Page 35

|

ENTRETIEN

MIGROS MAGAZINE | No 37, 9 SEPTEMBRE 2013 |

|

«Nous encourageons les modèles de réseaux de soins et de médecin de famille» pour l’heure, mais il paraît vraisemblable que les primes augmentent sans toutefois exploser. Vous avez également mentionné que les assurés ayant opté pour un modèle de réseau de soins ou de médecin de famille verront leurs cotisations augmenter davantage…

Ces modèles de réseaux de soins permettent parfois de très forts rabais. C’est correct uniquement si ces rabais correspondent aux économies réalisées via ces modèles. Au-delà, cela n’est pas conforme à la loi, et les assureurs auront trois ans pour adapter leurs primes. N’est-ce pas pourtant ce type de modèle qui est censé freiner l’augmentation des coûts?

pas fait vacciner contre la grippe A, car je n’appartenais pas aux groupes à risques pour lesquels elle était recommandée: il s’agit là de ma liberté. Les milieux pharmaceutiques ont souvent été accusés de faire de l’alarmisme et l’on se souvient des millions dépensés pour le Tamiflu. Comment s’assurer que la pharma n’influencera pas les décisions?

La vaccination restera un choix personnel. Quant à la question de savoir s’il faut acheter des vaccins ou non, la nouvelle loi ne change rien. Il s’agit d’une décision prise sur le plan politique, avec l’Office fédéral de la santé publique et des experts indépendants, dans l’intérêt de la population. L’heure est aussi aux nouvelles primes maladie. Vous avez récemment laissé entendre que la hausse sera modérée. Vous confirmez?

Je n’ai pas d’information chiffrée précise

Bio express Alain Berset est né le 9 avril 1972 à Fribourg. Marié et père de trois enfants, issu d’une famille socialiste (sa mère, Solange Berset, siège au Grand Conseil fribourgeois), il fait son entrée au Conseil des Etats en 2003, à 31 ans. Licencié en sciences politiques, il est aussi docteur en sciences économiques. Elu au Conseil fédéral en 2011, il est en charge du Département de l’intérieur.

Nous essayons d’encourager les modèles de réseau de soins et de médecin de famille non pas prioritairement pour une question de coût, mais pour une question de qualité. Et il est indéniable que la qualité de l’ensemble des prestations est meilleure si vous avez un médecin de référence. Cela dit, même s’il reste moins cher que la prime normale, ce type de modèle se doit de refléter les coûts réduits qui résultent des économies réalisées dans ces modèles. L’assurance maladie est devenue l’une des principales charges du budget des familles. Y a-t-il un plafond que vous estimez infranchissable?

En effet, c’est une charge considérable. Pour certaines familles, il s’agit même de la plus importante. Les conséquences sociales et économiques qu’elles engendrent sont une vraie préoccupation. Et je pense que ce phénomène n’est pas sans limites. Et pourtant les primes augmentent chaque année…

L’année dernière, la hausse moyenne des primes avec franchise à 300 francs était de 1,5%. D’autres choses augmentent dans cette proportion, on ne peut donc pas dire que c’est exceptionnel. Il faut aussi réaliser que ces hausses ne tombent pas de nulle part et reflètent la qualité du

ALAIN BERSET | 35

Migros magazin 37 2013 f vs  
Migros magazin 37 2013 f vs