Soltan Balima

Page 1

ɪ«dÉH ¿É£∏°S ÍËUHMJ∞« bLB∞« b∂´

4-

á«Môùe ∫ɪYCG



…hÉØæc óª°üdG óÑY

1


Soltan ɪ``«``dÉH Balima ¿É`£∏°S

2010 MO 0782 : 2028 - 1668 :

»fƒfÉ≤dG ´Gó`jE’G • ó``eOQ • á«Hô¨ªdG ô°ûædG QGO : á``©Ñ£ªdG • AÉ°†«ÑdG QGódG ` ™Ñ°ùdG ø«Y 2010 : á``©ÑW •

web : www.kenfaoui.com

22


…hÉØæc óª°üdG óÑY

äGQƒ``°ûæe 1996 ` AÉ°†«ÑdG QGódG ` »Ñ©°ûdG ìô°ùªdG ` 2004 ` z¥QÉW ô°ûædG QGO{ áÑ∏£dG ¿É£∏°S ` : 2010 AGõLCG áà°S »a zìô°ùªdG{ áãjóM áYƒªée ` .á«°ùfôØdG á¨∏dÉHh ` áLQGódG á«Hô©dÉH zɪ«dÉH ¿É£∏°S{ ` .á«°ùfôØdG á¨∏dÉHh ` áLQGódG á«Hô©dÉH z∞àcƒH{ ` .AÉbQõdG á«ë∏dG …P ∫ÉéJQG z»bÉàdG »°ùdG{ ` ÉHƒf ’ƒeCG ` áÑ∏£dG ¿É``£∏°S ` .ºµMh ∫ÉãeCG áYƒªée øe QÉàîe `

3


Soltan ɪ``«``dÉH Balima ¿É`£∏°S

24


…hÉØæc óª°üdG óÑY

∞dDƒªdG ∫ɪYCG (1956-1952) ÚØdDƒŸG ¢TQh äÉLÉàfG …hÉØæµdG óª°üdG óÑY ` ¿GRGƒa …QófCG) zπ«chÉ£Y{ Ö≤d â– .(è∏©dG Ö«£dGh õjõYh ôgÉ£dG

.á«°ûcGôe IQƒ£°SCG øe ¢SÉÑàbG,z≈ë°†dG q ¢ùª°T{ ` .áLQGódG ≈dEG âªLôJ ¿GRGƒa …Qóf’ ´GóHG , z§dõdG q »ªY{ ` .áWƒ£H øHG øY zºgOG øHG º«gGôHG äÉ«M{ ` .»°TQÉeƒÑd zá«∏«Ñ°TG ¥ÓM{ á«Mô°ùªd ¢SÉÑàbG ,zRhõY º∏©ªdG{ ` .ô««dƒªd z¿ÉHɵ°S ôµe{ á«Mô°ùe øe ¢SÉÑàbG .zÉëL πjɪY{ ` .´GóHG : zIQƒë°ùªdG á¨∏ÑdG{ ` .QÉ«æjQ øY ¢SÉÑàbG , zçQGƒdG{ ` .´GóHG zÜÉ£°ûdG{ ` r Nn ¢†jôe{ ` Le malade imaginaire .ô««dƒe øe,¢SÉÑàbG ,zhôo WÉ 5


ɪ``«``dÉH ¿É`£∏°S

(1976-1956) ∞dDƒªdG äÉ°SÉÑàbGh äÉYGóHG .á«°ùfôØdGh áLQGódÉH ´GóHG,z∞àcƒH{ ` .∞dDƒªdG ´GóHG záÑ∏£dG ¿É£∏°S{ ` .´GóHG ,záHƒf ’ƒeCG{ ` .´GóHEG,zɪ«dÉH ¿É£∏°S{ ` .á«°ùfôØdÉH ¢üf ,z䃪dG ≈àM{ ` .á«Hô¨ªdG á«Ñ©°ûdG ºµëdGh ∫ÉãeC’G øe áYƒªée ` .ô««dƒªd z±ƒJQÉJ{ øe ¢SÉÑàbG z»bÉàdG »°S{ ` .¢SÉÑàbG zAÉbQõdG á«ë∏dG …P ∫ÉéJQG{ ` ƒjQÉæ«°ùdG á``ªLôJ ,…RÉàdG óªëe º``∏«a ,zIÉ«ëdG π``LCG øe QÉ``°üàf’G{ ` .á«Hô¨ªdG áé¡∏dÉH .z¿ƒ«°ùeQƒØfG ` Üô¨e{ á«eƒ«d á©WÉ≤àe äɪ∏c ` .á«°ùfôØdÉH QÉ©°TCG ` IQƒ°ûæe ô«Z äÉWƒ£îe .´GóHEG ,z¢ùµ∏àdG{ ` .´GóHG ,zπjóæªdG{ ` .zIOÉ©°ùdG ÜÉ≤f{ ` .´GóHEG ,z±ƒ£dG{ ` .§°ûjôÑd ¢SÉÑàbG ,zQGQÉc ΩC’G ¥OÉæH{ ` .§°ûjôÑd ¢SÉÑàbG ,zIóYÉ≤dGh AÉæãà°S’G{ ` .ƒHô«ªd ¢SÉÑàbG ,z∫ɪYC’G »g ∫ɪYC’G{ ` .hôcÓ°ùd ¢SÉÑàbG ,z¿GQhO ´QÉ°T{ ` 6


…hÉØæc óª°üdG óÑY

¿ÉaôYh ôµ°T —b�ò w�Ë t�UO� UNO� tF� XL�UI� w��« «uM��« Ác� WKO�

bLB�« b�� q??� åp??�– b??�œd??� V�� ÊU??� UL� sONzU� sOM�«

¨dFA�«Ë ¨‰U??�?�_«Ë ¨WF�UI�L�« ULKJ�« W�U�J� öGAM� ÍËUHMJ�« rKE�« s�b� UN�ö� s� ÊU??� w��« UO�d�L�«Ë ¨w??�œ_« bIM�«Ë

«œu�� dA� vK� UB�d� ÊuJ� Ê√ ÊËœ ¨‚UHM�«Ë ¨…u�d�«Ë ¨w�UL��ô« ƉUL�_« pK�

qJA� uL�« tL�«œ Ê√ bF� ¨w�H� b�Ë bI� ¨p�c� UF��Ë

WMIO�� Êu�√ Ê√ ÊËœ ¨WKL�J� dO� UL�d�Ë ¨W�U� ‰UL�√ ÂU�√ ¨ T�UH� ÆU�dA� r�� Ê√ WIOI� vML�� ÊU� t�Q�

Èd�– u� U� UNO� v�UL�� WE�� w�Ë ¨2010 WM��« Ác� ‰ö�Ë

lL� ∫ UN�œb� w��« WLNL�« XON�√ b�Ë w�H� b�√ ¨a�—U� u� UL�

W�—«b�« WO�dF�U� U�e��√ w��« ÍËUHMJ�« bLB�« b�� w�Ë“ U�U�� W�uL�� qJ� w� UNOK� Ÿö�ù« W�UG� U�dA� vK� qLF�«Ë ¨WO��dH�U�Ë

Æ¡«e�√ W�� w� ¢WO�d�� ‰UL�√¢

U�«bB�« ZzU�Ë qCH� UN� XL� w��« ‰UL�_« q� XII�� bI�

Íc�« —Ëb�« WOL�Q�Ë ¨t���uL� WFM�I� ¨e�eF�« U�bOI� Èd�c� WBK�L�«

…d UFL�« »U��√Ë qO _« ÍbOKI��« vK� “U��« l�«bL�« t�HB� t� ÂU�

r�√ s� bF� …d�� WKO� WOM�Ë W�UI� ¡UM�ù UNFOL� ·bN� w��« Æ»dGL�« a�—U� «d��

7


ɪ``«``dÉH ¿É`£∏°S

dzU� v�≈ ¨—uD��« Ác� ‰ö� s� ¨dJA�U� t�u�√ U�Q� ¨p�c�

Ác� dA� vK� ¨V�d� s� Ë√ bOF� s� ¨w�u�U�√ s�c�« ’U��_« Í—U� ∫ ¢ UO�u�« «bO��«¢ d�c�U� h??�√Ë w�UG�« bOIHK� ‰UL�_«

b�� ∫…œU??�?�«Ë ¨d UMO� d�u� q??�œË√ ¨ÍœuF�L�« vKO� ¨w�dFK� e�u�

bOL� ¨…œ«d� bL�� ¨…œ«d� v{— ¨w�UIML�« dJ�u�√ ¨ÍœU�e�« ÊUL�d�«

sO��RL�« ¡UC�_« WO��U�Ë ¨ÍU�e�√ vHDB� —u��b�«Ë ÍdO�œu�« Æ¢ÍËUHMJ�« bLB�« b�� WOFL�¢?�

w�U��ù« bO�� bL�� bO�K� ’uB��« vK� w�«dJA� t??�Ë√Ë

t�ôUGA�« r??�— dO�J�« t��Ë s??� w??�ôË√ Íc??�« hK�L�«Ë lM�IL�« d�“u�« ¨w�UH�« ”U�� bO�K� W��M�U� d??�_« «c??�Ë ¨W�eKL�«Ë …œbF�L�« Í—b??�√ bO��«Ë ¨©w?? �Ë“ ”√— jI��® g??z«d??F?�« WM�b� V??zU??�Ë ‰Ë_«

rNH�UF�Ë WMOL��« rN�b�U�� vK� ¨W�ö��« V�U —UA��� ÍôË“√ s� p�c� sOM�d�� WO�dGL�« W�UI��« À«d� –UI�ô l�d� U� w� ¡«u�

ÆU�œU� Íc�« d�bI��«Ë Âu�dL�U� rN�FL� w��« W�«bBK� rNzU�Ë

¨ÍœU�� bO�� ∫ …œU��« s� qJ� w�UM��« s� d��√ ¨«dO�√Ë

—u��b�«Ë ¨wJ�d� bOL� —u��Ëd��« ¨rKFL� b�U� ¨h�d�u� —œUI�« b�� WM� UN�O�Q� cM� UM�OFL�� rNL�œË rN�b�U�� vK� »—U�u� s�b�« —u� ‰ö� s� b�b� s� t� ¡UIK�« W d� ÁƒU??�b?? √ b�� Ê√ wK�√

Æ2002

l�uL�« WD�«u� …b�b��« ‰UO�_« tHA�J� Ê√ vML�√ UL� ¨t�U�U�� bLB�« b�� q��� Ê√ w� tO�≈ u� √ U� oI��O� t� ’U��« w�Ëd�J�ù«

Æw�dGL�« Õd�L�« a�—U� w� UNI���� w��« W�UJL�« ÍËUHMJ�«

…hÉØæµdG π««fGO 8


…hÉØæc óª°üdG óÑY

ɪ«dÉH ¿É£∏°S 9


Soltan ɪ``«``dÉH Balima ¿É`£∏°S

210


…hÉØæc óª°üdG óÑY

ºjó≤J

É`ª`«`dÉ`H ¿É`£`∏°S óMGh π°üa »a á«Mô°ùe √ÉéJG á«FÉég á«Mô°ùe äÉæ«©Ñ°ùdG Üô¨e ™ªàée óMGh π°üa »a

äGôgƒéªdG »a ôLÉJ ,¿ÉªMôdG óÑY ¿ÉcO »a πµc çóëdG Qhój .á≤«à©dGh IQOÉædG ™£≤dGh ∂dPh ,AGOƒ°ùdG ¥ƒ°ùdG »a ÉfÉ«MCG ¬àYÉ°†H ≈∏Y ¿ÉªMôdG óÑY π°üëj .IQÉ¡ªH ¬Ñ©d »Øîj ô«≤M ¢TÉ°ûZ ,RhõY ±ôW øe Ió«ªM ´É°ùe π°†ØH õ¡ée ´GóN (hCG) ,¢ûZ á°üb ∫ƒM Qƒëªàj ,¢übÉf Ée ÉÄ«°T ¬fEG ô«Z .¿ÉªMôdG óÑY ≈dEG AÉ°ùjEÓd Ió©eh á©jóHh êÉëdG É¡«a ∑QÉ°ûj ,º∏©H ,É≤M ¢TÉY ób (êÉëdÉH Ö≤∏ªdG) ᪫∏H ¿É£∏°S ¿ƒc ƒg ¢†©ÑdG ¬∏¡éj Ée ¿CG áæjóªH ᪫∏H ¥óæa í£°S »a ¬H AÉ≤àd’G áHQɨªdG øe ¬∏ªcCÉH π«éd ≈sæ°ùn Jn h 11


ɪ``«``dÉH ¿É`£∏°S

¬à∏HÉ≤e É°†jCG øµªªdG øe ¿Éch .¬YóN »a ™bh º¡æe ójó©dG π©dh ,•ÉHôdG ,z»æ«JÓdG »ëdÉH{ ,zLes deux Magots{ ≈¡≤ªH ,¢ùjQÉH áæjóªH .…hÉØæc ¬H ≈≤àdG å«M ∂°T’h

12


ÍËUHMØ bLB∞« b∂´

‰Ë_« bNAL∞« wK´ - ÊUL•d∞« b∂´

U± „¸U° g•u∞« ,)WO±uO∞« bz«dπ∞« ÁbO°Ë öî«œ( ÍuAL∞« vK´ w∞ qOI∑ Ë√ n™u± w∞ XOK∞Ë ÁuH∑¢ .tK∞« „¸U∂¢ WKODº∂∞«Ë „«¸ p∑î« !ÊUL•d∞« b∂´ wº∞« wK´ rJN∑Ø .‰uI¥ U± b• bM´ U± ,UNß«¸ l± WØœU• ,UN≠dF∑Ø U≥bFº° X≤UØ sØ WMOJº± w≥ …¸bNK∞ UN°U§ ‘¬ ... vK´ Wº∂∫± dO¨ ...bFß U≥bM´ U± ,WMOJº± ô w≠ t°dC∑Ø ... …dπMD∞« w≠ dOªL∞« UNß«¸ u∂OD∑Ø U± U≤√ U±√ ...WKØUL∞« j∫¢ U± q∂Æ ,WMOAJ∞« wA∞« b≥Ë ...W≤UOF∞«Ë WD¥UA∞« dO¨ wI• w≠ w∞ U± v∑• ö¨« ... r∫K∞« ÍdAMØ wK∞« ¸UNM∞« v∑• .t∞ u°dI≤ «ËbI≤ UMOI° ? ‚bMH∞UØ ŸdA± rH∞« bN° UMOK´ ‘ö´ u¥≈ .qGA∞« WKÆ W¥«eF∞«Ë «Ëd∂Å XOL∞« sO∞«u± : ÍU≥ ÍU≥ ͬ .ËdHØ 13

ÊUL•d∞« b∂´

wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´

ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´


ULO∞U° ÊUDKß

.UMK•Ë UMKÆ U± nOØ ,UMKL´ U± nOØ d∏Ø√ XOG° ‘¬ ? l∞U© „¸UN≤ „U¥ ? X≤√ p∞U±Ë wMOF°U¢ U± ... œôË ÍbM´ U± wK∞« w∑•«¸Ë w∑OM≥ .u∞«Ë ôË ULMOß ôË Á¸uØ ôË g≤UMØ ôË »u∑Ø ô Ÿ«bÅ „bM´ U± wK∞« s± XJß«Ë tK∞« bL•« u¥≈ wK∞« wA∞« b≥Ë )fKπ¥( ÁUM¥dØU®Ë ÁUM¥b±U• vI∂OØ UL≤≈ ...dOî UMBî U±Ë t° u≠UJ∑MØ UMDF∑Ø ‰U• w≠ WHÆ«Ë WØd∫∞« ·uAMØ wK∞« s± ‰U∫∞« w≠ ‘¬ «ËdI≤ …b¥d§ w® UMOD´ ... UMOD´ ... p≥ .UNO≠ dO¨ ... ÕdH¥ U± rNO≠ U± )tOßdØ vK´ fKπ¥ u≥Ë( ... öG∞« ...‹dÒLI¢... wJ∂¢ wK∞« ‹«¸U∂ª∞« .W∞UD∂∞« ? rN¢d¥d• X§dî s¥U≠ UM¢UOî „Ëc≥Ë rNBªOØ UNKØ ... rNIM´ w≠ WOCÆ 27 ... ‰«“U± .UNO≠ u∏∫∂¥ n∞¬ s¥dA´ dO¨ pO∞ VOπ≤ XOA± ¸UNM∞« „«œ t´Uß ,XMFL∞« b•«Ë , pM∂∞« s± fOº≤d≠ p≤d≠ b≥ w° u∏∫∂¥ ËU§ v∞≈ «c≥ U±« ...w≠ Y∫∂OØ u≥Ë .sOMß rNBªOØ tKØ ¸bI∞« pOπ¥ ͬ X≠d´ ... p¢uN® ‘U≠ p¢uN® X≤√ 14

wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´

ÊUL•d∞« b∂´

wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´

ÊUL•d∞« b∂´


ÍËUHMØ bLB∞« b∂´

…d∂G∞« ‰Ë“ dO¨ Œ«Ë ...pKG® q°UÆ ÷u≤ ,`OK± .UM≥ U≤bM´ gAFOØ «b° Á«¸ ‹u∂JMF∞« ... „bF° Áb≥ ) W≠ÒeF∞« s´ Y∫∂¥Ë nI¥( tOK´ ‘ö´Ë .Èdî_« u≥ r¢Uª∞« UNO≠ w® UMF° U± ÂU¥√ WO≤UL£ UMH® ôË öª∞« œ d¥bL∞« „«œ UMOK´ Vظ wK∞« s± ,sOßu∫M± t°UFØ ... ‚uKª± w® …¸ULØ .tK∞U°.œUOF∞« ÁdL´ ,b¥«bG∞« œ W°d{ t∑°d{ ,tO≠ XOKN¢ UL≤« .U≥Uº≤ô ? `KB¥ ‘ôË l§¸ô ÁdL´ ÁU§ sO≠ .. …œ«d∂∞« pOK´ W°uKI± t∞«“U± X≤« v∑• p∞ Vº• ! r´“ t° f• ? l≠œ wK∞« ¸bI∞« „«œ .U≤√ v∞Ë√ X≤« .tOK´ Z∫OØ ,ÁdOL• vK´ f¥UJ¢ wK∞« U± v∞≈ ÍbOß« ... w≤U£ „bM´ q¥U∑L∞« bN° X¥b° ‰ËRºL∞« ... dOª∞« tK∞« vD´« ,d¥bL∞« w® l§¸« tF± Ò¸U§ u≥U≥ nIº∞« t° dDIOØ wK∞« b¥bπ∞« ‰Uî b∞Ë U≥ ,t∑∞Uî b∞Ë U≥ ,tL´ b∞Ë U≥ ... ¸u°U© qØË ... d¥b± rNO≠ b•«Ë qØË ,t∂•UÅ U≥ ,t∑∞Uî .‰UL∞« œ WJ≥œ `°dOØ rNO≠ b•«Ë 15

wK´ ÊUL•d∞« b∂´

wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´

wK´ ÊUL•d∞« b∂´


ULO∞U° ÊUDKß

.¸U≥“ ÍbM´ U± wK∞« U≤√ dO¨ U≥d∂§ wK∞« sJ®« ... «bî X≤ U≥ ... ? p∞U±Ë ?p∞U• w≠ UL≤≈ p∞ XKÆ ... tºH≤ vK´ p∞ ÈËœ« wK∞« ÊuJ® Á«¸ sL∏∞« ,t¥u® w® „b¥ nîd¢ pBªOØ ,sL∏∞« .tK∞« œU∂´ »dNOØ wK∞« u≥ U± Á«¸ ... pO≠ «d• v∞≈ W±bª∞« b≥ v∑• tK∞«Ë WK≥U± WK≥Uß r≥bM´ wK∞« „Ëb≥ dO¨ U≤ËbBIOØ U± u≠dFOØ U± ...U∑® U∑® rNOK´ `OD∑Ø ”uKH∞« ... …b¥dπ∞« wK´ cîU¥( «dÆ« X≤U≥ ... rN° uKLF¥ vK´ s¥UØ ‘¬ XH® )ÊUL•d∞« b∂´ ÂU±√ fKπ¥Ë ö° ! rNOK´ ‰Qº∑Ø wK∞« «¸“u∞« p°U∫Å« „b≥ rNºHM° r≥ ... u∞«Ë ö° jG{ ö° W±uA• ö° UO• U≤uLKFOØ UM∞U¥œ „UM∂∞« u≤UØ ...u∞uIOØË u•dBOØ r≥u≠dFMØ UMØU± sØôË U≤uKÅuOØ ”uKH∞« t≤Q° u¥≈ ... ‘ö´ ôË s± bM´ s± ôË «uπOØ s¥« s±ô ?”«d∞« w≠ Ác≥ p∞ qîb¢ UMO≠ Ÿ“u∑Ø ,UMO≠ ÍdA¢Ë lO∂∑Ø tK∞« œU∂´ ... “U° .ÍUM≥ s¥b´UÆ UM•«Ë ? rNF± œœUI∑¢ ÍËU≤ „U± tO∞ 16

wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´

ÊUL•d∞« b∂´

wK´ ÊUL•d∞« b∂´


ÍËUHMØ bLB∞« b∂´

vK´ bÆ U± ... ‹UßU∂• vK´ bÆ U± ,ÍbOß√ ô qB• U± Á«¸ ... u∑K≠ wK∞« ‹«bFß UL≤≈ t≥u® .n∞√ u∑K≠ v∑• b•«Ë UM∂K© U± „U¥ ... Íôu±√ ÷u≤ ... ÍbOß√ pÆuß .t¥u® w® pKG® q°UÆË ...Ád∂G∞« ‰Ëe¢ dO¨ pM± )qLF∞« w≠ ŸdA¥ Ê√ b¥d¥ t≤QØË tOßdØ s± ÂuI¥( ... …d∂G∞«Ë d≥uπ∞«Ë V≥b∞« q°UI± ... tK°UI± U≤U≥ VOπ¥ ”uKH∞« UL≤≈ ... WOAFK∞ v∑• ÕU∂B∞« s± s¥UØU± ... sOK±UØ U≤«b• wK∞« Ëb≥ ôË UM•« ô tK∞« .ÊU°b∞« «uAMOØ rNKØ ... t§U• w® lO∂OØ wK∞« w® w§¬ ... ‹U§«Ëe∞U° dO¨ …d±U´ U± Áb¥dπ∞«Ë ¸ËUB∑∞«Ë )…b¥dπ∞« v∞ dOA¥ u≥Ë( X≤U≥ ·uA¢ U≥ )Èdî√ …d± fKπ¥ wK´( ... dOª∞« tK∞« vD´ b∞ËË Êö≠ b∞Ë dO¨Ë ...t£ö£ U≥ Ãu§ U≥ ,b•«Ë .Êö≠ tK∞« ÊuJ®« sØôË ,`¥d∞« Á«œ« pKOL§ ,‹Uß«dF∞« ”UM∞«...UMO≠ UN¥b¥ v∞Ë√ UM•« UMLOC¥ ÍœU¨ .dî¬ wA∞ X©UF¢ ? ‘¬ ‰U∫≠ ‹UI∂© wA∞« „«œ ? tO¥« 17

wK´

ÊUL•d∞« b∂´ wK´

ÊUL•d∞« b∂´

wK´

ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´


ULO∞U° ÊUDKß

„Ëb≥ ... s¥d∂O∂J∞« „bF° ÍbOß« rF≤ tM¥UØ Ëö∂¢ ... UM∞U¥œ wA∞« b≥ rNMO´ rN∞ dLFOØ vI°U± ÍËUºJ∞«Ë ... ‹U±dOH∞«Ë ‹«¸UOº∞«Ë ‹öOH∞U° ... dOßË dOßË e¥¸U° s± WظU∑∞« WK´UH∞« .t∞U¥œ Âuº∞«Ë b•«Ë qØ ... „UM∂∞« w≠ ‹U°Uº∫∞«Ë ? UNM± w® s¥UØU± ,UM∞U¥œ …œdª∞« b≥Ë «dL∞« Vº∫° ... UM≥ s± w®U± sJ∞Ë ... tM¥UØ ô “e° U≥¸«uß WC≠U•Ë WÆdD± …b•Ë w® X≤UØ v∞« bM´ s± vCI∑¢ tÒ∞ô Íb¥ tBªOØ ÍbOß s± v∞Ë√ )Van Cleef( nOKØ ÊU≠ ôË√ )Cartier( wO©dØ w≠ ,Á¸uNAL∞« ‹ö∫L∞« dO¨ )Tifany( w≤UHO© tÆb∞«Ë ... „¸u¥uO≤ w≠ v∑•Ë e¥¸bM∞ w≠ e¥¸U° .nOM∞« vK´ hOÓI¢ »dÓÆ dO¨ X≤UØ v∞«Ë ÷dG∞« «uCIOØ wK∞« s¥œu§u± ‹UDOßu∞« s¥UØ iM±U¥b∞« ...VßUML∞« sL∏∞«Ë lO≠d∞« wA∞« ... .Ÿ«u≤_« vK´ dπ∫∞«Ë d≥uπ∞«Ë ? ‹«¸UOº∞« sO°U∫Å« U± „U¥ w≠ tK∞« œU∂´ w® v∞« tK∞«Ë ...„¸U∂ª° ÓX≤UÓ≥Ó�Ë≈ v∞≈ ‚dA∞« w≠ ’uBª∞«Ë UM∞U¥œ ‹«¸UHº∞« .Ãdª∑Ø U≥Ëd∂§ 18

wK´

ÊUL•d∞« b∂´ wK´

ÊUL•d∞« b∂´ wK´

ÊUL•d∞« b∂´ wK´


ÍËUHMØ bLB∞« b∂´

ô p¥b¥ ô ...`¥¸ô ...t≤«u¥œ ô ...rNOK´ ‘ö´Ë i¥U≤ ÍbM´ b∞u∞« ‰U¥œ ¸UL∫∞« U≤«Ë ...pOKª¥ s¥U≠ ...vºMØ UL¥œ ...wMO¢dJ≠ ? ”Ò¸b± w∞ qLF¥ .w∞U¥œ «Ëb∞« „«œ u≥ Y∫∂¥ ÊUL•d∞« b∂´( dπL∞« w≠ „bM´ Á«¸ w® qØ wº∞« )¡U± ”UJ° tO¢QO∞ V≥c¥ wK´Ë W¥Ëœ_« s´ dO¨ ? «Ëb∞« …uÆ bN° pOK´ ‘ö´ ,ÊUL•d∞« b∂´ ...q©U° ”uKH∞« Ê«dºî .„bF° “uH≤ ‰uIF± w®U± ... pß«¸ w≠ “uH¢ w≠ ◊dªM± ÍbM´ b∞u∞« ,q§d∞« b≥U¥ ]ô√ w≥ ... (La mutuelle) sOLKFL∞« ‰U¥œ W¥b{UF∑∞« ,t∑OLß« vK´ «Ëb∞« bîUOØ ... w® qØ wCM∑Ø wK∞« ... v∞Ë« rNOK´ vîd≤ wM∑OG° ... «uBKªOØ ÓrÔ≥Ë .VKI¥ öN∞ …d± …d± tBªOØ )fKπ¥( WOCI∞« b≥ t≤U¥e± ÍœU¨ U± „U¥... kOH∫∞« b∂´ wº∞« UMO≠ dJH¥ ? t∂O§ s± w® l≠b¥ U± X≤« v∑• ,UNKØ tKzUF∞« w≠ wKKN± WO•UM∞« b≥ s± tF± ÍËœ« dO¨ ,d©Uî p∞ dºª¥ ...ÊË W∂§u∞« wπ¢ dO¨ u¥« 19

ÊUL•d∞« b∂´

wK´

ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´

wK´

ÊUL•d∞« b∂´ wK´


ULO∞U° ÊUDKß

w≠ ÊUØ ÊuØ ! t]K∞« „¸U∂¢ wMF≠U≤ ‘U° wA∞« b≥ Á¸UHß w® w≠ Ë√ Á¸«“Ë w® w≠ Á«¸ sØ ÁœUOß ‰U• rNMO´ vK´ dOª∞« rN∞ Ãdî v∑• uظœ tM± qÆ√ ... b∂´ u≥ ,tF± «dIOØ ÊUØ t∂•UÅ b•«Ë ... , ÚVÓ∑�Ú¥uØdO¨ UJ¥d±_ vA± ,w∞ UJ• wK∞« kOH∫∞« d∏Ø« ÓbÚFÓ° Èd® ... ÁdO∂Ø t§U• w® v∑• w®U± `B∞« ‰U¥œ ‹öOH∞« dO¨Ë ... ‹öOH∞«œ …dA´ s± rNKØ ,‹«¸UHº∞« sO∞«u± vK´ «uJ∫OØ U± «b≥ sO∞«u± „b≥ v∑•Ë ... rNß«¸ l± W§U• sOO{UÆ W°¸UGL∞« …uÆ b≥ l±Ë Õ¸Uº∑∞« l± ... ‹UOKBMI∞« .„¸U∂î tK∞« bM´ ... øUª∞« w≠ u∞Ë wK∞« .…eOØd∞« ÁbM´ wK∞« …«bFß ... ÍUM≥ «uMº∑≤ «uI∂≤ UM•«Ë ? dî¬ s¥UØ ‘¬ s¥d∂O∂J∞« b≥ dO¨ s± ... qÅU∫∞« rNMOF°U¢ wK∞« tM¥UØ ? w≤U¢ ‹UØdL∞« b≥ ÊuJ®« UMM¥d§U≥ r≥ v∑• ... sODßu∑L∞« sOH™uL∞« „«œ ... ȸUBM∞« bM´ s± uLKF¢ ...dî¬ qJA° Ëö∂¢ ? ȸUBM∞« rNH¢Ë ‹U±U¥ô« b≥ lÆË ‘¬ dO¨ p∞ wJ∫≤ .t¥≈ ,UM∞U¥œ …¸«œô« b•«Ë w≠ «bî w∂M§_« b•«Ë ... 20

ÊUL•d∞« b∂´

wK´

ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´


ÍËUHMØ bLB∞« b∂´

bMF∞ ÍbOß« rF≤ p∞UA± ? qL´ ‘¬ ... t∑M° ÃË“ ‰U¥œ wA∞« b≥ lO∂OØ t∞U• w≠ w∂M§« ,Áuî b•«Ë „«b° t∫zö∞« b•«Ë qL´«Ë ¸«b∞« ‰U¥œ ‹U£_« w® qØË ,ÁbM´ U≥öîË tKØ t^BªOØ wK∞« wA∞« wK∞« UMN≤ s± W§U∫∞« w® s¥UØ U± ,øUª∞« s± .UMOî „b≥ bM´ dDª∑Ø tO¥≈ ! tK∞« œU∂´ ‰U¥œ WFK∂∞« b•Ë vK´ ÷d´ ,bF° s± s± W§U• w® t∞ ÍdA¥ dDCOØ ÁbM´ UA± wK∞« w∂M§√ ,t∑M° ÃË“ w∂M§√ qÅU∫∞« ... W∫zö∞« „«œ wK∞« wA∞« «b≥Ë ... uBKî W°¸UGL∞«Ë t¢œdî ŸU° q≠uDº¥dØ dO¨ tM¥UØ U± ‹U¢ô«Ë ... «uKLFOØ u∞Ë .(Ercus) ”uØd¥≈ ,(Christofle) „uOπOØ sOM± ? tKØ wA∞« b≥ ·dF∑Ø s¥« s±Ë ‹«¸U∂ª∞« «b≥ l∂ª∑Ø wK∞« w® s¥UØ U± ! «œ¬ s°«Ë ... bz«dπ∞« .ÊUØË t∫OK± U≥d¥œ dO¨ wK∞ «b≥Ë ,øUª∞« s± «uCÆ s¥d∂O∂J∞« v∞≈ u¥≈ ‘¬ qî«b∞« w≠ øUª∞«œ ¸u±_« «uCI¢ rNMOF°U¢ .sOÆ“U∫∞« ... UM∞ UI° 21

ÊUL•d∞« b∂´ wK´

ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´


ULO∞U° ÊUDKß

... tAOFL∞« l± dO¨ «u≠UJ∑¥ »UÅ s±√ „Ëb≥ ULO≠ ’uîd° “U∫∑Ø ‹ôË „Ëb≥ W±U´ WHB° .¸u±_« b≥ hª¥ Úu]K∞Ë ÊUØ U± ‘U° ÂuO∞« ‰U¥œ ‹U°eIL∞« b≥ ¸u≠«uJ∞« bMF∞ wAL¢ ‘U° ‹d∂§ v∞≈ ,«u≠UJ∑OØ U± UN¥b¥Ë UN¢¸ULØ ‚Ëe¢ ‘U° ÍdA¢Ë (Coiffeur) .b∫∞ b• UN∞UÆ w≠ ÷dG∞« rN° wCI¢ s¥UH∞« v∞Ë√ ‰U¥¸ n∞« dO¨Ë .Èdîô« ‹u≤U∫∞« rN∞U¥œ ¸œ«eI∞« bN° U≤uÆd¨ vI° U± q¢UH± ôË Z∞U±œ ô ,V≥b∞« ‰U¥œ wA∞« b≥ ÊUL•d∞« b∂´ wº∞« «b≥ dî¬ qO§ ... b• t° wK∂± v∞≈ v∞Ë√ ? ÊU±e∞« ‰u© vI∂¥ ÍœU¨ ‹«¸uOª∞« b≥Ë u{u≤ U±≈Ë ‹u≤U∫∞« Ëbº≤ UÒ±≈ ,]p≥ ‰U• w≠ ÊUØ UM∫°¸ U± v∞« ,U≤bFßË U≤b´Ë vK´ ¸œ«eI∞« «uFO∂≤ ‹UO∂ON∞« b≥ l± Œ«Ë „bF° u∫°d≤ ,U≤œö° œôË l± w® VºJ¥ U± rNO≠ dOªL∞« ,dOª∞« tK∞« vD´ ... .t¢UA´ hÒKª¥ ‘U° v∑• rNO≠ ,rNO≠Ë rNO≠ ,q§d∞« b≥« j∞U¨ w® ÊuJ¢ ô .¸Uπ∑∞« œôË UOM¨ô« œôË ...ÊUO´ô« œôË 22

wK´

ÊUL•d∞« b∂´

wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´

ÊUL•d∞« b∂´


ÍËUHMØ bLB∞« b∂´

w® v∑• r≥bM´ U± ‰uI¢ ...sOK°¸b± rNKØ UL≤≈ U±Ë ...œ«dπ∞« ...«ËuÆ ‰U• ‘«Ë uMº∫¥ ‘U° .tD∂î dO¨ nOJ∞« l± r≥bM´ lLπ¥ öN∞ ... t¥≈ UM•«Ë U± rNO≠ rN∑OLß U± nOØ ¸œ«eI∞« b≥ v∑• UL≤« ‰UI∑¥ ? w≤U¢ ”U°ô „U¥ øUª∞« s± uKîb¥ ŸuML± ...U±UL¢ r≥uFML¥ ÍœU¨ .‚uH∞« Ó»Óœ s± Ëd§U∑OØ wK∞« sØUº± ”UM∞« b≥ «Ëd¥b¥ nOØË .«uFº¥ «uAL¥ ? rNO≠ UM≥ r≥uFMB¥ uK∞u¥ ÍœU¨ ...ô ? UM≥ w® vI∂¢ U± ...WK±UF∞« bO∞« uÔ±Òbª¥ ‘U° ...tO¥« ‰u± WOLß« v∑• w∞ u∞UÆË ...tK©U´ dO¨ ”UM∞« UNOK´ qÆU´ w® XOI° U± sØôË ,qLFL∞« ? rKº± tO¥« w® dO¨ w≥ U± Áb≥ ...p® ö° w≤U¢ t]≠Óœ w® ·u® ...t¥d® tFO∂∞« b≥ vK´ jKB¢ ‹UG° tØd® tBîd∞« U≥uDF¥ ‘U° XBKî ‰U• ‘¬ w≤U¢ 23

wK´

ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´

ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´


ULO∞U° ÊUDKß

wA∞« «b≥ w≠ v∑• ‘«Ë ...W∫O∫B∞« W∂OÆdI∑∞«Ë t∂OÆdI∑∞« s± “ô ôË `¥dº∑∞« w® s¥UØ U± ...«b≥ Õ«eL∞« p∞ »U∫ß ‰U¥œ ôË ,wM∂∞« ‰U¥œ ô ...XKH∑Ø wK∞« tBîd∞« ‚u≠ ...d¥UOD∞«Ë ‹UØdA∞« ‰U¥œ v∑• ôË ÊbFL∞« ...w® qØ ...ULº∞«Ë UL∞« ...÷¸ô« X∫¢Ë ÷¸ô« .·uA¢Ë Áb¥dπ∞« «dÆ« t´Uº∞« „«œ `DB∞« ‚u≠ ¸UL∫∞« `DBK∞ ¸UL∫∞« »U§ ‘¬ wK∞« qLFOßË ,UG° w∞« „¸bOØ v∞«Ë s± wK∞« s± v∑• ... tOK´ ‘ö´ ... UG° U± nOØ ·dB∑¥Ë ,UG° `DB∞« ‚u≠ lKD¥ ¸UL∫∞« ! q§d∞« b≥« ‹UÆ«uº∞« b≥ s± bF° ? W∂¥dC∞« w® hKªMØ U± ,s©«u± w®U≤√ U± tO∞ ! hKª∑Ø wK∞« ‰«u±_« …uÆ b≥ vK´ ÍbN§ s± d∏Ø« uLKJ∑≤ UMOK∞UîË ... pODî ¸«uª∞« b≥ s± pODî WFKº∞« b≥ uFML¥ ÍœU¨ ‘U∑±« : ‰uIFL∞« w≠ qîb¢ ... t±uJ∫∞« ‰b∂¢ dO¨ ... t¥u® »«œ s± 24

wK´ ÊUL•d∞« b∂´

wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´

ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´

wK´


ÍËUHMØ bLB∞« b∂´

«u∫∂B¥ ÍœU¨ ,tONK± ‘U° ”UM∞« ,t±uJ∫∞« ‰b∂∑¢ ôË UM•« .p∞U° œ¸ Ë« ... tK∞« „¸U∂¢ «¸“Ë rNKØ w∞ tK∞« ,tßUOß w® sO°Ë UM•« UMMO° ‘¬ ÚX]�OKÔCÚHÓ¢ w® ‹U±uJ∫∞« ÍuI¥ tK∞« ,`∂Å« s± dBM¥ ÍbOß√ Œ«Ë «¸“u∞« ÍuI¥ tK∞« ÍbOß√ rF≤ ”uKH∞« sO∞«u± ÍuI¥ tK∞« ,s¥d¥bL∞« ÍuI¥ tK∞« ÍbOß« ,wΩ߬ U≤d≥“ u∂KD≤ U± ‰U• ‘¬ ,«Ëd∏Ø U± ‰U• ‘¬ dO¨ UMI• w≠ UM∞ dÒOD¥ ÒŒ«Ë ...rNO≠ U≤bM´ s± «ËdA¥ «uπ¥ UOL∞« w≠ Ãu§ ô Ë√ b•«Ë ...ËdØ«b∑OØ ¸Uπ∑∞« lLºMØ dO¨ ÍbOß√ «u¥« ? tAMD± pO≤œË UL¥œ X≤«Ë )»U∂∞« u∫≤ t§u∑O∞ ÂuI¥( ÍbOß« lLß« pO≠�bÓ≥ WÓOÚKÓ° ‹uÅ X∫∑∞ rKJ∑OØ b•«Ë w® v∞≈ rOEF∞« tK∞«Ë UM≥ ÊUL•d∞« b∂´ wº∞« )fO∞«uJ∞« s±( tO¥« p∂•UÅ „b≥ oK• ‰U• w≠ w≤U§ ? ÊuJ®« 25

ÊUL•d∞« b∂´

wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´

wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´


ULO∞U° ÊUDKß

wº∞« „«œ ... u≥ ... tO¥≈ )»U∂∞« s± dEM¥ u≥Ë( “Ëe´ UM≥ w®U≤U± ...‰e≤ ‰e≤ ...tK∞« vK´ UMOÒº± w≠ tK§¸ qL´ ...b•«Ë w® tOK´ bI¥ „b≥ „bF° Ã˸b∞« nKß w® Ë√ ,q©U° tO¨U° ÊuHK¢ w® «c≥ p® ö° tK∞« ¡U® Ê≈ t°dC¢ tM¥dÆ w® ô Ë√ t∑§U• V•UÅ dO¨ „dA¢ wAL¢ „U¥«Ë ...pKG® w≠ X≤« vÓNÚK¢ u¥≈ vI∂¥ ÍœU¨ tIº∞ t≠dF∑Ø „«¸ ...…¸b≥ w® tF± ‰U© U±Ë ¸UNM∞« UM≥ UM´bB± ŸdI¥ ...n∫B∞« …¡«dÆ w≠ «b∂¥ wK´( rJ∑MO° )...»U∂∞«

26

wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´

wK´


ÍËUHMØ bLB∞« b∂´

w≤U∏∞« bNAL∞« “Ëe´ - ÊUL•d∞« b∂´ - wK´ q rJOK´ Âöº∞« )öî«œ u≥Ë( b≥ ¸U∂î ‘¬ “Ëe´ wº∞U° ö≥« .Âöº∞« rJOK´Ë q§d∞« dOª° wK´ wº∞« )wKF∞( „dL´ ‰uD¥ tK∞« ”U°ô pO≠ „¸U∂¥ tK∞« ,tK∞ bL∫∞« UMOK´ X∂O¨ u¥√ ‹«bO∞u∞«Ë ...WN§ s± W±bª∞« ...ÍU® hª¥ U± WN§ s± bF° fK§√ rJMDA≤ U± w≠ U± uÆdH≤Ë Ã˸b∞« s± ÕU¢d¢ dO¨ Œ«Ë ...fK§« ...ÁËô ”U° UNO≠ U± ,W¥u® w® UGK∞« tK∞« rº° U¥ )fKπ¥( ? “Ëe´ wº∞« …Ó“Ë^b∞« b≥ ‘«Ë s¥« s± t≠dF¢ U± q¥u∞« ,Âöº∞«Ë vJ∫∑¥ U± UNO≠ U± Á¸UOº∞« t∞ «Ëœ√ UMF± q±UF∑OØ UMOî b•«Ë j] Ú KÓB∑OØ .tOAF∞ «b≥ w≠ ◊U∂º∞« lKD± ‘ö´ «b≥ ...t∞U¥œ 27

ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´ ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´ ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´ ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´ ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´


ULO∞U° ÊUDKß

wA∞« b≥ lÆuOØ ¸UN≤ qØ t∞U¥œ Á¸UOº∞« nÆË q§d∞« ...Áb≥ W∂¥d¨ Áb≥ ô qL´«Ë ,”uKH∞« rNO≠ «uKLFOØ wK∞« ‹UMOJL∞«œ «b• W§U• wCI¥ vA±Ë ”UM∞« ‰U• w≠ t∞U¥œ V§«u∞« tß«d∞ tO¥« t∞ «ËdO© r≥d∂§ ,l§¸Ë s¥ULºÆ v∞Ë√ rºÆ VO¨ rNO≠ v∑• uFL© ... qO°uLD∞« ‰U¥œ ‚«¸u∞« rO§d∞« ÊUDOA∞« s± tK∞U° œu´√ ,sOF∑L∞« qLF¥ b°ôË ‰UÆ ,s¥e§UF∞« s± w® ÊUØ U± t≤Q° t∞U¥œ `¥dB∑∞« qL´«Ë fO∞u∂∞« bMF∞ vA± ‚«¸u∞« t∞ ŸU{ ‰uIF± fO∞u∂∞« ‰U¥œ wA∞« b≥ ·dF∑Ø ...qDF¢ u≥ UÓ≤«¸√ qO°uLD∞« cîU¥ vG° wK∞« s± ,XÆu∞« tBªOØ ...…b¥b∫∞« „«œ UN∞ uIº∞ r≥d∂§« ,t∞U¥œ ·«e° ...qDF¢ p® ö° hKª¥ ‘U° ”uK≠ ÁbM´ d∂§ U± t∂Oπ∞ Áb¥ »d{ ÊUØË b•«Ë w® vK´ X∫° ...pO§U± U≤U≥ ...ô ...Á¸UOº∞« pH¥ ‘U° U§Ë ÁbM´ s± nKº¢ ,t∂•UÅ 28

wK´ “Ëe´

ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´ ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´

ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´

wK´ “Ëe´ ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´


ÍËUHMØ bLB∞« b∂´

Ë«œ« r≥d∂§ v∑• qÅË U± ,qDF¢ w≤U¢ UL≤« hªK¥ vG°Ë ...ÊU¥¸H∞« UNF∂¢ ...ÊU¥¸HK∞ qO°uLD∞« ‚«¸u∞« s± b°ôË u∞UÆ “Ëe´ wº∞« „bM´ b≥ t¥UJ• j∂N¥Ë lKDOØ q§d∞«Ë Âu¥ 15 ...XOCÆ U± wÆU° …d± bBÆ W´Uº∞« „«œ ...j¨«uJ∞« b§Ë w°¸ U¥ U± ...t∞U¥œ qO°uLD∞« Ãdª¥ vG°Ë dO¥¸uH∞« Èdî« w® U§ t≤Q° «Ëd∂§ ...sO∫∞« w≠ u∑∫° w®U≥uI∞ hKî ... …b´UI∞« vK´ t∞U¥œ j¨«uJ∞U° b•«Ë U≥«œ«Ë (Chicago) «c≥ uØUJO® ·dF≤ U± t°« u∂K©Ë b∞Ë uÆdß œU´ r≥U≥ ... d∏Ø« «uK∑Æ w® hKî U± wK∞« s± ... ÊuOK± s± ‰U• ‘« »«œ ... WK•u∞« w≠ «uI∂MØ wK∞« UM•« UL≤≈ ... b∞u∞« ,dN® »«œ s± w® X≤U° U± v∞≈ ,Á¸UOº∞« ‰u± b≥ .t∞ U≥u{uF≤ UMBªOØ UM•« d∑º¥ tK∞« t¥UJ∫∞« bN° WÓ�∞OÆË rJ∑´bÅ w∞u∫Lß Ë≈ ‰U° vK´ ÊuJ¥ ÊUº≤ù« ÊU¥e± fJF∞U° ? WØd∫∞« …d¥«œ nOØ ÊUL•d∞« b∂´ wº∞« ,r∑≤«Ë ! W≤UO´ UO≤b∞« 29

ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´

wK´ “Ëe´

ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´ ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´ ÊUL•d∞« b∂´


ULO∞U° ÊUDKß

w≤U¢ ÁËô ...ÁËô „«¸ r¢ wK∞« ? ...“Ëe´ wº∞« pOK´ l∂ª≤ ÍœU¨ pOK´ WO≠Uî U± t§U• v∑• ...t≠dF∑Ø w® UMOL® U± ÂU¥« dA´ s± d∏Ø√ Áb≥ v∞≈ tK∞«Ë b•«Ë w® œ fKH∞«œ W∫¥d∞« UNO≠ ‰«u•«Ë ‰U• ...„«b≥ u≥ «dA∞«Ë lO∂∞« VOπOØ b•«Ë ¸UN≤ ,rJ∞U¥œ wA∞« b≥ ’uBª∞U° dOºO∑∞« tO≠ tK∞« Âöº∞«Ë tK∞« s¥b±U• UL≤≈ ...e∂ª∞«œ ·d© vK´ «ËdπMØ ...„«cJ≥ UMKØ ÊUØ U≤√ v∑• ...dOî UNO≠ ÊUØ ÍbM´ Á“Ëb∞« «b≥ UL°¸Ë p≠uA≤ ÷dG∞« ÍbM´ ...“Ëe´ wº∞« ÂUF∞« ”«¸ ‰«“U± ...Á¸UOº∞« U± „U¥ s± hIM¢ pOK´ ‰«u´ U≤«¸ ÂUF∞« «b≥ ÊËb¥“Ë rØbM´ …b´UI∞« w≥ Íb≥ ¸bI∞« „b≥ œ«e∑OØ w® qØ ? ÊUL•d∞« b∂´ wº∞« ‰uI∑Ø ‘¬ ... ÊUBIM∞« vK´ ÍËb∑Ø X≤«Ë Âu¥ s´ Âu¥ tO≠ �XOK∞Ë ‰U• ‘« ‰Ë_« X≤« pß«¸ s± dO¨ ·u® qØ ... r∫K∞« ,…b°e∞« ,VOK∫∞« ‚uº∞« w≠ wKKª∑Ø hM∞U° hM∞« tO≠ œ«e¢ w® 30

“Ëe´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ “Ëe´

ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´

ÊUL•d∞« b∂´

“Ëe´


ÍËUHMØ bLB∞« b∂´

... tO≠ «Ëb¥e≤ w®U≤ «uKKî U± wK∞« «dJ∞« tK∞U¥ «d• ‰UÆ UMN≤ s±Ë UMN≤ s± ‹U¥u¥dØ wA° u≤UF∑MØ sO¥¸UØ UMØ dO¨ ÊuØ »UÅ s±√ ,p≤d≠ «Ëb¥e≤ „bF° V≤U§ú∞ bF° s± XOG° wK∞« qL´«Ë Ëuª¥ v∑• rNF± fÒOß U±√ ... ¸U¥e∞« b≥ UMOK´ sOK±U´ wK∞« sØUº± UM•« oFKOØ UNKØ ...v{uH∞« dO¨ ... s¥dîü« tK∞« œU∂´ .t∑≤UØ t∞ X∞UÆ wK∞« sL∏∞« .tO≠ Ãdª¥ tK∞« wN∑M± ôË w≥U≤ ô u°UÅU± sO∞«u± ... UM≥ w®u≥ U± b∂F∞« U±√ ... tK∞ ÈuJA∞« wK∞« ÊuJ®« ... r≥b¥ bÆ vK´ UNM¥d°U§ ¸u±_« w≠ U≥«œ« U± tß«d∞ U≥d∂§ wK∞« ... UM• UMO≠ U≥«œ« “Ëe´ wº∞« „U¥ ...Áuî vK´ „bM´ XO§ Á«¸ sLCL∞« )ÊUL•d∞« b∂F∞( p∫∞UÅ w≠Ë ‹UOCI∞« Ãu§ ? UL≥ U±« ? «b≥ «bÆ XLKJ¢ Œ«Ë )wK´ v∞≈ dOA¥( ,ÊUØË ÍËœ« ... w∂Oº≤ w®U± ... ÍœË U¥ tK∞« wK∞« sFK¥ tK∞« ... Âöº∞«Ë XKÆ dO¨ ,tK∞« ÊU∫∂ß oO∑¥ )ÃËdª∞« b¥d¥ u≥Ë( Ãuπ° rJOKª≤ 31

ÊUL•d∞« b∂´

“Ëe´ ÊUL•d∞« b∂´

“Ëe´ wK´

“Ëe´ ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´ ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´ wK´


ULO∞U° ÊUDKß

ÊUØË fK§« dO¨ ...s¥UØ U± ”U° w® U± W¥d® WFO∂∞« b•«Ë w≥ ,ÍbOß« rF≤ tO≠ ÓôÚË_« p∞ XKH¢ w® UN∑OG° ? ‘¬ ‰U• w≠ XOI° U± v∞≈ tK∞« ¡U® Ê≈ ...t¥UNM∞« t§¸Uî p¢UO• ‰u© UNOK´ w≤dØb∑Ø ...dOî UMFLº¥ tK∞« Õ¸U∂∞« l§¸ œU´ UM∑N§ s± bOº∞« b•«Ë «b≥ ? ÊUØ sO≠ UM∞U¥œ …¸UHº∞« b•«Ë w≠ «bî ? sO≠ ‘U° UBOBî U§ ÍbOß« p∞ XKÆ ,pO§U± U≤U≥ UNFLß wK∞« s± ÷¸_« œ ·dD∞« b•«Ë ÍdA¥ ... ÂUO∞« Áb≥ X•U© ¸u±_« l∂∑± «d° Œ«Ë b∂´ wº∞« p∞ dO¨ UN∑OML¢ U± ¸u±√ w® tF± »U§Ë Âöº∞«Ë ÊUL•d∞« …¸UOß w® U± „U¥ ]rÓ∑Ú∞ v∑• ÃdªOØ w® vI° U± wA∞« „«œ ... ô ô ô «≤≥ dî¬ jL≤ ... ... U± „U¥ 32

ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´ ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´ ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´ ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´ ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´

wK´ “Ëe´ ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´ ÊUL•d∞« b∂´


ÍËUHMØ bLB∞« b∂´

…b•Ë ... d≥u§ w® ... X¥u≤ wK∞« wA∞« „«œ tO¥≈ .Èdîô« w≠ XM∫∑Ø W≤«u¥b∞«Ë ÊöN∂∞« ?t≤«u¥bK∞ Áu®U∫OØ sOOßU±uK∂¥b∞« ”UM∞« «b≥ v∞Ë√ jKG¥ UL°¸Ë w≠ ÁbM´ v∞Ë_« Áb≥ w®U± ? ...ÚoÓ∞ÚeÓ¥Ë ÚjÓÆ »Uº∫∞« ? b• w® l± dØ«b¢ ? b• w® ·U® ... wF± ¸UA∑ß« wK∞« s± ... X≤√ tK∞« U¥ ... «b°√ ... œËbº± r≠Ë ‰uIF± hª® w® s± “ô XKÆ wD´ w≠ dO¨ wALOØ tKØ ÕU°d∞«Ë X°UFÅ ¸u±_« ...«b≥ XJßË√ «bN∞ wAKØ w≥ …d∑º∞« ? ÊUL•d∞« b∂´ wº∞« qLF¢ U± pO≠ u¥≈ ? “Ëe´ wº∞« `OK± pOπ¥ U± X≠d´ wº∞« rF≤ »«œ v±Ë ... ÂuO∞« bOº∞« „b≥ vK´ oMA¢ ÍœU¨ r¢ ... ÍbM´ ¸«b∞« w≠ «uÆö∑≤ l°¸ ô≈ v∞Ë√ W´Uß ‹u≤U∫∞« w® UN∞ `KB¥ U± ¸u±_« b≥ ... «ËdØ«c∑≤ p∞U° s± w® w≤UºM¢ U± sJ∞Ë ... tOK´Ë 33

“Ëe´ ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´ ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´ ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´

ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´ ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´ ÊUL•d∞« b∂´

“Ëe´


ULO∞U° ÊUDKß

s± X≤« v∑• UL≤≈ ... „d©Uî vK´ dO¨ ÊuJ¢ U± bOº∞« w® wKKª¢« U± ... WOCI∞« Âbî« p∑N§ ... l§d¥ l§d¥ ‰“U± u≥ ... …dO∂Ø t®dØ ÊuJ¢ W¥d® WFO° w® «uKLF≤ t∞ dN™Ë UM∞ ÊU° v∞≈ v∑•Ë œu§u± U≤U≥ ŸuM∞« b≥ s± tK∞« ¡U® Ê≈ dOª∞« dO¨ ÊuJ¥ U± ? WO≤U∑∞« WOCI∞«Ë b≥ ‘«Ë )…b¥dπ∞« v∞≈ dEM¥( ... dî¬ qJ® ? ÂuO∞« œ …b¥dπ∞« tO¥« b ≥ X H ® ) U N∫ H B ∑¥Ë U≥ c î U¥ ( w ∞ ` L ß « ? t¥U´b∞« ! rOîb∑∞« w≠ sO±Q∑∞« ... UM∞U¥œ WØdA∞« ‰U¥œ U≥«¸ Áb≥ s¥œUOL∞« lOL§ ? rØbM´ X≤UØ WO∞Ëœ ‹ôË U°«œ U≥U≤d∂Ø ,ô „Ëd∂± ÈôËË e¥¸U° s± W¥ËUº≤d≠ WØdA∞« b•«Ë UN¢«d® rF≤ `ÒÅ« ,V≤U§_« dO¨ ... UN¥b¥ X∫¢ w® qØ ÍbOß« 34

ÊUL•d∞« b∂´

“Ëe´ ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´ ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´ ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´ ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´ ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´


ÍËUHMØ bLB∞« b∂´

? w°dG± v∑• rNF± U±Ë dO¨ ... ¸U∂Øô« „«œ s± Ãu§ v∞Ë√ b•«Ë w® w® ‹U§ v∞≈ ... Âöº∞«Ë uBKª∑OØ ... sO¥e±¸ …Dß«Ë u∫KBOØ qîb¢ w® v∞Ë√ ÁdO∂Ø ÁeL≥ ... w©«u¢ ô Àd∫¢ ô ,w©UF∞« „UD´« v∞≈ UM• UM®d¥ dO¨ ,rNOK´ w® «b≥ wK∞« ÍbO߬ ? rNF± wÆU° ,X≤«Ë rNN§Ë w≠ U≥œd≤ X¥bÆ U± ,w≤u∂¨¸ ·dF∑Ø ... pM± sº•« U± w®Ëd∂π¥ ÍœU¨ U± s± dO¨ »dπ≤ ... ”UM∞« l± q≥Uº∑ØË ÊUO´ô« wß«¸ .u∞«Ë nOØ ,Á¸UOº∞«œ WOCI∞« w¢UL´“ v∑• Áœ«dDMJ∞« XKL´ U± ... wF± XHÆË ô ÁËô sOF∑L∞« XKL´Ë a¥¸U∑∞« X°uÅ ,t£œU∫∞« w∞ XFÆË ‰UI¥ o∫∞« ... „bN§ s± w® ‹dBÆ U±Ë ? w® qØ w≠ XBKª¢ bF° „U¥ ... dîü« ÍbKBK∞ v∑• tØdA∞« p∞ XKÆ ... Y¥b∫K∞ «uF§d≤ ‰ÅU∫∞« ... ‹«¸UOº∞U° dO¨ nKJ∑Ø w® ‹UI° U± U≤bM´ lO∂∞« œ ‹ö∫L∞«Ë ¸u¥b∞«Ë ‹U±dH∞« dØuº∑Ø ‹ôË .ÁdA∞«Ë 35

ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´

wK´ ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´ ÊUL•d∞« b∂´

“Ëe´ ÊUL•d∞« b∂´

“Ëe´ ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´


ULO∞U° ÊUDKß

tO¥« d¥UOD∞« v∑•Ë ... d°«u∂∞« v∑•Ë ! VπF∞« UN∞U¥œ ‹U©UO∑•ô« bîU∑Ø ”UM∞« ͸Ëd{ VOFÅ ôË ÊU±e∞« tO¥« W∂OB± ‰uGA∞« WKÆ ...ÍuÆ Âœ¬ s°« o∫∞« pF± oO∑¥ s± w≠ ÊUº≤ù« vI° U± o• wA∞« b≥ w® qØ ‰u± vK´ uKîœ ,¸UNM∞« „«œ ? ¸U∂ª∞« XFLß œ …O≤UL¢ t∞ËœÔ√ ...ÁuÅu•Ë ¸UNÆ ¸UNM∞U° WO∞bOB∞« w≠Ë ... sO´ WA±¸ w≠ ...‰UÆ U± vK´ sO¥öL∞« ... tKØ wA∞« „«œ t∞ UMBKî o∫K° ...WLÅUF∞« .dîü« rO∑Mº∞« v∑• wK∞« r∑≤« X≤« v∑• p∑OG° ... „bMF∞ XO§ ‘ö´ ! Á¬ j°U{ ÊuJ¢Ë p∞U¥œ ¸u±_« j°U{ ÊuJ¢ tK∞« ,«b¨ bF° v∞Ë√ «b¨ ... W±“ö∞« ‹U©UO∑•ô« .rK´« 36

ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´ ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´ ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´ ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´ ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´ ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´

ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´


ÍËUHMØ bLB∞« b∂´

“Ëe´ wº∞« ‰UH° X≤« U± ͸Ëd{ UL≤≈ ... Âöº∞«Ë Áuî b∂πOØ ÂöJ∞« pß«¸ sLC¢ ? r´“ ‰U• ‘U°Ë ÍœU¨ wK∞« ¸bI∞«Ë X≤« ... p∞U± ”«¸Ë X≤« ... WºOHM∞« ¸u±_« dO¨ UM≥ „bM´ U± ... t° ÕdB¢ U¥ ,ÊuOK± …UO± U¥ ... r¥uI∑∞« Vº∫° ... p∞ sJL¥ wK∞« UN∞U¥œ ”UM∞« U≥bM´ tØdA∞« ... sOºLîË UO± w≠UîU± Á«¸ X≤« v∑• X≤«Ë ... wA∞« b≥ u≠dFOØ w® pOK´ ? hKª¥ ÊUº≤ù« “ô ‰U∫®«Ë b•«Ë w® ... dDªK∞ W∂ºM∞U° V¥dÆ wA∞« „«œ v∞« q∏L∞« w≠ ...ŸUØ w¢d∏Ø v∞« UÎ∂¥dI¢ UOL∞« w≠ w® pOπ¢ u∞uI≤ wK∫∞« ‰U¥œ ÊuOKL∞« …UO± „bM´ v∞«Ë ... u∞«Ë ? ‘¬ sL¢ ÂUF∞« w≠ p≤d≠ n∞√ 150 U≥uCFOØ X´U{ Ë√ t§U• w® p∞ XÆdº¢ v∑• .t° …±uI± ‘U° sL∏∞U° p∞ ? wAKØ UA± v∞«Ë ! r¢ r¢ .. ÍbOß« rF≤ ÊuOK± …UOL∞ «u∞eMOØ tO≠ rLª¥ ÊUº≤ù« hªOØ ...rN± wA∞« b≥ ‰uIFL∞U° 37

ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´ ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´

ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´

wK´ “Ëe´ ÊUL•d∞« b∂´


ULO∞U° ÊUDKß

„«œ w≠ «Ëb¥e¥ sOO¨U° r≥«¸ ...pß«¸ »¸“ UL≤≈ .UOL∞« w≠ ¸bI∞« .UMF± uK≥Uº∑¥ ...ÁËôË ...ÊUL•d∞« b∂´ wº∞« „d©Uî dO¨ ÊuJ¥ U± œu§u± U≤U≥Ë ‰u´ dO¨ b≥ v∑• u¥≈ ...“Ëe´ wº∞« pO≠ ÊuMCL∞« «c≥ b∂´ v∞«Ë ,…´Uß ,¸«b∞« w≠ tO≠ «ËdØ«b∑≤ wA∞« v∞Ëô« tOCI∞« w≠ UML≥UH¢ v∑• UMOA± ÊUL•d∞« p¢Ëö• w≥ ...p¥b¥ w≠ WO≤U∑∞« Vº• ... w®uDKª≤ U± ...ÊUL•d∞« b∂´ wº∞« ÁËô U≥b•Ë t§U• qØ ,ÊUC±¸ l± ÊU∂F® ...w®UM∑MO° U± ...»«œ W±öº∞U° p∞ ‰uI≤ dO¨ w∞UI° U± u¥≈ ¸«b∞« w≠ UM∞U¥œ vIKL∞« .w≤ËUMº¢ XO§ wAO≤u¢d∂§ U± v∞« ...u≥ «b≥ ÊuHK∑∞« p∞ u°dC≤ ,„bMF∞ sO¥œU¨ u≤uJ≤ wKK± sº•« b≥ w® qØ u≥ ◊UO∑•ô« ...◊UO∑•ô« ‰uI≤ U± ÍbM´ U± dOî vK´ rJ∑OKî u¥≈ “Ëe´ wº∞« W±öº∞U° 38

“Ëe´ ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´ ÊUL•d∞« b∂´

“Ëe´ ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´ ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´ ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´ ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´ ÊUL•d∞« b∂´


ÍËUHMØ bLB∞« b∂´

U± pO≠ U± ‰«“U± wK´ wº∞« X≤«Ë )»U∂∞« s±( UMF± q±UF∑¢ (Veléo Solex) "pºO∞ußuKO≠"ÍbM´ ‘¬ t¥« t° uHKJ∑≤ u≥ v∑• ? t∞U±Ë ÍbM´ wK∞« „b≥ v{UI∑¢ v∑• U≤U≥ wMOG∂¢ wK∞« s± ... ÕöÅ vK´ t°¸“ ô œu§u± “Ëe´ wº∞« pO≠ tK∞« „¸U° rJOK´ Âöº∞« u¥≈ )“Ëe´ Ãdª¥(

39

“Ëe´ wK´ “Ëe´ wK´ “Ëe´ wK´ “Ëe´


ULO∞U° ÊUDKß

Y∞U∏∞« bNAL∞« ÊUL•d∞« b∂´Ë wK´ `DB∞« ‚u≠ lK© ¸UL∫∞« w≤U£ „bM´ ¸UL∫∞« b≥ ‰U± wK∞« s± ...`DBK∞ lKD¥ b≥ v∑• ? tOK´ ‘ö´ ÷dG∞« tK∞« vCÆ ÊU®Ë t§U• “Ëe´ wº∞« w∞u¥ ...œö∂∞« bN∞ ? ! t∞U±Ë ,¸u±_« vK´ rKJ∑OØ q§d∞« ! «b≥ qIF∞« ÊU§dî öî V¥d¨ vK´ ÍbOØ v∞ ‰U• w≠ ,UM≥ v∑• u≥ U± t°« t∞ ÂuO∞«Ë »dI∑± q§d∞« ...t∂Oº≤ ÁbM´ w®U± s± vK´ w® „bM´ U± v∞≈ ... p≥ UNKØ ¸u±_« tO¢dH© ô „dL´ ‰uF¢ d°«u∂∞« s±Q∑Ø WO∞Ëœ WØd® ...? t§¸b∞« bN∞ v∑• ...?! “Ëe´ dO¨ ‹d∂§ U± ,X≤«u∫∞«Ë d¥UOD∞«Ë „«œ tF± w∑§U• wCI≤ u≥ U≤√ ÍbM´ rNL∞« t∞U¥œ ¸Uπ∫∞«Ë wßU±uK∂¥b∞« «b≥ ‰U¥œ WOCI∞« ? tO≠ dßUî U≤√ ...UG° wK∞« ‰uI¥ u≥ tOKª≤Ë tO≠ b¥eOØ dO¨ sJL¥ ? t§U• w® «uFOC≤ ÍœU¨ UM•«Ë 40

wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´


ÍËUHMØ bLB∞« b∂´

qØ hKª∑Ø tØdA∞« X≤UØ v∞≈ ...o∫∞« pF± ô ô Ë√ ...W§U• w® X´U{ v∑• ‹UA± v∞≈ w® ...XÆdº¢ v∞Ë√ XHK¢ qLF∑¥ U± …M¥UØ ,XFLß X≤U≥ ? ‘¬ ‰U• w≠ UM•« tØdA∞« u≤ËUF≤ UMBªOØ ? ÊU∂OKÆ b≥ ‘¬ ËbNL≤ u¥≈ ... tÆdº∞« lÆu∑Ø v∑• Âbª∑Ø U± w≥ wº∞«Ë ... WLNL∞U° ÂuI¥ wK∞« tM¥UØË ... o¥dD∞« UN∞ UMF± ÁuØdA≤ u≥ v∑• “Ëe´ ? ! u≥ v∑• p® ö° …d∂î vK´ u≥Ë ,œu§u± dOª∞« w≥ v∑• ÊuOK± …UO± wK´« VOFÅ wA∞« b≥ UL≤≈ ! WK≥Uß w®U± ! tÒK∞« `∑H¥Ë WO∞Ëô« t¥d® tFO∂∞« tF± �u∞Uº≤ p∞U° w≠ p∞ UN∑KL´ dO¨ U≤√Ë pLÅ« ÊœË w≠ X•U© U± XJß« ... XKß« ? w≤U¢ s¥UØ ‘¬ lLß« wº∞« lLß« u∞«Ë XFLß U± XHÆË Á¸UOß w® v∞≈ ‰uI¢ U± tÒK∞«Ë 41

wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´


ULO∞U° ÊUDKß

rN∑KÆ vK´ »U∂∞« w≠ ... ô w® vK´ Ë√ o¥dD∞« vK´ u∞uº¥ ÍœU¨ r≥d∂π¢ b•«Ë ... …¸UOß wM¥ôË )…c≠UM∞« u∫≤ V≥c¥( !w∞UF∞« “«dD∞« s± h¥bOÅd± ? øUª∞« s± ? Í√ s± ... ÁdLM∞«Ë ... Èdº¥uß s± tO¥« w® ‰U¥œ w≥ U± Ác≥ ... cJ≥ ‰U• w≠ ÊUØ v∞≈ n™u± w® ‰U¥œ dO¨ ÊuJ¢ U± ...U≤bM´ s± b•«Ë v∞Ë√ Áb∞Ë w® ‰U¥œ v∞Ë√ dO∂Ø ... j∂≥ ¸u≠uA∞« U≥ ... b• UNM± ‰e≤ U± ÊuJ® X≠d´«Ë ... w≤b¥“ ...wº∞« rF≤ ¸u≠uA∞U° ? w≤U£ UNM± ‰“U≤ wK∞« ? ÊuJ® “Ëe´ …FO∂∞« „«œ ‰u± ‰U¥œ dO¨ ÊuJ¢ U± ... w≠UÅ u¥≈ t¥d® «c≥ vK´ ·«e° ,w≤U£ ¸u≠uA∞«...w® sC≤U± w≤U£ wA∞« b≥ w≠ lO∂OØ wK∞« dOGBK∞ v∑• dO∂J∞« s± rNKØ )ÁbFI± v∞≈ l§d¥( ÍdπOØ qîœ Á«¸ “Ëe´ UL≤≈ 42

ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´


ÍËUHMØ bLB∞« b∂´

l°«d∞« bNAL∞« wK´ - ÊUL•d∞« b∂´ - “Ëe´

g±«ÒÒbÓî U± qÆË ... ÊUL•d∞« b∂´ wß )öî«œ( pF± ? ”U°ô „U¥ »U∂∞« v∑• UMOî b•«Ë p∞ X∂§ U≤U≥ ÊuJ®« u≠uA¢ v∑• ...p∞ UN∑KÆ ô tK∞« ¡U® Ê≈ .tO≠ w∞ öN¢ UL≤≈ ...pOMOF° .Ád©Uî vK´ dO¨ wAL¥ U± ÍœU¨ UL≤≈ ...t¥u® w® »Ë¸e± U≤√ wM∫±Uß w∞U∑∞« vK´ »Uº∫∞«Ë «uFKD¥ rN∞ ‰uI≤ t≤uLC± p¢Ëö• )Ãdª¥( œ«u≥ U≤U≥ u¥≈ UMF± „d®« w≠UÅ )Áb≠UM∞« bÅUÆ u≥Ë( ‹u≤U∫∞« t§U• w® Á«dÔ± �s± tÒK∞« VOπ¥ dO¨ »UÅ ÚÂÓ√ ...…¸UOß …¸UOß�XÚKÔIÓ∞Ë√ )Ác≠UM∞« s± dEM¥ u≥Ë( U≥ ..ÍËbOØ “Ëe´ wº∞« ! ...b´«uI∞U° ÁuªM∞« 43

“Ëe´ ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´ ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´ ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´ ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´


ULO∞U° ÊUDKß

‰Ë_« u≥ bOº∞« b•«Ë «c≥ ...»U∂∞« q• ¸u≠uA∞« w® v∞≈ ‰uI¢ U± tK∞«Ë tµO≥ s± ‘«Ë …µO≥ ...œ«u≥ ”dN± ...t∞U± w® X≠d´ U± t´«¸œË ...d¥“Ë w® U± tF± …bOß Ác≥Ë ...t´«¸œ s± qOÆË v∞Ë√ tKOÆË t∑M° …d≥U™ ...t¢«d± X∫∑∞ ËUMº∑¥ rNOKª¢ „bM´ ...‰e≤ u¥≈ œ«u≥ U≤U≥ U¥ ÕU∑≠ U¥ )Áb•Ë( )wK´ Ãdª¥( pß«¸ oK©Ë tO≠ tK∞« UM∞ ÍbH¥ ÍœU¨ ¸UNM∞« «c≥ qOÆË ...‚«“¸ tK∞« UMOK´ ‹“«œ wK∞« U¥d¥eOL∞«œ ÂU¥« l∂º∞« c≥ .…MOLß UN∂Oπ¥ tK∞« rNO≠ dªº¥

44

ÊUL•d∞« b∂´ “Ëe´ ÊUL•d∞« b∂´


ÍËUHMØ bLB∞« b∂´

f±Uª∞« bNAL∞« ÃU∫∞« - wK´

)UµOA≠ UµO® »d∑I¢ øUª∞« w≠ ‹«uÅ_«( w® ...…dπ• w® UNOH≤uJ¢ ...r¢Uî w® tO¥« w∞UF∞« “«dD∞« s± Ádπ• Íôu±« „U¥ sH∞« «œ r¢Uî w® ÍbOß« rF≤ w∞ qÆ u∂KIMØ ‘ö´ «c≥ ? d©Uª∞« V• ‘¬ ,ÍbOºLF≤ …dπ∫∞«Ë ? ...…d≥u§ ,…CM±UO{ vK´ ŸuM∞« «cN° s¥¸uNA± r∑≤« ...…CM±UO{ w® UM∞ u∞UÆ U± U≤bM´ U± ...uFK© ...uFK© ...ÍbOß« rF≤ tM¥UØ t§u∞« dL∫¥ wK∞« dO¨ rØbM´ s¥bBI± UMO§ Á«¸ UM•« v∑• nOØ X∫∑∞ u∑H® wK∞« wA∞« „b≥ ...«b≥ rJK∫± ‚uH∞« U≤bM´ UNKØ tºOHM∞« ¸u±_«...u∞«Ë ÊU¥e± ÍbOß√ qCH¢ Ó‰Óô√ wKCH¢ ...«uKCH¢ Ë√ )wK´ r£ ÃU∫∞« r£ tF¥b° qîb¢( 45

ÃU∫∞« wK´ ÃU∫∞« wK´ ÃU∫∞« wK´ ÃU∫∞« wK´ ÃU∫∞« wK´


ULO∞U° ÊUDKß

”œUº∞« bNAL∞« wK´ tF¥b° bL•« ÃU∫∞« - ÊUL•d∞« b∂´

rJOK´ Âöº∞« …Ød∂∞« UM¢¸«“ ... rJ° U∂•d± ... Âöº∞« rJOK´Ë wK´¬ vß«dJ∞« b¥“ )wKF∞( wº∞« Œ«Ë uºK§ ... ÍbOß« rF≤ «uºK§ u¥≈ UM≥ ‰U∫∞« rØbM´ œd∂± u¥≈ ... tK∞« rßU° U¥ ? «uCI≤ U± w® s¥UØ ... ÍbOºLF≤ rJ∞U∏±ô w® ,ÊUL•d∞« b∂´ wº∞¬ ,r¢Uî w® UG° bOº∞« …CM±UO{ w® UNO≠ ÊuJ¢ r¢Uî UNM± b°ôË t§U• w® UL≤≈ d±¬ ÍbOß« rF≤ …œu§u± pL≠ UNOK´ w∑OK• wK∞« qLF¢ s¥bBI± „bMF∞ UMO§ UM•« v∑• ? rJ°U§ wK∞« u≥ “Ëe´ wº∞« w®U± tO∞ ? “Ëe´ wº∞« u≥ ÊuJ® rJF± ÊUØ wK∞« q§d∞« 46

ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ wK´ bL•« ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´


ÍËUHMØ bLB∞« b∂´

»U° w≠ U≤UÆö¢ ,wM≠dF¥ U± t≠dF≤ U± ...ô ô ô »œ_« ...UMOK´ rKßË Á¸UOº∞« nÆË »¸b∞« ... ÍœU¨ sO≠ wM∞Qß ,‰uI≤ U± ÍbM´ U± »«uB∞«Ë ? ÊUL•d∞« b∂´ wº∞« X≤« „bMF∞ t∞ XKÆ ? w≠UÅ p∂•UÅ t≤√ UL°Ë ,u≥ UMKÅu¥ v∑• UMOK´ nK• ÁUM∂ظ ”U° UNO≠ U± UMKÆ ,v´œ« U± vK´ ,pI¥bÅË .UMF± ! “Ëe´ wº∞« b≥ s¥ôË UL∑¥¸ »U∂∞« w≠ ÁËUMº∑≤ UM± VK© ...bF° s± ‰e≤ dîü« w≠ ô v∞Ë√ UM≥ r∑≤« ‘«Ë rJ≠uA¥ t§U• w® p∞ ‰UÆ U± „U¥ ... uFKD≤ ‰UÆË U≤bMF∞ ? Èdî√ .ô ô tF± UM∞U¥œ …OÆöL∞« w≥ Ác≥ ! Âœ¬ s°« ? “Ëe´ wº∞« «b≥ t∑FMÅ w≠ qLFOØ ‘¬ tKG® «b≥ ...ÍdßULß „bMF∞ s¥bBI± UMO§ p∞ XMO° nOØ UM•« U±√ ÍbMF∞ rJK߸ wK∞« ‚«“d∞« b∂´ wº∞« U± U¥ tK∞ pLK´ 47

ÃU∫∞«

ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞«

wK´ ÃU∫∞«

ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞«


ULO∞U° ÊUDKß

…¥d® …FO∂∞« b•«Ë t∞ ‹“Ëœ U± v∞≈ ÍbOß« tK∞«Ë wK∞« r¢«uª∞« „«œ ¸√ )vKF∞( U≥¸U∂î tK∞« bM´ v∞≈ w® Áb≥ dO¨ )ÃU∫K∞( tON∞ ¸UπL∞« w≠ „bM´ p∑±öº° ¸u±√ w® ÍbM´ s± vCI¢ ,ÂU¥√ WO≤UL£ rØbM´ s± Èbî« ,‹U≠ wK∞« Ÿu∂ß_« w∞ vJ•« tF± w® u¢dBÆ U±Ë dºO¢ U± w® t§U• w® ‚«“d∞« b∂´ wº∞« ‰U∏±« w≠ w® UMOKKN¢ U± v∞≈ uAOF≤ ÍœU¨ s± l± rJ¢œUOß ‰U∏±«Ë tÆ“¸ w°¸ ÍbOß t∞ V∑J± nOØË b•«Ë qØ Ã«Ëd∞« u≥ U≤bM´ rNL∞« ... qOKI∞U° «u≠UJ∑MØ UL≤≈ ‰uIF± s± vDî U± w°¸Ë tK∞« UD´ U± ‘U° «uFMI≤ UØ ‰UI¥ o∫∞« ,dOî tK∞ bL∫∞« wK∞« ÊuJ® ‰ô√ ·u® )tF¥b∂∞( wº∞« U≤U≥ r¢«uª∞« «b≥ s± p∂πF¥ Íe¥e´√ X≤« ·u® )ÃU∫K∞( ...jOº° „bM´ wA∞« «b≥ )oOÆœ q±Q¢ bF°( ...UL≤≈ w® t° U± ...«c≥ tM¥UØ ÍbOß« rF≤ "uMOH∞«œ uMOH∞«" tO≠ wK∞« Ádπ∫∞« 48

ÊUL•d∞« b∂´

ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ tF¥b° ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´


ÍËUHMØ bLB∞« b∂´

dN™ ‘¬ )UNF∂Å√ w≠ tFC¢( ...…F¥b°« tBOÆ ? tF¥b°« tO≠ p∞ ? Íe¥e´√ X≤«Ë …dπ∫∞« Á«¸ ...ÍbOß√ rF≤ tO≠ q±Q¢ w≠ b¥e¢ w≥Ë ‰uD¢ U≥b• U± ...‰uIFL∞«œ lOC¥ U± ÁdL´ ...«b≥ ‰U± ”«¸ ...WLOI∞« XÆbÅ Íôu±« X≤U≥ )ÃU∫K∞( ‰ô√ p¥√¸ uM®√ )tF¥b∂∞( b• bM´ U± …O≠UÅ …dπ∫∞« ... uC∞« w≠ tO≠ sFL¢ ‰uI¥ U± ? tK∞« „¸U∂¢ ‰U∫®U°Ë ...tCH•Ë tK∞« ÊU±√ w≠ ÍbOß√ rF≤ ‰U¥¸ n∞√ sOºLîË UO± VO´ XKÆ U± ? ·«e° w® U± ...Íe¥e´¬ «b≥ ÊuJ¥ UG° ‘¬ ...UO± pM± ÍU® U≤bM´ U± sº•« b• tK≥Uº∑¥ U±Ë tK≥Uº∑¢ ...r¢Uª∞« ! ”uKH∞« u°√ qFM¥ tK∞« ...pM± .dπ∫∞«œ wA∞« «b≥ w≠ rNH∑Ø wº∞« d≥U™ wA∞« b≥ sI∑OØ wK∞« u≥ ,U≥bM´ b∞«u∞« ,ÍUî Íôu±√ ÊuJ®«Ë w§UNMB∞« rO≥«d°« ÃU∫∞« 49

ÃU∫∞« WF¥b° ÊUL•d∞« b∂´

ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´

ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« tF¥b° ÃU∫∞«

ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞«


ULO∞U° ÊUDKß

? d¥“u∞« tO¥« ... rNHOØ ¸u±_« b≥ w≠ rNHOØ XKÆ v∞≈ ,rÚ�F≤ÓË ... ”˸b± ÁbM´ wA∞« „«œ...Ë ‰«Ë t∞ X∞UÆ U± b≥ w≠ d∏Ø√ sMH± wK∞« u≥ sEMØ sOK±UØ «¸“u∞« w≠ WHB° wK∫∞«Ë iM±UOC∞«Ë d≥uπ∞« ‰U¥œ wA∞« W±U´ t∑M° tF¥b° ö∞ Áb≥Ë ? œôË ÁbM´ U± u∞uIOØ w® U± ¬œôË√ tK∞« ÁUD´ U± ,XFLß U± vK´ ¸uØc∞« tO¥« …b•«u∞« XM∂∞« Áb≥ ... w® ÁbM´ U± wK∞« ¸uØc∞« VºJOØ wK∞« .`KB¥ tK∞« ,`KB¥ tK∞« tK∞« ¡U® Ê≈ V¥dÆ s´ U≥u§Ëe≤ ÍœU¨ „Ëd∂± „Ëd∂± sOM∂∞«Ë ¡U§d∞U° «uCI∑≤ UM∞ sOOÆU° wK∞« o©UID∞« WKL§ s± u¥≈ UNF± Íb¢ ,UNK§«d∞ X•«¸ v∞≈ ... rJ∞U¥œ wA∞« b≥ 50

ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´

ÃU∫∞« wK´ ÃU∫∞« wK´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÃU∫∞«


ÍËUHMØ bLB∞« b∂´

bÆ vK´Ë UN∂ßUM¥ ÊuJ¥Ë ,UNL∞«u¥ wK∞« ¸«uA∞« .UN≤U® t§U• w® ÍbM´ ... p≥ ‰U• w≠ ÊUØ v∞≈ u¥≈ ,…uN® ...sOK±UØ «u∑H® wK∞« «Ëb≥ s± sº•√ .rO≥«d°≈ Íôu± tK∞« ¡U® Ê≈ q∂N¢ ÍœU¨ - pOK´ VO´ ,‰«“U± UMOK´ UNF∂ª± ‰«“U± X≤«Ë »d§ ,»d§ )tF¥b∂∞( ...ÍbOß√ rF≤ w≥ U≥ tAO∂M∞« b•«Ë UNO≠ U≥«¸ ...qßU∂∞« s°¬ w®UN≠¸U´ U± tO∞ p∑N∂≤ dO¨ „«œ rN∞ «u∫KB¥ ‘ô ...ÍdJ± U≤√ tO∞ ...ÁuIK∞« ÍbOß√ rF≤ q±Q¢Ë )ÃU∫K∞( sOMOF∞« „U¥ - ...qI´ wKª∑Ø U± ...tM∑≠ ...p∑FLß »«œ ? …F¥b°√ Íe¥e´√ tO¥« Áb¥ s± U≥ôuL∞ UN∑∞Ë“ U± tK∞«Ë w≤U¢ ‘UHOØ r¢Uª∞« «b≥ ‰U¥œ t¥UJ∫∞« lLº¢ pBªOØ ÍU® X≥dØ U± ,t° lLº¢ p® ö° ,wØd∂∞« bL∫± wº∞« „b≥ ‰U¥œ wA∞« «b≥ ‰U¥œ sO∞ËRº± s± wK∞« „«b≥ .…{U¥d∞« 51

ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« tF¥b° ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´


ULO∞U° ÊUDKß

tO¥« r¢ u≠dF∑Ø ...ÊU∑º≤UG≠_ ÍbOß√ rF≤ vA± W§U• q§d∞« UCÆ ...œu§u± wA∞« b≥ r≥bM´ bNπ∞« vK´ ...tß«¸ l± ? W≤«u¥b∞« l± qL´ nOØË w≠ VØd¥ U± q∂Æ ,ÍbOß« rF≤ rJO§U± U≤U≥ w® w≠ ‹U≤U±_« rºÆ ...Ÿu§d∞«œ Á¸UOD∞« ‘U° tF± u≤UØ tK∞« œU∂´ vK´ rNÆd≠Ë ‹UÆbOMÅ U± tM± rA∫OØ ”UM∞« ...UMN∞ v∑• t∞ r≥uKÅu¥ «uKÅË wK∞« s± UM∞¸¬ ...tN§u≠ t∞ U≥œd¥ b• ¸bÆ «b≥ ...…¸UODK∞ sOO≤«u¥b∞« «uFK© ,ÊUOKÒD∞« œ œö∂∞ ...d{U• ÊUØ b•«Ë w∞ tJ• p∞ ‰uIMØ wK∞« wA∞« ‹uL¥ ÍœU¨ ÊUØ ...nªß« UM∂•UÅ qÅU∫∞« . WFKª∞U° dO¨ ...ÁuKB• v∑• ËUA± ÊuØ ...‘ö´ ÁbM´ . WLOÆ U≥bM´ U± t±uA∫∞« ‰ uF ± ... u∞ «Ë nO Ø Á bM´ tO • UM∞ « « b≥ s ± «b≥ »¸ U¥ ,u∞«Ë tF± b≠«¸ U± u≥ ...…dJM° UN°dC¥ u≥ sÒLCL∞« ...Áb¥ w≠ ÁbM´ X≤UØ wK∞« r¢Uª∞« U± UL≤≈ b•Ë w® vK´ dO¨ u≤UØ ÊUO∞UD∞« „«œ .s¥e¥«œ dO¨ t°¸UGL∞« ,t°¸UGL∞U° ÷d¨ r≥bM´ 52

ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´

ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´

ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´


ÍËUHMØ bLB∞« b∂´

…dJM° Áu°d{ wK∞« r≥ ,uKÅË wK∞« s± U± „U¥ ‹“«œ UNKØ ¸u±_« ...sØUº± ”UM∞« ...ô ô wº∞« ,tOK´ ‹“«œ wK∞« tFKª∞« …uI° UL≤≈ ...dOª° .…b•Ë WÆœ w≠ w® qØ ŸU° qÅË nOØ bL∫± ? r¢Uª∞«Ë w∞ ‰UÆ ...tOK´ XDKî ...¸U∂ª∞« XIß wK∞« s± t∞ ‹UI° U± b•«Ë wA∞ tIHÅ w® qØ “Ëœ t≤Q° s± UN¥b≤ v∑• sOLO∞U° t∞ XHK• ,r¢Uª∞« dO¨ .t°U∑J± X≤UØ sL∞ ÍbOß√ ·u®√ ...ÁbM´ ? tK∞« „¸U∂¢ WOLJ∞« b≥ ‰U• ‘U°Ë ÍbOß« rF≤ Èdîô« s± d∏Ø« ? W≤«u¥œ ö° Œ«Ë ÃU∫∞« wº∞« W§U• w® v∑• p∞ XKH∑Ø U± t¥u® w® pF± uDº∂≤ ÍbOß« rF≤ sLÒ∏° `OKL∞« ? ‰U• ‘« ÊUØË ‰U• ‘« ”UM∞« ...s¥öL∞«œ 4 ôË 3 ô p∞ ‰uI≤ ÍœU¨ U± U±Ë ,rOEF∞« tK∞«Ë ...Õ«e± rNF± U± bπ∞« ‰U¥œ U∂¥dI¢ rJ∞ t∂º∫≤ ÍœU¨ U± v∞≈ ·uK• w≤u∞Uº¢ .p≤d≠ n∞√ …UO± XßË sO¥öL∞« œ 2 ...t∞U± ”«d° .rNK≥Uº∑¥ 53

ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´

ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´

ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´

ÃU∫∞«


ULO∞U° ÊUDKß

.? Íe¥e´√ ‰uI¥ ÍœU¨ ‘¬ Ò»«Ë W•dH∞« pMOF° ·uA¢ »«œ ...‰uI¥ ÍœU¨ ‘√ w®U± p≥ ‰U∫° WCM±UO{ ...ÕdH¥ ÍœU¨ wK∞« .v∞«Ë U± s± bM´ .UN´u≤ s± …b¥d≠ ...bF° UN∞U¥œ W¥UJ∫∞« dO¨Ë ÍbOß√ rF≤ W∂¥d¨ ? dOî_« sL∏∞« «b≥ w¢UL´“Ë t§Ë vK´Ë tF¥b° ‰ô t§Ë vK´ ...Íôu±√ u¥≈ UMØ wK∞« p≤d≠ n∞√ …UOL∞« b≥ u∞Ëe≤ ,U≥bM´ b∞«u∞« s¥öL∞« Ãu§ UN∞uKLF≤ ...rJF± u∫°d≤ ÍœU¨ .nB≤Ë ? bF° t´Uº∞« w≠ b≥ ‰U• ‘«Ë ÍbOß« rF≤ U∂¥dI¢ t∑º∞« vºM≤ ÍœU¨ XMØ ...“ËbOØ nOØ XÆu∞« ! Á¬ ,Á¬ q±UF∞« ‰ËUI± ... ÁœUNA∞« w≠ U≤dJH¥ tK∞« ,ŸUØ U± ...w∞U° vK´ vNß ...t∑OÆu∞« b≥ w≠ ÁbM´ “Ëb≤ b∂´ wº∞« p∞ dN™ ‘¬ ...«c≥ qG® w® ? ÊUL•d∞« dOº± ÊUº≤ù« tK∞« ÊU∫∂ß 54

WF¥b° ÃU∫∞«

ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« wK´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´

ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞«

ÊUL•d∞« b∂´


ÍËUHMØ bLB∞« b∂´

ÍœU¨ Íe¥e´« X≤« ...p≥ ‰U• w≠ ÊUØ v∞≈ ‘U° ¸«bK∞ “Ëb≤ ÈœU¨ U≤√Ë q±UF∞« bMF∞ wAL¢ w≤«dBM∞« w∞ ‰«“U± Á«¸ U≤« v∑• ”uKH∞« cîU≤ ¸u≠«uJ∞« U±√ ... WLCL∞« w≤UF°U¢Ë ÀU£_« ‰«u± XÆu∞«œ ‰U• ‘« X≠d´« ...«bG∞ v∑• åCoiffeurò ... wMBªOØ WKOÆË o∫∞« pF± ? ÍbOß√ rF≤ r¢Uª∞«Ë ¸u≠«uJ∞« bM´ wMBªOØ sO∑´Uß tKOKI∞U° ? tKØ XÆu∞« b≥ pOK´ ‘ö´Ë ? w∞U¥œ œöOL∞« bO´ ÍbM´ tºH≤ «b¨ w®U± bO´ U≥ ...ÂuO∞« ‰U¥œ qOπ∞« b≥ qÅU∫∞« v´œ« XÆu∞«- ÂUF∞« ”«¸ U≥ ...q¥u≤ U≥ ...œöOL∞« ? r¢Uª∞« UL≤≈ ...ÃU∫∞« wº∞« wA∞« «bN° Œ«Ë ...ÊuHK∑∞« w® »dC¢ U± ‘ö´ ...Íe¥e´√ ? qDF± wπ¢ ÍœU¨ p≤Q° q±UF∞« d∂ª¢ dO¨ u°dC≤ UM∞ sJL¥ ‘«Ë ...…dJ≠ ...„bM´ Íb≥ ? wº∞« „bM´ s± ÊuHK∑∞« sOF∞«Ë ”«d∞« vK´ ...ÍœË U¥ tK∞« ‰U¥œ …dLM∞« vK´ w∞ Y∫° U± v∞≈ pO≠ „¸U∂¥ tK∞« .w≤UMº∑OØ r¢ Á«¸ »«œ q±UF∞« ¸«œ 55

WF¥b°

ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ WF¥b° ÃU∫∞« WF¥b° ÃU∫∞«

WF¥b° ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞«


ULO∞U° ÊUDKß

wº∞« r¢Uª∞«Ë )ÃU∫K∞( ·u® wK´« ·u® )wKF∞( ? tO≠ UMKL´ ‘¬ wß«¸ l± qzUº∑MØ ‰«“U± WF¥b° ö∞ dO¨ t∑OML¢ U± ÍbOß√ tK∞«Ë ...UL≤≈ wK´ ...t∞U¥œ sL∏∞« u≥ „b≥ U± v∞≈ rOEF∞« tK∞«Ë rJF± t∑¥œ« UL∞ dO¨ sOLO∞U° ”uKH∞«œ ¸bI∞« «c≥ wF± ÍU® b≠«¸ U± UL≤≈ ...p≥ ‰U• w≠ ÊUØ v∞≈ w≠ «b¨Ë „bM´ ◊uD∫± r¢Uª∞« uKKª≤ ÍœU¨ s± tIOD∂∞« p∞ »U§ wK∞« tK∞« ¡U® Ê≈ ÕU∂B∞« W≤U±_U° tMJ± r≥«¸b∞«Ë ÍbM´ öNßË ö≥√ .UM• UMOK§d° „bM´ «uF§d≤ v∞Ë√ U∂•d± ¸«œ ...? 672-72 u∞¬ ÍbOß√ dßdºOØ ÊuHK∑∞« )ÃU∫K∞( ÍbOß√ ÍU® lDI¢ U± ...? q±UF∞« …œUFß qCH¢ ...Íôu±√ „U≥ tK∞« w∞ “Ëœ ... Áb≥ q±UF∞« …œUFß ¸«œ ... u∞¬ tO¥√ ...w§UNMB∞« ÃU∫∞« t∞ qÆ ... pO≠ „¸U∂¥ w≠ ... p∞ XKÆ wK∞« XH® )tF¥b∂∞( Œ√Ë d¥“u∞« uî√ 56

ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞«

ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÃU∫∞«


ÍËUHMØ bLB∞« b∂´

…œUFß u∞¬ )n¢UN∞« w≠( WLKJ∞« w≥ tLKJ∞« .¸«b∞« w∞ «u∫±Uß .tK∞ bL∫∞« ”U°ô ,rظU∂î ‘¬ q±UF∞« w≤U¢ Á«Ëô ... t¥u® w® rJOK´ qDF∑≤ ÍœU¨ qOÆË ..ÊuF∞« w≠ ÊuJ¥ tK∞« ,‰UG®ô« rJMOF°U¢ r∑≤« v∑• UNK߸ ,ÍUî XM° WF¥b° ö∞ dO¨ ? wMKD´ ‘¬ ... UN∞U¥œ ”dFK∞ ‹Uπ¥u• w® UN∞ vCI∑≤ ÂuO∞« „«¸ ... tK∞ bL∫∞« ”U°ô ... tK∞« ¡U® Ê≈ V¥dÆ ‹U´UL∑§ô« ...Áb≥ WLÅUF∞« WM¥UØ wK∞« ·dF∑Ø XKÆ ‘¬ ...dOßË dOßË ‹ôU∂I∑ßô«Ë ‹öH∫∞«Ë WIOÆb∞« b•«Ë ...rØbMF∞ “Ëb¢ tF¥b° ...wº∞« ‹UM° ·dF∑Ø „«¸ ,pO≠ „¸U∂¥ tK∞« UNOBIB≤ ÂuO∞« ”U° UNO≠ U± ,UAF∞« ...¸«b∞« sO∞«u± ·uA¢ pJ≥ ...tOK´Ë ...Á¬ ...ÊuJ® ...ÍU® ÃU∑∫¥ U± ...„«b≥ U≤¸«œ W±uJ• w® ...„bM´ rNKØ U∂¥dI¢ «¸“u∞« ...Á¬ ? Áb¥b§ p∞ XKÆ wK∞« U≥ )ÊUL•d∞« b∂F∞( ...nB≤Ë tF∂º∞« ,tF∂º∞« U≤œUFO± ,wº∞« u¥≈ lC¥( ÍbOß« rF≤ mK∂± ...wº∞« t±öº∞U°Ë WÓKOÆÓË ...ÁUMÆd© ¸ULºL∞« b≥ U≥ «u¥≈ )n¢UN∞« tF¥b°√ «uAL≤ 57

WF¥b° ÃU∫∞«

wK´ ÃU∫∞«


ULO∞U° ÊUDKß

? Íe¥e´« r¢Uª∞«Ë s± „b¥ w≠ ÊuJ¥ ÁUO¨U° ...tO≠ ‹dL• w∞ qÆ ¸«bK∞ r≥bM´ wAL¢ wK∞« ...Íe¥e´√ ·«e° wM∑∂π´ ÊUL•d∞« b∂´ wº∞« „U¥ V¥dÆ ‰U∫∞« u¥≈ u¥≈ ? Íe¥e´√ pOA∞« pF± w® b≠«¸ U± Ãu§ s± d∏Ø« UNO≠ wKKªMØ U± ÈdL´ ,pM∂∞« »Uº∫∞« XII• ,bF° ö° ÂuO∞« dO¨ ÊuOKL∞«œ j∂C∞U° ÊuOKL∞«œ Ãu§ ...‰U¥œ ÊU¥e± pF± uHÆu¥ ÍœU¨U± ÃU∫∞« wº∞« r∑≤« ¸bI∞« „«œ ...ÍU® rNMO°Ë wMO° U± ÍbOß« ô r≥d©Uî rN∞ qLF≤ ‘U° dO¨ r≥bM´ ◊U• wK∞« wßuK≠ wKKª≤ U± «b´ U± w® ÍbM´ U± ...Âöº∞«Ë tK∞ t∫OCH∞« ...r≥¸b° rN∞« ͸U® ...vJM∂∞« w≠ dI∂∞« „«œ w≠ v∞≈Ë U± s± wK∞u¥ ...tK∞« qO∂ß w≠ «b°√ ...ÍbM´ ‘¬ ·¸U´ r≥bM´ wK∞« ‹UºOKH∞« w∞U± ”«¸ U≤√ v∑• q§d∞« p∞œ UMKØ w® qØ ...¸«b∞« w≠ ÍbM´ rNKØ »UºJMØ wK∞« .«d±ô« b¥ X∫¢ .ÊUL•d∞« b∂´ wº∞« ‰U§d∞« u≤uJ¥ p≥ 58

WF¥b° ÃU∫∞« WF¥b° ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ WF¥b° ÃU∫∞«

wK´ ÃU∫∞«

ÊUL•d∞« b∂´

tF¥b°


ÍËUHMØ bLB∞« b∂´

t∂¥dC∞« sO∞«u± ,sO´u∂∑± UM•« ’uBª∞U°Ë uK±UF∑OØ „UM∂∞«Ë W§¸Uª∞«Ë WKî«b∞« dO¨ sOK°UI± .Œ«Ë «dº¥uß w≠ UMØ sØ ... rNF± p∑FLß »«œ Á¬ »Uº∫∞« VK©« tºHM° wA∞« ‰u± w® ÊUØ U± v∞≈ ‚uº∞« tF± dLF¥ wK∞« pM∂∞« w≠ w® s¥UØ U± t∞U¥œ ? tO¥« UL≥ U≥ ... U≥¸bÆ t∞öπ° W∞Ëb∞« ÊuJ¢ Œ«Ë wK∞« ”UM∞« «b≥ ... ÂuO∞« …b¥dπ∞« w≠ UNMO∂¢UØ ‹U°Uº∫∞« r≥bM´ ÊUØ U∂¥dI¢ rNKØ «uLØU∫∑OØ ‹UG° U± tK∞«Ë ... …dº¥uß w≠ „UM°_« w≠ rN∞U¥œ X≠U® v∑• v∞≈ »Uº• w® l≠b¢ pM° v∑• wA∞« sO∞«u± ‰U¥œ t∞UØu∞« .rNM± uBKª∑¥ ÍœU¨ ,r≥uKB• »«œ o∫K° uÔK≥Uº∑¥ ? sØUº± uKL´ ‘¬ ? ‘ö´ …b¥dπ∞« w≠ u∞uIOØ wK∞« wA∞« b≥ ,dI∂∞« b≥ u∂∑JOØ wK∞« n¥«dª∞« «bN° «uIO∑∑Ø .? j¨«uJ∞« sO∞«u± ÍbOß√ rK´√ tÒK∞« U≥bN§ s± w® ‹öî U±Ë W∞ËbK∞ X±bî ”UM∞« 59

ÊUL•d∞« b∂´

ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´

wK´ ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞«


ULO∞U° ÊUDKß

wº∞« rF≤ `B∞« vK´ ? W∞Ëb∞« ‰U± w® Ëœ« U± „U¥ ô? b• ‰U¥œ «Ëœ« U± „U¥ ô...‹UØdA∞« u±bî ,”UM∞« u±bî „U¥ ? ...u∫KÅ ...wº∞« rF≤ WM¥UØ W§U• w®Ë UMN≤ s± W§U• w® «u°d{ v∞≈ u¥≈ …Ëö• U≥u∂º∫≤ ...”U° UNO≠ U± UMN≤ s± w≠ ”uKH∞« „«œ UL≤≈ ...ÍbOß√ rF≤ o∫∞« pF± pOA∞U° t≠¸UBL∞« „«œË W∫OCH∞« w≥ „UM°_« .tKØ rN∞« qÅ√ w≥ Èb´√ U± ÍbM´ U± U≤√ v∑• ...X¥Ëœ »«œ ...U≥ b¥ w≠ ÊUº≤ù« t≠dF¥ U± ... pOA∞U° W≠¸UBL∞« s± ·dF¢ U± v∞Ë√ nK∑¥ v∞Ë√ ...`OD¥ s± wº∞« o∫∞« pF± «bG∞ v∑• ...Íe¥e´√ p≥ ‰U• w≠ ÊUØ v∞≈ u¥≈ tK∞« ¡U® Ê≈ rØUMº∑MØ UM≥ w≤Ëd∂ª¢ ÍdJ° ÕU∂B∞« vK´ ôôô60

ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´

ÃU∫∞«

ÊUL•d∞« b∂´ WF¥b° ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞«


ÍËUHMØ bLB∞« b∂´

WOAF∞« w≠ v∑•Ë b≥ pF± Íb¢ pBªOØ b°ôË )WF¥b∂∞( ô ô ô tO≠ p¢uN® w∞ d≥U™ r¢Uª∞« Íe¥e´√ pOK´ w® »cJ≤ U± ...„d©Uî dO¨ ÊuJ¥ U± p≥ ÊUØ v∞≈ ‰uLFL∞« nOØË „UMKD´ U± „U¥ )ÊUL•d∞« b∂F∞( tK≥Uß tOCI∞« ?ÊUL•d∞« b∂´ wº∞« sJ∞Ë w≤ËUMº∑OØ ”U≤ w® ÍbM´ tK∞« )t∂O§ s± ¡w® cî√ b¥d¥( ÃU∫∞« wº∞« ”U°ô „U¥ b≥ ‰«“U± W´Uß gMOMJ∞« b•«Ë b∂π≤ XOG° w≤dIFOØ Ÿ«¸b∞« ? Íe¥e´√ p≤ËUF≤ tO≠ ÊUL•d∞« b∂´ wº∞« UL≤≈ ...w® ÃU∑∫¥ U± W¥UHJ∞« ? U≤√ ? pOK´ uKº∂≤ ÍœU¨ U± „U¥ ÊUØË »Ë¸e± t¥u® w® dO¨ ...U®U• W∂¥dÆ W§U• ô sOF∞«Ë ”«d∞« vK´ ÍbOß u¥≈ 61

ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« WF¥b° ÃU∫∞« WF¥b° ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« tF¥b° ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´


ULO∞U° ÊUDKß

? r¢ j¨UØ w® „bM´ œu§u± ·uA∑Ø X≤U≥ ...pOKª¥ tK∞« V∑Ø« ...V∑Ø« ...U± ÍbM´ Ÿ«¸b∞« ÍbOß« Œ«Ë Ê√ pM± u§dL∞« ...Áe¥eF∞« w∑§Ë“ : wº∞« V∑Ø« ‘¬ )tF¥b∂∞( ozUº∞« bL∫± bOº∞« tK±U∫∞ wF≠b¢ w≤«dBM∞«Ë WLCL∞« ‹ôu± p∞ wÆU° XKÆ ? ‰U• XKÆ wK∞« U≥ )ÊUL•d∞« b∂F∞( ...„U¥ ‹U¢ô« ‰u± p∞ U≤bM´ ‰«“U± XÆu∞« ...tM¥UØ wK∞« wA∞« œU≥ ...UOL≤UL£Ë ÁUOLFº¢ ...Íe¥e´√ w≠UÅ ...w≤ËUHJ¥ sO¥öL∞«œ WºLî qÅU∫∞« ,tK±U∫∞ tOF≠b¢ ...ÊUL•d∞« b∂´ wº∞« V∑Ø« p≤dH∞« s± sO¥ö± fLî ozUº∞« bL∫± bOº∞« .Âöº∞«Ë ? wº∞« lÆu¢ ...ozUº∞« ·dF∑Ø «dL∞« ...w® ÃU∑∫¥ U± w≥ Ác≥ ...U°U© ‰U¥œ p∫∞« «b≥ tOD´ ÊËb¥“Ë ÍbM´ …¸U±ô« .wº∞« Œ«Ë .¸u≠uAK∞ wA∞« b≥ wD´ U± v∞≈ pOKª¥ tK∞« 62

ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞«

ÊUL•d∞« b∂´ WF¥b° ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ )wKF∞( ÃU∫∞«


ÍËUHMØ bLB∞« b∂´

l°Uº∞« bNAL∞« tF¥b° - ÊUL•d∞« b∂´ - ÃU∫∞« )wK´ Ãdª¥( wº∞« Œ«Ë W¥u® w® «uMº∑≤ dO¨ UM∞ vI° U± »«œ u¥≈ ? ÃU∫∞« wº∞« p´«¸œ w≠ p∞ «d§ nOØË tK∞U° ô≈ …uÆ ôË ‰u• ô ‹«¸UOº∞« ? «u∑∂KI¢ U± „U¥ dOª∞« tK∞« UD´ ...dI∂∞« dO¨ ...ÍbOß√ ô tK∞U° ô≈ …uÆ ôË ‰u• ô ‰U¥œ o∫∞« r≥uODFOØ ËôË sOK±UØ dI∂∞« U± ,hKª∑Ø f≤«¸ußô «Ëd∂§ dO¨ ... ÊUÆuº∞« .b• w≠ U≥u¥b¥ «uI° dDî ‹ôË o¥dD∞« W§«d≠ UMÆbÅ v∑• «u§dH∑≤ sOO®U± UMØ ? wº∞« ‘UHOØ UMØ ... UMO≠ Ãdî g•u∞« »u≤œ dO¨ qOÆË ...ÊUØU± wA∞« b≥ ...ËbOB≤ sO¥œU¨ ? wº∞√ wK∂± tK∞« vD´Ë ... ÁbOB∞« s± e´ U± w® ÁbM´ U± ... ÂUF∞« b≥ dOª∞« 63

ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞«

ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞«


ULO∞U° ÊUDKß

WM¥UØ …d±U´ ‹ôË bL•« s° ‰U¥œ tO•UM∞« w≠ UMØ r¢ ... ÂUOªK∞ v∑• rN∞ qîbOØ ,·uK∫∞U° b•«Ë UMO≠ q o¥dD∞« w≠ W´Uß ,sO¥œU¨ .ÊuO±UJ∞« W±öº∞« w≠ tK∞ bL∫∞« U≤¸bÆ U± ◊uDª∞«œ Ãu§ ...sO°uDF± U≤Ëöî r≥u∂∑J≤ ...ÍbOß« rF≤ w≠UA¥ tK∞« w≠ WI¢ ÍbM´ U± p∞ XKÆ ,UM∏¥b∫∞ uF§d≤ ‘U° „UM∂∞« wK∞« s± ...ÍbOß« rF≤ p∞U• w≠ U≤√ v∑• wALMØË√ «dLK∞ r≥«d± qßdMØ r≥«¸œ w® ÃU∑∫MØ bÓ∫Ú∞ ‚uºÚMÓØ U± ...U≥bM´ s± rN∂Oπ≤ wK§d° l± w≤U≥ ...vMº∑≤ b• wMOKKªOØ U± ...¸U∂î« wß«¸ w≠ sO©uD∫± ÍbM´ ”uKH∞« ULz«œ U≤√ v∑• w≠ ËbAOØ „UM°« ...«c≥ u≥ ‰uIFL∞« - ¸«b∞« U±Ë X∂º∞« ¸UN≤ w®u±bªOØ U±Ë WF°d∞« rNOK´ q∂Æ v∞≈ v∑•Ë ...b∫∞« ¸UN≤ w®u±bªOØ s¥UF¥ qE¥ ,t∞U¥œ« ,tßuK≠ cîU¥ ‘U° b•«Ë w® 64

ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞«

ÊUL•d∞«b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞«b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞«b∂´

ÃU∫∞«


ÍËUHMØ bLB∞« b∂´

r≥d©Uî vK´ U≤œUOß u≤uJ¥ ‘U° t∑ÆË w≠ lOC¥Ë U±√ ...tK∞« „¸U∂¢ wA∞« b≥ ‹ôu± w≥ W°UIM∞« rNO≠ hM∞« dO¨ w•b≤ ...U≤√ wM± ‹U§ ÊuØ Ÿu∂ß_« rN±bª≤ ...ËUAL∑¥ ÍœU¨ nOØ rN≠uA¢Ë ”UM∞« o∫° u≠dF¥ ‘U° .ŸuLπ± ÊUØ U± «b≥ ,U≥u§uFOØË ¸u±_« u∂FBOØ dO¨ r≥ rNß«d° uMEOØ rNOK´ nÆu∑Ø wK∞« s± tK∞«Ë w≠Ë »Uº∫∞« w≠ ‹ôUO• w® ...wA∞« sO∞«u± b•«Ë qØ ...rNÒ°« ‰U¥œ ”uKH∞« Vº∫¢ ...W≠uA∞« )Rothchild( bKA¢¸ vK∞Ë Á«¸ tß«¸ t∞ VOπOØ ...w® sO≤U•d≠ U±Ë rN∞U¥œ UJ∂∞U° Ád±U´ ULz«œ bz«dπ∞« øUNß ”UM∞« vK´ ËdLFOØ r¥œ ‰uIMØ wK∞« wA∞« b≥ w≠ U±√ ...Âöº∞«Ë t≥uA∞« uKLF¥ sOO¨U° b≥ s¥UØ ...dOî vK´Ë dOª° w® qØ tIOI∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ wº∞« ô v∞Ë√ wA∞« ÍbOß« rF≤ ,ÁeM± w® qØ ...͸UÆ w® qØ ...«bî w® qØ wK∞« t¥UFº∞« b≥ v∑•Ë tEH•Ë tK∞« ÊU±√ w≠ ...Ë eπF∞« uLKF¢ dO¨ ...u∂KD¥ uKOIOØ 65

ÊUL•d∞« b∂´

ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞«

ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞«


ULO∞U° ÊUDKß

tO≠ p®ô UL± ‰U¥¸ sOºLîË …UO± dO¨ “uK∞« v∑• ÊuJ¥ wK∞« s± d∏Ø« ÊUº≤ù« UG° ‘¬ uKOJK∞ qOÆË t¥u® w® UNO≠ œ«e¢ ¸u±_« wº∞« sØôË ‹UC¥uF∑∞«Ë ...? UNO≠ w® ‹œ«e¢ U± ? ¸u§_«Ë tM¥UØ ...tOK´ uBKªOØ b•«Ë dO¨ uK∞Ë ? WOKzUF∞« ? ô ôË√ ÍbOß« rF≤ ... dI∂∞« ... tK∞« w® s¥b±U• U± dO¨ ”UM∞« .‹«uÆ ‰U• ‘¬ ‹«¸UOº∞« dO¨ ·u® ... dDî ‹ôË o¥dD∞« UL≤≈ ... WM¥UØ Áb≥ ÈuÆ ‹U≠ü« r∑≤« sOA¥U´ ‘U≠ u≥ ‹U≠ü« -

66

ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞«

ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞«


ÍËUHMØ bLB∞« b∂´

s±U∏∞« bNAL∞« ÃU∫∞« - ÊUL•d∞« b∂´ - wK´

? UM•« )qî«œ u≥Ë( b≥Ë ‹«dOª∞« bN° s¥¸Ëb± ... r∑≤« ... tO¥« rK´« tK∞« ... UNKØ ‰«u±_« u∞«Ë nOØ UM• U≤bM´ wK∞« wA∞« b≥ l± ,ÊuF∞« w≠ ÊuJ¥ tK∞« ... rJ∑AO´ ÊuJ¢ nOØ «ËuÆ wK∞« …¸ULI∞« b≥ UM± «Ú�uÒCÚM¥ U± r≥bM´ U± ...¡w® ÓöÓØ …¸ULI∞« Áb≥ W∫O∫Å f≤«¸uß√ w® U± „U¥ ... tO¥≈ dO¨ ... ŸuM∞« «b≥ s± t§U• w® qLF≤ ÍËU≤ Œ«Ë ... bOº∞« b•«Ë l± UN≤Q® w≠ rKJ∑MØ U≤√Ë ÂuO∞« qOK∞U°Ë ...tKØ ¸UNM∞« »¸b∞« w≠ U≤bM´ fO∞u∂∞« w≠ XH® wK∞« X≤«u∫∞« b≥ sO∞«u± UM• sO{¸UH± w≠ wK∞« uC∞« v∑•Ë sOI¥U≠ u¢U∂OØ WßUºF∞«œ Ãu§ ÁUMOK±U´ wK∞« UM• WI≤e∞« t¥bK∂∞«Ë V§«u∞U° «u±uIMØ UMºHM° UM•« ÊU¥e± ◊UO∑•ô« ,rJ∞Uº≤ U± ÍbM´ U± 67

wK´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´

ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞«


ULO∞U° ÊUDKß

b≥ ,WOF© UDI∞ « « b≥ s ± u≥ · uª∞ « U L ≤≈ .tK∞« t° U≤ö° wK∞« b¥bπ∞« ŸuM∞« b≥ WO∂≥öA∞« ? ‘¬ ‰U• w≠ ö∏± ‹UØUA∞« sO∞«u± b≥ .p∞ XKÆ wK∞« U≥ ‰uI¢ U± tK∞«Ë ... ‹UO±«d∫¢Ë d´«uM∞« sO∞«u± b≥ ... »u∑J∞« w≠ U≥ËdIOØ v∞≈ ... wA∞« „«œ r≥bM´ ”˸b± ... ÕdºL∞«Ë ULMOº∞« œU´ b¥“Ë dO¨ p∞ wJ∫≤ ... ÍbOß√ rF≤ «uLKF∑OØ r¢ s± .”U∂∞«Ë ö∂∞« bOF° U≤¸U§ b•«u∞ lÆË ‘¬ l§d¥ »«œ q§«d∞« vMº¢ dOß dOß )wKF∞( ? ÊUL•d∞« b∂´ wº∞« »Ë¸e± U± „U¥ Íôu±√ rJL∞«u¥ wK∞« XÆuK∞ v∑• rJF± U≤√ ô ô ô «uFLº≤ UMOJ∫¥ tOKKî u¥≈ ÊUØ U≤«b• wK∞« bOº∞« b≥ ÍbOß√ rF≤ p∞ XKÆ tOK´ jKî v∑• ,tOK´ U± t° U± ,f∞U§ ¸UNM∞« b•«Ë ,WµO≥Ë ,ÊU¥e± f°ô ,t∞U¥œ …¸UOº∞U° ,q§d∞« b•«Ë bMF∞ q ...t∑H® wMOF° ...p±«bÆ t∑KC≠ U± w® w≠ ÚÁÔœ«ÓdÔ± q±UF∞« t≤Q° t∞ qÆË q∫L∞« ‰u± .UN¥dA¥ w¨U° V≥c∞« ‰U¥œ WLC± 68

ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« wK´


ÍËUHMØ bLB∞« b∂´

? q±UF∞« ÍbOß√ rF≤ tO¥« rNOK´ «uM∂OØ ‰U• ‘¬ ,‰ULF∞« «b≥ sØUº± w≠ rN∞ U≥œd¥ ¸bI¥ wK∞« w® s¥UØ ,wº∞« WLKJ∞« ”«d∞« vK´ t∞ ‰UÆ wA∞« ‰u± ¸UB∑îU° ...rNN§Ë ‰UÆ W≤U±_« ‰u± tO≠ ¸«œ ? qLF¥ ÁbN§ ‘¬ sOF∞«Ë ‘U° r¥UCL∞«œ W∑ß Ë√ WºLî w® tF± b≠d¥ t∞ w≠ «ËdØ«b∑¥ W´Uº∞« „«œË q±UF∞« rNM± dOª∑¥ .sL∏∞« w® qØ t∞ «bîË tOK´ ÈuK¢ qOÆË o¥dD∞« w≠ ö° “U°œ ö° ...t∞U¥œ b´«uI∞U° wA∞« «b≥ ô ô ô v∑• ÊËb¥“Ë .ÍbOß√ lLº¢ ÍœU¨ X≤« U≥ ,Ÿ«bÅ ‰u± ,UM∞U¥œ ◊UO∑•ô« «ËcîUMØ WO•UM∞« b≥ s± …¸UOº∞« w≠ ,Áb•Ë t∞U¥œ ¸u±_« ÍbOØ wA∞« «bî ‰ußdL∞« ...Y¥b∫∞« w≠ p∞ dBI≤ ...t∞U¥œ W∑ß w® «bî ‹u≤U∫∞« ‰u±Ë ,t∞U¥œ Á¸UOº∞« w≠ r≥¸«œË ,lO≠d∞« wA∞« „«œ dO¨ r¥UCL∞«œ «uA± r¢ s±Ë t¢¸UOß w≠ Vظ«Ë WDM¥uA∞« b•«Ë ...uKîœ ...W∞ULF∞« »U∂∞ v∑• dîô l°U¢ b•«Ë «uHÆuOØ ‘«uA∞« ... tOK´ rKºOØ “«œ wK∞« ,wº∞« 69

ÃU∫∞« wK´ ÃU∫∞« wK´

ÃU∫∞« wK´


ULO∞U° ÊUDKß

q§¸ ..q±UF∞« œ V∑JL∞« »U∂∞ uKÅË ...r≥ v∑• t∞ „«b≥ Èb•« X¥u∂∞« b•«u∞ qîœ Ád©Uî vK´ ‰uL∞ ‰UÆË tIK´ ,t∞U¥œ ◊u∂J∞« ‰Ë“ ,V∑JL∞« q±UF∞« bM´ qîb≤ ÍœU¨ ,t≤U±_« wMOD´« V≥b∞« s± d∏Ø√ U± w® s¥UØ U± ,‚U¢ bOº∞« ...dOª∑¥ ‘U° fK§Ë sOK±UØ ‹ULOCL∞« ÁUD´ ...W∞ULF∞« .ÁUMº∑OØ Êü« v∞≈ ÁUMº∑OØ wÆU° qOÆË ,sO∑´Uß ‹“«œ ,W´Uß ‹“«œ ...tK∞« pLK´ ÷U≤ UMº∑¥ U± UO´ q§d∞«...Ãdª∑Ø ‹«b° ”UM∞« q∫L∞« «b≥ t∞ u∞UÆ ,‘«uA∞« „b≥ ‰uºOØ vI°Ë w® ÁbM´ wK∞« ...‰U∂I∑ßô«œ W´UÆ u≥ s¥« w≠ `OD¢ s± vK´Ë ... r¢ vMº∑OØ q±UF∞« l± œUFO± ? Áb≥ ? r¥UCL∞«Ë ,u¥≈ ... «b≥ X¥dH´ .«c≥ UM±u¥ v∞≈ ËUA± ! wA∞« «b≥ W∞ULF∞« w≠Ë ... “U° wº∞« rF≤ d{U• p≤QØ W§U• w® w∞ «uJ• U≤√ v∑• ... VπF∞« VπF∞« w® UM∞ VO§ wK´¬ dOß )wKF∞( - .ŸuM∞« «b≥ s± wAO≠ w®Ë ôuØUØuØ w® ... u°dA≤ W§U• 70

ÃU∫∞« wK´

ÃU∫∞« wK´ ÃU∫∞« wK´ ÊUL•d∞« b∂´


ÍËUHMØ bLB∞« b∂´

...U± w® sO°Ë UMMO° ‘√ ...«b°√ ...? wAO≠ UMO∞Ë UL∞« .tK∞« „¸U∂¢ ... øUª∞« s± t° UM∞ sO§U± U± ...UMBî U± „«b≥ ...Ú�d∂∞« „«œ s± ÁËdAMØ ? “«d• ÍbOß s¥UØ U± ,”UL∞«Ë w® s¥UØ ”UM∞« ‰U• w≠ «uCI∑MØ dO¨ UM•« ÍbOß√ rF≤ Âöº∞«Ë ¸«uª∞« w≠ «uAL¥ UMßuK≠ ...‰uIF± w®U± wK´ wº∞« ôuØUØuØ dO¨ UM∂O§Ë .)wK´ Ãdª¥( wº∞« Œ«Ë -

71

ÃU∫∞«

ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« bK´ wK´


ULO∞U° ÊUDKß

lßU∑∞« bNAL∞« WF¥b° - ÃU∫∞« - ÊUL•d∞« b∂´

,qDO≠Ë ,wAO≠ «b≥ vK´ …¸bN∞« lLº∑Ø wK∞« s± vI∂OØ U± «ËœU°Ë ,ÊUO≠«Ë w¥dO°Ë qOHOºJ¥dDÔØË s± sº•√ ...o©dD≤ wG∂MØ ...qI´ w∞ Âöº∞«Ë rNOK´ w®uLKJ∑≤ UNKØ ,ÃU∫∞« wº∞« „d©Uî p∞ dºª¢ wK∞« UNM± hÆUM± ÁbM´ ...UMOî b•«Ë vK´ p∞ wJ∫≤ w¨U° XMØ W¥u® w® bF° «uJ∫C≤ ...W∂¥d¨ d´«u≤ w® ÍbOß« rF≤ U≤u≠d® j≥d∞« b•«Ë ...p®ôË t° XFLß dO¨ ÊuJ¢ U± dO¨ tL≠ U± ...¸uNA± ...WLO∞U° ÊUDKß ÁuÒLºOØ u≥U≥Ë Ãu§ WLKØ ...u∞uIOØ U± vK´ dI∂∞«œ WLKJ∞« UN§dª± sJ∞Ë ŸuM∞« «b≥ s± t§U• w® w≤œË w≠ t∑¥U≠ .t∑H® U± ÍdL´ pOK´ jKB¢ v∑• UA± v∞≈ ...p∞ t¥¸u¥ öN∞ .pF± «uHÆu¥ „œËb§ l± w´œ« dO¨ ,¸UN≤ w® 72

ÃU∫∞«

ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞«

ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞«


ÍËUHMØ bLB∞« b∂´

dO¨ wÒM∫≤ ÍœU¨ U± ...t∞ q≥Uß w®U± U≤√ v∑• fO∞u∂∞« vK´ t∑DO´ UL∞ dO¨ tK∞«Ë ...tßd´ w≠ .ÊU∑J∞« ‰U∂• w≠ UMN≤ s± Á«u¥b¥Ë .Âöº∞«Ë tM± pOπM¥ tK∞« sO±¬ t≤Q° d∂ª∞« ‚Uß ‘UHOØ ·dF¢ U± ¸UNM∞« b•«Ë ÷¸√ w® rN¥b¥ X∫¢ ÊUØd° t¥«u§ w≠ ”U≤ w® s± rNOK´ tº∂∫± X≤UØ Ê«“Ëœ U≠d® w® ‰U¥œ ·dF∑Ø „«¸ UN° ¸U∂î r≥bM´ U± r≥Ë r¥bÆ ÍUM≥ w® r≥ U± ...U≠dA∞« .rN∑Ød∂° UMFHM¥ tK∞« ... ÊUØd∂∞ v∑• vA±Ë tπ¥«u• UMOî lL§« f°ô p∞U• w≠ q§d∞« „«œ u≠U® wK∞« s± ”UM∞« u≥ rN∞ ‰UÆ wK∞« s± t° uÆU¢ b´«uI∞«Ë Áb´UI∞« vK´ Áu±dØË t° «uLE´Ë t° «u∂•d± ... n¥dA∞« »u∂•Ë ÷¸√Ë r¥UN° w® qØ t∞ «uF≠œË ÁuHO{Ë s¥œu§u± tO≤ ”UM∞« sO∞«“U± ‰U¥œ b¥UI∞« v∑• ...sOM¥UØ sO∞«“U± tK∞ bL∫∞« b¥¸u∂¢Ë «b≥ ÍuA± ...tF± ‘dBÆ U± WO•UM∞« pO∞uL∑∞« ...«b≥ tO¥« 73

ÊUL•d∞« b∂´

ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞«

ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞«

ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞«

ÊUL•d∞« b∂´


ULO∞U° ÊUDKß

dI∂∞« l± p∞ p∫{«Ë ,uß«¸ l± lÒ∑L¢ tLO∞U° t∂O§ w≠ ‹UºOKH∞« qL´«Ë ...u≥ ‰uIOØ U± nOØ ,¸U∂ª∞« uÆUß wK∞« s± U≠dA∞«Ë ...t∞U• w≠ l§¸«Ë »«d∑∞« w≠ rN¥b¥ X•U© ? Íe¥e´√ wº∞« b≥ ·ËdF±Ë b∂´ wº∞« t≠dF¢ »«œ ...rK´ vK´ ¸U≤ s± dN®« ÊUL•d∞« )‹U°ËdAL∞U° wK´ qîb¥(

74

ÃU∫∞«

WF¥b° ÃU∫∞«


ÍËUHMØ bLB∞« b∂´

d®UF∞« bNAL∞« WF¥b° - ÃU∫∞« - ÊUL•d∞« b∂´ - wK´ „¸U° )t±U±√ ‹U°ËdAL∞« lC¥( ...wK´√ UMN∞ ¸√ tÒK∞« rßU° )ÃU∫K∞ r¢ WF¥b∂∞ UßQØ wDF¥( pO≠ tK∞« ÍbOß« rF≤ tÒK∞« rº° ,‰ô√ pO≠ tK∞« „¸U° U± „U¥ ... ÊUL•d∞« b∂´ wº∞« pO≠ tK∞« „¸U° ? „UMKD´ «b°√ ...«b°√ u≠uA¢ ”U° UNO≠ U± ,sOº∞U§ sOº∞U§ wK∞« s± X∞UÆ ÁeM∑¥ Èd® U± wK∞« ...U≤bM´ wK∞« wA∞« b≥ ”UM∞« ÁdJ≠ ‰ô√ ÕU∂B∞« s± UM∞ UNKÆ p° u∞uD≤ w® UMOG° U± »Ë¸e± „UMH® w≠u® u¥≈ ...ÕU∂B∞« lKD¥ v∑• ‰ô√ rJF± U≤√ ‰ô√ ‹UIK∫∞« «b≥ sO∂Oπ´ ...r¥bI∞« wA∞« b≥ ‚Ëb∑Ø ‰«“U± WF¥b° ‰ô ÂuO∞« ‹UM° b≥ ‰U• w≠ w®U± 75

ÊUL•d∞« b∂´

WF¥b° ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ wK´

WF¥b° ÊUL•d∞« b∂´ WF¥b° ÊUL•d∞« b∂´ WF¥b° ÃU∫∞«


ULO∞U° ÊUDKß

o∫∞« U≥bM´ rNBOÆ .tO≠ ◊dH¢ ô w∞U∂∞«Ë Áb∞ t∞ b¥b§ qØ ·u® ...tK∞« „¸U∂¢ pF± ËU§ ...rNBOÆ WF¥b°√ wº∞« rNO≠ wA∞« b≥ ‘« ...t¥«dL∞« w≠ pß«¸ ? ÊUL•d∞« b∂´ qOKÆ ...r¥bÆ dπ∫∞« s± Ÿu≤ w® tO¥« tK±U´ ‘UHOØ W±bªK∞ ÍbOß« rF≤ t°U∑≤Ë .‰uI¥ U± b• bM´ U± ,t≤uI∑± rJOK´ l∂ª± Á«¸ ÊUL•d∞« b∂´ wº∞« sØ ôË l± dO¨ ËUAL∑OØ U± ‹UIK∫∞« b≥ ...tOCI∞« b•«Ë dπ∫∞« fH≤ UNO≠ ... rN∞U¥œ WÅUî tLCL∞« b•«Ë .gIM∞« fH≤Ë V≥c¥( ÊUL•d∞« b∂´ wº∞« U≥u≠uA≤ UM∞¸¬ )UNM´ Y∫∂O∞ Èdîô« WLCL∞«Ë ...Íe¥e´√ u¥≈ „bM´ u≤uJ¥ «d• tO∞ ...dî¬ qJ® X≤UØ v∞≈Ë Ãu§ ÍbOß√ rF≤ w≥ U≥ w≠ w®U± ...WF¥b°√ ·u® ...Áb≥ WL¥bÆ W±bî t¥dB´ Áb≥ ...Èdî_« ‰U• 76

ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞«

ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« wK´

ÃU∫∞« WF¥b° ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞«


ÍËUHMØ bLB∞« b∂´

lÅd± nOØ ÊËdJH∞« b≥ ÍbOß√ rF≤ ·u®Ë « ÍbOß√ rF≤ Í“U∑∞« ¸«œ s± UNKÅ√ ‰uIF± ÊUDHÆ w® ‚u≠ UN≠uA¢ pBªOØ ‰ô√ UL≤≈ UL≤≈ ...…¸Uºî ...UN∞U¥œ o≤Ëd∞« p∞ ÊU∂¥ œU´Ë ‹UIK∫∞« „«œ ‰ô√ ¸¬ ...wπ¢ W°öπ∞« ‚u≠ v∑• ‰ô√ w≠u® u¥≈ )«e∫∞« bîU¥ r£ tO≤–√ w≠ rNFC¥( W°öπ∞« ‚u≠ dO¨ Œ«Ë ...»«œ wπ∑Ø nOØ W¥UNM∞«Ë W¥UG∞« w≠ «uL∞«u∑OØ rN∑OCF° l± «uπOØ öF≠ ? wA∞« b≥ ‰U• ‘U°Ë b≥ ‰U¥œ W∞ULJ∞« w®u∑¥œ U± v∞≈ ‰U∫∞« w≠ vI∂¥ .wº∞« rF≤ wA∞« ? w≤U¢ uM®√ b≥ ‹uî ‹UπKO±œ ‰U¥œ Ãu§ b•«Ë WM¥UØ U± v∞≈ …¸Uºî ...WLCL∞« b≥ ‹uîË ‹UIK∫∞« rN¢uî w® «uF∂¢ b∂´ wº∞« wK´ wº∞« b≥ „bM´ lO∂¥ ·dFOØ ÊUL•d∞« 77

wK´ ÃU∫∞« wK´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´

WF¥b° ÊUL•d∞« b∂´ WF¥b° wK´ WF¥b° ÍU´

ÃU∫∞«


ULO∞U° ÊUDKß

fLF≤ rJAG¥ w® w¨U° U± UNKØ ‹u≤U∫∞« UM∞ lO∂¥ W¥uA´ dO¨ tF± UMOI° v∞≈ wº∞« rF≤ rJ∞U¥œ w® qØ lOLπ∞« ‰U¥œ sL∑∞« UMKÆË r≥¸¬ u¥≈ ? „u§ nOØ ...wº∞« rF≤ r≥U≥ ? ‰U• ‘« ...sL∏∞« ...ÃU∫∞« wº∞« rKJ¢ ‘U≠ w® p∞ wKKª¢ U± ‘« ÊuOKL∞«œ Ãuπ° lOLπ∞« sOK±UØ ‹UºOKH∞« w≠ p¢uN® d≥U™ ‘U≠ „U∂A∞«Ë r¥dJ∞« w∂M∞«Ë rOEF∞« tK∞«Ë .U∂¥dI¢ rNML£ ”«d° v∞≈ XC∂Æ U± ...s¥öL∞«œ WºLª∞« w≠ p∞ X≤U° qÅU∫∞« ...XFLß X≤U≥ ...w® qØ p∞ «uKª≤ w® sJL¥ Èdî√ ‹UOCI± UMOF°U¢ sOOÆU° .s¥UØ U± ”U° w® Á«¸ ÊuØ ozUºK∞ UMKÆ sØ q∂Æ s± UM∞ UN∑KÆ dO¨ sØ .d∏Ø√ UM∞ »U§ „d©Uî dO¨ ÊuJ¥ U± ,ÃU∫∞« wº∞« u°uB∑≤ tKOÆË ‹U§ qO°uLD∞« U≥ t≤U±_« ÁbM´ s± UM∞ VO§ pO≠ „¸U∂¥ tK∞« ‰e≤« )wK´ Ãdª¥( ÍbOß√ rF≤ 78

ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« wK´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞«

ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÃU∫∞« wK´


ÍËUHMØ bLB∞« b∂´

dA´ ÍœU∫∞« bNAL∞« WF¥b° - ÃU∫∞« - ÊUL•d∞« b∂´

? ÍbOß√ rF≤ u¢¸dÆ ‘«Ë U± ÊUº≤ù« bM´ ‘¬ ...dOî UNO≠ W{ËdFL∞« ‰uI¥ U M ≠ ¸ U B ¢ » « œ wK∞ « s ± ... Í bO ß √ rF ≤ u¥ ≈ b•«Ë pOK´ l∂ª± vI∂≤ U± w≠ U± ,UM≠¸UF¢Ë t§U∫∞« dOî UMFLº¥ tK∞« w®Ë d≥u§ w® qLF¢ U± ÍbOß√ rF≤ w® pO≠ ÍœU¨ «b¨ ...W¥UNM∞« t§¸Uî t§U• w® ,dπ• .UM≥ ÍbM´ ÊuJ¢ ? s¥« s±Ë ‚dA∞« s± U§ œU´ b•«Ë w® ...‚bBK∞ pOπ≤ w∞ rN¢u≠ ? …¸UHß w® s± U± „U¥ w® pOK´ l∂ª¥ b• ¸bI¥ U± ...pOK´ tK∞« „¸U∂¢ W§U• 79

ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´

ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´

ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´


ULO∞U° ÊUDKß

w® wîd¢ pBªOØ UL≤≈ ...œu§u± ÍbOß√ u¥≈ .`¥dº¢ ô ,W≤«u¥œ ô s¥UØ U± Á«¸ ,t¥u® ...ÃU∫∞« wº∞« pF± ‚“d∑º≤ ‰«u´ «b¨ œU´ U≤√ ‘U° sL∑∞U° u∑¥œ« wK∞« wK∞« wA∞« b≥ ...ÂuO∞« U±√ w∞ËbH¢ Íb¨ tK∞« ¡U® Ê≈ «b¨ U∂¥dI¢ ÕU© tK∞« `∑H¥ «b¨ )wK´ qîb¥( tK∞« ¡U® Ê≈ -

80

ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´

ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´


ÍËUHMØ bLB∞« b∂´

dA´ w≤U∏∞« bNAL∞« WF¥b° - wK´- ÃU∫∞« - ÊUL•d∞« b∂´ U≥Ë )r≥«¸b∞« tJºL¥( ÍbOß√ rF≤ W≤U±_« U≥ t°U© ‰U¥œ pOJ∫∞« „bF° ¸«b∞« sO∞«u± ¸U∂§ ¸«bK∞ »«œ »«œ “Ëb¢ wº∞« rF≤ p∞ u∞UÆ tO¥≈ s¥e¥«œ UM•U≥ UM• v∑• ÍbOß« Œ«Ë «Ëd∂π≤ UMOG° v∞≈ W¥u® w® u°¸e≤ UMBªOØ ,sO∞U• sO∞«“U± ,‹U¢_« ‹ôu±Ë WLCL∞« ‹ôu± ¸«bK∞ «uAL≤ U± q∂Æ rNOK´ «Ë“Ëb≤ „¸U∂¥ tK∞« UM∞ qF® ... „d©Uî dO¨ ÊuJ¥ U± ... ‚bOMÅ w® w≠ wA∞« „«œ qL´ )wKF∞( pO≠ r≥b•u° .‹UIK∫∞«Ë tLCL∞«Ë Z∞U±b∞« w® qØ tO¥« wº∞« UMKÆ »«œ ‰U• ‘« nB≤Ë sO¥öL∞«œ l°¸√ lOLπ∞« w® qØ UM¥œ« v∞≈ ”«d∞« sOFDI± UMOKKª¢ ÍœU¨Ë »«œ „bM´ s± ? wº∞« ‘UHOØ 81

wK´ ÃU∫∞« wK´ ÃU∫∞« WF¥b°

ÃU∫∞«

wK´ WF¥b° ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´


ULO∞U° ÊUDKß

... s¥dîô« „Ëb≥ v∑• uBKª≤ UMBªOØ WF¥b°√ ‰U• ‘« ...‹U¢_«Ë tLCL∞« nB≤Ë ÊuOK± ... …UOLML¢Ë …UOLF∂ß pO® w® rNODF≤ U± w≠ U± tK∞«Ë V¥dÆ ‰U∫∞« ? ‘ô ‰U• w≠ pOA∞U° ·d©Ë ,”uKH∞U° ·d© U≤√ wMBKî rNODF¢ U± bN§ „bM´ wKKî ? pOA∞« wM± q∂I¢Ë ÃU∫∞« wº∞« ÍœË U¥ tK∞« ? ÊUL•d∞« b∂´ wº∞« w° oO¢Ë ...Õ«eL∞« ‰U¥œ w® X≤ U± ? WF¥b°√ p∞ dN™ ‘¬ ÊUL•d∞« b∂´ wº∞« q∂Æ v∞≈ ‰ô√ p®U• q°e∞« nOØ wA∞« œU≥ ”uK≠ ÊuOKL∞«œ W£ö£ bîU¢ ÍœU¨ qÅU∫∞« „U≥ „U¥ .nB≤Ë ÊuOK± ‰U¥œ pO® „b¥e≤Ë ? w≠UÅ .ÍbOß√ rF≤ VOπ∞« «b≥ s± ‘UMJ∞« ÍbO• ...WF¥b° tOKKî XOG° v∞≈ v∑• )ÊUL•d∞« b∂F∞( ...ÍbM´ œu§u± U≤U≥Ë ...«bG∞ v∑• „bM´ ◊uD∫± 82

ÃU∫∞« WF¥b° ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« WF¥b° ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞«


ÍËUHMØ bLB∞« b∂´

nOØ nOØ rKÆ w® ¸¬ ...rKF≤ dO¨ ¸bIMØ wÆU° tK∞ bL∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ wº∞« ÃU∫∞« wß« tLOKJ∞« b•«Ë wM± lLß« qCH¢ ? ÍbOß√ rF≤ `HM∑Ø ¸UJOº∞« wLJ∑Ø Œ«Ë ...¸UJOº∞« dO¨ «uLJ¥ U± ÂUEF∞« ”UM∞« ÂuO∞« Á¬ u≤UØ U± W∫OHM∑∞« r≥bM´ X≤UØ Â«bI∞« ”UM∞«Ë rNKLFMØ U≤√ ...ULKF∞«Ë UNIH∞« dO¨ U≥uKLF∑ºOØ .Ãuπ° .«Ë“Ëb≤ tÒK∞ U¥ u¥≈ Íe¥e´ ÃU∫∞« bOº∞ XOML¢ ...‰ô√ tIOÆb∞« b•«Ë dO¨ w≠ ...V≥b∞« ‰U¥œ t°U© ‰U¥œ U≤bM´ p∫∞« b•«Ë .ÍËöJ∞« ‰U¥œ ÊUØ u∞uIOØ ...WOM±“ t±bî w® ? ÊUØË ‰U• ‘U° ...ÁËbîU≤ «b≥ v∑• ÍbOß√ p≤d≠ n∞√ …UO± Á¸¬ ...t≠uA≤ U± ö° ...UNOK´ tK∞« ô≈ Áô≈ ô tK∞« ¡U® Ê≈ pO∞ ÍbH≤ «bG∞ v∑• o∫K° ...UMN∞ ÍbOß√ rF≤ rJ∞U¥œ wAKØ ÊuOK± tO≠ bÒOÆ ...»«œ p∞ u∑LK´ pOA∞« U≥ .p≤d≠ n∞√ …UOL∑ßË 83

ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞«

tF¥b° ÊUL•d∞« b∂´

ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞«


ULO∞U° ÊUDKß

ÍbOß√ rF≤ u≥ „U¥ ...UMN≤ s± ÊuOKL∞«œ W¢ö¢ cîU¢ ÍœU¨Ë »Uº∫∞« „b≥ XH® .tK∞« ÊU∫∂ß )r≥«¸b∞« Vº∫¥( „b≥ u≥ t∞U• w≠ ...t∞U• w≠ ...UAG∞« ÍbOß√ ,UAG∞« «c≥ j¨UJ∞« ...”uKH∞ qLFMØ U≤√ v∑• ‘U≠ ‹«c∞U° .`O∫Å ? ÊuOKL∞«œ W£ö£ X¥bÚî u¥≈ nKª¥ tK∞« ...r≥U≥ «uI° Ãu§Ë ÍbOß√ rF≤ Ë“Ëb≤ tK∞U¥ ...WF¥b° ...ÕU°d∞U° rNKîb¥ tK∞« )ÊUL•d∞« b∂F∞( ...XÆu∞« Ëd∂π≤ w°¸U¥ ...‰ô√ ? WNO§ wA∞ rØuKÅu≤ XOG° v∞Ë√ ...sO°Ë¸e± r∑≤«Ë ...ÃU∫∞« wº∞« rØu°bF≤ U± .wº∞« rF≤ rJO≠ tK∞« „¸U° ÊUL•d∞« b∂´ wº∞« W±öº∞U°Ë .W±öº∞U° rNF± qÅË b≠¸« ...…bOº∞« bM´ s± b≠¸« )wKF∞( .»U∂∞ v∑• …dªº∞« .)wK´Ë WF¥b° ,ÃU∫∞« Ãdª¥(

84

ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´

ÃU∫∞« ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞«

ÊUL•d∞« b∂´ ÃU∫∞« WF¥b° ÊUL•d∞« b∂´


ÍËUHMØ bLB∞« b∂´

dA´ Y∞U∏∞« bNAL∞« wK´ r£ )Áb•Ë( ÊUL•d∞« b∂´ Vº∫¥( ...ÃU∫∞« p∞U∏± s± ÍuI¥ tK∞« )Áb•Ë( )Á¸Uº¥ s´ U≠d©Ë tMOL¥ s´ U≠d© lCO≠ r≥«¸b∞« ‰uI¢ U± tK∞«Ë ,UM≥ w® u≥ U± u≥Ë n∑M∑OØ q§d∞« X∑AOØ dO¨ ”uKH∞« ...‚¸“ô« ULF∞« t°¸U{ v∞≈ dO¨ w∞ UO≥b¥ U±Ë ‰ULA∞« vK´Ë sOLO∞« vK´ UNO≠ ...øUª∞« s± UL∞«Ëœ¸u∑ºMØ ‘ö´ .wAO≠ w≠ s± ÍU§ dO¨ wK∞« ‹U¢_« w≠ ô rLî U± ...ÁeL≥ «c≥ w≠ ôË ...w® U≤bM´ U± UM•« t≤QØ Ã¸Uª∞« U≥ ...¸u≠«uJ∞« U≥ ...UMOK´ uK≠uDOØ wK∞« V≤U§_« lO∂∑Ø wK∞« U≥ ...ULMOº∞«œ ‚«¸u∞« lO∂∑Ø wK∞« ¸UL∫∞« dO¨ tL≠ U± vK´ ¸c´ s± ...VOB≤UO∞« `DB∞« ‚u≠ qFπ¥ tK∞« ...`DB∞« ‚u≠ ¸UL∫∞« )qî«œ u≥Ë( .tØd° w® tK∞« ¡U® Ê≈ q°UI∞« l± u≤uJ≤ U± wK∞« s± ...U§d∞« lDI¥ U± ÊUº≤ù« qÅU∫∞« wK∞« s±Ë ...W∂O∂º° …¸Ëdπ± wπ∑Ø wπ¢ wG∂∑Ø .qßUMº∞« lDI∑Ø wAL¢ wG∂∑Ø 85

ÊUL•d∞« b∂´

wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´


ULO∞U° ÊUDKß

«c≥ ‰U• w≠ W∞«u∫∞«œ W¢ö¢ v∞Ë√ Ãu§ w® dO¨ .÷dG∞« tK∞« vCÆË dNA∞« w≠ .t¢«¸uFA° ...w∞u• s± ‘«Ë w∞u• tBî U± „b≥ nOØ nKº∞« ÁbM´ ,tß«¸ l± dO∂Ø q§d∞« Œ«Ë Á«d±ô« )Perruque( tØËd° dO¨ w®U± ... ÓrÚ´Ú“ t∞U¥œ tÒ¥« tL´“ v{uL∞« w∞ l°U¢ UNظUî p∫C∑Ø œU∂´Ë r≥dFA° ... …Ë«b≥« sØUº± rNM¥¸U® Ëb≥ U±√ ...”uK≠ r≥bM´ U± ...rNOK´ .WFKß UNOKª¥ tK∞« w® b• rN∞ ‰uI¥ U±Ë ö° ? ”uKH∞« w≠ w±d¥ dO¨ ‘UHOØ XH®Ë .l≠œ« dO¨ tM¥UØ U± ... »Uº• ÁuªM∞« rNOK´ w® ·Òe´ U± tOK´ ‘ö´Ë ◊uD´“ rN¥bOØ s∂K∞« ”uK≠ sJ∞Ë UN∑KÆ ‰U¥œ Ãu§ vK´ ”uKH∞« XÆd≠ p∑H® p∞U±Ë ? ¸«dF∞« r≥ ...sO¥ö± Ãu§ Áb≥ ...ÍbOß« rF≤ X≤« U≥ b¥“ ,ÕU°d∞« ‰U¥œ jO® ÊuOK± «b≥Ë ,‰UL∞« ”«¸ p≤d≠ n∞√ …UOL∑ßË ÊuOK± ‰U¥œ pOA∞« tOK´ œU´ 86

ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´


ÍËUHMØ bLB∞« b∂´

.pOA∞« tM± XK∂Æ p∑H®Ë ...‰UL∞« ”«¸Ë ÕU°d∞« XML{ v∑• tM± t∑K∂Æ U± pO® Vº∫≤ U± ö° ,"jO®" ÊuOK± ‰uI≤ U± ÍbM´ U± ·ËdF± q§d∞« UO≤U£Ë UL≤≈ ...tH¥U® w∞ X¥U≠ U≤√ v∑• ...o∫∞« pF± .ÍU® ‹UI° U± ÁdØ«b∞« tK∞U° œUOF∞« ? Êu¥eHK∑∞« w≠ U± „U¥ ...wK´ wAO≠UîU± tµON∞« b≥Ë ÁbKI∞« b≥ ô ô ô w® UNOK´ l±Uß X¥U≠ dI∂∞«œ tLKJ∞« b≥ v∑•Ë w∞ dN™ U± bM´ dI∂∞«œ tLKJ∞« b≥ UL≤≈ ...t§U• t¢bOÅ tLCL∞« UNO≠ w® ö≠ ô≈Ë «dA∞«Ë lO∂∞« ÊuJ¥ p≥ �XÚº]∂Ó∞ ...‰UI¥ o∫∞« ...w® ‹dBÆ U±Ë .¸«b∞« ‹ôu± p∑≠U® ÊuØ tLCL∞«Ë ‹UÆö∫∞« tOK´ f∂K≤ ...«b≥ fKH∞« ...‰uI¢ U± U≥bM´ ‘¬ ÊUDHI∞« v∑• p∞U° s± w® w≤UºM¢ U± U≤√ v∑•Ë ! …dπ∫∞« tOCÆ w≠ UM° `CH¢ ÍœU¨ XMØ dO¨ u≥ U±√ ! tK∞« ÊU∫∂ß ...‰U° vK´ ÊuJ¢ p∑OG° u∞UÆ r≥¸b´ s± ...lAI¥ U± ÁbM´ U± tO≠ d≥U™ .¸u´ô« ÃËdH∞« tK∞« UN∞ VOπOØ tπ±Uª∞« t∞uK∞« 87

wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´

ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´


ULO∞U° ÊUDKß

wK´« rOLB∞« w≠ „bM´ ‰U∏±ô« «b≥ .rNFLπMØ U≤«¸ w®U± ... w≤UFL∞U° s¥d±U´ X≤ «Ë ” uK H∞ « w ≠ l Lπ ∑ Ø ” UM∞ « . .. w ≠ U Å .o°«dª∞« w≠ w∞ lLπ∑Ø U± wK∞«" rN∞ XKÆ U± ÊuØ ...W∫O∫B∞« tHºKH∞« tLCL∞« ôË ‹UIK∫∞« w≠ rLª¢ XMØ "ÁeM∑¥ ÍdA¥ ?Z∞U±b∞« ôË tM¥UØ Áb≥ ...U≤bM´ u≥Ë ÊdÆ Áb≥ ...t°U© ‰U¥œ p∫∞«Ë ÁÒb∞ t∞ b¥bπ∞« qØ ...t∞ t∑Iº∞ ‘UHOØ w∑H® XKîœ ,p∑O§ nOØ u¥≈ ...tO≠ ◊dH¢ ô w∞U∂∞«Ë ? tÒK∞U° pOK´ pß«¸ vK´ l≠«b∑Ø X¥b° ...U± r´“ u¥≈ ? XOG° ‘¬ UNO≠ U± ...Áb≥ p≤d≠ n∞√ …UOL∑ßË sO¥ö± Ãu§ .q≥Uß w®U± ¸UNM∞« b≥ ...UMF± ‹¸Ëœ v∞≈ ”U° .p≤d≠ n∞√ …UOL∞« b•«Ë U≥ pK¥U∏± s± ÍuI¥ tK∞«Ë ...nKª¥ tÒK∞« ÍbOß√ ! ”uKH∞« ËU§ nOØ „bF° XN∂M¢ ...ÃU∫∞« wº∞« ¸UJOº∞« b∂§ 88

ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´

ÊUL•d∞« b∂´ wK´

ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´


ÍËUHMØ bLB∞« b∂´

v∑• ...ÕËd∞« tO≠ ‹œ«e¢ œU´ p∞ ‰uI¢ U± tK∞«Ë ‰U∂∞« t∞ X¥œ¸ U≤√ d¥e± ÊUØ ÊuØ ...”uK≠ ö° ¸u≠uA∞« l§¸ ÊuØ W±uA∫∞« ,¬ rØU®U• rØU®U• vI∂¥ ÍœU¨ Ãdª¥ ‘U∑±« tOK´ UD° ...ÂbÆ uD∫¢ dO¨ sJ∞Ë t§U• w® w≠ UNMO´ qLF¢ b¥e¢ XM∂∞« s± ·Uî Èdî√ ŸUØ t°¸e∑Ø X≤UØ wK∞« w≥ Áuî XM° ô ô ? t° XI¢ p∞ »U∫ß« ...Áuî XM° s± ‘¬ q±UFK∞ v∑• UN∞UÆ u≥Ë «b¨ o∫∞U° ...UN≠dFMØ UNKØ ‹UO±d∫¢ „«œ ÍuD± ‘ö´ t≠dF≤ ? «b¨ ...t∑∂O© ,ôuØUØuØ VOπ≤ X§dî wK∞« s± ,¬ ‰U∂• w≠ t∑∂O§ bF° s±Ë l∂®« v∑• rKJ¢ t∑OKî dO¨ ,rN≠dF∑Ø „«¸ ,¸U∂J∞« ”UM∞« b≥«¸ ...ÊU∑J∞« X≤U≥Ë Êœu∞« rNOD´Ë «ËUG° wK∞« u∞uI¥ rNOKKî p∂O§ w≠ r≥d¥«œ ? tF± XKL´ ‘¬ …¸UHº∞« V•UÅ „«œ lO∂¥ w¨U° wK∞« wA∞« „«œ 89

ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´

wK´ ÊUL•d∞« b∂´


ULO∞U° ÊUDKß

? “Ëe´ wº∞« tOK´ U§ wK∞« wA∞« „«œ ... q§d∞« »U§ wK∞« u≥ p∞ ‰UÆ ...WN∂π∞« „«œ UM∞ ËdºLº¥ UG° j¥dA∞« w≠ t∑ßu±dØ qîb¥ UG° w¨œ w¨U° ÂuO∞« p∞ XKÆ qÅU∫∞« ... ÃU∫∞« l±Ë ËbM´ s± Íb≤Ë dπ∫∞« ‰u± „b≥ vK´ VÆdI≤ .wAKØ ? U± „U¥ qØ ÍbM´ s± ÍdA¥ ‘U° wM∞ËUÆ ÃU∫∞« ...t¥≈ .w® «b¨ l§d≤ Íb¨ p∞ ‰uIOØ t∑FLß« UNOK´ U≥ ,WN§ s± l¥U∂∞« U≥ ...UN≤uLJ° t§U§œ «c≥ pOA∞« v∑• ,‹U§ w∞Ë ,WN§ s± ͸UA∞« U± t∞ l≠œ« U± ...øUî ô qî«œ ô ‘U° t° hKª≤ tM± X¥b® .ÊU¥e± ◊UO∑•ô« ...«uKB• rNKØ ‹UJOA∞« «Ëb® wK∞« …b¥dπ∞« U≥ rNOK´ bOI± vI∂OØ ÍbOß√ rF≤ pOK´ tK∞« „¸U∂¢ vK´ t°Uº• ÊUº≤ù« t∞ »dC¥ “ô w® qØ ŸUº¢ 90

wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´

wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´

wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´


ÍËUHMØ bLB∞« b∂´

WMOLß UN∂Oπ¥ tK∞« u¥≈ tKOÆË UMπ¥«u• uFLπ≤ dO¨ UM∞ UI° U± ? «u∞UÆ U± nOØ ÊuHK∑∞« UM∞u°dC¥ w®ËUMº∑≤ U± ‰«“U± t¥u® w® «uI∂≤ ,”U° UNO≠ U± WOCI∞« b•«Ë w≠ «ËdØ«b∑≤ UM∞ sJL¥ «cJ≥ f≤«¸ußôU° oKF∑Ø wK∞« w≥Ë ...tLN± ...UNOK´ rKJ¢ ÃU∫∞« v∑• p∂∫¢ pBªOØ fJF∞U° ...UNO≠ ◊dH¢ p±“ôU± ...W°dC∞« b•«Ë UNO≠ u°dC≤ UM∞ sJL¥ Á«¸ ...UNO≠ UNO≠ u°dC≤ ÍœU¨ w∞UÆ ...hKª≤ ÍœU¨ wK∞« U≤√ ÊUL•d∞« b∂´ wº∞« „bF° t∞ XMB¢ `¥dº∑∞« „bM´ ,XOG° wK∞« qÆ ÂuO∞« v∞≈ ...sO∫∞« w≠ ...w® qØ hKª¢ tØdA∞« „U¥ w® UM∞ X´U{ v∞Ë ,ö∏± UMÆdº¢ v∑• UMOA± ? t§U• sO∫∞« w≠ “Ëe´ wº∞« UMF± uKîb≤ Ë√ ? ‘ö´ U≤b´ U± ...UMÆdß wK∞« ‰U• w≠ UMß«¸ UMKL´ v∞≈ “Ëe´ wº∞« hªOØ sØôË ...rNI∂º¢ dO¨ tØdA∞« w≠ pF± qL´ wK∞« wA∞« „«œ ...UM¥b¥ X∫¢ ÊuJ¥ 91

wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´

ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´


ULO∞U° ÊUDKß

«b≥ s± t§U• w® UMF± qLF¥ ¸bI¥ ...qO°u±uD∞« .WOCI∞« b≥ w≠ ŸuM∞« VOFÅ wA∞« b≥ w≠ rLî u¥≈ ...WK≥Uß ÊuOK± …UO± Ë√ UO± tO∞Ë .WLN± WOCI∞« «b≥ »«œ u¥≈ ...¬ ...pß«¸ l± rNH∑Ø XOK∞Ë v∞≈ tK∞«Ë ÍœU¨ ‘¬ ...ÊuOK± …UOL∞« œU≥ UM¥b® ˸bI≤ ? UN° «Ëd¥b≤ ‹U≤uOÅUDÅœ W£ö£ v∞Ë√ Ãu§ w® «ËdA≤ w≠ hM∞« WKOKI∞U° «Ëœd¥ rN±U´ w≠ ...ÊuLOK∞«œ ‰UL∞« ”«¸ vK´ «ËuK¢ wK∞« „Ëb≥ l± pI• d∂π¢ ÍœU¨ s¥U≠ !rNF± qîœË w§¬ dO¨ ... …eLN∞« „b≥ wK∞« wA∞« b≥ v∞≈ rOEF∞« tK∞«Ë ...rN° bI≤ U≤√ uKLF≤ wA∞« ‰u± »«œ s± XOK∞Ë ,ŸUØ ·uK∫∞U° Âöº∞«Ë …¸bN∞« dO¨Ë w® qØ w≥ ÷¸_« ...÷¸_« ÍbOß√ rF≤ ÍdA≤ UNOK´ UMº∑¥ ...u∞«Ë ôË WK°UI± ô ÃU∑∫¢ U± ...ÂuO∞« ·dD° ·dD° bF° s± UNFO∂¥Ë W¥u® ÊUº≤ù« UNOK´ …bOF° ôË WM¥bL∞« w≠ ô w® ÊuJ¢ U± ◊dA° 92

ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´

wK´

ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´


ÍËUHMØ bLB∞« b∂´

q≥Uß Z±U≤d∂∞« «b≥ p∞ »U§ ”uKH∞« ,…œu§u± ÷¸_« ,tM¥UØ ‘¬ tO∞ ...s¥œu§u± ÍœU¨ wK∞« ÷¸_« p∞ ͸u¥ ÍœU¨ wK∞« ÊuJ®«Ë o¥dD∞« UNO≠ p∞ “Ëb¥ ÍœU¨ wK∞« sJ®« ? `KB¢ dOßË uC∞«Ë UL∞«Ë WLOI∞« U≥bM´ wK∞u¢ ‘U° vK´ X±e• rNK∞«Ë wA∞« w≥ w® qØ ...dOßË ...t§U• w® Xظœ ô ,‰uIFL∞U° rN¢b∂§Ë p´«¸œ .wM± lLß« ...‰U° vK´ dNE∑Ø v∑•Ë ...‰uI∑Ø ‘¬ ”UM∞« lLºMØ wK∞« U≤√ wA∞« œU≥ s± t§U• w® UNO≠ Á«¸ …b¥dπ∞« hÆUM± p≥ ‰U• w≠ ÊUØ v∞≈ w® «Ëd¥b≤ u≥ tKØ wA∞« b≥ s± qNß wK∞« tK≥Uß ¸u±_« Õ«uº∞« ‰U¥œ wA∞« b≥ l± ...qO¢Ë√ t° wM∂¢ uHKºOØ wK∞« ¸bI∞« „«œ dO¨ ...W¥u® w® wK∞« ÍbM´ ,s¥œuπ± u≤uJ¥ dO¨ ...dOª∞« jOA¥Ë ◊dA∞« b•«u° UL≤≈ ...wF± nÆu¥ ? u≥U± tOLº∞« tODF≤ wK∞« U≤√Ë ...tK°UI≤ wK∞« U≤√ bF° s± u≠uA≤Ë 93

wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´

ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´

ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´


ULO∞U° ÊUDKß

Áœu§u± ÍbM´ tOLº∞« Áb≥ u≠uA≤ ¸«bK∞ ÊuHK∑∞« »dC≤ „bF° wMOKîË w≠( ...uKDF¢ rN∑H® ...‰«“U± v∞Ë√ «uKÅË ‘«Ë ...ÊuJ®« ...¸«bK∞ b• U§U± tO¥« ...u∞¬ )n¢UN∞« U≤U≥Ë ÊU¥e± ...rN∑Kîœ b•«Ë w® tF±Ë “Ëe´ wß ...bF° „dA∂≤ wMOKKîË wMKD´ ‘¬ ... w§U± «bG∞ v∑• ...r∫∞ w® w≠ UM•« »«œ tO∞ ? r∫K∞« wJ∫≤ dO¨ wMOKKî ...W©UD∂° wCÆ ...tK∞« `∑H¥Ë ‹UIK∫∞«Ë WLCL∞« „«œ vK´ qIF∑Ø tOÆU° ...p∞ «dL∞« b•«Ë UM∞ X°U§ X≤UØ wK∞« Z∞U±b∞«Ë rN∑F° U≤U≥ w® XOG° U± Œ«Ë U≥bM´ s± rN∑¥d®«Ë XF°Ë sO¥öL∞«œ Ãu§ ...‰U• ‘U° w∞ qÆ ...ÂuO∞« tK∞« »U§ ...UN° q•«Ë X≤UØ wK∞« r¢Uª∞« „b≥ v∑• UºM∞« b≥ )wKF∞( ô ...ÂuO∞« ÕU°d∞«œ ‰uI¢ ‰U• ‘« Ãu§ d∏Ø« ô√ ô√ )n¢UN∞« w≠( ‹Uª≤uM± ‰U• ‘« ...`°d∞«œ p≤d≠ n∞√ …UOL∑ßË sO¥öL∞«œ ÍœU¨ XMØ )wKF∞( `°d∞«œ p≤d≠ n∞√ …UOLºLîË “U° qÆË )n¢UN∞« w≠( p∞U¥œ ‰U¥¸ n∞√ 100 vºM≤ ...? U≤√ ...? ”uK≠ s¥« ? ‘UHOØ ...¬ ...pK§«d∞ ? w≤U¢ tÆ¸Ë UM¥≈ ...”uKH∞« vK´ „bMF∞ U§ q§d∞« ...? ‘ö´Ë ...ÊuOKL∞«œ WºLî tO∑OD´ wK¥Ë√ UN∑OKî ? V∑J≤ wA≠dFMØ U± ...? tÆ¸Ë s± ‘¬ 94

wK´ ÊUL•d∞« b∂´


ÍËUHMØ bLB∞« b∂´

t±bª∞« tK¥Ë√ )n¢UN∞« Ÿb¥( pO≠ Ãdª¥ tK∞« ...wK´ qO≠«dß« UNO≠ ◊UÅ ÂU´ ‰U¥œ ? ”U°ô „U¥ !‹öî ? “Ëe´ wº∞« U± „U¥ p∞U± rN∞« qÅ√ u≥ ...ÂöE∞«Ë rN∞« tOK´ “eF¥ tK∞« ? bF° p∞U± UM° U≥¸«œ ...X≤« v∑• p∞U•Ë w∞U• qOL¥ ? ÊuJ®« ÃU∫∞« ÍbOß ? pOA∞« U± „U¥ s± ...ÍbM´ s± ...XBKª¢ ‘U° ”uKH∞« ¸UL∫∞« s° U≤√ ‰«“U±Ë ËU§ ͸«œ s± ...͸«œ „¸U∂¢ «dL∞«Ë ...Íb¥ jª° «d∂∞« t∞ V¢UØ ...dîô sOKI∑± ,rN¢UD´ ”uKH∞« ¸¬ UN∞ u∞UÆ dO¨ tK∞« .UNOK´ q±UF∞U° pOK´ wº∞« u¥≈ w≠ UN¥b¥ dO¨ tBî U± ,tß«d∞ U≥UCÆ .UMN≤ s± ÊuHK∑∞« t∞ »d{ w®U± w≥ s¥≈ w≠ ...ÊuHK∑∞« ¸¬ ...»«œ UN∞uI∑Ø œU´Ë ? …dLM∞« w≥U≥ ... 95

wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´

wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´


ULO∞U° ÊUDKß

pß«¸ p≠ u¥≈ wº∞« w≥U≥ ÁËd∂π≤ dO¨ w°¸U¥ UAF∞« r≥bM´ r≥ …œUFß ¸«œ Íb≥ u∞¬ )n¢UN∞« w≠( XJß« ,XJß« U≤¬ ÊuJ® ...pO≠ „¸U∂¥ tK∞« w∞ Ë“Ëœ wº∞« q±UF∞« ...wMO¨U° tO¥« ...Õ«uK∞« ÊUL•d∞« b∂´ ...? )wKF∞( ...wK´ VKIOØ u≥Ë ÕU∂B∞« s± ...œu§u± W¨ö± w® dO¨ Áb≥ qOÆË Õ«e± w® s¥UØ tKODº° sO∞UØË l± rF≤ ...u∞¬ )n¢UN∞« w≠( VKØ tº∫∞ pL≠ »d{« UMN≤ s± ...ÍbOß√ rF≤ U≤√ b≥ ...ÍbOß√ ...d¥“u∞« Uî wºK°«d© ÃU∫∞« wº∞« ...ÊuHK∑∞« rF≤ „bM´ vAF∑¥ ÍœU¨ p∞ ‰UÆ …¸U±ùU° w®¸bI≤ U± ...tK∞« œUFO± U®U• ...«b°√ ...ÍbOß√ WºLî w® ÍbM´ s± Èœ« u≥ ...ÍbOß√ rF≤ ...ÍbM´ ‰«“U± t∞U¥œ pOA∞«Ë tFKº∞«Ôœ sO¥öL∞«œ ÍbOß√ rF≤ U≤√Ë ...oKîU± ÁdL´ - ...w® ÍUØU± U± ...¸«b∞« w≠ ...ÍbOß√ rF≤ ...w∞U¥œ w∞ «uAL¥ ...ÍbOß√ rF≤ «uπ¥ v∑• UMØ U≤U≥ ...ÍU® „d∫∑≤ w≠UÅ )n¢UN∞« lC¥( ,ÍbOß√ rF≤ ...ÍbOß√ rF≤ ...w∑∫OC≠ ÂuO∞« 96

ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´

wK´ ÊUL•d∞« b∂´


ÍËUHMØ bLB∞« b∂´

u∞«Ë XLN≠ U± Íôu± uî ôË d¥“u∞« uî ô u≥ U± ,w∂¥eª∞« b∞Ë UM±«bÆ rKJ∑OØ «b°«Ë ÊuHK∑∞« e≥ dO¨ ...tO°« wK∞« UMFLºOØ «b≥Ë w® ‰uIOØ „b≥ ...«d∫∞« .sOK¥Uß UMØu¥¸ ...W´u∂C∞« ‰U• w≠ UM•Ë ...UG° ! ...oO∑¥ wK∞« ÊuJ® t∞U¥œ Y∫∂∞« qL´« q±UF∞«Ë ÊuHK∑∞« j• u≥ dO¨ WDßu∂∞« ...w∞U¥œ rßô«Ë w∞U¥œ …dLÒM∞« ·d´«Ë t∞ U≥uD´« tKØ XÆu∞« b≥ ËUI°Ë ...WDßu∂∞« w® ·dF∑Ø U± tO∞ q±UF∞« Œ«Ë r≥U≥ o∫K° ...»u¨eL∞« «b≥« p±uظœ wK´ “ ...p° dO¨ «Ëb°« ô tK∞« ¡U® Ê≈ ...sO¥U§ s± ...¸«bK∞ rNK߸ q±UF∞« ...ÊuJ® ...w≤bÒ¥e± .UMN∞ «uπ¥ ÍœU¨ ,wAO≤Ëd∂π¥ ÍœU¨ U± v∞≈ ? ”uK≠ w® p∞ X¥bî ‘ô U≤√Ë ¸¬ p≤d≠ n∞√ …UOL∞« „«œ bF° ¸¬ ? pO≠ ‹UI° ÍbOß√ w≥U≥ w≤b¥e¢ w¨U° œU´ ...tKØ rN∞« »U∂ß u≥ X≤« ÷dG∞« tK∞« vCÆ ...ÊuLOK∞«Ë ,qO©ö∞ 97

wK´ ÊUL•d∞« b∂´

wK´ ÊUL•d∞« b∂´

wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´

wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´


ULO∞U° ÊUDKß

r¢Uª∞« t∞ XF° wK∞« X≤« ÍbOß√ u¥≈ rKF¥ U± rKF∞« w≠ ÊUØ sØ ŸUØ Á«¸ sØ p∞ XKÆ U± nOØ …dπ∫K∞ t∑N∂≤ ÊuØ U≥«œ« U± U°UD∞«œ p∫∞« w≠ v∑• dîü r∞UE∞« s° lL©« u≥ ...t≠dFMØ ...tH¥U® w∞ o°Uß bF° U≤√Ë WLCL∞«Ë ‹UIK∫K∞ Áb¥e± ...wM±bI± UNOK´ ÍbOß« UNKØ ‹u≤U∫∞« tO∑OD´ sØ ...Z∞U°b∞«Ë pOK´ ‘ö´ w≠ ‹UIK∫∞« Xº∂∞ wK∞« U≤√ ...UN° X±e• U≤√ tO∞ ,”uKH∞« p∞ u≤U° t∂ß vK´ XMØ wK∞« X≤« ...tO≤œË ...ŸUØ wK´ w® X°d§ U± ...u∞«Ë aºH∑Ø XOI° UØ dªº∑≤ XOA± „U¥ .‹U¥UJ∫∞« ‰u± U≤√ ...‰U∏±ô« ‰u± U≤√ tO∞ «b¨ vK´ tF± ‹¸dÆ wK∞« u≥ U≤√Ë ‹uGOØ VOºM∞«Ë ,‹UA± wßuK≠Ë ,UA± w∞U¥œ tK∞« „¸U∂¢ wK´ w≠ p¢uN® wK∞« U±√ ...X¥b° wK∞« X≤« ÍbOß√ ...t°U§ wK∞« u≥ “Ëe´ wº∞« „«b° pOK´ ,b• w® UNOK´ bO∞« tF± q±U´ Á«¸ ...t° oO∑¢ „bM´ tO¥« w®u≠dFOØ U± p∞ ‰UÆ dîö∞ 98

wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´

wK´

ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´


ÍËUHMØ bLB∞« b∂´

,tOK´ «ËuK¥ «uAL¥ dO¨ wM¢œËU´ „bM´ wMO¢dJ≠ .„b≥ w≥ „b≥ Á¬ rNF±Ë ¸«b∞« w≠ …¸UHº∞« ‰u±Ë ¸«b∞U≠ “Ëe´ vA± fO∞u∂∞«Ë ...«Ëb≤U°«dDMØ ...W¥d® WFO∂∞« U≤dL´ dπ∫∞« „«œ Ëd∂§ v∑• ËUA± v∞≈ ...¸«bK∞ tM± UM§dî ô .qOÆË rNLKF≤ wAL≤ u≠uA≤ ,UM° UNKL´ UM° UNKL´ «b≥ ...fKØ« fKØ« .tK∞« UN§dª¥ ÍœU¨ s¥« w≠ p° `®¸ ...“U° ...¸UJOº∞« w≠ wLJ¥Ë w∞ ÈuªM∑OØ œU´Ë w∞ wJ∫OØ œU´ ...t∞ XMB∑MØ ¸UL∫∞« U≤√Ë WN∂π∞« ÊUDKß vK´Ë …¸ULI∞« vK´Ë WOH©UDª∞« vK´ tLO∞U° p∞ XKÆ w®U± ...„b≥ u≥Ë ... WLO∞U° ÊUDKß t≠dFMØ ! UN∞uI∑Ø U°«œ œU´ ‹dJH¢ œU´ u¥≈ ÕËd∞« wM± Ãdª¢ ÍœU¨ „«¸ p∑≠ô“ wK´ ‚d{ ÂuO∞« 99

ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´

wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´

wK´ ÊUL•d∞« b∂´ wK´ ÊUL•d∞« b∂´


ULO∞U° ÊUDKß

XHÆË qO°u±uD∞« b•«Ë U≥ )ÃËdªK∞ V≥Q∑¥( rNF±Ë «u§ r≥U≥ w≠UÅ )Ác≠UM∞« u∫≤ V≥c¥( dî¬ b•«Ë w®Ë “Ëe´ v∑• XKLØ w≠UÅ rN∞u∞uI≤ ÍœU¨ ‘ö´ v∑• w®UMIH¢« U± -

100

wK´

ÊUL•d∞« b∂´ wK´


ÍËUHMØ bLB∞« b∂´

dA´ l°«d∞« bNAL∞« )ÊUO©d®Ë e¥eF∞« b∂´Ë “Ëe´ qîb¥( rJOK´ Âöº∞« ,ÊUL•d∞« b∂´ wº∞« pK¥UF≠ w≠ …dîô« Áb≥ ŸUO° XOK∞Ë ? Õ«uK∞« ÊUL•d∞« b∂´ wº∞« X≤√ ...wº∞« UM∑Jß X≤√ ...UMN∞ t∑∂§ wK∞« X≤√ o∫K° ...ÍbOß√ rF≤ ...pF∂∑≤ ÍœU¨ wK∞« ! “Ëe´ wº∞« „U¥ ¸«bK∞ fO∞u∂∞« UMK߸ wK∞« ÊuJ®«Ë w≠ rØuI∫K≤ v∑• ...’öî U≤u∑Jß ÍbOß√ wK∞« ‰uI¥ rJO≠ b•«Ë qØ W´Uº∞« „«œË oOI∫∑∞« ‘U° pπ¥«u• lL§« ÊUL•d∞« b∂´ wº∞« ...UG° .UMF∂∑¢ ? ÍbOß√ s¥ô ...wº∞« ·uA¢ »«– bº≤ v∑• UM≥ vI∂≤ U≤√Ë pπ¥«u• lL§« X≤« v∑• ô ? ÍbOß√ U≤Ëb¢ ÍœU¨ s¥ôË WLO∞U° ÊUDKß bMF∞ 101

)W´uLπL∞«( “Ëe´ w©d® ÊUL•d∞« b∂´ e¥eF∞« b∂´ “Ëe´ w©d®

ÊUL•d∞« b∂´ w©d® wK´ w©d® wK´ w©d®


ULO∞U° ÊUDKß

W¥UNM∞«

? Áu∑C∂Æ ô ...ô ? q±UF∞« bMF∞ ôô? ¸«bK∞ ÍbMF∞ ô.f∂∫K∞ -

102

wK´ w©d® wK´ w©d® ÊUL•d∞« b∂´ w©d® dî¬ w©d®


…hÉØæc óª°üdG óÑY

äGOÉ``¡`°T 103


Soltan ɪ``«``dÉH Balima ¿É`£∏°S

104 2


…hÉØæc óª°üdG óÑY

…hÉØæµdG óª°üdG óÑY ¬``à`aôY ɪc

*õ```jõ``YGh ôgÉ£dG •

,…hÉØæµdG óª``°üdG óÑY ΩƒMôªdG øY »ãjóM É¡H CGóHCG IQÉÑY óLCG º``d ìô``°ùªdG IÉ«M øe áeÉg Iôàa »``a º«ªëdG ≥«aôdGh õ``jõ©dG ≥jó``°üdG Gòg ,¥ƒeôe »°ùfôa »©eÉL PÉà°SCG »d É¡dÉb áª∏c øe ≠∏HCGh π°†aCG ,»``Hô¨ªdG Iôàa »a ø``«dhDƒ°ùªdG óMCG ¿Éc …ò``dG J. Seloss ¢``Sƒ∏«°S ∑É``L ºdG ƒ``g áæ°S ø«KÓãdG ƒëf ΩGô°üfG ó©H ,¬à«≤àdG ó≤d .á°VÉjôdGh áÑ«Ñ°ûdÉH äÉ«æ«°ùªîdG á«fÉ°ùf’G Ωƒ∏©dGh ÜGOB’G á«∏c ɡશf Ihóf áÑ°SÉæªH ,É``°ùfôØH ¬bÉëàdG ≈∏Y º«¶©dG ¬Môa øY √ô«Ñ©J ó©H ,»d ¬dÉb Ée ∫hCG ¿Éch . 1992 áæ°S •ÉHôdÉH ∂∏J »a É≤M ™ªàLG ó≤d ,IôàØdG ∂∏J äÉjôcP IPÉ©à°SÉH ¬JOÉ©°Sh ÉæFÉ≤d OóéàH á«JGòdÉH â©æj ¿CG øµªj ’ ¿C’ ¬àª∏c äôàNG óbh ,¿hRÉàªe ¢SÉfCG Iô``àØdG ¢Sƒ∏«``°S ä’Éée »a Gƒ∏ªY áHQɨªH ¢Uƒ``°üîdG ≈∏Y ≥∏©àJ IOÉ¡``°T »a ¬Ñ∏b AÉØ°Uh ¬FÉcP óbƒJ πãe »a É°üî°T âaôY ¿CG »d ≥Ñ°S ɪa .ÉeÉJ Ébó°U .¬∏ª©d ¬ÑMh ¬àbGó°U ¢Uƒ∏Nh âbQÉa ¿CG ó``©H á``°VÉjôdGh áÑ«Ñ``°ûdÉH πªYCG âæc ÉeóæY ÉæaQÉ©J ó``≤d ò«©e ƒgh ,ø«jhô≤dG á©eÉéH »Yô``°ûdG º°ù≤dG øe ≈dhC’G áæ°ùdÉH á``°SGQódG ¥ƒ≤ëdG »a ≈dh’G áæ°ùdG IOÉ¡``°T πªëjh •ÉHôdÉH ∞``°Sƒj …’ƒe ájƒfÉãH øµªàJ ¿CG π``Ñb ,ÉæàbGó``°U ≥∏£æe á``≤«≤ëdG »``a ¿Éch .á«``°ùfôØdG á``¨∏dÉH É¡ª¶æJ âfÉc »àdG á«Mô``°ùªdG ÖjQGóàdG CGÉæKCG ∑ôà``°ûªdG πª©dÉH Égô``°UGhCG øY ¬KóMCG ÉfCGh ô«Ñc √ÉÑàfÉH ≈dEG ≈¨``°UCG ¬fCG ƒg ,∑GòfBG á°VÉjôdGh áÑ«Ñ``°ûdG .»©eÉL PÉà°SCG (*

105


ɪ``«``dÉH ¿É`£∏°S

¿CG ¿hO º∏©àªdG ÜÉÑ``°ûdG ∫ÉH π¨°ûj ¿Éc …òdG »eÓ``°SE’G »Hô©dG çGôàdG ï``°SGQ ƒg Ée ø«H ≥jôØà∏d ¢VôYCGh ,Ωƒ«dG πãe É©FGP ¬æY åjóëdG ¿ƒ``µj ¿Éch .Ωƒ∏©dÉc QQƒ£àdG IQhô«°S »a πNGO ƒg Éeh øjódGh á¨∏dG πãe ¬æe ¢SÉ°SCG ≈∏Y Ωƒ≤J ábGó°U OÓ«e É¡«a äQõM Iô¶f âeÉ``°U ƒgh »dEG ô¶æj ,πª©j Ée πª©j πLQ ΩÉeCG »fCG É¡«a âaôY ɪc ,∫OÉÑàªdG ôjó≤àdG øe ø«àe ¬JócCG ôeCG ƒgh .ó∏ÑdG Gòg áaÉ≤Kh √ó∏Hh ¬∏ªY Öéj É≤M ¬fC’ ,𪩫``°S Ée hCG .IóY äÉÑ°SÉæe ,ó©H ɪ«a .»d ,∫Ó≤à``°S’G ájGóH óæY …hÉ``ØæµdG ¬«a ô``µa É``e ∫hCG ¿CG ≈``°ùfCG ’h âaÉ¡àj ɪe ôãcCG ∞``≤ãªdG ÜÉÑ``°ûdG ≈∏Y É¡``°ùØf ¢Vô©J Iô«ÑµdG ∞FÉXƒdGh ¿CGh ,É¡∏gCG º«∏©Jh ø``jƒµJ »a ºgÉ``°ù«d ájôb ≈dEG πMôj ¿CG ƒg ,É¡«∏Y ƒ``g iôNCG áÑ``°SÉæe »a ∂dòd ≈©``°Sh πH ,ô``µa ɪc ,¬©e ™``«£dÉH »æÑë``°üj πª©dG »a óMGƒdG ¢üî``°ûdÉc Éæ∏¨à``°TG ¿Gò∏dG øëfh π©Øj ’ ∞«ch .á≤M’ ≈dEG »à°SGQO ∫ɪµà``°S’ Éahô``°üe ¿Éc ∑Gòæ«M »ªg øµdh .»Mô``°ùªdG .á°VÉjôdGh áÑ«Ñ°ûdÉH »∏ªY ÖfÉL »a á«Mô``°ùªdG ÖjQGóàdG ∫Ó``N …hÉØæµdG óª``°üdG óÑY ∑QÉ``°T ó≤d »a ø«∏eÉ©dG ácQÉ°ûe âfÉch .ÉfÉ«MCG êGôN’Gh QGƒëdG ™``°Vhh ¢SÉÑàb’G ≈dEG Éaô``°üæe ÉæægP πc ¿Éch .iôNCG ≈dEG ájGhQ øe ∞∏àîJ ∫ÉéªdG Gò``g ≈dEG 샪£dG ™e É¡d ¢ü°üîªdG ≥«°†dG âbƒdG øe ºZôdÉH ÖjQGóàdG ìÉéf ¥ƒ≤M »a ∑Góæ«M ôµØf øµf ºdh ,ΩÉàîdG »a á∏eÉc Iô«Ñc äÉ«Mô°ùe ºjó≤J ,¥ÓîdG ¢†©Ñd É©aQ ,âMôàbG ΩÉjC’G øe Ωƒj »ah . ¬Ñ°TCG Ée hCG ∞«dCÉàdG ±hôëdG ¢†©H øe ¬àÑcQ QÉ©à°ùe º°SG âëJ äÉjGhôdG ´ƒªée πé°ùj ¿CG ,π«ch É£Y ƒgh .äÉjGhôdG √òg ¢SÉÑàbG hCG ™°Vh »a ø«ªgÉ°ùªdG Aɪ°SCG »a Ö൪H É¡∏«é°ùJ ºJ Gòµgh .…hÉØæµdG º°SEG øe ¢Uƒ°üîdG ≈∏Y ¬«a ±ÉµdGh .∞«dCÉàdG ¥ƒ≤M …hÉØæµdG óª``°üdG óÑY ΩƒMôªdG áLhR »æJôÑNCG ÉeóæY âØ``°SCG óbh 106


…hÉØæc óª°üdG óÑY

ºLôJ ¬fCG ∂dP ,¬«∏Y »æ©∏WCG ób …hÉØæµdG ¿Éc ójôa πªY »∏Y ôã©J ºd É¡fCG øe á°ùÑà≤e »g »àdG RhõY º∏©ªdG á«Mô``°ùe øe πbC’G ≈∏Y ∫hC’G π``°üØdG IOƒ©H ™àªà°ùj ¿CG ÖMCG ó≤a ,á«∏«Ñ°TG ¥ÓM áahô©ªdG á«``°ùfôØdG á«Mô°ùªdG ,áHQɨªdG ¢SƒÑd â``°ùÑd ¿CG ó©H á«°ùfôØdG É¡à¨d ≈dEG »``°TQÉeƒH á«Mô``°ùe ,Iô«Ñc áYô``°ùH ÖjQGóàdG óMCG AÉæKCG π``°üØdG Gòg êQOG ó≤d ! ¢``SƒÑd …CGh ’EG á°UÉîdG Égô«HÉ©Jh É¡dÉãeCGh á«Mô``°ùªdG á¨∏d ¬∏≤f »a ∞bƒJ ¬fCG ôcPCG ’h øµeCG GGPEG : »d ∫É≤a z»fGô``°üf ôaÉc ¬Ñ∏b{ IQÉÑ©d ¬àªLôJ óæY IóMGh Iôe ¬Ø°Uh øµªj ∞«µa ôصdÉH ΩòdG ¬Lh ≈∏Y Ö∏≤dG ∞°Uh á«``°ùfôØdG á¨∏dG »a á¨∏dÉH »àaô©e ájƒ≤J πLCG øe É©dƒe ∑Gòæ«M âæch ,¬àÑLCÉa .»fGô°üf ¬fCÉH ¿EG ¬d â∏≤a ,äɪ∏µdG ∫ƒ°UCG áaô©ªd á«°ùfôØdG ¢ù«eGƒ≤dG IAGô≤H ,á«°ùfôØdG ∫ÓN Ωƒj äGPh .chrétient øe π``°UC’G »a äAÉL óbh crétin áª∏c ábôa IQÉjR QGô``Z ≈∏Y ,á«``°ùfôa á«Mô``°ùe ábôa ÉæJQGR ÖjQóàdG Gò``g CGô≤a ,J. Vilar QÓ«a ¿ÉL á``°SÉFôH »°ùfôØdG »Ñ©``°ûdG »æWƒdG ìô``°ùªdG .ó©H ɪ«a É¡ªJCG ¬fCG º∏YCG ’h .É°ùfôØH Égƒ∏㪫d á∏eÉc áªLôàdG √òg πª©dG ≥MÓJ øe ºZôdÉH ,ÖjQGóàdG √òg ¬«a äôL …òdG ƒédG ¿Éch ÖjQGóàdG √ò¡H …hÉØæµdG á©àe øµdh ,É≤M ágõf ƒL ,QÉ¡f π«d ø``jQɪàdGh √òg á``°UÉîdG …ôjƒ``°üJ ádBÉH ¬d äòNCG ó≤dh ,¬Ø£dh ¬MôªH Iõ«ªàe âfÉc óMCG áeɪY ÖjQóàdG »dÉ«d ióMEG »a ¬°SCGQ ≈∏Y É¡«a ™``°Vh »àdG IQƒ°üdG â°VôY ÉeóæY ÜÉ£°ûdG ájGQh ìÉéæH √Qhô``°S øe ,¬fCG ôcPCGh .ø«∏㪪dG ô«NC’G ó¡°ûªdG »a ø«``°übGôdÉH ≥ëàdG ,1956 áæ°S õjQÉÑH ºeC’G ìô``°ùªH Gòg á«dÉàdG IQƒ``°üdG ô¡¶Jh .ø«∏㪪dG ¢SÉÑd ¢``†©H áYô``°ùH ¢ùÑd ¿CG ó©H .…hÉØæµdG ¬«a óÑj ºd ¿EGh ó¡°ûªdG »a ácQÉ``°ûª∏d É¡HÉgP πÑb »Hô¨ªdG π«ãªàdG ábôØd Gôjóe ¬``æ««©J ºJh ôcPCG ¿CG ’CG ∂∏eCG ’ »``fEGh .(1956 ƒjÉe 27-25) õjQÉÑH ºeC’G ìô``°ùe á©FGôdG ácQÉ``°ûªdG √òg ∫ƒM √ôjô≤J »a ¬Ñàc ɪe ¬«∏Y »``æ©∏WCG Ée ¢``†©H 107


ɪ``«``dÉH ¿É`£∏°S

QƒcòªdG ¿ÉLô¡ªdG »a IQGó°üdG ¿Éµe É¡H â∏àMG »àdGh ,á«Hô¨ªdG ábôØ∏d ,Éæ∏eCG øY ’hCG ô``ÑY ó≤a .∑Gòæ«M á«``°ùfôØdG óFGôédG ™«ªL É¡H äOÉ``°TCGh ¥ÉØN’G ádÉM »a ¬fCÉH ÉfQƒ©``°T øYh ácQÉ``°ûªdG √òg ìÉéf »a ,√ÉjEGh É``fCG »a ,äÉYƒªée çÓK »dEG á°ùªîdG ábôØdG …ô«``°ùe º°ùbh .ÉfGƒ°S ΩÓj ød »d ∫Éch .áKÓãdG ¿ƒ«``°ùfôØdG ¿ƒ«æ≤àdG ø«jôNBG »``ah ,√ÉjEGh ÉfCG É``g’hCG ¥ôØdG ÆÉeO Óãe »fɪ°ùa ,É¡eôch ¬``°ùØf πÑf ¬H OÉL Ée AÉæãdG øe ¬JOÉ©c Oƒ¡L øe É≤M ¬H ΩÉb Ée ø«H ºK ,»``°ùØf »a ∂dP ó≤àYCG ’ âæc ¿EGh ôµØªdG Å««¡àdG πLCG øe AÉ``°†«ÑdG QGódÉH äôL »àdG øjQɪàdG AÉæKCG AGƒ``°S á«æ``°†e ¬``°ùØf ∑ôàj ºd ¬fCG …ô¶f ∞bƒà``°SG óbh ,¿ÉLô¡ªdG ∫ÓN hCG ¿ÉLô¡ª∏d ±ô¶dG øe ójôa è``jõe »g »àdGh ¬jód áª``°ùdG ∂∏J É¡«∏Y Ö``«©j ¿CG ¿hO õcQ ó≤d .܃∏≤dG πc ≈``dEG ¬ÑÑëJ âfÉc »àdGh ...áLPÉ``°ùdG ä’ÉÑeÓdGh ,ôKBG ¿EGh ,ø«cQÉ°ûªdG iód á«æ¡ªdGh á«fÉ``°ùfE’G äÉØ°üdG ≈∏Y √ôjô≤J »a ,ábôØdG ¿CÉH ÓFÉb ºààNGh ,ôãcCG »fÉ°ùfE’G ÖfÉédG óæY ∞≤j ¿CG ,¬dƒb Ö°ùM ¿CG ÉeEG ,ÉgOƒ¡L ᪫b ≈∏Y ,º«dÉ©dG iƒà``°ùªdG »a ¿ÉLô¡ªdG øgôH ¿CG ó©H .¿ƒµJ ød ÉeEGh á«æWƒdG ábôØdG ¿ƒµJ ’ ɪe ɪgh ,≥jó``°üdGh ¿É``°ùfE’G øY Éæg çó``ëJCG ¿CG äOQCG ó``≤d øjòdG øëf ,Éæ«∏Y ¿CG âjCGQ ɪc ,¿ƒ«``°ùfôØdG ∫ƒ≤j ɪc äÉbô£dG ¬H ßàµJ ,¬©e ÉæJÉjôcP ™ªéf ¿CG ,¬àbGó°üHh …hÉØæµdG óª``°üdG óÑY áaô©ªH Éfó©°S §jô``°T hCG á«Mô``°ùe ™``°Vƒd É≤∏£æe ¿ƒµJ ¿CG øµªj »àdG äÉjôcòdG √ò``g ɪH áeóNh ÖM º¶YCG ìô``°ùªdG ÖMCG …òdG πLôdG Gòg IÉ«M øY »Fɪæ«``°S ¢ù«``°SCÉàH á£ÑJôªdG ¬JÉ«M ™FÉbh »a ¿CGh .¬aôY øe πc iód √GôcP â``«≤H IóFÉa §jô°ûdG hCG á«Mô°ùªdG √òg øe π©éj Ée Üô¨ªdÉH ±ôàëªdG ìô°ùªdG .øjôXÉæ∏d á©àeh »àdG ¬àLhõd Gôµ°Th …hÉØæµdG óª``°üdG óÑY á©°SGh áªMQ ¬∏dG ºMQ .√GôcPh ¬dɪYCG ™JQ 108


…hÉØæc óª°üdG óÑY

á«°SÉ°SCG á≤∏M …hÉØæµdG ìô`°ùe »Hô¨ªdG ìô°ùªdG ïjQÉJ »a

*ô««fR óªëe •

øe ? …hÉØæµdG óª°üdG óÑY øY åjóë∏d §«îdG ∂``°ùeCG ¿Éµe …CG øe ,GóMGh Gôµah , GóMGh É°üî°T ¿Éc ƒdh ,¬∏ãe πLôdG ¿C’ .IOó©àe øcÉeCG π≤àæj PEG ,á©àªeh áYƒæàe äÉYÉ``°S ¬©e ¢û«©J ¿CG ™«£à``°ùJ »æZh Ö°üN ∫ƒ``°†ØdÉH ¬æe ô©``°ûJ ¿CG ¿hO ,øa ≈dEG øa øeh ¿Gó«e ≈dEG ¿Gó«e øe ∂H π¶j áãjóMh ,á∏«``°UCG IôÑNh ,᫪«ªM áaô©e øY º∏µàj ¬fEG .±ÉØ``°SE’Gh .∑GQOE’Gh ´ÓWE’Gh ô«µØàdG øe ∫ÉY iƒà°ùe »a ɪFGO ó¡©e ±ƒØ``°U èdCG ÉfCGh ,Ω 1951 áæ``°S »a ¬àaôY É``e ∫hCG ¬``àaôY áæ``°ùH É¡HGOBGh á«Hô©dG á¨∏dG ¢``ùjQóJ »a ÇóàÑe PÉà``°SCÉc ,∞``°Sƒj …’ƒe ,¿É≤JG πµH »°ShQO Å«gCG ¿CG »∏Y ¿Éµa .É¡∏Ñb ø«à∏dG ø«àæ°ùdGh ÉjQƒdÉcÉÑdG ô«Z ,Iô«¨``°U ∑GòfBG »àÑàµe âfÉch .äGAGôbh äGAGô``≤H í∏``°ùJCG ¿CG …CG âØ°ûàcÉa .󡩪dG áÑàµe ≈dEG Aƒé∏dÉH »∏Y ô«°TCÉa .áFQÉ£dG äÉLÉëdÉH á«aGh ¢üî``°ûdG É¡©e âØ``°ûàcGh ,ÖàµdG ±’BG …ƒàëJ á«æZh Iô«Ñc áÑàµe É``¡fCG πÑà≤e »a ÜÉ``°T : …hÉØæµdG óª``°üdG óÑY ƒgh ’CG ,É``¡«∏Y ɪ«b ¿Éc …ò``dG ,¬ãjóMh ¬à∏HÉ≤e »a »©«ÑW á©∏£dG π«ªL ,ø°ùdGh ¬LƒdG ∂MÉ``°V ,ôª©dG .™æ°üàdGh ôѵdG øe ∫ÉN òæeh .¬«dEG ô«Ñc ìÉ«JQÉH äô©``°T ≈àM åjóM ∫hCG Éææ«H QGO ¿CG Éeh ¿EG ,º©f .¬JÉah ø«M ≈dEG äôªà``°SG ,áæ«àe ábGó°U Éææ«H äCÉ``°ûf Ωƒ«dG ∂dP √ó©HCG á«HÉ≤ædGh á«æ¡ªdG ¬ØFÉXh ádhGõe QÉWEG »a ,AÉ°†«ÑdG QGódG ≈dEG ¬dÉ≤àfG .É≤HÉ°S Üô¨ªdG ÜÉàc OÉëJG ¢ù«FQ (*

109


ɪ``«``dÉH ¿É`£∏°S

ájƒNC’Gh á«MhôdG á∏°üdÉa ,∂dP ™eh .ÉæJGAÉ≤d øe π∏bh A»°ûdG ¢†©H ÉæY .¬JÉ«M ¢ùØf ôNBG ≈dEG »g ɪc â∏X ,¬à«``°üî°T áaGôW ƒg Ωƒj ∫hCG ò``æe ¬«dEG »æHòL …ò``dG A»``°ûdG ¿EG ,áaGô£dG ∂∏J πãªàJh .¬``H ø«£«ëªdG ¢SÉædG øe ô«ãc øY ∞``∏àîj ¿Éc PEG Ωƒ∏d ’ÉH ≈≤∏j ’h ¬H øeDƒj Ée πc π©Øj ÓLQ π©ØdÉH ¿Éc .¬àjôM »a ,’hCG ’h ÉÑ°ü©àe øµj ºd âbƒdG ¢ùØf »ah .ø«``°Vô੪dG ¢VGôàYGh ,ø«ªFÓdG ¬dÉ©aCGh ¬dGƒbCG πch ,¬JÉcôëJ πc π``©L Ée Gògh .AÉYOGh íéÑJ ÖMÉ``°U É¡fC’ ,É¡«∏Y ≥aGƒj ’ ¢†©ÑdG ¿Éc ƒdh ,™«ªédG ¿ód øe ,∫ƒÑ≤dÉH ≈¶ëJ .¢SƒØædG πc ≈∏Y áØ«ØN »¡a .á°üdÉN ,ábOÉ°U á°SÉM øe ≥∏£æJ »a ¬Ø≤∏J Ée ÖfÉL ≈dEÉa .¬àaÉ≤K ´É``°ùJG »a ,É``°†jCG ,¬àaGôW πãªàJh ¬àaÉ≤K ≈ªf ,á``YƒæàªdGh Iô«ãµdG ¬``JÉ©dÉ£e ÖfÉL ≈dEGh ,á``°SGQódG Qƒ``W ™ªàée »ah ≈¡≤ªdGh ´QÉ``°ûdGh â«ÑdG »a á«eƒ«dG á¶MÓªdG ≥jôW ø``Y ,QOGƒædG πc §≤à∏jh ∑Éægh Éæg ™ªà°ùj ¿Éc .AÉ``°ùædG ™ªàée »ah ∫ÉLôdG óéàa É¡``°†eÉMh Égƒ∏ëH ¢ü``°ü≤dGh äɵædGh ∫ÉãeC’G ¬JôcGP »a πé``°ù«a áHÉãªH »g »àdGh É¡æ«©e Ö``°†æj ’ »àdG á«Ñ©°ûdG áaÉ≤ãdG ∂∏J øe É``°†«a ¬jód OóéàJ É¡æµdh ¬gÉ«e ™«``°†J å«M ôëÑdG »a QGôªà``°SÉH Ö``°üæj …òdG ô¡ædG .≈dhC’G ¬©HÉæe »a ÉehO ,ÜGƒHC’G ø°ùMCG øe »Mô°ùªdG ∞«dCÉàdG è∏j ¿CG ´É£à°SG ∂dÉæg øeh RƒeôdGh πãªdG ∑ÓàeGh ô«Ñ©àdG áë°Uh á¨∏dG ∫ɪL ≈∏Y óªà©j ìô°ùªdG ¿C’ ¿ƒµj ¿CG ´É£à``°SG ∂dÉæg øeh .á¨∏dG ∂∏àH ø«ª∏µàªdG á∏«îe »a QhóJ »àdG ¿CGh ∫Ó≤à°S’G ó©H Üô¨ªdG »a Ghô¡X øjòdG ø««Mô°ùªdG øe Oó©dG PÉà°SCG »aÉ≤ãdG ´ƒÑ°SC’G »a ¬àcQÉ°ûe ôcPCG âdRÉeh .äGOÉ``°TQEGh IPɪf º¡d Ωó≤j ∫ɪ``°T áÑ∏W á«©ªL{ …OÉæH Ω 1965 áæ``°S ¢ùjQÉÑH º``«bCG …òdG »``HQɨªdG ¿Éc ɪch Qƒ£J ɪc »Hô¨ªdG ìô°ùªdG øY É«M É°VôY ≈≤dCG å«M zÉ«≤jôaCG á°ûbÉæe QÉKCG PEG ,øjô°VÉë∏d √RôHCG ɪ«a ≥«aƒàdG ájÉZ É≤aƒe ¿Éµa ,√Qƒ£àj 110


…hÉØæc óª°üdG óÑY

,¢Vƒ¡ædG ≥jôW »a ôFÉ``°S ÉfOÓH »a ìô``°ùªdG ¿CÉH ÉYÉÑ£fG ∑ôJh ,á«M GóFGQ ¬∏©Lh ÉbƒØJ Üô¨ªdG Ö``°ùcCG ɪHQ ƒªædG •hô``°T ¬d äôaƒJ GPEG ¬fCGh .¿Gó«ªdG Gòg »a Üô¨ªdG ∫ƒ``°üM IGóZ ÓaÉM ÉWÉ``°ûf ±ôY ìô``°ùªdG ¿CG ≥``ëdGh øe ¿Éch .á«Hô¨ªdG ¿óªdG πc »a IOó©àe ¥ôa äô¡Xh ,¬dÓ≤à``°SG ≈∏Y .á«Mô°ùe á``°†¡f ≥«≤ëàd ¢SɪëdG Gògh ∫ÉÑbE’G Gòg øe ¥Ó£f’G øµªªdG ádhDƒ°ùªdG äÉ¡édG øe Oƒ¡ée …CG ∫òÑj ºdh ÜQɨdG ≈∏Y πÑëdG ∑ôJ øµdh .á«æWƒdG áaÉ≤ãdG øe º¡ªdG π≤ëdG Gòg øY ¥É°ùfGh IôµØdÉH øeBGh ¢SɪëdG Gò¡H óª°üdG óÑY ôKCÉJ ó≤a ,øµj ɪ¡eh äÉ«Mô°ùªdG ∞dDƒjh Öàµj ¬°ùØf óLƒa ,¥É«``°ùf’G OhóM ≈``°übCG ≈dEG É¡©e IAGô≤∏d Öàµj ’ ∞«dCÉJ ¬fC’ π¡``°ùdÉH ¢ù«d ¿Gó«ªdG Gòg »a πª©dG ¿EG ,É©ÑW ¿Éch .á≤WÉfh á«M ógÉ``°ûe ≈dEG ∫ƒëjh áÑ``°ûîdG ≈dEG πªë«d ɪfEGh ,§``≤a ø«ØdDƒªdG QÉ``Ñc øe ¢SÉÑàb’G ø«H ¬``LÉàfEG »a êõªj ¿CG óª``°üdG óÑY ≈``∏Y ø«Hh á«∏«ãªà∏d ¢``†ëe »Hô¨e ™HÉW AÉ``£YEG ™e ô««dƒe πãe ø««Mô``°ùªdG äÉ«∏«ãªJ ´GóHEG »a É¡æe AÉë«à``°S’Gh á``°†ëªdG á«Hô¨ªdG ógÉ``°ûª∏d √ÉéJ’G ¿CG ¬æµeCGh ,¿É≤JEGh áaô©e ≈∏Y øgôHh ø«gÉéJ’G Óc »a QÉ``°ùa ,IójóL .Qƒ¡ªédG ΩÉeCG ô«Ñc ìÉéf ≈∏Y π°üëj øe ™bƒàf É``æch .…hÉØæµdG IÉ``ah ≈∏Y IójóY äGƒæ``°S â``°†e ó≤d ,√QÉKBG ™«ªL ≈``∏Y Ghô¡``°ùj ¿CG ¬©e Gƒ∏ªY øjòdG ø«∏㪪dG øeh ¬``JòeÓJ ≈dEG êÉàëj …ò``dG ìô``°ùªdG øa øY ÉYÉaOh ,√Gô``còd AÉ``aƒdG øY Gô``«Ñ©J Üô¨ªdÉH »Mô°ùªdG øØdG ø«WƒJ πLCG øe º¡aƒØ``°U ájƒ≤Jh ¬jhP øeÉ``°†J øµj ºd ó«≤ØdG ¿CGh ɪ«°S ,…ƒæ©ªdGh …OɪdG ºYódG øe »¨Ñæj Ée πc ¬ëæeh äÉXƒØëe hCG áWƒ£îe º¡jójCG ø«H É¡côJ ɪfEGh ,Égô``°ûæHh É¡©ªéH ɪà¡e Éeh ,´É«°†∏d ádƒ¡°ùH á°Vô©e ∫ɪYCÉc …CG Ió¡ªe äÉYhô``°ûe hCG ájƒØ``°T .´ƒædG Gòg øe IQOÉÑe ,Ωƒ«dG ≈dEG ,ô¶àæf ÉædR 111


ɪ``«``dÉH ¿É`£∏°S

∂∏àªJ óª``°üdG óÑY áLhR ∫É«fGO Ió«``°ùdG âfÉc ,∂dP QɶàfG »``ah »a ¿ÉeR ò``æe äôµØa ,É``¡LhR äÉ«Mô``°ùe øe äÉ``Wƒ£îªdG ¢``†©H π``°†ØdG ™Lôj É¡«dEÉa .É¡LhR çGô``J ≈∏Y á∏«Ñf Iô«¨H á``Yƒaóe ,Égô``°ûf øØdG ô«cGƒH øe ó©J áaô``°ûe ∫ɪYCG øe ΩƒMôªdG ¬côJ Ée ¢†©H ºjó≤J »a ,á≤aƒªdG É¡JQOÉÑe »a ÉgófÉ°ùfh Égôµ``°ûf PQ øëfh .»Hô¨ªdG »Mô°ùªdG »a á«°SÉ°SCG á≤∏ëc ɪfEGh ,øØc øØdG iƒà°ùe ≈∏Y ’ QÉKB’G ¬JÉg ᫪gCG ∑Qóf .√Aƒ°ûf QƒW »a ƒgh ,»Hô¨ªdG ìô°ùªdG ïjQÉJ

112


…hÉØæc óª°üdG óÑY

á`ª`é`ædG »≤jó°üdG ó«©°ùdG »Hô¨ŸG ∫ÉLõ∏d Ió«°üb …hÉØæc óª°üdG óÑY πMGôdG ¿ÉæØdG iôcP ‘ áªéf Éfɪ°ùa äRO äÉ``````ØW á«ZOh

ä’ƒW Éeh äGƒ°V á``````ª∏M ÉæeÓ¶a äRO äÉ````````gR QGƒ``````````fC’ÉH á````````ª`°ùH π```c ø`````e ᪰ùf πc øe ≈Ø°UGh äÉ`````ª°ùÑdG ≈∏Y äÉ¡«g äÉ¡«g äÉ```«`gGõ`````dG ΩÓ``MC’G ≈∏Y ¥Qh º«¡a ôµah áë«°üa áª∏c âæc á``≤«ªY áNô``°U º`∏¶dG ¬`Lƒah á```Ø«£d á```àµfh ¿É`°ùMEG âæc ºjôc º∏Yh É```````fɪ°ùa äRGO á```ªéf »àæc 113


ɪ``«``dÉH ¿É`£∏°S

äÉØWh äGƒ°V ô«Z ä’ƒ`````W É```````````eh ∫ƒ£jh ∫É````W π«∏dG π``«∏dG ÉæMGôa ΩõgG äGôe ¿õëdGh QÉ£©J Qƒ£©H Iô£©e QÉgRCG Ó°T πHPh Éfó«Y ìôLG äGôe ¿õëdG Éfó«°ûf ≥æNh …hÉ``````àa ¿hóH Iƒ£°Sh QƒL …hÉ````ØæµdG Éj ∂ªZQh »ªZQ IQÉ«°S Éæ∏«∏a ΩƒéædGh IQÉ°ûH ∫ÉëH áHhQõe áªéf Éj »LÉØj »∏dG ìÉÑ°üdÉH »LɪdG ô«îdG ìÉÑ°üH ä’ƒW Ée ∑ɪ°ùa äÓ```````©°T Éeó©H ∂àaôY Éeh ∂àaôY »NÉ°S »fÉe ∂H Éfh »à«°ûeh »NGô°U äɵM ¢ûjGô©d QGƒ°Sh áªLƒa ¢ûjGô©dG Qƒ«Wh ᪨ædG äÉ°ùf Qƒ£©d ΩÉ°ùf É¡JÉØL »à°UôYh ÖjÉZ É¡æY âfG »∏e 114


…hÉØæc óª°üdG óÑY

√QÉgRCGh √QÉé°TCG ¿ƒµdÉa »à«ÑM »∏d Éj √Qƒ«Wh ¬eÉ°ùfh ¥ƒ∏îe øjR πc »à≤°ûY »∏d Éj ¥ƒ∏¨e ô°S πch ÖM áª∏c πµd Ö∏≤dG »àëàaGh IQƒ¡≤e áNô°U πµd áªéf ºgɪ°ùa äROh øjôNÓd »à°ûY »∏d Éj áHhQõe âfÉc Ée ¿ƒc ÜÉ°üe ôµªdG ójó°Th IhÉ°ù≤dG øe »fÉeRÉj ∑GRG ÜÉë°UC’G õYCÉH Qó¨J Ée ∑GRG Éæjõ©J ’h ÉæjõY Ó°T ôLÉ¡dG ìÉÑ°üdG ≥jô£a Éægh ¬«¡d äGƒe Ó°Th »`HÉ`°üe π`«``d ∫É`W »HGò©àa äóLh ’h áHhQõe áªéf ’h »eÉjCG ΩÓX …ƒ°†J áHƒÑ¡e áªéf ’h ΩÓ```MC’G ¿ÉæL »«ëJ ∂ª∏Y »àæjR ô«¨°üdG ¢SGôdÉH ô`«ÑµdG Ö∏≤dÉH ∂æa »àaô°Th ¢SÉædG ø«Hh ¢SÉædG ™e »à«°ûeh 115


ɪ``«``dÉH ¿É`£∏°S

á``YÉ`é°ûdGh ¥ó``°üdÉH ÜhòµdG øe äôî°Sh ΩÓ°ùdGh áÑëª∏d â«YOh ∂JÉ«M ≥jÉbO øe á≤«bO πc »à°ûYh ∂eÓMG ™e ºLÉ°ùæe á``MƒàØe ó``j OÉ``e Ohóªe Ö∏b íJÉah ¬∏dh øjõ∏dh ¢SÉæ∏d ∂aôYh ¬«àaôY »∏dG ¿ÉµªdG Gò¡ah ∂``eÓ``c OOQ »```∏dG ìô``°ù``ª````dG Gò``¡a ∂eɨæH ÜôWh IóbGh áªéf Éæ«H âæc ΩÉjCG IóNÉ°T ÉgQƒ£©H ᪰ùfh »fÉ°ùd π∏ÑJ iôcò∏d íª°SG áMhôéªdG »XÉØd QòYGh áMƒª°ùe √óæY âfÉc »WÓZCG »∏dÉj ÜÉë°UC’G õYCG Éj »∏«∏N Éj ä’ƒW Éeh äGƒ°V áªéf Éj á``HhQõ``e á``ªéf É``j ¢SQÉe 18 AÉ°†«ÑdG QGódG 1978 ‫ ﻧﻮﻧﺒﺮ‬28 ‫ﺍﻟﻤﻴﺜﺎﻕ ﺍﻟﻮﻃﻨﻲ ﺍﻟﺜﻼﺛﺎء‬ 1977

116


…hÉØæc óª°üdG óÑY

*…OÉjõdG ¿ÉªMôdG óÑY •

¿Éæa ∫É°†f πN óe

Éæ`p à````°û` r Mq hq ∫Éë``°Tr …hÉ`Øæ`µdG É```jn É```æ`dɪ`YCG »``a É``æMGh 2∑Éæ``°ûr Mn ƒnq Jr ∑É©fr CG 4…õ``jõY ó«©``°ùdG ΩƒMôªdG ∂bn ór ``°ünq er É````ªFGO ƒ``gh ¬«à`br só``°U º```µ`fÉeR á```©«`∏`W »```a º```à`æ`c

É``æ«`a »``bÉH ∂`` r °ûn Mr hn ∫Éë`` r n °TGh 3 É``fÉænq en Ó```nd QhÉ```é`e â```fGh ∑É```µ`HCG É``æ`«`æ`MG äÉ``ª∏`µHh ∂``©`Ñr àn `j á``«aÉ©dG §``°Sƒrn d ≈``àMh .ºµJƒNG ™e ø««ë``°†eh ø«ëaɵe

1

± hô¶dG

.π°Vp ÉæªdG ¿ÉæØdG …hÉØæµdG áLhR πjÉãeC’G áªLôJ »a »``jCGQ âÑ∏W .πeÉ`c ô«Z r ™``ª`n `Lr »∏`dG r ≈``≤``Hh .π«∏°†à`dGh ´É«°†dG øe ¬¶Øëd .πeÉ°ûdGôµØdGh™°VGƒàdÉH±hô©ªdG

π««fGO »fƒ«°ùdÉa Ió«°ùdG »pn H â∏°üJG π``MGôdG ™```e »àbGó``°ü`d Gô``¶fh πFÉ¡dG çGôàdG Gògh ΩƒMôªdG ºjó≤Jh π«ªL ÜÉàc »``a √ô°û`f Qô≤Jh ∫OÉ©dG πLôdG PÉ¡d ºj ó≤J Gòg

*) »YɪàL’G ¿Éª°†∏d »æWƒdG ¥hóæ°üdÉH ≥HÉ°S QÉ°ûà°ùe 1) Comprendre par “wahhachtina” : tu nous traitais de wahch (animal) , ce qui était pour lui , une marque de sympathie. On retrouve le mot wahch dans plusieurs de ses pièces, Bouktef, Si Taki, Soltan Tolba, Soltan Balima. Quelques exemples :

(ɪ«dÉH ¿É£∏°S) ∞°Vƒe ≈d â«dh √ƒØJ Ée ∑QÉH ¢ûMƒdG BG (≈bÉàdG ≈°ùdG) ¢UÓN ∂Yƒ∏b ™ªLCG ¢ûMƒdGógCG ¬∏dÉj (∞àcƒH) iÉL ¢ûMƒdG Ég

Les amis intimes de Kenfaoui l’appelaient aussi Wahch. 2) Comprendre par twahchnak et wahchak : tu nous manques. 3) Lalla Mannana est un cimetière de Larache. 4) Il s’agit de feu Saïd Saddequi (frère aîné de Si Tayyeb) poète, journaliste et aussi militant à l’UMT.

117


ɪ``«``dÉH ¿É`£∏°S

á«Mô°ùªdG IÉ«ëdG h á°SGQódG OÓ``ÑdG º``cÉM »fÉÑ``°S’G Qɪ`©à``°S’Gh

5

O’h’G ™e á«FGóàH’G á°SGQódG É¡«a ™HÉJ

OÉé`eC’G á`æ`jó`e »`a ¥ƒ`°û`©`e ¿É``c

ájQƒdÉcÉÑdG RÉM∞°Sƒj…’ƒe ájOGóYG»ah

á`jƒ`fÉã`dG á°SGQó`dG πr ªc q •ÉHôdG »``ah

OGO rRG ¢ûFGô©dG »a …hÉØæµdG óª°üdG óÑY

á```«`aÉ`≤`ã`dG ¿hDƒ``°û`dG ¢ù`«`FQ ø`«`©`J

á`«`fƒ`fÉ`≤`dG

Ωƒ`∏`©`dG

á`°SGQO

ó`©`H

á````«`æ`Z á```«`dÉ«`Nh AÉ````cò``H ´ó```HGh

ájõcôªdG áë∏°üªdG á°VÉjôdGh áÑ«Ñ°ûdG »a

.á«Hô`¨ª`dG á`Ñ`î`æ`dG ø`e Ü É`Ñ`°T í`dÉ°ü`d

á`«`Mô°ùª`dG Ö`jQGó`à`dG ô`«`WCÉ`J »`a

.Üô``¨`ª`∏`d …ô°ü``Y ìô`°ù`e ≥`∏`N

Ö``jQGó`à`dG PÉ`````g ø`e Oƒ°ü`≤`ª`dG

.…hÉ`Ø`æ`µ`dGh 6¿GRGƒ`"r h õjõYr hn ôgÉWnq

…ƒ`«`ëdG ø`Ø`dG OÉ`g AÉ°û`fEG ≈∏Y Gƒ`aô`°T

.¬àjô≤ÑYh …hÉ`Ø`æ`µ`dG ´Gó``HEG ∞°ûàcGh

¬``JQó`≤`ª`H 7∑ƒ`````f ∫QÉ``°``T ºgRõ`Yh

á``«`Mô```°ù``e á```cô````M CÉ```°û```æ`J ¢``TÉ`H

á``jQhô`°V â`fÉ`c •hô`°T á`KÓ``K

ø```«Lô`Ø`ª`∏`d äÉ«`Mô```°ù`e ∞```«`dCÉJh

ø«`∏`ãª`ª`dG ∫É`jO á`Yƒ`ª`é`e ø`jƒ`µ`J

Qhô`°ùdGh ó`édG ìô```°ù`e ¢SÉ``````°SCG º`g

Qƒ`````¡``ª``é``dGh π``ã``ª``ª``dGh ∞``«`````dCÉ``à``dG

nq º¡H ≥ëàdGh Qƒ¡°ûªdG ∫ÉLõdG èr ∏n ©r dn Ör «qp £dG

QƒcòªdG »KÓ`ãdG ájɨ`dG OÉ¡d ó¡`à`LG

»Hô`¨e ÖdÉb »a äÉ«Mô°ùªdG Gƒ`Ñ`à`µJh

»Ñæ`LC’G çGô`à`dG øe ¢SÉÑ`à`b’G GóH

ÉëLr πpjp ɪYh r rRhõYn ºr ∏nq ©n ªr dr Gh §r dn rõdG » qpªYh n

"≈ë°†dG ¢ùª°T" á«Mô°ùe ∞«dCÉàH hGó` r `H

5) 1928 áæ°S ≈a OGORG 6)André Voisin a été engagé par les services de la Jeunesse et des Sports en 1950 en tant qu’ «expert culturel» pour encadrer les troupes du théâtre amateur. Voir note n°13. 7) Charles Nugue, instructeur d’art dramatique au service de la Jeunesse et des Spotrs en 1952. Après l’indépendance, il est engagé par L’Ambassade de France au Maroc comme conseiller artistique.

118


…hÉØæc óª°üdG óÑY á``°ùÑr àn `≤`e 8ô``««dr ƒe ø``e É``ëL π``jn ɪYr

áªLôàe 9»``°TQÉeƒH øe RhõY º``∏©ªdGh

.áYƒªéªdG É``¡àª`Lô`Jh ¿GRGƒ```"r É``¡`Ø`dCG

Iô`«`°ü`≤`dG á«Mô`°ù`ªdG

á``«`Hô`©∏`d É``¡ªLôJ -õ``jõYh ô``gÉ£dGh

ájõ«∏éf’ÉH É¡ØdCG

.á«aGôàMÉH 12â«∏ªg QhO πãe 11»Ø«ØYh

á````«`Hô`¨`ª``dG á```bô`Ø`dG

áMhô£ªdG ¢Uƒ°ü`æ`dG á`∏`µ`°û`e πM

á`Yƒ```ª`é`ªdG ¢SÉ``Ñ```à```bG á```jGó```Ñ`dG »a

á`bƒ`∏`î`ªdG á``eRC’G π`ë`d Ghôµ`à`HGh

áahô©ªdG ∞dDƒªdG ¥ƒ≤M á«dɵ°TG ≥∏Nh

áYƒªéªdG πãªj 13"π«ch É£Y" º°SG »a

á``Hƒ`à`µ`ª`dG äÉ«Mô```°ù`ª`dG π`«`é``°ù`à`H

ô``«`Ñ`µ`dG Ö`∏`≤`dG …hÉ`Ø`æ`µ`∏`d ±Éµ`dG

"ôµØªdG ÆÉ``eòdG" õ``jõYh ô``gÉ£∏d AÉ``£dG

ôr «qp nîdG ¬LƒdGh áÑ«£dG áª∏µdG èr ∏n ©q dn ∫p ΩÓdGh

ô«æªdG π``jóæ≤dG ¿GRGƒ``a …Qó``fC’ ∞``dC’G

π`«`ª`é`dG QGƒ`ë`dG ™°Vƒ`«`c …hÉ`Ø`æ`µ`dG

π````ã`ª`ª`dG ø```jƒ`µ`J ≈```∏`Y IOÉ``jR

π`«`∏`dÉHh Q É¡æ`dÉH ô`«`î`°û`ª`à`dÉH π`ª`©dGh

π`«``°UC’G êGô```NE’G ≈``∏Y ô`¡``°ù«`ch

§``dn rõ``dG »ªY nq

ô«Ñ°ùµ°T â«∏ªg É``eCG

10

É``¡`JÉ`é`à`fh

8) Molière 9) Beaumarchais 10) Shakespeare. 11) Mohamed Afifi homme de théâtre et comédien de grand talent. Il a fait, lors de l’émission Hodor en 1977 à la TVM un brillant et original parallèle entre Kenfaoui et Stanislavski. 12) Hamlet. 13) ATA WAKIL, ce pseudonyme comporte les initiales des quatre auteurs: André Voisin , Tahar Waâziz, Kenfaoui et Laâlej. Cinq pièces théâtrales sont produites par cette création collective : Brahim Ibn Adham, Ammi Zlat, les Babouches ensorcelées, les Balayeurs et le Malade imaginaire. André Voisin en désaccord avec la politique culturelle de la France au Maroc a pu convaincre ses supérieurs de la nécessité de promouvoir «Les Ateliers d’Auteurs», solution idoine pour créer un répertoire marocain adapté à la situation du Maroc à cette époque.

119


ɪ``«``dÉH ¿É`£∏°S

ºeC’G ìô°ùe ¿ÉLô¡e h »Hô¨ªdG π«ãªàdG ábôa »`Hô``¨ªd G π```«`ã`ª`à`dG á```bô`a ô`j ó```e

…hÉØ`æ`µdG ø``«nq ©J ∫Ó≤à``°S’G á``jGóH »a

.á°V Éjô`dGh áÑ«Ñ``°ûdG »a ádhódG ÖJÉc

Ió```ª``dG √PÉ``g »```a ¿ É```c »```∏`dG

á`«`ª````°ù``à``dG OÉ``g ≈``∏`Y ±ô````°TGh

I Oƒ```°S ø`H ó``ªMCG π``°VÉØ`dG ó`«```°ùdG º``eC’G ìô````°ù`e ¿É`Lô``¡`e »```a

ΩÉ```ª`à`gÉH á```bô`ØdG OÉ``g âcQÉ``°Th

14

.ΩÓ`Y’Gh ø`Ø`dG ᪰U É`Y õjQÉH »a

Ω É````¡`dG QÉ```fô``H IQÉ```°S ìô```°ù`ª`H q °ûdGh Éë`L π```pjɪ`©H ÜÉ`£``s r âcQÉ```°T

.¿GRGƒ`a êGô```N’G ≈∏`Y ±ô```°TCGh .¿É``jõ`e ìÉ```é`æ`H ¢Vô`©`d G RÉ```ah

nq √óYÉ``°Sh ÜÉ``°û`dG »≤jsó```s°üdG Ö``«qp £dG

.IQÉ¡eh IQó`≤`ªH ºgQGhO CG Gƒ°ü`î°T

á``HQɨªdG ø```«`∏`ã`ªª`dG ¿É``H Gƒ```dÉ`bh

IRÉપdG á«Hô¨ªdG ábô`ØdG ≈∏Y Ghõ`cQh

ácQÉ°ûªdÉH á«``°ùfôØdG áaÉë``°üdG âgƒfh á``°ùfGô`a Éjó«eƒc ø«∏ãªe øe ø```°ùMCG

IOƒ`Lƒ`e ÉbÉH ó```FGô`é`dG äG OÉ`¡```°Th

15

nq G ô``«`Ñ`c π`ã`ª`e »≤`j ó```°ü`dG Ör `qp «`£`d .18Ghôc ’hOΩÉ°SôdGáMƒdøe êQÉN ¬fÉc

ô««∏g »Øë°üdG ∫Éb 16"¿ÉJÉe ¢ûfɪjO" »a

17

á``Yhô`H É`ë`Lr ¿É`HÉ`µ```°Sr Qh O π`ã`e

∫ ɪ`Lh áF ÉصH â∏ãe áHQɨªdG á``bô`ah

∫Ó`≤`à`°S’G RÉ`M Üô¨ª`dG ∫Ébh OGRh

.»Hô¨ªdG ìô°ùª`dG á«dÓ`≤à°SÉH Éæà©æbCGh

»`Ñ`©``°û`dG AGOC’Gh Qƒ`µj ó`dG â`æ`≤`JCGh

.á`LQGó`dG á`¨∏`dÉ`H á``Hƒ`à``µ`e É`¡`∏`c

áYƒæàe äÉjGhQ ihÉ```Ø`æ`µdG è```à`fGh

.á`Ñ`°SÉ`æ``ª`dGh ±hô¶`dG É`¡`JÉ°Vô``a

á`````°ü```b É``¡`d á`«``Mô````°ù``e π`````c

14) Théâtre des Nations (festival de Paris) 15) Comédie Française 16) Dimanche Matin du 3 juin 1956 (journal) 17) Georges Hilaire journaliste 18) Delacroix peintre français.

120


…hÉØæc óª°üdG óÑY

r ¬`YGó`HEG øe áÑ∏£dG ¿É£∏°Sh ∞`n r à`cƒH É`bQr õdG nq á``«n `ër ∏nq dGh »``bÉ`qàn `dG »`` qp°ù`dG ÉeCG ¬```dÉ`ª``YG º```ZQ ¬```≤`≤``M »``` p°TOÉgh r ¬àjô`≤Ñ`Y äÉæé``°S ≈∏dG áHÉbôdG ºZQh q á``«n ∏r `pÑ`dÉ`H Ωƒ```∏``r J ’ º```j É````j r r Ó`````dG r á`«`aÉ`Ø````°T π```µ`H ∞``nàcƒ`H É```¡`dÉ`b r «nq `©`j ,§r «q `©`j ≈``p∏`dqp G ¿Éqæn `ª`dG ≈∏`Y §``` ¿Éfó`Y ó```dh ó`ª`ë`e ≈``∏Y ≈∏``°ü`jh

.á``Hƒ``f ’ƒ``e CGh É`ª`«`∏`H ¿ É`£``∏`°Sh .á````°ù``Ñ``à``≤``ªd G ä É`j Ghô`d G ø`ª``a ¬`JÉ`≤`æ`N ≈``∏dG ä É`≤`j É``°†`ªdG º`ZQh .¬`à`jô`YÉ``°T ™`e º`d CÉ`à`«`c ƒ``J Ó`Nh n J ≈``à`M .á«nq `p µdG ø```jÉëe ≈∏Y ™`dÉ` r £`r r .ájQƒMCG ∑ƒ`æ`ëe ájQƒ`MCGn ∑ƒ```H òr `Yn ¿ÉeôëdGh ÓÑ`dG ø`e ¿Éæ`Ø`dG ß```Ø`ë`j .¿É°†eQ ∞`«`c Ωô`ë`e ô`¡`°T ∞`«`c

19

»dɪ©dG ìô°ùªdG »dɪ`©dG ìô``°ù`ª```dG ¢Tr hÉ``°ù``r f Éeh r á``°†¡f ≥≤M π¨``°û∏d »Hô¨ªdG OÉ``ëJ’G 21 á©«∏£dG ìô``°ùe á``°†`¡`f ™`é```°Th Iô`````«`ã``c ø````«`∏``ã``ª``eh ô````WCG ∫ƒÑ≤e »eƒj ¢VôY iOCÉàr ```«r ``cn ¿É```ch ºjó≤dG 23¿Éaƒ£``°ùjQC’ AÉ``°ùædG á«©ªLh 25 Ωõà∏ªdG ìô°ùªdÉH 24á∏eÉ©dG áÑ«Ñ°ûdG âr an ôr ©n Jr h

.»dÉ``°†ædG πª©dGh á``«YƒàdG á``°SQóe áeõ`à∏ªdG á«`Ñ`©``°ûdG á```a É≤`ãdG á``°†`¡f á∏«ÑædG äGQÉ``«àN’G Gòg ≈∏Y Gƒ`aô``°Th .Iô«ÑµdGhIô«¨°üdG≈∏Y¬oæ«r Y≈≤jó°üdGh n 22 ∫ƒcƒµd(Qhõ«ØjôdG)¢ûàتdG á«Mô°ùªd º`«`µ`ëdG ≥`«`aƒ`à`d á`∏`«`dh Ωƒ`j ø`«`Hh .º¶æªdG πª`©`dGh »H É≤`æ`dG ∫É°†`æ`dÉH h

20

19) «Soltan Tolba» Tarik éditions 2004 : Carrefour du Livre. Sotan Tolba était un spectacle initié par le Sultan Moulay Errachid (1664-1672) qui a été soutenu par les étudiants contre son adversaire Ben Mechâal.( Voir détails de la préface et de la présentation réalisées par l’ historien Hamid Triki) 20) Théâtre travailliste (union marocaine du travail) 21)Théâtre d’avant garde 22) Le Revizor de Nicolaï Gogol 23) L’Assemblée des femmes d’Aristophane (auteur dramatique athénien 450 avant JC) 24) Jeunesse ouvrière marocaine (JOM), organisation des jeunes travailleurs de l’UMT reconnue sur le plan national et international. 25) Théâtre engagé

121


ɪ``«``dÉH ¿É`£∏°S

á«HÉ≤ædG IÉ«ëdG π``¨```°û`∏d »Hô¨ªdG OÉ`ëJ’ÉH ≥`ë`àdGh π```£``Ñ````dÉ`c ¿Gƒ``NE’G √ƒ`∏`Ñ`≤`à`°SGh ∫É``°†æ`dG »a ôWC’G ø``e π`«`L ¿ƒ`ch nq 27 πª©∏d á«dhódG ᪶æªdG »a ô«ÑN ø«qp ©rn Jh Ühô¨dG »a ™`a óJ 29á`©WÉ`≤àe äÉ`ª∏`µH ìÉ`Ø```µ``dGh ∫É``°†`æ`dG ä’É``≤`e ™`e ìÉ``éæ`H ¿ƒ«``°SÉeQƒØfG Üô`¨e AGô`o≤`pd q .30OhhG O á```«``cR ∫É````°†``f ≈`cRh

á«LQÉîdG IQGRh …hÉØæµdGQOÉZ É``eó©H á«``°SÉeƒ`∏H ódG I É«ëdG √GQh ∑ô```````Jh 26 á«HÉ≤ædGÖjQGóàdG ≈∏Y∫hDƒ°ùªc√ƒØ∏ch á`«`dhO äÉfÉLGô¡e »``a OÉëJ’G π`ãnq eh n 28 ܃`é`ë``ªdG I ó``jô`L »`a ∑QÉ``°Th ì É```Ñ`°U π`````c CGo ô``≤``J h ô````°û`æ``oJh ì É`ѪdG ΩÓµdÉH øe É°†`à`dG QÉ`µaCG ø``q≤n d Oƒ```Lƒ``dG GPÉ`¡`H I ójô``é`dG ±ô````°T

26) Ecole de formation syndicale 27) Expert auprès de l’Organisation Internationale du Travail 28) M Mahjoub Benseddik secrétaire général de l’UMT. Il s’agit du journal Maghreb Informations 29) Mots croisés 30) Zakia Daoud, journaliste à Maghreb Informations et auteur de plusieurs livres dont Abdelkrim une épopée d’or et de sang (Séguier) et Les années Lamalif (Tariq éditions fevrier 2007) : carrefour du Livre.

122


…hÉØæc óª°üdG óÑY

∫ÉãeC’Gh áLQGódG IRõ`©`e ¿ƒ```µ``````J ¢``TÉ````H π``°VÉ`````fh

áLQGódG ìô``°ùªdG »``a …hÉØæµdG πª©à``°SG

á``¨`dh ΩC’G á```¨`d »```g á````≤``rfõ```dG nq

á``¨∏dG GPÉ``g ¿CÉ``H ¢ThÉ``°ùfÉe ¿hó```jGR

Gô````°û``dGh

á````HÉ``≤``æ```dGh

á````≤`∏r ``ëdGh n

32

™````«```Ñ```dG

á```¨````dh

n «r `©`dGh á````£` n

•É````°ù```Ñ``dG á````¨`dh r

31

á````ª``µ``ë```dGh π```jÉ```ã``eC’G á````¨``∏```H

∫É```ª```©`dG á`````¨```dh ¿ƒ```ë`∏r `ª`dG n

á```¨`dh

á```eó`≤`ª`dG OÉ``g äÉ``Ñ`à`µ`J Gò``¡dh

r …hÉØæµdG ∫É``°†æH øjôjóL hÉ≤`` r Ñr ```nf ¢TÉ```H

…ƒ``HôJ iõ``¨e GO äGQÉ``°TEG º``¡«a »``∏dG

∫ƒ```≤`j OhÉ```©`jh ∫ƒ```≤`j ó```jõ`jh »````eCG á``¨dh É``sHCGn á````¨`d »```a ô```«``Z

∫ƒ```≤`j …hÉ```Ø`æ`µ`∏d ø```µªj ¿Éc

.»``eƒ`ª`g ≈``∏`Y ø```«`©`dÉ`£`e »``∏qp `dG

»```ª``¡`a r Gƒ```à`«`¨`Hr »``∏qp `dG Gƒ`dƒ``` n r °Sh

»```µ`Ñ`f ±ô````©`f ¿É```c É```e É```fCG

∫ɪ©à°S’G ø``°ùM ìô°ùªdG »a º¡∏ª©à``°SGh

∫É```ã`eC’G á```¨`d »``g á```LQGó`dGh

∫Gƒ`````bC’G OÉ```g ≈``∏`Y π```«`dó```dGh

∫Gƒ``£dGh QÉ``°ü≤dG πª©à``°SGQGƒëdG »``a

π```ZO

É```æ`«`∏`Y Gƒ```ª`µ`M

∫ɪdG ÖMÉ``°U »``fóª∏d ∞``àcƒH ¬``dÉb É``e

∫AÉ``°ùà«c ¿Gô```«`M ∞```à`cƒH ≈```≤`Hh

π¨ÑdG iOCG óMGh hG á``Yn Or ôr Ñn dG hGónq dG Ir ô`` n r°ûY

º```µ`ë`H

π````ë`dG ¿ƒ````µ`j …OÉ````Z

.π`````ª```é```dG ¢SGQ »`fó````ª```dG ™``````e "É``gÉHnq QGO É``¡jQƒ`r nq J ’ É``¡rn ≤∏nq £rn J »``∏qp dG"

∞```«`c

É¡«`a ∫É```b ∞``àcƒ``H á«Mô``°ù``ªdG ¢ù```Ø```f

31)Le bsat était un spectacle annuel qui se prod0.uisait à la cour en présence du Roi, des membres du gouvernement et des notables du royaume. Les représentations produites, outre leur caractère burlesque étaient satiriques ; tout le monde y passait. 32)Halqa est un spectacle populaire produit en plein air. Les représentations de la halqa sont très variées : halqa de musiques populaires, danses folkloriques, gnaouas, acrobates, prestidigitateurs, petits sketchs improvisés......

123


ɪ``«``dÉH ¿É`£∏°S "É``¡«a í``«£ n ØMn »``°T ô``n r ØMr »``∏qp dG " r «r cn Iô``r "¬«∏Yr è`` r ën «r cn √ôo «qr pªMr ≈``∏Y ¢``ùp r jɵrJ »``∏qp dG"

É``¡``«```∏```Y

OGR º````«````gGô```HG

É`eCq G

r £n YCr G ≈``dEG p ƒrn JÉe çr ô`` p ©n dr G ∑É`` »WG n ënr J Ée »WÉ

»p∏Yr ∫É``b 33É``ª«dÉH ¿É£∏``°S á«Mô``°ùe »``a o ¬``«∏Y è``àMGh ¿É``ªMôdG ó``ÑY ƒ``Ho hÉL r hCG p ën `Ñ`dG »```WÉ` Rhõ```©`d n »```p∏`Yr ∫É```bh o

.á```«`Hô`¨ªdG á``«`∏`≤`©`dÉH Gƒ```ao ô`r ©`nq «r `ch

á∏«``°UC’G ÉæJQÉ``°†M ø``e AõL ∫É``ãe’Gh

p Hr " .34"»``fÉK ∑ó``æY π``jÉãªdG Gó``¡H â``jó

r æjQƒ```còr `en É```e »``p`∏`dG .¬HÉà`c »``a ¢``û```r

¬JÉ«Mô``°ùe »a ∫ÉãeC’G ø``eô«ãµdG »``bÉHh á«`Ñ`©``°ûdG É``æ`à`a É``≤`K ≈∏Y Gƒ``¶aÉëf ó``H’

.á`«`dhDƒ``````°ù`ª`dGh õ`©```dGh ∫É``°†```æ``dÉH

33) Soltan Balima (en cours d'édition 2010). 34) Réplique de Abderrahmane employeur de Ali dans Soltan Balima

124


…hÉØæc óª°üdG óÑY

á`∏°V É`æª`dG á`Lhõ`d G .¬HÉ°U Ée ’h ¢û«©dG ÜÉ``°U äôÑ``°Uh .¬`HÉë``°U Gh ¬`à`∏`F É``Yh ƒ`g É``¡ªYOh q .ƒHo É` nZ ø`jô`NB’o G ≈``dn EG OƒLƒ`e É``ª`FGO .¬```HÉ`Ñ`MCG äGOÉ`¡```°û`H º``¡JRõYh .ô``«p```°û`rf Ó`H ≈`bÉ`H »∏qp `d G π```«`ª`µ`à`d

¬HÉÑM âeôàMGhóª°üdGóÑ©Hπ««fGOâLhõJ ¬H ÉéëH ÉgɪMCG ≥jó``°üdG ø`H ܃éëªdG ¬HGƒf øe ¥GRô``dG ó`Ñ`Y óªëe ≥``«aôdG ¬``Hƒ``à`c â```` r ©`r Ñr `Wn ≈```à`M ä Gô``` n Lr ô``«``Ñ`c Oƒ````¡`é`e ô`j r ó```qàp ``cn »``bÉHh p ÜÉàµdG á©é°ûe ¿Gó«ªdG OÉg ≈a É¡JGó©°Sh ô``«``N π``ch ¬```jƒ`æ`à`dG ¿ É`≤`ë`à```°ù`J π«ªédÉH ¬«∏``°VÉæeh OÉëJÓd ±ôà`©àch πMGôdG ¢Vôe ±QÉ``°üªH πصJ Ée ó©H

.34≈`Hô`©∏`∏`H õ``jƒ``d iQÉ`e Ió`«`°ù`dG .ô````«`æ``ª`dG π```ª``©`dG OÉ```g ≈```∏`Y .π`«`Ñ`æ`dG º``¡Øbƒe ≈∏Yh º¡dɪYCG ≈∏Y πNGódG hCG êQÉ``îdG ≈a è```dÉ`©`J AGƒ``°S k π`«`ãªdG QÉ``°û`à°ùªdG IOƒ°S ø`HG ó`«```°ù`dG

π`«`∏`édG ∂`∏ª`dG ¬d Qƒ`Ø`¨ªdG π```°SQCG π`«`«fGO Ió`«```°ù`∏d …RÉ`©`à`dG º```jó`≤`à`d ΩÓ``°SE’Gh áHhô©dG ó`Ñ`≤`Ø`d ô`Ø`ZG º¡∏dG ΩÉ`ª`¡`dG ¢SOÉ``°ùdG ó`ª`ëe ∂∏ªdG á``dÓL ó`ª`ë`e É`fó`«```°S ≈``∏Y º`¡`∏`dG »∏``°Uh ¿É`````````fó``````Y ó```````dh ó```«`````°S 35

.36π`«°UC’G »°û`jGô`©dG Iô°SCG OGô`aC’h Ω É````eE’G É```f’ƒ`e º````¡`∏`dG ô```°ü`fGh ΩÓ°ùdGh á«aÉ©dGh áë``°üdG º¡∏dG ¬bRQGh ó``````ª``ë``e É``fó``«````°S ∫BG ≈```∏``Yh .¿ É`«``YC’G ¬`Ñ`ë```°Uh ¬````dBG ≈∏`Yh

34) Mme Belarbi Marie Louise - Libraire Editeur. 35) Feu SM HassanII bien sûr. 36) Décès à Casa le 31 mars 1976

125


Soltan ɪ``«``dÉH Balima ¿É`£∏°S

126 2


Abdessamad KENFAOUI

Abdessamad Kenfaoui Abdessamad Kenfaoui

Soltan Balima

Aphorismes Traduction : Houcine Benharbit

collection theatre 4 1 Traduction : Leila Benallal Messaoudi


Collection inachevée : d’Aphorismes Soltan Balima

• Dépôt légal : 2010 MO 0782 • ISNN : 2028 - 1668 • Imprimerie : Les Editions Maghrébines Aïn Sebaâ - Casablanca • Edition : 2010 web : www.kenfaoui.com www.kenfaoui.com

22


Abdessamad AbdessamadKENFAOUI Kenfaoui

Publications Théâtre Populaire - Casablanca - 1996. Soltan Tolba - Tarik Editions - 2004. Nouvelle Collection “Théâtre” en six volumes - 2010. 2009. ¢

¢

¢

¢

¢

¢

Bouktef en arabe dialectal et en français. Soltan Tolba en arabe dialectal. A Moula Nouba en arabe dialectal. Soltan Balima en arabe dialectal et en français. Si Taki et Barbe Bleue en arabe dialectal. Aphorismes - Collection inachevée.

3


Soltan Balima Soltan Balima

24


Abdessamad AbdessamadKENFAOUI Kenfaoui

Oeuvres de l’auteur Créations de « l’atelier d’auteurs », (1952 –1956) signées sous le pseudonyme « Atawakil », avec André voisin, Abdessamad Kenfaoui, Tahar Ouaziz et Tayeb Laâlej : ¢ ¢

¢ ¢ ¢

¢ ¢

¢ ¢

Chems Ed Doha pièce inspirée d’une légende de Marrakech. Bonhomme Misère (Aammi Zalt) création d’André Voisin, traduit en arabe par l’atelier d’auteurs. La vie d’Ibrahim Ibn Adham, d’après le récit d’Ibn Battouta. Maalem Azzouz d’après le Barbier de Séville de Beaumarchais. Les Fourberies de Joha, adaptation d’après les Fourberies de Scapin de Molière. Les Babouches Ensorcelées, création. El Warith, adaptation d’après le « Légataire universel » de Regnard. Les Balayeurs, création. Mrid khatro d’après Le malade Imaginaire de Molière.

5


Soltan Balima

Créations et adaptations de A. Kenfaoui (1956-1976) • Bouktef, création en arabe et en français • Soltan Tolba, création, • A Moula Nouba, création • Soltan Balima, création • Même la mort, création, en français (manuscrit confié par l’auteur à un ami), • Aphorismes, collection inachevée. • Si Taki, adaptation du Tartuffe de Molière. • Barbe Bleue, adaptation du conte de Ch. Perrault . • Traduction en arabe dialectal du scénario du film «vaincre pour vivre» de Mohamed Tazi  • Mots croisés pour le quotidien, Maghreb Informations dont les thèmes sont le Maroc, le Tiers- Monde, l’Afrique, l’action syndicale, sociale et politique. • Poèmes.

Textes  inachevés • Le Télex création en français. (manuscrit égaré) • Le mouchoir, création • Le voile du bonheur, création • Le radeau, création • Les fusils de la mère Carrare de B. Brecht. (adaptation) • L’exception et la règle de B. Brecht. (adaptation) • Les affaires sont les affaires d’Octave Mirbeau. (adaptation) • Boulevard Durand, d’Armand Salacrou. (adaptation).

6


Abdessamad AbdessamadKENFAOUI Kenfaoui

Remerciements Durant toutes ces années pendant lesquelles j’ai partagé sa vie... Durant toutes ces années pendant lesquelles j’ai partagé sa vie... «« une une vie vie de de gueux gueux faite faite àà deux deux », », comme comme il il aimait aimait le le répéter..., répéter..., Abdessamad Abdessamad Kenfaoui Kenfaoui n’a n’a pas pas cessé cessé de de dénoncer dénoncer àà travers travers ses ses choix de vie, ses écrits et toute son œuvre, l’injustice, la corruption choix de vie, ses écrits et toute son œuvre - pièces de théâtre, et la tartufferie sans littéraires chercher dans sa grande humilité, à faire proverbes, critiques et mots croisés, l’injustice, la publier ses manuscrits. corruption et la tartufferie sans chercher dans sa grande humilité,

àC’est fairepourquoi publier ses manuscrits. quand la mort l’a surpris, je me suis retrouvée en face œuvre importante, parfois inachevée, sans savoir s’il C’estd’une pourquoi quand la mort l’a surpris, je me suis retrouvée en face d’une œuvre importante, inachevée, sans savoir s’il aurait vraiment souhaité qu’elleparfois fût publiée. aurait vraiment souhaité qu’elle fût publiée. En cette année 2010, à un moment charnière entre mémoire et En cette année 2009, à un au moment entre et histoire, me voici arrivée terme charnière de la tâche quemémoire je m’étais histoire, me voici et arrivée auson terme de la je m’étais fixée : rassembler publier œuvre, entâche arabe que dialectal et en fixée : rassembler et publier son œuvre, en arabe dialectal français, dans une nouvelle collection en six volumes. et en français, dans une nouvelle collection en six volumes. Toutes les actions menées ont pu être réalisées, grâce à des amitiés Toutes les actions menées ont pu être réalisées, grâce à des amitiés fidèles à sa mémoire, convaincues de son talent et de l’importance fidèles à sa mémoire, convaincues de son talent et de l’importance du rôle qu’il qu’il aa joué, joué, en en fervent fervent défenseur défenseur de la tradition tradition et de la la du rôle de la et de modernité, de son son pays, pays, durant durant modernité, dans dans l’enrichissement l’enrichissement de de la la culture culture de une une période période des des plus plus cruciales cruciales de de l’histoire l’histoire du du Maroc. Maroc. Je remercie toutes les les personnes remercie aujourd’hui aujourd’hui toutes personnes qui m’ont m’ont aidée, de près ou de loin à faire éditer son œuvre aidée, de près faire éditer œuvre et en particulier », Mmes Marie-Louise Belarbi, Leila particulier ses ses « «fidèles fidèles », Mmes Marie Louise Belarbi, Messaoudi, OdileOdile SuireSuire Sinaceur, MM. Leila Messaoudi, Sinaceur, MMAbderrahman Abderrahman Ziadi, Ziadi, 7


Soltan Balima

Boubker Monkachi, Reda Barrada, Mohamed Berrada, Hamid Oudghiri et le Dr Mustapha Agueznay, la plupart d’entre eux membres fondateurs de l’Association Abdessamad Kenfaoui. Mes remerciements, vont particulièrement à Monsieur Mohamed M’jid, humaniste convaincu et sincère, qui malgré ses activités multiples et prenantes m’a consacré beaucoup de son temps, ainsi qu’à Monsieur Abbas El Fassi, Premier Ministre et Député de Larache, à Monsieur André Azoulay, Conseiller de Sa Majesté le Roi, pour leur aide précieuse et leur désir de sauvegarder le patrimoine culturel marocain, fidèles en cela à l’estime et à l’amitié qui les liaient au défunt. Enfin j’exprime toute ma gratitude à l’égard de MM. Abid Kabadi, Abdelkader Boukhriss, Abed El Maallem, le Pr Hamid Triki et le Dr Noureddine Bouchareb pour le soutien qu’ils ont apporté à l’Association depuis sa création en 2002. Que ses amis le retrouvent dans ses écrits, que les jeunes générations le découvrent sur le site Web qui lui est consacré, et qu’il reprenne sa place dans l’histoire du théâtre marocain, demeure mon vœu le plus cher. Danièle Kenfaoui

8


Abdessamad AbdessamadKENFAOUI Kenfaoui

Presentation SOLTAN BALIMA** Par Marie-Louise Belarbi*

La pièce se déroule dans la boutique d’Abderrahmane qui tient un commerce de bijoux, de pièces rares et anciennes. Il se procure parfois sa marchandise au marché noir, grâce aux bons offices de Azzouz, un filou qui cache bien son jeu. L’action est assez réduite. C’est l’histoire d’une filouterie, une escroquerie savamment montée, à laquelle participent Haj (Soltan Balima) et Badiaa (sa nièce) et dont Abderramane fera les frais... Mais ce que tout le monde ne sait pas, c’est que ce « Soltan Balima » (alias Haj) a bel et bien existé ; toute une génération de Marocains a pu le rencontrer, sur la terrasse de l’hôtel Balima à Rabat...et nombreux sont ceux qu’il a escroqués...On le trouvait aussi à Paris, « Aux Deux Magots », à Saint Germain des Prés au quartier Latin où Kenfaoui l’a sûrement croisé. Mohamed Semlali à Fès, nous en parle dans « l’Opinion » du 11 mai 2006 : «Vous vous rappelez du fameux « Soltan Balima ? ».

(*) Libraire - éditeur. (**) Pièce satirique de la société marocaine des années 70, en un acte.

9


Soltan Balima

Le romancier qui relatait dans ses bouquins les larcins d’Arsène Lupin (traduits en plusieurs langues), n’est que de l’imagination. Par contre, ceux réalisés par le sultan de «Balima» sont véridiques. Ce dernier fréquentait de son vivant le fameux café «Balima» sis au Boulevard Mohammed V à Rabat. En effet, c’était un homme aimable, élégant et beau. Il portait toujours «l’habit traditionnel» parfois costume ou uniforme kaki et lunettes à cadre doré. A signaler que ses exploits sont les suivants : trafic d’influence, esbrouffe (promesse de licences de transport ou autres – grades supérieurs – et même interventions auprès des tribunaux). En réalité ce n’était que des promesses pour en tirer profit moyennant finances. Une fois arrêté, pour se défendre devant les juges, il prétendait qu’il n’avait jamais utilisé une quelconque contrainte, car ses victimes lui remettaient de l’argent de leur propre gré. Elles n’avaient pas la conscience tranquille ! Malheureusement, ce « phénomène » est mort dans son douar natal, aux environs de la ville de Ouazzane, en emportant avec lui ses mystères qui n’ont jamais été relatés.... pourtant, à Rabat où il était bien connu, les écrivains ne manquent pas... ».

10 10


Abdessamad KENFAOUI

SOLTAN BALIMA SCENE I Abderrahmane et Ali - Abderrahmane : (Abderrahmane et Ali entrant avec des quotidiens dans la main). Assez de bâiller “Wahch”* ! Par Dieu, tu es devenu fonctionnaire ou bien tu passes ton temps à ingurgiter méchouis et pastillas. - Ali : (tout en se levant). Tu te moques de moi si Abderrahmane? Tu connais ta sœur et son intelligence, personne n’a rien à redire. - Abderrahmane : La pauvre, pourquoi parler d’elle ? Ah ! Si elle avait de la chance... - Ali : Oui la pauvre, elle n’a pas de chance, sauf qu’elle se réserve le meilleur de la marmite et s’empresse de le manger dans la cuisine avant de servir. Pour ma part, je n’ai droit qu’aux restes et aux bas morceaux. Cela se produit même le jour où il m’arrive d’acheter la viande devenue maintenant si chère qu’elle est hors de portée de notre bourse !» - Abderrahmane : Et alors, est-ce une raison pour le crier sur tous les toits, la bouche aussi béante qu’un portail de fondouk ? - Ali : L’oisiveté en est la raison ! (*) Terme souvent utilisé par l’auteur en marque de sympathie (l’animal, le fauve).

11


Soltan Balima

- Abderrahmane : Oh là là ! La famille du mort s’est montrée patiente et les pleureuses restent inconsolables ! - Ali : Quoi que je dise ou que je fasse, je suis toujours l’objet de critiques !

- Abderrahmane : De quoi te plains-tu ? Ta paie journalière est garantie. Que veux- tu de plus ? - Ali : Pour mon bonheur, je n’ai pas d’enfants. Donc j’ignore les soucis de l’achat des fournitures scolaires, des billets de stade, de cinéma et autres frais. - Abderrahmane : Alors du moment que tu n’as pas d’ennuis tais-toi et remercie Dieu de cette aubaine !

- Ali : Dieu soit loué, (il s’assoit). Ce que tu me donnes me suffit. Je ne manque de rien mais je suis consterné par le marasme qui sévit maintenant dans le commerce.... Passe-moi un journal.

- Abderrahmane : (en s’asseyant sur une chaise). Il ne relate que les mauvaises nouvelles, à savoir vols, chômage et cherté de la vie. - Ali : Où en est-on avec les affaires des personnalités ?

- Abderrahmane : Il y a vingt sept dossiers en instance d’enquête.

- Ali : L’autre jour je suis allé à la banque te ramener vingt mille francs français. Seulement, avant de me les remettre, un entêté m’a cuisiné une heure durant... A ce rythme il faudrait une éternité si l’on doit enquêter sur les sommes détournées ! - Abderrahmane : Qu’ils se débrouillent !

- Ali : Et cela seulement pour vingt sept affaires ?

- Abderrahmane : A quoi veux-tu en venir ?... Sais-tu ce que tu as de mieux à faire ? Va t’occuper de ton travail... Enlève au moins 12


Abdessamad KENFAOUI

la poussière... Les toiles d’araignées commencent à faire leur apparition !

- Ali : Qu’à cela ne tienne (il se lève et les cherche) Depuis huit jours on n’a même pas vendu une bague ! - Abderrahmane : On n’a pas vu un seul client arriver depuis la visite de ce maudit directeur... Il porte malheur... Que Dieu nous préserve de lui et de ses semblables ! - Ali : En tout cas il a payé le prix fort, il ne se remettra pas du coup de massue qu’il a reçu ! - Abderrahmane : Il le mérite largement. - Ali : Il ne reviendra jamais. - Abderrahmane : Tu es encore naïf... Cette somme ne représente rien pour lui ! A-t-il seulement ressenti cette dépense ? - Ali : Qui veut voyager loin ménage sa monture ! - Abderrahmane : Tu recommences encore avec tes adages ? Ecoute... Si lui ne revient pas, il y a les autres directeurs. Ils sont tellement nombreux... Le nouveau responsable fraîchement promu amène avec lui tout un monde... Voici ses cousins paternels et maternels, ses proches et ses amis. Chacun d’entre eux est directeur... et gagne de grosses sommes d’argent. - Ali : Il n’y a que moi qui n’ai pas de chance. - Abderrahmane : Pourquoi te plains-tu ? Tu travailles, tu as une situation enviable. - Ali : Je ne parle pas de mon cas. Je veux dire que tu dois revoir tes prix qui font fuir les clients. - Abderrahmane : Par Dieu, tu ne mérites même pas cet emploi... Sache que ne viennent chez nous que ceux qui ont l’argent facile... Ils ne savent même pas quoi en faire... Tiens, lis ! (Ali prend le journal et s’assoit en face d’Abderrahmane) Vois ce 13


Soltan Balima

qu’ils écrivent sur tes amis les ministres dont tu cherches à avoir des nouvelles. Sans pudeur, sans honte, ils avouent et déclarent que leurs banques les avisent de virements de sommes d’argent à la banque. Ils ne connaissent ni les origines de ces virements ni leurs provenances, ni les raisons des versements. Ton esprit peut-il concevoir pareille chose ?

- Ali : Bravo ! Les gens nous prennent pour des marchandises, nous exploitent et nous restons là, sans réaction. - Abderrahmane : Que veux-tu ? Etre leur égal ?

- Ali : Non monsieur, je ne supporte pas les emprisonnements... Je ne supporte pas les scandales. Mais heureux ceux qui n’ont pas été pris... Car pour un seul arrêté, mille sont passés entre les filets. - Abderrahmane : ça te regarde...? Lève-toi, je te demande simplement de nettoyer la poussière... de t’occuper un peu plus de ton travail.

- Ali : (il se lève de la chaise comme s’il voulait commencer son travail). Me voilà, je m’en occupe... Je m’occupe de l’or, des perles et de la poussière... Du matin jusqu’au soir... Quant à l’argent, Dieu y pourvoira. D’ailleurs aussi bien nous que nos voisins... Il n y a personne qui vende quoi que ce soit...Tous éventent les mouches !

- Abderrahmane : Et le journal n’est plein que de mariages... Viens, regarde (Il montre le journal) Il y a des photos à la pelle... (Ali s’assoit de nouveau) Il y a un, il y a deux, il y a trois... Que les fils d’un tel et d’un tel. - Ali : Il y a tellement de mariages ! Mais qui va s’intéresser à nous et nous accorder de l’importance. Les gens lorgnent d’autres horizons. 14


Abdessamad KENFAOUI

- Abderrahmane : Par exemple ? - Ali : C’est une affaire de catégories. - Abderrahmane : Ah oui ? - Ali : Il y a d’abord les grands...Ils n’accordent aucune importance à nos articles... Ils se sont lancés dans les villas,les fermes, les voitures... Et les costumes haute couture de Paris et de Suisse... Les comptes bancaires... Chacun a son importance. - Abderrahmane : Et notre camelote ne vaut donc rien ? - Ali : Non ! Elle a sa place... Mais pas ici... Cela dépend de la femme... Quand elle est rusée et qu’elle sait ce qu’elle veut, monsieur est obligé d’amener madame faire ses achats chez Cartier, Van Cleef et Tiffany, c’est-à-dire dans les seuls magasins renommés de Paris, Londres et même New York... Et la note est des plus salées. - Abderrahmane : Et si la femme n’est pas trop exigeante ? - Ali : Il existe des intermédiaires qui font ses affaires... La qualité supérieure et les prix convenables... Diamants, perles et pierres précieuses de toutes sortes. - Abderrahmane : Est-ce que ce sont les gens des Ambassades ? - Ali : Donc, tu es au courant. Par Dieu, il y a certaines personnes dans nos ambassades, principalement au Moyen Orient, qui ont trouvé là leurs affaires. - Abderrahmane : Pourquoi ne les feraient-ils pas... Ni douane... Ni autres formalités... Mon fils, “l’âne a choisi de faire l’instituteur...” Tiens, tu me rappelles... J’oublie souvent... Où se trouve mon médicament ?. - Ali : Tu as tout dans le tiroir (Abderrahmane cherche le médicament et Ali va lui apporter un verre d’eau). Si Abderrahmane pourquoi tous ces médicaments? Ce sont des dépenses inutiles. 15


Soltan Balima

- Abderrahmane : Au moins, j’en profite. - Ali : Tu te ruines... Ce n’est pas raisonnable. - Abderrahmane : Mais non bonhomme, mon fils est adhérent à la mutuelle de l’enseignement. C’est elle qui arrange tout... Mon fils prend en son nom les médicaments et c’est la mutuelle qui paie tout. Tu ne voudrais quand même pas que je les plaigne. Tant pis pour eux. - Ali : C’est là une bonne affaire (il s’assoit). Si Abdelhafid doit penser de temps à autre à nous. Il ne paie rien de sa poche. - Abderrahmane : De ce côté-là, il en fait profiter toute la famille. A toi non plus il ne te refusera rien, il suffit de lui parler. - Ali : Dès que l’occasion se présentera et... - Abderrahmane : C’est le peu dont je profite. S’il était comme les meilleurs, il aurait pu être dans un ministère ou dans une ambassade. Des moins compétents que lui ont acquis des biens, ça crève les yeux. Un de ses amis de classe, d’après ce qu’Abdelhafid lui même m’a raconté, est allé aux Etats-Unis en qualité de petit scribouillard sans responsabilité. Il a acheté plus de dix villas... Que des villas de luxe ! - Ali : C’est ce qu’on raconte sur les gens des ambassades. Tous se débrouillent... Même ceux des consulats... Avec leurs passeports diplomatiques et avec le nombre élevé de Marocains à l’étranger... Seul Dieu sait ce qu’ils font ! - Abderrahmane : Heureux celui qui a du piston ! - Ali : Et nous, nous restons ici en train d’attendre ! - Abderrahmane : En résumé...A part ces grands, qu’y a-t-il d’autre ? - Ali : Ils n’y a que ceux qui viennent après. - Abderrahmane : De quelle espèce s’agit-il encore ? 16


Abdessamad KENFAOUI

- Ali : Ces cadres moyens... Eux aussi nous fuient. Ils se sont entichés d’autre chose... ils se sont initiés auprès des Européens. - Abderrahmane : Les Européens ? - Ali : Oui ! Je vais te raconter ce qui s’est produit ces derniers jours et tu comprendras... Un étranger employé dans une de nos administrations a marié sa fille. Qu’a-t-il fait ? Il est allé chez un étranger comme lui qui vend des articles d’ameublement. Il a dressé une liste de tout ce dont il avait besoin et l’a laissée chez le vendeur. Tous les articles proviennent de l’étranger. Il n’y a aucun article local dans le magasin de cet étranger. - Abderrahmane : C’est vrai ! - Ali : Après il a invité beaucoup de personnes. Chaque convive se voit obligé d’acheter un article de la liste... En fin de compte un étranger marie sa fille, un autre écoule sa camelote et les Marocains paient ! C’est ainsi qu’ils agissent... Dans l’ameublement, il n’y a que Christoffe, et Ercus ! - Abderrahmane : D’où tu connais tout cela ? D’où glanes-tu toutes ces informations ? - Ali : Les journaux... et les gens ! Rien ne se cache, conduis-toi bien et c’est suffisant.

- Abderrahmane : Si les personnalités s’approvisionnent à l’étranger et les cadres moyens achètent ici les articles importés, que nous reste-t-il... Les candidats à l’émigration clandestine ! - Ali : Pourvu qu’ils s’en sortent avec le quotidien... D’une façon générale.....

- Abderrahmane : Ces court-vêtues de nos jours se contentent de n’importe quoi. Si elles trouvent de quoi se payer le coiffeur, de quoi se farder le visage et se vernir les ongles, cela représente pour elles le fin du fin. 17


Soltan Balima

- Ali : cinquante ou cent dirhams suffisent à leurs emplettes dans le dernier des magasins. - Abderrahmane : On est envahi de leurs pacotilles. - Ali : Les articles en or tels que bracelets et boucles d’oreille ne plaisent plus à personne. C’est une autre génération. - Abderrahmane : Cet engouement va-t-il durer éternellement ? Si cela devait être ainsi, soit on ferme la boutique,soit on se met à vendre la même pacotille à notre corps défendant... Si on ne gagne pas avec nos concitoyens, nous gagnerons au moins avec les hippies... Il y en a tellement ! - Ali : Le meilleur d’entre-eux n’a même pas de quoi payer son dîner. - Abderrahmane : Détrompe-toi. Ne généralise pas. Il y a parmi eux, des fils de notables... Des nantis et des négociants. - Ali : Mais ils sont tous habillés de guenilles... On dirait qu’ils n’ont même pas de quoi se raser. Comme ils sont nombreux! ... Des sauterelles !... Ils s’adonnent au kif à cœur joie. - Abderrahmane : Cela ne nous regarde pas. Grand bien leur fasse! - Ali : Il n’en reste pas moins que ces pacotilles, comme tu les nommes, restent intéressantes. - Abderrahmane - Et quoi encore ? - Ali : Ils vont les interdire complètement... Elles sont prohibées à l’importation à compter de maintenant. - Abderrahmane : Que vont faire tous ces pauvres gens qui s’adonnent à ce commerce ? Iront-ils mendier ? - Ali : Non...Ils vont commencer à les fabriquer localement. - Abderrahmane : Ici ? 18


Abdessamad KENFAOUI

- Ali : Eh oui !... Pour occuper la main d’œuvre... Les gens ne resteront pas chômeurs...On m’a communiqué même le nom du propriétaire de l’usine mais je ne m’en souviens plus. - Abderrahmane : C’est un musulman ? - Ali : Eh oui ! En effet. - Abderrahmane : C’est sans doute un prête-nom... Ce ne peut être qu’une société qui a voulu avoir la main mise sur cette affaire...Je me demande combien elle a donné pour qu’on lui délivre cette autorisation. - Ali : Dans pareil cas aussi ? - Abderrahmane : Le pot de vin est obligatoire...Il faut qu’il soit conséquent... Crois-tu que ce soit ici de la rigolade... Il n’y a pas une autorisation ou un permis qui puissent y échapper... Que ce soit pour la construction, pour les mines ou même les compagnies aériennes... Sur terre et au sous-sol... L’eau et le ciel... Tout... Lis le journal et tu verras. - Ali : L’âne sur le toit ! - Abderrahmane : Quel rapport entre l’âne et le toit ? - Ali : Puisque n’importe qui obtient ce qu’il veut, fait ce qu’il veut et se comporte comme il veut... Et pourquoi pas... L’âne ne monterait pas sur le toit ? - Abderrahmane : Reste loin de ces affaires bonhomme. - Ali : Pourquoi ? Ne suis-je pas un citoyen ? Est ce que je ne règle pas mes impôts ? - Abderrahmane : Pour les sommes importantes que tu paies ? - Ali : Bien plus que mes possibilités ! - Abderrahmane : Trêve de blablabla... Et parlons de choses sérieuses. Quand vont-ils interdire l’importation de ces pacotilles ? 19


Soltan Balima

- Ali : Bientôt, avec le prochain remaniement ministériel. - Abderrahmane : Remaniement ministériel ! Les gens ne s’occupent que de cela. A croire que tous vont devenir ministres... Fais attention ! Pourquoi cette curiosité morbide ? Qu’avons-nous à voir avec la politique ? Vive celui qui est nommé ! Que se multiplient les gouvernements ! - Ali : D’accord monsieur ! - Abderrahmane : Qu’on nomme plus de ministres ! - Ali : Oui monsieur ! - Abderrahmane : Qu’on nomme plus de directeurs ! Et qu’il y ait de plus en plus de riches ! - Ali : Amen monsieur ! - Abderrahmane : Plus ils sont nombreux, plus nos espoirs augmentent... Pourvu que nous récupérions un ou deux pour cent d’entre-eux qui deviendraient nos clients. - Ali : Moi, j’entends seulement les commerçants quand ils parlent. - Abderrahmane : Et toi ! Ton oreille est toujours dressée ? - Ali : Ecoute (il se lève et se dirige vers la porte). - Abderrahmane : Décidément, c’est une manie chez toi ! - Ali : Par Dieu il y a quelqu’un qui parle en bas !. (Une voix de coulisse parle). Si Aberrahmane est là ? - Abderrahmane : Oui ! - Ali : On dirait la voix de ton ami ! - Abderrahmane : Qui ? - Ali : (en regardant par la porte). Oui... C’est bien lui... C’est Azouz. 20


Abdessamad KENFAOUI

- Abderrahmane : Ça promet !... Descends, descends... Je ne suis pas là ! - Ali : On ne peut s’en débarrasser... Il monte déjà.

- Abderrahmane : Il veut certainement obtenir une communication téléphonique gratuite, un prêt, ou raconter un malheur qui le frapperait par la grâce de Dieu. - Ali : C’est un profiteur !

- Abderrahmane : Va ! Occupe-toi de tes affaires... Fais attention, ne lui parle pas... Tu le connais, il est collant ! Pendant toute cette journée, il va nous ennuyer. - Ali : Cela vous regarde tous les deux.

(Ali se plonge dans la lecture du journal. On frappe à la porte).

SCENE II

Abderrahmane, Ali, Azouz - Abderrahmane : Entre !

- Azouz (en entrant) : La paix soit sur vous !

- Abderrahmane : Sur toi également. Bienvenu, Si Azouz comment vas-tu ? - Azouz : Ça va, je te remercie (il se tourne vers Ali et lui dit) Si Ali, ça va ? - Ali : Ça va Dieu merci.

- Abderrahmane : Il y a longtemps que l’on ne t’a pas vu.

- Azouz : Pas étonnant, le travail d’un côté... Les enfants de l’autre. 21


Soltan Balima

- Abderrahmane : Assieds-toi d’abord.

- Azouz : Je ne veux pas vous déranger - Abderrahmane : Non... Assieds-toi... Pour au moins te reposer de la fatigue des escaliers et discuter, il n’y a aucun mal à cela. - Azouz (Il s’assoit) : Au nom de Dieu - Abderrahmane : Et cette visite Azouz. - Azouz : Il n’y a rien à dire, on ignore d’où viennent les ennuis. On a volé la voiture d’un de nos clients... C’est la raison pour laquelle je me démène cet après-midi. - Ali : Cela arrive tous les jours. - Azouz : Ce cas est quand même bizarre... L’homme a stationné face au parcmètre. Il a payé son dû comme tout le monde et puis est allé vaquer à ses affaires. - Abderrahmane : Et puis ? - Azouz : Il s’est absenté cinq à dix minutes et à son retour il a constaté le vol des papiers de la voiture... Ils ont jeté leur dévolu même sur les papiers. - Abderrahmane : Maudit soit le diable ! - Azouz : Il n’a pas hésité une seconde, il est parti tout de suite faire le nécessaire. Il s’est rendu au poste de police pour établir sa déclaration de perte. - Abderrahmane : C’est raisonnable ! - Azouz : Il a tardé... Tu sais que ces affaires de police nécessitent du temps. A son retour voulant récupérer sa voiture, il l’a trouvée bloquée par un sabot... - Ali : Il a sans doute trop tardé. - Azouz : En cherchant dans sa poche pour payer, il n’a pas trouvé d’argent. 22


Abdessamad KENFAOUI

- Abderrahmane C’est tout ?

- Azouz : Non... J’arrive... Il a trouvé un ami qui lui a prêté de l’argent. Il est revenu pour libérer sa voiture... Comme il a encore tardé, sa voiture a été emmenée en fourrière... Il est allé pour la récupérer... En voulant payer, le préposé a exigé les papiers de la voiture. - Abderrahmane : C’est une histoire à épisodes Azouz.

- Azouz : Oh je n’ai pas encore terminé... Après quinze jours de va-et-vient, il a pu enfin récupérer ses papiers... Il s’est rendu une autre fois à la fourrière, avec l’espoir de reprendre son véhicule... Après des recherches, elle n’a pas été retrouvée... On apprend que quelqu’un était venu muni de papiers en bonne et due forme, avait payé les frais de fourrière et avait emporté la voiture. - Ali : On se croirait à Chicago !

- Azouz : Plus que cela...Un enfant vient d’être kidnappé. Les ravisseurs ont demandé une rançon de je ne sais combien de millions... Comme elle n’a pas été payée, l’enfant a été assassiné... Mais c’est nous qui demeurons dans le pétrin... Maintenant si la voiture n’est pas retrouvée dans un délai d’un mois, nous sommes obligés d’acheter une voiture. - Abderrahmane : Que Dieu nous préserve !

- Azouz : Excusez-moi, je vous ai ennuyés avec ces histoires.

- Abderrahmane : Au contraire... C’est bien de savoir ce qui se passe. - Azouz : Et en ce qui vous concerne, comment vont les affaires? - Abderrahmane : Ce n’est pas fameux. - Azouz : Mais non ! Mais non !

23


Soltan Balima

- Abderrahmane : Je ne te cache rien Azouz... Tu es au courant de ce qui se passe. Rien ne t’échappe !

- Ali : Par Dieu, depuis dix jours, on n’a pas touché un centime d’un client. - Azouz : Le commerce est ainsi... Des hauts et des bas surtout dans votre métier. Une seule journée peut apporter la richesse. - Abderrahmane : Finalement, nous remercions Dieu.

- Azouz : Nous sommes tous ainsi... Nous sommes à la recherche du pain quotidien... D’ailleurs cette visite est bien intéressante pour moi... J’avais justement besoin de te voir, peut-être....

- Abderrahmane : Si c’est pour la voiture... Nous sommes loin de la fin de l’année, Azouz. En plus cette année, je compte sur toi pour revoir les tarifs, c’est la règle chez vous.

- Azouz : Que dis-tu là Abderrahmane, tout augmente de jour en jour et toi tu parles de remise... Observe d’abord combien tu dépenses au marché : le lait, le beurre, la viande... Tout a augmenté de cent pour cent. - Abderrahmane : Il n’y a que le loyer qu’on nous a empêchés d’augmenter... Nous nous aidions de quelques petits loyers parci, par-là. On nous interdit d’augmenter d’un seul franc... Ah si seulement nous avions loué aux étrangers !

- Azouz : Patiente avec eux jusqu’à ce qu’ils libèrent les lieux. Après, tu pourras faire ce que tu veux. - Abderrahmane : Pauvres de nous, on nous met la pression... C’est l’anarchie totale... Chacun affiche les prix selon son bonvouloir. - Azouz : Personne n’est là pour mettre fin à ces pratiques ou les interdire. Dieu les punira.

- Ali : Nous nous en remettons à Dieu… L’être humain est indif24


Abdessamad KENFAOUI

férent... Qui fait attention à nous ?... Celui qui sort d’affaire se désintéresse de ses semblables... N’est-ce pas Azouz ?

- Azouz (à Abderrahmane) : L’important est que je sois venu te voir pour deux affaires dans ton intérêt. - Abderrahmane : Lesquelles (en faisant signe à Azouz) Tu peux parler en sa présence. N’est-il pas mon beau-frère ?... Tu peux parler. - Azouz : Par Dieu, j’ai eu seulement quelques doutes. On ne peut se fier à personne. - Ali : Je vous laisse tous les deux (il veut sortir) - Abderrahmane : Il n’y a aucun problème, reste ! - Azouz : La première est une affaire que je ne voudrais pas te voir rater. - Abderrahmane : Comme quoi ? - Azouz : Elle est d’importance capitale... Par la grâce de Dieu, toute ta vie, tu m’en seras reconnaissant. - Abderrahmane : Que Dieu nous fasse entendre de bonnes nouvelles. - Azouz : C’est un proche qui est revenu hier. - Abderrahmane : Où était-il ? - Azouz : Il travaille dans une de nos ambassades ? - Abderrahmane : Où ? - Azouz : J’en arrive aux faits. Il est venu spécialement pour acheter un lot de terrain en apprenant que les prix avaient baissé ces derniers temps... - Ali : Même de l’étranger, il suit les affaires ? - Azouz : Il a apporté certaines affaires dont je voudrais simplement que tu bénéficies Abderrahmane. - Abderrahmane : Est-ce une voiture ? 25


Soltan Balima

- Azouz : Non, non, non. Ces affaires ne sont plus aussi juteuses... C’est un tout autre genre ! - Abderrahmane : Est-ce....

- Azouz : Oui c’est en effet !... Des perles ! Les unes plus belles que les autres ! - Abderrahmane : Et les frais de douane ?

- Azouz : Les diplomates passent outre la douane. Il ne faut pas être idiot ! - Abderrahmane : Peut-être commettra-t-il une erreur ?

- Azouz : Le chat ne glisse pas. Ce n’est pas la première à son actif. - Abderrahmane : A-t-il vu quelqu’un d’autre ? A-t-il discuté avec quelqu’un ?

- Azouz : Pas du tout !... qu’avec moi !... Quand il m’a consulté, je me suis dit, il faut quelqu’un de sérieux et de discret... Les choses sont devenues difficiles et les gains, dans leur totalité, servent à donner à certains, et à en faire taire d’autres... - Abderrahmane : Le secret est essentiel.

- Azouz : Veux-tu réaliser quelque chose Abderrahmane ?

- Abderrahmane : Tu sais ce que tu as de mieux à faire Azouz? - Azouz : Oui monsieur

- Abderrahmane : Tu vas coincer aujourd’hui ce monsieur...D’ici une heure ou trois quart d’heure, on se donne rendez-vous chez moi à la maison... Là, nous discuterons ... Pareilles affaires ne doivent pas être traitées dans le magasin. - Azouz : D’accord !... Mais ne m’oublie pas.

- Abderrahmane : Tu seras satisfait... Mais de ton côté, négocie bien l’affaire... Il ne faut pas que monsieur soit trop gourmand... 26


Abdessamad KENFAOUI

Si nous sommes d’accord, nous ferons plusieurs affaires de ce genre. Pour ma part, je suis prêt.

- Azouz : Il n’en résultera que du bien, si Dieu le veut. - Abderrahmane : Et la deuxième affaire. - Azouz : D’un autre genre... (il regarde le journal). Est-ce le journal d’aujourd’hui ? - Abderrahmane : Oui - Azouz : Excuse-moi (il le prend et le feuillette). Tu vois cette publicité ? - Abderrahmane : C’est grandiose ! - Azouz : Elle est celle de notre société... L’assurance dans toutes les branches. - Abderrahmane : Elle vous appartenait ? - Azouz : Non mais nous l’avons développée... Elle est devenue internationale. - Abderrahmane : Félicitations ! - Azouz : Une société française de Paris l’a achetée et a tout pris sous sa responsabilité... Que des étrangers... Du solide. Oui monsieur ! - Abderrahmane : Pas de marocain avec eux ? - Azouz : Un ou deux parmi les personnalités... Leur présence est symbolique... Ils sont rémunérés...Quand il y a une grosse affaire, ils font des interventions ou jouent les intermédiaires. - Ali : Si les vannes divines te sont favorables, tu n’as besoin ni de semer ni de herser... Que celui qui les a gratifiés nous effleure de sa bonté - Abderrahmane : Et toi, tu es toujours avec eux ? - Azouz : Ils m’ont prié de rester et je n’ai pas pu refuser. - Abderrahmane : Ils ne trouveront pas quelqu’un de mieux que 27


Soltan Balima

toi...Tu connais les personnalités et tu es accommodant avec les gens... Je le sais par expérience.

- Azouz : L’affaire de la voiture n’était donc pas intéressante?

- Abderrahmane : Si ! Tu m’as aidé...Tu as établi le constat après que l’accident se soit produit. Tu as arrangé la date et tu as fait le nécessaire. Tu n’as pas ménagé tes efforts...Il faut le reconnaître. - Azouz : Au moins, on t’a indemnisé.

- Abderrahmane : Jusqu’au dernier sou !...

- Azouz : En résumé, revenons à nos moutons... Je t’ai dit que la société ne s’occupe pas que des voitures maintenant... Elle fait des transactions qui englobent les fermes, les maisons et les fonds de commerce. - Abderrahmane : Ah bon !

- Azouz : Même les bateaux..., les avions. - Abderrahmane : Incroyable !

- Azouz : Les gens prennent leurs précautions. - Abderrahmane : C’est nécessaire !

- Azouz : Les temps sont devenus difficiles - Abderrahmane : Ah oui ?

- Azouz : La population a augmenté... Le manque de travail est une calamité. - Abderrahmane : Tu as raison.

- Azouz : On ne peut plus faire confiance à personne. - Abderrahmane : Tout ce que tu dis est vrai.

- Azouz : Tu es au courant ? L’autre jour, une pharmacie de jour a 28


Abdessamad KENFAOUI

été cambriolée... et huit millions ont disparu en un clin d’œil et dans la capitale ! On a remboursé jusqu’au dernier centime...

- Abderrahmane : C’est donc vous qui... ?

- Azouz : Euh ! Pourquoi suis-je donc venu te voir ?... Je veux que tu maîtrises bien tes affaires, que tu prennes les précautions nécessaires... Demain ou après-demain sait-on jamais ce qui peut advenir. - Abderrahmane : Ne soit pas de mauvais augure, Azouz.

- Azouz : Une parole en amène une autre, mais il est nécessaire que tu aies une assurance. - Abderrahmane : Combien cela me coûterait par exemple ?

- Azouz : C’est suivant ton capital...Et le montant que tu vas déclarer... Tu n’as ici que des articles précieux... et selon l’estimation... cent millions ou cent cinquante millions... La société a ses experts... Toi aussi tu es connaisseur. - Abderrahmane : Combien doit-on payer ?

- Azouz : C’est peu par rapport au risque... Il faut compter 1% au plus... Par exemple si tu as cent millions de bijoux, on peut évaluer que cela te revient à 750.000 francs par an. Le prix de quoi ? Rien... Si on te vole quelque chose ou que tu la perdes, on te la rembourse au prix auquel elle a été estimée. - Ali : Et si tout disparaît ? - Azouz : Ils déposent cent millions oui monsieur... Sur le champ! - Abderrahmane : Çà, c’est important... Il faut y réfléchir sérieusement ! - Azouz : Mais il faut te dépêcher... Car ils veulent augmenter le pourcentage. 29


Soltan Balima

- Abderrahmane : Mais quand même, ils doivent nous faire un prix. - Azouz : Il sera fait selon ton désir... Décide-toi seulement, moi je suis prêt. - Abderrahmane : C’est ce que je pense de toi Azouz : Nous devons discuter aussi de cela tout à l’heure à la maison. Si nous nous mettons d’accord dans la première affaire...Tu peux considérer la deuxième comme conclue...Ce sera ta commission. - Azouz : Non Abderrahmane... ne confondons pas les affaires, chacune doit rester à part. - Abderrahmane : Ce n’est rien entre nous... - Azouz : Il ne me reste plus qu’à te dire au revoir..., rendez-vous à la maison. - Abderrahmane : D’acord... Si je ne suis pas encore arrivé attendez-moi. - Azouz : Avant de me rendre chez toi, je téléphonerai. - Abderrahmane : C’est mieux ! - Azouz : Prudence, la prudence est de rigueur. - Abderrahmane : Je n’ai rien à ajouter. - Azouz : Allez, je vous dis au revoir. - Abderrahmane : Au revoir Azouz ! - Azouz (à la porte) : Et toi Ali, tu ne veux pas encore t’assurer chez nous ? - Ali : Pourquoi, qu’est ce que je possède... Un vélo Solex ? - Azouz : Et alors, on peut s’en occuper. - Ali : Quand la police d’assurance que je possède viendra à échéance. - Azouz : La précipitation n’est pas nécessaire... Quand tu auras besoin de moi, je suis prêt. - Ali : Je te remercie. - Azouz : Je vous salue (il sort). 30


Abdessamad KENFAOUI

SCENE III Ali et Abderrahmane - Ali : L’âne est monté sur le toit.

- Abderrahmane : Pourquoi parles-tu encore de cet âne ?

- Ali : Pourquoi pas ! Lui aussi monte sur le toit... Du moment que Azouz est devenu quelqu’un...Ce pays est bien servi ... - Abderrahmane : Qu’a-t-il ?

- Ali : C’est de la folie ! L’homme parle de choses avec suffisance comme s’il s’agissait de propriétés de son père.

- Abderrahmane : C’est qu’il compte sur son gendre...Il a des relations. Aujourd’hui les affaires sont ainsi...Si tu n’as personne sur qui compter, tu ne réussiras jamais. - Ali : A ce point ?... Une société internationale qui assure les bateaux, les avions et les commerces, n’a trouvé personne d’autre que Azouz ?

- Abderrahmane : L’important pour moi est de réaliser mon affaire... avec lui. En ce qui concerne le diplomate, ses pierres et ses bijoux, il peut dire ce qu’il veut... cela m’est égal. - Ali : Peut-être qu’il exagère.

- Abderrahmane : Moi je n’ai rien à perdre !

- Ali : Tu as raison... Si la société rembourse dans les cas de perte..., de vol ou de disparition. - Abderrahmane : Tu as bien entendu. Il y a beaucoup à faire. - Ali : Comme quoi ?

- Abderrahmane : Il faut que nous aidions la société. - Ali : C’est quoi ces volte-face ?

31


Soltan Balima

- Abderrahmane : Elle n’agit qu’une fois le vol commis... Préparons-lui le terrain... Il y en a qui se chargeront de cette tâche... Azouz sera associé avec nous. - Ali : Lui aussi ? - Abderrahmane : Il y aura de gros gains. Il est au courant sans doute. - Ali : Pour moi, ce sont des choses très difficiles ! Cent millions ne sont pas à négliger. - Abderrahmane : On termine d’abord avec lui la première affaire et on verra. - Ali : Moi, je voulais seulement te mettre au courant. - Abderrahmane : Le renseignement n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd. - Ali : Tais-toi... Tais-toi. - Abderrahmane : Qu’est ce qu’il y a encore ? - Ali : Ecoute ! Ecoute ! - Abderrahmane : Je n’ai rien entendu ! - Ali : On dirait qu’une voiture s’est arrêtée. - Abderrahmane : Il y en a tellement ! - Ali : Non... Devant la porte. - Abderrahmane : Il se peut que quelqu’un soit à la recherche de son chemin. - Ali (va à la fenêtre) : Et quelle voiture !... Une Mercedès grand luxe ! - Abderrahmane : Où est-elle immatriculée... Où...? A l’étranger? - Ali : Oui en Suisse.

- Abderrahmane : Si c’est ainsi, elle n’appartient pas à quelqu’un 32


Abdessamad KENFAOUI

de chez nous... Elle doit être la propriété d’un haut fonctionnaire ou d’un de ses fils.... Ou de... - Ali : Personne n’est descendu de la voiture..., le chauffeur descend maintenant... Avec un chauffeur en plus ! Tu sais qui est descendu ? - Abderrahmane : Qui ? - Ali : Azouz ! - Abderrahmane : C’est clair... Elle doit appartenir à celui qui veut faire l’affaire en question. - Ali : Je ne crois pas... Quelqu’un qui s’adonne à ce commerce ne peut pas avoir de chauffeur. - Abderrahmane : Tous...du plus petit au plus grand !

SCENE IV

Azouz, Abderrahmane et Ali - Ali : Mais Azouz est entré en courant (il revient à son siège). - Azouz (en entrant) Abderrahmane... Et dis que je ne m’occupe pas de toi... ! - Abderrahmane : Est-ce que tout va bien ? - Azouz : Je t’ai emmené quelqu’un jusqu’à ta porte ! - Abderrahmane : Qui ? - Azouz : Je ne te le dis pas... Attends de le voir de tes propres yeux... Mais prends soin de lui. - Abderrahmane : Il partira satisfait.

- Azouz : Excuse-moi, je suis un peu pressé. Mais je vais leur dire de monter. Les comptes se feront à la fin. - Abderrahmane : Ta commission est garantie. 33


Soltan Balima

- Azouz : Alors je descends (il sort).

- Ali (se dirigeant vers la fenêtre) : C’est clair, il est devenu notre associé dans le magasin. - Abderrahmane : Pourvu que l’on gagne quelque chose avec lui!

- Ali (regardant à travers la fenêtre) : Si je dis une voiture c’est une voiture... La vraie classe... Azouz parle... Le chauffeur ouvre la portière... Il y a un premier homme qui descend... Prestance et quelle prestance, on dirait un ministre... Il a quelque chose à son avant-bras... Peut-être le pansement d’une fracture...Il y a une femme avec lui et ce n’est pas son épouse... Il semble que ce soit sa fille ou... - Abderrahmane : Descends.... Fais attention à ne pas les laisser attendre en bas. - Abderrahmane : Fais vite ! (Ali sort tout seul). “Oh Dieu généreux et bienfaiteur”. Peut-être que Dieu nous compensera par cette journée, les jours de misère que nous avons vécus. Que Dieu nous aide ! Et qu’il fasse que nous en tirions un grand profit.

SCENE V Ali et Hadj

(Les voix de l’extérieur se rapprochent petit à petit) - Hadj : Oui une bague... Sertie d’une pierre... une pierre de qualité supérieure. 34


Abdessamad KENFAOUI

- Ali : Dites-moi monsieur, une bague avec une pierre n’est-ce pas Moulay ? - Hadj : C’est ce que nous cherchons.

- Ali : Quelle pierre désirez-vous, un diamant, une perle ?

- Hadj : Un diamant...Vous êtes célèbre d’après ce que l’on dit.

- Ali : Il en existe, montez, montez. Nous en avons de ceux qui font honneur ! - Hadj : Nous sommes venus directement chez vous.

- Ali : Vous êtes chez vous...! Ce que vous avez vu en bas est de seconde qualité. Les articles précieux sont tous en haut ! - Hadj : Excellent !

- Ali : Entrez... Entre madame... Entre monsieur.

SCENE VI

Abderrahmane, Hadj, Badiaa, Ali - Hadj : Salem alékoum !

- Abderrahmane : Je vous salue... Soyez les bienvenus...Votre visite nous comble... (il s’adresse à Ali) Apporte d’autres chaises Ali. - Ali : D’accord monsieur.

- Abderrahmane : Asseyez-vous s’il vous plaît... Asseyez-vous! - Hadj : Au nom de Dieu ! Il fait frais chez vous.

- Abderrahmane : Pour votre confort monsieur... Y a-t-il quelque chose à votre service ?

- Ali : Oh Abderrahmane, monsieur veut une bague. Une bague avec un diamant. 35


Soltan Balima

- Hadj : Mais quelque chose de bien !

- Abderrahmane : Il y a là tout ce qu’il faut! Ordonne et j’exécute!

- Hadj : C’est pour cela que nous sommes venus directement chez vous. - Abderrahmane : Pourquoi ce n’est pas Azouz qui vous a amenés? - Hadj : Qui est ce monsieur Azouz ?

- Abderrahmane : L’homme qui vous accompagnait.

- Hadj : Non, non, non...! Il ne nous connaît pas et nous ne le connaissons pas ! On s’est rencontrés à l’entrée de la rue. Il a arrêté la voiture. Il nous a salués... Poli et courtois. rien à redire. Il m’a demandé où j’allais, je lui ai répondu chez Abderrahmane. - Abderrahmane : C’est tout ?

- Hadj : Il a insisté pour nous emmener lui-même. Comme c’est ton ami selon ce qu’il a prétendu, nous avons trouvé tout à fait normal de le prendre avec nous. - Ali : Quel phénomène cet Azouz !

- Hadj : Après il nous a demandé de l’attendre à la porte et de voir si vous étiez sur place ou non... Finalement il est descendu et nous a dit de monter... Est-ce qu’il t’a raconté autre chose ? - Abderrahmane : Non, non !

- Hadj : C’est notre seule rencontre avec lui. - Abderrahmane : Quel personnage !

- Hadj : Quel est le métier de... Azouz ?

- Abderrahmane : Courtier... - Hadj : En ce qui nous concerne, comme je te l’ai dit, nous sommes venus directement chez toi. 36


Abdessamad KENFAOUI

- Abderrahmane : Est-ce que c’est Abderrazak qui vous a envoyés chez moi ? - Hadj - C’est bien lui.

- Abderrahmane : Je lui ai fait faire une affaire dont seul Dieu connaît l’importance. (Vers Ali) Donne-moi les bagues qui sont dans le tiroir là-bas. (Vers Hadj) Il y a quelques jours seulement, il m’a acheté des articles de choix. - Hadj : Il m’a raconté que la semaine dernière il avait acheté chez vous, un objet et vous lui avez fait un bon prix.

- Abderrahmane : Si je ne traite pas bien les gens tels que Abderrazak et votre honorable personne, avec qui je vais vivre ? - Hadj : Dieu donne à chacun son gagne-pain.

- Abderrahmane : Mais je me contente de peu... L’essentiel est que ça tourne. - Hadj : C’est le bon sens.

- Abderrahmane : Je suis satisfait de ce que Dieu me donne. Et en vérité, je ne manque de rien. - Hadj : Louange à Dieu !

- Abderrahmane (montrant les bagues) : Voilà. (à Badiaa) choisis la bague qui te plaît. - Badiaa : Regarde, toi d’abord mon oncle.

- Hadj (après mûre réflexion) : C’est de la qualité ordinaire. Celle-là n’est pas mal mais... - Abderrahmane : La pierre qui y est sertie est superbe.

- Hadj : Essaie-la Badiaa (elle la met à son doigt). Qu’est-ce que tu en penses Badiaa ? - Badiaa : Et toi, mon oncle qu’en dis-tu ? 37


Soltan Balima

- Abderrahmane : Observe-la bien monsieur.... La pierre est de valeur... au fur et mesure que le temps passe, elle prend de plus en plus de valeur. C’est un capital... Sûr. - Hadj : C’est vrai. - Abderrahmane (s’adresse à Badiaa) : Donne que je te montre (elle lui rend la bague)... Voilà monsieur regarde la à la lumière du jour... La pierre est pure, personne n’a rien à redire. - Hadj : Effectivement elle est de qualité... Et combien elle coûte par la grâce de Dieu ? - Abderrahmane : 750.000 francs monsieur. - Hadj : C’est raisonnable. - Badiaa : N’est-ce pas trop mon oncle ? - Hadj : Nous n’avons qu’une Badiaa !...Que peut représenter cette bague... ? Tu la mérites plus que quiconque ! Maudit soit l’argent ! - Abderrahmane : Cela se voit que tu es connaisseur en orfèvrerie. - Hadj : Mon frère, le père de Badiaa excelle dans ce domaine. - Abderrahmane : Qui est-ce ? - Hadj : Hadj Brahim SenHadji. - Abderrahmane : Le ministre ? - Hadj : Exactement. - Abderrahmane : Si tu dis qu’il s’y connaît, effectivement il s’y connaît...! Rien ne lui échappe... Et... C’est bien étudié chez lui... Parmi tous les ministres, je crois qu’il est le plus expert en perles, diamants et bijoux d’une façon générale. - Hadj : Et Badiaa est sa fille ! - Ali : Ne dit-on pas qu’il n’a pas d’enfants ? - Hadj : Ah !... 38


Abdessamad KENFAOUI

- Ali : D’après les ouï-dire il n’a pas d’enfants. - Hadj : des garçons ? - Abderrahmane : Oui ! - Hadj : Il n’a pas d’enfant mâle... mais une fille unique. - Abderrahmane : Que Dieu la protège ! Que Dieu la protège! - Hadj : Elle va se marier prochainement, si Dieu le veut. - Abderrahmane : Félicitations, félicitations ! - Ali : Avec prospérité et beaucoup d’enfants. - Hadj : Vos articles sont les petites choses que nous voulons acheter... Si elle va chez son mari, elle prendra avec elle un trousseau qui lui conviendra et qui sera à la hauteur de son rang et de sa réputation. - Abderrahmane : Si c’est ainsi... J’ai quelque chose de mieux que tout ce que tu as vu...Une merveille ! Moulay Brahim sera subjugué. - Hadj : Et tu nous la caches encore ! C’est mal de ta part ! - Abderrahmane : La voilà monsieur ! (s’adressant à Badiaa) essaie, essaie. - Ali : Elle présente un petit défaut. - Abderrahmane : Pourquoi, je l’ignore,tu m’agaces ! - Ali : Je t’ai seulement prévenu. - Abderrahmane : Ferme-la...! Est-ce que je suis payé pour leur ouvrir les yeux... ? (s’adressant à Hadj) Admire monsieur ! - Hadj : Maintenant je t’entends... ! Admirable...Elle trouble l’esprit !... N’est-ce pas Badiaa ? - Badiaa : Oui mon oncle. - Abderrahmane : Par Dieu, je l’ai enlevée des mains de son propriétaire... ! 39


Soltan Balima

- Hadj : Comment cela ? - Abderrahmane : Il faut entendre l’histoire de cette bague. - Hadj : Je veux bien ! - Abderrahmane : Un certain Mohamed el Bergui, sans doute astu entendu parler de lui ? C’est un responsable dans le domaine des sports. - Hadj : Oui. - Abderrahmane : Il est allé en Afghanistan... Tu sais que là-bas on trouve ces articles...Il a fait des achats en quantité. - Hadj : Comment a-t-il fait pour passer la douane ? - Abderrahmane : J’y viens... Avant de prendre l’avion du retour, il a réparti les objets dans des petits paquets et les a remis aux gens qui l’accompagnaient, afin qu’ils les lui transportent jusqu’ici... Comme ils le respectaient, ils n’ont pas pu lui refuser... Arrivés en Italie, les douaniers sont montés dans l’avion...Et ce que je te dis m’a été rapporté par quelqu’un qui était présent... A la vue des douaniers, notre bonhomme est tombé dans les pommes...Il a failli mourir de peur. - Hadj : Il y a de quoi... S’il avait été attrapé... Le scandale aurait été sans égal. - Abderrahmane : De ce côté il n’avait rien à craindre... Il avait décidé de nier... Car lui n’avait rien sur lui, à l’exception de cette bague... qu’il portait à son doigt. L’essentiel est que les Italiens cherchaient quelqu’un d’autre, ils n’avaient rien à voir avec les Marocains qui étaient simplement en transit. - Hadj : Est-ce que par hasard les gens ont nié à l’arrivée ? 40


Abdessamad KENFAOUI

- Abderrahmane : Non.. .Non... Ce sont de pauvres gens... Tout s’est bien passé... Mais à son arrivée et à cause de la peur qu’il a vécue, Si Mohamed a vendu le tout au plus vite. - Hadj : Et la bague ?

- Abderrahmane : Quand j’ai appris la nouvelle... Je suis allé le voir... Il m’a dit qu’il avait tout vendu à quelqu’un... Il ne lui restait que la bague. J’ai fait le serment de l’acheter. Vois à qui elle est destinée maintenant ! - Hadj : Par la grâce de Dieu, combien coûte cette merveille ? - Abderrahmane : Plus cher que l’autre, monsieur ! - Hadj : Même sans droit de douane ?

- Abderrahmane : Rien ne t’échappe Hadj ! - Hadj : Je plaisante quelque peu.

- Abderrahmane : La qualité a son prix. - Hadj : Alors combien... Combien ?

- Abderrahmane : Je ne vais te dire ni trois millions ni quatre millions...Avec les gens sérieux, on ne plaisante pas... Par Dieu Tout Puissant et je n’ai pas à le jurer, je vais te la compter à son prix d’achat... presque... 2.600.000 francs. - Hadj : Elle les mérite. - Badiaa : Oncle ! Que va dire mon père ? - Hadj : Que peut-il dire... ? Tu vas voir de tes propres yeux la joie qui sera la sienne... Un diamant comme celui-là n’est pas à la portée de n’importe qui ! - Abderrahmane : Il est unique en son genre ! - Hadj : Déjà rien que son histoire... - Ali : Etrange ! Monsieur ! - Hadj : C’est vraiment le dernier prix ? 41


Soltan Balima

- Abderrahmane : Monsieur... Parce que c’est pour lalla Badiaa et en considération de son père, je diminue le prix de 100.000 francs qui représentent mon bénéfice... Nous la comptons à deux millions et demi. - Hadj : D’abord, quelle heure est-il ? - Abderrahmane : 18 heures à peu près. - Hadj : Ah ! Ah comme le temps passe... J’allais oublier ! Que Dieu nous rappelle à la profession de foi ! J’ai promis au gouverneur de passer le voir en ce moment même... J’ai oublié.. .Ce n’est pas une façon de faire ! Qu’en penses-tu Abderrahmane? - Abderrahmane : Louange à Dieu, l’homme subit son destin. - Badiaa : Si c’est ainsi... Toi mon oncle, tu vas allez chez le gouverneur et moi je vais regagner la maison pour prendre l’argent. Moi aussi je dois encore passer chez le marchand européen de meubles, ensuite j’ai à régler la ceinture... Quant au coiffeur, je le laisse jusqu’à demain...Tu vois combien de temps il me faut! - Hadj : Tu as peut-être raison. - Abderrahmane : Et la bague monsieur ? - Badiaa : Il me faut au moins deux heures pour le coiffeur. - Hadj : Pourquoi as-tu besoin de tout ce temps ? - Badiaa : C’est que Noufissa fête demain son anniversaire. - Hadj : En fin de compte la génération actuelle... Voici l’anniversaire.... Voici Noël.... Voici le jour de l’an ! - Abderrahmane : C’est le temps qui le veut Hadj... Mais, et la bague ? - Badiaa : Pourquoi mon oncle tu ne téléphones pas...? Ne seraitce que pour avertir le gouverneur que tu vas arriver en retard. - Hadj : Tu as raison... C’est une idée... Est-ce que nous pouvons téléphoner de chez toi. 42


Abdessamad KENFAOUI

- Abderrahmane : Bien sûr avec le plus grand plaisir. - Hadj : S’il te plaît, cherche le numéro de téléphone du domicile du gouverneur... Il m’attend. - Abderrahmane (A Ali) : Cherche Ali, cherche ! (A Hadj) Et la bague monsieur que doit-on en faire ? - Hadj : Je suis encore en train de réfléchir. - Abderrahmane : Par Dieu, je la souhaite pour Mademoiselle Badiaa. - Hadj : Mais... - Abderrahmane : Par Dieu le Tout Puissant, c’est son prix... Je le jure, vous ne pouvez partir que si vous la prenez avec vous ! - Hadj : Je n’ai pas ce montant sur moi. - Abderrahmane : Si c’est ainsi... - Hadj : Je laisse la bague chez toi. Demain matin si Dieu le veut, tu la remettras à celui qui t’apportera, de ma part, un petit mot et l’argent. - Abderrahmane : Cette proposition est la bienvenue. - Hadj : Ou bien nous reviendrons ! - Abderrahmane : Vous serez les bienvenus - Ali : Le téléphone sonne monsieur ! Allo 672 72 ! C’est le domicile de Son Excellence le Gouverneur ?.. .Ne coupe pas monsieur... (S’adressant à Hadj). Prends Monsieur... Prends. - Hadj : Allo... C’est le domicile de son excellence le gouverneur... Passe-le moi, s’il te plaît... Dis-lui que c’est Hadj SenHadji... Oui le frère du ministre... D’accord (S’adressant à Badiaa) Tu vois ce que je t’ai dit... A la maison... La parole est la parole (Au téléphone) Allo son excellence le gouverneur ? Comment ça va ? Bien. Louange à Dieu... Excuse-moi peut-être je vais tarder un peu... Mais toi aussi, tu as tes préoccupations que Dieu 43


Soltan Balima

t’aide... Qui m’a retardé ? Mademoiselle Badiaa, la fille de mon frère m’a été envoyée par son père afin que je lui achète quelques objets pour son mariage... Prochainement si Dieu le veut... Tout va bien, Dieu merci... Tu sais ce qu’il en est... C’est la capitale... Les réunions, les cérémonies, et les réceptions etc etc... Qu’est ce que tu dis... Badiaa doit passer te voir ?... Une minute je lui pose la question, s’il te plaît. Tu connais les jeunes filles d’aujourd’hui. - Badiaa : Il n’y a pas d’objection. - Hadj : D’accord... Ainsi elle verra la maîtresse de maison... Le dîner... C’est comme chez nous...Ce n’est pas la peine... Qui ?... Ah... Ah... Les ministres seront presque tous chez toi, c’est un nouveau gouvernement ! - Ali (s’adressant à Abderrahmane) : Voilà ce que je t’ai dit ! - Hadj : Alors monsieur notre rendez vous sera pour sept heures ou sept heures et demi... Au revoir... Au revoir monsieur... Cela sera transmis (Il pose le téléphone). Voilà nous avons réglé ce problème... Peut-être il faut partir Badiaa. - Badiaa : Et la bague, mon oncle ?

- Hadj : Tu la lorgnes...Tu veux la porter à ton doigt quand tu iras les voir à la maison ? - Badiaa : Elle me plaît beaucoup mon oncle !

- Hadj : Il n’y a pas de difficulté à cela, n’est-ce pas monsieur Abderrahmane ? - Abderrahmane : Euh...

- Badiaa : Tu n’as pas le chéquier sur toi mon oncle ?

- Hadj : Je ne laisse pas ma fortune à la banque, pas plus de deux millions. Ce jour-même, j’ai vérifié mes deux millions à la banque ! 44


Abdessamad KENFAOUI

- Ali : Avec toi Hadj la banque ne va pas être regardante !

- Hadj : Non monsieur il n’y a rien entre nous... Le montant déposé chez eux est juste pour la forme. Je ne laisse pas mon argent à la banque... Cela reviendrait à acheter des soucis avec mon argent... C’est le scandale gratuit ! N’importe quel bougre de la banque serait au courant de ce que je possède. Cela jamais !

- Abderrahmane : Nous sommes tous ainsi. Moi aussi, mon capital et l’argent que je possède sont chez moi à la maison...Tout est entre les mains de ma femme. - Badiaa : Ainsi doivent être les hommes, monsieur Abderrahmane.

- Abderrahmane : Nous, spécialement, nous sommes surveillés. Les responsables des impôts ne s’occupent que des entrées et sorties d’argent. Les banques coopèrent avec eux. Si nous étions en Suisse à la rigueur.

- Hadj : Ah maintenant, je te comprends ! - Abderrahmane : Si le propriétaire du compte ne demande pas lui-même son relevé, aucune autre personne ne pourrait obtenir des renseignements des agents de la banque. - Hadj : Ah oui ? - Abderrahmane : Même si c’est l’Etat avec sa toute puissance ? Voici le journal d’aujourd’hui qui le rapporte... Les personnes qui sont actuellement en cours de jugement avaient des comptes en Suisse. Aucune banque n’a voulu communiquer le relevé avant de recevoir la procuration du propriétaire du compte. - Ali : Mais maintenant qu’ils ont été arrêtés ils vont les faire payer. - Abderrahmane : Ils le méritent ! - Hadj : Pourquoi ? qu’ont fait les pauvres ? 45


Soltan Balima

- Abderrahmane : C’est ce qu’ils rapportent dans le journal.

- Hadj : Vous croyez aux histoires qu’écrivent ces bougres propriétaires de journaux ? - Abderrahmane : Dieu seul le sait monsieur !

- Hadj : Les gens ont travaillé pour l’Etat avec toute leur énergie. - Abderrahmane : Avec foi, monsieur !

- Hdaj : Il est sûr qu’ils n’ont pas volé les deniers publics. - Abderrahmane : Non !

- Hadj : Ils n’ont pas non plus volé le bien d’autrui. - Abderrahmane : Non !

- Hadj : Ils ont créé des emplois... et ont réalisé des travaux... - Abderrahmane : Tu as raison, monsieur.

- Hadj : Et même s’il ont détourné une misère par-ci et par-là ce n’est pas grave...Considérons cela comme des pourboires. - Abderrahmane : Oui monsieur tu as raison... Mais c’est un scandale, cet argent dans les banques et les transactions par chèques cause de tout ce malheur. - Hadj : Maintenant...Tu dis vrai... Moi ce que je déteste le plus ce sont les transactions par chèques. - Abderrahmane : Tu as raison monsieur.

- Badiaa : S’il en est ainsi mon oncle... On laisse jusqu’à demain, si Dieu le veut. - Abderrahmane : De bon matin, je serai là à vous attendre. - Hadj : Non. Non. Non !

- Abderrahmane : Et même l’après-midi. 46


Abdessamad KENFAOUI

- Hadj : Non. Non. Non... (s’adressant à Badiaa) Tu dois prendre cette bague, je vois que tu en as envie ! - Badiaa : Je ne veux pas te mentir mon oncle.

- Hadj : Si c’est ainsi, il sera fait selon ton désir. - Badiaa : Et comment faire ?

- Hadj : L’affaire est simple (s’adressant à Abderrahmane). Estce que on te retarde Abderrahmane ? - Abderrahmane : Des gens m’attendent mais...

- Hadj (voulant prendre quelque chose de sa poche) : Mon Dieu! - Abderrahmane : Qu’y a-t-il Hadj ?

- Hadj : Je veux retirer le calepin de ma poche et mon bras me fait mal. - Badiaa : Je t’aide mon oncle ?

- Hadj : Ce n’est pas la peine...Mais Abderramane suffira ! - Abderrahmane : Moi ?

- Hadj : Est-ce que je vais t’importuner ?

- Abderrahmane : Non ! Sauf que je suis un peu pressé. - Hadj : Ce n’est rien. - Abderrahmane : Dans ce cas c’est avec plaisir. - Hadj : Est-ce que tu as un bout de papier ? - Abderrahmane : Oui, j’en ai ? - Hadj : Ecris, écris s’il te plaît...Tu vois que mon bras ne... - Abderrahmane : D’accord monsieur. - Hadj : Ecris : chère épouse... Je te prie de remettre au porteur de ce billet le chauffeur Mohamed (à Badiaa) Combien ? Tu as dit qu’il te reste à aller payer la marchande de la ceinture en or et 47


Soltan Balima

le marchand européen de meubles n’est-ce pas ? (à Abderrahmane) Voilà ce que je t’ai dit.

- Abderrahmane : S’il n’y a que cela... Nous avons encore le temps.

- Badiaa : Tu es d’accord mon oncle... sept cents et huit cents... En fait cinq millions me suffiront.

- Hadj : Ecris Abderrahmane... Tu remets au porteur, le chauffeur Mohamed cinq millions de francs. Salut. - Abderrahmane : Monsieur, tu signes ?

- Hadj : Ce n’est pas la peine...La femme connaît le chauffeur. De plus, je lui donne cette tabatière en guise de preuve. - Abderrahmane : D’accord, monsieur.

- Hadj (à Ali) : S’il te plaît, remets ça au chauffeur. - Ali : D’accord, monsieur (Ali sort)

SCENE VII

Hadj et Abderrahmane - Hadj : Il ne nous reste maintenant qu’à attendre un peu - Abderrahmane : Qu’est-il arrivé à ton bras Hadj ? - Hadj : La voiture, il y en a tellement ! - Abderrahmane : Est-ce un accident ?

- Hadj : Non monsieur seulement les bougres il y en a tellement! - Abderrahmane : C’est la volonté et la puissance de Dieu.

- Hadj : Ce sont tous des bougres même si on leur donne le permis de conduire... Parce qu’ils ont trouvé que l’assurance paie, ils ne font attention à personne ! 48


Abdessamad KENFAOUI

- Abderrahmane : La route est devenue un danger.

- Hadj : Nous allions au spectacle et nous nous sommes trouvés transformés en spectacle ! - Abderrahmane : Comment cela monsieur ?

- Hadj : Peut-être c’est la vengeance de la bête qui nous poursuit... Nous allions simplement à la chasse. - Abderrahmane : Mordu de chasse monsieur ?

- Hadj : Je n’ai rien de plus cher que la chasse ! Et cette année le gibier foisonne. - Abderrahmane : C’est vrai !

- Hadj : La région de Ben Ahmed pullule de sangliers, ils rentrent jusqu’à l’intérieur des tentes. C’est là que l’on se dirigeait quand, en cours de route, un camion nous a percutés. - Abderrahmane : Louange à Dieu qui t’a préservé.

- Hadj : Ils m’ont laissé handicapé...Je ne peux pas écrire une ligne! - Abderrahmane : Je te souhaite de guérir.

- Hadj : Revenons à notre discussion... Je n’ai pas confiance aux banques. - Abderrahmane : Moi aussi, je suis comme toi monsieur. Quand j’ai besoin d’argent, j’envoie quelqu’un en chercher auprès de ma femme où je vais moi-même en prendre. Personne n’est au courant...Personne ne me laisse attendre...Tranquille avec moimême ! - Hadj : Moi aussi, j’ai toujours mon argent à la maison.

- Abderrahmane: C’est plus raisonnable... Les banques ferment à 16 heures, ne travaillent pas le samedi et le dimanche...Si quelqu’un se présente pour retirer de l’argent, son propre argent, il 49


Soltan Balima

doit attendre et perdre son temps pour que ces messieurs de la banque soient satisfaits. - Hadj: Le syndicat est à l’origine de cette situation ! Si cela ne tenait qu’à moi, je licencierais la moitié d’entre eux... Je les ferais travailler toute la semaine pour qu’ils prennent les clients en considération ! - Abderrahmane : Ils ne savent que déformer les choses ou les rendre difficiles. Vois le résultat ! Par Dieu quand tu as besoin d’eux, ils se prennent pour les patrons...Quelle arrogance dans le regard et quelle insolence quand ils comptent l’argent! ...On dirait que cet argent leur appartient...Chacun d’eux se croît devenu Rothschild. - Hadj : Et ils ne sont pas contents ! - Abderrahmane : Les journaux sont toujours pleins de leurs doléances. - Hadj : Ils mentent exagérément. - Abderrahmane : C’est ce que je dis tout le temps ! - Hadj : Ils veulent créer des scandales et c’est tout... Dans la réalité, tout baigne dans l’huile... c’est vrai ou pas Abderrahmane? - Abderrahmane : Oui monsieur. - Hadj : Tout le monde travaille...Tout le monde est instruit...Tout le monde bénéficie de loisirs en toute quiétude. Même ces mendiants qui traînent tout au long de la journée... C’est parce qu’ils sont paresseux et.... - Abderrahmane : Il n’y a pas là l’ombre d’un doute ! - Hadj : Quand même les amandes ne coûtent que 750 francs le kilo, que demande le peuple ? - Abderrahmane : Mais les choses ont légèrement augmenté peutêtre. 50


Abdessamad KENFAOUI

- Hadj : Et les salaires ? N’ont-ils pas été augmentés ?... Et les allocations familiales ? Ils paient même s’il y a un seul enfant... c’est vrai ou pas ? - Abderrahmane : Oui monsieur.

- Hadj : Les gens ne sont pas satisfaits de leur sort... Les bougres ... Regarde combien le nombre de voitures a augmenté. - Abderrahmane : C’est vrai... La route est devenue un danger... Le risque a augmenté. - Hadj : C’est vous qui êtes en danger !

SCENE VIII

Ali, Abderrahmane et Hadj - Ali (Entrant) : Nous ?

- Hadj : Oui...Vous...Vous êtes entourés de cette fortune et de toutes ces richesses... Dieu seul le sait. - Abderrahmane : Ce que nous possédons ne représente rien !

- Hadj : Comment doit être votre situation avec ces voleurs dont le nombre a augmenté ? Que Dieu vous vienne en aide ! - Abderrahmane : Les voleurs n’ont rien à gagner avec nous. - Hadj : Ah oui ! En êtes-vous si sûr ?

- Abderrahmane : Je pense faire quelque chose dans ce genre. Ce même jour j’ai discuté avec quelqu’un... même si nous avons la police dans la rue toute la journée... Et pour la nuit, nous les propriétaires de ces magasins, nous cotisons pour deux gardiens qui veillent. Et même l’éclairage de la rue c’est nous qui l’avons installé. 51


Soltan Balima

- Hadj : El la municipalité ?

- Abderrahmane : Nous faisons nous-mêmes le nécessaire. - Hadj : Bravo ! Il est bon de prendre des précautions.

- Abderrahmane : Mais reste la peur de ces voleurs, de ces escrocs, ces nouveaux fléaux qui nous tombent du ciel. - Hadj : Par exemple ?

- Abderrahmane : Ces propriétaires de chèques, entre autres. - Hadj : Ah je te l’avais bien dit.

- Abderrahmane : On dirait que les gens ont appris les tours de passe-passe et les escroqueries dans les livres... - Hadj : Et encore ils les ont bien appris.

- Abderrahmane: Et ajoute à cela, le cinéma et le théâtre.

- Ali : Oui monsieur, c’est là où ils apprennent... Je te cite ce qui est arrivé à un voisin d’ici. Que le risque et le mal nous épargnent. - Abderrahmane (A Ali) : Va, va attendre l’homme, il va revenir! - Hadj : Est-ce que tu es pressé Abderrahmane ?

- Abderrahmane : Non ! Non ! Non ! Je suis avec vous tout le temps qu’il vous conviendra monsieur.

- Hadj : Alors laisse-le raconter. - Ali : Je disais que ce voisin était un jour assis tranquillement quand arriva un homme dans sa voiture bien habillé et de belle prestance comme vous... Je l’ai vu de mes propres yeux... Il est entré chez le propriétaire des lieux et lui a dit que le gouverneur avait besoin d’acheter une ceinture en or. - Hadj : Le gouverneur ? - Ali : Oui monsieur ! 52


Abdessamad KENFAOUI

- Hadj : Pauvres gouverneurs, ils ont bon dos !

- Ali : L’autorité monsieur ! Y a-t-il quelqu’un capable de leur opposer un refus ?... Bref le propriétaire a consenti. Que pouvait-il faire d’autre ? L’homme s’adressa au marchand et lui demanda de prendre avec lui cinq ou six ceintures pour permettre au gouverneur de choisir parmi elles. Après ils débattraient du prix. - Hadj : Peut-être qu’en cours de route il a pris la totalité ?

- Ali : Non, non, non... Ces affaires ont leurs règles... Sans bruit, sans dispute. Tu vas le savoir monsieur ! En plus, dans pareils cas nous prenons nos précautions. Le marchand a mis lui-même les ceintures dans sa voiture. Je résume... L’homme est monté dans sa propre voiture et le marchand a emporté six ceintures de la meilleure qualité dans une mallette puis a emprunté sa voiture. De là, ils sont partis l’un à la suite de l’autre jusqu’à l’entrée de la province... Ils y sont entrés... Chaque personne que rencontrait l’homme le saluait... Les chaouchs se levaient aussi sur son passage... Ils arrivèrent à la porte du bureau du gouverneur. L’homme très à l’aise entra dans un petit bureau mitoyen de celui du gouverneur. Il enleva sa veste, la suspendit et dit au bijoutier, donne-moi la commission, je vais entrer chez le gouverneur pour qu’il puisse choisir... Le bijoutier lui fit confiance, il n’y a pas plus rassurant que la province... Il lui remit les ceintures et l’attendit. - Hadj : Peut-être l’attend-il toujours ?

- Ali : Tu as deviné... Une heure est passée, deux heures sont passées. Les fonctionnaires ont commencé à partir... Le marchand las d’attendre... se leva et interrogea le chaouch qui lui répondit que l’endroit était une salle d’attente... Pour ceux qui ont un rendez-vous avec le gouverneur. 53


Soltan Balima

- Hadj : C’est un malin... Et les ceintures ? - Ali : Elles ont disparu jusqu’à aujourd’hui. - Hadj : Bravo... Et ceci au sein de la province ! - Ali : Comme si tu étais présent. - Hadj : Etrange... Etrange... Moi aussi on m’a rapporté une affaire de ce genre. - Abderrahmane (A Ali) : Va nous chercher quelque chose à boire... un Coca Cola ou un Vichy. - Hadj : Vichy... Jamais...Quel rapport avons-nous avec une eau... qui nous vient de l’étranger... C’est tout ce qui manque...Maintenant nous achetons de l’eau de ce puits... Est-ce la seule chose qui nous reste à faire ?... Est-ce qu’il n’y a pas d’Oulmès, est-ce qu’il n’y a pas de Sidi Harazem ? - Abderrahmane : Nous suivons seulement ce que font les autres et c’est tout. - Hadj : Ce n’est pas raisonnable... notre argent va dans les futilités. - Abderrahmane : Apporte-nous uniquement du Coca Cola. - Ali : D’accord ! (Ali sort)

SCENE IX

Hadj, Abderrahmane et Badiaa - Hadj : Quand j’entends parler de Vichy, de Vittel, de Contrex ville, de Perrier, d’Evian et Badoit je perds l’esprit... Maintenant il vaut mieux ne pas en parler ! - Abderrahmane : Tout ce qui peut te contrarier sera écarté. - Hadj : Je voulais te parler de quelqu’un... Il se livre à d’étranges manigances... Rions au moins, un peu. 54


Abdessamad KENFAOUI

- Abderrahmane : Fais-moi cet honneur monsieur ! - Hadj : Tu as sûrement entendu parler de lui... Un énergumène surnommé “le Soltan Balima”... très réputé...Il n’a à la bouche que le mot de bougre selon ce que rapportent les gens... Il le sort à tout bout de champ. - Abderrahmane : J’ai entendu parler de lui mais je ne l’ai jamais vu. - Hadj : Il vaut mieux ne pas le voir... Si un jour tu as affaire à lui, le mieux est d’appeler tes ancêtres pour t’assister ! - Abderrahmane : Moi aussi je ne suis pas facile... C’est le dernier de mes soucis ! Je le jure, je ferai appel à la police, qui le prendra dans ses filets. - Hadj : Que Dieu te préserve de lui. - Abderrahmane : Amen ! - Hadj : Un jour, on ne sait comment, il a eu vent que des gens de la région de Berkane avaient depuis longtemps un droit de jouissance sur un terrain, dévolu aux chérifs de Ouezzane qui l’ignoraient...Tu connais les chérifs...Ils sont désintéressés. - Abderrahmane : Que Dieu nous fasse profiter de leur baraka! - Hadj : Notre bonhomme muni de ses affaires alla jusqu’à Berkane... Quand les gens ont vu cet homme habillé comme toi...Selon les règles de l’art... Ils ont cru en sa parole quand il leur annonça que c’était lui le chérif...Ils l’ont bien accueilli, l’ont honoré, l’ont invité et lui ont tout donné, le bétail, le terrain et les céréales. - Abderrahmane : Il existe encore des gens crédules. - Hadj : Remercions Dieu qu’ils existent encore... Même le caïd de la région a été généreux avec lui...Le méchoui, la fantasia et le faste ! - Abderrahmane : Oui ! - Hadj : Soltan Balima s’est régalé, a trompé les “bougres” com55


Soltan Balima

me il les appelle lui-même, a empoché l’argent et puis est revenu chez lui...Lorsque les chérifs ont appris la nouvelle, ils en sont restés les bras ballants. - Badiaa : Et ce monsieur est connu mon oncle ? - Hadj : Très réputé !... Tu vas le connaître, monsieur Abderrahmane.

SCENE X

Abderrahmane, Badiaa, Hadj et Ali (Ali entre avec les boissons) - Abderrahmane : Donne ici... (Ali dépose les boissons devant lui). Merci. (Il remet un verre à Badiaa puis à Hadj). Tiens lalla Badiaa, tiens monsieur ! - Badiaa : Merci. - Hadj : Merci monsieur Abderrahmane... Est-ce que nous t’avons retardé. - Abderrahmane : Pas du tout, pas du tout ! - Ali : Du moment que vous êtes là assis, il n’y a pas de mal si vous regardez ce que nous avons... Les gens disent, celui qui n’achète pas, peut regarder. - Badiaa : C’est une idée ! - Abderrahmane : Il fallait le dire plus tôt Lalla. - Badiaa : Nous savions que tu étais pressé et nous n’avons pas voulu te retarder. - Abderrahman : Je reste avec vous Lalla jusqu’au lever du jour... Regarde ces boucles d’oreilles Lalla. - Badiaa : Merveilleuses !

56


Abdessamad KENFAOUI

- Hadj : Lalla Badiaa apprécie les bijoux anciens... Ce n’est pas comme les filles d’aujourd’hui. - Abderrahmane : Elle a raison.

- Hadj : Le neuf a sa valeur et l’ancien ne doit pas être déprécié. Essaie-les Badiaa, essaie... Elles te vont bien... Regarde-toi dans le miroir. De quoi sont-elles serties Abderrahmane ? - Abderrahmane : De pierres anciennes... Rares ! - Hadj : Oui !

- Abderrahmane : Regarde avec attention comment le travail est réalisé monsieur. - Hadj : A la perfection, personne n’a rien à redire.

- Ali : Mais Abderrahmane vous cache quelque chose. Ces boucles d’oreilles ne se portent qu’avec une ceinture assortie... Elle porte les mêmes pierres et elle est gravée de la même façon.

- Hadj : Donne-la, que nous puissions la voir Abderrahmane. (Il part la chercher). - Badiaa : Alors mon oncle... Et l’autre ceinture.

- Hadj : Et si elle est d’un genre différent... Pourquoi n’aurais-tu pas les deux ! - Abderrahmane : La voici monsieur !

- Hadj : C’est du travail ancien... Regarde Badiaa... Rien à voir avec l’autre qui est moderne ! - Ali : Regarde monsieur comment cette boucle est bien sertie. - Hadj : Hum !

- Ali : Elle est d’origine de la maison Tazi... Oui monsieur. - Hadj : C’est clair.

57


Soltan Balima

- Abderrahmane: Cependant madame il faut la mettre sur un caftan pour que tu t’aperçoives de sa beauté ! Dommage... Même sur une djellaba, on peut voir sa beauté... Donne lalla ces boucles d’oreilles (Il les pend à ses oreilles puis prend la ceinture) Regarde Lalla comment elle paraît maintenant...Même si c’est seulement sur la djellaba. - Badiaa : La perfection totale. - Abderrahmane : Effectivement elles vont ensemble, elles sont bien assorties. - Badiaa : Et combien cela coûte ? - Ali : Je serais navré que vous ne preniez pas le complément de ces articles, oui monsieur. - Badiaa : Quoi encore ? - Ali : Il y a deux bracelets qui sont assortis aux boucles d’oreilles et à la ceinture... Dommage s’ils n’accompagnent pas l’ensemble. - Hadj : Ali sait très bien vendre oh ! Abderrahmane ! - Abderrahmane : Il ne veut pas vous tromper monsieur ! - Hadj : Si nous restons seulement un petit après-midi, il nous fera acheter tout le magasin ! - Abderrahmane : Tout vous appartient monsieur. - Hadj : Donne-les moi et dis-nous le prix de l’ensemble. - Ali : Les voici monsieur... Comment tu les trouves ? - Hadj : Quel prix ? - Abderrahmane : Le dernier prix afin que tu ne marchandes pas... C’est deux millions l’ensemble. - Hadj : On voit que tu as envie d’argent. - Abderrahmane : Par Dieu tout puissant, par son généreux prophète et son tombeau que tu as approché, c’est pratiquement leur prix de revient. 58


Abdessamad KENFAOUI

- Hadj : En conclusion tu as visé les cinq millions... Nous ne pouvons pas te laisser le tout... Tu as entendu... Nous avons d’autres achats à faire. - Abderrahmane : Il n y a aucun mal.

- Hadj : Si au moins tu nous l’avais dit avant, nous aurions demandé au chauffeur de nous apporter plus. - Abderrahmane : On s’arrangera Hadj, il sera fait selon ton désir. - Ali : Voilà peut-être la voiture qui arrive.

- Hadj : S’il te plaît descends et rapporte la commission.

SCENE XI

Abderrahmane, Hadj et Badiaa - Ali : Oui monsieur... (Ali sort)

- Abderrahmane : Qu’as-tu décidé monsieur ?

- Hadj : L’offre est avantageuse... Il n’y a rien à dire.

- Abderrahmane : Alors comme nous avons conclu affaire et que nous nous connaissons, je me dois de te révéler autre chose. - Hadj : Que Dieu nous fasse entendre de bonnes nouvelles !

- Abderrahman : Veux-tu monsieur acquérir des perles et des pierres précieuses de qualité extra... ? Demain je les aurai ici. - Hadj : Quelle est leur origine ?

- Abderrahmane : Je vais être franc avec toi... Quelqu’un vient d’arriver du Moyen Orient et me les a apportées . - Hadj : Est-ce que ce n’est pas d’une ambassade ?

- Abderrahmane : Bravo... personne ne peut te cacher quoi que ce soit ! 59


Soltan Balima

- Hadj : Je suis prêt... Sauf qu’il faut être un peu moins cher. Il n’y a ni douane ni déclaration. - Abderrahmane : Ce n’est que demain que je compte gagner avec toi quelque chose... Car aujourd’hui... ce que tu as pris... c’est à son prix de revient... Demain, tu compenseras. - Hadj : Demain, Dieu y pourvoira.

SCENE XII

Ali, Hadj, Badiaa et Abderrahmane - Abderrahmane : Si Dieu veut (Ali entre)

- Ali : Voici la commission monsieur (il lui donne l’argent) et voilà la tabatière. - Hadj : Il a bien trouvé mon épouse ?

- Ali : Oui... Il vous dit monsieur de passer tout de suite à la maison. - Hadj : Oui nous partons.

- Badiaa : Il nous faut nous presser un peu si nous voulons trouver les boutiques pour ceinture et pour ameublement encore ouvertes. Nous y passons avant de rentrer à la maison.

- Hadj : Il sera fait comme tu voudras (il prend un cigare) Donnemoi du feu s’il te plaît (à Ali) Mets le tout dans un coffret... (A part). - Ali : Les bracelets, la ceinture et les boucles d’oreilles. - Badiaa : Oui le tout !-

- Hadj : Nous avons dit combien monsieur ?

- Abderrahmane : Le tout fait quatre millions et demi.

- Hadj : Nous resterons démunis si nous payons maintenant. 60


Abdessamad KENFAOUI

- Abderrahmane : Comment monsieur ?

- Hadj : Il nous faut aussi la ceinture et l’ameublement... Combien Badiaa ? - Badiaa : Sept cents et huit cents... Un million et demi.

- Hadj : Par Dieu, je n’ai pas envie de leur donner un chèque. - Abderrahmane : C’est facile ! - Hadj : Comment cela ?

- Abderrahmane : Paye-moi une partie en espèces et l’autre partie en chèque et garde ce que tu peux leur donner. - Hadj : Tu accepteras le chèque ?

- Abderrahmane : Oui bien sûr Hadj !

- Hadj : Tu as confiance en moi Abderrahmane ? - Abderrahmane : Tu n’es pas un plaisantin !.. - Hadj : Qu’en penses-tu Badiaa ?

- Badiaa : Si Abderrahmane accepte...

- Abderrahmane : Tout ça c’est de l’ordure sauf votre respect Lalla.

- Hadj : En fin de compte... Tu vas prendre trois millions en espèces et je t’ajouterai un chèque de un million et demi... C’est clair ainsi ? - Abderrahmane : Oui monsieur.

- Hadj : Badiaa, retire le carnet de ma poche que voici (A Abderrahmane) Si tu veux le garder chez toi jusqu’à demain...Je serai là. - Abderrahmane : Comment ? Comment ?

- Hadj : Je remercie Dieu de pouvoir au moins signer... Donnemoi un stylo Abderrahmane. 61


Soltan Balima

- Abderrahmane : Tu veux que je te dise un mot Hadj ? - Hadj : Avec joie !

- Abderrahmane : Tu fumes le cigare et tu prises le tabac aussi ?

- Hadj : Ah ! Les gens importants ne fument que le cigare... Les anciens prisaient le tabac... Mais les seuls qui le faisaient étaient les savants et les théologiens... Moi je prends les deux. - Badiaa : Viens mon oncle, partons.

- Abderrahmane : Juste une minute lalla... Il y a une tabatière en or que je voudrais pour Hadj... C’est un travail ancien. On dit qu’elle appartenait au Glaoui. - Hadj : Celle-là aussi on la prend... Quel est son prix ? - Abderrahmane : Cent mille francs.

- Hadj : Je la prends sans voir... Donne-la... Mais demain je te le revaudrai si Dieu le veut ! - Abderrahmane : Tout est à toi monsieur.

- Hadj : Voilà le chèque, je l’ai signé maintenant... Porte dessus la somme de 1.600.000 francs. - Abderrahmane : Oui monsieur.

- Hadj : Tu vas prendre trois millions d’ici... C’est bien le compte? - Abderrahmane : C’est bien cela (Il compte l’argent). - Hadj : Alors tu as pris trois millions.

- Abderrahmane : Oui monsieur, il en reste deux les voici... Dieu vous les rende ! - Hadj : Qu’ils t’apportent la prospérité ! Badiaa... Partons lalla... Pourvu que nous ayions le temps... (A Abderrahmane) est-ce que tu veux que je t’emmène quelque part ? 62


Abdessamad KENFAOUI

- Abderrahmane : Je ne veux pas te déranger Hadj... Surtout que vous êtes pressés... Merci monsieur. - Hadj : Au revoir Abderrahmane. - Badiaa : Au revoir ! - Abderrahmane (A Ali) : Prends des mains de madame... Prends la commission et accompagne-les jusqu’à la porte.

SCENE XIII

Abderrahmane et Ali

(Sortent Hadj Badiaa et Ali)

Abderrahmane (Seul) puis Ali - Abderrahmane (seul) : Que Dieu multiplie tes semblables, Hadj ! (il compte l’argent, met une partie à droite et une autre à gauche) L’homme se démunit et il reste indifférent. On dirait qu’il est atteint d’une cécité bleue... Il jette l’argent à droite et à gauche et ne s’intéresse qu’à l’eau de Vichy... Pourquoi nous importons de l’eau de l’étranger ? Quelle affaire ! Il n’a pas songé à cet ameublement qui vient de l’étranger comme si nous, nous n’en avions pas... Ou à ces étrangers qui profitent de nous... Voici le coiffeur...Voici la caissière du cinéma...Voici celle qui vend les billets de la loterie... C’est pour cela que Ali n’a à la bouche que l’âne sur le toit. - Ali (En entrant) : L’âne sur le toit ? Cela suffit ! - Abderrahmane : Que le prochain client soit pareil si Dieu le veut. - Ali : En résumé, l’homme ne doit pas désespérer... Quand la fortune veut venir, elle arrive tirée par un fil, quand elle veut abandonner quelqu’un, elle brise les chaînes. 63


Soltan Balima

- Abderrahmane : Seulement deux ou trois benêts comme celui-là par mois et notre fortune est faite. - Ali : Benêt et quel nanti de benêt !

- Abderrahmane : C’est ce qu’il faut.

- Ali : Même si c’est un homme, il a des cheveux comme une femme ! - Abderrahmane : Pourquoi crois-tu que ce sont les siens ? Estce que ce n’est pas une perruque dont il s’est affublé ? Il croît suivre la mode ? - Ali : Les pauvres hippies... aux longs cheveux... Ils n’ont pas d’argent...Alors qu’on ne se moque pas de ceux qui achètent des perruques ! - Abderrahmane : Tu as vu comment Hadj dépense l’argent, sans compter ! - Ali : Quelle ostentation !

- Abderrahmane : Pourquoi pas ? Il n’a pas sué pour le gagner! - Ali : L’argent facile profite aux malins.

- Abderrahmane : Tu ne crois pas si bien dire.

- Ali : Pourquoi as-tu partagé l’argent en deux tas ?

- Abderrahmane : Voilà monsieur...Voici deux millions... C’est le capital et un million de bénéfice auquel il faut encore ajouter un chèque de 1.600.000 francs. - Ali : J’ai constaté que tu as accepté son chèque.

- Abderrahmane : Je ne l’ai accepté qu’après avoir garanti le capital et le bénéfice... Un million net sans compter le montant du chèque. - Ali : Bravo je n’ai rien à dire. - Abderrahmane : De plus l’homme est connu. 64


Abdessamad KENFAOUI

- Ali : Tu as raison...Moi aussi, il me semble l’avoir vu... Mais par Dieu, je n’ai plus de mémoire. - Abderrahmane : Serait-ce à la télévision ? - Ali : Non. Non. Non. J’ai vu quelque part cette stature et cette prestance. Et même le mot “bougre” ne m’est pas inconnu. - Abderrahmane : Quel étrange comportement ? L’homme parle avec respect et délicatesse mais je ne m’explique pas ce mot de “bougre”. - Ali : L’essentiel, tu l’as escroqué. - Abderrahmane : C’est ça le commerce. - Ali : En vérité, tu n’as pas ménagé tes efforts. Tu as porté la ceinture et les boucles d’oreilles. Si ta femme t’avait vu ! - Abderrahmane : Que peut-elle dire?... C’est pour l’argent... j’irai jusqu’à porter le caftan. - Ali : Attention, ne me sous-estime pas. - Abderrahmane : Sauf que tu allais nous compromettre dans l’affaire de la pierre. - Ali : Je voulais que tu sois vigilant... Par Dieu, il me semble que c’est quelqu’un qui ne s’aperçoit de rien... Ils ont raison ceux qui disent que la marchandise défectueuse trouve un acquéreur borgne. - Abderrahmane : Ali ces adages sont bien à propos. - Ali : Ils sont pleins de sagesse... je suis en train de les collectionner. - Abderrahmane : C’est clair, les gens ramassent de l’argent et toi des adages ! - Ali : C’est la vraie sagesse... C’est en leur disant “tu n’es pas obligé d’acheter mais regarder, c’est gratuit”. - Abderrahmane : C’est la vérité.

65


Soltan Balima

- Ali : Il y a un siècle que nous avons la tabatière...Tu as vu comment je l’ai refilée... Le neuf a sa valeur et l’ancien n’est pas à négliger... Alors, au nom de Dieu comment tu me trouves ? - Abderrahmane : Tu commences à te défendre ? - Ali : Oui par exemple... - Abderrahmane : Que veux-tu ? - Ali : Il s’agit de 2.600.000 frs... Il n y a aucun mal si tu me donnes ma commission... C’est un grand jour ! - Abderrahmane : Tiens voici 100.000 francs. - Ali : Que Dieu te les rende... Que Dieu multiplie les hommes comme toi Hadj ! As-tu remarqué que lorsque l’argent est arrivé il a sorti un cigare ? - Abderrahmane : Par Dieu, on dirait qu’il venait de renaître. Moi aussi, je l’ai remarqué., - Ali : Avant, il était crispé. - Abderrahmane : Ah ! quelle honte si le chauffeur était revenu sans argent... Il se serait confondu en excuses. - Ali : Mais dès qu’il l’a déposé à côté de lui... Il était impatient de partir. - Abderrahmane : Il a eu peur que la fille ait envie d’autre chose. - Ali : Non c’est sa nièce qui le pressait. - Abderrahmane : Quoi sa nièce ! Tu penses que je l’ai crue. - Ali : Il l’a dit même au gouverneur. - Abderrahmane : Nous connaissons toutes ces ruses...Mais demain, nous saurons ce qu’il cache. - Ali : Demain ? - Abderrahmane : Ah ! Alors que tu étais sorti chercher du Coca, Cola je l’ai cuisiné... Je l’ai laissé parler à satiété. Après je l’ai 66


Abdessamad KENFAOUI

piégé... Tu connais ces grands personnages. Laisse-les dire ce qu’ils veulent. Prête-leur l’oreille et tu les mets dans ta poche.

- Ali : Qu’as-tu fait avec lui ?

- Abderrahmane : A propos des articles que veut vendre le fonctionnaire de l’ambassade ? - Ali : Ceux pour lesquels est venu Azouz ?

- Abderrahmane : Cet effronté...Il a dit que c’est lui qui a fait venir l’homme et qu’il n’est que le courtier de cette affaire.

- Ali : Il veut s’immiscer dans cette affaire qui ne le regarde pas.

- Abderrahmane : Il est bien tombé ! Enfin je te le dis, je veux épingler l’homme aux pierres précieuses et je lui achèterai tout. - Ali : Est-ce que ?

- Abderrahmane : Oui Hadj m’a promis d’acquérir tout.

- Ali : C’est pourquoi je l’ai entendu te dire qu’il allait revenir demain. - Abderrahmane : C’est la poule aux œufs d’or ! Le vendeur d’un côté, l’acheteur de l’autre. Si l’affaire est conclue, je paie avec ce chèque, ainsi il n’y aura ni entrée ni sortie. Il ne m’aura rien versé et je n’aurai rien reçu de lui. - Ali : La précaution est bonne.

- Abderrahmane : Voici le journal ! Tous ceux qui ont reçu des chèques ont été coincés... Les chèques laissent des traces. - Ali : Bravo monsieur.

- Abderrahmane : Pour toute chose l’homme doit prendre ses précautions, bien à l’avance. - Ali : Prions Dieu que ce soit une grosse affaire. 67


Soltan Balima

- Abderrahmane : Il ne nous reste plus qu’à ramasser nos objets.

- Ali : Est-ce que l’on ne peut pas attendre leur coup de téléphone comme ils l’ont promis. - Abderrahmane : Il n’y a pas de mal si on reste encore un peu.

- Ali : Comme cela nous pouvons discuter d’une affaire importante... Celle relative à l’assurance. - Abderrahmane : Même Hadj en a parlé.

- Ali : Tu ne dois pas la négliger... Au contraire il faut insister... On peut réaliser avec elle un bon coup... - Abderrahmane : C’est moi qui vais payer... Il m’a dit que nous allons bien en profiter. - Ali : Ecoute-moi d’abord monsieur Abderrahmane.

- Abderrahmane : Tu es autorisé aujourd’hui, dis-moi ce que tu veux . - Ali : C’est sûr, l’assurance paie tout... Tout de suite... Si nous sommes cambriolés par exemple ou si nous perdons quelque chose. - Abderrahmane : Immédiatement.

- Ali : Et alors nous associons Azouz avec nous. - Abderrahmane : Pourquoi ? - Ali : Si nous simulons un cambriolage... La société doit s’incliner...Mais il faut que Azouz soit sous notre coupe. Ce qu’il a fait avec toi dans l’affaire de la voiture... Il peut procéder de la même façon dans cette affaire. - Abderrahmane : Ce sont des affaires délicates. - Ali : Pourquoi cent ou cent cinquante millions c’est facile ?... Alors réfléchis à cette importante affaire. - Abderrahmane : Par Dieu tu as commencé à bien comprendre et 68


Abdessamad KENFAOUI

tout seul... Supposons maintenant que nous touchions les cent millions... Que ferions nous avec ? - Ali : Nous achèterions deux ou trois stations d’emballage pour les oranges... Dans l’année même, elles rembourseraient au moins la moitié du capital. - Abderrahmane : Où vas-tu trouver ta part parmi ceux qui ont mis main basse sur ce filon ? Tu crois pouvoir entrer tout simplement dans leur domaine ? - Ali : Je peux les braver... Par Dieu tout puissant, c’est ce que nous ferons. - Abderrahmane : Tu vas jusqu à en faire le serment ! Dès maintenant, tu deviens le patron. - Ali : Ce ne sont que de simples paroles. - Abderrahmane : J’achèterai des terrains... Ils représentent tout maintenant... Ils n’ont besoin ni d’entretien ni de quoi que ce soit... On laisse un peu de temps passer et après on les vend lot par lot, à condition qu’ils ne soient pas au centre de la ville ni loin d’elle. - Ali : Tu crois que ce programme est facile ? - Abderrahmane : Pourquoi ? Qu’est ce qu’il y a ? Les terrains existent, l’argent aussi. - Ali : Qui va te montrer les terrains qui conviennent ?... Qui va les équiper en routes, en eau, en électricité etc... afin qu’ils prennent de la valeur ?... Tout cela si tu ne retrousses pas tes manches et si tu ne les arroses pas de sueur comme il le faut, tu n’aboutiras à rien... Ecoute-moi. - Abderrahmane : Tu sembles bien au courant.

- Ali : Moi j’écoute ce que disent les gens... Même dans le journal on en parle. 69


Soltan Balima

- Abderrahmane : Si c’est ainsi, ce n’est point la peine.

- Ali : Le plus facile de tout cela c’est un hôtel... Avec les touristes... C’est plus facile... Avec seulement le crédit qu’on te donne, tu construis et il t’en reste beaucoup... Que l’argent soit seulement disponible... J’ai quelqu’un qui peut m’aider... Seulement à une condition. - Abderrahmane : Laquelle ?

- Ali : C’est moi qui le gère... Et moi qui le dénomme. - Abderrahmane : On verra après. - Ali : J’ai déjà un nom.

- Abderrahmane : Laisse-moi d’abord téléphoner à la maison pour voir si ces gens sont arrivés ou pas... J’ai vu qu’ils ont tardé... (Au téléphone) Allo... Oui personne n’est venu à la maison?... Qui ?... Azouz et quelqu’un d’autre tu les a fait entrer...? Bien. J’arrive... Qu’est ce qui m’a retardé ? Laisse-moi t’annoncer au moins une bonne nouvelle... La viande ? Pourquoi nous parlons viande ?... Demain, on verra... Dépanne avec les pommes de terre... Laisse-moi te raconter... Tu te rappelles de la ceinture, des boucles d’oreilles et des bracelets qu’avaient apportés une femme et que j’avais achetés malgré ton opposition? Je viens de les vendre aujourd’hui... Dis-moi combien ?... Deux millions. J’ai vendu aussi la bague à problème... Combien crois-tu que j’ai gagné aujourd’hui?... Non (à Ali) Ces femmes sont tellement inconscientes (au téléphone) Non... Non... Plus... Deux millions six cent mille francs de bénéfice... Et cinq cent mille francs de bénéfice (à Ali) J’allais oublier tes 100.000 francs (au téléphone) Dis bravo à ton mari !.. .Ah... Comment quel argent... Moi?... L’homme est venu chez toi pour l’argent ? Quel billet encore?...Malheur à moi ! Tu lui as donné cinq millions... Et pourquoi ?... Quel billet ?... Je ne sais pas écrire ! Tu m’as 70


Abdessamad KENFAOUI

ruiné, que Dieu te punisse!... (Il jette le téléphone) Malheur à moi le travail d’une année est parti en fumée! - Ali : Il n’y a pas de mal ? - Abderrahmane : C’est la ruine ! - Ali : Est-ce que c’est Azouz ? - Abderrahmane : Que Dieu le noie dans les soucis et les malheurs...C’est lui qui est à l’origine du drame. - Ali : D’abord qu’a-t-il ? - Abderrahmane : Que mon malheur s’aggrave...Et le tien aussi. Il nous a eus. - Ali : Qui ? - Abderrahmane : Ton seigneur de Hadj ! - Ali : Est-ce qu’il t’a injurié ? - Abderrahmane : L’argent avec lequel j’ai été payé... Il m’appartient... De ma maison... Il est venu de ma maison... Et en plus moi fils d’âne... J’ai écrit le billet de ma main... Et la femme, la niaise, il a suffi qu’ils lui demandent l’argent, pour qu’elle le donne. Il la gênait ! - Ali : Eh bien ! consulte le gouverneur ! - Abderrahmane : Lui-même ne s’en est pas sorti, comment pourrait-il encore s’occuper de moi ? - Ali : Ne lui a-t-il pas téléphoné d’ici ? - Abderrahmane : C’est seulement maintenant que tu le dis... Donne le téléphone... Où est le numéro ?... - Ali : Le voici ! - Abderrahmane : Dépêche-toi ! - Ali : Le voilà monsieur ! - Abderrahmane : Dieu pourvu qu’on le trouve. 71


Soltan Balima

- Ali : Ils ont un dîner. - Abderrahmane : Tais-toi, tais-toi (Au téléphone) Allo... C’est le domicile de son excellence le gouverneur monsieur ?... Passe-le moi, s’il te plaît...Qui suis-je ?... Abderrahmane Louah... Oui vous avez besoin de moi ?... Je suis là... Il me cherche depuis ce matin ?... Tu vas me le passer d’accord... (A Ali) ce n’est peutêtre qu’une plaisanterie ? - Ali : On ne plaisante pas avec les mangeurs de pastillas! - Abderrahmane : De ta bouche ne sortent que des insanités! (Au téléphone) Allo...Oui monsieur... C’est moi... Oui monsieur!... D’ici il a téléphoné... Monsieur Hadj Trabelsi le frère du ministre... La preuve il t’a dit qu’il va dîner chez toi monsieur... Jamais... Avec tous mes respects... Je ne peux pas monsieur... C’est lui qui a acheté dans mon magasin pour cinq millions de bijoux, et son chèque est toujours en ma possession... Il n’y a pas... Cela n’a jamais existé... Et moi monsieur je perds mon argent...Oui monsieur... A la maison... Je ne bouge pas... Je reste là monsieur jusqu’à ce qu’ils arrivent... Oui monsieur. Oui monsieur. (Il dépose le téléphone). C’est le jour de mon indignité! - Ali : Je n’ai rien compris. - Abderrahmane : Le Scélérat n’est ni le frère du ministre ni de quiconque !... Il a seulement pris le téléphone et commencé à parler devant nous, le bâtard... L’autre disait des choses et lui nous faisait entendre ce qu’il voulait... Et nous l’écoutions comme des imbéciles !... Nous salivions ! - Ali : Qui va-t-on croire ? - Abderrahmane : Dès qu’il a déposé le téléphone le gouverneur a fait son enquête et a trouvé mon numéro et mon nom... La poste lui a communiqué ces renseignements. - Ali : Et ils sont restés tout ce temps ? 72


Abdessamad KENFAOUI

- Abderrahmane : Pourquoi tu ne connais pas la poste ?... Tu fais de l’esprit avec moi ! - Ali : Même si c’est le gouverneur ?

- Abderrahmane : Boucle-la espèce de damné !... En vérité, ils vont venir et si Dieu le veut, ils commenceront par toi...C’est toi qui m’a contraint... Qui... La police. Le gouverneur l’a envoyée à la maison. Si elle ne me trouve pas, elle viendra ici. - Al : Et moi, pourquoi ?... Est-ce que j’ai touché de l’argent ? - Abderrahmane : Donne d’abord ces 100.000 francs, donne. - Ali : Les voilà ! Tu les regrettes.

- Abderrahmane : Toi, tu es la cause de tout ce malheur... Tu voulais encore l’hôtel, la station d’emballage cela aurait été le comble. - Ali : C’est bien toi qui lui as vendu la bague ?

- Abderrahmane : Ah si l’on pouvait tout savoir !

- Ali : Si tu avais attiré son attention comme je te l’avais dit il ne l’aurait pas prise.

- Abderrahmane : Le coupable a jeté son dévolu même sur la tabatière. - Ali : Moi, je l’ai déjà vu avant, je le connais.

- Abderrahmane : C’est la raison pour laquelle tu m’as poussé... Tu l’as aiguillonné sur les boucles d’oreilles, la ceinture et les bracelets. Tu aurais dû lui donner la totalité du magasin. Pourquoi pas ? Tu n’as rien à perdre.

- Ali : Pourquoi, c’est moi qui ai essayé la ceinture ?... C’est moi qui ai mis les boucles d’oreilles ? C’est toi qui étais tout disposé... Tu as vu l’argent et tu es devenu aveugle... Moi je n’ai rien essayé du tout... Je suis allé faire les commissions. 73


Soltan Balima

- Abderrahmane : C’est moi le champion des adages... C’est moi le faiseur de ragots ! - Ali : Est-ce moi qui ai fixé le rendez-vous pour demain ?... - Abderrahmane : Mes biens, mon argent ont disparu et mon beau frère m’engueule ! - Ali : Monsieur c’est toi qui as commencé... Maintenant si tu en veux à quelqu’un, il faut t’en prendre à Azouz, c’est lui qui l’a amené... Attention ne lui fais pas confiance, il doit avoir main liée avec lui, c’est pourquoi à la fin, il a fait semblant de ne pas le reconnaître. - Abderrahmane : Tu m’as tué... Pourvu qu’ils n’aillent pas encore les chercher.... - Ali : Ah ! - Abderrahmane : Azouz est à la maison, l’agent de l’ambassade est à la maison, ils ont avec eux la marchandise... De contrebande... La police est allée à la maison. Si elle arrive à trouver les pierres nous n’en sortirons jamais. - Ali : Peut-être faut-il que j’aille les prévenir ? - Abderrahmane : Ne bouge pas, ne bouge pas... Celui-la nous a eus, il nous a eus. Nous allons voir quel sera notre sort. - Ali : Il t’a trompé. - Abderrahmane : Et en plus il se pavane, il fume le cigare... Bravo!... Quel culot!... Et moi l’âne, je l’écoute!... Et encore il me parle des cambrioleurs des...Et le “Soltan Balima”. - Ali : Le “Soltan Balima”... C’est lui. Ne t’ai-je pas dit que je le connaissais. - Abderrahmane : C’est maintenant que tu le dis ! - Ali : Je viens seulement de m’en rappeler. - Abderrahmane : Eloigne-toi de moi! Tu vas me tuer aujourd’hui! 74


Abdessamad KENFAOUI

- Ali (Se prépare à sortir) : Une voiture s’est arrêtée (Il va vers la fenêtre). Ça y est, ils sont venus... Il y a avec eux Azouz et une autre personne. - Abderrahmane : C’est la fin.

- Ali : On ne s’est même pas mis d’accord sur ce que nous allions leur dire.

SCENE XIV

(Azouz, Abdelaziz et deux policiers, Abderrahmane, Ali) ----Ou Salam alekoum !

- Azouz : C’est le dernier de tes méfaits Abderrahmane, tu es devenu un indicateur ! - Un Policier : Tais-toi...C’est toi Abderrahmane Louah ?-

- Abderrahmane : Oui monsieur... C’est vrai c’est toi qui l’as conduit ici... C’est toi que je dois poursuivre. - Abdelaziz : C’est comme ça Azouz ?

- Azouz : Qui a envoyé la police à la maison ?

- Un Policier : Et alors taisez-vous à la fin... Au moment de l’interrogatoire, chacun de vous dira ce qu’il veut... Abderrahmane ramasse tes affaires pour nous suivre. - Abderrahmane : Où monsieur ? - Policier : Tu vas voir...

- Ali : Moi je reste là pour la fermeture.

- Policier : Non toi ramasse tes affaires aussi. - Ali : Mais où allez-vous nous emmener ? - Policier : Chez le “Soltan Balima”. 75


Soltan Balima

- Ali : Vous l’avez arrêté ? - Policier : Non, non ! - Ali : Il est chez le gouverneur ? - Policier : Non, non. - Abderrahmane : Chez moi à la maison ? - Policier : Non - Autre Policier : En prison. FIN

76


Abdessamad AbdessamadKENFAOUI Kenfaoui

Poèmes consignés dans des cahiers retrouvés après sa mort

77


Soltan Balima Soltan Balima

78


Abdessamad AbdessamadKENFAOUI Kenfaoui

LE LOUP Quelque fois au bord du sentier Je me sens las et je m'assieds

Pour regarder passer les autres,

Les gens heureux...les bons apôtres, Ceux qui ne portent pas de croix

Les semeurs de règle et de droit... Moi, le damné, le solitaire, Moi qui suis le dépositaire

Des péchés de tous les proscrits, de leurs larmes et de leurs cris,

Je m'assieds et je les contemple

Sans pouvoir suivre leur exemple Et je me fais la réflexion:

Pourquoi...dans ce monde éphémère Suis-je sorti de ma tanière

Pour remettre tout en question...

Alors qu'il serait bien moins fou D'aller hurler avec les loups !

79


Soltan Balima

EBAUCHE D‘UN POÈME LE LOUP Quelque fois au bord du sentier Je me sens las et je m'assieds

Pour regarder passer les autres,

Les gens heureux...les bons apôtres, Ceux qui ne portent pas de croix

Les semeurs de règle et de droit... Moi, le damné, le solitaire, Moi qui suis le dépositaire

Des péchés de tous les proscrits, de leurs larmes et de leurs cris,

Je m'assieds et je les contemple

Sans pouvoir suivre leur exemple Et je me fais la réflexion:

Pourquoi...dans ce monde éphémère Suis-je sorti de ma tanière

Pour remettre tout en question...

Alors qu'il serait bien moins fou D'aller hurler avec les loups !

79

80


Abdessamad AbdessamadKENFAOUI Kenfaoui

TĂŠmoignages

81


Soltan Balima Soltan Balima

82


Abdessamad AbdessamadKENFAOUI Kenfaoui

Abdessamad Kenfaoui Par Zakya Daoud*

A cet instant où il faut faire le bilan d’une vie, que privilégier ? Le haut fonctionnaire, tour à tour délégué à la Jeunesse et aux Sports, diplomate, secrétaire général de l’Office de Commercialisation et d’Exportations (O.C.E) et de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (C.N.S.S), qui a vécu une des périodes les plus cruciales de l’Histoire de son pays, en a subi les aléas et les péripéties dans sa carrière et, sans désespérer, s’est toujours attelé à sa tâche. Le militant syndicaliste qui fut Conseiller technique à l’Organisation Internationale du Travail (O.I.T) pendant six ans, qui a représenté l’Union Marocaine du Travail (U.M.T) au Vietnam, en Chine, à Cuba, en URSS, en Tchécoslovaquie et auprès de multiples organisations internationales et qui, pendant cinq années de sa vie, s’est consacré à l’organisation de la classe ouvrière et ne s’est jamais départi d’un sens aigu de la justice sociale et d’un devenir progressiste de la société. Le chercheur culturel qui a traduit des films, organisé des festivals, recueilli des dictons populaires, élaboré des mots croisés, éparpillé des poèmes et dont la curiosité sans cesse en éveil, l’a conduit à s’intéresser au Chinois et aux fables, à la littérature et à la politique.

(*) Journaliste - écrivain.

83


Soltan Balima Soltan Balima

L’homme de théâtre qui, dès l’aube de l’indépendance conduisait la troupe marocaine à Paris et à Bruxelles et a écrit et adapté les Fourberies de Scapin, les Balayeurs, Sultan Tolba, traduit Tartuffe, écrit A Moula Nouba et Bouktef, mettant en chantier les Fusils de la Mère Carrare, le Voile du bonheur, Même la mort et le Mouchoir, que la mort malheureusement l’empêchera de terminer. En vérité, ces activités multiples se lient pour former la personnalité complexe et secrète d’Abdessamad Kenfaoui : l’homme de théâtre, le militant, le fonctionnaire et l’homme de culture ne sont que les différentes facettes d’une personnalité riche et étonnante qui sera d’ailleurs très peu comprise, parce qu’aussi sachant manier le paradoxe, l’humour et le sens de l’absurde, pour masquer une sensibilité et une délicatesse profondes. Toutes ensemble, ces facettes font l’homme Kenfaoui, un homme qui, toute sa vie, a peiné, souffert, lutté, espéré et qui est grand par ce seul fait. Né en 1928 à Larache qu’il aimait par-dessus tout, il y fait ses études primaires. Puis délaissant par la force des choses, ce Nord dont l’empreinte ne le quittera jamais, cet homme qui sera toujours de ce fait, « un homme des confins », vient à Rabat, au collège Moulay Youssef, pour suivre ses études. A ses condisciples de l’époque, il laissera le souvenir d’une personnalité inoubliable et ses amis de collège et ceux du Nord l’entourent toute sa vie d’une amitié qui ne se démentira jamais. 84


Abdessamad AbdessamadKENFAOUI Kenfaoui

D’autant qu’il ne quittera le collège qu’une fois son baccalauréat de droit obtenu, en 1951. Jusqu’en 1953, il sera bibliothécaire à Moulay Youssef. Puis il prend son envol dans la Jeunesse et les Sports où il est Directeur technique et culturel jusqu’en 1956, et d’où il conduira un groupe de jeunes à Paris pour un festival, ce qui l’amènera à s’intéresser au théâtre. En 1956, il sera diplomate, d’abord Vice-Consul à Bordeaux, puis Attaché Culturel à Paris, et à Strasbourg, puis Chargé d’Affaires à Paris. Mais toutes ces années de diplomatie seront aussi des années de théâtre. Il est Directeur de la troupe du Théâtre du Maroc au Festival International de Paris en 1956, et cette troupe qui présente deux spectacles qu’il a écrits avec Tahar Ouazziz et Ahmed El Alj, les Fourberies de Scapin et les Balayeurs, il l’a conduite en 1958 à Bruxelles. Il traduit aussi Tartuffe. En 1961, la fameuse grève des fonctionnaires le fera quitter les Affaires Etrangères et par conséquent l’Administration. Il entre à l’U.M.T comme on entre en vocation. De 1961 à 1965, il est responsable des écoles de formation syndicale, conseiller technique de la délégation des travailleurs à l’O.I.T en 1962, 1963, 1964, 1965, 1967, 1970, et il représente l’U.M.T dans de nombreux pays et à de nombreuses conférences et congrès. Ces années de militantisme laisseront des traces aussi indélébiles que les années de théâtre. 85


Soltan Balima Soltan Balima

D’ailleurs, le théâtre il ne l’abandonne pas. Alors même qu’il est Secrétaire général de l’O.C.E (de 1965 à 1970), il écrit Sultan Tolba et A Moula Nouba. Il continue aussi à représenter les travailleurs à l’O.I.T. De 1971 à 1972, il est Inspecteur Général au Ministère du Travail, des Affaires Sociales et de la Jeunesse et des Sports. C’est dans ce cadre qu’il terminera Bouktef. Puis en 1973 il devient Secrétaire Général de la C.N.S.S, sans abandonner le théâtre puisqu’il amorce et met en chantier quatre nouvelles pièces que la mort l’empêchera de terminer, et puisqu’il s’occupe du Festival de Théâtre amateur de Meknès en 1972, de Tanger en 1973 et d’El Jadida en 1974, après s’être soucié du Festival folklorique de Marrakech en 1971, sans abandonner non plus la recherche culturelle. Il s’intéresse également au sport, puisque après avoir présidé l’équipe de foot-ball de l’O.C.E, et avoir été Délégué du Maroc à l’Assemblée Générale du Comité Supérieur des Sports en Afrique à Alger en 1972, il devient en 1974 Président de la Fédération Royale Marocaine de Hockey. La maladie s’empare de lui alors qu’il menait à bien le Secrétariat Général de la C.N.S.S. Il meurt à Casablanca le 31 mars 1976.

86


Abdessamad AbdessamadKENFAOUI Kenfaoui

Abdessamad Kenfaoui ORIGINE D'UNE VOCATION ou portrait de l’auteur dramatique à 25 ans Par Charles NUGUE*

Dans le fond, il doit être heureux bien qu’un peu goguenard notre Abdessamad Kenfaoui, de voir que ses pièces de théâtre, plutôt que ses rapports administratifs assument aujourd’hui la présence écrite de son souvenir. Pour être tout à fait complet - mais pourrait - on jamais l’être avec ce curieux, gourmand de tout - il faudra aussi éditer un jour ses poèmes, témoignages intimes de sa pudique sensibilité, et surtout les dictons populaires qu’il récoltait soigneusement, comme de précieuses fleurs parfumées de naïve sagesse . On l’imagine bien à sa table d’auteur dramatique en train d’inventer les répliques de ses personnages en s’inspirant du fatalisme d’un proverbe paysan, de l’insolence d’un adage murmuré par une vieille ou de l’audace d’une maxime lancée par un gamin des rues, sans oublier les comptines rythmant la danse des petits enfants. Même les pièces étrangères qu’il traduira ou adaptera seront ainsi souvent toutes imprégnées de cet esprit, plein de bon sens et finesse, qui fut l’un des charmes de son Théâtre et de son succès populaire . L’œuvre de Kenfaoui s’inscrit au croisement d’une tradition (*) Animateur culturel, Consultant auprès de l'UNESCO (1927-2003).

87


Soltan Balima Soltan Balima

fondamentalement marocaine faite d’une oralité joyeuse impertinente et d’un formalisme reposant sur les habituels ressorts dramatiques occidentaux. Il eut à explorer ces deux pistes dès le début des années 50. Ayant à peine plus de 20 ans, il fut chargé, avec Tahar Waziz et aux côtés d’André Voisin, de l’encadrement de stages d’art dramatique se déroulant aux Chênes, dans la forêt de la Maamora et devant déboucher sur l’émergence d’un théâtre marocain original et moderne . Persuadé qu’il ne saurait y avoir d’avenir sans passé, il eut à cœur de sensibiliser les jeunes stagiaires dont il avait la charge à l’histoire de ces formes, théâtrales avant la lettre, que sont le Bsat, Sultan Tolba et la Halqua. Si cette dernière existe toujours à Marrakech, et continue à réunir autour de conteurs et acrobates d’éternels cercles de badauds, les deux autres ont disparu avec le protectorat. Sultan Tolba donnait aux étudiants de Fez le droit de choisir pour une semaine un roi chargé d’organiser fêtes et concours de poésies où la critique pouvait trouver place. Le Bsat mettait en valeur l’esprit satirique des saltimbanques qui pouvaient devant le Roi ridiculiser une fois l’an, les mœurs du temps et les personnages en vue. Kenfaoui était plus attiré vers ces origines historiques et contestataires que par le répertoire des troupes existantes, généralement amateurs, oscillant entre les traductions des pièces occidentales et les œuvres de dramaturges du Moyen-Orient ou de jeunes auteurs locaux s’inspirant le plus souvent de problèmes familiaux maladroitement traités. 88


Abdessamad AbdessamadKENFAOUI Kenfaoui

S’il put ainsi faire participer les stagiaires à une meilleure approche du théâtre à travers une bonne connaissance de son histoire et une analyse critique de sa situation, il dut aussi contribuer à leur formation professionnelle de futurs comédiens. Mais il ne se sentait ni compétence, ni attirance pour les arts de la diction et du geste. Son apport consista alors en une recherche de concordances entre les disciplines corporelles et vocales du métier d’acteur et certaines de ces expressions chorégraphiques, musicales et chantées que sont l’aidous, la guedra ou l’ahouache. Il fut sensible aux dimensions cosmiques de ces grands opéras collectifs, intégrant la respiration des saisons dans le rythme des cérémonies d’une communauté, le rituel ancestral de pas cadencés aux improvisations poétiques issues de l’imaginaire de sociétés encore agro-pastorales. C’est sans doute alors que Kenfaoui le futur dramaturge, né dans le nord, à Larache, découvrit et fit siennes ces traditionnelles et populaires expressions du Sud marocain. C’est au cours de ces stages dans la forêt de la Maamora que s’affirma pour Kenfaoui une vocation d’auteur dramatique dont lui-même jusqu’alors n’avait peut-être pas encore entièrement conscience. Les cours théoriques sur l’histoire du théâtre et la dramaturgie, les exercices pratiques de formation des comédiens, devaient trouver leur application, en fin de stage, dans la réalisation de spectacles. Il ne pouvait être question pour André Voisin d’utiliser ni les textes existants en arabe dialectal, souvent de simples pochades, ni les pièces d’auteurs connus du Moyen-Orient, ni les traductions 89


Soltan Balima

90


Abdessamad AbdessamadKENFAOUI Kenfaoui

qui l’entourèrent. Le tout coloré par la tendresse malicieuse, la poésie nostalgique et l’espérance en l’homme qui furent l’essence profonde du Kenfaoui que j’ai connu et aimé.

91


Soltan Balima Soltan Balima

92 82



Soltan Balima Abdessamad Kenfaoui

Collection théâtre - 4