Issuu on Google+

L’ RCHESTRE SYMPHONIQUE Les sens de la musique

DOSSIER DE PRESSE

Développement & mécénat Thierry Kawka 06 78 88 16 03 thierry@ideate.fr

Relation presse Anne Gueudré 06 60 51 03 82 Anne.gueudre@gmail.com

Direction artistique Daniel Kawka kawkadaniel@gmail.com


LES SENS DE LA MUSIQUE 2

La création d’un orchestre symphonique de nouvelle génération abordant les répertoires classique, romantique et moderne, s’est naturellement imposée dans le paysage musical régional et national au coursde ces cinq dernières années. Elle s’est imposée commeune nécessité vitale de la part d’une génération de jeunes musiciens professionnels, devoir émerger un projet artistique ambitieux et fédérateur, leur permettant à travers un mode de fonctionnement régulier de jouer en orchestre, alors même que leur formation les y conduit et qu’aucune structure professionnelle de très haut niveau ne les accueille. Elle offre une magnifique possibilité pour les directeurs de salles, de concerts, de scènesrégionales, nationales, de s’associer la présence d’une grande formation symphonique,souple, interactive, répondant à de nouveaux modes

de diffusion et permettant unprincipe de résidence, de résidence récurrente, donnant accès au plus grand nombre à la connaissance de la musique classique occidentale, à la jouissance de l’écoute collectiveet au partage de l’émotion musicale. En effet, le mode d’approche des oeuvres, l’attente du public, les formes de diffusion au concert, le mode de consommation au sens large des oeuvres elles mêmes, de la musique en général, ont profondément évolué, se sont peu à peu déritualisés, décloisonnant les formes hiératiques et figées des concerts dits classiques, sur le modèle des musiques actuelles. C’est ainsi qu’une nouvelle structure instrumentale, dans ses fondements initiaux peut et doit poser les bases de réflexion d’un mode de diffusion original, et d’une fidélisation d’un public large qui n’a jamais ou trop rarement pénétré les portes des « temples » de la musique classique.


3

Par ailleurs de nombreux festivals, manifestations musicales, saisons de concerts, saisons culturelles, ont à disposition ou ont ouvert des lieux d'accueil insoupçonnés, espaces architecturaux historiques ou nouveaux édifices, qui, dans le cadre de la valorisation du patrimoine ne peuvent pleinement se révéler que par la mise en relation vibrante de la matière, de la lumière et de la résonance musicale, faisant ainsi « sortir » la musique de la salle de concerts conventionnelle. C’est ainsi qu’un grand nombre de festivals ont associé musique vivante et architecture, en réévaluant les lieux de diffusion, offrant des relations originales, inédites entre espace et son. Enfin, un grand nombre d’ infrastructures d’accueil, de la salle polyvalente à la grande salle de concert constitue un « maillage de diffusion » important en région, riche de possibilités, offrant de multiples ressources, et ouvrant l’imaginaire, en terme de choix de répertoire, de spatialisation etc… espaces susceptibles d’accueillir les publics les plus divers. Les publics ? Le coeur du projet ! Ne méritent-ils pas, en tous lieux d'accéder aux mêmes sources de connaissance, et de partager découverte, plaisir, exaltation, bonheur, élévation de la conscience ? A l'heure où l'on assiste à un nivellement des goûts à travers une forme d'uniformisation

sonore radiophonique et télévisuelle, une telle formation orchestrale, par la médiation du spectacle vivant, de prestations inventives et de haut niveau qualitatif, doit pouvoir répondre au développement et au rayonnement d’un répertoire universel, à l’attention d’une large communauté. L'orchestre, outil idéal de pérennisation et de transmission de notre patrimoine, collectif d'hommes et de femmes engagés à servir les grandes oeuvres est probablement le meilleur vecteur de communication « d'homme à homme, d'âme à âme ». Daniel Kawka


4

PENSER L' RCHESTRE AUTREMENT Trois axes différenciateurs majeurs, fondateurs de la singularité et porteurs du projet artistique et social de l’Orchestre, entre démocratisation et prestige ≥ Porter une ambition artistique unique Un nouveau rapport à la musique  L’Orchestre, par un mode de fonctionnement atypique et une philosophie novatrice démultiplicateurs de l’engagement et de l’implication de chacun des musiciens,  (dans l'imaginaire de la programmation également) développe sa singularité stylistique et son identité sonore, fondatrices d'une ambition artistique élevée.

Partenaires professionnels :

Une vocation nationale et internationale L’ambition artistique du projet et son rayonnement,  l’accueil de l’Orchestre dans les plus grands lieux de concerts et rendez-vous festivaliers, le niveau qualitatif de ses membres, confèrent à l’orchestre une vocation nationale et internationale, ambition portée par une forte politique de diffusion discographique.

≥ Réinventer les rapports aux publics Nouveaux modes de diffusion L’Orchestre s’ouvre à de nouveaux modes de diffusion et de nouveaux lieux de concerts en proposant  en saison une offre musicale permanente adaptée aux réseaux de diffusion de la région déjà existants, ou n’ayant habituellement pas accès à l’outil symphonique : scènes nationales, scènes régionales, festivals, théâtres municipaux, hauts lieux patrimoniaux, mais aussi espaces non conventionnels, salles polyvalentes, friches industrielles…


5

Proximité A travers l’ouverture à de nouveaux lieux et à de nouvelles formes de concerts en région, mais aussi par l'intermédiaire d' actions de sensibilisation et de présentation répétées, l’Orchestre vise à éveiller de nouvelles sensibilités auprès des publics et créer avec eux une nouvelle et réelle proximité.

≥ Révéler des talents, générer de l’emploi Temps d'orchestre L’Orchestre, par son activité constante et régulière, par le jeu d’une fidélisation et d’un renouvellement conventionné avec le CNSM de Lyon, par l’invitation d'éminentes personnalités invitées en tant que chefs de pupitre, offre l’opportunité unique pour de jeunes musiciens professionnels d’accéder aux fonctions de musiciens d’orchestre, de conduire ces artistes au plus haut niveau d’exigence qualitative et de pratique symphonique. Saison d'orchestre Dans cette liaison étroite entre emploi et formation, les musiciens  diplômés,  mènent ainsi une grande partie de leur activité artistique en Orchestre, le temps connexe permettant à chacun d’assumer une ambition individuelle épanouissante, entre masterclass, musique de chambre, activité en temps que soliste au sein même de l’Orchestre.


6

SUCCÉS D'ÉTÉ PROJETS À VENIR ≥ Inauguration de l’Orchestre, été 2010 22 août 2010 – Festival de la Chaise Dieu Jay Kernis : Musica celestis Saint Saens : Premier concerto pour violoncelle violoncelle : Emmanuelle Bertrand Korsakov : Symphonie Antar 25 août 2010 – Festival Berlioz Berlioz : Ouverture du Corsaire Liszt/Berlioz : Fantaisie pour paino et orchestre sur des thèmes de Lelio piano : Cyril Huvé Korsakov : Symphonie Antar

« Il fallait entendre cette précision dans l’énergie, cette exubérance dans la couleur ! (…). Un orchestre doué d’une vraie personnalité, d’une identité qui n’a rien de factice ni de conjoncturel. A preuve cette dextérité à peindre chaque épisode avec une urgence lyrique et une intensité d’âme puissamment évocatrices et intègres. » Roland Dudos, La Montagne, 24 août 2010


7

≥ Saisons 2010-2012, des années d’ores et déjà riche en projets : -Réinvitation au festival de la Chaise Dieu 2011: Adams : The cherman dance Dvorak : Symphonie du nouveau monde Ravel : Shéhérazade Soprano : Brigitte Peyré - Soirées lyriques -Rencontres européennes de la création - Soirées Jeunes talents et Grands Interprètes - Saison de concert


DANIEL KAWKA "ÊTRE À LA MUSIQUE" "L’art, la musique en particulier est bien source de connaissance, support de méditation, indicible certes mais fortement incarnée aussi, lieu de partage, d’une haute valeur spirituelle. C’est cette idée centrale de « don absolu de soi » (échange d’énergie, transfert poétique, restitution la plus fidèle possible de l’esprit des œuvres, communication immédiate avec l’auditeur), qui constitue pour moi l’essence même du métier de chef d’orchestre". Daniel Kawka

Chef lyrique, il a dirigé ces  dernières années les grands ouvrages  tels, le « Fliegende holländer » de R. Wagner, « Tristan und Isolde» dans la déjà légendaire mise en scène d'Olivier Py, « Tannhauser » de R. Wagner à l’Opéra de Rome,  « Le château de barbe bleue » de B. Bartok, " le Viol de Lucrèce » de B. Britten, « Il trovatore » de G. Verdi « la Vera Storia » de L. Berio, « ivorzio al italiana" de G.Battistelli, « Turandot » de Busoni, « Cosi fan tutte » de W.A. Mozart, et projette « Parsifal », « Lohengrin »,

et le monumental « Ring » de Richard Wagner en 2013. Au côté du grand répertoire, du répertoire lyrique romantique et contemporain proprement dit, il maîtrise un très vaste champ de répertoire symphonique, de Berlioz à Debussy, de Ravel à Boulez. Ainsi la musique française, la musique d'ascendance allemande et viennoise, Beethoven, Wagner, Strauss, Bruckner, Mahler, constituent  la part importante de son répertoire, alliant les lignes de force d'une double culture. Sa discographie est saluée et primée aujourd'hui par la presse internationale.  « Par la qualité de sa distribution, supérieure à ce qu’offrait encore l’été dernier Beyreuth, par son homogénéité, son engagement, sa poésie, l’ensemble de cette représentation est un moment privilégié, réalisant à sa manière cette osmose entre théâtre et musique que souhaitait Wagner ». A propos de Tristan und Isolde - Concertclassic.tv, Michel Le Naour, 19.06.09 « La sensualité et le mystère dévoilés valent pour l'ensemble du programme enregistré : superbe lecture, direction enivrante et enchantée ». Enregistrement Barber (Stradivarius) – Classiquenews , Guillaume-Hugues Fernay 11.11.10

Crédits photographiques : Guillaume Robrieux Conception graphique : M2D2

Invité aujourd'hui par les plus grands orchestres symphoniques français et européens : Orchestre philharmonique de Radio France, Orchestre National de France, Orchestre Symphonique de Varsovie, Orchestre National russe, Orchestre symphonique de Saint Petersbourg, Orchestre de la Suisse Romande,  Orchestre philharmonique de Liège, Orchestre Symphonique de la Raï de Turin, Orchestre de l’Académie Sainte Cécile de Rome, Ensemble Intercontemporain, London Sinfonietta… invité sur les plus grandes scènes d’opéra, Daniel Kawka est actuellement un des chefs d'orchestre français les plus reconnus, tant sur le terrain du grand répertoire romantique que sur celui de la musique du XXème siècle et de la création.


2011, de Genève à Séoul

Opéra Ancona

Orchestra Filarmonica Teatro Regio di Torino

JANVIER

SEPTEMBRE

Mozart : Cosi fan Tutte / Mise en scène Pierre Luigi Pizzi

Antonioni / Dusapin / Hosokawa / Nieder au Festival MITO Torino/Milano Nantes Angers Opéra -

Orchestre symphonique de Milan

OCTOBRE

JANVIER

Bartok : Le mandarin merveilleux / Chorégraphie : Lucinda Childs Bartok : Barbe bleue / Mise en scène : Patrice Caurier / Moshe Leiser

Sibelius / Dvorak Opéra de Dijon MARS

Busoni : Turandot / Mise en scène Cisco Aznar

Orchestre symphonique de Saint Petersbourg DÉCEMBRE

Ensemble Orchestral Contemporain MARS / JUIN / JUILLET / OCTOBRE

Romitelli / Cendo / Leroux au Festival Archipel Genève Boulez : Dérive 2 à l’Académie internationale Montbrison (enregistrement Naïve) Mahler : 4è symphonie à Saint Just Saint Rambert Denisov au CNSM de Lyon (enregistrement Harmonia Mundi) Opéra National de Seoul MAI

Poulenc : Le dialogue des carmélites/ Mise en scène : Stanislas Nordey Opéra Théâtre de Limoges MAI

Schubert/ Stravinsky/ Cavanna L’Orchestre Symphonique AOÛT

Adams/ Dvorak/ Ravel au Festival de la Chaise Dieu

Debussy / Denisov


L'Orchestre Symphonique