Page 1


Architectures + Architectes2

Maison de l’Architecture d’Aquitaine


préface

Architectures + Architectes2 constitue le deuxième volet de l’exposition panorama que la Maison de l’architecture en Aquitaine avait choisi de produire et de présenter afin de marquer son entrée dans le 308, lieu institutionnel et culturel de l’architecture en Aquitaine. En poursuivant son action de diffusion et de soutien d’une culture architecturale régionale de qualité, la maison de l’architecture veut offrir au plus grand nombre l’envie de découvrir ou de renforcer sa connaissance du patrimoine architectural contemporain de son territoire. Par son titre même, Architectures + Architectes2 souligne le pluriel et la somme qui traduisent la diversité et le dynamisme de notre architecture régionale contemporaine et de ses acteurs. Elle en dévoile la singularité et la qualité, elle en provoque la confrontation, elle en permet l’évaluation, la compréhension des moyens, des intentions et des enjeux. Une fois encore nombreux sont celles et ceux qui ont répondu à notre appel à projets. Cette large participation a rendu possible cette exposition et lui confère sa légitimité et sa qualité de représentation d’une architecture vivante, diverse dans ses programmes et ses moyens mais toujours responsable. Au delà de leur parenté ou de leurs différences qu’il appartient à chacun d’apprécier, le grand nombre des projets présentés ici est le signe clair que les architectes d’Aquitaine continuent de porter avec passion leur goût et leur engagement pour une architecture autant soucieuse de sa mémoire que de son inscription dans les thématiques les plus contemporaines qu’elles relèvent de l’esthétique, des techniques ou des usages. La multiplicité des programmes traités, la variété de leurs échelles, de la petite maison au grand équipement public, nous montrent qu’en Aquitaine l’architecture et les architectes savent se saisir de toutes les situations de projet pour offrir à notre société le meilleur cadre bâti pour chacune de ses activités. Pascal Teisseire, président de la ma’Aquitaine


architectes 4A [Michel & Mathieu Pétuaud Létang] p.010 Ad-Hoc [Élodie Mange]  p.012 ADH [Doazan + Hirschberger & Associés]  p.014 Arc-EnBois  p.016 Architecture Patrimoine  p.018 Art’ur Architectes  p.020 Atelier provisoire  p.022 b.i.p [bureau d’intervention sur le paysage]  p.024 Baudin & Limouzin  p.028 Bérangère Signac  p.032 Bernard Bourgeois  p.034 Bertrand Digneaux  p.036 BLP [Brochet Lajus Pueyo]  p.038 BPM [Boulain Pirrovani Mazières]  p.040 Brachard De Tourdonnet  p.042 Bruno Phiquepal d’Arusmont  p.044 Carole Massé  p.046 Cécile Moga  p.048 Cécile & Michel Moga + Françoise-Hélène Jourda  p.050 Coco Architecture  p.052 Daniel De Marco  p.058 Dauphins Architecture  p.060 David Laurent & Fabien Mazenc  p.062 Despré Architecture  p.064 DL & Associés  p.066 Dugravier + Sémondès  p.068 Éric Wirth  p.070 Fabrique  p.074 Ferron & Monnereau  p.076 FGA [Francois Guibert]  p.080 Frédéric Laffitte  p.084 Frédérique Hoerner & Éric Ordonneau  p.086 Gaël Boubeaud & Laurent


Bouquey p.090 Gauche’s Muru  p.092 GayetRoger  p.094 Gérard Leconte  p.096 Jean-Luc Barreau  p.098 Jeff Dananik  p.100 Julien Gadrat  p.102 Kaplan Projets  p.106 King Kong  p.108 Label Architecture  p.112 Lanoire & Courrian  p.116 Lejeune & Associés  p.118 LSD Architect  p.122 Mapa [Noélie Dhuicq]  p.126 Marc Ballay & Eyearchitectures  p.128 Marjan Hessamfar & Joe Vérons  p.130 MCVD  p.132 Meryem Hasnaoui  p.136 Métaphore  p.138 Michel Moga  p.142 More Architecture  p.144 Pierre Marsan  p.146 Poggi & Garrigue  p.152 Poly Rythmic  p.156 Pop Architectes & Atelier Giet  p.162 Revel’Archi  p.166 Samazuzu  p.168 Sandie Diaz & Fanny Perier  p.170 Sarthou & Michard  p.172 Script Atelier  p.178 Site & Architecture  p.180 Teisseire & Touton  p.182 TLR Architecture & Associés  p.188 Vincent Geoffroy & Pierre Dabilly  p.190 Vincent Geoffroy  p.192 Vincent Poeymiroo  p.194 Violaine Trolonge  p.198 Virginie Gravière & Olivier Martin  p.200 Wha!  p.202 Whyarchitecture  p.204


010

4A

[Michel & Mathieu Pétuaud Létang] Mérignac

Construction d’un immeuble de bureaux + restaurant d’entreprise à Bassens (33) La commande de l’entreprise GT Location était à la base une légère extension de leurs bureaux existants. Au cours des premiers rendez-vous nous avons découvert une entreprise en fort développement et en demande d’une nouvelle image. C’est pourquoi nous avons proposé de revoir le programme pour augmenter largement leur capacité de bureaux et y inclure le restaurant d’entreprise, déjà existant mais atteignant ses limites. Les discussions ont ensuite mené à une démarche de rénovation de l’ensemble du site. Les bureaux s’implantent en façade du quai sur un ancien parking. Trois niveaux de bureaux s’organisent autour d’un atrium éclairé naturellement, réduisant ainsi les surfaces de circulation et favorisant les échanges par la proximité qu’il crée. Le restaurant d’entreprise est installé au dernier étage afin de profiter d’une vue panoramique sur le coteau, le pont d’Aquitaine et le port de Bassens.

Panneaux béton ciré préfabriqués, menuiseries aluminium et toiture végétalisée composent l’enveloppe du bâtiment. Les ponts thermiques ont été réduits au minimum grâce à la mise en place de rupteurs en nez de dalle et les ouvertures sont protégées par des brises soleil. Un puits canadien a été installé entre les micropieux, il pré-chauffe et pré-rafraichi l’air insufflé par la VMC double flux. L’eau chaude sanitaire est obtenue grâce à des panneaux solaires. Le bâtiment est éligible au label THPE.


011

4A [Michel et Mathieu Pétuaud Létang]

Surface utile : 1 948 m² Coût travaux HT : 2,74 M € (VRD compris)

coupe transversale

Livraison : Octobre 2010 Maître d’ouvrage : GT Location Architecte mandataire : 4A, Michel et Mathieu Pétuaud Létang Bureaux d’études techniques : BE BALLION (électricité) / BE ARTEC (fluides)

coupe longitudinale


012

Ad-Hoc

[Élodie Mange] Soustons

Construction d’une maison individuelle à Moliets et Mâa (40) Situé sur la commune de Moliets et Mâa, en fond de lotissement, et bordé par une foret de pins (à l’est), le terrain de 800 m² a une forme asymétrique et irrégulière. Il a donc fallu s’adapter au terrain et concilier implantation, orientation et recherche d’intimité.

Le positionnement de ces blocs permet de dissimuler l’entrée et protéger l’intimité du jardin côté piscine. Une porte persiennée coulissante peut venir clore cet espace extérieur et le rendre imperméable à toute intrusion.

La problématique du projet était de concevoir une maison qui préserve l’intimité tout en étant largement ouverte sur l’extérieur et située dans un lotissement.

Au rez-de-chaussée se trouvent les pièces de vie commune et la suite parentale, elles sont largement ouvertes au sud sur le jardin et la piscine. La toiture de la suite parentale est une terrasse solarium accessible depuis le palier de l’étage et depuis le jardin par un escalier extérieur.

Le choix de l’implantation et l’organisation spatiale qui en découle répond à cette attente et permet de s’ouvrir vers le sud et vers l’est (qui offre une vue dégagée sur la forêt) tout en se protégeant des vents d’ouest dominants. Les pièces dites servantes se trouvent à l’entrée du terrain. Un premier volume accueille le garage et le local piscine. Un second, excroissance du volume d’habitation, reçoit le cellier. Ils sont reliés par un espace couvert d’une pergola en bois.

L’étage est une « boite » rectangulaire en bois brun foncé, pour rester dans les tonalités générales du bâti du lotissement. Ce volume est posé en porte à faux dans l’axe Nord-Sud de la piscine. Il abrite deux chambres, une salle d’eau, des toilettes. Le parti a été pris de composer avec des volumes simples, quitte à être radical.


013

Ad-Hoc [Élodie Mange]

Coût travaux HT : 0,205 M € (hors piscine) Livraison : Juin 2012 Maître d’ouvrage : Mlle Collet & M. Peres Architecte mandataire : Ad-Hoc, Élodie Mange

RDC

N R+1


014

ADH

[Doazan+Hirschberger & associés] Bordeaux

Construction de la Maison des Danses à Bordeaux (33) À quelques pas de la Gare St-Jean, la Maison des Danses renforce, avec le Conservatoire de Bordeaux, l’École des Beaux-arts et l’ESTBA, la vocation artistique et pédagogique du quartier. La Maison des Danses s’inscrit dans le Bordeaux des échoppes, dans la « ville de pierre », et propose un équipement culturel ouvert sur la chorégraphie et le monde. Le projet occupe deux anciennes parcelles d’échoppes au croisement des rues Fieffé et Eugène Leroy. Le programme, 3 studios de danses, des vestiaires et quelques bureaux, rentre « au chausse-pied » dans le volume imparti. Les espaces y sont organisés très simplement : • côté est, les studios superposés depuis le rez-de-chaussée bas jusqu’au toit, • côté ouest, les « annexes » en ½ niveaux : l’accueil, les bureaux des enseignants, le foyer des élèves, les vestiaires, les sanitaires, • au centre une « galerie » de desserte, confortable et lumineuse.

Un des objectifs du projet, « danser dans la ville », est atteint par un travail spécifique sur la lumière et les façades, avec notamment des « box-windows » et des sheds qui s’ouvrent, pour les 2 studios supérieurs, sur les toits et le ciel. Côté sud, le bâtiment présente une façade plus technique : des panneaux photovoltaïques, des capteurs solaires pour l’ECS qui, avec d’autres dispositifs, participent au label BBC (Bâtiment Basse Consommation) de l’équipement. Un filtre plissé de bois enveloppe la façade nord et souligne la présence dans le quartier de cette maison singulière.


015

ADH [Doazan+Hirschberger & associés]

R+3

R+2

R+1 Photos © Hervé Abbadie

Surface utile : 850 m² Coût travaux HT : 2,4 M € Livraison : Octobre 2010 Maître d’ouvrage : Ville de Bordeaux Architecte mandataire : ADH, Doazan+Hirschberger & associés Bureaux d’études techniques : CETAB Ingénierie / Altia / Architecture & Technique / Pixelum

RDC


016

Arc-En-Bois Bordeaux

Construction d’une maison individuelle + agence d’architecture à Bordeaux (33) Cette parcelle du Nord des Chartrons était une dent creuse, le projet, un trait d’union. Il devait s’inscrire entre deux existants. La façade sur rue affiche un caractère très urbain au langage architectural contemporain, presque mutique. La façade sur jardin est son contraire. Un esprit atelier, très ouvert, beaucoup plus brut, typique des cœurs d’îlot. Le bois était une évidence, une condition. Il a démontré sur ce projet toutes ces qualités constructives. Malgré sa surface de 160 m², seuls 60 m² étaient constructibles au sol eu égard à la servitude de passage piétonne qui dessert le fond de la parcelle et aux règles du PLU. L’espace de travail a naturellement pris sa place au rdc bénéficiant ainsi d’un accès indépendant et d’une sortie directe dans le jardin. Les contraintes de hauteur applicables à la parcelle ont déterminé un gabarit maximal dans lequel s’inscrit le projet.

Le volume créé permet d’abriter un R+2 sur rue et un R+1 coté jardin. Ces niveaux vont regagner le territoire perdu du RDC. Ainsi le R+1 qui abrite l’espace de vie, très largement ouvert sur le jardin, va venir couvrir la servitude en porte à faux créant un passage couvert. Le dernier niveau, blotti sous le toit, va achever cette reconquête du territoire avec ce volume d’angle surplombant l’entrée et les piliers de pierre. La compacité du projet, son orientation et son isolation permettent de chauffer l’ensemble par un poêle à granulés situé au rdc qui utilise la cage d’escalier comme cheminée naturelle.


017

Arc-En-Bois

Surface utile : 108 m² Coût travaux HT : 0,19 M € Livraison : Mai 2011 784

Maître d’ouvrage : Armelle Canchon Architecte mandataire : atelier Arc en Bois Bureaux d’études techniques : B2S

335

866

+5.17

250

+2.78

0.00

coupe de servitude


018

Architecture Patrimoine Le Bouscat

Restauration de la synagogue d’Arcachon (33) L’Association Culturelle Israélite de la Gironde nous a missionné pour étudier la restauration de la synagogue d’Arcachon dessinée en 1870 par l’architecte Stanislas Ferrand. Avant de s’interroger sur la restauration, cette Synagogue voulue par I.Osiris, pour un usage privé, ne se distinguait pas des bâtiments cultuels habituels construits au XIXème. Aujourd’hui nous pensons qu’un tel bâtiment cultuel doit affirmer son identité dans le paysage urbain. La caractéristique des Synagogues, leur signe distinctif reconnu, ce sont les Tables de la Loi portées hautes sur le bâtiment. Absentes ici du haut des pignons où elles prennent place habituellement, elles étaient au-dessus de cette Synagogue, entourant une sphère au sommet d’un lanternon placé au faîtage, à l’aplomb de la Teba. Une photo ancienne de 1900 montre très bien le détail de cet édicule disparu en 1932.

La restitution de ce lanternon sur sa toiture d’origine en ardoise, était donc pour nous essentielle, afin de caractériser à nouveau cette architecture cultuelle. Le dôme est réalisé en matériau composite translucide, rapportant ainsi de la lumière, comme l’oculus retrouvé au-dessus de l’hechal. La restauration du bâtiment s’est par ailleurs attachée à restituer le décor d’origine : table de marbre, planche de rive découpée, et façade couleur brique, alliant ainsi la préciosité de l’architecture arcachonnaise à la spiritualité israélite.


019

Architecture Patrimoine

Surface utile : 87 m² Coût travaux HT : 0,26 M € Livraison : Avril 2011 Maître d’ouvrage : Association Culturelle et Cultuelle du Bassin d’Arcachon (ACCIBA) et Association Cultuelle Israélite de la Gironde (ACIG) Architecte mandataire : Denis Boullanger

coupe longitudinale


020

Art’ur Architectes Bordeaux

Construction de l’Hôtel des Services du Conseil général de la Gironde à Bordeaux (33) Au début des années 60, la municipalité de Bordeaux dirigée par Chaban-Delmas, construit un quartier : Mériadeck en lieu et place d’un quartier insalubre et ultra populaire. Sa conception fut dictée par les lois de la Charte d’Athènes de Le Corbusier et de ses disciples : rues en sillons, dalles hautes pour les piétons et immeubles commerciaux, administratifs et d’habitations au dessus… Ce quartier manifeste est reconnu zone classée au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2007. L’Hôtel des Services du Conseil général de Gironde se situe à la frange du quartier. Le Conseil général décide à la fin des années 90 de créer une importante extension sur la partie de la parcelle de l’Hôtel des Services existant laissée en friche afin de regrouper dans un même lieu différents services répartis jusque là dans plusieurs bâtiments. L’enjeu de ce projet était de résoudre les conflits de rupture entre Ville traditionnelle et urbanisme de la dalle de Mériadeck. Pour cela, Philippe Pascal et Alain Rodriguez ont imaginé un socle d’écaille de verre sablé, rampe reliant la ville traditionnelle (niveau bas) à la dalle Mériadeck (niveau haut) en passant par le hall, place publique à la convergence des parcours.

Dans le souci d’accroître l’inertie de masse à l’intérieur du bâtiment, de réduire le delta altimétrique de plancher à plancher et donc d’éviter l’IGH, de diminuer le développé de façade ; les architectes ont proposés de supprimer les plénums et faux plafonds. Ce procédé constructif laisse apparaitre les sous faces de pré-dalles : voutains de béton blanc. Cela implique la maîtrise des fluides (air, chauffage, électricité). Le soufflage se fait en façade, la reprise en cœur de bâtiment. Les câbles sont calés dans l’interstice entre voutains. Enfin, afin de connecter l’Immeuble Gironde à l’avenue Jean Jaurès, les architectes ont fait le pari de découper le bâtiment existant, de l’enjamber et de lui rapporter les brises soleils du projet neuf. Ainsi l’Immeuble Gironde présente vers la ville traditionnelle le totem, emblème du Conseil général de la Gironde.


021

Art’ur Architectes

Surface utile : 18 360 m² Coût travaux HT : 37,7 M € Livraison : Mai 2011 Maître d’ouvrage : Conseil général de la Gironde Architecte mandataire : Art’Ur architectes Architecte associé : Artotec Bureaux d’études techniques : Sophie Brindel Beth (HQE) / ATCE (Structures) / CETAB Ingénierie (Fluides) / CEROC (OPC)


022

Atelier Provisoire Bordeaux

Construction de 18 logements à Bordeaux (33) La commande consiste en la création d’une vingtaine de logements individuels groupés utilisant l’ossature bois comme système constructif et visant l’obtention du label BBC. Boulevard Jules Simon, en limite Ouest de la cité de la Benauge, on trouve un ensemble construit au début du XXème siècle. Il s’agit d’un alignement de maisons ouvrières. La particularité de cet ensemble vient de la régularité d’origine, à laquelle s’ajoute un élément de variation : une couleur différente pour chaque grille. Puis au fil du temps, la distinction et l’individualisation des habitations se sont faites par transformations successives : certaines marquises sont devenues auvents ou vérandas, des volets sont apparus, des plantations ont poussé. La richesse provient du simple fait que malgré la répétitivité, on peut désigner chaque maison individuellement, par un attribut qui lui est spécifique. Les maisons de la rue du Petit Cardinal s’inspirent de la simplicité de celles du Boulevard Jules Simon et cherchent à offrir une possibilité aussi riche.

Les maisons sont en majorité des types 4 : une pièce à vivre, une cuisine, trois chambres, une salle de bain et un sanitaire. Les principes retenus dans le travail sont les suivants : • Des maisons toutes traversantes, orientées Nord-Sud • Une pièce extérieure vitrée pour chaque maison • Une surface « en plus » en forme de mezzanine • Une double hauteur dans la pièce à vivre • Un jardin individuel de 40 m² environ Le projet ménage sur la parcelle une superficie de terrain à usage public. Le passage autour du grand platane ainsi que la contre-allée sont laissés libres. Ils deviennent des circulations douces à usage piéton pour les habitants des maisons mais aussi pour le voisinage. C’est un espace intermédiaire entre la rue et les maisons, entre le public et l’intime.


023

Atelier Provisoire

Surface utile : 1 965 m² Coût travaux HT : 2,43 M € Livraison : 2012 Maître d’ouvrage : Aquitanis Architecte mandataire : Atelier Provisoire Bureaux d’études techniques : CETAB Ingénierie

coupe transversale

R+1

RDC


024

b.i.p

[bureau d’intervention sur le paysage] Nontron

Construction de l’Office de Tourisme d’Arès (33) A mi-chemin entre le centre historique et les bords du bassin, la place du marché est un lieu de vie et d’activité de grande dimension. Entourée de voies de circulation sur trois côtés dont l’avenue de la plage, ses limites visuelles sont formées par l’alignement de villas et de petits collectifs. Bordée au sud par un parking ombragé par de vieux platanes, sa limite nord, façade principale depuis l’avenue est amorcée par un petit bâtiment associatif adossé à un long mur mitoyen. L’aménagement de l’office de tourisme est l’occasion de dessiner la façade nord de la place du marché dans la continuité de l’avenue de la plage. Le bâtiment est positionné en limite de terrain pour consommer le moins d’espace public possible et ne pas perturber la répartition des forains lors des marchés. Il se signale par une double hauteur de bois en partie peinte aux couleurs de la ville. La façade principale ouverte plein sud est protégée du soleil par une marquise et des petits volumes techniques, tandis que les bureaux

situés à l’arrière sont éclairés par deux patios qui permettent une communication visuelle dans la longueur du bâtiment. Le patio attenant à l’accueil est dessiné comme une extension possible de l’espace intérieur et peut servir d’espace d’exposition et d’activité. A l’ouest, une salle de réunion termine le bâtiment. Elle est isolée partiellement des activités de la place par un filtre végétal. Côté rue, des bancs sous la marquise et un parking à vélos aménagent le coin de la place et structurent les abords du bâtiment. Ce projet répond aux normes de Qualité Environnementale : charpente, ossature et bardage bois de pays ; isolation en fibre de bois ; chauffage par aérothermie adapté à une utilisation discontinue ; gestion adaptée de l’ensoleillement et de l’éclairage naturel.


025

b.i.p [bureau d’intervention sur le paysage]

Surface utile : 136 m² Coût travaux HT : 0,33 M € Livraison : Février 2011 Maître d’ouvrage : Ville d’Arès Architecte mandataire : b.i.p [bureau d’intervention sur le paysage]

OFFICE DE TOURISME


026

Scénographie Idune à La Teste de Buch (33) La Dune du Pilat est le site naturel le plus fréquenté d’Aquitaine, avec plus d’un million de visiteurs par an. Le Syndicat Mixte de la Grande Dune du Pilat, l’Office de Tourisme de La Teste de Buch et le Syndicat Intercommunal du Bassin d’Arcachon (SIBA) assurent ensemble la gestion de l’espace d’accueil et informations touristiques. Véritable carrefour, lieu de rencontres et d’échanges sur le Grand Site, cet espace réaménagé invite les visiteurs à découvrir les richesses des sites naturels emblématiques du territoire Bassin d’Arcachon – Val de L’Eyre. Née de l’érosion de la côte et de la fermeture de l’embouchure de la Leyre, la Dune du Pilat s’est constituée par strates de sable successives apportées par le courant et le vent. Cette accumulation en pile lui donne son nom de Pilat. Le mobilier créé exprime cette stratification qui forme la nature géologique du bassin.

L’agencement des horizontales par courbes de bois de pin forme tables et consoles. Il est souligné par un panorama dessiné du bassin présentant les points de « découvertes nature » mis en avant par les partenaires du projet. Mobilier et visuel réaménagent l’espace en tirant parti de son dessin octogonal d’origine et couvrent successivement murs et fenêtres. Les forêts de pins qui fixent la dune et composent le paysage sont évoquées par des mâts verticaux qui acheminent les réseaux jusqu’aux bureaux. Le faux-plafond, percé de formes lumineuses inspirées des sous bois, assure l’éclairage de la pièce. Ce dispositif intérieur est complété à l’extérieur par une rose des vents qui signale le lieu et indique l’entrée du bassin au nord.


027

B.ip [Bureau d’intervention sur le paysage]

Surface utile : 26,3 m² Coût travaux HT : 18 000 € Livraison : Juillet 2012 Maître d’ouvrage : Syndicat Mixte de la Grande Dune du Pilat Architecte mandataire : b.i.p [bureau d’intervention sur le paysage] Intervenant : Patrice Cibert, menuisier


028


029

Baudin & Limouzin Bordeaux


030

Reconstruction du collège Alienor d’Aquitaine à Bordeaux (33) L’opération repose sur un programme type de collège, à imaginer dans un contexte social et urbain sensible, et à concevoir dans une optique d’économie d’énergie particulièrement performante. En tant qu’architectes, notre devoir vis-à-vis des générations futures a consisté à produire une forme résolument contemporaine et rassurante, représentative d’un rapport de confiance en l’avenir, à créer une forme globale, un élément urbain liant la place A. Meunier à la rue de Tauzia, afin de rétablir le dialogue entre les volumes bâtis et l’espace public. Une forme unique, une enveloppe cohérente et limpide, dont le rôle est de synthétiser toutes les contraintes de la commande en une seule volumétrie signifiante ayant pour mission de « contenir » l’univers intérieur du collège, de constituer un morceau de territoire abritant les échanges entre élèves et adultes, un rapport apaisé à la transmission. La proportion entre la surface du terrain et le nombre d’élèves (800), nous paraissant comme pouvant être perçue de façon traumatisante, nous

a incité à apporter une valeur ajoutée au projet en repoussant les limites de l’espace de la cour de récréation - dépliée sur deux niveaux. À l’intérieur de ce réceptacle, la scénographie proposée tente de constituer un univers convivial et vivant, qui vise à ne sombrer ni dans la puérilité, ni dans l’esthétisation gratuite. Afin de répondre aux attentes d’usage, d’isolement, de regroupement, cette cour est ponctuée de repères ludiques et/ou fonctionnels. Le projet de reconstruction du collège Aliénor d’Aquitaine s’inscrit dans la démarche de développement durable du Conseil général de la Gironde à travers le respect de son Agenda 21.


031

Baudin & Limouzin

R+3

R+2

Surface utile : 7 184 m² Coût travaux HT : 9,53 M €

R+1

Livraison : Juin 2011 Maître d’ouvrage : Conseil général de la Gironde Architecte mandataire : SARL d’architecture Philippe BAUDIN Éric LIMOUZIN Collaborateurs : Régis Lenormand, architecte / Renaud Loisel, architecte / Bruno Lahontaa, artiste Bureaux d’études techniques : CETAB Ingéniérie / TCE (économiste) / ADDENDA (HQE) / Cuisinorme (Cuisiniste) Intervenant : Chantal Raguet, artiste (1% artistique) RDC


032

Bérangère Signac Villenave D’ornon

Construction d’une maison individuelle à La Teste de Buch (33) Sur un site encore sauvage des prés salés du bassin d’Arcachon. Après démolition, construction neuve d’une habitation secondaire fonctionnelle pour les vacances en famille et entre amis. Espaces, vues, volumes, simplicité, pour se détendre en profitant du cadre exceptionnel. Une parcelle d’angle de 25 m par 26 m, dans un environnement bâti hétéroclite, face au port de La Teste, juste derrière de petites cabanes de pêcheur… Une maison secondaire pour un couple, avec de grands enfants, et pleins d’amis… une maison ouverte été comme hiver. Un parallélépipède rectangle fait la largeur de la parcelle décollé du sol permettant à la fois de dégager une terrasse couverte prolongeant l’espace de piscine et d’offrir une vue, des vues, panoramiques sur le port de La Teste. Il contient un espace de vie commune, la cuisine, un patio, ainsi que la suite parentale. Espace long et pincé 3 m de haut 25 m de long 8.25 m de large, l’absence de retombée de poutres permet une

continuité visuelle, d’espace à espace, de dedans à dehors. Posé sur lui, un solarium en bois encastré dans la couverture végétale, accessible par l’un des 3 opercules du patio. Sous une partie de ce volume de béton posé sur des piliers, se développe un volume recouvert de bois clin d’œil aux cabanes de pêcheurs toutes proches ; ce rez-de-jardin, regroupe le hall et l’espace des enfants, amis, chambres, salles d’eau, salle de jeu. La nuit tombe, le port de La Teste se vide de son eau, comme flottant au dessus des cabanes de pêcheurs, une barrette lumineuse, la silhouette d’un couple, le son d’un piano ; tout cela nous faisant oublier les 30 micropieux, 9 + 6 poteaux, et plus de 400 tonnes de béton. Voir les marées dans le port de La Teste, entre ciel et terre…


033

Bérangère Signac

photos © Sylvie Curty

BALCON BALCON

CUISINE CUISINE

SUITE PARENTALE SUITE PARENTALE

PATIO PATIO

Vers Vers R+2 R+2

SEJOUR / SALON / VIE SEJOUR / SALON / VIE

1 1

Circulation ensemble RDC R+1 en béton ciré Circulation R+1 entechnique béton ciré sur plancherensemble chauffantRDC + plénum sur plancher chauffant + plénum technique

2 2

Mobilier menuisé suspendu Mobilier menuisé suspendu

3 3

Ensemble structure murs et dalles Ensemble structure dalles en béton banché et murs bétonetpréfa en béton banché et béton préfa

4 4

Ensemble mur rideau + vitrage bombé Ensemble mur rideau + vitrage bombé

5 5

Balcon + garde-corps inox Balcon + garde-corps inox

6 6

Patio terrasse bois Patio terrasse bois

7 7

Trémie + accès au solarium / toiture végétalisée Trémie + accès au solarium / toiture végétalisée

R+1

CHAMBRE CHAMBRE

CHAMBRE CHAMBRE

CHAMBRE CHAMBRE

CHAMBRE CHAMBRE SALLE DE JEUX SALLE DE JEUX

Surface utile : 300 m² HALL HALL

Coût travaux HT : 0,63 M € Livraison : Juillet 2010 Maître d’ouvrage : Privé Architecte mandataire : Bérangère Signac Bureaux d’études techniques : Fournier Ingénierie

RDC

TERRASSE TERRASSE

1 1

Porche béton Porche béton

2 2

Hall d'entrée vitrage bombé Hall d'entrée vitrage bombé

3 3

Escalier suspendu en acier corten Escalier suspendu en acier corten

4 4

Salles de bains Revêtements et mobiliers Salles deDuctal bains Revêtements et mobiliers en béton en béton Ductal

5 5

Ossature béton banché + bardage bois Ossature béton banché + bardage bois

6 6

Béton désactivé Béton désactivé

7 7

Piscine eau salée Piscine eau salée


034

Bernard Bourgeois Bordeaux

Construction de 64 logements collectifs à Lormont (33) Commande privée du promoteur Gotham, et faisant suite à un partenariat de travail, intéressé par le positionnement géographique, l’image sur l’entrée de la rive droite et sur le challenge éco-quartier/BBC. 64 logements en 2 volumes différents créant une porte sur l’axe vert Nord/Sud de l’éco-quartier « Les Akènes ». Dissymétrie, volumes biais et à redans, positionnés sur un socle enterré de parkings, ponctuent l’espace : milieu du quartier. Le projet répond au thème du lieu : « habiter dans les arbres ». Les façades, conçues comme des surfaces pixélisées aléatoirement, créent un fond coloré accompagnant les structures arborées avec leurs balcons cabanes et le tectum ondulant.


035

Bernard Bourgeois

Surface utile : 3 150 m² / 6 577 m² SHOB Coût travaux HT : 3,79 M € (hors VRD) / 4,12 M € (compris VRD) Livraison : 3ème trimestre 2013 Maître d’ouvrage : Gotham Architecte mandataire : SARL Bernard Bourgeois Bureaux d’études techniques : Ginger BEFS / VRD Concept / D.N.H (Thermique)


036

Bertrand Digneaux Bordeaux

Construction d’une maison individuelle à La-Teste-de-Buch (33) Une adresse improbable : entre le 46 et le 46 bis sur la digue des ostréiculteurs. Un terrain en bord d’eau, en contrebas d’une digue de protection, sans aucun risque d’inondation… en tout cas selon le PPR. Le dénivelé y est de 2 m par rapport à la digue.

par-dessus. Un bel alignement de velux digne d’une pub et un vide sur toute la hauteur de la maison permet de recevoir les rayons solaires partout. Lorsque les rayons rencontrent une paroi, celle-ci est mur de masse pour en stocker l’énergie.

Un terrain étroit de 10 m et long de 30, orienté ouest/est. Un voisin qui a construit sa maison en limite, soit un mur de 8 m de haut sur 16, en plein sud, plongeant la parcelle dans l’ombre. Pas d’orientation sud possible pour la maison souhaitée… solaire.

Les hauteurs sous plafond sont faibles, le vide toute hauteur qui donne des respirations le permet. Les rampants sous toiture sont très bas, mais ils accueilleront bien du couchage supplémentaire l’été, pour les enfants, les petits enfants à venir, les amis de passage…

Pour prévenir l’absence de risque d’inondation : la maison sera quand même sur pilotis (on est prudent). Ils règlent le dénivelé de 2 m. Ils créent une pièce fraîche d’été, stockent le bois de chauffage, les stationnements…

Pour préserver un côté cabane (on dit « esprit cabane », je sais) la maison est très étroite, elle est en « pinh » (pinus pinaster, c’est plus savant).

Les pilotis permettent de réaliser des terrasses Ouest et Est surélevées pour goûter au soleil, ou s’en protéger, c’est selon. Pour chercher le soleil de la maison « solaire » inutile de tenter de se dégager du mur du voisin, la parcelle est bien trop étroite. Alors on va construire contre et on va chercher le soleil


037

Surface utile : 109 m² Coût travaux HT : 0,26 M € Livraison : 2012 Maître d’ouvrage : Privé Architecte mandataire : Bertrand Digneaux Architecte

Bertrand Digneaux


038

BLP

[Brochet Lajus Pueyo] Bordeaux

Construction d’une Médiathèque à Tarnos (40) Le projet propose d’étendre le jardin public en partie haute du site face à la mairie pour former une toiture à la médiathèque. L’ensemble du programme est installé sur un seul niveau en rez de chaussée le long de la rue du Fils face aux constructions nouvelles de Tarnos. Une traversée publique est créée depuis le jardin et le centre-ville par un large escalier vers le parvis et l’entrée de la médiathèque. Le jardin est planté, tracé de cheminements piétons, ponctué d’éléments de grande échelle : marquise de l’escalier de liaison, corbeilles des patios. Les puits de jour et les larges patios creusés dans le jardin apportent de la lumière naturelle à l’intérieur de la médiathèque. Ces éléments sont aussi source de l’éclairage nocturne du site. La volonté de traiter clairement les lieux spécifiques de la médiathèque, de leur donner une identité forte et visible, a guidé la conception des espaces intérieurs. Certains éléments majeurs comme l’heure du conte, la salle d’expositions et de

conférences, forment des ponctuations à la façade vitrée développée sous le toit jardin. L’heure du conte forme l’angle Sud de la façade Est, dans une courbe de la paroi vitrée. Un rideau blanc intérieur qui tamise la lumière permet de clore cet espace ou de l’ouvrir selon les souhaits d’utilisation. L’émergence d’un volume dans le jardin en toiture permet de créer une voute intérieure, éclairée par un lustre central. La salle d’expositions conférences constitue un deuxième volume en saillie de la façade. Le traitement des parois permet l’occultation ou une ouverture régulée, en fonction des activités qui s’y déroulent. Un jeu de cimaises déplaçables habille la face intérieure de ce volume. La médiathèque s’insère en douceur dans le site, sans entrer en concurrence avec l’édifice voisin de la mairie. Dans le jardin public agrandi et modelé, patios et verrières apportent la lumière naturelle au cœur de la médiathèque.


039

BLP [Brochet Lajus Pueyo]

Surface utile : médiathèque 1 700 m² + parking public 2 500 m² Coût travaux HT : 4,93 M € Livraison : Juin 2010 Maître d’ouvrage : Ville de Tarnos Architecte mandataire : Brochet Lajus Pueyo Chef de projet : Dominique Enilorac Paysagiste : Sabine Haristoy Bureaux d’études techniques : BETEC (structure) / AMT (fluides) / Bureau Véritas (contrôle)

coupe bb’


040

BPM

[Boulain Pirrovani Mazières] Bordeaux

Construction d’un centre de loisir à Villenave d’Ornon (33) Création d’un centre de loisir composé d’un accueil pouvant servir de salle de jeux, de deux salles d’activités et d’une salle polyvalente (ouverture aux associations le soir et le week-end). Démarche HQE, toiture végétalisée, avancée de toiture, isolation renforcée.


041

Surface utile : 504 m² Coût travaux HT : 1,135 M € Livraison : Septembre 2011 Maître d’ouvrage : Mairie de Villenave d’Ornon Architecte mandataire : atelier BPM Bureaux d’études techniques : ID Bâtiment / Enegy Concept / Viam acoustique / Nabatek

BPM


042

Brachard De Tourdonnet Floirac

Photographies : Jean Christophe Garcia©

Construction d’une crèche d’entreprises « la Crèche du port » à Bègles (33) Située en bord de Garonne, entre une zone d’entrepôts et un centre commercial, la crèche se tourne toute entière vers un mail remarquable de platanes existants qui se prolonge dans le jardin intérieur et permet d’offrir une belle ombre les jours d’été. Un mur périphérique s’enroule autour de la crèche, du plus opaque au plus ouvert,

à mesure que l’on quitte l’espace public pour pénétrer dans l’enceinte protégée de la crèche. Le long atrium aux façades mobiles met en relation les salles d’éveil et le jardin intérieur, permettant une grande flexibilité d’usage des espaces dédiés aux enfants.


043

Surface utile : 520 m² Coût travaux HT : 0,8 M € / Livraison : Septembre 2011 Maître d’ouvrage : People & Baby - Paris Architecte mandataire : Brachard de Tourdonnet Bureaux d’études techniques : ACTIBAT / ENERCO Conseils (consultant énergétique) Paysagiste : Agnès Brugeron

Brachard De Tourdonnet


044

Bruno Phiquepal d’Arusmont Bordeaux

Siège de la Communauté de Communes Côte Landes Nature à Castets (40) La demande

La proposition

Restructurer le bâtiment pour l’adapter à ses nouvelles fonctions, tout en « respectant ses spécificités » pour en « faire un exemple de rénovation, dans la tradition landaise ».

Rassembler sur un même bâtiment 2 types d’intervention : • Restructuration lourde d’un bâtiment ancien à ossature bois, alliant mise en valeur de l’existant avec une esthétique et des techniques contemporaines : conservation des structures bois verticales, création d’une ossature métallique recevant des planchers mixtes bois/béton, l’ensemble étant contreventé par 4 massifs maçonnés, servant de gaines techniques. • Création d’un bâtiment neuf à ossature mixte, bois et maçonnerie.

Cette restructuration/restauration devra pouvoir donner une image au canton de Castets, respectueux du passé et tourné vers l’avenir. Elle devra se faire avec une préoccupation marquée envers les critères environnementaux.


045

93 2,07

93 2,07

Bruno Phiquepal d’Arusmont

93 2,07

93 2,07

93 2,07

1,10 2,10

93 2,07

1,30 2,10

1,20 2,10

74 2,07

84 2,07

93 2,07

93 2,07

1,63 2,10

140

93 2,07

FP CF 1/2h 93 2,07

ML

Surface utile : 451 m² Coût travaux HT : 0,95 M € Livraison : Septembre 2011 Maître d’ouvrage : Communauté de Communes Côte Landes Nature Architecte mandataire : Bruno Phiquepal d’Arusmont Bureaux d’études techniques : CESMA / DUPLAN / VIVIEN / EUGÉE


046

Carole Massé Bordeaux

Construction d’un local artisanal et d’une maison à Ambarès et Lagrave (33) Construction d’un atelier et d’un bureau de 50 m² environ + une maison de 160 m² avec quatre chambres et une pièce à vivre ouverte sur le jardin.


047

Carole massé

Surface utile : 214 m² Coût travaux HT : 0,19 M € (hors peinture, carrelage, sanitaire, agencement) Livraison : Septembre 2011 Maître d’ouvrage : SCI CCSP Architecte mandataire : Carole Massé Bureaux d’études techniques : Jean Penaud (structure)

coupe longitudinale

coupe sur l’entrée


048

Cécile Moga Bordeaux

Construction de 100 logements collectifs étudiants BBC à Mérignac (33) Le projet dans son ensemble met en évidence une manière d’habiter autrement, pour offrir aux étudiants une résidence à l’image dynamique et pour radicalement rompre avec l’image stigmatisée du logement social collectif associée à des formes urbaines plus classiques comme la « barre ».

Un traitement particulier a été apporté au socle, habillé d’un claustra métallique ajouré. Chacun des deux bâtiments génère une cour privative, espace de transition entre effervescence de la ville et espaces privés. Ces patios accueillent les fonctions communes de la résidence.

Une servitude de passage sur laquelle est implantée une canalisation induit la création de deux bâtiments distincts. Notre volonté de concevoir des logements s’inscrivant dans une démarche responsable (et BBC) nous amène à privilégier une implantation de bâti favorisant les apports solaires passifs.

L’enveloppe de bois protège un cœur d’îlot dynamique, aux couleurs acidulées.

La résidence étudiante se compose ainsi de deux bâtiments se développant comme des lanières dépliées sur le site ; elle s’ouvre comme des bras ouverts sur la ville.

Les studios accueillent l’ensemble des usages quotidiens. De nombreuses niches de rangement optimisent l’espace, afin de dégager un espace libre entre lit et bureau. De grandes failles éclairent ces unités de vie et crée un lien vers le paysage urbain.


049

Cécile Moga

Surface utile : 1 765 m² Coût travaux HT : 3,4 M € Livraison : Juillet 2013 Maître d’ouvrage : Gironde Habitat Architecte mandataire : Agence d’architecture Cécile Moga Architecte associé : Whyarchitecture Paysagiste : Freddy Charrier Bureaux d’études techniques : Terrell (structure) / OTCE (fluides) / Eugée (environnement)


050

Cécile & Michel Moga + Françoise-Hélène Jourda Bordeaux

Construction de la résidence Poujeau à Bordeaux (33) Situé à l’angle des rues Delmestre et Poujeau, à Bordeaux, le site (7 294 m2) est constitué d’une parcelle unique bordant à l’Ouest la voie ferrée. Au centre du site, se trouvait un bâtiment désaffecté ancien. Le plan masse propose la création d’un micro-climat protégé au centre du terrain, grâce à la construction en périphérie des habitations sous forme d’un bâtiment en « fer à cheval » ouvert au Sud. Il délimite ainsi une zone protégée des vents dominants et totalement ensoleillée sur laquelle s‘ouvrent les logements et qui constitue un espace collectif de qualité. La cour est refermée au Sud par quatre logements individuels. Les logements (29 T2, 29 T3 et 15 T4) sont distribués grâce à 6 blocs de circulations verticales. Ils sont tous à double orientation, à l’exception des T2. Ainsi, ils peuvent bénéficier

d’un très bon ensoleillement permettant de profiter des apports solaires gratuits en thermique d’hiver et d’un confort important en thermique d’été grâce à une ventilation transversale efficace. Il est proposé de réaliser un squelette poteaux/dalles béton et des façades non porteuses en bois ainsi que les séparatifs non porteurs. Seules les cages d’escalier et les gaines d’ascenseurs assurent le contreventement de la structure. Ce dispositif permet à terme une déconstruction facilitée du bâtiment, une modification des usages et des logements à l’intérieur de l’enveloppe à peu de frais énergétiques et en ressources, et une modification aisée des façades.


051

Cécile Moga

photos © Arthur Péquin

Surface utile : 4 976 m² (SHAB) Coût travaux HT : 7,696 M € Livraison : Mars 2012 Maître d’ouvrage : Domofrance Architecte mandataire : Michel Moga Architecte associé : Cécile Moga / Françoise-Hélène Jourda Bureaux d’études techniques : CETAB Autre intervenant : Eo-cité, conseil environnemental


052


053

CoCo Architecture CĂŠnac-et-Saint-Julien


054

 estructuration et extension du lycée R Albert Claveille à Périgueux (24) Cette restructuration/surélévation est l’opportunité évidente d’une nouvelle donne, l’occasion d’offrir à tous les utilisateurs un nouveau cadre de travail et de vie. L’enjeu architectural est de réaliser un véritable cœur, de réorienter les polarités, d’harmoniser un lycée constitué de bâtiments hétérogènes. Ainsi, la restructuration totale du bâtiment d’enseignement (externat) et l’adjonction du CDI sur le toit terrasse du restaurant permettent au lycée de retrouver une cohérence dans son fonctionnement. La cohérence de l’écriture architecturale résulte de l’utilisation de panneaux Trespa Blancs déclinés en bardage, brises soleil horizontaux et verticaux etc. Le parement blanc du bâtiment d’enseignement devient le fond de scène du bloc homogène strié de blanc à la volumétrie pure qui accueille le CDI et la restauration en rez de cour. Le projet consiste en la restructuration partielle et totale de trois bâtiments (bâtiments A, E et L) ; en la surélévation des ateliers du bâtiment A et en la surélévation du CDI au dessus de la restauration. Le Centre de Documentation et d’Information règne sur un piédestal au milieu de la cour. Construite en filière sèche avec une structure en acier galvanisé, une seconde peau en panneaux verticaux en TRESPA blanc perforé rassemble les deux éléments (CDI / Restaurant). Les façades

Est et Ouest sont protégées des rayonnements rasants par la mise en place de ces panneaux verticaux, posés sur pivot transversalement à la face vitrée et reliés conjointement par un système automatisé. Ce système permet de maitriser par face la perméabilité du bâtiment au soleil, jusqu’à obturation totale. La couverture repose sur une ligne périphérique de poteaux en acier galvanisé très fins qui vient contenir le volume central. Pour se protéger des rayons du soleil au sud, la toiture s’affine et se termine par un porte-à-faux conséquent, en casquette. La toiture est comme la cinquième façade: six sheds orientés au nord permettent par ailleurs un apport de lumière naturelle au centre du CDI. Enfin, la requalification du sol, par la création d’un socle en béton, intègre accès souples et emmarchements, assoie l’ensemble de la composition, hiérarchise les parcours, invite aux portes des différents bâtiments.


055

Surface utile : 6 771 m² Coût travaux HT : 6,6 M € Livraison : Septembre 2010 Maître d’ouvrage : Conseil régional d’Aquitaine Architecte mandataire : Art’ur Architecte associé : CoCo architecture Autre intervenant : Sophie Brindel Betu, architecte HQE Bureaux d’études techniques : ATCE

CoCo Architecture


056

Construction de 60 logements sociaux (BBC) à Bordeaux (33) La construction des 60 logements et d’un local commercial par Gironde Habitat s’inscrit dans le processus de renouvèlement urbain du secteur de la gare Saint Jean à Bordeaux, voué à devenir un quartier d’affaires très bien desservi par les réseaux nationaux et métropolitains. L’aménagement de l’îlot d’Armagnac sur lequel se situe notre parcelle, amorce une dynamique de projet aux programmes mixtes, vers une urbanité ‘verte’. Notre projet propose de ne pas utiliser la totalité du polygone constructible de façon à créer un jardin traversant ouvrant l’îlot, contre le rideau végétal voisin. Le bâti est implanté côté Ouest de la parcelle concernée. Le programme est réparti en strates de bas en haut, rendues lisibles par une expression de façade différenciée : parking en souterrain, commerces en rez-de-chaussée formant un socle, et logements dans les étages, assemblés dans un volume parallélépipédique simple. Le jardin ainsi que les circulations verticales font le lien entre ces différentes strates et dialoguent côté Est avec le jardin vertical proposé par Jean Nouvel. Tous les espaces communs et de circulations sont

décollés du volume des logements. Ce dispositif nous permet de soulager les plateaux habités des contraintes de circulations et ainsi d’obtenir que l’ensemble des logements soient traversant, tout comme la possibilité d’organiser librement des séquences mixtes de typologies de logements. Chaque typologie possède une combinaison de percements en façade et un traitement différent de bardage bois. Ainsi la composition esthétique des façades permet une lecture simple de chaque typologie et donne une image franche de la mixité qu’il est possible d’organiser sur les plateaux. En complément du label Qualitel THPE 2005, une attention particulière a été portée à la conception thermique du bâtiment afin d’atteindre la performance Cref -40% par rapport à la RT2005 : un bâti compact, une isolation renforcée par l’extérieur, un squelette béton et une toiture végétalisée pour favoriser l’inertie.


057

CoCo Architecture

bardage bois volets brise soleil

isolation extérieure ossature bois

squelette béton

circulations socle : jardin de whoops commerce

Surface utile : 5 957 m² Coût travaux HT : 7 M € Livraison : 2013

parking souterrain 66 places

Maître d’ouvrage : Gironde Habitat Architecte associé : CoCo architecture / Jean de Giacinto architecte / INTECH / Beige et Puychaffray

composition du bâti


058

Daniel De Marco Mérignac

Construction de l’Institut de Journalisme Bordeaux Aquitaine + IUT à Bordeaux (33) Opération débutée en 1998 et réalisée en trois étapes par le Conseil régional d’Aquitaine. L’opération a fait l’objet d’une étude urbaine qui a conduit à la création d’une voie appelée rue Jacques Ellul qui contourne le projet et à la suppression de la rue des Abattoirs, afin de réaliser l’extension ouverte en septembre 2011 côté square André Meunier. Pour l’IJBA : Le nouvel Institut de Journalisme de Bordeaux Aquitaine a fait l’objet d’une création neuve dans un ensemble plus important comprenant 4 filières de l’IUT Michel de Montaigne à Bordeaux : Métiers du livre, Services et réseaux de communication, Publicité, Gestion de l’action culturelle. L’opération IJBA a consisté à réaliser outre les salles d’enseignement général, des studios d’enregistrement, des salles de montage et deux plateaux multimédias, l’un professionnel ouvert au public (cours, conférence, débat) l’autre, pour l’enseignement et les répétitions. Ce bâtiment a été créé au cœur du vieux Bordeaux et a reçu l’aval du SDAP de Bordeaux et de la commission des sites.

Pour l’IUT Michel de Montaigne : 4 filières sont situées dans le 1er bâtiment qui donne place Renaudel, un dernier bâtiment a été ajouté pour recevoir la filière Carrières Sociales. Situé en mitoyenneté de l’IJBA, ce bâtiment d’enseignement comporte une filière théâtre pour laquelle nous avons réalisé deux salles gradinées, l’une de petite taille pour une centaine d’élèves, l’autre d’une jauge de 200 places pouvant servir également d’amphithéâtre pour les cours. Outre ces salles spécifiques, ont également été réalisés un foyer/ accueil et une médiathèque. Le projet architectural, comme pour l’IJBA, a consisté à s’intégrer dans un tissu urbain complexe face à l’église Sainte-Croix d’un côté et face au square André meunier de l’autre.


059

Daniel De Marco

7

1 - S alle technique et rés eaux 2 - S alle T P plateau télé 3 - Loge 4 - P lateau T V 5 - Hall - ves tiaires 6 - T rans formateur 7 - Onduleur 8 - G roupe électrogène 9 - Infirmerie 10 - Local poubelles 11 - Logement gardien 12 - P arkings de 54 places 13 - G arage / maintenance 14 - Amphithéâtres 15 - P as s age couvert 16 - J ardin / patio 17 - Hall 18 - C afétéria

54

1

2

40

53

24

37

41

52

25

36

42

51

3 23 26

4

22

27

21

17

16

19

18

28

31

30

29

20

35

43

50

34

44

49

33

45

48

32

5

46

47

12 6 7

2

1

3

8

4

5

9

6

8

7

9

10

12

11

10

13

14

15

11

13

16

14

1 3

2

5

1

1 - P atio 2 - S alles de cours 3 - Direction coordination 4 - V ide s ur plateau T V 5 - Laboratoire électronique 6 - Agence production 7 - S alle informatique 8 - T erras s e 9 - S alle d'arts plas tique 10 - B ureaux 11 - P as s erelle 12 - J ardin / patio 13 - S alle de clas s e commune

2 6 3 1 5

2 4

2

5

2

4

2 1 3

2

EP

13

6

17 18

11

2

7

11

10 9

6

8

14

1 - P lateau T V 2 - R égis T V 3 - P atio 4 - B ureau des ens eignants journalis mes 5 - C entre de res s ources 6 - S alles de cours 7 - E ntrée principale 8 - S alle de clas s e commune 9 - T oit terras s e 10 - P as s erelle 11 - B ureaux 12 - S alle de réunion 13 - J ardin / patio

6

4

11

2

2

9

6

11

11

12

11

11

11

2

11

9 9

2 8

9

6

15

niveau 0

2

2

6

8

10 2

2

7 54

40

53

24

37

41

52

25

36

42

51

26

27

28

30

31

35

43

50

34

44

49

33

45

48

32

46

47

12

8

9

12

11

10

13

11

16

14

15

1 - S alle technique et rés eaux 2 - S alle T P plateau télé 3 - Loge 4 - P lateau T V 5 - Hall - ves tiaires 6 - T rans formateur 7 - Onduleur 8 - G roupe électrogène 9 - Infirmerie 10 - Local poubelles 11 - Logement gardien 12 - P arkings de 54 places 13 - G arage / maintenance 14 - Amphithéâtres 15 - P as s age couvert 16 - J ardin / patio 17 - Hall 18 - C afétéria

1 - P lateau T V 2 - R égis T V 3 - P atio 4 - B ureau des ens eignants journalis mes 5 - C entre de res s ources 6 - S alles de cours 7 - E ntrée principale 8 - S alle de clas s e commune 9 - T oit terras s e 10 - P as s erelle 11 - B ureaux 12 - S alle de réunion 13 - J ardin / patio

6

4

1 3

2

5

1

1 - P atio 2 - S alles de cours 3 - Direction coordination 4 - V ide s ur plateau T V 5 - Laboratoire électronique 6 - Agence production 7 - S alle informatique 8 - T erras s e 9 - S alle d'arts plas tique 10 - B ureaux 11 - P as s erelle 12 - J ardin / patio 13 - S alle de clas s e commune

2 6 3 1 5

2 4

2

5

2

4

2 1 3

2

EP

13

6

17 18

2

7

11

10 9

6

8

11

2

2

11

9

6

11

12

11

11

11

2

11

6

9 9

2

2 6

8 9

6

niveau 1

6

8

2

2

10

7

2 2

7

1 - P lateau T V 2 - R égis T V 3 - P atio 4 - B ureau des ens eignants journalis mes 5 - C entre de res s ources 6 - S alles de cours 7 - E ntrée principale 8 - S alle de clas s e commune 9 - T oit terras s e 10 - P as s erelle 11 - B ureaux 12 - S alle de réunion 13 - J ardin / patio

6

5

1 - P atio 2 - S alles de cours 3 - Direction coordination 4 - V ide s ur plateau T V 5 - Laboratoire électronique 6 - Agence production 7 - S alle informatique 8 - T erras s e 9 - S alle d'arts plas tique 10 - B ureaux 11 - P as s erelle 12 - J ardin / patio 13 - S alle de clas s e commune

2 6 3 1 5

2 4

2

5

2

4

2 1 3

1 - P atio 2 - S alles de cours 3 - B ibliothèque - médiathèque 4 - Direction coordination 5 - S alle de bas e de données 6 - S alle informatique 7 - S alle d'arts plas tique 8 - S alle de mus ique 9 - B ureaux 10 - J ardin / patio 11 - P as s erelle 12 - S alle de clas s e commune

2

EP

7

11

0

2

7

11

11

2

2

11

2

11

12

2

11 6

2

2

2

2

12 12

10

14

13

9 9

2

2 6

9

2

8 9

Surface utile : 10 100 m² 2

2

10

niveau 2

7

Coût travaux HT : 15 M € 2

2

Livraison : Juillet 2011 Maître d’ouvrage : Conseil régional d’Aquitaine 1 - P atio 2 - S alles de cours 3 - Direction coordination 4 - V ide s ur plateau T V 5 - Laboratoire électronique 6 - Agence production 7 - S alle informatique 8 - T erras s e 9 - S alle d'arts plas tique 10 - B ureaux 11 - P as s erelle 12 - J ardin / patio 13 - S alle de clas s e commune

2 6

5

2

5

2

4

2 1 3

2

2

10

12

14

2

2

2

2

11 2 2

6

9 9

2

2 6

9

2

8

2

2

7

niveau 3

1 - P atio 2 - S alles de cours 3 - B ibliothèque - médiathèque 4 - Direction coordination 5 - S alle de bas e de données 6 - S alle informatique 7 - S alle d'arts plas tique 8 - S alle de mus ique 9 - B ureaux 10 - J ardin / patio 11 - P as s erelle 12 - S alle de clas s e commune

12

2

11 2

2

2

2

12

10 6

10

14

13

7

11

12

2

11 6

2

2

2

2

12

10 6

10

14

13

7

Architecte mandataire : Atelier des Architectes Mazières Architecte associé : Daniel de Marco Bureaux d’études techniques : ATCE / VIAM (acoustique)

9

2

1 - P atio 2 - S alles de cours 3 - B ibliothèque - médiathèque 4 - Direction coordination 5 - S alle de bas e de données 6 - S alle informatique 7 - S alle d'arts plas tique 8 - S alle de mus ique 9 - B ureaux 10 - J ardin / patio 11 - P as s erelle 12 - S alle de clas s e commune

7

2 6

9

2

1 - P atio 2 - S alles de cours 3 - B ibliothèque - médiathèque 4 - Direction coordination 5 - S alle de bas e de données 6 - S alle informatique 7 - S alle d'arts plas tique 8 - S alle de mus ique 9 - B ureaux 10 - J ardin / patio 11 - P as s erelle 12 - S alle de clas s e commune


060

Dauphins Architecture Bordeaux

Réhabilitation de la bibliothèque « un jour sur des livres » à Cadaujac (33) Comme l’illustre le titre « un jour sur des livres », le projet s’est concentré sur la création d’une lumière et d’un cadre nouveau sur le bourg, à l’échelle d’un équipement culturel municipal, pour révéler le cœur précieux d’un usage aspirant à la sérénité et à la rencontre. Le grand vitrage sur la place au Nord apporte une lumière calme et régulière sur la salle de lecture, et instaure un dialogue entre l’espace public et l’espace « cocon » consacré à l’heure du conte. La dualité patrimoniale est symbolisée par l’interprétation d’un motif existant dans la ferronnerie, traduit en module pour l’ornementation de la bibliothèque.

L’espace intérieur a été envisagé comme une seule pièce dont toutes les épaisses parois accueilleraient les livres, de sorte que le volume soit consacré à des ambiances de consultation. Ces ambiances sont marquées par le jeu entre le cocon et le grand percement, générant dans le même volume une sensation d’abord de confinement puis de grande étendue.


061

Surface utile : 173 m² Coût travaux HT : 0,485 M € Livraison : Juillet 2011 Maître d’ouvrage : Mairie de Cadaujac Architecte mandataire : dauphins architecture Bureaux d’études techniques : INTECH (TCE) / Synesthésie Acoustique Autre intervenant : Vincent Pourtau (économiste)

Dauphins Architecture


062

David Laurent & Fabien Mazenc Bordeaux

Construction d’une maison individuelle à Pessac (33) Il s’agit de construire une maison d’habitation ainsi que deux chambres vouées à la location. La maison utilise tout le volume constructible disponible de la parcelle en angle. C’est un parallélépipède de 8 m de côtés et de 7 m 50 de hauteur. Au rez-de-chaussée un garage, les 2 chambres à louer et une cuisine/coin repas commun. À l’étage, un appartement sur toute la surface disponible. Sur le toit, une terrasse encaissée avec un bain japonais. La maison est en structure métallique avec un bardage en tôle brut que l’on laisse rouiller.


063

David Laurent & Fabien Mazenc

CHAMBRE

CUISINE

CHAMBRE

PIECE DE V

BIBLIOTHEQUE

CUISINE

S

GARAGE RANGEMENTS

RDC

CHAMBRE

CUISINE

CHAMBRE PIECE DE VIE

BIBLIOTHEQUE TERRASSE CUISINE

SDE

GARAGE RANGEMENTS

R+1

CHAMBRE

CUISINE

CHAMBRE PIECE DE VIE

BIBLIOTHEQUE TERRASSE CUISINE

SDE

GARAGE RANGEMENTS

R+2

Surface utile : 185 m² dont 64 m² de terrasse Coût travaux HT : 0,15 M € Livraison : Octobre 2011 Maître d’ouvrage : Privé Architecte mandataire : David Laurent Architecte associé : Fabien Mazenc

BAIN JAPONAIS


064

Despré Architecture Nay

Construction du Bridge Club Pau Pyrénées à Pau (64) Création d’un Club de Bridge, comprenant 4 salles de jeux, un foyer, une terrasse couverte, un bar avec sa cuisine, des locaux techniques, un vestiaire, des sanitaires et une zone de stockage. Le bâtiment est composé de 3 volumes identifiables. La partie centrale plus haute structurée par des murs de couleur rouge correspond à l’accueil et à l’espace foyer et s’ouvre sur une large terrasse couverte. De part et d’autre de la partie centrale, les deux volumes habillés en bardage bois vertical à claire-voie regroupent les espaces « actifs » : salles de jeux et services. L’ensemble est en structure bois, couverture étanchéité sur bac acier. Chauffage – climatisation par pompe à chaleur.


065

Despré Architecture

Surface utile : 508 m² Coût travaux HT : 0,413 M € Livraison : Mars 2011 Maître d’ouvrage : Bridge Club Pau Pyrénées Architecte mandataire : Cyril Despré Architecte associé : Manuel Despré Bureaux d’études techniques : Socotec Pau (contrôle) / 2CS (SPS)

N RDC


066

DL & Associés Guiche

Construction du Siège Comité de Rugby « Côte Basque » à Bayonne (64) Le projet du CCBL s’inscrit sur une parcelle étroite à l’entrée du quartier Floride destiné aux activités de nature, plein air, détente et sports, remarquable par sa proximité à la Nive et par ses ouvrages d’art (pont du chemin de fer et passerelle piétonne vers la plaine d’Ansot). Il en balise l’entrée comme une jetée balise l’entrée d’un port. Il se modèle comme un paysage, à la fois tellurique comme le rugby et fluide comme la Nive. Le projet s’étire entre deux alignements d’arbres et profite de la déclivité transversale pour développer un rez-de-chaussée haut en balcon et ouvert sur l’espace public et un rez-de-chaussée bas plus confidentiel, semi-enterré ouvert à l’arrière sur sa cour de service. C’est un projet constitué d’un soulèvement de sol sous lequel se glisse la partie confidentielle (arbitrage) et festive (« pena ») de l’activité, et d’un élément allongé posé en équilibre sur ce soulèvement abritant la partie administrative de l’activité, ouverte à l’accueil du public à la façon d’une tribune.

Ce soulèvement assure la double fonction de couverture pour le rez-de-chaussée bas et de parvis pour le rez-de-chaussée haut. La structure et les façades depuis les fondations jusqu’au plancher bas du rez-de-chaussée haut sont en béton armé lisse destiné à rester brut ; les façades sont doublées de gabions de galets de Nive. La nature tellurique de ces ouvrages est renforcée par le dessin et le dimensionnement des piliers ainsi que par le jeu des porte-à-faux. La structure du rez-de-chaussée haut est en acier, constituée d’une poutre centrale longitudinale en surélévation qui épouse le mouvement général du volume, et de demis portiques suspendus, base structurelle des couvertures et des façades longitudinales courbes. Ces structures, habillées, disparaissent à la vue ne laissant place qu’à la perception de l’ondulation des formes à l’intérieur comme à l’extérieur. Laureat du Prix « International Architecture Award 2011 »


067

Surface utile : 683 m² Coût travaux HT : 1,6 M € Livraison : Septembre 2010 Maître d’ouvrage : FFR / Comité Côte Basque / Landes de Rugby Architecte mandataire : DL & Associés Entreprise générale : ITH / COBET / INGECOBAT / SAMETEC

DL & Associés


068

Dugravier + Sémondès Bordeaux

Construction de 22 logements « la Villa Mauriac » à Bordeaux (33) Le projet se situe au n°118 rue Malbec à Bordeaux, dans un quartier en pleine mutation. Les bâtiments alentours de la parcelle présentent des architectures disparates et contrastées avec le tissu urbain des échoppes (immeuble des années 1970 en R+4 à l’est, entrepôt en brique et bac acier en R+2 à l’ouest et immeuble des années 1980 en R+3 au sud). La démolition d’un ancien entrepôt et d’une maison permet la réalisation de 22 logements. Le terrain après démolition présente une parcelle en lanière contenue entre les mitoyens conservés. Le projet est composé de deux corps de bâtiments, soit 22 logements allant du T1 au T4. Les deux plots sont reliés par une coursive toute en longueur, ponctuée par des espaces minéralisés et végétalisés permettant une percée visuelle depuis l’entrée jusqu’au jardin. Côté rue, un plot s’aligne avec le bâti existant, à l’arrière, le second plot s’insère en cœur d’îlot. Un jardin de pleine terre est créé en fond de parcelle, intégrant des arbres de hautes tiges et une végétation intermédiaire offrant une grande qualité de vie aux habitants et formant un filtre naturel des rayonnements solaires en façade sud.

Ces deux bâtiments intègrent en sous-sol un parc de stationnement et des celliers pour chaque appartement. La façade sur rue est simple et rigoureuse, en panneaux de béton préfabriqué, matricés au rez-de-chaussée et lisses aux niveaux supérieurs avec un traitement des encadrements de baies en bois. En attique, le volume est traité à la manière d’une maison habillée en zinc et permet d’aménager des duplex. En cœur d’îlot, les bâtiments présentent une façade maçonnée de teinte blanche, et la modénature de façade est induite par un jeu de balcon et terrasses parfois en saillie, parfois en loggias. Ces éléments sont composés d’une structure mixte bois/métal, donnant un caractère particulier au cœur d’îlot végétalisé. Des persiennes, coulissantes au droit des garde-corps permettent de tempérer les apports solaires au sud et à l’ouest.


069

Dugravier + Sémondès

Surface utile : 1 420 m² Coût travaux HT : 2,1 M € Livraison : 2013 Maître d’ouvrage : ADRET Architecte mandataire : Dugravier + Sémondès Architecture Bureaux d’études techniques : Trarieux (structure) / Vivien (thermique et fluides) Autre intervenant : SCBA

coupe longitudinale


070

Éric Wirth Latresne

Construction d’un pôle éducatif et culturel à Castets (40) Pôle Éducatif et Culturel, avec : • La maison de la culture : espace médiathèque, espace Jeunes, espace Arts plastiques et photo, espace expositions, locaux communs • L’école de Musique et de Danse : salles de cours de musique, salle de cours de danse, espace répétitions harmonie, batterie-fanfare, espace banda, bureaux et locaux communs

• Les locaux communs : terrasse (avec réserve), Locaux techniques • Le cinéma : espace accueil (bar, guichet et réserve), sanitaires, locaux techniques


071

Éric Wirth

rangement Banda (l.r.m) chaufferie (l.r.i)

PM 143 x 204 h CF 1/2 h+ fp anti panique

vitrine

rangt (l.r.m)

PM 143 x 204 h

salle des jeunes

local CTA (l.r.m)

EU nourrice

rangement harmonie (l.r.m)

vitrine

vitrine

salle répétitions musique

rangement (l.r.m)

espace banda rangement batterie Fanfare (l.r.m) bureau animateur

EP

EP

EP

EP nourrice

EP EU

hall accueil exposition

entrée

entrée

vitrine

accès médiat. parvis

entretien (l.r.m) EP

EP

EP

EP

EP

EP

dégt

EU EV

estrade

sanitaires réserve (l.r.m)

nourrices et PAC EP

EP

accueil bureau

RDC

agora

informatique

multimédia

rangt (l.r.m)

travail

réunion stores vénitiens

professeurs

dégt

salle de cours 5 douche H/F

salle cours de danse

EU

cours solfège, piano, chorale

VP

vestiaire H

rangt(l.r.m)

vestiaire F VMC

stores verticaux

cours 4

vitrine

pièce noire sas entrée EP

EP

EP

EP

EU EP

EP

EP

EP

TP

TP

coursive

détente vide sur espace accueil exposition

cours 1

cours 2

cours 3

EDF

asc

VMC

VH

TP EP

EP

EP

EP

EP

TP

sanitaires

EP VMC EU

directeur

EV

ent.(l.r.m)

EP EP

EP

réserve ext (l.r.m)

R+1

PAC

PAC

local CTA (l.r.m)

PAC

TP

terrasse

Surface utile : 2 020 m² Coût travaux HT : 2,64 M € Livraison : Juillet 2010 Maître d’ouvrage : Commune de Castets Architecte mandataire : Éric Wirth Bureaux d’études techniques : CETAB Ingénierie

EP

EP


072

Pôle nautique international des Dagueys à Libourne (33) Construction d’un Centre nautique et d’une Tour d’arrivée au Lac des Dagueys


073

Éric Wirth

Surface utile : 1 515 m² Coût travaux HT : 1,78 M € Livraison : Avril 2012 Maître d’ouvrage : Ville de Libourne Architecte mandataire : Éric Wirth Bureaux d’études techniques : CETAB Ingénierie f

f

f


074

Fabrique Bègles

Construction d’une Maison de la Petite Enfance à Carbon Blanc (33) Construction d’une Maison de la petite enfance dans le parc Bellevue. Le bâtiment se glisse à la place de l’ancienne bâtisse ‘Candau’, épousant la différence de niveau entre l’Espace naturel boisé au sud et le parc au nord. Le bâtiment, de plain-pied et relié à l’espace public par une rampe, accueille 34 enfants répartis sur 3 structures : un multi-accueil régulier, des ateliers parents-enfants et un RAM. À l’intérieur, un espace fédérateur relie l’accueil aux différentes entités indépendantes. Chaque structure est traversante, possédant une double orientation et des percées visuelles sur les deux côtés du parc. Les salles d’activités se prolongent au sud par de profondes terrasses couvertes. L’ensemble du bâtiment est conçu en bois,

charpente, murs à ossature bois et bardage en mélèze. Le double toit à 2 pentes couvert en tuiles de ciment, relié par un large chêneau horizontal, permet de retrouver l’échelle de la « maison » tout en abritant près de 500 m² de surface utile. Le projet s’inscrit dans une démarche Haute Qualité Environnementale (HQE) privilégiant la gestion de l’énergie, la gestion de l’eau, le choix intégré des produits et systèmes de construction.


075

Fabrique

coupe sur le multi-accueil régulier

Surface utile : 502 m² Coût travaux HT : 0,763 M € Livraison : Janvier 2011 Maître d’ouvrage : Ville de Carbon Blanc Architecte mandataire : Fabrique, Atelier d’Architecture Bureaux d’études techniques : IOSIS / CESMA (structure bois et métal) Autres intervenants : Cormenier (charpente et bardage bois) / Niéto (menuiserie bois)


076

Ferron & Monnereau Bordeaux

Construction de 5 logements de fonction au collège Pablo Neruda à Bègles (33) Construction de logements de fonction dans l’enceinte du collège Pablo Neruda : 5 maisons à patio en simple rez-de-chaussée. Projet THPE (Très Haute Performance Energétique).


077

Ferron & Monnereau

photos © Arthur Péquin

Surface utile : 575 m² Coût travaux HT : 1,19 M € Livraison : Avril 2010 Maître d’ouvrage : Conseil général de la Gironde Architecte mandataire : Ferron & Monnereau Bureaux d’études techniques : CETAB Ingénierie

façade rue Lavergny

façade arrière jardin


078

Groupe scolaire Zac des quais à Floirac (33) Concours lauréat janvier 2010 – Projet arrêté à l’issue de la phase d’étude APD en raison du PPRI (risque inondation). Un groupe scolaire paysager Le projet est composé d’un socle continu en rez-dechaussée, creusé par la grande cour maternelle et plusieurs patios créant ainsi l’intimité et la sécurité de ce niveau. La façade du rez-de-chaussée est composée de plans opaques et de filtres offrant une vision à la fois minérale et végétale au niveau du piéton. Un seul volume émerge de ce socle, celui de l’école élémentaire. Son architecture simple et aérée semble flotter dans le paysage. La simplicité volumétrique du projet et sa compacité contribuent à optimiser l ‘économie globale du projet. Une école maternelle intime à patios L’école maternelle est entièrement de plain-pied et s’organise autour de 2 points majeurs : • une grande cour plantée le long de la rue de l’Alose, qui prolonge ainsi l’espace paysager de la place située au nord et crée une percée visuelle depuis le jardin linéaire de l’avenue de la Garonne situé au sud. • 3 patios qui apportent lumière naturelle et intimité à l’école tout en optimisant la compacité de l’établissement. Les patios offrent la possibilité d’étendre à l’extérieur les activités (bibliothèque, accueil périscolaire, classes des petits), et créent des paysages intérieurs attrayants.

Une école élémentaire ouverte sur le paysage L’école élémentaire est composée de 3 niveaux dont le niveau principal est situé au 1er étage avec la cour et l’aire sportive. Un grand patio en rez de chaussée est exclusivement dédié à l’école élémentaire. La cour de récréation en R+1 bénéficie du paysage lointain des collines de Floirac, des espaces verts de la place Nougeys et du jardin linéaire de l’avenue de la Garonne. Elle est bordée de garde-corps sécurisés d’une hauteur de 1,30m et en retrait d’un mètre des acrotères. Une image institutionnelle cohérente et sécurisante du groupe scolaire La morphologie de l’école avec son volume émergeant articulé avec le préau et le city stade donne à l’école une image institutionnelle forte. La superposition des 2 écoles dégage des perspectives ouvertes sur le paysage et crée des échappées visuelles sur des jardins. Le groupe scolaire génére des transparences sur l’ensemble du quartier et laisse passer le soleil sur l’espace public. Le projet contribue ainsi à la « ville jardin » souhaitée.


079

Ferron & Monnereau

photos © Sébastien Hommes

Surface utile : 2 800 m² SU intérieure / 3 150 m² d’espaces extérieurs Coût travaux HT : 6 M € Maître d’ouvrage : La CUB, Communauté Urbaine de Bordeaux Architecte mandataire : Ferron & Monnereau Bureaux d’études techniques : CETAB Ingénierie Autre intervenant : Emacoustic cotraitant / Cuisinorme soustraitant Graphiste : Julie Soistier


080

FGA

[Francois Guibert] Bordeaux

Construction du collège Nelson Mandela à Floirac (33) Opération Haute Qualité Environnementale. Label Bâtiment Basse Consommation énergétique. Une approche humaine et citoyenne de la démarche environnementale. La volonté du programme était claire : oser un bâtiment soucieux des générations futures dans sa conception environnementale. Dans cette perspective, nous nous sommes installés dans une démarche citoyenne militante de l’approche environnementale : ne pas juxtaposer des technologies lourdes « labellisées HQE » mais imaginer un concept porteur d’espace de vie, polyfonctionnel, évitant, entre autre, tout gaspillage énergétique. Notre volonté est bien de définir une éthique architecturale de la qualité environnementale au service de la société, en s’insérant dans une approche transversale de l’acte de construire où l’homme est installé au cœur du projet… Nous avons ainsi imaginé une rue interne : espace de régulation thermique. Véritable colonne vertébrale structurante, cet espace généreux constitue le « cœur », le centre de gravité.

Espace de régulation des flux, il permet de gérer les apports calorifiques solaires, la surventilation par balayage diurne ou nocturne, le captage des rayons solaires d’hiver, la protection de ceux agressifs d’été. Bien au-delà cette « rue » est aussi et surtout un espace d’urbanité où s’offre la volumétrie atypique du « cocon » abritant toutes les fonctions artistiques. Ce projet expose notre approche conceptuelle du développement durable qui, transcendant techniques et fonctions, imagine des espaces parfaitement maîtrisés qui participent au bien être de tous les acteurs de l’établissement. Efficace, généreux, en résonance avec son environnement, le Collège Nelson Mandela est avant tout lieu d’humanité.


081

FGA [Francois Guibert]

Surface utile : 5 750 m² Coût travaux TTC : 10,67 M € Livraison : Août 2011 Maître d’ouvrage : Conseil général de Gironde Architecte mandataire : SARL François Guibert Architecte Urbaniste : Nechtan Paysagiste : Bourriette et Vaconsin Bureaux d’études techniques : Math Ingénierie / IdB Acoustique / Eugée (HQE) / Intégrale de Restauration (cuisiniste)


082

Complexe culturel et sportif Brassens Camus, Lormont (33) Le projet s’arrime à l’esplanade François Mitterrand qui se prolonge telle une corniche. Le parvis créé n’est pas un espace de stagnation mais bien un lieu dynamique des rencontres fortuites ou désirées. Installé sur un terrain à forte déclivité, le projet développe terrasses, balcons, corniches et belvédère. Il offre des vues sur le paysage, pensé en totale harmonie avec le projet architectural. Depuis le parvis, une façade vitrée et le relèvement du toit initient le parcours intérieur qui se prolonge tout au long du hall. Cette véritable rue intérieure distribue chacun des niveaux et chaque fonction. Une longue façade vitrée y capte la lumière et structure l’ensemble de la « plaine des jeux » à la manière d’un fond de scène qui se révèle au jour déclinant.

Le programme réunit un centre socio-culturel et une salle polyvalente (A. Camus) au niveau haut qui viennent s’articuler avec le gymnase (G. Brassens) du niveau bas par l’intermédiaire du « service jeunesse ». Ce projet avant tout humain installe dans le paysage un événement propre à la rencontre des diversités que regroupe le quartier.


083

FGA [Francois Guibert]

Surface utile : 3 578 m² Coût travaux TTC : 8,23 M € Livraison : 2015 Maître d’ouvrage : Mairie de Lormont Architecte mandataire : SARL François Guibert Architecte Paysagiste : Trouillot Hermel paysagistes Concepteur Lumière : Yon Anton Olano Bureaux d’études techniques : ECCTA / IdB (acoustique) / Global (H.Q.E)


084

Frédéric Laffitte Saint-Médard-En-Jalles

Construction d’une médiathèque à Beychac et Cailleau (33) Construction d’une Médiathèque/Artothèque et aménagement des extérieurs.


085

Frédéric Laffitte

Surface utile : 450 m² Coût travaux HT : 0,88 M € Livraison : Septembre 2011 Maître d’ouvrage : Ville de Beychac & Cailleau Architecte mandataire : Agence Frédéric Laffitte Paysagiste : A. Meuris Bureaux d’études techniques : CETAB Ingénierie / IDB acoustique

PATIO LECTURE

AUVENT

ARTOTHÈQUE ALCOVE LECTURE

MULTIMÉDIA

ESPACE DE PRET VESTIAIRE

S

SAS

LOCAL MENAGE

SANITAIRE PUBLIC

RÉSERVE ARTOTHÈQ UE

RANGEME

NT

CHAUFFER IE ECS

LOCAL DÉCHETS

ACCUEIL

SALLE D'ÉQUIPEME NT

BUREAU ASSISTAN TE 1

BUREAU DIRECTIO N

ESPACE JEUX & CONT

BUREAU ASSISTAN TE 2

ES

SANITAIRE PERSONN EL Passerelle

0

1

2

3

4

5m


086

Frédérique Hoerner & Éric Ordonneau Bordeaux

Construction d’une maison individuelle à Biscarosse (40) Les clients souhaitaient une maison de vacances, puis en cours de projet ils ont décidé de quitter la région parisienne et d’en faire leur résidence principale. La principale contrainte du site, un terrain en forte pente orientée Nord, nous a conduit à créer un nouveau sol de référence. Cette plateforme sur pilotis effleure le terrain en pente pour relier les deux sols. Elle permet du coup à la maison de s’orienter au sud et de profiter de terrasses horizontales praticables. Afin de conserver le plus possible d’arbres sur le terrain, la maison se décompose en trois volumes qui se glissent entre eux. Les trois modules sont de même largeur extérieure 4m50 par des longueurs variables suivant la nécessité du programme (séjour, chambres, studio).

Les matériaux choisis en extérieur (bardage de douglas et toiture en bardeaux de mélèze, vitrages, aluminium anodisé argent) accompagnent le mimétisme de la maison dans les arbres par leurs teintes proches de celles des troncs d’arbres et du paysage forestier, les ombres portées des arbres sur la maison achèvent son « camouflage ». La maison s’inspire des constructions traditionnelles de la région que constituent les cabanes de pêcheurs tchanquées du littoral, les palombières et la typologie des airials (plusieurs bâtisses séparées autour de la cour constituent la ferme traditionnelle des Landes). Tous les arbres du terrain ont été conservés, ils apportent leur fraîcheur et ombrage aux constructions l’été.


087

Frédérique Hoerner & Éric Ordonneau

photos © Jean-Christophe Garcia

Plan étage

Plan rez-de-chaussée

N R+1

Surface utile : 182 m² Coût travaux HT : 0,258 M € Livraison : Juin 2010 Maître d’ouvrage : Privé Architecte mandataire : Frédérique Hoerner & Éric Ordonneau Bureaux d’études techniques : Escaich et Peyre (structure) / Vivien (fluides, thermique)

RDC


088

Extension de groupe scolaire à Saint-Ciers d’Abzac (33) La commune souhaitait rajouter des classes et un préau à son groupe scolaire, avec un budget réduit de petite commune rurale. Le bâtiment-extension comporte 4 classes élémentaires avec ateliers, un préau, un bureau de direction, un hall d’accueil avec auvent d’attente et sanitaire. Le préau, au plus près de la cour, fait le lien avec l’école existante. Le bâtiment est orienté Nord Sud et implanté parallèlement à la limite Sud et à la RD 120. Le bâtiment est un volume simple, élémentaire, que l’échelle et le choix des matériaux distingue des constructions domestiques. Le projet revisite les grandes constructions isolées du paysage : fermes, chais, hangars, et la salle des fêtes mitoyenne. Il applique nos principes de conception semi-industriels et de développement durable économique : structure par portiques de hangar agricole, construction sèche, volume compact, isolation renforcée, zone tampon thermique, rafraichissement naturel par double orientation et cheminées à vent, large éclairage

naturel, captage et stockage des apports solaires d’hiver, protections solaires d’été, éclairage par zones, confort visuel et acoustique. L’utilisation de procédés industrialisés en enveloppe et traditionnels en second œuvre produit des espaces et un confort de qualité pour un coût réduit. La structure de grande portée permet de libérer le plan d’éléments porteurs intérieurs : le bâtiment peut être largement vitré et le cloisonnement entièrement remanié. Les matériaux sont choisis pour leur légèreté, leur efficacité et leur confort (éclairement, isolation, ombrage, étanchéité, solidité, facilité d’entretien).


089

Frédérique Hoerner & Éric Ordonneau

photos © Jean-Christophe Garcia

Surface utile : SHOB 577 m² Coût travaux HT : 0,470 M € Livraison : Juin 2011 Maître d’ouvrage : Mairie de Saint-Ciers d’Abzac Architecte mandataire : Frédérique Hoerner & Éric Ordonneau Bureaux d’études techniques : Escaich et Peyre (structure) / Vivien (fluides, thermique)


090

Gaël Boubeaud & Laurent Bouquey Lapouyade

Couverture d’un cuvier existant à Romagne (33) Couverture hors d’eau, hors d’air et isolée d’un cuvier viticole existant à ciel ouvert et couverture du poste de pressurage par un auvent. Création de sanitaires.


091

Gaël Boubeaud & Laurent Bouquey

Surface utile : 1 600 m² + 370 m² (pour le auvent de pressurage) Coût travaux HT : 0,79 M € Livraison : Mai 2011 Maître d’ouvrage : Union des producteurs de Grangeneuve-Rauzan Architecte mandataire : Gaël Boubeaud & Laurent Bouquey Bureaux d’études techniques : SETERSO (gros œuvre, structure) / SICOE (viti/vini) / APAVE (contrôle, SPS)

façade Nord Façade Nord


092

Gauche’s Muru Orthez et Bassussarry

Construction de l’hôtel d’entreprises Olatu Leku à Anglet (64) En février 2007, la Chambre de Commerce et d’Industrie de Bayonne Pays Basque a crée la zone d’activité BAIA PARK à Anglet. Cette zone dédiée à l’industrie de la glisse est implantée sur un espace économique de 35 000 m² réservé à l’implantation d’entreprises de ce secteur. La première initiative de cette envergure est considérée par les professionnels du secteur comme une réelle opportunité sur le territoire aquitain. OLATU LEKU (le lieu de la vague) est le nom du nouvel Hôtel d’Entreprises, Centre de services, incubateur et pépinière d’entreprises de la zone d’activité de BAIA PARK. Implanté sur un site privilégié entouré de hauts pins, cet hôtel d’entreprises est destiné à accueillir des bureaux et des activités liés aux sports de glisse ainsi qu’une salle de conférence, un espace de restauration et une crèche. Situé à l’entrée de la zone d’activités Baia Park à Anglet, sa conception ludique et pragmatique propose un bâtiment sur 2 niveaux, aux espaces et usages modulables en fonction des occupants. Organisé autour de 3 patios à ciel ouvert, il joue des matériaux et des formes pour faire écho aux sports de glisse qu’il représente. L’entrée en creux

de la façade ouest se fait par un parvis en bois, entouré de verdure et d’arbres, et sert de repère identificatoire tandis que la terrasse extérieure du restaurant jouxtant l’entrée invite à découvrir les lieux. A partir d’une structure simple sur une trame régulière de poteaux et poutres en béton, le bâtiment puise son originalité et sa fonctionnalité dans les courbes de son dessin. Les façades s’habillent de bois clair ou de béton brut enduit d’un blanc éclatant et s’ouvrent sur des fenêtres à volets conçues comme autant de cadrages sur le paysage environnant. Les patios, à la fois vitrés et en bardage bois, donnent une impression de fluidité entre intérieur et extérieur. Le toit terrasse prolonge cet effet et s’offre comme un espace de vie supplémentaire. L’ensemble répond à un principe d’éco-conception avec un parking semi-enterré et l’utilisation des pins tombés lors de la tempête de janvier 2009.


093

Surface utile : 3 344 m² (bureau 2 592 m² + commerce 76 m² + crèche 142 m² + entrepôt 534 m²) Coût travaux HT : 4,16 M € (hors revêtement sol et isolation) Livraison : Juillet 2012 Maître d’ouvrage : Chambre de Commerce et d’Industrie de Bayonne Architecte mandataire : atelier Gauche’s Muru Bureaux d’études techniques : Gleize Energie Service / Inddigo (HQE) / Iparla (structure) / Socotec (contrôle)

Gauche’s Muru


094

Gayet-Roger Bordeaux

Construction d’une structure Petite Enfance à Bordeaux Caudéran (33) La ville de Bordeaux souhaite implanter une structure Petite Enfance sur un terrain situé rue Détrois à Bordeaux. Orientations de projet demandées : • Favoriser l’ouverture de la structure sur le quartier • Créer un établissement fonctionnel, accueillant et adapté aux besoins de l’enfant. • Concevoir un bâtiment exemplaire sur le plan environnemental. Le multi-accueil Détrois pourra accueillir 60 enfants au sein d’un établissement d’accueil régulier (40 enfants) et d’un accueil occasionnel. Conçu à la manière d’un jeu de cube, la crèche affirme son caractère ludique depuis la rue par l’empilement et l’imbrication de volumes de matières et de couleurs différentes. Un jeu subtil entre le bâtiment et le paysage permet de retourner les contraintes d’implantation du PLU au profit du bâtiment. Le programme se développe comme

une promenade depuis la rue jusqu’au cœur d’îlot, rythmée par la succession des différents jardins et lieux de vie de l’enfant. La crèche est ainsi constituée de deux éléments : le paysage (espace extérieur amenant lumière, air, végétation, eau) et l’enveloppe bâtie contenant le programme. Ces deux éléments s’imbriquent et se mettent en interaction de manière à entretenir une relation permanente entre le dehors et le dedans. Le jardin devient bâtiment lorsqu’il est patio, le bâtiment se fond dans le jardin lorsqu’il devient rideau de bambou. Les aménagements intérieurs et les jardins sont pensés à l’échelle de l’enfant : « ce que nous adultes percevons comme des herbes, l’enfant le percevra comme l’étage supérieur de la forêt. »


095

Surface utile : 691 m² Coût travaux HT : 1,85 M € Livraison : Janvier 2014 Maître d’ouvrage : Mairie de Bordeaux Architecte mandataire : Gayet-Roger Architectes Architectes associés : James Augier, Sébastien Guéniot Bureaux d’études techniques : CETAB Ingénierie / Emacoustic (acoustique) Autre intervenant : Arcadie Paysage / HSEN (environnement)

Gayet-Roger


096

Gérard Leconte Villenave d’Ornon

Construction d’une maison individuelle à Saint Médard d’Eyrans (33) Les clients souhaitaient une habitation comme un jardin suspendu de grand confort sans entretien. Ils l’ont dénommé « Maison Domino », ou seuls le noir et le blanc s’expriment. Le bloc B.B.C. laisse l’expression de la pierre intérieure et extérieure sans enduit.

• Des murs de thermopierre bio-climatisant de haute résistance thermique R= 3.33, U = 0.31. • Le B.B.C. (Bloc Béton Cellulaire) est composé de sable blanc et chaux, permet la respiration des murs. • Isolation de toiture inversée. • Revêtement de sol naturel sans chlore (caoutchouc noir). • Vitrages de haute performance avec joints de rupture des ponts thermiques. • Maîtrise des apports solaires. • Principe de toiture végétalisable. • Matériaux recyclables : thermopierre, aluminium, caoutchouc. • Chauffage - rafraîchissement par pompe à chaleur air-air sans effet ni rejet sur la nappe phréatique.


097

Surface utile : 213 m² Coût travaux HT : 0,5 M € Livraison : Juillet 2011 Maître d’ouvrage : M et Mme Fourcade Architecte mandataire : Gérard Leconte Bureaux d’études techniques : Bureau Véritas

Gérard Leconte


098

Jean-Luc Barreau Bordeaux

Construction d’une maison individuelle à Léognan (33) La maison est destinée à Nelly, Romain et leurs deux enfants. Elle doit être sobre et composée de matériaux naturels : ossature bois, clin de bois, dallage de chaux, apports solaires au Sud, couverture végétale, un poêle à bois, une cave si possible. La maison doit également « consommer » le moins de surface possible au sol et se glisser au plus près de l’étroit gabarit déduit du PLU. La zone constructible est exigüe, 91 m² au sol, longée au Sud par un pignon aveugle. Le cahier des charges excédant le budget attribué aux travaux, le choix de la construction en ossature bois doit permettre la réalisation de nombreux ouvrages de second oeuvre en autoconstruction. Le maître d’ouvrage s’engage donc à s’impliquer physiquement et à prendre en charge la réalisation de certains postes de travaux. La maison est composée de deux blocs superposés décalés dans le sens de la longueur, bardés de pin douglas brut de sciage. Chaque décalage laisse place à une terrasse, abritée au rez-de-chaussée, végétalisée à l’étage. Façade Nord des ouïes horizontales peuvent s’entrouvrir en été. Côté Sud, la cuisine et le séjour donnent de plain pied sur les terrasses, ouverte au Sud, couverte à l’Ouest.

Un mur monolithe vient s’ancrer dans la cave. L’escalier et la coursive s’y appuient, le poêle à bois s’y adosse. À l’étage, la bibliothèque garde-corps longe le passage qui mène aux trois chambres et à la salle de bains. Les voiles de contreventement intérieurs respirants et le dallage en béton de chaux apportent inertie thermique ainsi qu’équilibre hygrométrique. Fondations et dalle, semelles filantes en béton armé, galets ventilés, liège expansé, dallage en béton de chaux. Ossature bois en sapin du Nord, contreventement intérieur, fibre de bois 120 mm, pare-pluie en fibre de bois, parement en pin Douglas. Charpente, pare-vapeur cellulosique, fibre de bois 200 mm, solivage bois, panneau OSB 3, étanchéité EPDM sans bitume, couverture végétale. Plancher d’étage, solivage bois, panneau CTBX, liège, ouate de cellulose, parquet sapin massif. Menuiseries bois en pin lamellé-collé à double vitrage, triple vitrage au Nord. Autoconstruction : pose de l’isolation en plafonds et sur planchers, pose des parquets massifs, bibliothèque garde-corps, faïences, peintures.


099

Jean-Luc Barreau

(-1) (-1)

1 1

2 2 3 3

4 4

5 5

RDC + Sous-sol

Rez-de-Chaussée Rez-de-Chaussée -- 1.Entrée 1.Entrée 1,5 1,5 m2 m2 -- 2.Séjour 2.Séjour Cuisine Cuisine 38 38 m2 m2 -- 3.Réserve 3.Réserve 4 4 m2 m2 -- 4.Toilettes 4.Toilettes 1,2 1,2 m2 m2 -- 5.Terrasse 5.Terrasse 18 18 m2 m2 Sous-sol (-1).Cave (-1).Cave 3 3 m2 m2 -1m. Sous-sol 1m.

7 7

6 6

Surface utile : 92 m² Coût travaux HT : 0,117 M €

8 8

9 9

10 10

11 11

Livraison : Juillet 2011 Maître d’ouvrage : Nelly Grou-Radenez et Romain Ginot Architecte mandataire : Jean-Luc Barreau architecte DPLG Bureaux d’études techniques : Bruno Pierlay (ingénieur DPE en géologie appliquée au BTP) / Serge Goacolou (charpente)

Premier Premier Niveau Niveau -- 6.Passage 6.Passage 5,5 5,5 m2 m2 -- 7.Salle 7.Salle de de Bains Bains 4,5 4,5 m2 m2 -- 8 8& &9 9 Chambres Chambres 9 9 m2 m2 -- 10 10 Chambre Chambre 16 16 m2 m2 -- 11 11 Toiture Toiture Terrasse Terrasse 14 14 m2 m2

R+1


100

Jeff Dananik Bègles

Construction de la demi-pension du collège Jean Monnet à Saint Ciers sur Gironde (33) Le programme consiste en la démolition et la reconstruction du pôle demi-pension du collège de Saint Ciers sur Gironde. Il comprend une salle à manger de 200 places, convertible en salle polyvalente, et une cuisine d’une capacité de production de 600 repas par jour, couplée à une laverie.

D’autre part la salle à manger, élément principal du projet, est soulignée par une seconde arche en béton. Celle-ci protège de larges baies vitrées qui contrastent avec la massivité des arches, tout en apportant légèreté, transparence et permettent de plus une percée visuelle depuis la cour du collège sur la grande salle à manger.

Le parti architectural du projet consiste en la création d’une grande arche en béton banché sous laquelle se déploie le volume accueillant les deux principales fonctions de la demi-pension.

Les deux pignons en béton très épais, massifs et robustes, renforcent l’idée de l’arche unificatrice.

L’espace de production, d’une part, est protégé par des façades animées de clins verticaux en bois type Red Cedar posés sur un fond noir en contre plaqué marine. Ces deux façades sont également rythmées par la mise en valeur des poteaux béton, reprenant ainsi le langage de la médiathèque attenante.


101

Jeff Dananik

élévation Est

coupes transversales sur la salle à manger

Surface utile : 760 m² Coût travaux HT : 1,34 M € Livraison : Juillet 2011 Maître d’ouvrage : Conseil général de la Gironde Architecte mandataire : Jeff Dananik Bureaux d’études techniques : BETEM / BE Cuisinorme


102

Julien Gadrat Bordeaux

Restructuration de l’école maternelle Berthelot à Bordeaux (33) Afin de redonner une unité à un ensemble composé d’ajouts successifs, des parties de bâtiment sont démolies pour laisser place à des constructions neuves, d’autres sont réaménagées afin de mieux répondre aux nécessités d’aujourd’hui. Le projet tient dans la réalisation d’un fil conducteur qui traverse l’école, irradie les espaces rencontrés en second jour et inonde de sa clarté les pièces profondes. Un matériau adapté a été recherché afin de rendre la paroi poreuse à la lumière. La mise en scène d’une paroi translucide polycarbonate permet de résoudre les contraintes rencontrées. Elle se retourne en toiture tout au long de la galerie et habille les circulations intérieures jusqu’au préau. Cette paroi évanescente réalise le lien entre les deux cours en créant une façade contemporaine unificatrice qui traverse le bâtiment en étage, et permet de réhabiliter les espaces de restauration, de galerie couverte et de dortoir.

Cet ensemble parsemé d’inserts vitrés apporte translucidité et transparence et prend de l’épaisseur afin d’être habité par les enfants. Ils se l’approprient en s’asseyant dedans, en intérieur comme en extérieur, elle se fait théâtre. Les fenêtres alternent une pose au nu intérieur et extérieur provoquant une vibration de la façade et mettant en avant son relief et la ludicité offerte aux enfants. Les éléments disparates nécessaires à la mise aux normes de l’école tels qu’ascenseur, centrale de traitement d’air, nouvelle entrée, dortoir ou sanitaires supplémentaires voient leurs façades parées d’un même lattis de bois. Il permet d’unifier les éléments nouveaux venant se greffer sur les existants. Projet primé Agora 2010


103

Surface utile : 1 500 m² Coût travaux HT : 1,5 M € Livraison : Mars 2011 Maître d’ouvrage : Mairie de Bordeaux Architecte mandataire : Julien Gadrat architecte dplg Collaboratrices : Camille Astruc et Sylvie Dugasse Bureaux d’études techniques : CETAB Ingéniérie

Julien Gadrat


104

Création de la Maison de l’enfance de Grenade sur l’Adour (40) La Maison de l’enfance a pour fonction de réunir un RAPE (relais assistance petite enfance) et un ALSH (accueil de loisir sans hébergement) au sein d’une même structure afin de mutualiser un certain nombre de services : l’accueil et les bureaux, le restaurant, les espaces extérieurs. Le bâtiment est conçu avec une approche bioclimatique. L’accueil et les bureaux sont exposés au Nord pour permettre de développer toutes les salles d’activités plein Sud, abritées d’ombrelles brise soleil. Il s’ouvre sur les jardins et permet une approche bioclimatique traitant de manière passive la plupart des exigences : confort visuel, thermique, apports solaires passifs, il s’agit de le faire vivre dans son environnement immédiat. Deux patios intérieurs permettront une ventilation nocturne de ces salles.

De petites maisons abritant chaque salle dessinent le projet, les plafonds intérieurs suivent les pentes des baies de façade et soulèvent la toiture pour former un vaste origami. Des bardages en bois noirs dessinent la trame générale des façades en contrastant avec les surfaces enduites blanc sur panneau aquapanel. Le projet est conçu en mur à ossature bois en façade avec refends intérieurs maçonnés et membrane d’étanchéité en toiture. Chauffage au gaz avec plancher chauffant et radiateur à eau selon localisation.


105

Julien Gadrat

images de syinthèses © Matthieu Joubert

Surface utile : SHON 1 050 m² Coût travaux HT : 2,05 M € (bâtiment + parkings, accès, jardins…) Livraison : Mars 2013 Maître d’ouvrage : Communauté de communes du Pays Grenadois Architecte mandataire : Julien Gadrat architecte dplg Collaborateurs : Camille Astruc, Sylvie Dugasse et Mathias Cisnal Bureaux d’études techniques : CETAB Ingéniérie


106

Kaplan Projets Bordeaux

Réhabilitation d’une ancienne imprimerie en logement à Bordeaux (33) « Je l’ai toujours su. Ça se passerait pas dans les étages mais au ras du sol. Sur la terre ferme. Je suis quelqu’un d’en bas. Prés du brin d’herbe. Je le savais mais encore fallait-il le reconnaître, le revendiquer. Je laissais aux autres le vertige de l’altitude, les vues imprenables, les ascenseurs, je préférais les ombres et les soleils tronqués. Les petits arrangements avec la lumière. (…) Je ne voulais pas tomber des nues. Ce serait peut-être une maison, sans doute un appartement au rez-de-chaussée, un atelier désaffecté, un entrepôt. Ce serait une construction ancienne au calme mais en ville. Loin des zones à urbaniser en priorité de l’enfance. Ce serait un endroit près d’un cœur. A l’abri, une planque, un lieu insoupçonné. Dans une traboule, au fond d’une allée, derrière une première rangée d’immeubles, au fond d’une impasse. On pousserait un portail, il y aurait un patio, une tâche de couleur, un puits de lumière. Ce serait un peu décati. Un endroit à rénover. A penser, à réinventer. Des vieux murs à sauver. Un monde à créer. Il y aurait une table de jardin, un chèvrefeuille et des dalles disjointes. Des géraniums dans des pots. Des soirées avec des gens dehors. Ce serait un dehors minuscule. Une respiration. Une cabane de jardin transformée en bureau. Un abri à vélos. » Notre besoin de transformation est impossible à rassasier.

Brigitte Giraud L’architecte est l’autre, sous la direction de Véronique Giogiutti, éditions le Moniteur, 2007.


107

Kaplan Projets

niveau 0

Surface utile : 240 m² Coût travaux HT : NC Livraison : Septembre 2009 Maître d’ouvrage : Privé Architecte mandataire : Kaplan projets Bureaux d’études techniques : CESMA Paysagiste : Emmanuelle Crouzet-Courrech

niveau 1

niveau 2


108

King Kong Bordeaux


109


110

Réhabilitation de logements et création de locaux d’activités à Bègles (33) Construite vers la fin des années 60 en bordure du boulevard de ceinture de la ville de Bordeaux, à Bègles, la cité Yves Farges est en rupture complète par rapport à l’agglomération et au tissu urbain environnant. Pari ambitieux et risqué, le projet doit accompagner en douceur la mutation recherchée par la ville de Bègles. La réhabilitation des bâtiments B s’inscrit donc dans un vaste projet de renouvellement urbain (conduit par la SAEMCIB pour le compte de la ville de Bègles) établi suivant un schéma directeur élaboré par Tania Concko (territoire Nord). Les bâtiments concernés jouxtent des programmes neufs et profitent d’une dynamique liée au développement de l’ensemble du quartier. Il ne s’agit pas ici de procéder à une simple remise aux normes des appartements et d’augmenter les performances énergétiques du bâtiment, mais bien d’envisager un projet d’ensemble qui permet à ces immeubles et aux habitants de s’insérer dans un nouveau morceau de ville. Les appartements du RDC sont remplacés par des locaux d’activités, les cages d’escaliers revisitées. Des porches sont créés pour permettre des déplacements entre le cœur d’îlots, les rues et les programmes adjacents.

Après une remise aux normes des appartements, les façades ont été isolées et revêtues d’un enduit blanc qui révèle et accentue l’écriture moderne du bâtiment originel. Dans le prolongement des séjours sont installées de vastes loggias, pour que chaque habitant profite d’espaces extérieurs de qualité. Ces loggias, positionnées dans des « étagères » ou « greniers verticaux », construites en bois, permettent de réguler les apports solaires. Elles prennent place sur les façades exposées. Dans ce qui était la cour de l’immeuble s’installent des bureaux, dont le dessin en plan est induit du schéma directeur. Ce bâtiment de bureaux, en RDC et R+1 partiel, s’ouvre sur ce qui deviendra une place urbaine.


111

King Kong

Surface utile : 1 300 m² + 50 logements Coût travaux HT : NC Livraison : Septembre 2011 Maître d’ouvrage : SAEMCIB Architecte mandataire : atelier d’architecture king kong Bureaux d’études techniques : Math Ingénierie photos © Arthur Péquin

50

2,29

3,16

1,43

2,16

1,98

2,16

2,58

2,16

2,03

Contre ventement 16/16 dans axe 12/18

10

2,65

18

10 18

niveau 5 : +13,68

18

10 18 10

niveau 4 : +10,85

90

2,52

structures extérieures douglass

18

20

16

18

16

10 18 10

niveau 3 : +8,15

Contre ventement 12/12

90 16/18

12/16

Balcon existant

10

2,52

parements extérieurs douglass

20

20 10

niveau 2 : +5,45

3 10

2,50

Isolation

gardes corps métallique

20

niveau 1 : +2,75

2,55

2,30

Balcon existant

°

°

structures existantes

°

86

poteaux métalliques

94

°

isolant extérieur, enduit peint de couleur

°

°

°

détail charpente bois — façade Sud

94

0

94

9

°

°

86

0

94

86

°

9

94 niveau rue +0,00


112

Label Architecture Bordeaux

Construction du siège social de la société Bricodeal au Haillan (33) L’immeuble devait apparaître comme sobre et propre, sans réel signe ostentatoire, à l’image de la marque. Les contraintes étaient alors : • de conserver au maximum les qualités arborées du site existant, • de conserver des possibilités d’extension de l’immeuble au vue de la taille du terrain et du développement de la société, • d’avoir une isolation acoustique de 40 dB (A), • de livrer le bâtiment avant l’été 2011. Le bâtiment est décomposé en 3 volumes distincts : • le soubassement correspondant au rez-dechaussée, est constitué de prémurs isolés en béton préfabriqué gris clair, finition vernis, et châssis horizontaux semi-vec, • le niveau 1 sous la forme d’une boîte en bois teinté Wengé venant s’enchâsser dans le volume principal créé depuis le soubassement (vêture en contreplaqué d’Okoumé plaqué Sapelli vernis),

• l’entrée, formant son propre volume sous la forme d’un ensemble verrier toute hauteur marqué de panneaux horizontaux par une menuiserie de mur rideaux en aluminium. L’entrée du parc de stationnement de 50 places, est composée d’un portail coulissant anthracite autoportant créé par l’agence et réalisé par une découpe au laser. L’accès aux bureaux se fait par un cheminement piéton réalisé en béton désactivé ainsi que par un portillon métallique de teinte gris anthracite, appuyé sur deux murets à parement bois teinté Wengé.


113

Label Architecture

photos © Mathias Sgandura

Surface utile : 920 m² Coût travaux HT : 1,566 M € Livraison : Juin 2011 Maître d’ouvrage : Bricodeal Architecte mandataire : Label Architectures


114

Construction du siège social de la société TEC CLIM à Canejan (33) Le projet est composé d’un bâtiment atelier, un bâtiment tertiaire à R+1 couvrant 9 places de parking. Afin de profiter au mieux des apports solaires, le bâtiment est largement ouvert sur les bureaux au Sud, tout en étant protégé par un brise-soleil, en acier laqué, créé par l’agence. Le climat de la Gironde nous offre un ensoleillement optimal pour l’utilisation des principes photovoltaïques et de capteurs solaires ce qui a permis l’installation d’une centrale photovoltaïque de 300 m².

Des buttes paysagées largement plantées d’arbustes de différentes essences viennent former un écran végétalisé afin d’occulter la clôture. Un fossé infiltrant a été réalisé en fond de parcelle pour la rétention des eaux pluviales.


115

Label Architecture

photos © Mathias Sgandura

Surface utile : 361 m² (bureaux) + 205 m² (atelier) Coût travaux HT : 0,46 M € Livraison : Juillet 2011 Maître d’ouvrage : SARL MPM Architecte mandataire : Label Architectures


116

Lanoire & Courrian Bordeaux

Construction de 105 logements à Lormont (33) Construction de 105 logements collectifs, 73 logements en locatif et 32 logements en accession, 3 locaux d’activité, 48 places de parking couvert pour accession. Le terrain de 2,65 ha est situé en bordure nord du quartier de Génicart ; l’aménagement du terrain offre des percées visuelles donnant vers un cœur d’îlot très végétal alors que les façades le long de l’avenue de Paris et du mail sont traitées dans une logique urbaine d’alignement. Le long de ces deux voies, l’opération consiste en de petits immeubles de volumétrie identique orientés Nord/Sud. L’immeuble en proue d’opération, à l’angle de l’Avenue de Paris, est en R+5, puis le second en R+4 et les deux autres en R+3. Vu la déclivité du terrain, les deux immeubles le long du mail planté, bien qu’en R+4, règnent en altimétrie avec ceux en R+3 et permettent de proposer en

rez-de-chaussée les places de parkings couverts nécessaires à l’opération. Les bâtiments situés le long de l’Avenue de Paris sont plus larges en rez-de-chaussée, formant un soubassement. La notion de soubassement et de continuité urbaine de cet alignement du bâti est prolongée par des éléments en béton peint formant clôture entre les bâtiments. Ces éléments expriment à la fois une certaine porosité visuelle et la continuité du soubassement (ils sont de même hauteur que les éléments construits qu’ils relient, 4,20 m).


117

Lanoire & Courrian

Surface utile : 7 042 m² Coût travaux HT : 10,06 M € Livraison : 2010 Maître d’ouvrage : Domofrance Architecte mandataire : Lanoire & Courrian Chef de projet : Stéphanie Theis Bureaux d’études techniques : CETAB Ingénierie

photos © Arthur Péquin

élévation Avenue de Paris


118

Lejeune & Associés Pau

Création d’un accueil périscolaire et extra-scolaire à Geaune (40) La proximité d’édifices historiques et l’intégration dans la continuité de l’existant ont axé la réflexion de ce nouveau lieu vers une architecture épurée, entièrement tournée vers l’extérieur et dans laquelle une importance toute particulière a été accordée à la lumière. Forme sculpturale aux lignes tendues, ce projet évoque un livre entr’ouvert. Les deux volumes blancs accolés qui constituent le corps du bâtiment principal libèrent un V et l’ouvre en son centre pour créer l’entrée principale. Au-dessus de l’entrée, un préau en verre coloré et menuiseries noires protège le parvis et s’étend sur le toit pour redescendre verticalement côté rue. Le verre traverse ainsi le bâtiment de part en part offrant à la fois un jeu de transparence et de lumière colorée et une vue sur les espaces verts et monuments historiques environnants. Derrière une enveloppe géométrique, l’espace intérieur se déploie, fluide et fonctionnel.

Entièrement ouverts, les deux espaces composés d’une cuisine aménagée et d’un espace dédié aux activités des enfants sont crées par la forme même du bâtiment. L’ensemble propose aux utilisateurs un lieu de vie lumineux et coloré entièrement tourné vers la nature et offre à la commune un bâtiment traversé par un arc en ciel aux couleurs primaires.


119

Lejeune & Associés

photos © Clémentine Fort

Surface utile : 100 m² Coût travaux HT : 0,15 M € Livraison : Mai 2010 Maître d’ouvrage : Mairie de Geaune Architecte mandataire : Patricia Lejeune Bureaux d’études techniques : SETAH (fluide)

façade Sud-Ouest


120

Mise aux normes de la pépinière d’entreprises EUROLACQ à Artix (64)

photos © Clémentine Fort

Le projet propose la requalification du pôle central de la pépinière d’entreprises d’Artix. La mise aux normes de sécurité incendie et d’accessibilité aux personnes à mobilité réduite induit la mise en place d’un pôle de circulations verticales sur le parvis actuel devant l’entrée permettant l’accès aux personnes à mobilité réduite directement depuis le parking, éludant ainsi les problèmes inhérents à une rampe d’accès extérieure. La lumière naturelle sera amenée jusqu’à l’atrium. Le volume de circulations verticales est le pliage d’une tôle d’acier laquée noire sur son socle figuré par le parvis de l’entrée ; il abrite la signalétique de part et d’autre de la porte d’accès à l’ascenseur. Ce volume indépendant ainsi créé répond à la symétrie du bâtiment existant et signale la pépinière.

façade latérale Nord-Est


121

Lejeune & Associés

Surface utile : 1 900 m² Coût travaux HT : 0,64 M € Livraison : Juillet 2010 Maître d’ouvrage : Communauté de Communes de Lacq Architecte mandataire : SARL Lejeune et associés Bureaux d’études techniques : SETAH (fluide) / SA BERT (structure) / Eurl Labadiolle (OPC)

façade principale Sud-Est


122

LSDarchitec Hinx

Extension de l’école communale et équipement d’une chaufferie bois à Poyartin (40) La commune de Poyartin a vu la population de son école communale en constante progression ces dernières années. Les infrastructures actuelles concernant notamment la capacité d’accueil et la production de chauffage ne correspondent plus à ses nouveaux besoins ; elles font l’objet d’un projet d’extension. Le projet se développe sur la parcelle 301 section C, situé au Sud-Est de l’école et plus particulièrement aux limites de la cour de récréation qui offre une magnifique vue panoramique sur la chaîne des Pyrénées. L’extension a pour objectif d’offrir une salle de classe maternelle évolutive (aménagement et équipement pour travaux appliqués compris), un espace d’accueil et liaison avec les autres salles et les sanitaires, un espace de propreté (équipement sanitaire), d’une salle de motricité, d’une zone vestiaires enfants, de zones de rangement, d’un préau, l’ensemble intégrant une volonté d’investissement en équipement de production de chauffage et ventilation en adéquation avec les préoccupations de dépense énergétique.

La prise compte des différentes réglementations (accessibilité handicapé, normes incendies, services vétérinaires… etc) associés aux exigences du programme dessinent le bâtiment suivant 272 m² de SHON construite et 150 m² de surface préau couverte. Son implantation au Sud-Est de la cour de récréation, favorise l’orientation Nord-Sud de la construction et l’application des grands principes favorables à la démarche environnementale. Cette configuration permet ainsi la création d’une succession de 3 volumes traités comme des objets à la fois ludiques (forme, couleur et lumière) et maternel (matériaux) qui dirigent les enfants vers de nouvelles expériences.


123

Surface utile : 246 m² Coût travaux HT : 0,517 M € Livraison : Septembre 2011 Maître d’ouvrage : Mairie de Poyartin Architecte mandataire : LSDarchitec, Christelle Lesparre Bureaux d’études techniques : SETEC / ECTA / M. Lahitte (économiste) / Veritas (contrôle) / VIGEIS (coordonnateur SPS)

LSDarchitec


124

Rénovation et extension villa Haut Regard à Hossegor (40) Construire à côté du « haut regard », villa dessinée par l’architecte Robert Maurice en 1933, est un acte délicat. Le vocabulaire utilisé par l’architecte parisien est une synthèse remarquable entre le souci d’adhérer à la modernité de son époque et l’écriture régionaliste développée à Hossegor. Attitude qui a forgé l’identité architecturale de cette station balnéaire. La construction des villégiatures répondait à un contexte social bien défini. Actuellement, nous avons à répondre à d’autres besoins, à d’autres comportements. Ceux-ci sont plus proches d’une osmose avec la nature, d’une vie estivale « les pieds dans l’herbe au soleil », d’un espace architectural adapté aux réceptions actuelles. L’extension se présente comme un volume géométrique vu sur sa diagonale pour éviter la frontalité et pour adoucir la jonction avec l’existant. Ce volume refuse le pastiche, il appartient au vocabulaire de son époque et en adopte la simplicité minimale.

Il a été décidé avec le maître d’ouvrage de faire tous les efforts de détails constructifs nécessaires pour rechercher une forme de pureté. Les matériaux de sol choisis sont semblables à l’intérieur et à l’extérieur, leur position au ras du sol est l’expression d’une autre façon de vivre l’été. La liaison avec la villa en PVC translucide, volontairement coloré comme un gros luminaire dans le jardin, opposition de matière avec l’existant, ne cherche surtout pas une quelconque continuité de matière. La toiture terrasse, plantée de seduns et de graminées, n’est visible que du palier et de l’escalier intérieur.


125

LSDarchitec

Surface utile : 40 m² Coût travaux HT : NC Livraison : 2010 Maître d’ouvrage : Privé Architecte mandataire : LSDarchitec


126

Mapa [Noélie Dhuicq] Bègles

Construction d’une maison individuelle à Lesgor (40) Située dans le bourg d’une petite commune du cœur des Landes, cette maison bois au volume simple combine références authentiques et architecture contemporaine. À moins de 500 m de l’église classée, l’enjeu était de réaliser un projet simple, économique, efficace dans sa forme et ses fonctions.

Cette maison d’une apparence simplicité, a été pensée comme un habitat évolutif, dont la formalisation première a été construite. En effet, aujourd’hui c’est une maison de 95 m² correspondant à une cellule familiale d’un couple avec un enfant, pouvant prétendre à une extension intérieure de 25 m².

Une maison bois dans les Landes au langage contemporain, tel est l’enjeu du projet. Le choix premier de l’ossature bois correspond à un désire d’assimiler le projet à l’image des vieilles granges landaises. Ces références patrimoniales ont amené le projet vers une simplicité des formes et des usages, vers une brutalité des matériaux. L’alliage du bois combiné à des détails de serrurerie sont le résultat d’un regard croisé entre l’architecte et le savoir faire du charpentier.

Au rez-de-chaussée, l’espace de vie a été conçu comme un espace continu, un volume ouvert sur le paysage, plein Sud. L’étage est quant à lui, une boite suspendue perchée dans ce volume.


127

Mapa [Noélie Dhuicq]

Surface utile : 87,5 m² Coût travaux HT : 0,113 M € Livraison : Avril 2011 Maître d’ouvrage : M. et Mme Dhuicq Benoit & Régine Architecte mandataire : MAPA, Noélie Dhuicq

façade Ouest

façade Sud

façade Est


128

Marc Ballay & Eyearchitectures Bordeaux

Construction d’une école maternelle + restaurant scolaire à Pompignac (33) De la douceur à la rigueur… Nous avons conçu le projet comme un « cocon » qui s’ouvre progressivement vers le monde extérieur. Un lieu d’éveil pour les petits et tout petits, où la douceur des courbes viendra guider leur apprentissage de la rigueur éducative. L’implantation de l’école maternelle tient un rôle structurant dans son articulation avec le reste du bourg. Elle doit tisser des liens avec le reste de la commune, ne pas être un élément dispersé mais une véritable continuité de l’aménagement du bourg de Pompignac, et jouer pleinement sa fonction de sociabilité, de regroupement et d’échange. Le respect du cadre naturel du site d’accueil du projet et la qualité paysagère de la commune sont le moteur de création de ce pôle éducatif et motive la volonté de l’intégrer au mieux dans le paysage.

Le parti pris est un jeu de masses qui sont autant d’unités fonctionnelles, glissées sous une « nappe » verte comme un prolongement naturel du plateau paysager. La toiture végétalisée offre donc une appréciable « cinquième façade » depuis le haut du plateau. Elle est « percée » pour venir accueillir en son centre la cour de récréation. A la fois ouverte sur le paysage environnant en aval et intériorisée dans l’école, de par son enveloppe courbe, elle tend à donner le sentiment de sécurité et de bien-être aux enfants qui viendront s’y divertir, tout en leur permettant de « s’évader » vers d’autres espaces.


129

Architectures Marc Ballay + Eyearchitectures

images © As a Ghost

Surface utile : 2 022 m² Coût travaux HT : 3,02 M € / Études en cours Maître d’ouvrage : Commune de Pompignac Architecte mandataire : Marc Ballay architectures Architecte associé : Eyearchitectures [Stefan Danet] Bureaux d’études techniques : SECOTRAP


130

Marjan Hessamfar & Joe Verons Bordeaux

Construction du Pôle Nautique des Dagueys à Libourne (33) Le projet consiste en la construction d’un centre nautique sur le site des Dagueys à Libourne. La tour d’arrivée est destinée à l’organisation et au jugement de compétitions dans le cadre de la réalisation d’un pôle d’excellence national dédié à l’aviron.

Les fonctions s’organisent sur trois niveaux : • RDC : local chronométrage (en connexion directe avec les gradins et vidéo) • R+1 : infirmerie, local pesée, local antidopage et local presse • R+2 : salle de réunion

La tour a de par son implantation un impact important sur le site. Se situant dans l’alignement de l’entrée, elle s’offre à la vue de toute personne pénétrant dans la plaine.

Le dernier niveau accueille la terrasse des officiels. L’ensemble des locaux est condamnable à l’exception de la terrasse du niveau supérieur. Elle peut être rendue accessible au public hors période de compétition. L’ensemble des locaux est isolé des circulations verticales et horizontales. Les déplacements au sein de la tour d’arrivée ne perturbent donc jamais les activités s’y déroulant.

Notre parti pris est d’agrémenter ce vaste espace naturel d’un objet sculptural attractif répondant à la fois à un besoin programmatique et agissant aussi comme un symbole, de jour comme de nuit. En somme, comme un phare imaginé à l’échelle du lac. Point de repère, de rencontre et belvédère ouvert au public toute l’année, cette tour crée de l’activité et offre un point de vue unique sur l’ensemble de la plaine. La tour s’organise autour d’un plot dur central contenant les circulations verticales. Le modelage du terrain naturel permet l’intégration des gradins du jury au plus près de la compétition, tout en tenant compte des courants et des crues.

La tour est enveloppée d’une membrane textile formant une casquette au dessus des gradins. La membrane est micro perforée, permettant de « voir sans être vu » depuis l’intérieur.


131

Marjan Hessamfar & Joe Verons

Images de synthèse © Jean-Marc Emy

Surface brute : 465 m² Coût travaux HT : 1,05 M € / Projet non retenu Maître d’ouvrage : Ville de Libourne Architecte mandataire : Marjan Hessamfar & Joe Verons architectes associés Bureaux d’études techniques : OTCE Aquitaine Paysagiste : Alise Meuris

RDC

R+1

R+2


132

MCVD Bordeaux

Construction d’un Pôle d’Équipement de quartier à Bordeaux (33) Le Pôle d’Equipement du Quartier Nansouty intègre une crèche, une salle multifonctions et une bibliothèque à l’usage des habitants du quartier.

bâtie en façade et un cœur arboré de qualité. Une fois celui-ci libéré du vieux hangar qui l’encombrait, un équilibre est retrouvé pour l’ensemble.

La mairie de Bordeaux souhaitait créer un pôle en deux parties sur cette parcelle en profondeur, avec un hangar à rénover en fond de parcelle. Le projet propose plutôt de rassembler les équipements côté rue, en un bâtiment à l’échelle du site et tourné vers l’espace public. Il discerne clairement un ensemble bâti, inscrit dans la ceinture d’échoppes de l’îlot, et un jardin généreux dans le fond de parcelle libéré après démolition du hangar. La crèche occupe tout le rez-de-chaussée, du jardin à la rue, dont elle se protège derrière la bibliothèque en façade. Les autres équipements de quartier sont situés au premier étage pour la salle multifonctions, et dans un demi étage en R+2 pour les deux bureaux d’élus. La géométrie de la façade côté place Nansouty, qui résulte de cette disposition, permet une transition entre le tissu urbain plutôt bas du quartier d’échoppes et celui de la place, plus en hauteur.

Une organisation rigoureuse du chantier a été nécessaire pour pallier les difficultés dues à l’encombrement des installations en façade sur rue.

Le projet s’installe sur un terrain situé à l’angle de la rue Malbec et de la place Nansouty. La parcelle est intégrée dans un îlot classique avec une ceinture

Le bâtiment mixe une structure maçonnée et de la charpente métallique. Le zinc en toiture permet de s’adapter à toutes formes de pente, notamment aux sheds dont les retours vitrés éclairent la crèche. Le traitement de la façade sur rue conjugue la pierre, qui protège l’isolation thermique par l’extérieur, et les vitrages. Ceux-ci sont protégés à l’étage par un système de double peau, constitué d’une maille métallique tendue en spires rondes croisées d’inox et de laiton vernis, dont les reflets blonds joueront avec ceux de la pierre bordelaise.


133

MCVD

photos © JC Chabrière

Surface utile : 960 m² + aménagements espaces extérieurs Coût travaux HT : 1,857 M € Livraison : Mars 2010 Maître d’ouvrage : Mairie de Bordeaux Architecte mandataire : MCVD architectes Paysagiste : Sabine Haristoy Bureaux d’études techniques : INGEROP Conseil & Ingénierie

coupe longitudinale


134

Immeuble de bureaux eco-construction THPE+ (-20%) à bordeaux (33) Le maître d’ouvrage souhaite implanter un immeuble neuf de bureaux à louer sous forme de plateaux libres, dans un ensemble immobilier existant, sur une zone de stationnement délaissée en bordure de la rue Lecocq à Bordeaux. Le bâtiment s’insère dans la logique de l’alignement sur rue, ses volumes et traitements présentant un jeu qui atténue l’effet de barre que les règlementations urbaines suscitent. Sur le pignon d’entrée, une arche enjambant les parkings couverts se développe côté jardin sous forme de pans maçonnés en équerre, qui abritent des excroissances des bureaux. Le dernier étage en béton est « posé » sur le socle constitué par le rez-de-chaussée et le R+1, dont le traitement continu en pierre assure l’assise générale du bâtiment sur le site. Le projet s’implante sur une zone du parking d’un ensemble de bureaux existant situé en plein cœur de Bordeaux, le long d’une voie. Les contraintes du site mêlent une réglementation urbaine très contraignante et limitative pour ce genre de programme, un contexte urbain assez particulier et hétéroclite, une gestion singulière des accès et du fonctionnement du chantier (site occupé, les bâtiments intégrés à l’unité foncière fonctionnant). La structure du bâtiment est constituée d’éléments traditionnels en béton armé (poteaux-poutres, voiles…) coulés sur place reposant sur des fondations profondes (micro-pieux) ; certaines parties ont été préfabriquées.

Tout le bâtiment est traité avec de l’isolation thermique extérieure (ITE) afin de réduire les ponts thermiques, avec diverses finitions, soit enduit sur isolant, soit parement en pierre naturelle agrafée. Une étude affinée des détails a permis la continuité de l’ITE malgré les découpes volumétriques. La toiture terrasse principale est étanchée par une membrane photovoltaïque et toutes les pièces de raccord particulières ont été réalisées en zinc pré-patiné. Les menuiseries extérieures sont en aluminium laqué à rupteurs de ponts thermiques avec vitrages adaptés à chaque exposition. Une mission Eco-construction accompagne le maître d’ouvrage dans son choix d’équiper le bâtiment dans le strict respect du développement durable : THPE+ (-20%) atteint grâce à une enveloppe performante (isolation thermique extérieure continue et vitrages performants), chauffage et rafraîchissement par pompe à chaleur, CTA avec récupérateur de calories, VMC double flux, étanchéité photovoltaïque, système de récupération d’eaux de pluie pour l’arrosage, le nettoyage et les chasses d’eau, système de gestion technique intelligente du bâtiment (GTC) à programmation écologique, éclairage extérieur photovoltaïque autonome, éclairage des bureaux par lampadaires modulaires « intelligents » (chaque appareil est équipé de détecteurs de présence et de luminosité programmables), équipements sanitaires économes, etc.


135

MCVD

RDC

R+1

Surface utile : 2 500 m² + aménagements espaces extérieurs Coût travaux HT : 3,38 M € Livraison : Juin 2009 Maître d’ouvrage : Groupe Réaumur France Architecte mandataire : MCVD architectes Bureaux d’études techniques : Ingerop Conseil & Ingénierie

R+2


136

Meryem Hasnaoui Cenon

Construction d’une maison individuelle à Saint André de Cubzac (33) Le projet répond à une demande du client au niveau de la programmation de l’aménagement. La famille se voulait indépendante au niveau des espaces jours/nuits sans séparations définies physiquement. La réponse au programme s’est formalisée en premier lieu dans l’adaptation au terrain de la morphologie de l’habitation.

Les poteaux structurels viennent ponctuer ces deux espaces, leurs hauteurs et nombres créent les séparations indirectes. Cette sensation est renforcée par la mise en place d’ameublement venant s’intégrer dans la structure et détermine des passages et hauteurs relatives a la fonction spatiale du lieu dans lequel on se situe.

Le projet poursuit les lignes directrices de la parcelle et s’oriente ouvertement vers le fond de celle-ci pour une prise de lumière et d’espace extérieur privilégiée.

L’espace jour se dévoile sur une ouverture progressive vers le fond de la parcelle, un espace modulaire, construit en coulissants de manière à ouvrir ou fermer le lieu et vient annoncer cette ouverture sur l’espace jour.

La façade au Nord a été étudiée pour y intégrer l’entrée et les pièces de services. L’étude s’est faite sur le principe de l’imbriquement de deux espaces de vies, par l’expression morphologique et typologique de l’habitation. Deux structures indépendantes, deux toitures, hauteurs, morphologies formant les pignons qui se poursuivent vers le fond de la parcelle. Une verrière à ciel ouvert vient s’articuler entre ces deux structures, formant un pan de toiture liaisonnant les deux pignons. Les deux espaces de vies sont visiblement deux unités distinctes qui à l’intérieur de l’habitation se dévoilent indirectement.


137

Surface utile : 180 m² + garage/cellier 20 m² Coût travaux HT : 0,22 M € Livraison : Mars 2011 Maître d’ouvrage : Noël Canty Architecte mandataire : Hasnaoui Meryem

Meryem Hasnaoui


138

Métaphore Bordeaux

Construction d’une salle polyvalente à Arès (33) Reconstruction d’une salle détruite suite à un sinistre, à proximité des équipements publics, en second rideau vis à vis de l’espace public. Le programme comprend un hall d’accueil avec bar et vestiaire, une salle de spectacles de 300 places avec gradins mobiles, régie, équipement scénique orienté vers le spectacle vivant, salle de réunion, Office traiteur, loges et sanitaires. Le parti architectural vise à créer un bâtiment repère grâce au « volume-façade » de la salle de spectacles et la transparence des espaces d’accueil dont la façade vitrée est rythmée par un jeu aléatoire de poteaux bois en référence aux troncs de la forêt de pins.

La visibilité de ces espaces de convivialité depuis l’accès au site donne au bâtiment un caractère attractif par une façade qui prend une autre dimension les soirs de spectacle, par sa mise en lumière dans le même but de rapprochement de la ville et d’appel du visiteur. Outre sa fonction de lisibilité, la galerie constituée par la « façade filtrante » de poteaux joue le rôle de protection solaire des baies vitrées et apporte au bâtiment un espace couvert en prolongement des espaces extérieurs de convivialité.


139

Surface utile : 739 m² Coût travaux HT : 1,7 M € Livraison : Mars 2010 Maître d’ouvrage : Commune d’Arès Architecte mandataire : Métaphore SARL Bureaux d’études techniques : ATCE Bordeaux

Métaphore


140

Construction d’une école maternelle à Macau (33) Procédure adaptée lancée par la Commune à la suite d’une Convention d’Aménagement des Écoles menée avec le concours du Conseil général de la Gironde ayant défini l’implantation et le programme. L’implantation de la nouvelle École Maternelle est située à l’emplacement d’une moyenne surface commerciale vacante qui a été démolie. Construction d’une école BBC en ossature bois de 8 classes, une salle de motricité, un restaurant scolaire, un pôle administratif, un préau,cour et voirie et parking.


141

Métaphore

Surface utile : 1 479 m² Coût travaux HT : 1,9 M € Livraison : Juin 2011 Maître d’ouvrage : Commune de Macau Architecte mandataire : Métaphore SARL Bureaux d’études techniques : Compétences Ingénierie


142

Michel Moga Bordeaux

Surface utile : 4 371 m² Coût travaux HT : 10,33 M € / Concours - projet non retenu Maître d’ouvrage : Conseil général de la Gironde Architecte mandataire : Michel Moga Paysagiste : Freddy Charrier Bureaux d’études techniques : CETAB Ingénierie / ADDENDA (HQE)


143

Michel Moga

Restructuration et construction partielle du collège Michel Montaigne à Lormont (33) Le Collège Michel Montaigne de Lormont, se trouve au cœur de Lormont-Génicart. Ce lieu regroupe le pôle éducatif et sportif du quartier. Pour réinsérer ces cités dans le fonctionnement général et normal de la CUB, améliorer les conditions de vie quotidienne des habitants du quartier et mettre en place un processus qui permettra de renouer avec un minimum de vivre ensemble, par l’éducation scolaire, sportive et civique. Les intentions du GPV et les projets actuels ou futurs ont nourris notre réflexion sur la place du collège Montaigne dans le quartier : sur son inscription urbaine, architecturale et paysagère. Inscrire le projet dans le schéma paysager du site : un collège au cœur du parc. Les objectifs en termes de paysage étaient : • maintenir le patrimoine végétal remarquable existant, ouvrir la vue sur l’esplanade depuis le rue Montaigne • jouer avec le dénivellement du terrain pour créer des cours à géométrie variable

images © Atrait

Le parti architectural : • implanter judicieusement les différents pôles en fonction de leur destination d’équipement public ou privé. • limiter l’impact des véhicules sur le site • travailler avec la topographie du terrain sur l’ensemble de la parcelle. • conserver et requalifier le bâtiment restructuré. Requalification du bâtiment restructuré : choix d’une enveloppe métallique qui donne une apparence homogène. Ce même matériau est décliné sur l’ensemble des bâtiments et devient façade principale de la salle de sport, clôture et barrière visuelle les divers accès.


144

More Architecture Bordeaux

 onstruction de la maison C de la montagne à Pau (64) L’acte fondateur du projet de « maison de la culture et de la montagne » rappelle que ce lieu doit devenir une passerelle entre l’univers de la montagne et les gens du quartier et de la ville de Pau. A travers des entités différentes mais complémentaires, il s’agit de mettre en relation des publics éloignés, habitants du quartier et pratiquants de la montagne, jeunes et moins jeunes, autour d’un équipement qui se doit d’être un « lieu des possibles ». Le ROC est un concept nourri d’un imaginaire et d’un vocabulaire issu de la Montagne et de ses pratiques. C’est un lieu de Refuge, de Ressource à la fois dans le quotidien et dans l’exception, c’est un lieu de rencontre, de sociabilité, de découverte, une topographie qui se pratique et s’expérimente. Le désir, l’effort et l’aboutissement sont les mots clés qui décrivent l’état d’esprit du montagnard et qui ont guidé nos recherches dans l’élaboration du projet du ROC. L’horizon gagné c’est l’ascension du ROC et la vision panoramique du dernier niveau vers la chaine des Pyrénées. Le bâtiment joue le rôle d’ articulation entre le paysage urbain et le paysage des espaces verts

à l’arrière en développant une topographie qui prolonge la coulée verte et recrée rue Berlioz la verticalité d’une façade urbaine. Une salle de danse, une salle d’exposition et des commerces liés à la montagne s’ouvrent sur la rue et se « mettent en scène » sur l’espace public. La façade Sud se déploie, s’ouvre en grand sur le parvis et propose ainsi une interface privilégiée entre les activités à l’intérieur (bibliothèque, espaces d’escalade et bureaux d’associations) et l’extérieur. En partie Sud Ouest, le bâtiment change de nature, il s’étage et rejoint le sol. Nous passons progressivement d’une façade urbaine à une « façade paysage ». A travers ce changement d’état, le bâtiment se dévoile comme une topographie, une montagne habitée qui se parcourt, se grimpe, se vit. À l’image de cette topographie inspirée des sentiers de montagne, l’intérieur du bâtiment s’organise autour d’une faille centrale toute hauteur contenant l’escalier « sentier » de distribution des étages.


145

More Architecture

R+2

R+1 Surface utile : 1 245 m² Coût travaux HT : 2,2 M € / Concours - projet non retenu Maître d’ouvrage : Ville de Pau Architecte mandataire : More architecture Architecte associé : CoCo architecture Bureaux d’études techniques : Laumond Faure Graphiste : Julie Soistier

RDC


146

Pierre Marsan Pau


147


148

Réfection de la cour récréative du Lycée Louis Barthou à Pau (64) Au cœur d’un site patrimonial de la ville de Pau, une forêt naissante redéfinit le vaste espace de la cour centrale du lycée. L’objectif des plantations du mail est la création d’un sous-bois dans la cour du lycée, pour retrouver les sensations d’une promenade en forêt grâce à la mise en place d’un couvert végétal dense et familier et drainer les eaux de ruissellement d’une cour anciennement bitumée. Au sol, les bandes d’herbes et de graminées plus hautes jouent le rôle de noues. Des placettes sont aménagées pour recevoir les équipements usuels. Réalisées en bois, elles sont occupées par un mobilier adapté permettant différents usages. Le mail est traversé par un réseau de cheminements, qui se matérialisent par la constitution de bandes entremêlées. Leur surfaces se déforment au gré de pliages et dépliages afin de créer des volumes, où sol, parois verticales et toits ne font plus qu’un élément formant le préau et l’espace sanitaire.

L’espace créé est à la fois « architecture » et « objet sculptural ». De l’intérieur, des percées visuelles générées par les pleins et les vides s’offrent aux usagers. La multiplicité des ouvertures anime l’espace d’ombres changeantes au fil du temps. L’organisation des bandes tissées offre des espaces couverts/découverts qui s’adaptent à la météo et aux envies des usagers. Inattendu, cet objet rompt avec les règles classiques de la géométrie pour s’aventurer dans un vocabulaire architectural informel et expressif. Le préau se prolonge en sol de part et d’autre de l’édicule traçant au travers de la cour végétalisée une ligne maçonnée.


149

Surface utile : 5 295 m² Coût travaux HT : 1 M € Livraison : 2012 Maître d’ouvrage : Conseil régional d’Aquitaine Architecte mandataire : Pierre Marsan Paysagiste associé : Pays Paysage Bureaux d’études techniques : Bernad Beroy Ingénierie (structure) / SETAH (fluides) / IDEEL Environnement (environnement) / Francis Aubert (économiste)

Pierre Marsan


150

Construction de la Maison des lycéens, lycée Champo à Mauléon (64) Le projet de maison des lycéens interprète des éléments du patrimoine de la Soule, en composant ses volumes à partir de l’organisation scénique des pastorales, et de la géométrie particulière de la coupole de l’église de l’Hôpital Saint Blaise toute proche. De la scène d’une pastorale, nous avons voulu retenir l’organisation en deux plans, l’un vertical formant le fond de scène, et l’autre horizontal, proche d’un carré. On obtient ainsi un espace orienté suivant une direction, qui va définir un volume à aménager. De la coupole nous avons pris le système de rotation des éléments, qui appliqué au volume initial produit par composition un volume en rotations successives.


151

Pierre Marsan

photos © Anne Leroy

Surface utile : 140 m² Coût travaux HT : 0,314 M € Livraison : Octobre 2010 Maître d’ouvrage : Conseil régional d’Aquitaine Architecte mandataire : Pierre Marsan Bureaux d’études techniques : Bernard Berorz / SETAH / IDEEL / Francis Aubert (économiste)

1550

169.1

9

169.1

4

P2

171.6

0

172.9

2 169.2

1

165.0

7

169.2

0

172.0

172.4

8

9

165.1 171.3

2

169.0

0

6

172.8

169.3

7

165.0

3

170.9

3

7

171.4

9

165.1

3

172.3

168.6

4

2

169.7

2

P2

168.5

169.3 6

6

0

8

171.0

173.5

169.7

4 169.0

7

168.3

2

171.1

170.4

0

0

173.5

173.8

167.8

6

7

7

168.5

165.0

3

9

169.4

4 167.7

8

165.1

3

171.8

8 171.1

168.0

5

7

T2

171.1

7

166.9

165.1

5

3

P2

173.9

173.9

165.1

3

4

seuil

3

2

8

6

6

165.1

165.0

169.0

171.1

165.2

170.0

9

166.1

7

0

165.1

4

169.3

7

174.0

0

169.6 173.8

1

165.2

1

5

seuil

166.7

P2

PTT

6

171.3

0 168.7

8

164.8

5

173.9

164.9

9

2

168.9

164.9

7

5

165.3

7

169.3

0

169.3

168.6

8

6 165.0

170.9

5

4

172.4

seuil 165.0 2

164.9

7

1

170.9

169.2

1

2

164.9

5

168.2

seuil

0 165.0

sol pelouse

164.9

5

167.7

164.9

sol gravier

2

9

3227

170.9

5

1

7

2

0

164.8

167.8 168.3 174.7

0

174.6

5

167.7

167.5

4

170.2

1

1

164.8

1

175.5

7 170.1

167.6 9

2

169.5

3

169.5

3

175.2

7

167.0

3

166.9

5

167.1

176.2

9

5

175.9

168.9

4

167.4

4

5

169.5

167.3

8

2

167.9

167.0

6

5

st.

169.1

3

167.3

168.9

7

9

9

1

st.

168.7

170.0 175.7

9

167.6

167.6

4

168.4

4

4

168.9

4

170.4 7 166.0

7 164.6

0

166.5

174.1

3

3

166.2

1

166.4

5

550 165.1

6

1500


152

Poggi & Garrigue Bordeaux

Construction du Centre d’Ingénierie et de Gestion du Trafic à Lormont (33) Le site est vallonné, en lisière de la rocade, au sein d’un quartier résidentiel et à proximité du Château du Prince Noir. Le tracé de la rocade, renforcé par le mur antibruit, est la ligne de force sur laquelle s’appuie le projet. Il s’agit de concevoir un équipement public, protégé des nuisances acoustiques, exprimant la technologie qu’il abrite.

La salle d’exploitation, vaste, claire et calme est équipée d’un large pupitre aux courbes douces, d’un immense mur d’image et d’ordinateurs. L’acoustique, le contrôle de la lumière et de la température ont été étudiés dans le but d’assurer aux « veilleurs » de la DIRA un confort maximal et des conditions de travail les meilleurs possibles.

Le rez-de-chaussée est lié au paysage, orienté vers le jardin au sud. Il abrite toute la logistique : les bureaux ouvrent tous sur un hall généreux et étiré, coloré et lumineux. L’étage, qui abrite le pôle opérationnel est le contrepoint solide, en équilibre, expression des contraintes acoustiques et sécuritaires auxquelles il est soumis. La concentration et la réactivité sont au cœur du projet. La salle d’exploitation et la salle de crise ont fait l’objet d’études approfondies d’un point de vue technique. Les aménagements et le mobilier sur mesure sont le fruit de décisions arrêtées en concertation avec les utilisateurs et un ergonome.

La salle d’exploitation est volontairement positionnée en tête, en pignon, avec une large baie vitrée et une vue imprenable sur le pont d’Aquitaine, à la manière d’une tour de contrôle.


153

Poggi & Garrigue

photos © Stefan Lucas

Surface utile : 1 000 m² Coût travaux HT : 1,9 M € Livraison : Avril 2010 Maître d’ouvrage : DIRA de la GIRONDE Architecte mandataire : Poggi & Garrigue Paysagiste : Hervé Gastel Bureaux d’études techniques : IOSIS / ABC décibe (acoustique) / Cabinet Chapat (ergonomie)

coupe longitudinale


154

Extension et restructuration des Laboratoires I.M.S. à Talence (33) Le but est de doubler la surface utile et de regrouper toutes les équipes du laboratoire I.M.S. (intégration du Matériau au Système) dans un seul bâtiment. Deux grandes options sont prises : • Une géométrie simple, en réponse au contexte hétérogène et au caractère évolutif du programme. • Un bâtiment partiellement surélevé afin de libérer un maximum de surface au sol, et de grands plateaux libres au-dessus. Le volume se greffe à l’existant et forme un tout fonctionnel, sans engendrer de lourdes modifications. L’extension se décompose en deux volumes compacts, imbriqués et fortement différenciés. Le premier volume est sombre et massif. C’est un point d’ancrage. Il est en béton lasuré et texturé. Le deuxième volume est décollé du sol et posé sur pilotis. Il est blanc laiteux et aérien. Il est revêtu d’une façade ventilée, qui, selon les orientations, contribue à une réduction des besoins énergétiques.

Au final, le bâtiment est une vitrine de l’Université ; c’est un projet contemporain, efficace et sobre. Le bâtiment intègre des solutions performantes vis-à-vis des contraintes environnementales et répond aux besoins d’adaptabilité. La confrontation entre l’existant et l’extension, souligne la volonté d’inscrire l’I.M.S. dans une notion de changement et d’évolution, sans mimétisme mais vers une complémentarité. La nuit, la lumière découpe franchement les ouvertures. L’éclairage en sous face accentue l’effet de « lévitation ».


155

Poggi & Garrigue

images de synthèses © Franck Rive

façade nord

Surface utile : 1 300 m² (retructuration) / 4 485 m² (extension) Coût travaux HT : 6,1 M € Livraison : 2013 Maître d’ouvrage : Universite Bordeaux I Architecte mandataire : Denis Debaig Architecte Architecte associé : Poggi & Garrigue Bureaux d’études techniques : CETAB ingénierie, Emacoustic (acoustique)


156


157

Poly Rythmic Bordeaux


158

Construction et extension au Centre de Formation Multimétiers de Reignac (33) Construction et extension de bâtiments à usages d’enseignement. Salle de cours, salles de TP, salles de TD, laboratoire chimie, salle de conférences, bureaux, cuisine centrale. Un bâtiment écologique et économique Le bâtiment s’organise selon un plan carré autour d’un patio, prétexte à la détente et à un éclairement naturel des circulations. Le bâtiment est conçu en ossature bois, avec une isolation renforcée. La protection solaire des façades est assurée par la présence d’une deuxième peau en bois, à lames disjointes qui régulent le taux d’ensoleillement. Le poinçonnement des ouvertures qui rythment les façades, sont autant de cadrages sur la nature, comme des tableaux accrochés au mur. L’isolation est composée par un sandwich de différents matériaux : • Ouate de cellulose, entre ossature bois (200 mm). • Laine de bois en sur-isloation extérieure, afin de traiter les ponts thermiques et pour améliorer le confort d’été (40 mm). • Doublage intérieur (70 mm).

• Etanchéité à l’air maitrisée • Ventilation double flux. • L’inertie thermique est assurée par une dalle béton finition quartz. • Pompes à chaleur de faible puissance, car besoins énergétiques en chauffage faibles. • Panneaux solaires pour eau chaude sanitaire. • Une verrière photovoltaïque pour une lumière zénithale tamisée et pour tendre vers un bâtiment BEPOS (bâtiment à énergie positive). • Un masque végétal à feuillage caduque renforce la gestion de l’ensoleillement. • Le bilan CO² est réduit grâce à l’utilisation du bois et de matériaux de provenance locale. • Santé : Matériaux sans formaldéhydes ni COV. • Plantation de végétaux non allergènes. • Bois brut imputrescible sans traitement chimique (Douglas du limousin purgé d’aubier).


159

Poly Rythmic

photos © Ludovic Lachavanne

Surface utile : 2 115 m² Coût travaux HT : 2,79 M € Livraison : Septembre 2010 Maître d’ouvrage : Communauté de Communes de l’estuaire Architecte mandataire : Poly Rythmic Architecture Bureaux d’études techniques : Cube ingénieurs (structure) / Cap ingelec (fluides) / Vincent Pourteau (économiste) / Kopilot (opc)


160

Construction d’une maison bois sur pilotis à Bordeaux (33) Du végétal à tous les étages, pour cette maison de ville. Ne pouvant guère s’ouvrir en façade, l’habitation se développe autour d’un patio. Les larges baies vitrées de ce dernier, offrent l’apport solaire nécessaire au sud. L’orientation des baies et l’importante épaisseur de l’isolant, permettent à la maison d’obtenir son label BBC. Les limites entre l’intérieur et l’extérieur s’effacent. On passe du parquet aux caillebotis bois de la terrasse-patio, sans s’en rendre compte, les rails des baies affleurent avec le sol.

Posée sur ses pilotis, et proche de la Garonne, la maison flotte au dessus d’un jardin d’ombrage, et échappe aux risques d’inondations. Elle offrira à terme, sur son toit, un potager et un jardin de senteurs. L’ossature bois, comme le bardage à lames disjointes, sont en pins des landes, ce qui permet à la construction de présenter un bilan carbone optimisé.


161

Poly Rythmic

TOIT JARDIN

R+1

RDC

photos © Ludovic Lachavanne

Surface utile : 100 m² Coût travaux HT : 0,125 M € Livraison : 2012 Maître d’ouvrage : Privé Architecte mandataire : Poly Rythmic Architecture Bureaux d’études techniques : Noleo Conseil (thermique)


162


163

Pop Architectes & Atelier Giet Bordeaux


164

Restructuration et extension de Capforest à Talence (33) Rénovation lourde en vue de recentrer des laboratoires d’essais de l’Institut du Pin des Landes. Le projet est la restructuration et l’extension d’une halle existante située sur le campus universitaire. Le bâtiment s’articule en trois volumes. Implanté le long de la voie du tramway, il en épouse les courbes et forme une façade urbaine pour le campus. L’ensemble est dédié à la recherche dans le domaine du bois, et abrite divers ateliers et laboratoires, ainsi que des bureaux. L’extension de la halle est réalisée entièrement en structure bois, et plus spécifiquement en pin des Landes. La façade est constituée d’éléments horizontaux, tels un empilage de plateaux bruts de scierie. Avec divers degrés de finition : le process de transformation du bois établi en plan dans la halle est ainsi reproduit en façade. Ces lames horizontales servent également de brise-soleil pour la façade Sud.

Performances environnementales : • isolation performante toutes parois/protection solaire efficace • ventilation nocturne naturelle (châssis motorisés) • bardage et éléments de structure en pin des landes, matériaux bruts • choix de produits « sains » • chantier vert et bilan carbone effectué


165

Pop Architectes & Atelier Giet Architecture

photos © Vincent Monthiers

R+1

Surface utile : 1 669 m² Coût travaux TTC : 1,9 M € Livraison : Novembre 2010 Maître d’ouvrage : Université Bordeaux I Architecte mandataire : atelier Giet Architecture Architecte associé : Pop Architectes, Matthieu de Boussac Bureaux d’études techniques : CBS / Actibat / Energie Concept / Belissen / Enerco Conseils

RDC


166

Revel’Archi Cenon

Résidence Arago à Pessac (33) Le quartier Arago va connaître une profonde mutation pour apporter une meilleure qualité de vie aux habitants du quartier et aux locataires de la résidence Arago. Cette opération qui va s’échelonner sur plusieurs années, propose une nouvelle trame mais surtout une réhabilitation qualitative de la résidence en adaptant des principes d’un éco quartier. Plus d’ouverture vers la ville, une approche paysagère diversifiée, une nouvelle offre résidentielle, des réhabilitations centrées sur la performance énergétique et la qualité architecturale… L’ambition du projet de requalification du quartier Arago est d’offrir un nouveau cadre de vie pour tous.


167

Surface utile : 70 600 m² Coût travaux HT : 40 M € / Projet lauréat Maître d’ouvrage : Domofrance Architecte mandataire : Richard Vianne-Lazare Architecte associé : Debarre-Duplantiers associés Bureaux d’études techniques : INGEROP / ECOTEN (économiste)

Revel’Archi


168

Samazuzu Saint Sébastien

Construction de 48 logements, éco-quartier de Séqué à Bayonne (64) La Zone d’Aménagement du SEQUE, située à la limite Nord Est du territoire de la ville de Bayonne se compose de 14 ha, propices à l’urbanisation et bénéficiant d’un environnement de qualité en particulier paysagère. Compte tenu de la qualité du site et de son environnement, l’Aménageur et la Ville de Bayonne ont mené une réflexion globale sur de nouvelles formes d’habitat urbain, en cohérence avec les principes du développement durable et la notion d’habitat économique. Une fois l’étude urbaine réalisée nous avons été chargés de réaliser le projet de un des lots de la ZAC. Le projet concerne la réalisation de logements à l’îlot 3A de la ZAC de Séqué.

La surface de la parcelle est de 5.620 m² et les 48 logements se divisent en 6 bâtiments distincts. L’organisation des bâtiments permet des relations de voisinage qui soient en même temps des relations d’indépendance. Cette notion répond à une envie, une besoin d’extérieur privatif, résolu par d’amples terrasses qui permettent de vivre dehors… dans la forêt… chez soi. L’organisation interne des logements optimise l’espace en donnant des surfaces de grande qualité. Un éco-quartier où il fait bon vivre.


169

Surface utile : 2 970 m² Coût travaux HT : 3,85 M € Livraison : 2011/2014 Maître d’ouvrage : Sobrim Architecte mandataire : Pablo Samaniego (samazuzu arquitectos s.l.p.) Paysagiste : David Abéradère Bureaux d’études techniques : Ingérop Conseil & Ingénierie Sud Ouest

Samazuzu


170

Sandie Diaz & Fanny Perier Bordeaux

Construction d’un atelier de peintre « l’atelier perché » à Floirac (33) Création d’un atelier de peintre, en continuité de la maison existante, sur une parcelle rescapée de divisions parcellaires dans un contexte urbain hétérogène aux voiries de grands formats. Le projet a été arrêté par les clients pour causes personnelles. La complexité de l’intervention résidait dans l’exiguïté et la géométrie particulière de la parcelle. La présence d’un tilleul s’est révélée une contrainte positive dans l’articulation et la volumétrie du projet. La présence sur le terrain de deux bâtiments d’époques différentes (début XIX° et années 2000) a fait évoluer le traitement du projet vers une sobriété et une épure en terme de volumes, de matières et d’ouvertures. Les conditions de travail souhaitées par le peintre (lumière neutre) ont achevé d’orienter l’entrée zénithale de lumière vers le Nord et ont généré une recherche de verticalité dans la réponse architecturale.

Surface utile : 44 m² Coût travaux HT : 0,045 M € / Études 2010 - Projet non réalisé Maître d’ouvrage : Privé Architecte mandataire : Sandie Diaz & Fanny Perier architectes


171

Sandie Diaz & Fanny Perier

Restauration des bâtiments de l’Île de Malprat à Biganos (33) L’Île de Malprat, territoire endigué de 139 ha en fond du Bassin d’Arcachon et ancien site salicole puis piscicole du Delta de la Leyre, est propriété du Conservatoire du Littoral. Réserve naturelle faunistique, elle est gérée par la commune de Biganos et le Conseil général. Dans le cadre de son entretien (lutte contre l’invasion des baccharis, remise en pâture des près et buttes) et pour maintenir la diversité des usagers occupant le site (garde, agriculteur, bagueurs, chasseurs, visiteurs occasionnels), le Conservatoire a décidé de restaurer les bâtiments de l’Île. Surface utile : 246 m² Coût travaux HT : 0,22 M € / Études 2010 - Projet non réalisé Maître d’ouvrage : Conservatoire du Littoral et des Rivages Lacustres Architecte mandataire : Fanny Perier architecte Architecte associé : Sandie Diaz architecte et architecte paysagiste


172

Sarthou & Michard Bordeaux


173


174

Construction d’une maison au Bouscat (33) Le projet est situé dans un contexte urbain dense, en mitoyenneté sur ses deux limites latérales. Le règlement d’urbanisme impose dans ce secteur de construire de limite en limite. La principale demande du Maitre d’ouvrage était de faire entrer la lumière au maximum dans toutes les pièces de la maison. L’enjeu du projet était donc d’arriver à concilier les attentes d’ensoleillement et d’intimité du maître d’ouvrage avec les contraintes réglementaires et l’orientation de la parcelle. D’un point de vue constructif, le maître d’ouvrage étant également le gérant de l’entreprise de gros œuvre, le béton s’est naturellement imposé. La maison compte trois niveaux (cave comprise) ; elle s’organise autour de patios intérieurs, et s’ouvre à l’arrière sur un jardin avec une piscine en béton semi enterrée. Depuis la rue, on accède sur un patio d’entrée qui sépare et protège du contact de l’extérieur. Le salon est vitré d’un coté sur ce patio et de l’autre sur le jardin ce qui permet d’avoir un espace traversant au rez-de-chaussée sans contrainte de vis-à-vis sur la rue.

A l’étage, les chambres sont organisées perpendiculairement par rapport à l’espace de vie du RDC, créant une façade latérale en décalage de 4m par rapport à la limite de mitoyenneté. Ce décalage permet de créer un toit terrasse accessible et d’offrir à ces espaces de nuits une terrasse privative à l’abri des regards. Afin d’assurer la protection solaire nécessaire au sud (coté jardin) la dalle de toiture et la dalle du plancher de l’étage, se prolongent d’un mètre sur le jardin faisant office de brise soleil. La pluralité des espaces extérieurs (patio d’entrée, jardin, toit terrasse) permet de créer des scénarii de vie selon les différents moments de la journée. D’un point de vue énergétique la production de chaleur se fait par une chaudière bois à granulés et le chauffage est un plancher chauffant basse température. On trouve également un récupérateur d’eau de pluie et on a la possibilité de coupler le ballon d’eau chaude sanitaire à des panneaux solaires en toiture.


175

Sarthou & Michard

photos © Philippe Caumes

façade sur rue

Surface utile : 130 m² Coût travaux HT : NC Livraison : Mars 2012 0m

Architecte mandataire : Sarthou & Michard Architectes Bureaux d’études techniques : ETBA, CP3E (thermique)

façade sur jardin

5m

N

Maître d’ouvrage : Privé

Fa


176

Réhabilitation et extension d’une étude notariale à Andernos (33) Le contexte de la commande était d’apporter une réponse technique à la problématique des infiltrations d’eau importantes par les modénatures en façades, et de proposer un réaménagement intérieur des bureaux afin de répondre aux normes d’accessibilité handicapés. Au cours de cette première phase de travaux le programme s’est complexifié par la création d’un étage de bureaux supplémentaire en attique au dessus du bâtiment existant. Le projet consiste en une réhabilitation totale de l’étude notariale, la création d’une nouvelle enveloppe extérieure (phase 1) et la surélévation d’un étage supplémentaire de bureaux (phase 2). Création d’une nouvelle enveloppe extérieure en bardage vertical zinc quartz et zinc anthracite qui redessine les façades d’origine et qui répond aux problèmes d’étanchéité des façades du bâtiment.

Réaménagement intérieur du bâtiment existant (surface utile 440 m²) : • réaménagement du rez-de-chaussée, modification des bureaux, de l’accueil, de la salle d’attente et des sanitaires • rafraichissement du 1er étage • réaménagement du sous-solcréation d’une salle d’archives et d’une salle de réunion Surélévation du bâtiment (surface utile 83 m²) : • création d’un étage supplémentaire en attique sur les 4 façades, destiné à recevoir 7 bureaux. La nouvelle toiture du bâtiment aux avant-toits généreux (1,5 m) se prolonge jusqu’à l’aplomb des nouvelles façades en bardage zinc et vient coiffer et compléter l’ensemble du projet.


177

Sarthou & Michard

01 01

02 02

03 03 0404 0505

06

07

08

09

10

11

12

coupe AA'

N 0m

Plan RC

2m

photos © Philippe Caumes

RDC

Surface utile : 524 m² Coût travaux HT : 0,55 M € Livraison : Juillet 2011 01 1 0202 03 0304 0405 05

06

07

08

09

10

11

12

13

14

15

16

17

18

coupe AA'

Maître d’ouvrage : Privé Architecte mandataire : Sarthou & Michard Architectes Bureaux d’études techniques : ETBA

N 0m

Plan R+1

2m

R+1

1

02

03

04

05

06

07

08

09

10

11

12

13

14

15

16

17

coupe AA'

N 0m

R+2

2m

Plan R+2


178

Script Atelier Bordeaux

Restructuration d’une maison et d’un hangar à Bordeaux (33) Situé entre Bordeaux Belcier et Sainte-Croix, le projet prévoit la restructuration d’une maison et d’un hangar. Les espaces de vie s’articulent autour de la cour-patio centrale, qui devient lieu de vie en plein air et prend alors tout son rôle de rotule entre la maison et le hangar. Côté maison, la grande façade vitrée rend les espaces perméables. Côté hangar, un préau vient prolonger les espaces ateliers intérieurs et les relier à la cour. La rénovation emploie un langage contemporain, tout en valorisant les éléments anciens qui racontent l’histoire et l’identité du lieu.


179

Script Atelier

wc entrée

wc entrée atelier

cour

atelier

cour cuisine

SL

LL

SL

LL

cuisine

LV

LV

RDC

PLAN RDC 1/100

PLAN RDC 1/100 wc entrée Dressing wc atelier

Dressing

cour

Chambre 1

wc Chambre 1 cuisine

SL

LL

Salon

LV

Salon

Sdb

Chambre 2

Sdb

Chambre 2

R+1

PLAN RDC 1/100 PLAN R+1 1/100

PLAN R+1 1/100

Surface utile : 220 m² Dressing

Coût travaux HT : 0,165 M €

wc Chambre 1

Livraison : Août 2011

Chambre 3

Maître d’ouvrage : M. et Mme Rive

Chambre 3 Salon

Architecte mandataire : Script Atelier Bureaux d’études techniques : ID Bâtiment

Sdb

Chambre 2 Bureau

Bureau

R+2

PLAN R+2 1/100

PLAN R+1 1/100 PLAN R+2 1/100

Chambre 3

Bureau

PLAN R+2 1/100


180

Site & Architecture Bordeaux

Extension de l’internat du lycée Armand Fallières à Nérac (47) Le Lycée Armand Fallières de Nérac est un lycée d’enseignement général et technologique agricole. Il accueille 300 élèves en formation initiale dont 80 % sont des internes. L’origine de l’établissement remonte au début des années 1970. Le commanditaire est le Conseil régional d’Aquitaine/SEM 47, il s’agit de répondre à une demande de 72 lits supplémentaires pour la rentrée de 2011. L’opération se veut emblématique de la démarche de Qualité Environnementale promue par la Région. L’hébergement sera assuré dans des chambres de 4 élèves pour un total de 14 chambres (7 ch.filles + 7 ch. garçons) sur 2 niveaux. Le bâtiment est en liaison direct avec l’internat existant. Composition paysagère : conservation de sujets d’arbres anciens remarquables, Séquoïa et Cèdre.

Composition architecturale : recherche de compacité du bâtiment. • une « serre énergétique » : à la fois puits de lumière et support de panneaux solaires • une « volière végétalisée » : en façade exposée Sud, avec principe de filins en diagonale, • un « tapis médicinal » : plantations de Thym et de Lavande en pied de volière pour leurs effets antiseptiques et médicinaux • principe de durabilité des matériaux dans un souci de maintenance et d’entretien


181

Site & Architecture

façade sud-ouest

façade sud-est

photos © Site&Architecture, Agnès Liquard

Surface utile : 1 317 m² Coût travaux HT : 1,4 M € Livraison : Avril 2011 Maître d’ouvrage : Conseil régional d’Aquitaine / SEM 47 Architecte mandataire : Site & Architecture, Agnès Liquard, architecte DPLG et urbaniste qualifiée OPQU Architecte associé : Marine Merle, architecte DPLG Bureaux d’études techniques : Math ingénierie (fluides) / DEI Duvernay (structure)


182


183

Teisseire & Touton Bordeaux


184

Surface utile : 2 492 m² Coût travaux HT : 6,37 M € Livraison : Janvier 2012 Maître d’ouvrage : SCI BMA CURSOL Architecte mandataire : Teisseire & Touton architectes Bureau d’étude technique : ECCTA


185

Teisseire & Touton

Recomposition urbaine par la création d’un îlot mixte - îlot Cursol à Bordeaux (33) Dans une enclave située entre un axe de circulation important et une impasse, le programme mixte (commerces, bureaux et logements) s’attache à redonner de l’urbanité au quartier. La situation du quartier est ambiguë : proche tout autant du centre que des quartiers résidentiels, il est en effet marqué par une circulation abondante, et manque de repli urbain à proximité (si l’on excepte quelques places envahies par le stationnement). L’immeuble conçu s’élève sur trois étages, et reçoit des locaux commerciaux en RDC, des bureaux en R+1 et des logements sur les trois niveaux supérieurs. La plupart des appartements jouissent d’une double orientation et sont prolongés par de grandes terrasses, les toitures étant par ailleurs entièrement végétalisées. Une cour publique est enfin ménagée en fond de parcelle, tel un espace collectif, encourageant les échanges et la convivialité. La volumétrie de ce vaste complexe fait autant appel à la courbe qu’à l’angle droit. La circularité de la placette, les creux et les saillies ménagés dans les façades, le jeu sur les imbrications, l’unification de l’ensemble du bâtiment par le portique continu en RDC, renvoient à des modèles classiques ou néo-classiques relus à l’aune du XXIe siècle.


186

Construction d’un entrepôt de stockage et bureaux à Bruges (33) Le projet se résume par la cohabitation de deux volumes distincts. L’un, comporte le stockage des bouteilles de vin et le stationnement des salariés. Il est traité en bardage métallique, présente une grande hauteur sous plafond et ne comporte pas d’ouverture sur l’extérieur. L’autre, d’un gabarit inférieur, abrite les bureaux de l’entreprise sur deux niveaux. En bardage bois, il présente de nombreuses ouvertures en longueur en partie basse et un bandeau vitré périphérique en partie haute.


187

Teisseire & Touton

photos © Vincent Monthiers

RDC

Surface utile : bureaux 575 m² + entrepôt 2 290 m² Coût travaux HT : 1,9 M € Livraison : Avril 2010 Maître d’ouvrage : Les Vins de Crus Architecte mandataire : Teisseire & Touton architectes

R+1


188

TLR Architecture & Associés Bordeaux

Construction de la Nouvelle Clinique Bel Air à Bordeaux (33) Le Groupe Hospitalier Bordeaux Nord projette la construction du nouveau pôle Bel Air qui résulte de la décision du regroupement des cliniques Tourny et Saint Louis sur un même site dédié aux spécialités « Tête et Cou », à la chirurgie plastique reconstructrice et esthétique. Ce pôle chirurgical a l’ambition d’être un pôle d’excellence attractif à l’échelle de la ville de Bordeaux. La parcelle correspond aux dimensions d’un îlot entier et en reprend sa configuration. Ainsi, en périphérie, des nouvelles façades urbaines et minérales (béton et métal) s’implantent en limites et en dessinent son contour. L’emploi de plats aluminium permet de créer un frémissement et renforce une certaine vibration. Elles jouent ainsi le rôle de signal urbain et dialogue avec le bâti résidentiel environnant. Une façade, ouverte sur l’avenue de la République, exprime l’entrée principale. Elle s’ouvre face au parc Lucy et au site Primrose, situés de l’autre côté de la voie, et donne à voir son propre jardin,

sa propre intériorité. En effet, au cœur de cet îlot, sont créés deux jardins dont un accessible depuis l’avenue. Plus douces et chaleureuses, ces façades intérieures se parent de panneaux de contreplaqué brun foncé. La Nouvelle Clinique Bel Air sera divisée en 3 pôles : • un pôle « tête et cou » qui rassemblerait les activités : ORL, ophtalmologie, de stomatologie et de médecine du sommeil, • un pôle « urologie » qui garderait son activité préexistante, • un pôle « chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique ». Au total : 120 lits et places, 10 salles de blocs opératoires et 2 salles d’endoscopie.


189

Surface utile : 10 300 m² Coût travaux HT : 20 M € Livraison : 2013 Maître d’ouvrage : Groupe Hospitalier Privé Bordeaux Nord Aquitaine Architecte mandataire : TLR architecture & associés Bureaux d’études techniques : Ingénierie Développement / AEC Ingénierie

TLR Architecture & Associés


190

Vincent Geoffroy & Pierre Dabilly Bordeaux


191

Pierre Dabilly & Vincent Geoffroy

Terres d’oiseaux à Braud et Saint Louis (33) Situé dans les marais de Gironde sur la rive droite de l’estuaire, le site possède une richesse biologique et écologique de premier plan. L’aménagement du domaine des Nouvelles Possessions en réserve ornithologique nécessitait la requalification de ces milieux remarquables tout en permettant leur mise en valeur touristique. Enrichir la mosaïque des milieux d’accueil pour les oiseaux, a nécessité des travaux de rénovation des ouvrages hydrauliques en places ainsi que la création de trois plans d’eaux de diverses tailles (de 1.5 à 0.5 hectares). Un système d’assainissement autonome par lits à macrophytes est installé pour gérer les eaux usées des installations d’accueil du public. Des artefacts d’observation d’une grande simplicité scandent les cheminements dégagés dans les roselières par un système de gestion différenciée. Dans les parties les plus humides des caillebotis de chêne permettent les continuités piétonnes tout au long de l’année sans porter atteinte à l’écoulement naturel des eaux. Une tour d’observation panoramique (10 m de haut) est installée à proximité de l’espace d’accueil afin de percevoir l’étendue et la diversité du site et d’en faciliter l’interprétation dans le cadre des visites.

Surface utile : 116 hectares Coût travaux HT : 0,45 M € Livraison : Juillet 2009 Maître d’ouvrage : Mairie de Braud et Saint Louis Architectes : Pierre Dabilly, Architecte Paysagiste DPLG / Vincent Geoffroy, Architecte DPLG Bureaux d’études techniques : BCD CONSEIL, Daniel Planté mandataire


192

Vincent Geoffroy Bordeaux

Réalisation d’une maison contemporaine économique à Mérignac (33) Cette maison s’insère dans un tissu urbain de pavillon de moyenne densité, son implantation a été définie pour orienter les pièces de vie vers le jardin. Le plan se compose tels deux rubans dans la parcelle. Le premier qui définie les limites mitoyennes et la façade sur rue est réalisée en maçonnerie traditionnelle pour contrer les nuisances sonores. Le second est réalisé en ossature métallique + bardage en panneau sandwich afin de limiter les coûts tout en ayant un espace de qualité en privilégiant de grandes ouvertures vitrées sur l’extérieur. Tous les espaces de la maison ont une relation particulière avec l’extérieur par des cadrages, des continuités de surfaces.


193

Vincent Geoffroy

Surface utile : 120 m² Coût travaux HT : 0,135 M € Livraison : Mars 2011 photos © Edouard Decam

Maître d’ouvrage : Privé Architectes : Vincent Geoffroy, Architecte DPLG

N


194

Vincent Poeymiroo Mont De Marsan

Construction d’une maison individuelle à Moliets et Mâa (40) Dans un site naturel remarquable, en bordure du littoral landais, les contraintes réglementaires importantes guident la mise en place du projet. Celui-ci développe un système constructif bois, utilisant au maximum l’essence du pin des Landes, pour sa structure, ses parois et son plancher supportant une couverture en tuile de terre cuite : la structure en lamellé collé et les panneaux de remplissage en bardage à claire voie (red cedar) restent naturels. La partie de l’habitation semi-enterrée, recevant le bardage en acier corten, représente l’ancrage du projet au site, intégrant les parties servantes, l’abri voiture, l’entrée, la terrasse privative des chambres et le bassin de nage. Perpendiculaire à cette dernière, l’espace de vie principal suspendu au milieu des arbres et reposant sur le socle d’encrage du projet, participe à l‘intégration et au respect total du site (l’implantation nécessite l’abattage de dix arbres seulement).


195

Surface utile : 195 m² Coût travaux HT : NC Livraison : Février 2009 Maître d’ouvrage : Privé Architecte mandataire : Vincent Poeymiroo Architecte Bureaux d’études techniques : Soubaigné

Vincent Poeymiroo


196

Construction d’une maison individuelle à Capbreton (40) Dans un site naturel remarquable, en bordure du littoral landais adossé à l’arrière de la dune, les contraintes réglementaires importantes guident la mise en place du projet. Le projet s’organise autour d’un pin de dune que le maître d’ouvrage tenait à conserver en priorité. Les différentes parties du programme viennent enlacer cet arbre qui participe aussi à la protection solaire de l’ensemble. Ce projet développe un système constructif bois, utilisant au maximum l’essence du pin des Landes, pour sa structure, ses parois et sa toiture : la structure en ossature bois et les panneaux de remplissage en bardage à claire voie (red cedar) restent naturels.


197

Surface utile : 155 m² Coût travaux HT : NC Livraison : Mai 2012 Maître d’ouvrage : Privé Architecte mandataire : Vincent Poeymiroo Architecte Bureaux d’études techniques : Soubaigné Autre intervenant : Michieletto (charpente)

Vincent Poeymiroo


198

Violaine Trolonge Bordeaux

Reconversion et extension des Régies de Bazas (33) Reconversion d’un ancien bâtiment industriel pour y recevoir les Régies de Bazas d’électricité de gaz, d’eau et d’assainissement de Bazas. Volonté de la maîtrise d’ouvrage de s’inscrire dans une démarche environnementale : • Conservation de la charpente métallique et de la dalle béton • Optimisation des orientations de façades • Optimisation de la lumière naturelle • Ingénierie locale : 25 % façades ossature bardage bois en pin des landes • 100% locaux chauffés/climatisés par géothermie • 100% ventilation double flux pour la récupération d’énergie • Utilisation de la ventilation naturelle pour le garage • Isolation renforcée • Récuperation des eaux pluviales • Utilisation de matériaux recyclés fondation chaussée (VRD)

Le programme se résume en 3 parties : administration, bureau technique, atelier garage Lecture de cette tripartie en matériaux de façade : bois pour l’administration, bardage acier plein pour les bureaux technique et bardage acier ajouré et béton pour l’atelier et garage. Les espaces extérieurs alternent entre confort fonctionnel et confort visuel. Les accès aux éléments du programme sont clairement identifiables. L’accueil et la partie technique bénéficient d’une relation avec la voirie, tandis que les bureaux sont en relation directe avec un jardin d’agrément. Variation sur les revêtements, les retraits de façades, le traitement des sols (intérieur/extérieur) permet de nuancer l’uniformité du bâtiment pour lui donner une dimension composite.


199

Violaine Trolonge

photos © Adria Goula

Surface utile : 1 921 m² Coût travaux HT : 0,97 M € Livraison : Juin 2010 Maître d’ouvrage : Régies de Bazas Architecte mandataire : Violaine Trolonge Architecte associé : Olivier Carcaly Bureaux d’études techniques : CESMA


200

Virginie Gravière & Olivier Martin Bordeaux

Transformation d’un ancien garage automobile en résidence à Bordeaux (33) La division d’un ancien ensemble industriel offre l’opportunité à une famille d’acquérir un vaste et dernier lot au cœur de Bordeaux. La parcelle est envahie de constructions parasites et d’une végétation dense qui donnent à l’ensemble un charme romantique mais le rendent très peu fonctionnel. Nous convainquons les propriétaires de purger le tout pour ne conserver qu’un unique bâtiment à couverture shed et en terre cuite, caractéristique de l’âge industriel du début du XXème siècle. Bien que sa volumétrie soit atypique, le programme de résidence principale s’y concentre. Le respect des structures bâties et des charpentes existantes en bois constitue un préalable au projet d’architecture. Il n’est pratiqué que deux ouvertures majeures dans l’enveloppe. L’une d’elle ouvre en totalité un des sheds et offre la lumière constante du Nord. L’autre substitue à l’ancienne façade Sud-Est un mur-rideau qui privilégie les vertus énergétiques de cette orientation.

De même, le projet se joue des amples volumes intérieurs. Nous menons un véritable travail de modelage pour aboutir à une structure intérieure complexe. Revêtue d’un aluminium brillant qui multiplie les reflets, celle-ci abrite en son sein de multiples fonctions de service ou de nuit. Elle réserve aux parents, sur son dessus, un étage grandement ouvert. Les pièces de vie se disposent alentour. Elles profitent à la fois de la proximité immédiate des jardins adjacents, de la fluidité et de la richesse des promenades intérieures.


201

Virginie Gravière & Olivier Martin

A

B

A

C

GAZ

EAU

ELEC

B

C

FT

1

ZONE D'APPROPRIATION 01

PC 110 x 204

LOCAL TECHNIQUE

CH 03 / AMIS COUPE CC

CH 04 / PARENTS

bureau

1'

DGT. 02

DRESSING

SDE 02 + WC

BUREAU

DGT.

CH 02

CH 01

SDE 01

2

bureau

DGT. 01 COUPE BB

2'

WC

ZONE D'APPROPRIATION 02

ZONE D'APPROPRIATION 03

ENTREE LOFT

ENTREE

BUANDERIE / RGT.

3

ZONE D'APPROPRIATION 04 CUISINE

SEJOUR

3'

REPAS

4

PLAN RDC

COUPE AA

RDC A

B

A

C

GAZ

EAU

ELEC

B

C

FT

1

LOCAL TECHNIQUE

CH 03 / AMIS

1

ZONE D'APPROPRIATION 01

PC 110 x 204

Surface utile : 335 m²

PLAN ETAGE

COUPE CC CH 04 / PARENTS

Coût travaux HT : 0,6 M €

bureau

1'

1'

DGT. 02

Livraison : Juillet 2011

DRESSING

SDE 02 + WC

BUREAU

DGT.

CH 02

Maître d’ouvrage : Privé

CH 01

SDE 01

2

Architecte mandataire : Virginie Gravière & Olivier Martin

2

bureau

DGT. 01 COUPE BB

2'

ZONE D'APPROPRIATION 02

WC

ENTREE

2'

ZONE D'APPROPRIATION 03

ENTREE LOFT

BUANDERIE / RGT.

3

3

ZONE D'APPROPRIATION 04 CUISINE

SEJOUR

3'

E

3'

O

N

S

REPAS

4

COUPE AA

4

PLAN RDC

PLAN ETAGE

R+1


202

Wha! Périgueux

Extension d’une maison individuelle à Périgueux (24) La Villa « Christiane » est une maisonnette des années 1930 située dans un quartier pavillonnaire en périphérie immédiate de Périgueux. En prévision d’un heureux événement, ses propriétaires décident d’agrandir ses vieux murs en les accompagnant d’une extension sur 2 niveaux. Au rez-de-jardin : création d’un atelier et d’un petit garage (35 m² de surface utile). À l’étage : mise en place d’une nouvelle chambre avec salle d’eau et création d’un salon en articulation avec la pièce de vie principale (35 m² de surface habitable complémentaire). Le terrain est assez contraint car il se trouve en zone de risque inondation, à proximité immédiate de l’Isle (la rivière traversant l’agglomération de Périgueux).

En respect du règlement de prévention des risques, l’ensemble de la construction devait rester en retrait de 4 m par rapport à l’une des limites séparatives latérales de manière à permettre la libre expansion des eaux en cas de crues. Il en résulte un volume étroit de seulement 3m de large qui longe la maisonnette existante sur sa façade Ouest, puis s’élève et se retourne en façade Sud avant de se prolonger par une large terrasse bois baignée de soleil. La volumétrie de la nouvelle construction s’ajuste ainsi au plus près de l’existant tout en marquant clairement son statut d’extension par l’emploi de matériaux résolument contem porains qui contrastent avec la maçonnerie traditionnelle.


203

Wha!

Surface utile : 70 m² Coût travaux HT : 0,06 M € (finitions réalisées par les propriétaires) Maître d’ouvrage : Privé Architecte mandataire : Agence WHa! Entreprise générale : BatiProG


204

Whyarchitecture Bordeaux

Construction d’une maison individuelle à Gradignan (33) Contexte péri-urbain étalé, terrain en seconde ligne, contraintes PLU très fortes : obligation d’implantation centrale avec jardin périphérique. Un couple de voyageurs passionnés, ayant choisi de se poser quelques temps pour élever leurs enfants. Lorsque nous leur avons demandé ce qui les passionnait, ils nous ont apporté leurs carnets de voyages sur la route. Nous nous sommes donc attachés à développer un langage architectural de « la route ». Du minéral, du blanc et du gris asphalte, les motifs de la ligne continue et de la ligne pointillée, l’impression de passer entre deux choses, au milieu d’un paysage changeant, entre autres. Les propriétaires étaient aussi ouverts à notre apport : la maison ossature bois, performante et agréable à vivre.


205

Whyarchitecture

Surface utile : 170 m² Coût travaux HT : NC Livraison : Octobre 2010 Maître d’ouvrage : Privé Architecte mandataire : Whyarchitecture

RDC

R+1


Édité à Bordeaux par la maison de l’architecture d’Aquitaine. Coordination : Adrien Bensignor Design : Yasmine Madec & Damien Arnaud, www.tabaramounien.com

Maison de l’Architecture d’Aquitaine

308 avenue Thiers - 33100 Bordeaux / 05 56 48 83 25 ma@le308.com / www.le308.com

La maison de l’architecture bénéficie du soutien de la DRAC Aquitaine, du Conseil régional d’Aquitaine, de la Communauté urbaine de Bordeaux et de la Ville de Bordeaux. Club des partenaires 2012 : AGC Glass-Unlimited, L’Atelier d’Agencement, Cad Concept, Forbo, Galvalandes, iConcept, Maf, Nilsen, Perspective, Placo, Signes extérieurs, SNBPE, Socotec, Soprema, Sylvania, Sysolia, Technal, Texaa, Urbamob, VM Zinc, Weber


Architectures + Architectes²  

Réalisée en 2011 sur la base d’un appel à projets auprès de l’ensemble des architectes d’Aquitaine, l’exposition Architectures + Architectes...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you