Page 1

OPÉRATION

““SOLIDARITE SOLIDARITE TOUSSAINT TOUSSAINT 2008 2008””

Un beau sourire d’un petit garçon du Sri Lanka

Au mois de novembre et décembre 2008 nous organisons plusieurs envois pour les enfants déshérités du Monde. Nous trouverons la joie en partageant. Pour les Enfants : de Madagascar, de Bosnie-Herzégovine (Sarajevo), du Rwanda, du Burundi, de la République Démocratique du Congo, du Burkina Faso, de l’Albanie, du Soudan, de Macédoine, du Tchad, de l’Ukraine, de Bulgarie, de Serbie, du Niger, du Sri Lanka, du Liban… Sans oublier en France, les enfants des familles en difficultés de votre région.

ENTRAIDE INTERNATIONALE DES SCOUTS DE LA RÉGION DE CLUSES 74300 FRANCE http://www.scoutsdecluses.free.fr foyerstmartin@futurmail.fr


ENTRAIDE INTERNATIONALE DES SCOUTS DE LA REGION DE CLUSES Dépôt d’Annecy

Siège

Dépôt Central

Zone Industrielle 23, Grande Rue 26, rue du Pont de Tasset 74300 CLUSES 74960 MEYTHET pour la région d’AnTél. 04 50 98 32 58 necy Fax 04 50 89 18 96 Tél. 04 50 57 83 32 Site : Fax 04 50 57 63 93 http://lesscoutsdecluses.free.fr E-mail : scouts-de-cluses@wanadoo.fr

Départ des convois Maison St-Martin - 2204, av. des Glières 74300 CLUSES Tél. 04 50 98 39 06 Fax 04 50 96 18 74 E-mail : foyerstmartin@futurmail.fr

S O M M A I R E ÉDITORIAL

..................................................................

OPÉRATION SOLIDARITÉ

..................................................

p. 3 et 4 p. 5 et 6

PRÉPARATION OPÉRATION DE NOËL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 7 BURKINA FASO . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 8 à 15 LIBAN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 16 à 20 SRI LANKA

................................................................. ..........................................................

p. 26 à 29

...................................................................

p. 30 à 39

SERBIE KOSOVO RWANDA

.............................................................

p. 40 à 47

...................................................................

p. 48 à 56

MADAGASCAR UKRAINE

p. 21 à 25

ROUMANIE

................................................................

p. 57 à 59

BULGARIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 61 à 64 CAMP SCOUT INTERNATIONAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 65 à 69 MESSAGE DU ST PÈRE AU JMJ DE SIDNEY

.............................

p. 70 à 72

REMERCIEMENTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 73 DÉPÔT MEYTHET COURRIER

...............................................................

.................................................................

p. 75 à 90

...............................................

p. 91

............................................................

p. 92

FINANCEMENT DES CONVOIS ENVOIS RÉGULIERS

p. 74

PROGRAMME DES CONVOIS 2008/2009 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 93 et 94 2


ÉDITORIAL Chers Amis, L’Entraide Internationale des Scouts de la région de Cluses continue grâce à vous, chers bienfaiteurs de France et de Suisse nous aidant pécuniairement et tous ceux qui nous aident pour une tâche précise dans l’association. Nous essayons de vivre notre foi chrétienne. Premièrement en priant et deuxièmement en partageant. « Si nous aimons le Seigneur, nous aimons nos frères dans la souffrance ». Quelle joie de vivre dans ce monde ensemble. Oui, nous pouvons faire de belles choses face au mal, à la méchanceté, à la haine, à la vengeance, apportons la joie, l’amitié, la solidarité. Avoir la foi en Dieu est une grande grâce, mais n’oublions pas d’inviter avec nous tous ceux qui cherchent, ils sont sur la bonne route, tous les hommes de bonne volonté. Notre première action est sur la formation de la jeunesse pour préparer les hommes de demain. Fait par les jeunes et pour les jeunes, le scoutisme offre une vraie place à chacun en reconnaissant ses qualités individuelles. Le système des patrouilles est de donner très jeunes des responsabilités. À chaque âge, le scoutisme permet de se forger un tempérament solide, de grandir dans l’harmonie, à apprendre le partage, le respect de soi et des autres, l’enthousiasme, l’espérance, la prière, l’humilité et la joie de servir. L’adulte a été façonné petit à petit par le scoutisme. Ce mouvement offre un apprentissage de la démocratie. C’est pourquoi nous organisons des temps forts, des services aux vacances de Noël de Pâques, de Mardi gras. Chaque année, nous organisons un grand camp international avec un service important la deuxième semaine. Cette année, en Espagne pour aider à la rénovation d’un Monastère des Sœurs de Bethléem à Villanueva de Sigena, avec la participation de nos jeunes invités du Burkina Faso, de Roumanie et du Liban. Le camp des Guides a eu lieu au Val d’Aoste en Italie et une semaine de service à Grosseto près de Rome avec la Communauté Nomadelfia. Nous avons ouvert plusieurs spécialités sportives et culturelles : ski alpin (700 licenciés), ski de randonnée (100 licenciés) judo (120 licenciés) karaté (130 licenciés) natation (200 licenciés) gymnastique (180 licenciés) chorale (35 participants) équipe secours (25) mais la plus grande spécialité a été l’Entraide Internationale des Scouts de la région de Cluses. Agissons sur place : Nous avons construit de nos mains la Maison Saint-Martin, foyer d’hébergement pour trente personnes. Nous l’avons construit le samedi et dimanche sans subvention, avec le système de vente Emmaüs. Tous les samedis, nous préparons et distribuons plus de 350 colis alimentaires pour les familles en difficultés de la région de Cluses, de 8h à 12h. Nous participons au « Restos du Cœur » à la Maison Saint-Martin, chaque jour, une équipe va chercher avec une camionnette au magasin Carrefour des produits alimentaires frais. À l’étranger : Nous partons aux quatre coins de la terre. Comment supporter que des gens meurent faute de soins, de médicaments, de vivres ? Nous étions présents dans les pays en guerre, au Liban, au Rwanda, au Burundi, au Congo, dans les Balkans, en Bosnie (Sarajevo), en Serbie, en Macédoine, au Kosovo, en Albanie. La guerre terminée, nous continuons l’aide. Nous avons organisé un convoi en Irak de 3 camions semi-remorques par la route. Nous sommes partis aux différents tremblements de terre : 2 fois en Iran, 3 fois en Turquie, 3 fois au Pakistan, en Algérie, au Maroc, 3 fois en Italie au Frioul, à Naples. Nous sommes partis dans les pays pauvres du tiers-monde, en Somalie, au Burkina faso. 3


ÉDITORIAL Le plus gros effort a été fait pour la Pologne aux moments difficiles, plus de 500 camions de secours ! Nous continuons toujours l’aide en Ukraine après la catastrophe de Tchernobyl (33 convois organisés). Nous n’avons pas oublié l’Amérique latine aux moments des catastrophes, au Pérou, en Colombie, au Venezuela, au Salvador. En France, nous étions aux inondations à Abbeville dans la Somme, dans le Gard, à Toulouse lors de l’explosion de l’usine AZN, sur les plages bretonnes lors du naufrage de l’Erika, et nous serons à Hautmont dans le Nord de la France pour venir en aide aux sinistrés. Bien sûr, nous serons en Ethiopie, pays souffrant de la famine. Mais pour agir, nous avons besoin de bénévoles jeunes, adultes, personnes du 3ème âge. Nous avons besoins de personnes volontaires bénévoles pour le tri des vêtements et chaussures, pour la réparation des appareils électroménagers (machines à laver, frigos, cuisinières, fours, aspirateurs) des télévisions, radios, pour la réparation des horloges et montres, des meubles. Nous avons besoin surtout de chauffeurs poids lourds et véhicules légers. Nous avons besoin de bras pour décharger et charger les camions pour les ramassages chaque semaine dans le département mais aussi en France et en Suisse 3 fois par an. Nous avons besoin de mécanos, maintenant nous avons une quarantaine de véhicules, une vingtaine de camions dont 14 semi-remorques 38 tonnes, 13 camionnettes, 4 minis bus 9 places, et 6 voitures. Notre grand dépôt Saint Joseph est très fonctionnel avec les bureaux attenants. Pour tenir spirituellement nous participons une fois par mois à la messe et une réflexion d’évangile avec un prêtre. Mais les gros maillons de la chaîne ce sont les religieuses contemplatives grâce à leurs prières mais aussi grâce à leur participation en nous laissant dans les monastères un petit coin pour stocker les colis mais aussi dans les pays pauvres ou en guerre, elles sont le relais pour la distribution. Bien sûr, n’oublions pas les maisons de l’agro-alimentaire comme Nestlé qui nous donnent des tonnes de lait en poudre et chocolats depuis plusieurs années, la Biscuiterie Nantaise BN, la Maison Andros pour les compotes et les confitures, les produits d’hygiène « Hygiène Product ». Un grand merci à toutes ces entreprises si nécessaires pour ces dons de marchandises. Nous attendons beaucoup de volontaires bénévoles, le travail ne manque pas ! Les personnes vivant dans l’égoïsme ne sont pas heureuses. Nous trouvons la joie en partageant, en travaillant pour les pauvres. Nous sommes des hommes les plus heureux du monde. Alors rejoignez-nous. Devenez un maillon de cette grande chaîne de solidarité dans le monde. Tous unis pour construire un monde plus juste et meilleur.

PARTONS AU LARGE ! Union de prières - Pierre DEVANT Responsable de l’Entraide Internationale des Scouts de Cluses

BONNE ET SAINT ANNÉE 2009 4


OPÉRATION SOLIDARITÉ TOUSSAINT 2008 avec les enfants de Tchernobyl (Ukraine), du Kosovo, de Macédoine, de Serbie, d’Albanie du Burkina Faso, du Rwanda, du Burundi, de la République Démocratique du Congo, de Bosnie, du Sri Lanka et du Niger, du Soudan et du Tchad Propositions :

b Achat de sacs de riz de 25 kg, 1 sac : 30 euros b Paiement du transport de lait en poudre Le lait est donné par la Maison Nestlé. Nous vous demandons de payer le prix du transport. b Cartons de 12 kg de lait en poudre Nestlé = 5 euros

ÉCOLES, COMMUNES, PAROISSES, ASSOCIATIONS, PARTICULIERS peuvent participer à cette opération directe.

Soyons solidaires des Enfants qui souffrent dans le Monde.

✂À détacher et à envoyer à l’Entraide Internationale des Scouts de la Région de Cluses - 23 Grande-Rue - 74300 CLUSES NOM du donateur ou du responsable de l’association, école, commune, paroisse NOM ............................................................................................................................ Prénoms ......................................................................................................... Adresse N° .............................................................................................................. Code Postal ................................................................................................. Pour les enfants du Liban LAIT : Carton 5 €

(Nb de cartons)

=

€ RIZ : Sac 30 € x ................................................ = LAIT : Carton 5 € ................................................... = Pour les enfants des Balkans, Kosovo, Macédoine, Serbie, Albanie, Bosnie, Bulgarie

=

RIZ : Sac 30 € x

(Nb de sacs)

=

...................................................

................................................

Pour les enfants du Soudan et de l’Ethiopie (Nb de cartons)

LAIT : Carton 5 € ................................................... = Pour les enfants de Tchernobyl (Ukraine)

(Nb de sacs)

RIZ : Sac 30 € x

................................................

(Nb de cartons)

(Nb de sacs)

(Nb de cartons)

(Nb de sacs)

€ RIZ : Sac 30 € x ................................................ = LAIT : Carton 5 € ................................................... = Pour les enfants du Rwanda, du Burundi, de la République Démocratique du Congo (Nb de cartons)

(Nb de sacs)

€ LAIT : Carton 5 € ................................................... = Pour les enfants du Burkina Faso, du Niger

RIZ : Sac 30 € x

=

€ RIZ : Sac 30 € x ................................................ = LAIT : Carton 5 € ................................................... = Pour les enfants des pays sinistrés aux moments des catastrophes naturelles comme l’année dernière en Algérie, Iran, Maroc et aujourd’hui le Sri Lanka.

................................................

(Nb de cartons)

(Nb de sacs)

(Nb de cartons)

LAIT : Carton 5 € TOTAL :

...................................................

..............................................

=

(Nb de sacs)

RIZ : Sac 30 € x

................................................

=

Paiement par chèque libellé à l’ordre de l’Entraide Internationale des Scouts de la Région de Cluses - 74300 CLUSES en précisant OPÉRATION SOLIDARITÉ : Kosovo, Tchernobyl (Ukraine), Rwanda, Burundi, République Démocratique du Congo, Bosnie (Sarajevo), Burkina Faso, Macédoine, Serbie, Albanie, Irak, Niger.

POUR MOTIVATION : K7 vidéo de qualité ALGÉRIE : “Solidarité avec les sinistrés du tremblement de terre d’Algérie” : Action directe de l’Entraide Internationale des Scouts de la Région de Cluses avec les Scouts Algériens. Une K7 d’une heure. Destructions, vie des sinistrés dans les camps, témoignages, distribution des secours aux familles. Belle réalisation à projeter dans les salles. Prix : 18 Euros + 3 Euros de frais de port : Total 21 Euros à commander : Entraide Internationale des Scouts de la Région de Cluses Siège : 23 Grand Rue - 74300 CLUSES - Joindre chèque libellé : Cassette Algérie IRAK : “Terre d’Irak” : Intervention de l’Entraide Internationale des Scouts de la Région de Cluses en Irak, en passant par l’Italie, Slovénie, Croatie, Serbie, Turquie, Syrie, 9600Km aller-retour, avec 3 camions semi-remorques de secours et une camionnette de liaison. Distribution des secours, visite des blessés dans les hôpitaux à Bagdad. Prix : 18 Euros + 3 Euros de frais de port : Total 21 Euros SRI LANKA : en 2005, l’opération Sri Lanka a réussi. Prix : 17 Euros + 3 Euros de frais de port : Total 20 Euros

5

OPÉRATION NOËL 2008 Les scouts, avec leurs camions, passeront ramasser les colis de Noël dans tous les Monastères de France et de Suisse à partir du 10 décembre pour les enfants de POLOGNE, BULGARIE, UKRAINE, CROATIE, ROUMANIE, BOSNIE-HERZÉGOVINE, ALBANIE. Vous pouvez achalander notre Marché aux Puces Géant au profit du Tiersmonde en donnant différents objets, à marquer sur le colis au feutre rouge avec une croix scoute. “Pour le Marché aux Puces au profit du Tiers-monde”, pour les distinguer des colis à envoyer aux pays déshérités.


OPÉRATION SOLIDARITÉ TOUSSAINT 2008 MADAGASCAR

UKRAINE

Pays très pauvre, beaucoup de malade de la tuberculose, de la lèpre de nombreux enfants sont sous alimentés. Nous apportons l’aide aux centres de soins, aux centres de nutrition, aux orphelinats aux dispensaires.

Orphelinat de Boudinok à Boyarka.

Après Tchernobyl les malades adultes et enfants sont nombreux. Nous distribuons l’aide à 25 centres, orphelinats, centre d’handicapés et maisons d’anciens.

SRI LANKA

Un grand merci aux donateurs de France…

BURKINA FASO

Après le Tsunami tuant 270 000 personnes dans 10 pays d’Asie. Notre action s’est portée sur le Sri Lanka. Après l’aide d’urgence : 120 tonnes de secours, nous sommes aux investissements. Actuellement en construction d’un village Ht-Savoyard à Pitigala avec la participation du Conseil Général de Haute Savoie. Au total 37 maisons dont 25 maisons financées par le Conseil Général et 12 maisons et l’école par l’Entraide Internationale des scouts de la région de Cluses et le Conseril Général de la Hautde-Savoie.

Depuis de nombreuses années, nous organisons des convois au Burkina Faso, pays très pauvre du TiersMonde où sévit souvent la famine. Les enfants de l’orphelinat Ste Cécile, accueillis par les Sœurs de l’Immaculée Conception à Dedougou.

Rmeuch. Sud Liban. Rencontre de l’équipe des scouts à l’institution St-Michel. New Shailé. Nous continuons l’aide au Liban.

Après le terrible génocide qui a fait plus de 800 000 morts, le pays est long à reprendre la vie normale. Nous continuons d’apporter l’aide spécialement à 26 communautés aux services des pauvres, des orphelins, des handicapés, des malades.

LIBAN

6


PRÉPARATION DE L’OPÉRATION NOËL 2008 “les enseignants nous demandent d’envoyer la documentation plus rapidement” 1re FAÇON COLIS PRÉPARÉS PAR CHAQUE ENFANT Chaque instituteur, professeur ou catéchiste demande à chaque enfant de préparer un petit colis de Noël. La grandeur approximative du paquet serait au moins de la dimension d’une boîte à chaussures. • de la nourriture (sèche) : lait en poudre, chocolat, fruits secs, conserves de poisson ou viande, riz, pâtes, sucre, pâte de fruits ou bonbons. • des fournitures scolaires : cahiers, crayons de couleurs, stylos à bille, gommes, équerres. • un petit jouet. Le tout entouré d’un habit (état neuf) chemise ou pantalon, pull-over, bonnet, gants ou bas. L’adresse avec l’âge sera à l’intérieur et à l’extérieur du colis avec un petit message d’amitié « Pour un garçon de… ans ou pour une fille de… ans ». Chaque instituteur, professeur ou catéchiste regroupe tous les colis dans 2 ou 3 gros cartons (exemple carton detéléviseur) mettant dans 2 enveloppes, une à l’intérieur, l’autre scotchée fortement à l’extérieur du carton. Il écrira son nom avec adresse de la classe ou cours de catéchisme avec l’âge moyen des enfants, et aussi avec un feutre, il marquera le pays choisi. Dans les différentes villes traversées par les équipes des Scouts dans les différents pays, les paquets seront donnés par l’intermédiaire des Religieuses Contemplatives à des classes ou cours de catéchisme ou aux responsables de camps de réfugiés ou orphelinats. 2e FAÇON COLIS COLLECTIFS Chaque classe peut faire des colis collectifs avec plus spécialement des vivres (riz, pâtes, sucre, conserves, déjeuners). Ainsi chaque classe, chaque cours de catéchisme des pays contactés sera en liaison avec la classe ou le cours de catéchisme de France ou de Suisse. Bien sûr, les pays en guerre répondront difficilement. 3e FAÇON ENVOI GROUPÉ POUR UN PAYS CHOISI Une école, un collège, un lycée peuvent préparer un envoi groupé pour un pays choisi. À écrire en gros au feutre sur chaque paquet. Expéditeur : le nom de l’école avec adresse précise. Destinataire : le pays choisi.

La solidarité n’est pas un vain mot au ramassage de la St Martin

Départ d’un camion de l’Entraide

À déposer les colis dans les Monastères Carmels, Visitations, Monastères des Clarisses, des Bénédictines. Participation pour le transport : Chèque à l’Entraide Internationale des Scouts de la Région de Cluses - 23, Grande Rue - 74300 CLUSES, en spécifiant colis de Noël ou argent donné au Monastère. Pas de colis de Noël pour l’Afrique, mais argent pour acheter à court terme vivres et semences, et à long terme pour implanter des puits. Cependant, 2 pays : le Rwanda et le Burkina Faso acceptent les colis alimentaires (épicerie sèche). Prix colis enfant : 1 euro - Prix colis collectif : 6 euros. Pour le Liban, les Carmélites de Harissa nous demandent d’envoyer que les containers de lait en poudre. Le lait est exempt de taxes. Pays pour l’opération de Noël (2007), colis de noël : Bosnie (Sarajevo), Albanie, Roumanie, Ukraine, Serbie, Pologne, Bulgarie.

L’entraide internationale des Scouts de la Région de Cluses a reçu le Prix d’Encouragement Albert Schweilzer à Strasbourg. 7


BURKINA FASO MISSION AU BURKINA FASO DU 6 AU 24 MARS 2008

Depuis de nombreuses années, une équipe de bénévoles de l’Entraide Internationale des Scouts de Cluses se rend au Burkina Faso pour une mission humanitaire qui consiste à la réception et distribution de 2 containers de secours (1 container de lait en poudre Nestlé, 1 container préparé à l’Entraide Internationale contenant 20 tonnes de secours divers : alimentation, médicaments, matériel médical, vêtements et chaussures, fournitures scolaires). Baobab du Burkina Faso

Les premiers jours sont consacrés à l’installation, les formalités administratives, le tri et répartition des colis dans le dépôt pour la distribution avec un camion. L’équipe est à pied d’œuvre dès le lundi. Les premières visites sont pour le dispensaire Saint Gildas et la Communauté des Sœurs Bénédictines de Koubri. Au dispensaire, un nouveau bâtiment « Maternité » a été construit entre 2007 et 2008. Il vient renforcer les structures déjà implantées : hôpital, pharmacie, dispensaire, centre vaccination. La maternité sera fonctionnelle et bien équipée. Les futures mamans recevront ainsi des soins appropriés et accoucheront en toute sécurité. Elles ne resteront pas plus d’une journée, une fois reposées, elles regagneront leur foyer. Nous apportons des cartons de lait en poudre pour bébé, des médicaments, du matériel médical, des vêtements : tous ces dons sont fort appréciés.

Vue d’un quartier de la capitale Ouagadougou

À midi, nous sommes chaleureusement invités pour le déjeuner chez les Sœurs Bénédictines où nous laissons également des marchandises. Les Sœurs apportent un soutien spirituel mais également matériel aux familles en difficultés des villages alentours. Les jours suivants seront ponctués de livraisons, chargements et déchargements. Mercredi 12 mars, à 6h du matin, un appel téléphonique de la France nous apprend que le papa de Pépée Calliger, responsable du convoi, vient de décéder à l’âge de 95 ans. C’est la consternation parmi le groupe, nous connaissions tous Louis Thabuis. Cette triste nouvelle est d’autant plus difficile à cause de notre éloignement. Nous téléphonons à Mondial Assistance qui organisera le rapatriement de Pépée, elle partira le soir même pour la France. C’est le cœur très lourd que le reste du groupe reste à Ouagadougou pour poursuivre, malgré tout, sa mission. Nous recevrons partout des messages de condoléances et des prières des religieuses et religieux ainsi que de nos amis du Burkina pour accompagner « le Papa » vers sa nouvelle demeure. Jeudi 13 mars, en route pour Guié, village de

Aux orphelinats de A.Z.N. Guié et du Home Risito

Cette charette est menée par un enfant qui va vendre le bois

8


BURKINA FASO brousse à une soixantaine de kilomètres de Ouagadougou. Que de chemin parcouru depuis quelques années, la pouponnière s’est agrandie de plusieurs bâtiments, le Centre d’Instruction et d’Éducation Rural de Guié dispense des cours d’alphabétisation mooréphone ou en français fondamental, une bibliothèque, un groupe scolaire, l’activité agricole est également très présente. Nous sommes admiratifs et attentifs à l’évolution du village. Nous avons reçu un rapport très intéressant concernant la situation de crise alimentaire et la famine qui menace cette année au Burkina : « Crise alimentaire mondiale et famine au Sahel » la situation à Guié par David Sawadogo, Pamoussa ZIda et Edmond COmpaoré, volontaires à l’Association A.Z.N. « En 2007, dans la région de Guié, la saison pluvieuse a commencé en juillet, avec un mois de retard. Puis, pendant 2 mois, et demi, les pluies ont été abondantes, souvent destructives. À la mi-septembre, la pluie s’est arrêtée brusquement, un mois trop tôt ! Beaucoup de récoltes se sont desséchées avant de mûrir : depuis la famine est dans tous les esprits car chez nous tout le monde est agriculteur ! Une fois la trop maigre récolte consommée, dès le mois de janvier, dans la plupart des familles, la famine se ressent. De deux ou trois repas par jour, on ne se contente désormais que d’un seul ! Les femmes sont les plus touchées, surtout dans certaines familles polygames où lorsque la famine survient, chaque femme doit nourrir ses propres enfants, le mari ne pouvant plus rien assumer. Une femme témoigne : « Nous n’avons pas pu récolter grand-chose ; dès la Noël, notre mil était déjà fini. Nous mangeons une fois par jour et souvent rien. J’ai demandé de l’aide à mes parents et c’est avec ça que je me débrouille. Notre quotidien c’est le baagbènda (feuilles d’oseille ou d’haricot cuites à l’eau avec un peu de farine). Dans quelques familles, tout l’espoir repose sur les enfants qui sont en Côte d’Ivoire ou à la capitale. Ces derniers envoient, lorsqu’ils le peuvent, de l’argent pour acheter du mil » (www.azn-guie-burkina.org). La crise alimentaire mondiale et la vie chère qu’elle engendre, viennent aggraver la vie des paysans. Le sac de mil ou de maïs de 100 kg est vendu au marché local à 17000 CFA (26 €). On ne pense même pas au riz qui, s’achète à 20000 CFA (30 €) le sac seulement de 50 kg. Au mois de mars, le prix de l’essence était à 0,92 €. Un salaire moyen varie de 40 à 70 €. Partout où nous passons avec nos colis, nous entendons : le lait en poudre est de l’or. Des vies seront sauvées grâce à ce lait. Les denrées alimentaires, les médicaments soulagent les personnes en cette période de crise. Le dispensaire de Saint Gildas à Ouagadougou pourvu également d’une maternité toute neuve

Les jouets sont très appréciés des enfants

Sœur Edith du dispensaire St Gildas, en admiration devant les lits d’hôpital

Les prêtres au cours de la messe des Rameaux à Kaya

Après la bénédiction des Rameaux, les prêtres suivis des paroissiens entrent en procession dans la Cathédrale de Kaya

9


BURKINA FASO

En brousse, la terre aride ne facilite pas la culture, ces enfants vendent du bois au bord de la route

Le matériel de puériculture est bien utile

Les S.I.C. «Sœurs de l’Immaculée Conception» à Ouagadougou

Les vêtements habillent joliment les bébés

La nouvelle maternité du dispendaire St Gildas

Réception en l’honneur des Scouts de Cluses organisée par les Scouts, Guides et louveteaux de Kaya

Pour nous remercier, les enfants entonnent un chant

10


BURKINA FASO apprécie les dons d’autant plus qu’il se trouve dans un quartier défavorisé de la ville. Sœur Édith et la Communauté nous accueille toujours avec beaucoup de joie partagée. Nous rencontrons au dispensaire un Professeur Chirurgien en neurologie de nationalité bulgare. Il offre ses services pour des opérations délicates. Ayant opéré au Ghana une religieuse de la Communauté des Sœurs de Saint Gildas, il est venu leur rendre visite et constater avec admiration leur grand dévouement et leurs compétences aux services des malades. Il encourage les Sœurs à poursuivre leur progression. Nous partageons un repas et un moment d’échange privilégié avec les Sœurs de l’Immaculée Conception à Ouagadougou. Là aussi, le travail ne manque pas, leurs portes sont toujours ouvertes aux plus démunis, elles soutiennent les enfants en grande nécessité. Elles forcent notre admiration pour leurs grandes qualités, entre autres, l’écoute, le partage, l’amour des autres.

Les élèves participent au déchargement des fournitures scolaires

Nous voici au week-end des Rameaux. Nous sommes invités au Petit Séminaire Saint Cyprien de Kaya. Le samedi soir, nous assistons à une soirée récréative avec la centaine d’élèves, les prêtres et professeurs. Nous retrouvons certains séminaristes venus aux « Camp International des Scouts de Cluses » les années précédentes. Certains ont été ordonnés l’an passé, nous nous réjouissons de leur engagement.

Le drapeau du Burkina et de la France au bout d’une haie d’honneur formée par les élèves de l’école de Sourgoubila. La grande solidarté France Burkina doit continuer

La messe des Rameaux sera célébrée à la cathédrale de Kaya, un banc nous est réservé au premier rang : la cérémonie est très belle, le récit de la passion est entrecoupé par les chants, les instruments, les « youyou » poussées par les femmes. La cérémonie a duré 3 heures, elle était en langue « moré », bien sûr, nous n’avons pas compris, mais nous nous sommes laissés emportés par l’ambiance si fervente. À la sortie de la messe, une surprise nous attend. Une troupe « Scouts, Guides et Louveteaux » nous a préparé un accueil très fraternel en mettant tout leur cœur, leurs chants et leurs saluts pour notre passage à Kaya. L’enthousiasme des ces jeunes, leur curiosité, leur joie et leur foi sont touchantes. De retour à Ouagadougou le lundi, nous allons livrer les colis destinés au service pédiatrie de l’hôpital de Ouagadougou. Il fait très chaud, le service est saturé. Les enfants sont déshydratés, d’autres sous-alimentés, de très jeunes mamans séropositives viennent nourrir leurs enfants. En effet, Mah TIngheri, puéricultrice responsable du service, nous explique que 90 % des enfants qui ne reçoivent pas l’allaitement maternel échappent à la contamination, c’est pourquoi le personnel soignant encourage les jeunes femmes à venir au service de nutrition pour donner à leur enfant du lait en poudre. On leur dispense par la même occasion les rudiments d’hygiène alimentaire. L’après-midi, livraison au Home Kisito, orphelinat ayant en charge plus de 50 enfants âgés de 0 à 2/3

Au revoir et à l’année prochaine

Magnifique cadre offert par les enseignants et parents d’élèves

11


BURKINA FASO ans, orphelins, abandonnés ou confiés à leurs soins en attendant qu’ils soient « tirés d’affaire ». Un bon nombre d’enfants sont adoptés, notamment en France et en Italie, d’autres seront placés en famille d’accueil ou retourneront aux bons soins de leur famille (papa ou maman, oncles, tantes ou grands-parents). Mardi, mercredi, jeudi : programme chargé, départ pour Dedougou avec une étape à Koudougou au Centre de formation Unitas tenus par les Sœurs de Saint Gildas (env. 300 Km de Ouagadougou dont une moitié sur route goudronnée et l’autre sur la piste). Nous recevons un accueil des plus amical : petit-déjeuner à l’européenne : café, thé, croissants, jus de citron frais très désaltérant. Tout ce qu’il nous faut pour entamer 5 h de piste chaotique qui nous conduira à Dedougou. Nous escaladons le chargement tant bien que mal, coincés entre deux cartons, une couverture tendue au-dessus de nos têtes sur les arceaux de la remorque, pour une illusoire zone d’ombre, notre dos est malmené par les secousses, mais qu’importe, Dedougou est une incontournable destination. Première étape : le Carmel de Moundasso. Les Sœurs nous attendent : joie de nous retrouver. D’habitude, nous avons un temps d’échange et une récréation avec chants et danses, mais nous sommes en semaine Sainte et la Communauté observe le silence. Leur chapelle est en cours de travaux d’agrandissement. Nous déposons les colis, nous savons que les Sœurs feront beaucoup d’heureux avec les produits. Après une excellent repas préparé par les Sœurs, nous passerons la nuit au Carmel et le lendemain nous continuons notre tournée : à l’Hôpital des Sœurs de Mère Teresa, nous déposons matériel médical, médicaments, produits d’hygiène, lait en poudre pour les enfants hospitalisés, puis chez les Sœurs de Saint Joseph où Sœur MarieNoëlle Agositini est toujours aussi active et pour finir à l’orphelinat Sainte Cécile tenu par les Sœurs de l’Immaculée Conception. À peine le camion entré dans la cour, les fillettes (4 ans à 16 ans) attendent l’ouverture des portes, les bras tendus, prêtes pour le déchargement. Nous n’avons plus qu’à nous pousser tellement elles mettent du cœur à l’ouvrage. Sœur Bernadette nous offre un rafraîchissement.

Le camion est bien chargé, l’équipe voyage par dessus les cartons

Les fillettes de l’orphelinat Ste Cécile de Dédougou se précipitent pour aider au déchargement

Nous ne pouvons terminer notre mission sans aller à l’école primaire de Sourgoubila. Pour joindre cette école située à 40 km de Ouagadougou, nous devons emprunter une piste défoncée, bordée de majestueux baobabs et de manguiers. Nous prenons conscience de la motivation des enfants des villages environnants qui n’hésitent pas à parcourir plusieurs kilomètres à pieds dans la brousse pour aller à l’école. D’autres ne sont pas être scolarisés, les parents en charge d’une famille nombreuse ne peuvent payer la scolarité à tous leurs enfants (2000 CFA soit environ 3 €). Nous approchons et savons que les élèves, les repré-

Les parents d’élèves de Sourgoubita nous accueillent chaleureusement

12


BURKINA FASO sentants d’élèves, les enseignants et les personnalités locales, Monsieur le Préfet nous attendent impatiemment : haie d’honneur sous les applaudissements des enfants, drapeaux, fanions, repas succulent, discours protocolaires, cadeau, rien ne manque : cet accueil nous touche énormément. Nous apportons des fournitures scolaires, des produits alimentaires pour la cantine, des livres de bibliothèque. Nous sommes de retour à Ouagadougou vendredi matin. Nous effectuons des achats d’articles d’artisanat local pour le stand du marché aux puces géant des Scouts de Cluses au mois d’octobre. Nous avons vidé le dépôt et avons le sentiment d’une mission bien accomplie. Notre séjour s’est bien passé, avec une grande absente, notre amie Pépée avec qui nous étions en union de prières.

Un « Burkina » sans panne mécanique ne serait pas un vrai « Burkina ». Heureusement, cette année nous avons pris Bernard le mécano dans nos bagages

Dimanche matin, nous assistons à la messe de Pâques célébrée à l’église Saint Pierre du quartier de Gounghin. Alléluia, Christ est ressuscité ! L’église est décorée, des ballons roses et blancs ornent la croix ; les paroissiens ont revêtus leurs plus beaux habits. On peut dire que c’est un spectacle haut en couleurs. Les chants, la joie dans les cœurs, la ferveur sont d’une grande intensité, la messe se termine par des danses à l’intérieur de l’église, les chants repartent de plus belle, c’est vraiment jour de fête. Nous remercions tous les bienfaiteurs, Nestlé, les biscuits BN, les Eaux Minérales de Thonon, la Sté Hygiène Product, Major Sport, la Sté Savons Provendi, Fiducial, les laboratoires et pharmacies partenaires, les maisons de santé, les hôpitaux de Haute-Savoie et de la France entière, les familles de France, sans qui les missions de l’Entraide Internationale aux quatre coins du monde seraient impossibles.

Après les efforts pour les déchargements sous une chaleur de plus de 45°, malgré l’inconfort du « fond de cale de la remorque », l’équipe se repose tant bien que mal

Tous les bénéficiaires nous chargent de les remercier vivement. Merci aussi à tous les bénévoles du samedi et du marché aux puces qui contribuent par leur travail au financement des convois, aux chauffeurs bénévoles qui sillonnent la France pour les collectes, aux résidents de la Maison Saint Martin pour leur aide au chargement du container. Grâce à cette grande chaîne de solidarité, nous continuerons à apporter de l’aide aux plus démunis à travers le monde.

Sur la piste allant à Didougou, femmes et enfants vendent les tomates et oignons

Mission accomplie chers Scouts ! Nous avons bien reçu les cartons de lait au milieu d’une mendicité terrible car chacun voudrait du lait …mais c’est plus que de l’or !!!! Merci à vous tous et aux donateurs pour je prie Dieu de continuer de les donner ainsi nous aurons aussi. Merci, merci. Sœur Edith - Dispensaire St Gildas - Ouagdougou 13


BURKINA FASO HOME KISITO - OUAGADOUGOU - BURKINA FASO Chers parents, parrains, amis et bienfaiteurs, Une année vient encore de fermer ses portes avec tout ce qu’elle nous a permis de vivre sur le plan matériel, moral et spirituel. Les enfants de la pouponnière Home Kisito par ma voix veulent partager avec vous leur vécu pendant ces 12 mois. Toute vie a une histoire. Il en est de même pour les enfants de la pouponnière Home Kisito : cette maison les accueille dès leur naissance quand leurs propres parents les abandonnent, ou ont quitté ce monde. Elle les accueille sans tenir compte de leur race, de leur ethnie et de la religion de leurs parents. Leurs provenances sont diverses : en décembre 2007 nous comptons 49 enfants à savoir : 15 orphelins, 24 abandonnés dont la filiation est inconnue, 6 cas sociaux et 4 enfants de mère malade mentale errante dans la rue. Les enfants sont répartis en 3 sections : la petite section de 0 à 6 mois, avec une alimentation en lait au biberon et en bouillie, la moyenne section de 6 mois à 1 an où les enfants prennent des repas salée et variés en plus du lait et la bouillie : enfin la grande section de 1 à 2 ans ont une alimentation de plats variés de leur âge. 4 de nos enfants de plus de 2 ans fréquentent Carmen Kisito dont 3 à la crêche et 1 à la maternelle. En effet, à leur âge, ils ont tendance à adopter un comportement régressif avec les autres. Les enfants de Home Kisito sont entourés de tous les soins maternels que nous leur prodiguons avec délicatesse, tendresse et attention. Nombreux sont les visiteurs leur manifestent également de l’amour et de l’affection, toute chose qui nous encourage et nous met en confiance. Le terme des séjours des enfants au Home intervient, soit par un retour dans leur propre famille biologique : 11 ont été de ceux-là cette année, soit par une adoption plénière vers l’Europe (France, Italie, Allemagne) ou simplement au Burkina Faso. Nous avons enregistré 13 adoptions cette année dont 8 internationnales et 5 nationales. Tous ces enfants demandent à grandir, à devenir d’authentiques citoyens au cœur plein d’amour pour le pays et épris de liberté et de paix. Puisse Dieu les protéger et veiller sur leur croissance. Le lundi 4 juin 07, nous avons commémoré la fête de Saint Kisito. Au cours de la célébration Eucharistique célébrée dans l’enceinte de la pouponnière, un de nos enfants a reçu le baptême à la demande de son père ; ce fût pour nous un jour de grande joie. Chers parents, parrains, amis et bienfaiteurs, permettez-nous de ne pas égrener vos innombrables aides et soutiens, multiformes qui ont contribué au bon fonctionnement du Home et à l’épanouissement des nourrissons. Nous vous sommes très reconnaissants pour tout cela. Tous les enfants, par leurs gestes et balbutiements vous adressent leur profonde et filiale gratitude. Pour vous tous nous demandons au Seigneur de vous rendre en grâces et bénédictions tous vos bienfaits envers le Home Kisito qui grâce à vous est heureux de pouvoir ouvrir une nouvelle page. Sœur Sébastienne Amouzougan 14


BURKINA FASO

pour tous ces enfants

15

Un grand Merci


L I B A N LIBAN - DÉCEMBREE 2007

Le Liban est un pays du Proche Orient, en grande majorité montagneux. Il partage ses frontières avec deux pays, la Syrie à l’est et l’Israël au sud. Sa capital est Beyrouth. Ce pays est fort de ses 18 confessions (Maronite, Grec orthodoxe, Grec catholique, Arménien Orthodoxe, Arménien catholique, Protestant, Romain catholique, Syriaque catholique, Syriade orthodoxe, Assyrien, Chaldéen, Copte, Chiite, Sunnite, Druze, Alaouite, Ismaélisme) et d’une diversité géographique. Il est le témoin de l’histoire de l’humanité : il a été occupé au cours des siècles par diverses civilisations. Avant la guerre civile qui ravagea le pays entre 1975 et 1990, le pays connut, entre son indépendance et le début de la guerre, une période de relative prospérité économique et de stabilité politique permises par la forte croissance des secteurs du tourisme, de l’agriculture ainsi que du secteur des finances. Immédiatement après la fin de la guerre civile, de grands efforts ont été fait pour reconstruire le pays. Cependant, la guerre israelo-libanaise de juillet 2006 mit un terme à l’affut touristique et causa de grands dommages dans les infrastructures civiles du pays, sans compter le ralentissement économique qui s’en est suivi et une nouvelle situation difficile pour un grand nombre d’habitants.

Au dépôt St Joseph on s’active pour les envois au Liban

Préparation du chargement des containers

Préparation des colis alimentaires (lait, pates, riz, chocolat) A Harissa. Notre Dame du Liban

Chargement du matériel médical pour handicapés

16

Au dépôt St Joseph, plusieurs tonnes de marchandises sont en attente d’expédition


L I B A N Message du Père Pierre EL KHOUERY - Aumônier du groupe missionnaire libanais 2008 « DIEU NOUS DIT : QUE LA LUMIÈRE EN VOUS ÉCLAIRE L’HUMANITÉ POUR QUE VOUS SOYEZ BÉNIS PAR MOI » Nous vous remercions chers scouts, pour les containers que vous avez envoyé au Liban. Ainsi, les associations, les monastères, les diocèses, les maisons de repos, les hospices et les orphelinats sont reconnaissants pour vous, et prient Dieu pour qu’il vous récompense. Voici la liste des bénéficiaires : - Diocèse Maronite de Baalback et Deir Ahmar - Diocèse Grec Catholique de Baalback - Paroisse Notre Dame Bcharre - Sœurs de la charité de Mère Térésa de Calcuta, Sabayeh - Paroisse Maronite de Sarba - Association de Saint Michel Shaile (Centre d’Accueil des Enfants, Maison de repos) - Sœurs de la charité Ajaltoun de Saint Vincent - Sœurs de la charité Ajaltoun de Saint Joseph - Sœurs Carmélites Harissa - Sœurs de Mère de Dieu Ajaltoun (accueil d’enfants de moins de 9 ans) - Sœurs Antonines Achkout - Sœur de l’Hostie Sacre-Harissa - Dispensaire des Sœurs de la Charité de Besançon, Baskinta - Diocèse Al Jebbe-Liban Nord De plus, un grand merci pour l’association « Nestlé Suisse » et nous demandons à Dieu de les récompenser pour leurs bienfaits. Au nom du groupe missionnaire libanais 2008, qui a participé au camp international des Scouts de Cluses en Italie et en Espagne, je vous remercie personnennellement en espérant que l’entraide ne s’arrête pas car le Liban attend de vous la continuité de l’aide surtout en raison de la situation difficile : insécurité et chômage entra autres problèmes provoqués par les conflits politiques. La moitié des jeunes libanais souhaitent émigrer. Mais grâce à Dieu, on attend que la paix règne de nouveau surtout que la politique a arrêté la guerre entre les gens mais il reste encore beaucoup à faire pour que le peuple libanais sorte de cette précarité. « Je vous porte le salut du Père Michel Rahhal, aumônier des Sœurs Carmélites d’Harissa et qui n’a pas pu être présent cette année avec le groupe en France parce que son état de santé ne lui permet pas de voyager. Il nous informe d’une bonne nouvelle: cette année, un nouveau monastère pour les Carmélites a été construit dans la région de Jbeil parce que le nombre des postulantes a augmenté ». C’est une grâce pour l’église au Liban qui se renouvelle avec l’amour de Dieu présent avec nous et qui nous attache à la vie, la belle vie que Dieu a voulu pour le Liban. Père Pierre EL KHOUERY

Le groupe missionnaire Libanais 2008, devant l’autel du camp international des Scouts de Cluses à Arpy 2008

17


L I B A N

Déchargement des camionnettes

Chaque orphelinat reçoit une part des containers arrivés

Livraison à l’orphelinat de l’Institution Saint-Michel

18


L I B A N

19


L I B A N

20


S R I

L A N K A

Après le terrible raz de marée « Tsunami » dans dix pays, tuant 27000 personnes, l’Entraide Internationale des Scouts de Cluses avait décidé de porter son action sur le Sri Lanka. Nous avons lancé un appel demandant à la population d’apporter vivres, produits d’hygiène, médicaments, couvertures, draps, layettes, tentes, des dons en argent à adresser à l’ordre de l’Entraide Internationale des Scouts de la région de Cluses, 23 grande rue 74300 Cluses. Les colis devaient être déposés : à la Maison Saint Martin 2204, avenue des Glières 74300 Cluses (tél. 04 50 98 39 06), au dépôt des Scouts à Meythet, 26 rue du Pont de Tasset 74960 Meythet (tél. 04 50 57 83 32, pour l’Ain : à Solidarité Haut Bugey, Monsieur Robert Busy, 15 rue du Grand Pond 01460 Montreal La Cluse (tél. 04 74 76 21 17), en Savoie : au Carmel de Chambéry, pour la France : Carmels, visitations, Monastères des Clarisses et Bénédictines. Les populations de France et de Suisse ont répondu favorablement. Nous avons envoyé 2 fois par avion cargo et ensuite par containers sur bateaux. Au total 120 tonnes de secours ont été envoyées et distribuées par nos équipes. Les dons en argent ont permis de financer les transports, à aider la population sinistrée : - à Tangalle, chez les Sœurs de Little Flowers, pour les enfants orphelins et les enfants des familles en difficultés, - à Matara : à la Communauté des Sœurs de St Mary’s Convent pour l’achat du terrain et l’aide à la construction de la nouvelle école - à Matara : l’Entraide a financé la construction d’un étage pour le service du scanner dans le nouvel hôpital (près de l’ancien hôpital) - à Pitigala : construction d’un village hautsavoyard financé par le Conseil Général HauteSavoie et l’Entraide Internationale de Cluses.

Sri Lanka

Pour commencer, la construction de 25 maisons, nous avons reçu 150.000 € du Conseil Général de la Haute-Savoie (6.000 € par maison). Nous allons verser 50.000 € dès notre retour en France sur le compte de Monsieur Piyasena Gamage - Ministre chargé des Affaires concernant le Tsunami. Au fur et à mesure de l’avancement des travaux, nous verserons des acomptes. Signature du Ministre et de Monsieur Pierre Devant, Président de l’Entraide Internationale des Scouts de la région de Cluses en présence de Monsieur Cenedese Georges, technicien et de Monsieur Sunil Ranawera, interprète. Et aussi pour la construction par l’Entraide Internationale des Scouts de Cluses de 12 maisons (versement de 72.151 €, soit env. 6.000 € par maison). Soit au total 150.000 € + 72.151 € = 222.151 €,

Communauté des Sœurs du Carmel de Galle

plus un supplément demandé à la fin du chantier de donner de 10.000 € pour les 37 maisons (soit 270,27 € par maison). Pour les 25 maisons du Conseil Général : 270,27 € x 25 = 6.757 € - Cette somme a été prélevée sur le financement de la 2ème tranche concernant l’extension du village et qui a fait l’objet d’un versement de 150.000 € par le Conseil Général soit 156.757 €. 21


S R I

L A N K A

Pour les 12 maisons de l’Entraide Internationale des Scouts de Cluses : 270,27 € x 12 = 3.245,25 €. Total pour l’Entraide Internationale : 72.151 € + 3.245,25 € = 75.396,25 € pour les 12 maisons. Le financement des 37 maisons est soldé. Puis versement de 150.000 € du Conseil Général : Construction de l’école : 50 % financée par le Conseil Général et 50 % par l’Entraide des Scouts de cluses. Par l’Entraide : 27.513,36 € donnés par : - la Mairie de Thyez 74300 - la Mairie de Marnaz 74460 - la Mairie de Lucinges 74380 - Association des Sous des Ecoles à Lucinges - Mairie et CCAS de La Tour 74250 - Mairie de la Vernaz 74200 - Mairie de Saint Gervais les Bains 74170 - Groupe scolaire « Le Triolet – Minzier 74270 - Les habitants de Neydens 74160 (représentés par Monsieur Alexandre Megevand) - Mairie de Chens sur Léman 74140 - Dons de particuliers pour 4.132 €

Les Sœurs de la Communauté de Little Flowers à Tangalle avec Georges Cenedese

Montant de la construction de l’école pour 63.290€ : soit au total 31.645 € par le Conseil Général de Haute-Savoie (somme prélevée sur le financement de la 2ème tranche des travaux) et 31.645 € par l’Entraide des Scouts de Cluses. Le financement de l’école est soldé.

Famille sinistrée à Pitigala

L’Entraide Internationale des Scouts prend en charges les dépenses des missions concernant le suivi de la construction et les plaques sur lesquelles seront inscrits les noms de 25 conseillers généraux et donateurs (communes ou entreprises). Un grand merci au Conseil Général pour les 300.000 € versés pour cette belle opération et un grand merci aux communes et associations qui ont versé 107.041 € (75.396 € pour les maisons et 31.645 € pour l’école) à l’Entraide Internationale des Scouts de Cluses. Nous disposons encore, déduction faite des sommes dépensées (6.757 € + 31.645 € = 38.402 €) de 111.598 € pour la construction de nouvelles maisons (2ème tranche).

Les enfants trient les poissons

Pour le suivi : Georges Cenedese est parti 4 fois au Sri Lanka avec une personne de l’Entraide, soit à tour de rôle Monsieur Sunil Ranawera, Hervé Barthès, JeanCharles Monnet. La construction de la première partie du village de 37 maisons et 1 école est terminée.

Retour de la pêche

22


S R I

L A N K A

Les enfants de Matara à l’école

L’intérieur d’une nouvelle maison

Ecole de Matara construite avec la participation financière de l’Entraide des Scouts

Ce couple de sinistrés est heureux de recevoir une maison

Ecole en construction

Les familles ont construit un abri provisoire près des maisons en constructions

L’école du village de Pitigala

Une famille de sinistrés du Tsunami en attente de la maison

23


S R I

L A N K A

Cette maison est déjà occupée

Les menuiseries sont belles et de bonnes qualités

Fenêtres

Une maison en plein chantier

Travaux de finition sous toiture

Vue globale du village en construction, maintenant les travaux ont bien progressé

Au village de Pitigala

Les femmes participent à la construction ci-dessus, elles tamisent le sable

24


S R I

L A N K A

Maisons Vallier - Marignier 74970

Maison Canton de Scionzier - M. Gradel Maurice

Maison Canton Annemasse Nord - M. Birraux Claude

Maison Mairie de la Muraz

Maison Canton Le Biot - M. Bouchet Denis

Maison Commune d’Etrembières

Maison Canton d’Annecy-le-Vieux M. De Menthon Antoine

Maison Canton de Bonneville M. Mudry Raymond

25


S E R B I E

-

K O S O V O

CONVOIE EN SERBIE-KOSOVO MARS 2008

Lundi 3 mars, départ à 10 h 30 du dépôt SaintJoseph à Scionzier. Après la sortie du tunnel du Mont-Blanc, un beau soleil nous attend, direction Milan puis arrêt à 19 h pour le repas du soir. Nous repartons à 20 h, les chauffeurs décident de continuer et d’aller jusqu’à la douane de Gorizia à la frontière italo-slovène. 703 km. 12h30. Arrivée à la douane slovène croate. Nous attendons 3 heures avant d’obtenir les bons vouloirs d’un transitaire qui s’obstinait à nous demander le nom du transitaire en Serbie. Notre chauffeur, Drago Simunic rentre en action, il a obtenu près de Mica, notre correspondant en Serbie, le nom du transitaire de Serbie. 30mn après nos papiers sont faits, la neige a cessé de tombe. Nous approchons en douane croate serbe. Avant de rentrer en Serbie, il est 22 h : pas de restaurant, nous mangerons mieux demain. 6h, réveil. La file de camions est importante. Nous nous présentons chez le transitaire, la jeune fille nous dit de passer dans 30mn, les problèmes commencent. Nous ne pouvons obtenir la France avec notre portable, la jeune fille nous prête le sien en échange de 2 boîtes de pralines. 13 h. Un jeune nous conduit au restaurant à 10 km, nous mangeons bien et nous récupérons les restes pour le soir. Le 6 mars, les fax que nous attendons de Cluses concernant certains produits alimentaires arrivent, notre stock de chocolat en a déjà pris un coup. Drago est toujours en discussion avec les filles chez le transitaire. 22 h. Les douaniers font ouvrir les camions et les services vétérinaires prennent des échantillons, du riz, du chocolat, des soupes de poissons, du lait, ils ne sont pas d’accord avec les boîtes de coucous au bœuf, l’importation de bœuf est interdite !

Photo du départ du convoi

Déchargement dans le dépôt de Caritas à Sabac

Ce camion est chargé de vivres pour des réfugiés Tziganes

Vendredi 7 mars, 6h30, le temps est gris et froid. Nous buvons un café, notre téléphone n’a plus d’unités. Olivier recharge notre carte depuis Cluses. Nous recevons les appels mais nous ne pouvons émettre. 13h. Arrivée de Mica avec un gros poulet rôti, du pain et des boissons. Nous mangeons, à 14h toujours rien de nouveau du côté de la douane. Vers 19h, les douaniers décident de laisser partir le camion de Drago avec Laurent (ils n’ont pas de coucous dans leur remorque) pour faire leur livraison à Sabac. Il a été décidé qu’à leur retour, ils prendront dans leur remorque vide les 356 boîtes de couscous et rentreront en France après avoir donné ces marchandises dans une association à Zagreb en Croatie.

Les responsables Caritas sont impressionnés par la quantité de secours

26


S E R B I E

-

Samedi 8 mars. Le camion est de retour. Vers 14h, les douaniers nous font attendre 3 h avant de faire le transfert d’un camion à l’autre, ce n’est que le début de nos peines. Il est convenu que Mica doit nous attendre au pont à l’entrée de la ville vers 18h30. 17h15, nous partons pour Sabac et arrivons à 18h30 sur le pont de la Nava, pas de Mica. Celui-ci arrivera à 19h30. Il vient vers nous et nous dit d’attendre. 30mn plus tard, il nous conduit à la douane et prend les papiers. Nous récupérons nos affaires de toilettes, nous n’avons plus Drago pour faire l’interprète. Nous sommes conduits dans les locaux de Caritas. Mica téléphone au transitaire à la douane serbe pour prendre des nouvelles du premier camion sur le retour. Nous apprenons que Drago est revenu à pied depuis la douane croate pour essayer d’obtenir un papier des services vétérinaires serbes qui aurait peutêtre permis de passer la douane croate avec le couscous. Cela n’aurait servi à rien, les services vétérinaires croates étaient beaucoup plus exigeants.

K O S O V O

Distribution des produits Nestlé à un centre de réfugiés

Mica essaie de joindre Dolorès. La communication passe très mal, elle est au Burkina Faso. Elle ne comprend pas la séparation des deux camions. Je lui explique en gros la situation mais la communication est tellement mauvaise, nous raccrochons. Mica nous conduit à l’hôtel où nous passons la nuit, enfin nous prenons une douche ! À 6h30, après la toilette et le petit-déjeuner, nous assistons à la messe orthodoxe. À notre retour, Mica nous attend devant l’hôtel, il nous conduit dans une paroisse catholique. Vers midi, un couple serbe dont la dame parle bien le français nous prend en charge, nous fait visiter la ville.

Déchargement des vivres au centre de réfugiés du Kosovo

De retour au parking, surprise ! Des ouvriers avec un camion-citerne auquel sont fixés des tuyaux munis de lances arrosent copieusement les trottoirs et la route malgré la pluie. Nous apprenons le lendemain que c’était pour évacuer les retombées des poussières de l’usine chimique qui est à 2 km de la ville. Lundi 10 mars : la douane ouvre à 9h. Mica arrive à 11h pour faire nos papiers, nous allons chez le transitaire. 1 heure passe, le transitaire et Mica sont de retour de la douane. Les papiers sont en ordre, nous nous dépêchons de décharger les colis dans les locaux de Caritas situés dans la zone de douane. Nous reprenons la route du retour. En arrivant en Croatie, nous voyons le camion de Drago sur le parking. Drago nous explique la situation insensée dans laquelle il se trouve à cause des boîtes de couscous. Les Croates ne veulent pas laisser ces produits traverser le territoire pour les ramener en France ! Mardi 11 mars : Depuis Cluses, Antoine et Pierrot prennent l’affaire en main. Antoine a tout fait pour obtenir un certificat de conformité pour notre couscous au bœuf mais ce produit étant sorti de France, la société qui a fabriqué le produit ne peut pas établir

Livraison de matériel à l’hôpital - Service géontologie

Distribution alimentaire aux personnes nécessiteuses

27


S E R B I E

-

K O S O V O

de certificat, c’est illégal, elle risquerait d’être sanctionnée, donc, il faut trouver une autre solution : ce qui va être fait. Jeudi 13 mars : un fax du Conseil Général de Cluses arrive à l’Ambassade de France à Zagreb ainsi que chez le transitaire. Drago téléphone à l’Ambassade de France, il a pu avoir une conversation avec l’Ambassadeur Monsieur Alain Grasse. Celui-ci s’est montré très coopératif, 30mn plus tard, le transitaire reçoit un fax de l’Ambassade lui disant que le nécessaire a été fait auprès du Ministère de l’Agriculture. Vers 16h30, un douanier vient nous prévenir qu’ils ont reçu un fax du Ministère de l’Agriculture, je vais avec Drago au service vétérinaire qui nous confirme la nouvelle. (le vétérinaire de service est le même que lors du passage de Drago le samedi soir. Lorsqu’il s’était présenté à la douane, les douaniers étaient d’accord pour que la marchandise soit déposée dans leur local en attente, dans un délai de 8 jours, d’un certificat de conformité pour que l’on puisse récupérer les produits, passé ce délai, ils seraient détruits. Cette solution n’a pas été possible, le vétérinaire bloque la situation).

Cet homme est très ému par ce don alimentaire

Il est 17h, le service vétérinaire de Zagreb va fermer, il faut revenir demain à 9h à l’ouverture. Vendredi 14 mars, nous nous présentons chez le vétérinaire à 9h. Ce n’est pas la même personne que la veille, il y a eu la relève. Celui-ci ne retrouve pas le fax du Ministère. Nous attendons encore 3h, le fax étant introuvable. Drago décide d’aller voir le chef des douanes : nous voilà partis au bureau du Directeur. Drago parle avec lui un instant et nous repartons au bureau du vétérinaire. Un douanier arrive, il confirme que la douane a bien reçu un fax la veille du Ministère de l’Agriculture et le service vétérinaire aussi. Le vétérinaire nous fait sortir de son bureau pendant qu’il téléphone à son supérieur à Zagreb. Il faut payer un transporteur qui viendra chercher les conserves aujourd’hui ou lundi, il faudra aussi payer la destruction des marchandises. Les douaniers semblent en avoir assez de cette situation, après maintes discussions, il n’est pas loin de midi. Les douaniers enlèvent les plombs du camion, nous déposons les marchandises dans leur dépôt, il est environ 15h. Nous allons payer la somme demandée par le service des douanes au service postal qui a une permanence à la douane. Un garçon des services des douanes conduit Drago dans un petit libre-service pour acheter quelques provisions. Il est 14h, nous repartons chez le transitaire au service de douanes. Nous avons 150 € de frais de stationnement parking à payer. Le douanier va voir son chef, il décide de ne pas nous faire payer cette somme, nous sortons de la douane à 16h.

Ces couvertures sont stockées à la lingerie dans l’attente de distribution aux personnes pauvres

Pour la garderie de l’école, la camionnette est chargée de jouets

Distribution au village tzigane

28


S E R B I E

-

K O S O V O

Au retour, Drago téléphone à sa sœur qui habite entre Zagreb et Rijeka. Nous arrivons dans sa famille vers 22h. La maman est là, sœurs, beaux-frères, nièces, voisins nous accueillent chaleureusement. Nous partons vers minuit et roulons jusqu’à Rupa. Après un bon café pris chez Rosalia (que nous connaissons depuis des années lors de la guerre de Sarajevo) nous prenons la direction de la France et arrivons à Cluses vers 22h. Malgré les tracasseries administratives supportées avec beaucoup de patience et diplomatie, l’équipe de bénévoles composée de 2 chauffeurs Jean et Drago et 2 accompagnateurs Laurent et Claude garde un bon souvenir de leur mission.

Les enfants sont heureux de recevoir des friandises

Cette femme remercie chaleureusement pour ce don de céréales

Chers tous, Je vous envoie ce courrier pour vous remercier. Tout d'abord, je voudrais tous vous remercier, à mon propre nom et au nom de Don Girolamo Iacobucci, Directeur de Caritas Sabac, et du prêtre de l'église catholique de Sabac en Serbie. Ce don est très utile et important. Avec cette marchandise, Caritas Sabac peut aider les gens dans le besoin, développer la coopération avec l'église orthodoxe et les institutions locales, et développer une coopération et une réconciliation internationales. En quelques phrases, je vais tenter de vous expliquer comment : Distribution de l'aide humanitaire: Caritas Sabac entretient de bonnes relations avec l'église orthodoxe et les institutions locales. En conséquence, la distribution se fit avec leur aide. Un camion de marchandise fut envoyé au Kosovo, avec la collaboration de l'église orthodoxe. Le reste de la marchandise fut distribué avec l'aide des institutions suivantes : • l'église orthodoxe serbe • l'hôpital • le centre de gériatrie • l'école maternelle • les foyers de réfugiés • l'école pour enfants handicapés D'autres parties de la marchandise furent réparties dans d'autres associations Caritas en Serbie, l'archevêché de Belgrade, Caritas à Valjevo et pour les rencontres de la jeunesse. De la marchandise fut donnée via le des programmes de Caritas, tels que le centre d'écoute et de le programme de soin domestique. Nos groupes cibles étaient les personnes pauvres, les handicapés, les familles nombreuses, les orphelins, les personnes âgées et les tous ceux qui en avaient besoin. Visibilité : cette initiative fut remarquée dans la communauté. Naturellement, les gens et les institutions locales furent les premiers à nous aider. Mais les médias aussi suivirent cet évènement. Il fut traité par TV Sabac (une chaîne locale) à l'occasion du transfert à l'école maternelle. Le journal local et le journal de l'archevêché de Belgrade consacrèrent des articles au don. En espérant que notre collaboration puisse continuer pour le bien des gens dans le besoin, je vous envoie tous mes voeux et que le seigneur bénisse votre générosité. CARITAS SABAC Miroljub Nikolic - Coordinator Régional

29


R W A N D A MISSION AU RWANDA DU 24 NOVEMBRE AU 8 DÉCEMBRE 2007 Une équipe de bénévoles de l’Entraide Internationale des Scouts de Cluses est partie à Kigali réceptionner et distribuer deux containers, l’un, chargé à Cluses et transporté ensuite par bateau de Fos-sur-Mer, contenant des vêtements, matériels médicaux, fauteuils de handicapés, produits d’hygiène, fournitures scolaires et alimentation, biscuits BN, compote Andros, confitures et l’autre, parti de Rotterdam contenant du lait en poudre Nestlé. Gérard et Auguste déchargent les containers et partagent les marchandises en fonction des différents points de distribution à travers le pays. La " part type " comporte au moins 250 à 500 kg de conserves, 2 fauteuils handicapés et plusieurs cartons de chacun des éléments énumérés ci-dessus. Un camion sera loué pour la livraison. Depuis de nombreuses années, l’Entraide Internationale apporte son aide au Rwanda. Nous sommes toujours frappés d’admiration pour le travail et le dévouement des différentes communautés religieuses qui travaillent courageusement et avec beaucoup de cœur au service des plus démunis : familles pauvres, orphelins, malades, personnes âgées. Durant 2 semaines, Gérard et Auguste parcourront des centaines de kilomètres à partir de Kigali jusqu’à Savé – Butaré – Gicongoro – Kamonyi – Région du Sovu – Chiangugu – Ruhengeri.

Sœurs de la Visitation de Savé

Avant de prendre la route, l’équipe participe à la messe. Ce jour-là, il y a la célébration de l’anniversaire des apparitions de la Vierge à Kibeo, ses messages et ses appels à la conversion n’ont pas été entendus par les hommes et l’on sait ensuite ce qui s’est passé dans ce pays et l’on a alors compris l’évocation du " fleur de sang " de ses messages. Au cours de l’homélie de la messe, très priante ce matin, le prêtre a rappelé que Marie se rendait toujours présente et intervenait où les gens ont des difficultés et où les gens souffrent et cela a commencé à Cana dit-il. Voici quelques récits de leurs rencontres : " Le périple commence par la visite chez les Sœurs de la Communauté Abizeramaria de Kigali, puis chez les Sœurs de la Charité de Mère Teresa qui tiennent un orphelinat et accueillent aussi des vieillards déshérités, au dispensaire de " Cor Unum " où nous sommes reçus par les Filles du Cœur Immaculé de Marie : il y a une file impressionnante de personnes en attente de soins. Pour nous rendre à Chiangugu, nous traversons d’abord des bananeraies et surtout des plantations de thé alors que la route grimpe de plus en plus pour atteindre une immense forêt et le parc national. La route est assez bonne, nous atteignons une altitude élevée (+ de 2.000 m). Nous dépassons plusieurs camions en panne ou accidentés probablement à cause de défaillances mécaniques ou des excès de vitesse, plus d’une dizaine sur 90 km et certains attendent d’être dépannés depuis 4 jours. Après la traversée de la forêt c’est à nouveau la

Maison familiale de Julienne

Enfants de la Maison Familiale de Julienne

30


R W A N D A

Carmel de Nyamirambo à Kigali

Sœurs de la Communauté Abizeremaria à Kigali

Au Carmel de Nyamirambo - Kigali

Sœurs de Mère Térésa à Kigali

Les Sœurs admirent les pulls tricotés de France

Familles en attente de consultation au dispensaire

Mère Supérieure des Sœurs de l’Assomption

Camionnette louée pour la distribution

31


R W A N D A

Enfant au dispensaire Cor Unum

Communauté des Sœurs Hospitalière de Ste Marthe à Gabgayi

Déchargement à Cor Unum. Filles du Cœur Immaculé de Jésus

Chapelle

Sœur de la Communauté de Saint Vincent de Paul à Ruhengeri

Dispensaire des Sœurs de l’Assomption

Les 2 containers et les camions servant à la distribution

Communauté des Sœurs Clarisses à Musambira

32


R W A N D A descente progressive à travers d’immenses plantations de thé ou parfois de café (salaire d’un cueilleur 500 à 600 francs rwandais par jour soit à peine 0,70 à 0,75 €). Il fait déjà nuit lorsque nous arrivons au Carmel de Chiangugu où nous sommes accueillis avec enthousiasme. Nous sommes près du lac Kivu qui nous sépare de la République Démocratique du Congo toute proche. Nous avons un long temps d’échange avec les religieuses, Gérard leur présentant les activités de l’Entraide Internationale et nous nous intéressons aux conditions de vie de la population dans cette région. Nous visitons ensuite la ferme, les cultures de jardin en terrasse, les productions de fourrage vert pour les Holstein et les génisses. Après avoir parcouru les 130 km qui nous séparent de Ciangugu en 4h15, nous nous arrêtons à Sovu du Centre de soins tenu par les Sœurs Bénédictines. Les locaux sont modestes et plutôt exigus mais ils paraissent utilisés très efficacement et très rationnellement malgré des moyens très limités : il est 8h30 et déjà la file d’attente est importante, estimée à 60 à 80 personnes : à leur arrivée les patients viennent s’inscrire au bureau d’accueil où une fiche est établie pour chacun d’eaux, ensuite le patient est admis dans l’une des 3 salles de consultation où il est reçu par une infirmière, à l’issue de la visite il sera orienté, selon le cas, vers la pharmacie, qui délivrera les médicaments adaptés ou vers la salle de pansement si besoin ou au laboratoire pour les analyses biologiques. Ce centre est équipé d’une salle d’accouchement et d’une maternité de 2 lits (si besoin on ajoute des matelas à même le sol), d’une salle d’hospitalisation de 4 places où les patients restent peu de temps : dès que leur état s’améliore et le permet ils rentrent chez eux, si leur état s’aggrave ils sont alors dirigés sur un hôpital, une cuisine pour la préparation de repas pour les enfants dénutris et les personnes qui accompagnent les patients. Nous irons nous recueillir sur la tombe des 9 religieuses tuées lors des événements sanglants de 1994. Nous prendrons ensuite la route du retour direction Kabgayi où nous arrivons au Home des anciens tenu par des Sœurs de la Communauté Abyseramaria. Les anciens étant en train de déjeuner, nous sommes invités au repas avec les religieuses avant d’aller partager avec les anciens un moment très convivial. Nous sommes réconfortés de les voir heureux et même joyeux, bien entourés par les religieuses malgré la très grande sobriété des lieux et des équipements. Au centre de l’ASEV (Association de Soutien aux Enfants Vulnérables), la Présidente, le directeur du Centre, le professeur de couture, l’assistante sociale et des 4 religieuses qui travaillent ici ont à charge 70 enfants handicapés, 48 d’entre eux sont répartis dans différents établissements spécialisés où ils reçoivent une formation scolaire adaptée à leur capacité. L’ASEV prenant en charge les frais de pension, 22 autres enfants âgés de 3 à 12 ans et trop handicapés pour être scolarisés sont gardés ici. Le centre accueille également des groupes d’orphelins âgés de 15 à 18 ans (maximum 20 personnes par session), ils sont formés au travail de couture pendant une durée de 6 mois, ils peuvent revenir

Don de belles couvertures

Déchargement de la part des Sœurs Hospitalières à Gabgayi

Jeunes pensionnaires chez les Frères Maritas à Savé

33

M. le Directeur (Frères Manistes)


R W A N D A ensuite pour un perfectionnement d’une durée de 3 mois. Les locaux sont bien entretenus mais très modestes et les besoins en équipements complémentaires sont importants. Un projet urgent consisterait à créer une salle de 30 m2 à usage de dortoir et utilisable comme salle de kiné durant la journée : coût 1.500.000 Frw soit 1.875 €. Nous visitons le centre de renutrition de " Cor Unum " : une cinquantaine d’enfants pris en charge sont orphelins et il y a de nombreux séropositifs, c’est pourquoi notre aide, spécialement de lait, est très attendue et appréciée. Sœurs de la Visitation à Savé

Communauté des Sœurs Abizeremaria Monseigneur Augustin Misago

Sœurs Abizeremaria à Butaré Mémorial des Prêtres tués lors des événements

Tombe des 9 religieuses assassinées lors de la guerre de Sovu. Nous étions au Rwanda pendant les événements

34

Sœurs Abezeramaria qui reçoivent les personnes âgées


R W A N D A

Sœurs Bénédictines de Sovu

Messe dominicale du Carmel de Chiangugu

Le lait est bienvenu

Carmel Marie Mère de l’Eglise

Véhicule accidenté sur la route

Les Sœurs Carmélites de Kigali

Ouvrier agricole

Véhicule accidenté sur la route traversant le Parc National

35


R W A N D A

Une maman et son bébé à la maternité

Lac Kivu - D’un côté du pont le Rwanda, de l’autre la République Démocratique du Congo

Enfant très malade soigné au dispensaire Cet enfant mange de la pâte à osties

Home des Anciens à Kabagayi

Il y a beaucoup de gaieté au Home des Anciens

Home des Anciens - Sœurs Abizeramaria

36


R W A N D A

Sœurs Abizeremaria à Kabgayi

Paroisse du Père Bernardin Melendo

Sœurs Hospitalières de Kabgayi

Scène de vie aux champs

Sœur de la Visitation à Ruhengeri

Les femmes récoltent le thé

Orphelinat de Cor Unum

4 postulantes à la Communauté des Sœurs de St Vincent de Paul à Ruhengeri

37


R W A N D A

Petits orphelins à Cor Unum

Vélo-taxis

Vie de village sur la route de Ruhengeri

Les enfants reçoivent des biscuits sur notre route

Ce paysan part au puits chercher de l’eau - Echange amicale

Cette femme est heureuse du petit cadeau pour son enfant

38


R W A N D A Quelques éléments d’appréciation du coût de la vie dans ce pays et comparaison à notre situation en France. Les salaires Un cueilleur de thé 500 à 600 f rw/jour, soit l’équivalent de 18 € par mois (base de 26j/mois) Un coupeur de canne à sucre 700 à 800 f rw/jour, soit l’équivalent de 25 € par mois (base de 26j/mois) Un aide maçon 1000 f rw/jour, soit l’équivalent de 33 € par mois (base de 26j/mois) Un maçon qualifié 2.500 à 3.000 f rw/jour, soit l’équivalent de 90 € par mois (base de 26j/mois) Un fonctionnaire de base 30.000 f rw/mois, soit l’équivalent de 38 € par mois (base de 26j/mois) Un professeur (selon niveau) 30 à 60.000 f rw/mois, soit l’équivalent de 38 € à 76 € par mois (base de 26j/mois) Les prix des produits Alimentation 1 kg de pommes de terre 1 kg de haricots 1 kg de bananes 1 kg de riz 1 kg de farine 1 kg sucre

080 f rw/kg = 0.10 € /kg 100 f rw/kg = 0.13 € / kg 200 f rw/kg = 0.25 € / kg 500 f rw/kg = 0.64 € / kg 675 f rw/kg = 0.86 € / kg 700 f rw/kg = 0.89 € / kg

Vêtements 1 pantalon neuf 6.000 f rw = 7,60 € 1 tee shirt usagé 1.000 f rw = 1,30 € 1 paire de chaussures usagées 2.500 f rw = 3,18 € Divers équipements 1 matelas mousse 90cm 1 vélo 1 canapé simple 1 moto Yamaha 1 moto TVS (Inde) 1 voiture occasion 1 voiture occasion

- 1 pantalon usagé

1.750 f rw = 2,23 €

25.000 f rw = 32 € 60.000 f rw = 76 € 30.000 f rw = 38 € 2.500.000 f rw = 3.185 € 1.500.000 f rw = 1.910 € 3.500.000 f rw = 4.458 € 5.000.000 f rw = 6.369 €

Essence : 685 f rw/litre = 0,87 € litre (à mettre en relation avec salaires journaliers) 80.000 f rw/an = 102 €

Par année : scolarité + pension

Critères de comparaison simple du pouvoir d’achat : RWANDA

f

90 € de salaire mensuel (26j/mois) soit 7 % du SMIC

FRANCE

R

pour un maçon qualifié

r

f

SMIC/1.280 € pour 35 heures par semaine

RWANDA

FRANCE

1 vélo

75,00 € = 83 % du salaire mensuel

150 € = 12 % du salaire SMIC mensuel

1 pantalon neuf

07,60 € = 8,4 % du salaire mensuel

030 € = 2,3 % du salaire SMIC mensuel

1 matelas mousse 90 cm

32,00 € = 35 % du salaire mensuel

120 € =

9 % du salaire SMIC mensuel

Ces chiffres se passent de commentaires et nous n’avons pas retenu le niveau de salaire le plus bas au Rwanda, si nous avions retenu le salaire d’un manœuvre = 30 € / mois, il faudrait l’équivalent de 2 mois et demi pour acheter 1 vélo alors qu’il faudrait l’équivalent de 2 jours et demi de SMIC en France ! L’économie du pays est fragile et rencontre des problèmes structurels : dépendance vis-à-vis de l’extérieur (près de 50 % du budget de l’Etat provient de l’aide internationale), absence de diversification (92 % de la population vit de l’agriculture), pression démographique insoutenable à long terme, déficit énergétique majeur. Une bonne partie des régions agricoles, dont l’accès est difficile, souffre d’une extrême pauvreté. Nous devons continuer à soutenir les populations en grande difficulté au Rwanda.

39


M A D A G A S C A R HUITIÈME VOYAGE À MADAGASCAR DU 2 AU 17 DÉCEMBRE 2007 MADAGASCAR, « La grande île » riche de mille ressources et aux multiples attraits connaît depuis son indépendance en 1960 plusieurs crises économiques. L’élection du Président Marc RAVALOMANANA en 2002 a apporté un sursaut d’espoir au peuple malgache. On aurait pu croire que le pays prendrait le chemin du développement économique, mais les résultats tardent à se faire sentir. En 2005, la dette internationale a été annulée n’entraînant pas une amélioration de la vie quotidienne des malgaches. Le pays est sous perfusion, 70 % des Malgaches vivent en dessous du seuil de pauvreté, les denrées de base ont fortement augmenté : ex. : riz = 0,40 € le kg ; huile : 1,40 € le litre, essence 1 € le litre alors que le salaire mensuel s’élève à 25 €. Même si les infrastructures routières se sont améliorées, l’assiette des Malgaches n’est guère fournie et l’avenir s’avère morose. Avant de commencer le compte rendu de notre mission, nous nous devions de vous présenter sommairement la situation de ce pays que nous aidons régulièrement depuis 1999. Notre mission Une équipe de bénévoles, Claire, Françoise, Marie, Jacques doivent réceptionner deux containers (lait, médicaments, matériel médical, vivres, fournitures scolaires…) et en assurer la distribution dans 12 points = dispensaires, centre de santé, léproserie, hôpital, situés dans le sud ouest de l’île. Dimanche 2 décembre Genève - Paris - Tananarive - Tulear Nous connaissons nos premières émotions. L’atterrissage à Paris s’avère des plus difficiles, des bourrasques de vent malmènent l’appareil, l’avion tangue dangereusement. Une première tentative d’atterrissage échoue. Les visages se crispent, la tension monte, les enfants pleurent, une femme se met en prières, l’angoisse nous saisit. Pendant près d’une demi-heure, nous serons ballottés par les turbulences des vents violents. Même la voie de notre pilote qui se voudrait rassurante ne parviendra pas à nous apaiser. Et lorsqu’à 16 h, notre avion touche enfin terre, nous ne pouvons nous empêcher de penser à la vulnérabilité de nos existences et de remercier le Seigneur. Malgré toutes ces émotions, notre voyage se poursuit. Après onze heures de vol et un passage obligé à Antananarivo à la Communauté d’accueil des Sœurs, nous sommes chaleureusement accueillis par les Sœurs de Thérèse. Nous nous installons à Belem dans une annexe de la Communauté mise à notre disposition qui sera notre « camp de base » durant notre séjour.

Scène de vie quotidienne

40

Pousse-pousse à Tuléar


M A D A G A S C A R Nous avons la surprise de découvrir que le container préparé par nos soins grâce à l’aide des bénévoles (médicaments, matériels, denrées alimentaires) parti de Cluses en juillet 2007 a été dédouané et son contenu entreposé dans les locaux de la Communauté. Un bémol à notre joie : • les biscuits et les compotes sont sous scellés. Il faut attendre le résultat des analyses pour en assurer la distribution, • le 2ème container de lait Nestlé est toujours en transit aux Comores. Notre premier chargement de colis sera pour les Sœurs de la Providence de la Pommeraie. Mardi 3 décembre Après un repos bien mérité, nous planifions l’emploi du temps des prochains jours et convenons des rendezvous importants avec des intervenants qui chaque année sont plus nombreux. Nous rencontrons Sœur Viviane qui a pris la relève de Sœur Eulalie au CMB (dispensaire de santé du centreville). Le stock de lait était déjà épuisé en juin 2007. Les sœurs ont dû racheter des boîtes de lait pour les cas les plus urgents (une boîte de lait coûte 4,5 ¤) et ont adressé une demande au PAM - Programme Alimentaire Mondial. Le lait Nestlé est attendu avec impatience. Successivement les Sœurs de Saint Paul de Chartre reviennent prendre leur chargement de colis pour Androka et Ampanihy, dispensaire de brousse. L’après-midi sera consacré au Frère Jean-Claude, médecin responsable du séminaire de Fianarantsada, de la CDS (Commission diocésaine de la santé) que nous n’avions pas revu lors de nos précédents séjours et que nous avions à cœur de rencontrer. Durant deux heures, divers sujets seront abordés nous permettant de mieux appréhender les réalités de la vie quotidienne des jeunes dans une culture qui se résume en une phrase « Aujourd’hui et pas demain », exode rural des jeunes, prostitutions des jeunes filles, nombre d’IVG en hausse, démotivation des jeunes qui n’ont pas de projet de vie. Frère Jean-Claude nous fait part des initiatives mises en place pour aider tous ces jeunes, création de centre d’accueil d’adolescents (un actuellement à Fiana) : • pour remotiver les jeunes, pour leur donner un instrument de vie, pour lire, pour s’instruire, • introduire la pédagogie Younthalive, méthode qui allie la connaissance de soi en lien avec la foi et qui induit un changement de comportement, • favoriser au maximum la scolarisation au collège La conversation se termine par une analyse de la situation économique, Frère Jean-Claude se veut optimiste malgré l’inflation, la corruption, la misère des petites gens, le manque de travail.

La joie des enfants à notre arrivée

Sœur Marie-Noëlle au dispensaire d’Ampanihy

Centre de Promotion Féminine

Mercredi 4 décembre Rencontre avec Monsieur Faustin, économe diocésain ; il est notre correspondant sur place et s’occupe des formalités liées au container. Nous faisons le point : • difficulté d’obtenir l’exonération des taxes de douanes du container, • mise en place d’une nouvelle procédure administrative pour l’acheminement du container (N° BESC, accès à SAGYNET)

Apprentissage de la couture au Centre de Promotion Féminine

41


M A D A G A S C A R

Sœur Marie Raphaëlle repart en brousse, la voiture bien chargée

Sur la piste

Le bébé est-il atteint de malnutrition

Journée avec le Père Tollard

Lépreuse en cours de traitement

Père Tollard distribue des bonbons

Cuisson du riz à la cantine de l’Amika

La cantine des orphelins de l’Amika

42


M A D A G A S C A R

Les enfants sont contents de nous voir

Les ballons apportés il y a 2 ans sont bien usés

Fête chez les Sœurs de St Paul de Chartres d’Ampinitry

Enfant au Centre de Renutrition

Sœur St Paul de Chartres

Les enfants de Bétanie

Fête pour notre départ au centre d’Androvakely

43


M A D A G A S C A R • obligation d’analyses pour tous les produits alimentaires (non radioactivité, de décontamination, de consommabilité, • délais d’acheminement de plus en plus longs (4 mois ?) par le transporteur. Nous nous enquerrons de notre 2ème container, il est toujours bloqué aux Comores !

Père Pierre Tholard ami d’Antoine Monnet secondé par les Sœurs de la Providence. Nous entamons une longue conversation portant sur les orientations de l’AMIKA : • pas d’orphelinat, • laisser les enfants dans la structure familiale restante, • assurer le suivi scolaire, • développer la formation performante qualifiante continue, • création en projet d’un organisme pour microcrédit pour soutenir le développement de petits commerces, centre d’élevage et de pêche. Nous prolongeons cette conversation au cours du déjeuner de midi pris à l’Akanyfanantenana. C’est un centre d’enfants handicapés tenu par les Sœurs de Saint Paul de Chartres, mais aussi un restaurant ouvert depuis septembre 2007 permettant l’insertion des jeunes handicapés. Avant notre retour, Père Pierre nous propose de rencontrer Frère Dieudonné professeur d’anglais qui s’occupe de malades mentaux sous couvert d’un médecin grenoblois. Beaucoup d’amour et de patience sont nécessaires à cet homme pour mener à bien sa mission de réinsertion.

Nous passons à la permanence de la CARITAS Inter congrégation tenue par Ste Thérèse Emmanuelle des Trinitaines de Valence. C’est un lieu d’accueil des gens en difficulté : prêts, petites aides ponctuelles sont alloués pour démarrer de projets et sont financés par un organisme italien. La fin de la matinée se terminera par la visite au centre de promotion féminine géré par Sœur Roselyne. Il accueille 30 jeunes filles qui suivent des cours de couture, hygiène, cuisine. Nous les encourageons en faisant quelques achats de broderie. Le repas de midi sera pris avec la Congrégation des Sœurs de Trinitaines de Valence à Sanfily. Nous faisons la connaissance de Sœur Joëlle pleine de dynamisme, nouvelle responsable du dispensaire d’Ankililoka que nous avions visité e 2006. Cette congrégation outre les soins médicaux et l’enseignement assure la visite des détenus de la prison de Tulear (catéchèse, alphabétisation, distribution de repas) grâce à la Communauté Saint Egidio. Leur devise est : « Aider l’homme à se relever, à se tenir debout ». C’est à la Communauté des Sœurs de la Providence de Rouen sur nous nous rendons l’après-midi. Nous avons à cœur de rencontrer Sœur Raphaëlle responsable du dispensaire de Belamoty, infatigable, pleine de dynamisme, de projets (construction en cours d’un puits, pose de panneaux solaires, etc…) Un bref rappel de la situation du centre : • nouveaux cas de lèpre, de tuberculose, • pathologies récurrentes : bilharziose, paludismes, MST, malnutrition • les malades tardent à consulter car faute de récoltes, ils n’ont pas la somme nécessaire pour régler le dispensaire. • Problème du médecin et du dentiste que le centre ne parvient pas à fidéliser. Ils ne veulent pas habiter en brousse ainsi que leur famille. • Sœur Raphaëlle est aussi responsable d’une association de handicapés et d’aveugles (31) parrainés par l’Angleterre et l’Italie. Là aussi, le stock de lait de 2006. En fin de soirée, retour à notre camp de base après une rapide visite aux Pères Assomptionnistes.

Vendredi 7 décembre Grâce au Père Bosco qui nous prête son 4x4 et Nono notre chauffeur, nous partons pour 3 jours dans la brousse. Surprise, il a plu, des tapis de verdure et des frondaisons bien fournies ont remplacé la végétation aride que nous avions observée les années antérieures, zébus et chèvres sont gras et semblent bien repus. Même les cactus gorgés d’eau accrochent notre regard au passage. Après 6 h de routes peu carrossables (en voie d’amélioration) de pistes défoncées aux incontournables ornières, notre première visite sera pour Ejeda où Père Daniel a construit en 2003 un collège de 250 élèves « Michel Canonne ». Nous sommes accueillis par le Père Marco directeur du Collège. Une classe de seconde a été crée cette année ainsi qu’un CDI (à l’initiative de Floriane et Fabien coopérants enseignants en poste à Ejeda pour 2 ans). Nous nous intéressons vivement aux écoles de brousse que nous soutenons par l’apport de livres, matériel scolaire. Petite précision : coût d’un cahier = 0,20 € consommation moyenne de 30 cahiers par an par élève, ce qui représente une lourde charge pour une famille. Une petite fête est donnée en l’honneur d’un couple de français amis du Père Daniel venue initier les élèves à l’informatique. Nous profitons d’un beau spectacle de chants et danses Mahafaly remarquables !

Jeudi 6 décembre Nouvelle journée ponctuée par la rencontre du Père Pierre Tholard. Nous nous rendons l’Amika (Association pilier pour soutenir les orphelins et familles démunies). Cette association encadre 400 enfants dont 208 scolarisés dans sa propre école jusqu’au CM2. Il y a beaucoup de parrainages de classe. Les autres enfants plus âgés vont au collège Sainte Famille, institut P. Barre et certains vont à l’Université. Comme c’est encourageant ! La cantine est prise en charge par une association française « les enfants du soleil ». Ce centre est dirigé par le

Samedi 8 décembre A 6h30, départ pour Ampanihy le dispensaire que nous aidons le plus éloigné dans la brousse. Piste et chaleur pendant trois heures, nous retrouvons avec plaisir Sœur Marie Noëlle, responsable du dispensaire qui nous avait accueillis en 2005. Tandis que Jacques répare le poupinel, nous assistons à quelques consultations 70 à 80 par jour : • bébés de faibles poids, beaucoup de conjonctivites, maladies de peau. Les malades tardent à venir au dispensaire, ils consultent le sorcier en amont et Sœur Marie Noëlle a parfois du mal à les soigner car la

44


M A D A G A S C A R maladie est déjà bien avancée. Elle suit actuellement 139 tuberculeux dont 50 en traitement intensif. Un point positif : la pluie a permis quelques récoltes et a ainsi diminué la période de famine. L’action de Sœur Marie Noëlle est soutenue par l’association Andao qui assure 63 parrainages. Notre matinée se termine au marché sur la grande place où nous déambulons pendant près d’une heure. Là, nous sommes plongés dans un monde aux personnages d’un autre temps, grouillant de couleurs aux odeurs épicées aux marchandises éclectiques. Que de sourires, de gentillesse malgré leur pauvreté. Ils font montre d’étonnement car on ne voit guère de Vazaha (blancs) dans cette contrée ! L’après-midi, nous avons rendez-vous à la prison, mais tout d’abord nous visitons le centre récréatif de Sœur Pierrette où nous faisons l’achat d’étoles tissées par les femmes de la brousse. La prison abrite 103 détenus dont 6 mineurs. La plupart est en attente de jugement (principalement des vols). Les détenus sont hébergés dans des conditions inhumaines. Ils vivent à même le sol, ne disposent ni de WC, ni de toilettes. Leur seule occupation est de fabriquer des cordes grâce au sisal de l’agave cueilli à l’extérieur de la prison. Sœur Pascaline leur rend visite 1 fois par semaine, assure le repas du dimanche, et leur prodigue des éventuels soins médicaux. Les prisonniers ne mangent qu’un peu de manioc une fois par jour. Nous avons préparé quelques cartons à leur intention, nourriture, vêtements etc…Nous achetons plusieurs mètres de leur corde et afin de nous remercier, ils entonnent une mélopée triste et poignante qui nous saisit d’émotion. Quelle détresse ! Sur le chemin du retour, nous rendons visite au Docteur Clément, médecin membre de l’association TEALONGO soutenu par les Pères Assomptionnistes.

Jacques prépare le poupinel

Sœur Paul devant le futur dispensaire de Betioky

Dimanche 9 décembre 6h30. Nous prenons le chemin du retour ; à nouveau 3h de pistes. Nous arrivons à Ejeda où nous assistons à la messe concélébrée par Père Daniel et Père Marco. Retour à Betoky. Des pluies diluviennes ont creusé de profondes ravines. Nono notre chauffeur connaît des difficultés sur les 84 km. Seules sa dextérité et son expérience viendront à bout de la route. Sœur Paul, 84 ans, sœur de Jacqueline une bénévole, nous accueille. Nous attendons la fin des pluies qui ont commencé à tomber et nous visitons le nouveau dispensaire en construction. En attendant, les consultations (50/60 par jour) sont assurées dans une annexe par Sœur Angèle et Sœur Monique. Là aussi, nous retrouvons les pathologies habituelles (palludisme, bizhiardose, MST, etc…) Sœur Paul assure aussi 3 fois par semaine les consultations à la léproserie d’Ambika car la lèpre, malheureusement n’est toujours pas éradiquée à Madagascar. Le centre accueille aussi les tuberculeux. Notre emploi du temps ne nous permet pas de nous rendre à la léproserie que nous avons déjà visitée à deux reprises. Nous partageons le repas de la communauté qui nous font part des autres activités assurées par les religieuses (en dehors de leur apostolat) - cours d’alphabétisation, aumônerie do collège, prise en

Visite chez les Sœurs Carmélites

charge d’une crèche. Toujours beaucoup de dynamisme ! Lundi 10 décembre Une nuit à Betioky, au petit matin recueillement sur la stèle du Père Marcel Hoffman décédé en 2005 que nous avions rencontré à plusieurs reprises et qui a beaucoup œuvré pour Madagascar. Et nous regagnons Tuléar en fin de matinée. L’après-midi sera un temps de récréation. Nous refaisons le point sur la distribution des cartons restants. Il nous faut à nouveau organiser notre semaine. Mardi 11 décembre A 9h, incontournable visite à l’école primaire de Béthanie à l’heure de la récréation. 800 élèves y sont

45


M A D A G A S C A R scolarisés. Nous rencontrons les enfants que nos amis et parents parrainent, une nuée d’enfants souriants nous assaillent intrigués par nos appareils numériques. Nous abrégeons ce temps de rencontre, nous avons rendez-vous à Maganbe au centre d’alphabétisation qui accueille 104 enfants de 6 à 16 ans. Ils sont répartis dans 3 classes de rattrapage et de remise à niveau. Sœur Michèle nous fait part de la bonne volonté des élèves, mais aussi de la baisse d’attention durant les cours, de leur agressivité engendrées par le manque de nourriture. En 2005, le footballeur Emmanuel Petit et le Ministre des sports de Madagascar étaient venus leur rendre visite. Ils avaient promis une aide conséquente. Mais rien n’est arrivé ! 18h, après une visite à Monsieur Faustin pour régler des détails administratifs, nous nous rendons à la Congrégation des Pères Assomptionnistes et sommes reçus par Père Marius. Nous devons faire une mise au point d’une action que nous avions soutenu à titre personnel (avec nos amis et relations) soit la prise en charge d’une cantine de 800 enfants pendant cinq mois (pas de récolte, pas d’élevage, pas de gibier durant cette période). Cette année la pluie est enfin arrivée et a permis à nouveau des cultures, nous décidons d’orienter notre action différemment et de prendre en charge le salaire des 6 instituteurs pendant 1 année (soit 900 €) avec l’aide du Ministre de l’éducation.

dirigés vers le CRENI (Centre de Réhydratation pour les enfants prise en charge par l’UNICEF). Beaucoup d’enfants en zone rouge (courbe de poids imposée par l’IMS). Sœur Marthe sensibilise les femmes aux soins d’hygiène, à la vaccination des enfants. Parallèlement Sœur Jeanne Françoise très dynamique anime un centre de promotion familiale (achat de charrettes, de charrues, de zébus, mise en commun du travail pour planter et récolter, création de coopérative). Elle est pleine de détermination, se bat contre les administrations pour faire aboutir les projets. « Il ne faut pas lâcher prise, ne pas baisser les bras, la corruption est très importante » dit-elle. Elle suit également un centre de promotion féminine que nous aidons par l’apport de machines à coudre, tissus, mercerie. L’invasion des friperies porte tort à la confection des vêtements. Il faut réorienter les activités du centre vers la cuisine, la confection de gâteaux, conserves, etc.. Le problème majeur reste celui de l’eau car les puits ne sont pas assez profonds. Nous retiendrons une autre phrase de Sœur Jeanne Françoise : « Quand on voit que les gens sont motivés, on est motivé et il faut que nous les aidions ». Pères Assomptionnistes : Repas avec la Congrégation et Père Daniel dresse le bilan. Création d’écoles depuis 1998 : Ejeda = 50 / Betioki = 10 / Androka = 3 E. P. Marius = 6 ; soit 3500 enfants scolarisés • une scolarisation d’enfant = 4 € par an • salaire mensuel d’un instituteur = 30 € par mois

Mercredi 12 au jeudi 13 décembre Départ pour Sakahara en compagnie des Sœurs de Saint Thérèse. C’est un dispensaire situé sur la RN7 (route de Tanarive - Tuléar) qui nous aidons aussi régulièrement. Sœur Monique et Sœur Clarisse assurent la bonne marche du centre (15 à 40 consultations) par jour). Les MST sont en recrudescence car l’exploitation des mines de saphir à Ilakaka a engendré misère et prostitution. Dans l’après-midi, une visite à l’école, puis au collège s’impose. Sœur Geneviève en assure la direction : lourde charge, près de 1000 enfants à encadrer. C’est aussi l’occasion de rencontrer Elodie, enseignante coopérante au collège, pleine d’enthousiasme malgré les difficultés qui ne manquent pas, M. Fred enseignant, bibliothécaire passionné et passionnant, heureux de nous montrer les rayonnages garnis de livres, de manuels scolaires, dictionnaire donnés par l’Entraide. Bientôt la bibliothèque réservée aux élèves sera ouverte aux adultes. Quelle joie de constater que tout ce qui est donné est pleinement utilisé ! Avant de repartir, Sœur Monique nous fait rencontrer le groupe de scouts (79 filles de 6 à 18 ans) qu’elle encadre 1 fois par semaine. La journée se termine dans une liesse populaire car les élections municipales donnent lieu à des débordements sans pareil et à de véritables fêtes. Nous multiplions les visites toutes dignes d’intérêts. Les plus importants sont : Miary : dispensaire tenu par Sœur Marthe. Le lait est épuisé depuis juillet 2007 remplacé par de la poudre de maïs de soja. Le lait a été donné en priorité aux femmes tuberculeuses qui allaitent, aux jumeaux, triplés. En cas de déshydratation sévère les enfants sont

Habitante du quartier pauvre de Tulear

46


M A D A G A S C A R • coût de la construction d’une école = 8.500 € (2 salles de classe 30m² + case instituteur + tables + bancs) avec participation des parents à la construction (pierre, terre des termitières). Père Daniel nous rappelle que les aides et les réalisations doivent être adaptées et correspondrent aux besoins locaux. Il faut privilégier les actions des petites ONG qui débouchent sur des résultats encourageants et étonnants. Après cette conversation si passionnante nous ferons une visite aux Sœurs Carmélites à qui nous rendons visite chaque année et qui nous accueille si chaleureusement.

• dîner à la Sablonière, dernier repas la Communauté des Sœurs de Sainte Thérèse. Sœur Nicole remercie chaleureusement l’Entraide. Dimanche 16 décembre Départ pour Tananarive en avion. Nous passerons l’après-midi avec Lucie enseignante au collège Sainte Famille qui gère un centre d’enfants et de femmes abandonnées. Elles vivent de leur travail : de remarquables broderies que nous ne manquerons pas d’acheter. Nous avons parlé, écouté échangé, vécu des temps très forts nous permettant de mieux comprendre la réalité complexe de ce pays si attachant. Notre cœur s’est enrichi de rencontres chaleureuses. Le pays bien fragile reste dans une logique d’aide d’urgence. Pourtant, nous avons la certitude que des actions dynamiques et efficaces se sont mises en route, soutenues par des Congrégations, ONG, écoles et pourront faire progresser le pays en lui permettant d’accéder à sa propre autonomie.

Vendredi 14 décembre Une dernière livraison pour les Sœurs de Saint Paul de Chartres. A 12h nous sommes conviés à une petite fête au centre de promotion, que de gentillesse ! Les festivités continuent et nous partageons le repas de midi avec les Sœurs de la Communauté d’Androvakaly. Rires et bonne humeur sont au rendez-vous. Bien évidemment, le repas est succulent.

Nous remercions les maisons agro-alimentaires Nestlé, BN, Andros, les bénévoles de Meythet et de Cluses, les Congrégations religieuses, les donateurs anonymes sans qui ce voyage n’aurait pu être possible.

Dans l’après-midi, nous nous rendons au port. Nous vous faisons part de notre rencontre avec Anita. Dotée d’une forte personnalité, installée à Tuléar depuis 13 ans, Anita et à la tête d’une société portuaire (qui est aussi un intermédiaire pour nos containers) et mène d’une main de maître ses entreprises (hôtels, bureaux, bar, etc..) Son analyse terriblement réaliste doublée de pessimisme nous interpelle. Le port de Tuléar connaît des jours difficiles, son activité est fortement en baisse. Il ne reste plus qu’un transporteur qui assure le fret et qui impose des délais extrêmement longs d’où le retard de notre 2ème container. Elle nous enjoint d’adresser une lettre de réclamation circonstanciée au transitaire car le container de lait parti en septembre n’est pas arrivé dans les délais prévus. Samedi 15 décembre Notre dernière journée à Tuléar s’annonce très chargée : • repas avec Père Albert avec les novices des Pères Assomptionnistes • accueil des Sœurs Clarisses venues chercher les colis et ballots que nous transportions dans notre container, destinés à la fondation d’un monastère près de Tananarive • fête au centre de re-nutrition avec les enfants qui nous offrent un joli spectacle ainsi que de beaux cadeaux confectionnés avec du matériel de récupération (merci Sœur Marie-Jo). Poupées, billes, bonbons sont distribués pour la plus grande joie des enfants. • goûter avec les novices à Jerricho qui nous ont préparé une bonne collation

Sœur Marie Jo - « La reine du bricolage »

« CHAQUE FOIS QUE VOUS L’AVEZ FAIT A L’UN DE CES PLUS PETITS, QUI SONT MES FRERES, C’EST A MOI QUE VOUS L’AVEZ FAIT » Mt 25-40

47


U K R A I N E 33ème CONVOI HUMANITAIRE EN UKRAINE - MAI 2008 KIEV - Ville de 3 millions d’habitants Berceau de l’orthodoxie chrétienne Départ de Cluses, le 21 mai 2008 à destination de Kiev (Kyïv ou Knïb) en Ukraine avec deux semiremorques chargées de secours pour apporter un soutien matériel à la partie de la population la plus nécessiteuse de ce pays qui s’ouvre tout juste et avec difficultés, à la modernité européenne. Le trajet se déroule sans encombre si ce n’est le passage à la douane entre la Pologne (CEE) et l’Ukraine (Ex-soviétique) qui nous immobilise 13 heures durant, après avoir remonté, « Humanitaires » autorisés, une file de 16 km de camions en attente. L’arrivée, le dimanche en fin d’après-midi dans la capitale, se fait par un accueil des représentants des associations bénéficiaires autour de notre dévouée Denyse qui procédera à la distribution.

Départ le 21 mai 2008

Avec Denyse An Haack, nous retrouvons entre autres les responsables de l’Association « Protection des Enfants de Tchernobyl » (principal destinataire), sa Présidente Natalia Skopitch est représentée par Tatania Koniska, Frère Bruno, religieux français qui a créé « La Maison des Enfants » qui accueille les enfants des rues. Une nuit de repos dans la Maison des Enfants (les camions étant sous douane) et lundi ce sont les formalités assurées par les chauffeurs assistés par Denyse An Haack. C’est vers 16 h que le déchargement commence avec l’aide de très nombreux bénévoles ukrainiens motivés par les interventions de l’Entraide Internationale des Scouts de Cluses, et c’est vers 19 h 30 que s’achève, dans la bonne humeur et la fraternité ce travail.

Arrivée à Kiev - Le Dniepr - Les monastères

Juste un jour de repos pour récupérer des fatigues du voyage et déchargement, mais aussi pour une visite rapide de la ville ancienne, et mercredi 28, les camions reprennent la destination de Cluses pour 4 jours de route intense en traversant la France, l’Allemagne, la Pologne et l’Ukraine. Cette mission a été menée avec célérité et efficacité par Jean-Christophe et Patrick (les chauffeurs) accompagnés par Malek et Rémy. Natalia Skopitch, Présidente de l’association « Protection des Enfants de Tchernobyl » sise à Vichnieve, banlieue de Kiev, assure avec la participation active de Karitas Spes et l’Évêché, la répartition des dons aux destinataires finaux tel que le Carmel de Kiev, les Pères Carmes, l’hôpital de Vichniévé, le Centre des Sœurs de Mère Teresa, la paroisse catholique de Malines, l’association de Frère Bruno, des écoles et bien d’autres nécessiteux. Denyse An Haack, responsable du convoi est restée à Kiev pour assumer le dédouanement après que

Grande porte de Kiev

48


U K R A I N E

Tatiana Konitska, responsable des Enfants de Tchernobyl et son petit fils Sacha au bureau

St Vladimir dans la visite de Kiev, avec l’équipe Malek et Rémy sont nos accompagnateurs pour le convoi

Déchargement avec les familles des « Enfants de Tchernobyl »

Photo de groupe avec l’équipe du déchargement

Tatiana Konitska remercie la Société Nestlé pour les dons de chocolat

Tout le monde travaille avec entrain !

49


U K R A I N E toutes les marchandises aient été déchargées dans un dépôt à Vichnievé, sous le contrôle douanier. Les colis seront scrupuleusement contrôlées et identifiées par un numéro codé (vêtements, matériel médical : fauteuils roulants, fauteuils et matériel divers : lits, vélos, les produits alimentaires Nestlé seront analysés durant 2 à 3 semaines. Les diverses entreprises internationales ont une activité commerciale de plus en plus importante avec l’Ukraine et les douaniers ont une somme de travail considérable. Il faut intervenir à maintes reprises pour que nos papiers soient pris en considération. Tatiana Koniska, responsable de l’Organisation de la Protection des Enfants de Tchernobyl se rendra quotidiennement aux bureaux de douane ou autres instances ministérielles durant 3 semaines. Ces démarches sont interminables et fastidieuses. Il manque toujours un renseignement, et les fauteuils roulants doivent être qualifiés de matériel médical avec une autorisation spéciale du Ministère de la Santé pour pouvoir être donnés aux personnes âgées ou handicapées. Lorsque ma présence n’est pas indispensable dans ces démarches, j’effectue des visites aux diverses organisations humanitaires qui seront destinataires de notre aide : par exemple : l’orphelinat orthodoxe « Foi Espérance et Charité » de Korosten qui accueille plus de 60 enfants de 1 à 17 ans, la plupart âgés de 4 à 7 ans pour lesquels il y a une déficience familiale prouvée : absence de 1 ou 2 parents, soit morts ou en prison, problèmes économiques mettant en danger la santé des jeunes enfants. La Directrice, Elena effectue un travail d’accueil remarquable, aidant ces jeunes enfants à retrouver leur équilibre, leur joie de vivre. Les produits Nestlé (chocolat, Nutren) seront particulièrement bien reçus avec reconnaissance, ainsi qu’un carton de peintures et crayons de couleur offerts par une bienfaitrice. Notre aide demeure fidèle depuis plusieurs années.

Orphelinat de Kanasten avec la directrice Elena et Père Sergueï

La directrice Elena reçoit avec joie

À Maline, à 100 km de Kiev, et 50 km de Korosten se trouve une paroisse catholique qui accueille de nombreux jeunes. Nous avons apporté, à leur demande, vêtements, tentes de camping, vélos, car ce secteur agricole est très pauvre et les loisirs de ces jeunes très réduits. Le Père Igor, jeune prêtre dynamique, ne sait comment nous remercier. Je rends visite aux Sœurs de Mère Teresa, qui réussissent à s’occuper d’une centaine de familles très démunies, sur Kiev, à servir 100 à 150 repas les lundi, mercredi, vendredi aux indigents (qui comportent 15% de femmes et petits enfants) et même assurer, en continu, en les hébergeant chez elles, la désintoxication de 2 ou 3 alcooliques désirant abandonner l’alcool. Les 4 petites sœurs, albanaise, polonaise, ghanéenne et indienne nous émerveillent par leur joie et leur

Accueil à l’orphlinat « Foi, Espérance, Charité »

50


U K R A I N E

Repas à l’orphelinat

Orphelinat Kenostera. Réception des chocolats

Les femmes accueillies chez les Sœurs de Mère Térésa sont nombreuses

Nombreux sont les enfants abandonnés

Distribution aux Sœurs de Mère Térésa

51


U K R A I N E simplicité. Elles nous expriment leur reconnaissance pour toutes les marchandises que nous leur apportons : Nutren, chocolat Nestlé, vêtements, poussettes pour bébé, fauteuils pour handicapés, et aussi les médicaments. Nous portons à l’hôpital de Vichnievié des vêtements, des fauteuils roulants et les délicieux produits Nestlé si appréciés de tous les malades. Par l’intermédiaire de Karitas, organisation importante sur toute l’Ukraine, dirigée par l’Évêque Stanislas, ancien Franciscain, nous pouvons apporter de l’aide aux orphelinats d’enfants en bas âge, 2 maisons de personnes âgées et plusieurs centres d’aide sociale. C’est l’Évêque qui mettra à notre disposition un fourgon pour distribuer nos marchandises aux Pères Carmes, qui aident une centaine de familles et aux Sœurs du Carmel de Kiev. L’association Ukrteknobezbeka reçoit toujours de l’aide humanitaire pour les personnes âgées ou invalides de Kiev ou pour assumer des situations d’urgence. Notre aide s’est adressée aussi à la Mairie de Sophieska Berchiagnivka, proche de Vichnievé, qui compte de nombreuses familles pauvres ou malades, ayant été évacuées de Tchernobyl. Le service social pour personnes âgées et invalides de Boyarka remercie l’Entraide Internationale de tout le matériel médical reçu ainsi que pour les produits Nestlé. Deux associations pour personnes handicapées et orphelins viennent chaque année de Konotop, à 300 km, près de la frontière russe pour recevoir notre aide humanitaire et nous remercient chaleureusement. Cette association St Pantaileimon permet d’aider tous les handicapés de leur région.

Avec les Sœurs, Olga Kuzmitch notre interprète

Indigents accueillis à Kiev. Messe en souvenir d’une jeune sœur décédée

Cette année, la seule école française ukrainienne du Nord de Kiev a reçu 54 cartons de livres français, offerts par l’association Iroise-Ukraine de Bretagne. C’était un don précieux car les livres étrangers sont difficiles à trouver à Kiev. Cette énumération peut paraître fastidieuse à lire, mais dans le concret des six semaines passées à Kiev, toutes ces rencontres étaient très animées et révélaient les besoins réels de ces ukrainiens « laissés pour compte » dans un pays où certains s’enrichissent mais où beaucoup de familles peinent à gagner leur nourriture quotidienne. Je voudrais parler à nouveau de l’Association « BethMyriam » de Frère Bruno, qui recueille des enfants des rues et les aident à suivre une scolarité normale, en offrant à ceux qui ont une famille le repas de midi gratuit, dans un café-restaurant de Kiev et en aidant les autres à poursuivre des études supérieures ou une formation professionnelle. Cette association, créée par le Père Jean Bernard en 1992 a pour nom officiel « Le Triomphe du Cœur » et reçoit de l’aide du Père Rolf-

Ici, une jeune maman avec son enfant de 15 mois

52


U K R A I N E

L’équipe de Sophieska - Barchtehoguiv pour les familles démunies

Distribution au dépôt de Vichnovié

Orphelinat de Karitas à Jitomir sous la protection de l’Evêque Stanislas Les enfants de l’orphelinat de Karitas

53


U K R A I N E Philippe en Suisse et des Pays-Bas. L’accueil de Frère Bruno est très paternel et chaleureux. De plus, 1 fois par mois, il effectue une distribution de vivres aux familles des jeunes qu’il assiste. J’ai été présente à l’une de ces distributions. Durant les temps de vacances, les jeunes sont accompagnés en camping ou au bord de la mer noire en Crimée où ils possèdent une maison de vacances. Durant l’année scolaire, Frère Bruno emmène « ses enfants » faire des visites dans les villages de la campagne ukrainienne auprès de personnes très âgées et délaissées. La joie des jeunes, apportant friandise et vêtements comble de gratitude ces vieilles « babouchka » délaissées dans leurs pauvres isbas. La maison de Frère Bruno est ouverte à tout Français qui souhaiterait mieux connaître l’Ukraine et la belle ville historique de Kiev. Il serait bien nécessaire de poursuivre encore quelques années l’aide humanitaire à ce pays attachant, qui est en pleine évolution, mais qui rencontre encore de grandes difficultés pour assumer les problèmes économiques mais aussi sanitaires, du fait des conséquences de Tchernobyl.

Beth-Myriam, la grande maison qui accueille les enfants des rues

Un grand merci à tous les donateurs.

Igor, Andreï, Parlic ont un repas familial

Mère Marie de Jésus des Sœurs Clarisses à Mazamet, âgée de 90 ans à 68 ans de vie religieuse. Aidée des Sœurs de la Communauté et de bénévoles, elle participe activement au tri des médicaments et à la collecte du matériel médical destinés aux différentes missions de l’Entraide, particulièrement en Ukraine.

Distribution de vivres aux familles des anciens jeunes

L’Evêque avec un petit enfant, Bogdan

54


U K R A I N E

Distribution aux jeunes des rues accueillis à Beth-Myriam

Les vélos offerts par les scouts de Cluses permettront de faire des randonnées

55


U K R A I N E

Père Rolf-Philippe, prêtre des enfants des rues

Distribution de vivres aux familles

Même Sacha, 6 ans, donne un coup de main pour déhcarger !

Les enfants interprêtent un chant ukrainien pour nous remercier à l’orphelinat Foi et Joie

56


R O U M A N I E AOÛT 2008

Après 15 jours d’intense préparation des colis, c’est le lundi 4 août que 2 camions partent pour la Roumanie avec une équipe de bénévoles : 2 chauffeurs, Jérôme et Patrick ainsi que Marie Antonine, Tonin, Amélie, Marie-Céline et Audrey. Via l’Italie, l’Autriche et la Hongrie, nous atteignons la frontière roumaine à Nadlac, le mercredi 6 août en fin d’après-midi malgré les impondérables d’une aussi longue route. L’entrée dans le pays se fait rapidement. En effet, l’entrée de la Roumanie dans l’Union européenne (depuis janvier 2007) permet la libre circulation des personnes et des marchandises. Toutefois, nous devons quand même effectuer des formalités de dédouanement puisqu’une partie de la marchandise acheminée provient de Suisse. Dana, Présidente de l’Association du Docteur Mihai Stoian s’affère depuis mercredi matin à la douane pour avancer les formalités qui comme toujours sont longues.

L’équipe des Scouts au départ

Lors de notre arrivée, la douane est fermée. En plus d’un décalage horaire de plus d’une heure par rapport à Cluses, la douane ferme à 16h. nous laissons donc les 2 camions à ARAD et rejoignons Dana à Ineu, petite ville à 50 km. À travers cette grande plaine qui sépare les 2 villes, nous découvrons d’immense champ agricole, culture de fraises. Le temps des formalités, nous serons hébergés au lycée d’Ineu et bien accueillis par les membres de l’Association : Dana et son époux, Maria, Livin…

Ce mode de locomotion est encore bien utilisé dans la campagne roumaine

La journée de jeudi est consacrée au dédouanement. C’est avec patience que nous passons la journée en douane. Dana et Amélie, quant à elle, se rendent au service vétérinaire pour attendre l’autorisation nécessaire pour le Nestlé. Après 3 heures de discussion et l’arrivée d’un fax de France confirmant la qualité du lait, la situation avance. Nous retournons à la douane, accompagné du médecin vétérinaire qui demande à voir la marchandise. Après de nouvelles discussions entre Dana, le vétérinaire, les douaniers, tout semble avancer ! mais il est déjà 16h et les douaniers rentrent chez eux. Il nous faudra revenir vendredi matin. C’est aux alentours de 15h le vendredi qui nous sortons de la douane pour nous rendre à Ineu pour le déchargement puis nous prendrons la route pour la suite du périple. Le convoi se sépare vendredi soir. Le camion de Jérôme doit se rendre au garage pour changer l’embrayage. Nous le retrouverons à Stanceni dès que possible si tout va bien.

Maison des Sœurs de la Croix à Lespezi

Déchargement à Jneu

57


R O U M A N I E L’équipe part donc avec le 2ème camion en direction de la région moldave pour retrouver : • l’association Espoir Roumanie à Turga Ocna, • les Sœurs de la Croix à Lespezi, • le Père Cucuteanu à Damienesti, • les Sœurs de Notre Dame de Sion à Sabaoni, • la paroisse d’Horlesti, vers Iasi. Turga Ocna est une petite ville, l’association présidée par Argelia Lederman aide les orphelins ainsi que l’Hôpital accueillant des personnes handicapées. Les Sœurs de la Croix sont implantées en Roumanie depuis 1990. Elles sont actuellement 6, deux Françaises, 2 Roumaines, 2 Indous, réparties dans 3 communautés. Elles participent à Lespezi à la vie du village, aide la population en difficultés. Sœur Agnès donne des cours de d’anglais à l’école. Un dispensaire est en construction à côté de leur maison. Des contacts sont pris avec le médecin dans la perspective des prochains convois.

Déchargement à Jneu Les enfant sont heureux de nous aider

À Diamenesti, le Père Cucuteanu nous attend avec impatience. À la fin de la messe, il nous demande de le rejoindre vers l’autel afin de nous présenter aux paroissiens. Cela fait 2 ans qu’il est dans ce village et déjà il pense faire une salle pour les jeunes. À Sabaoni, les Sœurs de Notre Dame de Sion ont une garderie et une école maternelle. Elles sont 2 sœurs. Le village est le seul de la région à être entièrement catholique. Il y a 3000 familles et environ 12.000 personnes et 5 églises, plus majestueuses les unes que les autres. Lors du déchargement, les enfants du village viennent nous aider et tout se fait dans la bonne humeur. À la fin, une distribution de biscuits BN a lieu pour les remercier.

Le groupe de l’Entraide avec les Sœurs de la Croix - Lespezi

Horlesti est un petit village à l’Est de Iasi. Pour s’y rendre, il faut suivre une petite route de campagne sur 20 km puis prendre une piste non goudronnée sur 10km. Là, nous rencontrons le Père Dominique qui a été nommé en septembre 2007. En plus de l’activité paroissiale, le Père s’occupe des malades, aide les enfants pour la scolarité.

Les enfants reçoivent un bon goûter après la sieste

Lundi 11 août, nous reprenons la route en direction de Stanceni à 250 km pour rejoindre Jérôme qui après la réparation s’est rendu au Carmel et a commencé le déchargement. Il nous faudra 8 heures de route pour rejoindre Stanceni. Bien sûr, l’état des routes roumaines s’est amélioré, surtout les grands axes, mais le réseau secondaire reste précaire. Toutefois nous traversons de magnifiques paysages, plaines, montagnes, barrages… Nous retrouvons Mère Eliane au Carmel de Stanceni. Celle-ci nous explique le choix du Rite byzantin nommé « Greco-catholique » permettant aux Sœurs de se rapprocher de la population à majorité orthodoxe et ne pas marquer de différence. Grâce à un

Mère Eliane - Carmel de Stanceni

58


R O U M A N I E

Les enfants ne sont pas oubliés au Carmel de Stanceni

Carmel de Stanceni

L’équipe des Scouts avec le Père Cucuteanu et Sœur Christina

Sœur de Notre Dame de Sion

Les 1ers communiants de la paroisse de Diamenesti

Une Sœur participe au déchargement

Nanou distribue des BN aux enfant

Les enfants de Sabaoni aident au déchargement chez les Sœurs de Notre Dame de Sion

59


R O U M A N I E villageois, le déchargement s’est fait rapidement. En effet, le camion peut atteindre le Carmel. Il y a un pont en bois et 3 km de piste que nous ne pouvons faire en camion. Nous reprenons la route lundi soir, l’équipe est au complet pour rejoindre le Père Angel à Baïa Mare. Ce déchargement nous donne l’occasion de revoir les scouts qui sont venus à Cluses pour le camp international des Scouts en juillet 2008. Puis nous partons en direction de Siguetu Marmatei où Doina, laborantine au service de pédiatrie nous attend. Celle-ci nous explique que depuis les dernières élections municipales, la direction de l’hôpital va changer et veut fermer le service. Pour cela, nous déchargerons chez les Sœurs Bénédictines de la Charité. Là, Mère Bianca reste abasourdie par la quantité de cartons que nous lui apportons. Bien sûr, une grande partie ira à la pédiatrie et une petite partie restera pour les Sœurs. Le déchargement se fait avec l’aide des enfants. De plus, nous pourrons distribuer des biscuits BN et de la confiture aux petits après leur sieste. En effet, les Sœurs ont à charge une garderie qui accueille 50 enfants. Il y a également des adolescents. C’est après ce partage avec les enfants qui nous interprètent des chants pour nous remercier que nous reprenons la route du retour vers la France.

Déchargement chez les Sœurs Bénédictines de la Charité à Sigetu Marmataï

Cette année encore, toutes les rencontres faites ont été très enrichissantes, nous montrant que des personnes œuvrent pour aider les plus pauvres dans leur pays. Un grand merci à toutes ces personnes qui nous ont accueillis et offert l’hospitalité pendant cette aventure. Un grand merci également à tous ceux qui ont œuvré, quelques fois dans l’ombre, pour que ce convoi se réalise.

Grâce à l’aide des enfants, le camion est bientôt vide

La Roumanie a encore besoin d’aide. Nous poursuivrons nos missions d’aide aux personnes démunies.

Les jeunes nous aident.

Mission accomplie, les camions rentrent à Cluses

60


B U L G A R I E LA ROUTE DE LA SOLIDARITÉ

Sofia, une des directions des équipes de l'Entraide Internationale deux fois par an depuis 1991 ! Patrick et Rémy sont chargés d’acheminer plus de 20 tonnes de vivres et des produits divers (matériel médical, médicaments, fournitures scolaires, alimentation). Le convoi est parti le 23 juillet en direction de Sofia. Rien d'identique sur la situation d'un pays qui sortait en 1991 de 50 années de vie dure, à la Bulgarie qui est devenu au matin du 1er janvier 2007 le 27ème membre de l'Union Européenne ! Et pourtant en 18 ans, rien n'a changé dans l'extraordinaire amitié qui lie les Scouts de Cluses aux différentes communautés religieuses ou institutions pour enfants… bien au contraire, cette relation solide se renforce séjour après séjour.

Arrivée du camion dans le village de Pokrovan

1991, les Scouts découvrent la petite communauté catholique bulgare, et en particulier, la communauté uniate, qui découvre depuis à peine quelques mois la liberté d'expression de sa Foi. Les Scouts découvrent alors des communautés extraordinaires par leur vitalité : le Carmel du Saint Esprit la communauté des Sœurs Eucharistines - la paroisse de Lullin à Sofia. De fortes personnalités portent ces communautés : Monseigneur Statiev, alors Exarque Apostolique (décédé en 2006), Mère Blagena, alors supérieure du Carmel (décédée en 2000), Sœur Agnès, Supérieure des Eucharistines. Monseigneur Stratiev et Mère Blagena ont tous deux vécus la dureté du régime dans les années 50.

Déchargement au Carmel du Saint-Esprit à Sofia

Jusqu'en 1998, les Scouts ne déchargeront l'aide humanitaire qu'à Sofia, celle-ci étant ensuite acheminée à travers le pays par les équipes bulgares. Depuis 1999, chaque été, les Scouts rayonnent d'Ouest en Est, de communautés religieuses en orphelinats et hôpitaux. De nombreux soutiens extérieurs sont venus renforcer l'action caritative de l'Église catholique bulgare depuis les années '90 : les Sœurs de Mère Térésa présentes à Plovdiv (2ème ville bulgare située au centre du pays) et Varna (Mer Noire), ou la communauté des Pères Salésiens présente depuis 1993 à Kazanlak, et depuis à Iambol, Gabrovo et Stara Zagora. Caritas s'est développé, et son action est vaste (des personnes handicapées, à la prévention du sida, ou la création d'une restauration au village de Pokrovan, à la frontière greco-turque.

Déchargement au monastère des Sœurs Eucharistines à Sofia

61


B U L G A R I E De même, la merveilleuse initiative de Lucie qui s'investit dans l'insertion des Mères célibataires avec son atelier dans la Maison de la Vie ! Les Scouts parcourent la Bulgarie, avec persévérance et enthousiasme, cour et dynamisme, avec comme mission le partage et la prière. Cette dynamique fonctionne depuis 1991 au même régime, et dans le même esprit. Les équipes de jeunes volontaires (Scouts et d'autres horizons) se relaient pour porter témoignage, mais aussi, leçon de cette expérience bulgare, recevoir, et souvent au centuple. La troupe est attendue avec impatience pour les fêtes de fin d'année… transmettant avec énergie sa joie et son enthousiasme à un public différent (Orphelins, malades en hôpital, personnes âgées…), mais toujours particulièrement réceptif.

Notre public au village de Pokrovan. Le spectacle est attendu par tous !

Monseigneur Proykov, exarque apostolique, soutient l'ensemble de l'action des Scouts de Cluses - les Sœurs Eucharistines, autour de leur Supérieure, Sœur Maximilienne, sont au centre de la logistique (Réception de l'aide, dispatching à travers le pays en fonction des besoins…). Les Scouts acheminent des médicaments si nécessaires au fonctionnement de leur centre médical à Sofia.

Accueil chez les sœurs de Pokrovan

« Revenez !» lancent en chœur nos amis bulgares avant chaque départ. La promesse est tenue depuis le tout premier convoi… et depuis, 34 équipes se sont relayées pour maintenir la flamme de la Solidarité dans ce pays si attachant par son accueil, son sens de l'Autre, sa tradition chrétienne.

Animation chez les sœurs de Mère Teresa à Plovdiv

Comment ne pas souligner l'importance des dons. • Merci à Nestlé pour son soutien sans faille ; • et merci à Andros et à l'ensemble des entreprises qui soutiennent l'Entraide • Merci aux équipes Saint Martin, aux équipes de tris de médicaments (les médicaments acheminés sauvent des vies en Bulgarie !) • Merci à vous tous qui soutenez par vos dons, votre prière, cet élan de solidarité ! Les chemins de solidarité passent par Sofia… 62


B U L G A R I E

A l’orphelinat des enfants orphelins handicapés

Transmettre la joie

Regard complice avec ce petit orphelin handicapé

Même les spectateurs participent !

Animation au service des enfants leucémiques

Sourires d’enfants

A l’hôpital, visite à un adolescent souffrant de leucémie

Le groupe et les sœurs Eucharistines à Sofia

63


B U L G A R I E

Déchargement à l’orphelinat de Bradzigovo

Romain en monocycle

En orphelinat

Sœurs Bernadette et sœurs Vassolia au village de Pokvovan

64

Orphelinat de Bradzigovo


GRANDE ENTREPRISE DES SCOUTS DE LA RÉGION DE CLUSES DU 6 AU 21 JUILLET 2008 à ARPY (Val d’Aoste)

et VILLANEVA DE SIGENA (Espagne)

SCOUTISME = ÉCOLE DE LA VIE Très enthousiaste, la troupe de plus de 110 jeunes s’élance en ce Dimanche 6 juillet dans la grande aventure de l’entreprise 2008. Malgré la grosse pluie, dès Chamonix, les scouts rejoignent à ARPY (1.800m) l’équipe secours qui, partie la veille a fait tout le déchargement du bois et du gros matériel. Quelle aubaine ! Une accalmie nous permet de monter les tentes. Sitôt installées à la va-vite, une forte pluie revient. Grâce aux bonnes prévisions de la météo de CHAM (merci à Denis, notre professionnel, ancien scout, CP, routier, intendant et co-responsable actuellement de la section RANDO), le planning de la semaine pourra correspondre aux périodes de beau temps. Nos invités scouts roumains, burkinabés et libanais sont bien vite dans le coup. Nos prêtres sont le Père Jean Guy prêtre burkinabé ordonné l’année dernière, et le Père Pierre, libanais maronite. Le Père Michel n’a pas pu revenir cette année, nous lui souhaitons un prompt rétablissement. Les CP et seconds ont bien préparé leur patrouille et la tentaine des routiers se donne au mieux. À signaler cette année, des installations de table assez réussies avec des toits largement appréciés lors des repas arrosés plus d’une fois par Madame la pluie ! Après les raids de patrouille toujours attendus par les jeunes, l’heure des olympiades arrive. Passage obligé et noté de chaque patrouille sur les ateliers : parcours du combattant avec traversée de torrent, concours d’épluchage de pommes de terre, connaissance chrétienne, secourisme, jeu d’observation, confection du nœud de foulard, froissartage, jeu d’adresse. Vient le temps de l’expédition en montagne. Après concertation, notre destination ne disposant pas de bergerie ou refuge sur son parcours, nous décidons de tout faire en une journée pour éviter le bivouac à la belle étoile, à cause du vent glacial. La troupe est très bien montée. Bravo à tous. Les burkinabés touchaient la neige pour la 1ère fois. Après une bonne nuit réparatrice, le programme de la fête du dimanche ayant pour thème « SAINT PAUL » se mettait en place peu à peu. Le lendemain soir, nos 10 scouts candidats à la promesse se préparaient à cet engagement solennel. Finalement, devant les caprices du ciel, nous faisons la répétition générale à MORGEX dans la salle paroissiale si gentiment prêtée par le curé. Nous attendons le dernier moment dimanche matin pour prendre la décision avec regret de faire toute la fête à MORGEX et non au camp. Dommage en effet, car les parents ne verront pas beaucoup le camp, les coins de patrouilles avec les astuces, l’autel des

En avant pour le sommet

La joie au sommet

On s’active pendant l’accalmie

Concept en « 3 en 1 » table, abri et tente isolée

65


GRANDE ENTREPRISE DES SCOUTS DE LA RÉGION DE CLUSES

Début de veillée

Fin de veillée, dernier chant autour du feu de camp

Coupe des arbres

L’entrée du camp

Chantier jardinage. Fin de récolte des pommes de terre

Une entrée de coin de patrouille

66


GRANDE ENTREPRISE DES SCOUTS DE LA RÉGION DE CLUSES

Préparation de la rénovation d’un portail

La tranchée à son début

La tranchée (suite) Maçonnerie côté cloître

Mise en place du câble d’alimentation électrique du Monastère

Chantier deboisage

Chantier maçonnerie côté cloître au dessus d’une arcade

67


GRANDE ENTREPRISE DES SCOUTS DE LA RÉGION DE CLUSES libanais et leur magnifique St Paul sur son cheval magnifiquement découpé dans le bois. La Messe concélébrée par le Père Jean Guy, le Père Pierre, et le Père Gilbert (de retour du camp des Guides) a été très suivie notamment avec les chants des scouts. Le soir, nos 3 chauffeurs dévoués, Jean-Pierre M., JeanPierre D. et Louis, nous embarquent tous avec 2 cars pour l’Espagne. C’est bien la 1ère fois que les scouts font leur camp chantier dans ce pays. Nous rejoignons VILLANUEVA DE SIGENA, situé à 235 km de BARCELONE et 130 km de SARAGOSSE. Un petit bain au passage dans la Méditerranée nous aide à faire la transition climatique. Le lundi à 16 h, nous étions arrivés à destination : le Monastère des Sœurs de Bethléem. L’accueil des sœurs est très touchant. Un rafraîchissement et une petite pâtisserie espagnole nous sont offerts à l’ombre sous une tonnelle. Les moustiques et pucerons sont bien au rendez-vous comme prévu. L’attaque de ces cruels insectes est telle que nous acceptons bien volontiers la solution bis pour coucher au frais, dans la partie du XIIème siècle du monastère, à savoir sous les voûtes du dortoir de l’époque.

Chantier maçonnerie côté transport

Les divers points du chantier sont alors visités avec une sœur : avec nous, une bonne équipe de gens de métiers, des anciens scouts, sont venus pour diriger les différents chantiers : • en maçonnerie : une quinzaine de voûtes du cloître à couler, • en électricité : une tranchée de 100 m de long pour enterrer les gros câbles d’alimentation après les avoir mis sous gaine, • en lavage de surface : le décrassage du mur de 7 m de haut de la chapelle, • en jardinage : du défrichage et de l’arrachage de pommes de terre et différents légumes, • en abattage d’arbres : à l’intérieur de la clôture, une quinzaine d’arbres de 12 m de haut.

Chantier nettoyage délicat

Les scouts ont trouvé la joie de servir. Les patrouilles ont pu tourner sur les différents chantiers de façon à ce que ce ne soit pas toujours les mêmes qui travaillent en plein soleil. De plus, les jeunes ont pu bénéficier avec les professionnels du bâtiment d’une initiation à ces métiers. Plusieurs sœurs accompagnaient les scouts sur les chantiers et leur gentillesse en a touché plus d’un. La veille du départ, après une paella géante et des gâteaux succulents offerts par la communauté, chaque jeune recevait une lettre de remerciement à son propre nom. La Messe avec toutes les Sœurs a été très touchante et leurs très beaux chants resteront inoubliables. Oui, le chantier a été réussi. Bravo les Scouts. Pour nous remercier, Sœur Hallel, Sœur Annick et Sœur CielMiriam ont demandé à Helena, la parente de l’une d’entre elle, de nous faire visiter BARCELONE : la belle église de TIBIDABO qui domine, la cathédrale de la

Le Père Jean-Guy du Burkina et le Père Pierre du Liban célébrant la messe

68


GRANDE ENTREPRISE DES SCOUTS DE LA RÉGION DE CLUSES Sagrada Familia (le sacrifice de la Sainte Famille) de l’architecte catalan Antoni GAUDI, la fontaine magique de MONTJUIC, le quartier ancien LAS RAMBLAS. Toujours grâce à Sœur Hallel, nous dormons dans une école des Frères Salésiens, au Nord de BARCELONE, avec une belle plage à 200 m. C’est ici que nous aurons aussi une très belle messe du camp : la chapelle de l’école nous rassemble pour rendre grâce de tout ce que nous avons vécu pendant ce camp et soutenir notre engagement scout pour l’année qui vient. Les « 10 PROMESSES » sont mises à l’honneur au premier rang à la fin de la messe. L’émotion est intense et vraie. Oui, notre engagement scout continuera même si c’est difficile car il vaut la peine d’être vécu.

Soirée festive et un dessert par chantier

Tenons bon. À cœur vaillant, rien d’impossible ! RENDEZ-VOUS A LA SALETTE le week-end du 23 et 24 août 2008 pour se mettre sous la protection de Notre Dame de la Salette pour la nouvelle rentrée. RENDEZ-VOUS les DIMANCHE 31 AOÛT, 7 14 - 21 SEPTEMBRE pour le grand ramassage de la Saint-Martin. RENDEZ-VOUS LES DIMANCHES 5 - 12 - 19 et 26 OCTOBRE 2008 - TOUS PRÊTS pour le Grand Marché aux Puces Géant organisé par l’Entraide Internationale des Scouts de la région de Cluses.

La messe dans l’ancien dortoir du XIIe siècle

Antoine

Chant de la promesse par les nouveaux promettants

La troupe devant l’entrée de l’église du XIIe siècle Quartier libre à Barcelone

69


AVEC LA FORCE DE L’AMOUR, LES JEUNES RENOUVELLENT LE MONDE DE L’EGLISE Homélie du Saint-Père au cours de la Messe à l’hippodrome de Randwick

Dans la matinée du dimanche 20 juillet 2008, le Pape Benoît XVI a célébré la Messe pour le XXIIIe Journée mondiale de la Jeunesse dans l’hippodrome de Randwick, à Sydney. Au cours de la célébration, le Pape a administré le Sacrement de la Confirmation à 24 jeunes confirmands. Nous publions ci-dessous l’homélie prononcée par le Saint-Père : Chers amis, « Vous allez recevoir une force, celle du SaintEsprit qui viendra sur vous » (ac 1,8). Nous avons vu cette promesse réalisée ! Comme nous venons de l’entendre dans la première Lecture, le jour de la Pentecôte, le Seigneur ressuscité, assis à la droite du Père, a envoyé l’Esprit sur les disciplines réunies au Cénacle. Par la force de cet Esprit, Pierre et les Apôtres sont partis pour prêcher l’Évangile jusqu’aux extrémités de la terre. À tout âge et en toute langue, l’Église continue de proclamer dans le monde entier les merveilles de Dieu et appelle toutes les nations et tous les peuples à accueillir la foi, l’espérance et la nouvelle vie dans le Christ. Ces jours-ci, je suis venu moi aussi, en tant que Successeur de Saint Pierre, sur cette magnifique terre de l’Australie. Mes jeunes frères et sœurs, je suis venu pour vous confirmer dans la foi et pour ouvrir vos cœurs au pouvoir de l’Esprit du Christ et à la richesse de ses dons. Je prie pour que cette grande assemblée, qui unit des jeunes « de toutes les nations qui sont sous le ciel » (ac 2,5), devienne un nouveau Cénacle. Puisse le feu de l’amour de Dieu descendre pour remplir vos cœurs, pour vous unir toujours plus au Seigneur et à son Église et vous envoyer, comme une nouvelle génération d’Apôtres, pour porter le monde au Christ ! « Vous allez recevoir une force, celle du Saint-Esprit qui viendra sur vous » (ac 1,8). Ces paroles du Seigneur ressuscité ont une signification particulière pour les jeunes qui seront confirmés, marqués par le don de l’Esprit Saint, au cours de cette Messe. Mais ces paroles sont aussi adressées à chacun d’entre nous, à tous ceux qui ont reçu de l’Esprit le don de la réconciliation et de la vie nouvelle au Baptême, qui l’ont accueilli dans leur

guide à la Confirmation et qui, chaque jour, grandissent dans ses dons de grâce par la Sainte Eucharistie. En effet, à chaque Messe, l’Esprit Saint, invoqué par la prière solennelle de l’Église, descend de nouveau non seulement pour transformer nos offrandes, le pain et le vin, dans le Corps et le Sang du Seigneur, mais aussi pour transformer nos vies, pour faire de nous, par sa puissance, « un seul corps et un seul esprit dans le Christ ». Mais quel est donc ce « pouvoir de l’Esprit Saint ? C’est le pouvoir de la vie de Dieu ! C’est le pouvoir de l’Esprit lui-même qui se répandit sur les eaux à l’aube de la création et qui, dans la plénitude des temps, releva Jésus de la mort. C’est le pouvoir qui nous conduit nous et le monde vers l’avènement du Royaume de Dieu. Dans l’Évangile d’aujourd’hui, Jésus annonce qu’une nouvelle ère a commencé, dans laquelle l’Esprit Saint sera répandu sur l’humanité entière (cf. Lc 4,21). Jésus luimême, conçu de l’Esprit Saint et né de la Vierge Marie, est venu parmi nous pour nous donner cet Esprit. Comme source de notre vie nouvelle dans le Christ, l’Esprit Saint est aussi, d’une manière très réelle, l’âme de l’Église, l’amour qui nous lie au Seigneur et les uns aux autres, et la lumière qui ouvre nos yeux pour voir les merveilles de la grâce de Dieu autour de nous. Ici, en Australie, ce « Grand Sud de l’Esprit Saint », nous avons tous expérimenté de manière inoubliable la présence et la puissance de l’Esprit dans la beauté de la nature. Nos yeux se sont ouverts pour voir le monde autour de nous tel qu’il est vraiment : « plein de la grandeur de Dieu » comme dit le poète, rempli de la gloire de son amour créateur. Ici aussi, dans cette grande assemblée de jeunes chrétiens venant du monde entier, nous avons fait la vive expérience de la présence et de la puissance de l’Esprit dans la vie de l’Église. Nous avons vu l’Église telle qu’elle est réellement : le Corps du Christ, vivante communauté d’amour, comprenant des personnes de toute race, nation et langue, de tout temps et tout lieu, dans l’unité née de notre foi dans le Seigneur ressuscité.

70


AVEC LA FORCE DE L’AMOUR, LES JEUNES RENOUVELLENT LE MONDE DE L’EGLISE La puissance de l’Esprit ne cesse jamais de remplir l’Église de vie ! À travers la grâce des Sacrements de l’Église, cette force pénètre profondément en nous, comme une rivière souterraine qui nourrit l’esprit et nous attire toujours plus près de la source de notre vraie vie, qui est le Christ, Saint Ignace d’Antioche, qui est mort martyr à Rome, au début du deuxième siècle, nous a laissé une description splendide de la puissance de l’Esprit qui demeure en nous. Il parle de l’Esprit comme d’une fontaine d’eau vive qui jaillit dans son cœur et murmure : « Viens, viens au Père !» (cf. Rm 6,1-9). Cependant, cette force, la grâce de l’Esprit, n’est pas quelque chose que nous pouvons mériter ou acquérir, mais nous pouvons seulement la recevoir comme un don. L’amour de Dieu peut répandre sa puissance uniquement quand nous lui permettons de nous transformer intérieurement. Nous devons lui permettre de traverser la dure carapace de notre indifférence, de notre lassitude spirituelle, de notre conformisme aveugle à l’esprit de notre temps. Alors seulement nous pouvons lui permettre d’enflammer notre imagination et de façonner nos désirs les plus profonds. Voilà pourquoi la prière est si importante : la prière quotidienne, la prière personnelle, dans le silence de notre cœur et devant le Saint Sacrement ainsi que la prière liturgique en Église. Elle est réceptivité pure de la grâce de Dieu, amour en acte, communion avec l’Esprit qui demeure en nous et nous conduit, à travers Jésus, dans l’Église, à notre Père céleste. Par la puissance de son Esprit, Jésus est toujours présent en nous, attendant tranquillement que nous nous mettions en silence à côté de Lui pour écouter sa voix, demeurer dans son amour et recevoir la « force qui vient d’en-haut », force qui nous rend capables d’être sel et lumière pour notre monde. Lors de son Ascension, le Seigneur ressuscité, dit à ses disciples : « vous serez mes témoins… jusqu’aux extrémités de la terre » (ac 1,8). Ici, en Australie, remercions le Seigneur du don de sa foi, qui nous a été offert comme un trésor transmis de génération en génération dans la communion de l’Église. Ici, en Océanie, remercions de façon particulière tous les héroïques missionnaires, les prêtres et religieux dévoués, les parents et grands-parents chrétiens, les maîtres et les catéchistes qui ont édifié l’Église sur ces terres ; les témoins, comme la Bienheureuse Mary MacKillop, saint Pierre Chanel, le Bienheureux Peter To Rot et beaucoup d’autres ! La puissance de l’Esprit, révélée à travers leurs vies, est encore à l’œuvre dans les œuvres de bienfaisance qu’ils ont laissées, dans la société qu’ils ont façonnée et qui, à présent, vous est confiée. Chers jeunes, permettez-moi de vous poser une question. Que laisserez-vous à la prochaine génération ? Bâtissez-vous vos existences sur des fondements solides, construisez-vous quelque chose de durable ? Vivez-vous vos vies de telle sorte que vous faites place à l’Esprit au milieu d’un monde qui veut oublier Dieu, ou même le rejeter au nom d’un concept erroné de

liberté ? Comment utilisez-vous les dons qui vous ont été faits, la « force » que l’Esprit Saint, aujourd’hui encore, est prêt à répandre sur vous ? Quel héritage laissez-vous aux jeunes qui viendront après vous ? Comment vous distinguez-vous ? La puissance de l’Esprit Saint ne nous éclaire ni ne nous console seulement. Elle nous oriente aussi vers l’avenir, vers l’avènement du Royaume de Dieu. Quelle magnifique vision d’une humanité rachetée et renouvelée entrevoyons-nous dans la nouvelle ère promise par l’Évangile d’aujourd’hui ! Saint Luc nous dit que Jésus Christ est la réalisation de toutes les promesses de Dieu, le Messie qui possède en plénitude l’Esprit Saint pour le communiquer à l’humanité tout entière. L’effusion de l’Esprit du Christ sur l’humanité est un gage d’espérance et de libération vis-à-vis de tout ce qui nous appauvrit. Elle redonne la vue à l’aveugle, elle libère les opprimés, et crée l’unité dans et à travers la diversité (cf. Lc 4, 18-19, Is 61, 1-2). Cette force peut créer un monde nouveau : elle peut « renouveler la face de la terre » (cf. Ps 104, 30) ! Fortifiée par l’Esprit et s’inspirant d’une riche vision de foi, une nouvelle génération de chrétiens est appelée à contribuer à l’édification d’un monde où la vie est accueillie, respectée et aimée, non rejetée ou ressentie comme une menace et par conséquent détruite. Une nouvelle ère où l’amour n’est pas avide et égoïste, mais pur, fidèle et sincèrement libre, ouvert aux autres, respectueux de leur dignité, cherchant leur bien et rayonnant la joie et la beauté. Une nouvelle ère où l’espérance nous libère de la superficialité, de l’apathie et de l’égoïsme qui mortifient nos âmes et enveniment les relations humaines. Chers jeunes amis, le Seigneur vous demande d’être des prophètes de cette nouvelle ère, des messagers de son amour, capables d’attirer les personnes au Père et de bâtir un avenir plein d’espérance pour toute l’humanité. Le monde a besoin de ce renouvellement ! Dans nombre de nos sociétés, à côté de la prospérité matérielle, le désert spirituel s’étend : un vide intérieur, une crainte indéfinissable, un sentiment caché de désespoir. Combien de nos contemporains se sont creusés des citernes fissurées et vides (cf. Jr 2, 13) en cherchant désespérément le sens, la signification ultime que seul l’amour peut donner ? C’est là le don immense et libérateur que l’Évangile apporte : il nous révèle notre dignité d’hommes et de femmes créés à l’image et à la ressemblance de Dieu. Il nous révèle la sublime vocation de l’humanité qui est de trouver sa propre plénitude dans l’amour. Il contient la vérité sur l’homme, la vérité sur la vie. L’Église a aussi besoin de ce renouvellement ! Elle a besoin de votre foi, de votre idéalisme et de votre générosité, afin d’être toujours jeune dans l’Esprit (cf. Lumen gentium, n. 4). Dans la deuxième Lecture d’aujourd’hui, l’Apôtre Paul nous rappelle que chaque chrétien a reçu un don qui doit être utilisé pour l’édification du Corps du Christ. L’Église a particulièrement

71


AVEC LA FORCE DE L’AMOUR, LES JEUNES RENOUVELLENT LE MONDE DE L’EGLISE besoin du don des jeunes, de tous les jeunes. Elle a besoin de grandir dans la puissance de l’Esprit qui, maintenant aussi, vous apporte la joie et vous encourage à servir avec allégresse le Seigneur. Ouvrez votre cœur à cette force ! J’adresse cet appel de façon spéciale à ceux que le Seigneur appelle à la vie sacerdotale et consacrée. N’ayez pas peur de dire votre « oui » à Jésus, de trouver votre joie en faisant sa volonté, en vous donnant totalement pour parvenir à la sainteté et en mettant vos talents au service des autres ! Dans quelques instants, nous célébrerons le sacrement de la Confirmation. L’Esprit Saint descendra sur les confirmands. Ils seront « marqués » par le don de l’Esprit et envoyés pour être témoin du Christ. Que veut dire recevoir le « sceau » de l’Esprit Saint ? Cela veut dire être marqués de façon indélébile, être transformés de manière inaltérable, cela signifie être des créatures nouvelles. Pour ceux qui ont reçu ce don, rien ne peut plus être pareil ! Être « baptisés » dans l’Esprit signifie être embrasés par l’amour de Dieu. Être « désaltérés » par l’unique Esprit (cf. 1 Co 12, 13), cela signifie être « rafraîchis » par la beauté du dessein de Dieu sur nous et sur le monde, et devenir à notre tour une source de fraîcheur spirituelle pour les autres. Être « scellés par l’Esprit » cela signifie, en outre, ne pas avoir peur de défendre le Christ, laissant la vérité de l’Évangile pénétrer notre manière de voir, de penser et d’agir, pendant que nous travaillons au triomphe de la civilisation de l’amour.

En faisant monter notre prière pour les confirmands, prions aussi pour que la force de l’Esprit Saint ravive la grâce de notre Confirmation en chacun de nous. Que l’Esprit veuille répandre en abondance ses dons sur tous les présents, sur la ville de Sydney, sur cette terre d’Australie et sur tout son peuple ! Que chacun de nous soit renouvelé par l’esprit de sagesse et d’intelligence, l’esprit de conseil et de force, l’esprit de science, de piété et de crainte de Dieu ! À travers la bienveillante intercession de Marie, Mère de l’Église, que cette XXIIIe Journée mondiale de la Jeunesse puisse être vécue comme un nouveau Cénacle, afin que, brûlants du feu de l’amour de l’Esprit Saint, nous puissions tous continuer à proclamer le Seigneur ressuscité et attirer à Lui tous les cœurs. Amen ! Le Pape a ensuite salué les jeunes dans leurs langues respectives. Aux jeunes francophones, il a adressé les paroles suivantes : Chers jeunes francophones, l’Esprit Saint est la source du message de Jésus Christ et de son action salvifique. Il parle au cœur de chacun le langage qu’il comprend. La diversité des dons de l’Esprit vous fait comprendre la richesse de grâces qui est en Dieu. Puissiez-vous vous ouvrir à son souffle ! Puissiez-vous permettre son action en vous et autour de vous ! Vous vivrez ainsi en Dieu et vous témoignerez que le Christ est le Sauveur

72


R E M E R C I E M E N T S

Un exemple de solidarité

Apprends-moi Seigneur Apprends-moi Seigneur à servir les pauvres en donnant à manger à ceux qui ont faim non seulement de nourriture mais aussi de ta Parole ; en donnant à boire à ceux qui ont soif d’eau mais aussi de connaissance, de paix et de vérité, de justice et d’amour ; en habillant ceux qui sont nus, non seulement ceux qui sont dépourvus de vêtements, mais aussi ceux qui sont privés de dignité humaine ; en donnant un logement à ceux qui n’ont pas de toit, non seulement un refuge fait de briques, mais un cœur qui comprenne, qui protège, qui aime ; en soignant les malades et les moribonds, non seulement dans leurs corps, mais aussi dans leur esprit.

Mère Teresa

Association Solidarité du Haut Bugey L’Association Solidarité Haut Bugey de Montréal la Cluse (Ain) avec son président Robert BUSI participe depuis de nombreuses années aux opérations de secours de l’Entraide Internationale des Scouts de la Région de Cluses. Bravo pour votre action ! Bravo pour votre fidélité ! Bravo au département de l’Ain ! 73


DÉPÔT DE MEYTHET Dépôt de Meythet de l’Entraide Internationale des Scouts de la Région de Cluses Le dépôt de Meythet (agglomération d’Annecy), implanté depuis 1993 est désormais bien connu des Annéciens et des autres habitants de l’agglomération. Nombreux sont les donateurs qui se pressent, tous les jours, pour déposer leurs objets. Le dépôt de stockage de 1900 m2 est souvent trop petit pour entasser tout ce flux de marchandises qui arrive. L’équipe de 50 volontaires, de tout âge, fait de son mieux pour gérer et trier les objets. Les ventes du samedi des Scouts, à Meythet, marchent très bien. Ce rendez-vous du samedi à un rayonnement départemental. Les acheteurs viennent du Chablais, de l’Albanais, de la vallée de l’Arve, de Suisse et même de Grenoble ou Lyon. Toute l’équipe a été heureuse de se retrouver, avec leur famille, pour une soirée barbecue. C’est notre rendez-vous annuel qui nous permet de se retrouver en dehors du travail. L’unité de notre groupe est primordiale pour que notre action continue. L’équipe de Meythet.

Bravo à Stéphane, le responsable et toute son équipe. Vous participez fortement au financement de l’Entraide.

74


COURRIER

75


COURRIER

76


COURRIER

77


COURRIER

78


COURRIER

79


COURRIER

80


COURRIER

81


COURRIER

82


COURRIER

83


COURRIER

84


COURRIER

85


COURRIER

86


COURRIER

Les enfants de « Cor Unum »

disent un grand Merci 87


COURRIER

88


COURRIER

89


COURRIER

90


FINANCEMENT DES CONVOIS disques, machines à écrire, machines à coudre, mercerie, horlogerie, skis, tapis, télévisions, timbres, appareils photos, ordinateurs, maroquinerie, tondeuses à gazons, tracteurs, tissus.

Grâce aux dons de nos bienfaiteurs, Grâce au Marché aux Puces du mois d’octobre et à la vente tous les samedis de 14 h 30 à 16 h 30 au dépôt Saint-Martin à Cluses et à Meythet, Zone Industrielle, 26, avenue du Pont-de-Tasset, pour la région d’Annecy, de 9 heures à 12 heures, et de 14 heures à 16 heures, nous finançons nos envois.

Mais attention, pour les distinguer des autres colis pour les envois dans les pays pauvres, écrivez au feutre rouge “Pour le Marché aux Puces des Scouts au profit du Tiers-Monde”, avec la croix scoute.

Vous pouvez donner meubles, objets anciens, cycles, tableaux, vaisselle, électroménager, livres, cartes postales, pendules, jouets, radios, autos, motos, bijoux,

Merci aux donateurs et aux acheteurs du samedi et du Marché aux Puces.

RAMASSAGE SUR LA FRANCE ET LA SUISSE Les camions de l’Entraide Internationale des Scouts de la Région de Cluses aidés par les camions Mobalpa passent 3 fois dans l’année dans les monastères de France et Suisse pour le ramassage des colis : • Opération Noël : du 5 au 19 décembre 2008 • Opération Partage : du 20 mars au 5 avril 2009 • Opération Solidarité Vacances : du 10 au 25 juin 2009.

GRAND RAMASSAGE DE LA SAINT MARTIN Ramassage dans les 80 communes de Haute-Savoie pour achalander le marché aux puces géant du mois d’octobre avec 300 jeunes et une soixantaine de véhicules. Ramassage les 31 Août, 7, 14, 21 septembre 2008.

MARCHÉ AUX PUCES GÉANT 13.000 m2 couverts, 50 stands, 500 vendeurs et des milliers de visiteurs et d’acheteurs venant de plusieurs départements. Les 5, 12, 19 et 26 octobre 2007 de 8 h à 19 h. Dépôt des Scouts à Cluses : Maison Saint-martin - 22, Avenue des Glières Ouverture du dépôt-vente : tous les samedis de 14 h 30 à 16 h 30 pour financer les convois de secours dans le Monde. Dépôt des Scouts de Cluses à Meythet : Zone Industrielle - 26, Rue du Pont de Tasset Stéphane et son équipe de 60 volontaires bénévoles sont très actifs pour la région d’Annecy. Ramassage et aussi vente dans le grand dépôt de 2.500 m2 tous les samedis de 10 h à 12 h et de 14 h à 16 h pour le Tiers-monde. Continuez !

Grosse journée de ramassage de la Saint-Martin

Un grand Merci • À tous les Bienfaiteurs, • À toutes les contemplatives pour leurs prières et leur aide, • Le Conseil Général de Haute-Savoie, • Aux Établissements agroalimentaires : la Maison Nestlé, Biscuiterie Nantaise BN, Revivre, Maison Tena, Maison Andros. • Aux laboratoires pharmaceutiques, Hygiene Product. • À la Maison Mobalpa pour leur don de meubles, • À toutes les Communes, Associations, Écoles, Paroisses pour leur participation à cette grande chaîne de solidarité.

Marché aux Puces géant

91


ENVOIS RÉGULIER Les Scouts de Cluses organisent des envois réguliers en : POLOGNE - LIBAN - BURKINA FASO - ROUMANIE BULGARIE - UKRAINE (enfants de Tchernobyl) ALBANIE - HAÏTI LETTONIE - LITUANIE - CROATIE BOSNIE-HERZÉGOVINE - RWANDA - BURUNDI CONGO - KOSOVO - SERBIE - MADAGASCAR ARMÉNIE. Des envois intermittents suivant les besoins et les dons de marchandises bien spécifiques pour tel pays : BOLIVIE - HONGRIE - ALGÉRIE - SALVADOR. Des envois au moment des catastrophes cyclones, tremblements de terre : MEXIQUE - TURQUIE COLOMBIE - ITALIE - FRANCE ALGÉRIE BANGLADESH - IRAN - MAROC. Grâce aux dons des Maisons de l’agroalimentaire, comme les marques NESTLÉ et BN grâce aux dons des Laboratoires Pharmaceutiques comme les Laboratoires AGUETTANT, grâce aux dons des communes, paroisses, communautés, associations, écoles, catéchismes et particuliers, nous pouvons organiser des envois de secours importants dans de nombreux pays. Tous nous apportent leur participation en confectionnant : • Des colis de vivres : lait en poudre, sucre, riz, pâtes, huile, saindoux, margarine, conserves de viandes et poissons, aliments pour enfants. • Des colis de produits d’entretien : lessive, savon, dentifrice, shampooing, couches, serpillières, produits de nettoyage. • Des colis de médicaments, matériel d’hôpital • Des colis de chaussures et vêtements en état, Bibles, et des livres de lecture : surtout pour les enfants.

• Ou de l’argent pour acheter des vivres en gros ou aider au transport. TRANSPORT : Le tonnage transporté dans les différents pays devient toujours plus important. Afin de ne pas diminuer l’achat en gros de vivres, et, surtout de pouvoir assurer les frais de transports des containers, les frais de gas-oil, réparations et entretien de nos camions, nous demandons le paiement de 1 € par kg par colis pour les transports des colis avec adresses précises pour une institution, congrégations ou orphelinat. Nous ne pouvons assurer les transports de toutes les organisations à nos frais. Les Monastères ne prendront plus de colis avec adresses sans le paiement du transport. Pour l’Afrique il est demandé 1,2 € par kg. Pas plus de 80 kg par association. Pour les colis sans adresse, les donateurs ne sont pas tenus au paiement des 1 € par kg. RENSEIGNEMENTS : Entraide Internationale des Scouts de la Région de Cluses - 23, Grande-Rue - 74300 CLUSES Tél. 04 50 98 32 58 - Fax 04 50 89 18 96 Dépôts : • Maison Saint-Martin - 2204, av. des Glières 74300 CLUSES - Tél. 04 50 98 39 06 Fax 04 50 96 18 74 • Les colis sont déposés aux Carmels, Visitations, Monastères des Clarisses, des Bénédictines et Dominicaines avant le 4 décembre.

OPÉRATION NOËL 2009 Les scouts, avec leurs camions, passeront ramasser les colis de Noël dans tous les Monastères de France et de Suisse à partir du 10 décembre pour les enfants de POLOGNE, LIBAN, BULGARIE, UKRAINE, ROUMANIE, BOSNIE-HERZÉGOVINE, ALBANIE, CONGO, ROUMANIE. Vous pouvez achalander notre Marché aux Puces Géant au profit du Tiers-monde en donnant différents objets, à marquer sur le colis au feutre rouge avec une croix scoute. “Pour le Marché aux Puces au profit du Tiers-monde”, pour les distinguer des colis à envoyer aux pays déshérités. POUR MOTIVATION : K7 vidéo de qualité

01 - De Cluses à Sarajevo

à commander Durée 1 h 02 - La route de Sarajevo au siège 03 - Bosnie abandonnée 24 € + 3 € 23, Grande Rue 04 - Convoi attaqué et bloqué 42 jours à Sarajevo de frais de port 74300 CLUSES 05 - Les enfants de KIEV et de Tchernobyl (cassette n° 1 à n°6) Joindre chèque libellé 06 - Liban crucifié Cassette choisie 07 - Sarajevo n’a pas été oublié. Convoi de novembre 1996 - 15 € + 3 € de frais de port et bien sûr 08 - St-Martin et le Marché aux Puces - 17 mn - 15 € + 3 € de frais de port adresse précise 12 - Les réfugiés du Kosovo en Albanie - 1 h - 18 € + 3 € de frais de port pour l’envoi TRILOGIE “AU CŒUR DES BALKANS” - 50 € les 3 cassettes + 3 € de port 1/1 - La misère en Albanie (53 mn) 18 € la cassette 2/3 - Macédoine terre d’accueil (57 mn) + 3 € de port 3/3 - Kosovo martyr (59 mn) Cassettes de l’année 2003 pour motivation Algérie - Solidarité avec les sinistrés du tremblement de terre d’Algérie - 18 € + 3 € de frais de port Irak - Terre d’Irak - Intervention de l’Entraide Internationale des Scouts de la Région de Cluses en mai 2003 : 18 € + 3 € de frais de port. En 2005 l’opération au Sri Lanka a réussi : 17 € + 3 € de frais de port.

92


PROGRAMME DES CONVOIS 2008-2009 MADAGASCAR : Juin 2008 : départ de 2 LIBAN : Décembre 2008 : départ d’un contaicontainers : 1 container chargé de matériel ner de lait en poudre, chocolat, jouets pour le médical, fournitures scolaires, livres, jouets et Noël des enfants du Liban 1 container de lait Nestlé BULGARIE : Décembre 2008 : départ d’un BULGARIE : Juillet 2008 : départ d’un camion camion chargé de lait, chocolat, matériel chargé de secours divers et d’une équipe de divers scouts pour la distribution ALBANIE : Janvier 2009 : départ de 2 camions ROUMANIE : Août 2008 : départ de 2 de vivres et secours divers (matériel médical, camions chargés de secours divers (produits fournitures scolaires, vêtements, chaussures, Nestlé, matériel médical, vêtements, fourni- couvertures) tures scolaires) accompagné par une équipe MACEDOINE : Janvier 2009 : départ d’un des Guides de Cluses pour la distribution. convoi de 2 camions semi-remorques chargés FRANCE - HAUTMONT : Août 2008 : départ de secours d’un camion chargé de meubles, alimentation, eau minérale Thonon pour les familles sinis- SRI LANKA : Février 2009 : départ d’une équipe pour suivi du chantier de construction trées de la tornade et dons en argent des maisons et de l’école à Pitigala CROATIE : Août 2008 : don de Nestlé de lait BURKINA FASO : Février 2009 : départ d’une en poudre et chocolat. équipe pour la distribution des vivres arrivés LIBAN : Septembre 2008 : envoi d’un contai- par containers ner de matériel médical et matériel scolaire RAMASSAGE DE L’OPERATION PARTAGE : RAMASSAGE DE L’OPERATION SOLIDA- du 1er au 15 Mars 2009 : ramassage des colis RITE VACANCES : du 15 au 31 Juillet 2008 : de « l’Opération Partage » de Pâques dans les ramassage des colis de « l’Opération Solidarité monastères de France et Suisse. vacances » dans les monastères de France et SERBIE/KOSOVO : Mars 2009 : départ de 2 Suisse. camions semi-remorques chargés de vivres et ARMENIE : Septembre 2008 : départ d’un matériel médical container de vivres et secours (vêtements, SOUDAN-TCHAD : Mars 2009 : envoi de 2 médicaments, couvertures) pour la région containers de lait en poudre d’Ashotsk (région de montagne fortement sinistrée lors des séïsmes) ÉTHIOPIE : Janvier 2009 : envoi d’un container de lait en poudre RWANDA/BURUNDI/R.D. CONGO : Novembre 2008 : départ des 4 containers chargés GÉORGIE : Avril 20909 : envoi de secours de lait en poudre Nestlé, vivres, matériel divers pour les familles victimes des conflits d’hôpital, médicaments, fournitures scolaires POLOGNE : Mai 2009 : départ de 2 camions MADAGASCAR : Novembre 2008 : départ chargés de matériel médical et produits Nestlé d’une équipe de bénévoles des scouts de UKRAINE : Mai 2009 : départ d’un convoi de Cluses pour la distribution 2 camions semi-remorques chargés de secours BURKINA FASO : Novembre 2008 : départ de (vivres, lait en poudre Nestlé, matériel 2 containers de lait en poudre et secours divers d’hôpital) 93


PROGRAMME DES CONVOIS 2008-2009 DANS LE MONDE : Aux moments des cala- REVUES : Pour recevoir nos revues, donnezmités comme les tremblements de terre en Al- nous votre adresse et celle de vos amis. gérie, au Maroc, en Iran, au Pakistan, Sri Lanka (nom, prénom, adresse exacte, code postal, ville) Merci. À ce jour, 78.000 tonnes de secours distribués dans le monde

SOUVIENS TOI, VIERGE DE LA SALETTE, des larmes que tu as versées pour nous sur le Calvaire. Souviens-toi aussi de la peine que sans cesse tu prends pour ton peuple afin qu’au nom du Christ il se laisse réconcilier avec Dieu. Et vois si, après avoir tant fait pour tes enfants, tu peux maintenant les abandonner ! Réconfortés par ta tendresse, Mère, nous voici suppliants, malgré nos infidélités et nos ingratitudes. Ne repousse pas nos prières, ô Vierge Réconciliatrice, mais tourne nos cœurs vers ton fils : obtiens-nous la grâce d’aimer Jésus par-dessus tout, et de te consoler toi-même par une vie donnée pour la gloire de Dieu et l’amour de nos frères. AMEN

GRÂCE A VOUS, L’ENTRAIDE INTERNATIONALE DES SCOUTS DE LA RÉGION DE CLUSES RENFORCE SON ACTION DANS LE MONDE. LA SOLIDARITÉ TRIOMPHERA DE L’ÉGOÏSME. GRÂCE A VOUS, DES VIES SERONT SAUVÉES 94


PARTICIPATION : Réservez quelques colis pour les enfants de France et les familles en difficultés.

REVUES : Pour recevoir nos revues, donnez-nous votre adresse et celle de vos amis (nom, prénom, adresse exacte, code postal, ville)… Merci.

GRÂCE À VOUS, L’ENTRAIDE INTERNATIONALE DES SCOUTS DE LA RÉGION DE CLUSES RENFORCE SON ACTION DANS LE MONDE. LA SOLIDARITÉ TRIOMPHERA DE L’ÉGOÏSME.

GRÂCE À VOUS, DES VIES SERONT SAUVÉES. N’AYONS PAS PEUR 95

AGISSONS.


TTOOU USS CCEESS EENNFFAANNTTSS DDÉÉSSH HÉÉRRIITTÉÉSS M MAANNGGEERROONNTT--IILLSS ÀÀ LLEEU URR FFAAIIM M ?? TOUT DÉPEND DE VOUS. Communes, paroisses, écoles, associations, catéchismes, ORGANISEZ : fêtes, soirées, quêtes, tombolas pour participer à ce grand combat de solidarité.

ARGENT, à l’aide du coupon ci-joint. LAIT EN POUDRE.

• ENVOYEZ PAR CHEQUE : ENTRAIDE INTERNATIONALE DES SCOUTS DE LA RÉGION DE CLUSES

• RECU FISCAL : un reçu fiscal vous sera adressé dès enregistrement de ce don (déduction sur vos impôts).

• POUR LEGS, DONATIONS ET ASSURANCES VIE : pour tous renseignements, sans aucun engagement contactez-nous.

OPÉRATION SOLIDARITÉ TOUSSAINT 2008 Grâce à vous, des vies seront sauvées !

St Thérèse de l’Enfant Jésus, patronne des Missions Priez pour nous

L’Entraide Internationale des scouts de la Région de cluses vous remercie. L’association agit dans une trentaine de pays.

VOUS TROUVEREZ LA JOIE, EN PARTAGEANT !

Imp. PLANCHER - Tél. 04 50 97 46 00

23 Grande Rue - 74300 CLUSES, en spécifiant le pays à recevoir le lait et le riz.


Brochure Entraide Toussaint 2008  

Brochure de l'Entraide Internationale des Scouts de la Région de dcluses

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you