Page 252

lp

CALUIRE ET CUIRE

LA COMBE

Orange amer Dissimulée derrière un portail art nouveau, se dévoile une magnifique propriété bâtie en 1842, facilement identifiable par ses teintes orangées. Texte : Morgan Couturier – Photos © Fabrice Schiff

S

es rénovations récentes, datées de la fin du siècle dernier, ont tendance à atténuer son histoire. Et pourtant, la demeure a vu les siècles défiler devant sa porte, à en croire ses occupants qui la datent du XVIIe. Une histoire riche, symptomatique d’un passé copieux en anecdotes pour cette bâtisse de trois étages partagés aujourd’hui entre quatre copropriétaires. « Quand je donne une place, je fais un ingrat et cent mécontents », prononçait en des temps anciens le roi Soleil. Ce récit n’est pas obsolète pour autant, à en croire les nombreux mécontents, qui regrettent les bouleversements apportés à cette demeure qu’un marchand de biens, spécialisé dans la sécurité, a jugé bon de dénaturer.

Finis les escaliers et les plafonds d’époque, encore visibles du temps de la famille Renaud

Le modernisme et le marbre habitent aujourd’hui ces lieux. La décoration est saisissante et contraste désormais avec les 45 lits de la pension que Lise Faucon avait installée en 1975 dans cette maison de la famille Renaud, des soyeux établis sur Tarare. « Il y avait aussi bien des concierges que des bourgeoises. En 1981, nous avons accueilli la grand-mère Bernachon », nous précise Lise, propriétaire avec son époux Emmanuel. En 1991, Lise Faucon cède les murs et le fonds de la Combe à un investisseur (Jean-Louis Lacourt) qui promet de ne rien toucher. Mais une fois la vente conclue, il s’empresse de déménager les pensionnaires à Fontaines et entreprend de transformer les lieux en clinique. Retoqué par la mairie de Caluire, le projet s’enlise et il doit jeter l’éponge. Le 30 septembre 1996, la propriété est acquise par adjudication au greffe du Tribunal de Grande Instance de Lyon par la Société Immobilière du Quai (Bernard Louvet) pour la somme de 2 350 000 Francs. La SCI investit 1 700 000  F pour les travaux de transformation en 4 appartements financés par Barfimmo. 

PROPRIETAIRES 1842 : Pierre Groboz construit la maison de maître 1852 : Félix et Marie Bélédin 1853 : Leurs filles Mmes Pagnon et leur fils Félix Bélédin 1875 : Pierre Blamont, négociant en soieries 1882 : Indivision Balmont 1893 : Jean-François Longin et Pierrette Flandrin 1911 : Dominique Paquier, négociant en soieries 1912 : Gabriel Mouterde, rentier, et Marie Contrel 1934 : Raoul Escudier et Louise-Antonie Phulpin (Prix 180 000F) 1956 : Mr Deleuze 1958 : Société Lyonnaise de Tissus (Famille Renaud) 1959 : Société Immobilière de la Combe (Gérant : Robert Renaud) 1967 : Division parcellaire par Robert Renaud pour construire la résidence « Le Clémenceau » (page suivante) 1975 : Guy Renaud et Nicole Dietsch (Les dépendances pour 450 000F) 1975 : Emmanuel Faucon et son épouse Lise Igolen (Maison de maître) 1988 : Décès d’Emmanuel Faucon 1988 : Son épouse Lise Igolen 1990 : SA Maison de retraite « La Fontanière » 1991 : SCI DJM acquiert 100% de la maison principale (Prix : 5 187 000 F) 1995 : Liquidation judiciaire de la SCI DJM 1996 : SCI du Quai – Bernard Louvet (Aux enchères pour 2 350 000 F) 1998 : Copropriété 1999 : Eric Rageys (La conciergerie pour 610 000 F)

Au 100, quai Clémenceau, une autre maison porte le nom de La Combe. Au cours du XXe siècle, elle a appartenu aux familles Gauthier, Cottin, Rasimi, Courtinat, Revel, avant d’être rachetée 3 875 000 F à Antonin Gentilini, par B. Boccard en 1999.

lyon people • juin 2019 • 252 •

Le portail art nouveau et la maison de gardiens

Les dépendances

Profile for Lyon people

LYON PEOPLE Juin 2019 / Les Secrets de Caluire et Cuire  

Lyon People, leader de la presse lyonnaise

LYON PEOPLE Juin 2019 / Les Secrets de Caluire et Cuire  

Lyon People, leader de la presse lyonnaise