans quartier résidentiel. Matériel complet. Idéal 1ère installation. Beau logement F4 + garage. Prix 137 600 €. FAI. Agence Luc Sury SA Tél. 02 43 53 53 55 721C2205 PAS-DE-PORTE Sur ligne tramway dans quartier très commerçant vds immeuble avec en RDC surface commerciale de 50 m2 + réserve 20 m2. Vitrine en angle 7 ml. Logement F2. Prix murs et pas-de-porte 200 000 €. Me Fournier Jérôme Tél. 02 43 24 37 15 721C1964 PAS-DE-PORTE Pas-de-porte bail tous commerces sauf nuisances. Surface 80 m2 + 80 m2. Rue commerçante et passante. Prix 50 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 721C2051 PAS-DE-PORTE Pas-de-porte dans centre commercial. Surface 58 m2. Faible loyer. Prix 45 000 €. Faire vite. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33

pour 1 personne. Bel appartement F5. Prix 50 500 € FAI. Agence Luc Sury SA Tél. 02 43 53 53 55 722C2197 BOULANGERIE-PÂTISSERIE Affaire avec matériel complet et aux normes. Devanture refaite à neuf. Labo 100 m2. Logement F5 avec dépendances. Prix fonds 89 100 € FAI. Agence Luc Sury SA Tél. 02 43 53 53 55 722C2193 FLEURS-PRESSE-JEUX-CADEAUX Proche grande ville affaire avec belle vitrine et bonne rentabilité. Fermé 1,5 j/semaine. Logement F3. Prix 80 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 724C2206 BOUCHERIE-CHARCUTERIEÉPICERIE Vds affaire à redynamiser idéale pour couple. Surface 50 m2+ labo. Logement F4 en bon état. Prix fonds 67 000 € FAI. Achat murs possible. Agence Luc Sury SA Tél. 02 43 53 53 55 722H1568 BAR-HÔTEL-RESTAURANT Vds affaire fermée le weekend. Total 96 places. CA en progression. Idéal pour couple. Logement F3. Prix 155 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33

721C2099 PAS-DE-PORTE Pas-de-porte tout commerce sauf alimentaire, emplacement n°1 plein centre-ville. Surface 25 m2 + réserve 15 m2. Vitrine 4,5 ml. Loyer 6 192 €. Prix 70 000 €. Me De Chasteigner François Tél. 02 43 74 03 20

723C2196 BOULANGERIE-PÂTISSERIE Boulangerie seule dans bourg + 1 000 habitants. Bel espace de travail labo 100 m2 et matériel complet. Logement F6 + jardin. Prix fonds 100 000 € FAI. Prix murs 150 000 €. Agence Luc Sury SA Tél. 02 43 53 53 55

723C2199 SUPÉRETTE Vds cause retraite dans petite commune touristique avec base de loisirs, affaire en très bon état dans rue très commerçante. Idéale

723C2187 PRÊT-À-PORTER FÉMININ Magasin prêt-à-porter ou tout commerce sauf alimentaire situé dans rue piétonne. Surface 50 m2 + réserve 10 m2.


CA 195 000 €. Loyer 550 €/mois. Possibilité logement. Prix fonds 60 000 €. Me Poujade Françoise Tél. 02 43 95 00 09 723C2191 BOULANGERIE-PÂTISSERIE Superbe boulangerie bien située en centre-ville. Matériel récent four 2002. Locaux fonctionnels. Logement F4 avec terrasse. Petit loyer. Idéal 1ère installation. Prix 108 300 € FAI. Agence Luc Sury SA Tél. 02 43 53 53 55 722C2192 INSTITUT DE BEAUTÉ Institut 60 m2 dans galerie commerciale. 3 cabines équipées. Affaire à développer. Loyer 806 €. Prix fonds 55 000 €. Me Porzier Carole Tél. 02 43 29 30 35

723H1477 BAR-RESTAURANT OUVRIER Restaurant routier avec 2 parkings. 50 places + terrasse. Cuisine neuve. Axe très fréquenté. Fermé samedi + dimanche. Logement avec terrain. Prix fonds 110 000 €. Prix murs 110 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 722C2207 VENTE DE BIENS D'OCCASION Commerce de détail non alimentaire proche Le Mans Nord surface 2 990 m2. Toiture refaite en 2011. Achat murs possible. Prix fonds 390 000 €. Me Ghibaudo Marie-Françoise Tél. 02 43 89 87 52 722C2057 IMMEUBLE À USAGE PROFESSIONNEL Très bel environnement touristique vds immeuble RDC salle réception, cuisine, bar, cheminée + 3 pièces.

Terrasses. Étage appartement 3 chambres. Prix 210 000 € ou location 14 400 €/an. Me Bompart Philippe Tél. 02 43 20 10 56 722H1472 BAR-TABAC-ALIMENTATION Affaire commissions 21 000 €. EBE 36 000 €. Faible loyer. Logement avec terrain et garage. Prix 80 000 €. À voir. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 722H1571 BRASSERIE Vds cause retraite brasserie dans centre commercial. Surface 200 m2. Agencement récent. Potentiel de développement. Prix fonds 320 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33

Pour vendre ou acheter un commerce Contactez la Chambre de commerce et d'industrie au 02 43 21 00 20. • Votre offre de vente sera diffusée gratuitement sur le site : www.transcommerce.com qui réunit les annonces des 38 départements adhérant au réseau Transcommerce. • Si vous cherchez un commerce, consultez le site www.transcommerce.com qui vous propose des centaines d'offres. Vous serez également inscrit gratuitement sur le fichier confidentiel des repreneurs.

Sarthe Développement - ZA de Monthéard - 31 rue Edgar Brandt - 72000 Le Mans Tél : 02 72 881 857 - Fax : 02 72 881 879 - am.chereau@sarthe-developpement.com

maine éco avril 2013 47


Opportunités d’affaires Annonces industrielles Services et négoce inter-entreprises : C44327 Région Pays de la Loire, activité de transport léger (3,5 t), clients fidèles. CA : 260 K€. Effectif : 1 salarié. Bonne rentabilité. Cession cause retraite. C45817 Le Mans Sud, société de négoce de véhicules industriels et pièces détachées d'occasion toutes marques. Un des leaders du marché. CA : 2,4 M€ (76 % France, 24 % export). Grand potentiel de croissance. Effectif : 6 personnes. Personnel fidèle et de qualité. C16217 Maine-et-Loire, à céder cause préparation retraite, entreprise de négoce de matériaux pour l'habitat. Clientèle de professionnels et de particuliers. Produits milieu et haut de

gamme. Potentiel de diversification de gamme. Restructuration de l'entreprise faite sur le dernier exercice. Équipe bien organisée et expérimentée. Structure financière saine. CA : 600 K€ à développer. Prix demandé : 350 K€. C80017 Maine-et-Loire, à céder cause retraite, fabrique de plaques de signalisation et signalétique (clientèle d'administrations au niveau national) et de panneaux et enseignes (clientèle locale). CA : 127 K€, résultat environ 40 K€. Bonne clientèle fidèle. Outil de production complet dans bâtiment de production de 270 m2. Valorisation du fonds : 80 K€. BTP : C41791 Maine-et-Loire, à céder entreprise de pose de fermeture, ravalement, isolation extérieure. Effectif : 6 poseurs, 1 métreur, 3 commerciaux. CA annuel : 900 K€, valorisation : 165 K€, disposer de 50 K€

d'apport (cette annonce provient d'un intermédiaire professionnel en transmission éventuellement rémunéré en % en cas de réussite). C96593 Activité de constructions de maisons individuelles. Niveau d'activité > 7 000 K€. Bonne implantation sur son secteur historique de l'affaire. Accompagnement du dirigeant. C3716 Maine-et-Loire, à céder cause retraite en 2014, SARL de second œuvre bâtiment, activité de ponçage de sol bois et pierre. Clientèle de particuliers, agents immobiliers, syndics, sur une zone géographique départements 44 et 49. Bonne renommée, fichier clientèle régulièrement mis à jour. CA : 50 K€. Cédant travaillant seul mais matériel disponible pour 2. Prix de cession 40 000 €. Formation assurée par le cédant, pas de compétences particulières nécessaires.

Pour consulter toutes les annonces ou si vous êtes intéressé par une annonce connectez-vous sur le site www.trans-reprise.com

C12363 Sarthe, à céder entreprise de travaux publics. CA : 1 800 K€. Effectif : 17 salariés. Agro-alimentaire : C87941 Activité de charcuterie artisanale "Produits du terroir". Niveau d'activité > de 500 K€. Effectif : 7 collaborateurs. Cession de l'immobilier et exploitation. Affaire à fort potentiel. Possibilité de CBI sur l'immobilier.

NOUVELLE MITSUBISHI SPACE STAR Le savoir-faire technologique de Mitsubishi permet à la Nouvelle Space Star d’afficher d’excellentes performances énergétiques : à partir de 92 g/km d’émissions de CO2 pour seulement 4 L/100 km sur la motorisation 1.0 L 71 ch AS&G.

UNE MITSUBISHI DANS LES MOINDRES DÉTAILS. Motorisation équipée du Stop&Go • Contrôle de trajectoire et antipatinage (système ASTC) de série • Climatisation automatique • Système d’ouverture et de démarrage sans clé • Caméra de recul • Système de Navigation Bluetooth® avec fonctions mains libres et reconnaissance vocale

L ’ E X C E L L E N C E V E R S I O N O R I G I N A L E GAMME À PARTIR DE 8 900 €(1). Sous conditions de reprise. Bonus écologique déduit.

(1) Prix de la Mitsubishi Space Star 1.0L 71 ch In déduction faite de 200€ de bonus écologique et de 590€ d’aide à la reprise d’un véhicule de plus de 8 ans. Modèle présenté : Mitsubishi Space Star 1.2L 80 ch Intense avec option peinture métallisée et jantes en alliage 15“ disponibles en accessoires à 15 022 €, déduction faite de 200 € de bonus écologique et de 590 € d’aide à la reprise d’un véhicule de plus de 8 ans. Prix indiqués valables chez les Distributeurs Mitsubishi qui assurent l’avance du bonus écologique. Tarifs Mitsubishi Motors maximum autorisés en vigueur en France métropolitaine au 08/03/2013. Offre réservée aux particuliers valable jusqu’au 30/06/2013 chez les distributeurs participants. Garantie 3 ans ou 100 000 km : 1er des 2 termes échu dont 2 ans kilométrage illimité. M MOTORS AUTOMOBILES FRANCE SAS au capital de 10 000 000 € - RCS PONTOISE n° 428 635 056 - 1, avenue du Fief - 95067 Cergy Pontoise Cedex. Consommations mixtes de la gamme Space Star (L/100 km): de 4,0 à 4,2. Émissions CO2 (g/km): de 92 à 96.

Retrouvez-nous sur facebook www.mitsubishi-motors.fr

48 maine éco avril 2013


En Pays de la Loire, les petits projets font les grands succès. SOUTENONS-LES !

500 PROJETS POUR LES

Pour plus d’informations : www.500projets.paysdelaloire.fr

Nouveau Monde DDB Nantes

La Région soutient jusqu’à 25 000 euros les projets des PME, TPE, artisans, commerçants... qui investissent ensemble.

P2013052 - Illustration : Romain Diguet (sad-studio)

TERRITOIRES


Maineeco n°166  

Maineeco Magazine de la CCI Le Mans Sarthe

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you