Page 10

lp

LA VIE DES ENCHÈRES

CÉCILE CONAN

Une année complètement marteau Galvanisée par trois enchères records enregistrées il y a tout juste un an, Cécile Conan multiplie depuis les coups… de marteau retentissants. Texte : Morgan Couturier - Photo ©Fabrice Schiff

À

pareille vitesse, les spécialistes vont bientôt se prendre au jeu des estimations, et supputer vers quel(s) sommet(s) se dirigera Conan Hôtel d’Ainay, tant la structure ne cesse de croître d’année en année. Maîtresse des enchères, Cécile Conan le concède, cette dernière est plus adepte des bords de mer que de l’escalade, mais elle ne saurait bouder pareil plaisir, en cette période faste où les trésors de l’art se dévoilent à elle par collections entières. D’ordinaire prompte à laisser le suspense s’étendre pour inciter les acheteurs à passer à l’action, la pensionnaire de l’Hôtel d’Ainay se montre ainsi beaucoup plus directe, à l’heure de dresser le bilan d’une année 2018 hors du commun. « Nous avons augmenté le chiffre d’affaires de 23%, avec un total au marteau d’un peu plus de quatre millions d’euros », se réjouit-elle. Un bonheur n’arrivant jamais seul, le millésime 2019 semble suivre pareille mouvance, en témoigne ce tableau du peintre marocain Ahmed Cherkaoui, que la commissairepriseur brandit en trophée dans son bureau, après l’avoir monnayé contre 550 000 €.

lyon people • juin 2019 • 10 •

Un record mondial pour cet artiste moderne, dont les œuvres détenues par la famille Bernezat ont toutes trouvé preneurs, un joli jackpot d’1,2M € à la clé, soit la plus belle vente d’art contemporain jamais enregistrée entre Rhône et Saône. Et si la résonance d’une telle licitation s’est entendue jusque dans les confins de la ville blanche, Cécile Conan mesure surtout le poids pris par sa maison de vente.

UN NOUVEAU RECORD DE VENTE « Le fait d’écouler toute la collection permet d’augmenter les prix. Nous essayons de développer ce type de ventes. Mais au-delà de ça, dès lors que l’estimation est attractive, les biens s’adjugent plus facilement. Depuis, nous avons des personnes du monde entier

qui se connectent pour suivre les ventes », admet-elle. Dans ces conditions, le succès si précieux soit-il, ne doit jamais rien au hasard. Et pour cause, épaulée par son équipe, Cécile Conan a su dénicher les bonnes affaires, quitte à endosser le costume d’archéologue sur certaines demeures, où lors de succession, son sens de l’expertise a pu protéger quelques trésors. Voué aux abîmes, lors d’un banal déménagement, une peinture de Jacques-François Carabain (La Piazza d’Erbe à Vérona, ndlr) fut ainsi épargnée d’un funeste destin, avant d’être écoulée contre 81 250 €. « C’était la masterpiece du peintre », sourit-elle aujourd’hui. Les récits ont depuis été édités en plusieurs tomes, comme cette œuvre de Simon Vouet (Portrait d’homme en buste), repérée au fond d’une cave, que la commissaire-priseur a su réanimer contre 56 250 € après avoir été estimée 4 000 €. Le destin est ainsi fait, mais quand les astres s’alignent, il serait inconscient de ne pas en profiter. Alors après la vente d’un “Paysage d’hiver” par Joost de Momper, Cécile Conan concentre son attention sur les enchères à venir. Le marteau n’a que peu de temps de souffler. Outre la vente d’objets « XVIIIe - XIXe » en ce mois de juin, la maison de ventes mise sur la liquidation de coupes papiers art nouveau en juillet avant de basculer sur l’art moderne en octobre. Tout un programme !

Profile for Lyon people

LYON PEOPLE Juin 2019 / Les Secrets de Caluire et Cuire  

Lyon People, leader de la presse lyonnaise

LYON PEOPLE Juin 2019 / Les Secrets de Caluire et Cuire  

Lyon People, leader de la presse lyonnaise