Page 94

lp

CALUIRE ET CUIRE

USINE DES EAUX DE SAINT-CLAIR Ses monumentales pompes

S’alimenter en eau fut toujours un problème vital pour les populations. Caluire et Lyon ayant l’avantage de baigner dans le Rhône et la Saône semblaient à l’abri de ces préoccupations, mais il n’en fut rien. Texte : Henri Chapot - Photos © Fabrice Schiff et DR

U

ne première réalisation des Romains, construisant 4 aqueducs étendus sur un réseau de 250 kilomètres, apporta à Lugdunum ce luxe de l’eau abondante. Cette adduction d’eau fut la plus importante du monde antique après celle de Rome. La situation élevée du site de Lugdunum, isolé par des vallées, nécessita la mise en place systématique de siphons inversés. Les traversées de vallées se réduisant à des ponts larges et peu élevés supportant les nappes de tuyaux, la cité devint la capitale mondiale des siphons antiques. On dénombre 8 siphons de longueur totale de 18 km, avec des nappes de 8 à 12 tuyaux en parallèle. La ruine de ces aqueducs vers le IIIème siècle, par suite du pillage du plomb fit déserter le site, et la population descendit sur les bords de Saône. La pénurie d’eau se fit sentir pendant des siècles, jusqu’à l’approche de la 2e partie du XIXème. Pendant ce temps, il fallut se contenter de puisages directs dans les fleuves, de puits, et de quelques sources collinaires accaparées par diverses congrégations religieuses : la population devant se contenter de 1 à 2 litres par jour !

lyon people • juin 2019 • 94 •

DES POMPES ACTIONNÉES PAR LA FORCE DU COURANT APPORTÈRENT UN REMÈDE TEMPORAIRE À CETTE PÉNURIE Cela ne dura pas, du fait de la puissance des crues du Rhône détruisant ces machines. Des solutions souvent farfelues proliférèrent au XIXe siècle, où il était envisagé d’alimenter Lyon depuis la rivière d’Ain, la Loire, le lac d’Annecy ou celui de Genève... soit 140 kilomètres ! La question du moment était : faut-il aller chercher loin des eaux de source ou bien utiliser les eaux du Rhône qui sont à proximité ? En 1853, la ville de Lyon adopta le projet d’Aristide Dumont, présenté par la Compagnie Générale des Eaux en création sur le site des Petits Brotteaux de Saint-Clair, à Caluire. L’eau sera pompée après filtration par les sables et graviers, dans une galerie filtrante de 120 mètres de long, dont les murs descendent à 3 mètres sous l’étiage, arrivant dans un puisard où 3 pompes à vapeur de 170 CV pourront

s’alimenter pour fournir 20 000 m3 par jour. Ces machines gigantesques : 20 mètres de haut, balancier de 11m pesant 35 tonnes... sont mises en route le 15 août 1856, alimentant des fontaines monumentales, et fonctionneront jusqu’en 1910. Peu à peu le site reçut d’autres pompes, d’autres chaudières et d’autres cheminées, pour alimenter les banlieues, mais Caluire dut attendre 11 ans avant de bénéficier de l’eau courante.

L’une des pompes fut conservée et se trouve classée comme monument historique.

Profile for Lyon people

LYON PEOPLE Juin 2019 / Les Secrets de Caluire et Cuire  

Lyon People, leader de la presse lyonnaise

LYON PEOPLE Juin 2019 / Les Secrets de Caluire et Cuire  

Lyon People, leader de la presse lyonnaise