Page 15

|

Société

Migros Magazine | No 20, 13 mai 2013 |

initiatives citoyennes | 15

Q

ui a envie de prendre le PV?» «Envie, non, mais je vais le faire...» «Pour l’ordre du jour, j’ai déjà noté quelques points à aborder, mais l’un de vous a-t-il quelque chose à ajouter?» Ils sont une quinzaine aujourd’hui à s’être réunis, comme chaque lundi, dans une salle mal chauffée du quartier des Grottes à Genève. Si certains ont le verbe plus facile que d’autres, point de leader déclaré parmi eux. Ils fonctionnent en démocratie. Et si leur organisation peut sembler un brin chaotique, si, durant la soirée, de nombreuses plaisanteries vont fuser, rires à la clé, leur propos n’en est pas moins sérieux pour autant. Car l’enjeu est de taille: voilà en effet quelques années que les membres du Collectif 500 mènent une lutte acharnée contre les CFF et leur projet d’agrandissement de la gare Cornavin. Projet qui impliquerait la création de nouvelles voies et, incidemment, la destruction de plus de 350 logements et de nombreux commerces des Grottes. Environ 750 habitants et quelque 260 emplois seraient menacés. «Pour certains d’entre nous, qui non seulement vivent mais travaillent aussi dans le secteur, le bouleversement serait radical, souligne Morten Gisselbaek, 57 ans, qui perdrait dans l’affaire son bureau d’architecte et l’appartement qu’il partage avec son épouse et leurs deux enfants.

«Même si j’ai beaucoup voyagé, je suis toujours revenue» Même son de cloche pour Marsel Perrin Riondel, 55 ans, résident et artisan-ferronnier, et Astrid Stierlin, 56 ans, responsable des activités pédagogiques aux ateliers d’ethnomusicologie, une association culturelle qui a depuis belle lurette élu domicile ici. «Pour ma part, j’ai grandi dans le quartier, raconte-t-elle. J’y suis arrivée à l’âge de 3 ans et demi et même si j’ai beaucoup voyagé, beaucoup passé de temps à l’étranger, je suis toujours revenue.» Tous trois font partie des membres fondateurs du collectif qui

Les citoyens montent au front La région lausannoise a vu émerger au cours de ces derniers mois de nombreux mouvements citoyens contre les projets de densification et d’urbanisation. L’association «Demain Bussigny» a obtenu gain de cause, puisque son référendum contre la construction d’une tour de 19 étages a remporté près de 60% des suffrages en septembre dernier. Le projet a dû être enterré. a Fribourg, c’est la fermeture annoncée du pont de Zähringen au trafic qui a suscité l’ire d’une partie de la population.

L’association des amis de Bourguillon, un hameau voisin, a notamment déposé un recours auprès du Tribunal fédéral, craignant un isolement encore plus grand de leur quartier. Enfin, quel que soit le canton, les projets de parcs éoliens sont souvent confrontés à l’opposition populaire. ainsi dans le Gros-de-Vaud, l’association Stop Tous-Vents entend bien empêcher l’implantation d’éoliennes dans les environs. En Valais, l’association pour la protection du paysage dans le coude du Rhône s’oppose au projet de parc éolien du Grand-Chavalard.

vient de lancer une initiative populaire cantonale «Pour une extension souterraine de la gare». Car s’ils refusent la solution avancée par les CFF, ils ne s’opposent pas au développement de Cornavin et des transports en commun. Ils ont donc proposé une variante souterraine du projet qui aurait entre autres le net avantage d’épargner leurs logements, tout en prenant en compte le futur déploiement du trafic ferroviaire. Leurs armes pour se faire entendre? La force populaire. Et le puissant sentiment d’identité qui règne dans ce quartier à forte densité de coopératives, d’associations socioculturelles, d’ateliers. Chacun apportant d’une façon ou d’une autre sa pierre à l’édifice. A l’image de l’espace autogéré 10bis, mettant à disposition ses locaux pour une fête qui aidera le collectif à récolter des fonds. Ou encore du groupe de reggae Najavibes, qui prépare actuellement un clip pour «propager de manière plus large le message par le biais des nouveaux médias», explique le chanteur Léo Marin, 25 ans, coordon-

se mobilise

l’isolement de leur région, les associations citoyennes se multiplient raconte son combat pour protéger son quartier.

Migros-Magazin-20-2013-f-AA  
Migros-Magazin-20-2013-f-AA