Page 80

lp

CALUIRE ET CUIRE

CHANTEBISE Un air de

famille

Impossible de passer à côté de cette imposante bâtisse. Elle est unique, au même titre que les légendes urbaines qu’elle cristallise. Construite durant la Seconde Guerre mondiale, Chantebise s’enorgueillit d’un nom chantant. Ça tombe bien : cette maison de famille aime à claironner sa joie de vivre depuis des décennies ! Texte : Christophe Magnette - Photos © Fabrice Schiff

E

lle est toute en verticalité, sur cinq niveaux. Elle étonne. Et détonne. Car à Vassieux, son allure un tantinet massive ne sied guère dans le paysage. Son allure, son caractère tout la distingue, à commencer par la légende urbaine qui s’y accole. La rumeur voudrait que sa construction soit “l’apanage d’un Lyonnais qui aurait fait fortune durant la guerre avec le marché noir”. Le conditionnel est de rigueur mais la rumeur est tenace... En attendant, elle est intemporelle. Ce qui lui confère tout son charme. Un charme daté de 1943 : elle est construite par l’entreprise générale Les Fils d’Eugène Pitance d’après les études et la conception de l’architecte Heskia. Conçue comme un hôtel particulier des années 1930 au style art déco, la maison est édifiée sur un jardin d’agrément (surplombé de magnifiques cèdres) ; de l’autre côté (chemin du Bois-Joli), le jardin potager se trouvait en bordure d’une artère appartenant aux propriétaires au titre du droit de l’emprise de leur terrain. Une seconde fable transpire des murs de Chantebise. Des personnes ayant connu cette période pensent que la maison “aurait pu être construite via l’agrandissement d’une « vieille » maison, démolie par la suite. Un évènement qui expliquerait la construction de la bâtisse durant

lyon people • juin 2019 • 80 •

la guerre, époque durant laquelle les règlements très stricts n’auraient pas permis de construire la maison sans partir d’une maison préexistante”.

UNE BÂTISSE SUR CINQ NIVEAUX TOUTE EN VERTICALITÉ Outre la beauté de son architecture et la présence de nombreux éléments de modénature art déco, l’intérieur de Chantebise est également pensé et aménagé avec une modernité peu commune pour les années 1940. Jugez plutôt : plusieurs salles d’eau, de vastes halls, de grandes baies vitrées, pléthore de balcons, un éclairage et un confort dans chaque pièce rare, tout concourt à faire de cette demeure une bâtisse unique à bien des égards. Rapidement elle change de propriétaire au lendemain de la guerre : des soyeux originaires d’Ardèche investissent les lieux. Avant qu’une nouvelle famille, connue — et reconnue — dans l’immobilier n’ouvre un troisième chapitre : nous sommes en 1983. Durant sept ans, Chantebise est rénovée, “dehors comme dedans”. Chaque pièce était originellement reliée à l’office par une sonnette, mais si cela a fait le bonheur des

enfants pour jouer à leur arrivée, tout a été supprimé. Un magnifique carrelage tressé est révélé dans le sous-sol. La ferronnerie sur la porte d’entrée recouvre une deuxième jeunesse. Chantebise devient une maison de famille, un écrin joyeux, vivant, empreint de chaleur, de convivialité, terre d’accueil pour aïeux, enfants, cousins, neveux, amis j’en passe et des meilleurs. Depuis le deuxième niveau, on s’amuse à faire du rappel sur la façade, on se déguise au grenier, les grandes pièces sont le théâtre “de belles fêtes”, d’aucuns diraient... Même le sous-sol a semble-til été transformé durant de nombreuses années en ersatz d’externat de médecine... Des médecins lyonnais, de renom, seraient venus réviser à Chantebise. Et une légende urbaine de plus... cette maison est unique et ça, c’est un fait !

VILLA ART DÉCO Construction : 1943 Maître d’ouvrage : M. Bouvier Architecte : Heskia Construction : entreprise générale Les Fils d’Eugène Pitance PROPRIÉTAIRES 1943 : M. Bouvier 1946 : Famille Chomarat 1983 : Famille R.

Profile for Lyon people

LYON PEOPLE Juin 2019 / Les Secrets de Caluire et Cuire  

Lyon People, leader de la presse lyonnaise

LYON PEOPLE Juin 2019 / Les Secrets de Caluire et Cuire  

Lyon People, leader de la presse lyonnaise