Page 82

82 |

VIE PRATIQUE MIEUX VIVRE

Migros Magazine 27, 5 juillet 2010

EN BREF

Près de 1000 cours à l’Ecole-club Migros L’Ecole-club Migros n’oublie naturellement pas de mettre la main à la pâte avec une offre de près de 1000 cours dans son programme. Des macarons aux spécialités méditerranéennes en passant par les cuisines du monde, la cuisson à basse température, les desserts et la dégustation des vins, il y en a vraiment pour tous les goûts. Informations complémentaires et inscriptions sur www.ecole-club.ch

Des initiations pour les enfants aussi

Après les particuliers et les entreprises, les ateliers de cuisine visent un nouveau public: les enfants. Il n’y a pas d’âge pour développer son sens gastronomique, et de nombreux anniversaires se déroulent désormais spatule en main. Autre forme d’apprentissage, des rencontres-découvertes organisées notamment par l’Alimentarium ou la Maison du Blé et du Pain à Echallens (VD). www.alimentarium.ch et www.maison-ble-pain.com

Un atelier avec un pro à l’Alimentarium

Haut lieu de défense du goût, l’Alimentarium de Vevey souffle en 2010 ses 25 bougies. L’occasion de rappeler que la visite du musée peut se doubler d’un atelier de cuisine interactive animé par un cuisinier professionnel. Chaque aprèsmidi du mardi au dimanche, 14 h 15 et 15 h 45. Infos au: 021 924 41 11 et sur www.alimentarium.ch

Entre poudres et gélifiants, les participants découvrent les secrets de la cuisine moléculaire.

Une offre abondante En Suisse romande, l’Atelier cuisine a été le premier à se lancer. La clientèle d’entreprise, notamment, se presse chez les deux fondateurs qui, grâce à l’agrandissement de leurs locaux, peuvent accueillir jusqu’à trente personnes à la fois. Grandes entreprises, petites PME et autres cabinets d’architectes ou d’avocats: l’aspect fédérateur de la table, ça fonctionne aussi dans le cadre professionnel. Cofondateur de Katrépices à Genève, Joffrey Vuillermet est lui aussi issu d’une école hôtelière française. Et la recette du succès de l’endroit doit également quelque chose à son association

avec quelqu’un issu d’un autre horizon, en l’occurrence Stéphanie Banz, spécialisée dans la gestion des restaurants. Ils ne diront pas le contraire. Lors du démarrage de la maison, en 2008, les premiers clients furent avant tout des particuliers. Désormais, les «team buildings», séances de motivation et autres événements constituent jusqu’à 80% de la demande, notamment en fin d’année. Décor soigné, espace travaillé, ambiance gourmande, tout contribue à transformer ces rendez-vous en un véritable loisir culinaire à partager sans modération. Karine a fait partie de ces employés ayant troqué leur pause

elle s’est inscrite. Ce Tessinois d’origine est le marmiton de son foyer, préparant même les purées de légumes de sa petite dernière de 11 mois. Tous deux participent également pour la première fois à un tel cours, mais se promettent de revenir. Comme une partie grandissante de la clientèle. «Nous commençons à avoir des habitués. Par exemple, des participants à l’atelier foie gras que l’on revoit lorsque l’on propose la cuisine du marché», relève Julien Lerouxel. Au sein d’une offre en constante évolution, des menus classiques aux sushis créatifs, la cuisine moléculaire et son côté ludique appartient déjà aux plus cotées alors que les Loges du Goût commencent à accueillir des chefs spécialisés dans des cuisines marocaine ou indienne. Au moment du repas, deux heures et quelques plus tard, les succulentes recettes prennent naturellement une saveur supplémentaire dans la bouche de celles et ceux qui les ont préparées. Pas tout à fait de bout en bout, mais quand même. Largement de quoi déguster plus intelligent, scrutant telle texture, se délectant de ce nuage à l’ail des ours entre initiés. Découvrir, expérimenter, et avant tout passer une bonne soirée: visiblement aux Loges du Goût la mayonnaise a pris. Pierre Léderrey Photos François Wavre-Rezo

sandwich pour un cours de cuisine «ludique et convivial» et cette Genevoise s’avoue séduite par une demi-heure d’explications simples au «résultat bluffant». A Vevey, Genève ou Lausanne se retrouve l’importance du visuel, dans le dressage des assiettes comme dans la beauté des plans de travail. La découverte des goûts, la cuisine vécue comme un partage convivial et un moyen de tisser des liens, l’aspect ludique de la préparation, autant de valeurs communes à ces trois enseignes de bon aloi pour les marmitons en herbe comme pour les cuisiniers chevronnés.

Migros Magazin 27 2010 f NE  
Migros Magazin 27 2010 f NE  

AUX FOURNEAUX 66 ENTRETIEN 26 PRIX DYNAMITÉS Changements d’adresse: à la poste ou au registre des coopérateurs, tél. 058 565 84 01 E-Mail: s...