Page 1

Actualité Société Economie Politique Magazine

Dossier du mois Restauration : les chefs étoilés innovent malgré la crise

n°2 • Mars 2012

POLITIQUE La gauche s’écharpe dans une circonscription de droite JUSTICE Un espoir pour les anciens verriers de Givors ENVIRONNEMENT Réchauffement climatique, pesticides, distribution d’eau MONDE Le bras long de Bachar al-Assad SPORT Xavier Sadourny, de capitaine à entraîneur

LYON NEWS


2

LYONNEWS


mars

SOMMAIRE SOCIETE

Brèves 4 L’Insée à la recherche du bonheur 5

POLITIQUE La gauche s’écharpe dans une circonscription de droite Deux dames pour un fauteuil

6 8

JUSTICE

Privée de congés de naissance, une policière lesbienne saisit la justice Cancer : un espoir pour les anciens verriers de Givors

10 11

ECONOMIE Comment recharger sa carte Técély à un distributeur de billets TCL : les tarifs augmentent encore Ludique et festif : le Pôle de loisirs de la Confluence

12 14

MONDE

Le bras long de Bachar al-Assad 16 Des centaines de manifestants mobilisés contre Acta 17

URBANISME

Hôtel-Dieu 5 étoiles

18

ENVIRONNEMENT

Réchauffement climatique, pesticides, distribution d’eau

20

DOSSIER DU MOIS Restauration : les chefs lyonnais innovent malgré la crise

22

SPORT Xavier Sadourny, de capitaine à entraîneur OL : la classe biberon au pouvoir

26 27

CULTURE Événements, Musique, Cinéma, Théâtre, Expo, Livre DVD, Internet, Hi-Tech Jean Couty, un peintre généreux, qui aimait sa ville, exposé à Vourles

LOISIRS

28 36

Bars, Apéro Club Affaire de Lyon News, Restos

42

Boîte à Malice de Sophie B. Horex VR6 : la production sur le point de commencer DS4 Racing Concept, un concept-car

48 50 52

Shopping Smart

54

Ma p’tite déco...

60

Jeux, Beauté, Horoscope

61

LYONNEWS

3


SOCIETE Jean-Pierre Raffarin entarté à Lyon C’est sans cravate que l’ancien premier ministre a dû dédicacer son nouveau livre Je marcherai toujours à l’affectif. Alors qu’il était attendu à la librairie Décitre de Bellecour Jean-Pierre Raffarin a été victime d’un entartage. “C’est la première fois en 40 ans de carrière que cela m’arrive”, a-t-il maugréé. Nora Berra, qui l’avait invité à Lyon, se serait proposée de lui acheter une nouvelle cravate, pour remplacer celle, maculée de chantilly, que Raffarin avait dû retirer. L’auteur de l’entartage, un Lyonnais de 25 ans, résidant dans le 9e arrondissement, a tenté de s’enfuir. Rattrapé par le garde du corps de l’élu poitevin et mis en garde à vue, il comparaîtra au tribunal pour violences sur reconnaissance préalable de culpabilité. M.A.

Les élus lyonnais pas très web 2.0

Recyclage du plastique : Villeurbanne montre la voie

Seuls six Lyonnais font partie des cent élus recensés par le site www.elus20.fr. Et ils n’arrivent pas en tête. Le premier lyonnais du classement, Gérard Collomb, n’occupe que la 25ème place dans le classement Facebook et retombe même au 51ème rang sur Twitter. La plus suivie, si on cumule les deux réseaux sociaux, est l’adjointe au maire, conseillère générale, candidate aux législatives et porte-parole socialiste Najat Belkacem. M.A.

© Jean-Paul Pelissier Reuters

Le Train Emploi revient

Le Train Emploi fera escale à Lyon le 27 mars prochain. Organisé pour la 5ème fois en partenariat entre Pôle emploi et la SNCF, le train permettra aux chômeurs et étudiants de consulter des offres d’emploi et de se renseigner sur les filières de formation. Partant de Paris le 13 mars, il visitera 12 villes françaises. M.A. 4

LYONNEWS

Villeurbanne innove en matière de tri sélectif. Depuis le 1er mars, tous les emballages ménagers en plastique seront recyclés, y compris les pots de yaourt, barquettes de fruits, pots de crème fraîche, films et sacs en plastique. Auparavant seuls les bouteilles et flacons étaient acceptés. M.A.

Pas de statuettes pour Rhône-Alpes Nominé pour l’Oscar du meilleur film d’animation, Une vie de chat n’a pas reçu la statuette convoitée. Signé Folimage, une petite boîte de production installée à Bourg-lès-Valence, le film a dû s’incliner devant le caméléon mythomane américain Rango. Le long métrage, qui raconte l’histoire d’un chat parisien, ami d’une fillette le jour et d’un braqueur la nuit, avait déjà fait chou blanc aux Césars 2011. Les Césars n’ont pas mieux réussi aux trois films rhônalpins en lice cette année. Dimitri Storoge (Les Lyonnais) et Guillaume Gouix (Jimmy Rivière, tourné à Grenoble) nominés dans la catégorie Meilleur espoir masculin sont repartis bredouille ; tout comme Marie Gillain, pressentie pour la statuette de la Meilleure actrice pour son rôle dans Toutes nos Envies, tourné à Lyon.M.A.


SOCIETE L’Insée à la recherche du bonheur

© Daniel Boud

Depuis toujours, statisticiens et hommes politiques ont les yeux braqués sur une mesure phare : le PIB. La croissance (ou la récession), c’est lui. L’échelle de la dette, c’est lui. Utilisé à toutes Joseph Stiglitz, Prix Nobel d’économie 2001 les sauces et souvent décrié, le Produit intérieur brut est aujourd’hui considéré comme trop réducteur. 25 économistes du monde entier ont gambergé pour trouver mieux. L’Insée dévoile les premières conclusions. Le 8 janvier 2008, le président de la république Nicolas Sarkozy a chargé un prix nobel d’économie, l’Américain Joseph Stiglitz, d’une délicate mission : trouver un indicateur capable de mesurer les “performances économiques” et le “progrès social”, dans le but ultime d’évaluer le bonheur des gens. Le Produit intérieur brut, qui représente la somme de tous les biens et services produits dans une région, ne suffit plus. “Le PIB n’est pas un bon indicateur du bonheur et encore moins du développement durable”, souligne Pascal Oger, directeur régional d’Insée Rhône-Alpes. “Plus les bouchons vers les Alpes augmentent, plus le PIB augmente”, explique le statisticien en chef, puisque les embouteillages accroissent la consommation de carburant. De même, un skieur qui se casse une jambe booste le PIB du secteur médical contrairement à celui qui rentre indemne. La commission Stiglitz devait donc intégrer dans ses calculs, la qualité de vie, à travers les inégalités et le bienêtre, tout en tenant compte du développement durable. Or, “de nombreux aspects de la qualité de vie ne sont pas traduisibles en termes monétaires”, précise le chef de service études Jérôme Harnois. Exemple : faire garder son bébé par la mamie n’engendre aucune transaction financière, mais rend bien service aux parents.

De nouveaux indicateurs Parmi les nouveaux paramètres pris en compte figurent le nombre de jeunes sans diplôme, les zones naturelles protégées ou encore la participation aux élections. Or, en plus de ces critères quantifiables, les statisticiens doivent tenter d’évaluer le ressenti. La prochaine enquête logement, menée tous les cinq ans, comprendra ainsi des questions telles que “Êtes-vous satisfait de la propreté de votre quartier ? Est-il sûr ?”. Sans oublier les sans-abris, qui seront interrogés sur leur mode de vie. “C’est une vraie nouveauté pour nous”, souligne Jérôme Harnois. La diversité des données ainsi récoltées rend toutefois impossible la définition d’un seul nouvel indice. “On n’arrive pas à avoir un indicateur synthétique qui résume tout, mais plutôt un tableau de bord”, explique Pascal Vialette, chargé d’investissement à l’Insée Rhône-Alpes. Si les travaux ne sont pas encore terminés, certaines administrations ont déjà commencé à intégrer les nouveaux outils. “Le ministère de l’équipement travaille désormais entièrement à partir des indicateurs de développement durable”, souligne Pascal Oger. “Avant, c’était juste des logements et des routes. Dorénavant, le ministère se préoccupe de rénovation urbaine et de transports en commun.” =M.A. LYONNEWS

5


POLITIQUE La gauche s’écharpe dans une circonscription de droite

Thierry Braillard

Philippe Meirieu

Le premier est écologiste et soutenu par le PS national, en vertu d’un accord entre les deux formations. Le second est radical de gauche et soutenu par le PS local, Gérard Collomb en tête. Le maire de Lyon, qui ne perd d’ailleurs pas une occasion de pester contre les “khmers verts” qui menaceraient d’envahir sa ville, se dit même prêt à se faire exclure de son parti pour imposer son poulain. “On se battra pied à pied, hall d’immeuble à hall d’immeuble”, répond l’écologiste Philippe Meirieu, qui annonce une campagne “unitaire”. C’est toutefois le radical Thierry Braillard, adjoint aux sports de Gérard Collomb, qui semble pour l’instant faire l’unanimité au PS du Rhône. Une fédération où on ne moufte pas et où personne ou presque n’ose contester les choix du maire de Lyon. Si bien que Philippe Meirieu, à la recherche d’une suppléante socialiste, a du mal à trouver la candidate appropriée. “On ne manque pas d’options”, veut croire l’équipe de campagne du vice-président régional, 6

LYONNEWS

Poing à la rose socialiste chez l’un, photo de François Hollande chez l’autre. La première circonscription, qui recouvre le 5ème arrondissement, la Confluence, les parties sud du 7ème et du 9ème, ainsi qu’un bout du 8ème, offre un drôle de spectacle. Pas de candidat socialiste ici, mais deux qui se revendiquent du PS.

concédant toutefois que “ça reste compliqué avec l’entourage de Collomb et Braillard”. Le nom de Nathalie Perrin-Gilbert, souvent évoqué, n’est toujours pas entériné. La mairesse des Pentes, déjà brouillée avec Gérard Collomb, n’a certes rien à craindre, mais sa candidature risquerait de braquer un peu plus encore son ancien mentor. En face, le choix est fait. Thierry Braillard sera secondé par Gilda Hobert, une élue socialiste du 5ème. Et le candidat radical déroule. “Il est quasiment tous les jours sur le terrain”, assure son équipe de campagne. Porte à porte, marchés, “on met en avant le programme de François Hollande”, car “les législatives, c’est encore loin”. Quant au compétiteur vert, “Philippe Meirieu a un défaut de notoriété”, estime-t-on dans l’entourage du candidat PRG. Pour le faire connaître, les soutiens de Philippe Meirieu distribuent une “Lettre aux Lyonnais”. “J’ai l’honneur, à Lyon, dans la première circonscription du Rhône, de me

présenter au nom du Parti Socialiste et d’Europe Écologie - Les Verts”, écrit le candidat, avant de dérouler son CV : instituteur, professeur de philosophie et de français, puis enseignant à Lyon II, directeur de l’IUFM, chroniqueur, tête de liste écologiste aux dernières régionales, auteur d’une trentaine de livres. Candidat dissident, Thierry Braillard tente, lui, de brouiller les pistes. Privé du poing à la rose, il affiche crânement sur ses tracts une photo de lui, déambulant aux côtés de François Hollande, et le slogan du candidat socialiste “Le changement c’est maintenant”. Cette primaire à gauche, qui ne dit pas son nom, la situation ravit en tout cas le candidat sortant. “Un vaudeville irresponsable et irrespectueux des électeurs, qui ne grandit pas la politique”, raille Michel Havard. Elu en 2007 avec 51,54%, soit le plus faible score de tous les députés UMP du Rhône, il n’en demandait pas tant. =M.A.


LYONNEWS

7


POLITIQUE Deux dames pour un fauteuil

Nora Berra

C’est la circonscription des beaux quartiers de Lyon : le 6ème arrondissement au grand complet et Montchat, auxquels on a ajouté la Part-Dieu et un bout du 8ème. La quatrième, réputée ingagnable par la gauche, a longtemps Dominique Nachury permis de faire élire des candidats de droite dans un fauteuil. Un ronronnement tranquille qui risque d’être sérieusement perturbé aux prochaines législatives. La faute au crêpage de chignons auquel s’adonne actuellement la droite lyonnaise.

“Je crois que les circonstances sont réunies pour gagner cette circonscription”, avait déclaré Najat Belkacem début janvier, lors de la présentation des candidats socialistes. Un optimisme de façade, tellement l’adjointe de Collomb s’était ramassée en 2007. 43,43% contre 56,57% pour Dominique Perben. Et ceci malgré un score en hausse de 8 points comparé à celui de l’écologiste Pierre Hémon en 2002. Et pourtant... Coup de tonnerre, ce 9 janvier au matin : Un communiqué signé Dominique Perben arrive dans les rédactions. Le député sortant, que tout le monde, jusque dans les rangs de l’UMP, voyait rempiler pour cinq ans, annonce son retrait de la vie politique. Une fausse surprise, puisque l’ancien garde des sceaux avait laissé entendre dès l’été passé qu’il réservait sa décision pour début 2012. L’UMP aurait donc pu se préparer à l’éventualité et organiser la succession. Il n’en fut rien. Ainsi, les prétendants ne tardent pas à sortir du bois. Entre les candidatures de circonstance et celles carrément fantaisistes c’est Dominique Nachury qui tient la corde. Ancienne maire du 6ème (1995-2001), la suppléante de Dominique Perben 8

LYONNEWS

est une véritable élue de terrain, soutenue par la quasi-totalité des parlementaires UMP du département. Tout semblait donc rouler pour Dominique Nachury, quand, patatras, une invitée surprise arrive. “Je confirme ma candidature dans la 4ème circonscription”, déclare Nora Berra le 9 février devant une quarantaine de sympathisants, réunis au café L’Etoile. “ Une décision irrévocable”, selon elle. Une décision solitaire surtout, court-circuitant toutes les instances de l’UMP. Sans surprise, la déclaration de la secrétaire d’Etat fait bondir la fédération du Rhône. “Il y a des procédures, cela pose des difficultés de ne pas les respecter lorsque l’on est au gouvernement”, peste son président, Philippe Cochet. D’autant plus que Nora Berra devait au départ faire briller son aura ministérielle dans la troisième circonscription afin d’essayer de détrôner le sortant socialiste Jean-Louis Touraine. Avant de juger plus sage de briguer la quatrième. “On avait écarté Lionel Lassagne pour lui faire une place”, persiffle un autre responsable.

Pendant ce temps-là, la Commission nationale d’investiture de l’UMP décide... de ne rien décider. Elle investit 12 des 14 candidats rhodaniens, mais fait l’impasse sur la troisième et la quatrième, laissant la porte grand ouverte au pourrissement de la situation. Qui ne saura tarder. Après avoir douté de“l’utilité” de Philippe Cochet, Nora Berra affirme que ses origines algériennes “poseraient problème”. Puis, pour être sure de se mettre bien tout le monde à dos, elle revient sur son soutien à Michel Havard aux municipales de 2014. Ce n’est que le 28 février, que l’UMP siffle la fin de la récré, en validant la candidature de Dominique Nachury, renvoyant la secrétaire d’Etat dans la troisième circonscription. Toutefois, le répit sera probablement de courte durée car, loin d’accepter le verdict, Nora Berra réserve sa décision pour après les présidentielles. En attendant, Najat Belkacem, se frotte les mains. “Je crois que les circonstances sont réunies pour gagner cette circonscription”. Elle ne croyait peut-être pas si bien dire. = M.A.


LYONNEWS

9


JUSTICE Privée de congés de naissance, une policière lesbienne saisit la justice Une policière lesbienne a saisi fin février le tribunal administratif de Lyon. Début janvier, sa compagne, avec laquelle elle est pacsée depuis 2007, a donné naissance à des jumeaux. La jeune femme avait alors souhaité bénéficier des trois jours de congé de naissance, afin de pouvoir épauler la jeune maman. Une requête rejetée par sa hiérarchie au motif que ce congé est réservé aux pères. Une demande de congé paternité, 18 jours en cas de naissance de jumeaux, n’a pas abouti non plus, refusée par la préfecture. Ces décisions ont suscité la colère de l’association des policiers homosexuels Flag. “Depuis 10 ans, les couples lesbiens dont la compagne attend un enfant, pacsés ou non, et effectuant une demande de congés naissance se sont vus systématiquement attribuer les trois jours prévus dans le règlement pour ce type d’événements familiaux”, écrit l’association dans un communiqué. Avant de dénoncer “une absence totale d’équité entre les policiers sur le plan national en laissant à la discrétion des chefs de service ou directeurs le choix de discriminer ou pas des fonctionnaires de police”. 10

LYONNEWS

“Ça ne concerne pas uniquement la naissance”, ajoute Mickaël Bucheron, le président de Flag. “La situation est la même lorsque nos enfants sont malades. Est-ce que ça veut dire qu’on lui refusera désormais de poser un jour de congé pour soigner ses enfants ?” Pour éviter que le refus lyonnais ne fasse jurisprudence, l’association a écrit au ministre de l’intérieur. “Il nous a répondu qu’il faisait étudier cette demande par ses services”, affirme Mickaël Bucheron, qui insiste : “Rien n’empêche le ministre de publier une directive selon laquelle tout couple au sein de la police nationale serait bénéficiaire des mêmes droits, en termes de parentalité.” Le 22 février dernier, l’avocat de la jeune fonctionnaire Me Gabriel Versini, a donc déposé deux requêtes devant le Tribunal administratif de Lyon, afin d’obtenir l’annulation des deux

refus. “Ce couple a très mal vécu la chose. On l’a mis sur le bas-côté de la République”, s’exclame Me Versini cité par LyonMag.com. “Ma cliente et sa compagne sont des femmes de conviction. Elles ont estimé légitimement qu’il fallait aller de l’avant, qu’il fallait porter les deux dossiers sur les fonds baptismaux de la justice administrative pour espérer qu’une jurisprudence fasse avancer les choses” L’avocat réfute toutefois toute dimension politique du cas défendu : “Je ne suis pas de ces avocats qui utilisent une période électorale pour sortir les banderoles et les fanions.” = M.A.


JUSTICE Il ne sera plus là pour entendre les conclusions du juge d’instruction. Christian Cervantes, porte-parole des anciens verriers de Givors est mort le 21 février, d’un cancer du larynx et des amygdales. Durant 33 ans, il a travaillé près des fours de la verrerie, a inhalé quantité de produits toxiques. Pendant deux ans et demi, il s’est battu pour faire reconnaître ses cancers comme maladies professionnelles. Il ne verra plus l’aboutissement de ce combat qui continuera sans lui. Un combat qui vient de passer une nouvelle étape. Installée à Givors, au sein de la vallée de la chimie, depuis le milieu du XVIIIe siècle, la verrerie fut la première pierre de l’empire industriel BSN, fondé par Antoine Riboud, avant qu’il ne prenne le virage de l’agro-alimentaire et se rebaptise Danone. L’usine, vendue entretemps au géant américain OI Manufacturing a fermé ses portes en 2003. Alertés par le nombre élevés de collègues qui tombaient malades les uns après les autres, les anciens verriers de Givors ont mené l’enquête. En 2009, ils ont rédigé un questionnaire médical et l’ont envoyé aux 645 personnes, sur les 1300 anciens salariés, qu’ils ont pu retrouver. Sur les 208 réponses reçues, 127 faisaient état de maladies voire de décès. Un choc ! Même en supposant que tous ceux qui n’avaient pas répondu, étaient en bonne santé, le pourcentage de malades est dix fois supérieur à la normale. Depuis, la situation s’est encore aggravée. En 2011, la CGT a comptabilisé 80 décès chez les anciens verriers, et fait l’inventaire des maladies : cancers aux poumons, aux os, aux reins, aux glandes, au foie, à la vessie, à l’estomac, à la gorge, au cerveau, à la mâchoire, leucémie et de nombreux problèmes cardiaques. Pour le syndicat, le lien entre maladies et exposition aux produits chimiques est clairement établi. Des produits, dont l’inventaire se lit comme le manuel du parfait apprenti sorcier : oxydes de sodium, tétrachlorure de titane et d’étain, cobalt, sélénium, oxydants et réducteurs sulfate, chrome, manganèse, sulfure, amiante et de nombreuses autres substances.

© G. Macqueron / Futura-Sciences

Cancer : un espoir pour les anciens verriers de Givors

Ce lien, la Sécurité sociale refuse néanmoins toujours de l’établir. Aidée en cela par l’ancien employeur qui refuse de délivrer les attestations individuelles d’exposition aux produits toxiques, pourtant obligatoires. “La Sécurité sociale se retranche derrière ce refus de la fourniture des attestations pour rejeter les dossiers de reconnaissance de maladie professionnelle”, s’indigne Laurent Gonon, un ami comptable à la retraite qui aide les anciens ouvriers dans leurs démarches. Ils ont toutefois obtenu une victoire d’étape. Après un an d’attente, l’assurance maladie vient de donner une suite favorable aux demandes d’une dizaine d’anciens salariés qui réclamaient un suivi médical post-professionnel. Quant à la plainte pour blessures involontaires que Christian Cervantes avait déposée, elle vient de rebondir. Le juge d’instruction en charge de l’affaire a nommé fin février deux experts qui doivent remettre leurs conclusions avant le 30 avril. Dans ses écrits, le juge a souligné “la violation manifestement délibérée d’une obligation de sécurité ou de prudence dans le cadre du travail”. “Une belle avancée”, estime Laurent Gonon. “Pour moi, c’est trop tard”, avait glissé Christian Cervantes quelques mois avant sa mort au journal Libération. “Mais pour ceux qui sont encore dans les verreries, il faut qu’on fasse quelque chose. Je ne veux pas qu’ils crèvent comme nous autres.” = M.A. LYONNEWS

11


ECONOMIE Comment recharger sa carte Técély à un distributeur de billets

Chassieu, à Neuville-sur-Saône. Dont nombre se trouvent loin des réseaux ferrés. “On ne fera pas venir les gens dans les transports en commun, si on ne développe pas de nouveaux services”, estime Pascal Jacquesson, le directeur du réseau lyonnais, qui loue la “simplicité” du nouveau dispositif. L’entreprise reste toutefois peu loquace sur son coût. “Plusieurs centaines de milliers d’euros”, se contente de lâcher Pascal Jacquesson, pour ce service développé en 8 mois et testé pendant 15 jours avant sa mise en service. Si le tarif payé par l’usager est rigoureusement le même, la banque, elle, touche un pourcentage sur chaque transaction. Combien ? Là aussi, c’est motus et bouche cousue. Pour localiser les agences partenaires, il suffit de se rendre sur le site www.tcl.fr. Prochaine étape, la vente en ligne sur ce même site, prévue courant mars. 200 lecteurs spécifiques sont d’ores et déjà installés dans les stations de métro, permettant la mise à jour de la carte Técély, une fois la transaction sur le web terminée. = M.A.

Les 425 000 détenteurs d’une carte Técély peuvent désormais recharger leur abonnement dans toutes les agences du Crédit Mutuel et du CIC de l’agglomération. Chaque succursale de ces enseignes dispose à l’extérieur d’un distributeur dédié, accessible 24h/24 et 7j/7. Soit 102 automates au total, répartis dans tout le Grand Lyon. Signalés par un autocollant, ils sont équipés d’un lecteur de carte Técély. Après Paris, Strasbourg et Nice, Lyon est la quatrième ville française à offrir ce nouveau service. “Un client qui vient chercher du liquide, peut en profiter pour recharger sa carte”, se félicite la viceprésidente du Grand Lyon Michèle Vullien. Il suffit en effet de sélectionner l’option Achat service dans le menu à l’écran et se laisser guider. L’automate affiche les abonnements idoines (y compris les tarifs réduits, le cas échéant) et délivre un ticket à la fin de la transaction. Une bonne nouvelle pour les abonnés qui habitent loin du métro ou du tram et ne peuvent donc utiliser les quelque 400 distributeurs automatiques TCL installés sur ces lignes. Le réseau Crédit Mutuel/CIC couvre, lui, 31 communes de l’agglomération : de Brignais à Tassin et de 12

LYONNEWS

TCL : les tarifs augmentent encore Les abonnements Pass Partout, City Pass et City Pass PDE ont à nouveau augmenté le 1er mars. La faute à la TVA, qui est passée de 5,5% à 7% sur les tickets de transport, soit un coût supplémentaire de 2,4 millions pour les transports publics lyonnais. Le prix des abonnements mensuels grimpe ainsi de 4,8%, une hausse qui s’ajoute à celle appliquée en janvier (2% en moyenne). L’abonnement mensuel passe ainsi de 51,20 € à 55,00 € en l’espace de 3 mois (+7,4%). Les Verts ont voté contre cette mesure. “On aurait pu attendre un peu”, estime la conseillère générale Raymonde Poncet, qui espère “qu’en 2012, un nouveau gouvernement reviendra sur cette mesure (la hausse de la TVA, ndlr)”. = M.A.


LYONNEWS

13


ECONOMIE Ludique et festif : le Pôle de loisirs de la Confluence ouvre début avril Entre 600 et 800 ouvriers s’affairent encore tous les jours sur le chantier du Pôle de loisirs et de commerce de la Confluence. D’ici le 4 avril, date de l’ouverture du nouveau centre, le ballet des bulldozers aura toutefois cessé, pour laisser la place au lèche-vitrine et à la balade. Une balade dans une ambiance très maritime. Les allées, agrémentées de hublots, rappellont les coursives d’un bateau, et les bornes d’information sont en forme de goutte d’eau. Un mur d’eau de 20 m de haut accueille les visiteurs à la sortie du parking (1500 places), et même les toilettes évoquent la mer avec une ambiance paquebot chez les femmes et salle de machines chez les hommes. Une navette de 70 à 80 places reliera d’ailleurs la Presqu’île à la Confluence. Le service, qui offrira deux rotations par heure, sera payant. Le tarif n’est pas encore fixé mais devrait être inférieur à celui d’un ticket de métro.

Sur 53 000 m², le nouveau pôle accueille 70 boutiques, 15 moyens surfaces (Monoprix, Zara, C&A…), 1 hypermarché Carrefour, 1 cinéma (14 salles), 1 hôtel (150 chambres) et une quinzaine de restaurants. Le tout pour former un centre commercial “nouvelle génération”, selon ses propriétaires. Qu’est-ce exactement ? Nous avons posé la question à Stéphane Psomiadis, le directeur du nouveau centre. Nous l’appelons centre commercial “nouvelle génération”, car il capitalise sur une architecture ouverte avec beaucoup de lumière

ainsi qu’un accueil et un parcours de visite agréables. Des grooms aideront nos visiteurs à s’orienter. Il y aura aussi un espace lounge où nous mettons à disposition des iPad pour surfer sur le web. Quelles différences avec les autres centres commerciaux lyonnais ? En matière d’ambiance, de confort et d’exclusivité, il y a une vraie différence par rapport à la concurrence existante. Nous avons voulu offrir aux Lyonnais l’opportunité de profiter de nouvelles enseignes, dont certaines n’étaient pas encore présentes en Rhône-Alpes, voire en France. On peut nommer A Loja do Gato Preto (décoration), Suiteblanco (prêt-à-porter), Aldo (chaussures), Bel Air (vêtements et accessoires), Muji (équipement de la maison) ou encore Hollister (prêt-à-porter). Au-delà du shopping, il y a du loisir, on peut sortir et se promener en bord de Saône, manger une glace au soleil. Les gens ne viendront pas uniquement pour faire du shopping mais également pour se balader. Quelle fréquentation prévoyez-vous ? Nous attendons entre 6 et 7 millions de personnes par an. Une clientèle qui viendra évidemment du Grand Lyon, mais au-delà, le centre a vocation à attirer des visiteurs de toute la région Rhône-Alpes. L’inauguration aura lieu le 4 avril, quel est le programme ? Du 4 au 7 avril, il y aura beaucoup d’animations. Ce sera ludique et festif. Nous dévoilerons les détails mi-mars.= M.A.

14

LYONNEWS


NOS SERVICES

ACCUEIL EVENEMENTIEL

• Accueil • Passage micro • Orientation • Placement en salle • Accompagnement • Enregistrement • Pointage • Service voiturier • Remise de badges • Service chauffeur • Vestiaires • Distribution de documents • Remise de cadeaux • Gestion de parking

FIELD MARKETING

• Animation commerciale • Force de vente supplétive • Optimisateur de linéaires • Mise en place de PLV • Démonstration de produits • Street marketing • Animation micro • Animation nuits • Visite mystère • Opération commando • Enquête qualité • Road show

ACCUEIL EN ENTREPRISE

• Accueil physique • Accueil téléphonique • Gestion des salles de réunion • Help Desk & Travel Desk • Gestion des courses et des coursiers • Gestion de la décoration florale • Gestion des agendas • Gestion du courrier • Gestion des réservations de taxis • Gestion de la reprographie • Gestion de la billetterie de voyages • Conciergerie

ACCUEIL PASSAGERS

• Gestion des flux des passagers • Accueil des passagers • Services aux VIP • Enregistrement des passagers • Gestion des salons First et Business • Handling • Gestion de la manutention bagages • Gestion des desk litige • Gestion de la billetterie • Gestion des centres de services • Orientation

www.cityone.fr 3 rue Castries • 69002 Lyon • 04 78 42 53 92 • contact.lyon@cityone.frLYONNEWS

15


MONDE Crédit : REUTERS

Lyon : le bras long de Bachar al-Assad

Le 26 août dernier, plusieurs manifestants se font agresser et certains tabasser à Paris par une vingtaine de Syriens pro-régime, dont certains portaient des passeports diplomatiques. Le 26 décembre, un opposant syrien installé à Berlin, est lui aussi agressé à coups de matraque à son domicile par deux sbires du régime baasiste. Depuis, quatre employés de l’ambassade syrienne à Berlin ont été expulsés et un autre placé en détention. Paris, Berlin, Londres, Stockholm, “des manifestants syriens vivant en Europe et aux États-Unis sont systématiquement surveillés et harcelés par des représentants des ambassades syriennes”, écrit Amnesty International dans un rapport. “Le régime semble avoir mené une campagne systématique - et parfois violente - visant à réduire les Syriens de l’étranger au silence au moyen de la peur.”

Les Syriens de France solidaires En France, on dénombre quelque 50 à 60 000 Syriens, dont un petit millier à Lyon.Tous ou presque ont laissé de la famille dans leur pays. Depuis le début de la révolte, le 15 mars dernier, ils se mobilisent pour soutenir leurs compatriotes. A Lyon, les protestations ont commencé fin mars 2011. Depuis, des dizaines de manifestations ont eu lieu aux Terreaux ou à Bellecour. La plus grande a réuni le 22 novembre dernier un millier de personnes, venues de toute la France. Parmi eux, des moukhabarat, ces agents du redouté service de renseignement syrien. Pas de passage à tabac encore à Lyon, mais des intimidations. “Ils filment les gens ici et font pression sur les familles restées là-bas”, explique l’opposant que nous avons rencontré. Contrairement à l’Algérie ou la Tunisie, la Syrie ne dispose pas de consulats en France. Faute de représentation en province, la surveillance des opposants serait l’œuvre d’étu16

LYONNEWS

En Syrie, la répression sévit sans fléchir. Plus de 8 000 personnes ont été tuées, des dizaines de milliers disparu, selon l’opposition. Or, l’influence des services de renseignements du président Bachar al-Assad ne s’arrête pas aux frontières du pays. Les manifestations à l’étranger sont ainsi étroitement surveillées par Damas. Et les représaillesne se font pas attendre. Lyon News a rencontré un opposant syrien à Lyon. diants baasistes. 5 à 8000 jeunes Syriens font leurs études en France. Une partie est encartée à l’Union nationale des étudiants syriens, l’association officielle qui affiche fièrement la photo d’al-Assad sur son site. Convaincus par la juste cause, certains de ses adhérents prêteraient donc main forte au régime de Bachar Al-Assad, filmant et photographiant les opposants dans les rassemblements. Des images transmises directement à Damas. “Les gens du régime sont allés voir un de mes cousins. Ils lui ont montré des photos de moi, lui ont demandé quels liens il entretenait avec moi. Le lendemain, il a été rétrogradé dans son travail. Il gagne maintenant moins d’argent”, raconte cet opposant syrien. Selon lui, les services secrets baasistes disposent d’un éventail de représailles gradué. D’abord, le régime demande aux parents restés en Syrie de “raisonner” leurs proches en France. Puis, suivent des sanctions financières et finalement la prison pour les parents des plus récalcitrants. “Le régime a tiré les leçons de la chute de Ben Ali et de Moubarak”, analyse l’opposant. “Il pense qu’ils ont été trop mous, pas assez répressifs. Bachar al-Assad estime qu’il faut traumatiser les gens.” =M.A.


MONDE Des centaines de manifestants mobilisés contre Acta pour demander aux douanes de saisir, voire de détruire des médicaments génériques”, explique l’eurodéputée écologiste Sandrine Bélier. “Le risque, mettre en danger la vie de millions de personnes en réduisant l’accès aux médicaments.” Dans un tract, les Verts dénoncent “une logique répressive, dictée par les industries de la recherche et du divertissement”. Pour eux, “Acta est un cheval de Troie qui organise le contrôle de l’Internet dans l’intérêt d’une poignée de multinationales.”

Acta, ces quatre lettres cristallisent depuis plusieurs semaines les critiques et protestations des défenseurs de la liberté sur Internet. Plusieurs centaines de personnes ont défilé le 25 février entre les Terreaux et la Part-Dieu, la troisième marche en un mois. Des dizaines de manifestations ont eu lieu simultanément en France et des centaines en Europe. Les participants craignent que l’AntiCounterfeiting Trade Agreement, ou accord commercial anti-contrefaçon, ne porte atteinte aux libres échanges sur Internet. Mais le traité concerne tous les domaines de la propriété intellectuelle, notamment aussi le développement de médicaments génériques. “Je pense donc je gène”, “1789 ou 1984 ? Faites votre choix” ou encore “Non à la censure”, pouvaiton lire à Lyon sur les nombreuses pancartes. Les manifestants, jeunes pour la plupart, se sont mobilisés via internet, surtout les réseaux sociaux, et par le bouche à oreille. Souvent vêtus de

noir, beaucoup portaient le masque à la barbichette de Guy Fawkes, un activiste britannique du 17ème siècle, devenu l’emblème des Anonymous. Signé fin janvier par 22 pays de l’UE, les États-Unis et le Japon, Acta constitue pour ses opposants une atteinte grave aux droits des utilisateurs sur Internet. L’accord prévoit notamment d’imposer aux fournisseurs d’accès de communiquer, non pas aux autorités ou à la justice, mais directement aux ayant-droits, toute information permettant d’identifier un internaute soupçonné de contrefaçon sur Internet. Les opposants fustigent une atteinte à la vie privée réalisée au nom de la défense de la propriété intellectuelle. Quant aux médicaments, “une simple suspicion de contrefaçon suffirait à une firme pharmaceutique

Les écologistes viennent d’être rejoints par François Hollande. “Nous interpellons le gouvernement pour l’alerter sur les enjeux démocratiques qui sont en cause, et appelons au refus de sa ratification par le Parlement européen”, a écrit le candidat socialiste dans un communiqué. En Allemagne, où entre 3000 (Francfort) et 16 000 (Munich) personnes ont battu le pavé début février par des températures parfois sibériennes, le gouvernement est également opposé au traité. “Nous ne voulons pas qu’il soit possible de bloquer l’accès à Internet à cause de violations du droit d’auteur”, a déclaré la ministre de la justice, Sabine LeutheusserSchnarrenberger. “Les fournisseurs d’accès à Internet ne sont pas des auxiliaires de police”. Le gouvernement fédéral rejoint ainsi d’autres pays comme la Pologne, la Bulgarie, la Slovaquie, la Lituanie, l’Estonie, Chypre et la République tchèque, qui ont également pris leurs distances avec le texte. Face à l’ampleur de la contestation, la Commission européenne a décidé fin février de saisir la Cour de justice de l’Union afin de vérifier si l’accord international ne viole pas des droits fondamentaux.=M.A. LYONNEWS

17


URBANISME © BONNAMOUR

© Yves Marchand & Romain Meffre

© ASYLUM

Hôtel-Dieu 5 étoiles

La reconversion de l’Hôtel-Dieu en hôtel de luxe, centre de séminaires et bureaux commence à prendre forme. Le 22 février, un bail à construction d’une durée de 94 ans a été signé entre le promoteur Eiffage et les Hospices civils de Lyon (HCL), qui restent propriétaire des lieux. Les fouilles préventives ont démarré. Elles ont d’ores et déjà permis de découvrir une voie antique du Ier ou IIe siècle et d’autres vestiges du Moyen âge. Les travaux devraient débuter au premier semestre 2013 pour une durée de 43 mois. En octobre 2010, Eiffage avait remporté un appel à projets lancé par les HCL et la Ville de Lyon. Le géant français du BTP s’était pour l’occasion associé à l’hôtelier Intercontinental et à l’architecte lyonnais Albert Constantin. “Lyonnais, ils se sont beaucoup plus inspirés de l’âme, de l’histoire et de la culture des lieux”, avait justifié Gérard Collomb son choix. “Ils vont redonner du lustre à l’Hôtel-Dieu.” Le groupement s’était démarqué de ses quatre concurrents, par un projet sobre, axé sur l’ouverture du site. “L’hôpital est resté fermé sur lui-même. L’objectif est de rendre ce lieu aux Lyonnais, de l’ouvrir sur la ville”, a souligné Bernard Vitiello, directeur du projet chez Eiffage. D’une seule entrée principale actuellement, le site passera ainsi à cinq sur ses différentes façades : 18

LYONNEWS

rue Rivière, quai Jules Courmont (qui perdra au passage ses espaces de stationnement et une voie de circulation), rue Bellecordière et rue de la Barre. Le projet prévoit l’installation d’un hôtel 5 étoiles côté Rhône dans le bâtiment central conçu par l’architecte Soufflot. Le grand dôme, détruit pendant la deuxième guerre mondiale et reconstruit en 1968, accueillera un lobby-bar accessible aux Lyonnais. Les suites de l’hôtel, aménagées en duplex, retrouveront les 7m de hauteur sous plafond des anciennes salles d’hospitalisation. Côté Bellecordière, trois immeubles neufs de bureaux borderont le site. Les cours intérieures, d’une superficie totale de 8000 m², accueilleront des terrasses, jardins et espaces de détente. La cour du cloître se verra notamment transformée en jardin apothicaire, rappelant une tradition locale. “Les parfums sont nés à Lyon”, note Didier Repellin, architecte en chef des Monuments historiques, associé au projet. De nombreuses boutiques, dédiées au design, à la mode et à l’équipement de la maison, vont investir les rez-de-chaussée du complexe, tandis que des restaurants s’installeront côté cour. Les immeubles de bureaux devront être livrés en 2015, tandis que l’hôtel ouvrira en 2016.

Et la médecine ? Si le cahier des charges des HCL a exclu toute activité de soin dans le nouvel Hôtel-Dieu, la médecine ne devrait pas en être tout à fait absente pour autant. Tout d’abord, l’actuel musée de la santé sera maintenu et pourra même être agrandi, à condition de trouver les financements nécessaires. La création d’un Pôle régional de promotion de la santé (PRPS), regroupant une vingtaine d’associations, a également été évoquée. Là aussi, l’argent nécessaire n’a pas encore été trouvé.

Un peu d’histoire L’Hôtel-Dieu a été fondé au XIIe siècle. D’abord administré par les frères pontifs, il passe de mains en mains avant de tomber en 1478 dans l’escarcelle de la ville de Lyon. Vétuste, le premier hôpital est démoli et remplacé entre 1622 et 1636 par les bâtiments du petit dôme. Mais ce n’est qu’au XVIIIe siècle que l’hôpital reçoit sa façade monumentale de 327m de long, construite par Jacques-Germain Soufflot. Au XIXe siècle, la construction du bâtiment qui ferme le site côté rue de la barre, ponctué par le dôme Pascalon, achève l’ensemble. = M.A.


LYONNEWS

19


ENVIRONNEMENT Réchauffement climatique, pesticides, distribution L’eau, une ressource menacée Le sixième Forum mondial de l’eau s’ouvre le 12 mars à Marseille dans un contexte de plus en plus tendu. 13 % de la population mondiale, soit 884 millions d’individus, n’ont pas accès à l’eau potable. Si le précieux liquide coule encore en abondance en Rhône-Alpes, les problèmes ne manquent pas pour autant. L’eau est de plus en plus polluée, rare et chère. Comment est-elle distribuée ? Y en a-t-il encore assez ? Lyon News fait le point. En février 2015 prendra fin le contrat de gestion de l’eau qui lie le Grand Lyon à deux mastodontes du secteur : Véolia et la Lyonnaise des eaux. Choisis sous la dernière mandature de Francisque Collomb en 1986, les deux géants des services aux collectivités se partagent respectivement 85 et 15% de ce juteux marché : 125,7 millions d’euros en 2010. Une affaire qui rapporte gros : 12,1% de rentabilité pour Véolia et 10,8% pour la Lyonnaise. Pas étonnant dans ce contexte que l’eau potable lyonnaise coûte cher : 203 euros pour 120 m3 d’eau (la consommation annuelle moyenne d’une famille de quatre personnes). Un coût auquel il faut ajouter l’assainissement et les taxes. Le Grand Lyon est la troisième agglomération la plus chère de France après Toulon et Marseille pour la distribution, selon une étude du cabinet Wincome. La faute, entre autres, au prix de l’abonnement, particulièrement élevé : 71,47 euros, soit plus du tiers de la facture. Une structure de prix qui pénalise les petits consommateurs et n’incite pas aux économies d’eau. De plus en plus d’élus militent ainsi pour la suppression pure et simple du coût fixe et une facturation strictement proportionnelle à la quantité consommée. “Sans perte de recettes pour les exploitants, les usagers domestiques verraient leur facture baisser d’environ 60 euros par an pour 120 m3”, a calculé Pierre Hémon, chef de file d’Europe Ecologie les Verts au conseil municipal. D’autres vont encore plus loin et réclament la gratuité des premiers mètres cube et l’instauration d’un tarif progressif, taxant plus cher les gros consommateurs. “Une occasion en or pour faire de l’économie sociale et solidaire à grande échelle”, souligne la conseillère communautaire communiste Nawel Bab Hamed. 20

LYONNEWS


Des questions qui seront sur la table de la prochaine révision quinquennale des tarifs. Un bras de fer qui oppose actuellement la collectivité à ses soustraitants. Après une baisse de 7,6 centimes d’euro par mètre cube obtenue en 1996, de 9 centimes en 2003 et de 28,5 en 2008, le Grand Lyon souhaite à nouveau faire reculer les prix. “Cette fois-ci, l’effort portera sur l’abonnement”, annonce Gérard Claisse, vice-président à la participation citoyenne. Il espère une baisse d’une dizaine d’euros. Derrière ces négociations se dessine la fin des contrats et un éventuel retour en régie publique dès 2015. Une voie que d’autres villes ont d’ores et déjà choisie. Grenoble a réinternalisé la gestion de l’eau en 2000 et Paris en 2010. “La baisse des tarifs a été immédiate”, souligne Jean-Louis Linossier, président de l’Association des consommateurs d’eau du Rhône. Grenoble est même la grande ville la moins chère de France, avec un prix au mètre cube presque deux fois inférieur à celui de Lyon. Elle est suivie de Reims, Le Mans, Nantes et Anger, toutes en régie publique. C’est dans ce contexte que la Commission européenne a ouvert en janvier une enquête sur les trois gros du secteur : Véolia, la Lyonnaise des eaux et Saur. Elles sont soupçonnées d’avoir “coordonné leur comportement sur les marchés français de l’eau et des eaux usées, en violation des règles de l’UE sur les ententes en particulier en ce qui concerne des éléments du prix facturé au consommateur final.” A Lyon, de nombreux partis de gauche, syndicats et associations se sont réunis au sein du collectif des Etats généraux du service public afin de réclamer une baisse des prix et un retour en régie directe de la distribution de l’eau. Une pétition lancée début février a

recueilli plus de 5000 signatures en moins d’un mois. Mais pas celle du sénateur-maire Gérard Collomb qui s’est dit “à titre personnel plutôt partisan de la concession.”

L’eau de plus en plus rare... Le prix n’est pas le seul problème, l’eau devient aussi de plus en plus rare, sous l’effet du changement climatique. “Les années sèches comme 2003 seront de plus en plus fréquentes”, prévient le préfet Jean-François Carenco. “Ce n’est pas de la rigolade, ni de l’idéologie verte décroissante ; ça existe réellement.” Pour faire face, la préfecture a fixé un objectif de réduction des prélèvements d’eau de 20% d’ici 2020. “Il y a un potentiel d’économies fabuleux”, estime Martin Guespereau, directeur général de l’agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse. Si l’industrie a déjà fait d’importants efforts pour réduire sa consommation, l’agriculture se trouve dans la ligne de mire. Elle ne représente certes que 29,6% de la consommation d’eau (33,6% pour l’industrie et 36,8% pour les ménages), mais elle “a besoin de quantités importantes d’eau quand celle-ci est rare”, insiste Jean-François Carenco. C’est à dire en été. “Il faut trouver des variétés de plantes plus précoces, qui ont besoin de l’eau avant juillet.” Autre gisement d’économies : la lutte contre le gaspillage. Car de nombreuses canalisations sont trouées comme des gruyères. Dans certaines villes, 70% du précieux liquide n’arrive jamais à destination à cause des fuites. Si Lyon fait partie des bons élèves avec un taux de perte de 17%, elle reste loin des meilleures qui arrivent à acheminer 95% de la quantité initiale. Un

décret fixera bientôt un objectif de performance de 85% partout. Enfin, la préfecture commandera une étude pour connaître la quantité et la température de l’eau qui circule dans le Rhône. Une question loin d’être anodine, car les quatre centrales nucléaires de la région sont refroidies par l’eau du fleuve. Si celle-ci est trop chaude ou s’il n’y en a pas assez, les réacteurs doivent réduire leur production. L’été dernier, trois des quatre centrales ne tournaient ainsi qu’à 50% de leur capacité.

...et sale En décembre dernier, l’Agence nationale de l’eau a publié pour la première fois un rapport dressant l’état des lieux des rivières et nappes phréatiques en France. Le résultat n’est guère reluisant et le département du Rhône n’y fait pas exception. De nombreux cours d’eau sont pollués par des pesticides, notamment par le glyphosate (substance contenue dans le Roundup, un produit désherbant). “Il est présent dans les trois quarts des cours d’eau”, indique Martin Guespereau. “Les prélèvements effectués ont montré des doses de 20 microgrammes par litre, soit 200 fois la norme de l’eau potable.” Plus inquiétant encore, la présence dans 60% des cours d’eau et 45% des nappes phréatiques de plusieurs pesticides pourtant interdits à la vente, comme l’Atrazine. En revanche, “la bataille contre le phosphate est en voie d’être gagnée”, affirme le directeur général de l’agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse, la présence d’ammonium ayant été divisée par dix ces 20 dernières années.=M.A.

LYONNEWS

21


DOSSIER

du mois

Originaire de Rambouillet (78), Philippe Gauvreau fait aujourd’hui partie du paysage gastronomique lyonnais. Depuis 19 ans, il œuvre au Pavillon de la Rotonde (Charbonnières-les-bains). Formé à Paris, Antibes et Nice, il a côtoyé quelques grands maîtres de l’art culinaire : Jacques Maximin, Joe Rostang ou encore Georges Masraff. En 1993, on lui propose de reprendre les cuisines de la Rotonde. Une offre qu’il s’apprête à refuser. “Je voulais quitter Paris, j’en faisais une overdose, mais pas aller à Lyon. Je connaissais le tunnel sous Fourvière, Feyzin : que le côté négatif. ” Il vient quand même pour voir. 19 ans plus tard, Philippe Gauvreau est toujours là. “L’écrin de verdure” dans lequel son restaurant est niché à deux pas du casino, l’a “tout de suite séduit” car il lui rappelle sa forêt de Rambouillet natale.

22

LYONNEWS


Restauration, des produits de qualité comme recette anti-crise Les grands chefs lyonnais gardent le sourire. Malgré la crise, ils continuent à innover et à proposer de nouveaux concepts. Leur recette ? Des produits choisis avec soin et un bon rapport qualité-prix. Exemple : Philippe Gauvreau, aux manettes du Pavillon de la Rotonde. Ce chef doublement étoilé ouvrira en mai prochain son premier établissement à lui : une brasserie dans le nouveau quartier de la promenade des Tuileries à Tassin. Lyon News l’a rencontré. n Pourquoi Tassin ? Depuis très longtemps j’ai en tête le projet d’ouvrir un bistrot ou une brasserie. Mais je n’avais jamais trouvé le lieu. Puis, j’ai découvert à Tassin une nouvelle zone en cours de construction, avec 21 commerces, dont un emplacement réservé à une brasserie. Le maire m’a dit : “si ça vous intéresse, moi ça m’intéresse.” LYONNEWS

23


DOSSIER Je connais bien l’ouest lyonnais parce que ça fait 19 ans que j’y travaille. Tassin est un endroit stratégique, une véritable plaque tournante. Il y a beaucoup et de très belles entreprises. Il y a une grosse demande à Tassin. Puis, comme c’est à côté, pour m’en occuper c’est pratique. n Comment sera cette

nouvelle brasserie ? L’emplacement est fabuleux. L’immeuble forme un angle avec un ensoleillement superbe. La brasserie fait 440 m² au sol. Il y aura 150 couverts assis et une terrasse magnifique. Nous serons ouverts sept jours sur sept, matin, midi et soir, non stop dès 7h du matin. Il y aura aussi une petite partie de vente à emporter. Ce sera une brasserie épicurienne avec des produits frais, des produits du marché. Il y aura la patte Gauvreau. On y ira pour se régaler.

du mois

n Tout le monde parle

n Vous restez toutefois aux

de la crise. Pourquoi vous lancez-vous dans un tel contexte ?

commandes de la Rotonde. Quels sont vos projets ?

Ca ne me fait pas peur. C’est peutêtre même plus intéressant de s’installer en pleine période de crise que de le faire quand tout va bien. On est alors plus raisonnable. Si ça fonctionne bien en période de crise, ça ira forcément mieux après.

L’objectif est d’aller toujours plus haut. Quand on a deux étoiles, l’objectif est la troisième. De façon à toujours faire avancer les équipes et avancer soi-même, satisfaire la clientèle et séduire les guides.= Propos recueillis par Michael Augustin

Quand on a déménagé la Rotonde il y a trois ans, nous étions déjà en pleine crise. Beaucoup de confrères avaient annulé leurs projets, pas nous. Et on a connu chaque année une très belle progression. n Est-ce que les banques

vous ont suivis facilement ? Nous sommes allés voir plusieurs banquiers. Ils ont été très à l’écoute. Il n’y avait pas trop de barrières. Sur cinq établissements contactés, trois nous ont suivis. Autrement, on n’aurait pas pu réaliser notre projet.

“Les gens en ont marre d’entendre parler de la crise” Crise, quelle crise ? A entendre les grands chefs lyonnais que Lyon News a interrogés, la restauration lyonnaise se porte comme un charme. Le Pavillon de la Rotonde de Philippe Gauvreau n’a pas connu une seule année de récession en 19 ans de fonctionnement. Et les nouveaux concepts cartonnent. Paul Bocuse accueille tous les jours 2000 clients dans ses quatre brasseries Nord, Sud, Est et Ouest. Loin de le freiner, c’est même la crise qui l’avait incité à se diversifier. “Nous avions déjà constaté au Japon et aux Etats-Unis que les gens avaient changé leurs habitudes pour la pause déjeuner. Ils voulaient manger moins, plus vite et moins cher”, se rappelle Jean Fleury, bras droit de Paul Bocuse depuis 30 ans. Une tendance qui se confirme en France dès les années 90, après la première guerre du golf. “En temps de crise, les entreprises réduisent les frais de restauration. Nous avions perdu une grosse clientèle d’affaires.” Pour la reconquérir, les deux comparses tentent un nouveau concept. “Une brasserie un peu différente, avec des produits de la grande restauration à un prix abordable pour une clientèle d’affaires.” Le 21 mars 24

LYONNEWS


1994, ils ouvrent Le Nord dans le quartier de la Bourse. “Ca nous a pris un peu de temps de trouver l’emplacement idéal”, se souvient Jean Fleury. “On cherchait un endroit qui a une histoire, comme Flo ou la Brasserie Lipp à Paris.” Ca sera donc Le Nord, décoré d’une étoile Michelin entre 1955 et 1976. “Tous les Lyonnais le connaissent”, souligne Jean Fleury. Le succès est immédiat. Si bien que l’année d’après les deux hommes lancent Le Sud, suivi de L’Est en 1997 et L’Ouest en 2003. Sans oublier l’Argenson, cogéré avec Jean-Michel Aulas et un autre Sud au sein de l’hôtel Mandarin Oriental à Genève, soit au total six brasseries, en plus du vaisseau amiral de Collonges. La recette du succès ? “Notre cheval de bataille est le rapport qualité-prix. Je suis attentif à la qualité des produits”, précise Jean Fleury. “En période de crise, le client fait beaucoup plus attention à la valeur de son argent et demande un bon rapport qualité-prix.” Et les deux hommes ne manquent pas de projets, notamment dans la restauration rapide. Deux nouveaux établissments Express ouvriront en 2013. A terme, il y en aura cinq, en comptant ceux de Vaise et la Part-Dieu. Puis, l’Auberge de fond rose, racheté en 2011 et en cours de rénovation, rouvrira ses portes pour le 8 décembre.

Têtedoie au sommet de Lyon “Les gens en ont marre d’entendre parler de la crise. Ils viennent au restaurant pour décompresser et passer un bon moment”, s’écrie Christian Têtedoie. Depuis mars 2010, le chef étoilé trône au sommet de Lyon. Le restaurant qui porte son nom, offre à partir du site de l’Antiquaille, l’une des plus belles vues sur la capitale des Gaules. Deux autres établissements complètent l’offre culinaire du chef : le Contretête, quai Pierre Size dans le 5ème et le Tête à Tête dans le 3ème, proposant respectivement une cuisine traditionnelle et du marché à des tarifs plus abordables. Un moyen pour Christian Têtedoie de recruter de nouveaux clients pour l’Antiquaille. “Pour beaucoup de

gens les chefs paraissent inaccessibles. Comme ils ont pu me rencontrer dans une de mes brasseries, ils viennent ensuite au restaurant gastronomique.” Des projets, Christian Têtedoie en a, lui aussi, à revendre. Mi-mars il ouvrira Flair, son quatrième établissement, le premier en Presqu’île. Dirigé par Watanabe Hiroyuki, un ancien de l’Antiquaille, le restaurant proposera une cuisine fusion franco-japonaise. “Toute en légèreté”, précise le chef. Avant de créer en 2014 un tout nouveau concept, encore sous le sceau du secret défense. “Une première mondiale”, se contente de préciser Christian Têtedoie.

LYONNEWS

25


SPORT Xavier Sadourny, de capitaine à entraîneur

Je suis entraineur, mais on prend les décisions avec tout le staff.

Après avoir porté le Lou sur le terrain jusqu’à son accession au Top 14, Xavier Sadourny se retrouve désormais sur le banc d’une équipe en pleine course pour le maintien. Le parcours de l’ex-capitaine de l’équipe marque ainsi une nouvelle fois l’histoire du club lyonnais. Le nouveau coach nous livre ses premières impressions.

n Vous avez été très silencieux après votre nomination. Pourquoi avoir attendu autant de temps avant de vous exprimer ? Je n’avais pas trop le temps et au départ, j’hésitais à m’exprimer. Dans ces conditions, tout est souvent interprété et analysé, ce que je ne souhaitais pas par rapport à Mathieu (Lazerges) et au groupe. Il me fallait une dizaine de jours pour me mettre un peu plus dans mon rôle d’entraîneur et à parler plus rugbystiquement, sans faire part de mes émotions. 26

LYONNEWS

Quand Xavier Sadourny est sorti sur blessure contre Agen, le 28 janvier dernier, personne n’aurait imaginé que cela allait marquer la fin de carrière du capitaine du Lou ; et le début d’une nouvelle vie d’entraineur. A peine deux semaines plus tard, le 7 février, il succède sur le banc des Rouges et Noirs à Matthieu Lazerges, démis de ses fonctions. Une grande première, mais néanmoins une suite logique pour celui qui coachait déjà, depuis quatre ans, les jeunes du Lou.

n C’est un moment qui a été difficile ? Difficile oui, parce que très soudain. Je ne m’y étais pas du tout préparé. Ça a été difficile vis-à-vis de Mathieu et vis-à-vis des joueurs parce que passer du statut de joueur-capitaine à entraineur ça change forcément les regards et les relations. n Quelle est votre fonction exacte ? Je suis entraineur, mais on prend les décisions avec tout le staff. On en discute et finalement tout le monde est plutôt sur la même longueur d’onde. n Comment s’est passé ce changement ? Ça s’est bien passé au sens où je n’ai pas eu le temps de trop y réfléchir et de me poser trop de questions. Les joueurs ont été hyper réceptifs, hyper appliqués

et concentrés sur l’objectif du club. Mais ça s’est aussi mal passé, dans le sens où on a perdu contre le Racing Metro. J’ai trouvé qu’il y avait de bonnes choses dans ce match et lors de l’entrainement. Je sens le groupe toujours aussi motivé et je suis convaincu que l’on peut y arriver (au maintien, ndlr). n Vous voir dans ce rôle-là, est-ce une surprise ou aspiriezvous à devenir entraîneur ? C’était une grande opportunité et je l’ai saisie. Sincèrement, je ne pensais pas que ça se ferait en milieu de saison. Je savais tous les mauvais côtés qu’il y avait à passer entraineur aussi rapidement et en cours de saison, mais je les accepte et ça se passe globalement très bien. C’est un formidable défi à relever donc je travaille avec le groupe pour que ça marche. =Propos recueillis par Laureline Coquard


SPORT OL : La classe biberon au pouvoir Après des années passées à dépenser sans compter pour acheter de nouveaux joueurs, l’Olympique Lyonnais doit désormais se serrer la ceinture. L’occasion pour les jeunes pousses du club de se faire un nom... et une place dans l’équipe.

Alexandre Lacazette

Bakary Kone

Clement Grenier

Ils s’appellent Samuel Umtiti, Maxime Gonalons, Bakary Koné, Clément Grenier, Alexandre Lacazette... Inconnus il y a tout juste un an, ces joueurs s’avèrent semaine après semaine de plus en plus indispensables au collectif rhodanien. Jeunes, talentueux et ambitieux, ils apportent sur le terrain un renouveau et une fraîcheur inattendus et confirment la vista du président Aulas, qui déclarait en mai dernier avoir “décidé de jouer la carte jeune”.

Les cinq forces vives de l’OL Véritable taulier, avec 33 matchs joués cette saison (trois but et une passe décisive), Maxime Gonalons, 22 ans, est devenu en quelques semaines un cadre indispensable, parvenant même à faire oublier le départ de Jérémy Toulalan vers Malaga. Révélé en 2009, un soir de Coupe d’Europe à Liverpool, le jeune Gone est un joueur technique qui sait s’imposer dans les duels. Une qualité qui n’a pas tardé à retenir l’attention de Laurent Blanc, qui l’a sélectionné en équipe de France. Autre révélation : Bakary Koné. Titularisé à 28 reprises cette année, et auteur de trois buts, l’international burkinabé de 23 ans vit sa première saison au plus haut niveau. Celui que l’on surnomme Général Bako s’est rapidement imposé dans la défense centrale aux côtés de Lovren, et impressionne par sa régularité et sa capacité d’adaptation, malgré son manque d’expérience. Alexandre Lacazette affiche lui aussi une remarquable maturité. Du haut de ses 20 ans, le jeune attaquant, buteur en Ligue 1, en Ligue des champions, mais aussi dans les deux coupes nationales, est l’un des joueurs les plus décisifs de l’OL depuis la reprise début

Maxime Gonalons

Samuel Umtiti

janvier. “Il me fait penser à Sylvain Wiltord dans ses enchaînements, la prise de balle”, a confié Bernard Lacombe il y a quelques mois. “Il sent le jeu, il joue juste”. Avec déjà sept buts et deux passes décisives en 27 matchs à son compteur, ce joueur humble et opportuniste semble avoir passé un cap cette saison. Agé de 21 ans, Clément Grenier a certes été plus souvent joker que titulaire ; sa vision du jeu et sa marge de progression lui permettent néanmoins de concurrencer de plus en plus sérieusement Yoann Gourcuff et Ederson, les deux autres milieux créateurs de l’équipe. Auteur de deux passes décisives cette saison, c’est un joueur élégant et lucide sur lequel l’OL fonde de grands espoirs. Appelé en catastrophe pour pallier les absences de Cris, Lovren, Koné et Mensah, Samuel Umtiti a su saisir sa chance. A seulement 18 ans, le défenseur central dégage de l’assurance sur et en-dehors du terrain. Avec neuf matchs disputés cette saison, Umtiti qui dit avoir pris Eric Abidal pour modèle, a tout d’un futur grand.

Lyon veut garder ses jeunes Depuis août dernier, l’OL s’emploie à prolonger les contrats de ses espoirs. Ainsi, Clément Grenier et Maxime Gonalons ont résigné respectivement jusqu’en juin 2014 et juin 2016. Lacazette est sous contrat avec l’OL jusqu’en juin 2014, tandis que Koné s’est engagé jusqu’en juin 2016. Umtiti va quant à lui signer son premier contrat pro d’ici quelques semaines. En attendant que de nouveaux joueurs du centre de formation, à l’instar de Benzia, Pléa ou Martial, se révèlent dans les années à venir. =Mikhaël Defoly LYONNEWS

27


CULTURE

événements

À Vaulx Jazz Vaulx en Velin Du mardi 28 février au samedi 24 mars 2012 Cela fait 25 ans que le festival provoque des rencontres extraordinaires à Vaulx-en-Velin, que ce soit sur la scène principale du centre, ou dans le reste de la ville. Pour cette 25ème édition, l’énergie du jazz est une nouvelle fois à l’honneur, avec pour l’ouverture, un concert avec près de 800 enfants des écoles de la ville. Cet événement est aussi un tremplin unique pour six jeunes formations qui vont être confrontées à deux jurys, l’un composé de professionnels, l’autre d’enfants de plusieurs collèges de l’agglomération lyonnaise. Mais A Vaulx Jazz 2012, c’est surtout de grands moments musicaux. Enfin, vous pourrez découvrir dans toute la vielle un cycle jazz et cinéma, des expositions, des livres, où vous pourrez rencontrer les acteurs de se festival hors norme, à consommer sans modération. Pour plus d’informations rendez-vous sur www.avaulxjazz.com

InnoRobo 2012 Cité Internationale Du 14 au 16 mars 2012 Rendez-vous pour la 2ème édition d’Innorobo ! InnoRobo, c’est la réunion de tous les acteurs internationaux de l’industrie de la robotique de services. La 1ère édition qui avait été un véritable succès laisse présager le meilleur pour cette édition 2012 avec encore plus d’exposants qui proposeront de nouveaux services toujours plus innovants. Pour cette occasion de nombreuses entreprises présenteront leurs dernières trouvailles sur plus de 120 stands (contre 80 en 2011), articulés autour de 6 thèmes. L’interactivité sera elle aussi une nouvelle fois au rendez vous puisque vous pourrez assister à des démonstrations et participer à des ateliers, des concours ou encore des conférences débats animés par des chercheurs reconnus dans le monde entier. Cité internationale - 50, Quai Charles de Gaulle - 69006 Lyon - 04 72 82 26 26

28ème Reflet du cinéma ibérique latino-américain Cinéma Le Zola Du mercredi 14 au dimanche 18 mars 2012 Venez découvrir ou redécouvrir de nombreux films ibériques et d’Amérique du sud pendant 4 jours du 14 au 28 mars 2012. La variété des films diffusés est très large, de la fiction à l’animation en passant pas le documentaire, le spectateur pourra faire son choix parmi 35 films. Cette année, trois grands thèmes ont été retenus, à savoir “Ellas” (femmes latino-américaines),“regards d’enfants” et “mémoire historique”. Un programme varié qui permettra à chacun de découvrir un peu plus un cinéma dynamique et émouvant souvent peu connu du grand public.A noter enfin que pour cette 28 éditions, des soirées sur le thème du Mexique, du Brésil ou encore du Portugal seront organisées tout au long de ces 4 jours.

Cinéma Le Zola - 117, cours Emile Zola - 69100 Villeurbanne - 04 78 93 42 65

28

LYONNEWS


CULTURE

interview télé

© Christophe CHEVALIN - TF1

Harry Roselmack

n Bonjour Harry Roselmack. Vous nous donnez rendez-vous ce mardi à 23h20 sur TF1 avec les “Traders au cœur de la crise financière”, qui sont ces traders ? Ce sont d’abord des hommes et des femmes. Quand on parle de spéculation, de finance, de traders, on a souvent le sentiment d’une espèce de machine informe qui n’a pas de visage, ni d’humanité et j’ai eu envie de montrer que derrière cette image, il y a bien autre chose. n Comment s’est passée cette immersion ? Ce fut la plus compliquée que j’ai eu à faire en termes d’enquête car nous avons eu du mal à nous introduire dans le milieu. n Vous vous êtes donc rendu à Londres pour mener cette enquête ? Notre premier objectif était de rencontrer ces traders en France mais nous n’avons pas trouvé une seule banque qui accepte. C’est à Londres que nous nous sommes rendus car de nombreux traders français y travaillent et nous en avons trouvé un qui a accepté de nous introduire et d’en parler. n Ces traders se sentent-ils responsables de la crise ? On découvre que ces traders sont d’abord en majorité des gens qui

par Laurent Argelier pour Mfm

Mon état d’esprit n’est pas du tout de retourner au 20 heures. Ma mission est d’aller à la rencontre des gens pour y puiser l’information. sont passionnés par leur activité. C’est comme un jeu pour eux mais il faut bien comprendre qu’ils n’ont aucune responsabilité décisionnelle sur ce qu’il se passe. Ce sont leurs responsables qui les incitent ou les autorisent à faire ce qu’ils font. Le trader n’est qu’un exécutant, qui parfois se prend au jeu et oublie les limites en allant plus loin mais en principe, ce sont leurs patrons, les institutions financières, les banques, les fonds d’ investissement, les compagnies d’assurances, qui, de par leurs agissements, ont participé à cette crise. n Il y a tout juste une semaine, vous étiez à Athènes, comprenez vous le désespoir des grecs ? Oui, imaginez si on vous baissait votre salaire de 30%.c’est très compliqué à vivre d’autant plus que l’ensemble des grecs n’a pas de responsabilité directe dans l’état des finances publiques. Les mesures d’austérité qui leur sont imposées pourraient bien être aussi le cas de la France très bientôt. n Depuis cette crise, vous faites plus attention à vos dépenses ? Pas vraiment car j’ai la chance de ne pas avoir besoin de faire attention mais je ne suis pas non plus un grand dépensier. En revanche, je lis la presse spécialisée et c’est important d’avoir ces clés là. Je pense qu’on doit

savoir à quoi correspond le déficit de la France, qui sont les responsables, à quoi c’est dû, etc. n Vous êtes l’une des personnalités préférées des français, les téléspectateurs réclament votre retour au 20h. Alors il est prévu pour quand ? Non, ce retour je ne l’ai pas programmé. Mon émission, qui résulte d’une immersion totale est ce qu’il y a de plus important pour moi aujourd’hui. Tous ces gens que l’on rencontre, que ce soit des détenus, des prostitués, des délinquants... nous permettent d’avoir une autre vision. n Ce qui veut dire… ? Ce qui veut dire que je n’ai pas envie de revenir au 20h. n Dernière question, comment gérez vous les critiques ? Tout dépend les critiques. Celles qui sont constructives, je les prends pour les améliorer. Celles qui sont déformées ou caricaturales, j’en fais fi. Il faut faire avec. Tout le monde est confronté un jour à être critiqué. Ma personnalité m’amène plutôt à une certaine philosophie. n Nous sommes sur MFM, quelle est votre chanson préférée ? Je dirais, parce que c’est une chanson qui a marqué mon adolescence : “Candy ” de Caméo. LYONNEWS

29


interview musique

© Eric HERCHAFT

CULTURE

Mon nouvel album était un défi, celui d’aborder un registre plus groovy !

Natasha St Pier

par Laurent Argelier pour Mfm n Natasha, vous êtes de retour avec un single,“Bonne nouvelle”, quel message avez-vous voulu faire partager dans cette chanson ? C’est juste une chanson qui veut véhiculer la bonne humeur et je trouve qu’il y a tellement de choses tristes dans la vie que c’est bien d’exprimer que la vie est belle. n Et pour vous, elle est belle la vie ? Oui, particulièrement en ce moment et j’espère que cela durera car je suis heureuse à la fois dans ma vie professionnelle mais aussi dans ma vie personnelle. n Sur la photo de votre single, vous êtes très sexy. A bientôt 30 ans, vous avez besoin de casser votre image de jeune fille sage ? Non, je ne crois pas. J’ai juste eu envie d’avoir de jolies photos de moi que les gens que j’aime trouvent aussi à leur goût. n Autre actu, la sortie de votre album le 30 avril prochain, c’est un renouveau de voix et de vie ? 30

LYONNEWS

Je me suis lancée en effet dans un registre un peu différent. Ce sont des chansons plus rythmiques, plus groovy. J’avais envie de relever ce nouveau défi qui n’était pas des moindres pour moi. n C’est un album aussi bercé par l’amour ? Oui, même si je voulais éviter ce registre, au final j’ai collaboré avec une seule personne, Siméo, qui m’a côtoyée, m’a vu vivre et m’a proposé ces chansons. Je ne regrette rien car je les trouve très belles. n Vous étiez où et que faisiez vous pendant tout ce temps ? J’étais entre la France et le Canada. J’ai aussi installé ma maison dans le Sud Ouest, j’ai passé du temps en plongée car c’est une des mes passions et j’ai fait une comédie musicale au Canada. Et me voilà de retour en France depuis une semaine. n Vous allez convoler le 29 mars prochain, que représente le mariage pour vous ? J’ai toujours cru au mariage. Je savais

qu’un jour cela m’arriverait et c’est une véritable étape pour moi. J’en suis très heureuse. n Votre futur mari est militaire, c’est un peu particulier comme métier… Il est militaire et pompier spécialisé en plongée. Il s’occupe de tous les travaux subaquatiques et intervient plutôt pendant ou après les catastrophes. n Comment s’est passée cette rencontre ? Nous nous sommes rencontrés sur une ile déserte, dans les eaux côtières de Djibouti, en faisant de la plongée. Lui était là bas pour son métier et moi pour ma passion. n Envie d’un bébé ? Pas pour le moment. J’ai envie de me consacrer au travail et à la vie de couple. J’ai tellemetn de beaux projets, avec du cinéma, de la télé, que j’ai envie de profiter de tout cela. n Natasha, soyez heureuse et portez vous bien ! Merci à vous. A très bientôt.


CULTURE

musique

Tinariwen : Grammy du meilleur album “Musique du monde”

© Eric MULLET

C’est une consécration pour le groupe de rock Tinariwen qui a remporté en février dernier le prix du meilleur album dans la catégorie musique du monde lors de la cérémonie des Grammy Awards. Ce groupe qui chante en tamashed (langue touareg) un rock mélodique savoureux va fêter ses 30 ans cette année. Leur musique a su se moderniser avec toujours cette même envie de raconter leur histoire dans un pays gangrené par la violence depuis de nombreuses années. Cette récompense est une réelle opportunité de faire découvrir la musique saharienne contemporaine au grand public.

Adele, le succès sans fin On l’entend partout, elle est partout, ses chansons font l’unanimité,Adele est tout simplement devenue incontournable. Son disque « 21 » caracole en tête des ventes pour la 20ème semaine consécutive et s’est déjà écoulé à 125.000 exemplaires depuis sa sortie il y a un peu plus d’un an. Seul bémol, une opération des cordes vocales en novembre 2011 qui aurait pu tout arrêter pour l’une des plus belles voix du monde. Il n’en fut rien et le démontra deux mois plus tard pour la cérémonie des Grammy Awards où elle remporta 6 récompenses dont celui du meilleur morceau et du meilleur album de l’année.

Madonna et l’album de tous les records MDNA, le 12ème album de la madone paraitra le 26 mars prochain, non pas sur le label Warner Bros Records comme les précédents mais sur Interscope Records. Pour ce nouvel opus elle s’est entourée d’artistes prestigieux comme pour son premier single écrit en collaboration avec le Dj Martin Solveig et la chanteuse M.I.A. Après son show lors de la finale du superbowl et l’annonce de sa tournée mondiale qui débutera en mai prochain le doute n’est plus permis, la reine de la pop est bien de retour et elle n’a pas fini de faire parler d’elle. Il suffit de voir comment elle a une nouvelle fois bluffé tout le monde grâce à ses préventes d’albums. Elle se classe ainsi en tête des ventes Itunes dans plus de 50 pays Enfin dernière rumeur en date, un duo avec Britney Spears serait en préparation dans les studios sur le titre Girls Gone Wild. y seront interprétés.

Whitney Houston en ruptures de stock C’est devenu une habitude, après leur décès bon nombre de chanteurs voient leurs ventes s’envoler. Whitney Houston, disparue au mois de février ne fait que confirmer la tendance. En très peu de temps la chanteuse s’est placée en tête des classements des plateformes de téléchargements. Dans les boutiques multimédias on assiste au même phénomène : l’approvisionnement n’ayant pu être anticipé, les enseignes se sont rapidement retrouvées en rupture de stock. Un engouement qui n’est pas prêt de s’arrêter à en croire les tendances de ses dernières années avec Michael Jackson et Amy Winehouse qui ont respectivement vendu 1 million et 300 mille albums depuis leur mort. LYONNEWS

31


CULTURE

cinéma

Jérémie Regnier en cloclo

Décédé accidentellement le 11 mars 1978 à l’âge de 39 ans, “Cloclo” reprend vie au cinéma grâce à l’interprétation saisissante de réalisme de Jérémie Renier. C’est l’un des films événement du printemps ! Avec 20 millions d’euros le film retrace la vie d’une star unique partie trop vite. Le film débute à la fin des années 30 et retrace rapidement l’enfance du chanteur né à Ismailia en Egypte en 1939, qui laisse déjà entrevoir une personnalité maniaque et rigoureuse. Ce long métrage du cinéaste Florent-Emilio Siri met l’accent sur la persévérance et la détermination qui anime Claude François pour réussir dans la musique. On assiste à ses débuts difficile puis son ascension fulgurante avec son premier Olympia en 1963 ou encore son étonnante histoire d’amour avec France Gall. On retrouve aussi avec plaisir les clodettes, qui donnaient aux shows de l’artiste une dimension unique. Le réalisateur alterne des passages de sa vie professionnelle et privée qui permet au spectateur de se plonger dans l’univers de Claude François jusqu’à sa mort dramatique électrocuté dans son bain. L’occasion de voir la prestation de l’acteur belge Jérémie Renier qui s’est complètement immergé dans ce rôle à tel point que celui-ci arriverait presque à nous faire oublier que l’interprète d’ “Alexandrie Alexandra” à disparu il y a maintenant près de 35 ans. 32

LYONNEWS


LYONNEWS

33


CULTURE

théâtre

Lorenzaccio aux Célestins Du mercredi 14 au samedi 17 mars Première française pour cette pièce d’Alfred de Musset et mise en scène par Claudia Stavisky.Grâce à l’interprétation de la troupe du Maly Drama Théâtre ce drame français mettant en scène le personnage surprenant de Lorenzo de Médicis prend une toute nouvelle dimension. Pour une mis en scène complètement revisitée, Claudia Stavisky a fait le choix de la simplicité en épurant un maximum le décor. On assiste ici à la rencontre de deux cultures théâtrales et politique à travers une atmosphère typiquement française et le jeu des acteurs russes qui revisite ce grand texte épique pour mieux faire entendre sa portée universelle. Théatre des Célestins - 4, Rue Charles Dullin - 69002 Lyon - 04 72 77 40 40

17e édition de la Semaine de la langue française et de la francophonie en Rhône-Alpes Du 17 au 25 mars 2012 Plus d’une centaine de lieux accueilleront la 17ème édition de la semaine de la langue française et de la francophonie en Rhône Alpes autour de la thématique “Dismoi dix mots qui te racontent”, inspirée des Confessions de Jean-Jacques Rousseau, dont c’est cette année, le tricentenaire de la naissance.Vous pourrez découvrir une multitude d’ateliers d’écriture et d’art postal, des expositions photographiques, une nuit du slam, etc. L’occasion pour les artistes, personnes en apprentissage du français, collégiens, amoureux des mots de prendre la parole et d’exprimer leur amour de la langue française... Pendant cette période, ne manquez pas la journée “Les dix mots font la fête”, le dimanche 18 mars, de 10 h à 20 h, au Théâtre des Asphodèles (Lyon 3). Retrouvez l’ensemble du programme sur le site : www.espacepandora.org Entrée libre pour l’ensemble des évènements.

Croque monsieur Théatre de la tête d’or Le 14 février 2012 Coco Baisos interprétée par Marthe Villalonga se retrouve pour la cinquième fois veuve et désargentée. Mariée à un mari complètement ruiné qui vient de mettre fin à ses jours, cette grand-mère va devoir très vite trouver une solution à cette situation si elle souhaite continuer d’assurer son train de vie et de gâter ses grands petits-enfants. La super mamie croqueuse d’hommes à plus d’un tour dans son sac pour arriver à ses fins. Enchainant les conquêtes plus fortunées les unes que les autres, de déboires en déconvenue, ce spectacle irrésistible est l’occasion de retrouver une Marthe Villalonga très en forme. Théatre de la tête d’or - 60, avenue du Maréchal de Saxe - 69003 Lyon - 04 78 62 96 73 34

LYONNEWS


CULTURE

interview showbizz

J’aime jouer de la séduction mais je suis aussi beaucoup dans l’autodérision.

Stéphane ROUSSEAU par Laurent Argelier pour Mfm n Stéphane Rousseau, bonjour ! Bonjour Laurent, très content d’être avec vous aujourd’hui. n Vous êtes en tournée dans toute la France avec les Confessions de Rousseau, dans ce spectacle vous nous faites partager les moments forts de votre vie ? Oui, c’est un spectacle autobiographique où je me raconte avec des moments très légers mais aussi plus sérieux. n Tout y passe, y compris vos vacances en camp de nudistes, …un bon souvenir ? Oui, un très bon souvenir même si c’est un mode de vie un peu particulier. C’était une idée de mon père. n Les bons côtés des vacances passées tout nu ? La baignade, sentir l’eau sur son corps est super agréable. n Et les moins bons ? Pratiquer le sport, comme le volley ball, pas toujours très gracieux. Et puis, à l’âge de l’adolescence, la transformation du corps est un peu gênante.

n Comment peut-on faire rire avec le décès de son père ? C’est une bonne question. Je suis très fier d’être arrivé à le faire car il fallait trouver la bonne façon de faire raconter cette histoire. Pour moi c’était thérapeutique. Je voulais faire rire et apparemment cela semble être réussi. n Vous parlez aussi de la naissance prématurée de votre fils… Ce fut le moment plus dur de ma vie j’avais comme une petite perle dans les mains et j’ai voulu toucher les parents qui connaissent le même problème. Cette naissance fut le plus grand moment de ma vie. En plus il est arrivé le jour de Noël… Un grand moment ! n Vous êtes le beau gosse de l’humour, mais êtes vous sûr de votre charme ? J’aime bien jouer de la séduction sur scène mais j’ai beaucoup d’autodérision et je suis très lucide. Je ne pense pas être convaincu de mon charme. n C’est un avantage ou un inconvénient d’être beau  pour faire rire ?

Un peu des deux car cela aide mais il faut aussi que les gens passent outre ce physique et trouvent que j’ai quelque chose à dire. n Quels sont vos complexes physiques ? J’aurais aimé être très grand. Les grands hommes m’impressionnent. A chaque fois que je parle à Garou, il m’énerve ! Il est toujours plus grand que tout le monde. n Concernant votre spectacle, certaines filles que vous choisissez ont le droit de faire un tour de moto avec vous sur scène ? Elles en profitent pour vous toucher ? Il y a eu quelques audacieuses. Certaines sont peu farouches mais je préfère dans ce cas une fille un peu timide car c’est très déstabilisant. Il a fallu que j’en calme une qui me caressait partout ! n Quels sont vos prochains projets ? J’ai trois longs métrages sur le feu, ma tournée sur toute la France et je vais retourner jouer un peu au Québec.


CULTURE

expo

Jean Couty, un peintre généreux, qui aimait sa ville, exposé à Vourles Maison Forte à Vourles du 2 au 18 mars 2012

Charles Couty ne se lasse pas de faire découvrir ou redécouvrir l’œuvre de son père. Le sémillant patron de Tonic Radio (ex Hit & Sport) a sorti une soixantaine de peintures et de dessins de la collection familiale, à l’occasion d’une exposition à la Maison Forte de Vourles. Un échantillon d’une œuvre ô combien abondante, de celui qu’on aime appeler le plus lyonnais des peintres lyonnais. Né en 1907, Jean Couty est un enfant de Lyon. Il a vécu et travaillé sur l’île Barbe, dans la maison familiale. Une maison que son maçon de grand-père, compagnon de France, avait construite de ses propres mains. C’est là que se trouvait son atelier. “J’allais le voir peindre”, se souvient Charles, le fils. Un fils, qu’il a eu tard, à 60 ans. Lyon lui servait autant de port d’attache que de modèle. Il y a peint des églises comme il a saisi la vérité des scènes de rues et des chantiers qui ont transformé le visage de sa ville au fil des années. Grand baroudeur, il revenait toujours à la maison. Et quand le père partait en voyage, “pour chercher de l’inspiration”, il emmenait son fils dans ses bagages. Les deux ont fait le tour du monde : Etats-Unis, Maroc, Russie, Israël, Chine, Italie... Sans oublier la France, dont ils ont exploré les moindres recoins. De très nombreuses toiles sont là pour en témoigner : les gratte-ciels new-yorkais, peints lors d’un voyage sur la côte Est des Etats-Unis (et exposés à Vourles). Mais aussi la mosquée de Khiva en Ouzbékistan, le palais des Doges à Venise, ville qu’il aimait tant, Jerusalem, le port d’Amsterdam… A Paris, où il était exposé, Jean Couty aimait la cathédrale Notre Dame, qu’il a peinte à de nombreuses 36

LYONNEWS


reprises. Les églises de manière générale, constituent une sorte de fil rouge dans l’œuvre de l’artiste. “Mon père était croyant”, se souvient Charles Couty. “Peindre des églises était pour lui une façon de remercier Dieu de lui avoir donné ce don artistique.” Mais il n’y avait pas que les vieilles pierres qui inspiraient l’artiste. “Mon père était quelqu’un de très curieux”, précise Charles. Quelqu’un qui aimait les gens et qui aimait les immortaliser. Sans distinction et sans fausse pudeur. Dans son œuvre des filles de joies côtoient ainsi des religieuses, des ouvriers. Jean Couty évoque également la guerre et les groupes de résistants qu’il a connus. Des œuvres marquantes, comme Le Calvaire, représentant la rafle des juifs en plein cœur de Lyon, ou quelques années plus tard, Le partage du pain, mettant en scène le premier repas d’un homme revenu de l’enfer de la déportation. Car l’artiste était aussi un résistant, qui avait participé au premier mouvement chrétien, Temps présent, assistant à des réunions à la Chronique sociale, rue du Plat, aux côtés d’Emmanuel Mounier ou d’Hubert Beuve-Méry. Mais avant tout, Jean Couty aimait peindre Lyon, sa ville. La crue de la

Saône, l’île Barbe au couchant ou sous la neige, la gare d’eau de Vaise, la cathédrale Saint Jean et la colline de Fourvière avec la triomphante basilique. Fourvière qui lui a d’ailleurs consacré en 2010 une grande exposition. Une ville dont Jean Couty était un fin observateur et dont il immortalisait les mutations. Il était sur le chantier du métro à Bellecour, sur celui du centre d’échanges de Perrache ou encore de la tour du Crédit Lyonnais. Jean Couty, qui se disait “peintre réaliste” s’affranchissait en réalité des écoles et reste un artiste inclassable. Inspirés par des peintres aussi divers que Rembrandt, Brueghel ou Cézanne, on le considère comme l’un des successeurs de l’humanisme d’un Courbet et du mysticisme expressif d’un Rouault. A Paris, il croisait Picasso, qui se serait écrié, en contemplant le Bénédicite : “plus personne ne peint comme çà aujourd’hui !” Elève de Tony Garnier, Jean Couty entre en 1925 à l’école des beauxarts de Lyon où il obtient le premier prix d’archéologie. “Mes parents voulait que je fasse de l’architecture”, expliquait le peintre naguère dans une interview. En 1927, il est ainsi admis à l’école régionale d’architecture de Lyon et obtient son diplôme en 1933. C’est alors que Tony Garnier lui aurait dit : “Tu es bon en

architecture mais tu seras encore meilleur en peinture.” Dès 1936, il fait ses débuts au Salon des indépendants et au Salon d’automne où il exposera régulièrement. Mais c’est au lendemain de la guerre que la carrière artistique de Jean Couty prend son envol. Katia Granoff, rencontrée à Lyon pendant l’occupation, lui donne sa chance en montrant une exposition personnelle dès 1945 dans sa galerie parisienne. Reconnu par ses pairs, le peintre lyonnais collectionne les récompenses. En 1950, il reçoit le Grand prix de la critique de Paris et en 1975, le Grand prix des peintres témoins de leur temps. Chevalier de la légion d’honneur et Commandeur dans l’ordre des arts et des lettres, Jean Couty demeure surtout le témoin émerveillé de son siècle, attentif à ses aspects les plus singuliers. Et “quelqu’un de très généreux”, selon les termes de son fils Charles. Salles d’exposition de Maison Forte 2 rue des Vallières – 69390 Vourles Ouvert tous les jours de 14h à 18h Entrée gratuite Plus d’informations sur www.vourles.fr ou www.jeancouty.fr

LYONNEWS

37


CULTURE

dvd

Les adoptés / Sortie DVD : 27 mars De Mélanie Laurent avec Mélanie Laurent, Denis Ménochet... Marine et Lisa deux femmes inséparables que la vie a bousculées vivent à Lyon. Elles mènent une vie où les hommes ont peu de place.Alors quand Alex tombe amoureux de Marine tout vacille. Chacun va donc tout faire son possible pour préserver l’équilibre fragilisé par l’arrivée de cet homme dans cette quasi gémellité qui s’est formée entre les deux femmes. Jusqu’au jour où un accident plonge Marine dans le coma.Tout va alors s’effondrer.

Intouchables / Sortie DVD : 28 mars De Eric Toledano, Olivier Nakache avec François Cluzet, Omar Sy... Philippe riche aristocrate tétraplégique à la suite d’un accident de parapente, engage comme aide à domicile Driss, un jeune de banlieue. Malgré le scepticisme de son entourage le quinquagénaire ne veut rien entendre. Progressivement il va reprendre goût à la vie grâce à ce jeune homme au caractère bien trempé dont le franc parlé et l’humour ne sont pas pour lui déplaire. Contre toute attente une amitié très forte va naitre entre ses deux hommes que tout oppose, une amitié qui va les aider à se reconstruire chacun à sa manière.

The Lady / Sortie DVD : 30 mars De Luc Besson avec Michelle Yeoh, David Thewlis... “The Lady” retrace l’histoire d’Aung San Suu Kyi, une femme politique birmane qui va consacrer son existence à défendre son peuple. Malgré la sauvagerie de la dictature militaire en place cette femme de courage reste envers et contre tout non violente. Sa vie de famille longuement évoqué dans ce film se résume à l’amour inconditionnel entre elle son mari Michael Aris qui va lui aussi devoir mener sa propre bataille contre la maladie.Atteint d’un cancer il est hospitalisé en Angleterre.Aung San Suu Kyi va finalement renoncer à son propre bonheur et se consacrer au combat politique pour libérer le peuple birman.

Les Lyonnais / Sortie DVD : 4 avril De Olivier Marchal avec Gérard Lanvin,Tchéky Karyo... Edmond Vidal, surnommé “Monmon”, a grandi dans un camp de réfugiés arméniens où il a retenu le sens de la famille, une loyauté sans faille, et la fierté de ses origines. Il est resté très proche de son ami d’enfance Serge Suttel avec qui il a été en pison pour un vol de cerises.Tout deux vont ensuite plonger dans le grand banditisme avec le gang des Lyonnais.A la suite d’une arrestation spectaculaire dans les années 70 tout s’arrête.Agé aujourd’hui de 67 ans Monmon essaie d’oublier cette partie de sa vie mais Serge qui n’a pas changé ses habitudes fait n’arrange pas les choses.

L’Ordre et la Morale / Sortie DVD : 4 avril De Mathieu Kassovitz avec Mathieu Kassovitz, Iabe Lapacas En Avril 1988, sur l’ile d’Ouvéa, en Nouvelle-Calédonie, 30 gendarmes sont retenus en otage par un groupe d’indépendantistes Kanak. Des militaires français sont envoyés de France pour rétablir l’ordre. Philippe Legorjus, capitaine du GIGN et Alphonse Dianou, le chef des preneurs d’otages vont tenter de trouver un compromis. Malheureusement en pleine élection présidentielle les enjeux politiques vont prendre le dessus laissant la violence prendre le dessus sur des négociations pacifiques. 38

LYONNEWS


CULTURE

livres

L’argent de l’Etat

La nuit de San Remo

René Dosière

Philippe Brunel

Hilarion, l’énigme des fontaines mortes

Edition Grasset

Christophe Estrada

Edition Seuil Après “l’argent caché de l’Elysée” qui avait mis au grand jour le budget de l’Elysée en constante augmentation et ses nombreuses dérives, le député René Dosière publie un deuxième ouvrage dans la même lignée que le premier. Cette fois il pousse son investigation vers Matignon et le gouvernement. De l’explosion des dépenses élyséennes à une augmentation constante des effectifs et des rémunérations ministérielles rien n’est laissé au hasard. Ce livre lève le voile avec clarté sur des éléments jusque là méconnus dans l’espoir certainement de réitérer le succès de 2007 qui avait contraint le gouvernement de publier un rapport sur l’utilisation de ses moyens.

En janvier 1967 au Festival de San Remo Dalida et Luigi Tengo vivent une idylle amoureuse inattendue. Mais tout s’arrête subitement lorsqu’on retrouve l’homme gisant dans sa chambre de l’Hôtel Savoy une balle en plein tête. D’après les enquêteurs il s’agirait d’un suicide. Mais le mystère reste entier : la balle reste introuvable, pourquoi avoir ramené sa dépouille de la morgue au Savoy, Dalida a-t-elle assisté à la scène macabre, étaient-ils vraiment amants, et pourquoi était elle absente des funérailles de cet homme dont elle porta le deuil publiquement ? De nombreuses questions restées sans réponse, avec quelques rares témoins de cet événement macabre qui renvoient le lecteur à une image de Dalida à contre-jour de sa légende.

Edition Actes Sud A Aix, en 1776, le chevalier Hilarion doit résoudre une série de meurtres commis au cœur de la noblesse d’Aix : trois fils de parlementaires sont assassinés dans des conditions particulièrement odieuses. Le jeune chevalier compte bien sur l’aide du lieutenant criminel Lebrest, si soucieux de défendre ses prérogatives face à une noblesse qui le rejette totalement. Une chose est sur, il faut mener l’enquête. Hilarion, tout a la fois cruel et précieux, est un personnage déconcertant mais non moins efficace qui découvrira la corruption des cœurs et devra faire face a ses propres démon. L’ouvrage saisit un quotidien (sonore, olfactif, effet de foule, processions, etc.) qui tranche, par sa brutalité, avec l’image conventionnelle que nous avons habituellement du XVIIIème siècle.

Le monastère oublié Steve Berry Edition Cherche midi En 1974 dans la province du Shaanxi, des paysans trouvent d’étranges statues enterrées alors qu’ils creusaient un puit. Des archéologues appelés en urgence vont découvrir l’incroyable mausolée de Qin, premier empereur de Chine, où l’on dénombrera près de 7 000 soldats et chevaux en terre cuite. Plus de trente-cinq ans plus tard les autorités chinoises, interdisent toujours l’accès de ce site pourtant unique au monde. En 2012, Cotton Malone reçoit un e-mail l’informant que son amie Cassiopée Vitt est retenue en Chine après avoir dérobé un objet d’art très rare. Très vite les quelques indices dont il dispose l’amène au beau milieu de la Chine. Commence alors un incroyable voyage au cœur de la province du Shaanxi où l’Histoire se confond avec le présent.

LYONNEWS


CULTURE

internet

presse-citron.net : Un zest high tech Edité par une communauté de blogueurs et d’éditeurs passionnés de technologies “presse-citron” est un site internet d’information sur les tendances et les bons plans du web, des médias sociaux et des technologies mobiles. Rien ne lui échappe ! Par ailleurs vous pourrez aussi trouver sur ce site des offres d’emploi toujours en rapport avec les nouvelles technologies ainsi qu’un agenda 100% high tech des événements à venir. Quelques données chiffrées à propos de presse-citron : l 20 000 visiteurs uniques par jour et près d’un million de pages vues par mois. l plus de 47 000 abonnés au flux RSS, chiffre en progression de plusieurs centaines d’abonnés supplémentaires chaque mois. Venez vite retrouver la communauté en vous inscrivant sur www.presse-citron.net

40

LYONNEWS


hi-tech

© COURT LEVE

CULTURE

GoPro Hero HD 2 L’arme ultime des amateurs de sports extrêmes qui souhaitent immortaliser leurs exploits en FULL HD 1080p avec un piqué d’excellente qualité à moindre coût par rapport aux performances qu’elle peut offrir.

Dimensions Poids 96 g Largeur 6.10 cm Hauteur 4.20 cm Profondeur 3.70 cm

Alimentation Autonome : Oui Alimentation : Batterie Lithium-Ion Indicateur d’autonomie : Oui Câbles fournis : câble USB Chargeur secteur : Non

GoPro Hero 2 est une caméra Full HD adaptée pour les casses cou. Le constructeur offre un éventail assez large d’accessoires pour fixer la caméra sur un vélo, une planche de surf, un guidon de moto, un casque, etc. L’Hero 2 évolue de manière très intéressante avec avant tout un capteur qui passe de 5 à 11 mégapixels, il devient ainsi possible de filmer en 1 920 pixels par 1 080, à 170 degrés. Deux fois plus puissant et nettement moins sensible aux faibles luminosités ce nouveau capteur améliore le piqué d’image et permet une netteté à couper le souffle. Sa conception, simpliste, est très réussie, avec une utilisation toujours aussi simple la caméra dispose de seulement deux boutons et d’un petit écran pour effectuer tous les réglages. Par ailleurs sa capacité d’adaptation est étonnante, sa balance des blancs est incroyable tant elle s’adapte vite à l’environnement extérieur. Enfin pour l’autonomie, elle est annoncée de 2h30 min en mode “normal” par le constructeur, et de environ une heure en Ful HD. Cette petite bombe du fabricant Gopro fait pâlir toutes ses concurrentes sur le marché de la caméra embarquée. =

LYONNEWS

41


LOISIRS

bars

B52 60 chemin de la Bruyere - Monts d’Or - 69570 Dardilly 04 78 35 06 81 Situé au nord de Lyon, le B52 a ouvert ses portes en août 2000. Aujourd’hui, le complexe compte plusieurs rendez-vous immanquables, tels que l’After Work des vendredis soirs, le B52 By Night chaque samedi et le B52 Snack pour les petites faims de tous les jours… Entre collègues à midi ou entre amis le soir, le B52 c’est l’endroit idéal pour se retrouver, boire, manger et danser. Vous apprécierez son cadre chaleureux, et son ambiance conviviale.

Le Riva Café 23 quai du Général Sarrail 69006 Lyon 04 78 52 13 59

33 rue de la Bourse 69002 LYON 04 72 41 71 52 Le comptoir de la bourse, votre bar chic et décontracté, vous accueille dans son cadre cosy. Un service impeccable vous fera, à coup sûr, adorer ce haut lieu de la nuit lyonnaise.

photos © Alain RICO

Ambiance conviviale, où tout le monde se retrouve à l’heure de l’apéritif. Aurélien et toute son équipe sauront vous recevoir dans cet endroit chaleureux où bien-être rime aussi avec fête.

Comptoir de la Bourse

42

LYONNEWS


LYONNEWS


Le mars

28

Lyon News vous convie au er

1Club

Affaires Apéro ! Grignotage de luxe offert

Au Comptoir de la Bourse à partir de 18h30 44

LYON NEWS

33 rue Bourse - 69002 Lyon / 04 72 41 71 52


LYONNEWS

45


LOISIRS

resto

à KGB 2 rue des bons enfants - 69007 Lyon - 04 37 28 63 30 L’àKGB s’est installé dans une ancienne usine désaffectée du 7ème arrondissement. La décoration, sobre et élégante, est celle de la Russie d’après-guerre … La carte met aussi la Russie à l’honneur avec plus de 45 sortes de vodkas, du goulasch ou encore du caviar. Une ambiance branchée très apparatchik avec des soirées thématiques toutes les semaines. Véritable institution Lyonnaise… l’àKGB continue d’agiter nos nuits en nous proposant de très étonnants concepts de soirées dans son club refait à neuf. Mais l’endroit nous réserve aussi d’autres surprises avec sa restauration chaque année plus raffinée. Alors comme disent nos camarades de la rue des bons enfants :“boire, manger et danser, c’est toujours révolutionnaire” !

Le Victoria Hall Le Ness 4 boulevard Brotteaux 69006 Lyon 04 78 24 31 81 Si l’envie vous prend d’une escalope Valdostane, de Saint-Jacques façon Ness, de pâtes, ou encore d’une pizza, cet établissement saura vous recevoir comme il se doit.

46

LYONNEWS

33 rue du Repos 69007 Lyon 04 37 28 07 97 Le Victoria Hall, c’est un cocon où se retrouvent plusieurs univers. D’un côté le chef vous propose une carte de saison haute en couleur tandis que le maitre sushi des lieux vous préparera ses Sashimi, Makizushi, Californian Rolls... telle une oeuvre parfaite.


LYONNEWS

47


BOITE A MALICE

sophie b.

Bonjour, bienvenue dans la boite à malice de Sophie B où aujourd’hui Sophie reçoit un footballeur de prestige :

Bafé Gomis

qui va se présenter… Bonjour : Bafé Gomis, 25 ans, joueur OL. Ce que je préfère dans ma vie, c’est le football, ensuite la famille... La troisième : j’hésite entre la religion mais aussi la mode. n Pour commencer cette interview, tu vas piocher cinq questions au hasard dans ma boite : 1ere question, rongez vous vos ongles et pourquoi ? Cela m’arrive quand je suis un peu stressé et énervé. n 2ème question, que pensez vous de l’avarice ? Je troue cela triste car il me semble important de transmettre le vécu, de penser aux autres, on apprend tous les jours de notre entourage quel que soit notre âge. C’est dommage que certaines personnes intellectuellement riches, cultivées ne se mettent pas à la disposition de tous pour donner un peu d’eux. n Tu est quelqu’’un de généreux ? Oui, je pense me définir comme quelqu’un de très généreux. J’aime partager avec ceux qui ont une grande richesse intérieure, quelle que soit la classe sociale et moi-même donner aux plus démunis. n 3ème question : souvenez vous de votre première nuit d’amour ? Oui, je m e rappelle, c’était après une victoire, j’avais décidé avec ma compagne et mes coéquipiers de sortir boire un verre et elle avait un peu bu. Nous sommes rentrés ensuite et avons passé la nuit ensemble. C’est un très beau souvenir ! 48

LYONNEWS

n 4ème question : Si Dieu existe, qu’aimeriez vous après votre mort l’entendre vous dire ? Déjà pour moi, je pense qu’il existe.. Lors de ma mort il y aura peut être un jugement mais j’aimerais qu’il me dise que j’ai été quelqu’un de bien, que j’ai accompli ma mission sur terre. n 5ème question : Pour vous le comble du luxe, c’est… ? Moi je me contente de très peu mais déjà avoir un toit et la possibilité de manger, et de me laver, c’est l’essentiel. C’est ce que m’ont inculqué mes parents. C’est déjà beaucoup. J’aime les belles choses mais je peux m’en passer. Mes parents m’ont transmis de belles valeurs et je les en remercie. n Je vais te lancer ton 2ème défi : je vais te faire trois propositions : soit tu me fais une grimace, soit tu me racontes une histoire drôle, soit comme tu aimes la mode, je vais te demander de faire le mannequin. Je vais jouer le jeu et te laisser choisir à ma place ! n Alors comme je suis une passionnée de mode moi saussi, je vais te demander de prendre la pose pour moi. Je vais faire un peu le macho alors… (rires) n Cinq dernières questions… Votre saison préférée ? L’été car il fait chaud, ces sont les vacances, j’aime voyager avec mes proches, passer du temps avec ma famille au Sénégal ou dans le sud de la France.

J’essaie d’aller tous les six mois au Sénégal, cela me ressource d’aller sur la terre de mes parents, de voir des gens qui ont peu mais qui savent accueillir et ont toujours un sourire. C’est toujours plaisant. n La phrase qui vous déstabilise ? Je n’ai aucune phrase en particulier qui me déstabilise car je sais qui je suis. Les seuls qui pourraient me déstabiliser, ce seraient mes parents. n En Harley Davidson avec Brigitte Bardot, ou bien en Vélo avec Jeannie Longo ? Plutôt moto. n Dernière question, le livre que vous emmèneriez sur une ile avec moi ? Je vais prendre la Bible comme ça, cela nous protègera. n Si tu dois m’emmener quelque part, ce serait où ? Aux Bahamas ! n Votre boisson préférée ? L’eau car c’est une boisson qui correspond bien à mon hygiène de vie n 3ème défi : je vais te demander de choisir un costume qui te rappelle ton enfance ou qui te correspond bien ? Je vais prendre cela car j’ai grandi à Toulon, dans un port marin et quand j’y allais avec mon papa, je croisais beaucoup de marins. Merci beaucoup Baffé, je vais immortaliser cet instant avec ce costume.


photo © gerenme

Brake France Corbas 16-18 avenue Mont-Martin • 69960 Corbas • 04 78 20 78 72 LYONNEWS

49


LOISIRS

moto

Horex VR6 : un roadster au sang chaud ! Son prix (estimatif) se positionnera autour des 20 000 billets…

Horex VR6 : la production sur le point de commencer Horex ne vous dit pas grand-chose, mais il s’agit d’une marque de moto allemande fondée entre les deux guerres : 1923 très exactement. La marque produisait des petits mono-cylindre et bi-cylindre à transmission par chaîne. Sa production fut stoppée par l’arrivée de la 2nde Guerre Mondiale et reprit en 1948 avec la SB 35 Regina, une moto à succès puisque produite à plus de 18 600 unités jusqu’en 1953.

50

LYONNEWS


Ensuite la marque avait été rachetée par le groupe DaimlerBenz et jetée aux oubliettes jusqu’à ce que quelques ingénieurs et investisseurs allemands veuillent faire revivre cette marque.Annoncée sur la toile depuis quelques temps, on ne savait pas grand-chose de ce retour à part que l’on aurait un nouveau constructeur allemand sur la scène moto pour 2011. Ce retour est du genre plutôt copieux ! Sous une allure un peu néo rétro, la Horex VR6 se pare de sacré argument technique : à commencer par un inédit 6 cylindres…Son moteur se classe d’emblée dans la légende de la moto, cette motorisation 6 cylindres a souvent été approchée par les constructeurs mais jamais fixée car complexe et pas assez compacte. Le tour de force d’Horex est de nous proposer un 6 cylindres à peine plus larges qu’une quatre pattes : 43 cm ! Pour y réussir, ils ont utilisé le principe du VR6 : en décalant en avant 3 cylindres sur 6 et en offrant un angle de 15° à ceux-ci, on obtient un moteur qui pourrait passer pour un 6 cylindres en lignes tout en obtenant la compacité que peut offrir un V : épatant. Ce moteur est doté de 3 ACT, de 18 soupapes et d’un compresseur Rotrex C-séries radial : l’artillerie lourde est de sortie puisque grâce à tout cela on obtient une puissance de 200 ch à 8 500 tr/min et un couple annoncé comme supé-

rieur à 15 daN.m (régime non communiqué). La boîte de vitesse renferme six rapports, et la transmission secondaire s’effectue par courroie crantée. Le châssis est composé de poutres en aluminium et d’une colonne de direction en acier. La fourche inversée est d’un diamètre copieux 50 mm et répond un superbe monobras arrière actionné par un mono amortisseur débattant sur 120 mm. Le freinage ABS de série est confié à trois disques pétale mordus par des étriers 4 pistons antérieurs et 2 pistons postérieurs. Les belles jantes en aluminium de 3.50 x 17 et 5.00 x 17 sont chaussées de gommes “raisonnables” : 120/70 ZR 17 à l’avant et 190/55 ZR 17 à l’arrière. Le poids à sec annoncé par le constructeur à 239 kg et la vitesse maxi (limitée électroniquement) devrait s’établir aux alentours de 250 km/h.Autant vous dire que nous avons hâte de découvrir la bête qui sera présentée au prochain Intermot de Cologne du 6 au 10 octobre prochains. Ces allemands mettent en tout cas le doigt sur un point sensible pour BMW qui nous avait proposé un concept 6 cylindres sans osé aller plus loin.=

LYONNEWS

51


LOISIRS

auto

DS4 Racing Concept, un concept-car Sans doute jaloux de la réputation de Renault, Citroën développe peu à peu une gamme de modèles sportifs. Il était plus que temps de faire écho aux nombreuses victoires de Sébastien Loeb en championnat du monde des rallyes ! Après une DS3 R convaincante, les Chevrons doublent la mise avec la DS4 R. Comme sa petite sœur, la DS4 R se laisse désirer. Elle n’est officiellement qu’un concept. Les modifications par rapport à la version standard relevant du même tonneau que celles appliquées à la DS3 R, on devine toutefois mal pourquoi cette DS4 Racing Concept resterait lettre morte. Les amateurs, déçus par la trop sage Peugeot 308 GTI, trouveraient enfin chez PSA une rivale décente à la Renault Mégane R.S. Pour faire face à une concurrence, Citroën a revu la puissance de son quatrecylindres turbocompressé 1.6 THP à la hausse : celui-ci développe désormais 256 chevaux (sans que la marque n’ait dévoilé de détail technique), valeur inédite pour une telle cylindrée. C’est un peu moins que la Mégane R.S., qui culmine à 265 ch dans sa version tout juste revue et corrigée. Ce rendement spectaculaire (160 ch/l) se double d’émissions de CO2 particulièrement basses pour un tel modèle : 155 g/km. Citroën n’a pour l’instant dévoilé que peu de détails quant au travail sur les trains roulants. Tout au plus savons-nous que l’assiette est rabaissée de 35 mm, la voie avant élargie de 55 mm et la voie arrière de 75 mm. Sur un plan esthétique, la DS4 Racing Concept singe la DS3 R. Elle reprend ainsi une calandre et des protections de bas de caisse en carbone, associées à des jantes de 19 pouces. Le bouclier avant spécifique jette aux orties les élégants guides de lumière de la version standard pour des optiques à diodes plus voyantes, dans la veine de celles de la DS3. À l’arrière, le bouclier adopte un diffuseur intégrant deux sorties d’échappement (une de chaque côté). Enfin, ce concept-car revêt une robe gris mat déjà vue sur la série limitée DS3 Matière Grise.=

52

LYONNEWS


LYONNEWS

53


LOISIRS

mode

smart femme – 40 rue Juliette Récamier 69006 Lyon – 04 78 24 50 49 – www.smart.fr

• Veste Kenzo / 421 e • Sac en bandoulière Paul Smith / 310 e

• Basket Hogan / 298 e

NOS COUPS DE CŒUR femme

• Top D&G / 180 e

• Ceinture Kenzo / 325 e

54

LYONNEWS

• Pantalon Aeronautica Militare / 200 e


BARBOUR

SCOTCH & SODA

SUPERDRY

EDWIN

REDWING

38 RUE EDOUARD HERRIOT 69001 LYON

TROY LEE DESIGN

BLAUER

Tél. 04 78 91 02 58

LYONNEWS


LOISIRS

mode

smart – 46 boulevard des Brotteaux 69006 Lyon – 04 78 24 54 93 – www.smart.fr

• Caleçon Paul Smith / 35 e

• Pantalon Notify / 250 e

• Veste Parajumpers / 435 e • Ceinture Paul Smith / 160 e

NOS COUPS DE CŒUR

• Chaussures Daniele Alessandrini / 210 e • T-shirt Daniele Alessandrini / 145 e • Pull Moncler / 225 e

56

LYONNEWS


• 4 6 boul evard des Brot t eaux 6 9 0 0 6 Lyo n • 0 4 7 8 2 4 5 4 9 3 www.smart.fr LYONNEWS

57


LOISIRS

interview shopping déco Tous les mois notre magazine invite une personnalité lyonnaise pour faire son shopping déco. Dans notre show room déco, il choisit quatre articles correspondant à nos questions et nous explique pourquoi !

Ma p’tite déco...

Ce mois ci la décoratrice Sandrine Michel Chambon reçoit Sédat KARTAL, Président du Club Affaire Franco Turc, Dirigeant de Global Lyon et Directeur associé de la Tour Rose n En cette période électorale, choisissez l’élément déco indispensable du futur président sans le nommer et pourquoi ?!

Pourquoi ?

Cette véranda, pour lui permettre de s’évader de l’Elysée tout en restant en accord avec le monde extérieur. (2)

n Et si vous deviez me faire un cadeau, quelle objet choisiriez vous ? Et pourquoi ?

Vous choisissez ?

n Choisissez un élément déco à offrir à la future 1ère Dame !

Ce lustre que je nommerai “les larmes de Dieu”. (1)

Même si cela ne manque pas à L’Elysée, une méridienne ! (3)

n Bonjour Sédat et bienvenue. DECO, qu’évoquent ces 4 lettres ? D : Déco E : Eclipse C : Contemplation O : Originalité n Quelle est votre objet déco par référence ? Un luminaire !!

Car elle aura le temps de méditer à l’influence qu’elle aura sur son mari !!

La lumière ! Ce luminaire Nenufar pour éclairer cette période sombre ! (4) n Votre pire achat ou cadeau déco : Un jour, j’ai offert à un ami, une reproduction d’un tableau célèbre, mais grand moment de solitude... car il l’avait déjà !

1. SERIP AQUA

Pour vous rattraper avec quoi l’échangeriez-vous et pourquoi ?

2. VERANDA CORALDI - GÉNÉRAL BASSA

En attendant de lui offrir le vrai... Cette sculpture très épurée symbole de la liberté en granit devrait lui faire plaisir ! (5) Merci Sédat, à bientôt.

5. ZURINI - BATEAU CIGARETTE

4. SERIP NENUFAR

Création S.Déco Sandrine Michel Chambon 3. MÉRIDIENNE ANGELY

“La décoratrice des petits budgets... et des grands chantiers !” Devis sur RDV au 06 65 11 14 54 ou par mail : s.deco@hotmail.fr Tous les jeudis au Show Room Déco 6, rue de Genève - BP 69805 Saint Priest

58

LYONNEWS

www.sandrinedeco.com


On est heureux Nationale 7 VINTAGE DRUGSTORE

TABLEAUX PIN-UP OBJETS DÉCORATION FRESQUES PEINTURES PERSONNALISÉES

3 rue Juiverie - Lyon 5ème - 04 72 07 06 67 LYONNEWS

59


LOISIRS

deco

ON EST HEUREUX NATIONALE 7 - 3 rue Juiverie 69005 Lyon - 04 72 07 06 67

60

LYONNEWS


LOISIRS

jeux

Quizz : L’Economie & Politique Q6. La période de l’histoire des États-Unis durant laquelle furent traqués, dénoncés et arrêtés les sympathisants du parti communiste est connue sous le nom de : a. Prohibition b. Watergate c. Maccarthysme Q7. Quelle est la proposition exacte ? a. La spéculation peut expliquer la demande de monnaie b. La demande de monnaie est une fonction croissante du taux d’intérêt c. La demande de monnaie est une fonction croissante du revenu Q1. En économie, la valeur ajoutée d’une entreprise se calcule : a. En divisant le volume de production par le nombre d’ouvriers b. En soustrayant la valeur des consommations intermédiaires au volume de production c. En divisant le volume de production par le temps de travail Q2. Des quatre auteurs suivants, lequel n’appartient pas au courant libéral classique ? a. b. c. d.

John M. Keynes David Ricardo Jean Baptiste Say Adam Smith

Q3. Quelles sont, selon Karl Marx, les caractéristiques de la théorie de la plus-value ? a. Le rôle de l’État doit diminuer au profit d’une société collectiviste idéale,

la société communiste b. Elle engendre l’exploitation de l’homme par l’homme c. Les propriétaires du capital (les capitalistes) exploitent les classes ouvrières qui s’appauvrissent Q4. Parmi les conditions de la concurrence pure et parfaite, figurent : a. Le faible nombre d’offreurs b. L’information parfaite des offreurs et des demandeurs c. L’homogénéité des produits Q5. L’intervention de l’État dans l’économie peut être estimée en fonction : a. Du poids des entreprises publiques dans le PIB b. Du nombre de lois votées chaque année c. Du taux de prélèvements obligatoires

Q8. Quel sociologue reconnu est décédé en 2002 ? a. Pierre Bourdieu b. Jacques Lacan c. Claude Lévi-Strauss Q9. À quel fait social le sociologue Émile Durkheim a-t-il consacré un ouvrage en 1897 ? a. Le suicide b. L’exploitation ouvrière c. L’athéisme Q10. Les filles peuvent passer officiellement le baccalauréat depuis : a. 1884 b. 1919 c. 1945

Sudoku

• Niveau difficile

8 5 6 7 6 1

1 9

3 6 9 2

2

5 4

4

3

8 7 9

5 4

3

9 6 4

6

Réponses : Q1. a Q2. a Q3. c Q4. b Q5. a Q7. b Q8. a Q9. a Q10. b Q11. a

Q6. c Q.12. b

Résultats : i 491286537 568173429 273954186

634798251 817625943 925341678

356417892 182539764 749862315

LYONNEWS

61


LOISIRS

beauté

Vous rêvez d’un sourire de star ? Depuis quelques mois, un nouveau genre de bar a vu le jour dans les grandes villes : après les bars à ongles, les bars à chignon, les bars à sourcil, place aux bars à sourire... Et si ces bars ont su séduire une clientèle désireuse d’obtenir en 30 minutes un sourire éclatant, les dentistes rient jaune.

Les bars à sourire, qu’est-ce que c’est ? Magic Smile, Point Sourire... Autant de nouvelles enseignes qui se sont multipliées dans les rues de Lyon depuis quelques mois. Leur promesse ? Vous rendre les dents plus blanches, faire briller votre sourire en seulement 30 minutes et pour 30 euros environ (à peine le coût d’un kit de blanchiment à domicile acheté en pharmacie). À ce tarif-là, et accessibles à tous, sans rendez-vous, ni passage devant une blouse blanche, les bars à sourire n’ont pas tardé à se multiplier et les clients à se presser. Pourtant les dentistes ont vite fait de tirer la sonnette d’alarme contre ces techniques... 62

LYONNEWS

Est-ce dangereux ? En cause, le péroxyde d’hydrogène, le produit blanchissant, si puissant qu’il peut causer des dommages irréversibles sur les gencives, expliquent les dentistes. Car si la loi interdit aux bars à sourire d’utiliser des produits dosés à plus de 0,01 % de peroxyde, certains bars et kits de blanchiment vendus en pharmacie n’hésitent pas à surdoser leurs produits.

L’argument des dentistes • Un risque pour le patient : si vous désirez faire un blanchiment chez le dentiste, celui-ci fera l’état des lieux de votre bouche lors d’un premier rendezvous, procédera à un petit détartrage afin d’enlever la plaque et s’assurera qu’il

n’y a pas de risque (lié à des caries) etc. Or dans un bar à sourire, pas question de médecin mais un employé à peine formé à l’utilisation du kit blancheur. • Un résultat éphémère : pour peu que les bars respectent les doses légales (peroxyde à 0,01) le résultat sera décevant. En effet les dentistes utilisent en cabinet un dosage nettement plus important (à 6% environ) • Une affaire de santé : le blanchiment est un acte médical qui doit se faire en cabinet, sous surveillance. Ce traitement n’est pas anodin et peut fragiliser l’émail. Le risque étant la dévitalisation de la dent.

La réponse des bars à sourire Avec une chute de 50% de

leur CA depuis le début de la polémique, les bars à sourire entendent répondre aux dentistes en expliquant que leurs produits, qui respectent les dosages autorisés par la loi, ne sont pas nocifs et en arguant que les dentistes tiennent avant tout à protéger un monopole et un business florissant. En effet, un blanchiment chez le dentiste sera facturé en 500 à 1000 euros selon le cabinet mais durera en moyenne 2 ans contre 1 mois chez un bar à sourire.


Venez découvrir votre nouvel espace bien-être en presqu’île

Faites plaisir à vos " P’tites Princesses " : découvrez nos soins exclusifs 10/18 ans

RITUELS DU CORPS (massage, gommage, modelage) RITUELS DE SOIN DU VISAGE • SOINS BEAUTÉ (mains & pieds)

CORDELIER M

ÉPILATION • MAQUILLAGE • CELLU M6 par LPG

SPA jacuzzi massant innovant • SAUNA classique & infra-rouge HAMMAM TRADITIONNEL & ses rituels

ne

M

ON P L'U ONT NIV DE ER SIT É

ici

www.sensationdesoi.com 52, rue Sala 69002 Lyon Tél. 04 72 31 08 70

M

LYONNEWS

LET

Cha

rité Ru Sal e a

RH

élè

AI GA IL

ain teh

R Bienue nier

QU

Métro Ampère

eS

Rue

Ru

de la

Vic tor Hu go uste Com te

Jeudi & Vendredi de 10 h à 21 h Dimanche A6 de 12 h à 20 h

Aug

Lundi, Mardi, Mercredi & Samedi de 10 h à 20 h

Rue

Envie de faire plaisir ? Offrez un bon cadeau !

PLACE M BELLECOUR

Rue

Heures d’ouverture 7/7 jours

SA ÔN

E

Métro Bellecour

63


64

LYONNEWS


Nouveau

Nouveau Aqua Bike

Nouveau

LYONNEWS

65


LOISIRS

horoscope mars

BELIER

Il n’est jamais trop tard pour bien faire, vous prendrez quelques résolutions avec 2 mois de retard sur le calendrier, en particulier sur le plan amoureux, et vous aurez plus de facilités que vous ne le pensez à les tenir ! Au travail, un mois végétatif vous attend.

BALANCE

La machine à réussir se grippe, et vous aurez beau chercher le grain de sable, vous ne le trouverez pas. On ne gagne pas à tous les coups, et votre amour propre devrait en prendre un petit coup. Heureusement le dernier tiers du mois vous permettra de rebondir de la meilleure des façons.

SCORPION

TAUREAU

Les vacances sont loin d’arriver, et pourtant ce mois s’annonce détendu, la force tranquille est votre moteur. En société vous brillerez par quelques sorties bien choisies. Vous risquez de faire des envieux !

Votre humour et votre jovialité vont de pair avec le retour des beaux jours ! attention à ne pas trop forcer sur la fiesta, votre travail pourrait en faire les frais, mais après tout votre côté épicurien et votre sourire vous permettront de toujours vous faire pardonner, ou presque.

GEMEAUX

Vous allez sortir les griffes ce mois ci, en particulier sur le plan amical, où quelques nouvelles têtes pourront chasser de vieilles connaissances qui commençaient à atteindre leur date de péremption. La fin du mois se présente bien pour de nouvelles opportunités professionnelles.

CAPRICORNE

CANCER

Les célibataires pourront amplement profiter de ce mois pour papillonner à foison ou peut être rencontrer l’âme soeur, à condition d’avancer à pas de loup ! Pour les couples, les remises en question nécessaires pour rebondir s’annoncent relevées !

Loin de rugir de plaisir en famille, vous montrerez vos dents mais pour mordre qui viendrait un peu trop mettre son nez dans vos affaires. C’est un mois propices aux économies financières, cessez de la jouer panier percé !

D’une sérénité à toute épreuves, les petits tracas administratifs du mois passeront comme une lettre à la poste, vous gagnerez également en maturité au sein de vos collègues. Un mois qui restera dans les annales si vous maintenez le pied sur l’accélérateur.

Édité par la Société SUCH A STAR 1110 Route du Puy d’Or - 69760 Limonest Tél : 04 89 04 47 41 RCS : 523 99 088 Responsable de la publication & de la rédaction Dominique LAFOY / direction@suchastar.com 66

LYONNEWS

Faites le point sur vos désirs professionnels, vous devez éviter de sombrer dans l’ennui au travail parce qu’il ne sera pas constructif ce mois. D’ailleurs la période est idéale pour entamer un virage à 180° sauf en amour où le soleil brille !

VERSEAU

LION

VIERGE

SAGITTAIRE

La famille compte ! Vous allez vous en rendre compte en période de remise en question et de doute. Les bons conseils vous les trouverez dans le premier cercle familial. Sachez les écoutez, ôtez vos oeillères, ce mois ci, l’aide des proche compte plus que jamais.

Heureux aux jeux ! La chance est de votre côté, en particulier vers le milieu du mois, attention cependant à ne pas investir votre argent n’importe comment. Les conseils des amis ne sont pas forcément les plus avisés. Votre instinct doit prendre le dessus.

POISSON

C’est la corrida, et vous êtes le torero. à vous de mener la danse et d’amener votre moitié dans votre sillage. Un vrai moteur amoureux, ce mois ci, on se projette et on fonce. Au travail en revanche, sachez lacher du lest, vos collègues vous en remercierons.

Commercial Alexandre d’Aubarede / 06 23 31 67 32 commercial.clubbing@yahoo.fr

Mikhaël DEFOLY, Gaelle MANIN, Sandrine MICHEL CHAMBON Photographes Alain RICO, Michael AUGUSTIN

Équipe rédactionnelle Michael AUGUSTIN, Fabienne DUMAS

Photo couverture © Michael AUGUSTIN

Ont collaboré à ce numéro

Impression Brailly, 62 route Millénaire Parc Inopolis - 69230 Saint Genis Laval

Pierre SIMONNET, Laureline COQUARD,

Graphiste Marina GLAVANOVIC

PEFC/10-31-1327


LYONNEWS

67


24, rue de Brest / 69002 Lyon // 04 78 42 16 51

Lyon News Mars 2012  

Lyon News Mars 2012

Advertisement