Issuu on Google+

zéro euro Culture grand format et loisirs extra larges en Midi-Pyrénées

N°36 / Septembre-Octobre 2010

Culture // Loisirs // Tourisme // Habitat // Tendances // Jeune public // Agenda

Marilyse Humbert, Le Club de la plage. Photo extraite du festival ManifestO, voir portfolio page 20


OUVERTURE -20%* offre spéciale

www.cuisines-teisseire.fr * Offre valable jusqu’au 15 octobre 2010 (hors pose, accessoires et électroménager)

RN 20 - à côté de DégRiff électRoméNageR 1, route de lézat - 31860 Pins-Justaret - 05 62 14 11 60


8

Destination Ariège ! Au cœur des Pyrénées, se cache le hameau du paradis, alias Gitamiglos. Kariboo perce son histoire, ses petits secrets et ses grands plaisirs. ▼

10

Ma maison Une ancienne maison de maraîcher, allongée d’une extension en bois, au beau milieu d’un îlot de verdure. Mode d’emploi. ▼

Entre nous

Laurent Mauvignier se raconte. Lui, Toulouse, ses livres et tous les personnages qui peuplent son écriture.

36 Jeune public

14

Des idées de sorties, des ateliers, un agenda, des livres et des jeux. Pour une rentrée souriante.

Portfolio

18

ManifestO soigne son image avec un nouveau cru de photographes aux clichés ▼ singuliers et surprenants.

Lacets serrés, moufles écossaises… Samples d’automne ?

Culture

24

Renaissance de l’EDF Bazacle, rayon laser de la très scientifique Novela, Printemps de Septembre... Serions-nous vraiment en automne ?

KARIBOO est une publication d’Urban Press, www.urban-press.com 18 rue des couteliers 31000 Toulouse tel. + 33 561 14 03 28 - fax + 33 561 14 25 22 info@urban-press.com

Directeur de la publication : Laurent Buoro Directeur du développement : Loïc Blanc Rédaction : Léa Daniel, Carole Lafontan, Maylis Jean-Préau Graphisme : Angèle Capelle, Cécile Fauré, Christophe Gentillon Ont collaboré à ce numéro : Pascal Alquier, Vincent Boutin, Crystel Caulet, Marine Decremps, Isabel Desesquelles, Nicolas Fleuré, Youness Hamelat, Alex Masson, Nicolas Mathé, Cécile Maury, Baptiste Ostré, Cécile Paulet. Publicité : Stéphanie Ganet, Sophie Hemardinquer + 33 561 14 78 37 / info@urban-press.com Administration : adm@urban-press.com Imprimerie : Roularta (Belgique). Papier issu des forêts gérées durablement (PEFC)

Dépôt légal : à parution L’éditeur décline toute responsabilité quant aux visuels, photos, libellé des annonces, fournis par ses annonceurs, omissions ou erreurs figurant dans cette publication. tous droits d’auteur réservés pour tous pays. toute reproduction, même partielle, par quelque procédé que ce soit, ainsi que l’enregistrement d’informations par système de traitement de données à des fins professionnelles, sont interdites et donnent lieu à des sanctions pénales.

ne pas jeter sur la voie publique

20 6 En lieu sûr Lush parfume Toulouse de ses savons en tranche, le design pénètre le vieil Albi avec Le sens des Choses, Litote fait sa rentrée littéraire, Icatenga pousse toute la famille dans la cuisine. Les petits nouveaux font les présentations.

Le club de la plage n’affiche plus complet. La densité démographique devient à nouveau normale à mesure que le mois de septembre roussit. Ni trop, ni trop peu. Ni cohue littorale, ni désert citadin. Les vide-greniers vivent leurs dernières heures avant que la météo ne chasse les fripes au troisième sous-sol. Le bords des trottoirs ressemblent à un catalogue Ikéa raté. Canapé défraîchi, tables bancales, chaises éventrées… tous victimes d’un déménagement radical. Après le temps des cerises, on se prend des marrons. Roms, retraites, L’Oréal... difficile, cette rentrée des crasses. On peut pleurer sur les derniers grains de sable transportés clandestinement dans le sac de plage burriné. Mais rien n’y fait et les jours raccourcissent. On peut frapper d’un pied rageur dans les tas de feuilles mortes, les écharpes nous attendent, tapies au fond d’un tiroir oublié. On peut même regretter le temps où l’on avait le temps. Pourtant on serait de mauvaise foi, de soutenir la main sur le coeur que de revoir enfin un musée ne nous a pas transporté de joie... ou une librairie, une galerie, un théâtre, un cinéma. L’avantage avec cette phrase, c’est qu’elle peut se décliner à l’infini. Finalement la rentrée a ça de bien, qu’on a tellement crié famine pendant l’été que l’on se jette sans retenue sur tout ce qui ne parle ni de people, ni de grillades. C’est frénétique ! On s’arrache la Novela, on croque Circa, on se gave de Printemps de Septembre, on croustille du ManifestO, on savoure du Jazz sur son 31... Et on se gave de Bikini, il faut bien compenser l’absence de maillots de bain. Et comme il n’y a pas que les soirées mousse dans la vie, on bénit tous ces festivals qui prolongent artificiellement l’été. Bien sûr, on pourrait toujours leur trouver quelque chose à redire. Trop élitistes, trop scientifiques, trop prolifiques, trop prosélytes, trop électoraux, trop confidentiels, trop courts... On peut toujours regarder la salle à moitié vide, mais finalement, devant de telles propositions, on enterre la hâche de guerre et on se plaît à se répéter les paroles de Laurent Mauvignier, notre grand interviewé. Après Rome ou Paris, le romancier a suivi sa belle sur les berges de la Garonne. Pour lui, « Toulouse propose une offre culturelle réellement puissante et pour tous les publics (…) c’est une vraie proposition, finalement rare en Province ». L’amour rendrait-il aveugle ?

Les feux de l’amour

Shopping

édito sommaire

Échappée belle

\ Léa Daniel \

La photo de couverture Marilyse Humbert, Le Club de la plage. Photo extraite du festival ManifestO, voir portfolio page 20.


4 culture

26.10 27.10

17.10

Jusqu’au

10.10

5

© DR

3 Jusqu’au

8.10

18.09

1

Affiche © Cinespana

Espace Bazacle © EDF

give me

S’il fallait en retenir 5, voici les événements qui méritent une place dans votre agenda.

Art

Festival

Cinéma

Festival

Musique

La Garonne ne va plus cesser de lui faire les yeux doux. Et pour cause, l’espace Bazacle a passé plus d’un an à se refaire une beauté. Les enjeux liés à l’eau et aux énergies renouvelables ont trouvé une terre d’asile dans l’enceinte de l’usine hydroélectrique où les turbines s’admirent tout autant que les œuvres d’arts. Qui ne profiterait pas de l’inauguration, les 18 et 19 septembre, pour grimper sur la terrasse suspendue au-dessus de l’eau ? > page 27

C’est un peu de la Nouvelle Orléans qui débarque à Toulouse jusqu’au 23 octobre. Le festival jazzy initié il y a 24 ans par le conseil général de Haute Garone fera raisonner les saxophones de Wayne Shorter, Mc Coy Tyner ou encore de Jean-Michel Cabrol, en ouverture. Si l’ère des big bands est de retour, le jazz pur et dur se décline aussi à toutes les sauces : du cinéma à la photographie, en passant par la semaine consacrée au piano. Ça va swinguer. > page 31

Inutile de traverser les Pyrénées pour savourer un bon film d’Iciar Bollain. Jusqu’au 10.10, le festival de cinéma espagnol restera à l’image de la péninsule ibérique, multiple et emblématique. La toile, écrasée par la censure, s’est libérée, renouvelée au fil de la transition démocratique. Alors cette année encore, il y aura des nouveaux films. Mais pas que. Des hommages aussi, pour l’inoubliable Angela Molina, pour les films fantastiques, pour l’autonome Cantabrie… C’est un peu tout ça, l’Espagne, quand elle fait son cinéma ! > page 24

Pour ceux qui ont la mémoire courte, la Novela se charge de faire ressurgir leurs souvenirs grâce à une vingtaine d’animations. Pour les autres… pas de panique ! Jusqu’au 17.10, le plus scientifique des festivals toulousains installe ses savants, ses expositions, ses physiciens du laser, ses spectacles, ses conférences... Non ! La science ne fait pas peur, au contraire elle se partage. > page 28

Le Bikini s’embarque le temps d’un soir dans le monde de la musique soul. Des morceaux venus des années 60, balancés sur les ondes radiophoniques en 2010 après une relecture très personnelle d’un amateur de musique noire. C’est Ben l’Oncle Soul bien sûr ! Si Soul Wash est à écouter, ce jeune chanteur est surtout à voir sur scène pour faire le plein d’une énergie vintage à souhait. > page 32

Marcus Strickland © Mamoru Kobayakawa

2

Cinespaña 

Rainbow Berlin © Yvette Mattern

Jazz sur son 31

Espace Bazacle

La Novela

4

Ben l’Oncle Soul


8/23 OCTOBRE EN HAUTE-GARONNE

P

R

O

G

R

A

M

M

A

T

I

O

N

Nouveau Monde DDB - © pixteur.com

AMY GAMLEN • BIG BAND 31 • CESARIUS ALVIM • COMPAGNIE JAMES CARLES • CRAIG TABORN • DJ FOOD • DORADO SCHMITT • EDDIE GOMEZ • ERIC LEGNINI • ESTHER NOURRI • FANGA • FIONA MONBET • GERARD PONCIN • GIL CORRE • GIOVANNI MIRABASSI • GRACE KELLY • GROOVETHING • HADRIEN VEJSEL • IBRAHIM MAALOUF • INCOGNITO • JACKY TERRASSON • JOHN SCOFIELD • JEAN-MARC PADOVANI • JEAN-MICHEL CABROL • JORGE PARDO • KARL JANNUSKA • KELLYLEE EVANS • KISSME YOURI • LA MECANICA LOCA • L’ETRANGE MECANIQUE • LES METROPOLITAINS • LES GRANDES BOUCHES • MARCUS STRICKLAND • McCOY TYNER • MELANIE DAHAN • MOLLY JOHNSON • MONTY ALEXANDER • MOUTIN REUNION • MULGREW MILLER • PIERRE PERCHAUD • PIERRE ABBO • PORTICO • RABIH ABOU-KHALIL • SEBASTIEN LLADO • STEVE COLEMAN • SYLVAIN LUC • SWING39 • THE HERBALISER • THIERRY OLLE • THOMAS ENHCO • THOMAS SAVY • TOOTS THIELEMANS • VIJAY IYER • WAYNE SHORTER • YARON HERMAN •

JAZZ31.COM

LE JAZZ TOUJOURS


6 en lieu sûr

Sans dessous de sens

Le Sens des choses peut s’enorgueillir d’avoir vu juste ! Située dans le quartier épiscopal albigeois, tout récemment classé au patrimoine mondial de l’Unesco, cette nouvelle boutique, taquine les visiteurs avec ses objets intelligents et résolument locaux. Issue de l’histoire de l’art, Séverine Paillé est allée chercher une bonne partie de son mobilier innovant et de ses matières tactiles, chez des maisons régionales d’éditions de design. À l’image d’une galerie, les objets sont exposés et offrent une belle balade de créateurs en créateurs. On retrouve aussi bien le fameux arbre d’hiver de Cyril Delage qu’une drôle de corbeille à fruit en forme de panier de basket. Et comme une galerie, c’est un parfait reflet de la création d’aujourd’hui. Le sens des choses // 24 rue de la Souque à Albi, 05 63 80 59 06, www.lesensdeschoses.net

Produits de bonté

Entre les lignes

Il était temps qu’un libraire pose ses livres à Auterive ! C’est chose faite avec Litote, une figure de style mutée en librairie généraliste, grâce à l’ingéniosité de deux dévoreuses de livres. La part belle est donnée à la jeunesse, avec un gros rayon enfant et des animations autour du conte, programmées à la rentrée. L’éco-rayon, quant à lui, esquisse un clin d’œil à l’écologie, au développement durable et au jardinage. Il y a même un espace «  petit canapé  » pour prendre le temps de faire une découverte autour du livre. Litote propose ni plus ni moins de partager des choix bien loin des têtes de gondole.

Je mange donc je sushi

Litote // 2 rue du Général De Gaulle à Auterive, 05 61 15 19 56

L’appel de la culture

C’est la rentrée de l’année à Saint-Jean. Après avoir mûri 3 ans et demi dans la tête de sa fondatrice, l’espace Icatenga débarque en fanfare. L’idée est simple et s’articule autour de l’apprentissage des savoirs. Des cours de cuisine pour les petits gourmands et pour les grands gourmets activeront les papilles. Du côté de la bouche encore et toujours, Icatenga c’est aussi des cours de langue en anglais ou en espagnol dès 4 ans. Dans cet espace de 150 m2, on passe sans souci du coq à l’âne, d’un atelier d’initiation aux arts créatifs, à un coin où les ados peuvent renifler la faune et la flore. Icatenga, rien que de le dire on y croit ! Icatenga // 2 rue Jean Monnet à Saint-Jean, 05 34 25 32 31, www.icatenga.com

De 11 h à 22 h, l’esprit nippon flotte plus que jamais sur la rue Alsace-Lorraine. Après huit ans d’expérience dans les petits plats japonais, Sushi Yoshi s’agrandit pour ouvrir à la même adresse, une grande salle à manger de 50 couverts. Si nos yeux sont à Esquirol, nos esprits voient rouge. Comme le drapeau du Japon qui décore le lieu, comme le saumon qui se déguste cru ! On retrouve toujours les spécialités de makis, sushis, salades de crevettes et compagnie, encartonnées ou dans l’assiette. Mention spéciale pour les bouchées japonaise aux légumes ou à la viande. Sur place ou à emporter. Sushi Yoshi // 13 rue Alsace Lorraine à Toulouse, 05 61 23 00 26, www.sushiyoshi.fr

Attention. Le pas de la porte à peine franchi, réprimez votre irrépressible envie de croquer à pleines dents dans l’un des savons à la coupe qui ressemblent étrangement à de gros gâteaux. Ravalez votre appétit et oubliez ces macarons au parfum si tentant, car ces délices colorés 100 % végétaux, sont (seulement) faits pour être étalés sur la peau et la rendre de velours. Vous l’aurez compris, Lush est un concept gourmant débarqué d’Angleterre qui s’impose en France et investit Toulouse avec ses produits de beauté faits main. L’un des big boss est un ancien du Body Shop et ça se sent. Déçu de n’avoir pas réussi à faire aboutir certains de ses projets cosmétiques, il s’est décidé de se plonger dans le grand bain des affaires avec deux experts de l’art et la matière. Les crèmes aux fruits, les shampoings solides au gros sel ou encore les pastilles de bain effervescentes pleines de strass et paillettes sont étonnants. Parfois détonants. Les étiquettes font dans l’humour girly et la pédagogie «  responsable ». C’est un peu régressif, mais pas trop. Lush // 15 rue saint Antoine du T à Toulouse, 05 61 22 67 19, www.lush.fr


Studio Pastre - illustration ima solutions

EXPOSITION octobre 2010 juin 2011

Cette exposition est reconnue d’intérêt national par le ministère de la Culture et de la Communication/Direction générale des patrimoines/Service des musées de France. Elle bénéficie à ce titre d’un soutien financier exceptionnel de l’état.

www.museum-toulouse.fr


Laurent Mauvignier, un homme de prix Rendez-vous est pris place du Capitole. « À Toulouse, tous les chemins mènent au Capitole » dira Laurent Mauvignier qui, l’automne dernier, vivait à Rome même si sa maison est à Toulouse. Auteur de sept livres, lauréat du prix Livre Inter pour Apprendre à finir et du prix des libraires pour Des Hommes, l’écrivain vient de terminer son prochain texte et entame une collaboration avec le théâtre Garonne. Après trois heures de discussion et plusieurs années à le lire, on n’en doute plus, Laurent Mauvignier prend son temps mais qu’est-ce qu’il va loin !

Laurent Mauvignier en cinq dates 6 juillet 1967 Naissance Octobre 1984 Entrée aux Beaux Arts de Tours Septembre 1997 décide de se consacrer exclusivement à l’écriture 18 mars 1999 Sortie du premier roman Novembre 2005 Arrivée à Toulouse

Il y a exactement un an, vous étiez donné favori pour le prix Goncourt, Des hommes rencontrait un succès public et critique qui en faisait un des livres majeurs de la rentrée. Que retenez-vous de cette effervescence ? En fait, je n’ai pas réellement senti la pression. J’étais à Rome, le dernier mois d’une année à la villa Médicis. J’avais fait mon livre, c’est tout ce qui importait. J’ai été surpris de l’agitation autour.Cette rentrée ne s’est vraiment terminée qu’en juin. Le livre est sorti en Chine, en Inde, en Algérie, en Allemagne, au Danemark. Je l’ai accompagné. En France, il y a eu toutes ces rencontres avec le public, une quarantaine, dans les librairies, les médiathèques. Il y a beaucoup de livres s’intéressant à l’Algérie mais très peu autour des appelés. C’était troublant, touchant, ce monde venu pour débattre, des femmes d’appelés justement, qui prenaient la parole.

Et cette rentrée, sous quels auspices la vivez-vous ? Je vis avec une libraire alors les livres sont là, chez nous. Les livres des autres. Je la vois lire, lire, être en retard, elle n’en n’a lu que cinquante ! Mais cette année, je passe mon tour, même en tant que lecteur. J’en ai à peine fini avec la rentrée précédente, elle m’a beaucoup envahi, j’ai besoin de me détacher de l’actualité littéraire. Il y a mon prochain livre qui paraîtra en mars, inspiré par ce fait divers l’année dernière, un homme tabassé à mort par deux vigiles parce qu’il avait volé des canettes de bière. Une seule phrase, à la manière du très beau La nuit juste avant les forêts de Bernard-Marie Koltès. Il y a aussi le prochain roman, il est là, il m’attend ou c’est moi qui l’attends. En octobre, je suis au théâtre Garonne pour une semaine de répétition avec la troupe Les Possédés.

© Nicolas Fleuré

8


entre nous 9

« Chacun de mes livres est comme un souvenir d’enfance. Chacun de mes personnages est comme quelqu’un que j’aurais connu .» Pouvez-vous nous dire qui était Laurent Mauvignier avant d’écrire ? Je suis né en Touraine. J’ai fait les Beaux-Arts. Il n’y avait que deux choses qui m’intéressaient, la littérature et la peinture. La littérature, alors, me faisait peur, je la croyais plus inaccessible. Ce qui est faux d’ailleurs. Voilà. Avez-vous trouvé à Toulouse quelque chose qui vous manquerait si vous deviez vous en éloigner ? Pas vraiment. J’ai suivi ma femme qui travaille à la librairie Ombres Blanches. Nous vivions à Bordeaux, pourquoi pas Toulouse. C’est vrai que Toulouse a un vrai caractère, et sa lumière. Victor Hugo disait : « Toulouse est la petite Rome ». C’est la seule ville italienne en France que je connaisse. J’ai fait une photo à Florence au bord de l’Arno, je la regarde, ce pourrait être Toulouse. Il y aurait le plateau de Beille, peut-être, j’aime y aller à l’automne, ces promenades me manqueraient. Comment avez-vous trouvé vos marques dans le paysage culturel local ? Ça n’a pas été si simple. En arrivant, j’ai animé pendant deux ans des ateliers d’écriture à Toulouse, Tournefeuille et Balma avec La Boutique d’écriture. C’était une façon d’entrer dans la ville et ses alentours. Toulouse est tellement isolée, c’est un de ses défauts, on n’y trouve pas la rapidité d’accès, avec Paris notamment, que l’on a dans les autres grandes villes. Ceci étant, Toulouse propose une offre culturelle réellement puissante et pour tous les publics. Dans de beaux lieux, les Jacobins, la Halle aux Grains. La danse contemporaine au Garonne, c’est une vraie proposition, finalement rare en Province. Quel regard portez-vous sur le succès que rencontrent vos livres ? Vous êtes salué comme un écrivain de premier plan, cela pèse-t-il ou non sur votre travail ? On est seul quand on écrit et ce moment-là prime sur tout le reste. Oui, il y a un risque, l’effet miroir, comme un chanteur qui pousserait un peu trop sa voix pour qu’on l’entende encore plus. Mais tant qu’on est en prise avec cette question : pourquoi ce livre, pourquoi on le fait ? On reste au plus proche de son travail. L’un des risques avec le succès, c’est que plus personne ne vous dise : attention, ça ne va pas, il faut retravailler. On entre dans le cheptel et on produit des ventes. Dans les sept livres publiés, y en a-t-il un qui vous ait résisté plus qu’un autre ? Ils ne résistent pas de la même manière. Pour Apprendre à finir, j’avais six cents pages, deux frères dans une maison mais ça n’allait pas, je ne trouvais pas l’entrée du livre, jusqu’à cette femme, ce personnage, qui a donné sa réalité au roman. Dans La foule, il y avait surabondance, il a fallu trier. Plus j’écris, plus le travail sur la ponctuation augmente et, réécrire la première version du roman, sollicite mon énergie. Les lecteurs vous disent : on attend le prochain, mais ça ne marche pas comme ça. Je n’écris pas pour faire un livre de plus, j’écris pour faire mieux. Pour Des hommes, je voulais raconter comment on vit avec un passé qui vous tue chaque jour. Il a fallu que je m’isole, je remettais chaque jour à demain l’écriture de la deuxième partie. Je suis parti en Allemagne, où je ne connaissais personne, ne parlais pas la langue, je ne pouvais plus reculer. Des hommes va être adapté au cinéma par Patrice Chéreau. Vous écrirez le scénario ? Non, Patrice Chéreau le fait avec sa scénariste. C’est mieux comme ça, ce livre est trop récent et il m’a occupé assez longtemps ! Mais

j’écris une adaptation de La foule pour Jean-Stéphane Sauvaire, le réalisateur de Johnny Mad Dog. Il y a comme un travail de reconstruction autour du texte, une deuxième chance. Quand on vous lit, on ne peut pas ne pas penser au théâtre. On aimerait entendre un de vos textes sur scène. Cela fait dix ans que je tourne autour du théâtre. Il y a ce projet avec le théâtre Garonne et la troupe Les Possédés. Ils jouent au théâtre de la Bastille, à la Colline et à la Ferme du Buisson, il y a une proximité entre leur travail et celui de Jacky Ohayon, le directeur du Garonne. Nous allons « essayer » sur scène un texte que je reprendrai ensuite. Il y a eu aussi cette expérience à Bordeaux avec mon livre Le lien, j’interprétais un des deux personnages face à Françoise Lebrun. Y a-t-il pour vous des conditions d’écriture idéales, un cadre nécessaire, un rituel ? Le silence. La première chose, je mets des boules Quies® et aussi il me faut du temps. Je travaille plutôt le matin car entre le moment où j’allume l’ordinateur et les premiers mots que j’écrirai, il peut s’écouler deux heures. Bien souvent, il aura fallu huit heures pour travailler deux heures. Il faut arriver au dernier mot pour savoir quel livre on a écrit. C’est mystérieux. Un moment de grâce, comme en apesanteur, quand tout prend sa place. Tant qu’il y aura ce moment, je continuerai. Cela fait onze ans que je publie, je m’interroge et dans trente ans ? Stevenson, Erri de Luca, Marguerite Duras. En quoi ces écrivains vous sont-ils ou non proches ? J’admire le travail d’horloger de Stevenson. Je viens de terminer Le club du suicide. Trois nouvelles qui font un roman, c’est très inventif. Pour Erri de Luca, je suis plus partagé. À la fois dans le même livre, j’adhère totalement à ce qu’il fait et pas du tout. Marguerite Duras, c’est la famille. J’ouvre un de ces livres et un personnage, une page me réconfortent, Faulkner, Proust, sont plus écrasants mais tous les écrivains que j’ai lu m’ont aidé. Je lis moins quand j’écris, la fameuse porosité, même si elle ne me dérange plus guère. Surtout, et c’est vrai aussi avec les films, on n’a pas deux heures à donner. On est avec ses personnages, on veut être avec eux, seulement eux. L’un des grands thèmes de votre œuvre est l’absence. Sa cruauté, son inéluctabilité. Vous êtes-vous déjà rebellé contre ce thème récurrent ? Avez-vous tenté de vous écarter de votre sillon ? J’ai essayé mais j’ai beau faire, même une histoire d’amour se teinte de mélancolie. Pourquoi ? Je ne sais pas. Je voudrai écrire sur le tourisme. Qu’est-ce que les gens cherchent en vacances ? Toute l’année, il y a la télévision et un matin ils prennent l’avion. Là encore, il y a l’absence. Écrire, c’est colmater. Ça ne remplace pas ce qui manque. D’une certaine façon, on n’en termine pas avec vos romans. Ils envahissent leur lecteur et vous, que faites-vous d’eux quand ils sont écrits, publiés ? Chacun de mes livres est comme un souvenir d’enfance. Chacun de mes personnages est comme quelqu’un que j’aurais connu. Dans Loin d’eux, il y a la cousine Céline, elle a vingt-trois ans. Plusieurs années après, j’écris La foule et il y a Tana qui a vingt-trois ans elle aussi. Je n’y ai pas pensé, c’est comme si Tana était avec Céline avant, bien avant que je l’écrive. Curieux comme les personnages demandent à naître. Ses livres, on les connaît mais on ne sait pas à quel point on s’en souvient. Je me dis parfois, lorsque ma mémoire me lâchera, je ne ferai plus la différence entre ceux que j’ai connus et les autres. \ Isabel Desesquelles \


10 échappée belle

Miglos

le hameau du paradis Texte Maylis Jean-Préau - Photos DR

INFOS PRATIQUES Gitamiglos

Arquizat 09 400 Miglos 05 61 05 81 39 isa@gitamiglos.com, www.gitamiglos.com,

C’est l’histoire de Miglos, un village accroché au cœur de l’Ariège. C’est aussi celle d’Isabelle Hosdain-Collet. Il y a 17 ans, une jeune femme au caractère bien trempé, remonte ses manches, donnant un second souffle au hameau endormi. Bien des coups de pinceau et de marteau plus tard, naît Gitamiglos : sept maisons dispersées dans le village, 55 places, des gîtes et des chambres d’hôtes de charme, où l’on retrouve un peu partout la patte d’Isa. Le tout, au sein d’un territoire riche de sens et de sensations.


© Phil Bence

11

Les valises s’étalent sur les lits de la Buissonnière. Dans ce gîte, les chambres sont dressées comme des échoppes de marchands, sous un voile à fleur. Poussant une porte d’enfant, on débarque sur une terrasse installée sous les toits. La vue s’étend sur le hameau d’Arquizat, le cœur de Miglos. Isabelle ne s’est pas trompée ! Dans son hôtel à la montagne, « les couloirs des chambres sont bien les rues du village ». Aux quatre coins du hameau, des gîtes pointent le bout de leur nez, arborant des noms énigmatiques : La p’tite Mouline, La grange aux secrets, La ciboulette… Nous retrouvons Isabelle, le maître d’ouvrage de ces gîtes horsnormes, cachée sous sa collection de vieux chapeaux et bien protégé par ses deux énormes bouviers somnolents. Direction le jardin. Au bord de la piscine, quelques habitants de Gitamiglos sommeillent eux aussi. Les molosses sortent des bras de Morphée, reniflant la menthe et le colza, en jouant au beau milieu des jeunes pousses de cacahuètes. Le jardin d’Isa est une véritable caverne d’Ali Baba. Passionnée, elle ne s’est pas contentée de creuser des terrasses jusqu’à la rivière, elle plante aussi des légumes et des fleurs rares ou comestibles, en cherchant avant tout à bonifier les couleurs, les odeurs et les saveurs.

\ Partie de rien \

Pourtant rien ne prédisposait cette fille de bonne famille belge francophone à s’installer au cœur des montagnes ariégeoises pour y retourner la terre et le ciel. À 20 ans, alors qu’elle étudie l’ergothérapie, Isabelle change de cap, part en France et devient monitrice de voile dans la Meuse avec l’UCPA. Un mariage et deux jumeaux plus tard, Isa quitte son lac pour suivre son mari, muté par l’ONF dans les Pyrénées, en Ariège plus précisément. C’est la découverte d’un territoire, d’un nouveau mode de vie et surtout d’un nouveau monde. C’est aussi le temps des années sombres ! En 1993, Isabelle a 30 ans et se retrouve veuve avec ses trois enfants, Matthieu, Clément et Anaïs. « J’ai suivi un stage de création d’entreprise à la chambre de commerce, j’avais un projet. Je voulais ouvrir un hôtel à la montagne… », raconte Isa en ouvrant le petit poulailler en forme de chalet alpin, fabriqué

par une bande de scouts belges en vacances par ici. Simone, Belphégor et Chicken Run pointent le bout de leur crête autour des hamacs suspendus sous les arbres.

\ Une histoire sans fin \

« Au début, pas grand monde ne me prenait au sérieux, poursuit Isabelle, sauf un banquier ! Il m’a accordé un prêt pour acheter la première maison ! » Seule et appuyée par ses enfants, Isabelle refait tout, répare tout, monte des cloisons, créé des étages, peint, décore, redécore, arrange. Un gîte est né. Et les premiers clients sont là. «  J’en aurais pleuré de joie  » se souvient-elle. Ensuite, pour la soutenir, ses parents lui offrent la Major, une grosse bâtisse inhabitée depuis 40 ans. Et les travaux se poursuivent d’année en année. Les fidèles reviennent, Isabelle réinvestit, achète, améliore. Les clients reviennent, conquis par cet accueil simple et tellement chaleureux, par cette déco originale, où chaque espace est un petit bijou d’idées et de goût. Et des idées, Isa n’en manque pas ! Elle récupère des portes forgées et du vieux bois, elle monte des mezzanines comme des proues de caravelles. Partout elle apporte cette touche qui est la sienne, une fresque sur un mur, un message au-dessus d’un lit, une salle de bain toute en symétrie…

\ Terre d’asile \

Mais Isa ne s’arrête pas là. Elle continue à chiner et à tout refaire. Petite, elle rêvait des Beaux-Arts. Qu’à cela ne tienne  ! Elle a fait de Gitamiglos sa galerie. Mieux encore : Isabelle est devenue plus ariégeoise que les Ariégeois. À son arrivée, pourtant, elle se rappelle d’une adaptation plutôt difficile… Mais en 2009, toute l’équipe de tournage du film No Pasaran, une farce « made in sud ouest », investit Gitamiglos. Isabelle en profite pour faire embaucher des personnes du cru. « Depuis, les gens d’ici ont changé la vision qu’ils avaient de moi ». Baptême du feu réussi ! Et comme rien ne résiste plus à Isabelle, on raconte même qu’elle profiterait du mois de septembre pour convoler en justes noces…à Gitamiglos naturellement !

Pourquoi y aller ? On est en Ariège, et ça se voit ! D’abord pour le bonheur des champs, le plaisir de la montagne et la force des sensations sportives. Conquis ? Oui, mais à Miglos il y a pas mal de petits plus, le tout à seulement 1 heure de Toulouse. Le pain fait maison, les bons plats d’Isa, des conseils chaleureux pour profiter de la région comme il se doit, les coins tout proches pour aller pécher la truite et même pour les accros du bien-être, une séance de shiatsu ou de coaching personnel. Tourtereaux en week end, groupes, séminaires ou familles estivantes, chacun a sa maison, son espace, à la fois intimiste et convivial. Il y a même des gens qui se marient, se retrouvent ou se rencontrent à Miglos ! Ici c’est relax et chacun compose son menu. Au bord de l’eau, en tapotant un volant de badminton, ou en écoutant les histoires du conteur des cimes qui se promène là de temps à autre.


© Phil Bence

12

Miglos, pas à pas Un Miglos, des villages Dans l’assiette ! \ territoire \

\ et dans le verre \

Au cœur du jardin de Gitamiglos, il suffit de sonner la cloche située au coin du bar pour commander l’une des boissons affichée sur l’ardoise. Les capsules de bouteilles de bières incrustées sur le sol et les murs donnent le ton  : ici on joue sur la décontraction. Isabelle n’utilise pas d’alambic et mis à part les boissons et le miel du voisin, tout est fait maison. Inspirée du jardin, la cuisine des tables d’hôtes s’amuse de la saveur des fleurs et des herbes folles. Le temps de quelques soirées d’été les jumeaux se lancent au fourneau pour des soirées pizzas, cuites au feu de bois dans un vieux four en pierre. Et pour les réveils difficiles, la meilleure solution reste de venir prendre un petit déjeuner sur l’herbe. Tout en profitant de l’occasion pour goûter les mille et une confitures d’Isabelle.

Guides à domicile \ sport et nature \

En tout et pour tout, les vrais Miglossiens ne sont qu’une toute petite centaine à vivre perchés dans les hameaux d’Arquizat, Norgeat, Norrat, Axiat et Baychon. À Arquizat, on ne compte pas plus de 18 habitants à l’année… La plupart des maisons du village donnent sur une place dominée par l’unique clocher de la commune, dédié à Saint-Hilaire. Bâtie vers l’an 1000, cette église romane, résista aux tempêtes, à la révolution et au choléra. Le château féodal est seulement accessible depuis Arquizat. Sa situation imprenable ne l’empêcha pas de connaître une funeste fin. Lui qui avait appartenu au système défensif du comte de Foix, tomba en désuétude au XVIIIe siècle avant d’être incendié à la révolution. Faisant corps avec le rocher, les ruines du château rappellent le fougueux passé ariégeois, du temps où la vallée de Vicdessos n’était pas vraiment un lieu de villégiature. Les Amis du château // Renseignements auprès de l’association, aac.miglos@free.fr

Inutile d’aller à Ax-les-Thermes pour trouver un spécialiste des sports de montagne : les experts s’invitent à Miglos ! En 2004, des professionnels de la montagne se rassemblent et fondent le Bureau des guides des Pyrénées ariégeoises. L’alliance fait la force. Grâce à cette enseigne, les activités gagnent en qualité et s’efforcent de véhiculer une certaine éthique. En petit groupe et tout en sûreté, il est possible de s’initier à tout un tas d’activités : Canyoning, escalade, VTT, raquette à neige, accrobranche, cascade de glace, randonnée, spéléologie, construction d’igloo, alpinisme… Une formule « à la carte », permettant aux familles de découvrir les sports de montagne et aux passionnés de perfectionner leur technique. Le bureau des guides propose aussi des stages, des séjours ou des treks de plus longue durée, loin, bien loin de la civilisation. Pour en savoir plus, les habitants de Gitamiglos peuvent rencontrer ces pros des cimes au cours du pot d’accueil concocté par Isabelle. Une bonne occasion pour discuter des innombrables possibilités d’escapades ariégeoises avec des passionnés de montagne et d’adrénaline. Bureau des Guides // Ax-les-Thermes (09), 05 61 01 90 62, www.guides-ariege.com


échappée belle 13 En marche ! / randonnée /

Forges de Pyrène © Grands Sites Ariège

Paresseux et oisifs, à vos bâtons  ! Le départ du GR menant au point culminant de la vallée, le Pla de Montcamp, se trouve à Gestiès, village voisin de Gitamiglos. Et puis de Miglos, on est aussi tout proche des deux plus hauts sommets de l’Ariège, le Montcalm (3077 m) et la Pique d’Estats (3143 m). Les sentiers entraînent le marcheur zélé dans un dédale de roches, entrecoupé de petits torrents. Jusqu’à 1800 m d’altitude, domine la forêt de hêtres. Ce seuil atteint, la montagne offre dans les estives sa flore la plus variée et la plus colorée : conites, grande gentiane jaune, saxifrages, trèfles de montagne et rhododendrons. Un terrain de jeu favori pour les sangliers, les renards, les isards - le chamois pyrénéen - et les lagopèdes. Et l’ours ? Animal plutôt discret et peureux, ce n’est certainement pas lui qui fera le premier pas. Non loin du Montcalm, on peut aussi pêcher en toute tranquillité dans l’étang Sourd, l’étang du Pinet ou encore l’étang de Médécourbe. Ça mord ?

Travail à la main

/ musée /

On ne doute pas un instant que ce site soit le domaine de Vulcain, le forgeron des dieux de l’Olympe ! Caché dans un hameau hors du temps, les forges de Pyrène rassemblent plus de 6000 instruments et machines utilisés par quelques 130 métiers d’autrefois. Ils étaient colporteurs, montreurs d’ours, arracheurs de dents, fabricants de peigne en corne… Ils ont disparu du paysage, mais leurs outils gardent la mémoire de ce passé, pas si lointain que ça. Pour redécouvrir ces gestes de tous les jours, des artisans boulangers, orpailleurs ou martinetteurs se mettent à l’ouvrage sous les yeux des visiteurs. Autour de la forge à martinet, actionnée par une roue hydraulique, il y a aussi un Musée du fer qui rappelle la richesse métallurgique de l’Ariège depuis le haut moyen-âge. Les Forges de Pyrène // route de Paris, Mongaillard (09) 05 34 09 30 60

Bureau des guides // En visite dans le Gitamiglos chaque samedi pour l’apéritif

© Bureau des Guides

Une histoire de bonne bouffe

/ plaisir gourmand /

Terrasse pour l’été, cheminée pour l’hiver, l’auberge de la grotte à Bédheillac semble avoir pensé à tout. Dans cette ancienne auberge, rustique et bien restaurée, la lumière file tout autant que les saveurs. Son chef étoilé, Xavier Charaux, livre une cuisine à la fois gastronomique et créative. Inspiré par le sud ouest et la Provence, il revisite le conservatoire régional pour élaborer de nouvelles recettes fines et savoureuses. Au menu : un noble saucisson de magret et foie gras de canard, un fritto misto de homard, un craquelin florentin de poire épicée à l’hypocras… Pour sublimer les parfums, l’auberge joue sur des vins en accord avec les plats. Curieuse, cette cuisine gastronomique s’ouvre sur des saveurs particulières ou venues d’ailleurs, le temps de soirées à thème : soirée homard, œnologie, soirée provençale, asiatique ou bourguignonne.

Rupestre Everest / grottes et Cie /

Un petit village des Pyrénées ariégeoises, étendu à l’Est de la rivière du Vicdessos ? Niaux. Dans ce bourg, on trouve aussi une grotte longue de près de 2 km. Mais à l’intérieur, pas de stalagmites ou de stalactites, et encore moins de mers souterraines. La galerie d’entrée chemine sur 700 m, pour aboutir à un carrefour, d’où partent deux galeries  : celle des Éboulis et celle du Salon Noir. Là, le visiteur peut découvrir une centaine de peintures rupestres datant de la préhistoire. Ces dessins d’animaux, points, traits noirs, claviformes de couleur rouge, fascinent par leur réalisme, et sont seulement éclairés par la lueur des lampes qui sont remises à chaque visiteur. Aussi appelée

la « Grande Caougno », la grotte de Niaux est l’une des plus célèbres grottes ornées préhistoriques d’Europe et la seule qui soit encore ouverte au public. Son vaste porche s’ouvre à 678 mètres d’altitude. Pour préserver les figures et la température de la grotte (12°), les visites sont ritualisées : 11 visites par jour, 20 personnes par visite, 45 minutes entre chaque groupe. Au cours de l’histoire, la grotte a toujours été fréquentée. Certains n’ont pas manqué de laisser une trace de leur plus tendres souvenirs, tel ce «… ici, j’ai perdu mon pucelage à l’age de 13 ans». \ Cécile Paulet \ Grottes de Niaux // Niaux (09), 05 61 05 88 37, www.sesta.fr/grotte-de-niaux.html

© DR

Grottes de Niaux © Grands Sites Ariège

Auberge de la grotte // Bédeilhac (09), 05 61 02 84 68, www.restaurant-auberge-de-la-grotte.com

« Touches-y si tu l’oses ! » / sociologie ariégeoise / 

La formule est de Gaston Phœbus, comte de Foix et du Béarn au xive siècle ! Depuis toujours, les Ariégeois ont témoigné d’un amour inconditionnel pour leur terre. Pour la défendre, les comtes de Foix ont mis en place au cours des siècles un système terriblement efficace, dont ces fameux châteaux nids d’aigles comme ceux de Foix ou de Miglos, sont le témoignage. Inventive, l’Ariège est une terre où poussent les histoires, les contes et les légendes. Aujourd’hui comme hier, des conteurs promènent leurs récits de princesses, de grottes, de diable ou de farfadets. Jean-Marc Biolley est l’un des leurs, on l’appelle même le conteur des cimes. Alpiniste et voyageur, il est avant tout un colporteur de mots, un troubadour des temps modernes qui se déplace aussi bien dans les refuges de montagne que sur les péniches toulousaines. De temps à autres, on le retrouve même dans le jardin de Gitamiglos ! Comme les contes, les chansons venues d’Ariège se promènent, tel le désormais célèbre « Se canto », devenu l’hymne du territoire pyrénéen. Pour l’histoire, ce poème aurait été écrit par Gaston Phoebus à sa femme, afin de se faire pardonner ses nombreuses infidélités… Sacré Gaston ! Le conteur des cimes // www.conteur-des-cimes.com


14


ma maison 15

Extension du domaine

de la hutte Texte Léa Daniel - Photos Tilt Architectes

Toulouse. Une parcelle toute en longueur. Un véritable paradis. Pourtant cette petite maison de maraîcher n’avait que 32 m2 à offrir à son jeune propriétaire. Il lui manquait une pièce à vivre... Une seule solution. L’extension ! Avril 2009, c’est la première visite. Toutes les conditions sont alors réunies pour que la magie opère et que les futurs propriétaires tombent sous le charme. Seule ombre au tableau, cette maison de maraîcher perdue au fond d’une oasis de verdure est très exigue. Ses 32 m2 sont tout juste suffisants pour y accueillir une cuisine et une petite chambre. Sur le plan, il manque aussi un élément essentiel, une grande pièce de vie. L’idée d’agrandir s’impose d’elle-même. Mais avant de signer la promesse de vente, il faut savoir ce que la parcelle peut encore offrir.

\ Archictecte sous contrainte \

C’est dans les bureaux de la ville que les choses se compliquent. Le plan local d’urbanisme est très contraignant et interdit notamment de constuire à plus de 3 mètres de hauteur. Impossible également de rajouter plus de 10 mètres linéaires en mitoyenneté alors même que le terrain est entouré de voisins. Tout agrandissement semble donc mission impossible. «  C’est finalement de ces contraintes qu’est né le projet, se rappelle Gaëtan Allouche, l’architecte qui a signé avec Claire Poulnais cette réalisation. Pour gagner du mètre carré, nous avons décidé de décoller l’extension de la maison existante. Finalement, on a créé une galerie et deux patios qui permettent à la fois d’éclairer la maison existante et de réchauffer l’extension en créant une ouverture vers le sud. La pièce ainsi rajoutée est complètement traversante puisqu’elle est ouverte sur le jardin et sur les deux petits patios plantés ». Un carré fait de lignes pures. Du bois pour bien marquer la nouveauté. Le projet respire la simplicité. Pour minimiser le coût des travaux, les architectes doivent penser la distribution des espaces en s’accomodant de l’existant « La cuisine et la salle de bains devaient rester à leur place, nous ne devions pas toucher aux réseaux. En matière d’implantation, nous avons juste proposé de décloisonner la maison à l’intérieur pour dégager le volume et aménager une mezzanine qui fait aujourd’hui office de chambre perchée au-dessus d’un dressing ».

\ Permis de construire \

Après quelques esquisses, il faut agir vite. Le permis de construire est déposé avant même de passer devant le notaire. « On évite les mauvaises surprises et on gagne du temps » poursuivent les deux architectes d’une même voix. «  Nous étions un peu pressés, parce que l’été arrivait à grand pas et qu’au mois d’août, aucun entrepreneur n’est disponible ». Les dernières démarches accomplies, les travaux peuvent enfin commencer. « Nous avons coulé une dalle en béton de 25 cm d’épaisseur qui s’étale sur toute l’emprise du projet. Sur cette dalle, nous sommes venus mettre des murs en ossature bois ». Un montant chaque 60 cm constitue le squelette de la maison. Des plaques d’aggloméré, du placo, une couche d’isolant et le tour est joué ! «  Pour la toiture de la maison, nous avons choisi d’isoler avec de la laine de bois et de chanvre. Pour les murs, ce sont des panneaux de celulose dense. Ces matériaux sont plus écologiques que la laine de verre. Mais surtout, ils permettent d’avoir un meilleur déphasage thermique ». Ça tombe bien puisque l’un des reproches que l’on fait aux ossatures bois, c’est leur très faible inertie. En utilisant ces isolants, on gagne en fraîcheur l’été. « Très denses, ces systèmes d’isolation sont aussi très effiaces contre le bruit ». Point positif quand on sait que la maison se trouve tout juste sous le couloir aérien de Blagnac. « Nous avons essayé de faire une maison intelligente, bien orientée », concluent-ils avec plaisir. C’est réussi ! Claire Poulnais et Gaëtan Allouche, diplômés en 2003 de l’école d’architecture de Toulouse forment ensemble le cabinet Tilt Architectes (http://tiltarchitectes.com). Ils aprécient le bois et font attention à l’impact écologique de chacun de leur projet. Leur ligne de conduite consiste à construire des maisons agréables à vivre. Pari réussi ici à Toulouse, pour cette extension qui rajoute 45 m2 pour un montant total de 75 000 € (hors honoraires).


16 ma maison

1 - C’est un bardage clair-voie avec 3 cm de plein et 3 cm de vide qui a été utilisé pour les façades Il recouvre toute la maison et passe également sur les espaces extérieurs. Ça permet de fermer le volume et créer un carré parfait. Le toit à très faible pente est ainsi masqué offrant une esthétique contemporaine à l’ensemble.

1

2 - Des bananiers, un cerisier, un immense laurier... les voisins ne sont pas loin, mais on ne les voit pas. La baie vitrée est de biais pour dilater l’espace de la terrasse et limiter le vis-à-vis. Pour l’instant,cette ombrière, est couverte d’une voile bateau. À terme, un bardage devrait fermer le haut et un volet en acordéon la séparer du jardin. 3 et 4 - La baie coulissante à galandage permet de faire glisser les vantaux ouverts dans les murs, elle libère l’espace et donne une impression d’être à l’extérieur depuis l’intérieur. Au final, on fait gagner au salon les 17 m2 de la terrasse. Côté matériaux, le choix de l’aluminium pour des menuiseries, c’est plus de vitrage, des montants assez fins et des coulissants performants. 5 - Le mélèze est une essence de bois avec une grande résistance aux attaques du temps et de la météo, il va se griser et durcir sans demander de traitement particulier.

3

4


2

5


18 shopping

© Jan Bitter

1 2

Samples d’automne

2 7 5

1 - « La Chaise » Il est aujourd’hui l’un des classiques signés par Charles et Ray Eames, mais au départ, cet étonnant fauteuil n’avait été présenté qu’au Museum of Modern Art de New York, le célèbre MoMA. Vitra propose à nouveau dans son catalogue cette véritable sculpture qui occupera un bel espace intérieur... ou extérieur. // Édité par Vitra, 610 e

3 6

4 8

2 – Sac laptop Cuir et laine s’associent pour ce sac entièrement fait-main en Italie. Parfait pour un ordinateur portable, idéal pour emporter partout un bout de son home sweet home. // 2UNFOLD Laptop Bag (existe aussi en gris), édité par Hard Graft, 389 e 3 - Lomo LC-A+ GOLD Seulement 130 exemplaires pour ce pack deluxe comprenant un Lomo recouvert d’or 24 carats. N’oublions pas que la règle n°1 de la Lomographic society, c’est d’avoir toujours son Lomo avec soi. // LOMO LC-A Golden Pack, 670 e www.lomography.com 4 – Montre multifonctions Cette montre-calculette-répertoire rappelera de bons souvenirs à ceux que l’on n’appelait pas encore les geeks. // DBC-32C-1BEF par Casio, 50 e 5 - Caban Gérard Sené ose et offre ce Caban de marin croisé avec une peau lainée fourrée. Pas très accessible pourtant. // De Gérard Sené, 3200 e 6 et 7 - Combo à carreaux Chapka en laine et fourrure assortie de gants en laine et en cuir pour une version trendy du tartan si cher à Holmes... (Sherlock évidemment) // De Stetson, 79 et 139 e 8 - Sneakers Adidas jette un coup d’oeil dans le rétro et inscrit la Superstar dans sa collection automne-hiver avec quelques aménagements en plus. // Adidas Originals Superstar Vintage, 80 e 9 - Veste K-way joue dans la cour des VIP avec une veste waterproof, réversible et anti-transpirante. // K-WAY Veste Lily Thermo plus, en rose et marron, 300 e

9

10

10 – Low Boots Buffalo, bien connu pour ces santiags made in Mexique, a su depuis quelques années conquérir le dressing des élégantes. Avec ce modèle très vintage, la marque continue sa marche vers le succès. // Low boots de Buffalo à laçage, talon 12 cm, 120 e


La ville où les chercheurs partagent leurs savoirs avec tous les citoyens. Chercheurs en quête d’auteurs les 16 et 17 octobre au Jardin des Plantes Colporteurs des savoirs, rencontres avec des chercheurs et universitaires partout dans la ville du 1er au 17 octobre…

Toulouse numérique La ville où les chercheurs, les créateurs et utilisateurs du numérique échangent Ateliers, démonstrations, débats Centre des Congrès Pierre Baudis du 2 au 6 octobre.

Toulouse étonnante La ville où les arts et les sciences jouent ensemble. Expositions, cinéma, théâtre, cirque, créations musicales, dégustations… 23 projets présentant la mémoire sous toutes ses facettes, à découvrir partout dans la ville du 1er au 17 octobre.

Toulouse laser La Novela célèbre un anniversaire celui des 50 ans du laser, une avancée de la recherche fondamentale aux applications multiples et impensables. Du 10 au 17 octobre : arc en ciel laser depuis le toit de l’Arche Marengo, projec ateliers pour découvrir l’histoire et les applications du laser…

La Novela marque l’ouverture de deux grandes expositions qui vont vivre tout au long de l’année : Eugène Trutat ou la photographie au service des sciences (Archives Municipales) Préhistoire : une épopée archéologique (Muséum d’Histoire Naturelle)

la.fr

anove .l w w w r u s t le p m gramme co

Le pro

www.toulouse.fr www.toulouse.fr

Licences d’entrepreneurs de specatcles de 2e catégorie n° 2-1 0251 07 et 3e catégorie n° 3-1 0251 05 - Conception graphique � Studio Pastre

Toulouse savante

010 2 e r b o t c 1 › 17 o er


20 Portfolio


21

ManifestO soigne ses images Tous les clichés sont étalés sur une immense table. Une image sort du lot, puis une autre... En mode autofocus, les yeux du jury déroulent le fil. Leurs mains piochent parmi les 200 candidatures jusqu’à composer une programmation qui se fout bien des superstitions. Au final, ils sont treize photographes, jeunes auteurs ou baroudeurs, mis en boîte dans l’un des containers amarrés port Viguerie. Ils sont treize à voir le monde à travers un objectif différent. Il y a Arno Brignon. Il shoote sa petite Joséphine autant qu’elle l’enivre. Esthétique et sensible, son travail en appelle à Bourdieu pour condamner la photo de famille cette « menteuse par omission, (qui) n’est conviée que pour ces bons moments qu’elle transforme en bons souvenirs ». Il sort du cadre, joue avec la profondeur de champ, et se laisse gagner par le flou. C’est finalement en cherchant sa fille qu’il trouve sa place. Autre ambiance avec Caroline Boyer. Elle jette son dévolu sur la ménagère de moins de 50 ans, l’un de ces clichés qui a les dents longues. Elle bouscule dans un univers rose bonbon la femme au foyer. Elle la jette dans l’évier, la catapulte sur la cheminée comme un vulgaire pied de lampe... Le grain est pur. Les mises en scène sont remarquables. Même sens de la composition chez Isabelle Le Minh qui s’adonne à la copie de grands maîtres, de Cartier-Bresson pour être précis. Copier-coller, à ceci près qu’elle a gommé l’instant décisif pour ne garder « que » le décor. Ça laisse une étrange impression de solitude. Un peu comme ces images de plages désertes après le passage de la vague touristique que Marylise Humbert a déposé en couverture de Kariboo. De tourisme il est aussi question avec ces images « ratées » que Jacques Camborde a ramené dans ses bagages et qu’il dévoile comme un heureux hasard, à la manière des « fautographies » de Man Ray. Le quatorzième ? C’est Joan Fontcuberta, l’invité d’honneur. Il n’a pas envoyé de dossier de candidature pour accrocher ses tirages, mais avait-il vraiment besoin de se faire connaître ? Sa réputation n’ayant d’égale que ses « coups » de maître à la frontière de l’art et du canular. Il a inventé un bestiaire pictural plus vrai que nature, et l’a présenté dans le cadre d’une exposition très sérieuse. Il a trafiqué des images soviétiques pour donner vie à un cosmonaute en toc. Il clone. Il décloisonne. Intoxique ses clichés pour noyer le poisson. Pêche sur Google les images d’une certaine réalité pour jouer à cache-cache avec le vrai et le faux. Ici à ManifestO, il risque encore de faire des émules.

\ Léa Daniel \ 8e édition du festival ManifestO // Du 9.09. au 3.10 à Toulouse et hors les murs à Tournefeuille, conférence et débats, ateliers de stenopé, concert de Spank le 16.09, bal Bollywood avec Sabine Fernandez le 19.09... www.festival-manifesto.org


22

1

2

Photos page précédente : Caroline Boyer, série « Sweet Home». Photo 1 : Chau-Chong Lê, série « Mon oncle ». Photo 2 : Valentine Vermeil, série « Les expressions non verbales ». Photo 3 : Dana Cojbuc, série « Je me suis endormi sur le mur ». Photo 4 : Olivier Valsecchi, série « Les couples ». Photo 5 : Marlyse Humbert, série « Conjonctions ». Photo 6 : Chloé Dutreix.

3


Portfolio 23

4

5

6


24

Cinespaña : l’année du renouveau Les festivals dédiés au cinéma espagnol ne manquent pas en France. Devant Nantes, Paris, Marseille ou encore Annecy, Cinespaña confirme sa place d’événement majeur avec sa quinzième édition, du 1er au 10 octobre. Le cinéma espagnol a la côte en France. Il paraît même que nous nous classons en tête des pays importateurs selon Thomas Tertois, rédacteur en chef du site spécialisé Cinespagne. com. Toulouse aussi en pince pour la péninsule. Pour des raisons de proximité géographique et historique : sous la dictature de Franco, de nombreux Espagnols ont trouvé refuge dans le Sud de la France. C’est d’ailleurs de cette histoire qu’est né le Festival Cinespaña. Un quasi accident : en 1995, le festival Les Écrans de l’Histoire boucle une programmation sur le thème de l’Espagne. Le succès est tel que les Écrans de l’Histoire devient, dès lors, le Festival Cinespaña.

\ Tout sur les clichés \ À voir…

Un obscur objet du désir Chaque année, Cinespaña rend hommage à un comédien emblématique. Pour la quinzième édition, l’actrice Angela Molina fait le déplacement à Toulouse. Une sélection de huit films retracera les grandes étapes de son travail, dont Cet obscur objet du désir. En 1977, elle tient le rôle principal de l’ultime film de Luis Buñuel, librement adapté du livre La femme et le pantin. Tour à tour provoquant, grinçant et déstabilisant, le film lancera la carrière d’Angela Molina, que l’on retrouvera chez Almodóvar (En chair et

en os, Étreintes Brisées), Bigas Luna (Lola) et même en compagnie de Gérard Depardieu dans le dispensable

1492, Christophe Colomb. Icône du cinéma espagnol, elle sera présente lors de la cloture du festival, les 9 et 10 octobre.

Aujourd’hui à sa quinzième édition, le festival est devenu le plus complet de France : 120 films, plus des courts-métrages. Et une reconnaissance au pays : « Il y a une forte couverture médiatique en Espagne », raconte Patrick Bernabé, le programmateur, tout en déplorant le peu de présence des médias français. Il faut avouer que, si le cinéma espagnol soulève la curiosité, seuls quelques noms restent généralement en tête : Alejandro Amenábar (Mar Adentro) ou Luis Buñuel. Et Almodóvar, bien sûr. Le réalisateur de Tout sur ma mère jouit d’une meilleure côte de popularité chez nous que dans son pays natal. Thomas Tertois tente une analyse  : «  Avec leurs couleurs chaleureuses, les films d’Almodóvar correspondent peut-être au cliché que l’on a de l’Espagne en France… ». Depuis quinze ans, Cinespaña va à l’encontre de ce stéréotype. Mieux  : depuis l’édition précédente, il s’affirme comme le panorama le plus large de la production espagnole. La faute à la crise. En 2009, la présidente Françoise Palmiero-Vielmas expliquait que le festival avait du se débarrasser de certains événements (des soirées cocktails notamment) avec un objectif : « se recentrer sur le cinéma ». Rebelote cette année. « Notre idée, c’est de garder le cinéma en tête. Mais on tient à conserver le village du festival, dans la cour de la Cinémathèque même si la plupart des festivals ciné n’en ont pas. Ici, les gens discutent, se rencontrent, l’Institut Cervantès est présent, nous aussi. Grâce à ça, le festival a une identité. Il vit », poursuit Patrick Bernabé.

\ Histoire de fantômes espagnols \ Réputé pour consacrer une large part de sa programmation à la jeune production, le festival se frotte cette année à un autre écueil : « Le cinéma espagnol a été moins prolifique en 2010 ». Qu’à cela ne tienne : Cinespaña ouvre alors une thématique sur le cinéma fantastique, avec une projection par soir. Hommage à Paul Naschy, «  un des très grands réalisateurs de films fantastiques  », films d’Alex de la Iglesia (Action Mutante) ou œuvres récentes. Suivent également  : des films sélectionnés dans des festivals espagnols, un hommage à l’écrivain Miguel Delibes, une invitation de la Cantabrie, autonomie espagnole qui présentera trois films tournés sur ses terres. Et une carte blanche à l’audacieux producteur Luis Miñarro, rentré de Cannes avec la Palme d’Or pour Oncle Boonmee. Mais si Patrick Bernabé n’hésite pas à parler d’année du « renouveau », Cinespaña ne se dépare pas de ses racines. Après avoir mis en lumière l’École de Barcelone en 2009, il revient sur la transition de la dictature à la démocratie. On tient peut-être là le nœud du problème  : le cinéma espagnol a longtemps été récupéré par la propagande. Certains réalisateurs parvenaient toutefois à passer à travers les mailles de la censure : « Carlos Saura gonflait ses scénarios de scènes qui choquaient délibérément les censeurs. Au final, après les coupes, il lui restait l’histoire précise qu’il voulait raconter ! » se souvient Patrick Bernabé. D’autres masquaient des thèmes a priori inabordables, tels que la torture, sous le vernis du conte et de la métaphore. Alors qu’il est un des plus anciens – ses débuts remontent quelques années à peine après son homologue français -, le cinéma espagnol a peut-être pris du retard au cours de cette période, d’où une certaine méconnaissance à l’étranger. Pas grave. Comme l’aurait dit Torrente, personnage culte à qui trois longs-métrages ont été consacrés : « L’important n’est pas la gloire ou le succès. L’important est d’être Espagnol ». \ Baptiste Ostré \

Cinespaña // du 1er au 10.10, libre à 6 €, pass 20, 40 et 60 €, Cinémathèque, ABC, UGC, Esav, Utopia, Le Cratère, Instituto Cervantès, Casa de España, plus une vingtaine de salles en Région, 05 61 12 12 20, www.cinespagnol.com La prog : Una oras mas en Canarias (film d’ouverture), hommage à Angela Molina, rétrospective Iciar Bollain, carte blanche à Luis Miñarro, les films de la résistance à la transition, La revoltosà (ciné-concert), la Cantabrie à l’honneur, la dernière séance du cinéma fantastique (tous les soirs, 22 h), Miguel Delibes au cinéma, rencontre avec l’écrivain Almudena Grandes (7.10 à 18h, Fnac), compétition longs et courts métrages, section documentaires, remise des prix (10.10, UGC)


cinéma 25

Adieu Molitor © DR

Petite tendance dans la presse magazine de ces dernières semaines  : on a vu apparaître pas mal de textes sur les polyamours. Un néologisme qui résume le foutoir que sont devenus les rapports amoureux dans les années 2000, entre le besoin de s’attacher et le désir de s’envoler m^lés à une quête de reconnaissance au travers des autres. Happy Few s’empare du sujet avec beaucoup de finesse par le prisme de l’histoire d’un couple qui tombe amoureux d’un autre. Rien d’égrillard ou de trivial, Happy Few vise plus haut en mettant énormément de cœur dans les corps à corps. Le second long-métrage d’Antony Cordier étonne en revisitant un sujet typique du cinéma d’auteur français gesticulatoire dans une inattendue tonalité pacifiée, à peine traversée par des orages. Loin de tout bla-bla sociologique faux-cul, façon téléréalité d’M6, Happy Few rédige l’état des lieux d’une génération de jeunes adultes, par quelques spécimens s’essayant à l’utopie d’un amour pur, brut et franc. Il

Una Hora Mas © DR

Crû d’automne

Dernière préselection avant la prochaine édition du Festival international Séquence court-métrage, du 12 au 28 novembre prochain. Et hop, on reprend les bonnes habitudes : rendez-vous à l’heure de l’apéro à la Cinémathèque ou à l’ABC, on se laisse porter par un programme de six courts-métrages (plus un film suprise), on attrape au vol la feuille offerte par un bénévole de l’association Séquence, on s’arme d’un stylo et on vote pour nos deux films préférés. Une nouvelle fois, faire son choix ne va pas être chose facile... Qui vaincra, entre Fard, un petit film d’animation qui a tout d’un grand, L’homme à la Gordini, un bijou d’humour et de style ou bien Annie de Francia, un road trip complètement barré ? Là est la question.

Le Pacte © Jeannick Gravelines

Les nouvelles liaisons dangereuses

mettra forcément à nu des blessures intimes. Happy Few, chronique de la mélancolie moderne ordinaire, devient alors une admirable mise à jour du cinéma de Sautet des années 70, à travers un poignant portrait de groupe en plein désarroi. Ou quand les aspirations hédonistes se retrouvent broyées par la réalité des « choses de la vie » contemporaines. \ Alex Masson \ Happy Few // De Antony Cordier, Le Pacte, sortie le 15.09

\ Carole Lafontan \ 4e Préselection Festival Séquence court-métrage // 24 et 25.09 (à 21 h et à 19 h), Cinémathèque de Toulouse + 26.09, 19 h, Ciné ABC, Toulouse, 05 61 62 92 46, www.sequence-court.com

Oncle Boonmee © Pyramide Distribution

© Epicentre Films

Dans la jungle

Premiers émois

Prix du Public lors des 22e Rencontres Cinémas d’Amérique Latine de Toulouse*, Le dernier été de la Boyita est une pépite brute mais étincelante. Après l’avoir vu, l’on reste silencieux et rêveur, un long moment. Un peu comme si l’on venait de nous révéler un secret que l’on aurait profondément envie de garder pour soi. L’histoire se passe en Argentine, où l’été, Jorgelina, une jeune fille attachante, a l’habitude de jouer avec sa soeur dans la « Boyita », la roulotte garée dans le jardin familial. Mais cette année, c’est différent : ses parents se séparent et sa grande soeur, désormais adolescente, l’exclut de son quotidien, en réclamant son intimité et son indépendance. Alors la jeune fille part à la campagne avec son père et là-bas, elle retrouve Mario, le fils des voisins. Ensemble, les enfants découvrent leurs corps et s’éveillent ainsi aux mystères de la vie. Fort d’un formidable jeu d’acteurs auquel répond un travail photo et une bande-son (signée Sebastian Escofet) somptueux, Le dernier été de la Boyita est la preuve, s’il en fallait encore, que les jeunes réalisatrices (ici, Julia Solomonoff) \ Carole Lafontan \ dominent le cinéma argentin. Un film tout en grâce. Le dernier été de la Boyita // De Julia Solomonoff, Épicentre Films, sortie le 8.09 au Cinéma ABC (Toulouse) et dans toute la France * Les prochaines auront lieu du 18 au 27 mars 2011

Mais aussi : La Palme d’Or remportée par Apichatpong Weerasethakul a été contestée. À tort  : Oncle Boonmee est loin d’être aussi obtus et inaccessible qu’il a été dit. C’est peut-être même le film le plus limpide de son auteur. On y suit la chronique de la mort annoncée d’un villageois thaïlandais incurablement malade, remontant le cours de ses vies antérieures pour trouver la paix intérieure. Évidemment, il faut être prêt à se laisser porter par un rythme flegmatique pour défricher la

jungle existentielle du film. Mais c’est pour y découvrir un univers de cinéma exceptionnel, à mi-chemin entre les préoccupations de Miyazaki et Tarkovski. Le peu d’exigence demandée est récompensée par cette magnifique leçon de spiritualité zen, incroyablement pénétrante. \ Alex Masson \ Oncle Boonmee (Celui qui se souvient de ses vies antérieures) // De Apichatpong Weerasethakul, Pyramide Distribution, sortie le 1er.09

sur les écrans à la rentrée

Indépendance(s) & création

À l’ère du numérique, la 13e édition du festival Ciné 32 « Indépendance(s) et création » réaffirme une fois de plus ses engagements envers des films non formatés, préfèrant les projections-rencontres au tryptique tapis rouge-strass-paillettes. La prog : À ciel ouvert d’Inès Compain, Another Year de Mike Leigh, Roses à crédit d’Amos Gitaï... 13 festival Ciné 32 // 14 au 17.10, Auch et dans le Gers, 05 62 63 50 62, www.festival-cine32.com e

Laissez parler...

Tania et Ivan, son fils de 14 ans, sont russes et vivent clandestinement en Belgique depuis huit ans. Un jour, le pire arrive. Un contrôle d’identité plus

tard, les voilà séparés. Tania est placée dans un centre de rétention, menacée d’expulsion. Un film fort qui résonne cruellement avec l’actualité... Illégal // De Olivier Masset-Depasse, avec Anne Coesens, Esse Lawson..., Haut et Court, sortie le 13.10

Dans l’intimité

Un documentaire fort réussi et surprenant sur la relation YSL et Pierre Bergé. De la rencontre aux années tourmentées faites de succès et de passion, en passant par le deuil de l’être aimé, une plongée dans l’intimité d’un couple hors-normes. Yves Saint-Laurent - Pierre Bergé, l’amour fou // De Pierre Thorreton, Sophie Dulac Distribution, sortie le 22.09


Enjambe Charles, 2007 © Laurent Friquet

26

Il n’y a plus de saison... Bloc-notes Les Soirées Nomades 2010 Protéiformes, hypnotiques, lanci-

Dix ou vingt ? Toulouse ou Cahors ? Reims peut-être ? Cette année, le Printemps de Septembre célèbre ses anniversaires et investit les lieux toulousains et cadurciens avec force performances d’artistes choisis par Éric Mangion, le directeur artistique du festival et Isabelle Gaudefroy, la programmatrice des Soirées Nomades.

nantes, poétiques, psychédéliques, inventives en diable, les Soirées Nomades nouvelle cuvée ne faillissent pas à leur légende. Elles explorent les méandres de la création musicale - Bader Motor, Xavier Boussiron, Kim, Mountains, ALva Novo… -, poétique - Jérôme Game, Aymeric Hainaux, Das Plateau… -, théâtrale - Grand Magasin, Plaidoirie pour une jurisprudence…-, chorégraphique - Fabian Barbra…- qui deviennent autant de performances qui répondent en écho aux œuvres présentées dans le cadre du festival.

La Radio du bout de la nuit Cette radio accessible sur la fréquence de radio FMR (89.1), en streaming et en podcast sur Internet - sur le site du Printemps - s’invente en direct depuis l’École des Beaux-Arts, comme une performance. Celle de la parole et de la créativité libérées qui vont jusqu’à l’invention d’œuvres sonores, de concerts, de fictions ou autres jeux inédits et orchestrés par les animateurs Jean-Yves Jouannais et Chevalier de Rinchy.

Telle la statue de Janus, le Printemps de Septembre présente dans sa version 2010 un double visage : deux faces, l’une tournée vers Toulouse l’adoptive depuis dix éditions et l’autre vers Cahors, l’originelle, qui portait cette manifestation 20 années en arrière. Une incursion en terres champenoises, à Reims, pour saluer le mécène à bulles toujours fidèle, complète le tableau des célébrations en l’honneur des 20 ans de l’enfant terrible de Marie-Thérèse Perrin. Elle qui déclarait en 2001 au moment du débarquement polémique du Printemps de Cahors à Toulouse à la faveur de joutes électorales municipales célébrant le passage de témoin entre Dominique Baudis et Philippe Douste-Blazy : « Il ne s’agit pas de montrer ce qu’on voit partout. Le Printemps se doit d’être l’observatoire de la création contemporaine en Europe. Nous invitons aussi des artistes plus connus, mais nous leur demandons de montrer un travail inédit ou de réaliser une œuvre de commande ». Des propos rapportés dans Tout Toulouse du 29.08.01. La jeune création mondiale en matière de photographie de création et d’arts visuels bénéficie alors de cette fenêtre ouverte sur tous les possibles artistiques.

\ Montée en puissance \

Gratuite, subventionnée et accessible au plus grand nombre, la manifestation peine alors à trouver sa place dans la ville rose. Comme si la greffe, plombée par l’explosion de l’usine AZF survenue une semaine avant la première édition, ne voulait pas prendre…  «  Snobinarde  », «  élitiste  » pour certains, elle fédère pourtant au fil du temps des publics hétéroclites attirés par l’art contemporain certes, mais également par les nuits blanches des Soirées Nomades (voir par ailleurs). Édition après édition, les rencontres artistiques s’enchaînent et parfois se détachent du lot. On pense à la venue du cinéaste David Lynch, de John Wood et Paul Harrison, de Lieu Wei, Niki Lee, Jan Fabre, Sven Pölhsson, James Rosenquist figure du Pop Art. Tout le monde (ou presque) garde en mémoire la sculpture monumentale rose de Franz West, les images de papillons et d’oiseaux de Diana Thatcher ou encore l’ours en plumes jaune poussin de Paola Pivi…

\ Performeurs et éphémères \

C’est après avoir étendu son champ d’actions artistique en 2008 que le Printemps se déploie. Une vingtaine de lieux toulousains s’ouvrent à lui sous l’impulsion de Christian Bernard, directeur du Musée d’art moderne et contemporain de Genève (Mamco) et directeur artistique éphémère - c’est le principe. Daniel Buren, avec sa peinture en papier peint en temps réel donne un avant-goût de ce qui fera l’actualité cette année : la performance. « Une forme pour toute action » sert de leitmotiv à cette nouvelle édition 2010 pensée par Éric Mangion, son directeur artistique. Que le public soit impliqué dans la réalisation des œuvres - comme c’est le cas dans les dispositifs singuliers de Maria Spangaro et Jean-Baptiste Bruant, Christophe Duchatelet, Dora Garcia ou Roman Ondák  - ou que l’œuvre s’élabore sur l’instant, de l’interaction et de l’implication des deux parties résultera immanquablement une réalisation éphémère et d’autant plus séduisante qu’elle implique, concerne et interroge. « Cette édition va particulièrement mettre en valeur l’aspect « festif » de cette manifestation qui est un festival avant tout, précise Isabelle Gaudefroy, programmatrice des Soirées Nomades et créatrice de la Radio du bout du monde (voir par ailleurs). Jusqu’à présent, il était très difficile de se coordonner avec les commissaires d’expositions mais, pour la première fois, les Soirées et les expositions sont très intégrées et pour cause, c’est la performance qui est à l’honneur cette année, développée et visible dans les expositions et sous toutes ses formes. Concernant les Soirées Nomades, il était important qu’elles ne soient pas illustratives donc, dans la même logique, elles présenteront un panorama de ce qui se fait de mieux dans la création contemporaine et le spectacle vivant ». Au final, c’est à une édition pulsée d’un vent de fraîcheur et d’une meilleure prise en compte des publics qui semble se dessiner cette année. Espérons… \ Pascal Alquier \ Printemps de Septembre // Du 24.09 au 17.10, gratuit, dans divers lieux toulousains (musée des Abattoirs, Espace Bazacle, GHP, Fondation Espace Écureuil…), 05 61 22 67 82, www.printempsdeseptembre.com


arts 27 aux petits oignons

© Cyril Hatt

\ fait-maison \

C’est une gousse d’ail capturée dans un appareil photo. Recrachée sur papier, découpée avec des ciseaux et remodelée à coups d’agrafes pour former une… gousse d’ail factice et contrefaite. Dans la cuisine de Cyril Hatt, ustensiles, électroménager et ingrédients ne risquent pas de subir les effets de la consommation de masse : et pour cause, ces objets sont parfaitement faux ! S’ils approchent les trois dimensions, c’est uniquement grâce au truchement de couches de photos. En résidence à la Cuisine, centre d’art et design appliqués à l’alimentation, Cyril Hatt conduit une exposition baptisée «  La Tambouille  ». Elle met en scène, dans leur univers en formica, ces objets du quotidien réalisés avec le même procédé technique  : le collage. Photographe inspiré du street-art, sculpteur, Cyril Hatt est avant tout un drôle de plasticien, prenant un malin plaisir à jouer avec les volumes. Pour y goûter, il suffit de choisir ses mets et de se concocter un bon petit faux plat de clichés. Pour les déguster, la Cuisine organise une kyrielle d’événements autour de l’exposition comme un atelier self-service avec l’artiste le 16 octobre. \ Maylis Jean-Préau \ La Tambouille // Du 11.09 au 6.11, La Cuisine, Nègrepelisse (82), 05 63 67 39 74, www.cyrilhatt.fr, www.la-cuisine.fr

\ vernissage \

Chemin d’art / exposition atelier /

L’Espace EDF Bazacle, l’usine hydroélectrique en activité, fermait ses portes l’an dernier le temps de se refaire une beauté. D’abord, il y a eu l’artillerie lourde qui a permis de fluidifier la circulation entre les différents niveaux. Ensuite quelques coups de pinceaux ont permis de raffraîchir ce lieu atypique, artisan actif de l’histoire de la ville. Le 18 septembre, à l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine, après une trop longue absence, le Bazacle fera enfin sa rentrée. Au premier rang des surprises que ce « nouveau » lieu nous réserve, on citera la terrasse suspendue au-dessus de la Garonne. Du haut de cette coursive de 400 m2, la vue sur le fleuve et ses oiseaux de jour est imprennable. Ce n’est pas tout. L’accueil a été entièrement repensé pour que chaque visiteur concocte sa visite aux petits oignons. L’usine pourra ainsi dévoiler ses mystères et ses turbines sous le haut patronnage d’un guide. Toujours plus didactique, l’équipe du Bazacle a recomposé un espace de 2000 m2 dédié aux expositions permanentes sur l’énergie ou encore l’environnement et équipé d’une salle de cinéma qui diffusera un documentaire sur l’histoire du lieu. Dans le sous-sol redécouvert lors de la rénovation de 1989, « L’oeil » restera ouvert toute l’année pour présenter la scène photographique montante. Du côté de ce qui ne change pas, le grand espace d’expositions temporaires continuera d’accueillir des événements engagés. Que les habitués du Bazacle se rassurent, la passe à poissons est toujours là. Et les grosses prises aussi ! \ Cécile Paulet \ Inauguration de l’Espace EDF Bazacle // Les 18 et 19.09, 11 h à 19 h, entrée gratuite, accès personnes handicapées. 11, quai Saint-Pierre, Toulouse, 05 62 30 16 00, http://bazacle.edf.com Le printemps de Septembre - Chambres souterraines // Du 24.09 au 17.10, Niveau -2, www.printempsdeseptembre.com Fenêtres sur l’Eau, photographies d’Adelaïde Maisonabe // Du 24.09 au 17.10, Galerie de l’Oeil.

\ Maylis Jean-Préau \ La route de l’artisanat et des métiers d’art de Midi-Pyrénées // Du 11 au 30.10, Maison Midi-Pyrénées, 1 rue Rémusat, Toulouse, 05 34 44 18 18, www.creamip.com

En quête d’histoire \ culture scientifique \

Deux squelettes surmontés de bois de cervidés, le cou entouré de colliers, les pieds dans les coquillages et le crâne endommagé par des coups. Le point de départ d’une enquête, la vôtre. Qui se cachent derrière ces ossements ? Où, quand, comment et pourquoi ont-ils été surpris par la mort ? Autant de questions auxquelles le visiteur de l’exposition Préhistoire(s), l’enquête, tentera de trouver des réponses, lui qui sera invité à poser son regard sur une mystérieuse sépulture venue de Bretagne. L’autre point fort de l’expo est la mise en avant du fonds historique du Muséum. Deux statues-menhir et La Vénus de Lespugue, la Joconde du paléolithique, témoignent de l’évolution de la représentation de la féminité. La dernière pièce marquante de la collection est un squelette de rhinocéros laineux. Son étude sert de base à une réflexion sur l’écologie. Pour faire durer le plaisir, en collaboration avec Mouloud Acouche, auteur de polars, une nouvelle est remise à chaque apprenti détective. Enfin, l’expo est aussi l’occasion de découvrir de plus près les méthodes modernes d’investigation scientifique. Un régal ! \ Cécile Paulet \

Teviec © Muséum

Espace Bazacle © EDF

L’artisanat et les métiers d’art de notre région, fontils seulement partie du folklore ? « Négatif ! » assure la chambre régionale de métiers et de l’artisanat en Midi-Pyrénées. Si les artisans d’art s’inscrivent dans une tradition historique bien ancrée, ils représentent aujourd’hui un véritable potentiel économique. Pour faire découvrir ces métiers souvent méconnus, la Route de l’artisanat et des métiers d’art fait une halte à la Maison Midi-Pyrénées et expose les œuvres de quelques-uns des 150 ébénistes, relieurs, brodeurs, tapissiers, potiers... Autour des ateliers tenus par des professionnels, les visiteurs pourront mettre la main à la patte pour entrer dans les petits papiers des faïencier de Martes-Tolosane ou encore, pour effleurer des essences de bois précieuses venues tout droit de Revel. On l’aura compris, les artisans de la route sont liés à leur territoire. Ils perpétuent des savoirs-faire locaux : le textile à Mazamet, la coutellerie dans l’Aveyron, la poterie à Auvillar… L’exposition, qui fête les deux ans de la Route, incite à prendre le chemin. 2300 kilomètres de parcours au travers de la région, avec sur les étapes, des talents sélectionnés pour leur goût du beau et de la transmission du savoir.

Préhistoire(s), l’enquête // D’octobre 2010 à juin 2011, Muséum d’histoire naturelle, 35 allées Jules-Guesde, Toulouse, 05 67 73 84 84, www.museum.toulouse.fr

© DR

Bazacle, so watt


28 spectacles vivants Philosophie équestre \ spectacle équestre \

\ 2.10 \ Seul sur scène, Frank Baruk adapte une pièce de Koltès. Dans un no man’s land urbain, à la tombée de la nuit, deux inconnus, un dealer et un client, s’affrontent sans nommer ce qu’ils désirent dans une langue à la fois littéraire et imagée. La situation devient vite inextricable…. 19 h et 20 h 15, place de la mairie, Tournefeuille (orga. L’Usine), gratuit, 05 65 07 45 18, www.lusine.net

Le Chainon Manquant

\ 20 au 24.10 \ Cette 18e édition du festival du Chainon Manquant présente plus de 60 spectacles avec des compagnies venues du Québec, du Burkina Faso, d’Argentine, de Grande-Bretagne… Nou­veauté, cette année, une salle (Agora à Capdenac-Gare) sera entièrement dédiée aux musiques actuelles. À Figeac et Lunan (46), Capdenac (12), 6 à 15 €, 05 65 34 06 25, www.fntav.com

Homère en moderne

\ 13 et 14.10 \ Des sirènes qui chantent le blues, Hermès en trottinette avec des ailes dans le dos… Récompensé d’un Molière en 2000, Irina Brook surprend avec ses mises en scène pleines de fantaisie. Elle propose une adaptation enlevée des plus célèbres aventures d’Ulysse.

(R)évolution \ théâtre \ La Révolution, ça fait mal, surtout quand elle débouche sur la Terreur. Sylvain Creuzevault met en scène Notre terreur avec son jeune et prometteur collectif D’ores et déjà. Ce spectacle passionnant, réalisé avec 6 acteurs et entièrement bâti sur des improvisations, s’interroge sur la chute de Robespierre. Retour donc en 1794. À la Convention nationale, Robespierre est mis en garde : on l’accuse de tyrannie. Peine perdue. Dans la nuit, celui-ci succombe à une balle de pistolet… Drôle par moments, cette pièce très documentée ravira les historiens. Mais pas que. Sylvain Creuzevault et ses compagnons redonnant ici du sens au théâtre politique. En écho à cette programmation, le film Danton d’Andrzej Wajda (1982) sera projeté à la Cinémathèque le 23.10 à 14 h. Un débat suivra. \ Christel Caulet \ Notre terreur par Sylvain Creuzevault, Collectif D’ores et déjà // 19 au 23.10, théâtre Garonne, Toulouse, 12 à 21 €, 05 62 48 54 77, www.theatregaronne.com

\ Christel Caulet \ Le Centaure et l’Animal // 14 au 19.09, Odyssud (Blagnac), 16 à 27 €, 05 61 71 75 15, www.odyssud.com

La science en fête \ arts de la rue, conférences et savoirs \ La Novela, le festival des savoirs toulousains, propose au grand public de multiples rencontres et échanges entre scientifiques et artistes. Pour sa deuxième édition, quatre thématiques structurent une programmation foisonnante : Toulouse savante, Toulouse numérique, Toulouse étonnante et Toulouse laser. Des animations autour de la mémoire, le thème principal, seront proposées autour de 24 projets dans toute la ville. Les 50 ans du rayon laser seront célébrés sans oublier les nombreux ateliers, expositions-photos, conférences, spectacles prévus afin de permettre à chacun d’aborder les sciences autrement, à travers l’émerveillement, l’esthétique, le plaisir de la découverte et de la rencontre. Parmi les temps forts de ce festival, un spectacle intitulé Global Rainbow, à base de jeux de lumières, sera projeté à l’occasion de la Semaine du laser (13 au 17.10). Autre événement à suivre : Mémorial Park, un spectacle proposé par la compagnie Théâtre 2 l’Acte aux jardins du Muséum d’histoire naturelle à Borderouge (le 16.10 dès 18 h 30), explore un monde en voie de disparition ou déjà disparu, animaux petits ou grands, abeilles... et tout au bout, l’homme, sous la forme d’une mise en scène humoristique et visionnaire. \ Christel Caulet \ La Novela // 1er au 17.10, Toulouse, entièrement gratuit, 05 61 22 21 43, http://novela.toulouse.fr/

20 h (mer), 15 h et 20 h (jeu), théâtre Sorano, Toulouse, 05 34 31 67 16, www.theatresorano.com

La femme dans toute sa splendeur

CIRCA

\ 22 au 30.10 \

À Auch (32), 5 à 17 €, 05 62 61 65 00, www.circuits-circa.com

\ danse \ La Tentation d’Eve © Pascal Elliott

Pour ses 23 ans d’existence, le Festival de cirque actuel présente les spectacles les plus inventifs et contemporains de son genre. Danse, théâtre et musique s’ajoutent pour un mélange d’images et d’émotions riche en poésie et en performances physiques. 16 compagnies proposeront 90 spectacles. Rien que ça !

Dans La tentation d’Ève, Marie-Claude Pietragalla s’interroge à la fois sur l’image du corps féminin véhiculée par l’Église, et sur la représentation du comportement féminin par les normes collectives de l’Histoire, du MoyenÂge à nos jours. Pendant 1h30, l’ex-danseuse étoile de l’Opéra de Paris dresse une série de portraits de femmes idéalisées, soumises, condamnées ou sublimées, en lutte contre des mœurs imposées par le pouvoir des hommes. Au total, une douzaine de tableaux présente ces corps féminins qui se réalisent sous la voix du comédien Daniel Mesguich. \ Christel Caulet \ La Tentation d’Ève, par Pietragalla Compagnie // 23.10, 20 h 30, Salle Alizé, Muret (31), 22 à 45 €, 05 61 51 91 59

Rainbow Berlin © Yvette Mattern

Seul dans des champs de coton

Bartabas © Antoine Poupel

Notre Terreur © DR

Sur les planches

Dès la rentrée, voilà qu’Odyssud fait l’événement en accueillant en création mondiale et pour 5 représentations, Le Centaure et l’Animal, ou la rencontre du geste équestre de Bartabas avec la danse butô du Ko Murobushi. Ce nouveau spectacle réunira sur scène des chorégraphies lentes, poétiques et minimalistes de butô, littéralement «  danse des ténèbres  », véritables performances d’un danseur au corps quasi-nu, peint en blanc et au crâne rasé avec quatre chevaux dirigés d’une main de maître par l’un des écuyers les plus célèbres au monde, sieur Bartabas. Une beauté stupéfiante qui explorera la rencontre de l’homme avec le cheval et la relation si mystérieuse qui se noue. Cette pièce étonnante sera accompagnée de textes, Les Chants de Maldoror de Lautréamont, sur une musique de Jean Shwarz. Elle ouvrira la saison 2010/2011 d’Odyssud, qui sera encore plus riche que les précédentes avec 89 spectacles (danse, musique, cirque...) au compteur.


2010-11

danse

théâtre 19..23 oct Notre terreur Sylvain Creuzevault / Collectif D’ores et déjà 6..13 nov Prométhée SeloN eSChyle Guillaume Delaveau / Cie X ici 23..27 nov le taNGible tg StaN 2..5 déc bueNoS aireS... eXPreSS henrik ibsen – Daniel Veronese & Claudio tolcachir 15..18 déc tartariN raCoNté auX PieDS NiCkeléS marie Vayssière / Cie du Singulier

samedi 23 oct.

danse 8 & 9 oct roSaS DaNSt roSaS anne teresa De keersmaeker / rosas 17..20 nov laSt meaDow miguel Gutierrez and the Powerful People 9..12 déc NuDa Vita Carlotta & Caterina Sagna

20h30 salle alize

tarifs : Carré or : 45€ gradin : 30€ autres : 22€ (Tarifs réduits sur demande 05 61 51 91 59)

© Pascal elliott

billets : FNAC, Tickenet et au Point Infos Tourisme de Muret 05 61 51 91 59

automNe musique 8..10 nov ma Giacinto Scelsi présences vocales #1 14 & 15 déc iSmèNe yannis ritsos / Georges aperghis / marianne Pousseur présences vocales #2 feStiValS le PriNtemPS De SePtembre / la NoVela / NoVelum / NuitS SoNoreS

“La tentation d’eve”

Pietragalla danse en solo

Tarifs : de 6€ à 21€ / abonnements à partir de 18€ billetterie 05 62 48 54 77 / www.theatregaronne.com théâtre Garonne 1 av. du Château d’eau / M° St Cyprien

licence n°1020371-372-370 / graphisme : t2bis.eu / photographie Notre terreur © Marine Fromanger


30 Festival MéditerranéO

Piano aux Jacobins, 31e du nom, a définitivement conquis le cœur du public toulousain. Le ton de cette édition est donné : place aux jeunes artistes ! Et donc à l’audace artistique. L’une des œuvres-phares présentées cette année est le tableau-vidéoconcert de Bertrand Chamayou dans la nef du musée des Abattoirs. Et puis, pour les amoureux de la note bleue, promesse de glissements vers le jazz… Du 3 au 27.09, 6 à 50 e, Cloître des Jacobins, Halle aux Grains, Saint-Pierre des Cuisines, Musée les Abattoirs, Cité de l’Espace, Toulouse, 05 61 22 40 05, www.pianojacobins.com

Equidad Barès \ f lamenco alternatif \

\ électro \

KKC Orchestra © Fabien Espinasse

\ festival convivial \

Bertrand Chamayou © Thibault Stipal

\ musique classique \

Festival Electro Alternativ

Derrière ce festival, il y a l’association Confluences et ses bénévoles, tous animés de solides valeurs humaines et de partage. Un festival conçu pour tous donc, rendu accessible au public handicapé et aux enfants autistes. Et totalement gratuit. Mais pourquoi donc la Méditerranée ? Peut-être parce que la petite ville de Portet, un ancien port (oui, elle porte bien son nom), a accueilli dans les années 50 de nombreux immigrés venus de cette région chauffée par le soleil. Enfin, surtout, c’est une ville du Sud, en laquelle peuvent résonner l’Espagne, l’Italie, la Kabylie, et même les Balkans. Associé aux Journées du Patrimoine, l’événement allie des manifestations culturelles et des animations dont le but est de faire découvrir la vraie ville cachée derrière l’un des plus gros centres commerciaux d’Europe. Le public pourra ainsi suivre un parcours dans le centre-ville, entrecoupé de petites saynètes jouées par des étudiants en costumes. Elles évoqueront des anecdotes qui ont fait l’histoire de la ville. Deux associations poursuivront la visite avec les plus curieux. Musique, enfin, avec une dizaine de concerts sous la halle, classée monument historique. La programmation porte d’ailleurs en elle l’idée de la mixité qu’elle soit culturelle, sociale et générationnelle. Els Mariners del Cango, une chorale de papys des Pyrénées côtoie Place des arts, un groupe ska musette qui envoie. Idir, chanteur d’origine kabyle, fera quant à lui l’ouverture du festival. Dieu vivant dans son pays et artiste engagé, à la fois très cultivé et populaire, ce dernier a collaboré avec de nombreux artistes, dont Manu Chao. Le pays basque sera aussi à l’honneur, avec une expo ludique consacrée aux sports basques clotûrée par un spectacle de danse et de musique traditionnelle. Et pour finir, un moment de réflexion pour le public invité à s’interroger sur le brûlant sujet des prisonniers de l’ETA : comment vivent les familles et les proches des prisonniers ? Coup de coeur pour ce festival humain, divers et osé. Du 17 au 19.09, toute la journée, Portet-sur-Garonne (31), 05 62 14 03 09, www.festivalportet.fr

Foreign Beggars © DR

Festival Piano aux Jacobins

C’est LE rendez-vous des musiques électro. L’événement sert de tremplin à des talents régionaux (Pro7 and the Monsters, Ina Cesco...) qui s’affichent aux côtés de références comme Zenzile ou Foreign Beggars. La programmation est à la hauteur : The Japanese Popstars, Daedelus, Undergang, Dirtyphonics, Para One, Wat, Plapla Pinky, Noisia, DAT Politics... Attention, y a pas que le live qui vaut que le coup d’oeil, l’Electro Alternativ, c’est aussi un festival consacré à l’art sous toutes ses formes. Plasticiens, VJ’s et déco seront donc au service du hiphop, de l’électro jazz, de la techno ou de la musique expérimentale. Du 23 au 25.09, 10 à 35 e (pass 3 jours en prévente), Le Bikini, Ramonville, 05 62 24 09 50, www.electro-alternativ.com

Fasodjenkafô \ musique du monde \

Rock In Opposition

Elle chante depuis plus de vingt-cinq ans et vient présenter son nouvel album, Chemins de sang, d’encre et de chaux. Equidad Barès en parle comme d’une métaphore  : « Le sang, c’est la vie, la passion. L’encre, la poésie, et la chaux, l’oubli ». Le chemin, lui, évoque l’Espagne. Sa terre d’origine, dont elle entonne seule sur scène, les chants traditionnels. L’artiste de flamenco alternatif prend des libertés par rapport aux codes classiques du cante jondo - le chant pur, et ses rythmes très précis - dans un esprit freejazz. Elle réalise aussi des interprétations des œuvres des femmes troubadours de la fin du Moyen-Âge et du début de la Renaissance, qu’elle définit comme les « premières vraies femmes libres  ». Le disque sort chez le label Chants d’Action. Un nouveau label qui se présente comme une «  AMAP de chansons ». Et se veut une alternative aux labels des majors. Une grande dame à découvrir sur scène sans attendre. Les 16 et 17.09, 21 h 30, 10 \ 12 e, Le Bijou, Toulouse, 05 61 42 95 07, www.le-bijou.net

Méfiez-vous des apparences, sous ses aspects de petit festival campagnard, situé au fin fond du Tarn, le Rock In Opposition (ou RIO, pour les intimes) est LE rendez-vous des musiques d’avant-garde à marquer en rouge dans l’agenda... mondial. Et oui, pas plus, pas moins. Et ce n’est pas la trentaine de nationalités qui s’y retrouvent qui vous diront le contraire. Gong, Sleepytime Gorilla Museum, Aquaserge, Peter Brötzmann Full Blast, Rational Diet, Art Bears Songbook, projections de documentaires, stands, conférences… Une programmation de gros calibre. D’autant que l’événement se déroule sur un site exceptionnel, unique en Europe, mal connu là aussi. Cap’ Découverte est une ancienne mine de charbon à ciel ouvert reconverti en parc de loisirs. Aussi, à côté des concerts, des activités (skate, wakeboard, baignades...) seront proposées aux festivaliers. Un must, on vous dit. Du 17 au 19.09, 20 à 120 e, Maison de la Musique, Cap’ Découverte, Carmaux (81), 05 63 38 55 57, www.rocktime.org\rio

Festival Occitania \ culture occitane \

Pour la onzième édition du Festival Occitania, plus de 70 événements sont programmés dans 24 villes de la région (Rieumes, Saint-Lys, Villefranche-de-Lauragais, Nailloux, Bousens, Seysses, Montagut-de-Plantaurel, Aiguefonde…). Derrière l’énoncé de l’Entre-deuxmers, le festival met en valeur toute la richesse de la création occitane  : poésie, conte, théâtre, chanson, arts, ciné, littérature, danse, musique traditionnelle et musiques actuelles. Au menu, parmi une programmation plus que généreuse, un défilé (original !) d’animaux et de personnages totémiques, dont huit géants d’Euskadi, deux géants et leurs cavalets et un animal de Provence qui séduira les petits et les grands. Place du Capitole, c’est près de 100 exposants qui présenteront des produits régionaux. Et il y aura des concerts bien sûr avec des artistes tels que Naviol, Mosaica, Lo Cor de la plana, Marilis, Orionaa. Sans oublier les créations lyriques, les chants polyphoniques (Balaguèra) et le théâtre (Aristofanada, Roue libre…) ! Tentant, n’est-ce pas ? Du 20.09 au 23.10, Toulouse et région, 05 61 11 24 87, www.festivaloccitania.com

© DR

© Shen2

\ festival de rock progressif \

Fasodjenkafô, c’est une union d’artistes burkinabés (percussionniste, guitariste, balafoniste, bassiste, chanteurs et danseurs...) autour d’un projet commun  : un grand concert, une première en France, porteur d’un message de paix, d’amour et d’espoir pour le monde et pour l’homme. Mais aussi la première étape dans la réalisation d’un projet de coopération artistique avec le Burkina Faso mis en place par l’association Univers Lutin qui propose, toute l’année, des ateliers ou des stages de danse et de percus africaines. Le 25.09, 21 h, 8 \ 10 \12 e, Salle Altigone, SaintOrens (31), 05 61 20 53 60


en live 31

\ pop rock \

Elle est la mascotte Myspace. L’un de ces premiers artistes propulsés sur le devant de la scène grâce au web. Son premier album, Made of bricks, était en 2007 n°1 des ventes en Angleterre. Assise sur ses «  Foundations  », gros tube qui a résonné sur toutes les radios, Kate Nash, vingt deux ans, revient avec un deuxième opus. My best friend is you sort chez Universal en avril dernier. Artiste polyvalente et besogneuse – elle chante, joue du piano, de la basse, de la batterie et de la guitare –, la jeune femme a rencontré en Bernard Butler, ancien guitariste de Suede, un alter ego. Le son pop rock indie de ce deuxième disque est le fruit de cette collaboration. Une belle confirmation pour cette jeune femme pétillante à découvrir sur scène. Le 28.09, 22 / 23 e, Le Bikini, Ramonville, 05 62 24 09 50, www.katenash.co.uk

Brisa Roché \ pop rock \

En 2004 sortait l’album The Chase. Brisa Roché faisait son apparition. Après un deuxième album plus pop, l’artiste américaine, originaire du Nord de la Californie et née dans une famille de musiciens, présente sur la scène du café culture la Dynamo, son nouvel opus, All right now (dans les bacs dès ce 6 septembre). Un disque résolument plus pop rock que ses précédents. À ranger entre Janis Joplin et Blondie. En première partie du concert, place au projet solo folk-rock-blues de Kestekop, pour le moins surprenant.

Festival Toulouse les Orgues \ musique classique \

Les 300 cloches de la ville de Toulouse se mettent en branle pour cette nouvelle édition du Festival TLO. Cette année, des invités de prestige, de talentueuses prestations, des scènes ouvertes, des conférences… Pendant 11 jours se succèderont 50 rendez-vous avec des artistes organistes et carillonneurs au talent certain. Depuis 1996, le festival a accueilli plus de 1000 artistes. La liste s’allonge encore cette année tant par le nombre que par la qualité. L’ouverture du festival sera menée par l’ensemble italien Mala Punica dirigé par le flûtiste Pedro Memelsdorff. Les premières notes de cette 15 e édition plongeront la ville rose dans la virtuosité du XIVe siècle italien. Venu des Pays-Bas, Boudewijn Zwart muni de son unique carillon de plus de 3 tonnes interprètera des adaptations de Bach et des Beatles ! L’ensemble baroque de Limoges tintinnabulera des cloches en porcelaine accompagné de la viole de gambe de Christophe Coin. Du 7 au 17.10, tarifs et formules diverses selon artistes, Toulouse et sa région, infos et réservations au 05 61 33 76 87, www.toulouse-les-orgues.org

Festival Jazz sur son 31 \ jazz \

La Rentrée du Phare

Marcus Strickland © Mamoru Kobayakawa

SALM © Audoin Desforges

\ électro \

Le 7.10, 19 h 30, 6 à 10 e, Le Phare, Tournefeuille, 05 34 30 17 48, www.le-phare.org

Du 8 au 23.10, tarifs et formules diverses selon artistes, Toulouse et Haute-Garonne, 05 34 45 05 92, www.jazz31.com

Les Curiosités du Bikini \ électro pop rock \

Cinquième round pour le rendez-vous des Curiosités du Bikini. Une fois de plus, pari réussi, les artistes présentés ont un talent certain. Le trio londonien We Have Band présente l’électro pop de son premier album WBH teinté des meilleures influences new wave. À l’affiche aussi, Chapelier Fou, violoniste virtuose qui devrait être autant plébiscité par les amoureux de Yann Tiersen que par les inconditionnels d’Animal Collective. Mister Valaire présentera son opus Golden Bombay où beats électro côtoient percus et basses. Enfin, place à la scène locale avec les Toulousains de Dancers In Red, un trio sacrément rock. Le 8.10, 20 h 30, 5 e / gratuit pour les adhérents, Le Bikini, Ramonville, 05 62 24 09 50, www.lebikini.com

Richard Galliano

\ accordéon \

Lorsque l’accordéon de Richard Galliano s’attaque à la musique classique, il court vers JeanSébastien Bach. Compositeur favori de l’accordéoniste, sa musique s’adapte tout naturellement à l’instrument. Déjà présent sur Piazzolla for ever, dont il jouera d’ailleurs quelques pièces ici, un quintette à cordes accompagne Galliano dans ce projet inattendu. Et le virtuose d’offrir ainsi à ses auditeurs la possibilité de redécouvrir encore et toujours, grâce à la douce entremise de Bach, cet instrument trop souvent taxé, à tort, de ringardise. Le 11.10, 21 à 35 e, Odyssud, 05 61 71 75 15, www.odyssud.com

Le 29.09, 20 h 30, 8 à 12 e, La Dynamo, www. brisaroche.com

Attention, événement. Cinq groupes, pas moins, sont programmés le temps d’une seule et même soirée pour inaugurer la rentrée du Phare, à Tournefeuille. Cela commence avec le show musclé des Scratch Bandits Crew, dont la réputation scénique n’est plus à faire. Place ensuite aux titres hybrides de Molecule pour enchaîner sur la révélation de l’an dernier, Something à la Mode, un duo de musiciens peu conventionnels, férus de clubbing - de Daft Punk à Mirwais - qui marient musique classique et électro racée. Les Parisiens de Dubphonic eux, enchaîneront avec un dub lancinant voire euphorisant, avant de laisser place à l’enthousiasme surpuissant du Peuple de l’Herbe qui se qui se feront un plaisir d’électriser les derniers survivants...

électro mêlé de sonorités très « oriental rock ». Il faudra aussi compter sur la Carte Blanche offerte à Jean-Marc Padovani, la présence exceptionnelle de Wayne Shorter et McCoy Tyner ou bien encore la grosse soirée programmée au Bikini avec The Herbaliser (en live, s’il vous plaît), DJ Food et Fanga. Bref, comme toujours, le festival attaque sur les chapeaux de roue et tient la distance. Il swingue, groove, tape sans jamais s’essouffler.

Cet automne, ça va swinguer en Haute-Garonne. Initié par le Conseil Général, le festival le plus jazzy des environs s’annonce, pour sa 24e édition, riche en émotions et en partage. Professionnels et néophytes apprécieront la programmation éclectique et décomplexée. Qui ne révèle d’ailleurs qu’une longue liste d’invités prestigieux : la crème du jazz d’aujourd’hui, sur une soixantaine de concerts. Parmi eux, on pense à Steve Coleman, tout droit venu d’Amérique. Présent à l’affiche, le saxophone aux accents hard bop de l’enfant du Sud, Jean-Michel Cabrol, invitera, pour sa part, les plus hardis à engager un bœuf. Le groupe Incognito, quant à lui, caresse les oreilles toulousaines avec son jazz mâtiné d’accents funk. Un cocktail de rythmes cubains de grande qualité sera aussi de la partie puisque le festival reçoit Monty Alexander Solo ainsi que la compagnie James Carlès. La découverte à suivre de très près ? Incontestablement, Portico Quartet, quatre jeunes Londoniens aux confins du jazz actuel. Surprenant mais délicieux, Ibrahim Maalouf présente cette année un son jazz

We Have Band © DR

Kate Nash


32 en live jouais du piano dans les cabarets ». L’Orchestre national du Capitole de Toulouse, dirigé par Tugan Sokhiev, prend rendezvous avec ce musicien hors-pair pour un concert intimiste. Le 18.10, 20 h, 10 à 20 e, Auditorium Saint-Pierre des Cuisines, 05 61 22 31 05, www.onct.mairie-toulouse.fr

© Fabrice Demessence

\ pop rock \

/ classique /

Sous la direction musicale de Jean-Marc Andrieu, Yasuko Uyama-Bouvard (pianoforte et orgue) et Jan Willem Jansen (clavecin), accompagnés par l’Orchestre baroque Les Passions, se produisent dans le bel écrin de l’église Saint-Aubin. Cette soirée, en partenariat avec le Festival Toulouse les Orgues, signe le début de la 7e saison dans la ville rose pour l’orchestre. En une soirée, le désir des artistes est de matérialiser le passage du baroque au classique et l’apparition dans l’écriture musicale de la sonate. Au programme, en première partie, Le concerto BMW 1052 pour clavecin en ré mineur de Jean-Sébastien Bach et son concerto pour clavecin et pianoforte. En deuxième partie, des œuvres de Mozart : ses sonates d’église en Ut majeur pour orgue et orchestre et son concerto pour pianoforte n°12 en La Majeur. Le 15.10, 20 h 30, Église Saint-Aubin, Toulouse, 05 63 22 19 78, www.lespassions.fr

Les clefs de SaintPierre : Un soir chez Brahms \ musique de chambre \

Johannes Brahms, prodigieux compositeur confia : « Le jour, j’arrangeais des marches pour des musiques de cuivres. Le soir, je

\ soul \

Les 26 et 27.10, 20 h 30, 20 e, Le Bikini, Ramonville, 05 62 24 09 50, www.lebikini.com

Peter Doherty

Il est des desseins qui sont vains à réaliser car trop audacieux. Certains tentent et se retrouvent avec le vent en poupe. Fervents admirateurs du légendaire «  Fab four  », les Rabeats créent des spectacles d’une qualité certaine en hommage aux Beatles. Ils ne sont pas exactement anglais, plutôt picards mais le talent les lie à leurs idoles. Sur scène, Marcello, Flamm, Sly et Dip ont la dégaine des Scarabées de 1964  : franges à l’épaisseur impeccable, boots, costumes taillés « Savile Row ». Et surtout Gretsch, Gibson et Rickenbaker rutilantes pour jouer avec une fidélité remarquable. Dans le répertoire des live du cover band, on trouve avec plaisir le titre «  Lucy In The Sky  » que les Beatles n’avaient jamais joué sur scène.

Les Passions : De Bach à Mozart

Ben l’Oncle Soul

Voilà l’un des phénomènes qui aura irradié nos ondes radio en cette année 2010. Originaire de Tours, Ben l’Oncle Soul est féru de musique soul. Celle des années 60, domptée par les mythiques labels Motown et Stax. Sur son premier album, Soul Wash, sorti en mai dernier et signé sur Motown France (tiens donc), le jeune homme reprend un répertoire de standards récents pour leur donner une tonalité soul vintage toute particulière. Mais, décalés et survitaminés, ces morceaux prennent vraiment leur pleine puissance sur scène où l’artiste excelle, entouré de musiciens talentueux, après avoir écumé les premières parties d’artistes renommés tels que Raphael Saadiq ou Musiq Soulchild. Bluffant.

Joe Jackson

Le 14.10, 20 h, 33,90 e, Le Phare, Tournefeuille, 05 34 30 17 48, www.premiere-pression.com, tournée dans toute la France prévue jusqu’en juin 2011 à voir sur www.rabeats.com

Les 21 et 22.10, 20 h 30, 18 à 26 e, Salle Nougaro, Toulouse, www.sallenougaro.com

© DR

\ pop \

l’accordéon et de Pierre-François Dufour à la batterie et au violoncelle, Art Mengo nous fera entrer dans son intimité. Entre humble discrétion et nonchalante douceur. Et pour fêter cet anniversaire comme il se doit, de nombreux invités surprise s’inviteront sur scène.

\ pop rock \

Peter Doherty, ex-leader des Libertines, groupe pop rock de la fin des années 90 à début 2000, dans la grande tradition anglaise, s’est lancé dans une carrière solo. Seul à la guitare et au chant, et tout juste un an après son concert exceptionnel, il revient sur la scène du Bikini présenter son premier album, agrémenté de nouvelles versions, devant un public souvent fidèle et hétérogène. Grosse icône du rock actuel malgré lui, Peter Doherty reste pourtant une personnalité accessible qui va à la rencontre de ses fans (avis aux amatrices). Ce soir, loin de la tempête médiatique, il sera accompagné de danseuses en tutus, pour un show psychédélique... Le 25.10, 20 h 30, 32 / 33 €, Le Bikini, Ramonville, 05 62 24 09 50, www.lebikini.com

\ rock \

© DR

Izia Après deux ans d’absence, l’artiste britannique est de retour sur le sol français. Et surtout, il signe ici sa première tournée hexagonale de grande ampleur. Accompagné de Graham Maby à la basse et de Dave Houghton à la batterie, Joe Jackson interprétera des classiques comme «  Fools in Love  », mais aussi de nouvelles perles de son répertoire toujours autant rythmé et emprunt de mélancolie. Une voix légendaire et un charme contagieux, impossible de passer à côté de cette icône pop-rock vivante. Le 19.10, 21 h, 21 à 35 e, Odyssud, 05 61 71 75 15, www.odyssud.com, tournée dans toute la France jusqu’au 28.10 à voir sur www.joejackson.com

Kool and the Gang \ disco funk tour \

Les deux célèbres groupes de disco funk Kool and the Gang (40 ans de carrière, 80 millions d’album vendus dans le monde) et Chic partent ensemble en tournée dans toute la France. C’est le Disco Funk Tour ! Deux heures de tubes parmi les plus samplés au monde, non stop. Une musique festive, toujours portée par des riffs de guitare funky, des jolies trompettes et une joie de vivre communicatrice.

© DR

The Rabeats

À tout juste dix-neuf printemps, Izia, fille de Jacques Higelin, est un véritable phénomène. Cette petite tornade brune rafle cette année deux Victoires de la musique dans les catégories « Album pop rock de l’année » (signé chez AZ / Universal) et « Révélation scène de l’année ». Chanteuse et compositrice hors-pair, l’artiste navigue avec rage et élégance, entre le rock, le punk et la soul, sur un lit de textes savoureux, chantés en anglais. Accompagnée d’Arnaud François à la basse, de Sébastien Hoog à la guitare et de Gregory Jacques à la batterie, Izia sur scène, fait preuve d’une énergie et d’une maturité absolument renversantes. Taillée pour le live, la dame ? Assurément.

Le 21.10, 20 h 30, 40 à 60 e, Zénith, Toulouse, 05 34 31 10 00, www.box.fr

Le 29.10, 20 h 30, 25 / 26 €, Le Bikini, Ramonville, 05 62 24 09 50, www.lebikini.com

Art Mengo

Patrice

\ chanson \

Il remporte en 1991 une Victoire de la Musique avec un titre phare et très personnel, « Je l’ai tant aimée ». Art Mengo, toulousain d’origine, musicien et chanteur, fête ses vingt ans de carrière dans la salle Nougaro. Tout un symbole ! Car Nougaro, c’est l’artiste qui lui a donné envie de consacrer sa vie à la musique. Accompagné de Lionel Suarez à

\ reggae folk \

Patrice ? Musicien et chanteur d’origine allemande. Mais encore ? Un physique de surfeur tahitien. Plus sérieusement ? Une voix douce et sucrée, taillée pour un reggae qui lorgne vers la soul, la folk et le funk, et un premier maxi, Lions, (1999) très remarqué en France. Aujourd’hui, de l’eau a coulé sous les ponts et Patrice vient au Phare pour présenter son nouvel album qui synthétise à lui seul 12 ans de carrière. Fraîchement sorti chez Because Music, One n’est peut-être pas le disque le plus abouti de l’artiste, mais ça reste prometteur quand l’on connaît les affinités que Patrice a avec la scène, son seul vrai terrain de jeu. Le 1er.11, 20 h, 29,70 e, Le Phare, Tournefeuille, 05 34 30 17 48, www.le-phare.org


Pina BaUSch Sylvie GUillem cirqUe elOize TaUTOU GadèS PreljOcaj decOUflé alvin ailey édOUard Baer eT Bien d’aUTreS…

aBOnnemenT eT BilleTTerie

RÉSERVEZ EN LIGNE ! ODYSSUD.COM eT aUSSi... 05 61 71 75 15 OU aU GUicheT TOUS leS aPrèS-midi dU mardi aU Samedi

Odyssud Blagnac 4, avenue du parc 31 706 Blagnac

nothomb, wilde & murièle

vous attendent en littérature...

à faire ! s e r t n o c n e r s e Toulouse, d e d e u q è h t o li use.fr La Bib lo u o .t e u q e h t www.biblio

design graphique ¬ Bornstein & Sponchiado | mise en page ¬ Place Publique | licences : 1-1037469, 1-1037470, 1-1037471, 2-1037473, 3-1037474

Slava SnOwShOw

Conception : Service Communication/Bibliothèque de Toulouse – Photographies : Nothomb © Catherine Cabrol | Wilde © Napoléon Sarony | Murièle © DR

UmOja


34 dans les bacs

sous ça tombe influences À pic Jeux de construction / livre /

Observer de près l’artisanat du manège rappelle que l’art est aussi la capacité humaine de faire apparaître dans le monde une chose inouïe. François Delarozière, concepteur de machines de spectacles de rue (notamment pour le Royal de Luxe) et directeur artistique de la compagnie La Machine, offre ici un large et splendide coup d’oeil sur ses folles créations. Le lecteur parcourt des yeux ce qui ressemble fort à des éléments de films de science-fiction (araignées géantes, grand éléphant en bois et en acier...) qui pourtant, deviennent réalité grâce à un long et valeureux travail de construction. Photos et préface  fournissent des explications aux plus curieux. Indispensable à tous ceux qui rêvent d’un monde rempli de « mécaniques savantes » à chaque coin de rue. \ Cécile Paulet \ Carnet de croquis & réalisations // De François Delarozière, 150 p., 29 €, Éditions Actes Sud

/ dvd /

/ cd /

Frénétique et paradoxalement toujours lisible, la mise en scène de Paul Greengrass brille à nouveau avec ce Jason Bourne en Irak. En clair, le tandem de La mort dans la peau s’en va fouler le sol irakien de 2003. Plutôt que de livrer un film de guerre (qui ne tiendrait pas la distance avec Démineurs), Matt Damon et son réalisateur versent dans le thriller sous influence 70’s. Non content d’être divertissant, Green Zone fait aussi réfléchir : sujet de départ, le mensonge autour des armes de destruction massive pose les bases d’une réflexion sur la façon dont l’Irak allait basculer dans la guerre civile, peu de temps après l’invasion américaine. \ Baptiste Ostré \

Nouveau lauréat du Prix Félix Leclerc aux Francofolies de la Rochelle, Robin Leduc offre dans Hors-pistes, son second album, un délicieux concentré de sons folk épicés d’accents pop. L’excellent mais unique texte en anglais, «  Watch the rain », n’a d’égal que la qualité des dix autres titres déclinés dans la langue de Molière. Le tout, fait de douce poésie sentimentale, sent bon les influences gainsbourgiennes (« Offense ») quand il ne rappelle pas les tournures comiques de Philippe Katerine (« tu marchais toujours sans culotte… »). Un opus de qualité donc, qui place le jeune homme, en tournée jusqu’en novembre, au rang de relève de la chanson française. \ Marine Decremps \

Green Zone // De Paul Greengrass, Studio Canal Vidéo, 19,99 €

Hors-pistes // De Robin Leduc, Tôt ou Tard, sortie le 4.10

POLAR INTERACTIF / jeu vidéo /

C’est peut-être l’un des jeux les plus attendus de cette rentrée. Last Window  : Le secret de Cape West, développé par le désormais feu studio japonais CING, fait suite au méconnu Hotel Dusk  : Room 215. Véritable polar interactif, cet opus nous replonge dans la peau de Kyle Hyde, ex-flic new-yorkais, rattrapé une fois de plus par son passé. Cette fois, c’est dans le Los Angeles des années 80 que Kyle reprend du service, emmené

à enquêter sur une série de meurtres liés à un mystérieux diamant : L’Étoile rouge. À michemin entre le roman noir et la BD, Last Window conserve les mêmes ingrédients que son prédécesseur. Rythmée par les énigmes et les dialogues, votre investigation, tout comme l’épilogue, évoluera selon vos choix et indices obtenus. Ainsi, vous n’êtes plus simplement spectateur mais acteur de ce roman de poche. Riche d’écrans splités à la verticale, l’immersion s’avère bluffante avec des décors à l’aquarelle et un character design soigné, façon esquisses tremblantes. Les fans de Phoenix Wright ou du Professeur Layton ne manqueront pas ce soft digne d’un bon Agatha Christie. \ Youness Hamelat \

Last Window // Disponible sur Nintendo DS, dès 12 ans, sortie le 17.09

Juste un numéro / roman /

Paul Cathéter est le méchant de cette histoire mais il n’y a pas de gentils dans ce roman. Paul Cathéter est le repreneur d’un journal comme tant d’autres, mis à mal par notre temps. Paul Cathéter bouffe ses employés comme il le ferait d’une poignée de cerises. Il n’en laisse pas un morceau ni même une goutte et il recrache les noyaux à peu près partout mais surtout sur le trottoir.Dans son sixième roman, Nathalie Kuperman dresse un portrait en colère et grinçant de ce tout petit monde de l’entreprise. Où la peur se dispute à l’espoir, où la honte pourrait l’emporter si on n’y prenait garde. Ariane Stein, Agathe Rougier, Muriel Dupont Delvich, Dominique Bercanta, Patrick Sabaroff et quelques autres s’observent et se trahissent tour à tour, accrochés à leur fonction, à leur pouvoir, à leur raison d’exister : leur travail. Nous étions des êtres vivants l’écrit haut et fort : ce n’est pas vrai, on n’a pas que le droit de se taire. On a le droit et aussi peut être le devoir de ne pas s’oublier et, résister. \ Isabel Desesquelles \ Nous étions des êtres vivants // De Nathalie Kuperman, 208 p., 17 €, Éditions Gallimard


Le village Gaulois En Midi-Pyrénées à 30 mn de Toulouse

on i t u t i t s n Une reco re u t a n r u e grand ! s e r a t c e s ur 9 H

Démonstration d’artisanat gaulois

En famille ou entre amis, venez découvrir d’une manière originale et pédagogique l’histoire de nos ancêtres les Gaulois !

Ouvert de Pâques au 11 novembre 2010 Le mercredi, le dimanche, les jours fériés et les vacances scolaires de la zone A de 14h à 18h.

Boutique de souvenirs Aire de pique-nique

Gratuit

pour les - 5 ans

Le Village Gaulois - RIEUX VOLVESTRE - A64 - SORTIE 25 - direction Saint-Julien Tél. 05 61 87 16 38 - Fax. 05 61 97 41 94 archeositegaulois@wanadoo.fr - www.archeosite-gaulois.asso.fr


© Fotolia

36

Sauvés par le gong Ze place to be ! \ café poussette \ L’orgue des petits ogres \ spectacle musical \

Victimes de « la solitude du conducteur de poussettes », ne culpabilisez plus d’infliger à vos bambins les séances de shopping, fini les sourires gênés auprès des vendeurs de porcelaine, ZePléGraounde s’occupe de vos adorables «  touche-à-tout  ». Savante combinaison entre espace ludique et cocon cosy, ce lieu en vogue propose une garderie accessible dès 3 ans. Avec la rentrée, les « z’animatrices » ont prévu tout un tas d’activités réjouissantes, et pendant ce temps les mamans se ruent sur les magasins, surtout chez les commerçants partenaires qui offrent des heures de garderie  ! Mais l’originalité de ZePléGraounde, c’est surtout le café familial avec ses trois zones de jeux. Celle des 2-4 ans est toute molletonnée alors que les 4-8 ans se lancent dans un parcours du combattant toujours très matelassé. Les geeks en herbe peuvent s’accrocher aux « z’ordis » pour jouer à la Wii. Pendant ce temps, les parents croquent un morceau ou feuillettent une revue. Attention tout de même à réserver les mercredi ou samedi surtout les jours de pluie. \ Marine Descremps\

ZePléGraounde // 20 bis, place Occitane, Toulouse, la garderie est ouverte le mercredi et le samedi de 10h à 19h, et du lundi au samedi pendant les vacances scolaires. Le café est ouvert 7j/7 de 10 h à 19 h, réservations café et garderie au 05 62 30 11 80. Renseignements pour le programme des activités sur www.zeplegraounde.fr

La 15e édition du festival Toulouse les Orgues (du 7 au 17.10), accueille une fois de plus en son sein un spectacle jeune public. En partenariat avec le théâtre du Grand Rond, une nouvelle création a vu le jour tout spécialement pour l’événement. Inspiré d’un mythe indien, Mourty ou la fureur des Dieux, pénètre dans le Royaume des divinités par la voix du conteur Frédéric Naud. Dans les rôles principaux on retrouve un accordéon, dirigé par Jeanne Videau et l’orgue lui-même jouant le Dieu du vent, sous les doigts de Batiste Eugenio. Au cours de la rencontre, les enfants ne repartiront pas sans monter à la tribune pour découvrir l’envers du décor. Le spectacle s’inscrit dans une démarche de médiation mise en place depuis 2002. Des orgues miniatures se baladent dans des écoles toulousaines, des services de pédo-psychatrie et des instituts de jeunes aveugles. Ils se mettent à la portée des enfants qui apprennent à les découvrir et à jouer avec leurs innombrables possibilités. Un nouvel orgue pédagogique sera d’ailleurs inauguré le 8.10 au cours d’un petit concert, avant de partir à la conquête des écoles. \ M. J-P. \ Mourty ou la fureur des Dieux // Le 09.10 à 11 h, le 13.10 et le 16.10 à 15 h, église musée des Augustins à Toulouse, 6 €. Concert d’inauguration de l’orgue pédagogique, 09.10 à 12h30, à l’église Saint Pierre des Chartreux à Toulouse. 05 61 33 76 80, www.toulouse-les-orgues.org

Énergie verte

\ sport \

C’est la rentrée. L’école est trouvée, les fournitures achetées... il ne reste plus qu’à concocter un programme d’activités digne d’un mercredi aux pays des chérubins. C’est alors que reviennent sur le tapis les grands classiques : le karaté, le rugby ou encore le foot. Mais comme les préjugés ont la vie dure, certains sports ont parfois du mal à faire leur trou. Pourtant, avec ses vertus sur la précision et la concentration, ça serait dommage de mettre le golf sur la touche. D’autant que ce sport complet n’a eu de cesse de se démocratiser. J’en veux pour preuve Festigolf organisé par les golfs NGF de la région MidiPyrénées, soit 6 jours de festivités autour de la petite balle blanche. Au programme : des animations, des démonstrations, des débats et surtout une « Kid Academy » qui aura lieu le 15.09 aux Golfs de Téoula et de La Ramée. On serait donc bien bête de ne pas profiter des initiations gratuites et sur rendez-vous ! \ Cécile Paulet \ Festigolf // Du 14 au 19.09, Golf de Téoula, 05 61 91 98 80


© Jemézières

Micropolis © Christian Bousquet

après l’école - jeune public 37

Des histoires tombées du ciel

Les insectes sont nos amis Que connaissons-nous des insectes si ce n’est « l’option répulsif » pour éviter les piqûres en été ? Depuis 10 ans, Micropolis se propose de relever le défi  : comprendre et connaître la vie du peuple de l’herbe, de l’air et de l’eau. Dans la droite ligne du film Microcosmos avec lequel la cité des insectes a établi un partenariat, Micropolis entraîne les visiteurs dans l’antre de la (petite) bête. 2400 m2 de dédale scientifique pour découvrir 70 espèces d’insectes, leurs effets sur la nature, leur vie sociale, leurs relations avec l’Homme et la fragilité du monde qu’ils se partagent. Au fil des 15 salles d’exposition, on se met à la hauteur de cet univers plein de mystère jusqu’à y rentrer pour de vrai  : un élevage d’insectes se met à proliférer sous l’œil des visiteurs  ! Au programme, serre aux papillons, vivariums, fourmilières géantes, insectes tropicaux en voie de disparition, … Didactique, Micropolis se donne aussi une vocation scientifique. Saint-Léons, le village où il s’est implanté, vit naître au xixe siècle le grand en-

\ livre \

Embarquement immédiat pour un voyage d’aventures, littéraire et scientifique où toute la famille a de grandes chances d’y trouver son compte. Scientilivre fête ses dix ans et se penche sur l’histoire de l’humanité «  des petites découvertes aux grandes inventions » comme ils disent. Pour se mettre dans la peau d’un savant, le village-atelier laisse les curieux de tous âges mener des expériences  : on décompose la lumière en fabriquant son spectroscope ou, on se mute en Galilée en réalisant une lunette d’observation. Les rêveurs sont aux anges grâce à des ateliers d’écriture autour de l’invention. Surtout quand 50 auteurs de jeunesse et de science-fiction se promènent dans l’espace librairie. Les tout-petits ont leur coin à eux, afin que les «  plus grands » puissent investir tables rondes, expositions, conférences et même goûter scientifique. / M.J-P / Scientilivre // 16 et 17.10, centre des congrès Diagora, Labège-Innopole (31), de 10 h à 19 h, entrée libre et gratuite, sur inscription pour les ateliers, 05 61 00 59 97, www.scientilivre.com.

Un village d’irréductibles

Mais ce faux bourg réserve encore bien d’autres surprises  ! Restauration sur place, toilettes sèches, gobelets recyclables, et poubelles de tri sont à la disposition des visiteurs.

tomologiste Jean-Henri Fabre. Son héritage n’est pas tombé entre de mauvaises mains ! Faisan fi de leur mauvaises réputation, mantes, abeilles, lucanes et autres indésirables, mènent sous forme de statues, la parade du carnaval des insectes, réjouissant la vue des petits. Cette année, pour les dix ans de la cité, le cinéma 3D propulse le spectateur au cœur des modes de communication de ces drôles de bestioles. Si cela ne suffit pas pour comprendre le langage des insectes, une exposition sur ceux qui peuplent les jardins, devrait palier à ce fâcheux problème. Autour de la vie des insectes, Micropolis s’ouvre aussi sur la biodiversité et s’intéresse même à l’univers des plantes carnivores… Il faut compter 2 h 30 pour faire le tour, mais pas d’inquiétude, ici ça ne / M.J-P / pique ni ne mord ! Mircropolis, la cité des insectes // Saint-Léons (12), 11,20 € pour les adultes, 7,60 € pour les enfants, ouvert jusqu’au 3.11, de 10h à 18h. En septembre tous les jours sauf le lundi, en octobre uniquement les week-ends, et du 23.10 au 3.11, tous les jours. 05 65 58 50 50, www.micropolis-aveyron.com

\ Cécile Paulet \ O’troc’tone // Du 29 au 31.10, Espace sportif du Bazacle, 1 impasse du Ramier des Catalans, Toulouse, de 14 h à 20 h, grat. De 0 à 12 e, 05 82 75 16 24, www.myspace.com/otroctonefestival

Sans confession \ art et sens \

© DR

Le dernier week-end d’octobre clôture la quinzaine de l’économie sociale et solidaire du Grand Toulouse. Samedi, à cette occasion, l’O’troc tone ouvre ses portes, un village fictif où les grands pourront s’initier aux arts du cirque, les petits se faire bercer par des conteurs et les ados découvrir l’écologie à travers des ateliers ludiques.

\ festival solidaire \

\ expédition \

Fondée en 1151 dans la vallée de la Baïse, l’abbaye cistercienne de Flaran est l’une des mieux préservées du sud-ouest de la France. Sur le site, tout au long de l’année, sont développés de nombreuses activités culturelles. Dès le 30 octobre, on pourra y suivre un parcours tactile et sonore sur la peinture et la musique. Il a été créé par l’association Artesens qui agit en faveur de la découverte de la culture par les cinq sens. Le visiteur évolue dans le dortoir des moines et longe une exposition pluri-sensorielle qui associe la peinture et la musique à la poésie. Il peut voir, mais aussi sentir, toucher, goûter, et écouter. Tournée vers l’art moderne, l’exposition pointe du doigt des artistes précurseurs comme Debussy, Satie, Braque, Ravel et Matisse. 12  oeuvres musicales et 12  tableaux sont ainsi dévoilés au public, qu’il soit voyant ou non voyant.

© DR

\ Cécile Paulet \

Touches et notes de lumières // Du 30.10 au 2.01, de 9 h 30 à 12 h 30 et de 14 h à 18h, gratuit, Abbaye de Flaran, Valence-sur-Baïse (32), 05 62 28 50 19


38 Chroniques - jeune public Bêtes en stock

/ cd /

La voix douce et grave de Pascal Parisot distille des textes réfléchis sur une instrumentation minimaliste et efficace. Ces jolis refrains et mélodies simples, allégés de chœurs féminins, ne s’oublient pas de si tôt. Derrière l’introduction vivante et chargée de bruits en tout genre qui le plongent dans l’univers animalier, on découvre vite la bossa nova intelligente. Elle ne parle pourtant du début à la fin que de nos relations aux bêtes. Pascal Parisot, artiste, multi-instrumentiste, chanteur et auteur, sait, c’est certain, murmurer à l’oreille des enfants. Et si jeux de mots, humour, second degré et monotonie intello ennuient à la longue : on refile le cd aux parents. \ Cécile Paulet \ Bêtes en stock // 17,50 e, Naïve Jeunesse, sortie le 22.09, tous publics

Gare à la piqûre / dvd /

À côté de de ses deux sorties de films d’animations des Studios d’art de Shangaï, La Boutique des Pandas et Malin comme un singe, Arte Vidéo joue la carte de la comédie musicale. Les Deux Moustiques est, sans conteste, un film drôle et attachant pour petits et grands, réalisé par Jannik Hastrup, l’auteur du formidable L’Enfant qui voulait être un ours. Sur des airs jazzy, pas gnan-gnan pour un sou, voilà les trépidantes aventures de Nina, une ballerine-moustique toute en grâce et Amstrong, un cyclo-moustique qui veut faire le tour du monde. Un petit bijou, loin des gros blockbusters insipides, signé Les Films du Préau. \ Carole Lafontan \ Les deux moustiques // Comédie musicale de Jannik Hastrup et Flemming Quist Moller, dès 5 ans, 12,99 €, Arte Vidéo, sortie le 18.08

Eux, rigolos et stupides

Cheeeese ! Fait main / jeu /

/ livre /

Élémentaire...

Fini les sourires figés mais concentration oblige pour ce jeu de cartes un peu particulier. Un photographe désigné (se munir d’un appareil-photo) indique aux autres les attitudes imposées par les cartes « épreuve » (objet volant, french cancan…) et déclenche le retardateur. Les joueurs ne remportent des points que si leurs acrobaties correspondent à celles de la carte  ! Ça marche à tous les coups (ou presque). \ Marine Decremps \

Derrière la naissance de ce livre ? Deux mères de familles avec des enfants à occuper et des chutes de carton. C’est ainsi que ce livre de tutoriels pour réaliser soi-même des jouets en carton (bateau, hélicoptère, bâton de pluie...) prend forme. Ici, la fabrication devient un jeu et le résultat, une satisfaction. Voilà comment s’amuser de manière éco-log/nom-ique.

On peut se demander si Sally Bollywood, les histoires d’une petite détective de cour de récré, n’a pas été inventée pour surfer sur la tendance de Slumdog Millionnaire  : l’enthousiasme pour un Bollywood light, occidentalisé. Ces considérations mises à part, cette mini-série trousse des enquêtes suffisamment dynamiques et malines pour faire oublier ses défauts.

\ Marine Decremps \

\ Baptiste Ostré \

Photo Party // 6 à 15 joueurs, CocktailGames, 10 e, dès 8 ans

/ cinéma /

Jouets en carton à faire soi-même // Éd. Eyrolles, collection FémininBio, 14,50 e

/ dvd /

Sally Bollywood // France Télévisions Distribution, 12,99 e, dès 4 ans

Premier amour

Moi Moche Et Méchant © Universal Studios

/ livre /

Confirmation : le cinéma d’animation s’est entiché des talents français  : Moi, moche et méchant est produit par Hollywood mais réalisé par deux Frenchies. Une double nationalité culturelle qui marque les limites de cette histoire du super-vilain qui s’attendrit au contact de trois orphelines. Entre une intrigue des plus mollassonnes et des moments de franc délire, la réussite de ce dessin animé est donc un poil mitigée. Le spectacle étant assuré par les mi-

nions, armée de personnages secondaires loufoques façon Lapins crétins. Moi, moche et méchant vaut surtout pour eux. \ Alex Masson \ Moi, moche et méchant // De Pierre Coffin & Chris Renaud, Universal Pictures France, sortie le 6.10, tous publics

Et aussi :

Mini-Michael Bay Dans la dernière partie des aventures d’Arthur et les Minimoys. On inverse les règles.

Ce troisième volet se passe en grande partie dans le monde des humains, envahi par Maltazard, devenu géant. Le second film laissait sur sa faim, cet épilogue promet d’être plus mouvementé en allant beaucoup plus sur le terrain du cinéma d’action, empiètant clairement sur les plates-bandes d’un Michael Bay, le réalisateur des Transformers.

Un texte hachuré et poétique se détache sur des dessins aux couleurs chatoyantes. Ensemble, ils racontent la vie d’un garçon d’une dizaine d’années dans une île qui ressemble à Haïti. Dany Laferrière, intellectuel et écrivain haïtien exilé au Québec et Frédéric Normandin, l’illustrateur, livrent une œuvre simple et belle, chez une nouvelle maison d’édition dont le nom interpelle… Pourquoi la Bagnole ? « Elle est synonyme de liberté et de grands espaces. Nous proposons des albums colorés qui appellent au voyage ». Tout est dit. Car la force de cet ouvrage à destination du jeune public, où l’on retrouve la plage, les cocotiers et la mer, ce sont sans aucun doute ces pages aux tons vifs et chaleureux qui donnent envie, même si c’est la rentrée, de replonger !

\ Alex Masson \

\ Cécile Paulet \

Arthur : la Guerre des Deux Mondes // De Luc Besson, Europacorp, sortie le 13.10, tous publics

Je suis fou de Vava // De Dany Laferrière (texte) et Frédéric Normandin (illustrations), 42 p., 15 e, Éd. de la Bagnole, Collec. Taxi, sortie le 7.10


Mode Bébé Mode Enfant Future maman Chambre et déco* Puériculture*

Offre spéciale

sur présentation de Kariboo

votre 2e article à -40%

du 13 septembre au 30 octobre Mentions légales : Offre de 40% valable sur l’article de moins cher des 2 hors prix malices, prix fuchsia et prix étoiles et non cumulable avec toute autre offre promotionnelle. code 1578

À Toulouse, 3 magasins vertbaudet à votre service. 1 - Centre Commercial Leclerc 31120 Roques/Garonne 05 34 46 25 26

2 - Centre Commercial Carrefour Labège

49, rue Alsace-Lorraine 31000 Toulouse 05 61 22 01 21 Jean-Jaurès ou Jeanne d’Arc

31370 Labège

Capitole

05 61 39 93 95 Du lundi au vendredi de 9h30 à 20h30 Le samedi de 9h à 20h30

Du lundi au samedi de 9h30 à 20h30

3 - Toulouse Centre-ville

Du lundi au samedi de 9h30 à 19h00 Stationnement réservé pour chargement des articles lourds.

www.vertbaudet.fr

*Collections Chambre, Déco et Puériculture non disponibles au magasin de Roques/Garonne.

TLO kariboo2010-ok:Mise en page 1

5/08/10

16:36

Page 1

7 / 17 octobre 2010 Ciné-concert Improvisation à l’orgue de Ansgar Wallenhorst sur le film Joan the Woman de Cecil B. De-Mille 12/10 > 20 h 30 / Basilique Saint-Sernin

15e festival international Ouverture carillonnante 7/10 > 20 h / Concert en simultané de tous les carillons de Toulouse

Concert d’ouverture avec l’Ensemble Mala Punica dirigé par Pedro Memelsdorff concert création 7/10 > 20 h 30 / Église des Jacobins Duo carillon et orgue Boudewijn Zwart (Pays-Bas) carillon de concert Gerben Mourik (Pays-Bas), orgue 8/10 > 20 h 30 / Basilique Saint-Sernin Cloches ou carillon Solistes de l’Ensemble Baroque de Limoges Christophe Coin, viole de gambe et direction 9/10 > 11 h / Chapelle des Carmélites Hommage à G.B. Pergolesi Stabat Mater Pamela Lucciarini (Italie), soprano Elena Biscuola (Italie), contralto Giovannimaria Perrucci (Italie), orgue 11/10 > 20 h 30 / Chapelle Sainte-Anne

De Bach à Mozart Yasuko Uyama-Bouvard, piano-forte Jan Willem Jansen, clavecin Les Passions - Orchestre Baroque de Montauban 15/10 > 20 h 30 / Église Saint-Aubin Récital de piano-forte par Yasuko Uyama-Bouvard 16/10 > 11 h / Église Saint-Pierre des Chartreux

Spécialiste de la garde d’enfants à domicile

La garde de vos enfants en toute sérénité nous couvrons tous vos besoins de garde de la naissance à 12ans.

•Sorties crèche, école •Mariage, évènements familiaux •Gardes ponctuelles •Auxilliaires familiales

Crédit d’impôt

L’Art de la fugue de J.S Bach James David Christie (États-Unis), orgue John Finney, orgue 16/10 > 20 h 30 / Église-musée des Augustins Concert de clôture Polychoralité Chœur de Chambre Les Éléments Jan Willem Jansen, grand orgue Joël Suhubiette, direction 17/10 > 20 h 30 Cathédrale Saint-Étienne Spectacle musical jeune public Frédéric Naud, conteur Jeanne Videau, accordéon Baptiste Genniaux, orgue création 2010 9/10 > 11 h Église-musée des Augustins 13, 16/10 > 15 h

Concerts du Midi, conférences, journées région et bien d’autres rendez-vous à Toulouse et en Midi-Pyrénées

www.toulouse-les-orgues.org Renseignements / Locations 05 61 33 76 87 Concerts gratuits, tarifs de 6 € à 35 €, deux formules d’abonnement 10 € jeunes - de 26 ans et demandeurs d’emploi.

Toulouse Sud

contactstoulousesud@babychou. com Tél : 05 61 82 86 92 et 06 82 44 75 28

Toulouse Nord

contacts31toulousenord@babychou.com Tél : 05 67 31 45 41 et 06 74 51 90 98

www.babychou.com


40 agenda - jeune public

Septembre

De 6 m. à 4 ans [Marionnettes]

De 3 à 5 ans [Conte]

Du 13 au 19/09

Lapidoux

Œuvres contées

Voir sem. du 13 au 19/09.

Douyou Démone conte « Fauve qui peut ! » et entraîne les petits dans un monde imaginaire.

De 6 m. à 4 ans [Marionnettes] Lapidoux

Un jeune lapin aventurier sort de son terrier pour la première fois et découvre le « dehors ». Que de surprises dans ce monde. Mer. à 11h – 4.50 à 6€ - TH. DE LA VIOLETTE 05 61 73 18 51

De 3 à 5 ans [Conte] Œuvres contées

Mer. à 11h – 4.50 à 6€ - TH. DE LA VIOLETTE 05 61 73 18 51

Dès 5 ans [Théâtre] Un cadeau pour Lola Voir sem. du 13 au 19/09. Mer. et sam. à 15h – 6€ - TH. DU GRAND ROND 05 61 62 14 85

Dès 3 ans [Théâtre]

Dès 6 ans [Visite]

De 5 à 9 ans [Conte]

Mer. à 16h – grat. – MEDIATHEQUE JOSE CABANIS 05 62 27 40 00

Dès 5 ans [Théâtre]

Un cadeau pour Lola Pour décrire à son assistant muet le cadeau AP 57x165_AP Augustins 07/09/10 17:35 Page1 qu’il voudrait pour sa fille, Mr Bémolle dessine ses idées sur une toile... Mer. et sam. à 15h – 6€ - TH. DU GRAND ROND 05 61 62 14 85

Dès 3 ans [Théâtre]

A l’ombre de mon soleil Accompagné de son petit accordéon, pOm’ présente « La valse du papillon » ou l’histoire d’un anniversaire oublié... Mer. et sam. à 15h30 – 5€ - TH. FIL A PLOMB 05 62 30 99 77

Dès 6 ans [Ciné-concert]

Contes vagabonds Voir sem. du 13 au 19/09. Sam. à 15h30 – nc – BIBLIOTHEQUE COTE PAVEE 05 61 54 72 91

Dès 8 ans [événement] La balade de Vic La Cie G Bistaki embarque les marcheurs dans un monde loufoque. L’heure du RDV est donnée lors de la rés. (obligatoire). Sam. – grat. – CASTANET, (rdv rue de l’Industrie) 05 62 71 70 40

Dès 6 ans [Conte] Contes pour tous Conte Les âges de la vie par Céline Molinari pour découvrir autrement le musée. Dim. à 15h30 – 3 et 6€ - MUSEE DES AUGUSTINS 05 61 22 39 03

Octobre

Du 27 au 3/10

Le Cameraman Les rendez-vous du dimanche au musée des Augustins

Film d’Edgae Sedgwick avec Buster Keaton présenté sous la forme d’un ciné-concert interactif. Par la Cie Arniphone.

De 6 m. à 4 ans [Marionnettes]

Ven. à 20h – 3 à 12€ - CINEMATHEQUE DE TOULOUSE – 05 62 30 30 10

Voir sem. du 13 au 19/09.

De 5 à 9 ans [Conte] Contes vagabonds

Sibylle vous emmène visiter l’imaginaire des peuples de la Terre : contes africains, tibétains, du Maghreb, d’Europe et d’ailleurs.

CS TOUS PUBLI

Visites en famille, spectacles, histoires d’art, contes ou “visites à croquer”, le musée des Augustins vous donne rendez-vous tous les dimanches à 15h30 pour une activité ouverte à tous les âges.

Lapidoux Mer. à 11h – 4.50 à 6€ - TH. DE LA VIOLETTE 05 61 73 18 51

Dès 3 ans [Th/musique] Blblblb

Sam. à 15h30 – nc – BIBLIOTHEQUE DES MINIMES 05 61 47 91 60

Blblblb, c’est le langage, les exclamations et le nom d’une espèce de farfadétincelle. Un spectacle pour initier les plus petits aux sons et aux instruments.

Dès 6 ans [Cinéma]

Mer. et sam. à 15h – 6€ - TH. DU GRAND ROND 05 61 62 14 85

Azur et Asmar

Dans le cadre de sa thématique « Dis-moi qui je suis », est présentée Azur et Asmar, la dernière réalisation de Michel Ocelot après les Kirikou. Dim. à 15h30 - 3 à 6€ - CINEMATHEQUE DE TOULOUSE – 05 62 30 30 10

Dès 3 ans [Théâtre] A l’ombre de mon soleil Voir sem. du 13 au 19/09. Mer. et sam. à 15h30 – 5€ - TH. FIL A PLOMB 05 62 30 99 77

Du 20 au 26/09

Dès 8 ans [Spectacle]

Dès 4 ans [Contes/chansons]

Spectacle poétique du groupe Zur, la métamorphose d’un paysage via des projections d’images, des jeux de lumières et des créations sonores. Dans le cadre des Pronomade(s).

A Cloche-Pied fait son cirque Contes en musique autour du cirque. Mer. à 10h30 et 15h30 – 6€ - CENTRE CULT. DES MINIMES – 05 61 22 51 77

Alice mène une vie triste et solitaire jusqu’à ce que le soir de son anniversaire, un cadeau géant posé dans son salon ne vienne bouleverser son quotidien...

Voir sem. du 13 au 19/09.

Mer. à 16h – 3 et 5€ - MUSEE DES AUGUSTINS 05 61 22 39 03

Delphine Raymond, comédienne, conte des histoires en langue des signes alors que des illustrations d’albums sont projetées.

Les cadeaux d’Alice

Sam. à 15h – 6€ - TH. DU PONT NEUF – 05 62 21 51 78

Mer. et sam. à 15h30 – 5€ - TH. FIL A PLOMB 05 62 30 99 77

Heure du conte

Dès 5 ans [Théâtre]

A l’ombre de mon soleil

Douyou Démone conte Toi t’es toi ou moi et entraîne les petits dans un monde imaginaire.

Dès 5 ans [Conte]

Mer. à 11h – 3 et 5€ - MUSEE DES AUGUSTINS 05 61 22 39 03

Horizone – Km Zéro

Ven. et sam. à 19h – 5 et 10€ - ENCAUSSE LES THERMES (rdv au pont des Marroniers) 05 61 79 97 60

Visite en famille Découverte de la collection avec un conférencier et historien d’art. Dim. à 15h30 – 2,50€ - MUSEE DES AUGUSTINS 05 61 22 21 82

Du 4 au 10/10 De 6 m. à 4 ans [Marionnettes] Lapidoux Voir sem. du 13 au 19/09. Mer. à 11h – 4.50 à 6€ 05 61 73 18 51

- TH. DE LA VIOLETTE

De 3 à 4 ans [Visite] à petits pas Visite qui permet aux tout-petits de développer leur sens de l’observation. Mer. à 14h30 – 2,50€ - MUSEE ST-RAYMOND 05 67 73 81 64

De 4 à 9 ans [Théâtre d’ombre] Chair de lune Clara aime la lune et le soir quand le sentiment de solitude l’empêche de dormir, son esprit s’échappe... Mer. à 14h et 16h – 6€ - CENTRE CULT. DES MINIMES 05 61 22 51 77

De 1 à 5 ans [Théâtre] Chiffonnade Voyage poétique entre la douceur des taffetas et la délicatesse des doudous. Un spectacle tendre accessible aux tout-petits. Mer. à 16h – 5€ - SALLE J. BREL, CASTANET 05 62 71 70 44

Dès 3 ans [Th/musique] Blblblb Voir sem. du 27/09 au 3/10. Mer. et sam. à 15h – 6€ - TH. DU GRAND ROND 05 61 62 14 85

Dès 5 ans [Théâtre] Les cadeaux d’Alice Voir sem. du 27/09 au 3/10. Mer. et sam. à 15h – 6€ - TH. DU PONT NEUF 05 62 21 51 78

Dès 5 ans [Théâtre] Crocodéon en sol mineur Deux comédiens marionnettistes, musiciens et conteurs, invitent à une vision poétique de l’étranger et de la différence. Musique et vannerie réalisées en direct. Mer. et sam. à 15h30 – 5€ - TH. FIL A PLOMB 05 62 30 99 77


Contact : Abbaye de Flaran 32310 Valence-sur-baïse Tél. 05 62 28 50 19 Fax 05 62 28 97 76

Abbaye de Flaran

Centre patrimonial départemental

Fondée en 1151 dans la vallée de la Baïse, l’abbaye cistercienne de Flaran (xiie-xviiie siècle) est l’une des mieux préservées du Sud-Ouest de la France. Ce site développe, tout au long de l’année, de nombreuses activités culturelles.

exposition

“Touches et notes de lumières” Du 30 octobre au 2 janvier 2011

sur la Parcours tactile et sonore l’art peinture et la musique de lics moderne destiné à tous pub s et enfants et adultes voyant . non voyants. Création ARTESENS


42 agenda - jeune public

Dès 6 ans [Théâtre] Sur l’eau

Patafil et Patatoile

La Cie les Z’Omni s’empare de cette nouvelle de Maupassant pour une lecture vocalisée complètement déjantée.

Gaston déteste les petites bêtes qui rampent, volent, piquent, grattent... avant de rencontrer le Pr. Patafil, étrange araignée bleue...

Jeu. et ven. à 14h30 – 6 et 8€ - TH. JULES JULIEN 05 61 25 79 92

Dim. à 17h – grat – ECOLE MATERNELLE 7 DENIERS -05 62 73 11 03

De 2 à 6 ans [Marionnettes]

Tout public [Cirque]

Le voyage de Gilou

Roule ton cirque

Adoptée dans un cirque, Gilou la girafe part à la découverte de la savane africaine. Un voyage initiatique interactif (bruitages, percus et ombres chinoises).

Spectacle des Aiguisés, un trio de clowns tranchants qui mêle lancer de couteaux, danse contemporaine, acrobatie, équilibres et potacheries sur un rythme effréné.

Sam. à 10h30 et 16h30 – nc - CENTRE CULT. DES MINIMES – 05 61 22 51 77

Dim. à 17h – grat – L’USINE, TOURNEFEUILLE 05 61 07 45 18

Dès 6 ans [Conte]

Dès 7 ans [Spectacle musical]

Conte pour tous Voyage dans le temps et dans l’espace, un conte présenté par Céline Molinari. Dim. à 15h30 – 3 et 6€ - MUSEE DES AUGUSTINS 05 61 22 39 03

Du 11 au 17/10 De 6 m. à 4 ans [Marionnettes] Lapidoux Mer. à 11h – 4.50 à 6€ - TH. DE LA VIOLETTE 05 61 73 18 51

de la Fontaine

De 4 à 9 ans [Théâtre d’ombres] Chair de lune Voir sem. du 4 au 10/10. Mer. à 14h et 16h – 6€ - CENTRE CULT. DES MINIMES – 05 61 22 51 77

Dès 3 ans [Th/musique] Blblblb Voir sem. du 27/09 au 3/10. Mer. et sam. à 15h – 6€ - TH. DU GRAND ROND 05 61 62 14 85

petits et Grands

se retrouvent dans ce lieu . . .

Mardi 18H Vendredi 17H30 Le plaisir de tracer suit ici

un cheminement naturel

Dès 5 ans [Théâtre] Crocodéon en sol mineur Voir sem. du 4 au 10/10. Mer. et sam. à 15h30 – 5€ 05 62 30 99 77

- TH. FIL A PLOMB

Dès 7 ans [Théâtre]

http://pinceauxdelafontaine.free.fr

Dim. à 17h – 2,50€ - TH. P. ELUARD, CUGNAUX 05 61 76 88 99

Du 18 au 24/10 Chubichaï

Chubichaï, petit bonhomme de terre part à la recherche de sa maman et rencontre des êtres étranges. Par la Cie Le Vent des Forges. Lun. à ven. à 10h et 14h15 (sauf mer. à 10h et 15h) 6 et 9€ - ODYSSUD - 05 61 71 75 53

Mer. à 16h – 5€ - SALLE J. BREL, CASTANET 05 62 71 70 44

De 3 à 8 ans [Concert]

Spectacle musical à partir d’un montage de textes de J. Prévert. Idéal pour une initiation à la sonorité des mots. Sam. à 17h – 4 à 9€ - AUDITORIUM J. CAYROU COLOMIERS – 05 61 15 23 82

Deux narratrices, l’une soutenant les Capulet, l’autre les Montaigu, revisitent Roméo et Juliette. Entre théâtre d’ombres et marionnettes. Sam. et dim. à 15h30 – 4 et 5€ - CENTRE CULT. LE MOULIN, ROQUES/GARONNE - 05 62 20 41 10

Dès 2 ans [Cinéma]

Loulou et autres loups Les tout-petits ont aussi leur mot dire grâce à ces courts métrages d’animation. Dim. à 15h30 - 3 à 6€ - CINEMATHEQUE DE TOULOUSE – 05 62 30 30 10

Tout public [Spectacle] un clown au musée

Les arts de la scène s’invitent au musée des Augustins avec «  Enquête en épigraphie  » par Béatrice Forêt. Dim. à 15h30 – 3 et 6€ - MUSEE DES AUGUSTINS 05 61 22 39 03

Du 25 au 31/10 De 2 à 6 ans [Marionnettes] Le voyage de Gilou Voir sem. du 4 au 10/10. Lun. au sam. à 11h et 15h30 – nc – TH. DU CHIEN BLANC – 05 62 16 24 59

L’habit de saison

Mar. à sam. à 11h et 15h – 6€ - TH. DU GRAND ROND – 05 61 62 14 85

Dès 9 ans [Visite]

Histoire(s) et facéties

L’habit de saison

Rencontre étonnante entre une conférencière facétieuse et une conteuse pince-sans-rire.

Pierre et Vincent nous proposent un répertoire de chansons drôle, vivant et poétique.

Mer. à 14h30 – 3 et 6€ - MUSEE DES AUGUSTINS 05 61 22 39 03

Mer. et sam. à 15h – 6€ - TH. DU GRAND ROND 05 61 62 14 85

Dès 5 ans [Spectacle]

Dès 5 ans [Théâtre]

Petite forme à deux voix

Collages et inventaires

Capulet-Montaigu : match nul !

Voir sem. du 18 au 24/10.

Jeu. à 10h et 14h30, ven. à 14h30 et 20h – 6 et 12€ TNT – 05 34 45 05 05

Sam. à 15h, dim. à 15h30 - 3 à 6€ - CINEMATHEQUE DE TOULOUSE – 05 62 30 30 10

Dès 6 ans [Marionnettes]

C’est l’histoire d’un pied nu qui ne sait quel soulier choisir jusqu’à la rencontre avec une paire de claquettes.

Apetipa

Voir sem. du 4 au 10/10.

Film de Mischa Kamp. L’histoire de Winky Wong, une petite Chinoise tout juste arrivée en Europe. «Ciné-goûter» le samedi.

Sam. à 15h – 6€ - TH. DU PONT NEUF – 05 62 21 51 78

De 3 à 8 ans [Concert]

Chaque jour autour de la table, le père, la mère et l’enfant se retrouvent pour le repas. Les désirs et les non-dits se mélangent et compliquent ce repas que chacun voudrait différent.

Le cheval de Saint-Nicolas

Deux voyageurs s’embarquent dans une aventure inattendue. Par la cie des Petits chemins.

De 1 à 5 ans [Th/danse]

Crocodéon en sol mineur

Dès 8 ans [Lecture-concert] Renseignement et inscription auprès de Jeanne Robin : 06.23.83.16.65

Hervé Suhubiette et les quatre musiciens de Pulcinella s’offrent une relecture originale de Nougaro.

Histoire d’une famille...

Dès 4 ans [Cinéma]

17 rue Jacques Roudil 31300 Toulouse Quartier Saint-Cyprien

Récréations Nougaro

Dès 2 ans [Théâtre]

Voir sem. du 13 au 19/09.

Les Pinceaux

De 4 à 9 ans [Marionnettes]

Mer. et sam. à 15h30 – 5€ - TH. FIL A PLOMB 05 62 30 99 77

Perds pas le fil

Histoire racontée en musique par deux sorcières, avec humour et dérision, durant laquelle des personnages insolites vont se croiser. Mer. à ven. à 10h et 15h – 4 à 6€ - ESPACE ST-CYPRIEN - 05 61 22 27 77

De 2 à 6 ans [Spectacle musical]

De 6 mois à 6 ans [Th/danse]

Catherine Vaniscotte et Agnès Buffet entraînent les tout-petits à la découverte de leur corps et de leur environnement.

Voir sem. du 18 au 24/10.

Je viens avec toi

Mer. au sam. à 10h et 15h – 6€ - TH. DU PONT NEUF – 05 62 21 51 78

Jeu. à 9h30, 10h30 et 15h30 – 4 à 6€ - ESPACE BONNEFOY - 05 67 73 83 62

Dès 6 ans [Marionnettes]

De 3 à 5 ans [Marionnettes]

Voir sem. du 18 au 24/10.

Ainsi font font font…

Des histoires amusantes, des personnages tout doux… les œuvres d’art prennent vie grâce au Théâtre du Chamboulé et à la Cie Rouge les Anges. Sam. à 11h – 3 et 5€ - MUSEE DES AUGUSTINS 05 61 22 39 03

De 6 mois à 6 ans [Th/danse] Je viens avec toi

Capulet-Montaigu : match nul ! Mer. et ven. à 15h30 – 4 et 5€ - CENTRE CULT. LE MOULIN, ROQUES/GARONNE - 05 62 20 41 10

Tout public [Evénement]

Oui Oui et le cadeau surprise à Miniville, Mirou, Potiron Mr Le gendarme et leurs amis préparent dans le plus grand secret l’anniversaire de Oui Oui. Sam. à 14h et 17h – 23 et 30€ - ZENITH DE TOULOUSE – 05 62 73 44 77


Asinerie d’Embazac

Depuis 1997

Elevage d’Anesses laitières

Accueil du public Le Mercredi :

toute l’année de 15h à 18h Mercredi & Jeudi :

les mois de Juillet et Août

> Visite du troupeau, traite des ânesses, dégustation du lait, façonnage des savons Sur rendez-vous :

visite de groupe, scolaires (formule payante)

La cosmétique

au lait d’ânesse

VISITE GRATUITE

Secret de beauté depuis l’antiquité, le lait d’ânesse est idéal pour hydrater et nourrir naturellement votre peau. Toute une gamme de cosmétiques au lait d’ânesse frais à découvrir dans notre Mag’âsin.

Tél.05 62 07 02 10 L’Isle Jourdain - 32600

Retrouvez toutes les infos sur

www.embazac.com

> Le 19 Septembre 2010 <

Accès gratu it

!

NOUV EAUT ÉS 20 PROJ 10 E PLAN CTION E T LES IN ES CARN N 3D SECTE

-

IV

S DU J ORES ARDIN

L'EMOTION GRANDEUR NATURE

À 20 M I n D e M I L L A U

S t- L éon S e n Aveyro n

- Crédit photo : Clément Wurmser - www.macrophotographie.eu

Venez participer à la PAYS’ÂNERIE, une journée complète à la ferme, de 10h à 19h. Repas du midi sur place (13 € sur réservation), nombreuses activités ....

www.micropolis-aveyron.com té l : 0 5 6 5 5 8 5 0 5 0


Pub Kariboo 03 2010.pdf

28/05/10

académie yim wing chun école d’arts martiaux chinois traditionnels

9:38:41

56 stages & ateliers \ jeune public Toute l’année : De 3 à 9 ans [Musique]

enseignement traditionnel

C

M

J

CM

KUNG FU WING CHUN

sifu stéphane serror instructeur diplômé d’état

MJ

CJ

CMJ

ENFANTS ADOS 6-12 ANS 13-17 ANS

Initiation musicale Jeux musicaux adaptés à la maturité de chaque enfant. Les enfants abordent la musique de l’expérimentation sensorielle (corps, voix, instrument) jusqu’au solfège. Se renseigner pour horaires et tarifs - DO RE MI FA SOLEIL, 30 rue Jean Jaurès - 31600 MURET – 05 61 51 50 00

Moins de 3 ans [Musique]

05 61 53 38 89

YIMWINGCHUN@FREE.FR

Se renseigner pour horaires - à partir de 85 e - SOLO ESCALADE, 51 bis route de Bessières – L’Union – 05 34 25 01 45

Initiation artistique

Initiation artistique au théâtre et à la musique par la Cie Plume d’Ours. Découverte des instruments, apprentissage des notions de scène, construction des premiers personnages...

Speak english Ateliers d’éveil à l’anglais avec des méthodes et exercices adaptés à l’âge des enfants (3-4 ans, 5-6 ans, 7-9 ans). En compagnie d’une formatrice native.

De 2 à 14 ans [Animaux]

144, RUE DE L A PROVIDENCE 31500 TOULOUSE

De 4 à 6 ans [Théâtre & Musique]

Se renseigner pour horaires et tarifs - DO RE MI FA SOLEIL, 30 rue Jean Jaurès - 31600 MURET – 05 61 51 50 00

se renseigner pour tarifs et horaires selon activité - ICATENGA, 2 rue Jean Monnet (parc d’activité du Cassé II) – 31240 ST JEAN – 05 34 25 32 31

inscriptions toute l’année

Jeu. à 9 h 30 – n.c. – ZEPLÉGRAOUNDE, 20 bis place Occitane - 31000 TOUL. - 05 62 30 11 80

75 e par trim - renseignements et inscriptions - CIE PLUME D’OURS, Quartier Médiathèque Marengo, 06 63 69 90 66

Tous Publics [Pluridisciplinaire]

À la ferme Une journée complète à la ferme : traite des ânesses, façonnage des savons, etc. Mer. de 15h à 18h - 13 e – Sur réservation PAYS’ANERIE, route de la Goudouvielle - 32600 l’ISLE JOURDAIN

Dès 4 ans [Sport]

Escalade Cours d’escalade pour les petits. Grimper, c’est apprendre à se connaître !

Musicothérapie La musique utilisée de façon active et ludique en tant que soutien thérapeutique. En accompagnement individuel ou collectif.

Les sens du savoir Icatenga est un concept unique situé aux portes de Toulouse. Un espace de 150 m2 pour faire le plein d’activités. Au menu, cours de cuisine, ateliers arts créatifs, dessin, spectacle, cours de langues étrangères (anglais, espagnol, chinois), sport, santé... Un lieu pour échanger et partager.

N

adaptées aux tout-petits : peinture, collage, modelage…

De 3 à 9 ans [Anglais]

Jeu. ou ven. à partir de 17 h en fonction de l’âge – n.c. - ZEPLÉGRAOUNDE, 20 bis place Occitane - 31000 TOUL. - 05 62 30 11 80

De 7 à 12 ans [Théâtre]

Sur les planches A partir de jeux et d’exercices ludiques, approche des différentes techniques du jeu théâtral et construction d’une pièce qui sera jouée en fin d’année. Par la Cie Plume d’Ours. Un samedi par mois - 90 e par trim - renseignements et inscriptions - THEATRE DU CHIEN BLANC, 06 63 69 90 66

De 4 à 9 ans [Théâtre] Atelier théâtre

De 4 à 6 ans - mar. à 17 h De 7 à 9 ans - mar. à 18 h

Tous âges [Cirque]

Atelier cirque Activités au sol : acrobatie, mini trampoline, portés acrobatiques, expression corporelle, danse. Activités aériennes, équilibre sur matériel. Du Lun. au Ven., toute la journée et en soirée – Autour de 200 e l’année - ECOLE DE CIRQUE PEP’S, Gymnase des prés, chemin des prés – 31700 Blagnac – 05 61 44 79 68

De 5 à 12 ans [Arts plastiques]

Atelier dessin et peinture à partir d’une œuvre qui change à chaque séance, les enfants apprennent des techniques de l’art plastique. Mer. de 9h15 à 12h30 et Sam. de 9h30 à 12h30 – A partir de 32 e - LE GRIBOUILLARD, 48 avenue Léon Blum – 31500 TOUL. – 09 54 45 18 29

De 6 à 15 ans [Arts plastiques]

Atelier d’apprentissage de l’art Cours hebdomadaires et stages mensuels (une fois par mois le samedi après-midi) d’initiation aux techniques de l’art plastique. Mer. de à et de à Sam. de à - Inscription jusqu’au 12 Septembre - A partir de 90 e - FJEPS, 13 avenue du parc – 31700 BLAGNAC - 05 61 71 43 81

De 7 à 13 ans [Théâtre]

Cours de théâtre Travail sur une pièce, apprentissage de la scène, formation d’une troupe.

De 2 à 3 ans [Arts plastiques]

Mise en scène, expression corporelle et vocale, initiation aux décors…

Atelier de loisirs créatifs Apprentissage de différentes disciplines

Trimestre soit 10 séances/80e – ZEPLÉGRAOUNDE, 20 bis place Occitane - 31000 TOUL. - 05 62 30 11 80

Septembre

Octobre

06, 13, 20/10

01, 08, 22, 29/09

02 et 03/10

De 3 à 14 ans [Jeu/Atelier créatif]

Très jeune public [Arts plastiques]

De 3 à 14 ans [Jeu/Atelier Créatif]

Mer. de 14h à 18h – grat - C. commercial Grand Portet (Carrefour), Entrée 2 et 3 de la galerie marchande, bd de l’Europe – 31127 Portetsur-Garonne – 05 61 72 85 72

Sam. à 14h30 – Rés. oblig. – 4,60 e - MUSEE SAINT RAYMOND, Place Saint-Sernin - 31000 TOUL. - 05 67 73 81 64

L’écologie est un jeu ! Éducation au développement durable. Fabrication de girouette, densimètre, horloge, bricolage en carton et autres outils. Jeux divers.

06, 13, 20, 27/09 De 4 à 9 ans [Musique]

Réveillons l’Occitanie ! Ateliers d’éveil, d’initiation au chant, à la danse et aux instruments de la musique occitane (violon, cornemuse, vieille à roue, accordéon diatonique). Tous les mercredis – Centre Occitan de Musiques et Danses Traditionnelles, 5 rue du pont de Tounis – 31000 TOUL. – 05 34 51 28 38

Autoportrait imaginaire Laure Giraudeau, artiste plasticienne fait découvrir aux plus jeunes la technique du modelage.

04, 11, 18, 25/10 De 6 à 12 ans [Théâtre]

Tous en Scène ! Pratique du théâtre : exercice sur la voix, improvisations, jeux de rôles, écriture d’histoire. Création et mise en scène, écriture de sketchs, interprétation. Tous les lundis de 17h à 18h30 – CENTRE CULTUREL LES MINIMES, 23, impasse Sappho 31000 TOUL. – 06 10 44 08 11

22/09

06/10

Tous âges [Arts plastiques]

De 10 à 18 ans [Théâtre]

Histoire de l’art Découverte des jeux et des jouets des enfants grecs et romains de l’Antiquité. Mer. à 14h - Rés. oblig. – 4, 60 e - MUSEE SAINT RAYMOND, Place Saint-Sernin - 31000 TOUL. 05 67 73 81 64

30/09 De 1 à 3 ans [Gym]

parcours aériens Parcours gymnastiques aériens : trapèze, échelles suspendues, échelles de cordes. Jeu. de 15h45 à 17h - 12 e – MY GYM, 21 rue de l’Industrie - 31000 TOUL. - 05 34 26 17 50

Sur les planches Ateliers Jeune-Théâtre de création, cours de théâtre, formation de l’acteur. Mer. de 14h à 16h, de 16h à 18h – 160 e THEATRE JULES JULIEN, 6 avenue des écoles Jules Julien – 31400 TOUL. – 05 61 25 79 92

8 à 12 ans [Environnemment]

Un monde solidaire Animation sur le thème de la diversité culturelle et de l’alimentation dans le monde proposée par Terra Via via le grand jeu du loto équitable. Jeu suivi d’un goûter équitable. Mer. de 14h à 16h30 - grat. sur réservation préalable - MAISON DE L’ENVIRONNEMENT, 14 rue de Tivoli - 31068 TOULOUSE - 05 34 31 97 00

Mer. de 17h à 18h30 – ECOLE DE THEATRE FITE, 7 rue Etienne Dolet – 31500 TOUL. - 05 62 16 00 78

Eco-citoyen : quels gestes adopter ? Parcours éco-citoyen pour s’initier à l’écologie. Atelier bricolage : fabrication d’une horloge éco-citoyenne. Mer. de 14h à 18h – grat - Centre commercial Grand Portet (Carrefour), Entrée 2 et 3 de la galerie marchande, Boulevard de l’Europe – 31127 Portet-sur-Garonne – 05 61 72 85 72

08, 15, 22, 29/10 De 6 à 12 ans [Marionnette]

Spectacle vivant Fabrication de marionnettes en tissu, création de personnages, base techniques de la manipulation, création de spectacle... Tous les ven. de 17h à 18h30 et de 18h30 à 20h - MJC CROIX DAURADE, 141 chemin de Nicol 31200 TOUL. – 05 61 48 64 03

13/10 8 à 12 ans [Environnemment]

Sur le fil du commerce équitable Animation sur le thème des filières de production proposée par Terra Via via le grand jeu Défis sans frontières. Jeu suivi d’un goûter équitable. Mer. de 14h à 16h30 - grat. sur réservation préalable - MAISON DE L’ENVIRONNEMENT, 14 rue de Tivoli - 31068 TOULOUSE - 05 34 31 97 00

16/10 et 06/11 Dès 7 ans [Arts plastiques]

L’atelier des petits artistes Fil de fer et entrechats, exploration sur le


thème du volume. Sam. de 14h30 à 16h – 10 e - MUSEE DES AUGUSTINS, 21 rue de Metz - 31000 TOUL. 05 61 22 39 03

20/10 8 à 12 ans [Environnemment]

Du producteur au consommateur Animation sur le thème des rôles producteur / commerçant / consommateur, avec le grand jeu de rôle grandeur nature du Marché des producteurs. Jeu suivi d’un goûter équitable. Mer. de 14h à 16h - grat. sur réservation préalable - MAISON DE L’ENVIRONNEMENT, 14 rue de Tivoli - 31068 TOULOUSE - 05 34 31 97 00

21/10 De 1 à 3 ans [Gym]

Le meilleur de My Gym Pratique sportive dans les airs : échelles suspendues, trapèzes, échelles de cordes.

25, 26 et 27/10 De 6 à 11 ans [Arts plastiques]

Aventuriers de l’art Stage d’art plastique sur le thème de l’image. Lun., Mar. et Mer. toute la journée – 30 e - MUSEE DES AUGUSTINS, 21 rue de Metz - 31000 TOUL. – 05 61 22 39 03

26/10 De 4 à 9 ans [Gym]

Detective’Gym Enigmes et enquêtes ! Les enfants doivent déjouer des pièges. Une aventure physique et cérébrale ! Jeux, parcours, ateliers… Mar. de 14h à 17h – Res. Oblig. - MY GYM TOUL., 21 rue de l’industrie – 31000 TOUL. – 05 34 26 17 50 - & - MY GYM BEAUZ., 64 route de Grenade, 317000 Beauzelle – 05 61 26 37 16

De 11 à 14 ans [Danse et théâtre]

Michael Jackson Les enfants choisissent un hit du King of Pop et créent une pièce de théâtre basée sur la chanson.

Jeu. De 15h45 à 17h – Res. Oblig. - 12 e – MY GYM TOUL., 21 rue de l’industrie – 31000 TOUL. – 05 34 26 17 50 - & - MY GYM BEAUZ., 64 route de Grenade, 317000 Beauzelle – 05 61 26 37 16

Mar. de 9h30 à 12h – 22 e – HAPPY MOMES, 8 bis rue du Couderc – 31770 COLOMIERS 06 18 92 06 31

23/10

26, 28/10

Dès 8 ans [Musique]

De 3 à 9 ans [Musique]

Chanter en chœur en famille Découverte du théâtre, apprentissage du chant en chœur autour de La Bohème. Sam. à 17h – Sur inscription – THEATRE DU CAPITOLE – 31000 TOUL. – 05 61 63 13 13

Dansez maintenant Guidé par une ancienne étoile du ballet du Capitole, utilise ton corps pour former les lettres, des mots et explorer les opposés.

25 au 27/10

Mar. de 14h à 15h30, Mer. et Jeu. de 14h à 16 h - 18 e – HAPPY MOMES, 8 bis rue du Couderc – 31770 COLOMIERS - 06 18 92 06 31

De 4 à 6 ans [Théâtre & Musique] De 7 à 12 ans [Théâtre]

27/10

Initiation artistique Initiation artistique au théâtre et à la musique (pour les 4 à 6 ans) de 10h30 à 12h. Initiation à la création théâtrale (pour les 7 à 12 ans) autour du thème «Burlesque, absurde et... personnage !» de 14h à 16h. Par la Cie Plume d’Ours. Lun. au mer. - 36 e - renseignements et inscriptions - CIE PLUME D’OURS, Quartier Médiathèque Marengo, 06 63 69 90 66

25/10 De 11 à 14 ans [Arts plastiques]

Sculpture en argile Ferme tes yeux et laisse-toi inspirer ! Atelier de sculpture en argile. Lun. de 14h à 16h30 – 22 e – HAPPY MOMES, 8 bis rue du Couderc – 31770 COLOMIERS 06 18 92 06 31

25, 27/10 De 7 à 9 ans [Carnaval]

Carnaval des animaux Inspiré par la musique de Saint Saens imite les mouvements des animaux et fabrique un masque de ton animal préféré. Lun. de 9h30 à 12h et Mer. de 9h30 à 12h – 22 e – HAPPY MOMES, 8 bis rue du Couderc – 31770 COLOMIERS - 06 18 92 06 31

25/10 et 02/11 De 4 à 9 ans [Gym]

Halloween Sorcières, citrouilles, gnomes, lutins. Il faudra être déguisé pour entrer dans le monde mystérieux des créatures imaginaires. Jeux, parcours, ateliers… Lun. et Ven. de 14h à 17h – Res. Oblig. - MY GYM TOUL., 21 rue de l’industrie – 31000 TOUL. – 05 34 26 17 50 - & - MY GYM BEAUZ., 64 route de Grenade, 317000 Beauzelle – 05 61 26 37 16

Tous âges [Arts plastiques]

Mosaïque Les enfants s’initient à la technique de la mosaïque antique. Mer. à 14h - Rés. oblig. – 4, 60 e - MUSEE SAINT RAYMOND, Place Saint-Sernin - 31000 TOUL. 05 67 73 81 64

De 8 à 12 ans [Cinéma]

Grattage de pellicule Aperçu de la technique du grattage de pellicule, extraits de films, manipulation de la pellicule. Recréation de films. Mer. de 14h à 17h - 15 e – LA CINEMATHEQUE DE TOUL., 69 rue du Taur – 31000 TOUL. 05 62 30 30 10

27 au 29/10 5 à 7 ans & 7 à 10 ans [Arts plastiques]

Stage Vacances Ateliers-stages sur 3 après-midi consécutives qui proposent aux enfants une démarche contemporaine liée à l’actualité des Abattoirs. Avec une artiste médiatrice, ils élaborent un travail créatif de la conception à la réalisation.

De 5 à 7 ans [Musique]

C’est dans tes cordes ! Bricoler en se cultivant : atelier de découverte et d’initiation à l’artisanat des fabricants d’instruments de musique. Jeu. de 9h30 à 12h – 22 e – HAPPY MOMES, 8 bis rue du Couderc – 31770 COLOMIERS 06 18 92 06 31

De 4 à 9 ans [Gym]

L’île au trésor Pirates et marins d’eau douce embarquent sur le navire My Gym à la recherche de l’île au trésor. Sauront-ils naviguer contre vents et marées ? Jeux, parcours, ateliers… Jeu. de 14h à 17h - Res. Oblig. - MY GYM TOUL., 21 rue de l’industrie – 31000 TOUL. – 05 34 26 17 50 - & - MY GYM BEAUZ., 64 route de Grenade, 317000 Beauzelle – 05 61 26 37 16

29/10 De 4 à 9 ans [Gym]

Spectacle de cirque My Gym fait son cirque. Tour à tour trapézistes, acrobates, équilibristes, jongleurs, clowns, nos artistes en herbe envahissent la piste pour décrocher les étoiles. Jeux, parcours, ateliers… Jeu. de 14h à 17h - Res. Oblig. - MY GYM TOUL., 21 rue de l’industrie – 31000 TOUL. – 05 34 26 17 50 - & - MY GYM BEAUZ., 64 route de Grenade, 317000 Beauzelle – 05 61 26 37 16

De 3 à 5 ans & de 4 à 7 ans [Musique]

Comptines classiques Atelier découverte des comptines classiques (chansons et gestes) de l’Angleterre et du monde anglophone. Jeu. de 10h à 11h30 (3 à 5 ans) - 14 e - et Sam. 14h à 16h (4 à 7 ans) – 22 e – HAPPY MOMES, 8 bis rue du Couderc – 31770 COLOMIERS 06 18 92 06 31

De 8 à 11 ans [Musique]

Faites du bruit Maracas, pince ballon ou tambourine vient fabriquer ton propre instrument et fait du bruit avec nous ! Ven. de 14h à 16h30 – 22 e – HAPPY MOMES, 8 bis rue du Couderc – 31770 COLOMIERS 06 18 92 06 31

25, 26, 27/10 et 01, 02 et 03/11 De 4 à 7 ans & Dès 8 ans [Sport]

Escalade Stages d’escalade (de 4 à 7 ans) en salle pour les petits, ludiques et sécurisés. Stages d’escalade en salle tous niveaux (dès 8 ans), pour escalader en s’amusant au travers de toute une série de jeux de grimpe. Matériel fourni. Lun., Mar. et Mer. de 10h30 à 12h (4 à 7 ans - 30 e) et de 14h à 17 h (dès 8 ans - 54 e) - SOLO ESCALADE, 51 bis route de Bessières – L’Union – 05 34 25 01 45

30/10 Tous âges [Musique et sport]

De 15h à 17h - Rés. oblig. – 15 e les 3 jours MUSEE LES ABATTOIRS, 76 allées Charles de Fitte - 31300 TOULOUSE - 05 62 48 58 00

Cirque et musique du monde Ateliers découverte du cirque, initiation aux percussions brésiliennes, contes africains.

28/10

Sam. de 14h à 20h – 8, 10, 12 e – ESPACE SPORTIF DU BAZACLE, 1 impasse du ramier des Catalans – 31000 TOUL. – 05 82 75 16 24

De 1 à 3 ans et demi [Gym]

De 7 à 8 ans [Musique]

Jeu. de 10h à 11h30 - Res. Oblig. - MY GYM TOUL., 21 rue de l’industrie – 31000 TOUL. – 05 34 26 17 50 - & - MY GYM BEAUZ., 64 route de Grenade, 317000 Beauzelle – 05 61 26 37 16

Sam. de 9h30 à 12h – 22 e – HAPPY MOMES, 8 bis rue du Couderc – 31770 COLOMIERS 06 18 92 06 31

La fête des citrouilles Une fête d’Halloween, où seuls sont admis les fées et les enchanteurs. Emerveillement garanti.

Fabrication d’instruments de musique Apprendre à jouer de la musique ? Non, mieux ! A fabriquer sa propre guitare et son propre saxophone.


46 plan rapproché

© Vincent Boutin

Depuis presque deux ans, Patrice Depommier parcourt la région dans une drôle de roulotte remplie de « grimoires, tambouilles et autres bidules ». Initiative unique en France, l’Auberge des Légendes propose une autre façon de vivre les livres et les histoires.

Conteur tout-terrain Quelques dates Du 15 au 19.09 : le Puy-en Velay - le Roi de l’Oiseau, le plus grand festival Renaissance de France Samedi 9.10 : Toulouse, place du Capitole - Lo Mercat d’Occitania Dimanche 17.10 : Villefranche-de-Lauragais - Lo Mercat d’Occitania Dimanche 12.12 : Marché de Noël de Saint-Alban Dates des marchés en région MidiPyrénées sur www.auberge-des-legendes.com

Les coups de cœur lecture de l’Auberge La Bible des fées de Teresa Moorey et Antonia Leibovici, éd. Trédaniel. Des descriptions détaillées et de belles illustrations présentent plus d’une centaine de fées. À la recherche de Féerie d’Erlé Ferronnière et Jean-Baptiste Monge, éd. Au bord des continents. Un manuscrit, des notes, un témoignage et des illustrations fabuleuses font entendre, au fil des mots, le tintement des grelots cher aux auteurs et eff leurer le monde de la féerie. Comptines du soir contes traditionnels, Thomas Lemaître et Jean-Philippe Gauthier, éd. Tana. Une boîte à musique accompagnée de 45 cartes-contes illustrées. On peut au choix lire le conte au recto regarder le verso et laisser vagabonder son imagination.

«

A

ttention à ne pas tirer trop fort sur les livres que vous voulez feuilleter ; vous risquez de faire tomber les lutins qui les tiennent ou les petites fées cachées derrière  ». C’est la seule consigne que l’on reçoit quand on franchit le seuil de l’Auberge des Légendes. Dans cette librairie nomade conçue autour du conte, personne ne vous fera les gros yeux si vous partagez votre passion pour un livre avec un peu trop d’enthousiasme et de décibels, pas plus que vous ne vous ferez gronder si vous ne reposez pas un recueil à sa place. « Il n’y a pas d’annotations sur les étagères ; chacun prend et repose les livres où il veut. C’est une manière de donner envie aux gens de manipuler les ouvrages et de leur faire comprendre qu’ils en ont le droit. Dans beaucoup de librairies – pas toutes, heureusement –, il faut parler tout bas, éviter de toucher. Un des objectifs de l’Auberge, c’est de faire tomber le livre de son piédestal », explique Patrice Depommier, dans une tenue peu habituelle pour un libraire, chemise de Sinbad le marin et foulard de pirate sur le front. « Le fait d’être costumé permet aussi d’interpeller les gens, d’introduire quelque chose de l’ordre du jeu que l’on trouve rarement en librairie. Faire vivre le livre, c’est théâtral ». En 2006, après une douzaine d’années passées sur l’île de la Réunion où il apprend le métier avant de devenir directeur de trois librairies, il rentre dans le Tarn, son pays d’origine, avec une idée en tête : proposer une autre façon de vivre le livre. « Plutôt que d’attendre les gens, j’avais envie d’aller vers eux. L’Auberge se place dans la tradition des colporteurs qui non seulement vendaient des ouvrages, mais diffusaient aussi des nouvelles et des légendes ». Parmi les dix-huit libraires ambulants de France, il est le seul à se déplacer en roulotte. Une roulotte en bois nommée Charlotte et construite sur mesure par un menuisier-ébéniste de la région. Un aspect qui n’a pas suffi à séduire d’emblée les investisseurs. Avant de lancer son Auberge sur les routes, Patrice Depommier a dû s’armer d’une bonne dose de persévérance et trouver ses « business angels ruraux », en l’occurrence IES (Initiatives pour une Économie Solidaire) et Créer Boutiques de Gestion. « Dans une banque, on m’a suggéré d’ouvrir une boulangerie sous prétexte que tout le monde a besoin de pain. Mais les livres,

on en a besoin aussi ! Je ne suis pas naïf. Je suis bien conscient des réalités économiques mais quand on a un projet comme celui-là, il faut absolument y croire pour que les choses se fassent ». Depuis novembre 2008, il sillonne les routes de la région Midi-Pyrénées et va à la rencontre de ceux qui ne vont pas naturellement vers les livres. « Je reçois parfois des gens qui n’ont jamais mis les pieds dans une librairie parce que, pour eux, la culture avec un grand C n’est pas abordable. Je leur explique que tous les livres qui sont ici sont importants, même ceux qui parlent de Blanche-Neige, de Cendrillon ou du Petit soldat de plomb ». Sur les rayonnages de l’Auberge, il y a des contes d’Afrique, des histoires de princesse et de loup (végétarien), des aventures de chevaliers et d’elfes, des livres consacrés à la culture celtique, d’autres à l’Occitanie – « un pays qui permet aussi de s’évader et que les gens ont envie de redécouvrir  ». De quoi ravir les plus jeunes et réveiller la part d’enfance qui demeure chez les plus grands. « Les enfants sont dans l’imaginaire, ils acceptent très facilement les histoires. Les adultes, eux, ont besoin d’être un peu aidés. Pour beaucoup de gens, devenir adulte, cela signifie passer une étape qui fait que l’on devient sérieux et que l’on oublie complètement l’enfant qu’on a été. Bien sûr, il y a la crise, le chômage mais à un moment ou un autre, il faut renouer avec une part d’imaginaire ». Entre son nid de fées, ses pattes d’ogre (en bois) et les membres du Petit Peuple qui décorent ses murs, l’Auberge est un espace à part, une parenthèse où les visiteurs oublient les préoccupations du quotidien et prennent le temps. Le temps de s’assoir, de se plonger dans un conte ou même de partager leur histoire personnelle : l’histoire de l’Auberge fourmille déjà de dizaines d’anecdotes et de rencontres qui ne se seraient certainement jamais produites sans elle. « J’aime me dire que l’on n’est pas obligé de se satisfaire de ce que l’on nous présente comme modèle et qu’on a le droit de rêver d’autre chose », conclut le capitaine de la roulotte. Aujourd’hui pirate, demain chevalier, Leprechaun*, coccinelle ou dragon – à vous de voir lequel d’entre eux vous accueillera quand vous visiterez l’Auberge… \ Cécile Maury \ * petite créature féérique issue du floklore irlandais


Renseignements : Conseil Général des Hautes-Pyrénées - www.cg65.fr Abbaye de l’Escaladieu - Bonnemazon - 05 62 39 16 97 Tarifs : plein tarif : 10 euros - groupe (à partir de 10 pers.) : 8 euros tarif réduit : 6 euros (étudiants*, groupes scolaires) gratuité : enfants moins de 10 ans, personnes handicapées*, demandeurs d'emploi*, pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle, groupes scolaires des collèges publics des Hautes-Pyrénées * sur justificatif

Itinéraire : 27 km de Tarbes - autoroute A64 sorties Lannemezan (16), Capvern (15) ou Tournay (14) puis itinéraire fléché

Itinéraire culturel du Conseil de l’Europe

MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET EUROPÉENNES

Ambassade de Slovaquie en France

Abbaye et Sites Cisterciens d'Europe


Kariboo Magazine n°36 - septembre octobre 2010