Page 1

N° 116 mai 2012 – CHF 6.– €4 – 360.ch

40 ans d’éducation sexuelle


sommaire No 116 mai 2012

2 5 6 7 9

Actualité

Internationale Suisse Santé Associations vih À l’heure des comptes

Société

12 Eurovision ça balance pas mal 14 Journées mondiales Cachez ces saints… 17 Genève Comme des poissons dans l’eau chlorée 18 Delémont Un jurassic gay couple 22 Berlin Sexe écologique

Dossier

24 écoles Quarante ans d’éducation sexuelle

culture

32 Mode Logomania le retour 34 Musique Des rappeuses amoureuses 37 Danse BAT Generation 38 Télévision Petits mensonges entre copines 41 DVD Comme au cinéma 42 édition Des ailes sur un tracteur 44 Livres

Portfolio

48 Eric Roset Roms au quotidien

Gaymap

55 Le guide des sorties suisses 68 Plans Genève, Lausanne et Berne

Et encore

45 Eat it Detox potion 75 L’agenda de Dialogai 76 Chants nocturnes de Greta Gratos

Edito

L’OMERTA, NON MERCI Il n’aura fallu que quelques malheureux pénis et vagins en peluche pour que la droite à tendance religieuse parte une nouvelle fois en croisade. Elle vient de lancer l’initiative populaire « Protection contre la sexualisation à l’école maternelle et à l’école primaire ». Un projet profondément rétrograde qui vise à interdire tout cours d’éducation sexuelle, à des enfants de moins de neuf ans. Serait autorisé au plus une leçon de type « mon corps m’appartient ». Le maître de classe pourrait ensuite dispenser un cours facultatif, avec l’accord des parents. Dès l’âge de 12 ans, un cours obligatoire de biologie devrait aborder strictement la reproduction et le développement des êtres humains. Tout un programme que l’on doit à notre Jeanne d’Arc à nous : cette bonne vieille Suzette Sandoz. Et oui encore elle. L’occasion de nous prouver à nouveau que du haut de ses 70 ans ce n’est pas encore aujourd’hui qu’elle apprendra à vivre avec son temps. Car dire non à l’éducation sexuelle c’est vivre dans le déni. C’est priver l’éducation nationale d’un outil de prévention performant et oublier les progrès fait notamment en matière de grossesses précoces. C’est aussi fermer la porte à la découverte de l’autre et à ses différences. Un projet de société qui nous ramène à l’obscurantisme le plus total. Où on ne voit pas, on n’entend pas et on ne parle pas. Où l’on abandonne les plus jeunes d’entre nous à leurs questions, entretenant les tabous, l’incompréhension, la peur. N’en déplaise aux tenants de la morale helvétique qui sont parfois loin d’être des modèles de vertu (l’un des membres du comité d’initiative a été condamné pour attouchements sur une fillette de 12 ans) ces quarante dernières années d’éducation sexuelle ont été essentielles pour notre société. C’est ce que 360° vous propose de découvrir ce mois-ci. Guillaume Renevey, Rédacteur en chef adjoint

Des exemplaires sont offerts par tous les lieux partenaires LGBT et friendly de Suisse romande. 360° est un magazine indépendant dont le contenu rédactionnel ne reflète pas nécessairement les positions de l’Association 360. Retrouvez toutes les infos sur 360.ch Couverture : Magali Girardin

Mai 2012 – 360°

1


ACTUALITÉ internationale

La photo du mois Mikhail Voskresensky

2

Moscou le 13 avril, 2012. Une militante LGBT devant le parlement, la Douma, avec une pancarte où est inscrit : « Aimer quelqu’un de

même sexe n’est pas un crime. Incitation à la haine envers les homosexuels – Statut282 – Observez vos propres lois. »

FINLANDE

FRANCE

UN DEPUTé BIEN MAL INSPIRé

HOMOPHOBIE à L’UNESCO

« Pour endiguer la criminalité, les homos et les étrangers devraient porter un brassard. » Des commentaires idiots comme ceux-ci sont légion sur les sites des journaux. Sauf que cette proposition nauséabonde, lâchée à la suite d’un article sur les contrôles d’identité au faciès, est l’œuvre de l’assistante d’un député du parti populiste des Vrais Finlandais au parlement d’Helsinki : James Hirvisaari. Ce dernier a par ailleurs déjà été condamné pour incitation à la haine raciale en décembre 2011. Le président du groupe parlementaire des Vrais Finlandais a demandé à Hirvisaari de licencier sa collaboratrice, reconnaissant que le commentaire, « de mauvais goût, nuisait à l’image de la formation. A.G.

L’Alliance mondiale pour l’éducation LGBT, GALE, a demandé à la directrice générale de l’UNESCO Irina Bokova une enquête sur une conférence qui s’est tenue en avril au siège parisien de l’organisation onusienne. Parmi les organisateurs de l’événement, intitulé « Une nouvelle vision pour la paix et le développement humain », figurent deux organisations qui sont affiliées à la tentaculaire Eglise de l’Unification, autrement dit la secte Moon. GALE souligne également que le principal invité de la conférence est un certain Mark Brann, secrétaire général de l’Universal Peace Federation Europe. Cet orateur aurait qualifié publiquement les hommes gay de « sales chiens qui se nourrissent de merde ». A.G.

Mai 2012 – 360°


DR

MEXIQUe

UNE REINE REND SA COURONE Véritable mythe vivant dans son pays, Cassandro est le premier catcheur ouvertement gay du Mexique. Il se confie, au moment de dire adieu au ring. Dans le monde du catch mexicain, on les appelle les « exóticos », des inclassables du ring : le plus souvent, ce sont des lutteurs travestis aux cheveux longs, au maquillage outrancier et aux costumes flamboyants. L’un d’eux a acquis le rang de véritable star : Saul Armendariz, alias Cassandro, a fait ses premiers pas sur le ring à 17 ans. Il en a maintenant 41. Celui que l’on surnomme « la reine du ring » ou la « diva de Juárez » s’enorgueillit d’avoir donné une nouvelle touche, plus glamour, à la catégorie. De fait, Cassandro sort du lot par sa féminité exacerbée et ses tenues élaborées qu’il se targue de dessiner lui-même. Il ne les porte jamais plus d’une fois. « Je les offre à mes fans », explique-t-il au journal texan « El Paso Times », qui lui consacre un portrait. Mais ce qui lui vaut surtout sa célébrité, c’est sa puissance sur le ring. Il a été le premier exótico à remporter l’un des principaux titres de lucha libre, dans les années 1990. Autre particularité de Cassandro : il n’a jamais caché son homosexualité, jusque-là un tabou même dans le milieu des exóticos.

Saul Armendariz, alias Cassandro.

Une récente blessure au genou devrait sonner pour lui l’heure de la retraite. Pragmatique, il a pris soin de suivre des études de chiropracteur. Faisant référence au film « The Wrestler », il ajoute : « Je ne voudrais pas être un de ces mecs qui continuent jusqu’à ce qu’ils soient cassés, sont incapables de vivre ailleurs que sous les projecteurs. » A.G.

USA

FRANCE

CIAO RICK

FIèRE MAIS PAS VERTE

Le retrait de Rick Santorum de la course à l’investiture républicaine a été accueilli avec un soupir de soulagement par de nombreux gays et lesbiennes américains. Le candidat ultraconservateur, catholique fervent, avait fait de la lutte contre l’homosexualité – selon lui comparable à la zoophilie et au terrorisme – un de ses thèmes de prédilection. De même, on ne comptait plus ses dérapages sur d’autres thèmes, comme le rejet de l’avortement même en cas de viol (« l’enfant reste un cadeau de Dieu ») ou les minorités raciales (« Je n’ai aucune intention d’améliorer la vie des Noirs »)… Malgré tout cela, il a réussi à s’assurer un triomphe dans plusieurs Etats et à s’ériger en outsider pour la Maison Blanche. A.G.

Avec ses flyers, ses capotes sponsorisées et ses flonflons déversés par camions entiers, la Marche des fiertés arrive en troisième position des rassemblements qui donnent le plus de boulot à la voirie de Paris, rapporte le site France TV Infos. Dans ce hit parade des événements les plus générateurs de déchets, elle arrive juste derrière la Fête de la musique et, championne en volume de détritus, le Marathon de Paris. Mais dans ce dernier cas, ce sont les boissons, les fruits et les éponges distribués aux 40 000 coureurs qui finissent sur la voie publique. La Gay Pride parisienne se déroulera cette année le 30 juin. Un demi-million de personnes y sont attendues par les organisateurs. A.G. Retrouvez toute l’actu sur 360.ch Mai 2012 – 360°

3


Publireportage

Dialogai… en brèves ! Fight homophobia !

Le 17 mai marque la journée internationale contre l’homophobie. A cette occasion, Dialogai, en collaboration avec de nombreux partenaires, vous propose une semaine entière d’activités : deux soirées festives, des concerts, des films, un pique-nique et plein d’autres choses. Alors vous aussi venez dire non à l’homophobie du 12 au 20 mai à Dialogai et dans toute la ville ! Plus d’infos page 65. Putes et pédés de tous les pays… Comme Dialogai, l’association de défense des travailleurs et travailleuses du sexe Aspasie fête cette année ses 30 ans. L’occasion pour les deux associations de partager une partie de leurs festivités. Rendez-vous donc à la salle du Môle pour une soirée de rencontre sur les droits des gays et des prostituées en Europe le vendredi 1er juin et au temple des Pâquis pour un grand « Bal du bitume » le samedi 2 (plus d’infos page 8).

BTC : testez-vous maintenant… Vous avez participé à la révolution Break The Chain, la campagne d’avril destinée à rompre les chaines de primo-infection dans la communauté gaie ? Bravo ! Rendez-vous à présent dans les Checkpoints pour faire votre bilan. CheckpointGenève offre deux tests VIH pour le prix d’un à tous les participants. Plus d’infos sur www.checkpointge.ch et www.breakthechain.ch

Você fala português ? Pour répondre à la diversification de son public, Checkpoint-Genève cherche un volontaire pour traduire son site en portugais. Le traducteur pourra s’inspirer du site de nos homologues lisboètes www. checkpointlx.com. Plus d’infos au 022 906 40 30 Checkpoint-Lausanne parle aux trans

Pride 2012 : tous au Jura ! Dialogai sera présent à la Pride romande de Delémont les 30 juin et 1er juillet. Notre association s’occupera du camping et le bus de Checkpoint-Genève sera présent sur le cortège et au village pour proposer des tests à résultat rapide. Nous aurons donc besoin de volontaires. Si vous souhaitez faire partie de l’aventure, merci de vous annoncer La fondation Profa qui a la responsabilité du nouveau Checkpoint au 022 906 40 40. qui ouvra cet été à Lausanne, vient d’annoncer l’ouverture d’un poste de prévention à destination des personnes trans sur le canton de Vaud. Cette population, trop souvent oubliée des programmes de prévention, est également fortement exposée au VIH et nous sommes heureux de l’engagement pour ce poste de Niels Rebetez, du comité de Transgender Network Switzerland, avec qui nous nous réjouissons de collaborer. Plus d’infos sur www.profa.ch Retrouvez plus d’infos et abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire sur www.dialogai.org


ACTUALITÉ suisse

UN HOMOPHOBE à FRAUENFELD

SUISSE ROMANDE

FAVORITISME GAY : AFFAIRE CLOSE

dr

Star du dancehall jamaïcain, Beenie Man aura les honneurs de l’Open Air de Frauenfeld cet été. Le magazine « Display » lance un appel au boycott.

Le litige qui opposait le journal satirique « Vigousse » au chef de la police du commerce de Fribourg a été réglé récemment devant un tribunal lausannois. Le fonctionnaire et deux commerçants avaient attaqué le journal pour diffamation. Un article paru en 2010 dans « Vigousse » laissait entendre que le fonctionnaire avait favorisé des restaurateurs tout en soulignant l’homosexualité des trois individus. Le chef de la police du commerce a retiré sa plainte. Quant à « Vigousse », il publiera un rectificatif précisant qu’il « n’avait nullement affirmé ou laissé entendre que l’autorisation litigieuse aurait été accordée en raison de l’orientation sexuelle des protagonistes ». A.G.

genève

DERNIER HOMMAGE

Beenie Man.

Contrairement à certains artistes parmi ses compatriotes, la star du dancehall Beenie Man ne se serait jamais distancé de ses textes appelant à la violence, voire au meurtre d’homosexuels. On peut donc logiquement comprendre la stupéfaction de certaines organisations LGBT d’outre-Sarine de voir « the Doctor » tenir le haut de l’affiche dans un des plus gros festivals de Suisse. Dans « 20 Minuten », l’un des organisateurs de l’Open Air de Frauenfeld (du 5 au 8 juillet) a tenté de se justifier : « Je peux comprendre ces préoccupations, mais nous sommes toujours confrontés à des artistes avec des histoires controversées. Nous supposons, toutefois, qu’ils respectent les règles », explique laborieusement Joachim Bodmer. Pas de quoi faire décolérer Beat A. Stephan, rédacteur en chef du mensuel gay zurichois « Display », qui déclare : « Pour moi, quiconque laisse se produire un tel artiste est complice (de l’homophobie, n.d.l.r.). » Ce dernier suggère de passer à l’action et d’écrire à la direction du festival pour signifier que l’on ne s’y rendra pas tant que les programmateurs maintiendront leur affiche, voire de faire pression sur le principal sponsor de l’événement, le géant de la distribution suisse Migros. Tous à vos stylos ! A.G.

« On a tous au moins un séropositif dans notre entourage. Et un séropositif, c’est quelqu’un de vivant, qui peut mener une vie normale. » C’est en ces termes que Bianca Maria Infante s’exprimait dans les pages du Temps en 2010. Bianca Maria Infante, c’était la première présidente du Groupe Sida Genève à se déclarer séropositive. C’était, car Blanche est partie samedi 14 avril après une longue lutte contre la maladie. Nous retiendrons sa capacité à mobiliser des ressources et à faire avancer la cause. En guise d’adieu, disons-lui tout simplement merci. A.G. Retrouvez toute l’actu sur 360.ch Publicité

JEUNES LGBT Accueil jusqu'à 25 ans les 2e et 4e jeudi du mois, de 18h30 à 21h30 à la Maison Verte, 5 place des grottes, Genève Le groupe de soutien et de loisir pour les jeunes lesbiennes, gays bisexuels, transgenres et leurs ami·e·s jusqu’à 25 ans

www.totemjeunes.ch Mai 2012 – 360°

5


ACTUALITÉ santé GENèVE PARLE VIH

Du 25 au 28 mars s’est tenue à Genève la 6e Conférence Francophone VIH/SIDA – AFRAVIH 2012. Remaides Suisse revient avec vous sur les éléments les plus importants de cette dernière.

Laissez-nous nos génériques !

Les associations présentes à la Conférence ont décidé de se lancer dans une marche silencieuse spontanée entre le CICG et le siège de l’OMPI. Dans le calme, près de 250 personnes ont défilé contre les procédures de Novartis en Inde, l’accord ACTA qui entend renforcer un peu plus les monopoles conférés par les brevets.

Qui a manqué son dépistage ?

Une étude française a décrit le contexte des opportunités manquées de dépistage chez des personnes nouvellement diagnostiquées en explorant les antécédents médicaux et les dossiers des patients. En ce qui concerne les hommes qui ont des relations sexuelles avec d’autres hommes (53% des personnes dans l’étude), 28% d’entre eux a fait un test il y a plus de trois ans et 32% n’en a jamais fait. La moitié de ces hommes n’a jamais mentionné être HSH (homme qui a des relations sexuelles avec d’autres hommes). Parmi ceux qui ont évoqué leurs pratiques sexuelles, encore une moitié n’a pas eu de proposition de test. Autre résultat surprenant, seulement un homme sur deux qui a consulté pour une IST s’est vu proposé le test VIH.

les facteurs qui pèsent SUR le VIH

Le VIH est un révélateur des inégalités vécues par les minorités. Dans les problématiques liées au genre, les femmes sont plus vulnérables au VIH, biologiquement et socialement. Et les femmes séropositives d’autant plus dans un contexte professionnel. Dans nos sociétés hétéro-normées, les minorités sexuelles sont touchées de plein fouet, surtout lorsque le droit leur interdit de vivre leur sexualité pleinement. En Afrique, les populations mobiles sur les axes routiers (travailleuses du sexe, camionneurs, commerçants et jeunes indépendants) sont identifiées comme les groupes les plus vulnérables, avec un problème de suivi et de continuité dans les soins. Abonnement gratuit sur www.groupesida.ch/remaides

Retrouvez toute l’actu sur 360.ch

6

Mai 2012 – 360°


dr

ACTUALITÉ des associations

Les dames de Haute-Savoie Voilà une bonne raison de se rendre à Annecy ! Là-bas, le groupe Only Girls organise depuis une quinzaine de mois des soirées exclusivement filles. Gabrielle Cottier

Un manque à combler

Alors qu’Annecy pouvait s’enorgueillir dans les années 90 du titre de « ville où homos et hétéros cohabitent le mieux », avec une bonne dizaine d’établissements gays et lesbiens, vingt ans après le tableau est plus sombre. En effet, la pression des habitants, la concurrence, et l’augmentation des loyers auront eu raison de la plupart de ces lieux, et aujourd’hui il n’en reste que trois. Ces soirées sont donc d’autant plus les bienvenues qu’elles sont uniques dans ce créneau et attirent un large public. « On a des filles de partout : Genève, Grenoble, Lyon ou Lausanne, pour une moyenne de 130 personnes, entre 18 et 50 ans », se réjouit Julie. Soit une large palette féminine qui s’amuse dans une ambiance conviviale et parfois chaude. La prochaine se tiendra le 2 juin, et se déroulera probablement sur la journée entière, avec un possible barbecue à la clé. Plus d’infos sur www.onlygirls.fr

Julie, responsable de Only Girls.

MAIS AUSSI … L’association étudiante Think Out sera présente le 4 mai prochain à la Haute école de santé de Genève et le 17 mai à UniMail avec un stand et des actions pour sensibiliser les étudiant-e-s à la thématique de l’homo/transphobie ainsi qu’au fort taux de suicide chez les jeunes LGBT. Les résultats du questionnaire seront disponibles mi-mai sur leur site internet. On les retrouvera avec leur stand à la HEAD le 12 juin. Nouvelle équipe, nouvelle mise en page, nouveau design, articles plus longs et rubriques régulières, la « Bulletine », organe d’information de Lilith change du tout au tout. Dans ce premier numéro retrouvez un article de fond sur les réseaux professionnels lesbiens, dont Wybernet, un réseau très développé en Suisse alémanique et qui cherche à s’étendre de notre côté de la Sarine. Une table ronde sur ce sujet est d’ailleurs organisée le 5 mai en présence de deux collaboratrices. Inscriptions : assoc.lilith@bluewin.ch.

Publicité

CHF

30.-

Cou

*

n

po

New Collection 100% Originals by Jeremy Scott

d’u

d

e

Avec une grosse soirée tous les deux mois dans des lieux variables du bassin annecien, en alternance avec un apéro-mix plus restreint sur Annecy, Only Girls s’est fait un nom dans la région des deux Savoie. A la base, elles s’occupaient d’un forum internet pour lesbiennes et bi fondé en 2006. Le groupement s’est vu ensuite contacté par des clubs hétéro pour organiser des soirées régulières, suite à la vague de fermeture, de lieux lgbt. Ni une ni deux, Julie la responsable accepte mais négocie qu’elles soient 100% filles.

ne valeur

www.originalsgeneve.ch

adidas Originals Genève 41, rue de Zurich ®

L’unique magasin 100% adidas Originals de Suissse romande * à partir de 150.- d’achat. Hors soldes et promotions, non cumulable. Voir conditions en magasin. Valable jusqu’au 1.06.12

Mai 2012 – 360°

7


SALLE DU MôLE VENDREDI 1ER JUIN DEBATS – TABLE RONDES 18h30

UIS

S PAQ E D E L P M E T

IN

U SAMEDI 2 J OUVERTURE

20h30 avec DJ Lorena

SHOW

21h00 : Sophie Solo 21h30 : Pascal Morier Genoux 22h00 : Marcela Volpe

DANSE FLOOR

dès 22h30 jusqu’à 4h00 : Dj Lorena Fanfare du Loup Orchestra LuLúxpo

L A Bdu bitume Entrée : CHF 15.-

DROITS LGBT ETAT DES LIEUX EN EUROPE Simon Maljevac, directeur du Centre d’information et de conseil Legebitra (Ljubljana – Slovénie) Gabriel Aranda, responsable secteur International et Droits Humains de la Fédération Espagnole LGTB Yves de Matteis, ancien membre du bureau de l’ILGA, ancien délégué aux droits humains de Pinkcross

20h30

PROSTITUTION ET SYNDICALISME Participation de syndicalistes, chercheuses, travailleuses du sexe d’ici et d’ailleurs. Avec la présence de Thierry Schaffauser, co-fondateur du STRASS (Syndicat de travailleurse-s du sexe – Paris), président de la branche Sex Work du GMB (Syndicat généraliste britannique – Londres).


actualité vih

à L’HEURE DES COMPTES Du 25 au 28 mars dernier se tenait à Genève la 6e conférence francophone sur le VIH/SIDA. Dans un contexte de raréfaction des fonds pour lutter contre l’épidémie, bilan. Guillaume Renevey

G © capitalimage

enève, 28 mars 2012. Les portes de la 6e conférence francophone sur le VIH/ SIDA se referment. Pendant quatre jours le Centre international de conférence (CICG) du quartier des Nations a accueilli le gratin francophone de la lutte contre la maladie. Médecins, groupes pharmaceutiques, ONG, etc., ils ont été 1’200 participants au total – dont 360 en provenance de pays du sud

rencontres. Toutes semblent tirer sur la même sonnette d’alarme. Celle du financement. Car il faut dire qu’en sus d’une période de crise budgétaire des Etats, le traumatisme des détournements de fond et de corruption – révélé l’an dernier au sein du Fond mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme – est encore dans tous les esprits. Dans ce contexte, Médecins sans Frontières a rappelé

prix préconise la mise en œuvre de moyens novateurs de financement en instaurant par exemple une taxe sur les transactions financières. Unitaid, qui est financé par une taxe sur les billets d’avion, demande également aux gouvernements de s’assurer que les accords de libre-échange ne comportent pas de clauses renforçant les brevets. Enfin, et le message s’adresse là encore une fois aux pharmas, Unitaid demande d’optimiser et de simplifier les traitements. En 2009, selon le rapport mondial 2010 de l’ONUSIDA : « 15,9 milliards de dollars US ont été mis à disposition de la riposte à la maladie, montant auquel il manquait 10 milliards pour couvrir les besoins en 2010. »

Conférences à outrance… A ce stade, il me semble important de poser une question. Alors que l’argent manque, est-ce bien raisonnable de multiplier ces conférences parfois coûteuses ? Car il y en a pléthore de ces rencontres. Il y a la Francophone bien sûr. Puis il y a l’Européenne. Il y a la conférence mondiale. Évidemment. Puis il y a une série de rencontres régionales Les spécialistes francophones du VIH étaient présents à Genève fin mars. comme celles pour la zone australa– à répondre présents à l’invita- la fragilité des progrès obtenus suite sie, celle des Balkans, etc. tion de l’Alliance Francophone à la récente décision du Fonds d’andes acteurs de santé contre le VIH nuler son onzième round de finan- … et qui coûtent cher (AFRAVIH). Des rencontres qui cement. Unitaid a émis pour sa part Prenons celle qui a occupé la cité ont accouché de 1’390 résumés trois recommandations pour pallier de Calvin au mois de mars. Si les notamment le risque d’assèchement organisateurs ne semblent pas dont 618 ont été acceptés. Comme lors de chaque rendez- des budgets. Cet organisme chargé disposés à nous révéler le monvous du genre, de nombreuses re- de centraliser l’achat des médica- tant du budget de la conférence (à commandations sont issues des ments pour obtenir les meilleurs l’heure de mettre sous presse nos Mai 2012 –  360°

9


© capitalimage

actualité vih

Le professeur t Gilles Brücker est le Secrétaire général d’AFRAVIH.

questions à ce sujet restent sans réponse), il n’en reste pas moins que la participation à l’événement s’avère dispendieuse. Chacun des 1’200 participants a dû débourser 300 euros pour prendre part à la conférence. Pour tenir un stand, il fallait débourser au prix associatif la coquette somme de 350 euros le mètre carré. Si ces chiffres semblent dérisoires par rapport aux besoins colossaux de financement de la lutte contre la maladie, il n’en reste pas moins que cet investissement reste une charge importante pour les acteurs locaux. Le groupe SIDA Genève, PVA Genève (Personnes vivants avec le VIH/ SIDA et leurs proches) ainsi que la fondation SID’Action Lausanne ont mis la main à la poche pour s’offrir 18m2. « C’est un montant important mais nous avons fait l’effort d’être présent et d’être visibles », nous confie Herminio Carro président de PVA. Même son de cloche du côté du groupe SIDA Genève qui a dû faire des recherches de fonds pour financer sa participation. Un prix

10 Mai 2012 – 360°

raisonnable pour Alexandra Calmy, co-présidente de la 6e rencontre d’AFRAVIH : « Nous ne faisons pas de bénéfice sur cet événement. De plus, nous avons fait beaucoup d’efforts pour créer 200 bourses afin de permettre à des gens du sud de faire le déplacement tous frais compris. » Sans avancer de chiffre on reconnaît néanmoins du côté de JCD Conseil – l’entreprise mandatée pour l’organisation de la rencontre – que la conférence de Genève s’est révélée hors de prix. « Bien que le CICG a gracieusement été mis à notre disposition par la Confédération, à Genève, dès qu’on allume la lumière les prix explosent », selon Evelyne Corbery, attachée de direction chez ce spécialiste du tourisme d’affaire. Optimisation vs. culture Un des objectifs de cette conférence francophone est bien sûr de pouvoir faire participer des pays du sud durement touchés par la pandémie et parlant français. Nous pouvons toutefois nous demander s’il ne serait pas plus

simple et plus efficace de traduire les travaux de la conférence mondiale en français. Pas sûr. C’est en tout cas l’avis de David Perrot, directeur du Groupe SIDA Genève : « Il y a un intérêt à réunir des gens qui fonctionnent culturellement de la même façon. C’est une valeur ajoutée. » Les éléments financiers semblent également trouver leur compte dans cette formule. « Si nous devons envoyer une personne à une conférence mondiale on doit compter 4’000 ou 5’000 francs. Pour une conférence francophone on dépense deux fois moins », ajoute David Perrot. Pour Alexandra Calmy cette rencontre a également un autre objectif  : attirer directement l’attention de la communauté francophone – moins prolifique que les américains – sur la nécessité de continuer, voire d’accroître, les financements de la recherche clinique et fondamentale dans ce domaine. Rappelons-le, selon les chiffres du rapport mondial 2010 d’ONUSIDA, en 2009, 33,3 millions de personnes vivaient avec le VIH dont 4,1 millions de francophones.


société eurovision

CONTEMPORARY CUISINE

L’Eurovision aura lieu en Azerbaïdjan. Ce pays peu démocratique suscite la polémique. Ce n’est pas le premier scandale qui agite un rendez-vous kitsch devenu culte. Véronique Krahenbuhl

dr

ÉVEIL DES SENS ET ÉVENTAIL DE SAVEURS

ça balance pas mal

C

ABBA ou l’âge d’or de l’Eurovison.

3, RUE NEUVE-DU-MOLARD 1204 GENÈVE T +41 (0)22 310 12 54 FERMÉ LE DIMANCHE thai-geneve.com 12 Mai 2012 – 360°

’est à Bakou en Azerbaïdjan que se déroulera l’Eurovision. Mais voilà, la musique n’adoucit pas forcément les mœurs puisque l’Arménie n’y participera pas. En conflit avec l’ancienne république soviétique, elle revendique toujours le territoire du Haut-Karabagh. Du coup, la télévision arménienne a indiqué le retrait de son groupe de rock. Ailleurs et pour beaucoup l’Azerbaïdjan, avec son régime corrompu et autoritaire, n’est vraiment pas le lieu idéal pour de telles festivités. Dans un autre registre, celui du racisme, Youri Sirotyuk, du parti nationaliste Svoboda – la droite dure

en Ukraine –, a récemment protesté contre la décision de sélectionner la chanteuse Gaitana. L’homme politique ne comprenait pas qu’une chanteuse métisse, née d’un père congolais, puisse représenter les Ukrainiens à l’Eurovision. Vitrine politique Bref, comme le souligne le Courrier International du 20 avril, l’Eurovision, à l’image des Jeux Olympiques, a toujours permis de faire passer des messages politiques. Par deux fois (1977 et 2005), des pays arabes ont voulu participer à la compétition avant de


dr

rivaux. Et c’est l’année suivante à Lugano que la première édition de l’Eurovision s’est déroulée avec la France, l’Allemagne de l’ouest, l’Italie, le Luxembourg les Pays Bas, la Belgique et la Suisse. Les fans de l’époque retiendront que c’est l’Argovienne Lys Assia qui remporta la finale. Depuis, une quarantaine de pays jouent le jeu au grand dam des chantres de l’élégance. On se souvient de cette pauvre Marie Myriam dans sa robe orange Casimir. On garde en mémoire Lordi, un groupe de heavy metal finlandais, dont les membres étaient déguisés en monstres ou du représentant de l’Irlande, accompagné de sa marionnette : Dustin, la dinde. Face à des artistes psychopathes ou à l’écoute de chansons improbables, plusieurs présentateurs, de Michel Drucker à Julien Lepers, ont risqué de s’étouffer en direct. Le 26 mai sur France 3, Mireille Dumas et Cyril Féraud pourraient ainsi passer de vie à trépas. Mais bon, sans l’Eurovision Céline Dion, Abba ou Julio Iglésias n’auraient peut-être jamais connu ni la gloire, ni la chirurgie esthétique.

La couleur de peau de la chanteuse Gaitana n’est pas du goût de la droite dure ukrainienne.

se retirer en raison de la présence du candidat israélien. En 2009, ce sont les artistes géorgiens qui ont été interdits de scène par les Russes. Leur chanson comportait un jeu de mot sur Vladimir Poutine qui, visiblement, manque d’humour. Malgré ces controverses, des millions de personnes désignent, chaque année au joli mois de mai, leur candidat préféré. Historiquement, les points étaient décernés par des jurys nationaux, désormais ce sont les téléspectateurs qui décident. L’objectif officieux de ce remaniement étant de limiter les solidarités ou les inimitiés géopolitiques qui

ravalaient les valeurs musicales aux oubliettes. Sauf que la Lettonie vote pour la Lituanie, l’Espagne pour la Roumanie alors que la Turquie ne donne aucune voix à la Grèce et ainsi de suite. Plus finaudes, certaines contrées restent en retrait. Car, en cas de victoire, ce serait à elles d’organiser l’événement. Pas un cadeau en période de crise, sachant que ce genre de plaisanterie coûte plusieurs millions d’euros. Première helvétique Le comble du ringard a été inventé en 1955 à Monaco dans le but de tisser des liens entre des anciens pays

Gay friendly Dans de nombreux pays, l’Eurovision est un rendez-vous populaire et fédérateur exempt d’a priori négatif. La victoire en 1998 du transsexuel israélien Dana International en est un exemple marquant. Mais c’est aussi, selon Philippe Le Guern, sociologue de la culture et des médias à l’Université d’Avignon, un excellent outil de reconnaissance pour des minorités sexuelles. D’où un concours dont les références sont de plus en plus queer. De kitsch, l’Eurovision est donc devenue cultissime, grâce notamment aux gays qui ont un sens du deuxième degré plutôt développé. N’en déplaise aux élites culturelles qui préfèrent ironiser sur la question des goûts et des couleurs, scintillantes ou pas. Le 26 mai en direct sur France 3 Mai 2012 –  360° 13


société journées mondiales

Cachez ces saints… © Ester Paredes

Les journées mondiales chassent-elles en terres saintes ? Désormais plus laïc et universaliste, le calendrier reste plus que jamais pavé de bonnes intentions. Manon Pulver

V

ous regardez votre agenda. Vous regardez cette ingénieuse subdivision de notre calendrier grégorien en 365 jours, le temps que met la Terre à faire le tour du Soleil. Vous le regardez sans cesse cet immuable compteur, le seul à même de mesurer l’écoulement inexorable de notre vie, mais aussi de poser nos vacances, d’effectuer nos payements à date régulière et de fixer nos rendez-vous chez le dentiste. Sur papier ou sur écran, le calendrier règne toujours sans partage sur la maîtrise de notre espace-temps et sa possible harmonie avec celui de nos congénères. A l’heure où plus que jamais toutes les territorialités réelles et symboliques ne cessent d’être modifiées,

14 Mai 2012 – 360°

contestées, abolies ou divisées, le calendrier reste un sanctuaire intouchable, seul lieu absolument commun, en tout cas probablement le seul capable de réussir à nous rassembler tous, à coup sûr, au même moment et sans contestation aucune. On ne crée pas un espace aussi extraordinaire sans qu’il ne fasse l’objet de puissantes convoitises. La chrétienté, qui contribua à l’établir, s’empressa aussitôt de l’occuper. Une légion de saints et saintes fut envoyée sur ces terres quotidiennes, et c’est ainsi que chaque jour s’est trouvé consacré à la célébration de l’un ou l’autre de ces ambassadeurs de la bonne parole, qui en échange offraient – et offrent encore – aide et protection. Chaque jour de l’année est ainsi devenu une

« fête », au point que certaines dates se confondent avec leur patron, comme la Saint Sylvestre, désormais synonyme de 31 décembre, la SaintValentin qui tient commerce amoureux le 14 février, ou les saints de glace, Mamert, Pancrace et Servais, formant passage obligé de la mi-mai (ne les y cherchez pas, jugés trop animistes, ils se cachent désormais derrière les plus consensuels Estelle, Achille et Rolande). Mais pas facile de caser la pléthore de canonisés. En y regardant de plus près, le saint du jour en masque presque toujours plusieurs autres, selon une logique inconnue. Ainsi l’obscur Emile, invoqué de façon confidentielle contre les hernies, tient l’affiche du 22 mai, alors même que ce jour là est pourtant


celui d’une sainte bien plus célèbre, des mains, de la canne blanche, des la toujours très sollicitée sainte Rita, paysannes et de la toxicomanie. Le patronne vintage des causes perdues. tout sans aucun ménagement pour la sainte du jour, Thérèse, traditionnellement invoquée pour les à la Saint-Gaston, affections pulmonaires et qui se pas de telefon Laïcisation et multiculturalisme de serait pourtant bien vue veiller sur la société oblige, l’éclat de ces stars la Journée mondiale de la tubercudu calendrier a pourtant bien un peu lose, placée le 24 mars. L’inventeur pâli. Pour autant la ritualisation des de la Journée sans téléphone mobile jours n’a pas disparu, elle a muté. La a choisi sciemment le 6 février, en société civile n’a en rien renoncé à raison de la chanson de Nino Ferrer, la force incantatoire consistant à lier mais il ignorait sans doute que ce des dates et des causes, au contraire. saint Gaston était traditionnellement Si elle s’est débarrassé des interces- invoqué pour soigner les migraines. seurs, elle a largement récupéré la Si certaines sont très sérieuses, vaforce rassembleuse de l’éphéméride lidées par les Nations Unies ou des en y ajoutant sa strate moderne : les ONG, il en figure aussi des fantaisistes, comme la Journée internatioJournées mondiales. Oui la tendance est lourde, de- nale des câlins du 21 janvier, de la puis une vingtaine d’années les blague le 1er avril, ou de la serviette Journées internationales consacrées de bain, le 22 mai. Une égalité de à des problématiques plus ou moins traitement discutable avec certaines graves envahissent les agendas, se autres, qui comme la Journée intertélescopant parfois jusqu’à l’ab- nationale des femmes du 8 mars, tésurde comme ce 15 octobre, tout à moignent d’un combat historique, séla fois Journée mondiale du lavage rieux, durable. Pendant ce temps on a

casé la journée dédiée aux violences faites aux femmes le jour de la SainteCatherine, patronne des jeunes filles, qui selon l’usage populaire coiffent la statue de leur sainte si à 25 ans elles sont encore célibataires… La liste est longue. Mais s’il n’y a pas un jour sans saints, il reste encore quelques Journées libres. Au vu de la tendance (246 journées recensées à l’heure actuelle), cela ne saurait durer. Après le temps de la prière, voici donc venu celui de la pétition et de la manif, au risque peut-être de la banalisation, mais avec un appel louable à la solidarité de tous autour des problèmes de quelques-uns. D’ailleurs si le 17 mai, la Journée mondiale contre l’homophobie ne vous a pas échappé – c’est aussi celle des Télécommunications – peut-être aurez-vous zappé le 11 octobre (fête de saint Firmin, jadis invoqué par les rhumatisants), qui est désormais voué au coming-out ? Aujourd’hui comme hier, le bonheur est dans le calendrier.

Publicité

35g SPECIAL BLEND

We try hard for you 35g ORIGINAL BLEND

ORIGINAL (soft & box)

KLAAS BOX

ROSES (soft & box)

Rauchen ist tödlich. Fumer tue. Il fumo uccide Mai 2012 –  360° 15


société genève

Comme des poissons dans l’eau chlorée Le club de natation genevois H2O s’est récemment envolé pour la rencontre européenne Valentine Tournament d’Amsterdam. Récit d’une compétition. Gabrielle Cottier

En piste Samedi, les douze nageurs genevois et leurs supporters arrivent à la piscine vers midi. Petit échauffement. A 13h, le coup d’envoi est donné. Sous les cris enthousiastes de la foule, six nageurs avancent côte à côte en crawl, brasse, dos ou papillon. H2O s’enflamme par deux fois lorsque Juan remporte deux médailles, en or et en bronze, respectivement en 200m et 100m nage libre. Parmi les moments mémorables de la compétition, signalons la performance d’un nageur de 65 ans qui a battu le record européen dans sa catégorie, et surtout la performance d’un professionnel sélectionné aux Jeux Olympiques, qui a profité de l’occasion pour rendre hommage à un ami

emporté par le sida. Mais une compétition à l’étranger c’est avant tout l’occasion de souder une équipe et de s’amuser un maximum. Car même si la compétition n’a duré qu’une journée, l’équipe de natation a passé 3 jours sur place. « Certains d’entre nous ont même eu la chance de patiner sur un canal gelé » s’enthousiasment Juan et Marc-Antoine. « C’était vraiment inhabituel, surtout que tout était fondu le lendemain. On a aussi beaucoup ri, comme tout le week-end d’ailleurs. » En voilà des sportifs heureux !

bio de Juan Nom : Juan Age : 44 ans Rôle : responsable des compétitions externes depuis octobre 2011 et rapporteur de médailles dans ces mêmes tournois. Nage préférée : le 200m libre (ndlr le crawl) Particularités : Depuis 12 ans à Genève et autant de temps à h2o. Nageur depuis qu’il a 8 ans en Colombie, où il s’entraînait 6 fois par semaine, parfois à 4h45. © Maurane di Matteo

I

l y a comme un air de départ en course d’école à l’aéroport ce vendredi 10 février au petit matin. Sauf que les 19 écoliers ont entre 28 et 45 ans et qu’ils s’envolent pour participer à un tournoi de natation rassemblant 270 nageurs LGBT, pour 27 équipes de 13 pays européens. Pas de stress au départ mais une excitation générale. De toute façon, le tournoi n’est que samedi. C’est parfait puisque l’organisateur et nageur vedette, Juan (cf. bio ci-dessous) a prévu quelques visites culturelles et festives, ainsi que des découvertes culinaires hollandaises, parfois étranges. « Nous gardons un souvenir mitigé des frites au beurre de cacahuète », rigole Marc-Antoine Claivaz, porteparole du club.

Juan Fernando Caicedo avec les médailles, Marc-Antoine Claivaz à droite, Christophe Morh à gauche. Mai 2012 –  360° 17


société delémont

le phare café-bar

UN JURASSIC GAY COUPLE Ils se sont dit « oui » en février 2012, à Delémont, après 30 années d’amour. Avec BillyBoy* et Lala, le Jura compte désormais un binôme des plus glamour. Sésame Not Online, images : collection BillyBoy* et Lala

3, rue lissignol ch-1201 genève www.le-phare.ch lun-sam: 15h - 02h dimanche: 17h - 00h +41 (0)22 741.15.35

BillyBoy* et Lala croqués par Frédéric Thomas Charrière lors de leur mariage.

18 Mai 2012 – 360°


I

ls incarnent l’une des histoires d’amour contemporaines les plus romanesques que l’on puisse imaginer. Chaleureusement accueillis à Delémont, où BillyBoy* et Lala viennent d’emménager, ils tiennent maintenant à y partager leur bonheur lors de la Gaypride du 30 juin prochain. Ils y préparent une célébration publique émaillée de quelques surprises qui risquent fort de défrayer la chronique. Car BillyBoy* et Lala sont deux êtres extraordinaires et scintillants à l’allure insolite, que l’on peut facilement qualifier de mythes vivants. Après avoir connu l’effervescence des plus grandes métropoles, ils ont décidé d’établir leur monde

merveilleux dans la capitale de la République et Canton du Jura. Le premier «  Jurassic Gay Couple  », comme aime à plaisanter BillyBoy* – ils furent en février 2012 le premier couple gay historique du Jura à avoir rendu publique leur union – représente à lui tout seul la consécration de l’union gay parfaitement réussie, alliant une véritable histoire d’amour à un savoir-vivre et une élégance hors-pair. Curiosité culturelle Leur bébé commun est la Fondation Tanagra, créée en 1998 par ces deux touche-à-tout de génie. Seule la combinaison de ces deux personnalités complémentaires et extrêmement glamour pouvait donner naissance à un tel éventail de créativité raffinée. Le travail de la Fondation consiste en un surprenant meltingpot réunissant de façon tout à fait unique art contemporain et hautecouture, le tout accompagné de leurs créations musicales et d’essais littéraires sur leurs sujets de prédilection. La richesse prodigieusement pointue de leurs recherches d’artistes, d’historiens et de collectionneurs embrasse à présent concrètement le projet d’établir un musée consacré à cet univers fascinant, dans leur nouvelle ville d’adoption. Il y a fort à parier que cela projettera Delémont au rang de curiosité culturelle à ne pas manquer ! La Fondation Tanagra organise déjà du 1er juin au 1er juillet 2012 à la Galerie Bovée de Delémont, une exposition de l’artiste milanais Aldo Lanzini, dont elle soutient le travail depuis une dizaine d’années. Une page d’histoire La biographie de ces deux dandys contemporains est tout simplement fascinante. Pur enfant-star de la pop culture américaine, BillyBoy* apparut dès son plus jeune âge sur le petit écran, tout en développant très précocement un talent artistique indéniable. Ouvrant sa première galerie à l’âge de 16 ans, les prémices de son œuvre à venir s’annonçaient déjà de façon incontournable.

Le maire de Delémont, BillyBoy* et Lala.

Successivement modèle, collectionneur, designer, artiste de performance à travers le personnage de Mister Modern (son alter-ego fictif, sorte de dandy post moderne évoluant dans un décor futuriste vintage) le jeune BillyBoy* émergea rapidement au centre d’un vivier d’artistes qui reste encore la référence absolue de nos jours. La liste de ses amis de l’époque suffit déjà à comprendre l’envergure de cette vie trépidante, surtout lorsqu’il s’agit de personnalités telles que Klaus Nomi, Keith Haring, Jean-Michel Basquiat, The Ramones, The New York Dolls, Holly Woodlawn, Taylor Mead, Sid Vicious pour ne citer qu’eux, ainsi que la fine fleur de l’intelligentsia de la subculture new-yorkaise : William Burroughs, Roy Lichtenstein et bien sûr, l’incontournable Andy Warhol. Tout ce beau monde gravitant autour du légendaire Chelsea Hotel où BillyBoy* séjourna un temps avec ses malles remplies de poupées Barbie, d’art déco et de créations Schiaparelli (qu’il possède toujours, et qui seront bientôt exposées). Emporté par le flot du NewYork de cette période mythique, résolument pop, puis terriblement punk, BillyBoy* se fit très vite remarquer grâce à ses collaborations fracassantes pour Fiorucci, la Mai 2012 –  360° 19


société delémont marque-phare de l’époque. Dans les années 80, BillyBoy* conquit Paris, et fit rapidement la une des plus grands magazines du monde. La rencontre coup de foudre à la même époque, avec Lala, lui-même artiste et leader du groupe newwave « Lala et les Emotions » signa le début d’une union qui vient d’être officialisée, sous l’immense portrait de Napoléon, à l’Hôtel-de-Ville de Délémont, 30 années plus tard. Chic, des poupées BillyBoy* et Lala devinrent inséparables dès la première seconde, et débutèrent une relation passionnée et une carrière fusionnelle. De leur fructueuse rencontre naquirent les “Surreal Bijoux” à Paris, puis par la suite, leur étonnante poupée MDVANII (prononcer mid-va-ni). Première poupée de mode exclusivent conçue pour un public adulte, véritable oeuvre d’art, elle se démarque d’emblée des autres poupées-jouets commerciales : elle est avant tout «  anatomiquement correcte », c’est à dire sexuée, et réalisée en résine, entièrement faite à la main

La poupée MDVANNII « L’Oiseau de Feu ».

20 Mai 2012 – 360°

et distribuée en exclusivité selon des critères draconiens. Sa garde-robe raffinée est réalisée dans la tradition de la haute couture et MDVANII peut se targuer d’avoir été habillée par les plus grands couturiers. Car d’après BillyBoy* et Lala, jouer à la poupée est en effet un art des plus délicats, qu’il convient de savoir honorer à sa juste valeur. Rien n’est trop beau pour MDVANII et sa garderobe rendrait folle de jalousie plus d’une diva capricieuse. Dès sa « naissance », MDVANII, la poupée objet d’art, fut saluée par une page entière dans le New York Times et devint le sujet d’innombrables parutions dans la presse internationale de haut vol. Oeuvre d’art contemporain à part entière, l’univers de MDVANII, en perpétuelle métamorphose, oscille entre le luxe ultime, la science fiction et l’imagerie SM übersexy : il lui est arrivé de se retrouver harnachée de cuir, à moitié nue et en talons vertigineux lors de sessions de photos plutôt osées pour une poupée de résine, dans des magazines d’avant-garde ou sur les sérigraphies géantes éditées par les artistes. Plusieurs autres personnages féminins et masculins ont également été créés à la suite de MDVANII, et leur noms aussi semblent provenir d’une autre planète : Dheei (1990) Rhogit-Rhogit et Zhdrick (1991), Tzulli (1992), Muio-Bix et Ouimi (1997) ainsi que quelques autres séries limitées. Egalement sexués, les personnages masculins furent présentés dès 1992 avec un préservatif et une notice en faveur du safe-sex. Une série de cartes postales à l’effigie de quelques-unes de ces poupées vient notamment d’être gracieusement offerte par BillyBoy* et Lala en faveur de la Fondation

« Astéroïde » : une des oeuvre offerte sous forme de carte postale en soutien au « Refuge ».

française “Le Refuge’’, qui soutient les jeunes gays ayant des problèmes familiaux liés à leur orientation sexuelle. Un petit coup d’oeil sur le site de la Fondation Tanagra vous en apprendra davantage sur l’univers artistique et les multiples projets des deux jeunes mariés gay les plus fabuleux à mille lieues à la ronde. À ne pas manquer : leur prochaine exposition intitulée « Maison Mdvanii », qui présentera une belle sélection d’œuvres d’art couvrant la période 1989 à 2012 (Espace ARTsenal à Delémont du 25 mai au 17 juin 2012). – www.fondationtanagra.com

Carte « Mariage » : dessin de Felix d’Eon (USA) d’après une carte d’un tarot de 1830 offert en cadeau de mariage à Lala par BillyBoy*


Official pre-party

BarcelONa

Week-end de Pentecôte

DIMANCHE 27 MAI I ❤ DISCO MAD>LAUSANNE Kenny Carpenter-USA

(Studio 54, New York)

Javier Medina-ES

(Circuit, Matinee, BCN)

Murray Mint-UK (San Fran Disco)

Antoine909-UK (Resident, Circuit)

LukJLite-CH

(Poppin, 25UP)

Ajaxx-CH

(Flexx)

RW-NL

© photo: Aaron Cobbett

(Rapido)

The LuvBug Disco Show Boogie Night Dancers Hot’n’sexy Gogo Boyz du CIRCUIT Barcelona Meilleur club de Suisse 5 étages - 4 dancefloors

MAD club rue de Genève 23 LAUSANNE / Suisse

% +41-(0)21-3406969

www.gay-party.net


société berlin

sexe ÉCOLOGIQUE On peut prendre son pied tout en faisant du bien à la planète, pensent les deux propriétairesdu premier sex-shop vegan allemand à Berlin. Visite guidée. Annabelle Georgen

P

as de vitres fumées, pas de rideaux en perles. Vu de l’extérieur, le sex-shop berlinois Other Nature pourrait presque passer pour une boutique de déco bobo, avec ses grandes vitrines encadrées de bois couleur crème, ses meubles chinés garnis d’objets multicolores. On trouve pourtant à l’intérieur l’attirail typique d’un sex-shop : pléthore de sextoys, accessoires SM et lubrifiants à la pelle. À une – grande – différence près : la majorité des produits vendus ici sont vegan, c’est-à-dire qu’ils ne contiennent aucune matière d’origine animale. Les harnais et autres parures SM sont en simili-cuir, et le magasin propose une gamme de fouets en caoutchouc de récup’ réalisés par l’artiste berlinoise Anton Blume. Les lanières sont découpées dans des chambres à air de vélo, les manches sont tantôt ceux d’une raquette de badminton, d’un écrase-purée ou encore un tronçon de flûte à bec. On peut aussi s’y procurer des préservatifs vegan, dont le processus de fabrication est exempt de

caséine, une protéine de lait. « On fait très attention à la façon dont sont fabriqués les produits qu’on achète. On demande aux fabricants où ils sont produits, avec quels composants. Nous travaillons avec

des fournisseurs au Canada, en Amérique et en Europe, tout en essayant d’acheter beaucoup de produits sur place, ce afin de soutenir les fabricants locaux  », explique Anne Bonnie Schindler, 31 ans,

Berlin jouit d’un sex-shop 100% écolo.

Publicité

sites web hébergements panoramas 360° www.swissvirtual.ch 22 Mai 2012 – 360°


Dessous chics, Dessous chocs !

L’unique site suisse offrant un vaste choix de sous-vêtements tendances !

© Other Nature

copropriétaire du magasin qu’elle a les sentir, donc on ne peut pas saouvert à l’automne dernier avec son voir vraiment ce qu’on achète », explique Anne Bonnie Schindler, qui associée, Sara Rozenhider. a elle-même été vendeuse dans un sex-shop classique avant d’ouvrir 100% silicone Le plastique n’a également pas le sa propre enseigne. Au-dessus de droit de cité chez Other Nature : l’étagère contenant les lubrifiants, « Depuis des décennies, l’indus- elle a accroché un tableau indiquant trie du sexe produit des sextoys en à la fois la composition, le goût et Chine avec des produits chimiques l’odeur de chaque produit. extrêmement bon marché, des plastiques toxiques. Nous ne travaillons Médiathèque qu’avec des produits haut de gamme Le sex-shop revendique une étiune et sains, 100% en silicone », explique quette queer, garantissant «  Anne Bonnie Schindler.« Le silicone compréhension absolue envers la a l’avantage d’être hypoallergénique transsexualité, l’homosexualité et et non-poreux, donc un nettoyage à l’intersexualité ». Son associée, l’eau et au savon suffit pour élimi- Sara Rozenhider, qui a travaillé ner les bactéries éventuelles. On n’a cinq ans pour la chaîne canadienne de sex-shop féministes et lesbien Venus Envy, apporte beaucoup de son savoir-faire dans le conseil à la clientèle. « On veut pouvoir parler de sexe avec les gens, comprendre quels sont leurs désirs, leurs peurs, leurs souhaits  », explique Anne Bonnie Schindler. L’arrière-boutique a été aménagée en médiathèque. Confortablement assis dans un fauteuil, on peut feuilleter des magazines et des fanzines internationaux LGBT, boire une tasse de thé ou savourer des cup-cakes vegan, qui ne contiennent ni œufs ni beurre ni lait. Dans la petite bibliothèque s’entassent pêle-mêle ouvrages théoriques queer, manuels pratiques et beaux livres. Les propriétaires du lieu ont également constitué une vidéothèque porno alternative, où les productions féministes tiennent le haut de l’affiche. pas besoin d’utiliser les sprays net- Se voulant plus qu’un lieu de comtoyants chimiques comme pour les merce, Other Nature accueille égasextoys en plastique. Et quand il n’y lement deux workshops par mois, a pas de moteur à l’intérieur, on peut sur des thèmes aussi variés que « jamême le faire bouillir pour le désin- lousie dans les relations polyamoufecter. » À côté des vibromasseurs reuses », « Point G », « bondage pour fait-main et des anneaux pelviens, la débutants », « sexe en toute sécurité boutique propose aussi une gamme entre femmes »… Et prête ses murs de godemichés en verre blindé aux à des artistes de la bouillonnante scène queer berlinoise, qui y exformes imaginatives. Contrairement à beaucoup de sex- posent photographies et peintures. shops, on peut ici tout toucher. Une étape incontournable lors d’un « En général tout est emballé sous week-end à Berlin. plastique et accroché au mur, on ne Other Nature, Mehringdam 79, 10965 Berlin peut pas manipuler les produits ni www.other-nature.de

www.kguru.ch Mai 2012 –  360° 23


Quarante ans d’éducation sexuelle Alors que le débat sur la « sexualisation » de l’école fait rage, 360° revient sur une discipline qui pourrait enfin évoluer avec son temps. Aline Jaccottet, photos : Magali Girardin


dossier écoles

C

’est une petite révolution rose qui attend les écoliers vaudois à la rentrée 2013. Le programme d’éducation sexuelle, soit trois fois une heure et demie dans la scolarité obligatoire vaudoise, sera en effet remanié pour être davantage « gay friendly ». Les treize intervenantes du centre médico-social PROFA seront mieux formées sur cette question, sensibilisées à un vocabulaire qui inclut les gays et les lesbiennes et disposeront d’une documentation bien plus fournie sur le sujet que les années précédentes. Avant 2007, une animatrice PROFA ne pouvait parler d’homosexualité en classe que si un élève posait des questions à ce sujet. En 2007, le programme officiel des cours d’éducation sexuelle est établi dans le canton de Vaud mais deux ans plus tard, un rapport de l’IUMSP (Institut universitaire de médecine sociale et préventive) établit que soit l’homosexualité n’est pas abordée, soit on en parle de manière pas toujours adéquate. Depuis, sous l’impulsion du Plan national VIH-IST 2011-2017 mené par l’Office fédéral de la santé publique, « des progrès énormes ont été réalisés même si le Grand Conseil Vaudois, n’est pas particulièrement gayfriendly », affirme Florent Jouinot, membre du comité de l’association VoGay et coordinateur de son Groupe Jeunes. Prochain objectif: que les élèves concernés puissent s’adresser à des personnes compétentes et sensibilisées à ces thèmes hors des cours d’éducation sexuelle « qui représentent après tout très peu d’heures dans toute la scolarité », souligne-t-il.

Une légitimité à en parler A Genève, les cours d’éducation sexuelle commencent à l’âge de six ans et « depuis 2002, l’homosexualité est abordée à l’âge de huit ans, dans le cadre d’un enseignement sur l’histoire de la vie » explique Jean-Dominique Lormand, médecin directeur des services de santé de la jeunesse depuis quatre ans. « On parle d’abord des familles recomposées et de l’homoparentalité. Cela ne pose aucun problème à la plupart 26 Mai 2012 – 360°

dans le canton de Fribourg, « on ne doit pas parler d’homosexualité comme d’un thème à part. Elle fait pleinement partie de la vie sexuelle et amoureuse ! » Elle travaille depuis quarante ans dans ce domaine et raconte qu’« à l’époque, pour parler d’homosexualité, on disait “ la chose ˮ. C’était considéré comme un phénomène contre-nature. L’arrivée du SIDA a permis de briser le silence  ». Christine Noyer a d’ailleurs à cœur de parler ouvertement avec les élèves, dont « certains parents m’ont dit qu’ils vivaient en couple avec quelqu’un du même sexe ». En quarante ans, une chose n’a pas changé: les enfants demandent toujours d’où vient l’homosexualité et pourquoi on est homosexuel. « Je leur réponds qu’on ne choisit pas forcément mais que c’est normal d’être « L’amour est respectable » amoureux. L’amour est respectable Pour Christine Noyer qui est res- et faire l’amour, ça ne se résume ponsable de l’éducation sexuelle pas à un pénis dans un vagin ! »

des enfants. Le sentiment homophobe vient plus tard, lorsqu’on découvre son identité sexuelle », dit Jean-Dominique Lormand qui souligne que les parents demandent rarement à dispenser leurs enfants d’éducation sexuelle. « Il est légitime d’aborder ce sujet. L’école doit assumer et promouvoir la diversité. » L’homosexualité est aussi abordée lors des interventions de l’organisation Action Innocence qui lutte pour préserver la dignité des enfants sur Internet. « C’est l’occasion de clarifier une bonne fois pour toutes le fait qu’homosexualité et pédophilie n’ont rien à voir », affirme-t-il tout en déplorant qu’il n’y ait pas plus d’heures d’éducation sexuelle qu’auparavant. « Les enjeux et les problèmes liés à la vie sexuelle et amoureuse se sont multipliés. »


La dame bébé

P

sychologue de formation, Dominique de Vargas, la « dame bébé » comme l’appelaient certains écoliers, a été éducatrice en santé sexuelle dans le canton de Vaud pour le centre médico-social Pro Familia (PROFA) de 1970 à 2001. Elle a donc fait partie de la première équipe qui a commencé à donner des cours d’éducation sexuelle dans les écoles vaudoises sous l’égide de Pro Familia « Ce thème était tabou dans les familles. Le simple fait d’en parler a été une révolution », souligne-t-elle. La première fois qu’elle parle éjaculation, premières règles et origine de la vie, c’est en mai 1971 dans une classe d’élèves de onze ans à Vallorbe. « J’étais stressée mais ils étaient spontanés et posaient plein de questions », soulignet-elle. Entre autres sur l’homosexualité. Pourquoi, demande l’un d’eux, y a-t-il des hommes qui s’aiment entre

eux et des « lechbiennes » ? Et tandis que les rejetons s’interrogent, leurs parents s’inquiètent. « Ils croyaient que le fait d’aborder l’homosexualité de manière soi-disant permissive donnerait des idées à leurs enfants », explique Dominique de Vargas. De son adolescence, où elle n’entend parler de sexualité humaine qu’en cours de biologie, jusqu’au moment où elle prend sa retraite en 2001, les mentalités changent profondément. «  Avec le temps, on a traité les homosexuels de manière moins agressive, parce qu’on les connaissait mieux. Le SIDA les a contraints à s’organiser et à se montrer davantage pour lutter contre les préjugés », explique-telle. Dominique de Vargas est fière d’avoir fait partie des pionniers de l’éducation sexuelle. « C’était un projet pédagogique inouï pour si peu d’heures de cours ! »

« Le simple fait de parler était une révolution »

Un prêtre pour en parler

A

umônier de jeunesse pour l’Eglise évangélique réformée vaudoise, Pierre-André Diserens travaille de 1970 à 1979 pour le centre médico-social Pro Familia. Lorsqu’il est écolier en 1955, il entend lui aussi parler de sexualité en classe. « Les garçons et les filles étaient séparés », préciset-il avec un sourire. Dans le cadre de sa mission pastorale, il parle de sexualité, mais « surtout pendant les camps de jeunesse ». Pierre-André Diserens a envie d’aider les jeunes, de briser le silence. Il intègre donc le groupe à l’origine des cours d’éducation sexuelle et s’y sent rapidement à l’aise. « Il fallait vouloir réfléchir

sur soi, se former et confronter son opinion à celle des autres. Etre un humaniste, en somme ». C’est ainsi que sous l’égide du médecin Charles Bugnon, les formateurs entrent en contact avec Symétrie, le premier groupe gay de Lausanne. Ensemble, ils échangent sur l’homosexualité, car le sujet revient souvent dans les cours d’éducation sexuelle. Dans ses interventions, Pierre-André Diserens se rappelle de petits groupes

d’adolescents un peu gênés auxquels il fallait « à tout prix pouvoir donner la parole » et qui étaient terrorisés à l’idée de « devenir homosexuels, de ne pas être conforme à l’image de la virilité. Ils me demandaient : est-ce que le fait de rester entre garçons est dangereux ? Est-ce que l’homosexualité est contagieuse ? Je leur disais qu’on découvre qu’on l’est, qu’on ne sait pas très bien pourquoi mais qu’il est possible de vivre ainsi ».

« Les ados craignaient de devenir gays »

Mai 2012 –  360° 27


dossier écoles

Omerta sur les différences

S

arah Agsburger a 25 ans. Elle se souvient de ses cours d’éducation sexuelle suivis au Gymnase de Beaulieu à Lausanne à l’âge de 16 ans. « On parlait surtout de l’anatomie féminine et masculine. A l’aide d’un mannequin d’un vagin on nous expliquait où se situait le point G chez la femme. Chez l’homme aussi. On nous avait montré la vidéo d’un accouchement. Je me souviens de ne pas avoir pu le regarder jusqu’à la fin. Les cours étaient très clairement axés sur les rapports pénis / vagin. La personne chargée du cours mettait beaucoup l’accent sur l’importance du rapport sexuel consenti. Si l’on nous parlait de la liberté sexuelle c’est vrai que l’homosexualité n’était abordée que par le biais des maladies sexuellement transmissibles, SIDA en tête. Si cela m’a manqué de pouvoir en parler plus ? Je ne sais pas. J’étais encore dans mon cocon. J’ai fait mon comming-out à 17 ans. »

28 Mai 2012 – 360°

Une chappe divine

P

ierre Biner est né en 1939. Il a grandi à Bulle. Autant dire qu’à l’époque l’éducation sexuelle ne faisait pas recette. Elle n’existait tout simplement pas. Il nous le racontait déjà dans un texte paru en 1980 dans TVB Hebdo : « J’ignorais tout. Je ne savais pas comment les enfants viennent au monde. Quand ma mère accouchait, on emmenait les aînés dans une confiserie déguster une glace. Au retour le bébé était là. Ni vu ni connu. Je ne me souviens pas d’avoir vu ma mère enceinte, je veux dire physiquement grosse d’un de mes frères. J’étais aveugle. Ou plutôt on m’avait rendu aveugle à tout ce qui concerne ces honteux mystères. Mes frères sont nés. J’avais sept ans, j’avais 10 ans. J’étais la virginité même. Une virginité coupable. Les questions sordides que posaient les curés et les pères capucins à l’enfant pieux que j’étais, et qui s’agenouillait

régulièrement dans le confessionnal, me plongeaient dans une angoisse sans fond. On me demandait avec insistance si je n’avais pas “ des gestes impurs ” des “ pensées impures ”, si je ne me touchais pas. Le moindre regard jeté par moi sur une parcelle de ce corps interdit qui n’était pas le mien, mais la propriété exclusive d’un dieu qui le méprisait comme l’objet le plus vil – le moindre regard, le moindre “ attouchement ” me persuadaient que j’encourais une damnation sans rédemption. On avait réussi à me faire vivre mon corps comme une malédiction. Je n’osais m’endormir, de peur de mourir dans le péché. D’un innocent on avait fait un criminel torturé par les remords à la moindre rêverie. Je suis un rescapé. Le rescapé d’un monstrueux chantage. » Témoignages recueillis par Guillaume Renevey


Pro Familia

Best of de questions

entre 1972 et 1974, morceaux choisis :

«

Les adolescents s’intéressent très peu aux perversions sexuelles ; les rares questions les concernant paraissent presque toujours amenées par une influence extérieure, en général la confrontation avec une brochure pornographique. Il faut toutefois réserver à l’homosexualité une place à part, puisqu’elle provoque bien des questions et suscite un intérêt tout particulier. (…) L’un des aspects du problème réside précisément là : ce qui les effraie, dégoûte et peut-être parfois paralyse certains dans leur évolution, c’est l’idée qu’ils sont en train de devenir la caricaturale “ tapette ”, efféminée, minaudière et fardée ». « Quant à la fréquence d’actes homosexuels tels que masturbation mutuelle chez les adolescents, il est difficile de l’estimer. Dans les classes, l’évocation de ces pratiques suscite régulièrement un certain nombre de sourires rêveurs… » « Il semble que les garçons sachent assez bien qu’on ne naît pas homosexuel, mais qu’on le devient le cas échéant. Ils expliquent souvent

en 1972

l’homosexualité par des erreurs éducatives, qu’ils font remonter à l’adolescence plus souvent qu’à la petite enfance ». « Après bien d’autres, je me demande si l’homosexualité n’est pas encouragée par la défense faite aux adolescents de vivre le coït hétérosexuel. Car l’interdiction des relations hétérosexuelles donne, à ma connaissance assez souvent, le résultat suivant: l’adolescent en pleine poussée pubertaire apaise ses tensions dans une relation homosexuelle, ressentie comme moi “ coupable ” que la relation hétérosexuelle ». « Il semble, à travers ces questions, que ces filles ne se sentent pas directement concernées par l’homosexualité, contrairement aux garçons qui manifestent souvent un très vif intérêt pour le sujet, se sentant personnellement impliqués. (…) L’attachement exclusif pour une amie, un professeur féminin, etc., avec son cortège plus ou moins complet d’exaltation et de jalousie, si fréquent à cet âge, n’est pas ressenti comme une menace d’homosexualité par les jeunes filles elles-mêmes. »

– Un homosexuel, c’est quoi ? – Jusqu’à quel point les troubles homosexuels sont-ils normaux ? – L’homosexualité est-elle la conséquence de la vie de famille lors de l’adolescence ? – Quels sont les défauts et les qualités de l’homosexualité ? – Y a-t-il des possibilités de guérir l’homosexualité ?

en 2011 – Comment ne plus être gay ? – Je me sens très attirée par une fille de la classe mais je ne sais pas quoi faire. Aidez-moi, je suis moi-même une fille ! – Pourquoi les homosexuels existent ? – Est-ce que si quelqu’un regarde des hommes tous nus il va être homosexuel ? – Par quoi se fait pénétrer une lesbienne (liste complète) ? – Pourquoi on dit que l’homosexualité est une honte pour l’Eglise ?

Publicité

indépendante et engagée disponible en kiosques et en librairies et sur abo : www.georgemag.ch Mai 2012 –  360° 29


CULTURE MODE AGENCE DE PUB SENSIBLE, AGENCE DE PUB SENSIBLE, GÉNÉREUSE, INVENTIVE, GÉNÉREUSE, INVENTIVE, FLEXIBLE, ENDURANTE, FLEXIBLE, ENDURANTE, EXPÉRIMENTÉE, AYANT EXPÉRIMENTÉE, AYANT GAGNÉ PLUSIEURS PRIX, GAGNÉ PLUSIEURS PRIX, RECHERCHE NOUVEAUX RECHERCHE NOUVEAUX CLIENTS POUR BONS PLANS CLIENTS POUR BONS PLANS MÉDIAS ET POUR MOMENTS (MÉDIAS) ET POUR MOMENTS DE CRÉATIVITÉ INTENSES... INTENSES DE CRÉATIVITÉ...

logomania le Le logo imprimé noir sur T-shirt blanc ressuscite. Les divas de la mode qui l’avaient enterré trop tôt n’ont plus que leurs yeux pour pleurer. Alexandre

R

STRATÉGIES ET CRÉATION EN COMMUNICATION

w i t| h

Say Hello

022 342 43

33

Etienne-Etienne.ch

PUSH THE BUTTON

32 Mai 2012 – 360°

endre ses lettres de noblesse au logo. Tel est le vaste programme de campagne de l’été des créateurs. Proscrit pendant longtemps dans le paysage fashion, les iconiques logos YSL ou Chanel s’affichent à nouveau sans honte, de préférence en noir sur les T-shirts blancs des obsédé(e)s des marques en mal d’identité modeuse. Pourtant, il revient de loin, le logo. Après avoir été porté au pinacle pendant les années 80, son symbole et surtout ce qu’il représentait commercialement, filaient la nausée à la génération X au début des années 90. Les valeurs du mouvement grunge étaient ailleurs et le clinquant du rêve américain n’était plus en adéquation avec les désillusions nébuleuses des ados d’alors. Pour asséner le coup fatal qui allait ternir l’éclat du logo pour l’éternité, la journaliste canadienne Naomi Klein lui faisait son procès dans son brûlot altermondialiste « No Logo : la tyrannie des marques », retentissant succès paru en 2000. Aïe, le nouveau millénaire s’annonçait comme une sacrée gueule de bois pour le logo. Au revers d’un col Mis à part les italien(ne)s – culturellement très attaché(e)s aux attributs des marques – et quelques starlettes de téléréalité restées fidèles aux D&G ou Dior écrits en lettres d’or sur des T-shirts tendus par des poitrines artificielles ou moulés sur des pecs sculptés en salles, la mode préconisait le minimalisme. Jouer les panneaux publicitaires pour une marque en arborant son logo était alors le faux-pas à vous faire bannir définitivement du cercle de

l’intelligentsia de la mode. Jamais ô grand jamais, un logo ne devait s’afficher de plein fouet. Tout au plus, il avait le droit de se camoufler au revers d’un col ou dans une doublure, comme le faisait Marc Jacobs lors de ses premières collections pour Louis Vuitton à la fin des années 90. Chinez maintenant ! Less is more, soit : moins, c’est mieux. Tout était dit dans le mantra fashion de la prêtresse de la mode des années 2000, Anna Wintour. De ce côté-ci de l’Atlantique, Carine Roitfeld, l’autre prêtresse aux commandes de Vogue Paris, plus trash que sa consoeur rédactrice en chef de Vogue US, traînait aux premiers rangs des défilés entourée du Tout-Paris de la nuit et des stars internationales. Beaucoup de décadence glamour, mais toujours aucun logo en vue. C’eût été un crime de lèse-majesté pour la Roitfeld. Aujourd’hui, elle n’est plus à la tête de Vogue et Anna Wintour n’est plus que l’ombre d’elle-même. Le vent a tourné. Et pendant que les divas se fanent, les logos reprennent du service. La princesse de la pop Rihanna – meilleure gourou fashion que chanteuse – ne s’y est pas trompée en se baladant avec son T-shirt frappé du logo Céline récemment. Comment ça, vous avez jeté tous vos T-shirts à deux C entrelacés ? Chinez maintenant ! Le logo imprimé noir sur T-shirt blanc ressuscite. Les divas de la mode qui l’avaient enterré trop tôt n’ont plus que leurs yeux pour pleurer. Les autres piochent dans la grande malle des souvenirs transformés en déguisements. Comme Rihanna.


DR

retour

Une addiction est Un combat qU’il faUt gagner ! La Clinique Belmont, établissement fondé en 1978, accueille tout(e) patient(e) souffrant d’addictions ou de troubles alimentaires, assuré(e) en couverture de base obligatoire (LAMAL). La clinique est une pionnière en Suisse dans son approche thérapeutique qui s’appuie sur le strict principe du volontariat du patient et basée sur un programme cognitivocomportemental et systémique.

26, Route de Chêne, Genève Tél. 022 735 78 11 Plus d’infos sur

www.clinique-belmont.ch

Rihanna a elle aussi succombé à la logomania. Mai 2012 –  360° 33


culture musique

des Rappeuses THEESatisfaction, où comment la queeritude de deux étudiantes de Seattle s’est transformée en romance hip-hop et militante. Jonas Pulver

D

u rap fait à quatre mains, vécu à quatre saisons. Loin de Los Angeles et son soleil de plomb, loin de Harlem et ses académiciens du son. Stasia Irons et Catherine Harris-White, alias THEESatisfaction, fomentent une musique libre et capricieuse comme la météo océanique. « Le ciel de Seattle est imprévisible et impulsif, il peut y avoir de la neige, de la pluie et du soleil dans la même journée », aiment-elles dire en interview. « Le hip-hop d’ici a gardé cette fluidité. » Diversité des climats, et des identités. Femmes, noires, lesbiennes : hors de l’axe traditionnel East Coast – West Coast, les deux membres de THEESatisfaction embrassent leur condition triplement minoritaire au fil d’un premier album en forme de kaléidoscope. Loops de funk hédoniste ou de jazz intempestif, mantras rythmiques sous des pianos alanguis, « awE naturalE » vous enveloppe dans son groove irrésistiblement protéiforme.

Battles syllabiques L’entrelacs des textes scandés et des lignes vocales, à l’ombre de la grande Lauryn Hill, joue sur les mots et les influences. Revendications militantes sur un souffle de Malcolm X, visages de l’intimité au creux d’une boucle de saxophone, battles syllabiques aux fraîcheurs de premier rendez-vous. « awE naturalE » dégage cette séduction de l’instant, ce sourire du décloisonnement qui fleurent bon la liberté. « On a beaucoup réfléchi à l’idée selon laquelle l’anglais serait un langage qui ne nous appartiendrait pas 34 Mai 2012 – 360°

Stasia Irons et Catherine Harris-White.


amoureuses

Bien plus que du sport !

à nous autres Afro-Américain(e)s », notent Stas et Cat. « Nous aimons considérer la langue comme un terrain de jeu, et de transformation. Objectivement, il est possible de le modeler à l’infini. C’est une manière de montrer qu’il nous appartient désormais. » Piscine - Jaccuzi - Sauna - Hammam

Restaurant Gourmand - Frutiger

Jean-Marie Casta

Premiers émois La revanche par la poésie, en quelque sorte. Quand elles se remémorent leurs années de lycée, les deux femmes disent la difficulté de se sentir « queerdoes », contraction de queer et « weirdoes » (« bizarre »). Elles ne se connaissent pas encore ; ce sont les bancs de l’université qui les rapprocheront bientôt. Stas, la slammeuse du duo, tombe sous le charme de la voix de Cat. « Je la suivais secrètement dans des soirées open mic. J’ai finalement été lui parler… ça a pris un moment. » La musique est d’abord le lieu d’un certain romantisme. « On s’est connectées par le son, et puis peu à peu les sentiments ont émergé. » L’occasion de se chanter mutuellement les comptines des premiers émois, en mode Jill Scott-Heron et afrofuturisme. Ou encore TLC, trio R&B pour lequel Stas et Cat partagent une certaine vénération. « En concert, elles allaient jusqu’à porter des capotes devant leurs yeux ! » Sur leurs fingues aussi, histoire de décomplexer l’Amérique mainstream des années 1990, encore prompte aux préjugés. « C’est super inspirant. Les TLC avaient un sens de l’engagement politique, mais version fun ! » Action, satisfaction, THEESatisfaction.

BOOTCAMP ing

DR

Musculation - Fitness

Exclusivité : cours et stages

10 massages traditionnels www.plazasport.com www.bootcamp64.com Rue Jargonnant, 2 - 1207 Genève Tel. : +41(0)22 707 40 00 Mai 2012 –  360° 35


!!! 2 dernières dates en Suisse

Soirée danSante

Une

pièc e de

© DR / visuel: Fabian Sbarro / photo: mano

et a vec Yan nM erca

nton

à l’issue du spectacle du 12 mai

11 + 12 mai / 20 h 30

moutier - Salle de Chantemerle / rés.: 032 493 45 11 S

I

S

Schweizerische Interpreten-Stiftung


culture danse

BAT

Fêtons les familles arc-en-ciel du monde entier !

generation L’artiste franco-suisse MarieCaroline Hominal revient avec une nouvelle création intitulée BAT présentée à Genève. © Clive Jenkins

Guillaume Renevey

«

BAT à l’ADC.

 La boxe est une métaphore de l’existence » comme disait Berthold Brecht. Et c’est précisément l’existence que Marie-Caroline Hominal propose d’explorer dans BAT, sa dernière création présentée du 2 au 12 mai à l’Association pour la danse contemporaine de Genève. Sur scène elle juxtapose un boxeur comme contrepoids d’ellemême afin de questionner différents processus de camouflage, de transformation et d’anonymat. Il incarne l’intensité, la concentration et la puissance. Face à lui, comme un négatif, la performeuse est chaotique et fragmentée. Après son triptyque Fly Girl, Yaksu Exit number 9 et Voice Over, Marie-Caroline Hominal abandonne cette fois-ci les personnages extravertis. « Je cherche à m’exposer en creux, explorant l’idée de l’identité par l’anonymat, questionnant le désir de vivre en le remplaçant par le désir de ne pas mourir : comment exister sur scène sans s’exposer » dit-elle. Pour accompagner les mouvements, l’écrivain haïtien Marvin Victor appuie le contenu d’un texte original, le Dialogue des Morts, pour permettre à MCH de se détacher du texte en utilisant les mots d’un autre. « BAT est un mouvement dur », écrit-elle « celui de notre génération. Un mouvement qui se déploie comme une rafale. Une énergie qui devient violence, celle que l’on trouve dans notre quotidien. »

Dimanche 6 mai 2012 de 11h à 15h Parc des Bastions, Genève Rassemblement pour un pique-nique canadien Animations pour petits et grands Infos : www.famillesarcenciel.ch

BAT du 2 au 12 mai 2012 à l’adc Genève -www.adc-geneve.ch

Mai 2012 – 360° 37


culture télévision

Petits mensonges entre copines « Pretty Little Liars », c’est une série américaine à succès produite par la chaîne ABC Family. Un personnage lesbien y tient le haut de l’affiche. Le ridicule n’y est pas en reste mais chapeau. Delphine Roux DR

meurtre d’Alison) pour qu’il abandonne toute poursuite. Une mère qui, en très mauvaise banquière, dilapide son salaire, vole l’héritage qu’elle gère pour une dame âgée et donne ensuite des leçons de bonne conduite à sa fille. Quant à Spencer, pour attirer l’attention de ses parents, elle subtilise une dissertation de sa sœur qui lui rapporte finalement un prix de mérite national. Compétitive jusqu’au bout, elle ira même jusqu’à embrasser l’actuel fiancé de sa frangine. Emily, pour sa part et sous le couvert d’un petit ami qu’elle connaît depuis l’école enfantine, semble afficher un intérêt certain pour la gent féminine.

B

Quatre filles pour un série : Pretty Little Liars.

ienvenue à Rosewood, petite ville américaine bien proprette, aux habitants pour la grande majorité WASP (White Anglo-Saxon Protestant, ndlr) et aux revenus aisés. Emily, Hanna, Spencer et Aria mènent leur petite vie bien tranquille et ordinaire de collégiennes manipulées par leur meilleure amie Alison. Une Best Friend Forever qui n’hésite pas pour autant à abuser du chantage affectif pour se servir d’elles comme de marionnettes. Jusqu’au jour où Alison, n’ayant eu semblet-il que ce qu’elle mérite, se fait assassiner. En parallèle, un ou une mystérieux/se « A » commence a

38 Mai 2012 – 360°

harceler les quatre filles de mails et de sms haineux, les incitant à des actions à la morale douteuse en les menaçant de dévoiler leurs secrets respectifs. Vous voici donc dans Pretty Little Liars. Toute une équipe Les personnages de cette série forment une jolie brochette de bonimenteurs. Aria embrasse en cachette son enseignant d’anglais. Hanna se fait attraper la main dans le sac en train de voler des lunettes de soleil. Sa mère se voit forcée de séduire le policier s’occupant du dossier de sa fille (et également, de manière improbable, de l’enquête du

Bien joué L’intrigue a de quoi irriter en mettant dès le premier épisode l’orientation sexuelle d’Emily sur le même plan que les doigts collants d’Hanna. Un scénario qui ne laisse présager rien de bon car au premier abord on peut s’attendre a un énième personnage lesbien qui, selon toute probabilité embrasserait à plusieurs reprises une des protagonistes de la série, forcement en couple avec un garçon, ferait plusieurs petits pas (physiques mais pas psychologiques) en direction d’une potentielle relation homosexuelle histoire d’atteindre des records d’audience puis s’en irait clopin-clopant reprendre le droit chemin de l’hétérosexualité. Mais contre toute attente, Pretty Little Liars prend le parti, dès le départ, de faire un parcours LGBT sans faute. Emily se voit offrir autant de


minutes à l’écran pour vivre ses expériences saphiques que ses amies hétérosexuelles. Du premier baiser à un coming-out touchant à des parents très secoués et à des amies au soutien immuable, les scénaristes ont même souhaité passer par la case incident homophobe à l’école suivi de l’intervention du coach sportif qui rappelle la tolérance zéro de l’établissement face à ce type de discrimination. Pas un mot n’est mauvais ni de trop. « A », qui tente de faire chanter Emily en la menaçant de dévoiler son homosexualité, se voit même contraint/e de baisser les bras et de l’attaquer finalement en la faisant accuser de dopage. Le cheminement d’Emily sonne vrai du débat à la fin, avec un jeu impeccable de l’actrice Shay Mitchell, dont c’est le premier grand rôle, et qui délivre un personnage sincère et, cerise sur le gâteau, pas trop crispée en embrassant une autre fille. La thématique LGBT est réaliste et

excellemment traitée, évitant tous les pièges habituels dans lesquels tombent les séries ne cherchant qu’à faire de l’audience. Mickey à la page Marlene King, une des productrices de la série, a dès le début pris conscience de la responsabilité incombant à la création d’un personnage principal lesbien, plus particulièrement face à la vague de suicides de jeunes LGBT de l’automne 2010. Elle s’est entourée de scénaristes au fait de ces thématiques, multipliant même, sur l’écran, les appels de soutien au projet It gets better. ABC Family, une sous-division du groupe Walt Disney, n’est pas franchement une chaîne familiale connue pour ses programmations à l’avant-garde. Elle a toutefois assuré Marlene King de son soutien face aux critiques virulentes émises par certaines associations familiales demandant l’annulation de la série et

dénonçant « l’endoctrinement » des jeunes téléspectatrices. La chaîne, loin de s’inquiéter des retombées négatives d’un personnage principal aussi ouvertement homosexuel dans une de ses séries phares, ni du retrait outré de deux grands annonceurs de publicité, a eu au contraire une obsession toute autre  : qu’aucune image d’incitation à la drogue ne soit diffusée. Pretty Little Liars, et son scénario improbable, comptabilise pas moins de 7 millions de fans sur Facebook et bénéficie de records d’audience aux Etats-Unis. En termes de visibilité et de soutien LGBT, le personnage attachant d’Emily a permis de sensibiliser un jeune et très large public tout en douceur. L’actrice Shay Mitchell a d’ailleurs reçu de nombreuses lettres de reconnaissance de la part de jeunes filles en questionnement qui disent avoir trouvé du soutien et de l’espoir en regardant la série.

Publicité

Mai 2012 –  360° 39


42, rue de la Terrassière 49, bd Carl-Vogt 1207 Genève 1205 Genève Tél. (022) 736 80 64 Tél. (022) 328 01 24 Ouvert le dimanche

Menuiserie Agencement

FAZIO & CIE

26, rue des Vollandes - 1207 Genève Tél. 022 340 66 70 - 079 214 38 06


culture dvd

comme au cinéma

DR

Un drame provincial aquatique pour retourner en enfance. Sans les clichés lié au genre. Véronique Krahenbuhl

L

a Naissance des pieuvres, avec un titre pareil, difficile de croire qu’un film puisse être raté. Non, le premier long métrage de Céline Sciamma, scénariste trentenaire qui a réalisé récemment Tomboy, est plutôt une jolie réussite saluée par trois nominations aux Césars, une sélection à la section Un Certain Regard de Cannes et le Prix Louis Delluc en 2007. Au début, il y a deux copines, Anne, la boulotte, et Marie, la freluquette. Ni l’une ni l’autre ne sont conformes aux canons en vogue dans leur lycée. Floriane, par contre, est une belle blonde qui fait tourner la tête des garçons. On la prend d’ailleurs pour une allumeuse et visiblement elle assume. Sauf qu’elle est toujours vierge et que ça la pétrifie. Rien ne va plus entre Anne et Marie, surtout parce que Marie quitte l’enfance pour découvrir le désir qu’elle éprouve envers Floriane. Pour se rapprocher d’elle, elle fait semblant d’être attirée par la natation synchronisée dont Floriane est un élément essentiel. Avec ce drame provincial magnétique, Céline Sciamma ne revendique rien, sinon la liberté de traiter de la cruauté adolescente où personne n’est ni victime, ni bourreau. Ce qui exclut toute forme de sentimentalisme. Et c’est tant mieux. Mai 2012 – 360° 41


culture éDITION

Des Ailes sur un tracteur Une nouvelle maison d’édition LGBT voit le jour et apporte un peu de légèreté dans ce monde de brutes. Interview de son jeune créateur. Elsa Duperray

«

 Des Ailes sur un tracteur », c’est une toute jeune maison d’édition LGBT, née de la persévérance et l’envie d’un bientôt trentenaire, Jérémie Patinier. Essais, dictionnaires décalés, chroniques saphiques, bientôt un livre de cuisine, « Des ailes sur un tracteur » est un laboratoire d’idées qui vise à agiter et éditer ce qui ne le serait pas forcément ailleurs. Interview. D’où est venue l’idée de monter une maison d’édition LGBT ? De la frilosité et du manque d’enthousiasme de certaines maisons d’édition. Nos premiers projets ne les intéressaient pas, nous avons donc publié nous-mêmes nos premiers ouvrages – L’Encyclopédé, 1’000 choses à savoir quand on est gay et le Lesbictionnaire, 1’000 choses à savoir quand on est lesbienne – et ils ont plutôt bien marché. Nous nous sommes donc aperçus qu’il y avait des lecteurs, et que des choses de ce genre-là pouvaient être réalisées. Il n’y a plus beaucoup de maisons d’édition LGBT, et celles qui existent font un excellent travail : littérature, romans, etc. Mais il y a tout un champ de l’édition qui n’est pas traité, un champ de culture, de genre. Il y a par exemple beaucoup de dictionnaires très techniques et théoriques mais rien de populaire, de léger ou d’humoristique sur ces cultures gay ou lesbienne. Et nous, c’est ce que nous recherchons.

42 Mai 2012 – 360°

Des sujets sérieux avec légèreté. C’est de là que vient le nom « Des ailes sur un tracteur » ? Oui. Mettre des ailes sur des choses difficiles, traiter du fond avec de la légèreté. Donner des clés sur tout ce qui nous touche, mais avec humour. Par exemple, nous allons bientôt


www.network.ch

auteurs. En revanche, on ne va faire que quatre ou cinq livres par an, pas plus. Je ne recherche pas le profit. Ce n’est pas ma seule activité (n.d.l.r. : il est aussi journaliste), ce n’est pas ma seule raison de vivre et ma seule ressource, ce qui me permet de prendre Et à quelle sauce on est mangé, le temps de réaliser des projets consédans un livre de cuisine quents, d’éditer de beaux livres. Un homosexuelle ? On est parti du principe que l’homo- beau livre LGBT, c’est rare. sexualité est un pays. Et à partir de références culturelles, de différents Le monde de l’édition n’est pas légumes, de plats et de tout l’imagi- un monde de bisounours, ça n’a naire de la culture homosexuelle, on pas été trop dur ? propose des recettes. On veut éditer Il faut parfois mettre des ailes sur son tracteur et s’envoler… Je ne voulais pas trop me poser de questions. Pour l’instant, il n’y a pas de problèmes, l’idée est de faire ce qu’on a envie. C’est l’esprit de nos livres : « Allez-y, connaissez-vous, connaissez votre culture. » Un esprit liberté. On fait du léger, c’est drôle, décalé. Prenons un peu de recul sur nous-mêmes. sortir les chroniques saphiques « homo-ristiques  » d’HappyK, chroniqueuse au magazine La Dixième Muse. On va aussi sortir un livre de cuisine homosexuelle.

Développer son réseau Dirigeants d’entreprise, cadres, indépendants, hommes politiques, artistes...

DR

Rejoignez-nous ! lausanne.info@network.ch geneve.info@network.ch

Quel est l’état du marché du livre LGBT ? Il y a cinq ou six maisons d’édition environ, et qui disparaissent rapidement ! Je pense qu’elles ne visent pas encore assez internet, ce que nous faisons. On mise sur les tablettes, les formats PDF en ligne. Aujourd’hui, nous proposons quatre titres en ligne, deux autres arrivent en format papier et web, ce qui nous permet aussi d’avoir moins d’intermédiaires et donc de rémunérer plus nos auteurs. On n’est pas du tout en guerre contre les éditeurs, mais cela nous permet de pouvoir proposer d’autres titres. Et côté ventes : dans l’édition classique, vendre 3’000 livres, c’est un succès. Nous ne visons pas autant bien sûr car le nombre de lecteurs est plus réduit : pas plus de 1’000 par titres. Un projet en cours ? un vrai beau livre, qui s’appellera La Trans-yclopédie, 1’000 choses à savoir sur les trans. Mais c’est en« Ma cuisine homosexuelle » core trop tôt pour en parler…. Quel est le fonctionnement « Des Les points de vente ? ailes sur un tracteur » ? Je m’occupe seul de la gestion de Principalement de la vente en ligne : la maison d’édition, pour le reste, notre site, amazon, lulu.com et je travaille directement avec les quelques libraires…

Ritch & Jack take-away Sandwicherie façon traiteur Bar de jus de fruits frais Bar protéiné café

Visitez notre page Facebook pour découvrir le concept en image...

Ritch & Jack Rue du Grand-Pont 4, 1003 Lausanne t. 021.312.10.70

Lu 9h30 à 18h00 du Ma au Ven 8h15 – 18h00 Samedi 10h00 – 18h00

Mai 2012 –  360° 43


culture LIVREs

hard F.G. Ledesma Cinq femmes et demie > Seuil points L’auteur, résistant catalan sous la dictature franquiste, est sans conteste un écrivain engagé et ses romans « noirs » sont là pour nous le prouver ! L’inspecteur Mendez, plus poète que policier, enquête à Barcelone sur une affaire de viol et de meurtre. En s’enfonçant dans de sombres gargotes, il découvre un groupe de cinq femmes qui pourrait bien être liées à l’affaire… Le style de l’auteur est tout simplement irrésistible, tantôt cynique, tantôt lyrique, il se fait le chantre d’une ville fascinante. Un texte passablement cru, mais sensible pour parler de « l’oppression » des femmes qui, ici, sont bien moins victimes qu’il n’y paraît ! Craig Thompson Habibi > Casterman écritures Voilà une BD hallucinante dans tous les sens du terme, travail de titan qui a demandé près de 7 ans à son auteur pour nous offrir 670 pages absolument magiques. Habibi c’est frotter la lampe d’Aladin et plonger dans un univers oriental de délice, de cruauté, de tendresse. Alors qu’elle est encore enfant, Dodola est vendue à un vieux scribe. A la mort de son mari, elle est kidnappée puis revendue comme esclave. En s’échappant elle recueille un petit garçon, avec qui elle va se réfugier dans une épave de bateau perdue au milieu du désert. Entourés des histoires que raconte Dodola, ils grandissent comme un frère et une sœur, mais leurs vies vont être chamboulées par l’arrestation de Dodola et sa vente dans un harem. Bref c’est profond, dense, lumineux et si magnifiquement illustré qu’on souhaiterait que ça ne s’arrête jamais.

44 Mai 2012 – 360°


DETOX PoTION


DETOX POTION La Detox potion est un délicieux «  shoot  » d’énergie verte et purifiante, qui permet d’oublier les petits matins difficiles d’un simple coup d’éponge. Cinq minutes montre en main suffisent à fabriquer cette potion magique au saut du lit, et il serait idiot de s’en priver. Une petite cure rituelle quotidienne pendant un mois permettra aussi de redonner un petit coup de fouet avant l’été à tous ceux qui y prendraient goût.

Ingrédients pour 1 personne 1 petite poire 1 mini concombre ½ jus de citron ½ jus de citron vert 2 cs de gel d’Aloe Vera Quelques pincées de persil Quelques pincées d’herbe de blé 1 cc de poudre de thé vert Matcha Variations en tout genre, selon goût

By Leatherette et Lumierenoire

Eplucher les fruits et légumes sélectionnés, puis les épépiner. (Fig. 1) Débiter le tout en petits morceaux afin de faciliter le mixage, et verser dans un récipient résistant. Ajouter la poudre de thé Matcha et le gel d’Aloe Vera et mixer énergiquement à l’aide d’un « blender » (Fig.2) ou encore mieux, d’une centrifugeuse. Le résultat se déguste immédiatement. Ceux qui désirent emporter la potion miraculeuse peuvent transvaser le précieux élixir dans une bouteille (Fig.3) Il est cependant conseillé de ne pas trop attendre, car les vertus de la potion ont tendance à s’amoindrir avec le temps. Il est possible d’y ajouter

toute sortes d’ingrédients fabuleux tels que les baies d’acerola (bombes de vitamine C), les baies de goji (puissant antioxydant), le radis noir (purificateur notoire), ou simplement une touche de sirop d’agave pour amoindrir l’acidité ou l’amertume de certains ingrédients. Les variantes de cette recette sont infinies, selon les goûts, les objectifs, et les choix de saison. Ces ingrédients aux super-pouvoirs se trouvent facilement au supermarché du coin ou dans les épiceries bio. Il semblerait qu’il est temps de ne plus avoir aucune pitié pour les toxines accumulées durant l’hiver : l’antidote est à portée de main.


PORTFOLIO Eric roset

roms au quotidien

D

es enfants, des vieillards, des ados, des hommes et des femmes immortalisés dans une scène de leur vie quotidienne. Ils pourraient être Argoviens ou Bretons, ils sont Roms. Il y a treize ans, Eric Roset a fait son premier voyage en Roumanie. Depuis, le photographe y retourne souvent au point de parler le romani, une langue sanscrite pratiquée par seulement deux millions de personnes. C’est là-bas, sur la route, ou ici, dans la rue, qu’il a découvert une culture méconnue mais fascinante. Aussi, lors de ces nombreux périples en France, en Suisse ou en Roumanie, il ramène des reportages engagés et surtout des images saisissantes qui racontent mille histoires différentes. A l’évidence, Eric Roset sait prendre son temps pour mettre en confiance ses sujets. Né en 1972 à Lyon, cet autodidacte prend ses premières photos alors que lycéen, il est témoin des manifestations étudiantes de l’époque. Sa passion ne le quittera plus. Il monte plusieurs expositions dès 2004 et collabore régulièrement avec la presse de Suisse romande ainsi qu’avec diverses institutions. En 2007, il réalise son rêve en vivant de la photographie. En plus, voilà bientôt cinq ans que ce Genevois d’adoption est un membre actif de Mesemrom. Une association qui œuvre d’arrache pied à valoriser l’image des Roms à l’heure où ils sont stigmatisés un peu partout en Europe. Véronique Krahenbuhl Ci-contre : Une jeune Romni revient au campement avec son sac de commissions. Annecy, juillet 2007. En haut à droite : Une jeune maman regarde et pleure son bébé mort une dernière fois, avant de l’enterrer. Genève, décembre 2009. En bas à droite : Des grands-parents pausent avec leur petit fils dans les bras. Pau, février 2012.

48 Mai 2012 – 360°


Mai 2012 –  360° 49


PORTFOLIO Eric roset

Une grand-mère et sa fille dans un camp de tentes quelques temps après une expulsion. Annecy, octobre 2010

50 Mai 2012 – 360°

Un mère allaite son enfant, devant sa baraque. Annecy, juin 2007


En haut : Une jeune fille pose avec des habits de princesse au milieu des baraquements. Annecy, juillet 2007 En bas : Un jeune Rom vivant dans les bidonvilles de la banlieue parisienne. Engagé pour jouer le rôle d’un clandestin dans le film de Hélène Angel «Propriété interdite», la photo a été prise sur le lieu du tournage. Chambéry, avril 2009

Mai 2012 –  360° 51


PORTFOLIO Eric roset

Dernière cigarette avant de se coucher, à l’abri sous des marches d’escalier.

Rom sous la pluie et dans la boue, au milieu des baraquements d’un bidonville de la banlieue parisienne. Saint-Ouen, décembre 2007

Une jeune fille pose sur le Trocadéro, le lieu où elle mendie auprès des touristes. Paris, mars 2008

52 Mai 2012 – 360°


© Aline Groley

le guide des sorties suisses

10-20.05 GENEVE

PLEIN LES YEUX Genf, une ville en mort cérébrale ? ! On reconnait bien là les mauvaises langues. Qu’à cela ne tienne nous avons de quoi les faire taire. En ce début mai, tout juste après avoir eu le temps de récupérer notre sommeil perdu lors d’Electron, voilà que la cité du bout du Léman en remet une couche avec un nouvel événement incontournable ! Ladies and Gentlemen (roulement de tambour) voici le Mapping Festival ! Une manifestation culturelle internationale dédiée au Vjing. Pour les plus incultes d’entre nous, le Vjing consiste à associer des créations visuelles et sonores, et de les mixer en live. C’est fort de sa richesse de programmation que la septième édition du festival se tiendra dans divers

lieux alternatifs, comme l’incontournable Zoo de l’Usine, la Gravière, le Commun du bâtiment d’art contemporain, ou plus surprenant, le musée d’Art et d’Histoire. Le Mapping Festival est l’unique espace d’une telle ampleur dédié à la discipline. Un évènement qui aura de quoi ravir les novices comme les initiés pour un plaisir auditif et visuel grâce aux différentes manifestations prévues : soirées, spectacles vivants, workshops, conférences et performances. Toute la planète VJ sera au rendez-vous et elle n’attend que vous pour vous faire découvrir cet univers haut en couleurs. Attention les mirettes !

Toutes les infos sur www.mappingfestival.ch

Mai 2012 – 360° 55


Mardi 01.05

VE 04.05 > LAUSANNE

Lausanne > 43&10 Club Fashion, 23h.

MON DIEU PARDONNEZ-MOI

Mercredi 02.05 Lausanne > 43&10 Club Flash, 23h. Zurich > Heldenbar, 20h.

Il n’est jamais trop tard pour se repentir. Ce vendredi est pour vous l’occasion de venir vous confesser au Consexional. Entrez en communion avec le son new style de DJ Ritchy, qui au fil de ses prières saura toucher le plus profond de votre âme. Une soirée pour lui, pour elle, à deux, à trois, autant qu’il vous plaira. Amen !

Jeudi 03.05 Genève > K-36 Le Twan, 22h. Lausanne > 43&10 Club, 23h. Berne > Kapitel Seite69, 20h.

Samedi 05.05 Fribourg > Elvis & Moi Yes We Queer, 21h. Genève > K-36 Nemelka, 22h. Lausanne > 43&10 Consexional, 23h. Berne > Du Nord Julius XVIII, 22h. Bâle > Kuppel GameBoys, 22h. Zurich > Angels White Party, 22h.

Dimanche 06.05 Lausanne > Trixx AfroDisiak, 23h.

Publicité

56 Mai 2012 – 360°

DR

Vendredi 04.05 Genève > K-36 Miss Duckin & Dj Duckk, 22h. Genève > Café Off Karoké, 20h. Lausanne > 43&10 G.L..Amour, 23h. Lausanne > Kill your Idols, 22h.

DR

sorties > 06.05

Consexional @ 4310, Rue du Bourg 43, dès 23h- www.4310club.ch

VE 04.05 > LAUSANNE

PAN PAN !

Kill your Idols au Romandie c’est l’occasion de se prendre une bonne claque. L’invité ce vendredi, c’est une rappeuse lesbienne, Black Cracker, ex membre du groupe Bunny Rabbit. On l’avait connue avec CocoRosie. Aujourd’hui, Madame se fait appeler Monsieur. Cette biffle musicale sera essuyée par le hip-hop électro de Kill Kill Roméo. Bisous. Kill your idols @ Le Romandie, pl. de l’Europe 1A, dès 22h- www.leromandie.ch


DR

sorties > 13.05 Mercredi 09.05

VE 04.05 > genève

Zurich > Heldenbar im Provitreff, 20h.

LA DANSE DES CANARDS

Jeudi 10.05 Genève > K-36 Dj Zest, 22h. Lausanne > 43&10 Club Lollipop, 23h. Berne > Frauenraum BarOmeter, 21h.

Le K36 accueille la plus frenchy des pragoises pour un set qui s’annonce déjà comme énergique et dévastateur ! Sophie Watkins aka Miss Duckin’ est une habituée des dancefloors européens. Vous vouliez une bonne soirée, une bonne ambiance, des gens sympas, ne cherchez plus, direction le K-36.

Vendredi 11.05 Genève > K-36 diSoul & Cosmokolor, 22h. Genève > Café Off Karoké, 20h. Lausanne > 43&10 Club Flirt Time, 23h. Bâle > Hirscheneck Moustache Variété, 22h.

Samedi 12.05 Genève > K-36 marieavril & Muck, 22h. Lausanne > 43&10 Club Remember Party, 23h. Berne > Frauenraum TanzBar, 20h30. Bâle > Queerplanet, 22h. Zurich > Papiersaal Aviator – Tel Aviv Layover, 22h30.

Dimanche 13.05 Lausanne > Trixx Gay Dance Bar, 23h. Bâle > Hirscheneck Untragbar, 21h.

Duckk Wäks & Miss Duckin’@ K36, rue de Richemont 9, dès 22h- www.k36.ch

SA 05.05 > BERNE

AVE CESAR

La Rome Antique ça vous inspire quoi ? ! De beaux gladiateurs musclés, des hommes bruts de virilité, un petit cupidon à la flèche bien tendue ? Plongez le temps d’une soirée dans une arène bondée de jolis plébéiens réunis pour une Julius Party. Le tout n’est qu’une question de statut : Citoyen libre ou pas ? ! Julius @ Du Nord, Lorrainestrasse 2, dès 22h- www.juliusparty.ch

Publicité G AY ÊTE S VO U S E X U E L ? O U B IS

Sans RDV Rue du Grand-Pré 9 Lu et Me 16h-20h Ve 12h-16h

Venez consulter à Checkpoint,

le lieu privilégié pour faire le point sur votre santé  022 906 40 30 www.checkpoint-ge.ch

Avec le soutien de la République et canton de Genève

U N S E RV I C E D E D I A L O G A I

 www.blues-out.ch Bien-être et santé mentale pour les gays et les lesbiennes

Avec le soutien de : 360 – Aide Suisse contre le Sida – Alliance contre la Dépression République et Canton de Genève – Pro Mente Sana – Totem – Trajectoires – Université de Zürich

58 Mai 2012 – 360°

Graphisme: Chatty Ecoffey • Photo: Etienne Delacrétaz

CHECKPOiNT GENEVE


MAI 2012 –––––––––––––––––––––– JE 3 Le Twan Jexonex nu disco / indie dance –––––––––––––––––––––– VE 4 Sophie Watkins aka Miss Duckin & Dj Duckk F&S Groovy house –––––––––––––––––––––– SA 5 Nemelka minimal / tech house –––––––––––––––––––––– JE 10 dj Zest deep house –––––––––––––––––––––– VE 11 diSoul & Cosmokolor Koul music ––––––––––––––––––––––

–––––––––––––––––––––– SA 12 marieavril & Muck Saint-Vitus records electro minimal –––––––––––––––––––––– JE 17 Shazzer Teardrop Deep house –––––––––––––––––––––– VE 18 LuLúxpo Pink party –––––––––––––––––––––– SA 19 Fantastic friends family Tekhouse –––––––––––––––––––––– JE 24 Babo’s thursday’s Deep house ––––––––––––––––––––––

–––––––––––––––––––––– VE 25 Messbass dubfunk –––––––––––––––––––––– SA 26 dj Gaëtan & Sopha Freakydisco –––––––––––––––––––––– JE 31 Babo’s thursday’s Deep house –––––––––––––––––––––– JE, VE, SA de 22h à 5h 9, rue de Richemont, Pâquis, Genève entrée gratuite, bières et shots 5 chf www.k36.ch


DR

sorties > 20.05 Mardi 15.05

ME 09.05 > ZURICH

Lausanne > 43&10 Fashion Bar, 23h.

ACHTUNG !

Mercredi 16.05

La vigoureuse Zurich propose chaque mercredi soir des partys gay au Provitreff. Des soirées alternatives et variées : spectacles, concerts, Djs, et même parfois des cercles de lecture. Ce mercredi, on retrouve en plat du jour le son de Teenie International (miam) ! Heldenbar @ Provitreff, Shihiquai 240, dès 20hwww.heldenbar.ch

SA 12.05 > CAROUGE

Lausanne > 43&10 Chic&Chock, 23h.

Jeudi 17.05 Genève > K-36 Shazzer, 22h. Lausanne > 43&10 Celebrities, 23h. Lugano > Imbarco Immediato Sunday’s Happy Gays, 18h.

Vendredi 18.05 Genève > K-36 LuLuxpo, 22h. Genève > Café Off Karoké, 20h. Lausanne > 43&10 G.L..Amour, 23h. Zurich > Alte Kaserne QueerBeats, 22h.

ÉPATE TES COPAINS !

Samedi 19.05

N’avez-vous jamais rêvé de pouvoir sortir une petite citation bien sentie lors d’un dîner chez vos amis des beaux-quartiers ? Quoi de mieux qu’une pièce de théâtre pour vous les inspirer ? ! La Cantatrice Chauve, d’Ionesco par exemple ! Un classique à redécouvrir au Théâtre Alchimic.

Dimanche 20.05

La Cantatrice Chauve @ Théâtre Alchimic, Ave. Industrielle 10, dès 19h30- www.alchimic.ch

Publicité

Genève > K-36 Fantastic friends family, 22h. Lausanne > 43&10 Dreamgirls, 23h. Berne > Welle Welle, 21h. Women only Zurich > T&M Club Divatlantique, 21 :30h. Lausanne > Trixx Gay Dance Bar, 23h. Bâle > Hirscheneck Untragbar, 21h.

43&10 > La descente en enfer 31.03.2012 Photos : Mensgo

Mai 2012 – 360° 61


DR

sorties > 27.05

LYON > 16.05- 20.05

NUITS BLANCHES

Publicité

Lausanne > 43&10 Flash Back, 23h.

Jeudi 24.05

Lyon, ancienne capitale des Gaules, accueille durant cinq jours la dixième édition le festival des Nuits Sonores sur les pentes de la Croix Rousse. Plus de 80 000 spectateurs y sont attendus. Niveau programmation on retrouve en tête d’affiche Hunx and His Punx et ses fameux leggins léopard, James Holden, Simian Mobile Disco, Arandel et pleins d’autres. Des tarifs spéciaux sont prévus en partenariat avec la SNCF au départ notamment de Genève. Vous avez le sens de l’aventure ? Comme une envie de sortir de votre train-train quotidien, ou vous êtes tout simplement curieux ? C’est à Lyon que ça se passe ! Nuits sonores @ Lyon, www.nuits-sonores.com

Mercredi 23.05

Genève > K-36 Babo’s thursday’s, 22h. Lausanne > 43&10 Lollipop, 23h.

Vendredi 25.05 Genève > K-36 Mess bass, 22h. Genève > Café Off Karoké, 20h. Lausanne > 43&10 Flirt Time, 23h.

Samedi 26.05 Fribourg > Elvis & Moi Valentine’s Bday, 21h. Genève > K-36 Dj Gaëtan & Sopha, 22h. Lausanne > 43&10 MDNA, 23h. Berne > Frauenraum Pyjama Party, 23h. Saint-Gall > Kugl Le Schwu, 20h. Zurich > Grand Casino Baden Royal feat. Eurovision, 22h. Zurich > Frieda’s Büxe MisBehave Special, 23h.

Dimanche 27.05 Lausanne > Jungle I Love Disco, 22h.

La gravière > Attention gravillons 14.04.2012 Photos : Irina POPA

Mai 2012 –  360° 63


sorties > 02.06 Mercredi 30.05

DI 27.05 > LAUSANNE

Zurich > Heldenbar im Provitreff, 20h.

I LOVE DISCO

Genève > K-36 Babo’s thursday’s, 22h. Berne > Frauenraum Austra, 21h.

DR

Jeudi 31.05

Vendredi 01.06 Genève > The Spot Gay Opening Summer, 22h.

Samedi 02.06 Genève > Dialogai Bal du bitume avec Aspasie

Publicité

On ne l’attendait plus, le voilà revenu ! En ce weekend de Pentecôte, l’esprit fiévreux du Disco redescendra sur Terre pour enflammer les 4 dancefloors du Mad. Une jungle qui s’annonce déjà comme inoubliable. Avec en guest DJ, notre messie, Kenny Carpenter, tout droit venu des US. Côté plaisir des yeux, les Gogo Boyz du CIRCUIT Barcelona auront de quoi faire saliver les plus fervents apôtres d’entre nous. C’est l’occasion rêvée pour ressortir nos vieilles moumouttes, nos perruques afros et venir esquisser quelques pas de danse endiablés. Qui sait, vous serez peut-être la nouvelle Dancing Queen ? ! I love disco @ MAD, route de Genève 23, dès 22h – www.madclub.ch

Bring on the heat. Ça peut chauffer.

Hammam-Spa Entrée duo le mercredi Tarif réduit le dimanche Massages H/F style tantric Ouvert dès 11 heures

022 320 04 63 17, rue des Sources Plainpalais GE www.saunadessources.ch

VE 01.06 > GENèVE

NEW SPOT

Genève compte dès le 1er juin une nouvelle soirée Gay ! The Spot c’est son nom. Et le menu est gourmand. Plus de 10 performances live sont annoncées. Des gogos, des drags queen et même une « célébrité » surprise. Mystère… Aux platines Dj Eduardo de la Torre bien connu pour ses participations aux soirées Circuit et Matinée.

DR

Sauna des Sources

The Spot @ 10 rue Richemont, dès 22h – www.thespot.ch

xygène

pub_sauna_des_sources_1_9.indd 1

O

24.06.10 10:54

12, av. de la Mandallaz 74 000 Annecy 04 50 51 16 05 www.oxygenesauna.com 64 Mai 2012 – 360°

Sauna – Club

rt Ouve

7/7


REPéRAGE alpagai

TOUT BEAU TOUT NEUF ! On commençait à se sentir à l’étroit ! Marouffler les murs, refaire la déco ? Nan ! Il fallait autre chose. Qu’à cela ne tienne, l’unique plate-forme homosexuelle du Valais, la bien-nommée Alpagai, s’offre un tout nouveau local, mieux situé, plus accessible, en plein cœur de la ville de Sion. Une volonté délibérée « pour sortir de la stigmatisation liée aux zones industrielles ou autres lieux “cachés” et reculés », comme nous l’explique Johanne Guex, présidente de l’association. La capitale cantonale possède certains atouts indéniables (vie culturelle animée, centre économique, etc…), qui ont contribué au renouveau d’Alpagai. « Nos locaux, qui sont ouverts depuis août 2011, sont tellement bien situés qu’ils suscitent de nouveaux intérêts, attirent de nouvelles personnes et nous permettent d’être mieux intégrés ». Fondée en 1994, l’association est avant tout un lieu de dialogue, d’information et de prévention, en étroite collaboration avec différents partenaires de la santé publique comme la Promotion Santé Valais,

Publicité

66 Mai 2012 – 360°

l’Antenne Sida, ou les centres SIPE. Un deuxième pôle d’action concerne le festif. Des soirées sont régulièrement proposées les samedis, ainsi que des projections de films, organisées par LOS et Pink Cross les derniers jeudis du mois, sur des thèmes LGBT. C’est dans un lieu charmant et atypique que l’association vous ouvre les portes de son bar les vendredis soirs, de 20h à 1h. Une déco contemporaine et chaleureuse, trois caves voûtées en pierre naturelle voilà qui aura de quoi en séduire plus d’un ! Alpagai, Rue du Rhône 7, 1950 Sion – www.alpagai.ch

DR

sion


dévergondage les soirées hot de mai Mercredi 02.05

Genève > Bains de l’Est Mousse party, 20h.

Jeudi 03.05

Zurich > Rage Mega-Nackt Party, 20h.

Vendredi 04.05

Lausanne > Trafick / Le Garage TCS Naked, 19h. Berne > Sauna Aqualis Sneakers or Underwear Night, 23h. Zurich > Rage Worker – Bauern – Army, 23h.

Samedi 05.05

Genève > Bains de l’Est Q-Nu, 23h. Lausanne > Trafick / Le Garage Mask Night, 20h. Lausanne > Sauna Pink Beach MegaMixte, 20h.

Dimanche 06.05

Lausanne > Trafick / Le Garage, 15h.

Jeudi 10.05

Lausanne > Trafick / Le Garage En travlo, 18h.

Vendredi 11.05

Genève > Cruising Canyon Fetish Night, 17h. Lausanne > Trafick / Le Garage TCS Naked, 19h. Lausanne > Sauna Pink Beach No Limits Night, 20h. Berne > Sauna Aqualis Naked Night, 23h.

Samedi 12.05

Genève > Bains de l’Est Bear, 16h. Lausanne > Trafick / Le Garage Deep Hole FF, 21h. Zurich > Rage Underwear – jocks – naked, 23h.

Dimanche 13.05

Lausanne > Trafick / Le Garage Sexplosion, 15h.

Mercredi 16.05

Genève > Bains de l’Est Mousse party, 20h.

Vendredi 18.05

Lausanne > Trafick / Le Garage Mask Night, 19h. Berne > Sauna Aqualis FF-Night, 23h. Zurich > Rage Sports Lab°, 23h.

Samedi 19.05

Genève > Bains de l’Est Mask Night Lausanne > Trafick / Le Garage Fetish Night, 21h.

Dimanche 20.05

Lausanne > Trafick / Le Garage Sexplosion, 15h.

Mercredi 23.05

Genève > Bains de l’Est Mousse party, 20h.

Jeudi 24.05

Lausanne > Trafick / Le Garage En travlo, 18h.

Vendredi 25.05

Lausanne > Trafick / Le Garage TCS Naked, 19h. Berne > Sauna Aqualis Naked Night, 23h. Zurich > Rage Friday Naked, 23h.

Samedi 26.05

Lausanne > Trafick / Le Garage Freestyle, 21h. Lausanne > Sauna Pink Beach X-perience Night Zurich > Rage Smaxx fetish project, 22h.

Dimanche 27.05

Lausanne > Trafick / Le Garage Sexplosion, 15h. Zurich > Rage Freistoss Sneak-Attack, 22h.

Retrouvez + de soirées hot sur gaymap.ch ! Publicité

Mai 2012 –  360° 67


ep us Gi

av

av

en

ue

parc Mon-Repos

en

ne

fma

nn

Pass

Pr é ru

Pâq

ne

des rue

rue

in av

-B nt Mo du ai qu

ze ro lc Da s ue

ue

lv

ét

iq

cq Ja

He

d

ar

bd d

Rue Vaut ier

to r A m

e

P la cech é d u M ar

Ch

an

ie r

pe

Ma

rch

é

R.

e ri e

du C ardi

é

C2 yr R . de Ve

l

aut

du

llè ge R. du Co

am

R. V

ev ul

bo

e cin

de

le co 'E el ed ru

es

a v. d u M a il

r. d e s B ain s de

s in Ba es r. d

rn

Pr om en ad

S9 ar

V ic R. Roi

R.

Bo ule va rd

e ild ot Cl te in Sa

de ue en av re

l

lic

es

ed

ru

ts on -P ux De s de e ru

av

H

Gr

d

la

an

e

in

.d

rd

S15 bd

Claparède S1

P la ce p le d u Te m

s

d e la é e cFho n d

A vTer des nue

d

ch

Fe

m il lo

de Ch a n cy

e

Mer

ro u te

ru

re la Fi la tu R. deplace

ed

Pl ac e gn e ai de Sa rd

C lo s

e

enu

mb

in a l

l'Arve

Card

Jo se ph a v

ias

Lo

l

u f' A t

R . S ai nt

A9

Ne

S13

in

ac

nt

Vi ct or

P1

es

Carouge

Po

u .d

R . S ai nt

Ac

nc

s de

Bla

et

Place de l’Octroi

de

A.

nt

Carouge

R

e

68 Mai 2012 – 360°

rm

nt-

Ph ilo so ph

carrefourB5 Po nt d'A rve des 23 S14 bo ule va rd du Cantons S17 se

P ra il le d e la

lp h es Da

An

Mo

st

X6

s

Placer u d’Armese

er

ru

ne

B8

de

L t-

acqu Rue J

d

Er

du

au

ai

nt

ss

po

gt

r

bd

ég

Mo ntf alc on R. Lou is de

qu

Du

es

is

B e rg u

ço

s Pt de

an

le

Vo

il

Fr

ol

rl

in S ae

a vueenu

ug e ru e de Ca ro

Ca

Ma

e

nd

B7 d

la p on t d e n e M ac hi

ar

rond-point de Plainpalais

Ca

ev

de

ul

du

et

e

rm

au

se

se

An

U niv e rs ité

ru

st

bo

ues

te ri e

ne

Berg

s i de

o rr a e la C ru e d

Er

a v.

ru

plaine de Plainpalais

S11

qua

e d e l' Il

S2

S10

c

ul et

pont

Vo T2 gt

es

us

C1

ai

rgas

Ro

qu

Gou

e

rl

s

S7 rue

ru

Ca

lp

our

d

B10

n avo sF

ar

sA

rge

ev

bains

Geo

ul

oise

de

quai jardin rue du G du R énér Anglais hône al Gu place is a n r. d e de la la C o place rue du Sta nd nféd du R7 é r a t Fusterie io n T4 place Molard rue du R Mar Longeplace des r hône c hé malle Troix Perdrix B13 r. d e C3 C r o ix - d la R ' Or ô t is s e r ie rue de R iv e rond-point de Rive place ru Neuve ed e la place du oni Cr hol oix Bourg-de-Four art -R r. B ou parc des ge Bastions

bd

bo

lan

oux

f l Du

Sav

-B

Rue de Cha nte pou let

éra

S16 des

nt

S3 B2 S8

Gén

rue

B3

Mo

nth

nt

place Bel-Air

u r. d

boulevard de Saint-George s R1

place de l'Ile

R6

on bd Ge org es Fav

C4 place des Volontaires rue du Sta nd

R4

Te m

ce

S

tan

du

Cou

i

u

u

r. de Ch an te po

pl e i qua i Tur ret tin

t

pon t de la Cou lou vre niè re

a qu

je eu

r. d

Jean

Mo

Mo

B7

B4

Les Pâquis e

du

no

es

V o lt T3 a ir e

372 94 23 372 96 42

te S a in rue d

e

Ber de

place des 22 Cantons

r. d

uis

Lau de

tte

av. Henr i Duna nt

rue

ru

R.

ig

ve

r. d e

Co

A8 er

de

aS

ce

el

B15

on e Ly rue d

372 96 01 372 33 11

A7

ss

A6 ed

pla

ru

Gare Station

bd Ja m e s F az y ed es Te rre au xdu -T em r. d e ple Corn a v in

d

rue de la Prair ie

ar

A9 Hôpital Consultation VIH/ on ru e de Ly HIV testing and info 022 PEP 022 Dermatologie (IST)/ Dermatology (STD’s) 022 r u e Consultation violence 022 de sC Police ha r m / Emergency 117 Urgences ille s

rue

ot

ave nue We ndt

Li

Lo

e

ace des armilles

A5 Dialogai-Checkpoint Centre de conseil et dépistage VIH et IST HIV and STD testing and counselling centre www.checkpoint-ge.ch 9, rue du Grand-Pré 022 906 40 40

le

Li

ru

uis

Santé/Health

Place de Cornavin

B6

rue

v re

tte

Fa

ve

s

Ru

d-

er

Gare

A lp e

c

an

A5 aS

des

lan

Gr

el

du

ne

du

ed

rue san

e

ru

age

on

rue de Mo ntb rill ant

rue

Hof

C5 R3 B9

qu ai W ils

ru

X3

P2

d

is

Rue

la

e

Va

r

du

die

e

ra

ru

eP

Genève

et

nc

oll

Fra

Vid

de

du

rue d e La usan

e

ue

ru

de

sM

ora

ine

s

ie


Rue

de B er

u is Pâq Rue

i

ent

X5

lat co Pé

R1 Café Gallay 42, boulevard Saint-Georges

A2 Aspasie T (travailleurs du sexe) 36, rue de Monthoux

R3 Le Comptoir 9, rue Richemont

T

A5 Groupe Sida Genève 9, rue du Grand-Pré

R2 La Certitude 7, rue Rossi R4 Rhône Brasserie 36, quai du Seujet La Suite 115 > B18 R5 Yinde 31, rue de Lausanne R6 Brasserie des Halles de l’Ile R7 THAÏ 3, rue Neuve du Molard Mu-Food 11-13, rue de la Navigation > A4

ard

A6 Lestime L 5, rue de l’Industrie A7 PVA (vivre avec le VIH) 35, Pâquis

niv Bo

Restaurants

A1 Amnesty International Homo­ sexualités et droits humains 9, av. de la Gare des Eaux-Vives

A4 Dialogai L 11-13, rue de la Navigation

Hors-plan • Outside of the map :

A8 Totem L (jeunes) c/o Maison Verte, place des Grottes

Square du Mont Blanc

R.

Associations

A3 Association 360 L 36, rue de la Navigation

eP

des

er

eB

c

r

in c

Place des Alpes i Ru ma r Fa br ed Ru e Ad hé es Alp es

R.

lan

dV

Rue

ne

niè on ap Ch

ed

R.

Ru

tB

oux

ou

lf r e

B11

es

h

uis

Dr A ond

Place de la Navigation

ion

tam

onth

S12

R uB1 e S is m

gat

des

de Z u r ic

lan

Rue R. d eB ern e Ros si

g our

tel

châ

Frib de

Neu

Alp

Rue

Rue

R2

la N avi

A4

R A2 X2 u e d e M

X4

Rue

es

x

de

re

ed

th o u

de

Rue Ru

h

Rue

anne

de L aus

de Z u r ic

de M on

Rue

ne

S5

Rue

B12 Rue

du M ô le

Pâq

R5

d e la A3 Nav ig a t io n

Ru

Rue

Think Out L www.think-out.ch

s des Pâquis

(étudiants)

Bars B1 L’Aiglon L B2 La Bretelle L

Auberge de Landecy 37, route du Prieur, Landecy

16, rue Sismondi

L’Appart 36, rue du Faucigny, Annemasse (F)

Pâtisseries & Salons de thé T1 Dubois 4, carrefour de Villereuse T2 Dubois 49, boulevard Carl-Vogt T3 Chez Quartier 29, rue Voltaire

17, rue des Etuves

B3 Le Cabinet 54, bd. Saint-Georges B4 La Concorde 3, rue de Berne B5 Le Déclic 28, bd du Pont-D’Arve

S4

em

ill r. S r

es

é t iq

S6

a v.

rue d e la Te

er

eu

tet

De

7, rue Sismondi

S3 DVD – Aker 10, place Grenus

Café Off L 11-13, rue de la Navigation > A4

Ro

ch

em

iè r e

s e T1

Hors-plan • Outside of the map : Double Jeu L Annemasse (F)

on

t

A1

e

dl er

ru

Ho

Cruising X1 Les Bains 3, rue de l’Est de l’Est rout e e X2 Mea Culpa d(sex M a shop) 15, rue Rossi lag nou X3 Sauna des Avanchets Avenue Baptista, Les Avanchets X4 Substation X-World Neuchâtel

4, rue de la Faucille,

Clubs C1 La Gravière 9, chemin de la Gravière C2 Le Chat Noir rue Vautier, Carouge

de

V

enal

ill

rrass

Pic

B11 Le Ranch L

B14 La Suite 115 61, rue des Eaux-Vives B15 Nathan L 6, rue Baudit

nd

n

isy

S2 Production graphique – KIS Full Graphic Services 5, av. du Mail

B13 Alhambar 10, rue de la Rôtisserie

lla

o eM

o tch

14, rue de

X5 Cruising Canyon 15, Alfred-Vincent X6 Sauna des Sources rou t e 17, r. des Sources de Flo Hors-plan • Outside of the map : ris sa 39, rue Jean-Jaurès, nt King Sauna Ambilly (F)

S1 Art et artisanat du Maghreb – Karavan Seray 22, rue Saint-Joseph, Carouge

3, rue Lissignol

B12 Le Scandale 24, rue de Lausanne

re

ch en La

r. d e l’X1 E st

ni

mb

d r.

place des Eaux-Vives

ve

Shopping & Services

B10 Le Phare L

ce

nex

l'A

5, rue Vignier

B9 Lola 7, rue Richemont

rson

B8 Livresse L

Vo

y

1-

ue

s

os

es

us

e ed

e

Cl

ed

M

r. d

B14 ive -V ux Ea

u

ru

ru

r. A d ri

bd H e lv

or

u3

ue F . Ve

e

Ad

e

r. d

ru

i

tav

s

a qu

s Gu

r. d

B6 Fenomeno 28, rue des Pâquis parc de la B7 La Ferblanterie Grange 8, rue de l’Ecole-de-Médecine

T4 La Théière qui rit 15, rue de la Cité

Librairie-café Livresse > B8 S4 Menuiserie-agencement – Fazio & Cie 26, rue des Vollandes S5 Mode-Adidas Originals, 41 rue de Zürich S6 Sport/santé – PLAZA SPORT 2, rue Jargonnant S7 Mode – Maniak Rue du Vieux-Billard S8 Mode enfants – Mimito 1, rue des Etuves S9 Publicité Etienne & Etienne 9, place du Temple, Carouge S10 Opticien – Vue des Bains 8, avenue du Mail S11 Pharmacie de la Plaine

C3 La Garçonnière 4-8, rue de la Rôtisserie

C4 L’Usine 4, place des Volontaires C5 K36 L 9, rue Richemont

S13 Coiffure Trajectoire 9 13, rue de la Filature, Carouge

Parties – Soirées P1 360° fever salle Pitoëff 52, rue de Carouge P2 The Spot 10, rue de Richemont Public gay • mostly gay L Public lesbien • mostly lesbian

16, avenue du Mail

S12 Coiffure n° 27 27, rue de Monthoux

S14 Végétaux – Urban Botanic 11, rue Micheli-du-Crest S15 Mode – Numéro 6 S16 6, rue Saint-Victor, Carouge S16 Le Bal des Créateurs 25, rue de l’Arquebuse S17 Maroquinerie-Corium 2, boulevard de la Tour

T Services proposés aux personnes trans

Hors-plan • Outside of the map :

Agence de rencontres–P&S United 105, rue de Genève, Gaillard (F)

Mai 2012 – 360° 69


nc la -B nt MO du

Rue

Av

de

en

ue

LAUSANNE

on la P tais e

ini Jom Ave u ulie Bea

M

ude t Ch a Pon

ue

Lo

uis

Chem Ru

el nn Ru

Av

ch

on

in d e M o rn

ne

ex

Ru

t

e

P du

eti

h t-C

B8

e ên

Avenu

Rue d u M id i e S a in te

Place de la Gare

Bou

lev

ard

Rue

C1

de

Gra

en

ue

du

Avenu e de la Gare

Gare Statio n du S im p

lo n

n cy

d e M ila n

Av

R2 Crêts de Montriond

Ave

ur

nue

Edo

urd

Dap

p le s

S13 Séjours linguistiques–Flamingo Languages 7, Escaliers du Gd Pont

Av

y

Hors-plan • Outside of the map :

e de C ou r

Ave

A ve n u

nue

d’O

uch

Mode – Un Style de Vie 9, av. Samson-Raymondin 1009 Pully (13km)

70 Mai 2012 – 360°

-L u c e

S1

en

ue

S8 Mode – Scorpion 18, rue de la Madeleine

S10

Bourg

X2

S9 en

S4

Avenu e du Mont

de

Rue de la Grotte

Av

d’Or Avenu e du Mont d’Or S6 Mode – Maniak 4, rue du Port-Franc

Paysagiste – Des Mélèzes 18, ch. de la Foule, 1322 Croy

nt ère P os s i Be

Montbenon

our

Rue

Place Rue du Grand-Chêne Saint-Fra nçois

S5 Mode – Fashion Victime 5, rue Mauborget

Co

Ce n t r a l e

S13

S4 Institut de beauté – ABR – Rosina Fleury T 38, avenue de la Gare

de

e

uf c D

S3 Déco-cadeaux – Au Petit Q 60, avenue Tivoli

S12 Mode –Switcher 6, rue Caroline

ouv la L

s

nt

ge

S2 Coiffure – Orange Hair 6, rue de la Barre

S9 Piercing Drop-In 20, Petit-Chêne S10 Globus Voyages 26, rue de Bourg S11 Hair-design-lounge A–v Yookoso e 18, rue de la Madeleine n u e

Rue

Po

Ave

Mar nue

ou

Côte

d

S1 Coiffure – Casting 43bis, avenue de la Gare

d

-R

S6

P2 du P ort-F ranc R7 s de ue Ju Mon le s G P la c e o n in t b e n o n de l’ Eur o pe Av. Jea n-J acq ues Me rcie r des

S11

P la c e de la P a lud

an

in

oix

B9

e

P1

a

Gr

em

Ch Shopping & Services

Cr es

Aven

C2

im

de

B7

Rue

ald P la c e eH Be l- A ir R u

Rue

Le F l o n

de G enè v

S8

nd

du

B3

C a thé dr a le

aux

S5

Rue

P la c e de la Ripo nne

e

X3

B1

ed u

Rue d e la To u r Rue de l’Al e

t

ron

s

P a la is de Rumine

e

n

de T erre

Ru

len ti

nè ve

Rue

pa

och

du V a

au

t-R

R ue

du

P la c e du C hâ te a u

Tu

de Ave

nue

e

eS ain

S2

R3

ri èr e té -D er R ue Ci Rue C it é Deva n

Ru

P la c e du Tunne l

Ru

li de Ti vo Av en ue

rde

Ru

du

Rue

B5

rché

X1 H1

l

-Ma

Pl a ce C h a u d e ro n

Rue

B4 S3

Bo

es

es

R5

la

nue

e ed

ng

ns

Ch. de Boston Ru e de Ge

Rue de Sebe illon

llo

ce

lle

ve

t

ha

Da

-du

Ec

ue

ne

rg

Co

A1

Vi

Mo

d’

en

Pré

de

R ue de G en èv e

an

de

Av

ue

ue

Fr

e

R4

Rue

en

ue

de

Pa l a i s de Beaulieu sB erg ièr es R1

en

Av

en

Ru

ue

de

Av

Av

en

ue

Rue du Valentin

Av

en

Ru

Av

Aven

R6

ue d e l’ E ly

sée

en

ue

de

M

on

tc

ho

is

i

Th

éâ


Av

en

ue

de

la

Sa

lla

z

Associations A1 Lilith L 60, avenue Aloys-Fauquez A2 SID’Action 12, rue Etraz VoGay L

ie

Bars B1 Le Lounge Bar L CHU V

D r.

y

us

th

Be

de

Aven

Ru e du Bu gn on

Réseau social gay cinq étoiles

en es fr de it pt/br

Hors-plan • Outside of the map :

Avenue de Bethusy

e

3, rue de la Grotte

> R6 ML16 L B9 Xroom 10, rue de Genève nt

e

Ca

B8 Le Saxo L mo

ti n

Rue

u Bea e de

ar e St -M

oux ar R

Avenu

Cés

B7 Le Pur 17, rue du Port-Franc

Il b du Cep d’Or L 4, place du Marché, 1800 Vevey

Clubs

S12

B2

B4 Open Café L 60, av. de Tivoli B5 D3 9, place du Tunnel B6 Pin Up bar 31, rue Marterey

B6

roli n

B3 L’Entrée L 5, avenue de Tivoli r R u ff y

Rue

H

8 Av. Tivoli

B2 Bourg 51, rue de Bourg

ue V ic to

tr

ue

de

us

en

e

nd

Av

Ru

l’I

> www.vogay.ch

Plan Queer L > www.unil.ch/planqueer R ue du B ug no n

uV

n allo

C1 43&10 Club L Av

en

ue

Mo

nR Rue E ep tr a z o

A2

43, rue de Bourg

C2 Trixx gay dance bar (dimanche/Sundays L route de Genève Parc Mon-Rep os

s

) c/o MAD 23,

rencontres échanges informations

Parties – Soirées P1 Jungle

c/o MAD > C2 c/o Romandie,

P2 Kill your Idols L 1b, pl. de l’Europe

tre

LOL L @ L’Entrée 5, avenue de Tivoli > B3 Ave

X4

nu

ed e

Ru

ne

X1 Le Garage et Trafick 22b, avenue de Tivoli

li v ie

r

X2 Sauna New Relax Club Galerie Saint-François

Jus

te-O

Santé / Health CHUV / Hospital A v e / Emergency 0848 133 133 Urgences nu des / Consultatione VIH Alp HIV testing and info e s 021 314 66 66 Traitement post-exposition VIH (PEP) / HIV post-exposure treatment 021 314 10 22 Dermatologie (IST) / Dermatology (STD’s) 021 314 04 00 Police Urgences / Emergency 117

nue

Ave

Inscription rapide et gratuite !

Cruising mi

X3 Sauna Pink Beach X4 Sauna Top Club

9, av. de Tivoli 6, Bellefontaine

Hôtels – B&B H1 Rainbow Inn

22, avenue de Tivoli

Hors-plan • Outside of the map : Bernaldo B&B L

av. Harpe 47

Restaurants R1 Auberge de Beaulieu 15, av. Bergières R2 Café de Grancy 1, av. du Rond-Point R3 Lausanne-Moudon 20, rue du Tunnel R4 Le Tramway 6bis, rue de la Pontaise > B4 Open Café L R5 Ma mère m’a dit 8, avenue de Tivoli

Public gay • mostly gay L Public lesbien • mostly lesbian T Services proposés aux personnes trans

R6 ML16 16, avenue Mon-Loisir R7 Ritch & Jack 4, rue du Grand-Pont Hors-plan • Outside of the map : Le Raisin Les Cullayes (13km)

Mai 2012 –  360° 71


R4

ss

e

se Zä

st

ra

e

se

lls

ch

af

esm

ss

Ge

rs

tra

ss

P1

e

Schä

tra

Ne ss

ub

e

C3 R13

ck

Lo

str

Mu

ts

Wa

ge

nz

se

ss

att

ldh

in

a rr

in

eb

c

s tr a s

ga

str

eim

ass

str

e

as

ng

hr

ri a s tr

ra in

ke

Uf

er

haus

A4

e

ls tr a

V ik to

ia Vi kt or

sse

X4 ass

ra

i

ing

lst

rdr

tte

Sp

be

ass

K o rn

tras

M it te

str

se

ier

sss

Mi

Ho

gga

e

sse

No

e ss tra ds ch

ss

se

Fre

tra

ras

Län

stra

R7

kst

fel

rs

ain

sse

ge

enr

rüc

in

it Bre

Tie fen aus tra

hr

ub

Ne

rg

e

ra

ss

e

R12 P1

e

k

Ho

Spe

A a rb

ich

dle

erg

e rg e rg

rst

ass

ra

e

asse

C1 Scha

e

ach

str

ass

e

s tr a sse

dtb

nzen

Sta

Ne ue ng as

Gare Station

S p it

a

ss

M ar kt ga

e Bundesplatz

Amt hau sgas se

Kochergasse se gas

ra

ss

S ch w

tr

as

se

Su lg en ec

sse

A3

B3

ss e

Th

e n st ra

ks

ks tra ss e in st ra

tra

Mo nb ijo ub

Kir ch en fel

rü ck e

d

str as

tr as se

en

A2

a tt st ra

A e g e rt

ec

ss e

en

S an d ra

erd

e ll e n m

ss e

e

i

z il is

ss

ua

Mar

ra

iq

tras

se Mon bijou stras se

lg

st

az

Be rn as

g

Br

üc

n ke

lm

tr as se

ur

ftig

nb

Eig

Se

ze

as

se

e

Be rn as

asse w

ar

r st

Su

se

X5

72 Mai 2012 – 360°

st

sse

sse

R8

le rs tr

ra ss e

r Aa

stra B e lp

A1

Aar s

e

tra

Herrengasse

b rü c k

Z ie g h Sc

ns te in st

R14

Sulge neck stras se

ors

Theaterplatz

Ba

Da

rzt

B4

Mün stre rga sse

e n fe ld

asse

wa

Kram gasse

R11 R2

K ir c h

le rs tr

Sch

B2

R6

l Pal ais féd éra

Effin gers trass e

e ge rs tra ss

Z ie g

sse

K o r n h a u splatz

ss e

X3

Sch war ztor stra

B5

R1

des

sh al de

Brunngasse

us g.

Rat hau sga sse

se lg a s

Bun

Ef fin

Br un ng as

R10

Ze ug ha

se

Laupen strasse

H

e

Waisenhaus- Sc hü tt es tr as se platz Näge li g a s se

Sch aup latz gass

P I TAL

Altenbergstr

ke

st

b rü c

ss

haus

ga

K o rn

ss

ng

ra ss e

Aegert enstra sse

Er la ch st

e

se

Bo llw er

ss

as

ra

tra

str

st

ts

hli

hl

Sa

po

De

BERNE


Ka

R2 Aux Petits Fours Kramgasse 67

rst

ras

se

stra asse

enb B lu m

asse

ier La

ub

eg

R6 Drei Eidgenossen Rathausgasse 69 R7 Du Nord Lorrainestrasse 2 R8 Frohegg Belpstrasse 51 R9 Fugu im Nydegg Gerechtigkeits­­gasse 16

Bars gs

tr

B1 Blue Cat L

Gerechtigkeitsgasse 75

as

se B2 Comeback Bar

S10 Loetschberg Zeughausgasse 16

Rathausgasse 42

S11 Lorenzini Hotelgasse 8

B3 Formbar Sandrainstrasse 10

S12 O’Bolles Bollwerk 35

B4 ONO Kramgasse 6

S13 Sous le pont Marzilistrasse 25

B5 Tag-Café Espresso Rathausgasse 44

S14 Marcel’s Marcili Neubrückstrasse 8

B6 5ème étage Mühlenplatz 11

Parties – Soirées

asse Aarg

X1

Ge

ad ga ss

e Sc hi ff la

str ass e

ub e

rb

er

a ng

ss

B6

Wa

ss

ld en

e

d ra le

e

erw

erk

ga

Welle Frauendisco L c/o Rossstall ; Kulturhof, Schloss Köniz

Clubs

X2

M ur is ta

J

g a ss u n k e rn

it

Nydegggas se Nydeggb rücke

Hors-plan • Outside of the map :

sse

C1 Samurai

Aarbergergasse 35

C2 Sous-Soul Junkerngasse 1 C3 Frauenraum L T Reitschule Neubrückstrasse 8

Santé / Health A1 Aide Sida Berne Consultation VIH / HIV testing and info Monbijoustrasse 32

R5

Inselspital / Insel Hospital Consultation VIH / HIV testing and info 031 632 25 25 Traitement post-exposition VIH (PEP) /HIV post-exposure treatment 031 632 21 11 Dermatologie (IST) / Dermatology (STD’s) 031 632 22 88

Police Urgences / Emergency 117

Cruising X1 Loveland Gerechtigkeitsgasse 39-41 X2 Planet Love Erotikladen Gerberngasse 36 X3 Sauna Aqualis X4 Sauna Sun Deck X5 Studio 43

Marienstra sse

Al

n s tr a

st ss

se

e

ras

ra

nst

e

se

au

asse

Thu

as

fr

tr

ng

ti a s tr

sse

ns

Ju

pe

H e lv e

Publicité

tr a s s

e

in a rs

ass

Monbijoustrasse 123

L u is e

str

Länggassstrasse 65

Sem

hun

Brunnmattstrasse 21

031 390 36 38

r

C a th é

gke

T Services proposés aux personnes trans

c/o Le Ciel ;

se

B1

c h ti

C2

sse sga

os

Gere

R9

st egg Burgtreppe

Gr

P o s tg

Nyd

asse

rl is tu tz

ld e

P2 Queer disco L Bollwerk 31

ld e n

a ss h a

n a ld e

L Public lesbien • mostly lesbian

r s ta

eg

Kl ös te

P o st g

a u e rw

Public gay • mostly gay

P1 Tolerdance L c/o ISC ; Neubrückstrasse 10

aue

La n g m

> Frauenbeiz

R5 Cinématte Wasserwerkgasse 7

A5 SCHLUB (étudiants) c/o SUB L Lerchenweg 32

Pap

ri a s tr

erg-

G o tt h

V ik to

R4 Brasserie Lorraine Quartiergasse 11

A4 Pink Cross, organisation suisse Monbijoustrasse 73 des gais

sse

ke

e

lac

R3 Bistro Steinhalle Helvetiaplatz 5

A3 Organisation suisse des lesbiennes LOS L Monbijoustrasse 73 ass

ita

str

Sp

e lf s tr

e

z li s tr

R1 Adrianos Theaterplatz 2

A2 HAB Homosexuelle Arbeitsgruppen c/o Villa Stucki L

hle

ld

e

e

fe

ss

st ra ss

en

ra st

asse

d un

e

Sch önb urg -

sse Mose

ra s s

Restaurants

A1 Aide Sida Berne Monbijoustrasse 32 e

Be

Associations ss

ss

rs tr a

ra

ra

st

st

er

en

ck

rn

la

se

ta

www.sundeck.ch Kir ch en fel

d

T h o rm anns tr a s s e

NEW 7 days 11-23, länggass-strasse 65, ch-3012 bern, phone +41 31 302 46 86 Mai 2012 –  360° 73


Agenda ncontres Les prochaines re d’espace 360

Groupe Trans

Mercredi 16 mai de 19h30 à 21h30 Soirée à thème

Jeudi 24 mai Table ronde sur la Transparentalité à 18h30

Uni Bastions, Genève Mardi 5 juin à à19h Réunion informelle Pensez à apporter un p’tit truc à boire ou à grignoter, merci !

trans@360.ch

Groupe Homoparents

Dimanche 6 mai de 11h à 15h Parc des Bastions, Genève – Journée mondiale pour l’égalité des familles Grand rassemblement pour un pic-nic,animations pour les enfants Mercredi 16 mai à 19h30 Réunion informelle homoparents@360.ch 079 236 03 58

Jeudi 10 mai dès 19h00 Buffet canadien au local

Groupe Bi

Vendredi 18 mai dès 20h

Réunion mensuelle

bi@360.ch 076 203 22 24

Gay International Group

Apéritif dès 19h, repas à 20h Pour connaître les dates et lieux, envoyer un courriel à gig@360.ch pace

60.ch/es

ns Groupe Tra Table ronde sur la Transparentalité Jeudi 24 mai à 18h30

74 Mai 2012 – 360°

Le Lesbomaniaks autour de l’oeuvre Judith Butler. 2e atelier de lecture. Infos et inscription : info@lestime.ch

Du 4 mai au 1er juin

◗ Exposition de

Karine Coutet « Peintures et collages »

Vernissage vendredi 4 mai dès 18h

www.karinecoutet.fr

Vendredi 25 mai, 20h30

Réalisé par Nana Neul (2008/1h27) Portrait d’une jeune butch piégée par ses mensonges. Autour d’un thème devenu classique (on pense à «Boys don’t cry» ou à «Tomboy»), Nana Neul brode en finesse un film drôle et attachant.

tamalou@360.ch 076 519 46 83

Uni Bastions, Genève

◗ Les Lesbomaniaks

◗ Ciné-club : « Mein Freund aus Faro »

Groupe Tamalou

http://3

Mercredi 2 mai, 18h30

Permanence juridique du ma au ve de 14h à 18h juri@360.ch Permanence Trans les mardi et mercredi après-midi trans@360.ch Espace 360 022 732 03 60 espace@360.ch Navigation 36 1201 Genève

Et bien plus encore sur www.lestime.ch Lestime c’est aussi : mation, eil, d’écoute et d’infor Une permanence d’accu entation cum do de tre cen un e, qu une permanence juridi s. film ges et de 150 avec plus de mille ouvra

Devenez membre en vous inscrivant sur notre site Faire un don : CCP 17-177538-7 Lestime, communauté lesbienne 5, rue de l‘Industrie | 1201 Genève | Tél. 022 797 27 14 info@lestime.ch | www.lestime.ch


AGENDA DE mai

Trois questions à… … Richard Bonjour, coordinateur des 30 ans de Dialogai. Dialogai fête ses 30 ans cette année, qu’avez-vous prévu pour cet anniversaire ? 30 ans au service de la communauté gaie genevoise, bien sûr que cela se fête ! Trois soirées sont prévues, deux dans ce quartier des Pâquis qui nous accueille depuis 15 ans, à l’ancien Temple et aux Bains, ainsi qu’une grande fête d’anniversaire à l’automne au Palladium. Mais nous serons aussi un peu plus sérieux en proposant deux conférences et deux expositions en parallèle à ces soirées. Nous parlerons de lutte contre l’homophobie, de défense des droits humains et du rôle de Dialogai dans ces combats. En tout, c’est 3 week-ends événementiels qui sont prévus au cours de cette année 2012 et pour lesquels nous sommes en train de boucler les budgets. Vous avez besoin d’aide pour l’organisation ? Absolument ! Comme à chaque fois qu’un évènement est mis en place par une association, le rôle des volontaires est essentiel. Je ne vais pas faire ici la longue liste des besoins, mais j’attends avec impatience toutes les compétences et toutes les disponibilités possibles au 022 906 40 40 ou à bonjour@dialogai.org Et on commence par quoi ? Le premier de nos 3 week-ends de fête aura lieu les 1er et 2 juin prochains. Comme pour tous nos anniversaires jubilaires, nous nous associerons à nos ami-e-s d’Aspasie pour une double performance : le vendredi 1er à partir de 18h30, à la salle du Môle, pour deux conférences avec l’intervention de militant-e-s venu-e-s de toute l’Europe ; et le samedi 2 dès 20h30, au Temple des Pâquis, pour un Bal du Bitume avec des concerts live et les meilleurs DJs pour nous emmener au bout de la nuit. Le programme détaillé est en page 8. Nous vous attendons nombreuses et nombreux !

Hymne à la vie Le 4e livre d’Alexandre Bergamini, « Sang damné », raconte comment l’auteur, poète et voyageur, a perdu son frère, suicidé quand il était enfant, comment il a découvert son homosexualité, aussitôt condamnée par son père, catholique coincé, comment il est parti sur les routes. Il raconte comment il a tenté de vivre « poétiquement » sa sexualité, comment il a été contaminé par le VIH, comment il a réagi à la maladie, d’abord par le silence et la fuite, puis par la révolte et finalement l’acceptation. Un livre magnifique et un auteur singulier à découvrir le 10 mai à 19h30 à Dialogai. Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire sur www.

LUNDIS Checkpoint-Genève • Centre santé pour hommes sans rendez-vous • 16h–20h* Café OFF • 11h–20h • resto MU-FOOD • 12h–15h** 14 • Atelier Confiance en voix • 19h30** 7 et 21 • Atelier A la découverte de soi • 19h30 (inscription obligatoire à olivia@dialogai.org)** MARDIS Café OFF • 11h–20h • resto MU-FOOD • 12h–15h** 29 • Atelier Bondage • 20h** 8 et 22 • Atelier Sentez-vous bien • 20h** MERCREDIS Checkpoint-Genève • Centre santé pour hommes sans rendez-vous • 16h–20h* Café OFF • 11h–20h • resto MU-FOOD • 12h–15h** 2, 9, 16, 23 et 30 • Atelier Zumba© • 18h30-19h30** Le Repas des Gays Gourmands • tous les mercredis • 20h • Inscription à gourmands@dialogai.org** JEUDIS Café OFF • 11h–20h • resto MU-FOOD • 12h–15h** 10 • Rencontre avec Alexandre Bergamini autour de son livre « Sang maudit » • 19h30** 10 et 24 • Totem • jeunes LGBT • 18h30-20h30*** VENDREDIS Checkpoint-Genève • Centre santé pour hommes sans rendez-vous • 12h–16h* Café OFF • 11h–20h • resto MU-FOOD • 12h–15h** 25 • Karaoke • 20h–24h 1er juin • Conférences sur les droits humains en Europe en collaboration avec Aspasie • Salle du Môle • à partir de 18h30 (voir page 8)**** SAMEDIS Du 12 au 20 • Semaine contre l’homophobie à Dialogai et dans divers lieux de la ville (voir page 65) 2 juin • Bal du Bitume avec Aspasie • Temple des Pâquis • 22h-04h (voir page 8) DIMANCHES CINE LGBTX ** 06 • Rope • Alfred Hitchcock 13 • Summet storm • Marco Kreuzpainter 20 • The Laramie Project • Moisés Kaufman 27 • Pas de ciné-club Gays Randonneurs 13 • La Montagne des Paves (Jura) 17-20 • Valgaudemar (Hautes-Alpes) 25-28 • Le Mont-St-Michel, à vélo ou à pied Plus de sorties et inscription 079 661 13 91 *

.org

Checkpoint-Genève : Rue du Grand-Pré 9, Les Grottes (Bus 8 arrêt Grottes) www.checkpoint-ge.ch ** Dialogai : Rue de la Navigation 11-13, Les Pâquis *** Maison Verte : Place des Grottes 5 **** Salle du Môle : Rue du Môle 22, Les Pâquis


Chants nocturnes de greta gratos

© Isabelle Meister

Avant que le vent…

E

n moi, une sensation de vide parfois, comme une zébrure dans l’âme, à cet endroit précis qui ne supporte aucune agitation. Là où l’esprit cherche à calmer les battements troublés du cœur, où la conscience expose l’inutilité de tout cri, de toute lutte, où seuls le lâcher-prise, l’abandon semblent pouvoir mener à une résolution. Une larme – comme un soupir – en aveu d’impuissance pour traverser cette tristesse qui s’imprime dans ma chair quand les événements me font contempler de loin un être cher que la vie place tout au bord d’une falaise. Je sais alors que rien de ce que je pourrais faire ou dire n’écartera de lui le gouffre qui s’entrouvre à ses pieds. Je ne peux qu’être là, m’approcher doucement et, sans brusquerie aucune, me placer à ses

côtés pour contempler le lointain en sa compagnie, laisser ma main trouver la sienne pour imprimer en elle un peu de ma chaleur. Nous sentons tous deux le poison lent qui circule dans la terre alentour et inexorablement approche, à l’instar de cette substance qui à l’automne se mêle à la sève et parcourt la fibre des arbres juqu’au bout de leurs branches pour en détacher les feuilles avant l’arrivée de l’hiver. Je sais que je ne peux me placer en rempart pour empêcher l’inéluctable, ni même ralentir l’approche de cette vague mais, au présent et au plus calme de mon être, je peux y laisser couler les flux de ma compassion et de mon empathie, pour que de ses plus belles couleur le feuillage s’anime et, flamboyant face au néant, témoigne encore de la beauté de l’être.

Il y a un moment dans la vie des empereurs, qui succède à l’orgueil d’avoir conquis des territoires d’une étendue sans bornes, à la mélancolie et au soulagement de savoir que bientôt il nous faudra renoncer à les connaître et les comprendre ; une sensation dirait-on de vide qui nous prend un soir avec l’odeur des éléphants après la pluie et de la cendre de santal quand elle refroidit dans les brasiers éteints… Italo Calvino : Les Villes Invisibles

Impressum Rédaction en chef Véronique Krahenbuhl Rédaction Adjointe Guillaume Renevey (guillaume@magazine360.ch) Rédaction texte Alexandre + Gabrielle Cottier + Dany Diogo (GayMap) + Elsa Duperray + Annabelle Georgen + Antoine Gessling + Greta Gratos + Aline Jaccottet + Leatherette + Jonas Pulver + Manon Pulver + Remaides + Delphine Roux + Sésame Not Online + Vera et V.G (Livresse) Corrections Zino Davidoff Rédaction image Ester Paredes Photo BillyBoy* et Lala + Capitalimage + Maurane di Matteo + Magali Girardin + Aline Groley + Clive Jenkins + Lumierenoire + Isabelle Meister + Mensgo + Other Nature + Irina Popa + Eric Roset + Frédéric Thomas Charrière + Mikhail Voskresensky Graphisme Fanny Sciarini Ouedraogo + Adeline Senn Publicité Philippe Scandolera (pub@360.ch) + Jérémy Uberto (marketing@360.ch) + Marianne de Uthemann (marianne@magazine360.ch) Abonnement Rolan Delorme (abo@360.ch) Expédition Alain + André + Claude + Ethan + Federico + François + Jacques + Jean-Patrice + Michel + René + Otto Editeur Association Presse 360 | 36, rue de la Navigation – CP 2217 – CH – 1211 Genève 2 | Tél. 022 741 00 70 | Fax 022 741 00 74 Impression SRO-Kundig, Genève Toute reproduction est strictement interdite pour tous les pays, sauf autorisation écrite de 360°.

76 Mai 2012 – 360°


SAMEDI

DJ RITCHY

26

BEST OF

MAI

lausanne

MDNA

lesbigay

session

Rue de Bourg 43  CH-1003 Lausanne  The Lesbigay & Straight Friendly Club 4310club.ch  elsm.ch  mensgo.com  swissgay.ch  7eciel.ch


Avec le soutien du fond municipal d’art contemporain, de la Ville de Genève, de la République

et du Canton de Genève.

graphisme : d. delcourt / n. suvorova

360° numéro 116  

Edition de mai 2012

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you