Page 1

Recueil de Poèmes

Classes 2 ELEC, 2 MEI

Poèmes réalisés dans le cadre du cours de français (Des goûts et des couleurs, discutons-en) et de la participation au Concours Poésie en liberté 2013

CDI – Lycée professionnel Alfred Hutinel Mars 2013


A bout de souffle Je suis le souffle, la vitesse, les flammes Comme Usain Bolt la vitesse enivrante Déferle dans ma vie Pas le temps de m’arrêter La vitesse m’exalte Mon mental dépasse mon physique Reflétant ma souffrance A toute allure ma vie défile devant mes yeux Ne s’arrêtant pas à la gare Plus le temps de prendre du plaisir Trop de choses importantes à construire A la recherche d’un bonheur infini Je veux que tout s’arrête Je veux profiter de la vie

Julien N., 2 ELEC

2


Amour Meurtrier Je suis le vil, cruel et insensible Vous me croyez fou, je suis avide de violence Je suis le messager de la mort, qui frappe la nuit Je sens le mal arriver Et pourtant elle m’attire irrémédiablement Son parfum et ses lèvres m’aspirent Je surveille ses pas, cherche ses yeux Pourrai-je attraper son cœur ? Mon cerveau s’emplit d’idées, idées horribles Mes muscles se tendent, ma tête s’embrase Toute humanité me quitte. La lame ne fait plus qu’une avec mon corps J’arrache son cœur, le tiens entre mes griffes Son âme s’envole, je demeure.

Romain Le Blé, 2ELEC

3


Après la Bataille Je suis l’Indomptable, la Terreur, la Vengeance Telle une bête je rugis sur mes ennemis La seule chose pouvant étancher ma véhémence Et le sang bleu jaillissant de vos corps sans vie Sur le champ de bataille, éclatera mon amour pour la guerre Le sang coulera des cadavres pour rejoindre la terre mère L’enfant prendra les armes et les femmes pleureront leur congénère Délivrant leurs larmes de leur prison de chair La couleur de la terre devenue rouge sang Les soldats criant et jurant Je deviendrai Romulus et vous serez mes Sabines La volonté de Satan accomplie Je retrouverai, dans l’enfer, un abri Mon corps de feu rejoindra les âmes perdues à la racine.

Justin E., 2 ELEC

4


Mon prophète Je suis le Magnifique, l’Insurmontable, l’Imbattable Le guerrier de tous les temps, Un océan de savoirs me rend remarquable, Tel un livre parlant. Tu étais mon jardin, ma prairie, Ma douce fleur de printemps Le doux parfum qui me rend fou Cette fleur d’un pur blanc. Suis-je fou ou malade ?... prophète martyr ? Sans toi, je ne suis plus le magnifique Sans toi j’erre dans un monde caduc Je deviens inexistant, un fantôme Le spectre de tes nuits Ton cauchemar pour l’éternité

Numan B., 2 ELEC

5


La douleur qui me hante

Je suis perdu, abandonné, seul Comme égaré dans un désert fertile Je tourne en rond En espérant qu’un jour je serai près de toi Ton absence est une douleur insoutenable Tu es partie loin de moi Et je ne peux point vivre sans toi Tu m’as brisé le cœur Mes bras se changent en ailes Et mes pieds en griffes acérées Je deviens le Phœnix Celui qui te survit Celui qui renaît de la douleur A jamais Adieu

Dylan R., 2 ELEC

6


La fleur de l’amour Je suis la douceur, la tendresse Comme une fleur dans la nature Qui reste calme et prie Pour donner de la bonne humeur dans la vie L’amour que je te porte est plus solide qu’un mur de pierre Plus fort que l’être que je suis Mais mon cœur n’arrêtera jamais de t’aimer Quoi qu’il arrive Je t’offre cette fleur pour te prouver mon amour Il n’y a aucun mot pour te le décrire Mais je sais une chose Je t’aime Je t’aime Je t’aime

Un élève de 2 ELEC

7


La Morte Ressuscitée Je suis la douleur, le mal aimé, l’abandonné Je vis le jour le jour comme un égaré Je vis toute la nuit en regardant cette voie lactée Je vis en suivant cette obscure clarté La seule femme que j’ai convoitée Est partie loin de moi, partie dans cette voie lactée Elle est partie comme un bout de papier Un bout de papier parti en fumée Depuis ce jour cette flamme s’est éternisée Cette flamme a pris de l’ampleur Et maintenant c’est le feu dans mon cœur Mon cœur s’est embrasé depuis ces feux follets Mon esprit avec toi essaie de communier De communier avec toi vers cette voie lactée

Rohann J., 2 ELEC

8


Le jour nouveau Je suis le froid, l’ombre de vos peurs, le prince des ténèbres Je suis l’un de ces frères bannis des cieux Je suis cette forme lugubre

Ce fils, l’ange déchu de Dieu Un morceau de votre âme

Qui ne sera qu’un simple drame Me servira pour mon ascension

Et faire de ce monde une simple disparition La Mort, la Guerre, la Pestilence et la Famine Griseront votre mine

Et feront couler le sang noir du désespoir L’Apocalypse arrivera

Ma persévérance vous transcendera Jusqu'à l’apogée de mon pouvoir…

Allan L., 2 ELEC

9


La clarté de la nuit Je suis Sombre-Ténébreux-Maudit, Comme un chat noir,

Je suis le soleil de minuit Qui hante vos nuits.

Mon âme te surprend dans tes rêves, Pour te faire la peau, comme je rêve De chagrin, à jamais

Nous sommes séparés. Je suis tel un ange déchu Perdu dans l'ombre,

Telle une âme en peine. Je plonge dans le néant

Sombre dans le royaume sans retour,

Mon ombre vous suivra pour toujours.

Bassem B., 2 ELEC

10


Renaissance Je suis la lumière, la vie, l’enfer Mes ailes s’enflamment Et j’erre au-dessus de la terre Mes larmes noires inondent mes frères Je ne sais pas pourquoi je pleure Toi qui a brisé mon cœur Moi qui t’offrais des fleurs J’ai à jamais perdu mon bonheur Je ressens une douleur étrange Elle s’empare de mon corps Et tout à coup je me transforme Mes pieds s’enracinent, mes bras fleurissent La sève nourrit mon corps Je suis la renaissance.

Bruno G., 2 ELEC

11


Ma ‘’Déchumanisation’’ Je suis sombre d’esprit, clair d’expression, Un doux méchant Tel un fou, je suis libre Tel le vent, je virevolte Je t’ai cherché partout, Je t’ai trouvée pleurant seule Tu t’es enfuie, effrayée Et tu m’as laissé accabler de douleur Les gens regardent mon corps moisi une dernière fois Mon regard vide, ils me fixent méprisablement Je suis rejeté de l’homme, je suis « déchumanisé » Je ne peux plus attraper mes objets de valeur sentimentale Les gens me passent au travers Je suis en fait mort, je suis un esprit libre

Eddy P., 2 ELEC

12


Une ombre dans la nuit Je suis l’ombre, l’absent, l’odieux Tel une ombre claire Comme la lune à son zénith Dans l’ombre de la mélancolie Dans les ténèbres je vis Comme une ombre dans la nuit Dans la forêt je suis Dans la nuit noire je fuis Dans la nuit je hurle Tel un loup dans la pénombre Qui chasse sa propre ombre Comme une ombre j’erre Dans la solitude ou dans le désert Dans ce monde je me perds

Sébastien B., 2 ELEC

13


La fleur de la vie Je suis aveugle à la lumière, le naïf comme la marée la lune, Je survole la vie comme un oiseau la mer asséchée, Seul le destin tracera ma vie, Tu me guides telle une étoile dans son orbite. Tes rayons illuminent ma vie, La chaleur de ton soleil me redonne vie, Tes faisceaux de lumière activent mes cellules, Et j’entre dans un éblouissement de la vie. Chaque saison me fait fleurir ou mourir, Je revis quand je te vois et que tu me touches avec tes rayons, Pour toi je serai la plus belle des prairies. Quand la nuit me gèle et me fait mourir, Ta lumière me ressuscite, comme le levé du jour chaque matin, L’hiver arrive je te rends mon âme qui était presque éternelle avec toi.

Marc V., 2 ELEC

14


Agonie Je suis le divin lumineux, le spirituel Comme un dieu de la sombre lumière La couleur rouge est comme le sang venant de l’éviscération Tel le vampire sur sa proie La décomposition de la chaire est comme un lépreux Nous sommes les vampires de notre propre vie Et nous la dévorons aux lèvres de la nuit Nous sommes les enfants inutiles moqueurs Dont les lèvres gercées couturées de bonheur Vomissent en s’ouvrant l’horrible mal Qui retient l’animal que nous sommes Crache au soleil maudit la terre Et l’homme notre monstre en sommeil L’ombre lâchée aux souvenirs du jour irrépressiblement Sans cesse tue et court ne sauvant L’Eternel qu’en jetant Les corps au brasier de bête Yohan C., 2MEI

15


L’Homme Sauvage Je suis l’indomptable, la foudre, l’insoumis, Indomptable comme le Guépard, Rapide comme la foudre, Insoumis comme l’Homme enchaîné Je me suis fait charmer par cette Gazelle, Je me suis soumis à elle, Elle m’a foudroyé d’un regard, Aussi vite que pique le dard Ce doux poison envahit mon âme Amputant ma fierté Stérilisant ma volonté Mais le souffle de la vie, Réveille mon coté insoumis A jamais je te survis.

Thomas M., 2 MEI

16


L’amour Je suis le combattant, le guerrier, l’invaincu Comme Orphée je viens te chercher Pour enfin toucher tes mains douces et nues Tes yeux illuminent ma vie inanimée Je pars dans le royaume sans retour Combattre Vampires et Vautours Risquer ma vie Pour te revoir, femme de ma vie Ma force se décuple Je deviens l’incroyable Hulk J’irai chercher ton image, ta beauté Tomber, se relever, jamais reculer L’essentiel est d’avancer L’essentiel est de te retrouver

Tony R., 2 MEI

17


Un être aimé Je suis le malheureux, le courageux, l’acharné Comme un enfant abandonné La divine floraison de mon cœur Se fane par la sombre lumière de ton cœur Noyé par les larmes, Je te déclare la flamme de la vie, Celle de mon cœur qui cherche obstinément La joie d’une vie sans raison Je deviens le renard futé Qui flaire une odeur de rose parfumée Ton emprunte enfermée dans mes pensées Mon cœur rempli par ton parfum si pur Coloré telle la beauté des nouveautés Ma vie touchée et marquée pour l’éternité

Christophe C., 2 MEI

18


Les ruines de mon âme Je suis le fou, le ténébreux, le mal aimé Ma vie se désintègre comme le temps qui passe dans un sablier Ce lac désert qu’est ma vie me fait tomber Dans l’oubli d’une vie désertique et sans plaisir Aussi riche que Crésus Mon âme est pauvre du manque de toi J’erre dans les plaines des ténèbres en quête de toi Seul ton spectre me guide vers la lumière Cette âme qui est la mienne Redevient chaire dans la lumière de ton amour Tu me montres le chemin de la liberté Hadès me libère de mes chaines Je reviens de l’au-delà grâce à toi Je redeviens Dieu de mes sentiments

Gabriel B., 2 MEI

19


L’amour perdu Je suis le mal-aimé, l’incompris, le ténébreux La lumière noire me guette Et je n’aurai de repos avant d’avoir trouvé mon étoile Tel Ulysse cherchant sa Pénélope Sur les flots de l’amour, je recherche ma perle rare Mais le maléfice divin m’éloigne de toi Revoir ton doux visage me rendra heureux Le temps presse ton souvenir se fane telle une rose J’erre dans les dédales de ma mémoire Obstruée par le temps qui passe Sans jamais te revoir Je deviens insaisissable, fantasmagorique Je navigue sur le Styx sans retour Mais tel un félin je reviens.

Kévin B., 2 MEI

20


Je suis le mal Je suis le diable, le dieu de feu Je suis l’ange déchu Je suis comme le feu Je viens du mal Mon amour est morte Je lui ai arraché son cœur Qui a laissé une trace rouge Dans le coin de mon cœur sombre Je crache le sang Je suis un mort-vivant Je ne sens plus la douleur Un serpent sur mon torse Mange les fruits de mon âme Cette âme que la vie refuse de garder. Rémy W., 2 MEI

.

21

Recueil de Poèmes  
Recueil de Poèmes  

Recueil de Poèmes

Advertisement