Page 215

Le nymphée dans la cour d’entrée et la fontaine du dragon entourée de ses 4 niches

d’or. Il était en outre conseiller en la cour des Monnaies de Lyon. Homme fortuné et esthète, il agrandit à quatre reprises la Rivette entre 1738 et 1750 et fit appel la première fois au célèbre architecte Soufflot qui revenait d’Italie. À cette occasion, il donna à cette demeure un style italien en réaménageant les intérieurs, les façades, les jardins en particulier le nymphée, la grotte de rocaille, le portail, le grand escalier, les bassins. De même, il fait construire une chapelle. Le jardin s’étendait en terrasses jusqu’à la Saône. Il était parcouru par un système hydraulique complexe passant sous la maison et alimentant ainsi les quelques pièces d’eau du parc grâce à sa déclivité. Cet étalement de richesse délibérément à la vue du promeneur des bords de Saône amène ses contemporains à la nommer « folie Pitra ».

15 000 LIVRES DE MOBILIER L’historien Émile Salomon a retrouvé une description précise des intérieurs du château : « Dans les dix pièces du château se trouvaient, au salon, une belle garniture de cheminée, deux grandes glaces, des bras de cheminée en bronze, des tapisseries, des portières, un lustre, trois tableaux de maître. Dans les chambres à coucher, des lits garnis d’étoffes, des glaces avec des bras en cuivre, des tapisseries, une bibliothèque et un billard, une chapelle avec tous ses ornements, un calice en argent doré, des chasubles et un grand tableau de maître avec son cadre doré. Dans le jardin se pavanaient cinq statues en pierre. Ce mobilier fut estimé à 15.000 livres. » Sur presque tout le reste du 18ème siècle, la famille Pitra possède la Rivette. Peu avant la Révolution, le 14 Juillet 1786, le château est vendu à Charles Merlino (1736 – 1807) qui l’achète 60.000 livres. Charles Merlino était entr’autres agent du Duc de Modène et négociant rue Royale

à Lyon. Il aimait sa maison à tel point qu’il désira reposer à sa mort dans la chapelle de son logis. Ses enfants vendent la totalité de la gentilhommière en 1816 à François Anginieur (1770 – 1851), négociant quai de Retz. Celui-ci aménage un parc à l’anglaise et fait construire l’orangerie. Invitée de marque : la Duchesse de Berry s’arrête à la Rivette le 20 octobre 1829. À la mort de François Anginieur en 1851, Bernard Vidal (1795-1887), banquier et officier de la légion d’honneur acquit la propriété. Sa fille Elisabeth (1833-1902) l’apporte à son épouse Gabriel SaintOlive (1828-1903) (rencontré 9, place Morand dans notre dossier Foch). Jusqu’en 1930, ses descendants possèdent la Rivette avant qu’elle ne soit rachetée le 18 Juin de cette année par l’archevêché de Lyon qui la transforme en une maison de retraite. Bien plus tard en 1972, la propriété passe aux mains des Hospices Civils de Lyon qui installe « la maison de retraite des sœurs de la Rivette » sous la direction de l’hôpital de la Croix-Rousse. Le 29 octobre 1987, elle fait l’objet d’une inscription partielle au titre des monuments historiques. Rachetée en 1991 par un marchand de biens, la Rivette est divisée en 6 lots. C’est aujourd’hui une copropriété.

L’orangerie a été affublée d’un étage lors de l’opération de saucissonnage menée par le marchand de biens

Sources : - Les châteaux historiques du Lyonnais et du Beaujolais. Tome 2. Émile Salomon. 1938. Éditions de la République Lyonnaise. - Histoire de Caluire-et-Cuire, commune du Lyonnais. Martin Basse. 1942. Association typographique lyonnaise.

La chapelle dédiée à Saint Jean-Baptiste, dont le toit menace de s’effondrer mériterait d’être restaurée à l’identique. Elle sert aujourd’hui de débarras et de garage à vélos à la copropriété.

MAISON DE PLAISANCE Construction : 1738-1740 Maître d’œuvre : Jean-Baptiste Pitra Architecte : Jacques-Germain Soufflot Copropriété depuis 1991

La façade sur cour en 1950 et en 2018. La marquise qui couvrait l’entrée a disparu.

215 • juin 2019 • lyon people

Profile for Lyon people

LYON PEOPLE Juin 2019 / Les Secrets de Caluire et Cuire  

Lyon People, leader de la presse lyonnaise

LYON PEOPLE Juin 2019 / Les Secrets de Caluire et Cuire  

Lyon People, leader de la presse lyonnaise