Page 102

lp

CALUIRE ET CUIRE

LA CARETTE JOSEPH SERRE

Elle se bonifie

comme le bon vin

Ses bouteilles de jus de raisin sont ses trésors, sa fierté, que l’on déguste en souvenir du bon vieux temps, comme un clin d’œil à l’Histoire et à ce cep centenaire qui habille le bas de sa propriété. Texte : Morgan Couturier - Photos © Fabrice Schiff

E

t pour cause, agrégé de lettres classiques et professeur de latin grec au lycée du Parc pendant 30 ans, Michel Évieux tient le passé en haute estime. Sa maison en est une preuve irréfutable, comme peuvent l’être les innombrables souvenirs que sauvegarde précieusement son épouse Simone. Il faut dire que sa demeure exploite elle-même, des terres chargées d’histoires, de par son implantation sur cet ancien domaine de l’échevin Carette, que les occupants surnommaient la Sablonière. « Ça en dit long sur la structure du sol, ce qui justifie le non aedificandi – officiel depuis le début du siècle – et que les choses demeurent encore en place », livre Michel Évieux. Le temps a bien effacé les bois, où chassaient jadis les Lyonnais ou ces vergers que l’on admirait encore au cœur des années 30, mais le lieu semble aujourd’hui gravé dans le marbre, à l’exception notable de cette route que Michel Évieux a jugé bon de construire, pour relier sa demeure au bas de la montée. Pour le reste, la propriété n’a pas pris une ride au contact de cette famille, installée dans cette belle propriété depuis 1938, peu de temps après la disparition de leur illustre voisin, le philosophe Joseph Serre (lire ci-contre). « Mon père Daniel, assureur-conseil chez SGCA, loue la maison au soyeux Antoine Trichard Fayolle, alors qu’elle était inoccupée depuis 5 ans, pour lyon people • juin 2019 • 102 •

des raisons de praticité ». En 1940, elle est rachetée par le milicien Côme Ferran.

UN EXIL FORCÉ PENDANT LA SECONDE GUERRE MONDIALE « Les Ferran possédaient deux lots. Cette maison-là et celle située de l’autre côté dont les Poncet, des fermiers, étaient locataires. Côme Ferran s’était fait construire une cabane sur leur parcelle et arrosait à la mitraillette tout ce qui passait, dont le chalet qu’occupe aujourd’hui le petitfils Mingat », relate le maître des lieux. Après-guerre, le milicien est exproprié et sa maison est acquise par les Domaines dont la famille Évieux est locataire. Daniel Évieux en fait finalement l’acquisition lors de sa mise en vente en 1958. Une heureuse conclusion pour les Évieux et Michel, qui en récupère l’usufruit en 1963, après avoir fui la maison le temps de la guerre, par crainte des bombardements. « Mon père était resté ici, tandis que sa famille survivait à la campagne en HautBeaujolais. La maison a continué de vivre. La fenêtre, à l’étage, a été mitraillée depuis le palais de la foire », informe-t-il, dans un devoir de mémoire. Lui n’a rien oublié. La Carette Joseph Serre non plus.

Son propriétaire Michel Évieux, et le jus de raisin issu de ses vignes en 2018… …et en culotte courte dans le parc en 1937. Agrégé de lettres classiques, il a enseigné le latin-grec au Lycée du parc.

PROPRIÉTAIRES Avant 1940 : Trichard-Fayolle 1940 : René Ferran 1945 : État français 1958 : Daniel Évieux 1963 : Michel Évieux

Habitée par la famille Évieux depuis 1938, la Carette SaintJoseph a été construite sur un sol sableux, cela bloque toute construction moderne et l’a certainement sauvé de l’appétit des promoteurs. Le pavillon a été rajouté en 1917.

Profile for Lyon people

LYON PEOPLE Juin 2019 / Les Secrets de Caluire et Cuire  

Lyon People, leader de la presse lyonnaise

LYON PEOPLE Juin 2019 / Les Secrets de Caluire et Cuire  

Lyon People, leader de la presse lyonnaise