Page 128

lp

CALUIRE ET CUIRE

55 MONTÉE DE LA BOUCLE

L’immeuble sur son promontoire en 2018 ... Et au début du siècle surplombant la montée de la Boucle

La clinique du

PROFESSEUR DOR

Acquise en 1881 par l’ophtalmologue Henri Dor, la propriété du 55 montée de la Boucle a fait l’objet de nombreux travaux, aussi bien sur son accessibilité, que sur la demeure en elle-même qui toujours dans la famille. Texte : Morgan Couturier - Photos © Saby Maviel

T

out ce qui brille n’est pas Dor, pourrait-on reformuler, pour évoquer les logements successifs d’Henri Dor, le doyen de la famille éponyme. Attiré par Lyon et ses contrées sur une promesse du Président Thiers (lire page suivante), l’ophtalmologue n’a pas toujours vécu dans l’immensité de cette propriété familiale, étendue à sa belle époque, au 57 et au 59 de la montée. Et pour cause, en 1877, l’intéressé ne séjourne que dans un logement modeste du 2 quai Saint-Clair. S’il y côtoie un certain Édouard Herriot, dont l’appartement voisin est de bien meilleur standing, Henri Dor a des envies d’ailleurs, et surtout, d’espaces. Une volonté mise en application en 1881, lorsque ce dernier acquiert le lot « 55 » de la montée de la Boucle, un bien détenu par les Charbin, une famille bourgeoise du quartier. On y accède par une large porte en bois, par le sommet, au niveau du 26, rue Bissardon. Mais au pied de la butte, à travers le poudingue, Henri Dor y aperçoit une large traboule, jadis utilisée par les Oratoriens de l’Oratoire pour le transport de l’eau du

lyon people • juin 2019 • 128 •

Rhône. Par cette ouverture, le scientifique y fait aménager une demeure de cinq étages, ainsi qu’un escalier majestueux recouvert depuis les années 60 par les fresques des frères Boccon.

TROIS IMMEUBLES CÔTÉ À CÔTE Avec l’acquisition de l’immeuble 57 le 16 avril 1883, puis du 59 le 24 février 1886, Henri Dor en profite pour installer une clinique ophtalmologique au 3e étage alors que ses salons et sa terrasse avec vue sur le Rhône, deviennent un repaire pour toute l’intelligentsia lyonnaise. Las, en dépit de la réussite incarnée par cette demeure, la maison Dor n’est pas du goût de toute la famille. Valérie Chamousset, la bellefille d’Henri, éprouve toutes les peines à gravir les marches du long escalier, au point d’inspirer l’idée d’un déménagement. Celui-ci est finalement écarté. Louis Dor, héritier de la propriété, préfère rester, quitte

Valentine Dor et le docteur Henri Dor et son fils Louis dans le jardin de La Boucle

à procéder à d’importants ouvrages. À la barre à mine, ce dernier creuse le passage d’un ascenseur sur l’ensemble des niveaux (vers 1925), avant d’édifier des couloirs pour atteindre les cliniques du 57 et du 59, à partir de 1955. Et si la clinique a disparu, la famille y occupe encore allégrement les murs. L’histoire se méprend, l’âge Dor poursuit son cours.

PROPRIÉTAIRES 1877 : Henri Dor 1912 : Louis Dor 1954 : Henri Dor, Gilles Dor et Édouard Dor

Profile for Lyon people

LYON PEOPLE Juin 2019 / Les Secrets de Caluire et Cuire  

Lyon People, leader de la presse lyonnaise

LYON PEOPLE Juin 2019 / Les Secrets de Caluire et Cuire  

Lyon People, leader de la presse lyonnaise