Issuu on Google+

Districom

n° 19

JANVIER 2011 - Le journal de la Distribution France

S O M M A I R E FAITS MARQUANTS ....................... 2 - "Le Pivot Singapour" : une "fusée" sur la rampe de lancement… - De Cournon d’Auvergne à Amilly… Arrivée des produits Oenobiol

- Inauguration de l'ATAREX

- Réunion ASLOG à Lille le 17 novembre 2010 - 2ème phase de l’action OrdiSolidaire : Saint-Loubès reçoit l’ESAT St Joseph

- Réduction des déchets pour nos envois de "produits froids"

- PICSEL : le 1er module de travail par équipe est né

- Projet P.A.L.I.S. : remplacement des palettes bois par des palettes cartons

NOS MÉTIERS ............................... 7

- Quand la Maintenance devient Service Technique… - Projet SCRIBE : Service Clients Hôpital France - Administrateur des réceptions

- Conférences à l’étranger

HSE - QUALITÉ .............................. 10 - Tous sur la route d’Amilly !

- Les moniteurs caristes : des partenaires de terrain - Animation-débat autour… d’un transpalette - Un éveil musculaire pour bien commencer la journée : - Le site de Saint-Loubès ouvre ses portes aux pharmaciens d’officines de la région

- Amélioration du calage dans les cartons, l’exemple des Parfums Christian Dior (PCD)

VIE DE NOS SITES ......................... 13 - Le CDIS de Croissy Beaubourg aux portes de l’Afrique

- Le transfert de l’activité physique export entre Saint-Loubès et Croissy est un succès

- Fête de fin d'année du site de Croissy Beaubourg - La journée Gama

- Marly, un engagement dans la durée

Edito

Un changement d'année, c'est à la fois l'occasion de se souvenir des évènements passés et de se tourner vers le futur.

A nouveau en 2010, les volumes distribués au départ de la France auront progressé de 3 % pour atteindre 1 160 millions de boîtes, dont une moitié destinée au marché français et l'autre à l'exportation, vers nos filiales et nos clients tiers. Toutes les évolutions que nous avions prévues au travers du projet d'ajustement des activités au sein de la Distribution France sont à présent terminées et les conditions sont réunies pour améliorer encore le niveau de service apporté à nos clients.

Les nombreuses actions menées l'année dernière pour améliorer notre niveau de qualité ont permis de baisser de 20 % le taux de litiges (0,16 % pour 0,20 % en 2009) et ont touché l'ensemble de nos canaux de distribution. Les résultats au plan économique sont une fois de plus au rendez-vous. Un grand merci à toutes nos équipes pour le travail réalisé et le chemin parcouru tout au long de l'année.

Il est un domaine, celui de la Sécurité, où nous rencontrons des difficultés. Nos résultats se sont fortement dégradés pour le personnel sanofi-aventis et pour les entreprises extérieures.

Certes, des plans d'actions existent sur tous les sites et les réalisations sont nombreuses. Néanmoins, lors de l'analyse de chaque accident ou évènement, nous constatons combien le chemin qu'il nous faut encore parcourir est important. Afin de poursuivre efficacement, nous devons nous concentrer sur nos risques majeurs et prioriser nos actions. C'est essentiel et rien ne sera possible sans de sérieux progrès au niveau de nos comportements.C'est aussi une question de professionnalisme, l'image de nos activités de distribution en dépend. Plus que jamais, pour relever les nombreux défis que nous avons devant nous, nous devrons démontrer nos capacités à travailler dans les meilleures conditions possibles de qualité et de sécurité, dans un esprit d'équipe et de solidarité, tout en laissant s'exprimer au maximum les talents des uns et des autres.

Notre performance reposera avant tout sur le savoir faire des Femmes et des Hommes qui chaque jour se mobilisent pour servir au mieux nos clients.

Assuré de votre engagement, je souhaite à chacun d'entre vous ainsi qu'à tous ceux qui vous sont chers, une très bonne année. Dominique FOLLIOT Directeur Distribution


FA I T S M A R Q U A N T S

AMILLY

"Le Pivot Singapour" : une "fusée" sur la rampe de lancement… Par Elisabeth Mottaz et Michèle Saigot Depuis de nombreux mois, il n’était plus question que du projet "Pivot Singapour". Aujourd’hui et ce depuis le 1er Janvier 2011, il est devenu une réalité quotidienne pour les services clients export de Francfort, Saint-Loubès, Amilly et Singapour . Petit retour en arrière sur l’odyssée de ce projet

Qu’est-ce que le "Pivot Singapour" ? Annoncé officiellement à l’automne 2009, le projet "Pivot Singapour" est le second étage de la "fusée" SAFE, le premier étant fournisseur unique. Il s’agit pour le groupe sanofi-aventis de se doter d’un pivot en Asie Pacifique via sa filiale sanofi-aventis Singapore Pte Ltd. (SAS) pour anticiper sur la gestion du développement futur de cette zone. Le but du pivot : que nos clients, tant filiales que tiers ainsi que les usines de cette zone, n’aient plus qu’un interlocuteur et que les flux soient plus automatisés, à l’image de ce qui a déjà été réalisé en Europe.

Concrètement qu’est-ce que cela implique ? La conséquence de la mise en application de ce projet est un changement de flux de facturation. Le flux physique de nos produits vers l’Asie Pacifique reste le même, la majorité de ceux-ci partant de notre centre de distribution de Croissy (70 % des volumes). Les services clients export facturent désormais la filiale de Singapour via l’outil SAP WIDE (au lieu de facturer les clients finaux en direct) mais continuent de gérer les expéditions tandis que de son côté le service clients de Singapour facture le client final via l’outil SAP UNITY. Dans quelques mois, le même schéma de facturation sera également appliqué aux produits fabriqués en Asie (provenant en majorité du continent indien), vendus en Europe & dans le reste du monde. Plus que jamais les services clients export sont au centre de ce nouveau dispositif. Quels ont été les acteurs de ce projet ? Nous soulignerons la très large implication des équipes de Singapour, avec à la tête du projet Laure Gornet, ainsi que des différentes équipes françaises et allemandes toutes ayant œuvrées pour leur partie : l’informatique (Thierry Queyral), la

2

finance Europe (Jean-Michel Planquette), la fiscalité (Frank Huhn), la Supply Chain avec les services clients export des centres de distribution de Croissy et de Francfort, et les responsables projet : Johannes Hoffmann, Nicolas Lopoukhine.

De nombreux mois d’échanges sur les process, les données à consolider, à harmoniser, ponctués par divers ateliers, tant en France qu’à Singapour. Deux d’entre eux ont principalement concerné les services clients export. L’un en Avril auquel ont pris part Elisabeth Mottaz et Sylviane Berger pour la définition des rôles et responsabilités de chaque partie dans le cadre de ce projet ; l’autre en Octobre auquel ont participé Hélène Kawaya et Christelle Napie, et dont l’objectif était la réalisation de tests informatiques sur les nouveaux flux. Tests qui se sont avérés concluants. En parallèle, un important travail de création et mise à jour de base de données a été réalisé au sein du service clients export d’Amilly, par Dominique Babin-Lehmann.

Enfin, un pilote a été réalisé au 1er décembre 2010 pour valider la solution informatique : • au départ de Croissy, pour les flux vers l’Inde et vers un tiers Vietnamien, • au départ de Francfort, pour les flux vers l’Inde et vers l’Australie. Ce pilote a mis en évidence quelques points à améliorer/finaliser avant le démarrage global, mais tous les flux informatiques se sont déroulés sans impact négatif sur les flux physiques.

Dans la même optique, les services clients export se sont mobilisés en décembre pour anticiper le démarrage global de janvier 2011 pour leurs pays respectifs : • identification des opérations à réaliser en janvier, • contrôle de la disponibilité des prix et données de base, • création des commandes par anticipation dans SAP WIDE avec les nouvelles données informatiques clients/prix.

Le "Go Live" maintenu à la date initialement prévue n’a été possible que grâce à l’implication tout au long du projet de toutes les équipes, qui ont œuvré en collaboration d’un continent à l’autre, au-delà des fuseaux horaires...

Laure Gornet chef de projet


FA I T S M A R Q U A N T S

AMILLY

100 référepancelesttes Plus de 600

De Cournon d’Auvergne à Amilly… Arrivée des produits Oenobiol Par Monique Archambault et André Duchesne

L’opération de réétiquettage est gérée par Michel Habert (suivi des dossiers Qualité).

Le réétiquetage physique des cartons est effectué par l’EsatAstaf de Fontenay sur Loing (équipe de 4 personnes plus un éducateur sur 4 semaines). Les tests de préparation et de retour pour une commande ont été concluants.

Préparation des emplacements de picking (physique et paramétrage informatique).

Le 13 décembre, arrivée des premières palettes qui sont entreposées dans le bâtiment F pour ne pas gêner le fonctionnement de la réception. André Duchesne et Jacqueline Feron commencent le travail de vérification des palettes et des cartons : dimensions, poids, informations importantes pour paramétrer les codes articles dans notre système informatique afin d’effectuer les premières réceptions.

Le début de préparation des commandes : 4 janvier 2011 – emplacement : Ligne LDA, côté MV – les cartons standards sur LSBD. Au niveau du Service Clients Officines, chaque Attachée de Clientèle a reçu une formation afin de se familiariser avec les conditions commerciales des produits.

s Plus de 26 000 carton

Puis contrôle de tous les produits, numéros de lots dates de péremption et quantité afin d’effectuer les réceptions.

Les étiquettes cartons n’étant pas lisibles par notre système, nous devons imprimer de nouvelles étiquettes afin de réétiqueter tous les cartons venant de CSP ainsi que les premières réceptions de l’usine Europhartec.

CROISSY

Inauguration de l’ATAREX Par Naïma Benmatallah Comme vous le savez Croissy est le seul Centre de distribution en France à disposer d’un atelier de reconditionnement. Notre ambition est de développer notre ATelier Artisanal de Reconditionnement EXport pour en faire un ATelier Adaptable de Reconditionnement EXport et devenir ainsi un outil d’excellence pour la Supply Chain. C’est dans cette optique que le projet AWACS a été lancé et a permis d’investir dans deux nouvelles lignes de reconditionnement.

Une porte ouverte a été organisée le 6 décembre pour fêter l’arrivée de ces nouvelles lignes avec nos principaux Clients (SC Afrique, SC France, Accès Médicament, PPE, Compiègne, Pôle packaging...)

Ce fut l’occasion d’assister à des opérations automatiques (impression jet d’encre) et manuelles (dépose de stickers), de partager avec les équipes et de collecter de potentiels nouveaux besoins. Ces échanges se sont poursuivis autour d’un bon repas. une SC, un client, Si vous êtes une filiale, itant… n’hésitez pas une usine, un sous tra changements à nous solliciter pour vos se de stickers, de notices, d’étui, dépo inviolabilité, dépose de pastilles d’ jet d’encre… e, lag de far + vignettage impressions de et dès 2011 pour vos codes Datamatrix !

3


FA I T S M A R Q U A N T S

DEVELOPPEMENT DURABLE MARLY

Réunion ASLOG à Lille le 17 novembre 2010 Par Arnaud le Guillou La Distribution France a entrepris, depuis plusieurs années, de rassembler et fédérer les efforts de chaque site autour d’un projet commun plus ambitieux, plus transversal qui s’est enrichi de réalisations concrètes, pour faire émerger une nouvelle culture centrée sur l’homme au travail, avec ses talents, ses compétences et ses différences.

C'est dans le cadre du congrès annuel de l'ASLOG (association des logisticiens), qui se déroulait récemment à Lille, avec pour thème la logistique durable, que Dominique Folliot (directeur Distribution Europe) et Franck Granchette (RH SWI) ont présenté la démarche globale de la Distribution France d'accessibilité et de maintien dans l'emploi.

Dès 2005, plusieurs sites ont initié une démarche de sensibilisation de l’ensemble du personnel autour du Handicap couplée à un certain nombre d’actions liées à l’insertion de personnes en situation de handicap.

• Insertion de personnes en situation de handicap via des contrats d’intérimaires pouvant aboutir in fine à un contrat en CDI (par exemple en 2006, 6 contrats CDI sur Amilly Distribution) • Contrats de prestations avec des ESAT en milieu non protégé (sur site) pour des activités de réétiquetage • Accueil de stagiaires avec handicap lourd (sourd et muet) • Contrats d’entretiens d’espaces verts avec des ESAT

• Insertion en milieu ordinaire (par exemple contrat à temps partiel d’une personne en situation de handicap pour l’entretien de la voirie et d’espaces verts d’un site).

En 2008, continuant sur cette voie, l’équipe de direction Distribution France veut franchir un nouveau palier en saisissant l’opportunité de rendre tous ses sites accessibles, par des investissements significatifs réalisés en même temps et en coordination avec la Mission Handicap : • Création d’un élévateur à personnes à mobilité réduite sur 3 des 4 sites (déjà existant sur le quatrième site) • Mise en place de portes automatiques pour chaque site (entrée des bâtiments et accès Magasin) 4

• Création de rampes d’accès • Mise aux normes des sanitaires et portes d’accès • Marquage au sol pour les non-voyants Cette démarche volontaire a rendu possible l’embauche de personnes en situation de handicap, l’accès pour ces mêmes personnes à un plus grand nombre de postes et de métiers et plus généralement le maintien dans l’emploi de l’ensemble des salariés.

Depuis 2009, des solutions curatives sont mises en place pour prévenir l’usure professionnelle et préserver la santé au travail. En effet, l’activité de Distribution comporte de nombreuses manutentions et opérations manuelles très répétitives. De part cette spécificité, des salariés présentent ou risquent de présenter dans les années à venir des pathologies pouvant amener à des troubles musculosquelettiques (TMS) et/ou des inaptitudes partielles ou totales à certains postes de travail. • Identification de postes aménagés en lien avec les pathologies les plus fréquentes • Démarche transparente avec les acteurs sociaux locaux (partenaires sociaux, direction, médecine du travail, encadrement de proximité • Accompagnement du salarié dans le nouveau poste La démarche consiste aussi à déployer une politique préventive importante mettant l’accent sur la préservation du capital santé.

• Formation de formateurs gestes et postures (4 personnes pour les 4 centres de Distribution) • Formation "gestes et postures" de l’ensemble des collaborateurs • Sensibilisation à l’éveil musculaire pour l’ensemble du personnel d’un centre de Distribution (Marly la ville) • Démarche collective d’échauffements musculaires (approche professionnelle et domestique) avec l’aide d’un kinésithérapeute et d’une monitrice agréée pour l’ensemble du personnel d’un centre de distribution (Saint-Loubès) • Mise en place d’études ergonomiques au poste de travail

En 2010, l’ergonomie est prise en compte dans tout projet dès la conception des cahiers des charges pour assurer un équilibre durable entre rentabilité et santé au travail.

• Création d’un groupe de travail Ergodis pour accompagner les projets de changement. L’objectif de ce groupe est de préconiser la meilleure technologie possible pour des secteurs identifiés en y intégrant l’ergonomie. • Démarche de veille technologique sur tout équipement et matériel.

A ce jour, la Distribution réussit la performance de rester la première entité du Groupe en taux d’emploi de travailleurs handicapés et ce, depuis 2006. Pour l’année 2009, le taux est de 8,13 % pour 3,48 % aux bornes du Groupe.

Au-delà de dépasser l’obligation légale de taux d’emploi de 6 %, notre objectif, depuis plusieurs années, est de rendre le salarié acteur de l’aménagement et de l’amélioration des conditions de travail. Cette stratégie en matière d’accessibilité et de maintien dans l’emploi permet la recherche et la mise en place de solutions innovantes pour régler des situations individuelles et collectives. • Modification d’un geste répétitif et non ergonomique (lancé de cartons vides en préparation détail) (Marly la ville) • Mise en hauteur ergonomique du réapprovisionnement des cartons standards pour la préparation détail (Amilly distribution) • Suppression du cerclage manuel des palettes Dom-Tom au profit d’un cerclage semi-automatique mais totalement ergonomique (Saint-Loubès et Marly la ville) • Mise en hauteur de la palettisation par l’installation de tables élévatrices négatives et transpalettes ciseaux en extrémité d’antennes de tri (Saint-Loubès et Marly la ville) • Modification ergonomique du poste de contrôle pondéral pour la préparation détail (Saint-Loubès)

De plus en plus les salariés de la Distribution sont convaincus de la nécessité de prendre soin de leur capital santé. Ce changement culturel qui s’opère permet d’obtenir des résultats efficaces en matière de performance économique (baisse des coûts de revient de 10 % sur 3 ans) et une prise en compte systématique de l’ergonomie dans tous les avant-projets d’investissements de chaque site. Si cette démarche Distribution France est un résultat positif au niveau des chiffres, elle reflète avant tout une vraie aventure humaine, empreinte de solidarité et de réussite collective.


FA I T S M A R Q U A N T S

DÉVELOPPEMENT DURABLE SAINT-LOUBÈS

2ème phase de l’action OrdiSolidaire : Saint-Loubès reçoit l’ESAT St Joseph Par Lucile Tourlet C’est au cours du 2ème trimestre 2010 que l’action OrdiSolidaire a été lancée. L’objectif était d’offrir nos anciens ordinateurs à des associations de personnes handicapées et/ou âgées.

Ainsi, 20 associations de la Gironde avaient effectuées une demande d’ordinateurs et 11 d’entre elles avaient reçues du matériel.

Pour que cette action ne se limite pas à un simple don d’ordinateurs, 6 associations avaient acceptées de nous recevoir et de nous faire visiter leur structure. A cette occasion, la direction du site de Saint-Loubès a proposé à l’ESAT St Joseph, entreprise de travail adaptée de 90 personnes située à Mérignac, de poursuivre l’échange entre nos 2 entités.

C’est ainsi que nous avons reçu, le 16 novembre 2010, dans le cadre de la semaine pour l’emploi des personnes handicapées, l’ESAT St Joseph représentée par un groupe de 6 personnes : le directeur adjoint, le responsable des relations entreprises et 4 travailleurs.

MARLY

L’ensemble du personnel de Saint-Loubès a été invité à rejoindre la salle de pause aux alentours de 10h pour découvrir l’ESAT St Joseph et ses activités. Parmi

elles, l’emballage de jeux traditionnels en bois, la confection de coussins chauffants, l’assemblage de pièces (…) et la confection de leurs propres confitures.

Nos invités nous ont ensuite proposé de déguster leurs nombreux parfums de confitures : 72 pots ont ainsi été vendus.

Puis nous nous sommes dirigés vers le magasin, pour à notre tour, leur faire découvrir notre activité. Ils ont pu y découvrir le flux logistique présenté par les salariés du site, de la réception des commandes, à la mise en palettier avec les tridirectionnels en passant par les plateformes, la zone de préparation des commandes pour finir sur les quais d’expédition. Une visite riche pour nos visiteurs, à la fois intrigués et curieux d’en savoir plus.

L’aboutissement de l’action OrdiSolidaire marque un premier pas dans notre volonté de développer les partenariats avec les entreprises de travail adapté. La prochaine étape pourrait donc consister à intégrer, de manière temporaire et ciblée, un salarié du secteur protégé.

Réduction des déchets pour nos envois de "produits froids" Par Bernard Chevalier

Chargement d'un camion réfrigéré*

Nous approvisionnons un de nos plus gros clients hospitaliers, la Pharmacie Centrale des Hôpitaux de Paris située à Nanterre (92), en quantités très importantes de médicaments conservés au froid (entre +2°C et + 8°C). Jusqu’à présent ces livraisons étaient effectuées en mode express avec des colis isothermes maintenant la température des produits durant le transport. Suite à une visite ainsi que des échanges avec notre client au sujet des emballages utilisés, nous avons pris l’initiative de basculer nos livraisons en mode froid dirigé,

c’est-à-dire en camion réfrigéré. Pourquoi un tel changement ? • Les emballages isothermes : Leur fiabilité a fait ses preuves, néanmoins ces emballages sont encombrants et prennent beaucoup de place. Ils génèrent une préparation longue et pénible pour nos équipes de préparation de commandes. Le coût est également conséquent et ces emballages ne peuvent être valorisés. • Le traitement des déchets : Le volume des déchets, chez nos clients, pose un réel problème. Ces emballages isothermes ne peuvent être recyclés directement et sont ainsi évacués en DIB (Déchets Industriels Banals). De plus, nous ajoutons des pains de glace congelés dans nos cartons pour le maintien en température durant le transport. • Le positionnement de sanofi aventis et donc de Marly la ville en tant qu’entreprise responsable et citoyenne (R.S.E.) : Nous nous devons d’être à la recherche permanente du meilleur service client

associé aux grands enjeux sociaux et économiques. Exit donc ces envois volumineux composés de plusieurs dizaines, voire même plusieurs centaines de cartons isothermes chaque semaine pour notre client francilien. Place maintenant à des envois en emballage carton originel, livrés dans des camions réfrigérés permettant de conserver une température comprise entre 2 et 8°C durant la durée de la livraison jusque chez nos clients. Encore une belle "initiative marlysienne", qui permet d’être davantage performant et qui va bientôt s’étendre à tous nos clients hospitaliers.

Willy Lami pre*parant un colis froid

5


FA I T S M A R Q U A N T S

INNOVATIONS SAINT-LOUBÈS

PICSEL : le 1er module de travail par équipe est né Par Lucile Tourlet Chacun utilise à son poste de travail différents outils pour réaliser ses tâches quotidiennes. Mais qu’en est-il quand l’outil est mal connu de son utilisateur ? Confusion, erreur, répétition de la tâche, et parfois même stress et anxiété. C’est ce qui a conduit le groupe de travail PICSEL à réfléchir sur un sujet qui concerne l’ensemble du magasin : l’utilisation du nouveau pistolet radio LXE. Cet outil, introduit dans le magasin depuis quelques mois, ressemble à l’ancien pistolet toujours utilisé à ce jour, mais se présente différemment. Ainsi, pour que chacun puisse l’utiliser facilement, le groupe PICSEL a choisi de réaliser une fiche pratique.

Lors de la 1ère séance de travail réalisée au mois de novembre 2010, le groupe PICSEL a dressé une fiche d’identité du pistolet et des principaux problèmes d’utilisation rencontrés. Le choix d’une fiche pratique d’un format de poche a ensuite été fait. Lors de la 2ème séance de travail, les membres du groupe PICSEL ont réalisé une maquette informatique de la fiche pratique. Tous les éléments définis lors de la séance précédente ont été positionné.

MARLY

Sur le recto figure toutes les informations relatives à la bonne utilisation du pistolet, de l’allumage à la mise en mode "lettres" en passant par l’utilisation des nouvelles touches (orange/bleu). Sur le verso, un espace libre a été laissé pour que chacun puisse prendre des notes en fonction de ses besoins. Un rappel est également fait concernant le blocage de l’appareil. Après 2 mois de travail, la fiche pratique est prête.

C’est lors d’une réunion SAAS que les membres du groupe PICSEL ont présenté leur travail à leurs collègues. Un travail déjà salué par leur hiérarchie qui souligne que cet outil sera vraiment utile, aussi bien aux salariés permanents qu’aux nouveaux arrivants. Pour rappel : PICSEL est un programme de formation pour les opérateurs lancé en décembre 2009 sur le site de Saint-Loubès (site pilote avec Compiègne). La 1ère phase du projet PICSEL a permis aux 8 stagiaires du programme, accompagnés par 3 tuteurs, de travailler sur un outil informatique nommé "1001 lettres". Cet outil offre la possibilité de travailler de manière personnalisée sur des mini-modules de français et de mathématiques, sur des applications de logique et mémoire, le tout sur des sujets liés à des problématiques professionnelles et personnelles. La 2ème phase consiste à travailler en groupe sur des sujets liés au quotidien professionnel.

Projet P.A.L.I.S. : remplacement des palettes bois par des palettes cartons Par Delphine Marcognet Au travers du projet P.A.L.I.S., Marly la Ville a étudié la faisabilité du remplacement des palettes bois par des palettes cartons. P.A.L.I.S., signifie Projet d’Achats & de Logistique sur l’Innovation et la Satisfaction (Clients & Collaborateurs). L’un de nos clients a émis un besoin spécifique : une logistique de palettes à optimiser. Pour y répondre et dans un souci de performance service client, Marly la Ville propose le remplacement du bois par le carton. Ce projet satisfait complètement les objectifs stratégiques du groupe sanofi aventis. Il répond à la fois aux exigences environnementales en remplaçant le bois par le carton, mais aussi à l’aspect social en accordant une attention particulière aux conditions de travail des salariés tout en respectant les questions économiques de réductions de coûts. Pour répondre à l’ensemble de ces objectifs, de nombreux services ont exprimé leurs attentes et les besoins spécifiques tout en soulevant les principaux freins. Le service Achats a organisé une réunion avec le fournisseur et les utilisateurs internes. Le fournisseur est venu avec ses premiers prototypes pour effectuer les principaux tests qui ont notamment porté sur la solidité de la palette carton, sa résistance au choc et à l’humidité, le transport des palettes et leur manipulation, les gains économiques directs et indirects potentiels ou encore sur l’amélioration des conditions de travail. Ces premiers tests s’avèrent concluants. 6

Un plateau Uranus ABC avec 3 traverses Atlas BC Une traverse contient 5 mandrins de 3 mm Une palette sera composée de 15 mandrins

Cette série de tests a permis de valider la fiabilité du remplacement des palettes bois par les palettes cartons. P.A.L.I.S. va être présenté prochainement à la filiale S.A.F. afin de pouvoir décliner le projet à notre principal client du canal hospitalier. Il pourra s’étendre ensuite à l’ensemble des canaux de distribution si notre premier client est pleinement satisfait.

En parallèle, Marly la Ville réalise actuellement un test avec le canal D.O.M.-T.O.M. où les commandes sont envoyées en transport aérien. Pour les commandes inférieures ou égales à 4 colis, le poids des colis est inférieur au poids de la palette bois qui peut peser jusqu’à 15 kg. De ce fait, le client paie plus cher le conditionnement que le colis. Avec un poids de 3.5 kg, les palettes cartons établissent une meilleure cohérence des coûts en réduisant significativement le coût lié au conditionnement.

NB :Ce projet étant en phase d’étude, nos fournisseurs actuels poursuivent leurs approvisionnements en palettes bois. Et comme il n’en est qu’a ses débuts, ce projet est promu à un bel avenir. A suivre...


NOS MÉTIERS

EXTERIEURES ENTREPRISES ures par an Environ 30 000 he s en temps plein Soit 12 personne

AMILLY

Quand la Maintenance devient Service Technique… Par Florent Benoit et Anne Bougier Le Service Maintenance s’est transformé depuis quelques années en Service Technique. Le service gérait, il y a encore 2 ans, essentiellement les outils de production (lignes de préparation de commandes, engins de manutention), les opérations liées aux bâtiments, énergies fluides étaient sous-traitées. Les exigences sécurité et qualité ont augmenté et nécessitent un suivi pointu des entreprises extérieures et de la co activité lors de gros projets. Notre rôle ? Nous avons la responsabilité de faire en sorte que les outils soient disponibles pour la production, que les bâtiments, énergies fluides correspondent aux besoins des utilisateurs, et qu’ils puissent se déplacer et travailler en toute sécurité.

Eric Klimérak

Paulo Rocha

David Bourgeois

Florent Benoit

Une forte activité de sécurisation des intervenants extérieurs : Nous devons gérer, accueillir et suivre les entreprises extérieures intervenant sur le site (présentation des risques liés à la co-activité, sensibilisation à la sécurité et aux règles établies sur le site, réalisation des plans de prévention, des autorisations de travail…) et veiller également à la sécurité des intervenants. Cette activité mobilise 1 personne à temps plein au sein de l’équipe technique (hors activité projets).

Maintenance préventive et curative : forte augmentation de l’activité Entre 2006 et 2008, notre activité "demandes d’intervention" a connu une croissance de 46 % . Ce résultat s’explique par les auto-inspections plus fréquentes d’intervention (+ 46 % entre 2006 et 2008), essentiellement sur des demandes de sécurisation pour arriver à une stabilité d’environ 1 000 demandes de travail et de réalisations par an.

Activité inventaires physiques : Cette activité n’est pas anodine et représente 20 % d’une personne à temps plein.

L’objectif de l’équipe : être polyvalents sur tous les sujets L’équipe, composée de 3 techniciens, est polyvalente pour la partie outils production et quasiment polyvalente sur la partie maintenance générale. L’objectif de l’équipe : être complètement polyvalents quel que soit le sujet technique à traiter. Cela requiert une polycompétence qui est à développer aujourd’hui compte tenu de la taille de l’équipe. C’est une nécessité impérieuse pour assurer le bon fonctionnement des outils de production, tant en période de congés que lors des organisations de l’activité de préparation de commande en double équipe.

Activité administrative : Maria Novo 900 commandes passées en 2009 : tel est le challenge relevé par Maria Novo qui suit le processus demandes d'achat => commande => réception finale. Maria est aussi le point d’entrée pour toutes les fiches d’anomalies afin de générer les bons de travaux en GMAO. Elle apporte également une aide au responsable technique pour toutes les mises en service. 7


NOS MÉTIERS Suite – Quand la Maintenance devient Service Technique…

Activité Projets : Le projet "réfection de la salle de réunion du bâtiment administratif et des sanitaires" a fait appel à plus d’une douzaine d’entreprises, avec ponctuellement jusqu’à 5 entreprises fonctionnant en co-activité nécessitant un suivi permanent des travaux et la façon de faire des entreprises. Le service Technique a été amené à faire appel à Yannick Lubin afin de gérer l’ensemble des activités et co activités toujours dans un but de "0 accident" allégeant ainsi la charge de travail du service Technique. La communication, essentielle au bon fonctionnement : Du fait de la charge de travail et des différents projets suivis par chacun

Métier de Technicien de Maintenance sur un centre de Distribution :

des membres de l’équipe, il est nécessaire de se réunir fréquemment pour échanger sur l’avancement des travaux, les difficultés rencontrées, trouver ensemble des solutions à certains problèmes et maintenir ainsi un niveau d’informations identique pour l’ensemble du service. La communication vers nos clients internes est aujourd’hui un axe de progrès à développer. Les techniciens :

Eric Klimerak-David Bourgeois Paulo Rocha

• polycompétence exigée (mécanique, électricité, automatismes, énergies fluides climatisation, chauffage, gestion de projet… ), • activité support centrée sur le besoin client nécessitant une grande disponibilité et écoute,

• capacité d’analyse et méthodes de résolution de problèmes, rigueur, organisation sont les qualités requises pour ce type de poste, • rareté de ce type de profil sur le marché interne et externe.

CROIX DE BERNY

Projet SCRIBE Service Clients Hôpital France Par Sylvie Barré Mise en place d’un système de reconnaissance informatique des commandes reçues par fax "Document Manager"

Projet très motivant car nous avions besoin de faire évoluer notre métier. Seul le canal hospitalier faisait encore de la saisie manuelle sur d’importants volumes de commandes. L’EDI à l’hôpital n’avait que très peu progressé en 10 ans et les établissements hospitaliers ne prévoyaient pas d’évolutions sur le mode de passage des commandes.

Nous avons donc décidé de mettre en place une application WEB "Document Manager" capable de décrypter les commandes faxées par les clients en utilisant un module de reconnaissance de caractères.

Nous sommes le premier laboratoire pharmaceutique Français qui met en place cette technologie pour le traitement des commandes, avec un volume journalier moyen de 600 commandes représentant 5 500 lignes.

Document Manager transforme les commandes hospitalières reçues par fax en commandes informatiques dans le système commercial SAP WIDE. Il identifie le client et toutes les données contenues dans le fax. Il extrait et interprète les informations clés nécessaires à la création de la commande. Il nous propose un apprentissage progressif de la reconnaissance des fax. Il capitalise et mémorise leur décryptage. Un archivage numérique est effectué, favorisant les temps de recherche et l’amélioration de notre qualité de service vis-à-vis des clients.

8

Cette création automatique des commandes dans SAP WIDE nous permet d’avoir plus de disponibilité pour la relation clients. L’impact est important à trois niveaux. Sur l’organisation, nous avons plus de temps pour des tâches à plus forte valeur ajoutée, nous gérons mieux les surcroîts d’activité et les absorbons plus rapidement. Nous connaissons notre encours de commandes à l’instant T. Sur le plan personnel, l’outil automatise la saisie mais l’utilisateur est responsable de la validation de la commande. La partie gestion des commandes est beaucoup moins fastidieuse. Le métier des assistants du service Clients s’en trouve valorisé.

Document Manager renforce la performance du service Clients. Il améliore le flux logistique, les commandes sont transmises plus rapidement vers le centre de distribution. Grace à ce nouvel outil nous pouvons maintenant répondre au besoin de la filiale France et traiter en priorité certains Clients. Cette innovation contribue de manière significative au développement durable en supprimant les impressions et l’archivage papier tant pour les commandes que pour les réclamations. Le projet SCRIBE a été porté par une équipe motivée, solidaire, enthousiaste, et réactive, merci à tous nos collaborateurs et à nos partenaires qui ont participé à cette aventure.


NOS MÉTIERS

MARLY

Administrateur des réceptions Par David Jaudouin L’équipe occupant le poste Administratif Réception a un rôle majeur dans les opérations de réception. En parallèle du déchargement physique des palettes, c'est à partir de ce poste que commencent toutes les opérations informatiques. L'équipe a pour rôle, lors de l'arrivée des camions sur le site de Marly la Ville, de

Luc Arnoux

prendre en charge toute la documentation des chauffeurs. Elle vérifie, en première intention, que les produits arrivant sur site leurs sont bien destinés. Puis elle contrôle ou enregistre les données des dossiers de réception par rapport aux documents de transport.

C'est à cette première étape qu'elle a un rôle principal dans la chaine qualité de la distribution des produits pharmaceutiques puisque, en association avec l'équipe de contrôleurs qui vérifient physiquement les produits, elle assure la mise à disposition des codes produit et lots conformes aux équipes de préparation. L'association poste administratif / contrôleurs permet également de stopper d'éventuelle erreur de production telle qu'un prix non conforme ou la casse de produit. De plus, elle a de nombreuses tâches annexes de très grandes importances. Lors de réception de produits froid, les personnes de cette équipe s'assurent

Annie Ansel

que toutes les palettes soient bloquées informatiquement à réception. Ces palettes seront ensuite libérées par un pharmacien, après vérification des courbes de températures et accord de l'usine de provenance. Elles sont aussi fréquemment en lien avec l'équipe Gestion Des Stocks, pour effectuer la répartition de certains stocks à réception vers les autres centre de distribution France, pour positionner ou vérifier des motifs de blocage, ou pour traiter des problèmes liés aux commandes d'achat SAP.

Ce poste nécessite une grande rigueur car il est en première ligne pour assurer, en lien avec les contrôleurs, la qualité des produits et la distribution des bons produits aux bons clients.

CROIX DE BERNY

Conférences à l’étranger Par Bernard Molinie Dans le cadre des échanges entre la distribution Sanofi-Aventis et l’université de la Sorbonne, nous avons eu le plaisir d’être sollicités par la Directrice des Masters Commerce International pour assurer un cycle de conférences pour les étudiants de Master 1 et 2 à la Sorbonne à Paris et Abou-Dhabi, couplé à une visite à notre plateforme de Dubai et au siège des opérations commerciales Moyen-Orient. Les aspects opérationnels de la distribution export, et en particulier les impératifs de qualité et les initiatives pour réduire les impacts environnementaux ont été les thèmes de mes premières interventions. Le contrôle interne et la loi Sarbanes-Oxley ont été l’objet d’une autre conférence, avec pour objectif de faire prendre conscience aux étudiants de l’importance, pour une société cotée en bourse, de mettre en place toute une structure organisationnelle pour répondre aux réglementations. Le service clients export de la Croix-de-Berny bénéficie de cette collaboration entre entreprise et université, avec, en 2011, 2 stagiaires de la Sorbonne (Master 1 & 2) et, pour la première année, un contrat d’apprentissage pour une étudiante de Master 2.

En conclusion, la rencontre avec des étudiants de diverses nationalités, tant à Paris qu’à Abou-Dhabi, est un moment particulièrement enrichissant et la réaction très positive de ces étudiants découvrant les problématiques d’une société aussi importante que sanofi-aventis nous encourage à poursuivre ces échanges. 9


HSE - QUALITÉ

Quelques chiffres qui font réfléchir !!

par an Moins de 4 000 tués par accidents de circulation, 90 100 blessés dont 33 300 hospitalisés,

AMILLY

Tous sur la route d’Amilly ! Par Anne Bougier et Céline Blanchet Les accidents de la circulation et la gravité de leurs conséquences s’expliquent bien souvent par une combinaison de facteurs liés au conducteur, au véhicule, à la route, aux conditions de circulation, aux secours…

Les facteurs humains en particulier apparaissent dans plus de 90 % des accidents corporels. Les plus connus sont l’alcoolémie ( 28,5 % des tués sur la route), choc contre un obstacle fixe, conditions météorologiques etc. D’autres facteurs (et non des moindres) ne sont pas systématiquement recherchés car difficiles à déterminer avec précision : vitesse, fatigue, somnolence, distraction, téléphone au volant, non respect des distances de sécurité.

3 000 orphelins

Chaque jour 12 morts, 249 blessés dont 12 vont conserver des séquelles majeures

domestiques autour d’un café, viennoiseries et jus de fruits pour agrémenter ce moment de convivialité et d’échanges.

• 5 - Atelier Réglages phares auto : 45 personnes ont pu faire vérifier et régler leurs phares. La neige était au rendez vous, un peu frisquet mais bon souvenir pour chacun. Quelques regrets car l’atelier "test choc" a été annulé par précaution.

Nous avons souhaité consacré la journée du 16 décembre 2010 à la prévention routière avant la période des fêtes.

L’objectif : sensibiliser chacun aux

risques liés à la route à l’approche des fêtes, approfondir ses connaissances et adopter une attitude vigilante au volant. 20 groupes ont déroulé un parcours d’1h40 composé de 5 ateliers. • 1- Atelier Alcoolémie avec simulateur d’alcoolémie a permis à chacun de se rendre compte des risques liés à la consommation d’alcool avant de prendre la route. Ce fut l’occasion d’échanger sur les pratiques de consommation de chacun et les risques encourus (temps de réaction rallongés, défaut de coordination et de synchronisation des gestes, troubles de la vision…). Certains ont été surpris par les résultats obtenus.

• 2- Atelier Vigilance avec des séquences vidéo et des échanges autour des thèmes : la fatigue, la somnolence, la nécessité de respecter des temps de pause, de conserver ses distances de sécurités selon les conditions atmosphériques. • 3 -Atelier Vitesse avec un réactiomètre afin de permettre une prise de conscience du temps de réaction différent selon les personnes.

• 4 - Atelier routière avec documentation et panneaux explicatifs sur les risques liés à la route et aux accidents

10

Bernadette, Marie-Christine, Philippe : très bien les ateliers alcootest et vitesse - sympa le petit goûter – l’atelier Vigilance un peu long mais tous les modules étaient intéressants, super le réglage des phares.

Marie : très intéressant, ce qui a été sympathique c'était d'avoir pu participer aux tests virtuels..


HSE - QUALITÉ

SAINT-LOUBÈS

Les moniteurs caristes : des partenaires de terrain Par Lydie Roussel L’accueil des nouveaux arrivants et leur habilitation au poste de travail est un processus clef dans la prévention des risques. Pour ce qui est de la conduite d'un chariot élévateur, un salarié, statutaire ou intérimaire, doit avoir reçu l'autorisation de conduite délivrée par le directeur d'établissement. Les conditions de délivrance de cette autorisation sont imposées par la réglementation française. Elle n'est donnée qu'au vue de 3 éléments : 1/ Un examen d'aptitude à la conduite réalisé par le médecin du travail ;

2/ Un contrôle des connaissances et du savoir-faire du conducteur pour la conduite en sécurité de l'équipement de travail. Pour ce faire, nous avons imposé l'obtention du CACES (Certificat d'Aptitude à la Conduite en Sécurité). 3/ Un contrôle des connaissances des lieux et des instructions à respecter sur le ou les sites d'utilisation.

Cette 3ème étape était jusqu'à présent confiée aux agents de Maîtrise. Or, certains AM ne sont pas eux-mêmes caristes.

A l'instar des autres centres de distribution avec lesquels nous avons mené une réflexion globale (avec le groupe de travail composé de caristes intersites en

2008), nous avons choisi de confier cette mission à des caristes du secteur. Il s’agit de Patrice Delouzillières, Eric Marie, Mickael Di Scala (service réception/ expéditions), Hervé Dupuille et Fabien Alberti (service préparation France DOM/TOM). En effet, ils connaissent parfaitement les conditions de circulation à respecter sur le site et sont les principaux interlocuteurs des nouveaux arrivants. Ces caristes devront donc être capables, non seulement d'évaluer les nouveaux salariés intérimaires, CDD ou CDI mais devront aussi faire preuve de pédagogie et d’écoute. Ils ont donc une mission importante pour laquelle nous sommes sûrs qu’ils seront à la hauteur.

SAINT-LOUBÈS

Animation-débat autour….d’un transpalette Par Pascale Llegou Dans le cadre du PASS 2010, une action commune aux Services Préparation Réception/Expédition avait été initiée. Elle portait sur les bonnes pratiques d’utilisation des transpalettes. Cette animation s’est déroulée les 15 et 16 décembre et avait pour but de resensibiliser le personnel sur le respect des règles de sécurité pour ces engins de manutention.

Nous avons dans un premier temps projeté des vidéos de comportements totalement prohibés, issues de situations réelles rencontrées dans d’autres entreprises. Nous nous sommes également appuyés sur les différents Rex de Marly et St Loubès touchant ce sujet. Nous souhaitions initier un débat entre les différents opérateurs sur le thème de la sécurité et des risques encourus dans la manipulation des transpalettes (TP) : risques de chocs sur les pieds, les mains, le buste…

Chacun a pu librement donner son opinion. Nous voulions également qu’ils nous expliquent comment bien se servir d’un TP. Denis Reigadas et moi-même, avons joué les candides et posé des questions, telles que : Pour pouvoir utiliser un TP électrique, je dois : • Avoir mon permis de conduire • Etre autorisé par mon employeur • Avoir suivi une formation • Etre détenteur d’un permis Caces

Ou bien Pour charger ou décharger une remorque dételée, j’ai le droit d’utiliser : • Un chariot • Mon collègue à bord de son chariot • Un TP électrique

Ces questions sont issues de l’évaluation théorique soumise à chaque nouvel arrivant depuis octobre 2010. Ce sont nos moniteurs caristes qui se chargent de faire passer les tests. Pour être autorisé à utiliser un TP, le candidat doit avoir donné 12 bonnes réponses sur 15 au minimum.

Nous avons conclu l’animation en leur précisant que l’ensemble de nos TP allaient être équipés d’un dosseret afin de préserver leur sécurité tout en continuant à rester vigilant. Si la sécurité est l’affaire de tous, c’est aussi l’affaire de chacun !

11


HSE - QUALITÉ

QUALITÉ MARLY

Un éveil musculaire pour bien commencer la journée Par Delphine Roussel-Boisseau Sessions d’échauffement/ relaxation quotidiennes à la préparation détail du site de Marly-la-Ville

Le 25 novembre, les sessions quotidiennes d’éveil musculaire ont été lancées dans le secteur de préparation détail du site de Marly-la-Ville. Chaque matin, le personnel du secteur qui le souhaite est invité à réaliser une session d’échauffement/ relaxation avant la prise de poste. Ces séances, facilement réalisables par tous, ont pour but d’échauffer les muscles et de préparer les articulations au travail de manutention. Les sessions sont animées par des membres du groupe de travail Eveil Musculaire (Betty Gambin, Préparatrice Détail, Pascale Martin, Chef d'équipe Préparation Détail, René Lemarchand, Cariste et membre du CHSCT et Christine Vachey, Préparatrice Détail et membre du CHSCT) dans un lieu identifié et équipé

de posters présentant les exercices à réaliser. Depuis cette date, l’équipe de la préparation détail communique de façon très positive sur cette action, éveillant l’intérêt des autres secteurs du site où l’éveil musculaire sera déployé prochainement. "Les autres secteurs sont impatients de pouvoir commencer les sessions d’échauffement parce que eux aussi sont soumis à des contraintes physiques durant leur journée de travail" témoigne Sophie Pallot, chef d’équipe de la PAO. Un début de journée en douceur, tout en restant dynamique, pour aborder son poste de travail en pleine forme !

SAINT-LOUBÈS

Le site de Saint-Loubès ouvre ses portes aux pharmaciens d’officines de la région Par Caroline Angotti, Solange François et Geoffroy Chabrillat Jeudi 14 Octobre 2010, une journée importante à la fois pour le site de distribution de Saint-Loubès et les pharmaciens officinaux de la région Aquitaine.

En effet, le site a ouvert ses portes à un groupe d’une vingtaine de pharmaciens d’officine venant des départements 33 et 17, accompagnés par un Responsable Grands Comptes de sanofiaventis. La visite avait pour objectif de leur faire découvrir un des centres de distribution de Sanofi-aventis et son organisation, au service de ses clients, avec le souci permanent de sa qualité de service.

La rencontre a débuté par une présentation en salle abordant les objectifs du site au sein du groupe d’envergure international. Ensuite, rien ne vaut une découverte du terrain, directement dans l’exploitation.

Deux groupes de visites ont alors suivi les flux d’information et des produits finis, de la réception venant des usines, de part le monde, jusqu’aux colis destinés aux clients finaux sur le marché domestique et des DOM/TOM. Echange riche et intéressant pour les visiteurs qui ont découvert une exploitation dynamique utilisant différents process, tels que le "pick to light" pour le prélèvement des unités commandées ou l’usage de convoyeurs automatisés assurant le transfert sécurisé des cartons préparés.

Les pharmaciens ont montré leur intérêt en posant de nombreuses questions sur de vastes sujets : la gestion du portefeuille des

12

commandes, notre préparation physique des colis, la gestion des retours clients ou des rappels de lots et notre quotidien logistique, avec nos impératifs et les priorités clients.

Comme les fois précédentes, la visite fut appréciée par tous nos visiteurs. Ils ont même, en signe de reconnaissance, confirmé leur attention et vigilance lors de la passation de leurs commandes futures.

…Avec le plaisir de renouveler cet échange entre professionnels pour valoriser nos savoirs faires, nos valeurs et poursuivre ces relations constructives pour une satisfaction mutuelle.


HSE - QUALITÉ

MARLY

Amélioration du calage dans les cartons, l’exemple des Parfums Christian Dior Par Daniel Helt et Eric Stener L’optimisation du calage et de la protection de nos produits expédiés dans les cartons de livraison détails est un point essentiel afin de limiter la casse et de tendre vers l’objectif "0 défaut qualité". En effet, nous devons nous assurer que les emballages utilisés pour le transport de nos cartons détails jusque chez nos clients, maintiennent en parfait état les produits qui se trouvent à l’intérieur de ces colis. Une démarche de Benchmarking nous a conduit à visiter le site de production mondial des Parfums Christian Dior (PCD) situé à Orléans le 9 novembre dernier pour voir comment ce grand parfumeur opérait en matière de calage de produits fragiles dans ses cartons. Delphine Marcognet, responsable Achats, Eric Stener responsable Assurance Qualité, Patrick Gérard, responsable exploitation et Daniel Helt, responsable projets ont souhaité étudier l’exemple de ce parfumeur qui gère chaque année 600 000 commandes comptabilisant environ180 millions d’unités expédiées, vers tous les

points du globe. Avec plus de 3 000 références de produits, les envois par colis détails sont, comme dans le domaine pharmaceutique une préoccupation permanente pour que les produits arrivent en parfait état chez les destinataires. Au cours de notre visite nous avons constaté que PCD dispose d’une installation de transitique et de préparation similaire à celle du centre de Distribution de Marly la Ville avec remplissage des cartons par des opératrices ou opérateurs. Toutefois, PCD a opté pour un modèle unique de carton détail dont le calage est effectué en automatique par deux machines situées en fin de ligne. Un premier équipement dépose un coussin d’air gonflé sur le dessus des produits, tandis que le second (à l’instar de Marly la Ville) met en place une cale avant fermeture du carton. L’association coussin d’air et cale assure un parfait calage des étuis.

Au cours de nos échanges avec nos interlocuteurs, nous apprenons que ce système a remplacé des fours de rétractions dans le cadre d’une démarche ISO 14001 initiée en 2004. D’autre part, nous apprenons également que la machine de dépose automatique des coussins d’air est le premier prototype d’une nouvelle génération d’équipements lancés à présent en production à l’échelle industrielle.

En synthèse, nos échanges avec les équipes de PCD concluent aux facteurs suivants qui concourent à l’optimisation du calage: • Un rangement approprié du contenu du colis • Une plaque ou un coussin au fond du colis • Un coussin au dessus • Enfin, une cale au dessus venant comprimer les coussins autour des produits Cette démarche de benchmarking nous a permis de nous assurer de la pertinence de cette méthode de calage, ainsi que de la faisabilité technique sur notre site de Marly la Ville. Nous devons à présent poursuivre notre projet par une étude économique nous permettant de garantir la viabilité de cette solution dans le cadre de notre propre activité.

VIE DE NOS SITES

CROISSY

Le CDIS de Croissy Beaubourg aux portes de l’Afrique Par Kamel Ouzeri Nouvelle organisation Depuis le 1er janvier 2011, notre centre a élargi son panel de clients sur le continent Africain, en reprenant l’activité de préparation/emballage des produits Aventis, précédemment traités par la société Pharmexx, un grossiste répartiteur spécialiste de ce continent. En effet, la volonté du groupe est de regrouper les portefeuilles clients Afrique sur un même lieu.

Pour ce faire, une nouvelle organisation a été mise en place, en complément des pays Africains déjà traités par le site. Cette nouvelle activité s’ajoute aux

activités Export rapatriées de Saint Loubès et pour lesquelles l’espace libéré par le départ du Matériel Promotionnel a été utilisé.

Une nouvelle aire de stockage, et d’emballage a été créée, afin de permettre une meilleure optimisation des expéditions. Le pôle dédié à l’Afrique est composé de 7 emballeurs et 5 préparateurs de commandes, qui travaillent sur des destinations qui font rêver : le Sénégal, le Burkina- Faso, le Kenya, le Gabon etc... pour ne nommer que celles-ci, et ce avec un grand professionnalisme. 13


VIE DE NOS SITES

SAINT-LOUBÈS

Le transfert de l’activité physique export entre Saint-Loubès et Croissy est un succès Par Ingrid Gross-Dupeyron et Christelle Tellier Ces derniers mois, plus exactement depuis le 15 septembre 2010, nous étions en plein BOOM des transferts d'activité physique entre le site Export de Saint-Loubès et le site de Croissy-Beaubourg. Planning du rapatriement :

15/09 : Italie - Slovénie 01/10 : Grèce - Chypre - Malte 15/10 : Australie - Brésil 01/11 : Europe de l'Est 15/11 : Espagne - Portugal 01/12 : Amérique Latine

Dorénavant, Croissy est le seul site distribution en France qui expédie des produits vers l'Europe et l'Intercontinental. Plusieurs conséquences de ce passage d’activité physique

Pour Saint-Loubès :

• le fait de jongler entre les derniers camions ou conteneurs qui partaient du site de

14

Saint-Loubès et prévoir les premières préparations sur le nouveau site de distribution physique, Croissy,

• l’intégration des particularités d'une nouvelle organisation, des interlocuteurs avec des façons de travailler différentes, des formulaires différents : en somme un nouveau monde à découvrir,

• l’intégration progressive au sein de l’équipe préparation France DOM/TOM des personnes précédemment rattachées à la préparation Export. Pour Croissy :

• la mise en place d'une nouvelle organisation au service transport et des adaptations dans tous les autres services,

• des investissements et une réorganisation du stockage et de la préparation pour accueillir cette activité.

Tout ceci dans un but global : ce transfert devait rester transparent pour tous nos clients destinataires et ils ne devaient même pas s'en apercevoir.

Ce challenge nous l'avons achevé, dans un esprit de solidarité, en nous relevant tous les manches et en garantissant une continuité de service.

Nous entrons à présent dans une nouvelle phase, ensemble, avec nos collègues des autres customer service d’Amilly et de Croix de Berny. Nous devons harmoniser nos façons de procéder et établir dans tous les domaines où cela est possible des procédures transverses sur nos sujets communs. Il y a dans tous les domaines, et en écoutant chacun, des bonnes idées à prendre et des améliorations à développer. Il appartient à chacun de nous de saisir ces opportunités dans un but d'excellence et de satisfaction client.

Pour marquer la fin de ce transfert physique d’activité entre nos 2 sites, l’équipe de Croissy a accueilli l’équipe du service client Export de Saint-Loubès le 10 décembre dernier. Une journée et une soirée pour échanger et tisser des liens que nous souhaitons forts et durables.


VIE DE NOS SITES

CROISSY

Fête de fin d’année du site de Croissy Beaubourg Par Kamel Ouzeri La traditionnelle fête de fin d’année de notre site s’est déroulée le 10 décembre dernier, dans un loft privé au sein du quartier Bastille à Paris.

Des convives enthousiastes

C’est dans ce cadre agréable que les salariés du site ainsi que nos invités, venus nombreux, ont pu profiter d’un savoureux buffet et d’une animation musicale orientée "Années 70" qui a remporté un grand succès auprès des participants. En attendant l’édition 2011, cette soirée restera l’un des événements marquants de l’année 2010.

Quand les CDIS de Croissy et d'Amilly se rencontrent

CROISSY

Journée Gama (handicap au travail) Par Ferdinand Djiembi-Moussavou La journée d’autoévaluation en matière d’accessibilité aux lieux de travail en faveur des personnes à besoin spécifique du 8 octobre 2010 dernier a permis de mesurer le chemin parcouru par le site de Croissy pour favoriser l’intégration des personnes handicapées. Les intervenants externes en situation de handicap ont pu constater que l’essentiel de leurs recommandations lors du diagnostic fait en 2008, avaient été mises en œuvre.

Le site de Croissy doit être accessible à toute personne en situation de handicap afin d’atteindre un niveau d’autonomie raisonnable, a rappelé Dominique Folliot, Responsable Distribution Europe.

Par ailleurs, cette journée a permis de sensibiliser le personnel du site via les animations en salle de pause.

Des efforts significatifs restent réaliser en matière d’Emploi des travailleurs handicapés.

Le site est maintenant accessible à la majorité des handicaps (moteur, visuel, auditif, petite taille, etc.). Constat confirmé par Katherine Schminke, Responsable Mission Handicap France : "Une manifestation très bien réussie… avec d’énormes réalisations faites sur le site depuis 2008".

les managers à l’emploi des travailleurs handicapés avec les sociétés d’intérim.

- dans le domaine de la communication, par la création d’un livret d’accueil sur l’intranet et en continuant à sensibiliser les salariés sur ce thème grâce à notre journal interne. *Association pour faciliter l'insertion professionnelle des jeunes diplômés

A ce titre, un plan d’action a été mis en place afin de poursuivre nos efforts :

- dans le domaine de l’accessibilité, en continuant les aménagements tels que les marquages au sol et l’adaptation des documents d’accès au site en braille, - dans le domaine de l’emploi, en établissant un partenariat avec les écoles et les associations (AFIJ *etc...) et en sensibilisant

15


VIE DE NOS SITES

MARLY

Marly, un engagement dans la durée Par Bernard Chevalier C’est dans la droite ligne de notre volonté d’innovation sur le thème du Handicap que le site de Marly-la-Ville a organisé une rencontre inhabituelle, à l’occasion de la semaine nationale de l’emploi des personnes handicapées chez sanofi-aventis.

Tout à commencé en décembre 2009, lorsqu’une rencontre avait eu lieu avec la Maison d’Accueil Spécialisée (MAS) et le Chœur Clément Wurtz composé de personnes handicapées moteurs et cérébraux.

Ce fut l’occasion pour l’équipe encadrement du site de participer à deux concerts exceptionnels en l’église Saint-Sulpice et en l’église de la Madeleine à Paris devant 2 000 personnes.

La rencontre avec Ryadh Sallem, triple médaillé olympique handisport en basket fauteuil, était aussi un moment fort de ces journées de partage. Cette émotion partagée et ces liens du cœur ne se sont pas rompus et Ryadh Sallem, assisté de son équipe Cap Sport Art Aventure Amitié, était à nouveau à nos côtés en cette fin d'année 2010 pour une animation des plus ludiques organisée à Marly-la-Ville : • Atelier de langage des signes, • Parcours de dégustation en aveugle, • Ateliers et débats de sensibilisation avec mise en situation de handicap

étaient proposés à l’ensemble des salariés de Marly-la-Ville.

Le point fort de cette journée a été sans contexte la compétition de basket fauteuil au cours de laquelle chacun a pu mesurer son adresse en tentant de réussir le maximum de "paniers" tout en manœuvrant son fauteuil roulant.

Les personnes handicapées participantes assuraient, avec un plaisir sincère, une animation des plus réussies tout en échangeant avec le personnel sur leurs propres handicaps. Les échanges qui se sont poursuivis tout l’après-midi

ont permis d’apporter un nouveau regard sur le handicap et une certaine émotion était visible chez quelques salariés. "Cette animation montre une fois de plus l’engagement dans la durée que porte Marly-la-Ville sur le Handicap," à déclaré Arnaud Le Guillou, Directeur du site.

Le projet "Clément Wurtz/ sanofi-aventis Marly-la-ville" est né d'une volonté de fédérer l'équipe encadrement du site autour de deux thématiques: la communication et le handicap et d'une farouche envie de surprendre et d'innover. Ce projet a largement dépassé nos attentes et s'est transformé en une véritable aventure humaine, unique pour nous photo Franck Parisot tous, associée à de belles rencontres et des émotions intenses."

La maison d'accueil spécialisée reçoit des personnes adultes atteintes d'un handicap intellectuel, moteur, ou somatique grave, ou gravement polyhandicapées, n'ayant pu acquérir un minimum d'autonomie. Leur état doit nécessiter en outre le recours à une tierce personne pour les actes de la vie courante, une surveillance médicale et des soins constants. Cette maison accueille 36 personnes.

photo Franck Parisot

Ont collaboré à ce numéro Caroline Angotti, Monique Archambault, Sylvie Barré, Naïma Benmatallah, Florent Benoit, Céline Blanchet, Anne Bougier, David Bourgeois, Geoffroy Chabrillat, Bernard Chevalier, Ferdinand Djiembi-Moussavou, André Duchesne, Jacqueline Féron, Solange François, Arnaud le Guillou, Ingrid Gross-Dupeyron, Michel Habert, Daniel Helt, David Jaudouin, Eric Klimérak, Pascale Llegou, Yannick Lubin, Delphine Marcognet, Bernard Molinie, Elisabeth Mottaz, Maria Novo, Kamel Ouzeri, Paulo Rocha, Lydie Roussel, Delphine Roussel-Boisseau, Michèle Saigot, Eric Stener, Christelle Tellier, Lucile Tourlet. Comité de rédaction Monique Archambault, Bruno Baticle, Anne Bougier, Bernard Chevalier, Laurence Demachy, Dominique Folliot, Karine Iribarne, Patricia Le Grégam, Kamel Ouzeri, Lucile Tourlet. Réalisation Impression Points de Fuite Studio Reprographie de CRB 16


Districom19