Issuu on Google+

Nouveau Label Origine France garantie... p8

commerce d’habillement Vers la fin des soldes ? p15

sapeurs-pompiers volontaires Un atout pour l’entreprise... p19

maine éco LE MAGAZINE ÉCONOMIQUE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE DU MANS ET DE LA SARTHE

immobilier d’entreprise

le marché reste sain

N°159 novembre 2011


UN CADRE ORIGINAL ET EXCEPTIONNEL Situé au cœur du pôle d’excellence sportive de la ville du Mans, le MMArena offre un cadre original et exceptionnel pour l’organisation de vos événements d’entreprise.

3000 M2 D’ESPACES RÉCEPTIFS Inauguré le 29 janvier 2011, ce lieu de vie ultra moderne met à votre disposition les meilleures technologies au sein des 3000 m² de salons et d’espaces réceptifs modulables.

©Francis Vigouroux, VINCI

VOTRE SÉMINAIRE AU MMArena De la réunion en comité restreint à la privatisation totale de l’enceinte, laissez libre cours à votre imagination !

www.mmarena.com

MMArena Chemin aux Bœufs - 72055 Le Mans Tel. +33(0)2 43 16 60 70 e.mail : contact@mmarena.com

ACTEUR INCONTOURNABLE DU LOGEMENT EN SARTHE Toujours proche des entreprises et de leurs salariés, En liaison avec les acteurs économiques présents sur le département, Avec, depuis 60 ans, sa connaissance du marché, et son IMPLANTATION LOCALE, Et sa participation toujours plus forte à la politique sociale du logement sur la Sarthe.

Pour les salariés :

Un ensemble de produits et services tels que :

• LE PRÊT ACCESSION

(*) , toujours d’actualité, avec une augmentation des montants et un élargissement des bénéficiaires (suppression de la notion de primo-accédants),

• LE CONSEIL EN FINANCEMENT

, (PRESTATION GRATUITE) qui propose un partenariat avec des établissements bancaires, retenus pour leurs taux concurrentiels,

• LE CIL-PASS MOBILITÉ®(*), pour toute aide à la

CONTACTEZ-NOUS pour toute précision

CIL VAL DE LOIRE SITE SARTHE 25 Rue d’Arcole - 72000 LE MANS 02.43.39.56.78 Bureaux ouverts du lundi au vendredi de 8 H 30 à 18 H 00 Et le samedi de 8 H 30 à 12 H 00, sur rendez-vous

recherche de logements dans le cadre d’embauche ou de mutation

• LE CIL-PASS ASSISTANCE®(*), pour apporter

des solutions aux problèmes des salariés en difficulté

CIL-PASS MOBILITÉ®, CIL-PASS ASSISTANCE®, sont des marques déposées pour le compte d’Action Logement. (*) sous certaines conditions 2011


édito

Bernard Warain, président de la Chambre de commerce et d’industrie du Mans et de la Sarthe president@lemans.cci.fr

N° 159 - novembre 2011 MAGAZINE BIMESTRIEL ÉDITÉ PAR LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE DU MANS ET DE LA SARTHE 1 bd René Levasseur, BP 22385 72002 Le Mans cedex 1 Tél. 02 43 21 00 00 Fax 02 43 21 00 50 www.lemans.sarthe.cci.fr

Directeur de la publication : Bernard Warain Rédactrice en chef : Maryse Gauthier Rédactrice en chef adjointe : Karine Méteyer Ont collaboré à ce numéro : Hervé Chaillou Emmanuel Chevreul Gilles Kervella Photos : Ad’Hoc Photographie CCI - Droits réservés pour “La vie des entreprises” Couverture : Ad’Hoc Photographie - MMA Maquette : Okaparka Mise en page - Gravure : Atmosphère Communication Publicité : Maine Éditions, Pascal Tauvel - Tél. 06 08 16 69 79 Fax 02 43 87 00 91

L’avenir technologique est devant nous Oui, l’avenir technologique n’est qu’au début de nos trouvailles. Si vous vous mettez en observation, que vous écoutez, que vous allez au-devant de ce qui se fait de nouveau dans les avancées technologiques, vous vous apercevrez que chaque jour des chercheurs, des inventeurs observent notre vie courante pour sortir de nouveaux produits. Je viens de visiter un forum TIC à Paris qui m’a beaucoup impressionné et l’environnement de recherche et de développement que j’ai le plaisir de côtoyer m’amène à découvrir combien nous allons très, très vite voire, peut-être trop vite, vers des évolutions de notre vie courante et personnelle. Quelques exemples :

Moi, je crois beaucoup à l’Avenir de notre département et à sa vision de l’Avenir ; comme vous le savez notre CCI a une très belle école d’ingénieurs, de recherche et de développement (Ismans). Demain, avec l’aide de nos partenaires, nous avancerons dans des secteurs d’activités sur la nanotechnologie, la robotique sans oublier notre cœur de base, les matériaux. Oui, je suis convaincu de ce que l’avenir de nos recherches apportera demain à notre bien-être et à notre société environnementale ; pourquoi n’aurionsnous pas là encore sur ces sujets une petite longueur d’avance ? Bien amicalement,

- d emain la nanotechnologie avec des lentilles pour la vue qui seront un véritable testeur de notre corps humain, - d ans le domaine du numérique, un écran de télé vous cible et vous transmet des publicités par rapport à votre style ou bien la publicité odorante qui vous fait sentir le contenu du produit, - la borne interactive qui vous donnera les meilleures affaires des commerçants dans la rue où vous vous trouvez, - la voiture qui se gare toute seule, etc.

Impression : Auffret Plessix Tirage : 16 200 exemplaires ISSN : 1269-6633

maine éco novembre 2011 1


sommaire 4

Focus

8

Actualité

Naissance du label "Origine France garantie" Un atout pour les entreprises françaises

10 La vie des entreprises 15 Actualité

Commerce d'habillement Vers la fin des soldes ?

8

Un nouveau label pour promouvoir l'industrie française

17 Environnement

Co-mobiles 72 Mettre en place votre plan de déplacements entreprise

19 Entreprise

Sapeurs-pompiers volontaires Une chance pour l'entreprise !

21 Entreprise

15

L’assurance crédit Se prémunir des impayés

22 Juridique

Les soldes traditionnels malmenés

22

Gérer une mésentente entre associés de SARL

Quelles issues en cas de mésentente entre associés de SARL ? Sortie d'un associé et poursuite de l'activité

24 DOSSIER

Immobilier d'entreprise Le marché reste sain

30 International

Premiers pas à l'international Quand les petites entreprises peuvent compter sur les plus grandes

33 Conjoncture

Enquête mensuelle de conjoncture dans l'industrie Consommation des ménages en GMS

34 D’une communauté de communes… à l’autre

Le Mans Métropole Une nouvelle image

39 Formation

Responsabilité sociale et environnementale Une nouvelle formation pour les entreprises

40 Lu pour vous

34

Le Mans Métropole mise sur ses atouts touristiques

2 maine éco novembre 2011

42 Maine Découvertes

La Scierie Mobile de l’Ouest Lionel et sa drôle de machine

44 Opportunités d’affaires

Annonces commerciales Annonces industrielles


agenda DOSSIER

18-20 novembre

1er-11 décembre

www.salon-immobilier.org

www.lemanscotecoeur.com

19-26 novembre

9 décembre

Salon de l'immobilier de la Sarthe Palais des congrès du Mans

La semaine gourmande Le Mans www.lemanscotecoeur.com

22-24 novembre

immobilier d'entreprise

Le marché reste sain En Sarthe, le marché de l’immobilier d’entreprise a, ces dernières années, poursuivi sa croissance sans être affecté par la crise économique. Aujourd’hui encore, les aménagements de bureaux se maintiennent à un rythme soutenu mais pondéré, les zones d’activités économiques sont le théâtre de nouvelles constructions sur l’ensemble du département (à l’exception notable des sites dédiés à la logistique) et l’offre commerciale est quasi-exponentielle. Cependant, compte tenu de l’évolution peu rassurante des marchés financiers, les professionnels s’interrogent sur la pérennité de la situation. La demande ne risque-t-elle pas de chuter ? Les banques, partenaires indispensables, ne vont-elles pas restreindre leurs financements ? Telles sont les épées de Damoclès qui menacent ce marché.

Semaine déco Le Mans

Lancement de la 9e édition du concours de culture générale "Vise plus haut" auprès des apprentis, en présence de Jérôme Bonaldi CCI

Salon des maires et des collectivités locales Paris, porte de Versailles

Contact : CCI - Éric Émery au 02 43 21 00 00

24 novembre

Marché de Noël Le Mans, place de la République

14 h : Les jeudis de la création / reprise d'entreprise sur "les règles d'or pour financer son projet de création d'entreprise" CCI Contact : Maison de la création/reprise d'entreprise au 02 43 21 00 10

25 novembre

8 h 45 - 10 h 15 : "Breakfast in English", pour entretenir son acquis linguistique et affiner sa maîtrise de l'oral Contact : Sarthe International au 02 43 21 00 24

29 novembre

17 h 30 : Assemblée générale du Prim's (pôle de recherche et d'innovation du Mans et de la Sarthe), suivie des premières "rencontres minutes entreprises/ enseignants/chercheurs en Sarthe" CCI Contact : CCI - Angélique Barré au 02 43 21 00 31

29 novembre-2 décembre

Pollutec, Paris Nord - Villepinte www.pollutec.com

30 novembre

18 h 30 : Mercredi de la couleur sur le bleu Créapolis avec Lefranc&Bourgeois Carré Plantagenet, Le Mans

30 novembre-2 décembre

Simi, salon de l'immobilier d'entreprise Paris, Palais des congrès, porte Maillot www.salonsimi.com

10-24 décembre

Contact : Ville du Mans au 02 43 47 39 67

15 décembre

14 h : Les jeudis de la création/reprise d'entreprise sur "Reprendre une entreprise : les étapes incontournables" CCI Contact : Maison de la création/reprise d'entreprise au 02 43 21 00 10

16 décembre

8 h 45 - 10 h 15 : "Breakfast in English", pour entretenir son acquis linguistique et affiner sa maîtrise de l'oral Contact : Sarthe International au 02 43 21 00 24

16 et 19 décembre

Formation sur les bases et l'approche du commerce international Formation continue CCI Le Mans Contact : CCI - Myriam Reuzé au 02 43 21 00 12

16-22 décembre

10 h - 19 h : Salon de Noël des métiers d'art Le Mans, place de la République Contact : ama.sarthe@hotmail.fr

13 janvier

17 h : Nuit de l'orientation CCI

26-28 janvier

Formasarthe Centre des expositions Le Mans

maine éco novembre 2011 3


[focus] [Établissement éco-responsable]

Substances chimiques

Le CFA de la CCI remarqué par la Région

Le point sur le règlement Reach

Groupe CCI Formation, Centre de formation d’apprentis (CFA) de la CCI, a été remarqué par la Région Pays de la Loire pour la qualité et le nombre de ses actions en matière d'éco-responsabilité. "Le CFA a travaillé l'ensemble des thèmes que la Région a retenu dans le cadre de son projet d'établissements éco-responsables", a souligné Matthieu Orphelin, président de la commission éducation et apprentissage du Conseil régional lors de son déplacement au CFA de la rue Henri Champion, le 12 octobre dernier. Dans le secteur de l'énergie plusieurs actions ont été lancées telles que la dématérialisation des documents, la réduction des points d'impression ou encore la mise en place de veille prolongée sur les PC et la "virtualisation" des serveurs. Concernant

l'offre de formations et les contenus, les efforts portent sur la sensibilisation des apprentis au développement durable et aux règles de comportement éco-responsable. Sur le champ éducatif, un travail de prévention a été renforcé par l'élaboration d'un programme annuel d'actions pédagogiques, éducatives et sociales (action sur la sécurité routière, intervention d'une troupe de théâtre sur les addictions…). Un Point écoute a été créé pour répondre à un besoin de plus en plus grand des apprentis qui ne savent pas vers quelle structure se tourner pour obtenir de l'aide. Le CFA se préoccupe également de l'individualisation des parcours de formation pour les publics en difficulté. Et la liste n'est pas exhaustive…

La CCI organisait, avec la participation de la Fédération des industries mécaniques (IFM) et le Centre technique des industries mécaniques (Cetim), le 19 octobre dernier une réunion d'information pour les entreprises sur les avancées du règlement communautaire Reach (enregistrement, évaluation et autorisation des substances chimiques). Concernant le processus d'enregistrement, la première phase du 30 novembre 2010 comptabilise près de 4 200 substances, la seconde échéance fixée en juin 2013, s'applique aux substances fabriquées ou importées pour des quantités comprises entre 100 et 1 000 tonnes par an. Les évolutions et les exigences de ce règlement sont régulières et ont des impacts de plus en plus importants sur le fonctionnement des entreprises concernant leurs produits et leurs procédés de fabrication ainsi que dans le cadre des relations qu'elles entretiennent avec leurs clients et leurs fournisseurs. Contact CCI : Cyrille Naoarine, service industrie, au 02 43 21 00 32

[24 Heures du Mans moto]

Le Prix Escra pour les mécaniciens du Team Biker Syndicate Racing Conséquence directe du déplacement de la programmation de l’épreuve d’avril vers septembre, les 24 Heures Moto ont enregistré une nette baisse de la fréquentation : 82 000 spectateurs, soit 10 000 de moins qu’en 2010. Néanmoins cette 34e édition, disputée sous un soleil radieux, a tenu toutes ses promesses. Côté piste, on a assisté à un remake de l’édition 2010 puisque c’est à nouveau la Kawasaki N°11 de Da Costa, Four, Leblanc qui s’est imposée après une bataille homérique avec la Suzuki N°1. Cette dernière devra en effet passer par les stands prématurément le dimanche matin pour des ennuis mécaniques mineurs, mais suffisants pour permettre à la

4 maine éco novembre 2011

Kawasaki de prendre l’avantage. Signalons au passage que ce rythme effréné a permis aux vainqueurs de battre le record de l’épreuve, datant de 2005, en le portant à 834 tours soit 3 490 km parcourus. Côté stands, 15 jeunes actuellement en formation au Groupe Escra-Iscam ou en bac pro Moto au Groupe CCI Formation se sont relayés, 24 heures durant, pour évaluer tous les teams et attribuer le Prix Escra de la meilleure assistance technique qui récompense, entre autres, l’agencement du stand, la méthode de travail, la qualité des interventions mécaniques durant la course et l’efficacité dans les interventions d’entretien.

Cette distinction a été attribuée cette année aux mécaniciens de la moto N° 52 : Mano Vannieuwerhoven et son équipe du Team Biker Syndicate Racing, écurie basée à Lausanne.


[Clubs d'entreprises de la Sarthe]

Une première rencontre interclubs pour mieux se connaître

La Chambre de commerce et d'industrie du Mans et de la Sarthe a organisé, en septembre dernier, les premières "rencontres-minutes" des clubs d'entreprises territoriaux. L’idée de ce speed dating des clubs sarthois était de rassembler les

membres de ces clubs qui œuvrent localement pour le développement du territoire. Il s’agissait de mettre en réseau ces entreprises, désireuses d’échanger entre elles et d'apporter à celles-ci une meilleure connaissance des savoir-faire et du tissu économique sarthois. Afin de générer le maximum d’échanges en toute convivialité, cette première rencontre interclubs s'est déroulée sous la forme de 2 h 30 de rendez-vous minutés entre les entreprises participantes. À son arrivée, chaque participant recevait un planning d’environ 19 rendez-vous d’une durée de six minutes. Une opération qui sera sûrement renouvelée et délocalisée sur le département… Contact CCI : Lydie Javelle, service Industrie au 02 43 21 00 28

[Charte qualité]

Une valeur ajoutée pour les commerces Dans le cadre de la revitalisation des centres-villes et centres bourgs, la CCI accompagne les commerçants et prestataires de services dans la mise en place d'une démarche qualité au sein de leur établissement. De notoriété nationale, la charte qualité commerce a pour objectif de fidéliser la clientèle du commerce de proximité par la qualité de son accueil et de son service. L'accompagnement se fait en plusieurs étapes : réalisation d'un prédiagnostic individuel par des conseillers, visite d'un client mystère et deux appels

téléphoniques par un cabinet extérieur, analyse et restitution des résultats, et enfin, communication auprès des clients sur l'engagement "qualité". L'estimation se fait autour de quatre grands thèmes : l'accueil téléphonique, l'extérieur et l'intérieur du magasin, et la relation directe avec le client. La démarche qualité dévoile les points forts et les points à améliorer dans l'entreprise et permet de mettre en place une véritable stratégie de développement. Contact CCI : Christelle Verrier, service commerce et services, au 02 43 21 00 25

Recherche et développement

Un partenariat entre l'Ismans et l'entreprise nippone Menicon Dans le cadre de son partenariat avec l'Ismans (Institut supérieur des matériaux et mécaniques avancés, école d'ingénieurs de la CCI), l'entreprise japonaise Menicon vient de créer un bureau de liaison de recherche et développement au Mans à l'Ismans. Il s'agit d'une structure de coordination et de pilotage de la R&D externalisée par Menicon, qui est le premier producteur de lentilles de contact au Japon et 3e rang mondial. Cette implantation s'inscrit dans le cadre du projet de création du haut institut franco-japonais de R&D porté par l'Ismans et Menicon. L'objectif est de développer au Mans une plateforme multidisciplinaire et multiculturelle, spécialisée dans les domaines des biomatériaux, des biocomposants et bioénergies. Adossée sur le partenariat stratégique Ismans/Menicon, cette plateforme impliquera des élèves ingénieurs, des doctorants, des post-doctorants, des étudiants de master, des chercheurs de l'Ismans, des universités et des entreprises partenaires. Contact Ismans : Yukimi Duluard au 02 43 21 40 16

[Sylvie Roux-Brosse]

Chevalier de l'ordre national du Mérite

Yves Bot, avocat général à la cour de justice de l'Union européenne et commandeur de l'ordre national du Mérite, a eu le plaisir de remettre les insignes de chevalier de l'ordre national du Mérite

à Sylvie Roux-Brosse, une distinction obtenue sur proposition de Anne-Marie Idrac, secrétaire d'État au commerce extérieur. C'est justement cet engagement à l'international qui a été mis en avant, en témoigne son parcours universitaire, professionnel et extra professionnel. Après six ans d'enseignement du droit international à l'université de Poitiers puis du Maine, Sylvie RouxBrosse a accompagné l'entreprise Alroc dans son ouverture à l'international. En 2005, elle prend la direction de la société familiale Alroc et décide de l'intégrer en 2007 au groupe français Sibille Industrie du fait de sa forte internationalisation.

Sylvie Roux-Brosse peut aujourd'hui continuer à assouvir ses convictions au travers de la direction juridique France et International du Groupe Sibille Industrie. Dans le cadre de ses activités bénévoles, la dirigeante préside l'association Sarthe international depuis une dizaine d'années et, depuis 2009, elle assure une mission de conseiller du commerce extérieur de la France. Sylvie Roux-Brosse est également vice-présidente de la CCI, nouvellement élue, présidente de la commission international et industrie, et a œuvré pour la mise en place de la Maison de l'internationale au sein de la chambre consulaire. maine éco novembre 2011 5


[focus] [Convention d'affaires ENR Green]

Le Mans côté cœur

Une deuxième édition réussie

Lancement de la "semaine déco"

Pour la deuxième année consécutive se sont déroulés la convention d'affaires et le congrès ENR Green, les 11 et 12 octobre derniers, au MMArena. 350 participants à la convention d'affaires, près de 3 300 rendez-vous organisés et 210 entreprises représentées : pour les organisateurs que sont la CCI et Sarthe développement, ces deux jours dédiés aux filières des énergies renouvelables, de la maîtrise de l'énergie et de l'éclairage public, sont une nouvelle réussite. Cet événement national exclusivement B to B séduit puisqu'il propose à la fois une douzaine de conférences thématiques et des rendez-vous ciblés pré-

programmés. Ainsi les participants bénéficiaient d'un planning complet de rencontres avec des interlocuteurs pertinents préalablement identifiés et sélectionnés. Ces rendez-vous ont permis aux entrepreneurs de développer un réseau, d'initier des projets, d'obtenir des informations privilégiées et d'optimiser le temps/le coût de prospection. L'objectif des organisateurs, à travers ENR Green, est de soutenir ces nouvelles activités, d'aider à la diversification des industries du territoire et d'ancrer la Sarthe dans ce secteur prometteur des énergies renouvelables.

Après la Fashion Week Le Mans qui valorise la mode et la beauté depuis 2009, la "Semaine gourmande" depuis 2010, Le Mans Côté Cœur lance la 1ère édition de la "Semaine déco" du 1er au 11 décembre. L’objectif est de valoriser le savoir-faire des artisans, commerçants et prestataires de services du cœur de ville en lien avec l’embellissement de l’intérieur. Tous les acteurs concernés du centre-ville sont invités à participer : fleuristes, tapissiers, décorateurs, peintres, économistes de la construction, home staging, galeries d’art, antiquitésbrocantes, boutiques de design, de décoration, de meubles, de bibelots, arts de la table, linge de maison, ustensiles, Hi-tech, cadeaux… Ils pourront y présenter les actions de leur choix : cours, ateliers (patine, enduit, décoration de table, art floral, art de recevoir…), démonstrations, conférences, jeux, journées portes ouvertes, idées cadeaux… toutes les initiatives sont les bienvenues. Plus d'information : www.lemanscotecoeur.com

Contact CCI : Cyrille Naoarine, service industrie, au 02 43 21 00 32

[Intelligence économique]

La filière automobile s'organise Dans le cadre du forum Le Mans Créapolis, la CCI organisait le 27 septembre dernier un atelier intelligence économique pour la filière automobile en partenariat avec l'Institut automobile du Mans. "L'intelligence économique est un outil stratégique pour l'entreprise, a souligné Patrick Guiraud, directeur de Gruau Le Mans, venu témoigner de son expérience. Je fais de la veille sur les marchés, les concurrents, les produits, les fournisseurs et les clients." Tout l'enjeu est d'utiliser ces informations de manière efficace et pertinente."Nous réalisons une lettre d'actualité pour la

6 maine éco novembre 2011

branche commerciale à partir du travail de veille que nous réalisons car toute la difficulté est de gérer, d'organiser et de diffuser correctement cette information", explique Laetitia Chauveau, assistante de direction de Mécachrome à Sablé. Cet atelier a permis également de rappeler que la CCI accompagne les entreprises dans la mise en place d'une démarche d'intelligence économique comprenant notamment une sensibilisation des collaborateurs, un diagnostic de votre système d'information et une formation à la veille sur Internet.

Contact CCI : Christelle Bodet, service Industrie au 02 43 21 00 35


reigner:reigner 22/03/10 11:08 Page1

DEPUIS 1885

R

EIGNIER

L’épicerie fine de l’avenir Espace restauration

ESPACE chocolats

salon de thé - carte des desserts cave - confiserie - fromagerie - traiteur thé - café chocolat épicerie du monde - cadeaux paniers gourmands…

ESPACE cave

LES PLATEAUX REPAS “Quadra” à partir de 12,50 €. Plateaux repas à thème : Italiens, Espagnols, Corses, Nordiques. Plateaux homard.

Les cadeaux d’entreprise Corbeilles garnies à partir de 15 €. Corbeille Sarthoise à partir de 22 €.

Ouvert de 9h00 à 19h00, du mardi au samedi. Maison Reignier - 19, rue de Bolton - LE MANS - tél. 02 43 24 02 15 - fax. 02 43 24 06 47 - warain@wanadoo.fr maine éco novembre 2011 7


actualité

Naissance du label "Origine France garantie"

Un atout pour les entreprises 95 % des Français souhaitent connaître l'origine des produits qu'ils consomment et sont sensibles à l'origine France. Forts de ce constat, acteurs publics et privés, sous l'impulsion du député Yves Jégo, ont planché sur un nouveau label, plus restrictif que le "made in France", pour promouvoir l'industrie française.

8 maine éco novembre 2011

L

e label "origine France garantie" a été lancé en mai dernier par le député Yves Jégo, auteur du rapport remis au président de la République pour promouvoir les produits fabriqués en France. Comme le montrent les récentes études et sondages, les comportements d'achat évoluent depuis quelques années. Les consommateurs sont plus sensibles sur la traçabilité et l'origine des produits. Même si la prudence s'impose car ces résultats ne signifient pas que c'est l'origine qui sera le critère privilégié dans l'acte d'achat, le niveau de sensibilité des personnes interrogées sur "l'origine France" est très élevé, nettement plus que quelques années auparavant. Le "made in France", peu transparent et souvent détourné, a été jugé insuffisant. Il impose seulement de se conformer au code des Douanes qui exige que 45 % de la valeur ajoutée soient réalisés sur le territoire français ou que la dernière transformation y soit effectuée. Plus restrictif, le nouveau label peut être attribué en fonction de deux critères cumulatifs cette fois. Au moins 50 % de la valeur du produit doit correspondre à des activités de production en

France et le produit doit prendre ses caractéristiques essentielles en France (lieu de fabrication, d'ouvraison… pour les produits industriels, d'élevage, de culture… pour les produits agricoles). Chaque secteur aura des critères d'éligibilité spécifiques, définis avec les professionnels.

Une démarche très simple Créée en juin 2010, c'est Pro France, association d'entreprises et d'organisations professionnelles, qui gère ce label. Elle a désigné Bureau Véritas en tant qu'organisme certificateur. "Origine France garantie" est attribué à un produit ou une gamme de produits, pas à une entreprise. La procédure se veut simple pour permettre un usage rapide du label. L'entreprise doit d'abord faire la demande, puis envoyer son dossier. Si les conditions sont réunies, un label provisoire est attribué pour six mois. Dans ce délai, un audit sur site est alors réalisé par Bureau Véritas, afin de confirmer la labellisation pour trois ans. L'entreprise sarthoise Sofame, fabricant de mobilier industriel ergonomique à Sargé, réfléchit actuellement à l'opportunité de labelliser ses produits. "Nous

sommes habitués à aller vers les nouveaux labels dès que possible, explique Pierrick Gislot, directeur projets. Nous avons obtenu les labels NF mobilier technique et NF environnement. Cela rassure nos clients, industriels ou collectivités." Par ailleurs, Pierrick Gislot note une évolution des comportements. "Alors qu'externaliser était devenu à la mode et que personne n'était choqué par la délocalisation et les fermetures d'usines, on note un changement de tendance. Nous, nous travaillons avec des entreprises industrielles toujours en France et elles sont sensibles à notre fabrication française. Et ce, à plusieurs titres. D'une part, elles peuvent plus facilement vérifier que l'on produit dans de bonnes conditions humaines, environnementales, réglementaires, etc. D'autre part, on travaille sur le même territoire, la France, avec les mêmes contraintes et les mêmes avantages." Pour l'instant, Sofame a pris contact avec le Bureau Véritas et a reçu un devis. "Le coût n'est pas plus élevé qu'un autre label. Nous avons fait une demande pour nos gammes de

Pierrick Gislot, directeur projets chez Sofame à Sargé, s'intéresse à la démarche de labellisation.


actualité

françaises produits. Comme on a une vraie volonté de fabriquer en France pour être proches de nos clients, pourquoi ne pas le dire ? Certains de nos clients pensent que notre activité se limite à l'assemblage de produits fabriqués ailleurs. Ils sont surpris quand ils visitent notre site de production…".

Un label qui va dans le bon sens Autre entreprise sarthoise particulièrement sensible à la démarche, Macosa à Bonnétable. Fabricant en sous-traitance de lingerie-corseterie, la PME a été confrontée à la délocalisation des grandes marques françaises dès le milieu des années 90. Son effectif a fondu de 250 à 90 salariés. Depuis, elle se bat pour sauvegarder ses savoir-faire et ses emplois. Elle s'est orientée vers le luxe, la fabrica­ tion de nouveaux produits (maillots de bains, vêtements d'intérieur, tee-shirts

Philippe Hache, dirigeant de Macosa à Bonnétable, espère que certaines marques feront labelliser leurs produits et que les consommateurs seront bien informés.

marins, etc.), la recherche de nouveaux clients (de jeunes créateurs étrangers pour la plupart). "En tant que soustraitant, on ne peut pas être labellisé. On servira de caution à la marque, indique Philippe Hache, le dirigeant. Par contre, "Origine France garantie" nous intéresse fortement. Regroupée depuis 2009 au sein de GFF (Groupement de la façon française), notre profession

a missionné des représentants, dont Jacques Martin-Lalande de La Confection Fléchoise, pour participer à la création du label pour la variante habillement. La problématique des sous-traitants est différente de celle des marques. Il était donc essentiel pour nous d'être pris en considération". Pour Philippe Hache, ce label va dans le bon sens. "Reste à espérer que certaines marques

Faire du

fassent labelliser leurs produits et qu'une bonne campagne de commu­ nication informe correctement les consommateurs." L'association Pro France va communiquer auprès du grand public : portail Internet (référencement des produits labellisés), campagne publicitaire et présence sur les salons professionnels et grand public en France et à l'étranger. "Nous allons faire en sorte que "Origine France garantie" s'impose le plus rapidement possible par son sérieux, comme le label AB pour l'agriculture bio. Ainsi, les "Made in France", "Fabrication française" ou autre… n'auront plus de raison d'être", affirme Jacques-Henri Semelle, secrétaire général de Pro France. ◗◗ Karine Méteyer Contact CCI : Véronique Cardenas, Richard Otjacques, service industrie au 02 43 21 00 00. En savoir plus : www.profrance.org

bruit, c'est notre affaire

Construire, valoriser et maîtriser votre réputation

Crédit photo © rolfbrecht100

www.amsterdamcommunication.fr

Etudes, conseils, veille stratégique multi-média, relations presse & web social, relations publiques, média training 3 place Lazare de Baïf - 72200 LA FLECHE - 02.43.94.01.71 - ca@amsterdamcommunication.fr

Agence agréée par le

Suivez notre actualité

maine éco novembre 2011 9


la vie des entreprises

L'hôtel-restaurant Le Chemin de Fer entièrement rénové

Les Toqués de la Sarthe

Un livre avec 23 chefs sarthois

L'établissement de Vivoin a connu quatre mois de travaux pour monter en gamme et répondre aux obligations réglementaires : remise aux normes de sécurité, économie d'énergie et décoration. Accompagnés par la CCI et Sarthe développement, les hôteliers ont monté un dossier Cap tourisme et obtenu une subvention de 52 000 € du Conseil régional (soit 20 % du coût des travaux). L'hôtel a aussi obtenu les labels de qualité Clef verte (certification environnementale) et Qualité tourisme (la marque de qualité nationale pour les entreprises touristiques).

Daher-Socata félicite Yoann Hischke, meilleur apprenti de France

La bonne cuisine à l'honneur… Emmanuel Bordeau, responsable de l'émission Les Cordons bleus sur France Bleu Maine, s'est associé à l'éditeur et photographe Gilles Kervella pour publier aux Éditions de la Reinette Les Toqués de la Sarthe. Un projet rondement mené, en six mois seulement. Ce livre illustré de nombreuses photographies fait découvrir le parcours et quelques secrets de vingt-trois chefs sarthois, dans 22 établissements : dix-huit hommes et cinq femmes. Tous ont participé à l'émission radiophonique où ils ont pu exprimer leur passion pour leur métier et leur attachement à ne cuisiner que des produits frais. Ils utilisent aussi le plus souvent possible des produits sarthois de qualité, nombreux dans le département. Les auteurs ont voulu rendre hommage aux "cuisiniers qui cuisinent", un métier pas toujours facile pour ces professionnels qui misent sur la qualité et l'authenticité. Pour les lecteurs et cuisiniers "amateurs", les chefs livrent quarante-quatre recettes, facilement réalisables. À déguster de toute urgence ! L'ouvrage est édité à 2 000 exemplaires et vendu 19,50 €. Si c'est un succès, un numéro deux n'est pas exclu, avec d'autres chefs sarthois, tout aussi méritants.

AP&SI

L

Lancement de dessindecole.com

'équipe de six personnes de la société d'informatique AP&SI d'Aubigné-Racan ne manque pas d'idées. Après la création du jeu Yaki Frog pour iPhone, elle lance sa boutique en ligne dessindecole.com. Le principe : en relation avec les associations de parents d'élèves, recueillir les dessins des écoliers pour ensuite les proposer à la vente, imprimés sur divers objets (tasses, tee-shirts, peluches, etc.). Il suffit aux familles de passer commande sur le site Internet. L'ensemble de la commande est livré à l'école et 2 € par article sont reversés à l'asso­ciation de parents d'élèves. Suite à des tests menés dans quelques écoles l'an dernier, le site démarre vraiment pour l'année scolaire 2011-2012. Alors qu'à sa création en 1995, AP&SI était une entreprise individuelle spécialisée en prestations informatiques (développement de logiciels) pour les grands comptes, elle s'est depuis 2003 diversifiée. Son dirigeant, Nicolas Mourier, a effectivement monté petit à petit une équipe pour développer des activités, qui ont comme point commun l'informatisation : impression et broderie sur textile, design et infographie, etc. Après un recrutement cet été, il prévoit d'embaucher trois personnes supplémentaires dans les trois ans à venir. Le chiffre d'affaires a progressé de 38 % de 2009 à 2010 pour atteindre 420 K€.

10 maine éco novembre 2011

Spécialisée dans la fabrication des tuyauteries métalliques d'aéronefs, l'entreprise de Luceau est fière de compter parmi ses apprentis, Yoann Hischke, 19 ans, désigné meilleur apprenti de France dans sa catégorie. Actuellement en terminale de bac pro en section maintenance des équipements professionnels au lycée Maréchal Leclerc de Château-du-Loir, l'élève est passionné par son futur métier. Il a effectué l'ensemble de ses périodes de formation en milieu professionnel au sein de Daher-Socata. Il a rendez-vous au Sénat en février 2012 pour recevoir son diplôme et sa médaille.

Cosnet Industries rachète la société bretonne Pasdelou Le fabricant sarthois de matériel agricole installé à Coulans-sur-Gée a racheté la société Pasdelou, basée à Quévert dans les Côtes d’Armor. Spécialisée dans le matériel de contention fixe pour ovins et bovins, la production de cette entreprise enrichit la gamme de Cosnet Industries qui ne proposait jusqu'alors que du matériel mobile. Cela lui permet de répondre à la demande croissante des agriculteurs pour ce type de matériel. Le groupe familial compte 170 salariés.

Drouault s'agrandit Le fabricant de couettes et oreillers Drouault, filiale du groupe Dodo depuis 2004, a investi deux millions d’euros dans la construction de 1 500 m² de nouveaux locaux. Ce bâtiment neuf, équipé d’un nouveau système de lavage et de traitement des plumes de canard et d'oie, permet à l’entreprise d'augmenter sa capacité de production de 25 % et d'économiser 40 % d'eau. Drouault emploie 150 salariés au Mans.


la vie des entreprises Floralpina Olisac

Déménagement et nouvelle activité mplantée depuis 1996 à Allonnes, la société Olisac (Le coin du chat) s’est installée récemment à Saint-Marsla-Brière. Ce déménagement dans des locaux plus spacieux et plus fonctionnels lui a permis d’intégrer sa nouvelle activité. Initialement spécialisée dans la fabrication d’un produit unique, Lit’sac (sac jetable à fond cartonné pour bac à litière), l’entreprise a progressivement diversifié son activité, afin d’offrir une gamme complète de produits (accessoires et croquettes) pour chats et chiens, distribuée dans son magasin ou via son site Internet. Suivant sa stratégie de diversification, Olisac a donc racheté le fonds de commerce (clientèle et machines) de la société Manusac, anciennement située à Tuffé, et spécialisée dans la fabrication et la distribution de sacs et sachets en plastique. C’est désormais toute une gamme de produits (sachets PE, sacs bretelles, sacs à gravats, housses palettes, sachets ZIP, sacs poubelles, sacs polypro réutilisables, etc.) qui sont proposés à l’ensemble des utilisateurs potentiels (industriels, artisans, commerçants, collectivités). Olisac mise sur sa souplesse et sa réactivité pour satisfaire ses clients et en séduire de nouveaux.

La PME crée des confitures bien-être

F

loralpina, PME fléchoise spécialiste de la phytothérapie et cosmétique depuis plus de vingt ans,

lance une nouvelle gamme de produits : Comphyto'Plantes. Composées d'un mélange de plantes et de fruits connus pour leurs vertus spécifiques de bien-être, ces confitures se déclinent en quatre recettes et sont sucrées au sirop d'agave. Reprise en 2007 par Christophe Tertrais, l'entreprise de neuf salariés a intégré le programme Dinamic à

Polypack

Objectif : croître de + 50 % en trois ans Fabricant de machines d'emballage à Dissay-sous-Courcillon depuis 1957, Polypack prévoit d'ac­célérer sa croissance : + 50 % en trois ans. Pour y parvenir, le groupe réorganise son acti­vité commerciale en business units pour répondre aux besoins spécifiques, renforce son bureau d'études pour développer la gamme de machines robotisées et optimise ses process. Il va ainsi recruter dix professionnels (six cadres et quatre techniciens). L'entreprise compte actuellement 6 000 machines en fonctionnement dans le monde qui emballent 6 millions de packs par heure. Très présent dans le secteur agro­alimentaire, Polypack conçoit, fabrique et entretient des machines pour les secteurs de la cosmétique, chimie, pharmacie, biens d'équipement et… l'Éducation nationale (pour les formations techniques). Avec ses deux autres sites (un atelier de pré-montage à Paris et une usine en Roumanie), Polypack emploie 65 salariés dont plus de la moitié en Sarthe et réalise 50 % de son chiffre d’affaires à l’export (Europe, Afrique, Amérique du sud et Asie).

la CCI du Mans et de la Sarthe. "Alors que nous devions faire face à une conjoncture défavorable sur notre marché, Dinamic nous a permis de revoir notre gamme de produits, de définir de nouveaux produits, de cibler de nouveaux clients, d'organiser en conséquence notre production mais également la gestion du stock," se félicite le dirigeant. L'entreprise a aussi embauché un commercial qui démarche notamment les pharmacies et parapharmacies. En octobre dernier, elle a participé au salon Natexpo à Paris, salon professionnel des produits biologiques, diététiques et écologiques. Elle prévoit d'investir fin 2011 dans de nouvelles machines de conditionnement pour créer d'autres produits innovants. Son chiffre d'affaires prévisionnel s'élève à 1,3 million d'euros.

maine éco novembre 2011 11


la vie des entreprises Charpente Cénomane travaille pour la Comédie française

Grégoire VMF

Des toitures végétalisées pour vérandas

à

l'occasion des 4 Jours du Mans, le fabricant mamertin Grégoire VMF a présenté en avant-première une véranda avec toiture végétalisée. Menuiserie à l'origine, cette très ancienne entreprise a progressivement diversifié ses activités, notamment depuis sa reprise par Luc Barat en 1993. Avec 15 salariés, elle propose aujourd'hui fenêtres, stores, saunas, spas et donc vérandas en aluminium ou bois exotique. Dans le cadre du lancement de ce nouveau produit, l'entreprise a suivi le programme Dinamic à la CCI du Mans et de la Sarthe. Elle a travaillé avec un fournisseur de végétaux, concepteur de toitures végétalisées de la région Centre. Le chef d'entreprise prévoit un bon démarrage de ce produit car la toiture végétale se développe dans toutes les constructions et est souvent associée aux constructions BBC. Si le surcoût s'élève à environ 100 € le m² par rapport à la toiture véranda classique, le système offre des avantages thermique et acoustique importants. Satisfait du programme Dinamic sur le volet innovation, le dirigeant a démarré en octobre une deuxième phase, axée principalement sur le développement commercial.

Brunort

L'entreprise reste familiale Reprise par les enfants de leur créateur, Bernard Bruère, l'entreprise artisanale familiale Brunort, installée à Mareil-sur-Loir, poursuit ses activités. Spécialisée aujourd'hui dans le savon biologique "La pâte verte", l'entreprise souhaite accroître sa distribution. Ce savon, labellisé Ecocert depuis juin 2008, est distribué dans les magasins bio et la grande distribution. Composée d'ingrédients naturels ou bio et entièrement biodégradable, La pâte verte s'adresse à tous ceux qui se salissent les mains : professionnels ou particuliers. Elle peut aussi être utilisée pour nettoyer les plans de travail, les hottes ou fours et, en extérieur, pour les carrosseries, portails ou salons de jardin par exemple.

12 maine éco novembre 2011

Les charpentiers de l’entreprise de Requeil, dirigée par Jean-Claude Baudin, ont de quoi se réjouir. Ils travaillent sur un chantier prestigieux : la construction d'un théâtre éphémère au Palais Royal pour la Comédie française. Tout en bois, ce bâtiment pourra accueillir 720 spectateurs et remplacera la salle Richelieu le temps de sa restauration.

Chausson Matériaux s'installe à Allonnes Grossiste en matériaux du bâtiment, Chausson Matériaux déménage son agence d'Alençon à Allonnes, zone du Monné, sa clientèle étant principalement située au Mans. Il s'installe dans un bâtiment de 2 000 m² sur un terrain d'un hectare et demi. Le groupe toulousain compte 230 agences en France, emploie 2 641 salariés pour un chiffre d'affaires de 628 millions d'euros. Huit salariés travaillent à Allonnes.

Affut'Pro : un service pour particuliers et professionnels José Rosel Navarro a ouvert à La Chapelle-Saint-Aubin un atelier mobile d'affûtage à domicile, une première en France. Il sillonne le département pour proposer d'affûter couteaux, ciseaux et peignes de tondeuse sur des machines professionnelles de haute précision directement à la porte de ses clients : particuliers, commerçants, artisans et entreprises. Affut'Pro propose aussi à la vente des couteaux de cuisine et des ciseaux en titane. Créé en mars 2010 par Élizabeth et Éric Peyronnaud, professionnels de la coutellerie en Corrèze, le réseau Affut'Pro commence à se déployer sur le territoire national et recherche des candidats pour les départements limitrophes de la Sarthe.

Duluard ouvre un funérarium à Coulaines L’entreprise de pompes funèbres a ouvert un nouveau funérarium à Coulaines. L'investissement s'élève à plus de deux millions d’euros pour ce bâtiment de 1 400 m². Le groupe, qui compte huit établissements dans la Sarthe et emploie 45 personnes, cherche à proposer un service "personnalisé" aux familles de défunts.


Projet1:Mise en page 1 16/03/10 12:16 Page1

NOTRE MéTiER, la SécuRiTé Louer votre box sécurisé

Accès 24h/24 - 7J/7

NOUS METTONS A VOTRE SERVICE Des agents de sécurité, d’accueil Des agents rondier intervenants de sécurité Des inspecteurs de magasins Des maîtres chiens…

NOS PRESTATIONS Accueil, contrôle d’accès, garde statique Prévention vol, filtrage, ronde de sécurité intervention sur alarme…

2

m 18 4 à 4 h/2 De 24 J/7 7

EURL 3S - Spécialiste Sécurité Surveillance 15 rue des Frênes - 72550 Brains sur Gée Tel : 06.85.03.92.16 / 3s.securite@neuf.fr

Osez entreprendre ET VOYEZ LOIN GRÂCE À DES CONSEILS PERFORMANTS !

CONSEIL - GESTION EXPERTISE COMPTABLE CRÉATION DÉVELOPPEMENT TRANSMISSION

02 43 49 84 00

7 AGENCES DE PROXIMITÉ Le Mans

La Flèche (nouvelle agence) Sablé sur Sarthe La Ferté Bernard Maresché Le Grand Lucé Saint Calais

maine éco novembre 2011 13


NSA Automobiles

Z.I. Sud - 5 bd Pierre Lefaucheux - LE MANS

02 43 85 25 00

Solutions Monétiques CIC Jouez la carte de la performance

L’innovation technologique au service de votre activitée Un ensemble de solutions à vos mesurese Un chargé d'affaires entreprises CIC Ouest est à votre disposition pour vous aider à choisir la solution la plus appropriée à votre activité.

cic.fr Monétique 190x130.indd 1 14PUBmaine éco novembre 2011

21/09/2011 09:16:30


actualité Commerce d'habillement

Bilan mitigé des soldes, concurrence de la vente en ligne, multiplication des périodes de promotions, soldes flottants contreversés, budget serré des consommateurs, les Français bouderaient-ils les traditionnels soldes ou sommes-nous face à un changement plus profond des modes de consommation ? Yvon Merlière, directeur général du Crédoc (1), a mené une étude sur ce phénomène dans le secteur de l'habillement. Interview.

© Carré Pixel - Fotolia

Vers la fin des soldes ?

Les soldes sont-ils toujours le rendez-vous incontournable des Français ? Yvon Merlière : Le recours aux soldes s'est globalement amplifié au cours de la dernière décennie. Janvier est le mois le plus élevé de l'année en chiffre d'affaires pour l'habillement : près de 40 % du CA en plus par rapport à un mois moyen. C'est moins vrai pour les soldes d'été dont l'impact sur le CA est moins significatif. Le rendez-vous des soldes pour l'habillement est donc incontournable pour le consommateur français. Néanmoins, analysé sur une période plus courte, c'est-à-dire depuis 2009, le poids des soldes recule sur janvier de - 3,8 points, et - 5,4 points en juillet. Même si les soldes ont toujours un impact majeur sur le niveau des ventes de ces deux mois, un mouvement d'effritement est en cours.

Comment expliquez-vous cette baisse du chiffre d'affaires des soldes ? Ceci s'explique, en partie, par des contraintes de plus en plus fortes sur le budget des ménages (augmentation des prix de l'immobilier, de l'énergie…) et la limitation de la croissance du pouvoir d'achat. Le recours aux soldes est devenu pour 56 % des Français, une nécessité pour leur budget plutôt qu'un plaisir.

L'achat est donc raisonné même en période de soldes. On achète moins sur un coup de foudre. Cette recherche de l'achat utile se conjugue à la quête de prix bas. De plus, les professionnels de l'habil­ lement ont multiplié les périodes de promotions ces dernières années. Leur chiffre d'affaires dépasse maintenant celui des ventes en soldes. L'impact des soldes flottants a pu également contribuer à l'effritement des soldes saisonniers. Mais celui-ci n'est pas prépondérant, car globalement les distributeurs ne se sont pas pleinement appropriés ce dispositif, contraints par une procédure de déclaration préalable pour les mettre en place.

Cette relative désaffection pour les soldes signifie-t-elle que l'année est mauvaise pour l'habillement ? Malgré cet infléchissement des achats en soldes en janvier et juillet, l'année 2010 a connu une croissance légèrement positive de la consommation en articles d'habillement après deux années consécutives de baisse. En réalité, les promotions et les soldes flottants ont pris le relais des soldes traditionnels. Pour le commerçant, c'est certainement plus avantageux : avec des rabais moins forts durant les promotions que pendant les soldes traditionnels, les taux de marge sont, au total, plus avantageux.

Le principe des soldes est-il toujours adapté ? Il est vraisemblable que le ralentissement des achats en période de soldes se poursuivra dans les prochaines années car il s'appuie sur des changements structurels d'exercice de la profession comme la multiplication du nombre de collections par an et son impact sur la gestion de la production et des stocks. Pour ces raisons, l'orientation du marché va vers une moindre disponibilité des produits pour des ventes en soldes. Par ailleurs, les jeunes générations ont des comportements qui visent à une simplification de la vie quotidienne et à une levée des contraintes. Ceux-ci se détacheront de la nécessité d'attendre des soldes pour acheter à bas prix : la multiplication des promotions et le développement du e-commerce constituent autant d'opportunités d'achat à prix réduits tout au long de l'année. En un mot, la contrainte de l'attente des soldes semble en train de disparaître, même si cela reste une pratique récurrente pour les familles monoparentales. ◗◗ Propos recueillis par Maryse Gauthier

Plus d'information : www.credoc.fr (1) Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie.

maine éco novembre 2011 15


Électricité générale - magasin N e u f r é n o v a t i o n - re m i s e a u x n o r m e s Câblage informatique - téléphonique Télévision (TNT - Satellite - Réseaux)

TRÈS GRAND CHOIX DE MONTURES TOUTES LES GRANDES MARQUES de la plus simple au modèle exclusif

MOREL

Toutes vos installations électriques, informatiques et téléphoniques Agencement électrique de magasin électricité - câblage - réseau

VOTRE OPTICIEN

AVENUE DU MAINE - 72190 SAINT PAVACE Tél. : 02 43 81 14 79

www.elcare.fr

6, place Roosevelt - Haut rue Nationale LE MANS - Tél. : 02 43 24 36 92

infos@elcare.fr

AMS DISTRIBUTEUR DE VÉHICULES NISSAN DEPUIS PLUS DE 25 ANS

Vous invite à découvrir le nouveau NV400 disponible en concession

Nouveau NV400 Volume utile < 17 m3

QASHQAI

Kit 2 places

NV200

Volume utile < 4,2 m3

NOUVEAU NV400 FOURGON 2.3 DCI 100 CV VISIA L1H1 à partir de

PRIMASTAR

Volume utile < 8,4 m3

16 490€

HT

NISSAN LE MANS Auto Maxi Service Boulevard d'Estiennes d'Orves (Rocade Sud La Pointe)

02 43 39 93 45 nissan.lemaire@orange.fr 16 maine éco novembre 2011

AUTREMENT_mobile.


environnement Co-mobiles 72

Mettre en place votre plan de déplacements entreprise La Chambre de commerce et d'industrie et l'Association de sécurité routière en entreprise (Asre 72), avec le soutien de partenaires locaux (1), ont mis en place Co-mobiles 72 pour inciter les entreprises à se pencher sur la question des déplacements de leurs salariés. Une nouvelle session commence en janvier 2012 pour vous aider à mettre en place un plan de déplacement dans vos entreprises.

Olivier Cresson, de Johnson Controls et président de l'Asre, et Esperenza Duval Galache référent PDE des MMA, dressent un bilan positif de la première session de Co-mobiles 72.

N

ous avons calculé que les salariés de Johnson Controls à la Ferté-Bernard parcourent chaque année 8 millions de kilomètres pour venir travailler, soit 200 fois le tour de la terre", s'amuse à commenter Olivier Cresson, référent PDE de Johnson, mais aussi président de l'Asre. Pas étonnant que l'entreprise mise, entre autre, sur la promotion du co-voiturage. "Les collaborateurs sont extrêmement sensibles aux augmentations du cours du pétrole. Notre direction a conscience que le transport est un enjeu crucial pour nos salariés et que leur apporter une solution est aussi un moyen de maintenir leur pouvoir d'achat", poursuit Olivier Cresson. Le co-voiturage se révèle aussi être une mesure phare aux MMA pour réduire l'utilisation des véhicules individuels. "Nous avons mis en place en février dernier une plate-forme de co-voiturage, explique Esperenza Duval Galache. Près de 500 collaborateurs sont inscris sur ce site et 300 sont actifs. Le deuxième axe de travail concerne la desserte de nos sites du Mans - La Californie et Novaxis - par les transports en commun, pour laquelle nous avons entamé un dialogue avec les autorités organisatrices des transports (Setram, TER Pays de la Loire…). Favoriser l'utilisation du vélo

fait aussi parti des mesures simples et peu coûteuses que nous mettons en place (augmentation des stationnements vélo, formation à la pratique du vélo en milieu urbain, réflexion sur les pistes cyclabes…)." Ces deux entreprises ont participé à la première session Co-mobiles 72 lancée en janvier 2011. Et même si la mise en place d'un plan de déplacements d'entreprise est un travail de longue haleine, déjà la dizaine d'entreprises engagées dans ce programme de huit mois dresse un bilan positif.

Une méthodologie éprouvée Concrètement, Co-mobiles aide les entreprises et collectivités à établir : - une enquête de mobilité auprès des collaborateurs de l'entreprise pour connaître leurs modes de déplacement et leurs motivations pour changer ; - une étude d'accessibilité au site de l'entreprise ; - une analyse territoriale pour géolocaliser les collaborateurs et visiteurs ; - un compte transport pour dresser un bilan financier global du poste "transport". La participation au programme Comobiles est souple et s'inscrit dans une dynamique collective. Le PDE est géré

en mode projet au sein des entreprises avec un référent formé à la méthode, aux enjeux et aux outils. Co-mobiles apporte un ensemble de formations, de réunions collectives d'échanges et de partage d'expériences, de rencontres thématiques, associé à un suivi à la carte avec un consultant spécialisé et un bilan de l'opération. "La démarche Co-mobiles nous a permis d'accéder à une méthodologie éprouvée et à des outils mutualisés entre les différents participants", conclut Claude Allais, référent PDE de Sarthe Habitat. ◗◗ Maryse Gauthier Contact CCI : Cyrille Naoarine, service Industrie au 02 43 21 00 32 (1) Conseil général de la Sarthe, Pays du Mans, Le Mans Métropole, Ademe des Pays de la Loire, Carsat Pays de la Loire, Caisse régionale Maine Anjou du Crédit Agricole, Medef Sarthe, Préfecture de la Sarthe.

[ Qu'est qu'un plan de déplacements entreprise (PDE) ? ] Le PDE est une démarche de développement durable pour un employeur, visant à promouvoir les modes de déplacements alternatifs à la voiture individuelle tels que le vélo, les transports en commun, le covoiturage… et à limiter les besoins en déplacement (visioconférence, réunion téléphonique…). C'est un outil d'analyse global de tous les déplacements : missions professionnelles, trajet domiciletravail des salariés. Il débute par une phase d'enquête, réalisée en concertation avec tous les utilisateurs du site, et débouche sur la proposition d'actions concrètes pour limiter l'usage de la voiture. maine éco novembre 2011 17


AU Crédit MUtUel, j’AssoCie Mes sAlAriés à lA réUssite de Mon entreprise, çA ChAnge toUt. Vous souhaitez fidéliser et impliquer davantage vos salariés aux résultats de l’entreprise ? Le Crédit Mutuel vous propose des solutions d’épargne salariale telles que le PEE et le PERCO. Votre entreprise et vos salariés profiteront ainsi d’avantages fiscaux et sociaux.

poUr en sAvoir plUs : • Contactez un conseiller Crédit Mutuel • Appelez au 0 821 080 080* • Ou connectez-vous sur www.creditmutuel.fr** * 0,12 € TTC/min depuis un poste fixe en France métropolitaine ou coût lié à votre opérateur téléphonique. ** Coût lié au fournisseur d’accès internet et/ou à votre opérateur téléphonique. Édité par la Caisse fédérale du Crédit Mutuel MABN, société coopérative anonyme à capital variable, capital initial de 38 112 € - RCS LAVAL B 556 650 208 - 43, bd Volney 53083 Laval Cedex 09.


entreprise

Sapeurs-pompiers volontaires

Une chance pour l'entreprise ! Départ de feu, malaise d'un collègue, sécurisation des locaux… la présence de sapeurs-pompiers volontaires en entreprise est un sérieux atout. Quant à la gestion des absences : grâce à une convention signée avec le Sdis, l'employeur fixe les disponibilités de son employé.

Pour Christian Letellier, président de l'Union départementale des sapeurs-pompiers, employer un pompier volontaire présente de nombreux avantages.

A

ssocier volontariat en tant que sapeur-pompier et activité pro­ fessionnelle est tout à fait possible. "La preuve, annonce le lieutenant Christian Letellier, président de l'Union départementale des sapeurspompiers, des chefs d'entreprises sont eux-mêmes sapeurs-pompiers. Un plan­ning est établi selon leurs disponibilités." Même organisation pour les volontaires salariés avec la convention proposée par le Sdis (Service départemental d'incendie et de secours). Négociée avec l'employeur, en accord avec le sapeur-pompier volontaire, elle fixe un planning des départs en mission ou en formation. "Ainsi la situation est claire pour tous les partenaires". Le Sdis souhaite développer ce type de convention en Sarthe, d'autant que les effectifs sont en baisse : 300 postes de sapeurs-pompiers volontaires en moins depuis 2005. Alcoa à Saint-Cosme-en-Vairais, concepteur et fabricant de systèmes de fixations pour les marchés automobile et aéronautique, a signé une convention avec le Sdis depuis plusieurs années. "Nous avons onze sapeurs-pompiers volontaires dans notre entreprise qui compte plus de 500 salariés, explique

Isabelle Boury, directrice des ressources humaines. Les conventions ont l'avantage d'intégrer les contraintes de la société. Les conditions de départ en intervention sont fixées ainsi que la formation sur le temps de travail. Pour ne pas perturber l’activité de l’entreprise, nous veillons à ne pas les employer dans le même secteur."

Un atout sécurité Secouristes expérimentés qui peuvent intervenir immédiatement en cas d'incendie ou d'accident dans l'entreprise, les sapeurs-pompiers volontaires sont aussi appréciés pour leur rigueur, leur esprit d'équipe, leur sens des responsabilités et de l'initiative. "Il est certain que les pompiers connaissent bien notre usine, avec un exercice régulier le samedi. Ils sont un atout en interne pour sensibiliser à la sécurité. Ils sont volontaires, courageux, altruistes et ont l'esprit d’équipe". Autre avantage pour l'employeur qui favorise le volontariat : des mesures fiscales et des compensations financières. Mises en place pour valoriser l'acte de civisme de l'employeur, elles ne sont pas négligeables. "L'entreprise

bénéficie d'un abattement de 10 % maximum sur sa prime d'assurance incendie, explique Christian Letellier. Il faut penser à le rappeler à son assureur. L'entreprise peut aussi percevoir les vacations du sapeur-pompier volontaire (7 €/heure) en cas d'absence pendant le temps de travail. En ce qui concerne les formations, elles peuvent être prises en compte dans le cadre de la formation professionnelle continue. Cela fonctionne aussi dans le cadre du Dif. Au titre du mécénat, l'employeur peut en outre bénéficier d'un abattement d'impôt. Enfin, pour récompenser l'engagement de l'entreprise en faveur de la sécurité civile, l'employeur peut recevoir le label "employeur - partenaire des sapeurs-pompiers." "Les avantages sont nombreux et, en tant qu'entreprise citoyenne, Alcoa est fière de contribuer au maintien du centre de secours de Saint-Cosme," affirme Isabelle Boury. C'est en effet important d'avoir un centre à proximité, avec un nombre suffisant de pompiers pour une intervention rapide en cas de sinistre. ◗◗ Karine Méteyer Pour plus d'information : Lieutenant Christian Letellier, CLE@sdis72.fr Tél. : 06 71 26 04 25

[Les chiffres sarthois] 1 État-major départemental à Coulaines 76 centres d'incendie et de secours 1 852 sapeurs-pompiers volontaires 295 sapeurs-pompiers professionnels 25 716 interventions en 2010 maine éco novembre 2011 19


- Illustration : Jacques Desprès

… c’est protéger quotidiennement la santé de plus de 500 000 salariés tout en apprenant à Pierre, grutier, les gestes de premiers secours.

Prévadiès, mutuelle soumise aux dispositions du livre II du Code de la Mutualité, n° RNM 442 224 671 - Siège social : 143, rue Blomet - 75015 Paris. - DirCom - 07/10

L’efficacité mutualiste…

Plus de 15 000 entreprises bénéficient aujourd’hui de l’efficacité Prévadiès. www.prevadies.fr/secours 0 890 90 10 10 (0,12 € TTC/min)


entreprise L’assurance crédit

Se prémunir des impayés Au premier semestre 2011, le nombre d’impayés en France a pratiquement augmenté de 20 % par rapport au même moment en 2010 (1). En cette période de conjoncture économique délicate, certaines entreprises éprouvent de plus en plus de difficultés à rembourser leurs créances. Dans ce contexte, l’assurance crédit apparaît comme une solution potentielle pour garantir et préserver votre poste client.

D

ans toute relation commerciale entre un fournisseur et un client, le risque d’impayés ou de retard de paiement existe. "Ces disfonctionnements engendrent des problèmes de trésorerie, un manque à gagner et une perte de croissance pour l’entreprise, souligne Patrick Jobert, délégué régional Ouest chez Euler Hermes SFAC (2). Dans un cas sur quatre, le dépôt de bilan d’un fournisseur est dû à la défaillance d'un de ses clients." Aux côtés de l’entreprise, l’assureur crédit rend visible ce risque en identifiant les partenaires commerciaux solides et en luttant contre les impayés. Contrairement aux idées reçues, ce dispositif ne s’adresse pas seulement aux entreprises de taille importante ou aux grands groupes. "Notre clientèle est très diversifiée, poursuit Patrick Jobert. Nous accompagnons toutes les structures, de la TPE aux grands groupes industriels en passant par les PME."

Quels services propose l’assurance crédit ? L’assureur intervient, d’abord, dans le cadre de la prévention du risque client. Le profil des partenaires commerciaux potentiels est étudié, via la consultation de plusieurs sources comme le Bulletin officiel des annonces civiles et commerciales (Bodacc) par exemple ou en échangeant directement avec les sociétés concernées. Les informations économiques liées au secteur d’activité et à la zone géographique identifiée sont également collectées. "Selon notre analyse de sa situation financière, nous pouvons garantir la créance en partie ou en totalité", précise Patrick Jobert. Quelle que soit la garantie délivrée par l'assureur crédit, l'entreprise reste toujours maître de ses décisions d'acceptation

"Le risque d'impayés ou de retard de paiement engendre des problèmes de trésorerie, un manque à gagner et une perte de croissance pour l'entreprise", indique Patrick Jobert, délégué régional Ouest chez Euler Hermes.

de commande et des conditions de paie­ment qu'elle octroie (paiement comptant ou paiement différé dans le temps...). L’assureur peut également prendre en charge le recouvrement des créances impayées si le partenaire, garanti ou non, n’est pas en mesure d’honorer ses engagements. Des démarches amiables dans un premier temps, puis judiciaires dans un second temps, sont alors entamées. Enfin, le dernier service pris en charge concerne l’indemnisation des pertes subies. Lorsque la créance est garantie en totalité, cette dernière peut atteindre 90 % de la valeur hors taxes de l’impayé. En souscrivant à une assurance crédit, l’entreprise peut donc bénéficier de ces différentes prestations qui lui permettent de mieux appréhender et de sécuriser les relations avec ses clients. Le coût d’une assurance crédit est variable selon la typologie des sociétés concernées. "La taille de l’entreprise, son secteur d’activité, le montant de ses créances… tous ses critères entrent en ligne de compte dans notre

tarification," souligne Patrick Jobert. Pour les TPE et PME il est possible de proposer des solutions simplifiées. "Le coût de base d’une assurance crédit, pour une structure de taille modeste, peut être estimé à quelques milliers d’euros par an".

◗◗ Hervé Chaillou (1) L'Usine Nouvelle, 7 septembre 2011. (2) Présent dans 60 pays, le groupe Euler Hermes, avec 6 000 salariés, est le leader mondial de l’assurance crédit. En France, Euler Hermes SFAC a été créé en 1927 et s’appuie sur 850 collaborateurs.

maine éco novembre 2011 21


juridique

Quelles issues en cas de mésentente entre associés de SARL ?

Sortie d'un associé et poursuite À la création d'une société, les associés sont le plus souvent liés par une relation d'amitié voire familiale. Pour des raisons professionnelles ou personnelles, ce lien peut se briser et des conflits naissent alors au sein de la société. L'affectio societatis n'existe plus. Dans l'intérêt de la SARL, la meilleure solution pour pallier cette mésentente est le départ d'un ou plusieurs associés. Ce ou ces derniers doivent alors céder leurs parts sociales, à un associé restant en place, à un tiers ou les faire racheter par la société par voie de réduction du capital social.

Cession des parts sociales à un associé restant Sauf clause contraire dans les statuts, la cession de parts sociales entre associés est libre. Cela signifie que l'associé partant peut céder ses parts à un associé en place sans avoir besoin du consen­ tement des autres associés. Des actes de cessions sont alors rédigés, enregistrés au centre des impôts et déposés au greffe du tribunal de commerce compétent en deux exemplaires, au même titre que les statuts modifiés.

Cession des parts sociales à un tiers Toute cession de parts sociales à un tiers est soumise à une procédure d'agrément 22 maine éco novembre 2011

(C. com., L.223-14). Cela signifie que si l'associé partant veut céder ses parts à une personne étrangère à la société, il doit obtenir l'autorisation des associés restant en place. Sauf majorité plus forte prévue dans les statuts, les parts ne peuvent être cédées à un tiers qu'avec le consentement de la majorité des associés représentant au moins la moitié du capital social. L'associé cédant participe au vote. Dans les huit jours à compter de la notification à la SARL, du projet de cession, le gérant doit convoquer l'assemblée des associés pour qu'elle délibère sur l'agrément (C. com., art R.223-12). L'autorisation peut être expresse, ou tacite si les associés n'ont pas fait connaître leurs décisions dans un délai de trois mois à compter de la notification précitée.

Rachat des parts par la société Si le tiers proposé par le cédant n'est pas agréé par l'assemblée des associés, ceux-ci peuvent voter le rachat des parts sociales par la société ellemême par voie de réduction du capital social. Néanmoins, pour la mise en œuvre de cette procédure, l'accord de l'associé cédant est nécessaire puisque cette opération a des conséquences fiscales importantes pour ce dernier. À noter : lors de tout changement dans la répartition du capital social, il convient de prêter attention à un éventuel changement de nature de la gérance. Suite à ces modifications dans la détention des parts sociales, le gérant initialement minoritaire, c'est-à-dire avec moins de


juridique

de l'activité 50  % du capital social, peut devenir majoritaire ou inver­sement et ainsi changer de régime de protection sociale.

Dissolution de la société Dans certains cas, la mésentente est telle qu'aucun associé ne veut se dessaisir de ses parts sociales et laisser sa place. La poursuite de l'activité dans ces conditions est alors impossible. Soit les associés arrivent à se mettre d'accord une dernière fois en décidant la dissolution amiable de la SARL, soit cette dissolution sera prononcée par le juge.

Dissolution amiable de la société La dissolution anticipée de la SARL peut être décidée à tout moment par les associés réunis en assemblée

générale extraordinaire, à condition qu'il n'y ait pas de créancier. Cette décision est mentionnée sur l'extrait d'immatriculation au registre du commerce et des sociétés.

Dissolution judiciaire de la société Le plus souvent, la mésentente entre associés paralyse le fonctionnement de la société au point de rendre inévitable la prononciation de la dissolution par les juges. En effet, si la majorité requise pour voter la dissolution ne peut pas être atteinte, un des associés peut demander cette dissolution en justice, pour justes motifs. Les juges apprécient si le motif invoqué présente ou non un caractère de gravité suffisant, justifiant qu'il soit mis fin à la SARL (C. civ., art.1844). La mésentente entre associés est un motif souvent invoqué par les demandeurs. Pour que la dissolution

Votre futur bureau en zone franche urbaine desservie par le tram dans un site privilégié

soit prononcée, le juge doit constater une paralysie du fonctionnement de la société due à ce conflit. À titre d'exemple, a été jugée comme justes motifs de dissolution judiciaire, la mésentente grave et générale entre deux associés entraînant l'absence de convocation aux assemblées générales, de présentation des comptes annuels et l'impossibilité de prendre des décisions (Cass. 3e civ. 03/06/2009 n°08-15542).

l'autre, il est alors intéressant d'établir un pacte d'associés. À titre d'exemple, ce document peut prévoir, en cas de mésentente et blocage de la SARL, la nomination d'un médiateur chargé de trouver une solution.

Source : Service Inforeg de la Chambre de commerce et d'industrie de Paris www.inforeg.cci.fr

On constate souvent que la situation de blocage apparaît à partir d'une répartition 50/50. En effet, le moindre désaccord entre associés aboutit, dans ce cas, à une paralysie du fonctionnement de la SARL puisque la majorité à atteindre pour qu'une décision soit votée est au minimum de 51 %. Si malgré tout, les créateurs de société souhaitent s'associer sur un strict pied d'égalité ou selon une répartition conférant autant de pouvoir à l'un qu'à

les Face à l'ESPAL

• Coût des charges maîtrisé • Performances énergétiques • Développement durable

Réseau Bus/tram La station tram est au pied des bureaux. À 10 mn de la Gare, Paris est à 54 mn en TGV.

Renseignements

02 43 39 19 70 maine éco novembre 2011 23


Dossier Immobilier d’entreprise

Le marché reste sain En Sarthe, le marché de l’immobilier d’entreprise a, ces dernières années, poursuivi sa croissance sans être affecté par la crise économique. Aujourd’hui encore, les aménagements de bureaux se maintiennent à un rythme soutenu mais pondéré, les zones d’activités économiques sont le théâtre de nouvelles constructions sur l’ensemble du département (à l’exception notable des sites dédiés à la logistique) et l’offre commerciale est quasi-exponentielle. Cependant, compte tenu de l’évolution peu rassurante des marchés financiers, les professionnels s’interrogent sur la pérennité de la situation. La demande ne risque-t-elle pas de chuter ? Les banques, partenaires indispensables, ne vont-elles pas restreindre leurs financements ? Telles sont les épées de Damoclès qui menacent ce marché.

U

ne étude publiée en juillet par BNP Paribas assure que 5,2 milliards d’euros ont été investis dans l’immobilier d’entreprise, en France, au cours du premier semestre de cette année, soit un montant en hausse de 37 % par rapport au premier semestre de l’année dernière. De son côté, le cabinet CB Richard Ellis révèle que sur les huit premiers mois de 2011, le volume d’engagements en immobilier d’entreprise s’élève à 5,9 milliards 24 maine éco novembre 2011

d’euros ce qui représente une hausse de 13 % en comparaison à la même période de 2010. Ces chiffres mettent en évidence la bonne santé du marché hexagonal de l’immobilier d’entreprise jusqu'au début de l’année. Ils démontrent qu’en ces temps de tempêtes boursières, où la spéculation est plus que jamais risquée, la pierre demeure une valeur refuge. Cependant, le second rapport fait éga-

lement état d’un net ralentissement de la croissance au cours de ces derniers mois et BNP Paribas craint que "la crise ne limite la fluidité du marché".

Ne pas céder au défaitisme ambiant Les constats établis par les banquiers sarthois sont tout à fait similaires et font écho aux analyses nationales. Philippe Poirier, responsable du mar-


Vers une réforme de l’urbanisme commercial ? Depuis 2010, une proposition de réforme de l’urbanisme commercial est en discussion au Parlement. Ce texte vise à réguler plus strictement l’expansion des surfaces commerciales et à protéger le commerce de proximité en renforçant le pouvoir des élus locaux, principalement des maires. Dans ce but, le législateur veut aligner les règles d’urbanisme commercial sur le droit commun et ne plus soumettre l’implantation d’un commerce qu’à la délivrance du permis de construire. Pour justifier sa décision, le maire devrait s’appuyer sur un Document d’aménagement commercial (DAC) établi par les collectivités locales en cohérence avec les documents d’urbanisme (Schéma de cohérence territoriale ou, à défaut, Plan local d’urbanisme). Ce DAC délimiterait les centralités urbaines, où les commerces seraient libres de s’implanter, et les secteurs où l’aménagement de toute surface commerciale supérieure à 1 000 m2 serait soumis à autorisation. En cas d’absence de document d’urbanisme, les agréments seraient soumis à l’accord d’une Commission régionale d’aménagement commercial qui remplacerait les commissions départementales et nationales, dont seraient une nouvelle fois exclus les représentants des chambres consulaires. Cependant, à l’approche de l’élection présidentielle, le gouvernement semble tenté de reporter le vote de cette proposition législative qui suscite des réticences. ché entreprises et banque privée au sein du groupe bancaire CIC pour la région Maine-Anjou affirme : "Depuis 2008, le montant des financements que nous avons attribués pour des opérations portant sur de l’immobilier d’entreprise a augmenté, en moyenne, de 13 % par an. D’août 2010 à août 2011, ce chiffre demeure en hausse, mais n’est plus que de 9 %, puis descend à 6 % pour les six derniers mois. Enfin, au vu de l’attentisme des inves-

tisseurs que nous enregistrons depuis quelques mois, nous prévoyons une chute de 20 % des financements pour le premier semestre 2012". Une expertise corroborée par Hervé Lethoré, directeur de la promotion immobilière au CIC : "Le marché est fragilisé depuis le second trimestre et de plus en plus de projets, notamment en Sarthe, sont mis en stand-by". La crise financière européenne est, bien évidemment, la première cause de cette inversion de

tendance, qui se trouve accentuée par les incertitudes que suscite la perspective de l’élection présidentielle et par le sévère système de taxation sur les plus-values annoncé dans le cadre du plan de rigueur. "Pourtant, les banques n’ont pas de réticences à soutenir les opérations d’immobilier d’entreprise, d’autant que celles-ci, sont le plus souvent programmées sur le court terme et restent peu

risquées (1)", poursuit le banquier, précisant que "trois critères pèsent sur les décisions de son établissement  : le professionnalisme de l’investisseur, la qualité du projet et sa pertinence économique. Or, sur le département, ces critères sont le plus souvent remplis". Le message est donc clair : "Ne cédons ni à la panique ni à la morosité, l’immobilier d’entreprise sarthois conserve d’indéniables atouts à faire valoir !" maine éco novembre 2011 25


Dossier interview

Stéphane Galibert Directeur général délégué du groupe Lelièvre des acquéreurs. D’ailleurs, les écarts de prix entre ces deux catégories de biens se sont lissés. Les bâtiments répondant aux normes basse consommation sont notamment très recherchés, même si leur exploitation est parfois complexe compte tenu du caractère innovant des technologies et matériaux utilisés. En ce sens, les propriétaires d’immeubles anciens vont devoir réaliser d’importants travaux pour continuer à séduire des locataires, d’autant qu’ils ont l’obligation de se conformer aux normes imposées à partir de 2012 dans la lignée du Grenelle II de l’environnement. Quel regard portez-vous sur le marché sarthois ?

Quel est l’état du marché de l’immobilier d’entreprise en France ? Malgré la crise économique, l’immobilier d’entreprise est resté actif depuis 2008, même si ce dynamisme était en grande partie lié aux opérations de relocalisations d’administrations initiées par le gouvernement, à l’image de l’implantation du centre de formation de la SNCF au Mans. Pourtant, nous devons rester vigilants car, en raison de la conjoncture financière internationale, nous risquons d’assister à une raréfaction des financements qui peut impacter le développement du secteur. Déjà, l’activité ralentit depuis ce second semestre 2011 et la perspective de l’élection présidentielle pourrait accentuer cette tentation de l’attentisme. Quelles sont les principales évolutions structurelles du secteur ? Nous constatons tout d’abord que les immeubles neufs ont, de plus en plus fréquemment, la préférence

26 maine éco novembre 2011

Le marché sarthois est sain. Au Mans, où s’opère l’essentiel des transactions, l’offre de bureaux répond précisément à la demande et, à la différence de l’évolution constatée sur Nantes, il n’y a pas de stocks importants. Les promoteurs savent tenir compte des réalités et adapter leurs investissements aux besoins. Ainsi, toutes les opérations programmées vont jusqu’à leur terme et sont des réussites. Proches des grands axes routiers et ferroviaires, les quartiers de la gare et de l’université demeurent très attractifs comme le démontrent les constructions en cours sur ces deux sites. Le centre-ville reste aussi dynamique. Il séduit notamment des professions libérales à la recherche de petites surfaces. Il faut cependant veiller à ce que le projet de rassemblement des services de l’État au sein de l’ancienne caserne Cavaignac ne laisse pas trop de locaux vides au cœur du Mans. Le secteur des locaux d’activités se porte également bien, même si nombre de bâtiments vont devoir être réhabilités pour répondre aux normes nouvelles et rester accessibles. Enfin, sur les territoires des villes moyennes du département - Sablé-sur-Sarthe,

La Flèche, La Ferté-Bernard ou encore Château-du-Loir - nous assistons à de remarquables mouvements immobiliers dans les domaines de l’industrie et du commerce. Que vous inspire le développement de plusieurs programmes commerciaux de grande ampleur sur l’agglomération mancelle ? Les nouveaux centres commerciaux, en zone Nord et à Ruaudin, vont indéniablement répondre à la demande émergeante d’enseignes nationales qui n’étaient pas encore implantées sur notre territoire. Cependant, je m’interroge sur l’ampleur de ce développement et sur le risque de saturation qui pourrait nuire, en premier lieu, à l’activité du centre-ville manceau. C’est pourquoi je pense qu’il faut plus que jamais encourager les projets dynamiques du manager de centre-ville.


souvent preneurs, d’autant qu’ils intègrent les règles édictées dans le Grenelle II de l’environnement, souligne le gérant associé d’Art’Im. À l’inverse, les ateliers et entrepôts plus anciens, gros consommateurs d’énergies, risquent de se vider si leurs propriétaires ne réalisent pas les travaux indispensables pour se conformer aux normes environnementales".

La course à la surface commerciale

Bientôt plus de 150 000 m2 de bureaux autour de la gare Le marché manceau des bureaux fait tout particulièrement bonne figure. Il a notamment connu une belle croissance en 2010, encouragée par une offre cohérente et des prix d’achat et de location attractifs et stables. "40 % des transactions se sont opérées sur des locaux neufs", précise Laurent Landemaine, gérant associé du cabinet Art’Im. Ainsi, autour de la gare, les opérations immobilières programmées depuis plusieurs années voient progressivement le jour : les quatre immeubles du projet Axes sont en construction du côté de la gare Nord, le très attendu parking silo (2) s’élève peu à peu sur le boulevard Demorieux aux côtés de trois beaux immeubles récents, tandis que le site de l’ancien hôpital psychiatrique vient d’être désaffecté pour laisser la place à l’ambitieux projet du promoteur Artprom qui prévoit l’aménagement de 45 000 m2 de bureaux, 22 000 m2 de logements et 6 000 m2 de commerces. Avec déjà 130 000 m2 de bureaux opé­ rationnels, accueillant 3 500 salariés, ce quartier assoit un peu plus encore son statut de locomotive de l’activité tertiaire sur le département, répondant à une demande bien réelle. Également proche des principales voies de transport, la technopole de l’université poursuit son expansion. Art’Im construit ainsi trois immeubles sur cette zone où cohabitent harmonieusement les principaux établis-

sements d’enseignement supérieur sarthois, des commerces, des entreprises de services, ainsi que diverses industries. "Nous lançons la commercialisation de notre deuxième bâtiment, précise Laurent Landemaine, par ailleurs très présent sur le site de Monthéard, non loin du centre-ville, qui suscite toujours l’intérêt de professionnels à la recherche de bureaux". Il faut cependant rester prudent quant au devenir de cette zone franche, qui manque cruellement de parkings et dont les avantages fiscaux réservés aux occupants vont arriver à échéance.

Les zones d’activités se développent sur toute la Sarthe Sur le reste du département, le nombre de transactions dans le domaine du tertiaire reste relativement modeste. En revanche, les constructions de locaux d’activités se multiplient. À La Flèche, Saint-Calais, Brûlon, La Ferté-Bernard, Sablé-sur-Sarthe, Écommoy, Fresnay-sur-Sarthe, Trangé, Montfort-le-Gesnois, Joué-l’Abbé, Conlie et sur bien d’autres communes, les zones d’activités, souvent intercommunales, se remplissent année après année, démontrant la vitalité de l’industrie et de l’artisanat en Sarthe. Dans plusieurs cas, les collectivités ont impulsé cette réussite en investissant dans l’édification de bâtiments blancs qui permettent aux porteurs de projet de s’installer immédiatement sans entamer leurs capacités financières. "Les bâtiments neufs trouvent le plus

Dans les principales villes moyennes citées ci-dessus, l’immobilier commercial connaît également une belle expansion (par exemple à La Ferté-Bernard, La Flèche et Château-du-Loir) autour d’impressionnants hypermarchés érigés aux entrées de ville. Sur l’agglomération mancelle, l’aménagement de la zone de l’ardoise au nord, l’extension de Family Village au sud, ou encore le projet de Viva City (6 000 m2 dédiés à l’équipement de la personne et de la maison en amont de la zone Nord) suscitent l’enthousiasme des uns… et l’inquiétude des autres. "Bientôt, Le Mans sera l’une des villes françaises qui disposera du plus fort taux de surfaces commerciales par habitant, constate Laurent Landemaine. Dans cette perspective, pour conti­nuer à séduire les consommateurs, le centre-­ ville doit se distinguer et, sans doute, jouer la carte de la qualité et de l’originalité". "Le centre commercial des Jacobins reste attractif et solide, complète Christophe

Gaultier, le responsable de cette galerie, gérée par le groupe Segécé, qui demeure la tête de pont du commerce de cœur de ville. Jusqu’à présent, les enseignes restent solidement implantées dans nos boutiques". Christophe Gaultier ne cache cependant pas son inquiétude face au développement exponentiel des surfaces commerciales aux portes de la capitale sarthoise. "Déjà, depuis deux ans, le parking de la place des Jacobins perd du trafic". Désormais, ce professionnel place ses espoirs dans l’ouverture du complexe culturel des Jacobins prévue pour 2013. "Cet événement pourrait donner un nouveau souffle à notre quartier et à l’immobilier commercial en particulier. Mais, il faudrait aussi que nous puissions développer l’offre en disposant de foncier supplémentaire". Un vœu réaliste mais qu’il sera difficile d’exaucer compte tenu de la configuration urbanistique du centre-ville où les surfaces libres sont peu nombreuses. En résumé, si la conjoncture économique fait peser d’indéniables menaces sur le marché de l’immobilier d’entreprise, celui-ci demeure structurellement sain et devrait donc passer la crise sans trop de difficultés. Au cœur d’une étoile autoroutière et ferroviaire, Le Mans conserve un réel pouvoir d’attraction auprès des entreprises du secteur tertiaire, tandis que les PME prospèrent sur tout le département. Le foisonnement des projets commerciaux met en évidence cette prospérité sarthoise. Il appartient désormais aux élus, à travers l’établissement des Schémas de cohérence territoriale (Scot), de préserver les équilibres pour que chaque territoire puisse se développer sans nuire à l’autre, notamment en matière commerciale. ◗◗ Emmanuel Chevreul

"Le centre commercial des Jacobins reste attractif et solide", souligne Christophe Gaultier, le responsable de cette galerie.

(1) Pour les investissements à plus long terme, le crédit-bail immobilier représente une formule tout à fait adaptée aux besoins des entrepreneurs qui souhaitent devenir propriétaires des locaux qu’ils occupent en étalant le financement sur le temps sous la forme d’un loyer. (2) Une salle de sport doit également être aménagée dans ce bâtiment.

maine éco novembre 2011 27


Dossier Parc Manceau et Family Village II

Projets concurrents ou complémentaires ? Dans les deux ans à venir, le paysage commercial sarthois va poursuivre sa mutation avec l’aménagement de deux sites d’envergure : le Parc Manceau en zone Nord et Family Village II au sud du Mans.

22 200 m 2 de surfaces de vente pour le Parc Manceau en zone Nord.

Le Parc Manceau, situé sur la zone de l’Ardoise en bordure de la rocade nord, est en cours de réalisation et son ouverture est programmée pour le second semestre 2012. Mené par le groupe immobilier Desjouis, le projet prévoit l’implantation de 19 commerces, principalement dédiés à l’équipement de l’habitat et de la personne, dont le plus grand magasin Alinéa (meubles et décoration d’intérieur) de France. Les élus locaux qui souhaitaient voir s’installer une enseigne d’ameublement capable de rivaliser avec Ikéa afin de juguler l’évasion commerciale vers Tours ou Rouen voient leur vœu exaucé. Offrant 22 000 m2 de surfaces de vente, ce Parc Manceau s’inscrit dans la lignée des nouveaux centres commerciaux respectueux de l’environnement où sont, en particulier, privilégiés les déplacements piétonniers. "Nous allons notamment nous relier au Boulevard nature de Le Mans Métropole et prévoyons d’aménager un parc paysager, ainsi qu’un théâtre de verdure surplombant la Sarthe", révèle Nicolas Desjouis, le président du groupe éponyme. L’arrivée de ce centre, qui se traduit par la création de voiries visant à limiter l’engorgement du trafic, pourrait

28 maine éco novembre 2011

aussi favoriser une réorganisation de la zone nord dont certains aménagements urbains sont de plus en plus obsolètes. De l’autre côté de l’agglomération mancelle, l’extension de Family Village, prévue pour 2013, devrait également accélérer le développement commercial sarthois. Déjà, l’ouverture de Family Village à Ruaudin, en 2007, a démontré la volonté du groupe Altarea, promoteur et exploitant de cette "galerie à ciel ouvert", de développer une offre innovante privilégiant le développement durable et les unités de taille moyenne à l’entrée des villes. Le nouveau projet, qui verra le jour dans le prolongement du premier site, renforce cette démarche économique et environnementale. "Nos constructions respecteront les normes internationales les plus rigoureuses en matière de consommation énergétique, affirme Catherine Mulatier, directrice du développement chez Altarea. Nous avons également prévu de favoriser les déplacements doux et continuerons, bien évidemment, à mettre en place des animations avec les associations de Ruaudin. En outre, nous proposerons une nouvelle signalétique incitant les automobilistes à emprunter

la route parallèle aux Hunaudières, qui a été aménagée il y a quatre ans". D’une surface équivalente à son "frère aîné", soit 21 800 m2 de surfaces commerciales réparties sur 12 hectares, Family Village II est conçu pour accueillir une première enseigne alimentaire (Auchan), 39 boutiques, 5 moyennes surfaces et 3 restaurants. "450 emplois vont être créés ce qui portera à 750 le nombre de personnes travaillant sur l’ensemble du centre commercial", précise Raphaël Chevreul, directeur du Family Village "Les Hunaudières". "Nous nous inscrivons dans un ensemble commercial qui inclut la zone du Cormier et, surtout, le Centre Sud", ajoute Catherine Mulatier. À l’évidence, ces deux futurs pôles commerciaux sont complémentaires : Family Village propose une large diversité d’activités et s’adresse plus spécifiquement à une clientèle vivant sur la moitié sud du département, tandis que le Parc Manceau se veut plus spécialisé et vise une zone de chalandise plus large (même si plusieurs enseignes seront implantées sur les deux sites). Enfin, chaque promoteur affirme ne pas vouloir entrer en concurrence avec le centre-ville du Mans et avoir travaillé en ce sens avec les collectivités. Ces précautions seront-elles suffisantes ? La question reste posée.

Catherine Mulatier, directrice du développement chez Altarea, et Raphaël Chevreul, directeur du Family Village "Les Hunaudières".


LES JARDINS DE CHANZY

Taux de réduction d’impôts tel que prévue à l’article 199 septvicies du code général des impôts réservés aux contribuables domiciliés en France qui acquièrent jusqu’au 31 décembre 2011, un logement neuf devant faire l’objet d’une labellisation BBC 2005 destiné à être donné en location à titre de résidence principale moyennant des montants de loyers réglementairement plafonnés pour une durée de 9 à 15 ans selon option. €. Le taux de réduction d’impôt de 22% est conditionné à l’engagement de louer le bien pendant 9 ans. Le taux de réduction d’impôt de 32% est conditionné à l’engagement de louer le bien pendant 15 ans à des personnes dont les ressources n’excèdent pas les plafonds fixés réglementairement. La réduction d’impôt est calculée sur le prix du logement dans la limite de 300 000€.

190X130 ORANGERIE-CHANZYindd.indd 1

24/10/11 11:28:50

LE MANS NORD RETAIL PARC DE 6500 M² Visuel animage3d non contractuel – Cabinet architecte : JP Meignan, Rennes

9 CELLULES DE 488 M² A 2 341 M² A LOUER

à partir de

80 €/m²/an

COMMERCIALISATION

01 53 64 37 74

02 43 24 92 61 maine éco novembre 2011 29


international

Premiers pas à l'international

Quand les petites entreprises peuvent compter sur les plus gr Pas facile de se lancer à l'export, surtout pour les PME. Certaines grandes entreprises leur donnent un coup de pouce pour faciliter leur accès aux marchés internationaux. Témoignages et initiative de la CCI pour créer un réseau de soutien entre entreprises sarthoises.

P

our prospecter à l'international, le laboratoire Biodevas de Savigné-l'Évêque, société de recherche et développement de solutions naturelles alternatives à destination du monde agricole, a embauché un VIE (Volontaire international en entreprise) en Pologne pour démarcher ce pays, la Hongrie et l'est de l'Allemagne. "La prise en charge de l'indemnité mensuelle du VIE par la Région des Pays de la Loire pendant douze mois est vraiment une excellente formule, se félicite le dirigeant, François Blua. Par contre, trouver sur place une domiciliation peu onéreuse pose souvent problème. Nous avions eu un souci pour installer notre VIE au départ. C'est finalement l'entreprise Delkia (filiale de Véolia) à Poznan qui l'a hébergé." Pour son deuxième VIE recruté en 2011 pour démarcher le marché allemand, la petite PME de seize salariés bénéficie

"Nous connaissons bien le système des VIE et y sommes très favorables. C'est aussi notre rôle d'aider le tissu local à exporter", souligne Olivier Michonneau d'Alliance Charcutière.

30 maine éco novembre 2011

d'un hébergement au sein du bureau commercial d'Alliance Charcutière (1), situé à Wiesbaden, près de Francfort. "Nous avons été mis en relation par le conseiller international de la CCI du Mans et de la Sarthe, explique François Blua. Nous sommes très satisfaits de la solution trouvée, d'autant qu'Alliance Charcutière a également un VIE dans cette filiale depuis octobre 2010. D'une part, cela nous permet de réduire nettement les frais. D'autre part, notre VIE - ingénieur agronome - n'est pas seul grâce à la présence de l'équipe d'Alliance Charcutière." "Nous connaissons bien le système des VIE et y sommes très favorables. C'est aussi notre rôle d'aider le tissu local à exporter, souligne Olivier Michonneau d'Alliance Charcutière. J'ai mis en contact François Blua et Jean-Marc Foisnet, le directeur de notre filiale en Allemagne. Pour lui, c'était assez simple de mettre à disposition un bureau équipé, tant qu'il n'en a pas l'utilité. Il a aussi trouvé intéressant d'introduire dans les lieux quelqu'un qui a une ouverture vers le monde de l'ingrédient naturel. Notre groupe est à l'affût de ce qui peut intéresser le consommateur allemand, très orienté produits verts et santé." Alliance Charcutière s'est bien sûr préoccupé des questions de sécurité liées à l'introduction d'une personne étrangère au groupe dans ses locaux. "Nous avons évoqué les aspects contractuels, les responsabilités en cas de problème et le respect de la confidentialité. C'est une expérience à conclure par un petit bilan. Et si ça se passe bien, pourquoi ne pas le proposer à d'autres sociétés ?"

Un groupe comme Alliance Charcutière serait d'ailleurs assez content de béné­ ficier d'une facilité de ce type pour aborder un nouveau marché à l'étranger. "Avoir un relais sur place, partager ses expériences… je suis persuadé de l'intérêt du réseautage", affirme Olivier Michonneau. "La mutualisation des moyens des entreprises pour partir à l'export commence à progresser dans notre pays. Il faut se convaincre et persuader d'autres entreprises de l'intérêt de la démarche." Au niveau national, l'association Pacte PME international vise à promouvoir le portage de PME par de grands groupes. Communication d’informations et de conseils sur les marchés, mise en relation avec des clients et opérateurs, assistance juridique, appui logistique ou mise à disposition de locaux, tutorat de VIE, hébergement sur les stands des grands groupes lors d’expositions à l’étranger… les soutiens sont multiples.

Un réseau d'entraide à l'international en Sarthe "Nous souhaitons initier ce type de démarche en Sarthe, explique Patrick Janot, élu à la CCI et directeur général du groupe LCX au Mans, concepteur et fabricant français d'illuminations festives. Dans un premier temps, un questionnaire a été envoyé aux entreprises sarthoises qui ont une filiale à l'étranger - la CCI en a identifié une quarantaine - pour savoir si elles sont prêtes à aider les entreprises locales qui souhaitent se lancer à l'international. Cette aide pourra revêtir diverses formes : entretien avec le dirigeant, mise à disposition d'un bureau ponctuel­lement


international

Recruter un VIE

andes

La PME peut renforcer son

"C'est la solution idéale, rapide et peu onéreuse. Le jeune VIE est encadré et peut être conseillé. Rien ne vaut le partage d'expériences avec les entreprises françaises déjà installées sur place." Fort de ce constat, il souhaite vivement que le réseau mis en place en Sarthe rencontre le succès au bénéfice de toutes les entreprises qui y participeront. ◗◗ Karine Méteyer Contact CCI : Holger Menkhaus, service international au 02 43 21 00 53

"Nous souhaitons créer en Sarthe un réseau de soutien entre entreprises pour favoriser leur réussite à l'international", explique Patrick Janot, élu à la CCI et directeur général du groupe LCX au Mans.

pour des rendez-vous commerciaux, accueil d'un salarié ou d'un VIE, partage de réseaux (conseiller juridique, comptable, banquier…). En fonction des réponses, nous travaillerons sur une charte pour réglementer les échanges entre les entreprises (règles de bonne conduite, confidentialité…).

Xxxx.

Nous pourrons ainsi mettre en relation ces entreprises avec celles qui sou­ haitent exporter." Patrick Janot connaît l'intérêt de la démarche. Parmi les trois VIE de son entreprise, un est actuellement hébergé à Toronto par le groupe Seb, membre de l'association Pacte PME.

(1) Société de commercialisation des rillettes LBC, des produits de salaison auvergnats Souchon et des produits de saucisses cuites de la société jurassienne Clavière. 500 salariés environ (340 en Sarthe).

équipe en confiant à un jeune diplômé une mission à l'étranger (commerciale ou technique) d'une durée de 6 à 24 mois. Le statut public du VIE (Volontaire international en entreprise) exonère l'entreprise de toutes charges sociales en France. Le VIE permet aux entreprises de réaliser des études de marché, prospecter, renforcer son équipe commerciale locale, accompagner un contrat, créer un bureau de représentation locale, animer un réseau d'agents ou de distribution. Cette formule est gérée par Ubifrance. Dans certaines conditions, l'entreprise peut bénéficier d'un financement unique en France : la prise en charge par la Région des Pays de la Loire de l'indemnité mensuelle du VIE, pour une durée de 12 mois.

CANALI - BURBERRY - SCABAL BARBOUR - PAUL & SHARK MARLBORO CLASSICS VICOMTE ARTHUR HENRY COTTON’S

CHEMISIER HABILLEUR COLLECTION

CANALI

6, rue Saint-Jacques - 3, rue de Bolton LE MANS n 02 43 24 07 03 maine éco novembre 2011 31


32 maine ĂŠco novembre 2011


conjoncture

TENDANCES

Indicateurs économiques 9 € : Smic horaire brut (depuis le 1er janvier 2011) soit un brut mensuel de 1 365 € pour 35 heures hebdomadaires (151,67 h de travail), 1 073 € net. 0,38 % : Le taux de l'intérêt légal est fixé à 0,38 % pour l'année 2011. Ce taux sert de référence notamment pour le calcul des pénalités de retard figurant dans les conditions générales de vente entre professionnels. 1 593 : L’indice du coût de la construction (ICC) s’établit à 1  593 au deuxième trimestre 2011 après 1 554 au trimestre précédent. En glissement annuel, l’ICC augmente de 5,01  %, après une hausse de 3,05 % au premier trimestre 2011. 104,44 : Au deuxième trimestre 2011, l’indice des loyers commerciaux s’établit à 104,44. Sur un an, il est en hausse de 2,56 %.

123,95 : En septembre 2011, l’indice des prix à la consommation (IPC) baisse de 0,1 %, après une hausse de 0,5 % en août. Sur un an, il augmente de 2,2 %. Hors tabac, l’indice baisse également de 0,1 % en septembre 2011 (+ 2,2 % sur un an). Corrigé des variations saisonnières (CVS), l’IPC croît de 0,1 % (+ 2,3 % sur un an). La diminution de l’IPC du mois de septembre provient essentiellement de la baisse saisonnière des prix des services, à la fin de la période estivale, baisse non totalement compensée par la hausse saisonnière des prix des produits manu­ facturés, liée à la fin des soldes d’été, et par celle des prix de l’énergie. Par ailleurs, en raison de la hausse saisonnière des prix des produits frais, les prix des produits alimentaires croissent.

Enquête mensuelle de conjoncture dans l'industrie (Septembre 2011) Selon les chefs d'entreprise interrogés en septembre 2011, la conjoncture industrielle continue de se dégrader : l'indicateur synthétique du climat des affaires se replie de six points par rapport à juillet et se situe juste en dessous de sa moyenne de longue période. L’indicateur de retournement atteint sa borne inférieure, indiquant une conjoncture défavorable. Les entrepreneurs de l’industrie manufacturière estiment que leur activité passée ralentit de nouveau, mais le solde d’opinion reste légèrement supérieur à sa moyenne de longue période. Les stocks de produits finis se reconstituent et sont désormais jugés à un niveau normal. Les carnets de commandes globaux, comme étrangers, continuent de se dégarnir, atteignant leur moyenne de longue période. Les perspectives personnelles pour les prochains mois demeurent proches de leur niveau de longue période. Les perspectives générales, qui représentent l’opinion des industriels sur l’activité de l’industrie dans son ensemble, se replient très fortement. (Source Insee)

Consommation des ménages en GMS BAROMETRE MARKETINGSCAN SEPTEMBRE 2011 Evolution par rapport au mois de l’année précédente

550€

Budget Moyen Mensuel

454€ 450€ 17% 354€ 12%

366€

351€

325€

345€

357€ 330€

308€

326€ 303€

303€

325€

7%

350€

250€

2%

2% 0%

2%

0% -1%

-3%

3%

4%

2%

0% 150€

-2%

-4%

-3%

-7% 50€

-8%

-50€

-13% sept.-10

oct.-10

nov.-10

déc.-10

janv.-11

févr.-11

mars-11

avr.-11

mai-11

juin-11

juil.-11

août-11

sept.-11

Méthodologie du baromètre MarketingScan : Calculé mensuellement, pour les 9 000 foyers panélistes, cet indicateur mesure l’ensemble des sommes dépensées en moyenne par un panéliste MarketingScan, dans 23 GMS d’Angers et du Mans (12 hypermarchés et 11 supermarchés). Cet indice est la combinaison de deux indicateurs : - le panier moyen du panéliste par passage aux caisses (ceci représente le "ticket de caisse du consommateur" qui couvre l’ensemble de ses achats en GMS : alimentation, entretien, hygiène-beauté, textile, bazar, petit-électroménager, disques…) ; - le nombre mensuel de visites. Budget moyen = panier moyen par passage x nombre de visites mensuelles.

L'analyse de septembre Après un été 2011 plutôt mouvementé, caractérisé par de fortes variations, la consommation des ménages se stabilise sur le mois de septembre. Les dépenses des foyers en grandes et moyennes surfaces retrouvent ainsi le niveau qui était le leur en septembre 2010, soit un budget mensuel de 325  €. Pour autant, si ce chiffre ne varie pas, sa construction confirme une tendance déjà observée sur les mois précédents : la fréquence de visites continue de régresser (- 4,2 %). Pour le mois de septembre, cette baisse du nombre de passages en caisses est entièrement compensée par l’augmentation du panier moyen (+ 4,5 %), lui-même tiré vers le haut par les volumes (+ 3,2 %) et, dans une moindre mesure, les prix (+ 1,2 %). Si elle persiste, cette bonne tenue du ticket moyen, dans un contexte d’augmentation des prix, peut faire la différence sur le mois d’octobre. maine maine écoéco novembre janvier 2011 2010 33


d'une communauté de communes…

Le Mans Métropole

Géographiquement au cœur de la Sarthe, la communauté urbaine de Le Mans Métropole fait figure de poumon économique du département. Regroupant le tiers de la population sarthoise sur huit communes, soit plus de 190 000 habitants, ce territoire concentre de nombreuses industries, la majorité des emplois du secteur tertiaire, ainsi que les principales zones commerciales du département. Désormais, cette collectivité intercommunale, dont Le Mans est l’indéniable colonne vertébrale, mise également sur ses atouts touristiques pour séduire un nouveau public.

34 maine éco novembre 2011

© Ville du Mans

Une nouvelle image

D

ès 1972, la Communauté u­rbaine du Mans a été fondée par les élus de la ville du Mans et de sept communes limitrophes : Allonnes, Arnage, Coulaines, La Chapelle-SaintAubin, Rouillon, Sargé-lès-Le Mans et Yvré-L’Évêque. En 2005, la collectivité s’est agrandie en accueillant Mulsanne et a pris le nom de Le Mans Métropole. Elle a en charge de nombreux services et compétences : urbanismes et réserves foncières, logements sociaux, transports en commun, voirie, signalisation et stationnements, collecte et traitement des ordures ménagères, services de l’eau et de l’assainissement…

1 500 entreprises sur 47 zones d’activités Le développement économique fait également partie du champ d’intervention de la communauté urbaine. À cet effet, les élus ont créé Le Mans développement, dont la vocation est d’assurer la promotion économique du territoire, l’accueil et l’accompagnement des porteurs de projets. En s’appuyant sur cet organisme, les responsables politiques ont cherché à attirer de nouvelles entreprises, tout en préservant les activités existantes. Dans cette optique, ils ont choisi de

construire des bâtiments d’accueil, puis d’aménager des sites comme le Monné à Allonnes, la ZA du Polygone ou celle du Panorama au Mans. "Avec les municipalités, nous avons veillé à ce que chaque commune puisse proposer une offre diversifiée", souligne JeanClaude Boulard, président de Le Mans Métropole et maire du Mans. La zone de la Pointe, à Sargé-lès-Le Mans, où cohabitent commerces et PME dédiés au développement durable est l’un des meilleurs exemples de cette politique. Désormais, le périmètre de Le Mans Métropole compte 47 zones à vocation industrielle, artisanale, commerciale ou


à l'autre

conteste, la croissance exponentielle des activités tertiaires et leur implantation durable.

D’une cité ouvrière à une ville de services En une vingtaine d’années, la cité ouvrière, où régnaient les industries automobiles et mécaniques, a connu une profonde mutation pour prendre les habits d’une métropole de services. La décision des autorités municipales de mettre à profit l’arrivée du TGV pour aménager un quartier d’affaires aux abords de la gare, à seulement 55 mn de Paris, a sans conteste joué un rôle majeur dans ce bouleversement. Depuis lors, Novaxis est devenu le fer de lance de l’économie mancelle, attirant de nombreuses sociétés innovantes, comme le GIE Sésam Vitale, Smith and Nephew, NXP, et accueillant le siège des MMA, désormais premier employeur sarthois. 130 000 m2 de bureaux sont aujourd’hui commercialisés et ce chiffre devrait dépasser la barre des 150 000 dans les prochaines années. "Ce quartier bénéficie encore d’importantes réserves foncières, dont le site de l’ancien hôpital psychiatrique", précise le président de Le Mans

Métropole. La technopole de l’université (plus de 6 000 emplois) et le technoparc des 24 Heures font également figure de sites modèles tournés vers les technologies du futur. "Il nous faut d’ailleurs mettre mieux encore en valeur la qualité des établissements d’enseignement supérieur présents sur Le Mans Métropole".

Le trépied commercial Alors que l’économie de Le Mans Métropole entrait de plain-pied dans le XXIe siècle, favorisant l’arrivée d’une population plus aisée et plus urbaine, l’activité commerciale faisait aussi sa révolution. Le développement de la zone Nord, entamé dès les années 70, s’est considérablement accéléré, tandis que les enseignes nationales s’imposent en centre-ville et qu’émerge un pôle comprenant le Centre Sud du Mans, la Zac du Cormier à Mulsanne et Family Village à Ruaudin (qui ne fait pas encore partie de la communauté urbaine). "La dynamique commerciale du territoire s’appuie sur un trépied", résume Jean-Claude Boulard, défendant la prochaine ouverture du Parc Manceau en zone Nord (où s’ouvrira le plus grand magasin français de la

© Ville du Mans

de services, d’initiative privé ou public. Réparties sur les huit communes du territoire, celles-ci accueillent près de 1 500 entreprises représentant plus de 37 000 emplois, dont 12 000 sur la zone industrielle Sud. La zone Nord, qui allie commerce et activités indus­ trielles, accueille aussi plusieurs milliers de salariés et poursuit son expansion. "Nous avons besoin de cet équilibre entre commerce et industrie, car si l’un des moteurs s’essouffle, le second prend le relais pour continuer à tirer le site vers le haut", explique Yann Constans, dirigeant du groupe Elyssa Constructions-CBF (1) et président de l’association Le Mans Nord entreprises qui rassemble 90 entreprises représentant près de 10 000 emplois. "Pour nos adhérents, l’intérêt collectif doit primer sur l'intérêt individuel". Pour sa part, Jean-Claude Boulard affirme  : "Nous avons conservé et même consolidé notre industrie. En nous engageant résolument au côté des entrepreneurs, seuls ou avec le Département, la Région ou l’état, nous avons contribué à pérenniser les sites de Renault, Deutsch (leader des connecteurs de haute performance) ou encore NTN. Dans le cas, de Colart International (Lefranc & Bourgeois), notre soutien financier s’est même traduit par une relocalisation". Aujourd’hui, la collectivité se tourne aussi vers les nouveaux modes de consommation énergétique, encourageant le développement d’une filière de maintenance des éoliennes ou la production de batteries au lithium pour véhicules électriques par l’entreprise E4V qui vient de s’installer dans le quartier de l’université. Cependant, le principal phénomène éco­­nomique observé sur Le Mans Métropole au cours de ces deux dernières décennies, demeure, sans

Jean-Claude Boulard, président de Le Mans Métropole et maire du Mans.

marque d’ameublement et de décoration Alinéa) et l’extension de Family Village. "Avec des structures comme celles-ci, nous pouvons avoir des ambitions régionales en attirant plus encore de consommateurs au-delà du département", assure le président de Le Mans Métropole, évoquant aussi la construction d’un hypermarché Leclerc à Bener qui viendra compléter le maillage commercial du territoire. "Le Parc Manceau, avec Auchan, sera la seconde locomotive de la zone Nord", ajoute Yann Constans ne doutant pas que les aménagements de voirie en cours garantiront la fluidité du trafic sur le site. Même s’ils ne désapprouvent pas ces projets, certains commerçants craignent que ceux-ci ne portent préjudice à l’activité du centre-ville. "Il faut que le cœur de ville puisse mieux encore se distinguer pour préserver et renouveler sa clientèle, affirme le coiffeur Gilles Guerchet, qui possède sept salons sur la métropole. Il doit, en particulier, pouvoir profiter des ouvertures successives du complexe culturel des Jacobins en 2013, puis de la seconde ligne de tramway en 2014 qui s’accompagnera maine éco novembre 2011 35


d'une communauté de communes…

"Le commerce doit être encore mieux associé à la vie des quartiers", souligne Gilles Guerchet qui possède sept salons de coiffure sur Le Mans Métropole.

de la restructuration de la place des Jacobins". À l’évidence, les toutes prochaines années seront cruciales pour

le commerce de centre-ville qui va devoir s’adapter, imaginer de nouvelles offres, appréhender différemment les attentes et les déplacements du public. Déjà, commerçants et élus ont observé, ces dernières années, un rééquilibrage de la consommation entre le cœur de ville et des quartiers manceaux de plus en plus dynamiques et complémentaires. Gilles Guerchet, qui s’investit dans plusieurs unions commerciales de quartier souligne cette revitalisation. "Pour consolider ce phénomène, il faudrait que le commerce soit mieux encore associé à la vie des quartiers. Dans ce but, il serait intéressant de fédérer les groupements de commerçants et les associations locales. Nous pourrions alors développer des manifestations comme celles qui sont organisées

dans le centre et rencontrent un beau succès à l’image de la Fashion week ou de la semaine gourmande". C’est une certitude : Le Mans Métropole connaît depuis quelques années une forte croissance économique et cette réussite est évidemment la conséquence du développement des voies routières et ferroviaires. "La situation du Mans et de son agglomération est exceptionnelle !", affirme Yann Constans. Peu de capitales départementales peuvent en effet se targuer d’être au carrefour d’une étoile autoroutière à cinq branches et à moins d’une heure de Paris en train. L’attractivité du territoire se trouve aussi renforcée par les remarquables efforts qui ont été menés pour améliorer l’image du Mans et de sa région.

"Aujourd’hui, les Manceaux aiment leur ville. Ils en sont les meilleurs ambassadeurs et contribuent ainsi à son développement", affirme le président de Le Mans Métropole dont le prochain défi devrait être l’intégration de Ruaudin et Champagné, voire d’autres communes dans la communauté urbaine pour que celle-ci dispose de moyens supplémentaires pour affronter les nouveaux enjeux économiques. ◗◗ Emmanuel Chevreul (1) Elyssa Constructions-CBF est principalement implanté sur les secteurs de la construction (gros œuvre, maîtrise d’ouvrage, menuiserie bois et aluminium, serrurerie, sols, peinture, plâtrerie…), de l’immobilier, de l’environnement (collecte et valorisation de déchets), de l’ingénierie. Il a notamment repris les activités de l’entreprise Fournigault.

Tourisme

Le mariage de l’histoire, de la nature et du sport

En parallèle, l’Arche de la nature, sur 450 hectares, accueille chaque année près de 500 000 visiteurs qui apprécient aussi les promenades le long des bords de la Sarthe ou de l’Huisne. Une sensation de vivre

36 maine éco novembre 2011

entre ville et campagne que le Boulevard nature, véritable ceinture verte de l’agglomération, en cours d’aménagement, viendra renforcer. "Nous voulons que Le Mans Métropole devienne la première destination de week-end des Parisiens, affirme le président de la collectivité. Pour atteindre ce but, nous pouvons nous

appuyer sur des professionnels de l’hôtellerie dont nous devons renforcer l’implication, ou encore sur des réseaux de personnalités vivant au Mans ou sur Paris". Prochaine étape : le classement de la Cité Plantagenêt au Patrimoine mondial de l’Unesco.

© Ville du Mans

"Il y a encore dix ans, toute la communication de la ville était centrée sur les 24 Heures, rappelle Jean-Claude Boulard. Sans renier cet événement dont le retentissement international reste unique et notre attachement fort à la culture sportive, nous avons fait le choix de mettre en valeur deux autres atouts exceptionnels : la Cité Plantagenêt et de nombreux espaces naturels aux portes de la ville". Ainsi, grâce aux initiatives menées par les élus et de nombreux acteurs locaux, la métropole mancelle propose, tout au long de l’année, un impressionnant programme de manifestations et spectacles populaires et originaux comme les Chimères, Le Mans fait son cirque, Entre cours et jardins, la 25e heure du livre, l’Europa Jazz et bien d’autres encore.

L'Arche de la nature qui s'étend sur 450 hectares, accueille chaque année près de 500 000 visiteurs.


Vous êtes unique, votre Solution Informatique aussi

DÉVELOPPONS NOS COMPÉTENCES LE PROGRAMME DE FORMATION BUREAUTIQUE 2012 EST SORTI Pour choisir la bonne formation, évaluez-vous ! Consulter le planning, les contenus et l’évaluation sur notre site internet : www.conty-informatique.com Pour tout renseignement complémentaire Demandez Véronique Salomez au 02.43.82.06.63 Ou par mail à veronique.salomez@ets-conty.fr

6 rue de Provence 72190 SAINT PAVACE Tel 02.43.82.06.63 Fax 02.43.82.82.43

Parc d’activité de l’Océane 8 rue Claude Chappe 53950 LOUVERNE Tél 02.43.91.55.20 Fax 02.43.26.25.53

42 Bis rue Lazare Carnot 61000 ALENCON Tel 02.33.81.17.71 Fax 02.33.28.11.53

Libérateur d'énergie

Mail : accueil@ets-conty.fr

NV 200

PRIMASTAR

À VOTRE DISPOSITION une gamme de fourgons de 4,2m3 à 17m3

www.seguin-trucks.com VOLVO TRUCKS

Depuis 1968

U

NO

ATLEON

1

01

É2

UT

VEA

CABSTAR

NV 400

NOUVEAU DISTRIBUTEUR NISSAN UTILITAIRES DANS LA SARTHE NISSAN TRUCKS

GARAGE DES ETANGS CHAUDS 421 av. du dr Jean-Mac - Rte de Parigné l’Evêque - LE MANS Tél. 02 43 50 24 50 - Fax 02 43 50 38 91

maine éco novembre 2011 37


25/10/11 16:47

Votre partenaire Formation Continue vous informe VOUS AVEZ DES PROJETS DE FORMATIONS ?

QUELQUES EXEMPLES DE NOUVEAUTES EN 2012 :

Nos conseillers sont à votre disposition  pour  vous  aider  dans  le  choix  de  formations  répondant le mieux à vos besoins et objectifs :  de la formation INTER (plusieurs salariés d’entreprises regroupés) à l’INTRA (des formations  «sur-mesure» répondant à vos besoins). Formation Continue CCI *

7 avenue des Platanes - 72100 LE MANS Tél : 02 43 50 29 51 - Fax : 02 43 86 80 26 http://idfc-cel.cciformation.net * Anciennement IDFC CEL 38 maine éco novembre 2011

- Le  recrutement  :  un  enjeu  majeur  pour  l’entreprise - Améliorer  votre  expression  écrite  (certification Voltaire) - Mettre en place les entretiens professionnels - Les fondamentaux de la gestion d’entreprise    

   

   

   

Notre catalogue INTER 2012 est en ligne

CREATION LINER COMMUNICATION - 02 40 20 10 20

CREATION LINER COMMUNICATION - 02 40 20 10 20

CRCI taxe d'apprentissage 2012 anpr le mans A5.indd 1


formation

Responsabilité sociale et environnementale

Une nouvelle formation pour les entreprises La Chambre de commerce et d'industrie, via son Institut supérieur d'ingénierie d'affaires (Isialm), organise un cycle de formation de 22 jours réparti sur une année, ouvert aux dirigeants et managers, pour réfléchir aux enjeux du développement durable et mettre en place une démarche de Responsabilité sociétale de l'entreprise (RSE).

Nelly Maffre, responsable d'affaires chez Citéos, a participé à l'élaboration de la formation RSE.

M

ême si le sujet commence à être galvaudé, rappelons que la responsabilité sociétale est une démarche de progrès qui s'inscrit dans une recherche de performance globale de l'entreprise. Elle pousse à remettre en question les pratiques des organisations qui s'y engagent : conditions de travail, qualité du dialogue social, environnement, choix énergétiques, modes de production, bonnes pratiques dans les affaires… La RSE se traduit par la volonté de l'organisation d'assumer la responsabilité et l'impact de ses décisions et activités sur la société et sur l'environnement, et d'en rendre compte. "Nous intégrons toujours la dimension développement durable dans nos réponses aux appels d'offres", explique Nelly Maffre, responsable d'affaires chez Citéos, entreprise spécialisée dans l’éclairage public, les illuminations festives et les équipements urbains dynamiques au sein de la société Garczynski Traploir. "L'approche environnementale est systématique dans notre activité. Non seulement nous travaillons sur la performance des installations d'éclairage, mais aussi sur la maîtrise des consommations d'énergie des collectivités. Nous réalisons égale-

ment des bilans carbone pour estimer l’impact environnemental de nos propositions et projets. Par ailleurs, nous échangeons aussi avec des associations environnementales, comme l'Association nationale pour la protection du ciel et de l'environnement nocturne, poursuit la responsable d'affaires. Sur le plan social, nous faisons appel à des Esat ou à des personnes en difficulté pour des missions spécifiques."

Une formation en phase avec l'entreprise L'approche développement durable est véritablement ancrée dans la culture de l'entreprise, pas étonnant donc que Véronique Gendron, la chef d’entreprise de Citéos et sa collabo­ratrice Nelly Maffre, aient alors participé à l'élaboration de la nouvelle formation sur Le Mans intitulée "Responsabilité sociale et environnementale". Lancée à l'initiative de la CCI, cette formation a pour ambition d'engager les entreprises sur la voie d'une compétitivité durable associant logique économique, responsabilité sociale et environnementale. "L'idée est intéressante de proposer une formation alternant théorie et pratique, le tout étalé

sur un an, permettant ainsi au chef de projet d'avancer par étape et de commencer à mettre en œuvre la démarche RSE dans son entreprise, avec le regard d'un spécialiste extérieur et un tutorat individualisé", commente Nelly Maffre. "De plus, dans la phase de réalisation du projet, l'entreprise peut disposer de modules de formation selon les besoins spécifiques du plan d'actions et en fonction de son avancée." Ainsi, le chef de projet reste toujours en phase avec son entreprise. Précisons pour terminer que la formation est éligible aux différents dispositifs du plan de formation de l'entreprise et au Dif (droit individuel à la formation). ◗◗ Maryse Gauthier Contact Isialm : Véronique Zerr au 02 43 50 25 85

[Une formationaction] - Audit et diagnostic stratégique RSE dans l'entreprise par un expert agréé Afnor (3 jours). - Fondamentaux de la démarche RSE appliqués au modèle économique de l'entreprise par des experts/intervenants / tuteurs (10 jours). - Retour en entreprise avec accompagnement tutoré à distance. - Apport de modules opérationnels complémentaires liés au projet RSE de l'entreprise (9 jours). - Bilan opérationnel du projet. maine éco novembre 2011 39


Lu pour vous dans la presse La région Pays de la Loire, championne de l'hypermarché... et de la vente sur marché traditionnel

L'industrie embauche encore : 63 000 postes à pourvoir

Insee Pays de la Loire : Informations statistiques - N°421 Septembre 2011

Ingénieurs, techniciens, commerciaux… les entreprises continuent à recruter. Plus de 63 000 postes seront créés d’ici à la fin de l’année par les entreprises industrielles et leurs sociétés de services. Enquête exclusive réalisée par L'Usine Nouvelle. Découvrez les méthodes employées pour attirer les meilleurs candidats.

Dans le commerce de détail, la région des Pays de la Loire se situe au 18e rang pour le nombre d'établissements rapporté à la population résidente. La vigueur du commerce régional est plutôt à chercher du côté des hypermarchés, en particulier en Vendée, en Loire-Atlantique et en Sarthe. Mais cette propension de la région pour les surfaces de vente de plus de 2 500 m2 n'empêche pas une présence marquée d'établissements sur les marchés traditionnels qui la place en tête des régions françaises. En revanche, la région offre peu de place au commerce de proximité.

Notre compétitivité s'effondre Enjeux Les Échos - N° 283 Octobre 2011

Solde commercial dans le rouge, exportations en chute libre, manque de grosses PME... les mauvais résultats de notre économie ne sont pas dus qu'à la crise : notre industrie se délite et reste à la traîne de son homologue allemande. Comment remonter la pente ? Le point sur les "sept plaies de l’économie française" et "les atouts de celles qui réussissent".

Boostez votre trafic web Chef d’entreprise Magazine - N° 62 Octobre 2011

De nombreux outils sont à votre disposition pour générer du trafic qualifié sur votre site Internet : référencement naturel, publicité en ligne, e-mailing commercial et newsletter. Le référencement naturel est une solution complexe à mettre en œuvre. D’autant que Google a apporté, cet été, des modifications à son moteur de recherche, changeant ainsi quelque peu la donne. Conseils pour maîtriser des techniques permettant de rendre son site durablement visible. 40 maine éco novembre 2011

L’Usine Nouvelle - N° 3253 15 septembre 2011

La météo des métiers avec Pôle emploi Ouest France - 23 septembre 2011

Pôle emploi Pays de la Loire dispose désormais d'un observatoire de l'emploi dans la région. Il s’agit, à travers le site www.observatoireemploi-paysdelaloire.fr, de mieux faire connaître les tendances du marché du travail et de l'emploi dans la région, les départements et les différents bassins de vie. L'outil s'adresse à la fois aux acteurs de l'économie, au grand public, aux entreprises et aux demandeurs d'emploi.

L’auto-entrepreneur cherche encore sa place Problèmes économiques - N° 3026 14 septembre 2011

L’auto-entrepreneur est-il un véritable entrepreneur ? Tout d’abord, tirer un revenu d’une activité indépendante n’est pas suffisant pour être considéré comme tel. Ensuite l’auto-entrepreneur est mal armé face aux bailleurs et aux créanciers. Il n’est pas non plus à proprement parler un générateur de croissance car son statut, notamment la limitation du chiffre d’affaires, rend l’expansion de son entreprise particulièrement difficile.

Les ouvriers meurent toujours plus tôt que les cadres La Tribune - 5 octobre 2011

Selon une étude de l'Insee, l'espérance de vie s'accroît, mais

les inégalités sociales face à la mort perdurent. En 25 ans, les hommes de 35 ans ont gagné cinq années d'espérance de vie et les femmes quatre années et demie. L'étude de l'Insee précise également que si toutes les catégories sociales ont profité de ce progrès, les écarts entre cadres et ouvriers perdurent. Les hommes cadres vivent en moyenne 6,3 années de plus que les hommes ouvriers.

Le vélo électrique tente de s’imposer Les Échos Entrepreneur 20 septembre 2011

Développement durable, mobilité urbaine : qu’il s’agisse de répondre à une préoccupation écologique ou pratique, le vélo électrique a tout bon ! Encore discret dans les rues, ce vélo semble avoir de l’avenir, comme le prouvent les nouvelles entreprises exploitant le concept. Ses atouts sont nombreux : pratique, écologique… mais moins fatigant que le vélo classique, ce nouveau venu tente de séduire une génération d’urbains en quête d’alternative pour se déplacer.

Où va Twitter ? L’Entreprise - N° 303 Septembre 2011

Tout juste cinq ans après sa création aux États-Unis, le site de microblogging Twitter est devenu un des services web les plus populaires au monde. Mais, pour son PDG Dick Costolo, la plate-forme n'a rien d'un média social. À quoi sert-elle alors ? À se montrer, à discuter entre initiés, à se tenir informé, à faire de la veille, à partager des infos, à mesurer la puissance de son réseau ? Un peu tout cela à la fois. La start-up californienne cherche pourtant encore son modèle économique.

Automobile : l’écart se creuse entre grands et petits sous-traitants Les Échos - 11 octobre 2011

Les équipementiers automobiles font preuve de plus d’optimisme qu’il y a deux ans. Après la tempête traversée par le secteur en 2009, les chiffres

de la profession se sont nettement redressés. Au premier semestre, les ventes des usines françaises d'équipement automobile ont progressé de 10 %, à 10,1 milliards d'euros. En 2010, le chiffre d'affaires, première monte et rechange confondus, avait déjà remonté de 14 % à 17,9 milliards d'euros, un niveau toutefois encore nettement inférieur à celui d'avant la crise (24,1 milliards en 2005). Ces statistiques cachent pourtant une fragilité toujours aussi nette du tissu de petits sous-traitants.

Bien négocier son contrat d’affacturage L’Usine Nouvelle - N° 3252 22 septembre 2011

Au premier semestre 2011, 84,7 milliards d'euros de créances ont ainsi été financés par les sociétés d'affacturage en France. La cession de créances permet aux entreprises de financer leur croissance. Pour y parvenir, un contrat bien établi offre une meilleure maîtrise des coûts.

Le courrier publicitaire fait de la résistance Les Échos - 19 septembre 2011

Dans la panoplie marketing, le courrier n'a pas dit son dernier mot. En 2010, mailings personnalisés et imprimés déposés dans les boîtes aux lettres se sont bien tenus. L'étude "Les Français et le courrier publicitaire", que vient de réaliser TNS Sofres, a d'ailleurs montré que les deux tiers des 15 à 34 ans apprécient de recevoir des mailings qui leur sont adressés. Un taux supérieur à la moyenne de la population. Mais, pour émerger, encore faut-il que la marque trouve de nouveaux chemins pour s'adresser au public. À l'heure où les réseaux sociaux font l'actualité permanente, le ton doit évoluer, tout comme le profil des consommateurs à toucher. Les entreprises ont aussi adapté leurs usages.

L'hôtellerie française a le vent en poupe Les Échos - 20 septembre 2011

L'hôtellerie française s'apprête à boucler une année 2011 record en


termes de rentabilité opérationnelle et s'achemine vers une nouvelle croissance en 2012. Même s'ils pronostiquent une décélération, la plupart des experts affichent leur optimisme quant aux perspectives du secteur pour les mois à venir, en dépit des nuages menaçants sur le plan conjoncturel.

Les secrets des as de la vente Chef d'entreprise magazine - N° 61 Septembre 2011

Certaines entreprises parviennent à dépasser leurs objectifs de chiffre d'affaires. Leurs commerciaux, particulièrement efficaces, conquièrent chaque jour davantage de nouveaux clients, managés par un chef des ventes (ou un dirigeant) qui sait tirer le meilleur parti de ses équipes. Ces dernières ont, en outre, parfaitement intégré les enjeux liés au web dans leur stratégie et leur réflexion quant à l'évolution de leurs affaires à court et moyen termes. Résultat, ces as de l'efficacité commerciale distancent leurs congénères.

La France automobile se désindustrialise, la balance commerciale plonge La Tribune - 28 septembre 2011

Les investissements des constructeurs dans l’Hexagone ont plongé de 60 % en dix ans. Les effectifs ont dégringolé de 28 %. Conséquence : le commerce extérieur s’effondre. Le taux de couverture des importations de voitures neuves par les exportations atteint à peine 68 %.

M-commerce, décollage immédiat ? Chef d'entreprise magazine - N° 61 Septembre 2011

Le m-commerce connaîtra-t-il le même succès que l'e-commerce ? Encore au stade du balbutiement, le commerce sur mobile a néanmoins déjà séduit 3,3 millions de mobinautes français et dispose d'un énorme potentiel de croissance. Marché au potentiel de développement important, le m-commerce devrait dépasser les

13 milliards d'euros en France en 2015, contre 500 millions d'euros en 2010. Pour autant peu d'enseignes semblent avoir pris la pleine mesure du potentiel de croissance de ce nouveau canal de vente.

Photovoltaïque, attention, danger ! L’Usine Nouvelle - N° 3253 15 septembre 2011

Les panneaux solaires se multiplient sur les toitures des bâtiments industriels. Un essor qui ne va pas sans son lot de questions sur la sécurité des installations. Tour d'horizon des bonnes pratiques pour protéger les salariés, les intervenants (secours, maintenance) et l'appareil de production : évaluer les risques, miser sur les labels, faciliter les interventions d'urgence et choisir la bonne assurance.

Le cloud peine encore à convaincre les entreprises Les Échos - 5 octobre 2011

Le cloud computing est à la mode. Pourtant, les entreprises françaises rechignent encore à se convertir complètement à cette nouvelle technologie, qui permet de gérer son informatique à distance, via Internet, et en fonction des besoins. En moyenne, seuls 12 % à 24 % des responsables informatiques interrogés ont migré une partie de leurs systèmes d'information dans "les nuages". La plupart du temps, cela concerne des applications logicielles simples, comme la messagerie. À l'inverse, entre 18 % et 27 % des entreprises françaises n'envisagent tout simplement pas d'adopter ce nouveau modèle de gestion de l'informatique.

Les services marchands en 2010 : retour de la croissance Insee Première - N° 1366 Septembre 2011

En 2010, les services marchands renouent avec la croissance. Leur activité progresse de 2,3 % en volume, effaçant une année de récession (- 2,2 % en 2009). La

INFOSCOPE Un outil précieux pour suivre l'actualité sans perdre de temps

Deux fois par mois... Informez-vous sur la vie des entreprises sarthoises. Accédez à l'essentiel de la presse économique et professionnelle avec les synthèses extraites de plus de 50 titres. Découvrez les études et ouvrages reçus au Centre d’information économique. Consultation gratuite. Abonnement annuel : 60 euros TTC Intégralité des articles sur demande Centre d’information économique CCI du Mans et de la Sarthe - Tél. 02 43 21 00 00

plupart des branches se redressent, alors qu’elles reculaient presque toutes l’année précédente. Piliers de la croissance des services, les télécommunications, les services informatiques et la location immobilière ont été moins affectés par la crise. L’emploi global augmente de 2,2 % en 2010 (après -3 %) et retrouve son niveau de 2007. L’activité des services marchands est soutenue par la demande des entreprises qui progresse de 3 %.

De nouvelles initiatives pour pousser les PME à l’international Les Échos - 12 octobre 2011

La France compte 94 800 exportateurs soit quatre fois moins qu’en Allemagne. Pierre Lellouche, secrétaire d’État au Commerce extérieur, a annoncé de nouvelles mesures de soutien. Coface va proposer un volet additionnel à son assurance prospection visant à couvrir spécifiquement les primo exportateurs

contre l’échec d’une prospection à l’étranger. L’autre axe de travail consiste à inciter les grandes entreprises à embarquer leurs soustraitants français à l’international.

Explosion des créations d'entreprises chez les paysagistes Les Échos - 27 septembre 2011

Le nombre d'entreprises du secteur a augmenté de 32 % en deux ans. La très vaste majorité ne compte aucun salarié et désormais, le secteur est constitué à 61 % d'entreprises individuelles contre 35 % en 2006. Cette explosion des créations d'entreprises (43 % des sociétés du secteur ont moins de cinq ans) s'explique par le boom des services à la personne (les petits travaux de jardinage). Il renforce la prédominance des particuliers comme principale clientèle (42 % du chiffre d'affaires du secteur) et bénéficie d'un autre soutien : les jardins des particuliers fortunés, peu affectés par la crise. maine éco novembre 2011 41


maine découvertes

La Scierie Mobile de l’Ouest

Lionel et sa drôle de machine À l’heure où le nombre de scieries sarthoises se réduit d’année en année pour ne plus se compter que sur les doigts d’une main, il reste un métier peu connu, celui de scieur mobile, qui trouve encore sa place dans un monde agricole en pleine mutation. Il reste très peu de travailleurs du bois itinérants en France et encore moins en Sarthe. Deux seulement pratiquent encore cette activité. Passons quelques moments auprès de l’un d’entre eux, Lionel Delaroue, pilote d’un étrange attelage.

42 maine éco novembre 2011

Un groupe électrogène Diesel donne toute la puissance nécessaire à Lionel Delaroue pour faire fonctionner sa machine.

A

près une première vie comme camionneur, j’ai aidé M. Fléchet, il y a vingt ans, à mettre en service une machine à scier mobile pouvant traiter des grumes mesurant jusqu’à 13 m de long pour un diamètre de 1,10 m. Après son départ pour l’Afrique, je la lui ai rachetée car elle était en très bel état et je voulais faire ce métier qui m’attirait". L’homme, Sarthois depuis toujours, est affable, la voix est douce et les yeux clairs ont du mal à cacher une gentillesse naturelle. Son statut social est répertorié sous le nom de scieur. Mais il est mobile, c’est-à-dire que c’est lui qui se déplace au moyen d’un authentique 4x4 qui tracte un long attelage fait de roulements, d’un portique abritant une longue lame circulaire et de puissants crochets latéraux. L’ensemble du dispositif est mu par un moteur alimenté

grâce à un groupe électrogène embarqué dans le véhicule. Sa machine, il la connaît presque par cœur pour l’avoir démontée à maintes reprises afin d’en changer telle ou telle pièce. Ses clients sont principalement des agriculteurs, mais également des particuliers ainsi que des mairies.

Un débitage à façon Lionel Delaroue intervient lorsque les quantités à traiter sont minimes et qu’elles ne justifient pas l’intervention d’un marchand de bois qui ne se déplacera pas pour trois ou quatre billes. Ses clients, après avoir trié les bois destinés au chauffage, préfèrent le faire débiter - c’est-à-dire le faire couper en longueur - eux-mêmes par un scieur mobile. Même si les jeunes agriculteurs font réaliser leurs

constructions de bois par des sociétés spécialisées, nombre d’entre eux entretiennent ou réalisent leurs hangars ou les construisent. "Tant qu’il y aura des agriculteurs qui bricoleront, j’aurai du travail, mais la tendance actuelle est de faire faire, pourtant cela coûte cher. Celui qui possède du matériel peut le rentabiliser facilement en faisant débiter son bois et en construisant lui-même ce dont il a besoin". Lionel Delaroue travaille toutes les essences régionales comme le chêne, le hêtre, le pin maritime, le douglas, l’épicéa, le charme, l’acacia, le châtaignier mais aussi celles venues d’ailleurs comme le séquoia, très à la mode au XIXe siècle et souvent planté dans les parcs des grandes propriétés. Pour preuve, la mairie de Marolles-les-Braults lui a fait débiter de grands troncs de séquoia qu’elle a ensuite fait transformer en


maine découvertes

bancs et tables pour agrémenter son jardin public. "J’aime le douglas car c’est un arbre à bon rendement, il est exploitable à 80 %, il est droit comme un crayon et l’écorce qui recouvre l’aubier n’est pas épaisse". Il aime moins travailler certains arbres comme le frêne, filandreux et très dur qui encrasse les lames et fait peiner le moteur. C’est un bois principalement de menuise et de charpente. En revanche, le chêne demeure l’arbre noble par excellence et l’odeur qu’il dégage à la coupe est inégalable. Charpentiers et menuisiers font également souvent appel à ses services car ils apprécient la grande souplesse du système. Il intervient dans tous les départements limitrophes car le bois est actuellement très cher ; le chêne ou le hêtre valent environ 1 000 € le m3, alors qu’il faut en compter 600 pour le douglas. La longue lame en ruban peut tailler des planches de toutes épaisseurs. Le plus souvent, il les coupe à 40 mm, mais il lui faut prévoir la rétractation due au séchage qui les fera diminuer d’environ 2 mm par an. Il est à noter que le chêne se rétracte moins que les bois tendres.

Un fer à cheval digéré par un chêne ! Ses principaux ennemis sont les cailloux. En effet, lors du débardage, les grumes ramassent des pierres qui se fichent entre le bois et l’écorce ce qui occasionne de graves dommages aux lames. "J’ai trouvé une fois un fer à cheval qui était dans le milieu d’un tronc de chêne. J’ai pu dater l’arbre d’environ 150 ans grâce aux cernes qui déterminent l’âge sur la tranche. Quelqu’un avait dû accrocher le fer à une branche et le bois l’a totalement digéré, le faisant complètement dispa-

raître ! J’ai eu de la chance car la lame n’a fait que l’effleurer". En fonction du travail à fournir, il reste une ou plusieurs journées "sur zone". Il peut travailler dix à quinze m3 par jour, ce qui correspond environ à dix-huit billes, c’est-à-dire à dix arbres entiers. C’est un spectacle peu commun que d’observer cet homme qui pilote son engin à l’aide de manettes. Il ne manque que les mouettes à ce capitaine pour l’imaginer sur la passerelle d’un cargo en plein amarrage. Les gestes sont aussi précis que la manœuvre est délicate !

région ; dans le Sud du département de la Sarthe, cette essence est toujours présente sur les communes de Challes, Volnay ou dans le Belinois. Lionel transforme les billes en planches, en poteaux, en pièces pour charpente, en lisses pour clôtures, etc. Depuis le classement en zone Natura 2000 de la région de Saint-Léonard-des-Bois, les agriculteurs n’ont plus le droit d’utiliser des traverses de chemin de fer pour le parcage des animaux. Notre scieur se déplace pour couper des perches de châtaignier destinées à construire

Débitage de madriers en pin douglas sur le site de l’Atelier protégé du Livet, à Chérancé, dans la Sarthe.

C’est un métier dur, surtout en hiver. Il demande beaucoup de concentration car la matière qu’il travaille vaut cher et il n’y a que peu de place pour les erreurs. Lionel n’est en aucune mesure bûcheron, mais il est très au fait du monde de la forêt. Il sait que l’on doit couper à la pleine lune pour que les vers ne se développent pas. De plus, cette période d’abattage permet une meilleure repousse.

Une clientèle fidèle On exploite un chêne à partir de 100 ans, un douglas entre 20 et 35. On cultive encore le châtaignier dans notre

des parcs de contention. Le débitage, se fait en plots, c’est-à-dire avec l’écorce. Sa fidèle clientèle fait appel à lui tous les deux à trois ans. En plus du bouche-à-oreilles, il se fait connaître par de petits encarts publicitaires qu’il fait paraître dans les hebdomadaires locaux ainsi que dans différents journaux agricoles. Il animait aussi souvent les comices agricoles mais, ceux-ci, comme beaucoup de traditions paysannes tendent à disparaître. Il travaille sur devis qu’il fait... par téléphone ! "Je prends 60 € hors taxes au m3, le client me donne approximativement la taille et le nombre, et j’en déduis le cubage. Quand j’arrive, je vérifie instantané-

ment si je ne me suis pas trompé et si les chiffres qui m’ont été annoncés étaient vrais. Cela se passe très bien en général". Pour d’évidentes raisons pratiques et de sécurité, il est fortement conseillé de posséder un engin pour approcher et enlever les bois. Majoritairement, Lionel a affaire à des gens qui connaissent bien le bois, mais il lui arrive de les conseiller pour leur éviter certaines erreurs, comme celle de faire débiter des planches dans un bois noueux. Les nœuds sont moins visibles dans un poteau de 15x15 cm que dans une volige (planche). À fréquenter cet homme des bois, on apprend que la base d’un arbre se nomme la bille de pied, la partie supérieure, la première bille et la dernière, avant le faîtage, la surbille. Il peut s’enorgueillir, même si ce n’est pas le style du bonhomme, d’avoir débité deux chênes âgés de 300 ans, issus de la prestigieuse forêt de Bercé. C’est ainsi que la lame de son imposante machine trancha de grandes poutres dans ces vénérables grumes, poutres qui servirent à la charpente du théâtre de Douai. Si vous avez du bois et des idées pour sa transformation, n’hésitez pas à faire appel à un métier original, celui que pratique depuis plus de vingt ans Lionel Delaroue. Il vous sera de bon conseil et vous verrez qu’il n’y a pas que le bois qui travaille… ◗◗ Texte et photographies : Gilles Kervella Contact : La Scierie Mobile de l’Ouest, Lionel Delaroue Les Ruaudières 72380 Joué-l’Abbé Tél. : 06 09 35 77 12

maine éco novembre 2011 43


Opportunités d’affaires Annonces commerciales 722C2106 BOULANGERIE-PÂTISSERIE Proche grande ville affaire de village propre, lumineuse et bien tenue. Qualité de vie. Logement idéal famille. Prix 165 000 €. Achat murs possible. Chatellier Cabinet de Commerces Tél. 02 43 52 04 04 723C2105 ALIMENTATION Multiservices boutique 100 m2 + réserve. Grand logement 180 m2 avec jardin. Idéal pour famille. Prix fonds 90 000 €. Possibilité achat murs 120 000 €. Chatellier Cabinet de Commerces Tél. 02 43 52 04 04 722H1518 BAR-RESTAURANTÉPICERIE-DÉPôT DE PAIN Dans petit village multiservices avec salle 80 couverts en banquet. Restaurant traditionnel 35 couverts. Affaire idéale pour couple. CA 190 000 €. Logement F4. Loyer 590 €/mois. Prix fonds 95 000 €. Me Lecoq Michaël Tél. 02 43 44 00 28 722C2091 SUPÉRETTE Affaire dans centre petite ville. Surface magasin 140 m² + réserve. Face à parking. CA 204 000 €. Logement F4. Prix fonds 94 150 € FAI. Century 21 Harmony Tél. 02 43 24 67 06 724H1520 BAR-BRASSERIE-RESTAURANT Vds affaire dans secteur touristique chef lieu de canton. Très bon état avec salle 35 couverts. Grande terrasse 50 places. Grand logement. Prix fonds 120 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 722C1796 LIBRAIRIE-PAPETERIECADEAUX-JEUX Idéalement située en cœur de village sur place principale, affaire au CA bien équilibré. Agencement en bon état et informatisation pour meilleure rentabilité. Logement. Prix 75 000 €. Chatellier Cabinet de Commerces Tél. 02 43 52 04 04 44 maine éco novembre 2011

723H1479 BAR-TABAC-PRESSE-LOTO-RAPIDO Affaire de quartier très bien placée, idéale pour exploitant dynamique. Bail neuf. Fermé mercredi + dimanche AM. Logement. Prix 280 000 €. Chatellier Cabinet de Commerces Tél. 02 43 52 04 04

721H1516 BAR-SNACK-LOTO Vds fonds avec parking privé et logement F5. Le tout en parfait état. Sans contrat brasseur. Fermé samedi AM et dimanche. Disposer 40 000 €. Century 21 Harmony Tél. 02 43 24 67 06

724H1522 BAR-BRASSERIE-RAPIDO Affaire en centre-ville en très bon état, idéale pour couple. Belle rentabilité. Logement. Prix fonds 221 000 €. Chatellier Cabinet de Commerces Tél. 02 43 52 04 04

722H1519 GÉRANCE BAR-HÔTEL-RESTAURANT Urgent recherche locataire-gérant pour gestion hôtel 3* de 40 chambres et restaurant 60 couverts, 3 salles de séminaires et bar moyennant versement redevance. Mme Tison Tél. 02 43 54 80 42

722C2095 GARAGE AUTOMOBILE Fonds situé entre Laval et Le Mans proche autoroute. Activité dépannage, mécanique, carrosserie à développer ainsi que le VO. CA 260 000 €. Prix 164 600 € FAI. Agence Luc Sury SA Tél. 02 43 53 53 55 721C2103 REPASSAGE-RETOUCHE Vds centre-ville fonds avec bonne clientèle. 10 ans d'ancienneté. Pas de salarié. Prix 35 000 €. Me Drouet-Lemercier Nathalie Tél. 02 43 23 67 67 721C2100 BUREAUX Proche centre-ville, bureaux 185 m2, 1er étage équipé informatique, idéal activité prestations de services, bureau études, informatique... Très bon état. Parking. Libre de suite. Loyer 1 300 €/mois. Achat murs possible. Me Leblanc Jean-Maurice Tél. 02 43 21 20 19

721C2098 COIFFURE Affaire idéale 1ère installation sans salarié située en centre-ville sur axe passager. Loyer 728 €. Prix fonds 58 000 €. Me Leblanc Jean-Maurice Tél. 02 43 21 20 19 721C2099 PAS-DE-PORTE Pas-de-porte tout commerce sauf alimentaire emplacement n°1 plein centre-ville. Surface 25 m2 + réserve 15 m2, vitrine 4,5 ml. Loyer 6 192 €. Prix 100 000 €. Me De Chasteigner François Tél. 02 43 74 03 20 721H1461 HÔTEL Vds hôtel rénovations récentes avec 24 chambres. Prix fonds 450 000 €. Prix murs 290 000 €. Me Fournier Jean-Jacques Tél. 02 43 24 37 15

721H1521 BAR-TABAC-PRESSE-LOTO-FDJ Affaire sur artère principale en parfait état ainsi que le logement. Fermé dimanche. Horaires de jour. Prix fonds 185 000 €. Achat murs possible 120 000 €. Chatellier Cabinet de Commerces Tél. 02 43 52 04 04

723C2096 BOUCHERIE-CHARCUTERIE-TRAITEUR Dans ville 3 000 habitants, fonds seul en centre-ville dans rue piétonne rénovée. Surface 21 m2 + labo 41 m2. Habitation. Loyer 675 €/ mois. Prix fonds 120 000 €. Me Guedon Alain Tél. 02 43 98 42 22

721H1439 BAR-SNACK Affaire pour 1 personne, fermée 30 j/an + dimanche. Bon état général. Bel emplacement. Logement sur place. Prix 69 500 €. Chatellier Cabinet de Commerces Tél. 02 43 52 04 04

724C2079 CONCESSION CARAVANES Belle affaire vente/réparation caravanes sur terrain 5 000 m². Espace vente couvert 1 200 m². Achat murs possible. Prix 219 136 € FAI. Century 21 Harmony Tél. 02 43 24 67 06

723C2097 JARDINERIE-FLEURS Vds affaire 30 km du Mans dans zone commerciale. Surface couverte 600 m2. Vitrine 15 ml. Terrain 2 400 m2. Parking aménagé. Prix fonds 140 000 €. Prix murs 280 000 €. Me Serreau Jacques Tél. 02 43 95 39 03 723H1517 BAR-GRAINETERIE Dans village avec commerces de proximité vds fonds et murs de bar et graineterie. Licence IV. Activité à développer. Logement. Prix 130 000€. Me Serreau Jacques Tél. 02 43 95 39 03 722C2102 GARAGE AUTOMOBILE Vds garage agent multimarques avec salariés. Structure récente avec bon agencement. Affaire à développer. CA 530 422 €. À saisir prix 143 100 € FAI. Agence Luc Sury SA Tél. 02 43 53 53 55 722C2101 PRÊT-À-PORTER Vds fonds + stock ou pas-de-porte situé en centre-ville. Surface 67 m2 + réserve 25 m2. Vitrine 4 ml. Locaux refaits à neuf. Parking. Prix fonds 35 000 €. Pas-de-porte 20 000 €. Me Haeuw Christophe Tél. 02 43 93 60 16 722C2094 LOCAL Mise à disposition d'un local d'une ancienne cantine par commune 1 200 habitants pour installation activité multiservices en centre bourg. Surface 100 m2. Conditions à discuter. M. Lorin Tél. 02 43 35 46 12 722C2011 COIFFURE Affaire magnifique, 7 postes, 3 bacs. Très bel agencement. Proche Le Mans. CA 123 K€. Prix fonds 125 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 724C2088 COIFFURE MIXTE Salon mixte refait à neuf dans commune 4 000 habitants.


Stationnement facile proche commerces. 2 bacs + 3 coiffages. CA 62 182 €. Loyer 368 €/mois. Prix fonds 45 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 723C2080 PAS-DE-PORTE Pas-de-porte très bien situé centre-ville rue principale. Surface 70 m² + réserve 25 m². Vitrine 13 ml. Prix 150 000 €. Loyer 1 300 €/mois. Me Leblanc Jean-Maurice Tél. 02 43 21 20 19 724C2086 HORLOGERIE-BIJOUTERIE Vds cause retraite commerce dans chef-lieu de canton, bon emplacement. Surface 29 m². Prix fonds 25 000 €. Achat murs possible. Me Relange Frédéric Tél. 02 43 97 00 57 723H1509 BAR-TABAC-RAPIDO-PMU Affaire située sur place principale avec tous commerces. Commissions 44 400 € + bar 54 000 €. Très

beau logement. Fermé dimanche AM et lundi. Apport 70 000 €. Century 21 Harmony Tél. 02 43 24 67 06 721C2084 SANDWICHERIE-VIENNOISERIE Vds affaire proche lycées et habitations. Surface 70 m². Prix fonds 78 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 722C2092 PRÊT-À-PORTER FÉMININ Magasin dans galerie marchande d'une grande enseigne avec 8 autres commerces. Surface 52 m² + réserve. CA 153 196 €. Prix fonds 131 481 € FAI. Century 21 Harmony Tél. 02 43 24 67 06 722H1512 BAR-TABAC-PRESSE-LOTO Affaire avec travaux récents. Bière 55 hl sans contrat. Commissions 86 000 €. Recettes bar 100 000 €. EBE 88 000 €. Fermé dimanche + 4 semaines congés. Disposer 180 000 €.

Century 21 Harmony Tél. 02 43 24 67 06

et fonds 158 000 € à débattre. Me Lange Delphine Tél. 02 33 31 72 97

724H1506 BAR-RESTAURANTTABAC-ÉPICERIE Vds cause retraite dans petite commune multiservices avec 2 salles restaurant 35 places. Parking. Loyer 245 €/mois. Prix fonds 32 000 €. Me Quancard Olivier Tél. 02 43 97 40 02 722C2074 PAS-DE-PORTE Pas-de-porte tous commerces sauf alimentaire situé en centre-ville. Refait à neuf. Surface 40 m² + réserve. Loyer 6 000 €/an. Prix 12 000 €. Me Perdriel Jean-Pierre Tél. 02 43 93 47 08

722H1511 HÔTEL-RESTAURANT Hôtel 8 n°. Repas famille 90 couverts. Bar licence IV 50 places. Idéal pour 1ère installation. Parking privé. CA 109 000 €. Prix 89 868 € FAI. Century 21 Harmony Tél. 02 43 24 67 06 723C2077 ÉLECTRICITÉ-CHAUFFAGEPLOMBERIE Dans ZA avec tous commerces, vds affaire avec atelier + entrepôt + habitation. Prix fonds 25 000 €. Prix murs 190 000 € net vendeur. Me Serreau Jacques Tél. 02 43 95 39 03

724C2089 TABAC-PRESSE-LOTOALIMENTATION Vds cause retraite multiservices tenu depuis 20 ans dans bourg 1 000 habitants. Affaire pour 1 personne. Logement 4 chambres + terrain. Fermé 1,5 j/semaine. Prix murs

SIÈGE SOCIAL Centre Ville 14, Pl. A.Briand 72000 LE MANS AGENCES Centre Ville 14, Pl. A.Briand 72000 LE MANS

Cession, acquisition une nouvelle vie pour entreprendre ! Appuyez-vous sur nous

724C2082 SERVICES À LA PERSONNE Entreprise de services à la personne de 12 employés dans secteur Est Sarthe. Prix 35 800 € FAI. Century 21 Harmony Tél. 02 43 24 67 06

Rive Droite 17, Pl. G.Bouttié 72000 LE MANS

Le Mans Nord 10, rue de Carnac 72190 COULAINES

Le Mans Sud 182, av. du Dr.J.Mac 72000 LE MANS

Arnage 68, rue nationale 72230 ARNAGE

02 43 24 64 02 WWW.MAITE-MARTEAU.COM

Un fichier de plus de CENTRE VILLE LE MANS. Très beau local. Agencement récent et visuel important. DROIT AU BAIL à céder. Réf. 1106292

CENTRE VILLE LE MANS. Belle boutique axée Centre Jacobins. Visuel important. 50 m² + réserve. Faible loyer. DROIT AU BAIL à céder. Réf. 1005696

PLEIN CENTRE VILLE LE MANS. Urgent opportunité à saisir ! Jolie Boutique avec vitrine. Réserve. Possibilité d’extension. DROIT AU BAIL à céder. Faire offre. Réf. 1006291

LE MANS QUARTIER BOLTON. Jolie boutique. Faible loyer (756 €HT/mois). DROIT AU BAIL à saisir ! Réf. 1106059

EMPLACEMENT N°1 LE MANS. Exceptionnel ! 135 m² de vente en rezde-chaussée. Sur rue piétonne. DROIT AU BAIL à céder. Réf. 1005695

DERNIERE MINUTE LE MANS. Très belle boutique, idéal pour débuter ! 50 m² + 20 m² de réserve - Beau linéaire vitrine. Faible loyer. DROIT AU BAIL à céder. Affaire rare. Réf. 1106667

CENTRE VILLE LE MANS. Sur axe passager, belle boutique de 50 m². Faible loyer. DROIT AU BAIL à saisir ! Réf. 1105959

EXCLUSIVITÉ! LE MANS NORD. Cellules commerciales à louer. De 65 à 2400 m². Renseignements sur rendezvous. Réf. IM

ZONE NORD ST SATURNIN. Superbe local avec visuel n°1. Environ 480 m² avec parking. DROIT AU BAIL à céder. Réf. 1105805

400 affaires LOCAUX COMMERCIAUX

LE MANS CENTRE (République). Idéal pour débuter ! Boutique de 45 m² avec réserve. Jolie vitrine. Faible DROIT AU BAIL. Réf. 1005431

LE MANS Quartier Bolton. En plein n°1 jolie boutique avec faible loyer (860 €/mois). DROIT AU BAIL à céder. Réf. 1005384

ZONE NORD LE MANS. Local de 200 m² avec parking et belle vitrine. A deux pas des enseignes n°1. Faible loyer. RARE ! Réf. 1005639

AU COEUR DU MANS. Local de 120 m² environ avec réserve. Belle vitrine. Accès direct Place de la République. DROIT AU BAIL à céder. Réf. 1005375

MURS LE MANS -COMMERCIAUX PROCHE RUE DES MINIMES.

CENTRE VILLE DU MANS. Superbe Boutique d’environ 90 m². Située à deux pas de la République.DROIT AU BAIL à céder. Réf. 1005365

Beau local de 60 m² + réserve. Flux piétons important. DAB à céder Réf. 1005541

COMMERCE Présent dans tout leFONDS GrandDEOuest

FOND

maine éco novembre 2011 45


Opportunités d’affaires 723H1515 RESTAURANT-CRÊPERIE-GRILL Affaire située en plein centre-ville emplacement n° 1. Matériel en parfait état. 50 couverts + 20 en terrasse. Loyer 561,5 €/mois. Prix fonds 90 000 €. Century 21 Harmony Tél. 02 43 24 67 06 722H1058 RESTAURANT GASTRONOMIQUETRAITEUR Superbe restaurant traditionnel dans Val de Loir. Très belles prestations avec terrasse et parking. Aucuns travaux à prévoir. Très beau logement. CA 190 000 €. Disposer 30 000 €. Century 21 Harmony Tél. 02 43 24 67 06 724C2083 CHARCUTERIE-TRAITEUR Vds affaire avec labo aux normes. CA 213 432 € à développer. Logement parfait état. Prix 67 170 € FAI. Century 21 Harmony Tél. 02 43 24 67 06

46 maine éco novembre 2011

723H1392 BAR-SNACK Vds affaire 30 places + belle terrasse dans commune en développement. Fort potentiel en restauration. Logement. Prix 59 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 723C1931 COIFFURE Salon de coiffure mixte idéal 1ère installation. Belle prestation. 5 postes. Fermé 2 j/semaine. Prix murs et fonds 157 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 724C2076 TABAC-PRESSE-LOTO Dans commune dynamique sur axe passager, vds affaire en augmentation permanente idéale pour couple ou 2 associés. Alarme. Volet. Véhicule. Loyer 5 700 €/an. Prix fonds 290 000 € + stock. Me BARNIER Jean-Pierre Tél. 02 33 73 00 43

721C2085 PAS-DE-PORTE Axe principal en plein centre-ville à feu tricolore. Surface 100 m² expo + 60 m² bureau. Tout commerce sauf alimentaire. Grande vitrine. Pas de travaux. Faible loyer. Prix 110 000 € Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33

721C2018 BUREAUX À louer bureaux dans quartier tertiaire avec un atelier. Surface 110 m² en RDC et 127 m² à l'étage. 2 places parking. État très propre. Nous consulter. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33

721C2012 POINT CHAUD Affaire à développer, emplacement commerçant, potentiel réel. Matériel et agencement de qualité. Prix fonds 65 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33

722H1467 BAR-TABAC-ALIMENTATION-JEUX Très belle affaire multiservices avec terrasse dans commune de 2 500 habitants. Commissions 51 000 €. Prix 250 000 €. Prix murs 120 000 € avec F4. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33

721C2077 PRESTATIONS DE SERVICES À DOMICILE Vds prestation à domicile ménage, aide toilette, jardinage. Entreprise agréée État. Prix 195 000 € à débattre. Me De Chasteigner François Tél. 02 43 74 03 20

721C2009 COIFFURE Vds affaire de quartier très propre idéale première installation. À développer. Faible loyer. Prix fonds 30 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33


722H1507 ÉPICERIE-BAR-RESTAURANT Recherche personne pour reprendre commerce multiservices village touristique. Surface 40 m² + réserve. Salle 20 couverts. Licence. IV. Contact mairie M. Carreau Tél. 02 43 93 67 16 721C2087 SALON DE THÉ Salon situé en centre-ville agencement neuf 40 places. Bail 2010. Loyer 990 €/mois. Prix fonds 80 000 €. Blot Commerce Tél. 02 43 29 59 59 723H1404 PIZZÉRIA-CRÊPERIE-RESTAURANT Affaire 95 places en salle. Parfait état. Fermé dimanche + lundi + 4 semaines congés. CA 295 000 €. Disposer 80 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 722H1514 BAR-RESTAURANT-HÔTEL-ÉPICERIE Multiservices excellent état à 10 mn

du Mans. Salle 100 couverts + hôtel 3 chambres. Affaire saine. Logement F3. Prix fonds 200 000 €. À saisir. Me Fournier Jean-Jacques Tél. 02 43 24 37 15 721C2019 PAS-DE-PORTE Pas-de-porte sur axe tramway. Surface 100 m² avec grande vitrine. À voir. Prix 100 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 724C2075 LOCAL À louer local commercial 45 m² en RDC libre de suite sans droit d'entrée. Classé en ZRR idéal pour siège social activité tertiaire ou artisanale. Loyer 5 820 €/an. Me Bernard Régis, Tél. 02 43 97 60 71 721C1911 PAS-DE-PORTE Vds pas-de-porte plein centre-ville dans rue commerçante. Surface 60 m². Bail neuf. Loyer 1 100 €/mois.

Prix 75 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 722C2025 PRESSING Dans centre commercial, affaire aux normes avec matériel récent. Fermé dimanche et lundi. Prix fonds 97 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 723C1924 DROIT AU BAIL Droit au bail dans cœur de ville pour local 110 m² + réserve. Chauffage gaz. Loyer 750 €/mois. Prix 38 500 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33

• Votre offre de vente sera diffusée gratuitement sur le site : www.transcommerce.com qui réunit les annonces des 38 départements adhérant au réseau Transcommerce. • Si vous cherchez un commerce, consultez le site www.transcommerce.com qui vous propose des centaines d'offres. Vous serez également inscrit gratuitement sur le fichier confidentiel des repreneurs.

722C2090 SUPÉRETTE Vds cause retraite supérette surface 180 m² avec réserve et bureau, le tout refait à neuf. CA 290 000 €. Loyer 700 €/mois. Prix fonds 100 000 €. Century 21 Harmony Tél. 02 43 24 67 06

722H1510 BAR-TABAC Mutiservices avec petite alimentation dans village Sud Sarthe. EBE 47 000 €. Commissions 52 000 €. Disposer 80 000 €. Century 21 Harmony Tél. 02 43 24 67 06

BUREAUX

Angers Chartres Laval Le Mans Nantes Saint-Nazaire Tours

Pour vendre ou acheter un commerce Contactez la Chambre de commerce et d'industrie au 02 43 21 00 20.

• A louer – Le Mans Université : 137 m² au 1er étage, parkings privés, 4 bureaux, sanitaires, dégagement – disponibilité immédiate (réf : 72.1912 – DPE en cours) • A louer – Le Mans Gare Sud / la Pointe : 75 m² avec vitrine, entièrement refait, grande pièce, espace détente, salle réunion, archives, sanitaires disponibilité immédiate (réf : 72.1913– DPE en cours)

LOCAUX D’ACTIVITÉS • A louer - ZI Nord : 764 m² dont 450 m² de stockage et 250 m² de show room, parking à l’avant, disponibilité : immédiate (Réf 72.1672 - DPE en cours) • A louer - ZI Nord : reste 756 m² avec vitrine de 18 mètres, programme neuf, parking 40 places, vitrine, usage commercial – disponibilité : juin 2012 (réf 72.1906)

• A louer – Le Mans Sud : 3.096 m² div à partir de 479 m², prestations de qualité, parkings extérieurs – disponibilité immédiate (réf : 72.1801 – DPE en cours)

• A louer – ZI Sud : 540 m² neuf avec show room, atelier, bureaux, parkings – disponibilité : immédiate – excellent visuel (réf 72.1888 – DPE en cours)

• A louer – Le Mans centre : 418 m² au 6ème avec ascenseur, bureaux cloisonnés, salle réunion, archives, 6 parkings en sous-sol – disponibilité immédiate (réf : 72.1904 – DPE : E)

• A louer – ZI Sud : 2.180 m² divisible – emplacement n°1, hauteur 7m, possibilité de travaux par le bailleur - disponibilité immédiate (réf : 72.1839 – DPE en cours)

• A louer – Le Mans Proche gare : immeuble indépendant sur 3 niveaux de 776 m² avec 26 pkg, chauffage réversible– disponibilité janvier 2012– (réf : 72.1905 – DPE en cours)

• A louer Sud Le Mans : 2.700 m² avec bureaux, atelier, sanitaires, parkings extérieur, hauteur 7m – disponibilité immédiate (réf : 72.1865 – DPE en cours)

IEL – 1, rue Charles Fabry 72013 Le Mans Cedex 2 - Tél : 02.43.24.40.60 - www.iel.fr Contacts : Philippe CHARLOT – Gilles HERIVEAU maine éco novembre 2011 47


Opportunités d’affaires Annonces industrielles C49578 Pays de la Loire, départ à la retraite de l'actionnaire, société active dans la construction, la rénovation et l'entretien dans le domaine de la menuiserie bois et la serrurerie métallique. CA annuel moyen : 2 000 K€. Effectif : 17 personnes. Carnet de commandes 2011 et 2012 permettant une bonne visibilité sur le CA à venir. Potentiel de développement.

C8683 Maine-et-Loire, à céder entreprise de travaux d'étanchéité et d'isolation. CA : 5 000 K€. Effectif : 40 personnes. Belle affaire très rentable. Clientèle diversifiée nationale : architectes, institutionnels, PME/ PMI,EDF. Métier abordable pour un repreneur commercial, gestionnaire, manager. Valorisation 3 600 K€.

C25129 Pays de la Loire, entreprise de couverture et de bardage, reconnue sur son marché depuis plus de 10 ans, bien structurée, potentiel de développement dans les produits éconologiques (photovoltaïque, isolation...), clientèle composée de privés, HLM et public. CA : 3 000 K€, situation nette 300 K€. Effectif : 25 personnes. Prix demandé 1 000 K€.

C11118 Sarthe, à céder entreprise de fourniture et installation de portails, clôtures et accessoires. CA : 520 K€. Effectif : 4 personnes, dont le gérant son épouse et 2 techniciens.

régionale, 80 % professionnels, 20 % particuliers. Effectif : 1 le dirigeant. Prix de cession : 80 K€. Conviendrait à société d'agroalimentaire recherchant diversification ou personne physique polyvalente (formation 3 mois assurée par cédant).

C39750 Région Ouest, cause cession : recentrage d'activité. CA 2009 : 3 456 K€, dont 70 % en prestations et installation d'équipements industriels, grande notoriété, belle clientèle secondaire et tertiaire. Effectif : 21 personnes. Bonne rentabilité. Fort potentiel de développement régional.

C56791 Région Grand Ouest, à céder cause départ en retraite, entreprise de services aux grandes entreprises et PME, intervenant en France et à l'étranger dans l'aménagement d'équipement de production. Effectif : 12 personnes. CA : environ 1 500 K€ avec des résultats positifs récurrents. Bonne valeur ajoutée nécessitant très peu d'investissement. Valeur demandée 500 K€ + 300 K€ de trésorerie disponible.

C35456 Maine-et-Loire, à céder entreprise de mécano soudure. CA : 1,7 à 2 M€. Effectif : 20 à 25 salariés. Clientèle diversifiée, fortes compétences, bel outil de travail. Prix de cession : 1 M€, immobilier non compris (fonds propres 700 K€). Repreneur attendu avec compétences en mécanique et métallurgie.

C55431 Vendée, entreprise générale de construction : bâtiments industriels, logements en béton banché. CA : 3 000 K€ environ. Effectif : 20 personnes, trésorerie excédentaire. Valorisation 1 300 K€. Repreneur expérience du bâtiment gros œuvre souhaitée.

C91094 Maine-et-Loire, à céder cause retraite société de construction métallique. CA : 2,3 M€. Effectif : 17 salariés + dirigeant. Clientèle locale, bonnes perspectives commerciales, bonne rentabilité. Prix souhaité : 480 K€ (pour le fonds, bâtiment non inclus). Conviendrait à repreneur ayant bonnes connaissances techniques.

C97135 Maine-et-Loire, proche Loire-Atlantique, producteur de saumons et anguilles fumées. CA : 140 K€. Clientèle

C74602 Sarthe, à céder entreprise de Chaudronnerie plastique, en développement. CA : 1 000 K€.

48 maine éco novembre 2011

Effectif : 15 personnes. Conviendrait à repreneur connaissant le secteur et ayant la fibre commerciale et un sens éprouvé du management. Cession totale ou partielle selon accord à trouver.

C44672 Nord Pays de la Loire, à céder cause retraite, entreprise de menuiserie industrielle, secteur bâtiment. CA : 2 500 K€. Effectif : 24 personnes. Bons résultats.

C10750 Maine-et-Loire, à céder cause retraite, bureau d'études maîtrise d'œuvre bâtiment. Effectif : dirigeant + 4 personnes. CA : 315 K€. Bonne réputation, forte trésorerie, clientèle régionale industrielle, tertiaire public et privé. Bonnes perspectives de CA 2012.

C28935 Sarthe, à céder entreprise de tuyauterie industrielle. CA : 450 K€. Effectif : 5 salariés. Clientèle industrielle.

C71929 Maine-et-Loire, à céder agence de communication plurimédia, bonne notoriété, clientèle régionale BtoB. CA : environ 400 K€. Effectif : dirigeant + 4 personnes. Repreneur souhaité : entreprise du secteur ou personne connaissant le métier.

C21331 Maine-et-Loire, à céder entreprise spécialisée dans le domaine de l'eau (irrigation professionnels et particuliers). Clientèle à 90 % agricole mais repositionnement en cours sur marché particuliers notamment micro stations d'épuration (marché naissant). CA : 500 K€. Effectif : 4 personnes. En phase de croissance, cherche repreneur immédiat ou associé pour cession progressive. Profil recherché technico-commercial.

C72527 Vendée, à céder bureau d'études techniques fluides et énergies nouvelles. CA : 850 K€. Effectif : 14 personnes.

Pour consulter toutes les annonces ou si vous êtes intéressé par une annonce connectez-vous sur le site www.trans-reprise.com Clientèle : collectivités, industries et particuliers. Trésorerie excédentaire, valorisation 850 K€. Repreneur souhaité ayant une expérience technique en bureau d'études.

C74180 Loire-Atlantique, cède entreprise individuelle d'une marque d'articles de textile et d'arts de la table (logo et nom de domaine déposés). Clientèle fidèle de magasins multimarques situés dans des secteurs touristiques. CA 2011 : 102 K€, en croissance ininterrompue depuis 8 ans. Travail à 2/3 de temps. EBE : 38 K€ pour un résultat de 34 K€. Potentiel de développement très important. Accompagnement possible à définir. Le prix demandé comprend la clientèle, la marque et les modèles déposés, ainsi que le stock.

C28980 Sarthe, départ en retraite des 2 dirigeants. Négoce de matériaux BTP TP irrigation. Effectif : 6 dont les 2 vendeurs. Clientèle : artisans, agriculteurs, BTP TP, particuliers. CA : 1 000 €. EBE avant salaires dirigeants 100 K€. Potentiel développement.

C53498 Sarthe, à céder entreprise de prestations de services de maind'œuvre (travail à façon) pour une clientèle d'industriels. Effectif > à 60 personnes. CA > 2 M€. Rentabilité régulière. L'entreprise est propriétaire de son immobilier.


SPÉCIALISTE DE L’IMMOBILIER D’ENTREPRISE www.art-im.com Rejoignez-nous sur Facebook

BUREAUX I ACTIVITÉS I LOGISTIQUE I SURFACES COMMERCIALES

Afin de mieux vous satisfaire, ART’IM renforce son équipe ! Thierry ANJUERER

Sophie BARILLER

06 62 43 76 50

06 74 12 97 23

Locaux d’activités, locaux commerciaux, terrains

Bureaux

Consultant

BUREAUX À LOUER

Conseiller immobilier

• ZI SUD Bel Emplacement : Bureaux ou Show Room à partir de 147 m2 aménagés, stationnement. Loyer : à partir de 70 € HT/m2/an + charges.

• LE MANS : 680 m2 d’activités dont 80 m2 de bureaux. Accès PL. Chauffé, isolé. Loyer : 2200 € HT/mois. DPE : NC. Réf. 09050

• GARE SUD MIROIR : 78 m2 de bureaux en RdC. Open Space + 2 bureaux. Loyer : 500 € HT/mois + charges. DPE : E – GES : D. Réf. 11 160 • TRÈS BEAUX BUREAUX avec vitrine de 75 m2. Etat neuf. 3 pièces + détente - Parfaitement aménagés. Loyer : 690 € HT/mois. DPE : NC. Réf. G31 • UNIVERSITE : 137 m2 de bureaux 1er étage, stationnement aisé. 3 bureaux, 1 grande salle divisible, nombreux placards, parfait état. Loyer : 1200 € HT/mois + charges. Réf. G32 • ZONE FRANCHE MONTHEARD : Surfaces disponibles de 15 à 150 m2. Loyer : à partir de 230 € HT/mois + charges.

LOCAUX D’ACTIVITÉS À LOUER • ARNAGE : 800 m2 d’atelier dont 120 m2 de bureaux sur un foncier de 2 500 m2. Accès PL. Loyer : 2000 € HT/mois. DPE : NC.

• NORD OUEST DU MANS : A proximité du Mans en ZI, 680 m2 de bâtiment d’activités dont 150 m2 de bureaux. Terrain clos et enrobé de 2 500 m2. Possibilité de sous louer 80 m2 de bureaux. Loyer : 2 700 € HT/mois. Réf. 11 131 • LE MANS NORD : À saisir 300 m2 d’atelier dont 70 m2 de bureaux. Ensemble neuf sur 3 900 m2 de terrain. Loyer : 850 € HT/mois. Réf. 11 163

117 rue de l’Angevinière - BP 22142 - 72002 LE MANS Cedex 1 tél. 02 43 520 676 - Fax. 02 43 88 52 54 - E-mail : artim72@orange.fr

ENCORE PLUS D’ANNONCES SUR NOTRE SITE INTERNET :

www.art-im.com


Offre valable septemb 5jusqu’au u 30 d onovembre tobre 2 re c 0 16 2011 !

au mans, vous n’avez plus que quelques semaines pour saisir une vraie

au

1500€

11

(2)

offErts/piècE

opportunité !

frais dE notairE

(1)

offErts Et profitEz EncorE du

scElliEr 22%

(4)

pour votrE invEstissEmEnt locatif

(3)

Le non respect des engagements de location entraîne la perte du bénéfice des incitations fiscales.

Votre futur logement à des conditions exceptionnelles travaux en cours

travaux en cours

Le Parc Mansart

Patio Rivoli

Une résidence idéalement située dans un parc clos et arboré. Des appartements 2 et 3 pièces sont encore disponibles (5).

Une résidence de grande qualité située sur le site de l’ancienne autogare. Des appartements du studio au 4 pièces (5).

PRIX D’UN APPEL LOCAL

0 810 002 381

PRIX D’UN APPEL LOCAL

0 810 152 129

Rejoignez-nous

EspacE dE vEntE

Au

20, Avenue du Général Leclerc / 72000 Le Mans

sALOn De L’iMMObiLieR

du vEndrEdi 18 au dimanchE 20 novEmbrE 2011 Au PALAis Des cOnGRès Du MAns

Ouvert le mardi, mercredi, vendredi et samedi De 10h à 12h30 et de 14h à 18h30

(1) « Hors frais liés à l’emprunt et hors frais d’hypothèque, de caution ou de privilège de prêteur de deniers ou tous autres frais de garantie liés au financement de l’acquisition. Offre valable pour toute réservation signée entre le 05 septembre et le 30 novembre 2011 d’un appartement ou d’une maison sur une sélection de programmes (liste des programmes concernés disponibles sur www.bouygues-immobilier.com) sous réserve de la signature de l’acte de vente dans les délais stipulés au contrat de réservation. (2) Réduction de 1.500 euros par pièces principales (pièce de plus de 7m² hors cuisine et salle de bain), soit 1.500 € sur un studio, 3.000 € sur un T2, 4.500€ sur un T3, 6.000 € sur un T4 et 7.500 € sur un T5 sur le prix de vente d’un logement, dans la limite de 2% du prix d’acquisition par logement, sur la base de la grille de prix (en TVA 19,6%) des logements en vigueur au 05 septembre 2011. Offre valable pour toute réservation signée entre le 05 septembre et le 30 novembre 2011 d’un appartement ou d’une maison sur une sélection de programmes (liste des programmes concernés disponibles sur www.bouygues-immobilier.com). (1) et (2) Dans la limite des stocks disponibles. Les offres (1) et (2) sont cumulables entre elles sur une sélection de programmes (liste des programmes concernés disponibles sur www.bouygues-immobilier.com). Offres non cumulables avec les autres offres Bouygues Immobilier en cours. Sont exclus des offres « 1.500 € par pièce offerts » et « Frais de notaire offerts » les bâtiments en co-promotion ainsi que les logements dont l’acquisition en subordonnée à des conditions d’éligibilité fixées par le conseil municipal ou la communauté d’agglomération ou l’aménageur. Conditions détaillées de l’offre en bureau de vente ou sur simple demande ». (3) BBC : Depuis le 1er juillet 2010, tous les permis de construire déposés par Bouygues Immobilier font l’objet d’une demande de labellisation BBC auprès de l’organisme certificateur CERQUAL. (4) Scellier 22 % : réduction d’impôt, codifiée à l’article 199 septvicies du code général des impôts modifié par la loi de finances pour 2011, pour tout investissement locatif réalisé jusqu’au 31 décembre 2011 dans une résidence visant la labellisation BBC effinergie®, égale à 22 % du prix d’acquisition du bien pris pour sa fraction inférieure ou égale à 300 000 €, le taux sera de 18% pour les actes de vente signés en 2012 en l’état actuel de la législation, conditions détaillées sur www.bouygues-immobilier.com ou sur simple demande. Cette réduction d’impôt est prise en compte pour le calcul du plafonnement global de certains avantages fiscaux visés à l’article 200-0 A du CGI. (5) Dans la limite des stocks disponibles.Crédits photos : Médiathèque Bouygues Immobilier - Corbis - RCS Nanterre 562 091 546. Palladio Publicité. Illustrations interprétées par l’artiste. Document non contractuel.

(3)


Maine eco N°159