Issuu on Google+

En Alsace N°64 - DECEMBRE 2010-JANVIER 2011 http://enalsace.e-monsite.com

Nature DANS LE RHIN Le saumon remonte le courant DANS LES ANNEES 1950, LE SAUMON A COMPLETEMENT DISPARU DU RHIN. DEPUIS, LE NOBLE POISSON A BENEFICIE DE PLUSIEURS PROGRAMMES DE REINTRODUCTION. EN ALSACE, C’EST L’ASSOCIATION SAUMON-RHIN QUI COORDONNE ET GERE LES ACTIONS EN FAVEUR DE SA RESTAURATION. Jusqu’au XIXe siècle, le Rhin était considéré comme le plus important fleuve à saumons d’Europe avec plus de 250 000 individus comptabilisés en 1885. L’espèce constitue alors une véritable richesse alimentaire et économique pour les villages de pêcheurs situés en bordure. Les travaux de rectification menés à partir du XIXe siècle (travaux d’endiguement, création du canal d’Alsace, etc.) et l’édification de différents barrages et centrales hydroélectriques, obstacles insurmontables pour les poissons migrateurs, sont venus cependant noircir le tableau. Le coup de grâce est donné, dans les années 1950, par l’augmentation des pollutions industrielle, agricole et domestique. En 1957, le poisson a complètement disparu du bassin rhénan. En 1986, l’incendie de l’usine Sandoz, près de Bâle, cause le déversement dans le Rhin de quantités de pesticides hautement toxiques. Du traumatisme né le déclic : les milliers de poissons qui dérivent le long du fleuve montrent que le Rhin n’est pas tout à fait mort. Les ministres des différents états riverains se réunissent et adoptent le « Programme d’Action Rhin », stipulant la mise en place d’actions en faveur de la dépollution du cours d’eau. Parmi elles, le programme « Saumon 2000 » a pour objectif la réimplantation du saumon et le retour d’autres espèces de poissons migrateurs d’ici l’an 2000. En Alsace, ce programme se met en place sous l’impulsion de l’association Saumon-Rhin, créée en 1992. Le saumon, comme la majorité des poissons migrateurs, naît en eau douce. Après un à deux ans, il dévale la rivière vers l’estuaire pour aller grandir en mer au niveau du Groenland ou des îles Féroé. Une à trois année d’engraissement plus tard, il retourne, contre le courant, frayer dans sa rivière natale. Gabriel Edel, Directeur de Saumon-Rhin, se souvient : « Pour relancer le cycle biologique du saumon, il était nécessaire de relâcher des petits individus dans des endroits propices à leur développement. Au départ, nous avons donc cartographié


les cours d’eau de la partie alsacienne du bassin rhénan. » De nombreux habitats favorables sont ainsi localisés dans le Vieux-Rhin et dans différents affluents de l’Ill (la Bruche, la Lièpvrette, le Giessen, la Fecht, la Thur et la Doller). Depuis 1991, 300 000 à 500 000 jeunes saumons y sont déversés chaque année. Le repeuplement ne tarde pas à porter ces fruits : les premiers retours du migrateur ont été observés dès 1995. Toutefois, jusqu’en 2000, les poissons sont bloqués au niveau du barrage d’Iffezheim, en aval de la portion alsacienne du Rhin. « Au bas de cet obstacle, nous organisions des pêches de transfert à l’électricité », témoigne Gabriel Edel, « les saumons étaient ensuite relâchés plus en amont pour poursuivre leur migration. » En 2000, le barrage d’Iffezheim est équipé de la plus grande passe à poissons d’Europe. Cet ouvrage permet aux poissons de contourner l’obstacle et ainsi de le franchir. Depuis, plusieurs barrages ont été équipés de passe à poissons et d’autres le seront prochainement. Actuellement, 50 à 100 individus reviennent chaque année dans la région. Pari atteint, le saumon est donc de retour. Il se reproduit même naturellement, des frayères étant recensées dans la partie aval de la Bruche. Toutefois, « près de 90% des zones favorables à la reproduction restent encore inaccessibles aux poissons », dénonce le directeur de Saumon-Rhin. Rendre ces endroits accessibles et permettre au saumon et aux autres espèces migratrices de coloniser progressivement l’ensemble du bassin nécessite de désenclaver le Rhin jusqu’à Bâle et tous les cours d’eau du bassin rhénan. C’est l’un des objectifs du programme « Saumon 2020 », prolongement du programme « Saumon 2000 ». La mobilisation continue. Magali EYRIEY


En Alsace 64