Page 1

GUERSCHON YABUSELE COUPE DE FRANCE 2018 BILAN NM3

LE MINIBASKET À L’HONNEUR N°846 - MAI2018 - WWW.FFBB.COM


GUERSCHON YABUSELE >

"JE SUIS PRESSÉ DE JOUER AVEC BORIS DIAW" Propos recueillis par Emmanuel Laurin, à Portland

Après sa première titularisation le 14 mars dernier face à Washington, Guerschon Yabusele a connu un temps de jeu en hausse au mois d’avril, profitant des multiples blessures ayant décimé l’effectif des Celtics. Après un an en Chine, l’ancien joueur de Roanne et Rouen a découvert l’univers de la NBA principalement depuis le banc de touche.

FIBA / Ciamillo-Castoria / De Massis

Que pouvez-vous retirer de ces matches en G-League ? J’ai eu la chance de pouvoir aller un peu en G-League pour pouvoir travailler et pour rester en forme plutôt que de rester ici et de ne pas trop jouer. C’est la décision qui a été prise et je pense que c’était bien pour moi. Je suis revenu en forme et on m’a rappelé pour faire un match en tant que titulaire. C’est plutôt positif et ensuite je suis resté avec l’équipe jusqu’à la fin de saison. Vous avez été titularisé pour la première fois de votre carrière le 14 mars

26 BASKETBALLMAGAZINE

Lecocq / FFBB

Vous avez fait beaucoup d’allersretours avec la G-League dans le Maine et vous avez terminé dans la rotation des Celtics, comment qualifierez-vous votre première saison NBA : apprentissage compliqué ou processus normal ? Exactement, ça a toujours été comme ça. On a eu des rookies avant moi qui n'ont pas forcément fait beaucoup de matches mais qui ont aussi eu l'occasion de débuter ou de jouer quelques minutes. Ça se fait souvent en cours de saison avec les blessures, donc il faut rester prêt et rester positif.

dernier face à Washington, quelles sensations avez-vous ressenti ? J'ai eu de bonnes sensations. J'essaie de faire le moins d'erreurs possibles, comme je disais, et être bon en défense, je pense que c'est la clé pour moi. J'ai fait les

passes quand il fallait et j'ai scoré quand il fallait. Et puis, j'essaie d'être agressif. C'était un match positif pour moi. Vous êtes un peu coincé entre deux chaises si on peut dire : dominant en

MAI2018 27


GUERSCHON YABUSELE >

"JE SUIS PRESSÉ DE JOUER AVEC BORIS DIAW" Propos recueillis par Emmanuel Laurin, à Portland

Après sa première titularisation le 14 mars dernier face à Washington, Guerschon Yabusele a connu un temps de jeu en hausse au mois d’avril, profitant des multiples blessures ayant décimé l’effectif des Celtics. Après un an en Chine, l’ancien joueur de Roanne et Rouen a découvert l’univers de la NBA principalement depuis le banc de touche.

FIBA / Ciamillo-Castoria / De Massis

Que pouvez-vous retirer de ces matches en G-League ? J’ai eu la chance de pouvoir aller un peu en G-League pour pouvoir travailler et pour rester en forme plutôt que de rester ici et de ne pas trop jouer. C’est la décision qui a été prise et je pense que c’était bien pour moi. Je suis revenu en forme et on m’a rappelé pour faire un match en tant que titulaire. C’est plutôt positif et ensuite je suis resté avec l’équipe jusqu’à la fin de saison. Vous avez été titularisé pour la première fois de votre carrière le 14 mars

26 BASKETBALLMAGAZINE

Lecocq / FFBB

Vous avez fait beaucoup d’allersretours avec la G-League dans le Maine et vous avez terminé dans la rotation des Celtics, comment qualifierez-vous votre première saison NBA : apprentissage compliqué ou processus normal ? Exactement, ça a toujours été comme ça. On a eu des rookies avant moi qui n'ont pas forcément fait beaucoup de matches mais qui ont aussi eu l'occasion de débuter ou de jouer quelques minutes. Ça se fait souvent en cours de saison avec les blessures, donc il faut rester prêt et rester positif.

dernier face à Washington, quelles sensations avez-vous ressenti ? J'ai eu de bonnes sensations. J'essaie de faire le moins d'erreurs possibles, comme je disais, et être bon en défense, je pense que c'est la clé pour moi. J'ai fait les

passes quand il fallait et j'ai scoré quand il fallait. Et puis, j'essaie d'être agressif. C'était un match positif pour moi. Vous êtes un peu coincé entre deux chaises si on peut dire : dominant en

MAI2018 27


En quoi cette expérience vous a-t-elle aidé dans votre parcours ? Elle m’a aidé bien sûr ! Le fait d'être agressif en attaque. Souvent, on me donnait la balle là-bas et je devais créer le jeu. L'activité en défense. L'énergie. Être dans un autre pays en tant qu'étranger, c'était une belle expérience aussi. Ça m'a vraiment beaucoup aidé à être plus mature, ça m'a beaucoup servi. Edwin Jackson y a évolué avant de quitter son équipe en cours de saison. Le statut d’étranger est-il vraiment particulier en Chine ? On peut dire ça. Moi, j'avais déjà joué deux saisons en France, en Pro A et en Pro B. Cette pression, je la ressentais moins car je savais ce qu'il fallait que j'apporte. J'étais plutôt relax à chaque match. Mais c'est vrai que si on te laisse 2-3 matches, et tu fais 2-3 mauvais matches, tu rentres chez toi. Tu es sur un siège éjectable. Il faut rester prêt par rapport à ça et performer chaque soir.

USA Today Sports / Presse Sports

G-League (20 points, 6 rebonds) mais bloqué en NBA, que faire pour passer le cap définitivement ?

Vous aviez pris tout le monde à revers en partant évoluer en Chine l’an passé, mais ce n’est plus aussi atypique que ça…

ça ouvre d'autres perspectives. Ce n'est

Je dois faire le moins d’erreurs possibles, rester le plus concentré possible et amener de l’énergie tout le temps sur le terrain, vraiment être à 200%. Et donner plus que tout le monde.

Ça devient de plus en plus normal effectivement. Ça ouvre des portes à d'autres joueurs. Pour ceux qui pensaient que tu pouvais aller qu'en France avant la NBA,

toute ligue est bonne à prendre, il suffit

Quel discours vous tient votre coaching staff sur votre place dans la rotation ? Comment vous sentez-vous dans ce collectif celte ? Je me sens vraiment à l'aise. J'ai un peu cette particularité, c'est que je peux scorer mais quand j'ai la balle, je ne pense pas forcément à scorer directement et c'est ce qu'ils aiment bien justement, que je cherche la passe et que j'essaie de trouver le gars ouvert. Je sais que si je suis ouvert, je vais prendre le shoot mais je sais aussi que si le défenseur vient, un autre joueur sera ouvert. Ils aiment bien mon jeu de passe.

28 BASKETBALLMAGAZINE

pas que moi mais je suis content d'avoir ouvert quelque chose comme ça. Car d'y aller et de travailler. Pour atteindre ton but, il faut parfois passer par des chemins sinueux.

“TOUTE LIGUE EST BONNE À PRENDRE, IL SUFFIT D'Y ALLER ET DE TRAVAILLER. POUR ATTEINDRE TON BUT, IL FAUT PARFOIS PASSER PAR DES CHEMINS SINUEUX.”

Peut-on dire que vous apprenez la patience cette année ? Oui, exactement. C'est ma première année, c'est une année où j'observe, où j'essaie de voir comment c'est pour être prêt pour l'année prochaine. Moi, je suis là et j'attends mon tour. Vous n’avez plus porté le maillot Bleu depuis 2014, cela vous manque-t-il ? Ça fait un moment oui. L'été passé, je voulais y aller mais je n'ai pas pu à cause d'opérations sur mes deux chevilles. Mais l'Équipe de France est toujours un de mes objectifs et c'est toujours une fierté de représenter le pays. J'irai direct, et avec plaisir, quand on m'appellera. Avez-vous pu suivre les matches de l’EdF pour les qualifications à la Coupe du Monde 2019 ? Avez-vous eu des retours de vos amis qui jouaient ? J'ai regardé un peu, j'ai vu comment ils se débrouillaient plutôt bien dans les

Sabrie Gilles

matches qu'ils ont gagné. Je n'ai pas eu de retour en particulier. J'étais content de suivre ça et ça m'a vraiment donné envie de faire partie de cette équipe. J'attends et j'espère être sélectionné bientôt. De quels joueurs des Bleus êtes-vous le plus proche ? Ce n'est pas de ma génération mais je suis proche de Mam Jaiteh, avec qui j'avais fait les U20 avec un an d'avance. Il y avait aussi Alain Koffi avec qui j'ai joué quand j'étais à Rouen. Je sais qu'il y avait aussi Boris Diaw. Je suis pressé en fait, car j'aimerais bien jouer avec lui et lui parler, lui demander des conseils. Mais il y aussi d'autres gars contre qui j'ai déjà joué, on a une très bonne équipe. Vous avez effectivement un profil d’intérieur passeur comme Boris Diaw,

avez-vous suivi sa carrière ou étudié son jeu en particulier ? Oui, oui. Car il a tout de même fait une grande carrière en NBA. Je pense pouvoir jouer point forward également. Et tout le monde n'en dit que du bien, sur son intelligence de jeu, sur ses passes, de jouer comme il joue. C'est vraiment impressionnant et il y a beaucoup de choses à apprendre. Avez-vous pu discuter avec les Celtics des fenêtres internationales de juin et septembre prochains ? Pas encore. Franchement, on n'est pas encore entré dans ce sujet-là. On essaie encore de voir comment ça va se passer. Je sais qu'ils en ont déjà discuté avec mon agent et que c'est quelque chose qu'on va voir en fonction de la fin de saison.

MAI2018 29


En quoi cette expérience vous a-t-elle aidé dans votre parcours ? Elle m’a aidé bien sûr ! Le fait d'être agressif en attaque. Souvent, on me donnait la balle là-bas et je devais créer le jeu. L'activité en défense. L'énergie. Être dans un autre pays en tant qu'étranger, c'était une belle expérience aussi. Ça m'a vraiment beaucoup aidé à être plus mature, ça m'a beaucoup servi. Edwin Jackson y a évolué avant de quitter son équipe en cours de saison. Le statut d’étranger est-il vraiment particulier en Chine ? On peut dire ça. Moi, j'avais déjà joué deux saisons en France, en Pro A et en Pro B. Cette pression, je la ressentais moins car je savais ce qu'il fallait que j'apporte. J'étais plutôt relax à chaque match. Mais c'est vrai que si on te laisse 2-3 matches, et tu fais 2-3 mauvais matches, tu rentres chez toi. Tu es sur un siège éjectable. Il faut rester prêt par rapport à ça et performer chaque soir.

USA Today Sports / Presse Sports

G-League (20 points, 6 rebonds) mais bloqué en NBA, que faire pour passer le cap définitivement ?

Vous aviez pris tout le monde à revers en partant évoluer en Chine l’an passé, mais ce n’est plus aussi atypique que ça…

ça ouvre d'autres perspectives. Ce n'est

Je dois faire le moins d’erreurs possibles, rester le plus concentré possible et amener de l’énergie tout le temps sur le terrain, vraiment être à 200%. Et donner plus que tout le monde.

Ça devient de plus en plus normal effectivement. Ça ouvre des portes à d'autres joueurs. Pour ceux qui pensaient que tu pouvais aller qu'en France avant la NBA,

toute ligue est bonne à prendre, il suffit

Quel discours vous tient votre coaching staff sur votre place dans la rotation ? Comment vous sentez-vous dans ce collectif celte ? Je me sens vraiment à l'aise. J'ai un peu cette particularité, c'est que je peux scorer mais quand j'ai la balle, je ne pense pas forcément à scorer directement et c'est ce qu'ils aiment bien justement, que je cherche la passe et que j'essaie de trouver le gars ouvert. Je sais que si je suis ouvert, je vais prendre le shoot mais je sais aussi que si le défenseur vient, un autre joueur sera ouvert. Ils aiment bien mon jeu de passe.

28 BASKETBALLMAGAZINE

pas que moi mais je suis content d'avoir ouvert quelque chose comme ça. Car d'y aller et de travailler. Pour atteindre ton but, il faut parfois passer par des chemins sinueux.

“TOUTE LIGUE EST BONNE À PRENDRE, IL SUFFIT D'Y ALLER ET DE TRAVAILLER. POUR ATTEINDRE TON BUT, IL FAUT PARFOIS PASSER PAR DES CHEMINS SINUEUX.”

Peut-on dire que vous apprenez la patience cette année ? Oui, exactement. C'est ma première année, c'est une année où j'observe, où j'essaie de voir comment c'est pour être prêt pour l'année prochaine. Moi, je suis là et j'attends mon tour. Vous n’avez plus porté le maillot Bleu depuis 2014, cela vous manque-t-il ? Ça fait un moment oui. L'été passé, je voulais y aller mais je n'ai pas pu à cause d'opérations sur mes deux chevilles. Mais l'Équipe de France est toujours un de mes objectifs et c'est toujours une fierté de représenter le pays. J'irai direct, et avec plaisir, quand on m'appellera. Avez-vous pu suivre les matches de l’EdF pour les qualifications à la Coupe du Monde 2019 ? Avez-vous eu des retours de vos amis qui jouaient ? J'ai regardé un peu, j'ai vu comment ils se débrouillaient plutôt bien dans les

Sabrie Gilles

matches qu'ils ont gagné. Je n'ai pas eu de retour en particulier. J'étais content de suivre ça et ça m'a vraiment donné envie de faire partie de cette équipe. J'attends et j'espère être sélectionné bientôt. De quels joueurs des Bleus êtes-vous le plus proche ? Ce n'est pas de ma génération mais je suis proche de Mam Jaiteh, avec qui j'avais fait les U20 avec un an d'avance. Il y avait aussi Alain Koffi avec qui j'ai joué quand j'étais à Rouen. Je sais qu'il y avait aussi Boris Diaw. Je suis pressé en fait, car j'aimerais bien jouer avec lui et lui parler, lui demander des conseils. Mais il y aussi d'autres gars contre qui j'ai déjà joué, on a une très bonne équipe. Vous avez effectivement un profil d’intérieur passeur comme Boris Diaw,

avez-vous suivi sa carrière ou étudié son jeu en particulier ? Oui, oui. Car il a tout de même fait une grande carrière en NBA. Je pense pouvoir jouer point forward également. Et tout le monde n'en dit que du bien, sur son intelligence de jeu, sur ses passes, de jouer comme il joue. C'est vraiment impressionnant et il y a beaucoup de choses à apprendre. Avez-vous pu discuter avec les Celtics des fenêtres internationales de juin et septembre prochains ? Pas encore. Franchement, on n'est pas encore entré dans ce sujet-là. On essaie encore de voir comment ça va se passer. Je sais qu'ils en ont déjà discuté avec mon agent et que c'est quelque chose qu'on va voir en fonction de la fin de saison.

MAI2018 29


FÊTE NATIONALE DU MINIBASKET >

"UN VRAI COUP DE PRO JECTEUR SUR LE MINIBASKET" Propos recueillis par Clément Huet et Nicolas Seignez

La 25e édition de la Fête Nationale du MiniBasket a débuté le 1er mai. Elle rassemblera, jusqu’à la mi-juin, plus de 100.000 enfants de 5 à 10 ans sur toute la France. Chaque département aura son site. Présentation à travers 4 territoires différents dans l’organisation mais qui se rejoignent tous sur un principe : le plaisir des enfants.

Comité de la Loire

Comité du Cantal

Nadine Della Savia

Louis Negrello

"Cette année, il s’agira de notre 42e Fête du MiniBasket ! Elle a été créée, bien avant que la FFBB ne l’institutionnalise au niveau national, par deux personnes très engagées dans le basket à l’époque : Marcel Tissot et René Fayasson. La spécificité dans la Loire, c’est que notre Fête se déroule une année à Roanne, une année à Saint-Étienne et ce ne sont pas toujours les mêmes clubs d’une année à l’autre qui se déplacent (plus de 80 km d’une ville à l’autre). Cette organisation est mise en place depuis 25 ans. En général, on accueille environ 1.800 enfants ce qui représentent 60/70 clubs au total, à partir de 8h30. Les élues du Comité participent tous à l’organisation et on s’appuie aussi sur les clubs pour aider au montage et démontage, ainsi qu’à la gestion des stands et buvettes pendant la journée. On trace une vingtaine de terrains dans le stade. On forme des poules en essayant de mixer pour que les enfants du Nord du département rencontrent ceux du Sud, car en général, pendant dans l’année, ils n’en ont pas l’occasion. Tout au long de la journée, on propose des stands avec des petits jeux : jeux autour des fondamentaux du basket et même jeux autour du cirque, de la prévention routière, de la sensibilisation au tri sélectif, etc. Depuis 2 ans, on propose une sensibilisation au handicap avec le Handi Sport de la Loire qui nous met à disposition

"Le Cantal est un petit département et notre Fête du MiniBasket est proportionnelle en termes de participation. Nous avons 8 clubs au total sur le département dont 6 qui proposent du MiniBasket. En règle générale, ces 6 clubs participent à notre Fête, soit entre 70 et 80 minibasketteurs avec 10% de non-licenciés. On a une trentaine de bénévoles qui viennent sur cette journée, 4 à 6 arbitres (officiels, anciens joueurs capable d’arbitrer un petit match et jeunes volontaires). J’ai pris la tête du Comité du Cantal en 2004 et la Fête est organisée depuis 2005. Elle est toujours sur le même site à Aurillac, dans un gymnase qui est assez grand par rapport à la moyenne du département. Nous avons renoncé à organiser la Fête en extérieur car la météo est très incertaine dans la région. Nous mettons tout en place le matin, de 9h à 12h. A 13h30, la fête commence. On a 3 terrains au total : 2 terrains répartis entres les catégories d’âges et 6 ateliers, sur lesquels tous les enfants doivent passer, sur le troisième terrain. On essaie de varier les ateliers d’une année à l’autre car les enfants viennent souvent sur 2 ou 3 ans. A l’issu de la Fête, le pot général est organisé : d’un côté les adultes (parents et bénévoles) et de l’autre les enfants qui se sont bien dépensés. Lors de cette journée, il faut arriver à concilier l’envie de jouer des U10 – U11, qui sont déjà un peu habitués aux championnats, et la découverte des matches pour les plus petits (U7 à U9).

34 BASKETBALLMAGAZINE

des fauteuils et des lunettes spéciales. Ce stand est animé par des handicapés et il a beaucoup de succès. La nouveauté de cette année sera l’initiation au Basket Santé. En fin d’après-midi, les enfants paradent sur le terrain devant les tribunes pleines de parents. C’est un moment magique pour les enfants, ils ont des étoiles plein les yeux en rentrant dans ce stade. Nous allons essayer cette année de dessiner le chiffre 42 avec les enfants sur le terrain. La météo est un point très important pour notre Fête en extérieur, même si le froid et la pluie n’ont jamais arrêté les enfants. En plus de la dotation fédérale, le Comité offre un T-shirt souvenir de l’événement que les enfants portent pendant le défilé. La Fête du MiniBasket est un moment incontournable de la saison pour les petits. Ils attendent l’événement avec beaucoup d’impatience ! C’est l’occasion pour nous de transmettre le goût du basket et donner du rêve."

Ensuite en U13 et U15 dans notre département, les jeunes sont inscrits dans les championnats du Puy-de-Dôme et de la ligue d’Auvergne Cette Fête du MiniBasket, qui rassemble donc plusieurs clubs sur un même site, est un moment très fort pour les enfants qui n’ont pas l’habitude de ce genre de manifestation."

Comité du Cantal

Président du Comité

Comité de la Loire

Présidente Commission Baby / Mini

MAI2018 35


FÊTE NATIONALE DU MINIBASKET >

"UN VRAI COUP DE PRO JECTEUR SUR LE MINIBASKET" Propos recueillis par Clément Huet et Nicolas Seignez

La 25e édition de la Fête Nationale du MiniBasket a débuté le 1er mai. Elle rassemblera, jusqu’à la mi-juin, plus de 100.000 enfants de 5 à 10 ans sur toute la France. Chaque département aura son site. Présentation à travers 4 territoires différents dans l’organisation mais qui se rejoignent tous sur un principe : le plaisir des enfants.

Comité de la Loire

Comité du Cantal

Nadine Della Savia

Louis Negrello

"Cette année, il s’agira de notre 42e Fête du MiniBasket ! Elle a été créée, bien avant que la FFBB ne l’institutionnalise au niveau national, par deux personnes très engagées dans le basket à l’époque : Marcel Tissot et René Fayasson. La spécificité dans la Loire, c’est que notre Fête se déroule une année à Roanne, une année à Saint-Étienne et ce ne sont pas toujours les mêmes clubs d’une année à l’autre qui se déplacent (plus de 80 km d’une ville à l’autre). Cette organisation est mise en place depuis 25 ans. En général, on accueille environ 1.800 enfants ce qui représentent 60/70 clubs au total, à partir de 8h30. Les élues du Comité participent tous à l’organisation et on s’appuie aussi sur les clubs pour aider au montage et démontage, ainsi qu’à la gestion des stands et buvettes pendant la journée. On trace une vingtaine de terrains dans le stade. On forme des poules en essayant de mixer pour que les enfants du Nord du département rencontrent ceux du Sud, car en général, pendant dans l’année, ils n’en ont pas l’occasion. Tout au long de la journée, on propose des stands avec des petits jeux : jeux autour des fondamentaux du basket et même jeux autour du cirque, de la prévention routière, de la sensibilisation au tri sélectif, etc. Depuis 2 ans, on propose une sensibilisation au handicap avec le Handi Sport de la Loire qui nous met à disposition

"Le Cantal est un petit département et notre Fête du MiniBasket est proportionnelle en termes de participation. Nous avons 8 clubs au total sur le département dont 6 qui proposent du MiniBasket. En règle générale, ces 6 clubs participent à notre Fête, soit entre 70 et 80 minibasketteurs avec 10% de non-licenciés. On a une trentaine de bénévoles qui viennent sur cette journée, 4 à 6 arbitres (officiels, anciens joueurs capable d’arbitrer un petit match et jeunes volontaires). J’ai pris la tête du Comité du Cantal en 2004 et la Fête est organisée depuis 2005. Elle est toujours sur le même site à Aurillac, dans un gymnase qui est assez grand par rapport à la moyenne du département. Nous avons renoncé à organiser la Fête en extérieur car la météo est très incertaine dans la région. Nous mettons tout en place le matin, de 9h à 12h. A 13h30, la fête commence. On a 3 terrains au total : 2 terrains répartis entres les catégories d’âges et 6 ateliers, sur lesquels tous les enfants doivent passer, sur le troisième terrain. On essaie de varier les ateliers d’une année à l’autre car les enfants viennent souvent sur 2 ou 3 ans. A l’issu de la Fête, le pot général est organisé : d’un côté les adultes (parents et bénévoles) et de l’autre les enfants qui se sont bien dépensés. Lors de cette journée, il faut arriver à concilier l’envie de jouer des U10 – U11, qui sont déjà un peu habitués aux championnats, et la découverte des matches pour les plus petits (U7 à U9).

34 BASKETBALLMAGAZINE

des fauteuils et des lunettes spéciales. Ce stand est animé par des handicapés et il a beaucoup de succès. La nouveauté de cette année sera l’initiation au Basket Santé. En fin d’après-midi, les enfants paradent sur le terrain devant les tribunes pleines de parents. C’est un moment magique pour les enfants, ils ont des étoiles plein les yeux en rentrant dans ce stade. Nous allons essayer cette année de dessiner le chiffre 42 avec les enfants sur le terrain. La météo est un point très important pour notre Fête en extérieur, même si le froid et la pluie n’ont jamais arrêté les enfants. En plus de la dotation fédérale, le Comité offre un T-shirt souvenir de l’événement que les enfants portent pendant le défilé. La Fête du MiniBasket est un moment incontournable de la saison pour les petits. Ils attendent l’événement avec beaucoup d’impatience ! C’est l’occasion pour nous de transmettre le goût du basket et donner du rêve."

Ensuite en U13 et U15 dans notre département, les jeunes sont inscrits dans les championnats du Puy-de-Dôme et de la ligue d’Auvergne Cette Fête du MiniBasket, qui rassemble donc plusieurs clubs sur un même site, est un moment très fort pour les enfants qui n’ont pas l’habitude de ce genre de manifestation."

Comité du Cantal

Président du Comité

Comité de la Loire

Présidente Commission Baby / Mini

MAI2018 35


FÊTE NATIONALE DU MINIBASKET >

Ligue de la Réunion

Comité de l' Hérault

Présidente Commission des Jeunes

"En 2018 et après 8 années de partenariat avec un centre commercial au sein duquel nous organisions notre Fête du MiniBasket, nous sommes à la croisée des chemins. Cette année la Fête Héraultaise se déroulera sur la Place de la Comédie, place principale de la ville de Montpellier ! Les années précédentes, la Fête était très orientée "non licenciés" afin de faire découvrir le basket. Depuis 2010, le Comité est passé de 3.000 licenciés à plus de 5.000 avec une augmentation significative des effectifs sur la catégorie MiniBasket (plus de 1.500 licenciés Mini cette saison). Cette année, le Comité vise principalement les licenciés des clubs. Tous les clubs du département sont invités et on espère accueillir de 500 à 600 participants, de babys à poussins. Ces enfants, en plus des matches, pourront également se lancer dans l’arbitrage avec l’opération "Je Joue, J’arbitre, Je participe." Les filles de Latte Montpellier (LFB) devraient passer aussi. Nous aurons 6 terrains au total et deux structures sur la Comédie. C’est la place emblématique de Montpellier que l’on souhaite pouvoir utiliser de plus en plus (tournois 3x3, etc.). Pour nous, une fête du Mini réussie  est une fête avec le soleil  ! Le nombre de participants est directement lié à la météo. Les enfants qui participent, les parents qui accompagnent, les bénévoles qui encadrent et la remise des cadeaux sont toujours des bons moments pendant lesquels tout le monde prend du plaisir. La Fête nous permet de mettre un vrai coup de projecteur sur le MiniBasket tout en récompensant le travail des clubs et des entraîneurs. C’est le moment phare de la saison !"

"La Fête du MiniBasket se déroule maintenant à la Réunion depuis plus de 15 ans. Avant, il s’agissait plutôt d’un grand tournoi organisé par un club avec le soutien financier de la Ligue. Depuis 2016, c’est la Ligue qui organise directement et cette journée a vraiment pris un caractère festif avec des structures gonflables, du maquillage, des ateliers, etc. Chez nous, il n’y a pas de feuilles de match, car la feuille de match ça change tout. On veut vraiment donner un caractère ludique à la journée. La Fête se tiendra cette année sur la région de Saint Benoit, ville qui se trouve à l’est de l’île. L’endroit est stratégique parce qu’on a des soucis pour avoir des licenciés dans cette zone. Le site retenu est en mesure d’accueillir 600 enfants. Cela permet de centraliser la Fête sur un même lieu et non pas dans des régions dispersées. Tous les clubs de la Réunion y participeront avec une véritable dynamique que l’on souhaite donner. On veut que ce soit un moment fort car le MiniBasket est prioritaire pour nous. C’est devenu une locomotive  ! Nous pensons avoir fait le bon choix en recentrant cette journée sur le plaisir et non sur la compétition. Nous faisons toujours une réunion de pré-saison à la Ligue pour le MiniBasket. La première année en 2016, j’avais 6 dirigeants présents à cette réunion. La deuxième année, j’en avais 32 ! Cette réussite vient avant tout de l’engagement de la Ligue envers les jeunes. Nous avons pris le parti, autour de cette fête, de récompenser le club qui a le plus de licenciés et le club qui fait le plus d’efforts. Le club qui part de 0 et qui arrive à 8 licenciés MiniBasket, on va le récompenser. Le basket est un sport de plaisir et de partage avant tout. Lors de la Fête du MiniBasket, nous sommes fiers de pouvoir montrer ce que l’on fait à la Réunion au niveau des jeunes." 

36 BASKETBALLMAGAZINE

Comité de l'Hérault

Conseiller Technique

Ligue de la Réunion

Nadia Cadet

Edouard Sudre

MAI2018 37


FÊTE NATIONALE DU MINIBASKET >

Ligue de la Réunion

Comité de l' Hérault

Présidente Commission des Jeunes

"En 2018 et après 8 années de partenariat avec un centre commercial au sein duquel nous organisions notre Fête du MiniBasket, nous sommes à la croisée des chemins. Cette année la Fête Héraultaise se déroulera sur la Place de la Comédie, place principale de la ville de Montpellier ! Les années précédentes, la Fête était très orientée "non licenciés" afin de faire découvrir le basket. Depuis 2010, le Comité est passé de 3.000 licenciés à plus de 5.000 avec une augmentation significative des effectifs sur la catégorie MiniBasket (plus de 1.500 licenciés Mini cette saison). Cette année, le Comité vise principalement les licenciés des clubs. Tous les clubs du département sont invités et on espère accueillir de 500 à 600 participants, de babys à poussins. Ces enfants, en plus des matches, pourront également se lancer dans l’arbitrage avec l’opération "Je Joue, J’arbitre, Je participe." Les filles de Latte Montpellier (LFB) devraient passer aussi. Nous aurons 6 terrains au total et deux structures sur la Comédie. C’est la place emblématique de Montpellier que l’on souhaite pouvoir utiliser de plus en plus (tournois 3x3, etc.). Pour nous, une fête du Mini réussie  est une fête avec le soleil  ! Le nombre de participants est directement lié à la météo. Les enfants qui participent, les parents qui accompagnent, les bénévoles qui encadrent et la remise des cadeaux sont toujours des bons moments pendant lesquels tout le monde prend du plaisir. La Fête nous permet de mettre un vrai coup de projecteur sur le MiniBasket tout en récompensant le travail des clubs et des entraîneurs. C’est le moment phare de la saison !"

"La Fête du MiniBasket se déroule maintenant à la Réunion depuis plus de 15 ans. Avant, il s’agissait plutôt d’un grand tournoi organisé par un club avec le soutien financier de la Ligue. Depuis 2016, c’est la Ligue qui organise directement et cette journée a vraiment pris un caractère festif avec des structures gonflables, du maquillage, des ateliers, etc. Chez nous, il n’y a pas de feuilles de match, car la feuille de match ça change tout. On veut vraiment donner un caractère ludique à la journée. La Fête se tiendra cette année sur la région de Saint Benoit, ville qui se trouve à l’est de l’île. L’endroit est stratégique parce qu’on a des soucis pour avoir des licenciés dans cette zone. Le site retenu est en mesure d’accueillir 600 enfants. Cela permet de centraliser la Fête sur un même lieu et non pas dans des régions dispersées. Tous les clubs de la Réunion y participeront avec une véritable dynamique que l’on souhaite donner. On veut que ce soit un moment fort car le MiniBasket est prioritaire pour nous. C’est devenu une locomotive  ! Nous pensons avoir fait le bon choix en recentrant cette journée sur le plaisir et non sur la compétition. Nous faisons toujours une réunion de pré-saison à la Ligue pour le MiniBasket. La première année en 2016, j’avais 6 dirigeants présents à cette réunion. La deuxième année, j’en avais 32 ! Cette réussite vient avant tout de l’engagement de la Ligue envers les jeunes. Nous avons pris le parti, autour de cette fête, de récompenser le club qui a le plus de licenciés et le club qui fait le plus d’efforts. Le club qui part de 0 et qui arrive à 8 licenciés MiniBasket, on va le récompenser. Le basket est un sport de plaisir et de partage avant tout. Lors de la Fête du MiniBasket, nous sommes fiers de pouvoir montrer ce que l’on fait à la Réunion au niveau des jeunes." 

36 BASKETBALLMAGAZINE

Comité de l'Hérault

Conseiller Technique

Ligue de la Réunion

Nadia Cadet

Edouard Sudre

MAI2018 37


REFONTE >

Le Comité Directeur de la FFBB a validé, ce week-end à Paris, la refonte du Championnat de France NM1 dès la saison 2018-2019. Cette refonte du plus haut championnat fédéral doit permettre l’accompagnement des jeunes issus de la formation fédérale et du secteur professionnel (LNB) vers le haut niveau et la haute performance tout en respectant l’intérêt et les enjeux sportifs et économiques de cette division. Dans le cadre des Jeux Olympiques de 2024 et du renouvellement permanent de notre élite nationale, cette refonte proposera aux jeunes talents un vrai projet sportif tout en poursuivant leur formation. A ce titre, des partenariats entre clubs professionnels (LNB) et NM1 seront encouragés avec la volonté de créer des double- licences favorisant les échanges de jeunes joueurs. Avec 28 équipes, réparties en deux poules, la NM1 garantira un meilleur maillage du territoire et un équilibre sportif. Avec ce nouveau championnat en trois phases, le nombre de matches sera préservé, voir augmenté (entre 34 et 36 matches + les playoffs éventuels) et l’intérêt sportif maintenu jusqu’à la fin. Pour la saison 2018/2019, la NM1 sera composée de la façon suivante* : 12 équipes sportivement maintenues en NM1 au terme de la saison 2017/2018 (dont CFBB) 2 équipes reléguées sportivement de Pro B en NM1 au terme de la saison 2017/2018 4 équipes reléguées sportivement de NM1 en NM2 au terme de la saison 2017/2018 8 équipes de NM2 : les équipes classées 1 et 2 de chaque poule de NM2 au terme de la phase 1 de la saison 2017/2018 2 wild-cards maximum (suivant le cahier des charges validé lors du Comité Directeur du 13/02/18) *sous réserve de satisfaire aux conditions d’engagement dans ce championnat.

38 BASKETBALLMAGAZINE

Le championnat se déroulera en trois phases PHASE 1 A

B

1

1

2

2

3

3

4

4

5

5

6

6

7

7

81

81

9

9

10

10

11

11

12

12

13

13

14

14

} } }

PHASE 2

Qualif. Équipes classées 1 à 5 vers une poule unique de 10

Qualif. Équipes classées 6 à 10 vers une poule unique de 10

Qualif. Équipes classées 11 à 14 vers une poule unique de 8

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28

} }

}

}

PHASE 1 : 2 poules de 14 équipes avec des rencontres en aller-retour.

PHASE 3 Champion NM1 et Accession PROB

9 10

Playoffs pour les équipes classées de 2 à 10 et 11 à 17

5 14 6 13 3 16 8 11 4 15 7 12

Maintien en NM1 des équipes classées de 18 à 20 et 21 à 24 Descentes directes en NM2 des équipes classées de 25 à 28

PHASE 2 :

1/8 2 17

}

1/4 R1 R2

}

R3 R4

}

R5 R6

}

R7 R8

Bellenger / IS / FFBB

LA REFONTE DU CHAMPIONNAT DE FRANCE DE NM1

}

}} 1/2 R9 R10

Fin

R11 R12

Le vainqueur de la finale accède à la PROB

R13 R14

1. Les équipes de chaque poule, classées de la 1ère à la 5e place lors de la phase 1, seront regroupées en une poule unique de 10 équipes. Les équipes qui se sont déjà affrontées lors de la phase 1 ne se rencontrent pas à nouveau mais conservent les résultats directs acquis lors de la phase 1. La phase 2 se dispute en rencontres aller et retour. Le premier de la seconde phase sera sacré champion de France NM1 et accèdera à la Pro B. Les neuf autres équipes participeront aux playoffs (phase 3). 2. Les équipes de chaque poule, classées de la 6e à la 10e place lors de la phase 1 seront regroupées en une poule unique de 10 équipes. Les équipes qui se sont déjà affrontées lors de la phase 1 ne se rencontrent pas à nouveau mais conservent les résultats directs acquis lors de la phase 1. La phase 2 se dispute en rencontres aller et retour. Les 7 premières équipes de ce second groupe seront qualifiées pour les playoffs (phase 3). Les 3 dernières finissent leur saison après 36 rencontres.

3. Les équipes de chaque poule classées de la 11e à la 14e place lors de la phase 1 seront regroupées en une poule unique de 8 équipes. Les équipes qui se sont déjà affrontées lors de la phase 1 ne se rencontrent pas à nouveau mais conservent les résultats directs acquis lors de la phase 1. La phase 2 se dispute en rencontres aller et retour. Les 3 premiers finissent leur saison après 34 matches et les 4 derniers descendent. Si l’équipe du Centre Fédéral (CFBB) se trouve en situation de relégation en NM2 pour la saison suivante, l’équipe classée 4e à l’issue de la phase 2 sera reléguée en NM2, en lieu et place du CFBB.

➜B  elle éventuelle chez le mieux classé de la phase 2 L’équipe classée 1ère à l’issue de la phase 2 et le vainqueur de la phase 3 accéderont à la Pro B pour la saison suivante*. *sous réserve de satisfaire aux conditions d’engagement dans ce championnat.

Cette refonte de la NM1 aura également des incidences sur les autres championnats nationaux à l’issue de la saison 2017/2018 :

PHASE 3 : Les 16 équipes (9 du 1er groupe et 7 du 2e groupe) se disputent les huitièmes et les quarts de finale sous forme de plateaux et en match à élimination directe. Chaque plateau se déroulera chez le 2e, 3e, 4e et 5e du 1er groupe de la phase 2. Les demi-finales ainsi que la finale se disputeront en 2 matches gagnants (Aller, Retour et Belle éventuelle) selon l’ordre suivant : ➜M  atch Aller chez le moins bien classé de la phase 2 ➜M  atch Retour chez le mieux classé de la phase 2

NM2 Une seule relégation par poule de NM2

NM3 Les équipes classées 11e et 12e dans chacune des poules ainsi que les 4 équipes classées 10e et ayant le moins bon ranking sur les 12 poules, seront reléguées.

MAI2018 39


REFONTE >

Le Comité Directeur de la FFBB a validé, ce week-end à Paris, la refonte du Championnat de France NM1 dès la saison 2018-2019. Cette refonte du plus haut championnat fédéral doit permettre l’accompagnement des jeunes issus de la formation fédérale et du secteur professionnel (LNB) vers le haut niveau et la haute performance tout en respectant l’intérêt et les enjeux sportifs et économiques de cette division. Dans le cadre des Jeux Olympiques de 2024 et du renouvellement permanent de notre élite nationale, cette refonte proposera aux jeunes talents un vrai projet sportif tout en poursuivant leur formation. A ce titre, des partenariats entre clubs professionnels (LNB) et NM1 seront encouragés avec la volonté de créer des double- licences favorisant les échanges de jeunes joueurs. Avec 28 équipes, réparties en deux poules, la NM1 garantira un meilleur maillage du territoire et un équilibre sportif. Avec ce nouveau championnat en trois phases, le nombre de matches sera préservé, voir augmenté (entre 34 et 36 matches + les playoffs éventuels) et l’intérêt sportif maintenu jusqu’à la fin. Pour la saison 2018/2019, la NM1 sera composée de la façon suivante* : 12 équipes sportivement maintenues en NM1 au terme de la saison 2017/2018 (dont CFBB) 2 équipes reléguées sportivement de Pro B en NM1 au terme de la saison 2017/2018 4 équipes reléguées sportivement de NM1 en NM2 au terme de la saison 2017/2018 8 équipes de NM2 : les équipes classées 1 et 2 de chaque poule de NM2 au terme de la phase 1 de la saison 2017/2018 2 wild-cards maximum (suivant le cahier des charges validé lors du Comité Directeur du 13/02/18) *sous réserve de satisfaire aux conditions d’engagement dans ce championnat.

38 BASKETBALLMAGAZINE

Le championnat se déroulera en trois phases PHASE 1 A

B

1

1

2

2

3

3

4

4

5

5

6

6

7

7

81

81

9

9

10

10

11

11

12

12

13

13

14

14

} } }

PHASE 2

Qualif. Équipes classées 1 à 5 vers une poule unique de 10

Qualif. Équipes classées 6 à 10 vers une poule unique de 10

Qualif. Équipes classées 11 à 14 vers une poule unique de 8

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28

} }

}

}

PHASE 1 : 2 poules de 14 équipes avec des rencontres en aller-retour.

PHASE 3 Champion NM1 et Accession PROB

9 10

Playoffs pour les équipes classées de 2 à 10 et 11 à 17

5 14 6 13 3 16 8 11 4 15 7 12

Maintien en NM1 des équipes classées de 18 à 20 et 21 à 24 Descentes directes en NM2 des équipes classées de 25 à 28

PHASE 2 :

1/8 2 17

}

1/4 R1 R2

}

R3 R4

}

R5 R6

}

R7 R8

Bellenger / IS / FFBB

LA REFONTE DU CHAMPIONNAT DE FRANCE DE NM1

}

}} 1/2 R9 R10

Fin

R11 R12

Le vainqueur de la finale accède à la PROB

R13 R14

1. Les équipes de chaque poule, classées de la 1ère à la 5e place lors de la phase 1, seront regroupées en une poule unique de 10 équipes. Les équipes qui se sont déjà affrontées lors de la phase 1 ne se rencontrent pas à nouveau mais conservent les résultats directs acquis lors de la phase 1. La phase 2 se dispute en rencontres aller et retour. Le premier de la seconde phase sera sacré champion de France NM1 et accèdera à la Pro B. Les neuf autres équipes participeront aux playoffs (phase 3). 2. Les équipes de chaque poule, classées de la 6e à la 10e place lors de la phase 1 seront regroupées en une poule unique de 10 équipes. Les équipes qui se sont déjà affrontées lors de la phase 1 ne se rencontrent pas à nouveau mais conservent les résultats directs acquis lors de la phase 1. La phase 2 se dispute en rencontres aller et retour. Les 7 premières équipes de ce second groupe seront qualifiées pour les playoffs (phase 3). Les 3 dernières finissent leur saison après 36 rencontres.

3. Les équipes de chaque poule classées de la 11e à la 14e place lors de la phase 1 seront regroupées en une poule unique de 8 équipes. Les équipes qui se sont déjà affrontées lors de la phase 1 ne se rencontrent pas à nouveau mais conservent les résultats directs acquis lors de la phase 1. La phase 2 se dispute en rencontres aller et retour. Les 3 premiers finissent leur saison après 34 matches et les 4 derniers descendent. Si l’équipe du Centre Fédéral (CFBB) se trouve en situation de relégation en NM2 pour la saison suivante, l’équipe classée 4e à l’issue de la phase 2 sera reléguée en NM2, en lieu et place du CFBB.

➜B  elle éventuelle chez le mieux classé de la phase 2 L’équipe classée 1ère à l’issue de la phase 2 et le vainqueur de la phase 3 accéderont à la Pro B pour la saison suivante*. *sous réserve de satisfaire aux conditions d’engagement dans ce championnat.

Cette refonte de la NM1 aura également des incidences sur les autres championnats nationaux à l’issue de la saison 2017/2018 :

PHASE 3 : Les 16 équipes (9 du 1er groupe et 7 du 2e groupe) se disputent les huitièmes et les quarts de finale sous forme de plateaux et en match à élimination directe. Chaque plateau se déroulera chez le 2e, 3e, 4e et 5e du 1er groupe de la phase 2. Les demi-finales ainsi que la finale se disputeront en 2 matches gagnants (Aller, Retour et Belle éventuelle) selon l’ordre suivant : ➜M  atch Aller chez le moins bien classé de la phase 2 ➜M  atch Retour chez le mieux classé de la phase 2

NM2 Une seule relégation par poule de NM2

NM3 Les équipes classées 11e et 12e dans chacune des poules ainsi que les 4 équipes classées 10e et ayant le moins bon ranking sur les 12 poules, seront reléguées.

MAI2018 39


NATIONAUX LES MONTÉES >

Pour suivre l’actualité des clubs et des équipes de France, revivre les moments historiques du basket ou encore retrouver des conseils techniques et pratiques.

journée pour s’assurer la première place et l’accession en N2. "Même s’il est un peu décevant de perdre deux fois contre le dauphin du classement, l’essentiel a été assuré", explique Liam Michel. "Maintenant, notre travail est de continuer à travailler avec notre noyau dur, notamment Henri. Et il faudra quand même essayer de se renforcer car en l’état, ce serait un peu juste pour la N2."

POULE I BASKET CLUB LIÉVINOIS (19 V – 3 D) Il n’y a pas eu photo dans la poule I. Le BC Liévin a assommé le championnat : seize victoires d’affilée pour commencer la saison et une montée acquise à cinq journées de la fin après un court revers chez son dauphin, Cambrai. "Peu de gens auraient mis un centime sur nous en début de saison", glisse Ludovic Marie, l’entraîneur arrivé de Maubeuge l’été dernier. "On avait renouvelé quatre joueurs, le staff technique. Mais l’équipe a intégré très vite ce que je voulais mettre en place. On a développé un basket très pointu pour de la Nationale 3 avec beaucoup de formes de jeu offensives et défensives." Liévin s’est appuyé sur l’un des tous meilleurs joueurs de la Nationale 3 pour asseoir son basket. Valentin Estienne (1,80 m, 24 ans), l’un des meilleurs espoirs de Pro A quand il évoluait au Limoges CSP, a fait son retour dans son club formateur après deux années en Nationale 2 à Berck. Il a tourné à plus de 15 points de moyenne. "Il voulait s’orienter vers une reconversion professionnelle. C’est un vrai leader de vestiaire, un leader vocal", salue son coach. Deuxième meilleur marqueur de l’équipe, l’ailier Mohamed Hachi (1,95 m, 28 ans), également formé au club et revenu à Liévin il y a quelques après la liquidation judiciaire du Liévin Basket 62 et la rétrogradation de N1 en Prénationale, a été "le patron de la maison. Un joueur complet, il est partout  !" Le Serbe Nenad Vucic (10,8 points) "a apporté un basket très pointu offensivement, un gros Q.I. basket" et l’intérieur Stéphane Kichenama (9,1 points) "sa grosse compétence de contre et sa très bonne qualité de passe." Ludovic Marie n’oublie pas les jeunes issus de la formation liévinoise, passés par les U18 élite, comme les frères Mickaël et Jimmy Rokicki. Une large phalange de cette équipe sera reconduite la saison prochaine à l’étage supérieur. "On n’aura certainement pas un gros budget mais

44 BASKETBALLMAGAZINE

Coulommiers Brie Basket

on essaiera de compenser par cette salle qui est pleine tous les samedis (700 à 800 spectateurs)", promet le coach.

POULE J COULOMMIERS BRIE BASKET (17 V – 5 D)) Leader pendant la majeure partie de la saison, l’équipe de Coulommiers a failli tout perdre lors de l’avant-dernière journée. Ce soir-là, son adversaire numéro un, Ozoir inflige à Coulommiers sa première défaite à domicile (62-81) et lui ravit la première place. "On avait envie de trop bien faire, on s’est mis la pression et on a subi les événements", raconte le coach, Marcus Kangudia. "Cela a été difficile à accepter. On était tous un peu abattus." Et puis l’ultime journée a offert un deuxième retournement de situation improbable, Ozoir craquant à son tour sous la pression dans sa salle face à Marne-la-Vallée (65-73) pendant que Coulommiers s’imposait difficilement chez la lanterne rouge, Vitry-le-François (73-79). "Ils n’avaient plus rien à gagner mais ils ont joué le match à fond. On avait l’impression qu’ils jouaient la montée contre nous. Ils ont écopé de deux disqualifiantes." Cette accession récompense deux années de travail d’un groupe renforcé par un seul élément à l’intersaison. "On avait une rotation de 10 joueurs. Cela s’est vu en défense", note Marcus Kangudia,

lui-même ancien joueur de Coulommiers lorsque le club évoluait en Nationale 2 il y a une quinzaine d’années. "Si je fais l’addition de qui peut marquer des points dans mon équipe, on ne va pas aller bien loin", souritil. De fait, Robin Weinmann (11,2 points) et Christian Mukendi (10,8 points) ont été les deux seuls éléments à dépasser la barre des dix points par match. L’ancien pro, Cédric Mélicie (1,97 m, 38 ans) a tourné à 8,7 points. "Mais j’avais des joueurs qui étaient capables de défendre." Coulommiers retrouve ainsi la Nationale 2, trois ans après sa descente. "On ne veut pas refaire un aller-retour. On travaille à se renforcer avec trois joueurs au minimum. La différence, c’est l’intensité et la durée du championnat, plus long d’un mois. Il va falloir se dépouiller à chaque match."

56

POULE K DADOLLE DIJON 21 (16 V – 6 D) L’accession de Dadolle Dijon en Nationale 2 est le résultat d’un travail de fond. "Cela fait plusieurs années qu’on gravit régulièrement des places dans le championnat. On espérait jouer le podium", souligne l’entraîneur, Sébastien Rollet, par ailleurs responsable technique de la JDA Dijon en Jeep® ÉLITE. Trois équipes se sont livrées une belle bagarre pour décrocher la timbale : Dadolle, Rixheim et l’équipe réserve de Gries-Oberhoffen – club sacré en NM1

75,60 84,70

Minimag 846  

MiniBasket

Minimag 846  

MiniBasket

Advertisement