Issuu on Google+


THEME HIVER

by Charles BOISSELIER


COCON PURETE HIVERNALE

9


EDITO

L’HIVER

E

nfin le numéro 2 est là ! Le paysage a changé, les feuilles sont tombées, les couleurs se sont assombries, les températures chutent : le froid est là. On ressort nos MOTIFS LAINEUX, NOS FOURRURES, DOUDOUNE & ROBE PULL afin d’affronter L’HIVER. Ah  ! L’hiver, cette saison, magique signe de Fêtes de fin d’année, de neige, de changements, souvent perçue comme négative, déprimante : la fin d’une année. Mais au contraire, l’hiver sonne un recommencement, un nouveau départ. A travers notre thème du COCON : pureté hivernale, les futurs papillons se préparent à l’épanouissement, à déployer leurs ailes, à sortir de leurs chrysalide. De cet univers poétique, on imagine cette saison comme un envol, l’esquisse du renouveau, la promesse d’une renaissance. Alors, à travers ce 2ème numéro B², qui a évolué, changé, mais toujours dans le but de vous satisfaire, on trouvera des rubriques différentes, ainsi que de nouveaux artistes intervenants. Vous pourrez vous évader dans ses univers et inspirations mode homme & femme, mais également découvrir Bordeaux et Biarritz sous une facette novatrice, un autre regard, celui de l’art et de la culture, version hivernale. Avec B² dans les mains, souriez … vous ne serez pas filmés … mais tellement ravigotés que le futur printemps vous appartiendra, le printemps de B … 2, bien sûr. VIVEZ un hiver détendu et chaleureux entre amis et en famille et passez de bonne fêtes. Amusez-vous, délirez, mais toujours avec style et décalage, et n’oubliez pas la tradition de prendre de bonnes résolutions pour l’année prochaine. Bonne lecture sous la couette, dans les skis-bars et autres cocons sympathiques, et à très vite pour les évènements et infos B². CHALEUREUSEMENT, LE REDAC’ B² magazineb2.blogspot.com ou la page facebook page magazine B²

11


L’INSTINCT DU HERISSON REFLEXION

Après la folie amoureuse, les oiseaux s’affairent à bâtir leur nid. Entassement de feuilles, de brindilles, de boue, de plumes, de choses et d’autres qui formeront un accueil pour les petits œufs clairs parfois tachetés que pondra la femelle. Ce nid est une cachette dans l’arbre, un refuge certain. C’est l’intimité personnifiée du couple amoureux. Quand la grosse chenille potelée termine son festin printanier, de la même façon, elle met toute son énergie à se replier sur elle dans une cage douillette, un cocon puis une chrysalide. Elle reste accrochée fébrilement à une branche, suspendue entre le fait de tomber ou de résister au vent et aux multiples incidents probables. L’ours brun qui s’abandonne en toute confiance au sommeil de l’hibernation et qui survit à l’hiver blanc de la montagne dans une tanière fait la même chose. Tanières, cocons et nids sont des endroits uniques, garants de la survie de chacun et en lesquels chacun a une confiance inébranlable. Ce sont des bastions protecteurs qui repoussent le danger venant de l’extérieur et de son immensité. Notre chez soi, c’est un nid, un cocon et une tanière. Le chez soi est l’endroit le plus réconfortant. Là, tous les objets sont à leur place. «  Everything in its right place  » (Radiohead). Ils sont insérés dans un paysage familier, quotidien, sans surprise. Même sur mon bureau, qui serait le plus en désordre pour certains, je suis assuré de trouver n’importe quoi, parce que je sais où chaque chose est. Dans mon cocon, j’y suis bien parce que tout est là où je l’ai laissé. On est bien chez soi, parce

qu’il n’y a pas de surprises et qu’il nous est intimement connu.Dans notre chez soi, le repos et l’apaisement sont de mise et leur bienfait évident est de nous tenir éloignés de nos problèmes, de guérir ou de panser nos plaies de la journée. Nous oublions le monde extérieur. Endormi dans notre chez soi, notre corps au calme profite de cet instant pour réparer toutes les lésions qu’il a pu subir. Le chez soi est un oubli du monde extérieur.  Il est une boite de coton où nous ne pourrions jamais être claustrophobes.  Notre cocon nous est tellement familier qu’il ne pourrait jamais nous inspirer la moindre crainte. Il devient même purement nous-mêmes, comme un prolongement ou une extension. Dans le lit chaud, doux et moelleux dans lequel, le matin, on prolonge la nuit en scrutant la délicieuse obscurité, la plus amicale des obscurités, il n’y a que soi. Et ce soi ne pose problème à personne. Ainsi on ne peut que revenir chaque jour chez soi. Le chez soi, c’est le lieu de repli. Ce repli animal nous recentre sur nous-mêmes. Chacun devient le centre du monde. Nous sommes toujours à un moment donné sur le chemin qui mène à ce nid, à ce cocon ou à cette tanière, c’està-dire à ce lieu dans lequel rien ne viendra nous déranger ou nous angoisser. Là, il n’y a rien à penser, rien à décider, rien de primordial qui nous engagerait totalement. L’intimité la plus intense, la plus affectueuse, se concentre dans ce monde intérieur. On peut étendre, alors, notre regard et constater que ce repli tient d’un instinct presque animal, voire totalement


animal. Se blottir, se ramasser, se resserrer sur soi-même, se retirer, se cacher, autant de synonymes qui évoquent ce geste animal. C’est presque comme si ce mouvement de repli était inscrit dans chacun de nos muscles. Un réflexe de défense. Un réflexe de bien-être et de sécurité à portée de main. Nous sommes, au fond, des hérissons bardés de piquants qui, au moindre danger, se mettent en boule.Alors l’hiver venu, crispés dans notre manteau, nous rentrons impatiemment nous réchauffer dans notre appartement. Nous mettons la musique que nous aimons ou nous allumons la télé avec nos programmes habituels ou l’ordinateur avec son internet infini et jamais fermé. Tout paraît nous appartenir, même les choses les plus lointaines. Ainsi Internet, l’exemple type de quelque chose qui pourrait être des plus étranges et des plus dangereux, semble familier et protecteur. Il nous paraît tout proche pour la simple raison qu’il est installé et intégré dans la trame serrée de notre chez soi. Cela ne tient qu’à nous d’ouvrir la fenêtre et de laisser entrer le bruit de la rue, le froid cinglant de l’air. Mais on ne le fait pas. Ménager une place aux courants d’air, à l’extérieur, à l’intrus, signifierait qu’on ouvrirait notre espace aux surprises, à l’imprévisible, au danger, au froid qui nous rendrait malade. Notre tanière douillette ne saurait le supporter. Nous crèverions notre bulle. Chacun a besoin de ces parois molletonnées, juste à la forme de son intimité. Dans ce nid, il y a tout ce qu’il nous faut, des objets les plus anodins aux plus importants. Notre imagination a donné à tous une valeur inestimable qui nous

empêche de les jeter. Je crois, finalement, que tout le monde sait où se trouve son chez soi, cette tanière chaude qui nous protège du froid de l’hiver. Au fond de nous, nous savons où nous rouler en boule et apprécier de nous couper du monde extérieur. Parfois, c’est vrai, ce chez soi, on le cherche. Il s’agit là d’une quête vitale nécessaire à tout être. Mais faut-il pour autant vivre ainsi (blotti, réfugié chez soi) tous les jours  ? Absolument pas. Certes le cocon est le refuge apaisant où l’on aime retourner et se replier comme une pause momentanée dans notre existence. Mais s’il fait bon s’y abandonner, il ne doit pas être notre unique lieu de vie. L’ouverture, la confrontation au monde extérieur nous sont nécessaires. Même le hérisson, fragile et craintif, qui nous ressemble tant, se risque toujours à traverser la route au mépris d’un danger. Il prend ce risque parce qu’il a l’assurance quelque part d’un refuge, celui de se mettre en boule. Hélas, cela reste un refuge bien vulnérable qui ne le protège pas de tous les dangers…

PAR CLEMENT IRIGOYEN 13


19


21


LA TANIERE Modèle: CAMILLE EGRETEAU - Photos: NICOLAS MEPHANE - Make -up : MARA SASTRE -backstagem.u.st - Style & coiffure: OLIVIER GRANET

TENDANCE

A ssPOIL titre!! La nature est là pour nous rappeler sa loi : elle peut être généreuse et elle peut détruire. Et l’hiver elle mord. Il faut se couvrir, se réchauffer, faire face à la rudesse ambiante. Nos ancêtres avaient trouvé la parade en se couvrant de peaux de bêtes tout naturellement. Pourquoi pas nous ? Les matières à poil n’ont jamais eu autant la côte qu’en cette période; la fourrure exerce une attraction irrésistible. Cette matière dense habille et réchauffe nos peaux nues pour notre plus grand plaisir. Zoom sur la tendance animale et bestiale : la fourrure.

Veste aviator: VINTAGE - Colliers: VINTAGE


Pull: CHANEL - Chaussure: MAROCAINE - Col en fourrure: ALISON SAINT MARTIN

23


Gilet : SONIA RYKIEL - Col: ELEONORESKA - Botte: COMPTOIR DES COTONNIERS

25


Fourrure: ELEONORESKA - Chausette: BONNIE DOON - v: MELLOW YELLOW


CASTAWAY - Col: ALISON SAINT MARTIN - Collant: ALISE - Chaussures: VINTAGE

27


Fourrure: ELEONORESKA - Chausette: BONNIE DOON - Chaussures: COMPTOIR DES COTONNIERS


Gilet : SONIA RYKIEL - Col: ALISON SAINT MARTIN

29


Gilet: ZARA - Chausette: BONNIE DOON - Col: ALISON SAINT MARTIN - Chaussures: PAUL BARRIOLE

31


TRANSFORMATION LOOK

Modèle: ALISON SAINT MARTIN - Photographe: KEVIN MOULIE - Stylist: OLIVIER GRANET

3 FACONS DE PORTER ... LA ROBE-PULL La robe pull est la robe emblématique de l’hiver. On s’y blottit dedans et on s’y sent bien, prête ainsi à affronter l’hiver. Que l’on aime plutôt le côté urbain, chic ou cocoon, 3 façons de porter la robe-pull pour s’en inspirer, copier ou adopter cette robe.

CHIC

Robe: COS / Noeud cheveux: H&M / Shoes: BCBG / Collant: Galerie Lafayette / Débardeur: H&M / Montre: ROLEX


CITY

Robe: COS / Manteau & Shoes: MAGE / Jeans: ZARA

CASUAL

Robe: COS / Shoes: ACCESSOIRES / Collant: Galerie Lafayette / Col: QSTOM

33


Photos: POW ROUSSELY - Maquillage: CHRISTELLE MARIN, MA誰DER GARAY, JULIE RODRIGUEZ - magazineb2.blogspot.com

EVOLUTION MAKE-UP

FABIENNE 49 ans


TESS 17 ans 35


ANNA 82 ans


NATHALIE 18 ans 37


EMMA 16 ans


JULIA 8 ans 39


ANNE 56 ans


SARAH 25 ans 41


PIA 13 ans


JOSIANE 56 ans 43


AUDREY 16 ans


MERRIL 19 ans 45


EUGENIE 20 ans


LOUISETTE 73 ans 47


PASCAL 51 ans


KATIA 19 ans 49


LYSIANE 22 ans


ROSE 30 ans 51


CLARA 23 ans


ORELIE 33 ans 53


ANNE-CECILE 20 ans


MATHILDE 15 ans 55


LOUHELIE 17 ans


CHARLOTTE 21 ans 57


59


61


63


65


L’ENVELOPpE

Modèle: ANTOINE DELPIT & AURELIEN CASSAN- Photos: KEVIN MOULIE - Style: OLIVIER GRANET

TENDANCE

MOTIFS LAINEUX Cet hiver, à vos pulls jacquard, grosses mailles, écharpes et gilets en maille. C’est maintenant ou jamais l’occasion de ressortir ses grosses pièces d’hiver pour se concocter un look à la fois casual et élégant, tout en évitant les coups de froid. Tendance à adopter d’urgence; la grosse laine et les motifs.

Antoine Bonnet : PEPE JEANS - Doudoune: CARHARTT - Chemise: DOCK CAVIAR - Jean: ZARA Chaussure: NIKE - Montre: NIXON Aurelien: Veste: INSIGHT - Chemise: ZARA - Echarpe: ZARA - Montre: NIXON - Lunettes: PARAGRAPHE Chaussure: WANS -Jean: LEVI’S


67


Chemise: THE KOOPLES - Veste: ZARA - Pantalon: CARHARTT - Chaussure: WANS - Bonnet: ELECTRIC - Montre: NIXON - Lunettes: PARAGGRAPHE

69


Chemise: THE KOOPLES - Pull: ZARA


Aurelien: Pull: BRICE - Jeans: REPLAY - Chaussure: WANS - Chemise: JACOBS & JACOBS - Chapka: H&M

Antoine: Bonnet: ELECTRIC - Chemise: JACOBS & JACOBS - Pull: PULL & BEAR - Pantalon: CARHARTT - Chaussure: WANS - Montre: NIXON

71


Chemise: CARHARTT - Gilet: ZARA - Echarpe: ZARA - Pantalon: ZARA - Chaussure: WANS - Montre: NIXON - Lunettes: JIJI


73


Antoine: Gilet: ZARA - Pantalon: ZARA - Tee-shirt: INSIGHT - Chaussure: ZARA

75


LA ChRYSALIDE textLOOK here

Modèle: ALBAN PISCOPELLO - Photographe: KEVIN MOULIE - Stylist: OLIVIER GRANET

3ssFACONS titre DE PORTER ... LA DOUDOUNE Depuis des décennies, on la connait et on la voit surtout quand il s’agit de faire ses valises direction les Pyrénées ou les Alpes. La célèbre doudoune ne se porte plus seulement pour aller au ski, elle se porte aussi pour aller en ville. 3 façons de porter la doudoune avec style en toutes circonstances.

CHIC Gilet: ZARA - Doudoune: JAPAN RAGS - Chemise; THE KOOPLES Chaussure: VINTAGE - Sac: PROENZASCHOULER - Jeans: CHEAP MONDAY


CITY

CASUAL

Doudoune: JAPAN RAGS - Jeans: CHEAP MONDAY

Doudoune: JAPAN RAGS - Jeans: HELLS BELLS Tee-shirt:

Chemise:

H&M - Ceinture: ZARA - Col: COS Chaussure: BENSIMON

THE

KOOPLES

-

Chaussure:

GOLA

77


79


81


83


85


87


89


91


93


95


97


modèles: ROBIN FALXA & MATHILDE HALLIER / Photographe: SIMON ROUTA / Vêtements: INTHEMIDDLE BIARRITZ / Lieu: PLAGE D’ILBARRITZ

hibernation TENDANCE

SPORT D’HIVER

SKI DE FOND

Chemise & Legging : SURFACE TO AIR - Doudoune & Sac: BEL AIR - Shoes: BOOTS


99


ROBIN / Dufflecoat: LA PANOPLIE - Pantalon: AMERICAN VINTAGE - MATHILDE / Dufflecoat: SURFACE TO AIR - Robe pull: BEL AIR

101


ESC


CALADE

Bonnet & Chino: NORSE - Pull: KAUPANG - Shoes: BOOTS

103


RAQUETTES Chemise: BERANGERE CLAIRE - Legging & Bonnet: BEL AIR

105


RANDON Pull & Pantalon: BLEU DE PANAME - Echarppe: PHILIPPEAK


NNEE 107


Street Style IN THE STREET

Matthieu

Diarra

Draven

Rue du Pas St Georges

Rue Ste Catherine

Cour de l’Intendance

Belle harmonie des gris et des matières, associée à une coupe près du corps. Le bonnet, le tribal et les bottines Diesel amènent une touche décontractrée. Peu d’hommes en ville arrivent à porter une tenue casual, de manière aussi bien maîtrisée, sans virer vers du négligé ou sans se noyer dans des vêtements mal coupé ou des chaussures qui desservent la tenue. Ici c’est parfait !

On aime notre incroyable Diarra! Son style est unique dans notre chère ville. On adore la combishort cloutée qui dévoile des collants à l’imprimé fleuri. Le gilet porté façon loose et le chapeau sont non sans rappeler ce côté très british qu’affectionne particulièrement Diarra. Les docks martin, accessoires incontournables de son look, sont toujours de mise pour un style rock.

Ce style est une pépite, tout est original, une tenue qui associe à la fois le rétro et le moderne : rétro, grâce à la gavroche et à ses chaussures que l’on peut voir dans les films des années sixties.Le moderne se retrouve au niveau du trench modernisé grâce aux empiècements rajoutés. Le bagage à main est juste somptueux! Tout est travaillé, jusqu’aux petits pins discrètement accrochés à sa chemise.


fashionbalade.blogspot.com

Alison

Annais

Abdel

Place Sainte Colombe

Le Grand Théatre de Bx

pl. Fernand Lafargue

On a apprécié l’association de la tunique fleurie nouée sur le côté, qui donne une coupe asymétrique de la couleur et de la gaîté. Sa veste en cuir effet matelassé THE KOOPLES, est aussi une pièce forte de la tenue. Alison tranche avec le coté bohème de sa robe! En s’approchant du style plus prononcé rock de son sac bourse HERMES troué et de ses magnifiques talons qui allonge sa silhouette !

Dans le style d’Anaïs tout est appréciable: que ce soit son manteau qui met en valeur sa silhouette grâce à cette ceinture savamment nouée autour de sa taille. Les chaussures à talons compensés constituent l’élément original et de poids de la tenue. Son sac à main used de couleur caramel est non sans rappeler les chaussures et la ceinture. Un parfait alliage de teintes et de matières hivernales.

Un beau mariage du chic et du décontracté. Le «chic» apporté par sa veste et son écharpe nouée autour du coup, est tempéré grâce au jean et à son cartable vintage ! La couleur marron dominante de sa chemise est en rappel avec les accessoires ceinture et écharpe, quant à ses chaussures elles sont en harmonie avec le reste de sa tenue. Le petit plus : La veste noire retroussée au niveau des avant-bras.

109


111


indispensables IDEES CADEAUX

Tam tam par AK-LH - branex design.

Enceintes Jambox Fuseproject et Jawbone

Carte voeux design made in France – Atelier 81

Boite lego geante

Bibliothèque en équilibre – Malagana Design


« Ipod nano watch » « Nids de nua » - Red Edition

« Hometree » - Orca design

“Write a bike” Juri Zaech

Macarons Laduree par Galliano

Louis Vuitton city guide 2010

“Watch diary” - Wonjne Song

113


115


117


119


121


123


125


127


129


131


133


135


137


139


141


143


145


147


149


151


153


155


157


a chacun son cocon

Photos & artciles: INES BOULOUS - Bordeaux & Biarritz

B?

Nom : Lola Guérin Age : 23 ans Situation professionnelle : master 1 Histoire de l’art 2 mots pour décrire Biarritz : Eté, Longboard 2 mots pour décrire B² : Jeune, Pointu 2 mots commençant par B : Banane, Banco ! Son cocon à Biarritz : Côte des Basques.

Nom : Florian Boulenzou Age : 21 ans Situation professionnelle : formation au BPJEPS surf 2011 (professeur de surf) 2 mots pour décrire Biarritz : Festif, Apaisant 2 mots pour décrire B² : Old school, Attirant 2 mots commençant par B : Buttom, Bam Son cocon à Biarritz : le Rocher de la Vierge


Nom : Geoffrey Vallon Age : 26 ans Situation professionnelle : master 2 Information et communication 2 mots pour décrire Bordeaux : Prestige, Nostalgie 2 mots pour décrire B² : Moderne, Artistique 2 mots commençant par B : Blanquette, Blues Son cocon à Bordeaux :Quartier Saint-Pierre

Nom : Charlotte Fischer Age : 20 ans Situation professionnelle : formation 1ère année assistante école internationale Tunon, trésorière de l’association Keep A Breast 2 mots pour décrire Bordeaux : Viticole, Culturelle 2 mots pour décrire B² : Appétissant, Désaltérant 2 mots commençant par B : Bagage, Billet Son cocon à Bordeaux : Escape surf shop 159


161


163


165


167


169


Les Bordelaises roulent des patins

Crédit photos : Champignon au Champagne – match Bordeaux – Toulouse – Article : Tiphaine Deraison

EXPLORATION

Le roller derby est un sport d’endurance

trente minutes et chaque round, deux

des années 30/40 qui réapparaît en

minutes trente. Sur la piste, les joueuses

Californie dans les années 90, pratiqué

des 2 équipes qui s’affrontent tournent

essentiellement par des femmes dont

toutes dans le sens inverse des aiguilles

l’imagerie est fortement influencée par

d’une montre. Chaque équipe est formée

la mode «  rockabilly/punk/pin-up  » et

d’un pack de 4 filles (3 blockeuses et un

le monde des films d’horreur. Il associe

pivot) + une cinquième, la jammeuse,

culture rock et “sexe faible” muni, cette

reconnaissable à son casque orné de 2

fois, d’un bon coup de poing. Musclé et

étoiles, qui doit se faufiler pour dépasser

dynamique, il arrive dans l’hexagone

le plus d’adversaires possible du pack

pour lui donner une bonne dose de girl

et de la jammeuse adverses et ainsi

power. Trois villes ont déjà adopté le

marquer des points. Evidemment dans

Roller Derby : Bordeaux, Toulouse et

chaque pack, l’équipe des 4 tente d’aider

Paris. Une tribu de femmes qui n’ont

sa jammeuse à passer devant. Tout est

pas froid aux yeux et prêtes à (presque)

dans la stratégie et … les bousculades.

tout pour gagner. Aux Etats-Unis,

Certaines

chaque ville a sa ligue contenant une

épargnées mais les laissées à terre se

dizaine d’équipes. En janvier dernier,

relèvent toujours. Le roller derby n’est

le film «Bliss» de Drew Barrymore, où

pas permissif à souhait, il compte un

une jeune fille délaisse un concours

bon paquet de règles que sept arbitres

de beauté pour le rink (circuit ovale),

s’acharnent à faire appliquer. Hormis

a révélé ce sport extravagant au grand

les coups de hanches, coups d’épaule

public. A Bordeaux, une équipe à

et même fessiers, les filles un peu trop

décidé de chausser ses quads pour faire

hargneuses peuvent écoper d’un petit

de Bordeaux la ville “rock’n’roll”. Le

passage en prison si elles font des fautes

principe de ce sport est plus complexe

graves telles que frapper au-dessus des

qu’il n’y paraît. Le match dure deux fois

épaules.

joueuses

ne

seront

pas


171


Les Petites Morts frappent fort

Depuis septembre, le roller derby français peut compter sur l’équipe bordelaise des Petites Morts. Fer de lance du roller derby en France, la vingtaine de filles de 19 à 35 ans, qui compose l’équipe, est déterminée à faire connaître et pratiquer le roller derby. A raison de trois entraînements par semaine, elles comptent bien améliorer leur niveau mais aussi obtenir une salle pour organiser de vrais matchs. Maquillées, en minishort et bas résilles, et surtout en oubliant leur peur des bleus, ces filles, emmenées par Elodie Koob, 33 ans, géographe, sont soudées par cette passion qui les rassemble dans une sorte de microsociété girly, complètement autodirigée. “J’ai connu le roller derby grâce à une amie américaine, venue dans le cadre d’Erasmus. Chez elle, c’est une institution et je me suis dit que si le roller derby devait venir en France, c’était ici à Bordeaux, car le roller derby est connecté au rock et Bordeaux est une ville rock !” explique Elodie Koob. “J’ai recruté lors de concerts et soirées et par le bouche à oreille. Les 1ers entraînements ont surtout servi à apprendre ce qu’était le roller derby et du coup, au début, cela ressemblait plus à des soirées entre copines !” raconte-t-elle. Puis, petit à petit, cette équipe indisciplinée est devenue une équipe très impliquée et très soudée. Les entraînements, c’est Elodie qui les mène et qui a réparti les rôles. Depuis septembre, l’arrivée de nouvelles recrues a nécessité la création d’un entraînement

le jeudi soir, spécial “playschool”  : on y décortique, pour mieux les éviter, les erreurs que les anciennes ont pu faire à leur début, on y apprend à tomber, à être avant tout à l’aise sur ses patins, bref tout ce que nous avons compris, après quelques blessures et nos entraînements ...” explique Noélia, pâtissière, qui fait partie des “divas”, le groupe d’initiées.

L’esprit Roller Derby

L’équipe s’est créée entre filles et entend bien s’autogérer comme telle. C’est un genre de mini-société féminine : “chacune a des responsabilités, certaines sont étudiantes, d’autres travaillent (il y a une infirmière, une pâtissière ...), c’est vraiment éclectique” s’enthousiasme Elodie, pour qui l’équipe est presque une “sonorité. “Ce qui nous rapproche, c’est l’esprit Roller Derby, c’est un sport underground, de contact, brutal et physique, mais contrairement à l’attitude des filles entre elles qui est souvent plutôt négative, ici l’esprit est solidaire. Il n’y a pas de jalousie, de mesquinerie entre nous…Je pense que c’est une sorte de solidarité féminine. On n’est pas féministe mais antisexiste et antidiscriminatoire et on se rapproche un peu par là de l’esprit punk”. Une solidarité qui n’exclut pas pour autant les mâles. Ils sont cinq à faire partie de l’équipe avec un rôle bien déterminé : “ Ce sont les petits copains des filles ou des potes, qui font les arbitres et filent un coup de main et ça se passe très bien”, affirme-t-elle.


Un sport méconnu

Hélas, le sport reste peu connu et manque aujourd’hui de moyens. Et même si les filles ne se trouvent pas encore au bon niveau pour organiser des matchs car “pour le moment c’est dangereux”, elles aimeraient trouver un endroit pour s’entraîner. “Aujourd’hui on a le rink sur les quais le soir, quand les hockeyeurs n’y sont pas, donc on passe après. Nous, ça nous va pour le moment, mais en hiver ça va être plus compliqué...” explique Elodie. Les démarches continuent pour les Bordelaises afin de trouver une salle mais aussi afin de se faire reconnaître comme équipe de roller derby, car pour le moment elles sont rattachées à la fédération de roller-skating qui ne

reconnaît pas encore ce sport à part entière. “On travaille un peu dans l’ombre par rapport à Paris et Toulouse, mais on est très motivées pour répandre et faire connaître le roller derby et nous sommes très fières d’avoir pu organiser le premier match français...”. Grâce à ce premier match et à sa médiatisation, les filles ont pu trouver plus de soutien autour d’elles. “On était obligé de commander les patins ou d’aller à Paris pour en trouver. Mais, maintenant, certains trouvent notre démarche cool, alors ils nous aident, comme le magasin de skate en face du Skate Park. Depuis, on y trouve des protections et bientôt des patins !”...De quoi rouler encore plus vite pour le prochain round.V 173


BORDEAUX LIEUX IN

La Place du Parlement & Alentours Restaurants & Bars

Articles & photos : ELODIE BESSOULE

C’est une place vitrine de la ville de Bordeaux : ses bâtiments du 18ème, sa pierre ancienne et sa fontaine du second empire nous rappellent que la ville est remplie d’histoire. C’est un lieu majestueux, captivant, séduisant et surtout très vivant.


L'Autre Petit Bois

La Comtesse

Est un lieu exclusif et unique offrant une décoration atypique et originale à mi-chemin entre le rétro, le baroque et l'esprit féérique. L'ambiance y est feutrée, la lumière tamisée, la musique douce et agréable. Les consommations sont souvent accompagnées d'une dégustation offerte. Le choix est large bien que la spécialité de la maison reste le mojito. A déguster à deux ou entre amis. 25 Rue du Parlement St-Pierre

RESTAURANTS & BARS

Est un bar à vin qui vous reçoit dans une ambiance onirique et cosy où des arbres surgissent dans les salles... C'est un lieu intimiste où l'on vous propose des vins très variés tout aussi bien en provenance de Bordeaux que de l'autre bout du monde. Facturés entre 4 et 7 € le verre, systématiquement accompagnés d'encas salés ou sucrés. C'est un lieu idéal pour le déjeuner, le goûter ou encore l'apéritif. L'Autre Petit Bois est ouvert tous les jours de 11h à 2h, proposant des tartines, cassolettes et salades entre 5,50 € et 8,50 € ainsi qu'un menu à 10 € le midi comprenant un plat, un dessert et un verre de vin. 12 Place du Parlement

Le Petit Commerce

Est un bar à poissons et fruits de mer, connu pour ses vins. Le tout est servi dans une ambiance très conviviale, très bistrot. Le patron, choisissant lui-même les poissons le matin, garantit la fraîcheur de ses produits et la variation constante de ses menus. C'est un réel centre de polarité de la ville : c'est un lieu connu qui affiche toujours du monde en terrasse. Il faut compter entre 15 et 30 € pour un repas. Ouvert tous les jours de 10h à 2h du matin 22 Rue du Parlement St-Pierre 175


La Place Fernand Lafargue & Alentours Située au cœur de la ville, cette place est à la fois agréable et familiale la journée, et chaleureuse et conviviale en soirée. Récemment réaménagée, elle est en passe de devenir un lieu majeur de la ville.

Dock Caviar

Magasin proposant des vêtements neufs et vintage tout droit importés de Londres et rappelant le style des années 70 - 80. L’atmosphère y est décalée, presque dépaysante, on prend autant de plaisir à s’attarder au rez-de-chaussée pour examiner toutes les nouveautés que pour farfouiller dans les multiples pièces vintage. Ouvert du lundi au samedi de 10h30 à 19h30 183 Rue Ste-Catherine

Tsim Tsum

La styliste Bethsabée Elharar Lemberg habille la femme de façon élégante et subtile. Ses créations sont une conjonction d’originalité, de subtilité, de délicatesse et de raffinement. Tout y est fait à la main et est conçu pour toutes les bourses , la créatrice propose toujours ses prototypes en vente au prix de 30 €. Ouvert du lundi au samedi de 10h à 19h 15 Place Fernand Lafargue


Est un concept store ouvert très récemment. Le principe est à la fois simple et rare : on y trouve de tout  : des meubles, des vêtements vintage et d’autres de stylistes (telle Eleonoreska). Ici, on porte aussi bien attention à la qualité des produits, plutôt du style streetwear chic, qu’à la décoration aux inspirations indonésiennes et qu’à la senteur du magasin. On s’attarde tout aussi bien sur les appareils photos Lomo (à partir de 50 €) et sur les vinyles en libre écoute. Chaussures à partir de 90 €, vêtements entre 20 € (au rayon vintage) et 150 € pour une création originale. Ouvert le lundi de 14h à 20h et du mardi au samedi de 11h à 20h 31 Rue Ste-Colombe

Le Rayon Frais

SHOPS & ARTS

Ok Daddy

Est un magasin relativement récent dans la ville et propose une sélection de vêtements essentiellement masculins. Chaque pièce est commandée en très petite quantité afin de proposer un renouvellement constant et afin d’assurer une sorte d’exclusivité aux clients. Boutique connue par les Bordelais, elle possède une collection étonnante et très stylisée. Ouvert le lundi de 14h à 19h, du mardi au vendredi de 10h30 à 12h30 et de 14h à 19h. et le samedi de 11h à 19h. 31/33 Rue St-James

177


BIARRITZ LIEUX IN

Articles & photos :INES BOULOUS & AGATHE BOULOUS

La Place Clémenceau & Alentours

Centre névralgique, la place Clémenceau doit son nom au président du conseil sous la 3ième République: Georges Clémenceau. Formant les branches d’une étoile de mer, les rues Gambetta, Helder, Mazagran, de la Poste et les avenues Edouard VII, Victor Hugo et de Verdun, artères commerçantes de Biarritz, y convergent.Traversant les époques, cette place, véritable cœur de la ville, a fait peau neuve, devenant en grande partie piétonne et permettant ainsi aux riverains et aux promeneurs de profiter du soleil à la terrasse des cafés qui l’entourent ou sur les bancs face aux Galeries Lafayette.


Miremont

Ce salon de thé est une véritable institution biarrote. Avec une magnifique vue sur la mer et une décoration d’inspiration napoléonienne, le cadre de Miremont invite à savourer un Béret Basque, la spécialité de la maison, ou ses fameux caramels ou viennoiseries ou toasts, accompagnés d’un chocolat chaud et sa chantilly. Raffiné et élégant, Miremont est, au même titre qu’Angelina à Paris, un emblème du chic classique et intemporel biarrot, pour des budgets à partir de 6 € le chocolat viennois. 1 bis Place Georges Clemenceau.

Face à la place Clémenceau, le Newquay est réputé pour sa fréquentation jeune et branchée et son personnel adorable. Touristes aux nationalités multiples et locaux partagent des verres dans ce pub anglais aussi bien en journée que le soir. Entre musique live et diffusion de match, ce pub attire une clientèle éclectique et s’impose comme l’endroit idéal où commencer une soirée entre amis et s’échauffer sur le dancefloor en compagnie des surfeurs qui s’y donnent rendez vous après une journée à l’eau. La carte des boissons démarre à 2,20 € et propose une large gamme de cocktails et shooters. 20 Place Georges Clemenceau

RESTAURANTS & BARS

Newquay

French Coffee shop

Créé en 2002 à Arcachon, le French Coffee Shop est né de l’expérience américaine de deux entrepreneurs français. Ils ont décidé de ramener le concept du café à emporter dans l’Hexagone et de l’adapter à notre goût pour le plus grand plaisir de tous. La carte de boissons chaudes et froides offre à chacun une création gourmande et originale à partir de 3,50 €, à déguster sur place ou à emporter pour continuer sa balade dans le centre de la ville. 2 Avenue Foch 179


Le Clos Basque

Tout à côté de la place Clémenceau, dans une petite rue calme, avis aux gastronomes et aux gourmands : c’est LE restaurant à ne pas manquer. Le menu-carte à 24 € propose un tel choix de plats, de l’entrée au dessert que chacun y trouve son bonheur … des papilles. Ses atouts : Béatrice Viateau, la créatrice inspirée de tous les plats proposés et renouvelés au rythme des produits de saison, qui œuvre derrière le piano mais aussi l’accueil sympathique des serveurs. Une seule contrainte : vu l’espace réduit malgré la terrasse, il vaut mieux réserver. 12 Avenue Louis Barthou

SHOPS & DESIGN

Cinéma Le Royal – Activité Culturelle

Ancien UGC, le cinéma le Royal est aujourd’hui un cinéma d’art et d’essai qui projette aussi bien des classiques, des films indépendants que des films grand public. Avec ses trois salles, l’équipe du Royal accueille les spectateurs tous les jours pour des projections en version originale et pour des soirées rencontres-débats entre cinéphiles et acteurs ou réalisateurs lors de projections en avant-première ou à thèmes. Non seulement le Royal propose des films de qualité, mais il pratique des tarifs abordables pour tous : plein tarif 6 €, tarif CE 5,50 €, tarif abonnés 4,50 €, tarif réduit 4 €. 8 Avenue Maréchal Foch

Autour du Monde – PAP/Mode

Autour du monde est l’enseigne de Bensimon Collection. Authentique et intemporelle, la boutique traduit parfaitement l’esprit casual chic qui a fait la renommée de la marque Bensimon. Particulièrement réputé pour ses tennis colorées, l’esprit Bensimon est surtout un esprit baroudeur et multiculturel que l’on ressent justement dans ce magasin qui allie vêtements confortables et bien-être de l’esprit. 1 Avenue Foch


Miyu – PAP/Mode Cette boutique renferme tout le chic à la française en offrant aux biarrotes des créations pointues de créateurs en pleine ascension. Les fashionistas de la région y trouveront des pièces tendances issues des collections de Marion Mille, Tila March ou encore Helmut Lang mais également des pièces en passe de devenir mythiques tel que le célèbre sac Billy du créateur Jérôme Dreyfuss. 15 Place Clémenceau

Le Rond dans l’Eau – Design/Déco

Créé en 1975, le Rond dans l’Eau est le magasin de décoration et de design qui fait rêver. Les créateurs de renommée internationale côtoient les artistes en devenir. Son approche originale permet de créer un univers unique et nous fait entrer dans son monde raffiné. Le mobilier de bureau et de maison se fond dans le décor singulier de cette boutique qui traverse les époques avec panache et succès. Ce magasin vaut le détour, que ce soit pour apprécier les expositions ou pour trouver son bonheur parmi les produits disponibles. 6, Rue Victor Hugo

ID libres – Cadeaux/Déco «  Colorée et amusante  » sont les meilleurs qualificatifs pour cette caverne d’Ali Baba. Idéal pour faire des petits cadeaux originaux, ID Libres propose une multitude d’articles aux couleurs vives, aux motifs et dessins amusants, à des petits prix. ID Libres donne le plaisir d’offrir aux petits comme aux plus grands grâce à ses produits toujours plus funs. 14 Avenue Maréchal Foch 181


FLANERIE INSOLITE FAITS D’HIVER

Antiquaires, boutiques, brocantes ou encore dépôts-ventes, ce sont les lieux où l’on a le plus de plaisir à dénicher tant de jolies choses et de vieilleries. Pourtant qu’est-ce qu’un Camée ou un sautoir ? Qu’estce qu’une pendule à gousset, si ce n’est avant tout un objet chargé de passé. C’est en parcourant les antiquaires avec sa famille qu’au fil des discussions, on se rend compte que tout ce qu’on nous vend, on a pu l’avoir auprès de soi. Autour du cou ou en broche, un camée aperçu au mariage du cousin sur la veste de l’arrière grand-mère, évoque alors un tas de fantasmes : d’histoires de famille en mystères cachés. Les liens se font au fil des mots, des bribes de souvenirs, des morceaux de passé qui forment un puzzle unique : la famille. «Ah bon, grand-tante avait ça ?», une question enfantine et futile à première vue, comme si cette phrase nous faisait alors incarner les élucubrations d’un Proust moderne. Comme une chasse au trésor, on désire alors un objet pour ce qu’il peut cacher et porter en lui seul. A-t-il une histoire ? On se souvient de nos trésors de vacances, des premiers cadeaux d’amours éphémères et si, dans une famille peu riche, un seul bijou se passait de main en main, alors, quel secret et quelle richesse peut-il apporter à l’arbre généalogique? Ces reliques que l’on garde dans une boîte, ces cadeaux de petites filles d’un grand-père ou d’une mère qui n’est plus là, quelle valeur sentimentale pourrait finalement se compter en billets de banque  ? Finalement acheter ne veut rien dire. La valeur d’une vieillerie n’est pas seulement dans sa beauté passée, ancienne et «rétro» mais aussi dans le mystère de son vécu. Ce semblant d’histoire personnelle dont on ne récolte que quelques mots mais dont seul le bijou était alors témoin visuel, fugace et innocent. Une richesse de temps, une richesse de souvenir, une richesse personnelle. C’est peut-être aussi pour cela que la cité bordelaise a cette atmosphère si particulière, avec son architecture incomparable où résonnent l’histoire et le passé. Sur ses


dalles et ses pavés on imagine les calèches, les bottes des passants, on imagine les tonneaux que poussaient les marins du « port de la lune ». On pense aussi à l’horreur du transit vers les Amériques de milliers d’esclaves africains enchaînés. Des êtres humains arrachés à leur terre que l’on échangeait alors contre des denrées qu’il est tellement simple et banal de se procurer à présent. Acheter un paquet de café devrait toujours nous rappeler ceux qui ont été martyrisés pour que quelques grains arrivent dans notre pays. Mais aujourd’hui Bordeaux est surtout LA ville où il fait bon vivre. Et quel bon vent souffle à Bordeaux ? Un vent de passé et présent entrelacés. Une ville commerçante et surprenante. Des places, des fontaines, et surtout des lieux historiques qui se découvrent jour après jour au détour d’une ruelle ou même de la rue commerciale, Sainte-Catherine. Bordeaux recèle toujours des surprises. Comme une boîte aux trésors ... chaque petite rue ouvre sur un nouveau lieu, mystérieux ou intrigant ... avec des noms plus étonnants les uns que les autres. A la merci d’une architecture grandiose et monumentale et d’une modernité qui prend alors toute son élégance, là, est l’importance de Bordeaux et peut-être son défaut. La ville protège, elle est humaine, elle vit et elle a vécu. Pourtant elle peut être aussi esthétique qu’hautaine. La couleur de son nom est autant assassine qu’elle est passion et engagement. Alors parfois, en se promenant sur la place des Quinconces, près des grands boulevards ou des quais, vous aurez la sensation d’être grandi et d’avoir ce pouvoir d’être maître du temps. Et pourtant, c’est en baissant les yeux que la réalité ressurgit. Bordeaux, souvent ignore l’histoire de ses arrivants comme elle a longtemps ignoré ces esclaves et migrants venus d’autres contrées. Ville cosmopolite, elle préfère rejeter et oublier l’ignoble vérité. Car ses rues sont parfois pavées du sang d’âmes égarées qui n’auront dans l’histoire aucune trace, même dans la ville du passé.

Tiphaine Deraison 183


QUEL TEMPS FAIT-IL ? CINEMA JUS-G

TAMARA DREWE - Stephen Frears En DVD en février SYNOPSYS 

Ce film est l’adaptation du roman graphique de Posy Simmonds. Avec son nez refait, ses jambes interminables, son job dans la presse people, ses aspirations à la célébrité et sa facilité à briser les coeurs, Tamara Drewe est l’Amazone londonienne du XXIe siècle. Son retour dans le village où vécut sa mère est un choc pour la petite communauté qui y prospère en paix. Hommes et femmes, bobos et ruraux, auteur de best-sellers, universitaire frustré, rock star au rancart ou fils du pays, tous sont attirés par Tamara dont la beauté pyromane et les divagations amoureuses éveillent d’obscures passions et vont provoquer un enchaînement de circonstances aussi absurdes que poignantes.


CRITIQUE 8/10

Il y a un scénario, une ambiance, du dépaysement et de l'observation. Humour british et douceur de vivre, ce film est une pause euphorisante dans la campagne anglaise. Drôle, pétillante et sexy, cette comédie avait égayé notre été. Le rôle-titre est tenu par Gemma Arterton, jeune actrice rayonnante et prometteuse, qui remet à la mode le petit short en jean. Cette comédie romantique, décalée et insolite, est un vrai théâtre, commentée par deux adolescentes au langage cru. Spectatrices dans le premier acte, Jody et Casey vont être dépassées par leurs initiatives : une belle trouvaille de scénario. Absorbé par les pirouettes de cette chronique sociale, vous n’aurez plus envie de quitter Stonefield. A voir en VO bien entendu !

ANAIS 19 ans, BIARRITZ

6/10

9/10

ROMAIN 28 ans, BORDEAUX

Bilan météo: 8/1O A NE PAS RATER !!! 185


QUEL TEMPS FAIT-IL ? MUSIQUE JUS-G

MY HÉROÏNE

PRÉSENTATION Avec des influences aussi solides que Carlos ou Chantal Goya, My Heroine s’inscrit dans la lignée d’un rock médiéval puissant. Même Francis Lalanne s’agenouille devant eux. Avec un son énorme et mélodique, cela fait maintenant 3 ans que ces quatre étalons chevauchent la région à la recherche de live déjanté devant un public toujours moins nombreux. Ils tapent sur des bambous, et sont numéro un. Leur but : sniffer le maximum de petites culottes avant de crever dans une flaque de vomi.


CRITIQUE 8/10

Nous définirons leur univers comme un univers rock, plutôt axé sur le punk. Nous aimons le mélange de métal, rock et de mélodie. De quoi plaire à tous ! Un groupe qui propose un rock qui envoie, à voir sur scène sans hésiter ! Dans leurs chanson énergétiques on perçoit des références telles que : 30 second to mars, My Chemical Romance, Arcade Fire. C’est en septembre 2009 que My Heroine sort son premier EP 6 titres, maintenant dépassé à leur goût, ils comptent bien rentrer de nouveau en studio pour s’améliorer. Mais en attendant, retrouvez leurs dates de concert sur Myspace et Facebook ! http://myspace.com/myfolkheroine

JEAN 26 ans, BORDAUX

7/10

6/10 MELANIE 22 ans, BIARRITZ

Bilan météo: 7/1O A découvrir ! 187


LES + CINÉ

PIEDS NUS SUR LES LIMACES Fabienne Berthaud - 1er décembre

I’M STILL HERE Casey Affleck - date inconnue

RESTLESS Gus Van Sant - 28 janvier

Présenté à la Quinzaine des Réalisateurs 2010 on retrouve dans ce film Lily, drôle, exubérante et insaisissable, qui vit dans un univers fantaisiste en harmonie avec la nature chez sa mère. Sa grande soeur, Clara, mariée et citadine, a quitté la maison familiale. A la mort de leur mère, Clara doit s’occuper de Lily, les deux sœurs vont alors se révéler l’une à l’autre.

Le documentaire de Casey Affleck sur la reconversion dans la musique de Joaquin Phoanix crée débat. Depuis l’annonce du projet, personne n’est capable de dire s’il s’agit d’une grosse farce ou si Phoenix a arrêté sa carrière d’acteur pour devenir une star du rap. La bande-annonce est en tout cas très alléchante.

Après le fantastique Harvey Milk, Gus Van Sant (Paranoid Park, Last Days, Elephant) revient derrière la caméra. Une première bande-annonce assez contemplative et pleine de tendresse est dévoilée. L’histoire raconte la curieuse romance amoureuse entre Annabel Cotton (Mia Wasikowska), une jeune femme malade en phase terminale, et Enoch Brae (Henry Hopper), un adolescent traumatisé par le décès de ses parents.

BLACK SWAN Darren Aronofsky - 9 février

SOMEWHERE Sofia Coppola - 5 janvier

127 heures Danny Boyle - 23 janvier

Après «  Requiem for a dream  » et les catcheurs de «  The Wrestler  », Aronofsky s’attaque au monde de la danse, on attend avec impatience le film. Récompensée pour son jeu, Natalie Portman joue Nina, dans la troupe du New York City Ballet. Nina est prête à tout pour obtenir le rôle principal du Lac des cygnes. Mais elle se trouve bientôt confrontée à la belle et sensuelle nouvelle recrue, Lily.

Lion d’or à la Mostra de Venise, le film met en scène Stephen Dorff dans la peau d’une star de cinéma. Installé dans un luxueux hôtel de Los Angeles et totalement déconnecté de la réalité, il voit arriver du jour au lendemain sa fille de onze ans, incarnée par Elle Fanning. Après Virgin Suicides, Lost in ranslation et Marie Antoinette la réalisatrice américaine Sophia Coppola est très attendue sur ce film, ainsi que la bande-annonce signée Phoenix.

Parti pour une randonnée en solitaire dans les gorges de l’Utah, Aron Ralston, jeune alpiniste expérimenté, se retrouve bloqué au fond d’un canyon isolé lorsqu’un rocher s’éboule, lui emprisonnant le bras. Pris au piège, il est en proie à des hallucinations avec pour seule compagnie le souvenir des siens. Danny Boyle est le réalisateur de «  Slumdog Millionnaire  », souhaitons le même succès à 127 heures.


les + musique

I BLAME COCO. The Constant.

BEST COAST. Crazy for You.

ANGUS & JULIA STONE. Down the Way.

Dans la difficile tentative d’exister des filles et fils de, I Blame Coco s’en sort d’une manière plus que brillante. En s’inspirant d’influences new wave et reggae mélangées à une électro pop actuelle, I Blame Coco apparaît bien comme une extension du groupe mythique de son père Sting.

Rangés dans la catégorie du garage rock ou de la surf, Bethany Consentino et son pote Bobb Bruno sont de LA. Les chansons sont toutes des bombes de sable, d’eau et de chaleur. La faute à la voix de Bethany qui colle à la perfection à sa musique sans doute. Les paroles sont très légères, très pop surf, ça parle de petit ami, de joie…

Angus Stone et sa sœur Julia embellissent notre hiver avec leur deuxième album. C’est un album pop-folk, soigné et envoûtant. Avec des mélodies rêveuses, une identité forte, une justesse des compositions, ces aventuriers du folk nous proposent avec modestie un album énergique et chaleureux.

COCOON. Where the Oceans End.

MADJO. Trapdoor.

SUFJAN STEVENS. The Age of Adz.

Mark Daumail et Morgane Imbeaud nous proposent des compositions plus graves et plus adultes que dans « My Friends All Died in a Plane Crash ». Mais les bases de Cocoon demeurent : un mélange entre mélodies folk séduisantes, harmonies vocales, arrangements subtils et orchestrations époustouflantes. Cocoon est devenu grand et on adore toujours!

Madjo propose une voix parfois puissante et soul, parfois subtile et enchanteresse pour répondre aux tempos éclectiques de ses compositions émouvantes et accrocheuses. Dès le début du disque, elle nous entraîne dans son monde avec des chansons aux refrains entêtants à souhait, et pousse la chansonnette sur des rythmes endiablés et soutenus.

Le nouvel album de Sufjan Stevens est une merveille. Sa pop s’est parée de beaux atouts électroniques, de la première à la onzième piste, on s’émerveille sur cet album qui oscille entre électro-pop et folk. Vous n’entendrez rien de semblable dans le paysage musical actuel. Laissez-vous emporter par la musique de cet artiste talentueux trop peu connu dans nos contrées.

189


COCOoNING BOUH –G

BON PLAN SKI au départ de Biarritz Destination :LA PIERRE ST-MARTIN - 64570

Prendre l’autoroute A64 en direction de Pau. Sortir à Salies-de-Béarn et prendre la direction de Oloron-Ste-Marie, puis direction Val Lauren. Maintenant, plus rapide, il y a L’ A65: Langon-Pau.

PRESENTATION

La Pierre St-Martin est située à seulement 140 km de Biarritz (2h20 de trajet), vous n’avez plus d’excuse pour ne pas partir skier cet hiver ! De plus cette station mérite le détour, La vue y est magnifique, dégagée, laissant libre champ sur l’horizon. Vous trouverez 24 pistes (25 km) et 13 remontées mécaniques. C’est un site rêvé pour l’apprentissage de la glisse, la détente en nature, mais aussi pour les randonnées balisées et hors-pistes. Un kid bosses, un boarder-cross, du ski joëring, du VTT sur neige et une piste « free-ride » !

TARIFS

Journée adulte : 28,00 €, 4 heures consécutives 24.00 € Journée étudiant : 20,50 € en week-end et vacances scolaires, 16,80 € semaine hors vacances scolaires

LOCATION SKIS

Si vous devez louer des skis, voici un bon plan : ALTITUDE SKI, en station, ouvert de 8h30 à 18h. Le magasin vous permet d’économiser de 20 à 50 % (par rapport au prix magasin) en réservant par internet. Effectuez une réservation sur http://la-pierre-saint-martin.skimium.

RESTAURANT

Pour boire un café avant de s’élancer sur les pistes, ou déguster une bonne bière après le ski, allez au bar pub «Le Kiss Cool». Ouvert de 8h à 2h du matin, c’est aussi le rendez-vous incontournable des amateurs de glisse avec son grand écran et sa musique. Pour manger une cuisine régionale traditionnelle, nous vous conseillons « Spatule et Fourchette », petit restaurant situé dans la galerie marchande de la station. Restaurant recommandé par le guide du Routard, le Petit Futé et Géoguide !

LOGEMENT

Vous cherchez à séjourner pas cher, testez la nuit en refuge ! Le refuge Jeandel, Quartier Massaré / Tél./Fax : 05.59.66.14.46 ou 06.19.82.41.69 / www.refuge-jeandel.com / Prix de la nuit: 15 € /pers Refuge Ausone Chalet situé au coeur d’une forêt de pins, dans le village de chalets Tél./Fax : 05.56.71.43.42 ou 06.47.45.56.16 / http://refugeausone.free.fr / Prix de la nuit : de 17 à 20 €. BON SEJOUR ENNEIGE !!!


191


COCONING BOUHhere –G text

BON PLAN SKI au départ Bordeaux Destination :VAL LOURON- 65240

Autoroute Bordeaux-Agen A62 puis RN 21 par Auch jusqu’à Lannemezan et RD 929 jusqu’à Bordères Louron, porte d’entrée de la Vallée du Louron, puis direction Val Louron.

PRESENTATION

Val Louron propose un rapport qualité/prix imbattable. On ne peut plus dire que le ski est cher ! C’est parti pour 313 km de route (4h15) et vous voilà perché à 1450 m d’altitude à Val Louron. Avec 19 pistes, pour les débutants, c’est la station idéale, très peu de monde même en période de vacances. Pour les bons skieurs, les jours de poudreuse, il y a plein de hors pistes supers sympas. Puis si vous voulez varier, rendez vous à la station voisine, Peyragudes qui propose un domaine skiable plus vaste. Mais Val Louron est un lieu idéal pour venir recharger ses batteries, et après une journée de ski direction BALNEA, premier complexe de relaxation en eau thermale des Pyrénées françaises, situé à 8 km de la station. Centre de détente proposant trois espaces de relaxation : Romain, Amérindien et Tibétain. Une source de plaisir !

TARIFS

Journée adulte 23,50 € en week-end et vacances scolaires, 15 € semaine hors vacances scolaires Journée Etudiant 14 € en week-end et vacances scolaires, 12 € semaine hors vacances scolaires

LOCATION SKIS La station étant petite, les services sont peu variés mais vous pourrez tout de même louer vos skis à « Louron Sports » www.louron-sport.com  ou « Le Sud Sports » www.lesudsports.com.

RESTAURANT Quand aux restaurants, il y a peu de choix, mais c’est le prix à payer pour une station calme. En station nous vous conseillons le restaurant Pizzeria Le Tuco.

LOGEMENT

Résidence hôtelière le Lustou de 5 étages avec accès aux pistes. Elle propose des chambres d’hôtel pour une à deux personnes et des appartements de 3 à 12 personnes avec 3 formules : pension complète, demi-pension et location seule. Tout le monde y trouve son compte ! Tel : 05 62 99 68 64 / Email : val.louron@wanadoo.fr / Site Web : www.location-vallee-louron.com/ 116 € studio 4 personnes pour un WE. BON SEJOUR ENNEIGE !!!

192


193


Agenda Rétro de Bordeaux BOUH-G

Fripes & dépôts : Déclic

Après avoir exercé le métier d’étalagiste ou de décoratrice de vitrines, Noëlle a ouvert sa petite boutique de fripes, encore debout 24 ans après. Le flambeau est même en passe d’être repris par sa fille et collaboratrice Mélanie, qui s’est elle aussi investie dans la friperie depuis trois ans déjà. « Chacune travaille à tour de rôle, car moi je suis proche de la retraite », raconte Noëlle avant d’ajouter « avant je devais être à la boutique, donc je faisais dépôt-vente, maintenant, on peut aller faire le tour des fins d’usine et ouvrir la boutique en même temps », confie-t-elle avant d’ajouter « On fait le tri et on sélectionne dans ces invendus ce qui sera en boutique ». Ce magasin est en effet rempli du sol au plafond de tissus, de boots, manteaux et bien d’autres. « Nous sommes hétéroclites, il y en a pour tous les goûts ! » s’exclame Noëlle. Une boutique de toute une vie qui raconte une histoire, comme un grenier ou un dressing de famille. Les prix restent très accessibles entre 2 et 50 euros, de quoi confirmer le nom de friperie populaire. Pour Noëlle, la fripe c’est le goût de la recherche et la diversité : « il y a de tout et pour tous les jours ou juste pour une soirée déguisée, c’est ce que j’aime dans ma profession ». Avec 24 ans de pratique, cette dame sait de quoi elle parle, que ce soit des styles, des tenues ou des modes car même à ses débuts elle témoigne que la fripe était tout aussi populaire. Elle a vu passer des vêtements plus que de raison, voire même des tonnes de tissu... « ça c’est sûr ! ».

Vêtements, accessoires, bijoux 17 Rue Saint-Augustin 33000 Bordeaux 05.56.92.18.86 Du mardi au samedi 10h-12h30/14h30-19h


Rétro boutiques : Ballroom Blitz

La boutique Ballroom Blitz se situe  rue Saint-James près de Viva Las Vegans et de Rayon Frais mais surtout au-dessus de Saint-Eloi, église de la Grosse Cloche. Deux petits chiens surveillent la boutique, alors attention ! Si vous ne leur plaisez pas, ils vous feront trébucher en promenant, en plein milieu de la boutique, leur petit panier à coucher...Hou le malin ! Petite boutique de fringues et accessoires, hommes et femmes, le style est très rétro avec des collections rockabilly, pop ou encore punk ou même zombiesque. De jolies robes liberty & vintage sont mises en vente ainsi que, parfois, quelques fringues de fripes. On y adore surtout les accessoires, colliers, lunettes, et même les petits canards de bains... 25, rue Saint-James 33000 Bordeaux 09.52.22.77.79 Du mardi au samedi de 12h à 19h30

Le vintage sur la toile: Prior K

Créatrice et styliste, Karine a eu l’idée de mêler sa passion pour le vintage et le chinage à la création mode. Elle se lance alors en juin 2010 et démarre sa boutique en ligne. « Je me suis toujours intéressée au Vintage, j’adore farfouiller, dénicher des pièces rares aux puces, à Emmaüs, dans les fripes ou les vide-greniers ...Après une longue parenthèse professionnelle, j’ai recommencé à travailler des vêtements récupérés  pour les remettre au goût de la mode actuelle, en reprenant les tailles, les longueurs, en jouant sur les détails ou carrément en transformant un pantalon vintage d’homme en jupe. Je crée des ensembles pour un look vintage unique ! », explique-t-elle. Elle se plait donc à rafistoler et fabriquer des pièces uniques à partir de tenues chinées. La boutique Prior K c’est aussi une philosophie, celle de la récup’, une mode alternative et responsable ... et qui ne vous habillera pas de sacs poubelles, bien au contraire. La collection été « jeune fille en fleur », joliment nommée, le prouve. Cette démarche est aussi associée pour Karine à une prise de conscience : « c’est une nécessité de consommation raisonnée, pour que nos achats ne soient pas juste un accessoire ou un vêtement de mode de plus au fond de nos placards! ». Elle utilise donc ses talents de styliste pour donner une seconde vie aux vêtements délaissés. Alors, si vous aimez le vintage mais que vous ne savez pas comment l’accorder, eh bien ! faites confiance au talent d’une fouineuse de goût qui couvre ses modèles de jupes mi-longues à grosses fleurs aux couleurs pâles et de vestes en tweed façon collège, en tweed, de la collection Automne-Hiver. L’espace des Créateurs dans le Marais 7 rue Commines - PARIS - PRIOR K - 6 rue du Capitaine Escudié - TOULOUSE

195


Rétro Miam : Nini et Marmelade

Rares sont les salons de thé aussi luxuriants et calmes, dans ce monde moderne. Dans un décor historique magnifique, le petit salon de thé Nini et Marmelade propose encas, snacks, thés, cafés et chocolats. Fauteuils et coussins dans les tons violets et roses vous tenteront à goûter un chocolat liégeois garni de quelques touches de sucre rose, par exemple...Tandis qu’on dévore ce décor comme une « Charlotte et la Chocolaterie », précisons, celle de Marie Antoinette, des macarons gourmands dorment sous les cloches et des théières de porcelaines paraissent entamer quelques pas de danse sur un air de «la Belle et la Bête». Un salon parfait pour tous les âges, que ce soit les petites réunions entre filles, de gossip girls, ou les réunions-tricots de mamies. (Porte Cailhau à Bordeaux)


Les bons plans : Les vide-dressing bordelais Emmanuelle, 31 ans, a rapporté de la capitale le bon plan pour nos armoire pleines et nos porte-monnaie désoeuvrés : le vide-dressing. L’événement est biannuel, et propose bien plus que les éternelles brocantes et vide-greniers. « Par vide-dressing j’entends un terme plus qualitatif que vide-grenier par exemple, les vêtements sont de marque, de petite ou haute couture, et en bon état  », raconte Emmanuelle. Le dernier en date était les 9 et 10 octobre, un week-end entier au Garage Moderne, salle associative, consacré à la vente par des particuliers et professionnels de la création. Cette seconde édition a prouvé l’étonnant succès du vide-dressing bordelais, en passant de 250 visiteurs en avril dernier à plus de 1350 visiteurs pour le week-end d’octobre. Plus qu’un entrepôt rempli de fringues, Emmanuelle a presque fabriqué son propre centre commercial en version populaire. Des masseurs, un coiffeur, une maquilleuse et même une relookeuse spécialiste de « drapping », (qui vous révèle quelle couleur vous va le mieux au teint)...Un « packaging » bien pratique avant de sortir la monnaie !

Un vrai parc d’attractions pour fashionista ou pour celles qui voudraient, désengorger un peu leurs placards. « Il y a eu cinquante exposants, 80% de particuliers et 20% de créateurs. Les professionnels ont rempli une fiche technique et les particuliers étaient libres de fixer leurs prix. Ils paient juste un stand 50 euros la journée et 75 euros les deux jours  » explique l’organisatrice. «  Une jeune fille passionnée de vintage s’est débarrassée de tout un stock à son stand en criant juste : « tout à deux euros! » C’était la folie et elle est repartie ravie....», parce que l’équipe d’Emmanuelle, composée de bénévoles est aussi aux petits soins avec les exposants. Sa boîte de production prend en charge la communication et l’aide à l’installation, mais chacun peut aussi y apporter sa petite touche personnelle. «  On demande aux vendeuses d’amener certains portants de chez elles, ça donne vraiment un univers personnel très sympa », termine la jeune femme. Le week-end a permis la création d’une sorte de galerie commerciale de la seconde fashion life...certes, éphémère. Le public, lui, a pu chiner dans les dressings d’une cinquantaine d’exposants, sans se ruiner. Le prochain vide-dressing se fera en avril prochain pour la saison d’été. Infoline : 06.21.39.68.52 http://instantsbordelais.com/

197


199


201


203


205


207


209


211


MAGAZINE B²