Page 1

NORD LE MENSUEL DES NORDISTES // 07

MAI 2018

VOTRE SANTÉ NOUS TIENT À CŒUR


#ViveLeNord « Au détour d’un chemin de campagne, je découvre que nous avons encore de beaux pavés. Je pose mon appareil photo au sol et immortalise l’instant. » Mike Caignet-Cardon Publié sur Instagram

Le Département du Nord, dans le cadre de sa politique Voirie, a procédé à la réfection de six tronçons pavés dans le Douaisis et le Valenciennois courant mars, avant le passage du Paris-Roubaix et des coureurs du Tour de France en juillet.

RETROUVEZ-NOUS SUR nord_departement @lenord departement.du.nord dailymotion.fr/Nord-le-Departement

N°7 - Mai 2018 Magazine distribué gratuitement aux Nordistes. Pour être ajouté à la liste de diffusion, contactez-nous : 03 59 73 85 29 - diffusionnord@lenord.fr Tirage : 1 190 123 exemplaires. Tous droits de reproduction réservés • ISSN : 2557-3276 (imprimé) 2557-4280 (en ligne). Dépôt légal : mai 2018. Directrice de la publication : Valérie Menault • Rédacteur en chef : Pierre-François Decourcelle • Rédaction : Perrine Delporte-Lénart, Gaëlle Leplat, Isabelle Quilbé Da Silva, Arnaud Raes • Secrétariat de rédaction : Emmanuelle Lemaître • Conception graphique et réalisation : Barbara Brassart, Coralie Lambriquet, Pierre-Loïc Malhaprez, Joan Ryckeboer, Patricia Wissocq • Chef de projet édition-fabrication : Patrick Lenoble • Photographes : Dominique Lampla, Philippe Houzé, Cédric Arnould - Photothèque du Département du Nord • Service iconographique : Barbara Bonny • Photogravure : Angelini • Impression : Lenglet Imprimeurs Contact rédaction : magazine@lenord.fr - 03 59 73 83 50 51, rue Gustave-Delory 59047 Lille Cedex Photo de couverture : P. Houzé


ÉDITO Jean-René LECERF

Président du Département du Nord

Mieux vivre le grand âge

Le vieillissement de notre population représente l’un des défis les plus difficiles auxquels notre société et nos départements sont confrontés. C’est en effet une exigence humaine et solidaire que d’accompagner nos aînés et leur assurer confort, sérénité et dignité. Bien sûr des progrès ont été accomplis. Je me souviens de mon accablement après avoir visité, à la fin des années 80, des hospices aux vastes dortoirs avec lits et seaux hygiéniques alignés. Ce temps est heureusement révolu. Je n’en comprends pas moins la colère des EHPAD qui s’est exprimée ces dernières semaines, les personnels, malgré leur dévouement, ne parvenant plus à assurer la qualité de vie à laquelle tous les résidents ont droit. Regardons la réalité en face. On entre dans ces Établissements d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes – même l’appellation devrait être revue – de plus en plus tard (86 ans dans le Nord) pour y rester en moyenne deux ans. Des personnes en pleine possession de leurs capacités intellectuelles et d’autres souffrant de la maladie d’Alzheimer ou d’autres affections neurodégénératives s’y côtoient au quotidien. Que faire alors ? Accorder davantage de moyens aux établissements pour mieux entourer nos aînés pour les repas, les toilettes, les soins, les activités, s’impose mais cela ne suffira pas. Il faut aussi et avant tout sortir de l’alternative réductrice domicile-EHPAD. On peut ne plus pouvoir rester chez soi en sécurité en raison d’une dépendance trop forte et pour autant ne pas vouloir entrer en EHPAD. Il nous faut impérativement développer des solutions innovantes. Le département du Nord s’y emploie avec les logements partagés et l’accueil familial, deux formes d’hébergement qui permettent de concilier, dans le respect et la dignité, autonomie de la personne et accompagnement de la vie quotidienne. Nos aînés ont, eux aussi, droit à l’avenir.

07

On en parle

04

DOSSIER

Libre expression

14

360° Nord

15

Agenda

18

Joli mois de l’Europe

19

Prévention et proximité, les clés de votre santé


Au collège du Pévèle à Orchies, les élèves ont bien accepté le gâchimètre.

NORD

COLLÈGES / Une nouvelle arme anti-gaspillage Un petit nouveau a fait son entrée dans les restaurants scolaires de 180 collèges du Nord : le gâchimètre à pain. Destiné à sensibiliser les demi-pensionnaires au gaspillage alimentaire, cet outil innovant permet de visualiser quotidiennement la quantité de pain jetée en fin de repas par les collégiens. Il a été fabriqué à la demande du Département par l’ESAT (Établissement et service d’aide par le travail) " Les ateliers de Jemmapes " à Wambrechies, en collaboration avec l’entreprise NOMETIE de Wargnies-le-Grand. Christian Lemaître, chef du restaurant scolaire du collège du Pévèle à Orchies, sert chaque jour 800 repas. « Ici, quatre à six kilos de pain partent à la poubelle tous les midis, soit 10% de la quantité achetée », témoigne-t-il. Grâce

4 I ON EN PARLE

au gâchimètre, il espère bien voir cette quantité diminuer rapidement. D’autant que le volume global de déchets dans son restaurant scolaire a déjà baissé depuis qu’il s’est lancé dans l’approvisionnement local. « Lorsqu’un établissement s’engage dans la démarche de l’approvisionnement local, il sert plus de produits frais et locaux de qualité. On constate alors systématiquement une baisse du gaspillage  », explique Patrick Valois, viceprésident chargé de la Ruralité et de l’Environnement. Un cercle vertueux déjà en œuvre dans 115 collèges du Nord que le Département entend bien continuer à étendre et à faire monter en puissance. lenord.fr/gachimetre

D. Lampla


INNOVATION ET VOIRIE

On fait du neuf avec du vieux ! WORMHOUT

La Bagela est une machine innovante qui permet de recycler sur site l’enrobé des routes départementales. En effet, quand on rabote une route, il demeure des déchets dont il faut se débarrasser. Avec cette machine, ceux-ci sont réutilisés sur place. Chauffé à 180° dans un tambour, l’ancien enrobé est transformé en un nouveau revêtement destiné à combler les nids-de-poule ou des parties de route dégradées. La Bagela est actuellement en test sur les 1 200 km de routes départementales que compte le Dunkerquois. lenord.fr/bagela

C. Arnould

DUNES DE FLANDRE Respectons-les ! DUNKERQUOIS

Avec le retour des beaux jours, vous serez nombreux à sillonner le massif dunaire de Flandre maritime, Espace naturel sensible. Rappelons quelques règles à respecter pour protéger ce milieu fragile. Il est interdit d’y faire du camping sauvage, d’allumer un feu, de circuler en véhicule motorisé, d’y jeter des détritus et de cueillir les fleurs. Les gardes départementaux veillent sur les lieux pour votre sécurité, mais aussi pour vous guider ou vous renseigner. Nous vous souhaitons de bonnes balades au grand air ! lenord.fr/ens

C. Arnould

MUSVERRE

Et si cette œuvre devenait un peu la vôtre ? SARS-POTERIES

À Sars-Poteries, le MusVerre va installer sur son parvis une œuvre monumentale en verre. Elle sera signée Udo Zembok, artiste franco-allemand qui y expose actuellement « Open space ». En vue de cette acquisition, le MusVerre lance un appel aux dons et vous propose de faire partie de ce projet exceptionnel. Le don, défiscalisé à 66 % (dans la limite de 20% du revenu imposable), est ouvert à chacun. Les contributions peuvent être envoyées, jusqu’au 14 septembre 2018, au MusVerre, 76, rue du Général de Gaulle, 59555 Sars-Poteries. 03 59 73 16 16 /

musverre.lenord.fr Simulation de l’implantation de Fusion © Udo Zembok.

MAI 2018 MAGAZINE LE NORD I 5


PRÉVENTION ET PROXIMITÉ, LES CLÉS DE VOTRE SANTÉ Le Département du Nord est la cheville ouvrière d’un véritable service public de prévention santé. Aux côtés des établissements de soins et des professionnels libéraux, près d’un millier d’agents départementaux travaillent au quotidien pour améliorer concrètement votre santé. Futurs ou jeunes parents, la Protection maternelle et infantile (PMI) vous accompagne jusqu’aux 6 ans de votre enfant. Le Département soutient aussi les Nordistes les plus fragiles grâce aux Services de prévention santé (SPS). Un enjeu vital qui se concrétise notamment par la prévention de la perte d’autonomie chez les seniors ou encore par la mobilisation pour le retour à l’emploi des allocataires du RSA, dont le premier frein est le manque de soins. À Lille enfin, le centre Epicéa s’est spécialisé dans la prise en charge des addictions. Au total, des centaines de lieux de consultations maillent notre territoire de Fourmies à Dunkerque, assurant une véritable présence de proximité. P. Houzé / C. Arnould

DOSSIER


Laure Warembourg (à gauche) retrouve la petite Clara au domicile de sa maman qu’elle a suivie pendant sa grossesse.

RENTRER À LA MAISON AVEC BÉBÉ EN TOUTE SÉRÉNITÉ Depuis février, les sages-femmes du service départemental de Protection maternelle et infantile (PMI) proposent aux jeunes mamans de les accompagner au-delà de leur accouchement. Elles peuvent venir à domicile pour suivre les premiers jours du nouveau-né à la maison. Cette nouvelle offre de services de proximité, gratuite pour les familles, s’adresse aux femmes majeures ayant accouché à terme d’un enfant ne présentant pas de problèmes d’alimentation. Elle s’inscrit dans le cadre d’un dispositif national de la Caisse primaire d’assurance maladie d’accompagnement du retour à domicile des accouchées, en lien avec la diminution de la durée des séjours en maternité (dispositif PRADO). Concrètement, deux visites à domicile effectuées par une sage-femme sont proposées dans les douze jours suivant la naissance. Les parents sont libres d’accepter ou de refuser ces visites ; libre également à eux de choisir la sage-femme qui interviendra à leur domicile. « Dans les deux maternités où je travaille, 80% des femmes acceptent ces visites post-

8 I DOSSIER PRÉVENTION ET PROXIMITÉ, LES CLÉS DE VOTRE SANTÉ

natales à domicile », témoigne Laure Warembourg, sagefemme à la PMI de Gravelines-Bourbourg. « Chaque visite dure environ une heure et consiste en un examen clinique de la maman et du bébé. Cela permet aussi de répondre à toutes les questions des jeunes parents ». Pour Maud Mercier, suivie pendant sa grossesse par Laure Warembourg, ces visites sont aussi l’occasion de faire perdurer des liens créés avant la naissance. «  Je me sens en confiance avec Laure Warembourg. Elle m’a bien aidée avant la naissance et m’apporte beaucoup de conseils pour ces premières semaines », témoigne-t-elle. Après les deux visites, la sage-femme passera le relais aux puéricultrices de la PMI. Si la jeune maman le souhaite, elles pourront suivre sa petite Clara jusqu’à ses 6 ans.


PMI

C’est

QUOI ? COMMENT ça marche ?

s’adresser ?

POUR LES FUTURS PARENTS ET LES ENFANTS JUSQU’À 6 ANS

La PMI est un service départemental chargé d’assurer un suivi préventif de la santé de la future mère et du jeune enfant. Les équipes de PMI sont constituées de médecins, de sages-femmes, d’infirmières puéricultrices, d’infirmières et d’un psychologue. Elles proposent des consultations prénatales, post-natales et infantiles qui peuvent, si nécessaire, être complétées par des visites à domicile. Le Nord compte 400 points de consultation de PMI. Pour connaître l’adresse du point le plus proche de chez vous, géolocalisez vous sur lenord.fr/geolocalisation-PMI Contactez le standard du Département au 03 59 73 59 59 ou votre mairie.

ENFANTS DE 2 ANS ET ÉLÈVES DE MATERNELLE : VOUS AVEZ RENDEZ-VOUS ! L’examen des 2 ans Obligatoire, cet examen de santé peut être réalisé en consultation PMI par l’équipe pluridisciplinaire. Il vise à repérer de façon précoce les éventuelles difficultés de développement en amont de l’entrée à l’école et à orienter, si besoin, vers une prise en charge adaptée. Le bilan de santé des 3-4 ans Fortement recommandé, ce bilan est proposé par le service de PMI et peut être réalisé sur place ou à l’école. Il vise à dépister d’éventuels troubles physiques, psychologiques ou sensoriels. Si besoin, les familles sont orientées vers d’autres professionnels de santé, en lien avec le médecin traitant. Il s’agit de permettre notamment une bonne adaptation à la scolarisation. Soucieux d’offrir à tous les enfants la même opportunité de bien grandir, le Département propose désormais un bilan standardisé dans tous les territoires. Il en réalise 28 000 par an. MAI 2018 MAGAZINE LE NORD I 9


Les questions sur la sexualité et les relations intimes peuvent être abordées avec les jeunes au moyen de jeux.

VIE AFFECTIVE ET SEXUELLE, UN JEU POUR EN PARLER Le Département est très présent aux côtés des jeunes de l’Aide sociale à l’enfance. Exemple au foyer Albert-Châtelet de Mérignies, où l’on parle vie relationnelle, affective et sexuelle, en toute liberté, avec le jeu Câlins-Malins. Éric 15 ans, prépare un CAP paysagiste. Pour Henry, 14 ans, c’est un CAP mécanique. Pareil pour Adrien, 16 ans. Ils sont au total huit garçons, âgés de 14 à 17 ans, assis autour d’un jeu, Câlins-Malins, qui leur parle relations

amoureuses, infections sexuellement transmissibles, contraception, respect de l’autre, etc. De fait, un échange naît, en toute liberté. Ces jeunes vivent au sein de la MECS (Maison d’enfance à caractère social) Albert Châtelet à Mérignies, qui accueille 75 garçons et filles, de 13 à 18 ans, confiés par les services de l’Aide sociale à l’Enfance. « Ils ont tous connu un chemin de vie chaotique, alliant difficultés familiales, déscolarisation et/ou problèmes comportementaux », explique l’équipe éducative de l’établissement. Public prioritaire du Département, les jeunes de la MECS Albert-Châtelet sont ainsi responsabilisés quant aux comportements à risque en matière de santé sexuelle, par l’équipe du Service de prévention santé d’Haubourdin. Mais silence, le jeu commence. Pour que les garçons puissent s’exprimer en toute sérénité, quittons la pièce, sur la pointe des pieds…

QUAND LES JEUNES PRENNENT LEUR SANTÉ EN MAIN Instauré dans le Cambrésis, le dispositif « Apprentis citoyen » va être étendu à l’ensemble du Département en 2018. Il vise à préparer les jeunes de l’Aide sociale à l’enfance, âgés de 16 à 18 ans, à leur entrée dans la vie d’adulte, qu’ils vivent en établissement ou en famille d’accueil. Dans ce cadre, la santé fait l’objet d’une session particulière. Durant une demi-journée, les jeunes peuvent discuter librement avec un tandem constitué d’une infirmière et d’une assistante sociale, autour du bienêtre. L’objectif est d’acquérir de bonnes habitudes, comme prendre rendez-vous chez le médecin ou aller chez le dentiste, et de connaître ses droits. lenord.fr/apprentiscitoyen 10 I DOSSIER PRÉVENTION ET PROXIMITÉ, LES CLÉS DE VOTRE SANTÉ


POUR VOTRE SANTÉ, LE DÉPARTEMENT EST LÀ

SPS

PMI

maternelle PMI Protection infantile

+ DE

92 000

CONSULTATIONS MÉDICALES

71 000

VISITES À DOMICILE

700

+ DE PROFESSIONNELS

400

LIEUX D’ACCUEIL PMI

71 centres de planification et d’éducation familiale.  Des consultations pour les femmes enceintes et si besoin un suivi à domicile par une sage-femme, y compris à la sortie de maternité.  Des consultations pour les enfants jusqu’à 6 ans (y compris vaccination) et si besoin un suivi à domicile par une puéricultrice.  Réalisation d’un bilan de santé en école maternelle à 4 ans.  Suivi de la qualité de l’accueil des jeunes enfants dans les crèches, garderies …  Agrément et accompagnement des assistantes maternelles.

Services de prévention santé

10 SPS

Un accompagnement individuel ou collectif auprès des Nordistes éloignés des soins.   Vaccination à partir de 7 ans et pour les adultes.  Dépistage et traitement de la tuberculose.  Une action pour la santé sexuelle avec les CegiDD (Centres gratuits d’information, de dépistage et de diagnostic).

DANS LE DÉPARTEMENT

37 LIEUX

DE CONSULTATION

27 007

DÉPISTAGES D’INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES

2 145

LE SAVIEZ VOUS ?

VACCINATIONS

Près de 50% des patients accompagnés par les SPS sont allocataires du RSA.

Epicéa

LE SAVIEZ VOUS ?

Le Nord, département le plus peuplé de France, enregistre plus de 33 000 naissances par an !

Un espace d’accueil ouvert à tous et spécialisé dans la prévention des addictions. 03 59 73 82 00

> Retrouvez les adresses et coordonnées des lieux de consultation les plus proches de chez vous grâce à la géolocalisation sur lenord.fr/geolocalisation

Le Département est un véritable acteur de proximité, un maillon essentiel de la prévention en matière de santé. Près d’un millier d’agents assurent au quotidien une présence pluri-disciplinaire au plus près des Nordistes, quel que soit leur lieu de résidence.

MARIE-ANNICK DEZITTER Vice-présidente chargée de la Santé, de la Prévention et de la Communication lenord.fr/interview-madezitter

MAI 2018 MAGAZINE LE NORD I 11


ÇA VA MIEUX EN LE DISANT

Sortir du RSA

Favoriser la prise en charge psychologique des allocataires du RSA, afin de les aider à aborder le monde du travail de manière plus sereine, tel est l’objectif de « Ça va mieux en le disant ». Cette année, 104 personnes bénéficieront de ce dispositif porté par le CAPEP (Comité d’action pour l’éducation permanente) d’Anzin et financé notamment par le Département. Après deux ans de thérapie, Vanessa, 28 ans, a retrouvé confiance en elle. Elle devrait suivre une formation de web designer cet été. lenord.fr/cavamieuxenledisant

L’ESTIME DE SOI, UN PREMIER PAS VERS LE RETOUR À L’EMPLOI À Hazebrouck, une action est proposée aux personnes fragiles afin d’améliorer les indicateurs de santé en levant certains freins psychologiques. L’objectif : favoriser l’accès à une formation ou à l’emploi. « Aujourd’hui je suis joyeuse ». MarieNoëlle apprend à exprimer son humeur du moment. Colère, peur, joie, tristesse... La palette des émotions est passée en revue. Elle assiste ce jour-là à sa première séance collective proposée par l’équipe du service de prévention santé d’Hazebrouck, en collaboration avec le musée de Flandre à Cassel. «  Cette action s’adresse aux personnes fragiles et aux

bénéficiaires du RSA que nous suivons. Elles souffrent d’une baisse de l’estime de soi qui les empêche de prendre leur santé en main », relève Karine Pruvost, la responsable du SPS.

de leurs compétences psychosociales : résoudre un problème, s’affirmer dans un groupe  ». Il s’agit enfin de développer leur autonomie. «  Nous mettons en place du covoiturage pour assister aux ateliers qui ont lieu sur le territoire, et nous irons au Forum des Sciences à Villeneuve d’Ascq pour leur montrer que la culture est accessible. »

Durant 9 séances, le groupe travaillera aussi la relation à soi et aux autres pour favoriser le lien social à travers l’écoute, la bienveillance... « Nous les aidons à prendre conscience

Grâce à ces séances, Marie-Noëlle apprend à changer le regard qu’elle porte sur elle-même. En reprenant sa santé en main, elle espère bien réussir à retrouver un emploi.

Chacun a reçu une boîte à bonheur qu’il est chargé de remplir avec de bons souvenirs.

12 I DOSSIER PRÉVENTION ET PROXIMITÉ, LES CLÉS DE VOTRE SANTÉ


Ce groupe de seniors a testé le podomètre durant plusieurs semaines.

Favoriser l’autonomie

DES SENIORS MOBILES ET CONNECTÉS Les habitants de la résidence autonomie Jules Lassalle de Fourmies vont être équipés de podomètres et de tablettes. Il s’agit d’encourager l’activité physique et de les initier aux nouvelles technologies.

de conférences que nous organisons le mardi et à utiliser les outils numériques. Il est plus facile de les faire adhérer quand quelqu’un de leur âge leur en explique le fonctionnement », souligne Arnaud Gourland, le directeur de la résidence.

Durant plusieurs semaines, une quinzaine de seniors de l’atelier marche, animé par le centre socioculturel de Fourmies, a testé des podomètres. Ils se sont retrouvés tous les vendredis matin pour une randonnée autour de l’étang aux Moines. Chacun est allé à son rythme, mais le fait d’enregistrer le nombre de pas, les calories dépensées et leur kilométrage a créé une certaine émulation : « Cela m’incite à marcher, à rencontrer du monde  », témoigne Jacky Baivier, 69 ans.

Car après les podomètres, des tablettes leur seront fournies. « Elles sont adaptées pour les seniors. Elles permettent de visualiser plus facilement leur activité physique, et pourront être utilisées pour communiquer avec leurs proches, et effectuer des démarches administratives », conclut Sophie Gisselmann, coordinatrice de l’atelier santé au CCAS (Centre communal d’action sociale) de Fourmies.

Et c’est bien là l’objectif du dispositif « Un senior averti en vaut deux », qui sera proposé aux habitants de la résidence autonomie Jules Lassalle en mai : « Nous voulons amener les résidents, qui ont encore une certaine autonomie, à participer à des marches avec les personnes rencontrées lors

Ce projet qui favorise l’autonomie des personnes âgées et la réduction de la fracture numérique, est le fruit d’un partenariat entre le CCAS, le centre socioculturel et le Département qui a accordé une subvention de 10 000 euros. lenord.fr/seniorsmobiles

MAI 2018 MAGAZINE LE NORD I 13


Luc Monnet / Bruno Ficheux

Didier Manier

Charles Beauchamp

Co-présidents du Groupe Union pour le Nord

Président du Groupe socialiste, radical et citoyen

Président du Groupe communiste, républicain, citoyen et apparentés

GROUPE UNION POUR LE NORD

GROUPE SOCIALISTE, RADICAL ET CITOYEN

GROUPE COMMUNISTE, RÉPUBLICAIN, CITOYEN ET APPARENTÉS

La santé pour tous

Le département agit au quotidien en matière de santé pour les nordistes grâce à ses 900 professionnels à votre service, dont plus de 800 agents dans les centres de protection maternelle infantile et les services de prévention santé. Le département poursuit en 2018 ses actions de protection de la santé et de la famille, par la surveillance des enfants de moins de 6  ans, le conseil de surveillance prénatale et les activités sanitaires relatives à la planification familiale. Notre majorité a également fait de la prévention santé, un axe majeur de sa politique sociale, près de 2,5 millions d’euros sont d’ailleurs mobilisés à cet effet sur un budget santé total de plus de 5  millions. Nous accompagnons différents services comme les centres de vaccinations ou encore les centres de prévention et de dépistage de la tuberculose. Enfin, nous soutenons les diverses actions menées par nos partenaires associatifs santé ; un appel à projets a été lancé dans ce cadre en 2016 et sera poursuivi cette année. 63 projets ont été soutenus financièrement par le Département, avec une réelle volonté de rééquilibrage territorial des interventions en matière de santé. Privilégier l’accès aux soins et à la prévention pour tous, avec une attention particulière pour les publics les plus vulnérables, témoigne de notre engagement pour la santé des nordistes.

14 I LIBRE EXPRESSION

Prévention : les désengagements financiers nuisent à la santé !

Le juste prix de la santé

La santé est un enjeu majeur pour notre département. Entre 2011 et 2015, la majorité départementale de gauche a travaillé sur un plan Santé bien-être avec une priorité : la prévention en direction de tous les Nordistes avec l’implication de l’ensemble des acteurs, notamment associatifs.

La santé est notre bien le plus précieux, l’accès aux soins un droit fondamental. Or les indicateurs de santé de notre région demeurent invariablement mauvais : résultats des politiques gouvernementales catastrophiques de ces dernières années.

Chacun sait en effet qu’il vaut mieux prévenir que guérir. Malgré cela, la majorité départementale de droite a réduit des actions en faveur de la santé.

Ce constat se rattache à notre fragilité sociale, avec une obligation nationale d’agir.

En matière de prévention, les financements départementaux ont diminué pour des structures qui luttent contre les addictions et les conduites à risques. À Cambrai, le centre de dépistage anonyme et gratuit assuré par le service de prévention santé ne fonctionne plus depuis le 1er janvier. La population, les jeunes doivent désormais se rendre à Douai ou Valenciennes. Le budget des services de protection maternelle et infantile est passé de 3,7 millions d’euros en 2015 à 2,8 millions d’euros en 2018, soit une baisse de 25%. En outre, des associations ont subi une baisse de leur financement : don du sang, structures de prévention de l’obésité et celles qui agissent auprès des publics fragiles ou encore les associations qui accompagnent les victimes de maladies professionnelles. La santé des Nordistes mérite mieux que ces désengagements !

Notre région industrielle a énormément donné à la Nation et mérite un traitement particulier pour la santé de ses habitants. Alors agir, c’est Lutter. Lutter contre les inégalités d’accès aux soins, les pénuries de spécialistes, la désertification médicale... Lutter aussi pour que les hôpitaux retrouvent les moyens humains et techniques indispensables à leur fonctionnement d’abord au service de la population, et non dans un objectif de rentabilité. La santé n’a pas à être marchandisée. Les parlementaires communistes ont engagé un Tour de France des hôpitaux afin d’aller au contact des personnels hospitaliers et des patients. Ils sont force de propositions, car les solutions existent, et pas uniquement pour les plus riches Monsieur Macron ! La redistribution des richesses produites ou la lutte contre l’évasion fiscale, afin de reconquérir la gratuité des soins et revitaliser notre système de santé, cette richesse commune, en fait partie.


#ViveLeNord

EN ROUTE AVEC LA VOIRIE DÉPARTEMENTALE Les agents de la voirie départementale, au nombre de 280, veillent sur l’entretien et la sécurité de 4 500 km de routes. Des métiers très variés (fauchage, surveillance du réseau, marquage au sol, signalisation, entretien des ouvrages d’art, viabilité hivernale...) et des missions parfois dangereuses pour ces passionnés de la route, qui ont vocation à vous la faciliter. Petit aperçu avec les agents de l’arrondissement de Cambrai... ●

P. Houzé

Cambrésis


477 km RÉNOVÉS EN 2018 Pose d’enrobé sur les routes départementales. Certaines sont réalisées en régie et d’autres par des entreprises extérieures.

16 I 360° NORD EN ROUTE AVEC LA VOIRIE DÉPARTEMENTALE


L’entretien des routes départementales comprend aussi l’élagage des arbres, le curage des fossés, le fauchage des accotements.

D’octobre à mars, les agents veillent à maintenir des conditions normales de circulation sur les routes.

6

Marquage au sol sur le viaduc du Cateau-Cambrésis. Le Département gère 870 ouvrages d’art.

Chaque année, le Département procède à la pose de 1,5 million de m2 de revêtement .

MAI 2018 MAGAZINE LE NORD I 17


lenord.fr/agenda

FESTIVAL Lille piano(s) festival Le Lille Piano(s) Festival est organisé par l’Orchestre national de Lille avec le soutien du Département du Nord. Un festival curieux, voyageur, jazzy et actuel, qui s’adresse aussi aux plus jeunes. Avec 60 artistes dont près de 50 pianistes, 2 orchestres (Orchestre National de Lille et Orchestre de Picardie) et 2 chefs ( Jean-Claude Casadesus et Arie Van Beek), la 15e édition s’annonce plus riche que jamais.

AGENDA

Le 10 juin, journée exceptionnelle dans le cadre somptueux de l’abbaye de Vaucelles avec 4 concerts au fil de la journée. Bus gratuit (au départ de Lille à 9 h 30, retour vers 19 h) et panier repas à 10 €. Sur réservation jusqu’au 31 mai. Lille et Les-Rues-des-Vignes Du 8 au 10 juin 2018 03 20 12 82 40 lillepianofestival.fr

Exposition

Rappelle toi Rappelle-toi barbara 17.05.18 > 30.09.18

Maison natale Charles de Gaulle 9 rue Princesse 59000 LILLE lenord.fr/maisondegaulle 03 59 73 00 30

DES FEMMES RACONTENT LA SECONDE GUERRE MONDIALE Photos et films de Maureen Ragoucy

EXPO Mi j’suis pas chanteur, j’suis photographe

FESTIVAL NOMADE Carrefour international Les artistes de cette 9e édition viennent d’Inde, d’Iran, du Maroc, Depuis 2016, les collections des de Mongolie, de Syrie et du Togo. Archives départementales ont Pendant un mois, ils voyageront été enrichies du fonds d’archives dans le Nord pour rencontrer la population et lui faire découvrir privées de Francis Delbarre, dit les rythmes, les danses, les chants Raoul de Godewarsvelde. Cette et les sonorités d’une culture qui exposition itinérante vous invite à leur a été transmise de génération (re)découvrir le parcours singulier en génération. Programme de l’artiste populaire, figure complet disponible sur le site internet de l’Espace Pasolini. emblématique du Nord. Marquise Du 5 au 27 mai 2018 CAPland Le Cardo 03 91 18 20 00 archivesdepartementales. lenord.fr

18 I AGENDA

Valenciennois, Pays de Solesmes et Agglomération Maubeuge Val de Sambre Du 11 mai au 10 juin 2018 03 27 32 23 00 espacepasolini.fr

EXPO Risque, osez l’expo ! Vivre c’est prendre des risques. Mais attention aux conséquences ! À travers un parcours dynamique constitué de 24 manipulations interactives, des repères sont proposés pour comprendre comment prendre des risques de façon raisonnée. Exposition conçue par la Cité des sciences accessible à partir de 10 ans.

Villeneuve d’Ascq Jusqu’au 2 sept. 2018 Forum des Sciences 03 59 73 96 00 forumdepartemental dessciences.fr

EXPO Rappelle-toi Barbara L’ exposition relate le parcours d’une trentaine de femmes ayant traversé le second conflit mondial. D’horizons, de nationalités et d’âges différents, elles livrent chacune un témoignage unique de la réalité de la guerre. Le projet qui fait référence au célèbre poème de Prévert publié en 1946, a été proposé par Maureen Ragoucy, artiste photographe vidéaste. Lille Du 17 mai au 30 sept. 2018 Maison natale Charles de Gaulle 03 59 73 00 30 lenord.fr/maisondegaulle


BIODIVERSITÉ En matière d’environnement, l’Europe a permis d’acquérir 34 ha d’Espaces naturels sensibles à Ostricourt, pour y créer un lieu écologique ouvert aux habitants.

INSERTION

L’EUROPE

S’ENGAGE POUR

LES NORDISTES Le Joli mois de l’Europe est l’occasion de rappeler que l’Union européenne finance plusieurs projets portés par le Département du Nord dans de très nombreux domaines. Nous en avons choisi quelques uns pour vous.

RELATION USAGERS En matière de solidarité et d’aide à la personne, l’Europe finance le Nord dans la modernisation de la relation entre l’usager et l’administration.

> Retrouvez le programme du Joli mois de l’Europe

RÉPIT DES AIDANTS

L’Europe accompagne aussi le Département dans un projet franco-belge pour favoriser le répit des aidants.

Le Nord est chargé de redistribuer le Fonds social européen et finance à ce titre des dispositifs dédiés au retour à l’emploi des allocataires du RSA. Ce fonds finance notamment les plateformes emploi du Département du Nord.


NORD le mensuel des Nordistes n°7 - mai 2018  

Dossier "Prévention et proximité, les clés de votre santé" - Collèges : une nouvelle arme anti-gaspillage - 360° Nord : En route avec la voi...

NORD le mensuel des Nordistes n°7 - mai 2018  

Dossier "Prévention et proximité, les clés de votre santé" - Collèges : une nouvelle arme anti-gaspillage - 360° Nord : En route avec la voi...

Advertisement