Page 220

lp

CALUIRE ET CUIRE

VILLA DE LA CAILLE

Le palais englouti

Le palais... vénitien, les pieds dans l’eau lors de la crue de 1910

Peut-on imaginer la boule du démolisseur s’abattre sur la façade de ce ravissant palais ? Non, et pourtant c’est ce qui s’est produit dans les années 60… Texte : Marco Polisson - Photos © Fabrice Schiff et DR

L

a Caille ! Un joli nom qui laisse croire qu’il fut donné l’origine à une propriété de notre quartier de Cuire le Bas pour sa jolie consonance. Or, il n’en est rien ! Un écrit de 1493 apprend qu’un certain Pierre Caille possédait là « un pré, une maison et un colombier d’une valeur de 50 livres ». Son nom devait rester attaché à cette terre. Cette propriété était grande et devait couvrir la plaine, cernée Pierre Caille aujourd’hui par la rue Lucien Maître, la rue Capitaine Ferber et quai Clemenceau. Ce Pierre Caille appartenait sans doute à une vieille famille qui, début du XIVème siècle avait compté parmi ses membres des conseillers du roi. Venons-en aux années 1900. Le propriétaire de l’époque y fit construire une belle demeure. Cette maison de deux niveaux avait fière allure. Côté jardin, il y avait une terrasse surélevée, bordée d’une balustrade de colonnettes en pierre, avec deux escaliers semi-circulaires. Le rez-de-chaussée était éclairé par de hautes fenêtres. Le jardin était orné de lyon people • juin 2019 • 220 •

statues. L’accès, sur le quai Clemenceau, était fermé par un portail de fer forgé. Celui-ci est toujours visible. En 1965 environ, cette propriété fut louée à la société Orangina. La grande maison fut rasée. Les communs servirent à y installer les bureaux et l’usine fabrication de la boisson du même nom. En 1974-1975, Orangina vendit à son tour

cet espace au promoteur Dufour (Sofra Cim) qui y construisit l’immeuble actuel des 4-6-8 rue Lucien Maître, signé par l’architecte Raymond Carpe. Ainsi disparut cette belle propriété. Son nom du moins n’a pas été totalement oublié. Subsistent la tour et le portail qui mériteraient d’être classés.

La Caille sous la plume de Bernard Rosa. L’aquarelle, réalisée en 1995, est une commande de Nicole Gros.

Le 20 octobre 1926, la propriété est vendue aux enchères par l’étude de Maître Chardiny. Mise à prix 150 000 Francs.

Profile for Lyon people

LYON PEOPLE Juin 2019 / Les Secrets de Caluire et Cuire  

Lyon People, leader de la presse lyonnaise

LYON PEOPLE Juin 2019 / Les Secrets de Caluire et Cuire  

Lyon People, leader de la presse lyonnaise