Page 1

Lucie Defromerie Architecte diplomée d’état

portfolio 2007-2012


pp. 6-11

01 Les infrastructures, une opportunite urbaine

Tisser et territorialiser la traversée de Tourville-la-Rivière et Cléon (76)

Ensan 2012 Projet de fin d’études

2


Sommaire

pp. 12-17

02

Au fil des réseaux de transport,

pp. 18-23

03

pp. 24-29

04

un nouveau dynamisme urbain

La barre paysage

Variations et continuité

Le retissage de la périphérie nord de Caen (14)

Une vision du vivre ensemble à Val-de-Reuil (27)

Une école de musique à Pont-l’Evêque (14)

Ensan 2011/12

Ensan 2011

Ensan 2010/11

Atelier de projet

Atelier de projet

Atelier de projet

3


pp. 30-33

05

pp. 34-37

06

pp. 38-41

07

Mélodie urbaine

Onde évanescente

Etre le hêtre

Un lotissement à Malaunay (76)

Une guinguette et un centre nautique sur les berges de la Roche-Guyon (95)

Avenue de la Porte-des-Champs, Rouen (76)

Ensan 2010

Ensan 2009/10

Ensan 2009

Atelier de projet

Atelier de projet

Projet d’arts plastiques et numériques

4


Sommaire

pp. 42-43

08

Processus d’urbanisation à Tourville-la-Rivière de 1966 à aujourd’hui

09

pp. 44-45

Une ville devant ses friches : deux postures, deux contextes, deux époques

industrielles

pp. 47-49

10 Aquarelles

Une illustration du concept de ville franchisée de David Mangin?

L’exemple d’Elbeuf : la rénovation du Puchot (1957-1975) et la reconversion de Blin (1977-1983)

Ensan 2010/11/12

Ensan 2009/10

2007/12

Mémoire de master

Mémoire de licence

Travaux personnels

et de recherche

5


01. Les infrastructures, une opportunite u tisser et territorialiser la traversée de

ENSAN - 2012

Semestre 10 PROJET DE FIN D’ETUDES Thématique : Projet Urbain ENSEIGNANTS ENCADRANTS Pierre JUBAN, Marie-Elisabeth NICOLEAU, André LORTIE, Jean-Paul ROBERT 6

Tourville-la-Rivière et Cléon (76


urbaine

6)

7


01. Les infrastructures, une opportunite u

REALISE PAR UN

0

TERRAIN D’ EXPERIMENTATION

TERRAIN D’ EXPERIMENTATION ELBEUF

ELBEUF AUTOROUTE A13

La phase de diagnostic a permis de déterminer trois enjeux : affirmer la métropole en devenir par la création d’une polarité intermédiaire à Rouen et Elbeuf, dissoudre les fractures urbaines et renouer avec la réalité géographique et spatiale du territoire. Les infrastructures y jouent un rôle fondamental. Elles apportent au territoire un rayonnement métropolitain tout en structurant une organisation spatiale génératrice de contraintes et d’inertie. Ainsi, intervenir sur ces infrastructures va apporter les conditions de basculement de cette situation, et de ce fait permettre la régénération du territoire.

LA SEINE

RD144

ZONE COMMERCIALE

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

IT A RO DU 0

5

00

0

200 0

50

0

100

500

100

200

500

0

0

0

10

5

20

5

2

200

d’une polarité intermédiaire à 10

Polarité Rouennaise

100

Ec

(km)

20

5

10

Polarité Elbeuvienne

Polarité Rouennaise

0 0.55 5 1 10 0km ,10 5 2

500

Echelle et E lbeuf 1/250 000ème Rouen(km)

50

10

Echelle 1/2 000 50

(km) la création

20

2 100

0

Echelle 1/2

(km)

Polarité intermédiaire potantielle

0 00

Polarité Elbeuvienne

0

0.5

1 0 10 50 100

0 0

50

0

VOIE FERREE 0

0

0 1 0 0

200 500 500

200 200

20

50

0

50

5

2

50

1

100

0 1 1

10

20

0

5

(km

)

20 Ec

2 km 2

200

2 20

REALIS 2

Ech

00

00 50

00

00è

00è

500

me

3. Renouerme

5 50 m

10

5

)

10 10 1

(m) 2

20 100

100

et

(km)

spatiale

500(km)

50

10

1/2

50 géographique 500

5

0

2000

200

/25

(km

0.5

5

(m

100

0 0 10

Eche

avec la réalité

50

100

PA

elle (km) Eche REALISE PAR UN le 1

200

20

0 5

(m)

5

ISE

5

50

0 0

2

)

hel

220 0 10 200

AL

500

5

(km

1

10

100

RE

200

100

2

Eche

(km)

0 1000

500

2

1

10

1000

100

0,5

0

2. Dissoudre

2 les fractures 200 urbaines 20 200

100

100

5

20

1

Polarité intermédiaire potantielle

10

5

1. Affirmer 2 la métropole 100 par

10

00

1

20

1

50

0,5

0 10 20

20

100100

10

0 0

0.5 0,5

0.5

N PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

7

RD

PA AL ISE RE

0

50

REALIS

5

0 0

0

20

0

0

0

VOIE FERREE

R

T AUTODESK A BUT EDUCATIF UN P

INFRASTRUCTURES ECONOMIQUES

RD144

LA SEINE

0

DUCATIF

UT

RD292

RD18

8

0

OD E

RD7

10

RD92

INDUSTRIES RENAULT

ZONE INDUSTRIELLE ET LOGISTIQUE

SK A

B

BASE NAUTIQUE

0

LA SEINE

ROUEN

UC AUN REALISE PAR TIF PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

ROUEN

Tourville-la-Rivière et Cléon (76

UT PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF REALISE ED

Diagnostic et enjeux

2

UT EDUCATIF

Ce projet s’inscrit dans une réflexion, née de la traversée des paysages périurbains, sur les logiques régissant les formes urbaines qui y sont prédominantes, plus particulièrement les infrastructures de transport, les centres commerciaux, et les ensembles industriels et logistiques. J’ai vu dans le projet de fin d’études, et plus particulièrement dans la thématique du projet urbain, l’occasion d’expérimenter l’hypothèse des infrastructures comme opportunité urbaine.

1

ATIF

tisser et territorialiser la traversée de

0,5

(km)

Ec

50 Echelle 1/2

(km)

(

m) 000 Echelle 1/2

Ech 20 elle 1

Ech

Echelle 1/250 000ème /7

Ech

200

elle

1/7

5

50

00è

me

e

5

5


urbaine

REALISE PAR REALISE UN PRODUIT PAR UNAUTODESK PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF A BUT EDUCATIF

6)

0

UC SK TO

DE

0

0

0 10

0 0

100 1

0

0.5

5

1

5

20

10

200 2km

1

PARTIELLEMENT PARTIELLEMENT MALLEABLES MALLEABLES FONCIERS TRES FONCIERS MALLEABLES TRES MALLEABLES MALLEABLES MALLEABLES

0

0

DU

RE

AL

ISE

PA

0

50

1

2

UT OD

ES

KA

0

0

IT A RO DU

K A BUT EDUCATIF UN P

0 0

0

AUTOMOBILE,

0

RE

AL ISE

PA

R

LOGISTIQUE,

0

0

0

5

200 0

0

0.5

50

0

5

2

20

200

200 50

1

0

500

50

10

500

20

2

1

100

2

5

100

5

(km

10 (km

10 1 1

20

1

100100

200

100

200

200

1

20010

100

100

0

2

5

0,5

101

500

10 0 10 0

0.5 0,5

0

5

0

50

2

)

2 km 2

10 DE CONSOMMATION, DES GARES. 220

00

0

2

100

00

5

0.5

20

0

200

BU

TE

0

50 0

10

200

200

50

5

10 RE E(ckhm) elleE 1

UT

Une stratégie infusive et intrusive

AGRICOLE,

0

20

2

0,5

AU RU NP C RO REALISE PAR UN APRODUIT TIF AUTODESK A BUT EDUCATIF DU IT

RESEAU DE BUS RESEAU FERROVIAIRE RESEAU FERROVIAIRE RESEAU DE BUS RESEAU AUTOMOBILE RESEAU AUTOMOBILE

INFUSIONS DE L’EAU, LOISIRS ET SPORT,

100

ED UT

0 1 0

AB

Deux leviers : les réseaux de mobilité et les fonciers

TIF

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

Orientations stratégiques

CA

Les orientations stratégiques se basent sur un raisonnement en termes de «colorations programmatiques» plutôt qu’en secteurs d’activités, pour tenter de trouver une alternative au modèle des poches monofonctionnelles créées par les réseaux de transports structurants, fermées et étanches, et à celui des réseaux de transports qui ne regardent pas ce qu’ils traversent et se retrouvent ainsi dans une abstraction de la réalité géographique et spatiale. Une double stratégie, infusive et intrusive est mise en place. Elle consiste d’une part à s’appuyer sur un système de mobilité, pas simple et unique mais complexe et multiple, pour produire une continuité et de la cohérence entre ces poches monofonctionnelles par leur propagation. D’autre part, en créant et en intervenant sur des opportunités foncières au cœur même de ces poches, elle apporte une amplitude nécessaire à la construction d’un projet urbain pouvant faire basculer les situations.

0

ED U

Pour ce faire, elles offrent deux leviers de natures différentes : les réseaux de mobilité et les fonciers. C’est en ce sens qu’elles constituent des opportunités urbaines.

REALISE PAR REALISE UN PRODUIT PAR UNAUTODESK PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF A BUT EDUCATIF

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

AT

IF

0

50

500

9 10

5

5

100

(km

)

(km)

(k

Ec


01. Les infrastructures, une opportunite u REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

Tourville-la-Rivière et Cléon (76 REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

tisser et territorialiser la traversée de 11

10 4

3 1

5

7

8

11

10 9

Principe de tissage infrastructurel Scénarisation 1

2

Mailler grâce au réseau automobile

Développer les transports en communs interurbains

Connecter grâce à une traversée cyclable

0

0

TIF

Proposer une promenade pour révéler

CA

des paysages

UT

ED U

0

ES K

0

0,5

1

2

5

20

EAU

19

16

17

16

17

21 21

19

14

13 13

22

A

B

A BATI

B

CHAMPS

C

0

10 A

20 B

50

C

100 200 0 1A B2 km C0 C 0 200 500 1000 2000 LIBERER DENSIFIEREchelle 1/25 000ème CONSTRUIRE Echelle 1/25 000ème

0

200

500

1000

100

(m)

1000

200

5

0

2

5

100

(km)

5

10

10

20

(km)

Echelle 1/250 000ème

0

0

0.5

1 0 100 200

Echelle 1/2 000 000ème

0

0

AR

0

50

T EDUCATIF UN P

0 10 20

EP

RESEAUX CREES

LIS

RESEAUX VALORISES

50

(m)

0

0

100

5

(km

10 20

500 20

10

2

55 10 20 00 100 200

100

200

Echelle 1/500ème 0 10 20

(km

10

Echelle 1/10 0 0.5 000ème 1 0 0,5 1

(m)

(m)

EAUBUS TRAM-TRAIN BATI LIBERER CHAMPS CONSTRUIRE VELO RANDODENSIFIER RESEAUX VALORISES RESEAUX CREES AUTO AUTO BUS TRAM-TRAIN VELO RANDO

20

2

Echelle 1/1000ème 5

(m)

500

2000

IT A UT

14

18

0

Echelle 1/50 000ème

RO DU

15

22

20

15

(km)

OD

12

18

10

1

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF 50

fonciers 12

100

0,5

0 1 0 2 0

AB

Densifier, construire et libérer des

AUTODESK A BUT EDUCATIF

REALISE REALISE PAR UN PAR PRODUIT UN PRODUIT AUTODESK AUTODESK A BUTA EDUCATIF BUT EDUCATIF

10

6

9

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

Ce projet explore ensuite la scénarisation de la traversée sud, à travers 6 séquences. Ils interrogent respectivement plusieurs concepts : imploser la figure du centre commercial, s’emparer d’un résidu autoroutier, manifester les loisirs et la détente, susciter un nouveau quartier (avec la création d’une gare), densifier et diversifier une zone d’activité, et occuper une frange négligée (de l’ensemble industriel Renault).

4

3

6

5

8

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

Ainsi, le projet s’est constitué autour d’un principe de tissage infrastructurel du territoire, explorant la possibilité d’une traversée territorialisée. De ce fait, un système de deux liaisons complémentaires est proposé. La liaison nord correspond à une promenade qui révèle les éléments qu’elle longe et croise: la Seine, les plans d’eau de la base de loisirs, et les paysages agricoles, attrapant au passage les hameaux en bord de fleuve. La liaison sud, associant des traversées automobile, ferroviaire et cyclable, propose quant à elle une vitrine urbaine poreuse, alternant activités économiques et connexions avec le territoire et les éléments géographiques qu’elle traverse. Cela permet ainsi de reconsidérer le statut des grandes infrastructures économiques, qui se retrouvent alors en interface avec ses liaisons.

2

7

50

)

2 km 2

RE

Ech

elle

1000

1

Ech 50

(m)

50 (m) 500

5

100

(km

)

(k


urbaine

6)

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

Extrait A

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

100

50

33 ha

dont 8 effectifs % 100

50

15 ha

dont 7 effectifs

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

Ces scenarii proposent trois approches simultanées : quantitative/économique/foncière, programmatique/fonctionnelle, et spatiale, à travers des diagrammes, des plans de principes des coupes et des croquis. Ils permettent d’avoir une approche globale du projet. La réalisation de 5,3 km de voirie automobiles, de 1,3 km de voies de bus, de 7,3 km de voies cyclables et la valorisation des 7,3 km de voies ferrées envisagées se pose en face des hectares de fonciers créés et valorisés par le projet.

%

8 ha 11 ha

malgré la cessation des activités liées aux carrières d’exploitation. De plus, dans la mesure où le projet propose des bâtiments à vocation économique plus denses (sur plusieurs niveaux) et une diversification des activités du site, il va de pair avec un développement économique du site. La gestion mieux cadrée des espaces libres envisagée permet d’offrir un cadre de vie, profitable pour l’économie mais aussi pour les villes, bourgs, hameaux existants et le nouveau quartier de la gare créé.

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK REALISE A BUT PAR EDUCATIF UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

D’autre part, une interprétation de la répartition des fonciers privés peut être faite. Si les espaces réservés à vocation économique consomment moins d’espace, la surface effective globale de production ou de vente est maintenue, et cela

Finalement, ce travail permet de mettre en évidence la potentialité de différents projets et leur mise en cohérence, pouvant apporter au territoire les conditions pour la constitution d’une polarité intermédiaire, et propager une dynamique métropolitaine sur les territoires proches.

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

REALISE UIT AUTODESK PAR UN A PRODUIT BUT EDUCATIF AUTODESK A BUT EDUCATIF

km)

Echelle 1/50 000ème

0

Echelle 1/1000ème

m)

5

100

Echelle 1/1000ème

(m)

Echelle 1/10 000ème

1000

RESTAURANTS

Echelle 1/10 000ème

(m)

0 200 0 100 100 200 500 500 m Echelle 1/2 000 000ème

(km)

1000 0 200 500 81 1000 0 100 10 20m (m) (m) Echelle 1/20 000ème

0 5 10 20 chelle 1/250 000ème

Echelle 1/500ème

0ème

5

(km)

RESTAURANTS

0

50

(m)

5

1050

(m)

20

Echelle 1/500ème

Echelle 1/75 000ème

Echelle 1/750ème

81

CENTRE COMMERCIAL

57

Echelle 1/20 000ème

50

(m)

15 57

Echelle 1/750ème

15

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODES

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODES

CENTRE COMMERCIAL

m)

m)

Echelle 1/50 000ème

(km)

LAMPES

LAMPES

MODE - DECO

MODE - DECO

stockage

stockage

Espace de vente et livraison

5

10

18

5

10

18 61

61 16

Espace de vente et livraison

10

20 16

7

1019

20

7

19

11 8

46

8

6

20 46

23

6

20 11


02. Au fil des réseaux de transport, un nou le retissage de la périphérie nord de

ENSAN - 2011/12

Semestre 09 GROUPE DE TRAVAIL Elise COUTEUX, Julie DURAT, Montaine GRU, Lucie DEFROMERIE ATELIER DE PROJET Dynamique urbaine et transformation spatiale ENSEIGNANTS André LORTIE, Jean-Paul ROBERT 12

Caen (14)


uveau dynamisme urbain

13


02. Au fil des réseaux de transport, un nou le retissage de la périphérie nord de

Cet atelier de projet urbain nous proposait de mener une réflexion sur les dynamiques urbaines et les transformations spatiales dans l’agglomération de Caen-la-Mer suivant un schéma analyse/diagnostic, stratégies, scénario. Confrontant les études de l’Aucame (Agence d’études d’Urbanisme de Caen-Métropole) à la situation décrite par Florence AUBENAS dans Le quai de Ouistreham, le problème de la mobilité à Caen a été soulevé. Pour une personne ne possédant pas de véhicule (ou pire encore, le permis de conduire!) certains lieux s’apparentent au «bout du monde»… Nous avons alors posé une hypothèse a priori : les infrastructures reliant à grande échelle sont une entrave à la mobilité à l’échelle locale. De la phase d’analyse il est ressorti que le tronçon nord du périphérique de Caen n’avait peutêtre plus à assumer son rôle supra-local, rendant de ce fait sa configuration actuelle obsolète. C’est sur ce constat que s’est basé le reste de notre travail. Prenant avantage de la situation stratégique au cœur de Caen de ce tronçon nord, nous proposons, à la place d’un boulevard périphérique, de

14

Caen (14)

mettre en place un réseau de boulevards urbains, cheminements piétons et lignes de transports en communs s’appuyant sur l’existant. Effiler ce tronçon nord nous permet de transformer les situations des espaces liés, des résidus d’infrastructures aux zones d’activités. Créant et valorisant des fonciers au cœur de Caen, notre proposition est une façon de répondre au phénomène d’étalement urbain très prégnant dans l’agglomération. Pour illustrer cette proposition, nous avons élaboré un scénario général qui consiste en plusieurs situations reliées par les réseaux de transport mais ayant chacune leur propre identité. Ensuite, des scénarii proposent une résolution possible de situations localisées, états incertains, d’exclusions ou d’isolement. Les formes urbaines et densités qui y sont proposées sont issues d’une étude typomorphologique d’échantillons caennais. Une approche quantitative (nombre de logements créés, linéaires de voiries) nous permet finalement de montrer que ce projet, en ne raisonnant pas de façon séparée, trouve son équilibre dans une cohérence générale et permet ainsi de proposer une nouvelle dynamique pour Caen.

Diagnostic

L’obsolescence du peripherique nord


uveau dynamisme urbain

Concept

Orientations stratégiques

Stratégies programmatiques et foncières

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF 2

5

50

100

200

500

10 20

50

100

(km)

2

5

10

5

10

20

0.5 1

2

50 100

200

50

(km)

100

0

0

50

(m)

(km)

5

Echelle 1/7 500ème

(m)

0 10 20 10

0

0

50

200

5

0

50 100

1000

Echelle 1/2 000 000ème

50 (km)

Echelle 1/750ème

(m)

10

10

20

2 500

5 km

200

(km)

Echelle 1/10 000ème

(m)

100

5

Echelle 1/1000ème

(m)

Echelle 1/20 000ème

(m)

50

20

2

1000

Echelle 1/50 000ème

(km)

100

500

500

00 0100 200 1 0.5 2 1

Echelle 1/25 000ème

500

20

Echelle 1/500ème

Echelle 1/75 000ème

2000

100

0 100 200

Echelle 1/2 000 000ème

Echelle 1/250 000ème

10

Echelle 1/10 000ème

(m)

(m)

200

0

1000

500

1000

Echelle 1/1000ème

(m)

5

200

500

100

5

50

(m)

1000

(m)

5

0 100 200

0

Echelle 1/250 000ème

RE

5

10

500

1000

Echelle 1/20 000ème

(m)

20

50

Echelle 1/750ème

(m)

Echelle 1/500ème

(km) 1/15 Echelle 000ème Echelle 1/75 000ème

500

(m)

Echelle 1/7 500ème

0 100 200

500

1000

(m)

Echelle 1/15 000ème

0

0,5

1

0

10

20

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDU

20

2

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

10

Echelle 000ème 0 1/500,5 1

(km)

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

1

PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

0,5

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

Le periphérique nord, d’un etat solide à un etat gazeux

00 0

1000,5 200

0 0 0

0 0

20

100

2

10

0

0

5002

1

50

20

100

(k

200

5

2

50

5

(km)

Ec

1

10

50

10

5

5

20 10

0 0 0.5 0.5 1 1 1 0 0.5

0

50

10

0 10 20 0

2

2

2 2 km2

100

200

50 100

200

200

500

15

100


SCENARIO I

SCENARIO

SCENARI

SCENARIO B SCENARIO A

02. Au fil des réseaux de transport, un nou Caen (14)

le retissage de la périphérie nord de REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

SCENARIO H

5 4

7

8

5 4 7CAEN

8

6 4 CAEN

7

Echelle 1/5000ème

CAEN

1

2

0

0,5

1

2

Echelle 1/50000ème

0

CORMELLES LE ROYAL CORMELLES 1 LE ROYAL

(km)

0,5

1

2

0

0,5

1

2

(km)

1 1

2 2 2 2 3

1 1

1

2

(km)

Jardin des plantes

CORMELLES LELycées ROYAL

Collèges

Lycées

Aire sportive 60m

50m

Université Château Ducal

PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

Echelle 1/50000ème

0,5

Centre culturel

1 1

Aire sportive

2 2 2 2 3

4

6 5 7

8

8

TODESK A BUT EDUCATIF

REALISE REALISE PAR UN PRODUIT PAR UN PRODUIT AUTODESK AUTODESK A BUT EDUCATIF A BUT EDUCATIF

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

IUFM

0

Abbaye aux dames

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

16

100

8

0

100

Logements Emprise bâtie : 12%

R+1 Densité bâtie : 0,38 logements/ha : 20

R+1 à R+2 Densité bâtie : 0.47 logements/ha : 59

Logements Emprise bâtie : 19%

Logements Emprise bâtie : 19%

50

100

200

0 10 20

100

200 (m)

0

Echelle 1/500ème

0

5

Echelle 1/5000ème

2

0 0

20 (m)

Echelle 1/500ème

200 (m)

5

10

50

100

20

200 (m)

0

Echelle 1/5000ème

0

50

100

200 (m)

0

50

100

200 (m)

50

100

Echelle 1/5000ème

200 (m)

Echelle 1/5000ème

0

50

100

0

50

100

200 (m)

Echelle 1/5000ème

0

50

100

200 (m)

Echelle 1/5000ème

Echelle 1/5000ème

Echelle 1/5000ème

0

5

10

20 (m)

Echelle 1/500ème

0

5

10

20 (m)

Echelle 1/500ème

0

0

Echelle 1/500ème

2

20

50 100

0

2

20 (m) 0

0

5

0

Echelle 1/500ème

10

5

20 (m)

10

5

10

Echelle 1/500ème

20 (m)

Echelle 1/500ème

Echelle 1/5000ème

0

50

100

60m

7

8

8

Echelle 1/500ème

5

10

20 (m)

0

5

10

20 (m)

0

5

10

Echelle 1/500ème

Echelle 1/500ème

20 (m)

Echelle 1/500ème

Unité 200x120m = 142 logements

Unité 50x60m = 6 logements

2

Unité 100x60m = 7 logements

0

5

10 0

0

Unité 100x120m = 86 logem

Unité 200x120m = 142 logements

3

Unité 50x60m = 6 logements

2

Unité 200x120m = 142 logements

3

2

FORME URBAINE N°6 FORME URBAINE N°7 Echelle 1/1000ème

8

3

Unité 100x12

R+5 à R+10 Densité bâtie : 0,69 logements/ha : 86

R+4 Densité bâtie : 0.73 logements/ha : 92

R+2 à R+4 Densité bâtie : 0.91 logements/ha : 114

R+4 à R+5 Densité bâtie : 2.75 logements/ha : 194

Logements Emprise bâtie : 10%

Logements Emprise bâtie : 15%

Logements Emprise bâtie : 23%

Logements, commerces, bureaux... Emprise bâtie : 46%

Echelle 1/5000ème

50

Unité 100x12

4

4

Résidence collective

0

4

FORME URBAINE N°8

Collectifs en plots

Echelle 1/10 000ème

(m)

200 (m)

20 (m) 0

Unité 50x60m = 6 logements

1

0 100 200

Echelle 1/2 000 000ème

5

10

100

200 (m)

Echelle 1/5000ème

0

0

5

50

100

10

200 (m)

5

20 (m)

Echelle 1/500ème

5

10

500

Echelle 1/5000ème

Centre urbain

1000

Echelle 1/20 000

(m)

0

50

100

20

50

4

100

500

5

10

10

20

Echelle 1/500ème

0

(km)

(m)

(km)

50 5

10

(m)

20 (m)

Echelle 1/500ème

0

5

10

200 (m)

Echelle 1/5000ème

0

50

100

50

200 (m)

Echelle 1/50 000ème

(km)

20 (m)

Echelle 1/500ème

Echelle 1/500ème

0

5

100

Unité 300x180m = 464 logements

5

Echelle 1/75 000ème

Unité 200x120m = 221 logements

6

20 (m)

Unité 200x180m = 410 logements

1000

(m)

Echelle 1/500ème

0

5

10

20 (m)

7

Unité 100x120m = 233 logements

8

Echelle 1/10 000ème

0 100 200

Echelle 1/2 000 000ème

Echelle 1/7 500ème

10

Echelle 1/1000ème

(m)

(km)

200

20 (m)

Unité 100x120m = 86 logements

500 5

3

0

50

Unité 200x120m = 142 logements

200 2 km 2

10

Echelle 1/250 000ème EchelleED 1/ REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK (m) A BUT

(km)

0

1

1000

Logements Emprise bâtie : 14%

200 (m)

2 20 (m)

Unité 50x60m = 6 logements

0.5100 11

5

Echelle 1/5000ème

10

0

20

0

0

0

10

10

100

1

10

Presqu'îleUnité de 100x60m = 7 logements Caen

0

50

500

(km)

5

5

0

1

0

0,5

10

0 00

100

1

R+2 à R+4 Densité bâtie : 0,58 logements/ha : 72

1

50

Echelle 1/5000ème

8

Collectifs en escalier

Lycées

200 (m)

Unité 100x60m = 7 logements

4 8

FORME URBAINE (m)N°5

CHU

200 (m)

100

5

Grand ensemble

Mémorial de Caen

Lycées

8

FORME URBAINE N°4

Collèges

Collèges

2 2 2 2 5 8 3

8

Petits collectifs

Parc floral de la colline aux oiseaux

Voie ferrée

6 1 1

FORME URBAINE N°3

Echelle 1/5000ème

100

50

Unité 100x60m = 7 logements

Lotissement mitoyen

6

0

Echelle 1/5000ème

50

0

Echelle 1/50 000ème

4

FORME URBAINE N°2

RdC à R+1 Densité bâtie : 0,24 logements/ha : 12

5

Echelle 1/500ème

Lotissement

CAEN

200 (m) 0

50m

8

7 6

50

2 2 3

0

Echelle 1/500ème

(km) 2 42

50m

FORME URBAINE N°1

Commerce

Espaces maraîchers

20

Echelle 1/500ème

CORMELLES

5LE ROYAL

(km)

50m

REALISE PAR UN PRODUITREALISE AUTODESK PARAUN BUT PRODUIT EDUCATIF AUTODESK A BUT EDUCATIF

réseau de fermes

10

50

100

6 1

60m

0,5

0

0

50

Echelle 1/5000ème

8 ECHANTILLONS DE 4 ha DANS L'AGGLOMERATION CAENNAISE

paramédicale

0

Echelle 1/5000ème

METHODE TYPOMORPHOLOGIQUE

7

L Empr

8 6

5

8 Ecole

logements/ha : 59

Logements Emprise bâtie : 19%

HEROUVILLE ST CLAIR

5

7

Bois de Lébisey

logements/ha : 20

FORME

2

3

6

2

Densité bâtie : 0,58 logements/ha : 72 R Dens loge Logements Gran Emprise bâtie : 14% L R Empr Dens loge

FORME URBAINE N°3

Logements Emprise bâtie : 19%

Logements Emprise bâtie : 12%

Grand ensembl R+2 à R+4 Gran

Densité bâtie : 0.47 logements/ha : 59 R+1 à R+2 Densité bâtie : 0.47 logements/ha : 59 Logements Petits collectifs Emprise bâtie : 19% Logements R+1 à R+2 Emprise bâtie :: 0.47 19% Densité bâtie

FORME URBAINE N°2

HEROUVILLE ST CLAIR HEROUVILLE ST 2 CLAIR

Echelle 1/50000ème

HEROUVILLE ST CLAIR

Petits collectifs R+1 à R+2 Petits collectifs

Densité bâtie : 0,38 R+1 logements/ha : 20 Densité bâtie : 0,38 logements/ha : 20 Logements Lotissement mitoyen Emprise bâtie : 19% Logements R+1 Emprise bâtie :: 0,38 19% Densité bâtie

logements/ha : 12

3

2

60m

SCENARIO H

SCENARIO I

3

Lotissement mitoyen R+1 Lotissement mitoyen

1 REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

0

3

FORME URBAINE N°1

8 ECHANTILLONS DE 4 ha DANS L'AGGLOMERATION CAENNAISE

Echelle 1/50000ème

4Université

Lotissement

RdC à R+1Lotissement Densité bâtie : 0,24 logements/ha : 12 RdC à R+1 Densité bâtie : 0,24 : 12 Logements logements/ha Lotissement Emprise bâtie : 12% Logements RdC à R+1 Emprise bâtie :: 0,24 12% Densité bâtie

8 ECHANTILLONS DE 4 ha DANS L'AGGLOMERATION CAENNAISE

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

5

FORME URBAINE N°1 FORME URBAINE N°2 FORME URBAINE N°3 FORME URBAINE FORME URBAINE N°1 FORME URBAINE N°2 FORME URBAINE N°3 FORME

EMETHODE tude typomorphologique TYPOMORPHOLOGIQUE

SCENARIO I

SCENARIO F

SCENARIO G SCENARIO G

SCENARIO F

SCENARIO E

SCENARIO D

SCENARIO E

SCENARIO D

M

METHODE TYPOMORPHOLOGIQUE ethode METHODE TYPOMORPHOLOGIQUE 8 ECHANTILLONS DE 4 ha DANS L'AGGLOMERATION CAENNAISE

SCENARIO A

SCENARIO B

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

SCENARIO A

Un système urbain multiple et connecté

SCENARIO C

SCENARIO B

Scenario général

SCENARIO C

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

0 100 200

500 0

Echelle 1/250 000ème 50

(m)

500

1000 5

10

20

Echelle 1/500ème

(m)

Echel


REALISE PAR UN PRODUIT REALISE PAR AUTODESK UN PRODUI AB

A1

2 A2

A1

6

2

FESTYLAND

A2

FESTYLAND

0

200

500

1000

2000

(m)

Echelle 1/20 000ème 0

200

500

1000

2000

(m)

A2

A1

100

A2

84

4

200 6

1

00

3

10 20 10 A1

8

6

4

8

5020

1

5

2

0 200

51000(m)

2

(km)

(m)

100

200

500

0

1000 (m)

5

4 8 10 Echelle 1/10 000ème

10

(km)

A1

6

14

20

9

14

20

14

20

14

200

14

19

11

50

80

19

11

500

120

69

BILLET

20

24

Logements créés 2248 Nombre de logement créé:: 2248 1

A1

20

1000

100

2

Echelle 1/1000ème 0 10 20

Voie spéciale 0 50 tramway créée voie créée voie restructurée voie douce

100

5

5 (km)

24

3

2

1000

10(m)

A1 000ème Echelle 1/10

(km)

500

1000

(m) Echelle 500ème Echelle 1/2501/7000ème

2

Echelle 1/20 000ème 20

3 (m) 2B

50

B

1000 (m)

(m) 14

Echelle 1/10 000ème

Echelle 1/750ème 20 14 11

200

500

1000 (m)

0 100 200 9

Echelle 1/10 000ème

14

12

0 5005 9

Existant FESTYLAND

12

50020

7

9

6

11

11

8

1000 20

8

(m)

9

69 1/500ème

Echelle 1/15 000ème BILLET

120

20

20

Logements : 7130 Nombre de logement créé: 906 créés Nombre de logement créé: 0 50

100

10

(m)

0

A2

200

500

1000

A2

2000

80

(m)

Echelle 1/20(km) 000ème

20

(m)

(m)

24

BILLET

3

3

2

A1

B

3 3

15

69

20

Echelle 1/500ème 0 5 10 24

50

100

200

500

10

Echelle 1/750ème

(m)

A2 20 7

50

100

40

0 100 200

15

500

Echelle 1/1000ème Echelle 0 1/500ème 10 20

0

5

10

25 (m)

MEM

CENTRE

MEM

C

A2

0

80

200

500 20

1000

2000

(m)

B

B

CENTRE

(m)

Echelle 1/20 000ème 25 (m)

0

2

B 40

0

Echelle 1/20 000ème

80

Echelle 1/1000ème 0 10 20

20

A1

80

(m) 0

FESTYLAND

Echelle 1/20 000ème

1000 19

9

2000

20

11

120

10 6

14

B

80

7

20 Linéaire (au km) (m) Linéaire (au km) Linéaire (au km)50 Echelle 1/25 000ème A2 Voie spéciale Voie Voie spéciale (m) spéciale Echelle 1,1 tramway 8,82 0,8 tramway créée tramway créée créée 20 Echelle 1/20 000ème 0,57 0,44 voie créée 0 200 voie créée 3,1 voie créée 500 1000 2000 (m) voie voie 500 voie 200 0,45 restructurée 6,5 (m) restructurée 0 5restructurée Echelle 1/5 000ème B A2 (km) voie douce douce 9,47 voie douce 1,1 voie Echelle 1/750,16 000ème 80

19

Echelle 1/10 000ème

100

000ème

Calcul quantitatif A1 Total des scenarii

3

2

9

0 100 200

2

3

500

Echelle 1/500ème

Echelle 000 Echelle 1/751/2 000ème

(km)

2

3

200

Echelle 1/150 000ème Linéaire (au km) Linéaire (au km) Echelle 1/20 000ème 0 200 500 1000 2000 Echelle 1/1000ème Voie 50 spéciale Voie 500 spéciale 0 10 20 100 0 200 1000 (m)2000 200 500 1,08 tramway créée 0 tramway créée 1,08 A1 (m) Echelle 1/7 500ème 9 19 140 11 0,2 voie80 créée 0 voie20créée 14 voie voie 0 restructurée 0 restructurée 1,37 1,05 voie douce 0,6 voie douce 1,05

Linéaire (au km) 20

100

3

9 14 Echelle 1/1000ème

A1

1000

BILLET

69

(m)

80

120

12

0

10

(m) 0

20

A2

0 5 10km) Linéaire (au Voie spéciale 1,45 tramway créée 9 14 1,23 voie créée voie 0 50 100 2,022 restructurée 0 0.5 1 1,45 voie douce

12

5

3

20

9

9

0

14

500

Echelle 1/10 000ème

Nombre de logement 140 Forme urbaine n°1 00 urbaine 10 20 50 510 Forme n°2 100 200 500 m 0 0.5 1 2 1420 Forme urbaine n°3 602 Forme urbaine n°4 464 Forme urbaine n°5 500 0 100 200 00urbaine 5200 2652 502 100 Forme n°6 410 Forme urbaine n°7 Calcul quantitatif 938 Forme urbaine n°8 Scenario A 7130 Total 9

0

6 3 Echelle 1/250 000ème

0

Echelle 1/10 000ème

20

3

3

1

A2

14

B

0 100 200 100 500

50

Echelle 1/2 000 000ème

1000 (m)

Echelle 1/50 000ème 3B

100

6

500

9

6

4

6

8

200

TRAM

0500

(km)

Echelle 1/10 000ème

(m)

A2

200

100

Existant

1000

6

A1 A2 A2

500

1

0

Echelle 1/1000ème

(m)

2

3 2

A1

8

100

50

Echelle 1/20 000ème

1000 0

200

(m)

500

1000

100

(m)

C

TRAM

A1

Echelle 1/20 000ème

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

AR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

A1

100

0

A1

2

Echelle 1/10 000ème

Echelle 1/50 000ème

(km)

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

0

100

0,5

1000 (m)

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

0

0

500

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

50

6

4

200

TRAM

20

5

100

A2

TRAM

10

6

3

A1

TRAM

0

1

4

8

8

Extrait, scenario a A1

6

2

A2

TRAM

1

4

A2

0

0,5

6

3 6

A1

8

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF 0

1

4

8

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

REALISE PAR REALISE UN PRODUIT PAR UN AUTODESK PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF A BUT EDUCATIF

uveau dynamisme urbain

Scenarii

6

4

2000

(m)

Echelle 1/15 000èm 11 8 9 6

17


03. La barre-paysage

Une vision du vivre-ensemble à Val-de-Reuil (27) ENSAN - 2011

Semestre 08 ATELIER DE PROJET Densification et urbanité ENSEIGNANTS Jocelyne DUVERT, Nathalie HEBERT PROGRAMME Logements, bureaux, équipement(s) 18


19


03. La barre-paysage

Une vision du vivre-ensemble à Val-de-Reuil (27)

Le site de réflexion de cet atelier est Valde-Reuil, ville nouvelle projetée par l’atelier de Montrouge à partir des années 1960. Située entre Rouen et Paris, Val-de-Reuil est à l’origine destinée à accueillir 100 000 habitants. Mais n’a été réalisé qu’un germe de ville, devenu commune en 1981 et qui peine aujourd’hui à atteindre les 15 000 habitants. Pendant la première phase du projet, principalement sous forme d’un travail en maquette, prend place l’idée de «barres-paysage» venant cadrer un vide programmé. Tout en traitant de densité (rapport emprise bâtie et non bâtie) et d’intensité d’usage, le vide permet de relier deux typologies très différentes coexistant à Val-de-Reuil (collectifs sur dalle et individuel pavillonnaire). Il propose une graduation (de l’espace public au parc) dans la séquence imaginée entre la ville et la gare, actuellement fracturée par la rivière de l’Eure. La seconde phase, correspondant à la conception d’une partie de ces «barres-paysage», s’articule autour de quatre grands points. Pour favoriser le vivre ensemble, j’ai porté une attention particulière à favoriser les espaces communs de rencontre. Le projet se caractérise ainsi

20

par un «entre-deux» qui, plus qu’un lieu de circulation se veut générateur de vie collective (terrasses et salles communes, passerelles larges…) Dans l’idée d’apporter les qualités de l’habitat individuel dans le collectif, j’ai travaillé sur la gestion des vis-à-vis (volets coulissants, orientation des pièces de vie, loggias), et sur l’importance donnée aux prolongements extérieurs. Chaque logement possède une serre froide, de 6.5 à 25m², conçue comme pièce supplémentaire extérieure. La mixité habitat/travail est traitée par la mise en place, au rez-de-dalle, d’ateliers ou de bureaux orientés nord, associés à un logement en duplex, et par la relation du projet à la gare. Le projet veut aussi répondre à une démarche environnementale, à travers des dispositifs bioclimatiques. Le bâtiment est conçu de façon à optimiser l’orientation solaire, un système de serres froides au sud est mis en place, créant un apport solaire en hiver et évitant la surchauffe en été grâce au système de volets à lames orientées. Le système porteur par mur de refend permet une enveloppe continue (bardage métallique et isolation par l’extérieur) qui supprime au maximum les ponts thermiques.

Implantation et densité


Projet

PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

REALISE PAR UN

K A BUT EDUCATIF

Plans rdc, rdd et rdd+2

0

0,5

1

0

10

20

50

0

100

200

500

0 10 20

50

0

2

5

0

5

10

0

0,5

00 0

0.5 10 1 10

0

100

0 0

0

50 100 10

2

(km)

10

(km)

Echelle 1/2 000

Echelle 1/250 000ème

REALIS

20 1

2

2 20 20

5 50m 50

200

500

21

50

5

(km)

Ech

500

200

20

2

100

100

10

(km)

(m)

(km)

Ech

E

Echelle 1


03. La barre-paysage

Une vision du vivre-ensemble à Val-de-Reuil (27)

0,5

0

10

20

50

0

100

200

500

0

10

1

2

20

0

Coupe AA

2

0 0

0

0.5

0

50

50

10 10

(km)

1000

0 100 200

Echelle 1/2 000 000ème 0

Echelle 1/250 000ème 50

5

200

(km)

500

(m)

5

10

500

20

Echelle 1/500ème

(m)

2

100

Echelle 1/10 000ème

(m)

20 20m

1

Echelle 1/1000ème

(m)

(km)

10

Echelle 1/50 000ème

(km)

100

100

5

55

5

Echelle 1/75 000ème

0

Echelle 1/7 500ème

100

200

500

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDU 0 0

0,5 200

0 0

10 50

20 100

100

200

0 0

Coupe BB 22

0

0

0

1 10

1 500

2

0

0.5

0

50

100

50

1000

100

(km)

(km)

200

Echelle 1/150 000ème 0 100 200

Echelle 1/2 000 000ème

0

Echelle 1/250 000ème

20 20m

2

Echelle 1/10 000ème

(m)

(km)

10

Echelle 1/1000ème Echelle 1/5 000ème

(m)

10

50

5 (km) Echelle 1/50 000ème Echelle 1/25 000ème 100 500(m)

500

10 10

1

(m)

5

5

55

2000

200

2 20

0 0

2 1000

500

PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDU

50

(m)

5

(km)

500

(m)

5

10

20

Echelle 1/500ème

Echelle 1/75 000ème

Echelle 1/7 500ème

0

100

200

500


0,5

0

10

20

50

0

100

200

500

0

10

1

0

20

2

2

0 0

0

0.5

0

50

50

10 10

(km)

1000

0 100 200

Echelle 1/2 000 000ème 0

Echelle 1/250 000ème 50

5

200

(km)

500

(m)

5

10

20

Echelle 1/500ème

(m)

2

100

Echelle 1/10 000èm

(m)

20 20m

1

Echelle 1/1000ème

(m)

(km)

10

Echelle 1/50 000èm

(km)

100

100

5

55

5

Echelle 1/75 000ème

0

Echelle 1/7 500ème

100

200

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A RB 0 0

0,5 200

0 0

10 50

20 100

100

200

0 0 0

1 10

1 500

2 1000

2000

50

200

0

500

2

5

20

10

(km)

50

0

(m)

PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

Elévation nord

0

100

(km)

0

5 0,5 1 2 (km) Echelle 1/50 000èm Echelle 1/25 000ème

100 10 20 50 Echelle 1/1000ème 500(m) (m) Echelle 1/5 000ème 1000 100

200

(m)

500 Echelle 1/10 000èm

Echelle 1/150 000ème

0 10 20 Echelle 1/2 000 000ème

50

0 100 200

100

PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A B

0

2

Coupe façade intérieure sud 00

5

55

0

0.5

0

50

10

10 10

1

100

(km)

Echelle 1/250 000ème

20 20m

2

200

5

(km)

500

(m)

0

0 0

2

5 0

5

1010

Détail serre froide 50 5 0,5

10 1

(m)

(km)

0 50 100 Echelle 1/7 500ème

20 Ec

20 2m Echelle 1/500ème

0 0.5 1 2 Echelle 1/75 000ème

0 200

23

100

200

(


04. Variations et continuité Une école de musique à Pont-l’Evêque (14) ENSAN - 2010/11

Semestre 07 GROUPE DE TRAVAIL Elise COUTEUX, Lucie DEFROMERIE ATELIER DE PROJET Architecture en situation ENSEIGNANTS Jean-François CHIFFARD, Hervé RATTEZ PROGRAMME Ecole de musique 24


25


04. Variations et continuité Une école de musique à Pont-l’Evêque (14)

L’enjeu urbain est de restructurer cet espace, afin qu’il devienne une place en relation directe avec la ville et permette de coulisser vers le paysage. L’école de musique a vocation à être l’élément structurant cette place.

Le principe de cet atelier consiste à réutiliser un bâtiment et d’en concevoir une extension plus importante que le bâtiment existant. Il s’agit ici de réaliser une école de musique à Pont l’Evêque en réutilisant un bâtiment de Georges Duval, ancien centre de télécommunication de France Télécom. La question urbaine s’impose rapidement dans le projet. Le site d’intervention avait fait l’objet d’un projet ambitieux au moment de la reconstruction, qui a été abandonné et a aujourd’hui laissé place à un parking surdimensionné situé entre des arrières de bâtiment de la reconstruction au Nord, des barres de logements à l’Est, une salle des fêtes (résidu du projet initial) et la caserne des pompiers à l’Ouest. A proximité immédiate du centre-ville de Pont-l’Evêque, le site se trouve pourtant en bordure de ville et s’ouvre sur des espaces plus naturels au sud (zones inondables).

26

Le bâtiment existant, marquant par son allège en brique et sa partie supérieure en ardoise éclairé par des «ouïes», est valorisé. Il devient auditorium avec possibilité d’accès indépendant de l’école musique depuis le grand parvis créé. Pour l’extension, nous avons choisi un concept de pliages de bandeaux en zinc. Le premier, dans le prolongement de l’auditorium et faisant vitrine sur le parvis, accueille l’entrée, l’administration, et la bibliothèque. Le second, aux plus grandes variations, vient se plier aux besoins des salles plus spécifiques (salle de percussion, piano, musique de chambre…). Il s’ouvre sur un patio et un jardin, pour une atmosphère plus studieuse. Enfin, le troisième bandeau accueille les petites salles d’instrument et s’ouvrent sur une rue calme nouvellement créée, servant de desserte pour les barres de logements.

Intentions urbaines


Implantation et concept

27


04. Variations et continuité Une école de musique à Pont-l’Evêque (14) Développement du projet

REALIS 0

0,5

0

10 10

0

100

0

10

0

50

10

10

20

50

2

200 0

0

50 0

(k

5

10

10 10

500 0.5 1

(km)

0,5

1

R 2

200 200

10

20

0 0

200 100

5 500 200

0 0

10 50 20

00

12

2

Ec 5

20m 20 1000 2

100 50 100

0 1

100

200 55

0

Echelle 1 500

2

100

0

E 50

20

1

0 0

(km)

200

10

0

50 1000

500

ATIF

0

(km)

100

0 0.5

100 20

5

5

0

2

50

0

RE

500 1

10

2

Elévation sud-est

Coupe longitdinale 28

200

20

0

50m 50

0,5

0 0

2

20 20

0

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF E PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

Coupe de situation 0

1

0 0

100 50

2

55

0

0.5

0

50

0

200

5

10

(km)

20m 20

2

100

200

500

100

(

5

10 10

1

200

1000

Ec


0

0

10

20

2

0

0

0

0

0

5

0.5

50

50

10

10

20

(km)

2

100

50

(km)

5

1

200

100

100

0

Echelle 1/250 000ème 50

(m)

(km)

(m)

200

0 100 200

Echelle 1/2 000 000ème

500

1000

5

Plan rdc

Echelle 1/7 500ème

2000

(m)

(m)

IF AT

Echelle 1/500ème

0 0

10 100

Echelle 1/25 000ème

500

1000

20

Echelle 1/75 000ème

20 200

10 0

UC

500

10

0

(m)

Echelle 1/5 000ème

0

10

20

50

2 5

50

0.5

2 10

0

100

10 1000

0

10

0

ISE

20

2

0

5

(m)

(km

)

0

0.5

0

50

ch

elle

h

00

0

me

00

1

5

00

50

10

200

0

(m

)

Ec

(m

)

10

Ec

he

èm

e100

2

0

2

(k

2

500 50cm

00

1

1 RO

10

Détail 100de

/2

50

NP

l’auditorium 10 00

Ec

1/2

P50 AR U

5

00

0

20

200

AL

el0 200 20 l0e ) Echelle 1/15 000ème E 1 (km

2

20

RE

50

0

20

1

0

0

10

5 0

10

1

Echelle 1/750ème 5

(m)

10

0

2

Echelle 1/20 000ème

0

50500 m

0

0

20

0

50

0

10

0,5

1

20 0

ED

Echelle 1/10 000ème

(m)

5

200

500

1000

UT

500

AB

200

SK

100

Echelle 1/1000ème

(m)

DE

0

100

DU IT

50

RO

20

UN P

10

0,5

Echelle 1/50 000ème

(km)

AR

0

0

TO

5

AU

2

EP

1

LIS

0,5

0

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

0

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

lle

2

29 5

01

0

50

20

0


05. Mélodie urbaine Un lotissement à Malaunay (76) ENSAN - 2010

Semestre 06 ATELIER DE PROJET Tracer, Découper, Bâtir ENSEIGNANTS Perrine BELIN, Sophie CAMBRILLAT PROGRAMME Logements en lotissement 30


31


REALISE PAR U

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

05. Mélodie urbaine Un lotissement à Malaunay (76) REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

La vallée du cailly

tif, le projet de lotissement tente de faire dialoguer ces deux éléments.

EALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

0

Bâtir des logements (individuels et semicollectifs) aux longueurs et hauteurs variables, proposant des logements allant du T1 au T4, affirmant dans le projet une idée d’alignement et de variations, aussi bien dans l’horizontalité que dans la verticalité, créant la mélodie urbaine.

0

0

10

20

100 200 1 0,5 10

0

0

0

100

10

2

20

50

50

10

(km)

Echelle100 1/250 000ème (km) Echelle 10

20 10

(km)

50

5

Ech

(m)

5

(km)

200

5

Echell Echelle (km) 1/75 000ème 500

200 500

0

1/2 000 0

Echelle 1/250 000ème

20

2 2km 2

100

50 100 200

B âtir (km) Echelle 1/2 000 000ème 500

5

0.5 0.5 1 1 1 0.5

0

5

Ech

(m)

50

10

00 0

1000

100

200

2

5 5

0

500 2

50

0

0

Ech

(m)

20

0 10 20

0

100

REALISE PAR UN

0

0

50

UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

32

Découper la bande créée selon un parcellaire étroit, en référence à celui des anciens logements ouvriers qu’on peut observer dans la ville de Malaunay. Cela forme ainsi une interface, à la fois entre la zone d’habitat et les logements isolés du centre sportif, et entre la rue Georges Pellerin et le complexe sportif (circulations et vues).

Ech

(km)

UT EDUCATIF

Le projet propose de restructurer ce centre sportif, en améliorant ses accès, en mettant en valeur la piscine-tournesol que la ville veut aujourd’hui démolir, mais qui pourrait être un élément plus fortement attractif et identitaire de Malaunay, et enfin en requalifiant la rue Georges Pellerin, «la route de derrière». En s’inscrivant dans une frange au dénivelé de 6 mètres entre cette route et le centre spor-

Tracer

La méthode utilisée s’articule autour de tracer, découper, bâtir. Tracer une trame plutôt orthogonale, la portée, qui se cale dans la géométrie du stade REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF et du gymnase, support d’une circulation automobile reliée à l’existante et complétée par un réseau REALISE PAR UN PRODUIT AUT Découper organique, piéton et cyclable, qui vient relier diffé0 0,5 1 2 5 rents points de la ville (école, habitat, parc). REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

Malaunay, commune située dans la vallée du Cailly, connaît un fort étalement urbain. Le pavillonnaire s’est surtout développé sur les coteaux étant donné l’étroitesse de la vallée. Dans le discours des élus locaux, une volonté de densification émerge. La première phase passe donc par la recherche d’un lieu stratégique pour cette densification. Mon choix s’est porté sur le centre sportif, pour sa position géographique intéressante (entre des écoles et des habitats, en plein centre-ville) et la richesse des équipements proposés (stade, gymnase, piscine).

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT

500

(m)

1000

(m)

Echell

Echelle 1/7 500ème 2000

(m)


Reportage photographique

Intentions

Projet

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF 0

0,5

1

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF 5

2

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF 2

5

50

100

200

500

20

2

5

5

0

50

10

10

20

(km)

2

100

50

(km)

5

1

00

100

500

100

Echelle 1/250 000ème 50

500

(m)

1000

200

100

0 10 20

5 0

0

10 2

Echelle 1/7 500ème

(m)

0

5

0 00

(m)

5

1000

Echelle 1/10 000ème

(m)

0

50 100

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT E

100 500

20

10

100 1 200 200 100 0.5

Echelle 1/25 000ème

500

Echelle 1/1000ème

(m)

500

50

Echelle 1/500ème

Echelle 1/75 000ème

2000

200

0 100 200

(m)

(km)

100

Echelle 1/10 000ème

(m)

Echelle 1/2 000 000ème

50

Echelle 1/1000ème

(m)

5

200

0

100

1000

20

2

0

10

0 (km)

Echelle 1/2 1000 0,5 1

(km)

(m)

50

100

(m)

0

200

500500 m0

50

5

2

0

5

(km)

5

200 0

0.5

0

50

1

(m)

10

20

Echelle 1/500ème

100

(km)

1000 5.0

5.0 10

2.5

(m)

Echelle 1/20 000ème

5

Echelle 1/50 000ème

(km)

50

100 (m)

(m)

Echelle 1/750ème Echelle 1/1000ème

1000

0 100 200

Echelle 1/2 000 000ème

5.0

C

20

Echelle 1/7 500ème 2

Echelle 1/10 000ème

(m)

(m) Echelle 1/15 000ème (km) Echelle 1/250 000ème Echelle 1/75 000ème oupe longitudinale

10

500

1000

500

(m)

20

5

Echelle50 1/750ème

50 10

500

Echelle 1/20 000ème

10 20 Echelle 1/250 000ème

0

0 100 200

000 000ème 2

20 0

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDU

20

10

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

10

0

Echelle 1/50 000ème

(km)

PAR UN APRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF NREALISE PRODUIT AUTODESK BUT EDUCATIF

1

PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

0,5

Echelle 1/50 000ème

(km)

0 100 200 5

500 (km)

50

(m)

1000

0 0

5 5

10 10

200

500

20 m 20

Echelle 1/500ème

(m)

Echelle 1/15 000ème

33

Echelle 1/75 000ème

Echelle 1/5 000ème 100

500

0

100

200

500


06. Onde évanescente

Un restaurant-guinguette et un centre nautique sur les berges de la Roc ENSAN - 2009/10

Semestre 05 GROUPE DE TRAVAIL Pauline SENECAT, Lucie DEFROMERIE ATELIER DE PROJET Architecture en paysage ENSEIGNANTS Alexandra BIEHLER, Arnaud FRANÇOIS PROGRAMME Restaurant-guinguette et base nautique 34


che-Guyon

(95)

35


06. Onde évanescente

Un restaurant-guinguette et un centre nautique sur les berges de la Roc

R

Le projet a alors commencé à se dessiner, dans une optique d’intervention minimale sur le site. En libérant la place de son rôle de parking,

36

La matérialité du projet joue un rôle essentiel dans la dématérialisation du mur vers la seine, avec un jeu de transparences. Parallèles au mur du jardin, un mur de pierre, des parois en reglit, des voilages et des vitrages, viennent se superposer, s’intercaler et dialoguer. De ce fait, dans l’ambiance intérieure du bâtiment, une mise au point se met en place, entre flou et net. Le sol intérieur en béton ciré, par ses reflets, résonne avec la Seine.

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

Lors de nos rencontres avec le site, nous y avons perçu une force intérieure : une onde, qui aurait donné sa topographie à ce lieu. En parcourant ce fil conducteur, nous sommes remontées jusqu’à un nœud entre le sol, la Seine et le ciel : une petite place, actuellement occupée par des parkings et prolongée en belvédère par une ancienne pile de pont, d’où le paysage s’offrait à voir. De là, partaient deux berges radicalement différentes : une aménagée et une autre plus sauvage.

La Seine étant un élément fort du paysage dans ce site, le projet reflète une évanescence de la matérialité du mur du jardin du château vers le fleuve. Une onde franchit la barrière de ce mur en se soulevant et s’avançant, créant de ce fait un appel et une entrée pour les deux éléments du programme.

La Seine, vecteur de ciel

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

nous avons pu l’ouvrir sur ses berges et sur la Seine. Côté berge aménagée, la place est prolongée jusqu’à la Seine grâce à des escaliers-gradins. Côté berge sauvage, nous avons décidé d’installer le programme de centre nautique et restaurantguinguette pour créer une transition avec la place publique : une onde évanescente de l’urbain au sauvage.

0

0,5

1

0

10

20

0

0

2

100 2001 0,5

0

10

0

0

2

0

0.5 0.5 0.5

0

50

0

0

0

0

(km)

1

10

11 1

2

2 2km2

100

200

200

200 500

200

100

500

50

1000

100

2

50

5

100

2

E

20

50 100

1

10

5

1

0

50

10

5

00 0

0

5

20

5

0

100

200

2

0

0

50

100

10

500 2

20

0 10 20 0

50

200

5

20


che-Guyon

(95)

Projet 0

IF AT

10

UC

0

ED UT AB SK DE TO OD

10

0

20

0

10

0 0

0

10 10

ISE

PA

RU

NP

RO

0

50

DU

IT

5

50

(km

)

AU

TO

Ec

DE

SK

A

BU A BUT EDUCATIF he REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK l

5 0,5

AL

50

20

2

RE

2 20

1

(km

)

(km

20 20

0

0

10

10

10

10

2

5

UIT

AU

0

0

1

0

0 0

0,5

)

10

he

(km)

Ec

he

00

Ec

100

(m

lle

1/5

00

001/50 Echelle èm e 1/1

TE

DU

CA

000ème

TIF

20

1 100

he

lle

00

)

(m)

Ec

(

DU

)

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDU

LIS

RE A

N

RU

EP A

C

PR O

F

PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

PA

RU

NP REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF R

Echelle 1/1000ème 00 0è me 00 h 1 0 200 500 /2 1000 e AUTODESK A BUT EDUCATIF 00 REALISE PAR UN 50 èm PRODUITlle(m) Echelle 1/10 000ème 1/1 00 e 00 2 0 0 è 0 0,5 1 2 5 00 me èm 1/50 000ème 500 10 20 Echelle 0 (km) 50 100 500 1000 e0 100 200 10 10 (km) (m) Echelle 1/2 000 000ème Echelle 1/20 000ème 02 0 00 0 10 20 50 100 2 0 0 2 00 5 10 5 10 20 50 (m) Echelle 1/1000ème 500 (km) Echelle 1/250 000ème (m) 5 Echelle 1/750ème 0 0 5 10 20 5 0 0 100 200 500 1000 0 (km (m) 5 10 20 50 Echelle 1/10 000ème ) 50 (m 20(m) 00 10 Echelle 1/500ème ) Ec 00 he E 50 100 lle ch 0 0 10 20 50 0 100 200 500 1000 (m 0 e 1 ) l 0 0.5 101 2 5 (km) (m) / l Echelle 1/2 000 000ème Echelle 1/20 000ème e1 75 00 (m 50 Echelle /50 1/75 000ème 00 (km) E ) ch 0è 0 e è m 10 l m E 2 5 10 l 0 5 10 20 50 00 e1 e ch e (km) Echelle (m) 000ème Echelle 1/750ème /20 500 elle 1/250500 0 50 100 200 0 10050 200 1000 (m) (m) 00 Echelle 1/7 500ème Echelle 1/15 000ème 1/7 0è (m 5 ) 2 me 00 2 0 55 00 10 20 50 0 10 20m èm 2oupe (m) 00 Echelle 1/500ème Ec aa e 0 he 0 0 200 500 1000 lle 10 2000(m) Echelle 1/25 000ème (m 1/7 0 ) 0 5 0.5 1 2 5 50 2 Ec 00 1/75 000ème (km) Echelle èm he e lle 1/2 0 50 100 200 500 5 5 (m) Echelle 1/5 000ème 00 00 0 50 100 200 500 0 100 200 500 1000 0è (m) (m) Echelle 1/7 500ème Echelle 1/15 000ème me 10 5 0 0 1 2 5 10 0 (km (km) Echelle 1/150 000ème

0.5

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

Plan lle 1/2

50m 50

Ec

(m 5 )

le

37


07. Etre le hêtre

Avenue de la Porte-des-Champs, Rouen (76) ENSAN - 2009

Semestre 04 GROUPE DE TRAVAIL Marine BENOIST, Elise COUTEUX, Flore GIMELLO, Floriane GRIPPON, Lucie DEFROMERIE ATELIER D’ARTS PLASTIQUES ET NUMERIQUES Expériences et dispositifs sensibles de l’urbain ENSEIGNANTS Christian LECLERC, Laurent KARST, Gilles SAUSSIER 38

Cet atelier d’arts plastiques et numériques s’articule autour de trois séquences. Dans un premier temps, l’enquête urbaine s’effectue sur un territoire donné, pratiqué, arpenté, traversé, à partir de séries d’observations, de prélèvements, d’effectuations expérimentales in situ. Puis, ces prélèvements urbains sont analysés et regroupés, agencés, échantillonnés sous diverses familles afin de constituer des collections hétérogènes à la manière d’un cabinet de curiosités. Elles conduisent, de séances de travail en séances de travail, à de nouvelles expérimentations. Dans un troisième temps, ces contenus d’expériences sont transformés sous forme d’un dispositif artistique aménagé, imaginé dans la galerie Pôle Image Haute-Normandie située dans le centre historique. Deux ans après, nous avons eu la chance de prolonger ce travail. Une quinzaine de projets, réalisés dans cet atelier entre 2007 et 2011 ont été sélectionnés pour être exposés dans la galerie Pôle image à Rouen sous forme d’une installation tabulaire et constellaire.


39


07. Etre le hêtre

Avenue de la Porte-des-Champs, Rouen (76) Inspirées par les artistes du Land Art et de l’Arte Povera, nous travaillons à révéler la présence de l’arbre jusqu’à faire corps avec cet arbre. Devenir arbre, être arbre comme Giuseppe Penone travaille à être fleuve en sculptant une pierre à l’égal du rocher poli par la rivière. Nous nous allongeons sous l’arbre pour observer ses feuilles glisser sur le ciel, réalisons des empreintes de son tronc, disposons sur le sol des miroirs, relevons depuis les immeubles la manière dont l’arbre se découpe depuis les intérieurs. Ces séries d’expérimentations in situ (dessins, moulages, vidéos…) prolongées dans l’atelier produisent peu à peu une arborescence.

En remontant l’avenue de la Porte des champs, nous remarquons un arbre imposant à proximité du conservatoire. Bien que visible de tous, l’arbre semble oublié des passants et livré à lui-même. Aucun aménagement ne permet de profiter de son couvert. Prenant contact avec les jardiniers de la ville, nous découvrons qu’il s’agit d’un hêtre pourpre remarquable, vieux de 150 ans dont les racines fragiles sont soigneusement préservées du piétinement. L’isolement et la capacité à se faire oublier de l’arbre sont gages de sa survie.

40

Le parcours du spectateur dans la galerie du Pôle image est un dispositif d’osmose entre le corps de l’homme et le corps du hêtre. Le spectateur est invité à se glisser sous l’écorce de l’arbre et à cheminer jusqu’à son centre. Ce parcours ne peut se faire sans une perte de repère et du sens de la gravité. Une photo de la ramure du hêtre déployée au sol permet au spectateur de se positionner en place du tronc. Son image filmée par un caméscope fixé au plafond permet de restituer l’hommetronc cloué au sol devenant hêtre tiré vers le ciel.


41


08. Processus d’urbanisation à Tourville-l

Une illustration du concept de ville franchisée de David Mangin? ENSAN - 2010/11/12

Tourville-la-Rivière, territoire situé entre Rouen et Elbeuf, est traversé à grande vitesse par l’autoroute A13 et la ligne SNCF Paris-Le Havre et fréquenté occasionnellement pour son centre commercial régional et sa base nautique. On en oublierait presque que c’est à l’origine le nom d’un bourg situé dans une boucle de la Seine, aujourd’hui largement constitué de pavillons. Comment cohabitent et se sont développées ces formes urbaines caractéristiques de l’époque contemporaine? Quels en ont été les facteurs déterminants? Qu’en est-il de ces villages se trouvant emmaillés dans le système d’agglomération?

Mémoire de Master ENSEIGNANTS Patrice GOURBIN, Frédéric SAUNIER 42

Pour aborder ces questions, l’étude s’appuie sur la grille d’analyse proposée par David Mangin dans La ville franchisée : Formes et structures de la ville contemporaine, qui s’intéresse aux nouvelles formes d’urbanisation apparues à partir des années 1960. L’ouvrage est de ce fait soumis à une lecture critique, qui nuance la portée de la théorie de l’auteur tout en apportant une connaissance nouvelle sur un territoire.

A travers un travail de dessin de Tourvillela-Rivière à la manière de D. Mangin et un travail cartographique à plus grande échelle, le territoire étudié apparaît comme une commune multipolarisée au cœur d’un système de villes concurrentes et de contraintes géographiques particulières. Pour cette raison, il constitue un type de secteur dissemblable au secteur à la française de Mangin, même si l’on y retrouve les trois grands modèles d’organisation spatiale de la ville franchisée : infrastructure automobile, franchise territoriale et lotissement. En définitive, l’étude montre l’intérêt qu’il y aurait à décliner le secteur à la française sans se limiter, comme Mangin, au modèle d’urbanisation radioconcentrique simple. Elle répond ainsi à Marc Dumont, qui affirmait que le concept de sectorisation risquait de devenir une «structure universellement valide d’explication des formes urbaines et déclinable en tout sens, voulant tout dire, c’est-àdire pas grand-chose».


la-Rivière de

1966 à aujourd’hui

43


09. Une ville devant ses friches industriell

L’exemple d’Elbeuf : la rénovation du Puchot (1957-1975) et la reconvers ENSAN - 2009/10

Elbeuf est une commune de Seine-Maritime qui a hérité d’hectares de friches lors du déclin de l’activité industrielle textile. Si en 1957, la ville décide de raser onze hectares dans le cadre de la rénovation du quartier du Puchot, vingt ans plus tard elle choisit de reconvertir deux hectares occupés par les anciennes usines Blin et Blin. A travers des documents d’archives et des articles de presse, ce mémoire se penche sur ces deux opérations urbaines. Il tente ainsi de saisir le moment de basculement de l’urbanisme, qui fait qu’on assiste, en l’espace de vingt ans, à deux projets à première vue totalement différents.

Mémoire de Licence ENSEIGNANT Hervé RATTEZ 44

Le quartier du Puchot a fait table rase de son histoire jusqu’à faire oublier que le Puchot était un cours d’eau avant de donner son nom au quartier. Peu de temps après le projet de rénovation, le phénomène de ségrégation sociale s’est installé. Aujourd’hui, le quartier peine à améliorer son image malgré les réhabilitations successives. Cependant, il ne faut pas négliger que le nouveau quartier du Puchot a sorti un grand nombre de personnes de leur taudis et leur a proposé des logements neufs et modernes, avec des équipements sanitaires et

des parkings. Dans la décennie 1973-1983, l’urbanisme bascule. Ce contexte de rejet de l’urbanisme des Trente Glorieuses et de renouement avec les formes urbaines existantes est un facteur déterminant dans le projet de reconversion du quartier Blin. La naissance de la notion de patrimoine industriel venant s’ajouter à cela, les collectivités locales ou les offices publics HLM voient de nouvelles possibilités d’exploiter et de recycler les friches industrielles qui bénéficient d’une localisation privilégiée en centre-ville. La reconversion, sorte de recyclage, s’impose comme solution alternative à la démolition ou à la restauration. Il ne s’agit pas de tout garder, la démolition est parfois nécessaire ; mais, lorsque des conditions favorables sont réunies, la reconversion de bâtiments industriels (en logements, bureaux, équipements…) peut avoir un véritable intérêt. Elbeuf s’appuie aujourd’hui sur son histoire et son patrimoine, avec des initiatives publiques ou privées de reconversion de friches industrielles.


lles

: deux postures, deux contextes, deux ĂŠpoques

sion de

Blin (1977-1983)

45


10. Aquarelles 2007-2012

Travaux personnels Aquarelles rĂŠalisĂŠes entre 2007 et 2012 46


47


10. Aquarelles

Danseuse, 2007 48

Songe, 2010


Eléna, 2009

Eléanore, 2011

Trace(s), 2010 49


Curriculum vitae Formation Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Normandie (ENSAN) Obtention du Diplôme d’Etat d’Architecte (grade master), mention recherche et mention très bien

2007 - 2012 2012

Obtention du Diplôme d’Etudes en Architecture (grade licence)

2010

Obtention du baccalauréat scientifique, mention très bien

2007

Allemand (scolaire), Anglais (scolaire)

Langues

Autocad, Revit, Dialogie Photoshop CS, InDesign CS Logiciels Microsoft Office

Informatique

Dessin, Aquarelle (expositions) Cinéma, Littérature

Loisirs

Communication et loisirs

50


Experience

2011-2012

ENSAN- CAUE 76, Dispositif architecture au collège Interventions dans une classe de 3e au collège Fénelon à Elbeuf (76)

2011 (2 mois)

Klépierre-Ségécé, Paris (75), Gestion et développement de centres commerciaux en Europe Stage : missions de maitrise d’ouvrage et réalisation d’une étude technique d’un centre commercial

2010 - 2011

La CREA, Communauté d’Agglomeration Rouen-Elbeuf-Austreberthe (76), Dispositif Info Energie Réalisation de diagnostics énergetiques de quartiers homogènes

2009 (1 mois)

Groupe 3, Rouen (76), Agence d’architecture Stage : Esquisses de faisabilité, suivis de chantiers, devis

2008 (2 semaines)

Eiffage Construction, Le Petit-Quevilly (76), Entreprise générale de Construction Stage : Suivi du chantier de l’INSA à Saint-Etienne du Rouvray (76)

2008 (1 mois)

Pharmalog, Val-de-Reuil (27), Entreprise specialisée en externalisation et logistique santé Intérimaire

51


Lucie DEFROMERIE lucie.defromerie@free.fr 06.33.38.55.17

Lucie Defromerie - Portfolio 2007-2012  

Projets réalisés à l'ENSAN (Ecole d'Architecture de Normandie) 2007-2012

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you