Page 10

#JEAN-PHILIPPE SARCOS

#YVES JEULAND Yves Jeuland est un réalisateur auteur de documentaires né à Carcassonne en 1968.Symbolique pour cet as du montage et du démontage. Des films qui portent souvent sur l’engagement politique.La politique c’est vrai,  il y est tombé déjà presque au berceau et premier engagement au lycée avec SOS racisme. La suite, il la mettra dans ses bobines. Best Of de la Jeulandosphère politique et citoyenne :Il retrace  l’histoire des communistes français, le Siècle des Socialistes, puis celle des  coulisses et des coups durs d’une campagne municipale dans la capitale « Paris à tout prix ». Il recevra un sept d’Or en 2001 pour ce documentaire. Mais encore l’histoire des juifs en France, Le Président «Le Manitou du Languedoc Georges Frêche» filmé au plus près et  d’un Président, l’autre, documentaire sur le quotidien de François Hollande à l’Elysée, un Président normal qui n’a pas trop kiffé le documentaire. Loin des ondes de la capitale, il reviendra au « païs » pour conter une chronique électorale à Fleury d’Aude, un village de vignerons, de rugbymen et d’irréductibles chasseurs de sangliers.Et à «Contre Champs»  de la politique peut- être aussi une lassitude sur le pouvoir, une entrée  fracassante chez les artistes  «  Il est minuit Paris s’éveille », film sur les cabarets, leurs artistes et les nuits parisiennes d’après guerre et «  l’extravagant Monsieur Piccoli » dévoilé en avant première aux rencontres documentaires de l’été  dans la cour d’honneur du Château Comtal.Yves Jeuland  en mode quinqua, on attend son second souffle. 10

# lumieres de la ville

La direction de choeur et d’orchestre mise au service de ce qui demeure encore un pari dans les zones urbaines et sans doute plus encore dans les territoires excentrés, culturellemennt défavorisés, c’est le cheval de bataille du carcassonnais Jean-Philippe Sarcos, 53 ans, droit dans ses bottes de chef la baguette assurée, portée par une gestuelle ample et généreuse, un visage ouvert et passionné. Amener à la musique le plus grand nombre parmi ceux qui ne soupçonnaient même pas ce qu’était une symphonie de Malher, un concerto Brandebourgeois de Bach, un Oratorio de Haendel, avant d’avoir entendu, à domicile, le choeur et l’orchestre du Palais Royal dont il est le créateur, jouant sur des instruments d’époque. Le jeune musicien qui a fait ses classes aux côtés de Georges Pretre et de William Christie au terme d’une longue formation passant par le Conservatoire de Paris et l’école normale, alterne ainsi les opérations “coups de foudre”auprès des publics de province, et les rencontres à l’Académie de musique qu’il a également crée et qui permet chaque années à 400 jeunes  de se former auprès de musiciens chevronnés issus des grandes formations. Eclectique dans le choix de ses répertoires avec une préférence pour la musique baroque et celle de la période romantique, ce passeur d’émotion qui se produit avec sa formation surtout en France, est sensible à la beauté des lieux de concert et à la force de l’histoire qui parfois s’en dégage, comme la salle du premier conservatoire où a été créée la symphonie fantastique de Berlioz. Jean-Philippe Sarcos dirigera au cours du mois de mai “Thamos roi d’Egypte” au Cirque d’Hiver, ainsi qu’un programme Haendel à Paris et à Troyes.

Le Mag 145 - Les Audois du Mag  

Après avoir célébré l’Ode Gourmande pour un numéro spécial qui tenait autant du corps et de l’esprit et glorifier un terroir, ses manières d...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you