Issuu on Google+

FRANCHISE Des perspectives prometteuses... p8

RÉSEAUX SOCIAUX Nouveaux outils de la relation client... p16

ENR GREEN Le salon des énergies renouvelables... p19

maine éco LE MAGAZINE ÉCONOMIQUE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE DU MANS ET DE LA SARTHE

L’ALTERNANCE

UN PASSEPORT POUR L’EMPLOI N°157 JUIN 2011


édito

Bernard Warain, président de la Chambre de commerce et d’industrie du Mans et de la Sarthe president@lemans.cci.fr

N° 157 - JUIN 2011

MAGAZINE BIMESTRIEL ÉDITÉ PAR LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE DU MANS ET DE LA SARTHE 1 bd René Levasseur, BP 22385 72002 Le Mans cedex 1 Tél. 02 43 21 00 00 Fax 02 43 21 00 50 www.lemans.sarthe.cci.fr

Directeur de la publication : Bernard Warain

Rédactrice en chef : Maryse Gauthier Rédactrice en chef adjointe : Karine Méteyer

La solution "Franchise" Pour faire suite à mon dernier édito du Maine Éco d'avril dernier, je ne voudrais pas que l’on pense que je suis "lassant" en disant des vérités qui fâchent.

Le point de départ, c’est toujours l’idée, l’expérience et le développement sans oublier les moyens financiers mais si l’idée est bonne, les sous arrivent.

Moi, j’ai la chance de ne pas être au gouvernement et de pouvoir dire ce que je pense et surtout de tenter de faire réagir mes ressortissants commerçants pour leur bien et non contre eux.

Pourquoi une franchise fonctionne bien ? Tout est dans l’organisation, le "clé en mains", le suivi et la formation, le savoir-faire du franchiseur, la publicité, les relations presse, les promos.

Je ne voudrais pas reprendre mes trois catégories de commerçants : les "plus", les "égaux" et les "moins" mais aujourd’hui, où le commerce est une grande nébuleuse, nous sommes sur des sables mouvants et les projections sont de plus en plus difficiles, à moins d’être un petit peu féru d’Internet, je pense qu’il y a souvent une solution à vos inquiétudes :

Toutes les franchises ne sont pas bonnes à prendre ; par contre, quand l’équilibre entre la franchise et le franchiseur est trouvé et que le but est que chacun doit gagner sa vie, alors vous pouvez regarder l’avenir avec plus de sérénité. Je vous conseille de lire l’article à l’intérieur de votre Maine Éco (pages 8-9) et en plus maintenant, vous pouvez aller sur le net : www.maineeco.fr

La franchise Ont collaboré à ce numéro : Hervé Chaillou Emmanuel Chevreul Cédric Lebreton Photos : Ad’Hoc Photographie CCI - Droits réservés pour “La vie des entreprises” Couverture : Ad’Hoc Photographie Maquette : Okaparka

Les franchises ne cessent d’augmenter, à part certains secteurs comme l’immobilier, le nettoyage et l’équipement de la personne, cela me paraît être la meilleure solution pour envisager l’avenir plus sereinement.

Bien amicalement,

En effet, les créateurs de franchise ont été des entrepreneurs qui ont observé, qui ont compris et qui ont agi, et en plus, ils ont su s’entourer de développeurs de projets.

Mise en page - Gravure : Atmosphère Communication Publicité : Maine Éditions, Pascal Tauvel - Tél. 06 08 16 69 79 Fax 02 43 87 00 91 Impression : Auffret Plessix Tirage : 16 500 exemplaires ISSN : 1269-6633

maine éco juin 2011 1


sommaire 4

Focus

8

Actualité Franchise Des perspectives toujours prometteuses

10

La vie des entreprises

14

Actualité Développer et fidéliser sa clientèle Pensez réseau social !

14

Les réseaux sociaux pour développer son business

17

Environnement Convention d'affaires ENR Green au Mans Pour les professionnels des énergies renouvelables

18

Industrie Semaine de l'industrie en Sarthe Un bilan positif pour cette première édition

21

Prévention Santé et sécurité au travail Toujours des efforts à faire…

17

22

La convention d'affaires des énergies renouvelables

22 Résiliation ou cession de bail commercial

Juridique L'ouverture des droits à la retraite du commerçant Les incidences sur le bail commercial

24

DOSSIER L'alternance Un passeport pour l'emploi

30

International Catastrophe nippone "Le Japon saura rebondir et devrait sortir renforcé de cette crise"

33

Conjoncture Enquête de conjoncture Consommation en GMS

34

D’une communauté de communes… à l’autre Le Val de Braye Le bon équilibre

39

Formation Une nouvelle formation "Managers de production industrielle"

34

40

Lu pour vous

42

Maine Découvertes

Cantons de Montmirail et Vibraye

Les 30 ans du Fenouil Biocoop Une idée visionnaire

44

Opportunités d’affaires Annonces commerciales Annonces industrielles

2 maine éco juin 2011


agenda DOSSIER

20 juin

25-26 juin

Formation sur "les échanges intracommunautaires : obligations déclaratives en matière fiscale et douanière" CCI Formation continue, 7 avenue des Platanes au Mans

24 Heures rollers Circuit Bugatti Le Mans

18 h : Réunion de l'Idep Le Mans

LM Story, courses de voitures historiques de compétition, rassemblement véhicules de collection, cinquantenaire de la Jaguar type E Circuit Bugatti Le Mans

Contact : CCI - Véronique Cardenas

www.lemans.org

20-26 juin

5 juillet

Salon international de l'aéronautique et de l'espace Paris Le Bourget

14 h 30 : Visite de l'entreprise FPEE organisée par le Prim's Brûlon

www.salon-du-bourget.fr

Contact : CCI - Angélique Barré au 02 43 21 00 31

Contact : Myriam Reuzé au 02 43 21 00 12

20 juin

L'ALTERNANCE

Un passeport pour l'emploi

2-3 juillet

21 juin 8 h 30 - 10 h 30 : Petit déjeuner sur "les réseaux sociaux : opportunité ou menace pour les entreprises" CCI Contact : CCI - Loïc Richer au 02 43 21 00 01

20-21 août 3e édition des 24 Heures vélo Circuit Bugatti Le Mans www.24heuresvelo.fr

2 septembre 21 juin

En l’espace de deux décennies, l’alternance a conquis ses lettres de noblesse et s’impose comme l’un des modes de formation les plus efficaces et les mieux adaptés aux besoins conjugués des entreprises et des jeunes ou adultes en voie de reconversion. Cependant, bien que ce dispositif présente d’indéniables intérêts, pour les salariés comme pour les chefs d’entreprise, de trop nombreux professionnels tardent encore à l’adopter, faute d’être suffisamment informés ou par croyance en des préjugés erronés. Pourtant, les aides proposées, déjà nombreuses et adaptées, ne cessent de se développer.

14 h 45 : Visite de l’entreprise Néopost au Lude 18 h : Visite du Château du Lude et de ses jardins Organisé par Sarthe international Contact : Sarthe international au 02 43 21 00 24

22 juin - 26 juillet Soldes d'été

Foire aux oignons Le Mans

3-4 septembre 24 Heures karting www.lemans.org

3-5 septembre Baby cool event Paris Salon de la petite enfance Parc floral de Paris www.babycool-events-paris.com

23 juin 9 h : Atelier café sur la "Mobilité : accompagner ses collaborateurs à l’international" organisé par la Maison de l'international CCI

8-12 septembre

Contact : CCI - Audrey Ango au 02 43 21 00 12

Salon Maison&Objet Paris Nord Villepinte

Quatre jours du Mans Centre des expositions

9-13 septembre

www.maison-objet.com

23 juin 18 h 30 : Rencontre du club Espace entreprendre 72 avec initiation au Golf Golf de Mulsanne

10 septembre Braderie

Contact : CCI - Richard Otjacques

maine éco juin 2011 3


[focus] [LES ENTREPRENEURIALES]

RESSOURCES HUMAINES

Apprendre à créer sa boîte en étant étudiant

Débat sur le bilan de compétences

Le service Entreprendre en France de la CCI accompagne sur le département le dispositif "Les entrepreneuriales". Ce programme gratuit de sensibilisation des étudiants à la création d'entreprise et d'activités a permis, depuis 2004, à 1 800 étudiants des grandes écoles et universités des Pays de la Loire, Bretagne et Haute Normandie de suivre un entraînement de cinq mois à la création d'entreprise (soit 200 heures d'apprentissage). Chaque équipe bénéficie d'un coaching par un conseiller création de la CCI, d'un

parrainage par un chef d'entreprise, d'un ensemble d'outils pratiques dont un carnet d'adresses locales, des chèques conseils et "kifekoi" pour rencontrer des experts et des professionnels du territoire (CCI, centre de gestion, Inpi, Oséo, Fidal, banques…). Lors de la finale régionale, une équipe d'étudiants de l'université du Maine "Vittest" a remporté le prix Dream Team avec son projet de conception et fabrication d'un indicateur chimique de péremption. Plus d'information : www.les-entrepreneuriales.fr

[ CHARTE QUALITÉ]

21 commerçants primés Bernard Warain, président de la Chambre de commerce et d'industrie du Mans et de la Sarthe, et Catherine Charpentier, présidente de la commission Commerce, services, et tourisme, ont remis aux commerçants lauréats, le label national "Charte qualité". Rappelons que la CCI propose aux commerçants, artisans et prestataires de services de s’engager dans une démarche de qualité avec pour objectifs de satisfaire aux exigences des clients et d’améliorer la performance de l’entreprise. Depuis huit ans, plus de 120 commerçants sarthois ont été labellisés. La "Charte Qualité commerce-artisanat-services"

est basée sur trois notions clés : l'accueil, l'écoute et le conseil. Cette année, les 21 commerçants d'Allonnes, Arnage, Bonnétable, La Flèche, La Ferté-Bernard, Fresnay-sur-Sarthe, Le Mans, Savigné-L'Évêque, Sablé et Saint-Jean-des-Échelles, se sont engagés dans cette démarche "Charte Qualité". Un diagnostic de leur établissement a été réalisé avec un conseiller CCI afin de vérifier les 74 points du référentiel. Chaque candidat a reçu la visite et deux appels téléphoniques d'un client-mystère missionné pour les audits qualité.

[MAISON DE L'APPRENTISSAGE]

Portes ouvertes en présence de l'inspecteur académique La Maison de l’apprentissage - à la CCI a organisé ses portes ouvertes en avril dernier, en présence d'Emmanuel Roy, inspecteur académique, et des directeurs des six centres de formation d'apprentis partenaires (CCI Formation, CFA de la Chambre de métiers et de l’artisanat, CFA du bâtiment et des travaux publics, CFA de l’industrie et de la métallurgie (AFPI), CFA de la coiffure, CFA de l’agriculture). L'objectif de la Maison de l'apprentissage est de répondre à l'attente des jeunes en quête d'information pour choisir leur orientation, mais aussi des parents et des maîtres d'apprentissage. Des conseillers informent

4 maine éco juin 2011

sur l'apprentissage et ses diplômes du CAP au bac + 3 et orientent vers les centres de formation d'apprentis.

Spécialiste de la gestion des ressources humaines, l'Institut pour le développement des compétences de la CCI a organisé une rencontre/ débat en avril dernier sur le thème du bilan de compétences à l'occasion du 20e anniversaire de cet outil. Créé en 1991, le bilan de compétences permet à un salarié de faire le point sur ses compétences, ses aptitudes, ses motivations et de définir un projet professionnel. L'IDC a développé une expertise dans la réalisation de bilans de compétences (165 bilans de compétences salariés en 2010). Une soixantaine de personnes (chefs d'entreprise, responsables ressources humaines, anciens bénéficiaires…) ont ainsi échangé sur l'utilisation du bilan de compétences comme outil de gestion de carrière, d'orientation et de formation, mais aussi outil de réinsertion professionnelle. Contact IDC : Marie Duchaine au 02 43 40 60 53


AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE

Le Scot Pays du Mans en pleine élaboration

[RENCONTRES DU TOURISME D'AFFAIRES]

Séduire les donneurs d'ordre La Chambre de commerce et d’industrie du Mans et de la Sarthe et Sarthe développement ont organisé le 19 mai dernier, pour la première fois en Pays de la Loire, les "Rencontres du tourisme d’affaires" au Welcome sur le circuit des 24 Heures du Mans. Cette journée était destinée aux donneurs d’ordre (agences événementielles et entreprises) désireux d’organiser des événements d’affaires en Sarthe. Des rencontres B to B dans le cadre prestigieux du circuit des 24 Heures du Mans et des visites

de sites (circuit et musée des 24 Heures, MMArena, Cité Plantagenêt) ont ponctué cette journée. La quarantaine de visiteurs/ prescripteurs ont pu apprécier la qualité de l’offre sarthoise notamment à travers un catalogue présentant châteaux et lieux de caractère, hôtels, centres d'affaires et grands équipements, sites insolites et de loisirs du département. Plus d'information : www.congres-seminaires-sarthe.com

[INTERNATIONAL]

Nouveau montant du Prêt pour l’export (PPE) Le prêt pour l'export (PPE), créé en 2009, permet aux entreprises de moins de 250 salariés et dont le chiffre d’affaires est inférieur à 50 M€ de financer les dépenses immatérielles consacrées au développement international de leur activité (études de marché, formations, fonds de

roulement, etc.). Auparavant plafonné à 80 000 €, le montant du prêt est désormais compris entre 20 000 et 150 000 € et accessible aux PME ayant moins de trois ans d’existence. Plus d'information : www.oseo.fr

La Chambre de commerce et d'industrie a réalisé, conjointement avec la Chambre de métiers et de l'artisanat et l'Insee, un diagnostic socio-économique qui participe au travail d'élaboration du Schéma de cohérence territoriale (Scot) du Pays du Mans. 260 000 habitants vivent sur ce territoire situé au cœur du département, autour du Mans, au sein de six communautés de communes et de Le Mans métropole, soit près de la moitié des Sarthois. Il faut savoir que le Scot définira les orientations du développement économique et urbain du Pays du Mans pour les 15/20 années à venir. Son but essentiel est de préciser et mettre en cohérence les politiques locales en matière d'urbanisme, de logement, de transports et déplacements, d'implantation commerciale, de développement économique, touristique et culturel, de protection de l'environnement… Le Scot s'impose aux Plans locaux d'urbanisme (PLU) élaborés à l'échelon communal ou intercommunal et comprend également un document d'aménagement commercial (DAC). Contact CCI : Frédéric Renault au 02 43 21 00 01

[ SPORT AUTOMOBILE]

Les apprentis de CCI Formation dans la course C'est en 2004 que l'opération "les lycées dans la course" a vu le jour. Ce challenge de compétition sportive organisé par la Fédération française de sport automobile a pour but de faire connaître le sport automobile à des jeunes lycéens ou apprentis en les faisant participer à un challenge pédagogique et sportif complet. En 2011, CCI Formation s'est engagée dans ce challenge qui comporte une série de sept courses d'avril à octobre, durant lesquelles s'affrontent différents établissements des régions Bretagne et Pays de la Loire. Les pilotes, sélectionnés parmi les apprentis de CCI Formation (BP de préparateur en pharmacie et bac pro commerce), participent aux courses au volant d'une véritable voiture de compétition, baptisée "La formule campus". Derrière ces pilotes, toute une équipe d'apprentis de la filière automobile de CCI Formation met ses compétences au service du collectif grâce aux enseignements reçus en maintenance automobile, carrosserie, peinture…

maine éco juin 2011 5


[focus] GRAND PRIX DE FRANCE MOTO

Pour développer votre marketing direct

Record d'affluence avec 90 000 passionnés sur le circuit Bugatti

Le service Fichier de la CCI édite deux annuaires sur les entreprises du département. Ces publications présentent les établissements industriels, commerciaux et prestataires de services inscrits au registre du commerce et des sociétés (RCS), employant au moins 10 salariés (1 681 entreprises) ou plus de 50 salariés (354 établissements) en Sarthe, au prix de respectivement 70 et 50 € TTC. Notons que ces annuaires peuvent également être fournis sous un format numérique au prix de 150 € pour les entreprises d'au moins 10 salariés et 100 € pour celle de plus de 50 salariés. Toutes

les données sur les entreprises sarthoises inscrites au RCS peuvent être obtenues avec des tris particuliers en adéquation à vos besoins et fournies sur tous supports (par e-mail, CD-Rom…). Par ailleurs, vous pouvez aussi effectuer une commande de fichiers d'entreprises du territoire français par l'intermédiaire du site www.aef.cci.fr. Deux millions d'entreprises y sont référencées avec la possibilité de faire des recherches en combinant une trentaine de critères. Contact CCI : Thérèse Le Cuisinier au 02 43 21 00 03.

[ VISE PLUS HAUT]

La finale du concours de culture générale La Chambre de commerce et d'industrie a organisé la finale de la 8e édition du championnat de culture générale appelé "Vise plus haut" auprès des jeunes en apprentissage (CAP, BP, bac pro et BTS), sous le parrainage de Jean-Louis Roveyaz, président de la caisse régionale du Crédit Agricole de l’Anjou et du Maine. Cinq centres de formation d’apprentis (BTP, agricole, AFPI, Chambre de métiers et de l'artisanat, CCI Formation) et 70 jeunes volontaires participaient cette année. Concrètement, les 14 équipes étaient encadrées par un "coach" bénévole issu du monde

6 maine éco juin 2011

professionnel ou par un professeur. Une dizaine de séances dans l'année scolaire et des quiz intermédiaires leur ont permis d'acquérir des points. Les apprentis ont pu ainsi découvrir différents sujets imposés de culture générale et d'actualité. La finale du 17 mai a départagé les équipes et en fonction de leur classement, les jeunes ont reçu des chèques-cadeaux Fnac et Doucet. Dans la catégorie CAP, c'est le CFA du BTP qui a remporté le concours, dans la catégorie bac pro et BP, le CFA agricole et dans la catégorie BTS, le CFA de CCI Formation.

MotoGP

[FICHIERS D'ENTREPRISES]

Le circuit Bugatti du Mans a accueilli les passionnés de moto pour l’épreuve française du championnat du monde de vitesse moto en mai dernier. Le record d'affluence du Grand Prix de France a été battu avec 90 000 spectateurs (près de 180 000 sur les trois jours). Cet événement d'envergure internationale aux nombreuses retombées économiques place Le Mans au centre de l’actualité sportive : retransmission en direct dans 207 pays, 600 journalistes présents dont 150 français. Cette année encore, l'accent a été mis sur l'accueil et le confort du public (visite de la voie des stands, rencontres avec les pilotes, concerts, show mécanique, opération baladeurs, etc.). Un nouvel écran géant a été installé pour rejoindre les dix déjà présents aux endroits stratégiques du circuit. Huit tribunes supplémentaires ont aussi été ajoutées pour l'événement, soit un total de 10 000 places assises. En moto GP, l'Australien Casey Stoner sur Honda a facilement remporté la victoire, devant son coéquipier Andrea Dovizioso et Valentino Rossi (Ducati), auteur d'une belle remontée. Dans la catégorie Moto2, c'est l'Espagnol Marc Márquez (Suter) qui l'a emporté. Et dans la catégorie 125 cc, le tout jeune pilote de 16 ans Maverick Viñales, espagnol également, s'est imposé sur Aprilia. Bonne nouvelle : Le Mans va rester le royaume de la vitesse sur deux roues en France puisque les contrats liant l’Automobile Club de l’Ouest, la société PHA (promoteur de l’épreuve) et Dorna Sports (société détentrice des droits télévisuels et marketing du Championnat du monde MotoGP) courent jusqu’en 2016. Rendez-vous l'an prochain !


actualité

FRANCHISE

Des perspectives toujours prometteuses La franchise a particulièrement bien résisté à la crise et affiche en 2010 de très bons résultats de croissance. Le 30e salon Franchise expo Paris de mars dernier a été l'occasion pour les spécialistes de faire le point sur les raisons de cette réussite et les atouts de ce modèle économique.

interview

Guy Gras président de la Fédération française de la franchise Comment a évolué le secteur de la franchise en 2010 ? Le modèle économique de la franchise a traversé de manière tout à fait honorable la crise. Le premier indicateur, qui me semble important de souligner, est la création d’emplois. En effet, les points de vente se sont étoffés en 2010 passant en moyenne de 6 salariés en 2009 à 7 salariés en 2010. De plus, 48 % des franchisés (1) affirment avoir créé au moins un emploi depuis juin 2009, ce qui est très révélateur de la bonne santé de la franchise. La franchise est un modèle prisé par les entrepreneurs : en 1997, on enregistrait 28 851 franchisés, en 2009 : 51 619 ; en 2010, ils sont 55 871 franchisés (2). Le nombre de franchiseurs est aussi en nette augmentation, passant de 517 en 1997 à 1 369 en 2009 et 1 472 en 2010 (2). Un autre indicateur est également à considérer : le chiffre d’affaires médian du franchisé est passé de 440 000 euros en 2009 à 510 000 euros en 2010 (3). La bonne résistance de la franchise s’est donc confirmée en 2010. Les franchisés en sont conscients : 77 % (3) d’entre eux jugent qu’un franchisé résiste mieux à la crise qu’un commerçant isolé. Constat très vraisemblablement partagé par ces derniers. En effet, la franchise n’attire plus seulement d’anciens salariés en quête de reconversion, mais de plus

8 maine éco juin 2011

en plus d’anciens commerçants ou chefs d’entreprise qui voient dans la franchise un moyen de soutenir leur activité. En 2010, un quart des franchisés (3) étaient à leur compte (chef d’entreprise, commerçant ou travailleur indépendant) avant de se lancer en franchise, contre 16 % (4) en 2009. Au regard du paysage commercial actuel extrêmement concurrentiel, s’associer à une enseigne est un gage de limitation des risques non négligeable.

Face aux mutations du commerce français, quelles réponses apporte la franchise ? Les acteurs de la franchise ne se contentent pas de s’adapter mais aussi d’anticiper ! Même si l’optimisme domine pour 72 % (5) des franchisés, les acteurs de la franchise ont d’ores et déjà identifié les deux grands défis à venir : le comportement de la clientèle face à la concurrence et l’utilisation des nouvelles technologies. Sensibilisés au nouveau comportement des consommateurs et aux nouveaux canaux de distribution, les franchiseurs apportent leur soutien aux franchisés : 46 % (5) des réseaux de franchise interrogés ont fortement investi ces dernières années dans les nouvelles technologies. Ainsi, le e-commerce, en plein essor depuis déjà quelques années, s’introduit de plus en plus chez les franchisés. Un tiers des franchisés sont dans un réseau

qui dispose d’un système de commerce électronique.

Quelles sont les forces du modèle de la franchise ? Cette année, nous avons observé à la Fédération française de la franchise des initiatives remarquables mises en place par des réseaux et leurs franchisés dans le cadre de l’aide au financement. Un exemple concret, le réseau Speedy a créé un fonds dédié au développement. Les franchisés en place ont ainsi la possibilité d’investir du capital dans la société du nouvel entrepreneur franchisé. Ce fonds permettra ainsi d’aider des candidats dans l’acquisition d’une franchise. Pour chaque candidat, un parrain franchisé est nommé pour l’accompagner dans son développement. Le groupe Casino Proximité a de même mis un place un parcours confiance, véritable programme d’accompagnement personnalisé des candidats à la franchise, aussi bien en matière de formation que de financement. C’est grâce à ce type d’actions que nos fondamentaux s’expriment : les relations humaines, l’accompagnement et le transfert des savoir-faire sont les clefs de la franchise ! (1) Enquête annuelle FFF-BPCE-CSA sur la franchise 2010. (2) Etude des réseaux de la franchise FFF 2010 (estimations). (3) Enquête annuelle FFF-BPCE-CSA sur la franchise 2010. (4) Enquête annuelle FFF-BPCE-CSA sur la franchise 2009. (5) Enquête annuelle FFF-BPCE-CSA sur la franchise.


actualité Point de vue Laurent Sié (1) professeur de knowledge management et franchise au sein du Groupe ESC-Pau Quelles sont les conditions de succès des franchises ? La franchise est une forme de développement des entreprises qui permet de déployer un concept rapidement sur des territoires variés. Ce système - qui consiste à répliquer par ailleurs un concept qui a déjà fait ses preuves - permet de sécuriser l'investissement argent et temps du franchisé. La plupart des franchisés ne seraient pas devenus entrepreneurs sans cette formule. C’est aussi un modèle de développement international. Le modèle de la franchise suppose trois conditions de succès : - un business performant préalablement testé et parfaitement explicité afin d’être déployé par le franchisé dans les meilleures conditions ; - un système de ressources fiables. Des ressources financières, mais aussi humaines et un système de communication performant

(animation permanente du franchiseur et reporting précis du franchisé) afin que le business soit correctement exploité ; - une rapidité de mise en œuvre afin d'avoir la taille critique nécessaire et de bénéficier des économies d'échelle (pouvoir répondre à des clients nationaux ou internationaux, construire et investir dans une marque forte, occuper les meilleurs emplacements, être compétitif sur les achats).

La franchise a-t-elle encore un avenir ? Si on se réfère aux réseaux néo-zélandais, australiens ou américains, la franchise européenne est encore très loin des scores (en valeur relative) en nombre de réseaux, en emplois créés, et en poids économique. Les statistiques internationales montrent que les pays émergents (BRIC) sont également en train de

se lancer dans ce mode de développement (près de 3 000 réseaux en Chine dont 2 200 sont chinois). Enfin la franchise est un excellent moyen d’être présent à l’étranger grâce au système spécifique des masterfranchises. Les statistiques montrent que tous les secteurs de l’économie sont concernés par le phénomène depuis la restauration rapide, jusqu’aux sous-vêtements, aux smoothies, aux services à la personne ou aux entreprises, au nettoyage industriel, etc. La franchise offre désormais de nouveaux métiers liés à l’animation des communautés de franchisés (les animateurs de réseau) et au développement (chargés de développement qui sélectionnent les éventuels franchisés, trouvent les emplacements). Ce nombre de postes créés est plus que proportionnel aux nombres de

Nombre de réseaux

Secteurs

franchises puisque celles-ci s’étendent régulièrement. La franchise est aussi un moyen de dynamiser l’activité d’un territoire. Il est donc vraisemblable que ce modèle soit appelé à se développer encore. (1) Il a co-écrit avec Marc Jauffrit, "Les facteurs clef de succès des jeunes franchises", diffusé sur le site de l’Observatoire de la Franchise.

Nombre de franchisés

2009

2010

Poids des secteurs en 2010

2009

2010

Équipement de la personne

306

329

22,4 %

7 210

6 354

Équipement de la maison

125

127

8,6 %

3 703

3 499

Alimentaire

112

123

8,4 %

7 846

8 312

Commerce divers

138

155

10,5 %

5 775

7 305

Services automobiles

49

52

3,5 %

4 641

6 133

Bâtiment

34

35

2,4 %

1 065

1 173

Nettoyage

18

21

1,4 %

54

487

Coiffure et esthétique

125

135

9,2 %

5 543

5 756

Autres services aux personnes

149

161

10,9 %

3 555

4 315

Services aux entreprises

65

70

4,8 %

1 238

1 419

Formation

16

17

1,2 %

273

302

Hôtels

22

22

1,5 %

1 390

1 699

Restauration rapide

93

103

7%

2 972

3 263

Restauration classique

61

67

4,5 %

875

993

Immobilier

50

50

3,4 %

4 430

4 081

Voyage Total

6

5

0,3 %

560

780

1 369

1 472

100 %

51 619

55 871 maine éco juin 2011 9


la vie des entreprises CHÂTEAU DE VAULOGÉ

Un établissement de prestige à Fercé-sur-Sarthe

O

uvert en 2003 après plus de dix ans de travaux, le château de Vaulogé accueille séjours, réceptions et séminaires de direction à Fercé-sur-Sarthe. Construit au XVe siècle, le château agrandi au XIXe siècle dans le style néo-gothique, est l'un des plus vastes domaines de la vallée de la Sarthe. C'est une famille milanaise, Marisa Radini et sa fille Micol Tassan, tombée sous le charme du domaine, qui le dirige. L'établissement propose des chambres d'hôtes de prestige (six chambres doubles et une suite) ainsi que trois salles dont un grand salon pouvant accueillir 35 personnes. Les loisirs sur place sont nombreux et divers : croquet, promenade le long de la rivière, tennis de table, VTT, badminton, massages chinois et piscine extérieure depuis 2010. Les visiteurs apprécient le calme et la tranquillité qui règnent dans l'établissement et le parc de 40 hectares. Au dîner, ils peuvent découvrir la cuisine maison (plats français ou italiens) préparée si possible avec les produits du potager du domaine. 80 % de la clientèle est étrangère, et surtout anglosaxone. Le château est notamment référencé dans un important guide anglais Alastair Sawdays et dans le guide Bienvenue au château, ainsi que sur Internet (Booking.com entre autres).

CABRIOLET TOURING

Un service de location de cabriolets à La Flèche Passionné d'automobiles et déjà chef d'entreprise avec Dupontavice à La Flèche (vente de mobilier pour hôtels/restaurants), Pascal Bruneau a décidé d'ouvrir une nouvelle activité, toujours à La Flèche, Cabriolet Touring. Ce service de location de cabriolets de sport et de prestige propose à ses clients des circuits à la carte en Sarthe, Anjou et Touraine pour s'évader une journée ou plus et découvrir les beaux endroits, souvent méconnus, de la région. Tous les véhicules sont équipés de GPS. La jeune société s'adresse à un public de tout âge et espère intéresser une clientèle parisienne et étrangère, ainsi que les entreprises à l'occasion de séminaires par exemple. Elle souhaite travailler en partenariat avec des établissements touristiques sarthois, le premier étant Le Domaine de Bel Air à Cérans-Foulletourte. L'activité démarre avec huit véhicules (deux ou quatre places) des marques Porsche, Audi, Nissan, Pontiac, etc. 100 000 euros ont été investis.

10 maine éco juin 2011

Passenaud et Sita créent un pôle de tri et valorisation des déchets Sur le site de 13 hectares de l'entreprise Dupont ZI Sud du Mans, fermée à la fin de l’été 2009, les groupes Passenaud et Sita (Suez Environnement) vont implanter un pôle dédié au traitement et à la valorisation des déchets appelé Valor Pôle 72. Opérationnel à partir de l’été 2012, ce centre traitera chaque année 16 000 tonnes de déchets issues de la collecte sélective de Le Mans Métropole et de huit autres communautés de communes. L’investissement s'élève à 15 millions d’euros. 40 à 50 emplois sont annoncés.

50 000 € pour B-Fast Le Conseil régional des Pays de la Loire a attribué 50 000 € à B-Fast, au titre de la PRCE (Prime régionale à la création d'entreprise industrielle). Cette société est spécialisée dans la conception d'un logiciel générateur d'interfaces tactiles, permettant de créer des bornes de paiement, bornes d'animation et bornes d'information. Ouverte en 2010 à Saint-Maixent, B-Fast s'est installée début 2011 dans un bâtiment neuf à La Ferté-Bernard, parc d'activités de La Monge. La création de dix emplois est prévue d'ici à trois ans.

Christ ouvre ses portes Dans le cadre des journées "Découverte des PME" organisées par Intermarché, l'entreprise agroalimentaire Christ a invité le public à visiter son usine de Connerré. 150 personnes (collégiens, lycéens, membres d'associations situées à Connerré et dans les communes environnantes) ont été accueillies sur deux journées. Elles ont pu découvrir la chaîne de fabrication des plats cuisinés : de la mise en boîte à l'emballage. Un vrai succès pour la PME de 120 salariés qui n'a pu répondre favorablement à toutes les demandes de visite.

MBM se développe et innove Avec l’arrivée du groupe Énergipole, nouvel actionnaire majoritaire, et le rachat de la société marseillaise Duclos Environnement, MBM a désormais les moyens de ses ambitions. La PME de Voivres-lès-Le Mans s'étend de 15 000 m² pour traiter les déchets des équipements électroniques et électriques et installe une nouvelle chaîne de traitement des tubes cathodiques. Elle a aussi créé une unité semi-mobile de désorption thermique (UDT) pour dépolluer les sols (mercure, produits chimiques ou pétroliers). La machine a été installée dans une entreprise chimique du sud de la France pour trois ans. Un premier contrat de 15 millions d'euros.


la vie des entreprises

GARNIFRUITS

300 000 euros investis

S

pécialisée dans la préparation de pommes et de poires surgelées pour l'industrie agroalimentaire, Garnifruits bénéficie d'un plan d'investissements de 300 000 euros. La PME fléchoise va ainsi doubler ses capacités d'épluchage, réorganiser les lignes de production et procéder à une réorganisation de ses locaux. Reprise par Franck Lebossé au groupe Pasquier en 2008, l'entreprise a enregistré depuis une croissance de 25 %, atteignant un CA de 2,6 millions d'euros en 2010. Son dirigeant souhaite développer le chiffre d'affaires dans les trois années à venir. Son objectif est d'atteindre une taille critique pour résister mieux aux aléas des marchés et continuer de développer une bonne qualité de service et de flexibilité tout en augmentant le nombre de clients. Il mise aussi sur l'innovation et la diversification pour progresser, notamment vers les produits frais pour les industriels et la restauration hors domicile, les produits biologiques et la préparation d'autres fruits. La PME emploie 37 salariés.

PRESTIGE CONCEPT SERVICES

Doubler le chiffre d'affaires

L

e Fléchois Franck Delalaire a créé Prestige Concept Services (PCS), spécialisée dans le nettoyage in-

dustriel, en 1995, dans un petit local de sa ville d'origine. Après son déménagement route de Sablé en 2000, l'entreprise a fortement développé son activité. Elle est en effet passée de huit salariés à 750 aujourd'hui et rayonne sur tout le grand Ouest, avec des implantations à Nantes, Rennes et Tours. PCS travaille pour des collectivités locales, des universités, des centres hospitaliers et de nombreuses

LABELIA CONSEIL ENVIRONNEMENT

entreprises privées. Un peu à l'étroit dans

Le jeune cabinet travaille sur l'affichage environnemental des produits

ses locaux, l'entreprise va certainement

Créé il y a un an par deux jeunes diplômés de l'Ismans (l'école d'ingénieurs de la CCI, spécialisée dans les matériaux et mécaniques avancés), Damien Vittaz et Mathis Denevault, le cabinet Labelia Conseil Environnement effectue pour les entreprises et les collectivités leur bilan carbone ou l'affichage environnemental de leurs produits. Sur ce marché porteur favorisé par le Grenelle de l'environnement, la SARL compte se développer. Concernant l'affichage environnemental des produits de grande consommation (vêtements, jeux, aliments, etc.), elle est la seule en Sarthe à répondre à l'expérimentation nationale soutenue par le ministère de l'Environnement. Elle travaille sur le sujet pour un client sarthois, La Mèche Rebelle, concepteur de jeux éco-conçus. Le cabinet est le seul en France à travailler sur le secteur jeux/jouets. Il rédige la méthodologie de calcul de l'impact environnemental du produit dans le cadre de la plateforme Ademe-Afnor. Une réflexion est menée sur les modalités d'affichage pour informer les clients (pictogramme, flashcode notamment). Une période de test auprès d'un panel de consommateurs est prévue de juin à décembre. Les deux jeunes entrepreneurs de 23 ans ont déjà reçu un prix de 15 000 euros dans le cadre du concours de créateurs d'entreprise Cap-Création Sarthe. Soutenus par l'Ismans depuis le lancement de leur projet de création d'entreprise, ils sont actuellement installés dans les locaux de l'école au Mans.

procéder à une extension de son siège. En mars dernier, PCS figurait parmi les 2 000 entreprises françaises récompensées par Oséo à Paris, en présence de Nicolas Sarkozy. Une récompense que le dirigeant a souhaité partager avec l'ensemble de ses salariés. L'objectif maintenant pour le chef d'entreprise : doubler le chiffre d'affaires actuel de dix millions d'euros. Il projette d'acheter une ou plusieurs sociétés. Des recrutements sont prévus dans le domaine commercial et administratif.

maine éco juin 2011 11


la vie des entreprises DATAGREX

Un "hôtel" pour données informatiques

ARBUDESS

Déménagement et nouvelle activité

D

atagrex, implanté depuis 2010 à Saint-Saturnin, est un centre de données nouvelle génération. Il a été ouvert par DRI, spécialiste de l'hébergement de sites Internet et de serveurs dédiés en Sarthe qui, avant cette création d'entreprise, louait de l'espace sécurisé hors département. Ce centre, le premier en Sarthe, propose à ses clients une salle blanche neutre (n'appartenant à aucun opérateur) pour héberger leurs données informatiques dans des conditions sécurisées et facilement accessibles 24 h/24 avec une connexion Internet classique ou professionnelle selon les besoins. Confier son informatique centrale à des professionnels permet ainsi aux entreprises de se concentrer sur leur métier tout en limitant les risques de pertes, vols, dégradations ou coupures de courant. À partir de 200 € HT par mois, TPE et PME peuvent externaliser leur serveur de gestion comptable, commerciale ainsi que toute autre application propre à leur métier. DRI et Datagrex font partie du groupe Ourken qui compte trois sociétés et réalise un chiffre d'affaires global estimé à un million d'euros pour 2011. Le groupe compte 6 000 clients (collectivités locales, associations, entreprises en France et à l'étranger).

LE PETIT CAMPAGNARD

Des recettes sur des cartes à jouer

Éric Damenet, chef du Petit Campagnard à Rouperroux-leCoquet depuis plus de 18 ans, a l'esprit créatif. Non seulement il invente de nouvelles recettes qui privilégient les produits du terroir et les producteurs locaux (potées de pissenlits, courgettes farcies aux rillettes, etc.), mais il propose à ses clients de les découvrir sur… des cartes à jouer. Le titre est évocateur : Le cœur dans l'assiette. Après la série de treize cartes-recettes "piques", éditée en janvier 2011 sur le thème des fêtes, et la série "cœurs" en avril sur les entrées et salades, il lance en juin les recettes "trèfles" sur les barbecues, et en septembre les "carreaux" sur les gibiers et volailles. Le principe : des recettes faciles et des adresses de fournisseurs. Cette initiative originale a du succès. Sur les 2 000 exemplaires édités de la première série, il n'en reste plus que 200. Des rééditions sont prévues. Vendues 2 € la série au restaurant et dans divers commerces sarthois, les petites cartes plaisent aux clients, prêts à passer rapidement derrière les fourneaux pour profiter des trucs et astuces du cuisinier. Pour Noël prochain, le chef a prévu de publier un livre de cuisine avec des recettes un peu plus complexes. Le Petit Campagnard peut accueillir des fêtes familiales ou des séminaires jusqu'à 200 personnes et propose également un service traiteur jusqu'à 600 personnes. Le restaurant emploie quatre personnes (plus des extras).

12 maine éco juin 2011

C

réée en 1976 au Mans, la SARL Arbudess a depuis déménagé plusieurs fois pour faire face à l'évolution de son parc machines. Début 2011, elle s'est installée à La Chapelle-Saint-Aubin, pour occuper plus d'espace (300 m²), mais aussi pour assurer une meilleure visibilité de l’entreprise. Au départ, l'entreprise vendait des produits destinés aux architectes, aux bureaux d’études et aux étudiants des beaux arts. Puis la reproduction de documents a commencé avec les tireuses de plans à l’ammoniac et les premières photocopieuses A4 et A3. Au fil du temps, le matériel a évolué. Arbudess, avec ses imprimantes couleurs grand format, ses scanners couleurs petit et grand formats ainsi que tout le matériel de finition (reliure, gravure de CD, plastification…) est aujourd’hui capable de répondre à quasiment toutes les demandes de ses clients, particuliers et professionnels. Sa dernière acquisition : une imprimante couleur grand format peut imprimer sur tous les supports existants de 20 cm d'épaisseur maximum (verre, bois, plastique, carrelage, métal...) ainsi que sur des objets (ordinateurs portables, portes, parquets épais, briques...) et des surfaces fragiles telles que le polystyrène (dalles de plafond) ou le plastique à bulles (emballage personnalisé). Claude Rohée, le dirigeant depuis 2003, et ses trois salariés entendent ainsi assurer la décoration ou la personnalisation des locaux ou des objets de leurs clients. Arbudess a réalisé un chiffre d'affaires de 295 000 euros en 2010.


actualité

DÉVELOPPER ET FIDÉLISER SA CLIENTÈLE

Pensez réseau social ! Les réseaux sociaux existent depuis l’avènement d’Internet et sont aujourd’hui utilisés par près d’une PME sur cinq. Qu’ils se nomment Facebook, Viadeo, My space ou encore Twitter, ils constituent aujourd’hui, pour l’entreprise, un moyen efficace d’instaurer une relation de proximité avec ses clients et de développer son activité. Il faut cependant rester vigilant quant aux informations divulguées.

L

[pratique] Le service TIC de la CCI du Mans et de la Sarthe informe et forme les entreprises et les commerçants qui souhaitent se lancer sur les réseaux sociaux. N'hésitez pas à vous renseigner au 02 43 21 00 01. 14 maine éco juin 2011

a communication à sens unique est terminée. Grâce aux réseaux sociaux, les clients peuvent désormais réagir sur la toile, donner leur avis, prendre la parole, poser des questions sur l’activité ou les produits qu’on leur propose. "Le réseau social est particulièrement bien adapté aux PME et aux TPE, insiste Jérémi Lepetit, directeur du développement et associé chez Make-me-Viral, agence spécialisée en stratégie sociale média. La force de ce type d’entreprises, par rapport aux grands groupes, réside dans la proximité et la réactivité qu’elles développent vis-à-vis de leur clientèle. Un réseau social, comme Facebook, réussit à leur apporter un retour d’expérience direct et personnalisé." En ce sens, les réseaux sociaux, tout comme les blogs, peuvent être plus efficaces qu'un site Internet.

Un outil aux multiples possibilités Les utilisations que l’entreprise peut faire d’un réseau social sont variées. Elle peut à minima informer sa clientèle sur les horaires d’ouverture ou les

promotions, mais cet outil peut remplir des fonctions beaucoup plus ambitieuses : les PME ont la possibilité de développer un véritable service client en ligne via leur page Facebook ou Twitter. Les internautes posent leur question ou expliquent leur problème et l’entreprise apporte la réponse quasi instantanément. "Ainsi les clients n’ont plus à patienter sur une hotline. Ce service permet d’être plus efficace," poursuit Jérémi Lepetit. Les réseaux sociaux servent aussi à entretenir une relation plus personnelle et à récompenser les internautes avec des promotions qui leur sont réservés. L’image de l’entreprise s’en trouve valorisée. Le support a également prouvé son efficacité dans la recherche de partenaires ou de fournisseurs à partir de critères précis comme la taille de l’entreprise, le secteur d’activité ou son implantation géographique. Ce type de ciblage permet aussi d’intégrer des groupes professionnels de discussion pour échanger avec des entreprises du même secteur d’activité et obtenir des informations sur les évolutions du marché ou les attentes du client.

Les limites des réseaux sociaux Le réseau social présente beaucoup de côtés positifs mais il est nécessaire, pour une PME, de prendre un certain nombre de précautions. La nature même de ce support très attrayant rend la frontière entre sphère privée et sphère publique de plus en plus ténue. "Parmi le nombre élevé d’informations diffusées, certaines données sensibles pour l’entreprise peuvent être divulguées sur la place publique, par manque de vigilance. L’inscription de la société à un forum thématique particulier, une donnée professionnelle apparemment anodine écrite par un salarié sur un forum privé… beaucoup d’éléments sont susceptibles d’être lus, interprétés et potentiellement exploités par un nombre considérable de personnes", remarque Frédéric Renault, chargé de projets TIC à la CCI sarthoise. Pour autant, ces réserves ne doivent pas empêcher l’entrepreneur de recourir au réseau. "Il faut aller sur ce média en confiance en ayant toujours à l’esprit les précautions d’usage : savoir


actualité

[ZOOM] ce que l’on dit, à qui on le dit et surtout au nom de qui on le dit." De plus, pour qu’une page Internet soit efficace, il faut que son contenu soit actualisé continuellement. "Se lancer dans un outil de ce type sans s’y investir peut être contre-productif, poursuit Frédéric Renault. Une page immobile sans actualité renverra une image dévalorisée de l’entreprise. On pensera, à tort, que le commerçant n’est pas à l’écoute alors qu’il n’a tout simplement pas le temps de consulter le réseau social." Autre obligation : les conditions générales d’utilisation (CGU) de ces plateformes de réseaux sociaux qui, si elles ne sont pas respectées, peuvent entraîner la suppression du compte. "Heureusement, tout n’est pas permis sur le réseau", souligne Jérémi Lepetit. L’instauration de ces limites permet d’encadrer le développement de ce média qui, s’il est utilisé à bon escient, constitue un outil d’échange et de fidélisation irremplaçable. Z Hervé Chaillou

Le Mans Motos en pôle position sur Facebook Implanté sur le territoire depuis plus de vingt ans, Le Mans Motos, concessionnaire Ducati-Triumph employant cinq salariés, a lancé, à l’instar de certaines PME sarthoises, sa page Facebook. Mis en place depuis seulement quelques mois, le support regroupe déjà plus de 1 200 fans. "Aujourd’hui, nous communiquons uniquement via le réseau social et c’est une grande réussite", se réjouit Benjamin Lachambre, gérant, depuis octobre 2010, de l’entreprise basée à Arnage. "Facebook n’est pas seulement un réseau privé mais également un média professionnel. Il nous a permis de redynamiser l’activité, de fidéliser nos clients et d’intéresser de nouveaux prospects." Pour preuve, le chiffre d’affaires mensuel augmente en moyenne de 23 % depuis la mise en place du réseau social, ce qui représente concrètement la vente de deux à trois motos supplémentaires chaque mois. "Au début, c’était vraiment un défi de communiquer à travers ce support original mais, quand nous avons constaté que notre page comptait déjà 500 fans en un mois, j’ai compris que le pari était gagné." Outil commercial efficace, le réseau social est surtout un moyen d’échange pour les internautes. "Les motards forment une grande famille, insiste Benjamin Lachambre. En ce sens, ils se reconnaissent tout à fait dans Facebook". Toute la journée, le forum de l’enseigne fourmille d’astuces techniques, de conseils en tout genre, de vidéos ou de photos, de commentaires sur du nouveau matériel. "Chaque client ou passionné peut apporter son témoignage, faire connaître des sorties à venir, donner des conseils à d’autres motards. C’est un vrai partage où chacun se sent valorisé." La dernière journée "portes ouvertes" de Le Mans Motos illustre parfaitement la puissance du réseau social en terme de communication. "Nous avions relayé l’événement uniquement sur Facebook et nous attendions environ

Benjamin Lachambre a redynamisé son activité grâce à sa page Facebook.

2 à 300 personnes, se souvient Benjamin Lachambre. Finalement, nous avons accueilli 800 personnes dans la journée, une affluence jamais atteinte auparavant." Les visiteurs de la page utilisent aussi le support pour faire part, en direct, de leur ressenti sur les tendances et les envies du moment. "Ces informations nous sont évidemment très précieuses afin que nos produits soient toujours adaptés à la demande." Pour que la page soit visitée, il est nécessaire qu’elle soit actualisée en permanence. Benjamin Lachambre consacre en moyenne quatre heures par jour pour participer aux échanges, rechercher et mettre en ligne du contenu intéressant que les internautes pourront commenter ou enrichir. "Je m’attache à répondre à toutes les personnes. Le réseau social est gratuit mais sa mise à jour demande du temps. Cette contrainte réelle est largement compensée par la dynamique positive qu’il engendre."

maine éco juin 2011 15


environnement

CONVENTION D'AFFAIRES ENR GREEN AU MANS

Pour les professionnels des énergies renouvelables Fort de la réussite de la première édition en 2010, la Chambre de commerce et d'industrie sarthoise et Sarthe développement renouvellent la convention d'affaires ENR Green, les 11 et 12 octobre prochains au MMArena. Cet événement national exclusivement B to B est dédié aux filières des énergies renouvelables et de la maîtrise de l'énergie, avec cette année, une approche de la performance énergétique des bâtiments et de l'éclairage public.

endant les deux jours de l'édition 2010 de ENR Green, quatre commerciaux ont réalisé 91 rendez-vous. Cela représente un mois de prospection", assure Cegelec Ouest, également partenaire fondateur de cette convention d'affaires avec Vinci Énergies. Pour cette dernière entreprise, "le concept de la convention d'affaires est d'une efficacité hors pair, non seulement grâce à la quantité de rendez-vous effectués en un temps record, mais également en termes de bilan carbone. Car s'il avait fallu réaliser les 130 rendez-vous que Vinci Énergies a honoré sur les deux jours d'ENR Green, nous aurions dû mettre à contribution plusieurs équipes, donc véhicules, sur les routes pendant plusieurs semaines".

P

Des rendez-vous d'affaires préprogrammés Cet événement "2 en 1" séduit à la fois les collectivités et les professionnels. D'une part, la convention d'affaires repose sur l'organisation de rendez-vous ciblés. Ainsi, les participants peuvent

bénéficier d'un planning complet de rencontres avec des interlocuteurs pertinents préalablement identifiés et sélectionnés. Ces rendez-vous préprogrammés permettent de développer un réseau, initier des projets, d'obtenir des informations privilégiées et d'optimiser le temps/le coup de prospection. L'enquête de satisfaction d'ENR Green 2010 a fait ressortir que les participants jugent à 90 % cette convention d'affaires plus efficace qu'un salon traditionnel. Pour Emmanuel Pousset, dirigeant de Solewa, spécialiste en Sarthe du solaire photovoltaïque présent à l'édition 2010, "ENR Green est un concept novateur et de bonne qualité qui nous a permis d'initier des projets". D'autre part, ENR Green, c'est aussi deux jours de congrès avec un cycle de conférences et des tables rondes pour bénéficier des compétences et des retours d'expériences d'experts et de professionnels pour enrichir la réflexion des participants. Tous les acteurs des énergies renouvelables seront de nouveau réunis au Mans les 11 et 12 octobre prochains,

à savoir les fabricants de matériels et d'équipements, distributeurs, fournisseurs de solutions, les sous-traitants, les collectivités, architectes, bureaux d'études… Les organisateurs, que sont la CCI et Sarthe développement, confirment avec cette 2e édition leur volonté de porter ENR Green au niveau national et d'en faire un événement incontournable pour les professionnels du secteur des énergies renouvelables et de la performance énergétique. L'objectif de ces acteurs sarthois fortement impliqués dans le développement économique de leur territoire, est de soutenir ces nouvelles activités, aider à la diversification des industries du territoire et d'ancrer la Sarthe dans ce secteur plein de promesses. Alors n'hésitez plus à vous inscrire en ligne en quelques minutes… Z Maryse Gauthier Contact CCI : Cyrille Naoarine, service Industrie au 02 43 21 00 32

Plus d'information : www.enr-green.com

[Chiffres 2010] - 480 personnes, soit plus de 300 entreprises et collectivités, ont participé aux rendez-vous d'affaires (dont 26 entreprises étrangères ou filiales françaises de groupes étrangers) - 3 805 rendez-vous d'affaires dont les ¾ avaient été organisés et planifiés à l'avance - 240 personnes ont assisté aux dix conférences - 86 % taux de satisfaction maine éco juin 2011 17


industrie

SEMAINE DE L'INDUSTRIE EN SARTHE

Un bilan positif pour cette première Rendre les métiers de l'industrie attractifs… un véritable enjeu pour la Semaine de l'industrie organisée au niveau national. Cette première édition est une réussite en Sarthe.

V

aloriser l'industrie et faire découvrir ses métiers, tel était l'objectif de la Semaine de l'industrie (1) organisée en avril dernier, suite aux États généraux de l'industrie du printemps 2010. En Sarthe, l'UIMS, le Medef, la Fédération du BTP et la CCI se sont mobilisés pour présenter un programme principalement destiné aux jeunes avec visites d'entreprises industrielles, conférence sur les métiers de l'industrie à la CCI et visites de CFA (BTP, Afpi et CCI). Avec plus de 350 participants et 21 "portes ouvertes" en entreprises, les partenaires sont satisfaits de cette première édition. "En Sarthe, tous les acteurs se sont réunis et nous avons noué de bonnes relations avec l'Éducation nationale pour mieux faire connaître l'industrie et ses métiers", se félicite Samuel Chevallier, président du Medef Sarthe et élu CCI. "Les entreprises ont globalement apprécié ce type

18 maine éco juin 2011

d'échanges et de prises de contacts positifs, affirme Jean-Claude Pasteau, délégué général de l'UIMS. C'était une bonne occasion pour les industriels de montrer leurs savoir-faire, leurs métiers et la passion qui les anime. Cette manifestation devrait nous permettre de mettre en place des opérations durables avec les prescripteurs de l'emploi et l'Éducation nationale." Si l'industrie souffre d'un déficit d'image, le secteur représente en France près de 4 millions d'emplois directs dans 200 000 entreprises. "On a maintenant compris que la croissance dans notre pays ne peut pas être assurée uniquement par les secteurs du commerce et des services. L'industrie est créatrice de richesses, ajoute Samuel Chevallier. Et même si une industrie rencontre des difficultés, elle peut avoir des besoins de compétences et de renouvellement de ses effectifs".

De réelles opportunités de carrière Dans les prochaines années en effet, le secteur industriel va recruter plusieurs milliers de personnes par an. "Il faut que les jeunes pensent à faire carrière dans l'industrie, un secteur qui offre de vraies opportunités professionnelles, avec des rémunérations souvent supérieures à celles des autres secteurs d'activité, notamment les services", souligne Jean-Claude Pasteau. Plus de 400 postes sont à pourvoir cette année en Sarthe. Les opérateurs qualifiés (tourneurs, fraiseurs) et les techniciens sont particulièrement recherchés. Et ce ne sont pas des univers réservés aux garçons ! "Compte tenu de l'évolution des conditions de travail, la quasitotalité des métiers est désormais ouverte aux femmes. Reste à mieux orienter les filles. Un exemple : alors qu'elles devancent souvent les garçons dans les filières scientifiques du


industrie

À LA DÉCOUVERTE DES MÉTIERS CHEZ CLAAS

édition secondaire, elles se dirigent peu vers les formations d'ingénieurs", regrette le délégué général de l'UIMS. En fait, rares sont les jeunes qui ont l'occasion de visiter une usine. Du coup, ils en ont une image assez austère… avec des métiers difficiles. Or, la palette est très large : de l'opérateur à l'ingénieur, avec des possibilités d'exercer son métier dans différents secteurs d'activité et d'évoluer professionnellement. Après cette Semaine de l'industrie, et en attendant la prochaine édition du 19 au 25 mars 2012, les différents acteurs réunis pour l'occasion vont continuer à promouvoir les métiers industriels. L'UIMM poursuit ainsi sa campagne nationale de communication, avec notamment des émissions destinées aux jeunes sur M6 et W9, Mon métier à venir en septembre. Z Karine Méteyer (1) Plus de 100 000 participants et 1 481 événements organisés dans toute la France (portes ouvertes, expositions, interventions en milieu scolaire).

9 h, le 8 avril dernier, une cinquantaine de personnes - 35 lycéens de Touchard au Mans, 4 collégiens de Saint-Michel à Loué, des conseillers d'orientation, des enseignants, des conseillers Pôle emploi… et un étudiant chinois à l'université du Maine - se sont donné rendez-vous chez Claas dans le cadre de la Semaine de l'industrie. L'usine d'assemblage de tracteurs du Mans s'est en effet associée à cette manifestation pour faire découvrir son univers à un public qu'elle ne touche pas habituellement lors des visites qu'elle organise régulièrement. Une première pour ces jeunes qui n'ont jamais mis les pieds dans une entreprise industrielle. "C'est l'occasion de voir vraiment comment ça se passe dans une usine", commentent les élèves de 3e. "Souvent, le public, et les jeunes en particulier, ont une image de l'industrie qui ne correspond pas à la réalité, surtout en ce qui concerne les conditions de travail, souligne Agnès Pokorny, responsable Ressources humaines opérationnelles et communication interne. C'est l'occasion de les familiariser avec le site et les différents métiers chez Claas, découvrir comment s'organise une usine, au-delà de l'opérationnel." Après un accueil convivial, les visiteurs visionnent une vidéo de présentation de l'entreprise et de son volet haute technologie : Claas a déposé 5 000 brevets depuis sa création en 1913.

Ils visitent ensuite toute l'usine : la chaîne de montage des tracteurs, la nouvelle unité de peinture ouverte en 2010 et découvrent les différents métiers. Opérateurs de montage, coordinateurs, contrôleurs, approvisionneurs, logisticiens, responsables qualité, techniciens, dessinateurs, ingénieurs, postes administratifs (RH, achats, finances, marketing, etc.)… dans cet établissement de 650 salariés, comme dans bien des entreprises industrielles, les métiers sont nombreux et variés. Et les évolutions de carrière aussi. À l'issue de la visite, Jean-Claude Pasteau, délégué général de l'UIMS, indique que "les entreprises industrielles - petites ou grandes - accueillent de jeunes talents. Quel que soit leur niveau de formation, l'industrie leur offre des possibilités de carrière où ils peuvent s'épanouir et évoluer".

Claas a pu faire découvrir aux jeunes les différents métiers existant dans l'usine.

w ww.c lar alemans .peu g eo t .fr

Vos conseillers commerciaux sociétés : Franck LANGEVIN : 06 21 43 41 36 Alexandre MARCHAND : 06 15 49 82 14 Romain LHERMITTE : 06 77 64 92 77

Z.I.S. - 2 bd P. Lefaucheux - LE MANS - 02.43.506.506 maine éco juin 2011 19


prévention SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL

Toujours des efforts à faire… et la formation de tout le personnel, pour éviter de céder au fatalisme."

Kadmy - Fotolia

Les accidents de trajet sont également en retrait : 4 766 en 2009 contre 4 889 en 2008 (- 2,52 %, - 1,8 % ramené à l'effectif). 16 accidents mortels sont à déplorer (23 en 2008). "Une évolution sans doute due à une combinaison d'actions pour réduire le risque routier : politique publique de prévention, mise en place de moyens de déplacements collectifs, covoiturage, etc."

Tous les ans, la Carsat des Pays de la Loire (ex Cram) publie des chiffres sur les accidents du travail et les maladies professionnelles. En 2009, le bilan est contrasté. Avec 1 015 644 salariés, plus de 50 000 sinistres avec arrêt (accidents du travail, accidents de trajet et maladies professionnelles) ont été déclarés.

L

es accidents du travail sont en diminution de 12 % par rapport à 2008 (41 193 contre 46 333), un chiffre ramené à 11,5 % pour tenir compte de la légère baisse des effectifs. Ce bon résultat permet d'atteindre un indice de fréquence de 40,6 pour 1 000 salariés, soit le chiffre le plus bas jamais atteint dans la région. Une baisse relevée dans tous les secteurs d'activités, même s'il reste très élevé dans certains (76,3 pour le secteur du bâtiment et des travaux publics et 53,7 pour celui de l'alimentation). "L'interprétation des données statistiques n'est jamais simple car de nombreux facteurs interagissent entre eux, prévient Dominique Desaubliaux, ingénieur conseil de la Carsat Pays de la Loire. Toutefois, ce résultat est la combinaison de l'effort de prévention des entreprises et d'une baisse sensible de l'activité économique en 2009". L'évaluation des risques professionnels est devenue obligatoire depuis 2002 pour toutes les entreprises : "C'est un outil performant pour mener une démarche de prévention. Mais il ne suffit pas. Seul l'engagement fort et affiché de la direction peut faire progresser en donnant du sens au plan d'action mis en place. Il faut aussi du volontarisme par l’implication personnelle des cadres

Les maladies professionnelles en hausse Par contre, le nombre de maladies professionnelles a augmenté de 9 % : 4 908 en 2009 contre 4 502 en 2008. Les affections périarticulaires représentent 84 % des maladies professionnelles reconnues (+ 491 cas reconnus) et l'amiante 8 % (- 75 cas reconnus). Plus de 90 % des cancers reconnus en tant que maladie professionnelle sont dus à l'inhalation de poussières d'amiante. "Plus de 12 % des salariés et 20 % des ouvriers sont exposés à au moins un agent cancérogène selon l’enquête Sumer menée par des médecins du travail. Les cancers professionnels sont d’origines diverses : physique, biologique ou chimique. Les agents cancérogènes chimiques étant particulièrement nombreux (poussières de bois, de silice, formol, trichloréthylène…), souvent ils ne peuvent pas être repérés avec les étiquettes de sécurité ou les fiches de données de sécurité. Pourtant le risque est bien présent." Les techniciens de prévention de la Carsat sont formés pour aider les entreprises, les TPE notamment, à mener leurs actions de prévention prioritaires et ainsi atteindre leurs objectifs opérationnels.

HABRIAL MANUTENTION PRÉSENT AU SALON PRÉVENT'OUEST Pour la cinquième fois, Prévent'Ouest, le salon de référence pour la maîtrise des risques et la qualité de vie au travail, était présent dans l'Ouest, à Rennes en mai dernier. Avec plus de 8 000 visiteurs, 350 exposants et 110 conférences, c'est un événement qui permet de découvrir des solutions pour réduire les risques professionnels et optimiser les conditions de travail. Habrial Manutention, entreprise de 17 salariés implantée à Changé, y participait pour la deuxième fois. "Ce salon est l'occasion de nous faire connaître et de mettre en avant nos savoirfaire, explique Dominique Habrial, son dirigeant. Nous commercialisons des matériels de manutention plus ergonomiques. Nous mettons en avant ce qui permet de soulager les opérateurs. Sur ce type de salon, on rencontre ceux qui travaillent sur ces problématiques : grandes entreprises, ergonomes, médecins du travail, etc. Ils collectent des informations pour étudier les possibilités d'amélioration. Les petites entreprises, prises par leurs activités, sont malheureusement absentes," regrette le chef d'entreprise.

Z Karine Méteyer Plus d'information : www. carsat-pl.fr maine éco juin 2011 21


juridique

L'OUVERTURE DES DROITS À LA RETRAITE DU COMMERÇANT

Les incidences sur le bail commercial L’ouverture des droits à la retraite d’un commerçant lui permet de se "défaire" de son bail commercial, soit par une résiliation à tout moment, soit par une cession à un tiers pour une autre activité. La loi (1) assouplit le cumul emploi/ retraite permettant aux personnes ayant atteint l’âge légal du départ à la retraite de faire valoir leurs droits et de reprendre, par ailleurs, une activité professionnelle.

l est utile de revenir sur ces dispositions à l’occasion de la parution d’une réponse du ministre du Travail, de la solidarité et de la fonction publique, en date du 15 mars 2011, portant sur la possibilité, pour le commerçant, de cumuler les avantages liés à une cession de son bail commercial avec la poursuite d’une activité dans le cadre des dispositions susmentionnées.

I

La seule limite à l’exercice de ce droit réside dans la compatibilité de la nature des activités envisagées par le repreneur avec la destination, les caractéristiques et la situation de l’immeuble. Les clauses interdisant la cession du bail en dehors de la vente du fonds de commerce sont inapplicables. Il en va de même pour les clauses d’agrément du successeur.

Le principe La procédure Lorsque le commerçant entend faire valoir ses droits à la retraite, l’article L. 145-51 du code de commerce confère la faculté au locataire du bail commercial, qu’il soit commerçant, associé unique d’une EURL ou gérant majoritaire depuis au moins deux ans d’une SARL, de céder le droit au bail pour une autre activité que celle mentionnée dans le bail. 22 maine éco juin 2011

Le commerçant doit signifier, par acte d’huissier, au propriétaire des murs ainsi qu’aux créanciers sur le fonds de commerce, son intention de céder le bail, en précisant la nature des activités envisagées par le repreneur et le prix proposé. En revanche, il n’est pas obligatoire de préciser le nom du repreneur.

Le bailleur dispose alors d’un délai de deux mois, à compter de la réception de cette signification, pour : > exercer son droit de préemption sur le bail qui consiste à le racheter en priorité ; > s’opposer à l’exercice des nouvelles activités envisagées en saisissant le Tribunal de grande instance du lieu de la situation du fonds ; > accepter explicitement ou tacitement la cession. À défaut d’une réponse dans le délai imparti, son silence vaudra acceptation. La question précitée du 15 mars 2011 portait, précisément, sur le cumul possible de ces dispositions avec la poursuite d’une activité commerciale consécutive à la vente d’un bail commercial aux conditions posées par l’article L 145-51 du code de commerce. Selon le ministre du Travail, de la solidarité et de la fonction publique, il est


juridique

effectivement possible de cumuler le bénéfice des dispositions de l’article L 145-51 du code de commerce avec la reprise d’une activité commerciale à la suite d’une cession du bail à condition de : > avoir liquidé l’ensemble de ses droits à pension auprès des régimes de retraite auxquels le commerçant est affilié ; > être âgé d’au moins 60 ans (pour les assurés nés avant le 1er juillet 1951) et avoir validé l’ensemble de ses trimestres ou être âgé de 65 ans si le commerçant n’a pas validé ses trimestres (pour les assurés nés avant le 1er juillet 1951). La condition tenant à la radiation effective du registre du commerce et des sociétés, imposée, en principe, après avoir liquidé lesdits droits à la retraite, n’est pas requise lorsque le commerçant adresse un courrier au régime social des indépendants indiquant son souhait de poursuivre une activité professionnelle.

Cumul envisageable d’une reprise d’activité avec la résiliation du bail pour départ à la retraite A priori, le commerçant qui veut résilier son bail n’entend pas poursuivre une autre activité. Toutefois, il existe des situations dans lesquels ce dernier envisage d’installer son activité dans d’autres locaux et continuer son exploitation. Dans ce cas, il pourra recourir aux dispositions de l’article L 145-4 alinéa 4 du code de commerce relatif à la résiliation du bail pour départ à la retraite. La résiliation intervient, généralement, lorsque le commerçant ne trouve pas de repreneur au bail commercial. Par dérogation au principe selon lequel le locataire ne peut mettre fin au bail commercial qu’à l’issue d’une période triennale, le fait de faire valoir

ses droits à la retraite lui permet, de donner congé à tout moment, sous réserve de le signifier au bailleur par acte d’huissier et en respectant un préavis d’au moins six mois prenant effet au dernier jour du trimestre civil en cours. En reprenant les termes de la réponse ministérielle précitée, il est possible d’admettre que le commerçant résiliant son bail pour départ à la retraite puisse poursuivre une activité professionnelle à condition, toutefois, de répondre aux conditions précitées.

Les limites du cumul Un tel cumul emploi-retraite peut être limité dans certains cas prévus par le législateur et, notamment, lorsque le départ à la retraite conditionne l’obtention de certaines aides. Il en va ainsi lorsque le commerçant a bénéficié ou souhaite bénéficier de l’aide à caractère social instituée en faveur des commerçants et artisans dont le fonds de commerce est difficilement transmissible instituée par la loi de finances pour 1982. Tel qu’indiqué dans la réponse ministérielle, l’article 18 de l’arrêté du 30 décembre 2004, fixant les conditions d’obtention de cette aide, précise qu’elle n’est attribuée qu’à condition que le commerçant mette en vente son fonds de commerce ou son droit au bail, qu’il s’engage à renoncer à toute activité et qu’il se fasse radier du registre du commerce et des sociétés.

Les aspects fiscaux de la cession du bail commercial dans le cadre d’un départ à la retraite En principe, lorsque la valeur de cession du bail commercial est supérieure à sa valeur d’acquisition, il y a lieu de constater une plus-value au titre de l’exercice en cours puisqu’il s’agit d’une sortie du patrimoine

professionnel d’une immobilisation. Si le bail commercial est détenu depuis deux ans et plus, cette plus-value est imposable au taux de 19 % auquel il faut ajouter 12,3 % de prélèvements sociaux. Il existe, toutefois, des mesures visant à exonérer l’imposition de cette plus-value : l’exonération des plus values pour départ à la retraite de l’article 151 septies A du CGI. Cet article exonère d’impôt les plus-values professionnelles réalisées par le commerçant cédant son fonds de commerce à l’occasion de son départ à la retraite. Dès lors, il reste inapplicable lorsque celui-ci entend vendre son bail commercial indépendamment de son fonds. Dans ce cas, il pourra se prévaloir d’une autre disposition prévoyant une exonération des plus-values des très petites entreprises : l’exonération des plus-values de l’article 151 septies du CGI. Une alternative peut être trouvée à l’article 151 septies du CGI qui permet d’exonérer les plus-values réalisées par le commerçant ayant exercé son activité depuis au moins 5 ans à l’occasion de la cession du fonds de commerce ou de l’un de ses éléments. Cet article permet de bénéficier d’une exonération en cas de cession du bail commercial à condition, toutefois, que les recettes d’exploitation HT n’excèdent pas : • 90 000 € pour les entreprises de prestations de services ; • 250 000 € pour les entreprises industrielles ou commerciales de vente et fourniture de logements. Il existe un dispositif d'exonération partielle et dégressive institué lorsque les recettes sont comprises : • entre 90 000 € et 126 000 € pour les entreprises de prestations de services, • et entre 250 000 € et 350 000 €, dans tous les autres cas. Pour l’application de ces dispositions, le montant exonéré de la plus-value est

déterminé en lui appliquant : • pour les entreprises de prestations de services, un taux égal au rapport entre, au numérateur, la différence entre 126 000 euros et le montant des recettes et au dénominateur, le montant de 36 000 euros. • Pour les autres, un taux égal au rapport entre, au numérateur, la différence entre 350 000 euros et le montant des recettes et au dénominateur, le montant de 100 000 euros. Exemple : un commerçant en prêtà-porter vend son bail commercial et dégage, à ce titre, une plus value de 40 000 euros. Son chiffre d’affaires HT pour 2010 est de 320 000 euros. Calcul du taux d’exonération : (350 000 - 320 000) / 100 000 = 30 %. Montant de la plus-value exonérée : 40 000 x 30 % = 12 000 euros. Dès lors, cette mesure ne concerne que les entreprises dont le chiffre d’affaires reste modeste. Source : Service Inforeg de la Chambre de commerce et d'industrie de Paris www.inforeg.cci.fr (1) La loi de financement de la sécurité sociale du 17 décembre 2008 (n° 2008-1330).

maine éco juin 2011 23


Dossier L’ALTERNANCE

Un passeport pour l’emploi ! En l’espace de deux décennies, l’alternance a conquis ses lettres de noblesse et s’impose comme l’un des modes de formation les plus efficaces et les mieux adaptés aux besoins conjugués des entreprises et des jeunes ou adultes en voie de reconversion. Cependant, bien que ce dispositif présente d’indéniables intérêts, pour les salariés comme pour les chefs d’entreprise, de trop nombreux professionnels tardent encore à l’adopter, faute d’être suffisamment informés ou par croyance en des préjugés erronés. Pourtant, les aides proposées, déjà nombreuses et adaptées, ne cessent de se développer.

B

eaucoup l’ont sans doute oublié, mais lorsque l’alternance, et principalement l’apprentissage, a pour la première fois été inscrite au premier rang des priorités d’un gouvernement (celui d’Édith Cresson), la levée de boucliers fut quasi-unanime dans la classe politique. À l’évidence, ce mode de formation, développé depuis des années déjà dans plusieurs pays voisins, ne faisait pas partie de la culture économique et éducative française. Il était même synonyme d’échec scolaire et de voie professionnelle sans issue.

24 maine éco juin 2011

Au rappel de ces faits, on mesure mieux le chemin parcouru et combien, en moins de vingt ans, les mentalités ont évolué. En effet, en 2011, l’alternance est parée de presque toutes les vertus et on ne lui trouve plus guère de détracteurs parmi les dirigeants politiques et les responsables économiques français.

80 % de réussite Il est vrai que les résultats plaident en faveur de ces dispositifs. "Moins de six mois après avoir obtenu leur diplôme

dans le cadre d’un contrat d’apprentissage, huit jeunes sur dix ont un emploi", constate Julia Pôté qui occupe le poste de développeur de l’apprentissage de la CCI. Les parcours de professionnalisation donnent eux aussi pleinement satisfaction même s’il est plus difficile de les quantifier. En Pays de la Loire, les élus ont choisi de favoriser la voie professionnelle tant en lycée qu'en alternance. "Notre région est celle qui affiche le pourcentage le plus élevé d’apprentis par rapport à l’ensemble de la population active",


Contrat d'apprentissage et contrat de professionnalisation

Des faux jumeaux L’alternance recouvre deux offres de formation : l’apprentissage et la professionnalisation. Toutes deux ont en commun de proposer, d’une part un enseignement général et technique au sein d’un centre de formation, d’autre part une expérience professionnelle au cœur d’une entreprise. Le contrat d’apprentissage s’adresse aux jeunes de 16 à 25 ans (inclus) sur une durée de 1 à 3 ans et doit se traduire par l’obtention d’un diplôme ou d’un titre professionnel reconnu par l’État. Sous certaines conditions, l’apprentissage peut être ouvert à des moins de 16 ans et à des plus de 25 ans (personnes handicapées notamment). Le contrat de professionnalisation est également destiné aux jeunes de 16 à 25 ans, mais aussi - et surtout - aux demandeurs d’emploi âgés de 26 ans et plus, ainsi qu’aux bénéficiaires du RSA, de l’allocation de solidarité spécifique ou de l’allocation aux adultes handicapés. Il a valeur de qualification professionnelle reconnue par l’État et/ou la branche professionnelle. Sa durée varie entre 6 et 12 mois (voire 24 mois dans certains cas) et il peut être signé avec tout employeur assujetti au financement de la formation professionnelle continue.

souligne Sylvie Eslan, vice-présidente du Conseil régional des Pays de la Loire, responsable de l’apprentissage et des lycées professionnels, un des premiers budgets de la Région. Les cinq départements ligériens comptent près de 30 000 apprentis, dont plus de 3 500 en Sarthe. "Ceux-ci sont répartis sur 127 sites gérés par 53 Centres de formation des apprentis (CFA). Ils travaillent sur l’ensemble des secteurs d’activités : 19 % dans le bâtiment, 13 % dans l’industrie, 13 % dans l’agroalimentaire, 12 % dans le commerce, 6 % dans la mécanique

automobile et 5 % dans la coiffure et l’esthétique. De même, tous les niveaux de diplômes sont représentés, du Certificat d’aptitude professionnelle (CAP) au master et troisièmes cycles d’études supérieures", poursuit Sylvie Eslan. Dans le cadre des contrats passés avec la Région, les Chambres de commerce et d’industrie sont elles aussi aux avantpostes de l’alternance et notamment la CCI du Mans et de la Sarthe à travers le travail mené par CCI Formation. "20 % des apprentis ligériens sont pris en charge par les chambres de commerce et d’industrie et en Sarthe

ce chiffre atteint même les 40 %, soit plus de 1 400 bénéficiaires", précise en ce sens Sylvie Eslan. CCI Formation prépare notamment à l’obtention d’une dizaine de CAP (cuisine, employé de vente spécialisé, maintenance des véhicules…), de six bacs pro (commerce, maintenance des véhicules, réparation des carrosseries, restauration), d’un brevet professionnel de préparateur en pharmacie, de quatre Brevets de technicien supérieur (en après-vente automobile, assistant de gestion de PME PMI, management des unités commerciales, négociation et relation client)…

Des salariés immédiatement opérationnels À l’évidence, ces acteurs du monde économique et social, de même que des milliers d’entrepreneurs et de salariés, sont pleinement convaincus des intérêts de l’alternance. Celle-ci permet en effet à l’apprenti, comme au bénéficiaire d’un contrat de professionnalisation, d’approcher de la manière la plus concrète possible son futur métier et d’assimiler le plus rapidement possible les codes de la vie en maine éco juin 2011 25


Dossier

entreprise afin d’être immédiatement opérationnel, une fois le diplôme en poche. Pour le chef d’entreprise, choisir d’embaucher un salarié en alternance se révèle ainsi très avantageux, au-delà même des incitations financières dont il peut bénéficier (voir encadré). "C’est l’assurance de pouvoir s’appuyer, à l’issue du processus de formation, sur un collaborateur efficace qui maîtrise le savoir-faire et l’outil de travail et qui sait s’adapter aux besoins et aux fonctionnement de l’entreprise", explique Julia Pôté. "L’apprenti apporte un regard extérieur et neuf sur l’entreprise. Son intégration

favorise les échanges de savoirs et est souvent très stimulante", ajoute Sylvie Eslan.

Un processus simplifié Pourtant, malgré tous les bénéfices qu’ils peuvent en tirer, trop de chefs d’entreprise hésitent encore à franchir le pas de l’alternance. Certains demeurent même farouchement opposés ou restent simplement indifférents. "Souvent, les entrepreneurs restent réticents parce qu’il n’ont pas suffisamment été informés, constate Julia Pôté. C’est pourquoi j’ai pour mission de rencontrer en priorité les dirigeants

d’entreprises qui ne sont pas encore clients de l’apprentissage pour leur en présenter tous les avantages. Dans la majorité des cas, le processus les séduit". Cependant, les préjugés ont la vie dure et l’apprentissage est encore trop souvent assimilé à l’échec scolaire. "Trop de parents et de chefs d’entreprise le comparent à une voie de garage où l’on envoie les jeunes qui ne sont pas capables de poursuivre leurs études, regrette Carole JacquinGranger, présidente de la commission Formation de la Chambre de commerce et d’industrie du Mans et de la Sarthe. Or, la réalité est très différente,

comme le démontrent les statistiques. L’alternance, y compris pour les adultes en reconversion, est au contraire l’un des plus sûrs chemins pour trouver rapidement un travail stable et rémunérateur qui corresponde aux besoins du marché". C’est d’ailleurs pourquoi ce mode de formation a été étendu à l’ensemble des secteurs d’activités, de l’industrie au tertiaire en passant par tous les métiers de l’artisanat, et à tous les niveaux d’études. Les écoles de commerce, comme l’EGC du Maine, et même Sciences Po, l’ont adopté. "De surcroît, la procédure à suivre ne nécessite pas d’importantes démarches administratives dans la mesure où

Quelles aides pour les entrepreneurs ?

Parmi ces aides les principales sont les suivantes : Pour les contrats d’apprentissage > Exonération des cotisations patronales pour les entreprises de moins de 11 salariés ou inscrites au répertoire des métiers. > Prime de 1 000 € par cycle de formation attribuée par le Conseil régional (la durée du contrat doit être au minimum égale à 11 mois). Sous conditions, des majorations peuvent être apportées à cette prime (voir sur www.paysdelaloire.fr). En outre, la Région accorde 300 € pour la formation des maîtres d’apprentissage. > Crédit d’impôt de 1 600 € au minimum par apprenti.

26 maine éco juin 2011

Pour les contrats de professionnalisation > Possibilité de bénéficier des réductions de charges dites "Allègements Fillon". > Exonération des cotisations patronales d’assurances sociales et d’allocations familiales pour les contrats conclus avec les personnes de 45 ans et plus. > Dispositions particulières pour les groupements d’employeurs.

> Possibilité de prise en charge par les Organismes paritaires collecteurs agréés (OPCA) des dépenses de formation du tuteur et de la fonction tutorale. D’autres mesures, encore plus incitatives, devraient être annoncées prochainement par le gouvernement, conformément au discours du président de la République prononcé le 1er mars dernier (voir article).

Marle@klickit - Fotolia

Plus que jamais, l’État et la Région multiplient les mesures destinées à encourager le recours à l’alternance sous forme de contrats d’apprentissage ou de contrats de professionnalisation. Les aides proposées aux entreprises reflètent la volonté des pouvoirs publics de mobiliser d’importants moyens en faveur de ce mode de formation et renforcent, pour ceux qui en doutaient encore, la crédibilité de l’alternance.


Sylvie Eslan, vice-présidente du Conseil régional des Pays de la Loire, responsable de l’apprentissage et des lycées professionnels.

les chambres consulaires ont pris en charge l’élaboration des contrats", rappelle Julia Pôté. Il est par conséquent essentiel de communiquer, encore et toujours, pour combattre les idées reçues afin d’encourager la multiplication des contrats d’apprentissage et de professionnalisation. "Il faut être ouvert à l’alternance et la valoriser, insiste Julia Pôté. C’est une démarche citoyenne".

Accompagner le binôme entrepreneur/apprenti Une fois que le pas est franchi, la réussite de la formation repose sur l’attitude des protagonistes. L’essentiel est que le binôme employeur/salarié fonctionne. Dans ce but, le Conseil régional, au travers de ses financements, a choisi d’encourager les CFA à renforcer, en amont, les liens entre l’apprenti et son patron. "Un travail est réalisé pour s’assurer que les deux intéressés poursuivent les mêmes objectifs et se comprennent dès le départ, complète Sylvie Eslan. Cette initiative porte déjà ses fruits puisque nous sommes passés d’un taux de 20 % de rupture de contrat par les apprentis, à seulement 8 %". Dans cette même logique, afin que le jeune ait l’esprit suffisamment serein pour travailler dans les meilleures conditions possibles, la Région a confié aux missions locales le soin d’assurer un accompagnement du jeune pour prendre en compte ses éventuels problèmes de logement,

de mobilité, voire de santé… "Pour ce faire, nous avons mis en place un fonds social qui permet d'aider les plus en difficulté, nous voulons aussi encourager le jeune à mieux organiser son temps de loisirs, poursuit la viceprésidente du Conseil régional. Par ailleurs, nous souhaitons favoriser l’individualisation des parcours pour que ceux-ci puissent aisément s’adapter aux véritables aspirations des bénéficiaires de l’alternance et limiter ainsi, au maximum, les risques d’échec". Enfin, sans doute serait-il souhaitable de multiplier les passerelles entre les CFA et les lycées professionnels. "Ces deux voies de formation sont complémentaires. En fonction de la personnalité du jeune et de sa maturité, l’une ou l’autre correspond mieux à ses aspirations. Il est certain que les liens doivent être renforcés pour que le plus grand nombre bénéficie des avantages des deux systèmes", analyse Sylvie Eslan. En résumé, si tous les acteurs de l’alternance soulignent une évolution positive des mentalités au cours de ces deux dernières décennies, chacun admet qu’il reste encore du chemin à parcourir. C’est pourquoi le gouvernement prépare un plan de mesures destiné à donner un nouvel élan à l’alternance. Les grandes lignes de celui-ci ont été dévoilées par le président de la République, le 1er mars dernier : réforme du financement de la taxe d’apprentissage, mise en place d’un système de "bonus-malus" visant à moduler la contribution des entreprises en fonction de leurs engagements, exonération totale de charges sociales pendant six mois pour toutes les entreprises de moins de 250 salariés qui embauchent un jeune supplémentaire en alternance, fléchage de 500 millions d’euros pour développer l’offre de formation en CFA, simplification des procédures, valorisation du statut des apprentis, renforcement des moyens attribués aux développeurs de l’apprentissage, accès à l’information facilité… De même, les pouvoirs publics ont la volonté de développer le contrat de professionnalisation pour les demandeurs

d’emploi âgés de 45 ans et plus à travers, notamment, l’instauration d’incitations financières supplémentaires. Déjà, deux premiers décrets ont été publiés : le premier favorise l’embauche d’apprentis supplémentaires par les PME (11 à 250 salariés) et le second officialise le versement d’une aide de 2 000 € à toute entreprise employant, en contrat de profession-

nalisation, un demandeur d’emploi âgé de plus de 44 ans. Les acteurs économiques attendent désormais les autres textes. Z Emmanuel Chevreul

Les développeurs de l’apprentissage, ambassadeurs de l’alternance

Julia Pôté occupe le poste de développeur de l'apprentissage de la CCI.

La fonction de développeur de l’apprentissage a été initiée par le gouvernement en 2009, dans le cadre du plan d’urgence pour les jeunes, en accord avec les chambres consulaires. Une centaine de postes, pris en charge par les chambres de commerce et d’industrie, a ainsi été créé sur l’ensemble du territoire français. "Nous avons pour mission de promouvoir l’apprentissage auprès des entreprises et des jeunes. Nous allons à la rencontre des employeurs et travaillons en réseau avec l’ensemble des acteurs socio-économiques locaux : Centres de formation des apprentis (CFA), missions locales, associations d’entrepreneurs… Nous initions et coordonnons également des actions, comme les Mercredis de l’alternance qui permettent de prodiguer des conseils et d’assurer un suivi", résume Julia Pôté, développeur de l’apprentissage de la CCI. En moins de deux ans, celle-ci a déjà établi près de 500 contacts et rendu visite à, environ, 250 responsables d’entreprises. Ainsi, 113 contrats d’apprentissage ont été signés à la suite d’actions de prospection menées par Julia Pôté.

Contact CCI : Julia Pôté au 06 78 47 71 95 maine éco juin 2011 27


Dossier interview Carole Jacquin-Granger, chef d’entreprise et présidente de la commission Formation de la Chambre de commerce et d’industrie du Mans et de la Sarthe Élue de la CCI du Mans et de la Sarthe depuis plusieurs années, Carole Jacquin-Granger préside la commission Formation depuis les dernières élections consulaires. Elle est également PDG de l’entreprise Sogepi Servibois, spécialisée dans la construction et la gestion de pigeonniers, implantée à Bérus, au nord du département. Enfin, nous avons initié une Maison de l’apprentissage qui offre une information exhaustive, et surtout, contribue à populariser l’alternance. En 18 mois, cet outil moderne a fait évoluer le regard que les Sarthois portent sur la formation professionnelle et tout particulièrement sur l’apprentissage. Elle a généré des prises de conscience.

Selon vous, quels avantages un chef d’entreprise peut-il avoir à embaucher un salarié en alternance ? Former des jeunes, c’est former ceux qui demain pourront reprendre nos entreprises. À l’heure où les industriels, commerçants et artisans sont fréquemment confrontés à la difficulté de trouver un successeur, il est de notre intérêt d’embaucher des salariés en alternance pour leur apprendre nos métiers et leur faire découvrir le fonctionnement de l’entreprise afin qu’ils soient opérationnels dès leur entrée dans le monde du travail. Les chambres de commerce et d’industrie ont également intérêt à favoriser l’alternance car les apprentis sont les adhérents et les dirigeants de demain. Cependant, cette formation en alternance ne se traduira par des résultats positifs que si les entrepreneurs prennent véritablement leur apprenti en considération et ne le cantonnent pas à des tâches subalternes.

28 maine éco juin 2011

Que font les chambres de commerce et d’industrie pour favoriser l’alternance ? Depuis de nombreuses années, les chambres de commerce et d’industrie sont des moteurs de l’alternance. Nos organismes ont été parmi les premiers à s’impliquer dans ce processus en se donnant les moyens de mettre en place et de développer des formations. Aujourd’hui encore, notre connaissance précise des besoins exprimés par les entreprises et par les jeunes nous permet d’adapter et de faire évoluer l’offre en lien avec le Conseil régional, principal financeur de l’apprentissage, qui sait rester à notre écoute. De même, les relations de proximité que nous et nos directeurs de centres entretenons avec les entrepreneurs sarthois nous permettent de trouver les patrons des apprentis. Ainsi, nous facilitons grandement les démarches des parents et renforçons les chances de réussite du jeune.

Quels sont vos projets et vos souhaits pour développer l’alternance en Sarthe ? Je suis en train de préparer une réunion dont l’objectif est de rassembler tous les responsables de la formation autour d’une même table (chefs d’entreprise, professeurs, professionnels de la formation…) afin d’observer les besoins, les carences, mais aussi les doublons. Plus globalement, je souhaite que nous valorisions et que nous personnalisions l’alternance, notamment pour que les jeunes puissent faire valoir leurs aptitudes et ne restent plus au bord du chemin comme je le constate trop souvent. Pour atteindre cet objectif, même si les mentalités évoluent, il faudra encore lutter contre de nombreux préjugés qui ont la vie dure, comme celui qui consiste à croire que l’apprentissage est une voie de garage pour les cancres. Au contraire, les résultats l’attestent : l’alternance reste l’une des meilleures voies pour trouver un travail correctement rémunéré et gratifiant.


international CATASTROPHE NIPPONE

"Le Japon saura rebondir et devrait sortir renforcé de cette crise"

Moonrise- Fotolia

La Chambre de commerce et d’industrie française du Japon (CCIFJ) - membre de l’Union des Chambres de commerce et d’industrie françaises à l’étranger (UCCIFE) - rassemble depuis 1918 les communautés d’affaires françaises et japonaises avec plus de 550 entreprises adhérentes. Depuis le tsunami du 11 mars dernier, son équipe se mobilise avec courage et pragmatisme pour épauler les milieux d'affaires confrontés à la situation dramatique du pays et contribuer au redémarrage de l’activité économique au Japon. Entretien avec Nicolas Bonnardel, son directeur général.

La CCI du Mans et de la Sarthe se mobilise UNE JOURNÉE JAPON LE 7 OCTOBRE PROCHAIN La Maison de l'International de la CCI et Sarthe International organisent une Journée Pays Japon le 7 octobre prochain, en partenariat avec la Chambre de commerce et d’industrie française du Japon. Une conférence sur la situation au Japon et des rendez-vous B to B sont au programme. Renseignements au 02 43 21 00 12.

30 maine éco juin 2011

Le Japon traverse la pire crise qu’il ait connue depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, quelle est la situation d’un point de vue économique ? Le Japon a fait face à une triple crise majeure qui est tragique sur le plan des pertes humaines mais qui aura des répercussions économiques bien inférieures aux autres crises traversées depuis vingt ans. Par exemple, la crise financière de 2008 avait provoqué une récession de l’ordre de - 5 % bien plus importante que celle que connaît le Japon sur ce deuxième trimestre 2011. De plus, tous les instituts d’éco-

nomie estiment que, grâce au plan de reconstruction, le rebond au Japon apparaîtra dès le troisième trimestre 2011 avec une croissance supérieure aux prévisions antérieures au séisme. Les estimations de croissance pour 2012 sont elles très encourageantes avec plus de 2 % de croissance annoncés. Nous pouvons donc estimer que le Japon va sortir renforcé de cette crise sur le plan économique avec une plus grande confiance dans ses forces et de nouvelles opportunités d’affaires dans des secteurs comme l’environnement, l’énergie ou l’agroalimentaire.

Quelle est la situation des entreprises françaises sur place ? Les entreprises françaises ont fait preuve de sang froid face aux événements en mettant en place immédiatement des "business continuity plans". La CCI française au Japon a mené des enquêtes régulières lors du mois qui a suivi le 11 mars. Elles ont montré qu'une majorité des entreprises sont toujours restées ouvertes (au minimum les deux tiers) et qu’elles sont toutes actives depuis fin mars. Les entreprises françaises ont été particulièrement solidaires avec plus de deux milliards de Yens en dons


international

financiers déjà recensés, sans compter les initiatives et dons en nature multiples et les actions directes dans le Tohoku. Sont-elles optimistes sur l’évolution de la situation ? La confiance des dirigeants français est bonne puisque la moitié estime que la croissance pour leur secteur et leur entreprise sera positive en 2011. Cette tendance varie selon les secteurs : le B2B étant plus marqué que le B2C. En France, nombre d’entreprises craignent la pénurie de certains composants (industrie des semiconducteurs) et regrettent le manque d’informations précises sur certains de leurs fournisseurs. Ils s’attendent à de fortes augmentations du prix des composants. La capacité de rebond du Japon pour faire face aussi bien à la pénurie d’énergie que de composants est phénoménale. Il faut bien comprendre que le Japon ne s’est jamais arrêté et qu'assurer la livraison dans les temps est plus qu’un devoir ou une obligation aux yeux des Japonais, c’est une absolue nécessité. Face aux ruptures inévitables dues au "juste à temps", les entreprises japonaises ont donc rapidement réagi pour trouver des solutions alternatives. L’impact sur les livraisons sera de quelques semaines à quelques mois selon les secteurs.

Nicolas Bonnardel, directeur général de la CCI française du Japon.

Autre inquiétude : la radioactivité et les systèmes de contrôle sur les produits japonais exportés. Le Japon, la France et l’Union européenne ont mis en place des systèmes de contrôle de la radioactivité, cela multiplie les procédures : est-ce fiable ? Et cela ne risque-t-il pas de compliquer encore les approvisionnements ? La ministre de l’Écologie française a déclaré à Tokyo le 29 mars dernier qu’il ne fallait pas appliquer une "double peine" au Japon en freinant leur flux d’exportation. La France a confiance dans le sérieux des procédures japonaises de contrôle au départ et il faudrait éviter des mesures supplémentaires inutiles. Il faut aussi "raison garder" : la radioactivité au Japon est désormais limitée à un périmètre de 30 km autour de la centrale de Fukushima. Cela veut dire qu’à l’extérieur de ce périmètre, il n’y a pas de radioactivité anormale et que les produits japonais sont parfaitement sains. Beaucoup d’amalgames sont faits et nous constatons parfois que la même défiance existe pour des produits fabriqués dans le Kansai à plus de 1 000 km de la centrale… Ce qui est complètement absurde. Le Japon a déjà montré dans le passé sa capacité à rebondir suite aux catastrophes qui l’ont touché, aura-t-il les moyens de financer l’effort de reconstruction ? Le Japon est la troisième économie mondiale et dispose de leviers financiers importants. Tout comme pour le tremblement de terre de Kobe, nous sommes confiants dans la capacité du Japon à trouver les solutions pour financer cette reconstruction.

les matériaux de construction, l’environnement, l’efficacité énergétique, l’agroalimentaire, l’énergie vont offrir de nouveaux marchés.

[Chiffres-clés 2010]

Qu’en est-il de la consommation des ménages ? Le peuple japonais ressort renforcé de cette crise. La consommation des ménages devrait donc continuer à progresser. Nous pouvons aussi parler d’un nouveau Japon qui va émerger de cet électrochoc avec de nouveaux modes de consommation qui vont là aussi offrir des opportunités d’affaires pour nos entreprises. Le Japon pourrait devenir un modèle pour les autres sociétés modernes en montrant comment vivre mieux en consommant moins d’énergie et en adoptant une attitude plus environnementale.

Population : 127 millions d'habitants (2008) PIB : 5 474 mds USD PIB/hab. : 34 200 USD Taux de croissance : + 4 % (- 6,3 % en 2009) Taux de chômage : 5 % Taux d'inflation : - 0,7 % Exportations : + 24 % (580 mds €) Importations : + 18 % (520 mds €) IDE : États-Unis, Pays-Bas, France (8 %) Principaux clients : Chine, États-Unis, Corée du Sud… France (24e) Principaux fournisseurs : Chine, États-Unis, Australie… France (16e) 400 entreprises françaises au Japon (80 000 salariés) 400 entreprises japonaises en France (60 000 salariés) Le Japon est le 9e investisseur étranger en France, le 1er asiatique (1,2 % du total des IDE entrants)

Z Propos recueillis par Karine Méteyer Contact : Nicolas Bonnardel Directeur général CCIFJ - Chambre de commerce et d’industrie française du Japon Iida Bldg 2F., 5-5 Rokubancho, Chiyoda-ku, Tokyo 102-0085 Tél. : 03.3288.9622 Fax : 03.3288.9558 www.ccifj.or.jp www.lalettremensuelle.fr

Renseignements sur le contrôle du niveau de radioactivité des marchandises japonaises : www.douane.gouv.fr/page. asp?id=4082&type=news

Sources : Service économique régional de Tokyo Ambassade de France, FMI, CCIFJ

http://europa.eu/rapid/ pressReleasesAction. do?reference=IP/11/362

Dans ce contexte, quels sont les secteurs porteurs pour les entreprises françaises ? Ils sont nombreux. À court terme, tout ce qui touche au nucléaire et à la reconstruction bien sûr. À moyen terme, maine éco juin 2011 31


conjoncture

TENDANCES

Indicateurs économiques 9 € : Smic horaire brut (depuis le 1er janvier 2011) soit un brut mensuel de 1 365 € pour 35 heures hebdomadaires (151,67 h de travail), 1 073 € net. 0,38 % : Le taux de l'intérêt légal est fixé à 0,38 % pour l'année 2011. Ce taux sert de référence notamment pour le calcul des pénalités de retard figurant dans les conditions générales de vente entre professionnels. 1 533 : L’indice du coût de la construction (ICC) s’établit à 1 533 au quatrième trimestre 2010 après 1 520 au trimestre précédent. En glissement annuel, l’ICC augmente de 1,73 %, après une hausse de 1,20 % au troisième trimestre 2010.

123,78 : En avril 2011, l’indice des prix à la consommation (IPC) est en hausse de 0,3 %, après une augmentation de 0,8 % en mars. Sur un an, il s’accroît de 2,1 % (+ 2 % en mars). Hors tabac, l’indice est également en hausse de 0,3 % en avril (+ 2 % sur un an). Corrigé des variations saisonnières (CVS), l’IPC augmente de 0,2 % (+ 2,1 % sur un an). L’accroissement des prix au mois d’avril provient tout à la fois de l’augmentation des prix des produits manufacturés liée notamment à la fin progressive des soldes d’hiver et des fortes hausses de prix des produits énergétiques et alimentaires.

102,92 : Au quatrième trimestre 2010, l’indice des loyers commerciaux s’établit à 102,92. Sur un an, il est en hausse de 1,83 %.

Enquête mensuelle de conjoncture dans l'industrie (Avril 2011) Selon les chefs d'entreprise interrogés en avril 2011, la conjoncture industrielle s’est stabilisée : l'indicateur synthétique du climat des affaires se maintient à un niveau supérieur à sa moyenne de longue période. Les entrepreneurs de l’industrie manufacturière estiment que leur activité passée a continué d’accélérer et le solde d’opinion demeure très nettement supérieur à sa moyenne de longue période. Les stocks de produits finis demeurent jugés faibles. Les carnets de commandes étrangers continuent de se regarnir. Ils sont, comme les carnets de commandes globaux, jugés très étoffés. L’activité au cours des prochains mois ralentirait légèrement, mais resterait toutefois dynamique : les perspectives personnelles de production, en baisse, demeurent supérieures à leur moyenne de longue période. Les perspectives générales, qui représentent l’opinion des industriels sur l’activité de l’industrie dans son ensemble, restent également bonnes. (Source Insee)

Consommation des ménages en GMS L'analyse d'avril

454€

345€

340€

354€ 328€

325€

325€

345€

366€

357€

351€

292€

308€

3%

4%

Avril 2011 connaît, comme les mois précédents, un phénomène inflationniste marqué avec une augmentation du prix moyen payé par les ménages de + 6 % contre + 4 % en moyenne sur les mois de janvier, février et mars. Dans le même temps, le nombre de passages en caisse et le nombre d’articles achetés restent tous les deux sur des tendances inchangées avec respectivement – 4 % et + 1 %.

2010

2011

Méthodologie du baromètre MarketingScan : Calculé mensuellement, pour les 9 000 foyers panélistes, cet indicateur mesure l’ensemble des sommes dépensées en moyenne par un panéliste MarketingScan, dans 23 GMS d’Angers et du Mans (12 hypermarchés et 11 supermarchés). Cet indice est la combinaison de deux indicateurs : - le panier moyen du panéliste par passage aux caisses (ceci représente le "ticket de caisse du consommateur" qui couvre l’ensemble de ses achats en GMS : alimentation, entretien, hygiène-beauté, textile, bazar, petit-électroménager, disques…) ; - le nombre mensuel de visites.

Au final, la consommation des foyers est à la hausse sur avril 2011 avec une progression de leurs dépenses en grandes et moyennes surfaces de + 3 %. Il faut toutefois rappeler que le mois a compté un samedi supplémentaire versus 2010 et qu’il est très atypique avec un impact très probable des températures estivales sur les achats. Si mai risque de voir le prix moyen poursuivre sa progression, le décalage, sur le mois de juin, de l’Ascension et de la Pentecôte devrait en minimiser l’éventuel impact en dynamisant la consommation des ménages.

Budget moyen = panier moyen par passage x nombre de visites mensuelles.

maine maine écoéco janvier juin 2010 2011 33


d'une communauté de communes…

LE VAL DE BRAYE

Au Nord-Est du département, la communauté de communes du Val de Braye recouvre très précisément les contours des cantons de Montmirail et de Vibraye. Elle compte près de 10 000 habitants répartis sur 15 communes. La vie économique de ce territoire reste principalement concentrée sur Vibraye, même si plusieurs autres communes accueillent quelques entreprises de belle importance et si le commerce et l’artisanat ont su préserver leur implantation au cœur des villages. Aujourd’hui, les élus misent aussi sur le tourisme pour assurer le développement de ce territoire de tradition rurale.

S. Frémont, 2007, Perche Sarthois

Le bon équilibre

ux portes de l’autoroute A 11 et de la départementale 323 qui relient Paris au Mans, mais également au cœur de la campagne percheronne, la communauté de communes du Val de Braye possède les atouts nécessaires pour séduire les entreprises qui souhaitent privilégier

A

Didier Rat, dirigeant du centre de formation de conduite du Val de Braye (CFCV), devrait déménager en 2012 sur un site intercommunal.

34 maine éco juin 2011

un cadre de travail rural tout en restant proches des principaux pôles économiques. "Des territoires ruraux comme le nôtre répondent parfaitement aux aspirations et aux besoins des petites et moyennes entreprises, tandis que les grosses industries se tournent plus naturellement vers les grands centres", explique Daniel Lauger, président de la communauté de communes du Val de Braye et maire de Saint-Maixent. "C’est pourquoi nous avons choisi d’aménager, à Vibraye, deux zones à l’intention des dirigeants de PME, des artisans et des commerçants". Se faisant face, de part et d’autre de la route qui mène de La Ferté-Bernard à SaintCalais, ces sites intercommunaux (l’un à vocation commerciale et l’autre à vocation artisanale) accueillent aujourd’hui huit activités et ont, de fait, démontré leur attractivité.

La première piste couverte pour entraînement de motos "Nous avons, en outre, des contacts avec des porteurs de projets qui pourraient acquérir une part des 32 700 m2 encore disponibles", précise le président de la communauté de communes. Ainsi, le Centre de formation de conduite du Val de Braye (CFCV) devrait, dès 2012, occuper une parcelle de 6 000 m2 qui comprendra en particulier la première piste couverte d’entraînement pour motos en France (qui permettra de proposer des stages tout au long de l’année), ainsi qu’une école de formation au métier de moniteur (auto et moto) et un centre de récupération de points. "À la recherche d’un grand terrain, j’ai aisément trouvé un accord avec les élus de


à l'autre

Ces deux zones d’activités intercommunales, créées au cours de la dernière décennie, sont venues compléter des sites communaux plus anciens sur lesquels sont implantées la majeure partie des entreprises du territoire et notamment la charcuterie-salaisonnerie Fassier (plus de 200 salariés), le fabricant et distributeur de dispositifs médicaux BSN Médical (environ 200 emplois), ou encore le sous-traitant aéronautique et automobile Mecachrome qui a installé sur place son centre de recherche et développement. "Vibraye est, depuis de nombreuses décennies, l’un des principaux pôles économiques et industriels du Nord Sarthe, souligne Daniel Lauger, ajoutant que cependant, les deux premiers employeurs du Val de Braye ont leurs locaux sur d’autres communes : Metaseval (250 emplois) est sur Semur-en-Vallon et Sofida, qui fournit de la main-d’œuvre intérimaire aux principaux groupes de transformation de viande (plusieurs centaines de personnes dans toute la France), a son siège social sur Saint-Maixent". Il faut enfin préciser que la communauté de communes du Val de Braye a facilité, il y a quelques années, l’ins-

Gérard Clément, vice-président de la communauté de communes du Val de Braye en charge de la communication, et Daniel Lauger, président.

tallation de la société de vente de livres en ligne, Chapitre.com, à Lamnay.

Des commerces et des artisans dans chaque village "L’activité économique est présente sur la quasi-totalité de l’intercommunalité, même si Vibraye demeure, conformément à notre volonté, notre locomotive", résume Daniel Lauger. Les élus préfèrent, en effet, privilégier un pôle économique fort, qui fait parfaitement office de vitrine et d’où, surtout, peuvent émerger des synergies favorisant la création d’emplois et, par conséquent, la croissance démographique des 15 communes du territoire. Parallèlement, le Val de Braye bénéficie d’un tissu commercial et artisanal toujours dense. "Chaque commune, à une exception près, compte encore des artisans et commerçants", souligne Daniel Lauger, précisant que la communauté de communes s’investit dans le maintien des derniers commerces de villages. "Avec le soutien du Conseil régional, via le contrat

territorial unique, nous menons une opération en ce sens à Semur-enVallon". "L’entente entre les commerçants de Vibraye est très bonne, ajoute Didier Rat, qui est lui-même membre de l’Union vibraysienne des industriels, commerçants, artisans et professions libérales (UVICAPL). Chacun fait beaucoup d’efforts pour dynamiser la commune-centre et, notamment, participe aux diverses manifestations et animations organisées tout au long de

l’année. Vivre au sein d’un chef-lieu de canton éloigné des grandes villes nous rend plus solidaires, plus proches". En résumé, l’économie du Val de Braye se caractérise par la pérennité de ses industries historiques, la croissance d’un réseau de PME de proximité et la bonne santé du commerce et de l’artisanat local. Ce dynamisme favorise, bien évidemment, le renouvellement démographique de cette région rurale, qui attire également une population travaillant sur La Ferté-Bernard et ses environs. Ces nouveaux habitants apprécient le cadre de vie et sont sensibles au coût des terrains, en moyenne moins élevé que sur la communauté de communes voisine de l’Huisne Sarthoise (qui regroupe les cantons de La Ferté-Bernard et de Tuffé). Mais, ils souhaitent aussi des services équivalents à ceux des zones plus urbaines. Cette attente a été bien comprise des élus de la communauté de communes.

Investir pour la jeunesse "C’est pourquoi nous avons ouvert en 2008 une Maison de la petite enfance

S. Frémont, 2007, Perche Sarthois

la communauté de communes qui, à l’évidence, ont la volonté de développer l’économie locale, explique le dirigeant du CFCV, Didier Rat. Je travaille à l’échelle du Perche Sarthois et, par conséquent, l’emplacement qui m’a été proposé, sur la zone de Vibraye, est au cœur de mon périmètre d’action", ajoute ce chef d’entreprise qui après avoir racheté l’auto-école de Vibraye il y a trois ans, a depuis ouvert un site à Saint-Calais et racheté deux bureaux à La Ferté-Bernard. L’effectif du CFCV devrait ainsi passer, d’ici à deux ans, de 8 à 13 personnes.

Musée de la musique mécanique à Dollon.

maine éco juin 2011 35


d'une communauté de communes…

à Vibraye. Celle-ci accueille 12 enfants de 3 mois à 4 ans, ainsi qu’un relais assistantes maternelles parents/enfants. Et déjà, nous réfléchissons à l’expansion de ce site. Nous prenons aussi en charge le transport des scolaires vers la base de loisirs intercommunale à Lavaré et les gymnases", explique Gérard Clément, vice-président de la communauté de communes chargé de la communication et maire de Gréez-sur-Roc. "Nous investissons sur

la jeunesse !". Dans ce même esprit, la communauté de communes a participé au financement de la construction du nouveau gymnase de Vibraye, via le Contrat territorial unique, et prend en charge, depuis plus de dix ans, la gestion de l’école de musique et des séances d’éveil musical dans les écoles. "Nous sommes conscients que toutes ces structures et activités sont indispensables à la croissance du territoire. Mais nous savons aussi que nous

devons veiller à préserver l’équilibre entre nos recettes et nos dépenses", prévient Daniel Lauger. Ce dernier sait que la collectivité intercommunale doit trouver de nouvelles ressources et, en ce sens, a choisi de jouer la carte du tourisme. Z Emmanuel Chevreul

[En bref] Les communes du Val de Braye : Berfay, Champrond, Courgenard, Dollon, Gréezsur-Roc, Lamnay, Lavaré, Meilleray, Montmirail, SaintJean-des-Échelles, SaintMaixent, Saint-Ulphace, Semur-en-Vallon, Valennes, Vibraye.

Territoire rural, harmonieux et cohérent, le Val de Braye offre une belle diversité de paysages entre vallons percherons et plaine beauceronne. À seulement une heure trente de Paris par autoroute et à moins d'une heure du Mans, cette communauté de communes a fait le choix de valoriser ses richesses naturelles, ses traditions culturelles, ainsi que son patrimoine bâti, témoin d’une histoire plus que millénaire. En ce sens, afin d’attirer de nouveaux visiteurs, voire des habitants et des entrepreneurs, dans le but de dynamiser l’économie locale, les élus ont mis en place, en 2004, un office de tourisme intercommunal. "Alain Leveau, président fondateur de l'office de tourisme intercommunal du Val de Braye, avait pour coutume d'expliquer aux touristes que notre ordinaire sera leur extraordinaire", rappelle Martine de Anta, l'actuelle présidente de l’office de tourisme. 250 animations par an Dominé par l’exceptionnel château de Montmirail, où se rencontrèrent les rois de France et d’Angleterre en 1169, le Val de Braye regorge de lieux insolites, comme le musée de la musique mécanique à Dollon, d’églises remarquables, telles celles de Saint-Ulphace et de Lamnay, de fêtes traditionnelles populaires et uniques en leur genre, à l’image de la fête médiévale de Montmirail, du Corso fleuri de Vibraye, du carnaval de Valennes, le 14 juillet à Lavaré… Il possède un site néolithique

36 maine éco juin 2011

S. Frémont, 2007, Perche Sarthois

Tourisme "Notre ordinaire sera votre extraordinaire"

Fête médiévale de Montmirail.

à Gréez-sur-Roc, qui va faire l’objet d’une ambitieuse mise en valeur, un chemin de fer touristique à Semur-enVallon, un centre culturel à Vibraye, deux hippodromes à Montmirail et Vibraye, un circuit de courses de rallye-cross à Lavaré, une forêt... De plus, le territoire a su, à partir d’initiatives publiques ou privées, développer des lieux de loisirs, dont la base de loisirs à Lavaré (où la communauté de communes a aménagé un village de chalets), ainsi que de nombreux hébergements (chambres d’hôtes, gîtes, hôtels…) et restaurants. "Plus de 250 animations sont proposées chaque année et le territoire compte 170 associations", souligne Martine de Anta, démontrant le dynamisme de la vie locale et se réjouissant de la solidarité qui unit les acteurs locaux.

"Les nombreux habitants de la région parisienne qui ont choisi d’acquérir des maisons pour en faire leurs résidences secondaires sont aussi bien intégrés à la vie locale et peuvent être les meilleurs ambassadeurs de notre secteur". Autre atout touristique : le Val de Braye est le paradis des randonneurs. "La communauté de communes s’est attachée à développer les chemins de randonnées et s’apprête à aménager, avec le Conseil général et le pays du Perche Sarthois, des sentiers d’interprétation agrémentés de panneaux et planimètres permettant aux promeneurs d’apprécier pleinement nos paysages, notre flore et notre faune", précise Daniel Lauger, convaincu que le tourisme est une activité économique à part entière.


DQ

JOD

LV

HV

SD

JQ

DOO RO

HP

LWD

DQ

OLH

G

Q

FK

UX

LQR

VVH

LV

IUD

Qo

DLV





UHVm • J Q D U W ( V H X J Q D / DYHQLU g O¶  U X R S  Q OL S P H U W  XQ Une formule pour répondre à chaque besoin : 

Du cours collectif au cours individuel en passant par des cours par téléphone, des formules e-learning ou des stages intensifs et/ou en immersion.



Centre agréé pour les tests TOEIC et BULATS.



Un programme personnalisé établi à partir d’un positionnement offert.



Un espace multimédia.

n R 2011 est e E T IN e tr s e gue 2 sem Notre catalo Formation Continue CCI

ligne

e

7 avenue des Platanes - 72100 LE MANS Tél : 02 43 50 29 51 - Fax : 02 43 86 80 26 http://idfc-cel.cciformation.net

Identifiez les compétences et les motivations de vos équipes Déterminez votre projet d’entreprise Consolidez votre réussite avec vos ressources humaines

anticiper vos changements, valoriser vos collaborateurs, optimiser votre budget formation.

www.idcompetences.fr

D

Utiliser le bilan de compétences pour vos salariés c’est :

Institu t po ur le

Service Communication - Formations CCI du Mans et de la Sarthe - Photo : Fotolia.com

Boostez la productivité de votre entreprise avec un outil de gestion des ressources humaines :

é

lo ve

p

m en pe

t des Compéten c es

Pour plus d’informations, contactez Corisande RICHARD au 02 43 40 60 53 crichard@idcompetences.fr


formation

UNE NOUVELLE FORMATION

"Managers de production industrielle" les équipes dans les nouvelles organisations de la production, la formation de l'IPI prépare à des fonctions transversales de responsable de gestion de la production : manager en unité de production, chef de projet industriel, responsable d'atelier, méthodes, maintenance, ordonnancement et planification, qualité-hygiène-sécurité-environnement, amélioration continue… et ce pour tous les secteurs d'activités industriels (métallurgie, chimie, plasturgie, bois, pharmacie, agro-alimentaire, bâtiment…).

En étroite relation avec l'industrie

La CCI du Mans et de la Sarthe en partenariat avec l'Afpi des Pays de la Loire propose aux entreprises, dès septembre prochain, une nouvelle formation à bac + 4 de "Responsable en gestion d'unité de production et innovation industrielle". Le cursus de deux années en alternance dans l'entreprise s'articule autour de l'acquisition d'une double compétence : management d'entreprise et technologie industrielle. orte de l'expérience de 22 années de l'Institut supérieur de promotion industrielle (IPI) de Châlons-en-Champagne, la CCI sarthoise s'appuie sur son Institut supérieur d'ingénierie d'affaires Le Mans (Isialm) pour ouvrir la troisième antenne de l'IPI au Mans (après Albi, il y a quatre ans) et mettre en place cette formation de managers de production industrielle dès la rentrée de septembre. Partant du constat que les entreprises recherchent des cadres intermédiaires, polyvalents, alliant la capacité de gérer le process industriel et celle d'animer

F

Afin de rendre chaque étudiant immédiatement opérationnel, l'entreprise est au cœur de la formation construite sur deux principes : - l'acquisition de concepts, méthodologies et techniques lors des phases de regroupement avec des consultants formateurs et experts spécialisés, matérialisée par la mise en œuvre de cas pratiques, de projets et de mises en situation réelles ; - l'expérimentation lors des phases de stages en entreprise. Il faut savoir, qu'au total 60 % du temps de formation se déroulent en entreprise afin de permettre à chaque étudiant d'optimiser ses chances d'intégration et de développement de carrière dans le monde professionnel. De plus, "les professionnels de l'IPI accompagnent au démarrage les tuteurs des élèves en entreprise afin d'expliquer les objectifs et le contenu de la formation, ainsi que la programmation de l'alternance entreprise/école, explique Véronique Zerr, directrice de l’Isialm, et responsable du projet IPI Le Mans. À chaque fin de semestre en centre de formation, l'entreprise reçoit la liste des modules de formation déjà suivis ainsi

qu'un relevé de notes. Le tuteur peut ainsi s'appuyer sur les connaissances acquises à l'IPI pour adapter les activités de l'élève en entreprise". Pour répondre aux besoins de l'entreprise, deux statuts sont proposés aux élèves de l'IPI du Mans : étudiant ou salarié en contrat de professionnalisation. Le titre de "Responsable en gestion d'unité de production et innovation industrielle" est enregistré au Répertoire national des certifications professionnelles et certifié de niveau II, soit à un bac + 4. "Les candidats doivent avoir un BTS, DUT ou une licence professionnelle à dominante industrielle/technique ou scientifique, précise la responsable IPI. Ils doivent être motivés par une vie professionnelle orientée vers une dimension à la fois d'encadrement d'équipes et technique, ainsi qu'une capacité à développer une grande autonomie et un sens de la responsabilité." Plus de 500 entreprises sont déjà partenaires du réseau IPI, alors n'hésitez pas à vous renseigner. Z Maryse Gauthier Plus d'information : IPI Le Mans au 02 43 50 25 85 www.ipi-lemans.com

[EN BREF] Les 1 200 heures de formation en centre sont découpées en trois blocs : - piloter et améliorer l'action de production, - manager des équipes industrielles, - contribuer à la gestion financière et au développement des activités. maine éco juin 2011 39


Lu pour vous dans la presse Le culte des vacances Marketing Magazine- N° 149 Mai 2011

Pour les Français, les vacances c’est sacré. Ils entretiennent avec elles un rapport fusionnel : ils y pensent, les préparent, comparent les offres, essaient de nouveaux concepts. Afin de continuer à partir en vacances malgré la crise, les Français sont prêts à faire des sacrifices. Les consommateurs optent pour des pratiques touristiques alternatives et reviennent à des valeurs simples : authenticité, proximité et détente, loin du tourisme de masse.

Efficacité énergétique : chassez le gaspi dans votre usine Industrie & Technologies - N° 933 Mai 2011

Après l’ensemble résidentiel-tertiaire et les transports, l’industrie est le secteur le plus vorace en énergie en France. L’amélioration de l’efficacité énergétique n’est pas uniquement une préoccupation d’élus et d’architectes. L’augmentation constante des prix de l’électricité pousse également le secteur industriel à intégrer de plus en plus de dispositifs pour limiter sa consommation.

Pourquoi nos PME s’interdisent-elles l’export Chef d’entreprise Magazine - N° 58 Mai 2011

Selon les chiffres avancés par Ubifrance, sur les 1 300 000 PME que compte la France, seules 100 000 exportent, soit à peine 8 % d'entre elles. Les PME françaises et l'export, c'est un peu "je t'aime, moi non plus". Certaines n'osent pas se lancer, d'autres tentent l'aventure mais essuient un, voire plusieurs échecs. Pourquoi les PME tricolores sont-elles freinées dans leur développement à l'international ?

Innovation : et si votre réussite passait par elle ? Le Nouvel Entrepreneur - N° 95 Mai 2011

Dans un environnement qui évolue de plus en plus vite, innover est devenu 40 maine éco juin 2011

une démarche capitale pour les entreprises. Loin d’être réservée à une élite, l’innovation est l’affaire de tous. Trouver, détecter et développer une idée n’est pas chose facile. La mettre sur le marché encore moins. Mais la difficulté réside également dans l’installation et la pérennité d’un climat favorable à l’innovation.

Drive : la grande promesse ? Points de Vente - N° 1093 9 mai 2011

À la conquête du drive. Autrement dit : faire ses courses sur Internet puis les récupérer en voiture, deux heures plus tard. Toutes les enseignes se lancent dans la course de ce nouveau mode de consommation. À la croisée du commerce en ligne et de la proximité, le drive ouvre la porte à une organisation logistique et humaine inédite. Certains y voient déjà la promesse d’un regain de croissance. La révolution drive aura-t-elle lieu ?

"Locavores" : comment les croquer Points de Vente - N° 1092 18 avril 2011

En 2011, les produits locaux ont le vent en poupe. Pour séduire les adeptes du local, appelés "locavores", la proximité envahit les rayons. Enquête sur une nouvelle niche de consommation qui fait mouche dans la grande distribution. Ou comment, entre engagement des enseignes et tendance médiatique, les petits producteurs sont devenus un argument marketing à part entière.

La crise profite à la Suisse romande L’Entreprise - N° 299 Avril 2011

Ce morceau de terre francophone de la Suisse attire les entreprises internationales comme le miel les abeilles... C'est aussi un marché à prospecter. Pour réussir à Lausanne, Genève ou Neuchâtel, il vaut mieux préparer son offensive et venir avec

une idée, un produit ou un service qui n’existe pas dans le pays. Conseils avant de s'implanter en Suisse romande.

La dictature de l’urgence Marketing Magazine - N° 148 Avril 2011

La société serait-elle malade du temps ? Entre le diktat d’Internet, qui exige de faire toujours plus vite, la consommation frénétique et la course à la productivité dans les entreprises, l’urgence dirige nos vies. Pour en finir avec cette tyrannie de l’accélération, certains plébiscitent le "slow". Objectif : redonner de la valeur au temps. C'est ainsi qu'a émergé le slow food dans l'alimentation, qui a fait des émules. Slow parenting, slow management, slow money, slow travel : l'essor récent des nouvelles tendances issues de ce mouvement conduit à reconsidérer la plupart des activités habituelles.

La France va gagner d'ici à 2025 110 000 actifs par an Les Échos - 22 avril 2011

Les projections de l'Insee font état d'une forte augmentation de la population active d'ici à 2025, puis à partir de 2035, sous l'effet conjugué d'une hausse du taux d'activité des seniors et d'un niveau de fécondité dont le dynamisme ne se dément pas. Les entreprises devront gérer le vieillissement. Les 55-69 ans sont la seule tranche d'âge dont le taux d'activité va progresser. Sa hausse sera particulièrement marquante pour les 60-65 ans.

Les fraudes sur les paiements en ligne continuent de progresser La Tribune - 29 avril 2011

Les fraudes bancaires gagnent du terrain à cause du développement des paiements en ligne. Moins de 10 % des paiements par carte bancaire sont réalisés à distance mais ils représentent plus de la moitié du montant global de la fraude à la carte,

soit 342,4 millions d'euros en 2009. La somme des fraudes reste certes encore modeste au regard du montant total des transactions par carte, mais elle augmente chaque année. Le e-commerce français espère résister à la panique. En France, les sites marchands font de plus en plus appel à des plates-formes de paiement sécurisé. Une méthode censée rassurer les adeptes du shopping en ligne.

Création d'entreprises en Pays de la Loire : une reprise en construction Insee Pays de la Loire : Informations statistiques - N° 404 Avril 2011

En France, les créations d'entreprises sont beaucoup plus nombreuses en 2010 qu'en 2009. En Pays de la Loire, l'augmentation des créations est plus modeste. Cette différence s'explique principalement par un boom de créations d'auto-entreprises dans certaines régions alors que celles-ci restent relativement stables dans la région. Le secteur de la construction a été particulièrement dynamique en 2010. Les créations sont par contre en net recul dans le secteur industriel.

Réseaux sociaux : à quoi servent vraiment LinkedIn et Viadeo ? L’Entreprise - N° 299 Avril 2011

Au-delà du simple rôle de miroir social, les réseaux sociaux professionnels peuvent aussi aider à doper son activité. Tour d'horizon avec trois utilisateurs avertis pour qui les réseaux sociaux permettent de... réaliser sa pub à bas prix ; ...recruter les bons profils ; ...faire son "personal branding" (marque personnelle).

Innovation : la robolution française est en marche L’Expansion - N° 762 Avril 2011

Ces prochaines années, les robots vont envahir notre quotidien au point de transformer en profondeur des


secteurs comme les transports, l'électronique grand public, l'enseignement ou l'assistance à domicile. En France, les jeunes entreprises innovantes sont en pointe dans le développement de machines intelligentes, même si elles peinent à financer leur croissance.

Bâtir son plan de financement L’Argus des commerces - N° 387 Avril 2011

Pour bâtir votre plan de financement, vous devez d’abord identifier vos besoins pour pouvoir définir les ressources nécessaires. Vous pourrez ajouter à votre apport personnel un emprunt bancaire et différents prêts. Pour décrocher son prêt, le repreneur devra présenter au banquier un dossier clair et précis ; celui-ci pourra ainsi appréhender son profil et les données financières. Il est conseillé de se faire aider par des experts lors de cette opération. La preuve par les chiffres : 80 % des entrepreneurs qui sont suivis par un réseau d’accompagnement sont toujours en activité cinq ans après.

Renault électrise tout son réseau dans l’Ouest Le Nouvel Ouest - N° 176 Avril 2011

Avant la sortie de ses deux premiers véhicules électriques, en septembre

prochain, Renault déploie des bornes de rechargement dans l’ensemble de son réseau. Tout devrait être prêt fin juin afin de garantir au mieux le succès d’une gamme de quatre voitures. Comment l’Ouest dispute-t-il cette course ? Entretien avec Bernard Cambier, directeur commercial France de Renault ; Benoît Treilhou, chef de projet Renault VE ; Hakim Boutehra, nouveau directeur régional Ouest de Renault.

Rentable, le grand âge Enjeux Les Échos - N° 278 Avril 2011

Les maisons de retraite ont de beaux jours devant elles. En 2050, 4,5 millions de personnes auront plus de 85 ans. Presque quatre fois plus qu’aujourd’hui alors que la France souffre déjà d’une pénurie de lits. L'accueil des personnes âgées dépendantes est un marché en plein essor qui profite surtout aux opérateurs privés. En France, la concentration touche à sa fin et les acteurs lorgnent vers l'Europe.

INFOSCOPE Un outil précieux pour suivre l'actualité sans perdre de temps

Deux fois par mois... Informez-vous sur la vie des entreprises sarthoises. Accédez à l'essentiel de la presse économique et professionnelle avec les synthèses extraites de plus de 50 titres. Découvrez les études et ouvrages reçus au Centre d’information économique. Consultation gratuite. Abonnement annuel : 60 euros TTC Intégralité des articles sur demande Centre d’information économique CCI du Mans et de la Sarthe - Tél. 02 43 21 00 00

Coiffure : savoir se démarquer L’Argus des commerces - N° 387 Avril 2011

Confronté à une concurrence exacerbée et à des clientes qui font attention à leurs dépenses, le coiffeur,

acteur du commerce de proximité, doit déployer ses qualités d’accueil et de contact. S’il souffre comme d’autres secteurs, ce métier continue d’attirer des vocations. Le nombre de points de vente continue légèrement de grossir,

avec environ 300 à 400 nouveaux salons par an, alors que le marché ne se développe plus.

maine éco juin 2011 41


maine découvertes

LES 30 ANS DU FENOUIL BIOCOOP

Qui aurait pu s’imaginer qu’une poignée de militants au début des années 80, serait à l’origine de l’implantation de magasins qui font la part belle à l’agriculture biologique ? Le Fenouil, qui appartient au réseau Biocoop, avec ses deux magasins (bientôt trois) situés sur l’agglomération mancelle, a su séduire 10 000 adhérents. Des "consom’acteurs" pour qui ce mode de production, n’est pas un vain mot. Retour sur l’histoire d’un modèle économique durable.

42 maine éco juin 2011

Gilles Kervella

Une idée visionnaire

abrielle Rousseau se souvient de l’ambiance qui régnait dans le petit local sis au centre ville du Mans en 1981. "J’ai quitté un emploi bien payé pour me lancer dans l’aventure du Fenouil. C’était risqué. J’étais la première salariée de la structure. Il y a avait une centaine de bénévoles qui m’aidait à passer les commandes, à mettre en rayon, à conditionner les céréales ou à couper le fromage". À l’époque, le groupement d’achat La Marmite et la coopérative La Huche fusionnent pour devenir la coopérative Le Fenouil, rue de Bellevue au Mans, avec 300 familles adhérentes. Deux nouveaux employés arrivent en 1983. La coopérative prend son envol. Une démarche qui correspond à une conscience écologique naissante. Militant de la première heure, Serge Mousset souligne que dès les années

G

1970 : "Les médias et les scientifiques ont commencé à parler des dangers des pesticides et des engrais chimiques sur la santé. Mais les défenseurs de l’agriculture biologique étaient souvent considérés comme farfelus, voire sectaires". En 1987, la petite équipe prend ses quartiers à Coulaines. Le nouveau magasin s’étend sur 400 m². Le nombre d’adhérents passe à 2 000. "Un succès qui est né de bouche à oreille sans campagnes publicitaires", se félicite Daniel Moreau, directeur général du Fenouil.

Biocoop, un réseau équitable et transparent "Cette évolution a pu se faire en grande partie grâce à la création du réseau national Biocoop (1) en 1986. Il comptait alors 15 magasins, contre

330 aujourd’hui. Nos valeurs sont claires : créer des filières transparentes, de préférence locale, où l’agricole biologique respecte un cahier des charges strict (2) avec un juste revenu pour le producteur. Pour les produits exotiques, nous travaillons équitablement avec des partenaires du Sud. Comme le proclame le slogan du réseau, les agriculteurs ne sont pas des vaches à lait". Exemple flagrant des dérives d’une agriculture biologique industrielle : la grande distribution, qui peut vendre un lait biologique à bas coût, car venant principalement d’Allemagne où des élevages laitiers se trouvent souvent en hors sol. Ce nouveau mode de commerce implique des changements de mentalités : acheter des produits en vrac, manger des produits de saison, acheter moins de viande et plus de produits complets ou semi-complets. Un discours repris


maine découvertes

Produits laitiers… et d’entretien Concrètement, 60 producteurs locaux (Sarthe et départements limitrophes) fournissent en partie Le Fenouil. Les gammes sont variées : produits laitiers, légumes, fruits, œufs, confiture, huile, pain, cosmétique, viande, vin, produits d’entretien, etc. Les adhérents sont même invités à visiter quatre exploitations agricoles tous les ans afin de privilégier la relation de transparence. Le Gaec (Groupement agricole d’exploitation en commun) Le Grillon fait partie des producteurs historiques. Installés à Saint-Célerin, les trois associés, Cor van den Ham, Jean-Marie Charrier et Nicolas Gasnot, cultivent des légumes, du raisin de table et des plants de légumes. Le partenariat a commencé en 1987. Aujourd’hui, plus de la moitié de la production est vendue au Fenouil, le reste étant distribué sur les marchés. "Avec l’expérience, on connaît les demandes et les volumes de la coopérative, constate Cor van den Ham. On s’adapte aux besoins des clients. Nous devons leur fournir des produits de qualité. Beaucoup d’entre eux nous connaissent et nous font confiance."

mancelle, un nouveau magasin a été créé en 1997 route de Tours. En 2001, un troisième magasin voit le jour dans le quartier de Gazonfier (il fermera en 2009). Mais le véritable bouleversement a lieu en 2008 lorsqu’un bâtiment tout en éco-construction sort de terre à Sargé-lès-Le-Mans. Il remplace celui de Coulaines et double la surface de vente (800 m²). "C’est le plus grand magasin Biocoop de France. Le déménagement a attiré une nouvelle clientèle. Nous sommes passés de 8 000 à 10 000 adhérents en deux ans pour 57 salariés. Nous avons toujours l’im-

plication d’une dizaine de bénévoles. Le chiffre a augmenté de 40 % la première année", analyse Daniel Moreau. Courant 2011-2012, les projets ne manquent pas. "Depuis dix ans, nous voulions nous implanter à l’Ouest du Mans. Nous ouvrirons une surface de 300 m² d’ici un an. Au Sud, nous avons besoin de nous agrandir. Nous allons créer une boutique de 300 m² au niveau de la ZAC des Hunaudières qui remplacera celle existante." Mais avec ce développement, pas question de perdre son âme. "Nous resterons des lieux d’échanges et de sensibilisation afin de développer

l’agriculture biologique dans un esprit d’équité de coopération." Un leitmotiv qui trace les lignes d’un commerce alternatif et d’avenir. Z Cédric Lebreton

(1) En Sarthe et en Mayenne, le réseau Biocoop regroupe également les magasins : Al Terre Native à La Flèche, Bio Soleil à Mayenne, Azé et Laval. (2) L’Union européenne a créé un logo avec un cahier des charges plus souple que le label français AB pour l’agriculture biologique.

Plus d'information : www.lefenouil-biocoop.fr ; Tél. 02 43 81 87 71

Gilles Kervella

depuis quelques années par les médias alertés par la crise écologique et sociale. Quant à l’argument du prix élevé des produits biologiques, il n’est pas pertinent. D’ailleurs, plusieurs plaquettes de la Biocoop proposent différents repas à 4 € par personne. Et le goût est au rendez-vous !

10 000 adhérents et de nouvelles implantations prévues Afin de répondre à la demande de la clientèle sur le territoire de l’agglomération maine éco juin 2011 43


Opportunités d’affaires

Annonces commerciales 722C2011 COIFFURE Affaire magnifique, 7 postes, 3 bacs. Très bel agencement. Proche Le Mans. CA 123 K€. Prix fonds 125 000 €. Part'ner Commerce entreprise Tél. 02 43 14 16 33 722C1586 PRÊT-À-PORTER-LINGERIE Vds magasin prêt-à-porter femme/ homme lingerie/layette, 54 m2 + réserve 20 m2. Clientèle fidélisée. CA 127 K€. Prix 30 000 € + stock. Possibilité achat pas-deporte. Loyer 3 293 €/an. SCP Barbe Gérard Tél. 02 43 20 50 09 722H1501 BAR-RESTAURANT-HÔTEL Belle affaire dans petit village idéale pour couple. Possibilité de développement. Logement. Prix 186 200 €. Agence Luc Sury SA Tél. 02 43 53 53 55

722H1489 BAR-TABAC-PRESSE Vds affaire commissions 40 000 €. Logement 3 chambres avec terrain. Prix fonds 150 000 €. Blot Commerce Tél. 02 43 29 59 59 722C1633 DROIT AU BAIL Boutique dans site touristique en centre-ville idéale commerce, artisan, bureau. Surface 70 m2. 2 pièces. Possibilité logement au-dessus. Prix pas-de-porte 48 000 €. Me Maleval Jean-Christophe Tél. 02 43 44 00 28 722C1990 QUINCAILLERIE Vds affaire surface 61 m2 + atelier 200 m2 + réserve. Prix fonds 60 000 €. Prix murs 200 000 €. Me Maleval Jean-Christophe Tél. 02 43 44 00 28 722H1490 RESTAURANT-PIZZÉRIASALADERIE Belle affaire créée en 2005 avec belle

décoration. Établissement très propre et matériel parfait état. Belle terrasse. Prix 302 000 €. Achat murs possible. Chatellier Cabinet de Commerces Tél. 02 43 52 04 04 723H1382 BAR-TABAC-PRESSEPIZZAS-BANQUETS Vds dans petit bourg affaire à développer en restauration. Logement 3 chambres. Prix 60 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 724H1494 BAR-RESTAURANT Cuisine et arrière cuisine, salle de bar, salle, grande salle de réception. Étage 6 chambres. Cave et garage. Prix 207 348 € fonds et murs. SELARL Lévêque-Mouchel Tél. 02 43 93 12 31 722C2061 BÂTIMENT Bâtiment avec magasin 100 m2 et 397 m2 en tout. Double volet, système alarme. Chambre forte sur terrain clos et paysage de

2 594 m2. Bord nationale et péage autoroute. Prix 400 000 € HT. Me Maleval Jean-Christophe Tél. 02 43 44 00 28 722H1505 BAR-RESTAURANT Urgent, cause familiale vds restaurant ouvrier et banquet en centre bourg. Surface 200 m2 avec 3 salles pour 100 couverts. Cuisine rénovée. Parking. Beau logement F3. Loyer 600 €/mois. Prix fonds 60 000 €. Me Cuisenier-Marie Claire Tél. 02 43 35 05 81 722C2073 COIFFURE Vds salon entièrement refait en 2007. 3 bacs + 6 coiffages. Climatisation. Situation sur axe passager dans village dynamique. Prix fonds 65 000 €. Me Ledru Georges Tél. 02 43 27 30 02 723H1498 BAR-PMU-GRATTAGE Affaire de centre-ville. Commissions 17 000 €. Logement 3 chambres.

CITYA LE SYNDIC - IMMOBILIER D’ENTREPRISE - Tél. : 02 43 210 243

BUREAUX A LOUER PROFITEZ DES AVANTAGES FISCAUX DE LA ZONE FRANCHE LES SABLONS : Bureaux 48 m² - 2 bureaux privatifs dont 1 avec balcon - Parkings publics gratuits Loyer : 540 € HT/HC/ mois. Classe énergie C. Réf : 1856 IE MONTHEARD Bureaux au 2ème étage d’environ 55 m² - 2 bureaux privatifs + 1 parking - Loyer : 750 € HT/ HC/mois - Classe énergie : D Réf : 1949 IE CENTRE VILLE DE GAULLE : Plateaux de bureaux divisibles d’environ 720 m² avec parkings et cave - Loyer : 120 € HT/HC/m²/an. Classe énergie : D Réf : 1762 IE

COMTES DU MAINE : Plateaux de 12 bureaux d’environ 240 m² avec parking et cave - Loyer : 1960 € HT/HC/mois Classe énergie : E - Réf : 1898 IE GARE GARE SUD : Bureaux en rez-de-chaussée d’environ 85 m² - Accueil + 3 bureaux - Loyer : 800 € HT/HC/mois. Classe énergie : G. Réf : 1707 IE GARE SUD : Ensemble de bureaux d’environ 180 m² cloisonnés selon votre cahier des charges - Loyer : 1 650 € HT/HC/mois Classe énergie : D. Réf : 1389 IE PÉRIPHÉRIE UNIVERSITÉ : Dans un immeuble indépendant, ensemble de bureaux d’environ 358 m² sur 2 niveaux - parkings - Loyer : 3 500 € HT/ HC/mois - Classe énergie : D - Réf : 1885 IE UNIVERSITÉ : Plateau de bureaux en open space d’environ 88 m² + 2 parkings -

Loyer : 980 € HT/ HC/mois - Classe énergie : F Réf : 1918 IE LE RIBAY : Plateau de bureaux d’environ 240m² en rezde-chaussée + 13 parkings Aménagement selon votre cahier des charges - Loyer : 2 800 € HT/HC/mois Classe énergie : Bâtiment basse consommation Réf : 1709 IE

CENTRE VILLE BUREAUX A LOUER / A VENDRE Ensemble de bureaux cloisonnés d’environ 261 m² avec 10 parkings Loyer : 2 383 € HT/HC/mois 342 000 € FAI - Classe énergie : E Réf : 1878 IE - 1879 IE

D’autres biens en portefeuille, n’hésitez pas à nous contacter au 02 43 210 243

Contact : Valérie Labani - vlabani@citya.com - 17 place de l’Eperon - 72015 Le Mans Cedex 2

S.A.S au capital de 160 000 € - RC 577 250 111 - Groupe des Caisses de Garantie CGAIM - 89 rue de la Boétie - 75008 PARIS - N° 8472 Carte professionnelle «Gestion Immobilière» - N° 13 «transaction sur immeuble» n°34 - Délivrée par la préfecture de la Sarthe

44 maine éco juin 2011


Garage. Prix fonds 120 000 €. Blot Commerce Tél. 02 43 29 59 59 723H1463 BAR-RESTAURANT OUVRIER Affaire restaurant du midi très propre avec terrasse situé sur place du marché. Affaire à développer. Grand logement. Prix 100 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 723H1502 RESTAURANT-SALON DE THÉ Fonds restaurant et salon ou autre activité au niveau du bail. Surface 120 m2 + cuisine 20 m2. Grenier aménageable. Local refait à neuf. Belle prestation. Prix 170 000 €. Me Charlot François Tél. 02 43 24 58 82 723C2055 PAS-DE-PORTE Pas-de-porte 45 m2 + réserve 40 m2 dans rue commerçante. Vitrine 3 ml. Prix 45 000 €. Blot Commerce Tél. 02 43 29 59 59

722C1873 GARAGE RÉPARATION VO-VN Superbe garage enseigne nationale avec structure commerciale conforme. Secteur rural 22 500 habitants et proches entreprises. Vente murs 240 000 € + fonds 150 000 €. Cession rapide Agence Luc Sury Tél. 02 43 53 53 55 723C1862 SANDWICHERIE-PIZZA À EMPORTER Affaire à développer idéale 1ère installation. 8 places. Loyer 3 312 €/an. Prix fonds 45 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 724C1988 POISSONNERIE Vds cause santé poissonnerie à développer. Prix fonds 40 000 €. Achat pas-de-porte pour autre activité possible 30 000 €. Me Chevalier Antoine Tél. 02 43 97 60 71

Un fichier de plus de

721H1497 BAR-TABAC-PRESSE-FDJ Vds affaire avec petite brasserie. Commissions 43 000 €. EBE 65 000 €. Logement + cour. Prix fonds 260 000 €. Blot Commerce Tél. 02 43 29 59 59

724C1890 BOULANGERIE-PÂTISSERIE Vds affaire état impeccable idéale pour couple. CA 145 K€. EBE 46 K€. Faible loyer. Prix 175 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33

721H1380 BAR-BRASSERIE-JEUX Vds affaire très bon emplacement dans centre-ville et proche lycée. Logement 3 chambres. Très propre. Prix 80 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33

721C2000 PAS-DE-PORTE Pas-de-porte centre-ville avec surface 140 m2 et vitrine 12 ml. Travaux récents et climatisation. Idéal commerce ou bureau. Prix 80 000 €. À voir. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 SIÈGE SOCIAL Centre Ville 14, Pl. A.Briand 72000 LE MANS AGENCES Centre Ville 14, Pl. A.Briand 72000 LE MANS

Cession, acquisition une nouvelle vie pour entreprendre ! Appuyez-vous sur nous

721C2012 POINT CHAUD Affaire à développer emplacement commerçant potentiel réel. Matériel et agencement de qualité. Prix fonds 65 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33

724H1504 BAR-HÔTEL-RESTAURANT Vds affaire dans ville 5 000 habitants sur axe passager. Fermé samedi AM + dimanche. Idéal 1ère installation pour 1 personne. Beau logement. Prix 132 300 € FAI. Agence Luc Sury SA Tél. 02 43 53 53 55

721C2069 INSTITUT DE BEAUTÉ Vds institut de beauté ou

Rive Droite 17, Pl. G.Bouttié 72000 LE MANS

Le Mans Nord 10, rue de Carnac 72190 COULAINES

Le Mans Sud 182, av. du Dr.J.Mac 72000 LE MANS

Arnage 68, rue nationale 72230 ARNAGE

02 43 24 64 02 WWW.MAITE-MARTEAU.COM

EMPLACEMENT N°1CENTRE VILLE DU MANS. Avec accès direct FNAC. Bail neuf possible. DROIT AU BAIL à céder. Réf. 1005681

BOULANGERIE PÂTISSERIE à restructurer. Création de 2000, sans logement. Locaux et matériaux 10 ans. CA 1 000 000 €. Affaire rare. Réf. 1005180

BOULANGERIE PÂTISSERIE à restructurer. Création de 2000, sans logement.. CA 1 000 000 €. Affaire rare. Réf. 1005180

CENTRE LE MANS; Emplacement n°1 exceptionnel. 135 m² de vente en rezde-chaussée. Sur rue piétonne. DROIT AU BAIL à céder. Réf. 1005695

BOULANGERIE PÂTISSERIE à restructurer. Création de 2000, sans logement. Locaux et matériaux 10 ans. CA 1 000 000 €. Affaire rare. Réf. 1005180

BOULANGERIE PÂTISSERIE

CENTRE VILLE LE MANS Très beau local. ZONE NORD LE MANS. Local de 200 Agencement récent. Visuel important. m² avec belle vitrine et parking. A deux DROIT AU BAIL à céder. Réf. 1106292 pas des enseignes n°1. Faible loyer (2000 € HT/mois). RARE ! Réf. 1005639

BOULANGERIE PÂTISSERIE à restructurer. Création de 2000, sans logement. Locaux et matériaux 10 ans. CA 1 000 000 €. Affaire rare. Réf. 1005180

400 affaires LOCAUX COMMERCIAUX CENTRE VILLE LE MANS local commercial sur axe passager. Belle boutique de 50 m². Faible loyer. DROIT AU BAIL à saisir ! Réf. 1105959

LE MANS QUARTIER BOLTON. jOLIE BOUTIQUE. Faible loyer (756 € HT/mois). DROIT AU BAIL à saisir ! . Réf. 1106059

NOUVEAU ZONE NORD LE MANS. Superbe local avec visuel n°1. Environ 480 m² avec parking. DROIT AU BAIL à céder. Réf. 1105805

MURS COMMERCIAUX

BOULANGERIE PÂTISSERIE à on de 2000, sans logement. Locaux et matériaux 10 ans. CA 1 000 000 €. Affaire rare. Réf. 1005180

LE MANS NORD

COMMERCIALISATION DE 9 CELLULES DE 486m² à 2345m². LIVRAISON 3ème TRIMESTRE 2012. Renseignements sur Rendez-vous.

COMMERCE Présent dans tout leFONDS GrandDEOuest

maine éco juin 2011 45


Opportunités d’affaires

pas-de-porte plein centre-ville. Surface 73 m2 sur 3 niveaux. Vitrine 5 ml. Rideau de fer. Prix 65 000 €. Me Pasquiou Alain Tél. 02 43 39 28 28 721C2067 FLEURISTE Dans quartier commerçant boutique + atelier fleurs 40 m2. Réserve avec chambre froide. Véhicule. Logement. CA + 115 000 €. Prix fonds 80 000 €. Blot Commerce Tél. 02 43 29 59 59 721C1994 PAS-DE-PORTE Hyper centre, surface 27 m2, idéal pour décoration, bijouterie, accessoires, arts de la table... Grande vitrine. Prix 150 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 721H1493 BAR-RESTAURANT Affaire sur très bel emplacement avec terrasse idéale pour création pizzéria/ crêperie. Prix fonds 75 000 €.

721C2068 PAS-DE-PORTE Pas-de-porte quartier Maillets surface 80 m2 + réserve 30 m2. Vitrine 8,5 ml. Loyer 1 200 €/mois. Prix 40 000 €. Me De Chasteigner François Tél. 02 43 74 03 20

721H1491 RESTAURANT Restaurant gastronomique 1 000 couverts par mois. Fermé dimanche soir et lundi. Prix fonds 240 000 €. Blot Commerce Tél. 02 43 29 59 59

721C2064 DÉPANNAGE AUTO Activité dépannage VL sur axe 4 voies, proche autoroute. Bonne rentabilité. Prix 150 000 €. Agence Luc Sury SA Tél. 02 43 53 53 55

721H1496 BAR-TABAC-PRESSE-LOTO-FDJ Sur artère importante affaire entourée d'autres commerces. Flux important le samedi en raison du marché hebdomadaire. Nombreuses animations de quartier. Vente murs possible. Prix nous consulter. Chatellier Cabinet de Commerces Tél. 02 43 52 04 04

721C2003 PAS-DE-PORTE Pas-de-porte centre-ville, surface 100 m2 avec grande vitrine d'angle 12 ml. Bail tous commerces sauf nuisances. Activité de service possible. Logement F3. Faible loyer. Prix 125 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33

721C2018 BUREAUX À louer bureaux dans quartier tertiaire avec un atelier. Surface 110 m2 en RDC et 127 m2 à l'étage. 2 places parking. État très propre. Nous consulter. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33

721C2066 LOCAL Appartement centre-ville idéal pour bureaux profession libérale ou autre. Surface 98 m2 fonctionnelle, plateau 36 m2. 1er étage avec ascenseur. Prix 125 000 €. Me Bouvet Guillaume Tél. 02 43 24 54 40

Blot Commerce Tél. 02 43 29 59 59 721C2065 DÉPANNAGE AUTO Vds grosse activité dépannage VL avec matériel récent, très bon état, activité mécanique à développer, proche autoroute. Prix 619 000 €. Agence Luc Sury SA Tél. 02 43 53 53 55

721C2019 PAS-DE-PORTE Pas-de-porte sur axe tramway. Surface 100 m2 avec grande vitrine. À voir. Prix 100 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 721H1495 BAR-TABAC-PRESSE-RAPIDO-FDJ Affaire centre-ville surface

IMMOBILIER ENTREPRISE - FONDS DE COMMERCE Bureaux - Bâtiments Industriels - Locaux Commerciaux et d’Activités - CHR Boulangeries/Pâtisseries - Locations - Ventes - Estimations - Gestion LOCAUX COMMERCIAUX / PAS DE PORTE LE MANS HYPER - CENTRE : Loue Local Commercial d’une surface de 50m² environ + réserves 70m² et Appt 70m². Agencements récents. Loyer mensuel : 1225 € /net. Prix du droit d’Entrée : Nous Consulter. Réf : 02/710. LE MANS - SECTEUR BOURG BELE : Vend ou Loue Local Commercial d’une surface de 128m² sur 2 niveaux comprenant magasin de 40m² environ et réserves en RDC et étage. Façade avec grilles de 7 ML. Prix du Loyer Mensuel : 980 €. Prix de Vente : Nous Consulter. Réf : 02/669. LE MANS - SECTEUR RUE NATIONALE : Loue Local Commercial d’une surface de 42m² environ comprenant magasin, vitrine de 4 ML, réserve et bloc sanitaire. Prix du loyer mensuel : 650 € HT. Réf : 02/461.

LE MANS ZONE FRANCHE DE MONTHEARD : A Louer Local de stockage avec bureaux d’une surface de 192m² avec deux places de parking. Prix du loyer mensuel : 1712,75 € HT et Hors charges. Réf : 03/1412.

BUREAUX LE MANS - PROXIMITE ZIS ET ROCADE SUD. Loue 2600m² de Bureaux sur un terrain clos de 30 700m² comprenant 300places de parkings. Câblage informatique. Divisons possible. Prix du Loyer : 100 € HT /m². Réf : 02/605. LE MANS PROCHE GARE : A vendre Immeuble de bureaux de 113 m² comprenant bureaux, salle de réunion, salle d archives et sanitaires. 1er garage souterrain et un autre garage pouvant être loué a l’année. Prix de vente : Nous Consulter. Réf : 02/1201.

ENTREPÔT - LOCAL ARTISANAL / ACTIVITÉ

FONDS DE COMMERCE

LE MANS / CHAMPAGNÉ : A Louer Bâtiment d’activité de 680m² comprenant un local de stockage et des bureaux. Locaux isolés et chauffés. Terrain clos de 3000m², cour goudronnée et nombreux parkings. Loyer mensuel 2730 € HT. Réf : 03/1417. LE MANS SUD (Sortie Arnage) : A Louer entrepôt de 2700m², isolé - Accès PL - Bureaux, réfectoire et sanitaires. Terrain clos d'une surface de 13 500m². Prix du Loyer : 6300 € HT/ mensuel. Réf : 02/1228. SECTEUR CHAMPAGNÉ : A Louer entrepôt d'une surface de 1100m² environ comprenant 100m² de bureaux sur un foncier de 11000m². Accès P L. Prix du Loyer mensuel : 3108 € HT. Réf : 03/1359.

BAR BRASSERIE : Grande ville, quartier d'affaire, Bar 8h/20h Brasserie le midi. Repos hebdo Vendredi & Samedi. 4 semaines de congés. CA régulier. Disposer de 50 000 € Réf : 02/746 MULTISERVICES avec TABAC : Situé en centre ville avec stationnement. Horaires de jour, affaire très propre avec des équipements et agencements récents. Beau logement. Repos hebdo 1 jour et 2 semaines de congés. CA 185 500 € Cions 44 500 € EBE 82 000 € Prix 200 000 € Réf : 02/1203 RESTAURANT : Proche grande ville, dans secteur économique actif, bel outil de travail, agencement et équipements de qualité. 10 services/semaine. CA 264 500 € EBE 61 200 € Prix 250 000 € Réf : 03/1312

CREPERIE SALADERIE PIZZERIA : Hyper centre, emplacement N°1avec terrasse. Agencement et équipement OK. Convient à couple professionnel. Disposer de 30 000 € Réf : 02/1129 BAR TABAC PRESSE LOTO : Seul tabac dans bourg actif. Repos hebdo 1 jour et 6 semaines de congés. Appartement sur place. CA 72 700 € Cions 42 500 € EBE 38 000 € Prix 140 000 € Réf: 02/950 CREPERIE SALADERIE GRILL : Hyper centre, emplacement N°1. 12 services semaine. Repos Lundi, et Congés 3 semaines. Agencements et équipements OK. Convient à couple professionnel. Disposer de 100 000 € Réf: 03/1342

BOULANGERIE/PATISSERIE 72/49 DANS COMMUNE SUD SARTHE BOULANGERIE/PATISSERIE : CA : 220 000 € toute équipée avec logement 3 chambres + terrain clos. Très belle rentabilité. Faire Vite !! Réf : 03/1355. SUD SARTHE BOULANGERIE /PATISSERIE DE CENTRE VILLE : Matériels et magasin 3 ans !!! Affaire a dynamisé. Pour jeune couple ou 2 e affaire ! Logement 3 chambres avec extérieur. URGENT !!! Réf : 03/1398. DÉPARTEMENT 49 BOULANGERIE/PATISSERIE : centre ville sur axe principal, bien équipée. Pâtisserie a redynamisé. CA : 350 000 €. Réf : 03/1423. DÉPARTEMENT 49 BOULANGERIE/PATISSERIE : du bord de la Loire seule dans la commune, bien équipée, aux normes magasin sur axe passant. Murs à vendre. Prix du fonds : 290 000 €. Réf : 02/903.

Tél. 02 43 72 00 59 - Fax. 02 43 24 36 45 - Site web : www.juri-diag.fr - 20 Av du Général Leclerc 72000 LE MANS - immo.entreprise@juri-diag.fr Immo Entreprise - Joël ARCHENAULT : 06 18 33 03 73 - Stéphane JEUDON : 06 03 94 80 95/ Fonds de Commerce - Jocelyn BOURNE : 06 09 72 02 17 Boulangeries / Pâtisseries - Karl LANDAIS : 06 26 76 17 86 et Christian FROGER : 06 76 46 43 40 46 maine éco juin 2011


100 m2 avec terrasse. Exploitation en couple. Fermé dimanche et fériés. Logement à rafraîchir. Bénéfice 70 000 €. Prix nous consulter. Chatellier Cabinet de Commerces Tél. 02 43 52 04 04 721C1997 PAS-DE-PORTE Centre-ville pas-de-porte tous commerces sauf nuisances. Surface 40 m2 avec vitrine sur rue passante. Bureau ou réserve, le tout en bon état. Prix 43 000 €. Me Fournier Jean-Jacques Tél. 02 43 24 37 15 721C2009 COIFFURE Vds affaire de quartier très propre, idéale première installation. À développer. Faible loyer. Prix fonds 30 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 721C2056 COIFFURE Vds affaire 105 m2 + réserve située entre boulangerie, kebab et bar. Loyer 1 500 € charges comprises.

Prix 87 000 € à débattre. Me Mazuy Philippe Tél. 02 43 81 51 42 723H1492 BAR-TABAC-SNACK-JEUX Affaire avec FDJ et PMU. Terrasse. Logement. Prix fonds 172 000 €. Blot Commerce Tél. 02 43 29 59 59 723C2062 PRESSE-TABAC-LOTO-CADEAUX Vds affaire en centre-ville tenue par 1 personne. Vaste logement 4 chambres. Prix fonds 240 000 €. Chatellier Cabinet de Commerces Tél. 02 43 52 04 04 724H1499 BAR-RESTAURANTÉPICERIE-TRAITEUR Établissement très bien tenu avec 2 grandes salles spacieuses et claires. Commerce mis aux normes par la mairie propriétaire des murs. Grand logement. Prix 70 000 €. Chatellier Cabinet de Commerces Tél. 02 43 52 04 04

722H1349 BAR-TABAC-PRESSE-LOTO Vds affaire de 30 places. Fermée samedi AM et dimanche. Commissions globales 70 000 €. Logement 2 chambres. Prix 350 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 723C2063 JARDINERIE-FLEURS Entreprise à développer située sur grand axe. Surface 700 m2 avec 200 m2 de façade + parking 1 500 m2 sur terrain 6 000 m2. Activités loisirs et piscines à développer. Prix fonds 350 000 €. Me Poujade Françoise Tél. 02 43 95 00 09 723C2071 CAVISTE Vds cause retraite, commerce dans zone commerciale proche hypermarché dans ville 15 000 habitants. Magasin 58 m2. Prix fonds 60 000 €. Me Serreau Jacques Tél. 02 43 95 39 03

POUR VENDRE OU ACHETER UN COMMERCE Contactez la Chambre de commerce et d'industrie au 02 43 21 00 20. • Votre offre de vente sera diffusée gratuitement sur le site : www.transcommerce.com qui réunit les annonces des 38 départements adhérant au réseau Transcommerce. • Si vous cherchez un commerce, consultez le site www.transcommerce.com qui vous propose des centaines d'offres. Vous serez également inscrit gratuitement sur le fichier confidentiel des repreneurs.

723C1996 COIFFURE Plein centre-ville affaire à développer idéale pour 1 personne. 4 postes. Loyer 495 €/mois. Prix 38 000 €. À saisir. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33

BUREAUX

Angers Chartres Laval Le Mans Nantes Saint-Nazaire Tours

• A louer - gare sud : 238 m² au 1er étage comprenant open space, 2 bureaux cloisonnés, 1 réserve en sous-sol, et 4 parkings extérieur - proche transports en communs - Loyer : 2666 € HT/mois - DPE en cours - disponibilité immédiate - réf : 72.1223 • A louer - gare sud : 47 m² au 1er étage sur coursive comprenant 2 bureaux, sanitaire, 1 parking extérieurs - proche transports en communs - loyer : 500 € HT/ mois - DPE : E - disponibilité immédiate réf : 72.0950 • A vendre - gare nord : sur 4 niveaux dans un immeuble neuf, plateau de bureaux livré libre de 620 m² (divisible) avec parking en sous-sol, climatisation, Prix : 1980 € HT/m² - livraison fin 2012 • A louer - centre ville : 215 m² en RDC d’un immeuble mixte avec vitrine, accueil, bureaux cloisonnés, dé-

gagement et sanitaires - Loyer : 1970 € HT/mois - DPE en cours - disponibilité immédiate - réf : 72.1849 • A louer - quartier Jean Mac : 107 m² en RDC comprenant 5 pièces, jardinet, 4 places de parking - proche rocade - Loyer : 1000 € HT/mois - DPE en cours - disponibilité été 2011 - réf : 72.1647 • A louer - ZI Sud : 776 m² de bureaux sur 2 niveaux avec câblage informatique, sanitaires privés, parkings privés - loyer : 45 € HT/m² en l’état ou 80 € HT/m² refait DPE en cours - disponibilité immédiate réf : 72.0146 • A vendre - centre ville : Spécial investisseur 1082 m² au 2ème étage avec ascenseur, local archives en sous-sol, 20 places de parkings (avec locataire en place) - prix : nous consulter - DPE en cours - réf : 72.1862

LOCAUX D'ACTIVITÉS

• A louer - sud le mans : 620 m² de locaux récents, isolé, chauffé, avec terrain clos, 500 m² d’atelier et 120 m² de bureaux - Loyer : 2500 € HT/mois - DPE en cours disponibilité immédiate - réf : 72.1852 • A louer - Locaux neuf : 740 m² avec visuel, show room avec vitrine, bureaux, sanitaires et parking - loyer : 4300 € HT/mois - DPE en cours - disponibilité immédiate réf : 72.1866 • A louer - Exclusivité - Entrepôt : 2150 m² sur un foncier de 4000 m², charge au sol importante, hauteur 9 m loyer : 6630 € HT/mois - DPE en cours - disponibilité immédiate - ref : 72.1839 • A vendre / bâtiment d’activité : 739 m² isolé, chauffé gaz, 2 sectionnelles, 2 ponts roulants, fosse entretien - DPE en cours - nous consulter (disponibilité immédiate)

IEL - Conseil en Immobilier d’Entreprise - Tél. : 02 43 24 40 60 - lemans@iel.fr - www.iel.fr Vos contacts : Philippe CHARLOT - Gilles HERIVEAU maine éco juin 2011 47


Opportunités d’affaires

Annonces industrielles C74258 Sarthe, entreprise de transformation de plastique (enduction de tissus), cherche partenaire repreneur, personne morale ou personne physique, de profil ingénieur, expérience industrielle et commerciale obligatoire. CA : 1 000 K€. Effectif : 8 personnes. C11118 Sarthe, à céder, entreprise de fourniture et installation de portails, clôtures et accessoires. CA : 520 K€. Effectif : 4 personnes dont le gérant, son épouse et 2 techniciens. C40675 Sarthe, à céder, société de tôlerie, chaudronnerie, mécano-soudure (grosses capacités) et étude-réalisation de lignes automatiques d’emballage (banderolage). Bâtiment de 8 000 m2 sur terrain de 22 500 m2. Clientèle : industrie, IAA, manutention et BTP. Entreprise en plan de continuation. CA : 1 500 K€. Effectif : 28 personnes.

48 maine éco juin 2011

C43326 Sarthe, à céder, entreprise de mécanique de précision et rectification. Secteur aéronautique, automobile et IAA. CA : 750 K€. Effectif : 10 personnes. C91094 Maine-et-Loire, à céder, cause retraite, société de construction métallique CA : 2, 3 M€. Effectif : 17 salariés + dirigeant. Clientèle locale, bonnes perspectives commerciales, bonne rentabilité. Prix souhaité : 480 K€ (pour le fonds, bâtiment non inclus). Conviendrait à repreneur ayant bonnes connaissances techniques. C74602 Sarthe, à céder, entreprise de chaudronnerie plastique, en développement. CA : 1 000 K€. Effectif : 15 personnes. Conviendrait à repreneur connaissant le secteur et ayant la fibre commerciale et un sens éprouvé du management. Cession totale ou partielle selon accord à trouver. C28935 Sarthe, à céder, entreprise de

tuyauterie industrielle. CA : 450 K€. 5 salariés. Clientèle industrielle. C24909 Maine-et-Loire, à céder, activité de franchisé en décapage chimique sur pièces bois ou métalliques. Clientèle variée : industrielle, collectivités, artisanale, particuliers. CA : entre 110 et 130 K€, suivant les années. Effectif : 2 personnes, dirigeant et 1 salarié. Conviendrait à personne motivée disposant d’un apport de 50 à 100 K€. Pas de connaissance technique nécessaire, formation assurée. C48210 Sud-Sarthe, à céder cause retraite, entreprise de maçonnerie. CA : 871 K€. Effectif : 13 personnes dont 1 mètreur, matériel et locaux très bon état. Cession fonds et murs : 450 000 €. C86751 Maine-et-Loire, à céder cause retraite, intermédiaire en imprimerie (conception documents, suivi de fabrication). CA : 230 K€. Environ

Pour consulter toutes les annonces ou si vous êtes intéressé par une annonce connectez-vous sur le site www.trans-reprise.com 70 clients : PME et institutionnels du 49. Cherche repreneur possédant fortes compétences en imprimerie (particulier ou entreprise du secteur). C82245 Vendée, à céder, entreprise BTP ayant pour objet principal la réalisation d’installations électriques dans tous locaux. Clientèle régionale. Marché des collectivités. Effectif : 8 salariés. CA : 624 K€. Bâtiment : 200 m² dont 60 m² bureau. C42716 Sarthe et Pays de la Loire, groupe de PME/PMI (CA : 80 millions - 12 entreprises) expérimenté dans la création et reprise, recherche des porteurs de projets pour s’investir dans des affaires à développer avec volonté d’association au capital. Domaines d’activités : second œuvre bâtiment, équipement de la maison.


Maine éco 157