Page 99

|

au quoTiDien

Migros Magazine | No 20, 13 mai 2013 |

ce qui bouge

L’enfant mordeur, est-ce un phénomène fréquent? Cela peut arriver chez les enfants de 1 à 2 ans. Ce n’est pas un phénomène rare, mais il ne faut pas non plus penser que tous les bambins de cet âge vont se mettre à mordre. Ces morsures sont davantage une inquiétude pour les parents qu’un vrai problème du côté des enfants. La morsure peut être un moyen de défendre son territoire sans que l’enfant ait le sentiment de nuire. Surtout qu’à cet âge on ne fait pas la distinction entre le bien et le mal. L’enfant n’a pas encore conscience que l’autre a mal. Et puis il commence à avoir des dents, et c’est tentant de les utiliser. Quels conseils donneriezvous aux parents? La morsure peut être une réaction à une frustration, mais aussi un moyen d’entrer en relation avec l’autre. Cette habitude peut rapidement passer si l’adulte aide l’enfant à trouver comment gérer sa frustration, à mettre du sens sur les situations qu’il vit. C’est aussi une période où le langage est en plein développement, ce qui va aider l’enfant à mettre en mots ce qu’il veut plutôt que de le montrer par la morsure. On observe parfois que, chez certains enfants mordeurs qui ont un retard de langage, le phénomène peut perdurer, parce qu’ils n’arrivent pas à utiliser d’autres moyens pour exprimer leur agressivité, expliquer ce qu’ils ressentent.

Photo: Getty images

ÉDuCaTion | 99

«Pas plus grave que tirer les cheveux» Chez les enfants de 1 à 2 ans, la morsure est avant tout un moyen de découvrir son territoire.

La morsure de toute façon reste un objet de scandale. Quand d’autres, pour divers attentats à hauteur des rotules, des genoux et autres tibias, s’en sortent avec un simple avertissement, le footballeur uruguayen de Liverpool, Luis Suarez, certes surnommé le cannibale, s’est pris dix matchs de suspension pour

|

avoir mordu au bras le défenseur serbe de Chelsea, Ivanovic. L’histoire ne dit pas s’il s’agissait d’une tentative désespérée de communiquer. Pour une fois aussi qu’un footballeur s’exprime autrement qu’avec les pieds… Textes: Laurent Nicolet

Les parents ont donc tort de s’inquiéter? Le problème de la morsure est qu’elle laisse des traces qui durent parfois plusieurs jours, ce qui a pour effet que l’agressivité du mordeur et la souffrance du mordu sont la plupart du temps

Anne Spira, psychologue et psychothérapeute, unité de guidance infantile du Service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent, aux HUG. surévaluées par les adultes concernés. En outre, la trace peut rapidement évoquer en chacun de nous nos origines animales et carnassières et devenir ainsi un comportement redouté et catalogué comme pathologique. il est important de comprendre que pour les enfants la morsure est un acte agressif parmi d’autres. L’enfant qui mord n’a pas une intention différente que lorsqu’il pousse le copain ou lui tire les cheveux. C’est vraiment du même ordre? Pour les enfants, c’est exactement la même chose. Sauf qu’ils ont souvent à cet âge plus de force avec la bouche qu’avec les autres parties du corps. C’est un âge où la bouche est l’organe privilégié. ils apprennent à connaître les objets en les mettant à la bouche. ils incorporent la nourriture, ils font des bisous. Une autre difficulté avec les morsures c’est qu’elles sont difficilement prévisibles. Ce sont des actes impulsifs qui se passent souvent très rapidement sans signes avant-coureurs. même si on fait très attention, il n’est pratiquement pas possible de toutes les éviter.

Migros-Magazin-20-2013-f-AA  
Migros-Magazin-20-2013-f-AA