Page 68

lp

CALUIRE ET CUIRE

LA CIGALINE

Edmond Locard et sa soeur Marguerite, épouse Bender, dans le parc du domaine de Garanches (Beaujolais) en 1935.

EDMOND LOCARD

Le père de la criminologie “

L

Texte : Christophe Magnette - Photos DR

es propos comme les travaux d’Edmond Locard restent extraordinairement d’actualité”. Qu’ils soient policiers, enquêteurs, experts, tous ont en commun un ADN séculaire, l’héritage d’Edmond Locard (1877-1966), resté dans la mémoire collective comme l’un des fondateurs de la criminalistique, un fervent militant de la coopération policière internationale et surtout, plus proche de nous, LE fondateur du premier laboratoire de police scientifique, installé dans les combles du palais de justice de Lyon. Nous sommes en 1910, trois ans après la création des Brigades du tigre de Clémenceau. Edmond Locard en uniforme. Il épouse en 1912 Lucie Soulier, fille de l’agent de change Charles Soulier, ami du constructeur de la maison

Né à Saint-Chamond (Loire) le jeune Edmond (arrivé entre Rhône et Saône à l’âge d’une dizaine d’années) est un élève brillant : bachelier à 17 ans, mention lettres et sciences, il parle onze langues ! Se cherchant un peu, il commence des études de droit pour finalement s’orienter vers la médecine. Un choix judicieux puisqu’il devient l’élève d’Alexandre Lacassagne, fondateur de l’anthropologie criminelle. Reçu médecin en 1902, il devient l’assistant de Lacassagne et travaille parallèlement avec d’autres pionniers de la police scientifique.

“NUL NE PEUT AGIR AVEC L’INTENSITÉ QUE SUPPOSE L’ACTION CRIMINELLE SANS LAISSER DES MARQUES MULTIPLES DE SON PASSAGE.” Une émulation salvatrice pour un homme par ailleurs aux multiples facettes, critique d’opéra, journaliste, écrivain et grand défenseur... de Guignol. La méthode Locard ? Elle est simple : appliquer aux problèmes policiers les principes des recherches scientifiques de la médecine légale. Il développe ainsi la dactyloscopie (l’étude des empreintes digitales) la balistique, la toxicologie, l’identification des écritures etc. Bref les bases de la police

lyon people • juin 2019 • 68 •

Ce portrait d’Edmond Locard provient de son bureau de la rue Mercière

scientifique d’aujourd’hui. Pour lui, “nul ne peut agir avec l’intensité que suppose l’action criminelle sans laisser des marques multiples de son passage. Par une action inverse il a emporté sur son corps ou sur ses vêtements les indices de son séjour ou de son geste.” En rédigeant [son] Traité de police scientifique en 7 volumes, il offre une méthodologie exhaustive de cette nouvelle science qui sert encore aujourd’hui de « bible » à tous les laboratoires scientifiques du monde, bien que les techniques et les équipements aient évidemment évolué, avec notamment les laboratoires mobiles. Malgré tout, le principe demeure le même : une infinie variété de traces à rechercher. Ce traité comprend une étude détaillée de l’enquête criminelle, la recherche des empreintes et des traces, les preuves de l’identité, l’expertise des documents écrits et la recherche des falsifications. Ce précurseur qui aura marqué son temps et ses contemporains œuvre jusqu’en 1954. Il décède le 4 mai 1966 à Caluire-et-Cuire.

Profile for Lyon people

LYON PEOPLE Juin 2019 / Les Secrets de Caluire et Cuire  

Lyon People, leader de la presse lyonnaise

LYON PEOPLE Juin 2019 / Les Secrets de Caluire et Cuire  

Lyon People, leader de la presse lyonnaise