{' '} {' '}
Limited time offer
SAVE % on your upgrade.

Page 1

architecture & culture

#4

ÉVASION


architecture & culture


EDITO EDITO

Mathilde Noirot

Ce vent tiède. Bienvenu, ami oublié. Soufflant au cœur des villes, balayant les rues, les jours et les nuits. Il est comme une caresse, celle de son passage tendre sur nos bras nus. Il est comme une promesse, celle de la liberté, de nos peaux dorées, et du rêve continuellement éveillé. Bientôt viendra ce moment où nous serons démunis, devant l’immensité vide, devant la lune orange et immense. Il nous faudra redécouvrir l’attente et la contemplation, le calme et le silence. Il nous faudra reprendre goût au plaisir que les eaux couvent la nuit. Ce sera comme un renouveau, un nouvel élan. Revigorant, excitant. Un nouveau réveil, un jour neuf et resplendissant. L’été sera à son pic et, baignés de soleil nos corps se déplaceront sur des horizons brûlants. Nous irons, de ville en ville, de fleuve en lac, de mer en océan, toujours à la recherche d'espaces vatses et ouverts à perte de vue. Nous irons, explorer l’inconnu et redécouvrir le connu. Nous irons, chaque matin, à l’heure ou blanchit la campagne, regarder le soleil se lever sur la pleine. Dans nos yeux fatigués de la nuit passée, brillera cette lueur des instants transcendants. Dans un flottement tendre, la journée s’écoulera, entre rêve et réalité, comme tout le reste de l’été.

• 4 •


EDITO

Pour voir Sari d'Orcino Nous roulons toujours le long de la mer. Comme un grand banc de poissons Le vent tiédissant me file entre les doigts. Juliette avait mis sa robe orangée, Gorgée du soleil cueilli ce matin. Juliette avait mis là sa robe orangée, Gorgée de soleil. Feu ! Chatterton, Extrait de « Sari d'Orcino » L’oiseleur

• 5 •


REDAC' TEAM

Élise Duno

Lecteurs chéris c’est notre dernier rendez- vous pour cette année ! En attendant nos retrouvailles nous vous avons concocté un numéro riche en rêveries. A travers nos diverses rubriques architecturales, culturelles ou encore musicales nous vous ferons fuir votre quotidien. Par ces échappées en tout genre nous souhaitons vous donner du courage pour la dernière ligne droite et aussi un avant goût de vacances et de repos (bien mérité!) Biche espère que vous avez apprécié cette année en sa compagnie et toute son équipe à hâte de vous retrouver à la rentrée prochaine ! Bonne lecture !

• 6 •


TEAM

Morgane Garcher Rédaction Culture Architecture

Alix Gelabert Rédaction Mobilité

Robin Le Bourhis Rédaction Architecture

Coralie Chenard Secrétaire de rédaction -

Marie Stémart -

Rédaction Architecture Maquettiste

Rédaction Culture

BICHE

Mathilde Noirot Rédactrice en chef Rédaction Edito Musique Maquettiste

Mathilde Guilbaud Rédaction La Fabricasens Voyage AREA

Élise Duno Rédaction Redac' • 7 •


SOMMAIRE SOMMAIRE

• 8 •


SOMMAIRE

ARCHITECTURE 10 12 13 16 18

CULTURE 20 LA FABRICASENS 28 VOYAGE AREA 36

VOYAGE VOYAGE REYKJAVIK SÉVILLE FRANCFORT LONDRES

LE PROGRAMME ESTIVAL

L'ÉDITION 2018

LA CROÉTIE ET LA SLOVÉNIE, DE BELLES DÉCOUVERTES

MUSIQUE 42

CIRCA 2000 49 NIKITA VON TIRASPOL

MOBILITÉ 56

TÉMOIGNAGE DES ÉTUDIANTS POUR L'ANNÉE ÉRASMUS 2018-2019

BICHE 52

MERCI ! 54 BICHE RECRUTE POUR SON ÉPOPÉE FUTURE !

• 9 •


• 10 •


ARCHITECTURE Texte : Élise Duno

VOYAGE VOYAGE

Echappons-nous ensemble, rêvons aux beaux jours ! Pour ce nouveau numéro et le dernier de cette année, nous vous changeons les idées en vous amenant loin des tracas du quotidien. Biche vous apporte sur un plateau de nombreuses rêveries musicales ou encore culturelles pour alimenter votre désir de vacances. Le soleil n’étant pas au beau fixe nous vous proposons d'illuminer vos jours avec nos articles rafraîchissants ! Lecteurs adorés, nous sommes ravis de vous partager nos dernières évasions ! Take a sit and enjoy !

• 11 •


ARCHITECTURE

REYKJAVIK Capitale islandaise en pleine expansion, Reykjavik propose un changement d'atmosphère radical ! Ambiance de petite ville, il est agréable de s’y promener car l’impression d’oppression n’est pas présente comme dans nos grandes métropoles européennes « classiques ». Lors de votre balade dans la ville, vous ne pourrez pas passer à coté des petites maisons islandaises hautes en couleurs. Reykjavik est un bon intermède entre l’agitation de nos villes et l’incroyable sentiment de liberté procuré par les milliers point de vues que possède l’île, entre volcans, plages de sables de noirs et encore bien d’autre vous ne saurez plus où donner de la tête !

Texte :Élise Duno Photo : theculturemap.com

En plus, des paysages magiques qu’offre l’Islande, la capitale possède plusieurs bâtiments qui valent le détour ! Le Harpa et son enveloppe de verre vous feront vibrer lors de concerts. Pour le côté religieux, l’église luthérienne Hallgrímskirkja nous montre un lieu de culte, épuré et majestueux. Reykjavik et l’Islande en général sont de parfaits candidats aux dépaysement !

Photo : wikipedia.org


ARCHITECTURE

SÉVILLE Tu rêves de voir du pays et particulièrement une ville chaude où il fait bon bronzer sur la plage, boire un verre, manger des tapas et contempler de magnifiques architecture ? DIRECTION SEVILLE EN ANDALOUSIE ! Située au plus Sud de l’Espagne, cette ville est la quatrième du pays et compte pas moins de 700 000 habitants. Séville, vieille de plus de 2000 ans, est également définie comme la ville la plus ensoleillées d’Europe. Ce petit bijou de l’architecture gothique et musulmane offre à voir, au détour d’une ruelle médiévale, des églises, palais et édifices divers. Voici quelques endroits incontournables à voir pendant ton périple :

1) Visiter la Plaza de España, pour le bonheur des yeux. La Plaza de España est l’une des plus belles places de Séville, sinon la plus belle. Construite à l’origine pour l’Expo Universelle de 1929, on y trouve des carreaux de faïence réalisés dans le quartier de Triana et qui représentent toutes les provinces espagnoles. La place a également servie de décor pour la planète Naboo dans un film Star Wars ! 2) Se perdre dans les vieilles ruelles magnifiques L’un des plus beaux quartiers de la ville est, sans aucun doute, celui de Santa Cruz.

• 13 •


ARCHITECTURE

Au rythme des sinueuses ruelles tu tomberas peut-être sur un beau patio andalou rempli de fleurs aux couleurs vives, sur une jolie cour, quelques jardins incroyables ou même un bout de rempart du château médiéval. E tout ceci, au murmure des fontaines et du parfum des fleurs d’orangers. 3) La Cathédrale de Séville et La Giralda La Cathédrale de Séville était autrefois considérée comme la plus grande église du du monde. Le tombeau de Christophe Colomb y fait l’objet d’une grande attraction pour les touristes La Giralda est l’ancien minaret de la Grande Mosquée almohade et monument le plus emblématique de la présence musulmane à Séville. La vue depuis son sommet vaut le coup d’y grimper !

4) Découvrir le Palais Alcazar de Séville Le palais Alcazar est, sans conteste, une découverte immanquable de Séville. Ce palais, fortifié, est calqué sur le célèbre Alhambra de Grenade. Chaque détail du palais est couvert, le mélange des styles architecturaux y est fabuleux et les jardins superbes. Aussi, le Palais Alcazar fait office de résidence officielle pour le Roi d’Espagne lors de ses visites à Séville. Et bonne nouvelle, ce n’est vraiment pas cher d’y aller quand on est étudiant, seulement 2 € ! Allez, je suis sûre que vous êtes déjà conquis(es) !

Texte :Chenard Coralie ∙Photos : generationvoyage.fr • 14 •


ARCHITECTURE

Photos : Mathilde Noirot • 15 •


ARCHITECTURE

FRANCFORT Soleil, chaleur, jours fériés, voilà qui sent le printemps à plein nez. Le moment idéal pour partir en vadrouille, découvrir les environs alsaciens et rendre une petite visite à nos amis allemands. Aucune excuse et faux plans admis, la capitale économique allemande regorge de bons plans. Et oui, bonne nouvelle, un petit week-end à Francfort peut facilement se dégotter pour moins de 150 euros par personne aller/retour et logement de 2 nuits compris. Alors n’hésitez plus et préparez votre sac à dos pour une petite virée de l’autre coté du Rhin ! À seulement 2 heures en train de notre belle capitale alsacienne, Francfort est l’occasion de découvrir une Allemagne moderne, dynamique et internationale.

Texte et photo : Le Bourhis Robin • 16 •


ARCHITECTURE

Véritable centre économique européen, la ville s’exprime au travers de sa grande diversité architecturale. Depuis la gare principale avec son mélange d’architecture néo-renaissance et néo-classique, passant par le centre d’affaire et ses multiples grattes-ciels pour finalement arriver dans le centre historique de la ville médiévale, Francfort submerge par ses multiples facettes. En perpétuelle évolution, de nombreux beaux projets d’architecture et d’urbanisme sortent de terre le long du Main et il en devient vite plaisant de s’y pavaner l’après-midi. Il ne faut évidement pas et cela, pour rien au monde, faire sauter la case musées et galeries d’art. Certainement peu comparable à la capitale allemande, Francfort offre tout de même trois beaux musées : * Le MMK (musée d’art contemporain) à l’architecture intérieure tout à fait surprenante * Le MMK 2 (musée de la photographie) * Le MMK 3 (galerie d’art) avec ses expositions coopératives Après les musées, place au shopping ! Francfort est aussi une bonne adresse pour un petit weekend dans les magasins ! Pas tant intéressant niveau pouvoir d’achat mais d’avantage attrayant par ses nombreuses boutiques que l’on ne trouvent pas toujours chez nous. Pour bien manger aussi, voilà une autre bonne raison de s’y rendre ! En plus des petits restos locaux en centre ville servant toutes sortes de plats traditionnelles de la région, de nombreuses chaînes de bons restaurants étrangers ayant encore du mal à s’implanter en France ont déjà posé leurs cuisines en Allemagne : une pause mexicaine chez Chipotle, un goûter chez Dunkin’ Donuts ou encore le bon vieux Five Guys qui n’échoue jamais quant il s’agit de régaler toute la bande. Pas besoin de le cacher, pour plus d’un ces adresses seront une très bonne excuse… A chacun de s’approprier cette ville de la façon qui lui correspond en essayant de profiter au maximum de tout ce que Francfort a à offrir. Pour cela, voici une liste non exhaustive de nos meilleures adresses en espérant que vous y trouverez votre bonheur. Bon voyage à vous les bichons !

• 17 •


ARCHITECTURE

LONDRES

à un des murs du quartier comme celui sur Meard Street.

Alors que le Prince Harry et sa belle Meghan viennent de signer officiellement leur abonnement pour les soixante prochaines années, prenons la direction de la Capitale Britannique et laissons derrière nous la Monarchie et et son mariage princier. Au delà des incontournables de Londres que nous connaissons tous comme Buckingham Palace, le Tower Bridge ou bien encore Big Ben tournons nous vers d’autres lieux qui valent la peine qu’on s’y intéresse de prêt. Ville cosmopolite par excellence au caractère excentrique et rebelle il y en a pour tous les goûts et toutes les envies à Londres. Alors sortez vos carnets et notez ! On vous livre en exclusivité nos coups de cœur!

Nothing Hill, quartier au premier regard très bobo mais très vivant et conviviale notamment le samedi pour son marché sur Portobello Road où disquaires, brocanteurs, horlogers ou bien même chapeliers vous ouvrent leur porte. Ces maisons arc en ciel vous réconcilieront avec l’habitat individuel en bande. Camden Town ; lieu des affranchis si vous êtes amoureux de friperies, accessoires insolites rendez vous là-bas pour son immense marché aux vêtements et n’oubliez de levez la tête vous parviendrez peut être à y voir une des nombreuses chaussures oversize sur la façade des magasins sur Chalk Farm Road.

Covent Garden, "une ville dans la ville" repère d’artistes de rue, et d’ateliers d’artisans. Ce lieu regorge d’endroits cachés que seul les habitants des lieux connaissent comme Neal’s Yard un cœur d’ilot atypique qui vous fera prendre des couleurs. On y trouve aussi de très bonnes adresses pour se restaurer. Si vous voulez goûter les plats traditionnels rendez vous au Marquess of Anglessey pour son fameux Fish and chips puis au Punjab et ses délices d’Inde! Une tuerie pour vos papilles ! Soho, le quartier gay de la ville où on peut trouver toutes sortes de magasins excentrique jarretières, lasso et je passe... Lieu où la liberté d’expression est appliquée au premier degré. On vit ce quartier et on se l’approprie ! Messages muraux vous attendent ! Et n’essayez pas de vous y opposer sinon vous aurez votre nez pendu

Texte : Morgane Garcher

• 18 •


ARCHITECTURE

Les Docks ; le lieu qui a connu la plus grande métamorphose ses trente dernières années. Ancien quartier portuaire de Londres, aujourd’hui il devenu un endroit incontournable des soirées londoniennes pour ses pubs d’antan et pour son célèbre Borough Market, très prisé par les habitants de la ville le midi. Un immense Food Struck pour tous les goûts. Idéal pour découvrir la culture britannique ! Pour clôturer votre voyage, empruntez The Queen’s Walk. Une véritable découverte architecturale la nuit, observez la Tour du Tate Modern Museum d’Herzog & DeMeuron, la structure magistrale du Millinium Bridge de Foster and Partners qui vous mènera à la Cathédrale Saint Paul. Plus loin, vous pourrez apercevoir sur l’autre rive le 20 Fenchurch Street de Rafael Viñoly ou bien encore le Lloyd’s Building de Richard Rodgers bâtiment clé de l’époque moderne. Et plus récemment on peut admirer la tour de verre de Renzo Piano, The Shard le plus haut gratte-ciel d’Europe. À présent il ne vous reste plus qu’à réservé votre billet d’avion car les vacances sont seulement dans quelques jours alors Pressons !

• 19 •


CULTURE

STRASBOURG Texte : Marie Stémart, Morgane Garcher

le carnet d'adresses estival


Photo : Mathilde Noirot • 21 •


CULTURE

L’Été approche à grands pas ! Il est temps de sortir, de nous munir de notre serviette et de nos couverts, food truck et festival de la bière sont de retour ! Bien boire et bien manger sont synonyme de convivialité, de partage et d’effervescence. Estomacs et foies, faites en sorte d’être suffisamment prêts pour ce genres d’événements sinon vous n’en reviendrez pas vivants.

Voici le programme !

- STRASBOURG et environs

- SAARBRÜCKEN

Street Food Festival - Dimanche 10 juin dès 11h, Place de Zurich - 7 et 8 Juillet dès 11h, quartier Gare (25 pays représentés) Festival de la Bière du 3 au 6 août, place de la Mairie de Schiltigheim

Street Food Festival les 20 et 22 Juillet, dès 21h, Bürgerpark Neudorfer

- KARLSRUHE

- FREIBURG

Karlsruhe Burger Clash les 9 et 10 juin 2018, dès 12h, Festplatz

« Le Festival du Vin » Weinfest, du 5 au 10 juilletod Festival - Dimanche 10 juin dès 11h, Place de Zurich - 7 et 8 Juillet dès 11h, quartier Gare (25 pays représentés) Festival de la Bière du 3 au 6 août, place de la Mairie de Schiltigheim

- STUTTGART « Le Marché de Poissons d’Hambourg débarque à Stuttgart » du 12 au 22 juillet Au menu, harengs grillés, sandre, langoustes etc. « Fête de la Bière » Canstatter Wasen du 28 septembre au 14 octobre Réservez votre place ! « Fête du vin » Stuttgarter Weindorf du 29 août au 9 septembre

- COLMAR Foire aux vins, du 27 juillet au 5 août, Parc des Expositions

- KARLSRUHE Karlsruhe Burger Clash les 9 et 10 juin 2018, dès 12h, Festplatz

• 22 •


CULTURE

- EXPOSITION JACQUES-FRANCOIS BLONDEL , du 17/04 au 13/07, Metz

- CHRISTIAN LAPIE, SCULPTURES MONUMENTALES du 18/05 au 16/09,Montigny-lès-Metz

- CENTRE POMPIDOU METZ Pénétrable jaune - jusqu’au 02/10 Couples modernes - jusqu’au 20/08 Résister - jusqu’au 20/09 L’aventure de la couleur jusqu’au 22/07/2019

- L’EUROPE EN FETE du 02/05 au10/06 « Manifestations, expositions, conférences et moments festifs autour de l'Europe, dans la capitale alsacienne. »

- MANUFAKTURE - LE GIGANTESQUE BAR EPHEMERE DE LA KRUT’, jeudi/vendredi/samedi dès 17h, 7A rue de la Krutenau « 5 mois de crémaillère pour fêter l’été dans un lieu historique. Sur place, beaucoup de choses : - De la place pour 800 personnes - Une demi-douzaine de food trucks (tartes flambées, hot dogs, burgers et tutti quanti) - Une sorte de food court avec des tables de piques-niques extérieurs à l’ombre sous les arbres - Une plage de sable fin nichée au coeur de la manufacture - Deux grandes salles avec bars et scènes pour accueillir les artistes et se trémousser - Une galerie d’art dirigé par Michel Bedez et Patrick Adler. »

• 23 •


CULTURE

- VISITE GUIDEE ART NOUVEAU ART DECO, Nancy « Deux quartiers résidentiels emblématiques de l’évolution architecturale de l’habitat permettant de faire le point sur convergences et différences de ces deux courants architecturaux et décoratifs qui sont encore très souvent confondus. » Avenue Anatole France : Samedi 30 juin à 10h30 Parc de Saurupt : Samedi 23 juin à 10h30 - AFTER-WORK / APERO-FRICHE, 14/06, La Popartiserie « Les Apéros Friche sont un moyen convivial de fusionner les familles artistiques par des rencontres régulières entre comédiens, musiciens, danseurs, créateurs venant parler de leurs actualités, de leurs travaux. » -MECHANICAL TECHNO PROJECT, 15/06, Shadok

RENDEZ VOUS PLACE STANISLAS, de mi-juin à mi-septembre, Nancy « Tout petit déjà, j’avais peur du noir... Toute ma vie je n’ai donc cessé de chercher la lumière... Toutes les Lumières. C’est par ces mots que Stanislas Leszczynsknous invitera à rêver à la flamboyance des artistes nancéiens, à s’éblouir des lumières des cinq continents (...) » - FESTIVAL CONTRE TEMPS, du 07 au 16/06 « Ce festival de musique électro-groove (...) une programmation exigeante associant la scène locale et les plus grands noms du genre. » - KAMEHAMEHA FESTIVAL 2018, 16/06, Offenburg - FESTIVAL SCENES D’ICI, 16/06, Laiterie « Dispositif charnière du travail d'accompagnement que réalise La Laiterie auprès de la scène locale en Alsace, la Plateforme Artefact accueille les labels, tourneurs et développeurs d'artistes qui font rayon- ner Strasbourg sur la cartographie de la filière musiques en France. Cette nouvelle édition de SCENES.

• 24 •


CULTURE

D'ICI leur est consacrée et se propose de présenter l'actualité de leurs artistes.

- LES DOCKS D’ETE, du 02/07 au 03/09 de 14h à 19h, Presqu’île Malraux

THE BLIND SUNS T/O et HASSAN K. GAVIN MEIDHU et GooMAR. POSTERBOY MACHINE CLAIRE FARAVARJOO

- STRASBOURG STREET FOOD FESTIVAL, du 07 au 08/07, Quartier Gare

- FETE DE LA MUSIQUE, 21/06 - GRAPH AM RHEIN, le salon des arts graphiques, du 22 au 23/06, Place Kleber -FESTIVAL CONTRE TEMPS, du 07 au 16/06 - NEUDORF EN FETE, 1/07, Espace le 23 « L'évènement revient pour la seconde édition à l'Espace le 23. avec un programme concocté aux petits oignons : dégustations de gourmandises et spiritueux, 45 stands d'associations et commerces du quartier, plus de 15 spectacles et concerts d’artistes, buvette, restauration, ateliers et animations pour petits et grands etc. »

-SEA YOU « BEACH REPUBLIC » 2018, 14 et 15/07, Freiburg « Un festival d'été en plein air directement sur le Tunisee à Freiburg (DE), le plaisir de la baignade, un temps magnifique, un air de vacances (...) un petit coin d'Ibiza en Allemagne. » - CINE DJANGO EN PLEIN AIR, du 17 au 22/07, lieu secret - START TO PLAY 2018, le festival de jeu vidéo de Strasbourg, du 24 au 26/08 -LONGEVITY FESTIVAL 2018, du 24 au 26/08, Jardin des deux rives

• 25 •


CULTURE

FESTIVAL EUROPEEN DU FILM FANTASTIQUE, du 14 au 23/09, Cinémas STAR, VOX et UGC « Fondé en 2008, ce festival constitue l’une des manifestations les plus abouties du genre en France. Dédié au cinéma fantastique au sens large (fantastique, horreur, science-fiction, thrillers, animation etc.), il propose une programmation éclectique et de nombreux événements (...) »

Depuis 1983, le festival présente chaque automne à Strasbourg et en Alsace, les oeuvres du XXe siècle qui ont révolutionné la musique et les confronte à la création d’aujourd’hui, celle de jeunes artistes émergents ou de compositeurs d’ores et déjà reconnus. Pour sa 35e édition, Musica poursuit son exploration en programmant des projets artistiques éclectiques : concerts, ciné-concerts, spectacles, rencontres etc. Musica 2017

MUSICA, FESTIVAL DES MUSIQUES D’AUJOURD’HUI, du 21/09 au 7/10 « Véritable espace de liberté dédié à la création musicale, Musica s’adresse à tous les publics, avertis ou débutants, désireux de découvrir les expressions artistiques contemporaines dans toute leur diversité.

: 42 manifestations ; 64 compositeurs ; 93 oeuvres ; 22 créations mondiales et 6 créations françaises ! » * BORIS BREJCHA + ANN CLUE + DENIZ BUL + THEYDREAM, 22/09, Laiterie * JOURNEES DE L’ARCHITECTURE, du 28/09 au 31/10

Texte et photo : Marie Stémart • 26 •


• 27 •


LA FABRICASENS EDITION 2018

Texte: Mathilde Guilbaud photos : Maëlle Darnis, Mathilde Noirot, Patrice Ruelle Chaboud • 28 •


S

LA FABRICASENS

Dans sa bulle... Une tente protégée du monde extérieur (et notamment du mauvais temps) avec une jolie perspective sur l’eau accueillait les visiteurs. La transparence du papier bulle laissait passer la lumière, mais cachait son usager protégé par son cocon. Eclatez-vous Une installation ludique invitait les visiteurs à interagir avec elle en éclatant les bulles tout au long de la journée. Les enfants, petits comme grands, s’y sont donnés à cœur joie. Le Rouleau Dans cette démarche, certains participants se sont amusés à investir l’espace en « emballant » la place avec un rouleau de papier bulle. Cette œuvre inachevée incitait les passants à la poursuivre avec le reste du rouleau laissé à disposition.

Cette année, la Fabricàsens a encore réuni les étudiants de l’ENSAS, de l’INSA et des Arts Décoratifs de Strasbourg. Le matériau de récupération qui a été mis à l’honneur est le papier bulle. Les participants ont pu jouer avec les différents sens en créant des installations surprenantes et qui s’appropriaient l’espace de la place Louise Weiss durant le dimanche 13 mai. Voici une rapide rétrospective des nombreuses installations.

La Douche Une installation pleine d’humour et décalée mettait en place une douche. Pour ce dimanche 13 mai, la météo annonçait un temps pluvieux, des participantes avaient souhaité offrir une douche aux passants en tirant profit de la pluie. Finalement, il n’a pas plu, fort heureusement le saule pleureur est venu à la rescousse.

• 29 •


LA FABRICASENS

L'Arbre aux Origamis

La Cigogne et le Renard

L'Arbre aux Origamis Une installation poétique et politique ! Le regard était tout d’abord attiré par les pliages de fleurs suspendus autour de l’arbre situé au bord de l’eau. Les visiteurs s’approchaient, attirés par la poésie du lieu et découvraient en contrebas du muret un espace tranquille, émaillé de coussins en papier bulle où il était agréable de se poser quelques instants. En plus de l’effet esthétique captivant, cette création invitait aussi à l’hospitalité...

Cette installation amusante et littéraire nous a rappelé nos souvenirs d'écoliers et une fable de La Fontaine connue de tous. La Cigogne, perchée avec prouesse, grâce aux installateurs, en haut de son lampadaire, observait le Renard. Les animaux ont su attiser la curiosité des enfants et la fameuse cigogne alsacienne aveillé sur nous tout au long de la journée.

• 30 •


LA FABRICASENS

Le Cygne

Le Rideau aux mille échantillons

Si nous restions un peu dans le thème animalier? Lorsque les passants arrivaient sur le bord de l'eau , un cygne élégant venait les accueillir pour les guider vers la Fabricàsens. Les participantes l'ont réalisé le jour même et ont pu tester la poussée d'Archimède avec ce cygne en papier bulle.

Sur ce patchwork de papier bulle réalisé lui aussi dansla forme épurée du carré, on pouvait observer tous les types de papier bulle que nous avions récoltés pour le workshop. Grâce à ce rideau, on pouvait avoir une vision globale des matériaux que nous avions mis à l'honneur pour cette édition de la Fabricàsens.

• 31 •


• 32 •


• 33 •


VOYAGE AVEC L'AREA - La Croatie et la Slovénie, de belles découvertes Texte et photo : Mathilde Guibaud

Le voyage de l'Area m'a fait découvrir pour la première fois la Slovénie et la Croatie et j'écris cet article pour partager mon expérience de ces deux villes et les bons moments passés avec les autres personnes qui ont fait le périple! Nous sommes partis un dimanche après-midi plein d'enthousiasme et le trajet s'est bien passé, malgré le passage toujours tant redouté de la douane. Les premiers aperçus de la ville de Ljubljana en Slovénie, où nous sommes restés trois jours, nous ont tout de suite enthousiasmés puisque

notre auberge de jeunesse était en plein centre ville. Les chambres étaient agréables, munies d'une cuisine équipée et l'ambiance conviviale. Le centre ville a su nous charmer avec ses nombreux ponts, son marché aux étals qui proposaient des fraises appétissantes et ses nombreuses terrasses au bord des rives de la rivière Ljubljanica. La ville en elle-même est un bijou qu'il ne faut pas manquer d'explorer dans tous ses recoins. Nous y avons visité certains endroits importants que je vais vous présenter.

• 36 •


VOYAGE AREA

La Cathédrale Saint Nicolas

Le Château de Ljubljana

Elle est située à proximité de la place Vodnik et du Triple ponts et se distingue facilement grâce à son dôme et ses deux tours jumelles. Elle fut construite après les destructions par incendie successives d'une église romane et d'une église gothique. L'architecte Andrea Pozzo la dessine de 1701 à 1706 et il imagine une cathédrale baroque constituée de deux chapelles de part et d'autre pour former une croix latine ainsi qu'un dôme construit en 1841. L'intérieur est décoré de nombreuses fresques baroques réalisées par plusieurs artistes. Le portail est également un élément marquant de l'ensemble, il est réalisé au XXème siècle par le sculpteur Tone Demšar et représente l'histoire de la Slovénie.

Perché en haut de sa colline depuis environ 900 ans, c'est l'un des principaux lieux touristiques de la ville. On peut s'y rendre grâce à un funiculaire qui longe l'enceinte de la ville ou faire une promenade assez pentue à travers la nature. Le château nous offre une vue panoramique époustouflante sur la ville depuis sa tour d'observation et l’on peut y visiter une exposition sur l'histoire de la Slovénie et sur les marionnettes qui sont un art traditionnel du pays. Il comporte également un centre pénitencier, une chapelle et une projection " Le château virtuel" qui relate les différentes périodes que le château a traversées.

• 37 •


VOYAGE AREA

LES GORGES DU VINGTAR Nous avons pris le bus pour nous rendre jusqu'à ce lac avec de belles vues et un château perché en haut de sa falaise abrupte qui le domine de 130 mètres. Sur place, nous avons fait une petite randonnée à travers la campagne slovène, avec le beau paysage des Alpes juliennes, pour nous rendre jusqu'aux gorges du Vingtar situées entre les montagnes Hom et Boršt et qui valent vraiment les 8 km de marche aller retour.

Après avoir trempé très rapidement nos pieds dans l'eau très froide de la tumultueuse rivière Radovna, nous avons rejoint le lac pour déguster une des spécialités culinaires de la région : le Blejska Kremšnita. C'est un gâteau à la vanille à base Après avoir trempé très rapidement nos pieds dans l'eau très froide de la tumultueuse rivière Radovna, nous avons rejoint le lac pour déguster une des spécialités culinaires de la région : le Blejska Kremšnita. C'est un gâteau à la vanille à base de crème et de crème fouettée proche d’un mille-feuille et saupoudré de sucre glace :

• 38 •


VOYAGE AREA

Certains lieux sont intéressants à visiter dans la ville et méritent qu'on y jette un coup d'œil ! La Cathédrale Saint-Stéphane Elle se démarque du reste des constructions du quartier du Kaptol avec ses deux tours pointues comme des flèches et la blancheur de sa pierre qui se détache du ciel. Elle est dans un style gothique et néogothique, bien qu'à l'origine elle fût construite dans le style roman au XIIème siècle. La grande place ornée d'une fontaine qui s'étend devant elle la met en valeur et son entrée ciselée dans le style gothique laisse les amateurs impressionnés. Cette cathédrale est beaucoup visitée et elle contient des sarcophages de personnages chers au peuple croate ainsi que celui d'un Saint!

ZAGREB Les jours qui suivants, nous avons rejoint la Croatie et la ville de Zagreb où notre auberge de jeunesse, le Swanky mint hostel, nous a accueillis chaleureusement. La première préoccupation fut de faire le change puisque la monnaie locale est le kuna : 1 euros équivaut à 7,39 kunas. Nous avons découvert des spécialités culinaires très abordables (de 4 à 6 euros) comme par exemple le « Čevapi » qui est un sandwiche composé de rouleaux de viande hachée, généralement du bœuf, accompagnés d'oignons crus et d'un pain plat rond appelé « lepinja » ou encore les « štrukli » au fromage qui sont formés d'une pâte rappelant les pâtes, de fromage et de crème.

• 39 •


VOYAGE AREA

ART PARC Un parc est dédié à l'exposition du Street art où différents artistes venus des quatre coins du monde peuvent exercer leur talent ! Un endroit très sympa, coloré, qui réserve des découvertes originales. Nous avons pu y rencontrer un singe bienveillant et une montée des marches digne de Cannes. Pour continuer sur cette lancée, on peut visiter le centre culturel de Medika où l'art est omniprésent.

• 40 •


VOYAGE AREA

LE PARC NATIONAL DE PLITVICE Nous nous sommes rendu tous ensemble en bus jusqu'à cette merveille classée au patrimoine de l'UNESCO. Le parc s'étend sur 296km et il est parsemé de nombreux lacs, de cascades, de grottes et d'une forêt qui abrite des ours bruns et des loups (nous n’en avons pas croisés !). Nous l’avons parcouru sur un chemin en rondin de bois agréable et avons pu admirer l’impressionnante cascade qui nous a laissé des étoiles dans les yeux! Pour finir nous sommes rentrés à Strasbourg, sans nous laisser atteindre par les nombreuses heures de bouchons, les têtes pleines de bons souvenirs et des merveilles que nous avions visitées! • 41 •


- MUSIQUE Chronique: Mathilde Noirot

Pour sa dernière chronique Musique de l'année, Biche s'est intéressée au processus même de la création. Au monde qui se cache derrière les albums, derrières les vinyles. A cet univers qui, quand il chante à nos oreilles, nous permet de nous évader; mais qui, avant de pouvoir prononcer ses premières notes, requière un investissement et une passion profonde de la part de son créateur. C'est au travers de deux histoires particulières que Biche vous entrainera dans les coulisses musicales, au cœur de la production. CIRCA 2000 et Nikita von Tirapsol, deux musiciens respectivement d'Angleterre et d'Allemagne, nous ont livré leur vision, leurs attentes, leurs envies, et leur amour pour la musique, afin de retranscrire de manière personnelle, une partition de leur vie, une harmonie créatrice.

• 42 •


MUSIQUE

CIRCA 2000 William Wiffen Bridlington, England, 2016. ••• Thoughts in Vias, 2017

How did everything begin for you ? What was the first step you made into the music scene ?

What were the most difficult steps you had to go through ?

I was originally a guitar player and singer. I started when I played at open mic nights in my hometown of Bridlington, Yorkshire. I can now play most Talking Heads and Bowie tracks on guitar haha… Later on I got really into house and techno when I started collecting records and mixing, once I fused this with my singing and songwriting I got something like what Circa2000 is now.

I was very frustrated as a young musician as I could never write songs on guitar. I definitely tried very hard to write but I just couldn’t feel authentic until I started to get interested in electronic music.

Was it difficult to begin ? Or maybe easier than you thought ? I think I followed a path of least resistance with my choice in what I spent my time doing, and each step always did what felt most natural. The best change for me was realising that I should start singing on my tracks again. This tied in my knowledge of song structure and pulled me out of making music for a particular environment. I now only make a good track if I don’t know where I’m going to go with it.

Was getting into the musical world like a dream coming true and something you were really looking for, or did it came more naturally, without thinking it as the number one goal ? I think it came naturally, but I’ve always wanted to be a musician… Or a pro skateboarder…. but funnily enough some of the music on the skating videos I watched when I was younger really widened my taste in music. Is the musical world now a work for you ? or does it still kind of a hobby ? It’s still a hobby but with my live performances I’m working towards making it a full time job … at least that’s the aim!

• 43 •


MUSIQUE

You’re based in England, right ? Brighton, I believe ? Why did you choose that city ? I chose Brighton as I wanted to be in London but really couldn't afford to live there. Brighton has been a perfect place to network and experience city life in a place where you can walk the length of the city in under an hour. It’s basically an extended university campus. What does this city represent for you ? And for your production ? I love being here because all the people I hang around with here are driven to make and build communities and events as it’s free of the competitive nature of London. This sometimes can be frustrating and means that nothing happens until you involve yourself,

but all the people who live here are always wanting to build something, and I love that DIY attitude most of all. Do you think about moving, and maybe experimenting another music scene in England or in the world ? I would love to move sometime soon. I really like what’s happening in other places in the UK, the label I released Thoughts In Vias with is in Sheffield and some really cool stuff is happening in much further away places like up there. The internet and greater connectivity is allowing scenes to develop, even up north!

• 44 •


MUSIQUE

• 45 •


MUSIQUE

What is the thing you most appreciate right now ? The thing you really enjoy in the whole music process ? I really like experimenting with my musical setup. If I push myself into somewhere I’m not familiar, finding the order through all the confusion often yields the best results. Nowadays, lot of musician DJ are considered as DJ only, and not as proper musician, which I think is pretty wrong. What is your opinion about it ? I think people who decide that the DJ environment is where they want to create then you should only measure them in terms of what they aim to achieve, and some of the most interesting artists can be DJ’s. I’ve grown very fond of the DJ scene, it’s an opportunity to lose yourself in a physical

space that's really abstracted from traditional music listening environments. It’s interesting that people don’t need musical talent anymore to create music, it’s means that its more inclusive. It doesn't mean that you have to like what they do though! How do you define yourself, within this categories? I’m a musician and artist and I’m trying their best to develop my musical style considering my own skills and considering the wider world of contemporary music and art. I want it all to be part of the same endeavor. What do you want your style to be ? Is there is some kind of musical style you want to develop and follow for the next year ? Or are you more like experimenting a lot of style to find your own one ?

• 46 •


MUSIQUE

I think I’d like to develop my artistic platform to cover all different artistic projects. I love installations and physical space in art so maybe once I’ve developed more of a following I might find time and fundings to do such things. You recently produced an album, Thoughts in vias, how does it feel to have your first big and public production ? Oh it’s amazing. I’m really astonished at the feedback from it too. I think I’ll be following this album up with a couple more releases this year too. Was it the goal you were looking for ? Did it change something in your production, in the way you see and think your music, and maybe in the way you do your shows ? I think most of all it gave me the encouragement to just do what feels natural, most of that album took a very short time to write because I just let go. I think if you listen to Sense (on Thoughts In Vias) , the vocals sound terrible because I recorded them with the speakers still on, dancing around my room just making up lyrics. And how do you see your production ? Is that a whole entity that combines music, visual, aesthetic and the installation for the shows ? Or do you think firstly about the music and leave the other field in the background ?

the projection. Are you doing the whole visual production on your own, the album picture, the visual during the show, and so on? The album cover was done by Human Studios in Sheffield. Nick Bax and his team came up with it for the album and I was really pleased with it. The next couple of releases will feature some art which I’ll be more involved in however. What is your goal, or project for the next months or years ? What is the very first things/step you’d like to achieve ? I’m getting my live performance out there a little more this year. I’ve had a couple gigs this year already and more to come. They usually lead to other opportunities so that’s why I’m really enthusiastic about playing! Do you have any project for the summer ? Playing at some festivals ? Where can we see you in the next months ? I’ll be playing a few dates in London, and at a couple of festivals which I’ve yet to confirm. If you tune into Infinito Audio (Chile) they’re going to be releasing a cassette tape (+ bandcamp) of instrumentals which I hope you’ll enjoy!

As previously said I love considering everything. my good friend Gabriel Davison has been doing some live visual mixing using an old video mixer and a feedback process which gives him great dynamic control over • 47 •


MUSIQUE

And finally a bit of communication, where can we find and follow you on internet ? Facebook https://www.facebook.com/ circatwothousand/ Thought's In Vias LP https://computerclub.bandcamp. com/album/thoughts-in-vias Spotify Circa 2000 - Thoughts in Vias Soundcloud https://soundcloud.com/circa2k Instagram https://www.instagram.com/willwiffen/

• 48 •

Album cover : Human Studios All visuals : Gabriel Davison


MUSIQUE

NIKITA VON TIRASPOL Ernst-Moritz Mitzscherling Leipzig, Germany, 2016. ••• Kontrapunkt Records

How did everything begin for you ? What was the first step you made into the music scene ? About music in general, it started when I was six years old and my parents sent me to music school to learn trumpet. As for the electronic music scene it started with moving to Leipzig where a friend started to take me to my first techno parties which I fell in love with constantly. I started my own production when I downloaded some music software, and tried to do some stuff on it. At one point I also bought a synthesizer, and then I felt like it was time to press the record button. This is how it started, I had to press that button, to let my own music begin. Was it difficult to begin ? Or maybe easier than you thought ? The idea to start producing own music existed for a while already but the point to really sit down and start was a long process. There were all the time voices in my head

who told me that there is enough good music existing already and the world does not need someone else. But from the point I sat down and started everything went easily. It was almost like an exploration, like a game you’re happy to play with. What were the most difficult steps you had to go through ? The most difficult thing for me still is to get the sounds: to bring the melodies, the songs, etc. that I have in my head down to the computer or synthesizer. To figure out how I can make this sound. And I am still miles away from finding exactly the sound I have in my mind on the computer. Mostly I feel like I am working still with alternatives, like not the right sound but something approaching it. (e.g. if i have a quiet bell in my mind I start looking for bells but i never find that bell I have but take another bell than). Most of the time the hardest thing is to feel that something is missing in the song, that it’s not sounding “full enough” or “finished

• 49 •


MUSIQUE

• 50 •


MUSIQUE

enough” you know. In one music you have a certain amount of layers, the instruments, the kick, the clap, the melody, and however it is put together, it always feels that something is missing. In the beginning this feeling really blocked me. I wasn’t showing my music to anyone, and i got stuck in this though, that what I was doing wasn’t good enough. But then I made some friend listen to my songs and some of them really liked it, so the feelings disappeared a bit, and I started to think that my music was not so bad apparently.

Was getting into the musical world like a dream coming true and something you were really looking for, or did it came more naturally, without thinking it as the number one goal ? The first techno parties were like a dream for me and still they are from time to time. Starting to make music by myself felt like the next step I somehow had to take and wanted to take. And starting to make and organize own parties felt like a completely new world for me. I was trying to understand the music I was listening to, and trying to understand how it was produced. Yeah, I was getting more and more interested in that kind of music. And then the producing part came quite naturally. I started to play synthesizer at a friend’s place, and then I got my own one, and I started to experimente. So yep, it came step by step, it felt really natural for me.

What was the biggest step you’ve made until now, that made you thinking, “okay wow, this is great, this is happening!” ? Probably last septembre, when I start my own record label Kontrapunkt and releasing the first record with music from friends. At that moment I thought: ”Ok. Wow. That is cool and now I am in that game as well.” Is the musical world now a work for you ? or does it still kind of a hobbie ? Well. I am still studying and trying to finish my master but aside I am working in a vinyl pressing plant and am working somehow in the musical world already. For producing music and for djing it is still a hobby. And I am not sure if that will change. Would you want it to change ? Would you like to see the music practice going from the hobbie to the proper work ? Yes why not, I think it would be nice. But it’s actually kind of difficult to do that as a proper job, and it takes a lot of time. I am also totally fine with working, in some other field, and then seperate my weeks in two. The first half could be dedicated to my job, and the other half to do music. It could be nice. What is the thing you most appreciate right now? The thing you really enjoy in the whole music process? There’s a great moment when you start to play music, and then it comes the point when I feel like “ okay now it starts to sound cool”

• 51 •


MUSIQUE

and it’s the point where the sounds could be a song. You know when you start you have a “tac tac tac” (mimating and clapping), and then you had a “pacpacpacpacpac”, and then again something else, and suddenly you start to see and hear something, and this is where the it goes beyond the sounds, and become a proper song. Another great moment actually is when I release something. The feeling you have when you start thinking, “okay now it’s done! It’s finished” and you know that, now, your song is available for everyone, not only for your friends, but for anybody that would like to listen to it. You’re based in Germany, right ? Leipzig, I believe ? Why did you choose that city ? Ah. That had nothing to do with music anyway. I finished my Abitur and wanted to move from

the little city I lived. And Leipzig was just an instinctive decision. What does this city represent for you ? And for your production ? Hmm. Leipzig somehow tries to be a super cool techno city. Which it is in many ways for sure but I feel like it is not super open to new people.I feel like you have to earn super much scene credibility to get accepted here or you have to be cool enough - I am not sure. And if you somehow do not fit enough in any of the scene clusters you will have it hard here. But I might be wrong here, and other people can feel totally different about it. Still, it’s actually a great city for its many musical style, and the many influences you can get. There’s not only techno and house, but some great drum’n’bass, post rock, indie, jazz and many more. Therefor it is a really cool

• 52 •


MUSIQUE

city! But yeah, for the scene somehow, it is quite hard to make your own place, it seems that if you don’t fit enough, you can’t have your place.

mixing and playing live. I think it is good that musicians are still seen separate than Djs. They are actively doing music and not passively listening to it.

Germany has a pretty intense production of electronic music, and it is a quite important scene for DJ in the world, is that something helpful for you right now ?

How do you define yourself, within this categories?

I think there are two points about Germany. First one : it’s good to have many people to do this, and many people who can push the things forward. So this is why it is great to be in the German musical environment. But on the other side the concurrence is really big. There are so many people out there who are doing the same stuff as you do, so it is kind of difficult to feel that you can actually bring something to this musical world. Do you think about moving, and maybe experimenting another music scene in Germany ? or in the world ? At the moment I am not really thinking about moving. I actually just moved for half a year now ! Still recent, and I want to finish my studies first. But I am not sure if I will stay in Leipzig forever, for everything I said about the musical and DJ scene. Talking about the DJ scene : Nowadays, lot of musician DJ are considered as DJ only, and not as proper musician, which I think is pretty wrong. What is your opinion about it ? Well most Djs (me included) just mix track after track and do not really make music but just play them. There is only a few who have high mixing skills to blur this line between

Half-half maybe? (laugh) Mostly I am just djing and producing music at home or with friends. Is there a DJ you refer to ? Or you see as an example ? For his/her music, for his/her attitude, and/or the way he/she works? Most of the time I tried not to sounds like everyone else, but it is super hard and not possible. I mean, there will always be someone who will sounds like you, or you’ll always sounds like someone else. So I try not to think about some other DJ or producer, at the moment I produce my music. But for sure, I have some references, and there are many people’s music I appreciate, and I would like to sound like. But well, to produce music as such a high level, and such a quality, that is so special and hard to find. What are your references, and inspiration in the DJ scene ? and music in general ? Well basically the stuff from my friends - of course. Then from the big ones: I love almost everything from The Knife, James Holden and Kassem Mosse (and all the Workshop crew). And from the smaller ones: a lot of the stuff from Chez Emile Record Store in Lyon. They have super great stuff. Brothers From Different Mothers, Melodies Souterraines, Comic Sans Records and Besoins Premiers

• 53 •


MUSIQUE

for example and one guy I just discovered recently: Maukook. His music is so cool, and so special ! And I must add Philipp Matalla from Leipzig. Really weird stuff sometimes but all high quality. And Rising Sun! What do you want your style to be ? Is there is some kind of musical style you want to develop and follow for the next year ? Or are you more like experimenting a lot of style to find your own one ? Within the last time I was more interested in broken beats and those stuff but still in a technoid electronic mainframe (fusion between the techno beat, and the drum’n’bass beat). I really like this stuff, but somehow I feel this is already over now. Trance stuff seems a little bit interesting to me at the moment which could be the next big thing. I experienced that these last months there are more trance tunes coming up to production. I don’t mean the hardcore 90’s trance, but those “fchhhheeeee” or “veeeeechhhh”, you know, this kind of great layer of sounds. But I do not know what will comes next. I always try to follow the current movement, and where I go also depends from my friends and what they are listening to and showing to me. You are producing your own vinyls, right ? What do you press on them ? On my first release I selected music from friends and me and for the second record I invited a musician from Lille to release his music on my label Kontrapunkt. What comes after ? I hope something from someone whose music I really appreciate.

How does it feel to create and produce your music from A to Z ? Is this something important for you to do ? At the moments of producing it all sounds like total crap for me. But I’ve experienced that some people feel like that. It seems like musicians do not like their own productions. But every time I produced something, some friends tell me afterwards that it is good. But, yeah, I am not too good in looking hours for a certain sound. For me everything goes quite fast, even the finishing steps. So yes, it is important, but I am not really good at spending lots of time on it. Sometimes I wish I would be more conscientious in finding the right sound and in looking for alternative versions. And how do you see your production ? Is that a whole entity that combines music, visual, aesthetic and the installation for the shows ? Or do you think firstly about the music and leave the other field in the background ? Well when I start a song from nothing I guess it mostly depends on my mood in which direction the song will go and then there comes one point where it all changes and the song I just made starts to create a feeling in me or to bring me into a certain mood and also to connect that to certain situations, places I had been to or that I want to go. Are you doing the whole visual production on your own, the album picture, the visual during the show, and so on? No, no. I just take care about the music. Fortunately I have someone who is really good in all the visual aspects. Somehow I

• 54 •


MUSIQUE

All visuals : Stefanie Wittrisch just take care about the music. Also all the technical aspects on a party really can drive me crazy.

And at some point I have to finish my master degree as well - sometimes I forget about that.(laugh)

What is your goal, or project for the next months or years ? What is the very first things/step you’d like to achieve ?

Do you have any project for the summer ? Playing at some festivals ? Where can we see you in the next months ?

Hmm. I will release on a tape label from Stuttgart with a friend this year. And then, there will be two or three more (vinyl) records on my label this year and one or two tapes which are waiting to be finished. I hope to have a person from Lyon on some of them whose music I really appreciate.

Mainly in Leipzig where I am based. There are plans to play in Lyon later this year, we’ll see. And then the play at the festival I mentioned, the one I do with some close friends later this year.

I am also organizing a little festival later this year with my close friends on a secret spot ! And I am working with friends on Waking Life festival later this year.

And finally a bit of communication, where can we find and follow you on internet ? Mainly on soundcloud. www.soundcloud.con/nikitavontiraspol www.soundcloud.com/kontrapunktsound

• 55 •


CHRONIQUE MOBILITÉ ET ERASMUS - Témoignage des étudiants pour l'erasmus 2017-2018 Texte : Alix Gelabert ∙ Photo : Mathilde Noirot ∙

Partir en ERASMUS … ça fait rêver non? Après avoir rendu leur candidature en février, des étudiants friands de voyages et de déouverte, attendant patiemment leur entretien de motivation ou préparant intensivement leur CLES, répondent à nos questions. Où partir? Comment choisir sa destination et son université dans les nombreux partenariats de l’ENSAS ? Mais avant petit rappel, l’Ensas propose … destination en Europe en L3 et … destination pour les

mobilités hors Europe de M1, sans oublié les deux doubles diplômes francoallemand et le double diplôme franco-chinois. Cette années ce dernier entre en tête de liste des candidatures déposées, très vite suivi par des destinations comme le Québec en M1 ou Milan en L3! Mais d’autres destinations nous attendant dans les pays les plus inattendus, la Hongrie, la Slovénie, le Portugal et bien sûr l’Allemagne. La parole est aux étudiants!

• 56 •


• 57 •


MOBILITE

-Pourquoi partir un an à l’étranger? Je souhaiterais partir à Milan. Pourquoi ? Je considère cette année comme un nouveau départ, un moyen de voir de nouvelles choses, de devenir toujours plus indépendant, de se créer […] tout en ayant accès à des connaissances qui ne nous seraient pas données en temps normal sans échange interculturel, sans voir une autre façon de travailler… (AnneBRECHENMACHER) J’ai toujours aimé voyager et découvrir d’autres pays, leur culture, leurs coutumes, leur vision des choses sans jamais avoir eu l’occasion de partir pendant une longue durée, c’est donc la bonne occasion! (Constance PORTIER) J’ai choisi de partir à Budapest. Je pense que partir un an à l’étranger peut être non seulement bénéfique pour améliorer son niveau de langue (en anglais) mais aussi, culturellement . (Julia MATHULIN) Selon moi l’enseignement de l’architecture ne peut pas s’envisager dans un unique lieu. Je pense qu’il y a beaucoup à apprendre de la manière de transmettre un enseignement et un savoir architectural dans une autre université, et encore plus dans un autre pays. (Agathe ZUBER) Il y a certains enseignements qui sont proposés à Québec que tu ne trouveras pas à Strasbourg (ni dans le reste des ENSA) dont quelques uns qui seront nécessaires à mon projet professionnel. (Simon WALTER)

Je souhaite partir à Stuttgart, en Allemagne, pour découvrir une nouvelle manière de penser la conception architecturale et profiter du cadre d’étude offert par un pays étranger (relation professeurs élèves non hiérarchique). (Salomé NICOL) Je désire partir en Hongrie à Budapest. Pour améliorer mon niveau d'anglais, surtout à l'oral mais aussi pour découvrir un pays que je ne connais pas et m’imprégner de sa culture (Sarah PASQUET)

-Qu’est ce qui t’a fait choisir cette destination? (, la ville, le pays …) L'école est tournée vers le patrimoine avec la possibilité de prendre en L3 des laboratoires directement tournés vers la réhabilitation de monuments classés, la restauration... et c'est le domaine qui m’intéresse ! (Anne BRECHENMACHER) J’ai toujours aimé voyager et découvrir d’autres pays, leur culture, leurs coutumes, leur vision des choses sans jamais avoir eu l’occasion de partir pendant une longue durée, c’est donc la bonne occasion ! Et partir pendant les études me permettrait d’en apprendre plus sur d’autres méthodes d’enseignements et améliorer mon anglais. (Constance PORTIER) J’ai toujours été attirée par les pays de l’Est et n’ayant jamais été à Budapest je pense que c’est l’occasion de connaître une autre ville européenne. (Julia MATHULIN)

• 58 •


MOBILITE

On m'a dit que du bien de cette ville, les gens y sont ad-o-r-a-b-l-e-s, la région est d'une splendeur inégalée au Canada (je trouve) et bien sûr les cours: la relation prof/ élève est plus amicale, on y travaille mieux apparemment et comme dit il y a des cours que j'aimerai suivre là-bas . J'ai aussi envie de découvrir un nouveau pays avec une culture et des mentalités radicalement différentes ! (Simon WALTER) L’Allemagne parce que les allemands ont la culture de la rigueur et du pragmatisme. Stuttgart parce que la faculté d’architecture offre une approche interdisciplinaire( Salomé NICOL) Un ami y est parti en Erasmus. Il ne m'a dit que du bien de cette ville ce qui m'a donné envie de tenter ma chance. J'ai aussi choisi Budapest car son architecture est réputée, il y a matière à visiter. (Sarah PASQUET) -Quels sont les aspect qui t’intéressent le plus dans l’université que tu as choisie? Les cours liés au patrimoine, sans aucun doute! (Anne BRECHENMACHER) La pluralité des cours qu’ils proposent. On sort vraiment du pur cours de conception pour aller plus loin dans l’architecture et tous les aspects qu’elle peut offrir. (Constance PORTIER)

La Polytecnico di Milano est une université de haut rang, donc autant allier le plaisir de la mobilité, à l’excellence d’une université. De plus elle dispense des cours dans des domaines non représentés à Strasbourg, celui qui m’intéresse particulièrement est le design. Je pense que cette discipline peut apporter quelque chose à celle de l’architecture. (AgatheZUBER) La faculté d’architecture de Stuttgart fonctionne en partenariat avec les autres facultés du campus universitaire pour mettre en lien les différentes disciplines, ouvrir les savoirs des uns aux autres. (Salomé NICOL) -Comment s’est passé la préparation de candidature? Dès octobre j’ai fait des recherches sur Milan et la Polimi, je voulais être sûre de faire le bon choix de destination.J’ai aussi échangé avec un étudiant en mobilité là-bas cette année, pour avoir son point de vue qui m’a confortée dans mon choix. C’était un peu le rush en janvier, entre gérer les partiels, le projet intensif et boucler la candiature. Et puis maintenant j’apprends les bases d’italiens pour avoir un minimum de vocabulaire et pouvoir me débrouiller sur place. Donc préparer une candidature prend du temps, il faut s’investir ! (Agathe ZUBER)

• 59 •


MOBILITE

Avec la charrette de projet c'était plutôt compliqué de faire les deux choses à la fois. Mais les étapes sont très bien décrites et les réunions en amphi sont très claires ! Si on a des questions on peut aller voir M. Voegtling qui nous accueillera toujours avec bonne humeur ! (Simon WALTER) Plutôt bien. J'ai apprécié l'aide de l'école pour la préparation au C.L.E.S avec cette semaine intensive en anglais. (Sarah PASQUET) -Quelles sont tes attentes, tes appréhensions pour ton année à l’étranger? Pas mal de peur et d'appréhension, déjà si je serais prise ou pas et sur l'année en ellemême : vais-je réussir à suivre les cours en anglais, trouver un logement, me débrouiller au niveau de l'administration, bien m'adapter au mode de vie […] Pour les attentes, de passer une belle année, tout simplement ! (Anne BRECHENMACHER) Je redoute peut-être un peu le temps d’adaptation, mais mis à part ça je n’attends que du positif, j’espère pouvoir rencontrer des personnes de touts horizons, avoir une nouvelle vision des choses, devenir plus autonome et sûre de moi. (Constance PORTIER) J’angoisse à l’idée de me retrouver dans un pays ou ma langue maternelle n’est pas celle du pays. Ne parlant hongrois, je serai obligée de parler anglais, et me faire comprendre en anglais. (Julia MATHULIN)

J’espère en ressortir riche de connaissances, de points de vues sur l’architecture, de culture italienne et internationale, des rencontres… En tout cas on m’a toujours dit que partir en erasmus était génial et que c’était une expérience à faire ! C’est un grand saut pour moi ! […] Est-ce que je vais réussir à comprendre les italiens et apprendre leur langue ? (Agathe ZUBER) Si j'ai le privilège d'être pris j'espère en apprendre plus sur l'architecture et essayer de concrétiser la voie professionnelle que j'ai envie de prendre. Cette année ne peut que être bénéfique ! (Simon WALTER) J’ai peur de ne pas avoir un niveau de compréhension suffisant pour profiter pleinement des enseignements mais j’ai vraiment hâte. J’envisage par exemple de faire une colocation avec des Allemands pour être en immersion totale. (Salomé NICOL) Partir en ERASMUS nécessite de l’engagement et de la motivation en amont, mais c’est pour tout le monde le synonyme de découverte culturelle, humaine et professionnelle! Chaque université est différente et propose des cours nouveaux mais chacun trouve la destination qui lui convient où il passera des moments incroyable. Malgré la barrière de langue qui peut faire peur au début, nombreux sont ceux qui se décident à passer le pas. L’aventure commence bientôt !

• 60 •


• 61 •


BICHE ENVOIE DES BISOUS à tous ceux qui ont contribué à ce numéro, de près ou de loin. Merci

• 62 •


MERCI !!!!!!!!!!!!

ONT PARTICIPÉ À CE MAGAZINE : Guillaume Sanseigne : Couverture du magazine, Page centrale. Martin Journot : Maquette originelle du magazine.

Un grand merci à tous ceux qui ont participé à nos interviews, répondu à nos questions et pris le temps de nous transmettre leur expérience et émotions ! Thanks to CIRCA 2000 and Nikita Von Tiraspol for shearing their own musical experience, and let us entering the world of creation and production !

• 63 •


• 64 •


Biche Recrute ! Biche, c'est avant tout un magazine écrit par des étudiants et pour des étudiants !

Il est ouvert à tous, que vous ayez un talent pour l'écriture, un coup de gueule à passer, ou que vous ayez simplement envie de partager tout plein de choses : un retour de mobilité, un voyage, une de vos création, un coup de cœur architectural, musical ou littéraire... Des textes, des photos, des illustrations, des collages, tout est possible, ou presque ! Nous attendons vos bonnes idées avec impatience. Biche vous attend pour construire son futur aux parfums boisés et aventureux ! L'équipe Rédactrice recrute de nouveaux membres frais et motivés! Petits faons, ou grand cerf, vous pouvez tous prendre part à notre Team Bichons, pour écrire, conter, retrasncrire, évoquer et romancer vos découvertes et vos aventures quotidiennes ! L'équipe de Biche écrivez-nous ! biche.mag@gmail.com FB : Biche Ensas

• 65 •


contact : biche.mag@gmail.com FB : Biche Ensas

Photographie de couverture : Guillaume Sanseigne

Profile for Magazine Biche ENSAS

BICHE #7 - ÉTÉ 2018  

BICHE #7 - ÉTÉ 2018  

Advertisement